Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants

 | 
Cécile Boulaire

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Pascal DAYEZ-BURGEON, La Relique impériale, 1990.
  • 2 Karen CUSHMAN, Le Livre de Catherine, 1998.
  • 3 Michel TOURNIER, La Couleuvrine, ill. Claude LAPOINTE, 1994.
  • 4 LUDA, Colin, brigand au grand cœur, ill. Boiry, 1994.
  • 5 ELZBIETA, Grimoire de sorcière, 1990.

1L’homogénéité de ce corpus de livres pour enfants, si elle a le mérite de donner du sens à l’abondance des récits moyenâgeux, risque de donner l’impression fausse de la monotonie. Certes, nombreux sont les romans historiques convenus, répétitifs ou pauvres. Mais les nécessités de l’exposé, obligeant à simplifier, m’ont hélas souvent conduite à passer sous silence des textes auxquels il faut que je rende brièvement justice ici. J’ai ainsi dû laisser de côté, à regret, l’extraordinaire roman épistolaire de Pascal Dayez-Burgeon, La Relique impériale1, dans lequel plus de trente-cinq correspondants échangent des lettres savoureuses au sujet d’une relique circulant de Byzance à Paris. J’ai passé sous silence le très attachant journal intime inventé par Karen Cushman, Le Livre de Catherine2, où une adolescente délurée du xiiie siècle anglais s’insurge contre les projets matrimoniaux fomentés par son père, à grand renfort de jurons et sans fausse pudeur. J’ai trop peu parlé de La Couleuvrine3, bref récit de Michel Tournier mettant aux prises l’austère intendant Jérôme Faber, son impétueux fils Lucio et le gargantuesque capitaine anglais Exmoor. Il s’agit d’une fable enlevée sur le rôle du hasard et la prétention des hommes qui veulent s’y soustraire. Je n’ai rien dit de Colin, brigand au grand cœur4, un très bref conte dû à la plume de Luda qui, de manière à la fois tendre et facétieuse, raconte deux tours joués dans le Paris médiéval par un malandrin au grand cœur et un pauvre hère criblé de dettes. Je n’ai pas trouvé place non plus pour le superbe Grimoire de sorcière5 inventé par Elzbieta, et qui mêle courts récits à la manière des exempla médiévaux, et gravures inspirées du Roman de Fauvel ou d’Albrecht Dürer. Il faudrait consacrer à chacun d’entre eux une analyse minutieuse, qui tirerait parti de leur marginalité au sein de ce corpus. Romans sans chevalier, ils se distinguent d’autant mieux dans la masse de ces récits obsédés de chevalerie.

2Ce Moyen Âge d’enfance est donc bien lieu commun, dans tous les sens du terme. Parce qu’il est fait de stéréotypes. Parce qu’il se répète, sans génie la plupart du temps. Parce qu’il est l’occasion d’un immense consensus, aussi bien de la part des centaines d’auteurs envisagés, que des diverses instances d’accompagnement du livre jeunesse (éditeurs, libraires, critiques, bibliothécaires, enseignants, parents).

3Mais, au-delà, il me semble que ce Moyen Âge est d’abord et avant tout le lieu d’un plaisir commun. Il est fait pour des enfants, mais à l’évidence les adultes éprouvent une satisfaction certaine à le faire vivre ainsi. Il suffit de repérer, parmi les auteurs, ceux qui, après un premier récit moyenâgeux, n’ont pu s’empêcher d’en écrire un deuxième, puis un troisième, puis un autre encore... Ce Moyen Âge tout d’invention est incontestablement le lieu d’une rencontre entre plaisir de lecteur et plaisir d’inventeur, entre enfants et adultes. Comment expliquer sinon que les “fêtes médiévales” organisées un peu partout en France attirent autant d’adultes que d’enfants ? Comment expliquer que, des décennies durant, quelques fabriques de jouets aient proposé les mêmes châteaux forts à leurs clients, de sorte que les pères et grands-pères puissent offrir des jouets identiques à ceux qui avaient enchanté leur enfance ? Ce Moyen Âge perpétuellement remis en scène à destination de l’enfance apparaît en effet comme le lieu utopique de l’abolition du temps. Sous couvert d’une plongée dans un passé commun, “à jamais disparu”, pour reprendre les termes d’Elzbieta, il permet la fusion des générations au sein d’une fiction joyeuse, simple, archaïque et positive. Moins repoussoir que refuge, ce Moyen Âge livresque, tout en héroïsme et en aventures, ne serait-il pas un des rares espaces encore accessibles à l’adulte désireux d’oublier son “irréversible exil de l’enfance” ?

Notes

1 Pascal DAYEZ-BURGEON, La Relique impériale, 1990.

2 Karen CUSHMAN, Le Livre de Catherine, 1998.

3 Michel TOURNIER, La Couleuvrine, ill. Claude LAPOINTE, 1994.

4 LUDA, Colin, brigand au grand cœur, ill. Boiry, 1994.

5 ELZBIETA, Grimoire de sorcière, 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540