Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants

 | 
Cécile Boulaire

Produire du Moyen Âge pour enfants

Introduction

Texte intégral

  • 1 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Plon, 1996.

1Je m’interrogeais, au début de cette étude, sur le “goût du Moyen Âge” (pour reprendre le titre de l’étude de Christian Amalvi1) manifesté par les enfants. La taille impressionnante de mon corpus n’est en effet pas cause, mais symptôme de cet intérêt de l’enfance — de même que le succès récent des Visiteurs traduit, plus qu’il n’induit, une fascination résurgente pour notre passé médiéval

2Les pages qui précèdent ont permis d’apporter un embryon de réponse à cette question. Ces récits pour la jeunesse trouvent dans un Moyen Âge entièrement recomposé le lieu où développer en actes quelques-uns des désirs de l’enfance, explicites ou secrets. Cependant, reflets d’un travail fantasmé de maturation du petit enfant, ces récits ne sont pas le produit d’une sensibilité enfantine, mais au contraire l’aboutissement d’un travail d’adultes : auteur, éditeur, illustrateur, traducteur... À l’inverse en effet de ce qui se passe pour la littérature dite “générale”, il y a en littérature de jeunesse une complète distorsion entre l’espace de la création et de production de l’œuvre, entièrement composé d’adultes, et l’espace de la lecture que se partagent adultes et enfants. La littérature enfantine est une littérature à récepteurs multiples. Ce qui fait qu’elle ne peut en aucun cas trouver sa justification dans le seul désir d’un lectorat enfantin.

3Comment ces livres résolvent-ils la délicate question du double destinataire du récit pour enfants ? Quel(s) intérêt(s) les adultes ont-ils à favoriser le développement de cette littérature ? Que nous disent ces récits sur le monde des adultes qui les produit ? En somme, pouvons-nous trouver, dans l’observation, non seulement des récits, mais aussi des livres eux-mêmes, dans leur matérialité, un début d’explication à la place écrasante que tient le Moyen Âge dans notre production éditoriale, dans notre environnement culturel, dans nos rêves ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles cette deuxième partie va tenter d’apporter des réponses.

Notes

1 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Plon, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540