Version classiqueVersion mobile

Les MJC

 | 
Laurent Besse

Troisième partie. Des Maisons pour tous ? 1970-1981

Chapitre XII. Les MJC hors de leurs murs 1970-1977

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Hors les murs, les MJC des années soixante-dix l’étaient doublement car elles ambitionnaient de rayonner sur l’ensemble de la cité. Leurs animations de rue symbolisaient cette volonté d’ouverture. Plus largement, les MJC concevaient leur rôle comme une forme de contre-pouvoir face aux municipalités : force de proposition dans le domaine culturel, force de revendication de moyens pour elles-mêmes, mais aussi pour les quartiers… Le congrès de la FFMJC de Metz en 1975 le recommandait explicitement :

  • 1 Cité par Jean Laurain, « La FFMJC et ses orientations en 1975 », Études, janv. 1976, p. 73-74.

« Les MJC sont invitées à s’ouvrir vers l’extérieur et à descendre pour ainsi dire “dans la rue” […] Il s’agit d’occuper l’ensemble du terrain social et de prendre l’initiative, par exemple sous forme de réunions-débats, d’une réflexion sur les grands problèmes de notre temps et d’une prise de conscience du choix des solutions à ce problème. C’est ce qu’on appelle l’animation globale1. »

2Cette volonté de s’adresser à l’ensemble de la cité passait par une demande de reconnaissance officielle par les communes. Or, l’affirmation du « pouvoir associatif », selon le mot de l’époque, pouvait aussi conduire à des conflits, d’ampleur très variable, avec les municipalités. Les plus graves s’achevèrent par la municipalisation de la gestion de l’équipement et donc par l’expulsion de l’association MJC hors de ses murs.

Les MJC dans la cité

La quête de légitimité des associations-MJC

3L’histoire des rapports entre les municipalités et les MJC ne se limite pas aux « affaires » qui défrayèrent la chronique : elle fut d’abord faite de petits conflits alternant avec des périodes de franche collaboration, de revendications de moyens supplémentaires, de compromis, de tout ce qui peut, en somme, faire l’ordinaire des relations entre une autorité de tutelle et une association. Le plus simple ici est de suivre le récit que fait un ancien administrateur de MJC de son expérience. Jean Cambefort, né en 1930, était professeur au lycée d’Annemasse, lorsqu’il fut contacté par le groupe qui mettait en place l’association MJC, chargée d’animer l’équipement qui ouvrait ses portes à l’automne 1968. Comme d’autres membres de ce groupe, Jean Cambefort avait été scout. Il avait, d’autre part, organisé des manifestations culturelles dans le cadre de son lycée. L’année suivant l’ouverture de la MJC, il en devint président. L’association connaissait une activité soutenue et proposait des activités classiques de MJC et des manifestations culturelles de qualité, à la satisfaction de la municipalité gaulliste et de la municipalité divers-droite qui lui succéda en 1971. Quelques incidents émaillèrent bien les relations avec la Ville : des débats politiques organisés par la Commission d’information civique économique et sociale furent peu appréciés et la municipalité estima que la fête des travailleurs immigrés n’entrait pas dans la vocation de la MJC. Jamais toutefois la tension ne déboucha sur un conflit ouvert.

  • 2 Extrait d’un témoignage écrit de Jean Cambefort que nous remercions.

À partir de 1974 essentiellement, un certain nombre d’entre nous en vinrent à penser qu’il ne suffisait pas d’être engagés dans une Association d’Éducation Populaire pour faire changer les choses. Réclamer des moyens plus importants devenait frustrant. Une aspiration au changement se faisait jour : changement par rapport à un pouvoir politique réticent au plan local, mais aussi et surtout au plan national2.

4Avec d’autres administrateurs, Jean Cambefort devint membre du Parti socialiste fin 1974, où il prit des responsabilités locales. Il quitta alors la présidence de la MJC, car il jugeait ses engagements politiques incompatibles avec la présidence d’une association qui se voulait ouverte à tous. Il devint vice-président et les relations restèrent convenables avec la municipalité qui appréciait la qualité du travail mené, dans ce qui était l’unique lieu culturel de la cité.

  • 3 Entretien avec Madeleine Jouanny.
  • 4 Rapport moral pour 1973, archives MJC de Châtellerault. Entretien avec Madeleine Jouanny.
  • 5 Lettre de X, 15 avril 1977, AM Châtellerault, XVI, f 2.

5Le cas d’Annemasse était loin d’être unique. Ainsi à Châtellerault, où le maire centriste Pierre Abelin fut pourtant mis en ballottage aux élections de 1971 par une liste d’union de la gauche co-dirigée par le communiste Paul Fromonteil et par Madeleine Jouanny, administratrice de la MJC de la ville et présidente de la fédération régionale, le maire Pierre Abelin ne modifia en rien son attitude à l’égard de la Maison, selon le propre témoignage de l’intéressée3. Le maire centriste avait été sensible au succès du festival de jazz, et le conseil municipal avait accordé des subventions que le CA de la MJC estimait d’un niveau convenable4. Surtout, la MJC qui proposait, nous l’avons vu, des débats « engagés », n’eut jamais à subir de censure : la municipalité n’intervint pas pour faire annuler un débat ou même simplement faire part de son mécontentement. Les archives conservent pourtant les traces des plaintes que des Châtelleraudais adressaient au maire, pour lui demander de faire cesser les activités de « ce temple de la culture qui matraque la jeunesse de propagande imbécile, strictement unilatérale, bien évidemment5 ». Lors de la venue de Gisèle Halimi en 1973, le président de l’association des parents d’élèves (fédération Armand, actuelle PEEP) lui demandait de prendre un arrêté interdisant aux jeunes de fréquenter la MJC. Voici la réponse de Pierre Abelin :

  • 6 Lettre à M. X, 29 janv. 1973, AM Châtellerault, XVI, f 2.

« La conférence que doit prononcer demain Maître Gisèle Halimi est annoncée comme devant porter sur la condition de la femme. [NB : le contexte était celui de la campagne pour la liberté d’avortement.] La Municipalité de Châtellerault pense qu’il serait fâcheux de trop attirer l’attention sur cette conférence en prenant un arrêté qui risque d’être imparfaitement appliqué et de susciter une curiosité malsaine. Il appartient aux parents de veiller à ce que de trop jeunes enfants ne fréquentent pas ce soir-là la MJC, s’ils considèrent que l’audition de la conférence de Mme Halimi leur serait préjudiciable6. »

  • 7 Rapport, dos. pers., arch. FRMJC Ile de France, carton 1.

6L’attitude du maire témoignait d’un libéralisme « paternel », les responsables de la MJC disaient paternaliste, où se mêlaient conviction de la valeur de la vie associative et conscience que toute forme de censure aurait produit l’effet strictement contraire à celui qui aurait été recherché. L’affrontement direct n’était pas la norme, à Châtellerault, comme dans bien des MJC, même si ce n’était pas toujours la perception qu’avaient les responsables des MJC. Un directeur nouvellement nommé notait, en 1975, à propos des administrateurs de « sa » MJC : « Je crois qu’on cultive un certain fantasme à se croire en perpétuelle rupture avec le maire. En fait, on obtient beaucoup de choses7. » Il était vrai que la paisible cité de Louveciennes, dans le très chic ouest parisien, était sans doute relativement éloignée d’une situation de guerre civile…

  • 8 C’était l’opinion d’un juriste : André-Hubert Mesnard, « Pour de nouvelles formes de relations ent (...)
  • 9 Des réflexions parallèles étaient menées dans le cadre du Groupe de recherche et d’éducation pour (...)
  • 10 Convention Ville de Colombes-MJC du 6 juil. 1964. AFF.
  • 11 AM Châtellerault, XVI, f 1.
  • 12 « Grasse, l’affaire de la MJC », L’Express méditerranée, 15 janv. 1972, p. 31-32, et CAC 19820784/ (...)

7L’importance croissante des MJC dans les villes, leur public sans cesse élargi, surtout pour les activités de loisirs, les transformaient en véritables gestionnaires de services publics. Les critères classiques de la concession de service public pouvaient d’ailleurs leur être appliqués : neutralité du service, continuité du service et enfin égalité du traitement des usagers8. Or ce service, outre la particularité d’être géré par les représentants des usagers, présentait celle de dépendre de ressources aléatoires, par nature, puisque largement constituées de subventions. Cette situation était précaire, au double sens du terme, alors même que les MJC rémunéraient un nombre parfois important d’animateurs d’activités et de secrétaires. Face à cette situation, les fédérations de MJC développèrent entre 1970 et 1973 une activité tant de réflexion que d’intervention, auprès des élus, afin de mettre en place des conventions entre municipalités et MJC9. La source d’inspiration était, en particulier, la convention signée en 1964 entre la municipalité et la MJC de Colombes qui fut alors diffusée par la FFMJC, comme modèle. Particulièrement avantageuse car conclue pour une durée de trente ans, elle précisait que la commune s’engageait à verser une subvention annuelle dont le montant était égal à la participation financière des adhérents. Surtout, le montant des subventions était fixé, au cours d’une rencontre à parité entre la municipalité et le conseil d’administration, « en prenant pour référence minimum celles versées et inscrites au compte d’exploitation de l’association MJC pour l’exercice en cours10 », ce qui garantissait une augmentation régulière des fonds. Un nombre important de conventions furent signées, mais selon des modalités très variables. Très peu intégraient parmi leurs clauses celle qui stipulait que la subvention prendrait pour référence minimum le montant de l’année en cours. Ce fut le cas à Voiron, mais le maire était, il est vrai, l’ancien président de la MJC, ancien administrateur de la FFMJC et président en titre de la FRMJC, alors en pointe en ce domaine. À Châtellerault, une convention, considérée elle aussi comme un modèle, fut signée en 1970 : elle se contentait de préciser que le montant de la subvention ferait référence au montant de l’année en cours mais ne serait qu’« évalué » d’un commun accord11. La Ville n’entendait pas s’engager en matière de financement, même si l’engagement que prévoyaient les clauses de Colombes et Voiron était plus moral que juridique, puisque une municipalité reste toujours maîtresse de ses subventions. La négociation des conventions donna parfois lieu à des conflits, dont le plus célèbre fut celui de Grasse en 1972, où le nouveau maire Hervé de Fontmichel entendait remettre en cause la convention signée le mois avant son élection par le précédent maire. L’aspect cocasse de l’affaire restait que la convention avait été approuvée par le président de la fédération régionale des MJC, qui n’était autre qu’Hervé de Fontmichel, éminent juriste de son état12

Un contre-pouvoir ? L’expérience d’animation globale de Neuilly-Plaisance13

Opération-contact

  • 14 Rapport du directeur pour 1973, publié in Le Minotaure, n° 7/8, mars-avr. 1974.

8L’expérience menée à Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis) était exemplaire de la volonté des MJC de jouer un rôle d’animation au niveau de la commune. L’initiative en revint à Gabriel Vitaux, le directeur nommé en 1970 dans une MJC nouvellement implantée dans le premier grand ensemble de la commune, la Résidence. Après une phase de reconnaissance du « milieu » sous la forme de rencontres avec des responsables, politiques, associatifs, syndicaux, religieux… un groupe formé autour du directeur se constitua en conseil d’animation provisoire, ouvert à tous. Afin d’inciter la population à « faire connaître ses préoccupations et ses problèmes, à exprimer ses besoins », une vaste « Opération-contact » fut entreprise. Six mille questionnaires furent déposés dans les boites aux lettres tandis que 500 affiches, sans texte et n’arborant que le sigle énigmatique de la MJC, étaient collées sur les murs. Des stands de présentation de la MJC étaient installés sur les marchés, des réunions-publiques organisées. Une vingtaine de commerçants acceptèrent de recueillir les questionnaires. Le bilan de l’opération se traduisit par une adhésion en masse de 500 nouveaux membres, venus non pas pour pratiquer une activité – aucune n’existait encore – mais simplement attirés par la dynamique en cours. Les demandes les plus pressantes qui émergeaient des questionnaires, concernaient des activités pour enfants. La MJC organisa donc un Club pour les 6-15 ans Jacques Prévert14. Ce dynamisme et le fort soutien de la population conduisit la municipalité à satisfaire, malgré ses réticences initiales, la demande de l’association d’augmenter la subvention annuelle de fonctionnement de 15 000 F à 70 000 F.

  • 15 Rapport moral 1973. La première communauté Emmaüs naquit à Neuilly-Plaisance.
  • 16 Gabriel Vitaux, « Une expérience… », art. cit.

9Prolongement de l’Opération-contact, une dizaine d’associations locales nées à l’initiative des habitants des nouveaux quartiers utilisèrent les moyens d’impression de la MJC pour leur propagande. Des habitudes de travail en commun se développèrent, sous la forme de tables rondes avec l’union des commerçants, tandis qu’une réflexion sur les loisirs des enfants était engagée avec les enseignants. En 1973, la MJC comptait cinq membres associés à son CA : une association de locataires, une association de co-propriétaires, Neuilly-Plaisance Sports, le cyclo-club et Emmaüs15. Aux classiques activités de loisirs et aux non moins classiques débats, la MJC ajoutait un effort d’information locale : son journal Le Minotaure, diffusé à 7 000 exemplaires, proposait des chroniques de la vie locale, mais aussi « des études critiques, voire polémiques, sur la politique de l’État dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la jeunesse, des sports… » Un programme d’envergure fut mené dans le domaine de l’urbanisme : la MJC organisa un cycle d’initiation qui toucha plusieurs centaines de personnes. Le projet de construction d’une voie rapide le long du grand ensemble en fut le déclencheur. Une action « vidéo » fut menée pendant une huitaine de jours : des équipes de bénévoles recueillaient les témoignages des habitants, qui étaient ensuite projetés à la MJC. « Certaines de ces projections ont suscité des échanges d’opinions, parfois très durs, en mettant en présence des gens concernés par les mêmes problèmes, mais qui ont des positions très éloignées (ex. pour ou contre l’autoroute A17 ou le RER aérien ou souterrain16). » Une émission de 40 minutes, intitulée « Les habitants de Neuilly-Plaisance et l’urbanisme », fut présentée au cours de séances publiques et même sur les écrans de télévision des particuliers. Cette expérience, pionnière en 1972, déboucha sur quelques autres actions-vidéo. Enfin, un festival, « Juin de Plaisance », mêlant cinéma, théâtre, chansons fut régulièrement organisé par la MJC. Les spectacles avaient lieu en plein-air, sur les places publiques, les parkings ou les espaces verts, ce qui correspondait à la volonté d’aller à la rencontre des habitants sur leur lieu de vie, mais était aussi le fruit de la nécessité, la MJC ne disposant pas des locaux nécessaires.

  • 17 « Faut-il fermer la Maison des Jeunes ? », L’Espoir…, op. cit., n° 5, avril-mai 1973, p. 11.
  • 18 Le Minotaure, n° 5, déc. 1973.

10« Faut-il fermer la Maison des Jeunes ? » L’article qui faisait mine de s’interroger ainsi, fut publié en mai 1973 par le député UDR de la circonscription. Il témoignait de la dégradation brutale des relations entre la MJC et la municipalité divers droite qui reprochait à la MJC des dépenses contestables et une action anti-municipale17. La dernière accusation visait la campagne menée par la MJC, en collaboration avec l’Association populaire des familles, pour obtenir la création d’aires de jeux ainsi qu’une action pour obtenir le relogement de familles algériennes expropriées d’un « mini-bidonville ». Toutes ces actions ne relevaient pas, selon l’article, des compétences de la MJC et prouvaient la nature anti-municipale de l’action menée18. L’accusation se faisait encore plus explicite lorsqu’elle dénonçait la tenue de réunions politiques à la Maison. Était visé ici, le cycle d’informations sur les législatives, pendant la campagne électorale.

  • 19 Rapport du directeur et rapport moral 1973, le Minotaure, n° 7/8, mars-avr. 1974.
  • 20 Rapport moral 1973, réf. cit.

11À l’origine, le conflit ne mettait aux prises qu’un président élu par les usagers mais par ailleurs conseiller municipal, avec le reste du CA. Cependant, le désaccord personnel se transforma en un conflit entre la municipalité et la MJC. La dégradation, aussi rapide que soudaine, se traduisit concrètement par une baisse de 42 % de la subvention pour 1973, à la demande du président de la MJC… adjoint au maire19. La rupture avec la municipalité fut consommée par le vote de défiance qui renversa l’adjoint au maire-président lors de l’assemblée générale de mai 1973. Le bureau du conseil d’administration ne fut pas bouleversé, mais renouvelé, beaucoup des postes de titulaires étant désormais détenus par ceux qui les occupaient jusqu’alors en second. Une animatrice socio-culturelle de 22 ans, ancienne secrétaire du CA, devenait présidente, avec un vice-président de 46 ans, ajusteur, syndicaliste, deux jeunes trésoriers, attachée de presse et étudiant, et un jeune cadre comme secrétaire général20. La population des nouveaux quartiers jouait un rôle moteur dans ce nouveau conseil, à la mesure de la place qu’elle occupait dans l’association. En juin suivant, une AG extraordinaire transformait la MJC en MJC-Centre d’Action Culturelle et adoptait les statuts-types de la fédération régionale de la région parisienne. Par cette décision, en apparence technique, l’association remettait en cause sa politique de compromis avec la municipalité, lorsqu’en 1971 elle avait accepté que quatre conseillers municipaux rejoignent le CA.

Politisation de la cité21

  • 21 Daniel Leconte in « Culture et politique dans une MJC », Politique Hebdo, n° 270, 23 au 30 mai 197 (...)
  • 22 Programme de Neuilly-Plaisance en fête in L’Espoir de Seine-Saint-Denis…, art. cit.
  • 23 Daniel Leconte, « Culture… », art. cit.
  • 24 Rétrospective devant le CA de la MJC, 27 juin 1979, in Le Minotaure, sans n°, janv. 1980.

12Au cours des années suivantes, divers épisodes conflictuels émaillèrent encore les relations entre la MJC et la municipalité. La MJC, qui avait perdu avec l’ancien président, la relation de confiance avec une partie des milieux sportifs, s’affilia à la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail). D’autre part, les relations avec le comité des fêtes se détériorèrent et la MJC fut exclue de l’organisation des fêtes locales. Le « Juin de Plaisance » de la MJC prenait ainsi l’allure d’un anti « Neuilly-Plaisance en fête », la manifestation organisée par le comité des fêtes (élection d’une reine, catch, spectacle de variétés avec Jacques Martin). Le contraste était d’autant plus symbolique que le festival de la MJC se déroulait surtout dans les nouveaux quartiers périphériques, alors que l’autre manifestation avait pour cadre le centre-ville22. L’établissement du plan d’occupation des sols fut l’occasion de relancer l’action dans le domaine de l’urbanisme avec l’organisation d’une « enquête publique » par la MJC. De ce travail naquit le GAM (Groupement d’action municipale) local. Dans le même temps, à la suite d’une hausse importante, une expérience d’auto-réduction des charges était lancée par les associations de locataires du grand ensemble : 500 familles réduisirent leur loyer au montant initial, sans les augmentations prévues par les propriétaires. « Une fois de plus la MJC [fut] la plaque tournante et l’infrastructure sécurisante pour une lutte de longue durée qui reste en France une des plus remarquables expériences d’auto-réduction23. » L’association MJC se trouvait donc au centre d’une dynamique sociale et politique, dans une commune où les partis politiques étaient très peu implantés. Ce phénomène explique en grande partie le succès final de la MJC dans son conflit avec la municipalité. Alors que, fin 1974, elle avait reçu un ultimatum du conseil municipal qui dénonçait le contrat de financement du poste de directeur, elle réussit à mobiliser un large comité de soutien. Devant l’ampleur du mouvement d’opinion, le préfet incita le maire-conseiller général à temporiser à l’approche des élections cantonales. En janvier 1975, la municipalité approuva une convention qui garantissait à la MJC pour douze ans des moyens de fonctionnement : des douzièmes de subvention seraient versés en attente du vote du budget primitif, une commission paritaire Ville-MJC examinerait le budget prévisionnel et l’augmentation du coût de la vie serait désormais prise en compte. Si les responsables estimaient que ce n’était « pas l’idéal de ce qu’[ils pourraient] espérer dans une société démocratique », cette convention n’en constituait pas moins une belle victoire pour la MJC dont l’existence était menacée depuis deux ans24. L’action d’animation globale de la cité avait porté ses fruits.

13À Neuilly-Plaisance, les militants de la MJC n’avaient pas franchi le seuil de l’action strictement politique afin de conserver la spécificité de la MJC : ils oeuvraient pour la politisation, la conscientisation, mais refusaient « la » politique. Cette position était largement partagée dans les MJC. La Maison toulousaine d’Empalot l’exprimait parfaitement :

  • 25 Extrait du rapport moral pour 1975 in Le Rat¸ déc. 1975, jan. 1976, n° 11. Souligné par nos soins.

« Refléter, révéler les problèmes du quartier ne signifie pas pour autant se transformer en mouvement ou parti politique. Il n’est pas de son ressort de proposer un programme précis de changement social. Donc, pas un service social, pas davantage un mouvement politique. C’est entre ces deux pôles qu’il lui faut pourtant opérer. Aujourd’hui comme hier. Jusqu’aux points limites où le social éclaire le politique, ces points-frontières qui définissent l’espace de notre travail25. »

14Double refus : ni service social, ni mouvement politique. La MJC d’Empalot implantée dans un grand ensemble accueillait, malgré les difficultés, des jeunes marginalisés, mais refusait toute logique d’intégration, d’assistance sociale, « de service social ». Menant une action de politisation très engagée – dont témoignent les documents reproduits (voir page xiv du cahier iconographique) – elle récusait l’action strictement politique, revendiquant une position « frontière » qui définissait parfaitement ce que pouvait être l’action des MJC engagées du début des années soixante-dix, avec ses forces et ses faiblesses. Reste que cette position-frontière ne pouvait que rendre les MJC suspectes aux yeux de responsables municipaux irrités par « l’agitation et la politisation ».

MJC en lutte : crises avec les municipalités

Des conciliabules plus ou moins putrides

15Ce fut Jacques Médecin qui lança les attaques les plus célèbres contre les Maisons des jeunes et de la culture. En avril 1972, il fut amené à répondre aux critiques, selon lesquelles, il aurait accordé plus facilement des subventions pour le football que pour les activités culturelles des quatre MJC que comptait alors sa ville. Réponse de l’élu :

  • 26 Nice-Matin, 9 avril 1972.

« Les MJC créées par le ministère de la Jeunesse et des sports me coûtent chaque année deux fois ce que me coûte l’équipe professionnelle de l’OGCN [club de football]. De plus, ce sont des foyers de révolution que je m’en vais supprimer. […] Pour moi, le football-spectacle est aussi une attraction à caractère culturel […]. Et pour moi, il est préférable de promouvoir un spectacle de football de nature à déchaîner les enthousiasmes et à susciter des vocations chez les jeunes, qui trouveront beaucoup plus de bonheur à s’exprimer sur un stade que dans des conciliabules plus ou moins putrides26. »

  • 27 Le conseiller municipal à l’origine de l’affaire était Jacques Peyrat… Voir Nice Matin du 29 nov. (...)
  • 28 Voir Nice Matin, 7 mai 1972 et Michel Amiot et alii, « Conflit de culture, une MJC en milieu urbai (...)
  • 29 Nice Matin, 6 mai 1972.

16Jacques Médecin avait jusqu’alors l’image d’un maire relativement libéral, en dépit d’un conflit avec Gabriel Monnet en 1969, lorsque le tout nouveau directeur du théâtre de Nice mettait en scène une pièce d’Edward Bond27. Grâce à ses formules percutantes, Jacques Médecin accéda, en peu de temps, au statut de symbole de la censure et de la « réaction » provinciales (voir page xv du cahier iconographique). Les responsables des MJC purent d’autant plus exprimer leur surprise devant ces déclarations, qu’elles étaient soudaines et que la Ville venait de donner un preuve de sa confiance dans les MJC en attribuant un équipement neuf à la MJC Magnan28. En dépit des démentis apportés par les responsables des MJC, concernant les sommes en jeu, et d’une certaine irritation manifestée par un conseil municipal pris de court, le maire reprit ses accusations. Le 25 avril, il fit une déclaration à la télévision régionale où il montrait un portrait de Mao saisi à la MJC de Nice Bon-Voyage. Donnant une nouvelle preuve de sa créativité verbale, il parlait de « Maisons des Jaunes ». Il s’avéra que le document en question n’était qu’un vestige d’une exposition sur la Chine populaire. Puis le maire brandit un tract du MLF qui aurait été distribué à une fillette de six ans, pendant un cours de danse. Après enquête menée auprès de tous les enfants et de leurs parents, soit 350 personnes réunies pour l’occasion, il se révéla qu’aucune n’avait vu, lu ou entendu parler de ce tract. Fait surprenant, l’adresse qui figurait sur le tract n’était pas celle d’une MJC, mais d’un foyer de jeunes de la Ligue de l’enseignement où le MLF ne s’était réuni qu’une seule fois. De là à soupçonner un faux… il y avait un pas, que franchissaient seulement ceux qui participaient à des conciliabules putrides… plus ou moins putrides. Jacques Médecin affirma ensuite avoir été informé que des tracts de propagande anti-municipale, imprimés à la MJC, circulaient à la faculté des lettres de sa ville, et qu’il « ne comp[tait] plus les lettres et les coups de téléphone de parents qui se plaign[aient] et critiqu[aient] violemment les « spectacles répugnants » offerts à la vue de leurs enfants29 ».

  • 30 Ibid. et Le Monde, 18 avr. 1972.

17Comme preuve à l’appui de ses accusations, le maire n’avait guère qu’un « rapport » effectué par un de ses adjoints, où les seuls éléments tangibles de noyautage par le PCF ou par les gauchistes se limitaient, selon un journaliste, à un programme réalisé à l’occasion du centenaire de la Commune en 1971 sur lequel figuraient un poing levé et une citation de Marx30.

  • 31 Nice Matin, 6 mai 1972.

« Les MJC [concluait le maire de Nice] doivent se tenir à l’écart de tous les courants politiques, de tous les courants culturels ou autres qui puissent influencer la jeunesse. On me reproche de vouloir municipaliser les MJC. Ce que je me garderai bien de faire. Mais j’estime qu’il y a du génie ailleurs que dans la gauche31. »

  • 32 Le Monde, 4 mai 1973.

18L’affaire retomba aussi brutalement qu’elle était née et le maire renonça à modifier la convention reconduite annuellement qui liait la Ville aux MJC. Cependant, une structure municipale concurrente des MJC fut mise en place, le CACEL (Centre d’animation, de culture et de loisirs) qui bénéficia de subventions plus généreuses que celles des MJC. L’affaire fit une victime involontaire : Michel Droit. Un an plus tard, alors que la polémique faisait rage, après les déclarations de Maurice Druon, selon lequel entre la sébile et le coktail-molotov, il fallait choisir32, le journaliste avait dénoncé la MJC niçoise de Gorbella comme exemple typique de lieu subventionné et subversif. Au cours d’un débat à la radio avec Jean Daniel, il avait déclaré :

  • 33 Propos tenus sur France-Inter le 22 mai 1973, retranscrits dans Le Monde, 22 juin 1973.

« Il y a quelques semaines à Nice, il y a eu […] une exposition sur le thème : la révolution culturelle. Que trouvait-on à l’entrée de cette exposition subventionnée ? On trouvait un drapeau tricolore sous une vitrine. Ce drapeau tricolore -excusez-moi de le dire à ce micro- était souillé d’excréments humains qui n’étaient pas du toc (on avait mis une vitrine à cause des mauvaises odeurs que cela aurait pu dégager) Et, pour que nul n’ignore la beauté du symbole, il y avait une petite pancarte : “Drapeau français couvert de merde par les pionniers de la révolution.” Alors est-il tout à fait logique que l’État subventionne ce genre d’entreprises33 ? »

  • 34 Le Figaro, 5 mars 1975.

19Les responsables de la MJC démentirent formellement l’intégralité des déclarations de Michel Droit, qu’ils attribuaient à des ragots rapportés au journaliste de passage à Nice. Séquelle des « Maisons des jaunes » ? La MJC déposa une plainte pour diffamation. L’enquête menée dans ce cadre conclut à l’absence de faits matériels susceptibles d’étayer les déclarations de Michel Droit, qui fut condamné à 1 000 F d’amende en 197534.

Les « municipalisations »

  • 35 Le Monde sauf pour Reims (La Croix) et Allauch (presse locale).

20L’affaire des MJC niçoises, en 1972 fut la première à être aussi largement couverte par la presse et à mobiliser, à grande échelle, les soutiens associatifs, syndicaux et politiques des MJC. Elle ne déboucha cependant pas sur une municipalisation, c’est-à-dire la fin de la gestion associative et la reprise des MJC sous gestion municipale, ni sur une expulsion des locaux, à la différence d’autres épisodes qui défrayèrent la chronique au cours des années soixante-dix. Les tableaux qui suivent s’efforcent de recenser les principales. Ils ne prétendent, en aucun cas, à l’exhaustivité, d’autant plus que la notion de crise entre une association MJC et une municipalité ne se prête guère à une définition rigoureuse. Ont donc été retenus trois critères simples : la réalité ou la menace officielle d’une expulsion de l’association, la production d’un rapport par les services locaux de la Jeunesse et Sports et transmis à l’échelon national, la parution d’un article dans la presse nationale35.

Tableau 13. – Articles consacrés aux conflits entre MJC et municipalités par Le Monde (1970-1981).

Tableau 13. – Articles consacrés aux conflits entre MJC et municipalités par Le Monde (1970-1981).
  • 36 André Métayer (délégué FRMJC), Conflits entre associations d’éducation populaire et municipalités, (...)

21L’année 1977 marquait, sans surprise, une rupture dans les relations entre les municipalités et les MJC. Après cette date, les conflits ne disparurent pas pour autant mais ils prirent des formes différentes. Les expulsions brutales, les accusations de subversion appartiennent, sauf rares exceptions, à la période antérieure à 1977. Elles mettaient en cause des municipalités proches de la majorité politique de l’époque, à quelques exceptions, dont celle d’Allauch (socialiste). Elles se concrétisaient donc globalement par des affrontements gauche-droite, comme elles étaient d’ailleurs analysées à l’époque, tant dans la presse que dans les fédérations de MJC. On n’oubliera cependant pas qu’en région parisienne en 1969, ce furent les serruriers de la municipalité communiste du Plessis-Robinson qui, les premiers, mirent leurs talents au service de la reprise de l’équipement par la municipalité. D’autre part, à Quimper, où la MJC était en voie de constitution, un conflit grave l’opposa à des militants issus de l’ex-SFIO, soutenus par une partie des conseillers municipaux socialistes, qui souhaitaient une solution municipale ou du type fédération Léo Lagrange et d’autres composantes politiques du parti radical au PC, en passant par des membres du PS qui n’étaient pas hostiles à la création d’une, puis de plusieurs MJC36. Enfin, les facteurs individuels – personnalité du maire en particulier – jouaient un rôle important. Le pic que l’on constate dans la tableau 13 en 1977 n’était pas directement lié aux élections municipales, mais à l’importance prise par deux « affaires », celle de la MJC Théâtre-des-Deux-Portes à Paris et celle des MJC d’Orléans. On notera que l’idée, largement répandue mais fausse, de MJC occupées par des gauchistes en mai 68, est née au cours de la période 1970-1977, lorsque les associations luttaient contre les expulsions décidées par certaines municipalités.

Tableau 14. – Principales crises ouvertes entre les MJC et les municipalités.

Tableau 14. – Principales crises ouvertes entre les MJC et les municipalités.

Sources : dossier de personnels ou de MJC (fédérations régionales de MJC), dossiers de MJC constitués par le SEJS, CAC 19820784/2 à 4, Le Monde.

  • 37 Maire de Viry-Châtillon, Le Monde, 14 fév. 1975.
  • 38 Christian Colombani, « Les débordements de la culture populaire », Le Monde, 28 sept. 1977.
  • 39 Ibid.
  • 40 Conseil municipal, séance du 28 juil. 1977, p. 867. AM Orléans. Il s’agissait de voyages à faible (...)
  • 41 Conférence de presse de Pierre Juquin le 10 juin 1974. Pierre Juquin était le député communiste de (...)

22Par-delà la diversité des contextes locaux, il est facile de dresser une typologie du déroulement des conflits avec les municipalités. L’origine, le plus souvent est un tissu de rumeurs, plus ou moins vraisemblables, faisant état de spectacles « indécents » payés avec l’argent des contribuables, d’argent gaspillé voire détourné, de fréquentation « notoirement » insuffisante. S’y ajoutaient des considérations personnelles sur le public (« des cheveux longs jusque-là37 ») et sur les directeurs. René Thinat, maire d’Orléans, interrogé par un journaliste du Monde, traitait nommément l’un des directeurs « d’illuminé » et accusait un autre, qui avait adopté un grand nombre d’enfants, de « se prendre pour Joséphine Baker avec 2 500 F par mois38 ». Certains ajoutaient des détails pittoresques, ainsi le maire de Viry-Châtillon, qui accusait la MJC de préparer à la lutte armée avec ses cours de karaté. Plus sobre, son collègue d’Orléans se contentait de déclarer qu’à cause des MJC « le climat de la ville se détériorait39 ». Il leur reprochait aussi de concurrencer les agences de voyages40. Puis les accusations se faisaient plus précises et les MJC étaient accusées de favoriser l’opposition : culture « à sens unique », débats politiques et tracts anti-municipaux imprimés sur les presses de la MJC. Les municipalités ne pouvaient donc tolérer la subversion, et encore moins la financer, qui plus est, dans des bâtiments municipaux. Ce que le maire de Viry-Châtillon, en conflit avec la MJC, expliqua à l’aide d’un aphorisme plein de délicatesse : « Vous pouvez me prendre ma femme, mais ne me demandez pas de régler la chambre d’hôtel41. »

  • 42 Conseil municipal, séance du 29 juillet 1977, p. 865-874. AM Orléans.

23Restait alors à passer à l’action. Comme la dénonciation des contrats de financement des postes de directeurs exigeait un an de préavis, il n’était généralement pas possible de chasser immédiatement l’association des locaux. Le plus simple consistait donc à baisser fortement les subventions de fonctionnement. Ce fut la technique adoptée un temps à Neuilly-Plaisance. Mais certains élus étaient adeptes de l’efficacité et de la rapidité. À Viry-Châtillon, le maire, n’ayant pu obtenir par huissier la remise des clés, opta pour la solution bulldozer. La salle de spectacles de la MJC fut rasée, avec son matériel, en raison de la vétusté du bâtiment – que personne ne contestait. Vu l’urgence, l’opération eut lieu à cinq heures du matin… Il va de soi que beaucoup des mesures prises à l’encontre des MJC étaient décidées pendant la période estivale. Ce fut ainsi le 8 août 1977 que la mesure d’expulsion à l’encontre de la MJC Théâtre-des-Deux-Portes fut mise en œuvre par la nouvelle municipalité Chirac. Ce fut en juillet que la municipalité socialiste d’Allauch décida l’expulsion de la MJC créée sous la précédente municipalité de droite, pour la remplacer par une association Léo Lagrange. Ce fut lors de la dernière séance du conseil municipal avant la trêve estivale que le maire d’Orléans fit voter la municipalisation des MJC de la ville, question non inscrite à l’ordre du jour42. Cette affaire, qui eut un retentissement national, permet de saisir la complexité des questions en jeu dans les municipalisations des années soixante-dix.

La municipalisation des MJC d’Orléans

  • 43 La sixième, avait vu le jour en 1974 dans le quartier des Blossières, à l’initiative de militants (...)
  • 44 Communiqué, République du Centre, 28 avr. 1977.
  • 45 Assemblée générale de l’AOMJC, AM Orléans, 5 R 51.

24La ville comptait en 1977 six MJC, petits équipements de quartier, groupées au sein de l’AOMJC, Association orléanaise des MJC, seule association affiliée auprès de la fédération régionale UNIREG43. L’AOMJC était présidée par Jean-Pierre Delport, militant socialiste qui avait battu, en 1976, le maire René Thinat, lors des cantonales à Orléans la Source. Fin avril 1977, le syndicat CFDT des directeurs et animateurs de la FRMJC Centre décidait de lancer une grève illimitée pour réclamer l’unification des grilles salariales et pour protester contre l’arrivée, dans les MJC de la région, d’animateurs « prêtés » par la FRMJC Normandie-Maine. Cette fédération était soupçonnée de fournir aux municipalités des animateurs « sages » et de pratiquer la répression syndicale. Une des MJC d’Orléans, la Madeleine, présidée par l’adjoint aux finances de la municipalité, avait déjà opté pour un animateur fourni par la FRMJC Normandie-Maine ou plus exactement une de ses émanations, Animation-Service. Le mouvement des directeurs fut appuyé par une majorité des représentants des MJC urbaines de la région Centre qui estimaient que « les difficultés des directeurs n’[étaient] qu’un aspect des difficultés des MJC44 ». Ces représentants dénonçaient, en même temps, le fonctionnement fédéral et une dérive technocratique qui semblaient favoriser les intérêts d’une fédération extérieure, que des rumeurs affirmaient « noyautée » par des partisans de la majorité. Malgré quinze jours de grève et de fermeture partielle des MJC, les directeurs n’obtenaient pas satisfaction. Le 14 juin, une assemblée générale de l’Association orléanaise des MJC envisageait de quitter la FRMJC UNIREG pour rejoindre la FFMJC. Le directeur départemental de la Jeunesse et Sports qui assistait à la réunion prévenait l’assistance des dérives d’Animation-Service, dont il venait de découvrir, les pratiques qu’il qualifiait d’« ahurissantes45 ». Le fait le plus grave restait qu’Animation-Service n’était pas agréée par la Jeunesse et Sports. En l’absence des représentants municipaux, l’assemblée décida de repousser, à la rentrée, sa prise de décision. Dans le contexte de l’après mars 1977, l’affiliation à la FFMJC constituait un défi, vis à vis d’un maire qui venait d’être mis en ballottage par une liste de la gauche unie, alors même qu’il avait été élu grâce à une partie des voix de la gauche en 1971. Cependant, moins que la mise en ballottage du maire, la surprise du premier tour avait résidé dans le succès d’une liste d’extrême gauche qui avait recueilli 12 % des suffrages. Ce score semble avoir beaucoup compté dans la décision soudaine du maire de supprimer les « foyers d’anarchie » que constituaient les MJC.

  • 46 Ce qui était partiellement faux car l’AOMJC avait déjà publié des communiqués.
  • 47 Notes réunions du 18 août 1977, AM Orléans, 5 R 51.
  • 48 Christian Colombani, art. cit., Le Monde, 28 sept. 1977.

25Annoncée le 29 juillet, la municipalisation suivit son cours. En août, une réunion restreinte autour du maire relevait avec satisfaction que la décision ne suscitait, comme prévu, « aucun écho pour l’instant46 ». Restaient deux étapes nouvelles à franchir : la « reprise en main du personnel » et les « opérations pilotes », qui toutes deux devaient être menées par un coordinateur fourni par Animation-Service. Le cas des directeurs fut rapidement réglé : licenciement, consécutif à leur refus de venir prendre leurs consignes auprès du coordinateur. Quant aux « opérations-pilotes », elles devaient être « spectaculaires » et constituer des « tests permettant de voir les réactions de la Population pour ce genre de réalisation qui pourront être généralisés ». À la Source, une « opération d’encerclement » de la MJC était prévue47. Dans l’immédiat, l’ancienne MJC de la Madeleine mettait en place une ludothèque et organisait une exposition « Sologne autrefois ». Le maire l’inaugurait de façon solennelle en compagnie d’une référence irréprochable, Maurice Genevois, qui, à défaut d’incarner la jeunesse, ne pouvait qu’être garant « des saines distractions et des valeurs véritables48 » auxquelles il fallait revenir selon René Thinat.

  • 49 Antoine Prost, « Où sont les libertés ? », La Tribune d’Orléans, 4e trim. 1977, p. 2.
  • 50 La République du Centre, 19 sept. 1977. Le PSU et le PCF s’affrontèrent à ce sujet sur front de ru (...)
  • 51 Ce qui était partiellement faux, car ils étaient alors administrés par des associations où les usa (...)
  • 52 Titre de l’article de la République du Centre, 17 oct. 1977.
  • 53 Théâtre de l’Unité : www.ifrance.com/theatredelunite
  • 54 La Nouvelle République, 12 juin 1978.

26L’AOMJC mobilisa, dès la rentrée, de très larges soutiens, venus du monde associatif et syndical et de l’opposition, qui ironisaient au sujet du libéralisme avancé dont le maire s’était réclamé pendant la campagne49. Sous l’unanimité, quelques nuances perçaient toutefois, puisque le PCF débutait son communiqué en rappelant qu’« il est certes normal que le conseil municipal ait son mot à dire dans la gestion des MJC50 ». Le maire avait, en effet, déclaré qu’en municipalisant les MJC, il ne faisait que suivre l’exemple de ses collègues des banlieues ouvrières d’Orléans51… Après des manifestations qui réunirent quelques centaines de personnes, la création d’un comité de soutien et la venue en renfort des adhérents de la MJC Théâtre-des-Deux-Portes, autres victimes de l’été 1977, la lutte s’amplifia. Un grand concert de soutien fut organisé avec Mama Béa à la MJC des Carmes. La grève de solidarité des directeurs de la FFMJC, à l’appel de la CGT et de la CFDT, contribua à donner une dimension nationale à l’affaire. Une grande manifestation le 15 octobre réunit dans les rues d’Orléans de 1500 à 2000 personnes, « l’ironie dans la voix, l’humour dans les gestes, le style pamphlétaire dans la harangue52 » : présence de troupes de théâtre de rue, marionnettes, slogans composés par un atelier poésie… Les manifestations des MJC se devaient d’être festives et ludiques. Sur ce plan, la MJC Théâtre-des-Deux-Portes constituait une référence : parmi les initiatives les plus célèbres, celles du Théâtre de l’Unité qu’elle abritait dans ses murs, et qui, après l’expulsion, se rebaptisait Théâtre des Deux Portières et organisait, à l’arrière de sa 2 CV aménagée en théâtre à l’italienne, des spectacles pour deux personnes, mais avec pompier, ouvreuse et garde républicain, lustre et rideau rouge53. Quelques jours avant son expulsion, la MJC orléanaise des Carmes organisait une grande fête avec Roger Siffer, « MJC en lutte, MJC en fête », dont la « bivalence » (sic) frappait un journaliste local54.

  • 55 Lettre du maire à la directrice du bureau d’aide sociale, 10 oct. 1977, AM Orléans, 5 R 51.
  • 56 Régis Guyotat, « Animation-Service sur la sellette », La Tribune d’Orléans¸ 4e trim. 1977, p. 11.
  • 57 Le Monde, 23 et 30 sep. 1980.

27En dépit de quelques succès devant les tribunaux, en particulier pour le personnel, les MJC furent expulsées de leurs locaux. Quelques activités réussirent à trouver refuge dans les centres sociaux, ainsi que dans d’autres associations qui contrevenaient à l’interdiction prononcée par le maire55. Les équipements restèrent inoccupés pendant deux années complètes, car la municipalité éprouvait des difficultés à mettre en œuvre une politique de substitution, dont l’urgence était pourtant rendue nécessaire par les atteintes qui se multipliaient contre les équipements vides. La décision brutale du maire avait-elle donc été prise sur un « coup de tête », comme le dénonçaient les opposants ? Dans la plupart des cas, les municipalisations étaient décidées et annoncées par les élus, sans qu’aucun indice ne laisse présager de telles mesures. À Orléans, la réalité était un peu plus complexe : s’il était certain que le double contexte de la défaite du maire aux cantonales et de la poussée d’une liste d’extrême gauche aux municipales avait pesé, le maire s’était aussi laissé convaincre de recourir à Animation-Service, association qui se proposait de fournir aux communes des solutions d’animation, grâce à des méthodes « sûres ». Celles-ci étaient dénoncées par un organe de l’opposition qui soulignait la particularité de cette association : le lien étroit qui semblait exister entre les intérêts commerciaux de son président et l’association, dont la boîte aux lettres à Orléans était une entreprise de surgelés. L’article rapportait aussi les propos d’un animateur, à qui les responsables d’Animation-Service indiquaient qu’il était « engagé pour virer les gauchistes d’Orléans », l’association ne « travaillant qu’avec des municipalités de droite56 ». Rumeurs malveillantes propagées dans le contexte du conflit ? Le scandale qui éclata officiellement trois ans plus tard et qui devait déboucher sur l’incarcération de responsables d’Animation-Service révéla une réalité encore plus douteuse : associations-écrans dissimulant des pratiques frauduleuses, gestion du personnel échappant à toute règle et stratégie de dépérissement de la vie associative, afin de favoriser une exploitation commerciale du secteur57.

  • 58 L’étude coûta 75 000 F, pour un résultat qui tient sur 15 p. (interligne triple). Le rapport de la (...)
  • 59 Association des centres d’animation et de loisirs. Statuts élaborés en fév. 1979, sous la municipa (...)
  • 60 Mises en garde ministérielles, semble-t-il. Décision n° 4 bis du conseil municipal du 21 déc. 1978

28Passons sur les détails peu ragoûtants de l’affaire. Ces agissements n’avaient, certes, pu avoir lieu qu’en raison de l’aveuglement volontaire ou non de certains responsables. Cependant, ils avaient été rendus possibles par la situation de l’animation des années soixante-dix : un « besoin d’animation » dont la nécessité était devenue une évidence partagée, des élus irrités par l’agitation dans les MJC, dont manifestement ils sur-estimaient l’influence dans la ville – c’était le cas à Orléans – et l’absence dans une majorité de communes de projets municipaux susceptibles de répondre à ce « besoin ». Animation-Service prétendait donc fournir à la Ville d’Orléans une « étude sociologique » : un chef-d’œuvre de « bidonnage » dont l’unique finalité était de justifier la nomination d’un coordonnateur, en clair, d’un chef du personnel qui « tiendrait » les animateurs58. C’étaient bien ces derniers qui posaient problème. Sur le plan des structures, la Ville opta sans hésitation pour une association loi 1901, mais entièrement contrôlée par la municipalité59. Pour l’emploi des animateurs, la Ville redoutait d’avoir à gérer directement des personnels perçus comme instables. Le recours à Animation-Service revenait à utiliser une agence d’intérim. Finalement, après bien des hésitations, cette solution fut écartée, sans doute en raison des bruits inquiétants qui couraient sur Animation-Service60.

Bilan

  • 61 Le Monde, 2-3 déc. 1979, 26 mars 1980 et 18 déc. 1980.
  • 62 Marge d’erreur de + ou - 2 %. L’incertitude tient à une marge d’erreur non négligeable pour les po (...)
  • 63 Source : bases de données MJC, directeurs, et des élections municipales de mars 1971 établies par (...)

29Par bien des aspects, la municipalisation en 1977 des MJC d’Orléans – la plus importante par le nombre d’équipements concernés – achevait un cycle, né dans le contexte de l’après-68 et de la scission de la FFMJC. La fin de la décennie connut bien d’autres conflits entre villes et MJC, mais l’heure n’était plus à la dénonciation des gauchistes. Même Jacques Médecin n’invoquait plus ces motifs, mais prétextait une mauvaise gestion, en 1980, lorsque le conflit latent qui l’opposait aux MJC de Nice entrait de nouveau dans une phase aiguë61. Ces opérations de municipalisations, caractéristiques des deux premiers tiers de la décennie, avaient opposé des MJC marquées à gauche et des municipalités situées à droite de l’échiquier politique, même si cette affirmation demanderait à être nuancée. Or en septembre 1975, les MJC FFMJC et UNIREG avec directeur permanent étaient situées, pour près des deux-tiers, dans des communes administrées par des équipes favorables à la majorité de l’époque : environ 62 % d’entre elles étaient situées dans des municipalités RPR, divers droite ou centristes62. Dans l’échantillon de référence, c’est-à-dire l’ensemble des communes françaises de plus de 20000 habitants en 1975, seules 54,1 % des communes étaient administrées par une municipalité de ce type63. L’héritage de la décennie précédente, où les MJC s’étaient développées de façon préférentielle à droite de l’échiquier politique, restait donc dominant, même si la nouveauté venait du développement de MJC dans des municipalités de gauche, surtout communistes.

Les relations avec les municipalités de gauche

De nouveaux partenaires : les municipalités communistes

  • 64 Parmi les communes de plus de 10 000 habitants, le PCF en administrait 17,2 %, et les MJC se trouv (...)

30Au cours de la première moitié des années soixante-dix, l’implantation des MJC progressa dans les municipalités PCF, seul changement notable de leur géographie politique. Pour 1975, les chiffres révèlent que les Maisons étaient implantées dans les municipalités communistes à un niveau presque conforme à la part attendue64. Surtout un tiers des municipalités communistes de l’échantillon (36 sur 109) possédaient au moins une MJC avec permanent fédéral, alors qu’en 1968, ce n’était le cas que de 19,2 % d’entre elles. Cette progression cadre mal avec l’image habituelle d’un Parti communiste hostile à l’animation socioculturelle, particulièrement dans l’après-mai 68, où celle-ci prenait parfois une tonalité gauchiste. Cette vision mérite d’être nuancée. D’une part, les municipalités communistes étaient confrontées, comme les autres, à un problème simple, mais concret : faire fonctionner les équipements et trouver des animateurs. D’autre part, l’opposition caricaturale animateurs gauchistes contre communistes doit être relativisée, particulièrement dans les MJC. L’historien Jean Chesneaux qui dénonçait, « un art de vivre, le PCF », qui avait été aussi le sien, exprimait, à sa façon, les rapports entre le PCF et les animateurs :

  • 65 Jean Chesneaux, Le PCF, un art de vivre, travail, famille, parti, Maurice Nadeau, 1980, p. 17.

« Le PC, qui avait montré tant de réticence et même d’hostilité envers l’explosion culturelle et politique de Mai 68, a habilement rallié bien des “soixante-huitards” déçus. Souvent sceptiques vis-à-vis de ses initiatives politiques, ceux-ci conservent une sensibilité restée plus proche du gauchisme. Mais ils ont choisi de trouver refuge dans cette grande maison sécurisante. Ils préfèrent “faire quelque chose de concret” dans le domaine socio-culturel ou socio-éducatif sous l’aile du Parti […] Le PC sait être tolérant avec eux, puisqu’en échange ils améliorent son image de marque65. »

  • 66 Rapport sur la MJC pour la municipalité de Romainville par Alcine Salangros, fin 1976. Document ai (...)
  • 67 En 1977, la CGT recueillait 78,1 % des suffrages exprimés et surtout 66,7 % des inscrits.

31Et de fait, tout au long des années soixante-dix, l’influence du parti communiste sur les directeurs de MJC, sans être exclusive, fut très importante. En 1976, une source qui paraît fiable, permet d’estimer que près d’un tiers des directeurs qui étaient employés par la FFMJC étaient membres du PCF66. La CGT, qui comportait aussi, il est vrai, une minorité gauchiste, était en position hégémonique chez les directeurs67. Si l’on ajoutait, enfin, les militants communistes actifs dans les fédérations régionales de MJC, on perçoit mieux les conditions d’implantation des MJC dans les municipalités communistes. Pour l’essentiel, il s’agissait d’affiliations de Maisons de jeunes jusqu’alors municipales à une fédération de MJC. Concrètement, les statuts antérieurs étaient abandonnés au profit des statuts associatifs des Maisons des jeunes et de la culture. Ainsi à Vénissieux en 1973, la MCJ (Maison communale de la jeunesse) devint la MJC. Le directeur fut intégré dans les cadres de la FFMJC, mais maintenu dans la Maison, comme ce fut le cas dans la plupart de ces nouvelles MJC : les municipalités communistes souhaitaient, plus que les autres encore, conserver leur personnel.

  • 68 CR entretien du directeur avec le délégué régional, 18 sept. 1979, arch. FRAL, Lyon.
  • 69 CR de l’AG d’oct. 1974 de la MJC de Vénissieux, arch. FRAL, Lyon.
  • 70 Rapport… par Alcine Salangros, réf. cit.

32À Vénissieux, le choix de l’affiliation à la Fédération régionale des MJC semble avoir procédé d’une volonté d’élargir la vocation de la Maison communale de la jeunesse. Celle-ci était surtout un club de prévention, entaché, de ce fait, d’une image assez négative dans la population. Le besoin d’élargissement était d’autant plus urgent que la structure se trouvait dans une situation très excentrée, même par rapport au secteur de la ville le moins éloigné d’elle, le quartier Démocratie de la ZUP. Le lancement d’une manifestation destinée à rayonner sur l’ensemble de la ville, « les Fêtes d’été de la MJC » devenues « Vénissieux en Fêtes », fut une des premières mesures destinées à mieux intégrer la MJC dans la cité. Puis, des expériences d’activités délocalisées dans la ZUP eurent lieu68. Si la présence ouvrière était plus faible que ce que la sociologie de la commune aurait laissé supposer, les jeunes d’origine étrangère – que la MJC était une des rares à faire apparaître dans ses statistiques – formaient une partie importante du public, ce qui était prévisible, mais aussi des animateurs et des militants, si l’on en juge par la consonance des noms, ce qui l’était moins. L’adjoint au maire, qui présida la structure après son affiliation, rappelait constamment la nécessité pour la MJC de s’intégrer aux structures associatives et militantes de la ville, « de s’entourer de nombreux bénévoles, véritables antennes dans les quartiers, sur les lieux de travail », de proposer des « activités trouvant leurs justifications dans le contexte local69 ». À travers ces déclarations, on percevait une critique discrète de la tendance de la MJC à se comporter comme un lieu d’activités, insuffisamment reliées à la réalité sociale de cette commune de banlieue populaire, critique formulée également par d’autres municipalités PCF70.

  • 71 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre 1944-1983, thèse d’histoire (dir. Antoi (...)
  • 72 Serge Reneau, Politiques…, op. cit., vol. 3 [annexes], p. 115.
  • 73 Serge Reneau, Politiques…, op. cit., p. 585.

33L’affiliation d’équipements aux fédérations de MJC rencontra des limites qui tenaient à la méfiance des municipalités vis-à-vis de la logique de concession d’un service public à une association. Le cas du Havre, première commune PCF de province, était emblématique. La municipalité se distingua par l’importance qu’elle accorda, à partir de 1971, à l’animation des quartiers71. La FFMJC disposait d’une MJC centrale (Porte Océane) dont l’implantation remontait à l’époque de la municipalité de droite-alliance large, en 1963. Elle espérait donc obtenir la gestion de nouveaux équipements. Les négociations n’aboutirent pas, en raison de l’incompatibilité du projet MJC avec les choix municipaux72. La création du réseau des Centres de loisirs et d’échanges culturels (CLEC) fut une initiative entièrement municipale. Si la forme juridique des CLEC était celle d’une association loi 1901, leur gestion était assurée par une régie centrale municipale et les choix pédagogiques étaient harmonisés par l’adjointe en charge du secteur. La géographie des CLEC, exclusivement implantés dans les nouveaux quartiers ouvriers périphériques, révélait la volonté d’assurer au PC une hégémonie dans ces quartiers, alors que le parti souffrait d’une faiblesse structurelle de son appareil local, et notamment de celui des Jeunesses communistes. À l’inverse, la MJC bénéficiait, tout au long des années soixante-dix, d’une réelle autonomie. Serge Reneau souligne que la MJC « n’aura représenté qu’un maillon assez isolé dans le dispositif socio-culturel de la ville. Mais un maillon qui aura su préserver non seulement des formes originales de fonctionnement et d’animation par rapport à des modèles en voie d’uniformisation [NB : les CLEC en particulier], mais aussi des modes de fréquentation et des pratiques des loisirs assez distinctifs73 ». En effet, la MJC, en raison de son implantation dans un secteur valorisé de la ville avait une fréquentation de jeunes, étudiants, techniciens, enseignants, qui expliquait la variété, la qualité mais aussi le caractère socialement sélectif des activités et spectacles proposés. Elle était peu enracinée dans la société locale, ce qui était sans doute une faiblesse, mais avait permis aussi d’éviter la pure et simple instrumentalisation de son activité.

34Au total, la progression de l’implantation des MJC en terre communiste au début des années soixante-dix était indéniable, mais elle restait marquée par des spécificités : la notion de délégation à une association restait étrangère aux conceptions des municipalités et, dans la banlieue rouge, la présence d’un directeur lié à la municipalité restait majoritairement la règle. Il reste que la relative prudence de ces municipalités vis-à-vis des MJC, tenait peut-être aussi à un méfiance, ou plutôt un doute quant à la capacité de ces associations à s’adapter aux réalités de leurs communes. Le mode de fonctionnement des MJC était – schématiquement – fait par et pour des « couches » moyennes. Pouvait-il s’adapter aux classes populaires ? La question était également soulevée dans ces termes à Grenoble, par une municipalité de gauche qui s’efforçait de promouvoir de nouvelles formes d’animation et de participation.

Grenoble : une alternative aux MJC

35De 1965 au milieu des années soixante-dix, Grenoble fut un laboratoire politique et social, particulièrement novateur sur le plan culturel. Aucune grande ville ne mena aussi loin la réflexion dans ce domaine, ni surtout ne mit en œuvre une politique cohérente, aussi originale. Or, Grenoble était également la première commune en France par le nombre de ses MJC (9 équipements) et de ses directeurs (17 postes fédéraux). Les relations entre la seconde municipalité Dubedout (1971-77) et les Maisons y furent conflictuelles, sans toutefois déboucher sur des crises brutales.

Quartier et représentativité74

  • 74 Nous nous appuyons sur l’excellente analyse de Bernard Roudet, « Une politique de jeunesse à l’aun (...)
  • 75 Jacques Joly, Jean-François Parent, Paysage et politique de la ville : Grenoble de 1965 à 1985, Gr (...)
  • 76 « La participation des citoyens au développement urbain », in Pierre Bolle (dir.), L’information, (...)
  • 77 Où figuraient une MJC et un centre social. Entretien avec Simon Barathieu.

36Historiquement, de nombreux militants des MJC grenobloises et des élus municipaux étaient issus d’une même origine : les unions de quartiers qui oeuvraient pour l’amélioration des équipements d’une ville particulièrement mal dotée jusqu’aux jeux olympiques d’hiver. La municipalité SFIO-GAM-PSU élue en 1965 avait logiquement fait des unions ses partenaires privilégiés. Dès la fin du premier mandat cependant, cette relation particulière avec les unions avait été rompue. La création de l’agence d’urbanisme avait eu pour effet secondaire d’entraîner une montée du pouvoir des techniciens, aux dépens des leaders des unions de quartiers. D’autre part, les élus soulignaient la tendance de ces derniers à défendre les intérêts étroits de leur quartier75. Plus profondément, ils relevaient l’incapacité des unions à refléter la sociologie des quartiers : les ouvriers en étaient absents, tandis que les cadres étaient surreprésentés76. À travers la remise en cause du rôle privilégié accordé aux unions, la municipalité était revenue sur l’un de ses postulats : la primauté accordée à la vie associative comme mode d’accès à la citoyenneté. Compte-tenu des liens étroits qui unissaient MJC et unions de quartier, le plus souvent animées par les mêmes militants, la mise à l’écart des unions eut pour effet d’accélérer la fin du quasi-monopole dont avaient bénéficié les MJC dans la politique d’équipement grenobloise, tant sous la municipalité UNR Michallon qu’au cours des premières années Dubedout. Le choix de la municipalité SFIO-GAM-PSU en faveur d’autres formules pour l’animation des quartiers, effective dès la fin des années soixante, apparut très nettement en 1972, lors du lancement de la construction de la Villeneuve de Grenoble, le grand projet du second mandat. Aucune union ne s’implanta dans le quartier et les MJC furent exclues des équipements qui se voulaient polyvalents, dans la lignée de celui qui avait été construit au Village olympique (Prémol)77. Cela n’empêcha toutefois pas la signature, toujours en 1972, d’une convention considérée comme novatrice, entre la Ville et les MJC.

Avec les jeunes les plus amers

  • 78 « Avec les jeunes les plus amers : Grenoble 1972 », Le Monde, 28 déc. 1972.
  • 79 En particulier une enquête sur les équipements de 1971, AM Grenoble 44 W 2.
  • 80 Quelques aspects de l’action spécifique en direction des jeunes, début 1972, AM Grenoble 44 W 2. C (...)

37La mise à l’écart des MJC des nouveaux quartiers trouvait aussi son origine dans le désir qu’avait la municipalité de mener une action en faveur des jeunes les plus marginalisés. Cette orientation décidée au début de la seconde mandature par le nouvel adjoint à la jeunesse, René Rizzardo, tranchait sur la relative indifférence des pouvoirs publics et des associations à cette question, dans les années post-68. Elle s’exprima, entre autres, dans l’opération « Jeunesse de Grenoble 1972 » qui témoignait de la volonté d’« ouvrir un dialogue avec les plus amers » des jeunes78. La stratégie préconisée consistait à sortir du cadre des équipements jugé trop formel, singulièrement des MJC, dont diverses enquêtes municipales mettaient en valeur les limites de l’action79 : « Dans l’esprit d’un grand nombre, et en particulier de jeunes travailleurs, apprentis scolaires en voie de garage, la MJC est assimilée à l’école avec ce que cela suppose de regrets80. »

  • 81 Bernard Roudet, « Une politique jeunesse… », op. cit., p. 177.
  • 82 C’est ce qui transparaît à travers les volumineux dossiers des directeurs concernés. Arch. FRAG Gr (...)

38Cette analyse était inséparable du contexte de graves conflits autour des jeunes qui secouaient alors les MJC dans plusieurs quartiers grenoblois : Prémol, Mistral-Drac et l’Abbaye-Jouhaux. Selon Bernard Roudet, il s’agissait moins de conflits avec les jeunes que de conflits à propos des jeunes81. Face aux jeunes marginaux, s’opposaient très schématiquement deux lignes. Les directeurs de MJC et leur conseil d’administration étaient partisans de traiter les jeunes de manière uniforme, en excluant si nécessaire les « asociaux », tandis que des animateurs non liés à un équipement et des travailleurs sociaux souhaitaient prendre en compte les groupes et les spécificités des jeunes marginaux, en tolérant certaines formes de déviance82. Dans le quartier de Prémol (Village olympique), un autre conflit opposait la MJC à la Maison de l’Enfance et à ses animateurs au sujet de l’action à mener à propos des enfants :

  • 83 Mireille Pongy, « Grenoble et la culture : l’évolution d’une politique locale (1965-1987) », Les C (...)

« [Pour les responsables de la MJC], l’accès à la culture reste un enjeu central ; il s’agit de permettre à ceux qui n’y ont pas accès de l’acquérir ; pour cela apprentissage et techniques sont nécessaires. Pour les [animateurs de la Maison de l’Enfance], l’important est que chaque enfant s’exprime, crée à partir de lui-même et de ce qu’il sent ; pour cela point n’est besoin d’apprendre telle ou telle technique ; au contraire toute volonté de transmettre un savoir est synonyme d’imposition et donc suspecte83. »

  • 84 Bernadette Aubrée, « Une tentative de socialisation-intégration de jeunes travailleurs marginaux d (...)
  • 85 L’opération dont Le Monde, art. cit., dresse un bilan en demi-teinte, se heurta d’une façon généra (...)

39Ces conflits eurent un grand retentissement, car ils avaient une incontestable dimension politique : les directeurs de MJC dénonçaient le « spontanéisme » et la « démagogie » des travailleurs sociaux, tandis que les travailleurs sociaux dénonçaient l’optique « intégratrice » des MJC qui participaient à la perpétuation de la société dominante : ils n’entendaient « pas démarginaliser, mais permettre que la marginalité soit vécue de façon positive84 ». La syndicalisation d’une majorité de directeurs à la CGT transformait le conflit en affrontement politique entre « gauchistes », terme que les éducateurs récusaient et « communistes », qualificatif que les directeurs refusaient. Si cette dimension idéologique était indéniable, il ne faut pas non plus négliger l’opposition, alors très vive, entre deux identités professionnelles : « animateurs d’équipements » contre « travailleurs sociaux ». La municipalité trancha globalement en faveur des seconds. Les MJC étaient l’un des éléments d’une guerre larvée qui opposait la municipalité et la mouvance communiste, par associations interposées. Le boycott, ou du moins la grande indifférence vis à vis de l’opération « Dialogue avec les jeunes », par beaucoup d’institutions où le PCF disposait d’une certaine influence, en avait constitué une autre étape85.

Animation globale

  • 86 Claude Fabrizzio, « La fonction socio-culturelle des équipements de quartier », Les Cahiers de l’a (...)
  • 87 Hubert Dubedout déclarait que le but de la municipalité dans le domaine des équipements était « l’ (...)

40Mue par la volonté de dépasser ces divers blocages et de mettre en œuvre une politique cohérente, la municipalité fut conduite à formuler la doctrine d’une « animation globale » en 1973. Son caractère global découlait d’abord du désir de prendre en compte l’individu dans la totalité de sa personnalité. Concrètement, cela impliquait de coordonner les diverses formes d’action socio-éducative, socioculturelle et sociale, au-delà des frontières administratives et institutionnelles classiques. Cela supposait aussi de chercher à s’adresser à toutes les catégories d’âge. Les équipements « super-intégrés86 » de la Villeneuve constituaient le terrain privilégié pour cette animation. Pour ses concepteurs, elle visait à favoriser la prise de responsabilité et non la simple consommation d’activités de loisirs. À travers la formule, on critiquait explicitement le secteur socio-culturel « classique » et, en premier lieu, les MJC et leur dérive vers le self-service du loisir. Plus fondamentalement encore, la municipalité dénonçait la sacralisation des statuts associatifs, ce qui était une autre pierre jetée dans le jardin des MJC. Pour les élus, il s’agissait d’éviter que les associations de gestion des équipements ne revendiquent un rôle de contre-pouvoir dans les quartiers. Ces projets étaient inséparables des réflexions de la municipalité Dubedout pour promouvoir un échelon politique au niveau du quartier. Outre des considérations générales liées à une perspective « autogestionnaire87 », ces projets répondaient au besoin ressenti par les élus de ne pas laisser le pouvoir dans les quartiers aux seuls professionnels de l’animation.

  • 88 Guy Saez, « Politique de style, politique de ville : Grenoble et Rennes devant la culture », Les C (...)

41Guy Saez a mis en évidence l’opposition philosophique entre les deux projets, lui donnant même une valeur emblématique : d’un côté « les partisans d’une conception formelle de la démocratie et de son apprentissage (dans les MJC par exemple) », de l’autre, « ceux d’une démocratie de projet, d’une démocratie de participation (la politique culturelle grenobloise par exemple88) ». Bernard Roudet a souligné l’opposition entre la conception « jacobine » des MJC dont le projet se référait à un cadre national et la dimension locale de la politique de Grenoble. On soulignera toutefois les points communs entre les deux projets. L’animation globale grenobloise peut être considérée comme l’ultime étape d’une conception qui faisait des équipements le point central d’une animation, même si elle entendait dépasser les équipements qui, dans le cadre de la Villeneuve, étaient fondus dans l’ensemble du tissu urbain. D’autre part, les deux projets étaient fondés sur l’espoir d’une vaste participation du public. Enfin, les deux projets visaient à toucher toutes les catégories, en particulier toutes les catégories d’âges, selon des modalités différentes, il est vrai. En cela, ces deux projets, par-delà leurs divergences, peuvent apparaître comme exemplaires de l’animation socio-culturelle telle qu’elle s’était développée depuis les années soixante.

  • 89 Éric Conan et Claude Domenach, « Partager le pouvoir, l’exemple de Grenoble », Esprit, oct. 1977, (...)

42La réussite du projet de la Villeneuve reposait sur un pari en faveur des animateurs : en substituant aux directeurs de MJC d’autres animateurs moins liés à un équipement ainsi que des travailleurs sociaux, les élus espéraient établir le contact avec les milieux défavorisés. La municipalité formait aussi l’espoir que les populations parviendraient à s’exprimer directement, sans l’écran des associations. Ces espoirs furent déçus et les travers qu’on souhaitait éviter réapparurent, en particulier la faible implication des populations les plus démunies et la mainmise des professionnels. Dès 1977, soit avant-même l’achèvement de la construction de la Villeneuve, l’enthousiasme était déjà en partie retombé89. L’essentiel demeurait cependant qu’une municipalité avait conçu une alternative claire au « projet » MJC et avait tenté de la mettre en œuvre.

Conclusion

43La première moitié des années soixante-dix dans les MJC fut tout entière placée sous la notion de contre-pouvoir dont les significations pouvaient être variées : soit la « conscientisation » gauchiste qui entraîna parfois des conflits spectaculaires avec les municipalités, soit, plus souvent, la volonté de voir le « pouvoir associatif » ou « le pouvoir culturel » être reconnus par les villes. À l’époque où des composantes de la gauche cherchaient des modes alternatifs pour faire de la politique, les Maisons des jeunes et de la culture en raison de leur polyvalence, de leur capacité aussi à incarner un certain air du temps, furent des lieux où des militants expérimentèrent des formes d’actions politiques fondées sur l’espoir d’une large participation de la population à la vie de la cité, dont la Maison était un microcosme. Le succès des MJC tenait à ce qu’elles cumulaient les avantages de l’association indépendante, dont il fallait défendre de façon sourcilleuse l’autonomie, et ceux de l’association institutionnalisée, dont les pouvoirs publics devaient tenir compte, parce qu’elle assurait une forme de service public. Associations de gestion et associations de revendication, les MJC trouvaient donc leur place, d’autant plus qu’elles étaient implantées surtout dans des villes de droite. L’absence, le plus souvent, d’alternative municipale aux MJC facilitait leur succès. Sur ce plan, les municipalisations étaient l’exemple même de décisions négatives : elles supprimaient un mode de gestion associatif, mais ne parvenaient pas à lui substituer un autre mode de gestion. À gauche de l’échiquier politique, l’exemple grenoblois révélait a contrario les difficultés des MJC à s’adapter à un programme municipal original et ambitieux.

44Le lien fédéral avait longtemps permis aux MJC de contrebalancer l’influence locale, en particulier municipale. La relative discrétion des fédérations dans les affaires de municipalisations témoignait d’un relâchement de ce lien, à mettre en rapport avec les difficultés éprouvées par les deux fédérations nationales de MJC au cours des années soixante-dix.

Notes

1 Cité par Jean Laurain, « La FFMJC et ses orientations en 1975 », Études, janv. 1976, p. 73-74.

2 Extrait d’un témoignage écrit de Jean Cambefort que nous remercions.

3 Entretien avec Madeleine Jouanny.

4 Rapport moral pour 1973, archives MJC de Châtellerault. Entretien avec Madeleine Jouanny.

5 Lettre de X, 15 avril 1977, AM Châtellerault, XVI, f 2.

6 Lettre à M. X, 29 janv. 1973, AM Châtellerault, XVI, f 2.

7 Rapport, dos. pers., arch. FRMJC Ile de France, carton 1.

8 C’était l’opinion d’un juriste : André-Hubert Mesnard, « Pour de nouvelles formes de relations entre les collectivités publiques et les associations privées d’intérêt général », Droit social, 1972, n° 3, p. 133-147.

9 Des réflexions parallèles étaient menées dans le cadre du Groupe de recherche et d’éducation pour la promotion.

10 Convention Ville de Colombes-MJC du 6 juil. 1964. AFF.

11 AM Châtellerault, XVI, f 1.

12 « Grasse, l’affaire de la MJC », L’Express méditerranée, 15 janv. 1972, p. 31-32, et CAC 19820784/2.

13 Pour ce qui suit : retranscription d’une interview de Gabriel Vitaux par Franck Lepage en 1994. Celle-ci nous a été fournie avec d’autres documents par Gabriel Vitaux, auquel nous exprimons nos remerciements.

14 Rapport du directeur pour 1973, publié in Le Minotaure, n° 7/8, mars-avr. 1974.

15 Rapport moral 1973. La première communauté Emmaüs naquit à Neuilly-Plaisance.

16 Gabriel Vitaux, « Une expérience… », art. cit.

17 « Faut-il fermer la Maison des Jeunes ? », L’Espoir…, op. cit., n° 5, avril-mai 1973, p. 11.

18 Le Minotaure, n° 5, déc. 1973.

19 Rapport du directeur et rapport moral 1973, le Minotaure, n° 7/8, mars-avr. 1974.

20 Rapport moral 1973, réf. cit.

21 Daniel Leconte in « Culture et politique dans une MJC », Politique Hebdo, n° 270, 23 au 30 mai 1977.

22 Programme de Neuilly-Plaisance en fête in L’Espoir de Seine-Saint-Denis…, art. cit.

23 Daniel Leconte, « Culture… », art. cit.

24 Rétrospective devant le CA de la MJC, 27 juin 1979, in Le Minotaure, sans n°, janv. 1980.

25 Extrait du rapport moral pour 1975 in Le Rat¸ déc. 1975, jan. 1976, n° 11. Souligné par nos soins.

26 Nice-Matin, 9 avril 1972.

27 Le conseiller municipal à l’origine de l’affaire était Jacques Peyrat… Voir Nice Matin du 29 nov. 1969 et Combat, 8 et 9 déc. 1969.

28 Voir Nice Matin, 7 mai 1972 et Michel Amiot et alii, « Conflit de culture, une MJC en milieu urbain populaire », Sociologie du Sud-Est, Aix-en-Provence, n° 9, 1976, p. 3-24.

29 Nice Matin, 6 mai 1972.

30 Ibid. et Le Monde, 18 avr. 1972.

31 Nice Matin, 6 mai 1972.

32 Le Monde, 4 mai 1973.

33 Propos tenus sur France-Inter le 22 mai 1973, retranscrits dans Le Monde, 22 juin 1973.

34 Le Figaro, 5 mars 1975.

35 Le Monde sauf pour Reims (La Croix) et Allauch (presse locale).

36 André Métayer (délégué FRMJC), Conflits entre associations d’éducation populaire et municipalités, révélateurs de la nature même de l’animation socio-éducative et culturelle, TER de sc. sociales du Travail, univ. Paris 12, 1977, qui traite de cinq cas de crises ouvertes dans l’Ouest.

37 Maire de Viry-Châtillon, Le Monde, 14 fév. 1975.

38 Christian Colombani, « Les débordements de la culture populaire », Le Monde, 28 sept. 1977.

39 Ibid.

40 Conseil municipal, séance du 28 juil. 1977, p. 867. AM Orléans. Il s’agissait de voyages à faible coût proposés à des personnes âgées, par la MJC des Carmes.

41 Conférence de presse de Pierre Juquin le 10 juin 1974. Pierre Juquin était le député communiste de la circonscription. Archives Jean-Jacques Mitterrand.

42 Conseil municipal, séance du 29 juillet 1977, p. 865-874. AM Orléans.

43 La sixième, avait vu le jour en 1974 dans le quartier des Blossières, à l’initiative de militants hostiles à la municipalité, mais aussi à l’AOMJC, rejointe contre leur gré.

44 Communiqué, République du Centre, 28 avr. 1977.

45 Assemblée générale de l’AOMJC, AM Orléans, 5 R 51.

46 Ce qui était partiellement faux car l’AOMJC avait déjà publié des communiqués.

47 Notes réunions du 18 août 1977, AM Orléans, 5 R 51.

48 Christian Colombani, art. cit., Le Monde, 28 sept. 1977.

49 Antoine Prost, « Où sont les libertés ? », La Tribune d’Orléans, 4e trim. 1977, p. 2.

50 La République du Centre, 19 sept. 1977. Le PSU et le PCF s’affrontèrent à ce sujet sur front de rupture de l’Union de la gauche, pratiquement acquise à la mi-septembre.

51 Ce qui était partiellement faux, car ils étaient alors administrés par des associations où les usagers étaient majoritaires. Mais, il était vrai que ces associations n’étaient pas affiliées à des fédérations nationales.

52 Titre de l’article de la République du Centre, 17 oct. 1977.

53 Théâtre de l’Unité : www.ifrance.com/theatredelunite

54 La Nouvelle République, 12 juin 1978.

55 Lettre du maire à la directrice du bureau d’aide sociale, 10 oct. 1977, AM Orléans, 5 R 51.

56 Régis Guyotat, « Animation-Service sur la sellette », La Tribune d’Orléans¸ 4e trim. 1977, p. 11.

57 Le Monde, 23 et 30 sep. 1980.

58 L’étude coûta 75 000 F, pour un résultat qui tient sur 15 p. (interligne triple). Le rapport de la Cour des Comptes en 1982 était extrêmement critique. AM Orléans 5 R 48.

59 Association des centres d’animation et de loisirs. Statuts élaborés en fév. 1979, sous la municipalité Gaston Galloux. AM Orléans 5 R 51.

60 Mises en garde ministérielles, semble-t-il. Décision n° 4 bis du conseil municipal du 21 déc. 1978.

61 Le Monde, 2-3 déc. 1979, 26 mars 1980 et 18 déc. 1980.

62 Marge d’erreur de + ou - 2 %. L’incertitude tient à une marge d’erreur non négligeable pour les postes.

63 Source : bases de données MJC, directeurs, et des élections municipales de mars 1971 établies par nos soins à partir des résultats publiés par Le Monde.

64 Parmi les communes de plus de 10 000 habitants, le PCF en administrait 17,2 %, et les MJC se trouvaient à 15,2 % dans des communes communistes.

65 Jean Chesneaux, Le PCF, un art de vivre, travail, famille, parti, Maurice Nadeau, 1980, p. 17.

66 Rapport sur la MJC pour la municipalité de Romainville par Alcine Salangros, fin 1976. Document aimablement fourni par Alcine Salangros.

67 En 1977, la CGT recueillait 78,1 % des suffrages exprimés et surtout 66,7 % des inscrits.

68 CR entretien du directeur avec le délégué régional, 18 sept. 1979, arch. FRAL, Lyon.

69 CR de l’AG d’oct. 1974 de la MJC de Vénissieux, arch. FRAL, Lyon.

70 Rapport… par Alcine Salangros, réf. cit.

71 Serge Reneau, Politiques et pratiques culturelles au Havre 1944-1983, thèse d’histoire (dir. Antoine Prost), IEP Paris, 2002, t. II, p. 342.

72 Serge Reneau, Politiques…, op. cit., vol. 3 [annexes], p. 115.

73 Serge Reneau, Politiques…, op. cit., p. 585.

74 Nous nous appuyons sur l’excellente analyse de Bernard Roudet, « Une politique de jeunesse à l’aune de la citoyenneté : Grenoble années soixante-dix », in Geneviève Poujol (dir.), Éducation populaire : le tournant des années soixante-dix, L’Harmattan, 2000, p. 165-211, complétée par des éléments tirés des Archives municipales de Grenoble et de la FRAG.

75 Jacques Joly, Jean-François Parent, Paysage et politique de la ville : Grenoble de 1965 à 1985, Grenoble, 1988, p. 73-74.

76 « La participation des citoyens au développement urbain », in Pierre Bolle (dir.), L’information, l’éducation et la participation des citoyens dans les processus de développement urbain, Rapport de recherche du ministère de l’Équipement et du Logement, déc. 1968, ronéo, en particulier p. 38-41.

77 Où figuraient une MJC et un centre social. Entretien avec Simon Barathieu.

78 « Avec les jeunes les plus amers : Grenoble 1972 », Le Monde, 28 déc. 1972.

79 En particulier une enquête sur les équipements de 1971, AM Grenoble 44 W 2.

80 Quelques aspects de l’action spécifique en direction des jeunes, début 1972, AM Grenoble 44 W 2. C’est nous qui soulignons.

81 Bernard Roudet, « Une politique jeunesse… », op. cit., p. 177.

82 C’est ce qui transparaît à travers les volumineux dossiers des directeurs concernés. Arch. FRAG Grenoble et FRMJC Nancy.

83 Mireille Pongy, « Grenoble et la culture : l’évolution d’une politique locale (1965-1987) », Les Cahiers de l’animation, n° 61-62, 3e-4e trim. 1987, p. 271.

84 Bernadette Aubrée, « Une tentative de socialisation-intégration de jeunes travailleurs marginaux dans un quartier populaire », Les Cahiers du cinéma, n° 247, juil-août 1973, p. 52, repris dans Bernard Miège, Jacques Ion, Alain-Noël Roux, L’Appareil d’action culturelle, Éditions universitaires, 1974, 298 p.

85 L’opération dont Le Monde, art. cit., dresse un bilan en demi-teinte, se heurta d’une façon générale aux institutions et rencontra un succès limité chez les jeunes, en dépit d’aspects novateurs.

86 Claude Fabrizzio, « La fonction socio-culturelle des équipements de quartier », Les Cahiers de l’animation, n° 21, 3e trim. 1978, p. 35-51.

87 Hubert Dubedout déclarait que le but de la municipalité dans le domaine des équipements était « l’autogestion » dans Preuves, n° 6, 1971, cité in Jacques Joly, Formes urbaines…, op. cit., p. 35.

88 Guy Saez, « Politique de style, politique de ville : Grenoble et Rennes devant la culture », Les Cahiers de l’animation, n° 41, 1983, p. 88.

89 Éric Conan et Claude Domenach, « Partager le pouvoir, l’exemple de Grenoble », Esprit, oct. 1977, p. 110-118, soulignaient l’absence de participation des populations concernées.

Table des illustrations

Titre Tableau 13. – Articles consacrés aux conflits entre MJC et municipalités par Le Monde (1970-1981).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4089/img-1.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre Tableau 14. – Principales crises ouvertes entre les MJC et les municipalités.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4089/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Légende Sources : dossier de personnels ou de MJC (fédérations régionales de MJC), dossiers de MJC constitués par le SEJS, CAC 19820784/2 à 4, Le Monde.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4089/img-3.png
Fichier image/png, 22k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search