Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants

 | 
Cécile Boulaire

Le Moyen Âge est un pays

Événements

Testo integrale

1Le décor et les figurants sont peut-être un peu trop minutieusement apprêtés, un peu trop soigneusement répartis les uns en fonction des autres, pour qu’on puise à ce stade imaginer que les aventures se développeront tous azimuts, conduites par l’invention et la fantaisie. Il ne s’agit pas ici de dresser le catalogue des détails d’époque réitérés de récit en récit, mais de voir en quoi le tout petit nombre d’événements évoqués dans ces fictions dessine très précisément les contours d’un Moyen Âge tout à la fois enfantin et rigoriste.

2Ces événements pourraient une nouvelle fois se répartir en deux catégories. D’un côté, ceux qui constituent une scène à proprement parler, que j’appellerai ici macro-événements. Ils engagent plusieurs personnages, mais le héros surtout y tient une place centrale. Le décorum compte pour beaucoup ; l’événement se doit d’être spectaculaire. Enfin, il occupe une place stratégique au sein du schéma narratif, c’est un nœud dramatique qui engage la destinée du héros — d’où suspense, coups de théâtre. D’un autre côté, les micro-événements. Ils ne constituent pas une séquence, leur absence ne perturbe pas le déroulement narratif, ils ne font pas forcément intervenir le héros à titre de protagoniste, mais sont cependant indispensables au récit moyenâgeux, car ils en garantissent la “couleur locale”. Le Moyen Âge-pays prend vie dans la succession de ces scènes à faire.

3Les micro-événements, à première vue de moindre importance, jouent un rôle pourtant capital dans ces récits. C’est à eux qu’on doit toute l’atmosphère propre à ce Moyen Âge-pays, renvoyant directement au destinataire de ces récits moyenâgeux : l’enfant.

Un Moyen Âge pour les enfants : micro-événements

4Ces micro-événements constituent un ensemble très hétérogène de petits clichés dont la superposition donne sa profondeur au Moyen Âge réinventé par ces livres. Petits détails plus ou moins anachroniques, ils donnent de cet univers une image joyeuse et décontractée. Au Moyen Âge, on savait s’amuser.

La quintaine

5L’un de ces passages obligés, c’est par exemple le jeu de la quintaine. À vrai dire, ce n’est pas un jeu : plutôt un exercice destiné aux écuyers et aux chevaliers, et qui consiste à affronter, à la lance et à cheval, un mannequin mobile qui pivote et assomme les cavaliers maladroits. Un exercice sans enjeu : l’écuyer qui échoue trouve dans cette mince humiliation l’énergie de se surpasser le jour où l’adversaire n’est plus de bois. Et celui qui s’y montre adroit jouit un instant de la reconnaissance et de l’admiration qu’un chevalier doit légitimement inspirer. Ce ne peut être l’occasion ni d’un triomphe, ni d’une révélation, ni d’une catastrophe. Un amusement sans conséquence, et pourtant presque systématiquement évoqué.

Voilà que, cessant l’entraînement, l’écuyer apportait pour son maître un lourd et haut mannequin de bois, à la main prolongée d’une massue. Jehan n’avait jamais vu de quintaine, et c’est avec intérêt qu’il observa le chevalier, toujours monté, brandissant un épieu, se lancer au-devant du bonhomme de bois. Jehan avait compris le jeu : si le chevalier atteignait le mannequin en plein cœur, tout se passait bien. Si par malheur l’attaquant ratait son coup, la quintaine, pivotant sur elle- même, allait, d’un terrible coup de bâton, le désarçonner ! (p. 36)
Suzanne SENS, Jehan du Besiau, 1991.

16. L. SAUREL, Montjoie ! Saint-Denis !, 1957, p. 13.

17. Germaine LARY, La Grande Promesse, 1948, p. 24.

6Un détail gratuit donc, qui compte pour rien dans l’économie du récit, et dont on pourrait largement se dispenser, à ceci près qu’il fait Moyen Âge. Faut-il aussi attribuer cette séduction à l’exotisme du mot lui-même ? Aucun jeune lecteur ne peut prétendre ignorer de quoi est faite la dite quintaine, et comment on s’en sert. Et le fait que ce détail soit repris de récit en récit ne fait que l’accréditer davantage.

L’école

7Que la quintaine soit un exercice destiné à la formation de jeunes garçons explique en grande partie sa présence dans des romans qui s’adressent à l’enfance. À des lecteurs eux-mêmes, au quotidien, en situation d’apprentissage, on montre des futurs chevaliers en train d’apprendre leur métier. C’est aussi ce qui justifie la présence d’un autre motif très fréquent : celui de l’école. On est ici très loin de la réalité historique. Quelle fraction de la population enfantine au Moyen Âge a pu bénéficier d’une instruction de type scolaire ? Et pourtant, nombreux sont les jeunes héros qui savent lire. Certains ont reçu l’enseignement d’un “précepteur” particulier — leur statut dans la hiérarchie féodale rend ce subterfuge sinon crédible, du moins acceptable. D’autres, de façon tout à fait extraordinaire, sont parvenus, malgré leur basse extraction, à apprendre à lire et à écrire, alors que tout leur entourage est analphabète. Au mépris de toute vraisemblance, c’est le plus souvent le curé du village qui assure cet enseignement privé — une représentation des choses qui évoque davantage le xixe siècle que le Moyen Âge !

Quand l’enfant eut disparu dans la nuit, le curé referma lentement la porte. […] Il venait de perdre son enfant, celui qu’il avait élu entre tous, celui à qui il avait appris à lire. (p. 14)
Evelyne BRISOU-PELLEN, La Cour aux étoiles, 1982.

8A travers ce motif de l’alphabétisation (certes, ponctuelle) des jeunes héros, cette littérature conforte donc les valeurs de l’Ecole républicaine. Parfois même c’est la salle de classe tout entière qui se trouve transportée en plein Moyen Âge :

La salle basse était sombre et triste. La chaire du maître au fond, contre un mur gris, dominait la masse bruyante des élèves. Eux, assis par terre sur des jonchées de paille, commençaient à travailler. (p. 54)
Suzy ARNAUD-VALENCE, L’Homme au chaperon vert, 1965.

  • 1 Plusieurs romans tentaient par exemple de projeter au Moyen Âge le quotidien des lecteurs présumés (...)

9Ainsi à travers l’exemple de l’école et de l’apprentissage de la lecture, on entr’aperçoit donc l’une des caractéristiques de cette littérature destinée aux enfants : elle cherche à tout prix à susciter la connivence du lecteur, n’hésitant pas pour cela à sacrifier la rigueur. Ce constant souci d’assimiler l’univers décrit au quotidien du destinataire, déjà visible dans les romans moyenâgeux publiés au xixe siècle1, devient donc systématique dans cette seconde partie du xxe siècle.

Jeu de dés, jeu d’échecs

10Après l’étude, le délassement. On s’attend légitimement à ce que ces récits fassent une place aux jeux, puisque l’enfance est l’âge du jeu. Pourtant, si quintaine et salles de classe mettent en scène de petits héros de l’âge des lecteurs, les personnages qui jouent dans ces récits sont cette fois bien plus souvent des adultes. C’est que le jeu, paradoxalement, semble ici très sérieux, sinon dans sa pratique elle-même, du moins dans la symbolique qu’il développe. Deux jeux surtout retiennent l’attention des auteurs : le jeu de dés, et le jeu d’échecs.

11Dés et échecs forment un couple antagoniste : on joue aux uns ou aux autres, selon qui on est. Mais (ce n’est plus une nouveauté pour nous qui connaissons les habitants de ce Moyen Âge) on ne peut pas jouer aux deux à la fois, car l’un est bon, l’autre mauvais. À chacun les distractions qu’il mérite. Ainsi, même si ce ne sont pas les enfants qui jouent, le discours qui accompagne cette représentation de l’univers ludique s’adresse bien, lui, aux enfants.

12Est-ce un souvenir des soldats romains qui se disputaient la tunique du Christ et la jouèrent finalement aux dés ? Le jeu de dés est extrêmement déprécié. Il est associé à la paresse, à la débauche, à l’ivrognerie, et même au crime — on ne s’étonnera donc pas de voir y jouer dans les tavernes.

Bertrand avait jeté à terre son chapeau. Son visage avait un air un peu hagard. Il s’était fait apporter un pichet de vin qu’il vida d’un trait. Il en commanda un second qu’il vida de même. Puis il frappa du poing sur la table et réclama un jeu de dés. (p. 54)
Jacqueline MIRANDE, Sans Nom ni blason, 1984.

13Mais ce qui fait du jeu de dés une distraction dont on se méfie, ce n’est pas, semble-t-il, qu’il livre le joueur au seul hasard. C’est, bien plus, son lien avec l’argent, un tabou très fort dans cette littérature destinée à la jeunesse. Pire encore que la simple référence à l’argent : l’idée qu’on puisse jouir d’un argent acquis sans travail. Il pèse encore, sur cette littérature enfantine de la fin du xxe siècle, une morale puritaine qui condamne le jeu de hasard au nom d’une logique qui n’a pourtant plus cours dans la société contemporaine. D’ailleurs, pour ne pas présenter aux jeunes lecteurs l’exaltation du gain facile, les personnages sont poursuivis par la malchance. Et tous perdent aux dés ce qu’un patient travail avait permis d’amasser :

C’était là que Gauthier menait joyeuse vie et perdait aux dés en quelques heures ce que les paysans avaient mis des mois à gagner. (p. 69)
Claude CENAC, Demain l’an mil, 1976.

14D’ailleurs les dés évoquent presque toujours le monde de la triche. Ainsi nos héros ne perdent-ils pas à cause du seul hasard, mais bernés par de malhonnêtes personnages que l’appât du gain pousse vers ces jeunes innocents. On voit que, même lorsqu’il est question de jeu, cette littérature ne perd jamais de vue la rigoureuse dichotomie de son univers, qui isole mauvaises gens et mauvaises pratiques.

- Inutile de vouloir monter sur tes grands chevaux. Tu n’as plus de destrier, ne l’oublie pas ! Tu l’as perdu au jeu, après t’être fait berner comme un enfant avec des dés pipés. (p. 15)
Marc MICHON, L’Anneau d’or de messire Bertrand, 1957.

15Les dés, jeu pervers qui livre celui qui s’y adonne au hasard, à la passion, et à la cupidité de tricheurs, introduit au monde des mauvais penchants, du vol, de la violence, et même du crime, comme on peut le voir dans Le Chevaucheur de Provence de Jean-Côme Noguès, où une dispute entre joueurs dégénère en tentative de meurtre.

16Parmi les micro-événements qui font de ce Moyen Âge de livres un monde spécifiquement destiné à l’enfance, un autre jeu fait donc pendant au jeu de dés. C’en est même l’exact inverse. Le jeu d’échecs ignore l’argent ; il ne laisse pas de place au hasard ; il requiert concentration et réflexion, si bien qu’on ne peut s’y adonner à la taverne. Est-ce d’ailleurs encore un jeu ? Seuls des personnages très raisonnables s’adonnent aux échecs.

Philippe et son oncle promènent des figurines d’ivoire sur un damier. Ils jouent aux échecs avec autant d’attention et d’ardeur que s’ils montaient à l’assaut d’une forteresse. (p. 174)
Suzanne SENS, Mémoires d’Hubert, écuyer de Janville, 1988.

17Le jeu d’échecs est d’ailleurs si peu un jeu, qu’il sert souvent à autre chose dans ces récits : à compter, à comprendre les enjeux de la politique, à dénouer les fils d’une intrigue policière, à éclairer une stratégie matrimoniale. Une métaphore à l’ample champ d’application.

Guillaume rapprocha de nous le coffret où il gardait son jeu d’échecs et commença à disposer les pièces.
- Ici, Jean de Bourgogne, là, Louis, d’Orléans : ces deux cavaliers. Le cavalier noir, Jean de Bourgogne, a pour allié le prince-évêque de Liège, Jean de Bavière, disons… le fou noir, sur cette case. D’accord ? La tour noire, à côté, représente sa ville. Et les pions, ce sont les Liégeois. Le camp noir est bien fort, comme tu le vois. Mais voilà qu’il perd ses pions et sa tour…
- Que voulez-vous dire ?
- Les Liégeois se soulèvent, et Jean de Bavière, le fou, doit quitter la ville. (p. 41)
Renaud BEZOMBES, Le Manuscrit oublié, 1990.

  • 2 Michel TOURNIER, La Couleuvrine, 1994.

18La plupart des récits ne vont malheureusement pas plus loin que la métaphore. D’une opposition si riche entre échecs et dés, on aurait pu tirer davantage — et seul Michel Tournier, dans La Couleuvrine2,dépasse avec talent les limites de cette dichotomie trop simpliste. Mis à part cette exception, ces dizaines de récits pour enfants se contentent de juxtaposer et d’opposer superficiellement les deux jeux, n’en tirant au plus qu’une réflexion moralisatrice sur l’honnêteté, le labeur et l’honorabilité.

19Il s’agit donc bien d’un monde pour enfants. La peinture des activités enfantines se double toujours d’un pesant discours moral qui classe définitivement ces pratiques selon un ordre simpliste. Cette collection de micro-événements semble donc finalement moins anecdotique qu’à première vue. Elle signale, pour qui l’aurait oublié, que la littérature enfantine n’a jamais d’existence gratuite ; et qu’elle semble toujours devoir être, au moins, porteuse de valeurs morales. Qui plus est, cet effort de moralisation se fait une nouvelle fois au détriment de l’exactitude historique puisque jusqu’au xive siècle le jeu d’échecs est lui aussi condamné par l’Église…

Foires et fites (avec ours)

20Quintaine, école, jeux : il n’a jusqu’ici été question que d’activités qui renvoyaient le lecteur à sa propre expérience d’enfant. De ce fait, le Moyen Âge de ces lectures prenait un petit air de cour de récréation. On va le voir maintenant transformé en gigantesque kermesse. Décidément, au Moyen Âge, on savait s’amuser.

21On se souvient de la fête des Fous qui formait le fond de Notre-Dame de Paris. Ce déferlement carnavalesque semble avoir pour longtemps marqué les imaginations : les villes médiévales de ces récits moyenâgeux sont perpétuellement en fête ! C’est parfois le carnaval, avec son cortège de transgressions ludiques et dérisoires propres à séduire les enfants :

Parvenue au but de son pèlerinage à none sonnante, Marie tomba dans un monde de fête bien profane. C’était jour de carnaval et l’Église, avant que le peuple n’entre en carême, tolérait tous les débordements. Marie et son compagnon croisèrent l’évêque des fous, monté sur un âne, portant la mitre et le bonnet des fous de cour.
Il venait d’être nommé roi du carnaval et entrait dans la ville par la grande porte, en tête d’un cortège déchaîné d’hommes déguisés en bêtes et de personnages masqués. Le vin coulait aux fontaines et tout ce petit monde semblait déjà bien éméché. (p. 181)
Michèle RESSI, Le Roman de Marie, 1988.

22Déguisement, vacarme, abondance : les ingrédients de la fête enfantine sont réunis dans ce Moyen Âge en carnaval. Et lorsque ce n’est pas la saison, on trouve toujours un prétexte pour jeter les jeunes héros au milieu d’une foule en liesse. Ce peut être le sacre d’un roi, l’entrée d’un seigneur dans sa ville, un départ en campagne… Mais l’inévitable événement populaire, c’est la foire, dans laquelle se mêlent badauds, commerçants, bateleurs. Événement moyenâgeux par excellence, la foire imprègne tout ce corpus de son atmosphère chaleureuse, entraînant une débauche de descriptions enthousiastes : rues pavoisées, vin et nourriture, odeurs alléchantes, brouhaha, musique, attractions…

Enfin arriva le matin du grand jour. Le temps était beau. On avait tendu des guirlandes de lierre autour des ormes de la place, planté de jeunes sapins devant les auberges et les boutiques. Toutes les enseignes de fer ou de cuivre, frottées et huilées, rutilaient. On avait même poussé au loin avec des balais de bouleau les ordures et punaises qui, d’habitude, encombraient la rue. Une rumeur joyeuse emplissait le bourg réveillé dès le point du jour. (p. 149)
Albert ROYER, Le Petit Page, 1951.

23Il y a surtout un détail dont aucune fête moyenâgeuse ne saurait se passer : l’ours savant, présent dans presque tous les romans parus depuis 1945.

Sa plaisante frimousse, ses fins cheveux de damoiseau, la joliesse de ses souris attiraient plus les badauds que le lourd dandinement de l’ours. (p. 142)
Paul-Jacques BONZON, Le Jongleur à l’étoile, 1948.

C’est ainsi qu’ils rencontrèrent un montreur d’ours dont la bête, soigneusement muselée, dansait gauchement au rythme d’un tambourin. (p. 72)
Henry TREECE, La Croisade des enfants, 1961.

Plus loin, un ménestrel joue de la viole, une chèvre danse au son d’une flûte, un ours tape sur un tambourin, des singes sautillent un peu partout. (p. 28)
Henriette BICHONNIER, Emilie et le crayon magique, 1979.

- Et si c’était celui qui s’est échappé pour la fête de la Saint-Jean ? Tu sais, l’ours dressé du jongleur Jean-Le-Nez… (p. 9)
Robert BOUDET, Sous La Menace de la bête, 1987.

Parmi la foule des passants, aux approches du soir, ses pas le menèrent à une place où un montreur d’ours attirait les badauds. (p. 183)
Jean-Côme NOGUÈS, Le Chevaucheur de Provence, 1996.

24L’ours que l’on voit ici, c’est sans doute l’animal fétiche de l’enfance, celui qui, à travers les figurines en peluche, est souvent le tout premier des confidents. L’animal anthropomorphe est alors totalement dépouillé de son caractère sauvage. Ses formes s’arrondissent, sa tête est surdimensionnée, pour le faire ressembler aux enfants qu’il accompagne. Peut-être faut-il alors voir, dans cette réitération quasi obsessionnelle des scènes-de-fête-avec-ours, un signe de connivence adressé, à travers le jeune lecteur, au petit enfant qu’il était quelques années auparavant.

25Mais peut-être cet ours savant, muselé, dompté, est-il aussi encore un peu une bête sauvage, tout juste vaincue par l’homme. Il serait alors une figure complémentaire du loup des forêts. Bête qui effraie, bête dont la domination par l’homme rassure, l’ours est le sauvage dompté introduit au cœur des cités pacifiques.

26Pourtant, malgré cette richesse de significations, ces dizaines d’ours muselés me semblent constituer avant tout ici un détail d’époque sans force symbolique, un motif convenu sur lequel on ne s’arrête plus. L’ours savant est là, comme tant d’autres détails, pour la couleur locale. Qu’importe le fondement historique de l’image. D’ailleurs, le montreur d’ours ne paraît pas être un personnage typiquement et exclusivement médiéval. On en voyait encore en France au début du siècle. C’est donc l’exemple même du cliché.

27Qu’importe : détail symbolique qui rattache cet ours aux peluches de la petite enfance, ou simple cliché répété par commodité ou paresse, l’ours participe de cet ensemble d’événements sans portée narrative, dont l’accumulation dessine un univers spécifiquement enfantin.

Un ordre immuable : macro-événements

28Ces romans moyenâgeux pleins de foires, de jeux et de spectacles nous parlent donc moins du Moyen Âge qu’ils n’inventent, pour notre plaisir, un pays merveilleux et rassurant, où la fête domine. Et si le crayon bavard du roman d’Henriette Bichonnier s’en étonne, c’est qu’il n’a pas lu suffisamment de romans :

“Jamais je n’aurais cru le Moyen Âge si amusant !” dit le crayon médusé. (p. 28)
Henriette BICHONNIER, Émilie et le crayon magique, 1979.

29Pourtant ce Moyen Âge-pays n’est pas tout entier construit sur le modèle de la foire bruyante et brouillonne. Au contraire, les actions des personnages répondent en réalité à des contraintes aussi rigides que la réartition géographique et la typologie des personnages.

30Ces macro-événements, scènes qui engagent les principaux protagonistes du récit et font avancer l’action, se répartissent sur un plan non hiérarchique, mais tout simplement chronologique. On ne compte que quatre macro-événements récurrents. Ils concernent tous la destinée, on pourrait même dire la carrière, d’un chevalier. Adoubement (avec son pendant mineur : l’affranchissement), tournoi, bataille, prise de château : voilà le parcours que, chaque fois, le récit moyenâgeux tente de faire suivre à son lecteur. Et les minimes interversions que tentent quelques ouvrages ne parviennent pas à faire oublier que l’ensemble de ces romans célèbre à grand frais la perpétuation d’un ordre immuable.

Entrée dans l’ordre : l’adoubement

31L’adoubement marque l’entrée du jeune garçon dans le corps prestigieux des chevaliers. Une cérémonie initiatique qui fait de l’écuyer-enfant un combattant- adulte. Cette littérature destinée à la jeunesse ne pouvait manquer de souligner le rite de passage. Il y a donc des dizaines de cérémonies d’adoubement dans ces récits — et, bien qu’on en proclame la solennité, la répétition du topos lui fait perdre toute puissance. Rares en effet sont les livres où l’adoubement est l’occasion d’un passage réellement émouvant, comme si les auteurs accaparés par l’aspect matériel de l’événement en avaient finalement oublié la dimension intime.

32L’adoubement est codifié ici de manière tout à fait rigide. Cinq étapes sont à mentionner impérativement : l’élection d’un parrain d’armes ; la veillée préparatoire ; l’équipement vestimentaire du jeune adoubé, armes comprises ; les paroles par lesquelles il s’engage ; la gestuelle qui accompagne le serment. Chaque auteur s’efforce donc de respecter scrupuleusement ce cahier des charges implicite, au détriment bien souvent de l’invention littéraire. Car ce qui importe ici, c’est bien davantage la symbolique de l’événement que sa force romanesque.

33Le jeune garçon est armé chevalier par un homme qui est déjà lui-même chevalier. C’est donc un homme qui le fait homme, par opposition donc à sa “première” naissance. Il y a ici une relation quasi paternelle ; le chevalier est d’ailleurs souvent l’homme que le garçon s’est choisi comme maître, guide, modèle, et père de substitution.

Aujourd’hui, il est sacré chevalier. C’est Baudouin IV qui l’en a jugé digne. Mieux encore, le Roi de Jérusalem a voulu être son parrain. (p. 147)
Huguette PIROTTE, Le Rubis du roi lépreux, 1968.

34Mais le parrain, à la différence d’un vrai père, ne s’érige pas en protecteur. Au contraire, la cérémonie d’adoubement marque l’avènement d’une responsabilité et d’une autonomie nouvelles. L’adolescent devenant chevalier est désormais capable de protéger autrui, c’est d’ailleurs à quoi il s’engage. L’adoubement est donc un rite particulièrement intéressant pour cette littérature dominée par l’image de la paternité, puisqu’il souligne et tranche dans le même geste un lien de paternité choisie.

35Dans ces récits, toute l’attention est concentrée sur la dimension matérielle de la cérémonie : évocation des vêtements revêtus après le bain rituel, des pièces de l’armure, des armes qui feront le chevalier.

En se haussant sur la pointe des pieds, elles aperçoivent leur jeune maître vêtu d’une robe écarlate, image du sang qu’il ne doit pas craindre de verser pour la défense du monde chrétien. On lui a passé des chaussures brunes en lui rappelant qu’un jour son corps doit retourner à la terre. Il a serré à sa taille une blanche ceinture symbole de pureté. (p. 150)
M.A.GOUSSET, Gobe-le-Vent, 1968.

36L’insistance sur le matériel, notamment à travers la mention des symboles attachés à chaque pièce de vêtement, évacue l’introspection. De même, les paroles prononcées par le jeune garçon semblent récitées sans passion. Le style direct n’est en effet jamais relayé par des mentions plus intimes qui donneraient vie au personnage.

Jehan, qui vient d’avoir vingt ans, répond : “Je jure de ne pas faillir à l’honneur ni aux lois de la chevalerie.” (p. 110)
Albert ROYER, Le Petit Page, 1951.

37Le geste enfin (et la formule performative qui l’accompagne) clôt la cérémonie. On n’hésite pas à assortir l’évocation d’un commentaire historique qui replace la gestuelle dans l’histoire du lien féodal — détachant encore un peu plus le lecteur d’une scène qu’on aurait pu penser cruciale.

Autrefois, le jeune chevalier subissait la coles qui était un coup brutal de la main — parfois du poing — sur la nuque. Depuis certain temps, on remplace ce geste barbare hérité des anciens Francs, par deux petits coups du plat de l’épée sur les épaules. (p. 63)
Jean DESTIEU, La Grande Chevauchée de Gaston Phoébus, 1978.

38C’est ce geste, résumant la cérémonie tout entière, qui retient l’attention des illustrateurs. Ils soulignent ainsi graphiquement l’inégalité de statut des deux hommes, par le choix de postures asymétriques et par la direction oblique donée à la lame ; tandis que l’accession du jeune garçon à la caste des chevaliers aguerris est symboliquement dessinée par le “pont” que matérialise l’épée.

18. N. DE HIRSCHING, Le Royaume des fumées, ill. John Howe, 1982, p. 45.

19. Hawthorne DANIEL, La Porte du roi, ill. St Justh, 1963, p. 183.

20. L. SAUREL, Montjoie ! Saint- Denis !, ill. P.Joubert, 1957, p. 81.

39Il a donc suffi de cinq brèves étapes sans âme pour faire d’un jeune homme un chevalier. La scène revient inlassablement sans s’user, puisqu’elle ne fait appel ni aux sens ni au cœur. On touche ici l’une des limites de cette littérature moyenâgeuse : à force de réitérer les mêmes scènes dans les mêmes décors, elle se déshumanise, et les auteurs eux-mêmes semblent se détourner de leur but, qui est de faire vivre ces petits personnages inventés tout exprès pour les jeunes lecteurs.

40En revanche, le pendant “roturier” de l’adoubement, beaucoup plus rare, fournit davantage d’occasions d’inventer. Quelques romans en effet racontent comment un noble a, une fois, affranchi le serf qui lui appartenait. Moins codifiée, moins solennelle, moins fastueuse, la scène peut séduire. Sans même qu’on ait besoin de s’attendrir, elle provoque au moins la gêne : tant d’or pour transformer un écuyer en chevalier, alors que le serf doit lui-même payer sa liberté ! Et que dire de ces serfs qui ont “gagné” leur liberté : faudrait-il en déduire que les autres méritent leur état servile ?

41Plus rare encore est la cérémonie inverse de la première, c’est-à-dire celle au cours de laquelle le chevalier qui a failli est dégradé, ravalé au rang d’homme indigne, exclu de la société qui l’avait accueilli le jour de son adoubement. Je n’en citerai ici qu’un seule : dans Aloyse et l’écuyer du roi, le chevalier félon Laisy a conspiré, il est donc condamné par le roi, le bon Saint Louis, à être dégradé puis décapité. La jeune Aloyse demande qu’on le prenne en pitié, et il n’est pas exécuté. La cérémonie de dégradation est extrêmement brève. Alors que l’entrée dans le corps des chevaliers est fastueuse, la sortie doit être discrète, parce qu’elle est honteuse. L’adoubement était comme une seconde naissance, mais d’où les femmes seraient absentes ; la dégradation est une mort :

Ayant forfait à l’honneur, profané son ordination chevaleresque, Enguerrand, voué à l’opprobre des gens de cœur, devenait moins qu’un homme : un corps sans âme, un cadavre. (p. 131)
Marguerite PERROY, Aloyse et l’écuyer du roi, 1949.

42Pléthore d’adoubements, peu d’affranchissements, encore moins de dégradations… et aucune cérémonie d’hommage vassalique ! Ce fondement de la société féodale, par lequel s’érige l’organisation pyramidale des pouvoirs, est totalement absent des récits moyenâgeux proposés aux enfants. Sauf à être le roi lui-même, le chevalier médiéval est toujours le vassal d’un autre : il tient son fief d’un plus puissant que lui, à qui il doit en retour son assistance et son concours dans les expéditions guerrières. Pas dans notre Moyen Âge-pays. L’usage quasi exclusif du stéréotype aboutit à renforcer le mythe du chevalier. Ne devant rien qu’à son parrain d’armes, qui justement le rend quitte de toute dépendance le jour où il le fait homme, le chevalier est par excellence l’homme libre. Si des manants doivent acheter leur liberté, voire la gagner par le mérite, lui règne pleinement sur sa destinée du jour où on le reconnaît digne d’appartenir à la caste prestigieuse. Naissance au monde des hommes, l’adoubement est donc le premier maillon d’une chaîne très sûre qui mène inéluctablement au triomphe du chevalier.

Dans la lice

43La forme que prend l’engagement du jeune adoubé à se conduire en preux est toujours la même : l’expédition guerrière. Non qu’on soit belliqueux : pas de rage dans ces romans, pas de haine de l’ennemi exprimées dans des termes qui choqueraient. Faire la guerre, dans ce Moyen Âge d’invention, n’est jamais l’occasion d’assouvir une rancœur personnelle — c’est servir un chevalier ami, rendre hommage à son suzerain ou à son roi, punir un félon, rétablir la justice en somme. Le chevalier a le droit pour lui, et la sympathie du lecteur. L’affrontement guerrier est donc l’acte chevaleresque par excellence. Hélas, on n’a pas toujours sous la main un félon avide de nouvelles terres, ou un sarrasin pourfendeur de bons chrétiens.

44Le romancier recourt alors sans déplaisir à un succédané d’affrontement guerrier : le tournoi. Celui-ci a l’avantage considérable d’être spectaculaire. On se rappelle que ce Moyen Âge-pays est une terre d’amusements. Le tournoi, avec son enjeu dérisoire, ses armes émoussées, son décorum, ses règles de bienséance scrupuleusement respectées, correspond parfaitement à l’image déjà ébauchée par les scènes de jeux, foires et fêtes diverses. C’est à la fois un jeu, un exercice, une mascarade (on concourt masqué), un spectacle et une fête — et le chevalier peut y faire la preuve de sa valeur aux armes.

45Malgré cet air ludique, le tournoi a tout de même un enjeu — sans lequel il ferait simplement double emploi avec la fête. Il est mise en scène du “jugement de Dieu”, que ce terme soit employé ou non. Celui qui triomphe manifeste à travers sa victoire la volonté divine — les romans les plus laïcs se contentent de laisser entendre que les combattants, incapables de se mettre d’accord par la discussion, “jouent” la décision aux armes comme on la jouerait aux dés.

46Le tournoi est, lui aussi, l’occasion de se plier à un cérémonial éprouvé : évocation de la foule en liesse, chacun dans sa tenue la plus chamarrée ; description des installations temporaires, lice, gradins, tentes, drapeaux et oriflammes. L’espace délimité par des cordes, les éléments bâtis tout exprès pour le spectacle, les gradins élevés pour les spectateurs : tout souligne ici la dimension spectaculaire du simulacre de bataille qui va avoir lieu. Mais ce simulacre-ci a entièrement droit de cité. Il célèbre, d’abord, des vertus viriles, et dans la patiente construction du mythe du chevalier à laquelle ces romans contribuent à leur façon, ces valeurs doivent être au premier plan. Le tournoi ne s’abandonne pas à la fantaisie débridée et pernicieuse d’un dramaturge, il obéit à un cérémonial solide.

Les hérauts d’armes venaient de sonner le début du tournoi. Les chevaliers s’élançaient, lance baissée, heaume fermé, pour la première joute qui allait décider de qui combattrait qui en combat singulier. (p. 177)
Jacqueline MIRANDE, Sans Nom ni blason, 1984.

47Une fois les cérémonies ouvertes, les adversaires d’un jour peuvent enfin s’affronter. Ainsi, les limites spatiales (la lice) puis temporelles (le son de cor, le bâton brandi) semblent-elles un préalable absolu à la scène de tournoi. Sans elles en effet, l’événement risquerait d’être assimilé à un affrontement guerrier confus et anar- chique — tandis qu’il n’est question, en réalité, que de réaffirmer la prééminence d’un ordre chevaleresque intouchable.

48Faut-il le souligner ? Le tournoi de ces récits moyenâgeux, qui d’ailleurs est en réalité une joute, puisque dans la majorité des récits les chevaliers s’affrontent à un contre un, est encore un collage de “morceaux à faire”. Il fait partie de ces macro-événements si fréquents qu’ils sont devenus des canons, dont aucun récit ne peut plus se passer — et à l’occasion desquels il est devenu si difficile de surprendre.

49La visibilité propre à la joute chevaleresque ne pouvait que séduire les illustrateurs. Tout au long des cinquante années qui forment ce champ d’étude, ils ont en effet pris soin de représenter cet affrontement codifié de deux chevaliers richement caparaçonnés.

50Peut-être le tournoi représente-t-il aussi de manière ostensible un système de valeurs que les romans dans leur ensemble s’appliquent à actualiser. La scène de tournoi, et, au cœur de celle-ci, le face à face des deux cavaliers, lors de la joute, concentre en une seule image ce que des dizaines de pages s’acharnent à proclamer : l’importance capitale du paraître ; l’inévitable choc frontal de deux positions inconciliables, personnifiées ici par les deux chevaliers ; la prééminence de valeurs viriles comme la force, le courage, l’adresse.

21. Odile WEULERSSE, Le Chevalier au bouclier vert, ill. Yves Beaujard, 1990, p. 60-61.

51Ces images de duels ne laissent pas de place à la négociation. À travers cet affrontement de deux chevaliers rendus méconnaissables par le port de l’armure, c’est toute une vision de la société qui s’impose. D’une part, ces scènes laissent supposer que, dans une situation de désaccord, on ne peut envisager que deux positions, forcément radicales, et forcément antagonistes. D’autre part, la solution au conflit est dans le choc frontal, au cours duquel l’un des tenant perdra irrémédiablement, détruit en quelque sorte par l’affrontement lui-même ; tandis que l’autre, vainqueur, proclamera par sa simple victoire qu’il était le porteur de la bonne solution, vraie et juste. Une conception simpliste et à vrai dire tout à fait pernicieuse de l’idée même de débat au sein d’une société humaine… Cette scène de tournoi, comme toutes celles qui l’entourent, apparaît donc bien au service d’une reconstruction extrêmement réactionnaire et simpliste du monde médiéval — ou du monde tout court.

  • 3 François de la Bretèque, “Une “figure obligée” du film de chevalerie : le Tournoi”, “Le Moyen Âge (...)

52Ainsi le tournoi semble-t-il le parangon de la scène à faire. Parce qu’il réemploie indéfiniment la même trame éculée. Parce qu’il manifeste avec ostentation un ordre que tout le récit s’efforce de mettre en valeur. Mais aussi parce qu’il est l’occasion de réutiliser, au sein du roman, des topoï empruntés à d’autres média, comme le récit arthurien médiéval ou encore le cinéma3. Le tournoi fait donc partie de ces points nodaux du roman moyenâgeux qui intègrent le récit romanesque à un réseau dense de représentation fictionnelles polymorphes. Il me semble que le succès de ces livres tient, tout autant qu’à leurs caractéristiques propres, à cette cohérence large. L’univers évoqué dans le roman confirme celui que d’autres fictions construisent, et en retour il est confirmé par elles. Ce Moyen Âge est d’autant plus vrai qu’on l’invente partout de façon convergente.

Sur le champ de bataille

53Le tournoi a tous les avantages : débarrassé de toute forme d’agressivité, il est spectaculaire. Pourtant il ne suffit pas. Étape ultérieure de l’ascension du chevalier vers la gloire, la bataille réalise à grande échelle ce que le tournoi préfigurait dans les limites de la lice : le choc violent non plus de deux joueurs, mais de deux armées adverses, qui s’affrontent en vrai.

54À vrai dire, si la silhouette massive du château fort résumait à elle seule tout le paysage de ce Moyen Âge d’invention, la bataille semble concentrer l’essence même d’une intrigue moyenâgeuse. Au point que de nombreux romans et albums la prennent pour emblème, et illustrent leur première de couverture d’une scène de bataille.

22. J.-M. SOYEZ, Bouvines…, 1986.

23. Louis SAUREL, Montjoie ! Saint-Denis !, 1957.

24. B. ROUAULT, Raoul…, 1988.

25. M. MIQUEL, Le Sire de Croquemaille, 1992.

55De façon comparable, de nombreux titres de récits mettent l’accent sur l’aspect belliqueux de l’intrigue : De dague et d’épée, Montjoie ! Saint Denis !, Le Combat du Cerf d’argent, Le Vainqueur de Hastings, Tremblez, Godons /, Bouvines ou les canons de bois… La bataille fait partie de ces grands événements qu’on attend d’un roman moyenâgeux.

56La bataille est l’occasion d’un “morceau de bravoure” qui permet le développement d’une chorégraphie attendue. Je ne m’étendrai pas sur l’évocation du camp à la veille de l’assaut : c’est une gigantesque foire, à ceci près que les étals des marchands sont ici des tentes bariolées de chevaliers. L’exaltation du jeune héros, dont c’est souvent la première bataille, commence là, devant cet étalement festif d’avant l’action. La bataille commencée, on célèbre tantôt l’exaltante harmonie d’un mouvement collectif :

Rapidement les hauteurs se couvrirent d’une immense multitude de cavaliers turcs, avançant dans le plus grand calme, et bientôt un silence impressionnant s’abattit sur les deux armées. Soudain la terre se mit à gronder. (p. 128)
Joseph LE POËZAT-GUIGNER, Le Croisé d’Anjou, 1973.

57Tantôt la témérité et l’audace d’un combattant isolé, si possible le héros d’ailleurs :

A quelques rangs de cette nouvelle empoignade, Aubin regardait l’empereur encore inconscient du danger qui le menaçait. […] Le roi tomba sous un dais de lames brandies. Aubin poussa Soupe qui mordit dans le tas sans grand résultat tant était grand l’acharnement. […] Dans un même effort, il creva les rangs saxons et de son cheval sauta à pieds joints au milieu des coutiliers qu’il écarta tant de l’épée que du coude. […] Le haubert de Philippe était si bien fait, si fortement ajusté qu’aucune lame n’avait encore pu trouver un passage. À son tour, Aubin mit pied à terre dans le tourbillon et aida le roi à se remettre sur pied. “Mon cheval, sire !” clama-t-il de sa voix claire. (p. 141)
Jean-Marc SOYEZ, Bouvines ou les canons de bois, 1986.

26. L. SAUREL, Montjoie !, 1957, p. 27.

27. Marc MICHON, L’anneau d’or de messire Bertrand, 1957, p. 115.

58L’illustration est à l’image de cette alternance entre foule homogène et exploit individuel. Elle dépeint souvent l’armée comme une masse indistincte symbolisée par une haie de lances ou de hallebardes, d’où émerge de temps à autre une figure surdimensionnée, chevalier tout de fer vêtu que sa monture élève et projette sur le devant de la scène. Quant aux héros, ils sont dans l’exaltation de leur première bataille, et le récit s’applique à les mettre en avant, au moins comme témoins de premier plan :

Avec une certaine émotion, Chauvigny sentit que la bataille allait s’engager.
Quelques minutes coulèrent. […]
“Enfin, je vais me battre !” se dit Vincent avec joie. (p. 45)
Louis SAUREL, Montjoie ! Saint-Denis !, 1957.

“Ça y est, cette fois”, se dit-il en franchissant au matin du 14 octobre 1066 les murailles du fort au pas de son cheval, au milieu de compagnons tout aussi impressionnés que lui. Aucun de ces jeunes hommes n’avait encore vécu une guerre d’une telle importance. (p. 150)
Béatrice ROUAULT, Raoul à la conquête de l’Angleterre, 1988.

59Anti-Fabrice, eux au moins sauront témoigner !

À l’assaut du château

60La bataille en terrain découvert n’est cependant qu’une étape dans la carrière romanesque du chevalier. Celle-ci trouve son apogée dans le siège puis la prise d’une forteresse. Du château au château, l’écuyer devenu homme peut s’enorgueillir d’avoir forcé l’enceinte qui, lorsqu’il était immature, le retenait captif.

61Les prises de forteresses sont deux fois plus nombreuses que les batailles ordinaires. C’est parfois une ville entière que l’on assiège : Meaux dans Colin Lantier, Orléans dans Montjoie ! Saint-Denis !, Laval dans Mémoires d’Hubert, écuyer de Janville, Constantinople dans Le Linceul de pourpre ou dans Le Lion de Saint-Marc, le Mont Saint-Michel dans Le Roman du Mont-Saint-Michel ou dans La Porte du roi. Le plus souvent c’est un château fort. Comme la foire ou la fête, c’est une débauche de personnages, de couleurs, de bruits, de mouvements ; comme le tournoi, c’est un défilé ostentatoire de bannières et de gonfanons, que le point de vue élevé des assiégés permet d’envisager à loisir, quoique dans le feu de l’action ; comme la bataille, c’est une alternance soigneusement dosée d’actions collectives et de prouesses individuelles, et les auteurs n’ont aucune peine à isoler du fatras de l’attaque le geste décisif qui fera de l’écuyer un héros.

62Ces scènes sont légion : légion aussi les extraits qu’on pourrait citer. Cependant la particularité de ce macro-événement du roman moyenâgeux, c’est qu’il semble avoir retenu l’attention des illustrateurs tout autant que des auteurs. De la même façon que le tournoi, la prise de château fort est toujours illustrée. L’image redouble ici le texte de façon quasi systématique. Mais, à la différence du tournoi, qui était toujours vu, et représenté, sous le même angle, l’attaque de la forteresse présente une grande diversité de points de vue. Cette variété s’explique : le tournoi peut, en définitive, se résumer à un instant unique, vers lequel tout converge, le choc des deux cavaliers. En revanche, la prise du château fort est un épisode long, complexe, mouvementé. Si l’on veut lui conserver tout son piquant, il faut ménager un certain suspense ; par ailleurs, il importe de souligner la difficulté de l’entreprise. Ces deux exigences amènent à ralentir l’action, ce qui, sur le plan littéraire, conduit par exemple à multiplier les points de vue.

28.M. PRADIER, Histoire des chevaliers de Goëldieu, ill. GuySabran, 1945.

29. M. MICHON, L’anneau d’or de messire Bertrand, 1957.

30. Ch. LE GOFFIC, Le Roman du Mont-St-Michel, 1961, p. 80.

63Les images suivent pas à pas cette stratégie du morcellement. On assiste ainsi à l’approche de la troupe des assaillants, au premier assaut que les assiégés repoussent en tirant des flèches et en lançant des boulets. Ensuite quelques hommes isolés, puis davantage, prennent pied sur les remparts et c’est une lutte à l’épée ou à la dague contre les défenseurs. Parfois la porte de l’enceinte cède ; c’est alors à l’intérieur du château, où les attaquants se sont rués, que la bataille fait rage.

31. Gay badin le ménestrel, ill. Guy-Gérard NOËL, 1950.

32. H.DUPUY-MAZUEL, Le Miracle des loups, 1962.

64On prend bien soin de nous montrer toutes les facettes de l’action : tantôt une vue d’ensemble des assiégeants montant à l’assaut des remparts, tantôt un gros plan sur un seul combattant au créneau. Défenseurs et attaquants disposent de machines de guerre, qu’on nous dessine scrupuleusement : canons et couleuvrines, tours d’assaut, bélier. L’incendie fait partie des ressources à la disposition des assaillants et, bien que peu d’images soient en couleur, ce qui aurait eu un effet plus saisissant, on n’hésite pas à faire flamber ces châteaux de papier. Enfin le fort est pris : le vainqueur peut alors crier son triomphe du plus haut des remparts.

  • 4 Mireille PRADIER, Histoire des chavelirs de Goëldieu, ill. Guy Sabran, G.P., 1945.

65On devine tout ce que la scène doit au cinéma. On se souvient aussi, bien sûr, de la fameuse attaque du château de Torquilstone par Locksley aidé du Chevalier Noir dans Ivanhoé : nul doute que la silhouette de Richard s’attaquant à lui seul, et à la hache, au lourd vantail de la forteresse, a pour longtemps marqué les esprits. Pour ces dizaines de récits moyenâgeux, la prise de forteresse, si pittoresque que même en littérature, elle se résume à la succession de quelques clichés efficaces, est la quintessence de l’action chevaleresque. L’illustrateur vedette de la maison G.P. dans les années 40 et 50, Guy Sabran, friand de scènes à grand spectacle, a d’ailleurs consacré un album entier, Histoire des chevaliers de Goëldieu4, à cette scène de prise d’une forteresse. Ses images sont tout à fait saisissantes.

33. Jean-Paul RAYMOND, Thierry, le chevalier sans nom, 1988, p. 136.

66Ainsi, de l’adoubement à la prise du château fort, ces macro-événements semblent mettre en avant, par-delà la peinture d’un monde moyenâgeux qu’on réinvente à mesure, la carrière héroïque du chevalier. La disposition des péripéties dans le roman, tout comme celle des espaces dans le château fort, semblent apprêtées tout exprès pour célébrer le triomphe du jeune garçon devenu homme, de l’écuyer consacré chevalier. Ce Moyen Âge à première vue joyeux et festif cache donc sous cet abord affriolant une structure d’une grande rigidité. La fête et son cortège de transgressions ne masquent que superficiellement l’ordre immuable auquel l’aventure elle-même ne peut que se soumettre.

Conjuguer l’ordre et la fête : le banquet

67Seule une scène semble parvenir à conjuguer ces deux aspects apparemment incompatibles. Le Moyen Âge des livres scolaires était une période de disettes et de famines, mais ici on ripaille.

  • 5 ALIKI, Un Festin au Moyen Âge, Paris, Sorbier Découvertes, 1998.

68Il y a presque un festin par récit. Un ouvrage lui est même entièrement consacré5. Ces scènes de ripailles paraissent d’autant plus paradoxales qu’on a vu le dégoût que suscitaient les personnages trop gras. Que cherche à traduire cette mise en scène systématique et appuyée de la nourriture ?

69Avant d’être un repas, le banquet est d’abord un cérémonial. La grand-salle du château fort, la plus théâtrale de ses parties, lui sert de cadre. On s’applique à nous montrer les valets dressant les tables, les servantes apprêtant les nappes et la vaisselle. Car l’ordonnancement des tables ne laisse rien au hasard : il est fonction du rang de chacun, et doit refléter, au cours de cet événement majeur qu’est le festin, l’ordre qui prévaut dans cet univers de fiction.

La veille, les charpentiers avaient installé sur des tréteaux de très longues tables. La plus grande était face à la nef. Un auvent de toile rouge avait été dressé afin de protéger les convives du soleil. De hautes chaises avaient été mises d’un côté. Ce serait cette table qui accueillerait le Seigneur, sa cour et les notables. Face à elle, disposées à angle droit, des rangées de simples bancs devaient accueillir les gens du village. (p. 93)
Alain GROUSSET, La Citadelle du vertige, 1991.

70Mettre en scène un festin, c’est résumer de façons spectaculaire la société tout entière. Chacun a sa place, et s’efforce de remplir correctement son rôle, du seigneur au valet en passant par l’écuyer tranchant.

71Mais, autant qu’un exposé des relations, des liens et des distances entre les différentes catégories de personnages, le banquet est la proclamation d’un certain art de vivre. Les gros bâfraient ; on insistera ici au contraire sur les usages policés, l’hygiène, la délicatesse des convives.

Le cor sonna pour avertir les invités que l’eau allait être donnée. C’est-à-dire que les serviteurs apportèrent cérémonieusement des bassins d’argent, emplis d’eau parfumée. Chacun se lava les mains et s’assit sur des bancs à dossier, disposés autour de la table.
Bertrand SOLET, Jehan de Loin, 1968.

72Le banquet est aussi une fête. Dans le même temps qu’on célèbre la mise en scène d’un ordre social, on insiste donc particulièrement sur la bonne humeur des convives, sur la joie qui préside au banquet.

Le brouhaha dans la salle fut bientôt général. Les couleurs chatoyantes des costumes mettaient une lueur de gaieté dans l’énorme château. Alix adorait cela ! (p. 56)
Evelyne BRISOU-PELLEN, La Bague aux trois hermines, 1991.

73Cette atmosphère est entretenue par les attractions qui scandent le repas : il y a toujours un ménestrel, un bouffon, un acrobate, un montreur d’ours pour venir égayer les dîneurs attablés — autant de personnages qu’on a déjà rencontrés. Mais l’élément capital de la fête, ce pour quoi l’on s’est réuni, fait couler plus d’encre encore : on apporte enfin la nourriture. C’est alors une énumération infinie de mets, de plats, de préparations. On insiste sur la profusion, bien sûr, mais aussi sur la variété et l’exotisme des aliments offerts. Le vocabulaire choisi, lui-même en grande partie exotique, contribue d’ailleurs à rendre la scène fascinante.

Cette table croulait sous les amas de victuailles : truites, saumons, anguilles, harengs frais fortement relevés de sauces piquantes, pâtés, lièvres, cochons de lait farcis, langues de cerfs entrelardées, chapelets d’oiseaux : cailles et alouettes… (p. 63)
Bertrand SOLET, Jehan de Loin, 1968.

… une vinaigrette cretonnée de lard, un brouet de cannelle, des pâtés de pigeons, des terrines de cailles en croûte, des perdreaux au sucre, des jambons tremblant dans la gelée, des laîches dorées et du cresson assaisonnés de foies de volailles, des poissons frits farcis aux œufs accompagnés de grenache, de malvoisie, d’hypocras ou de tout autre vin aromatisé… (p. 121)
Alain SURGET, Le Renard de Morlange, 1995.

… des œufs d’esturgeon fondants et juteux sous la langue, d’étranges bourgeons dodus nommés artichauts, des cuisses de chevreaux aromatisées d’exquise façon… le tout avec des vins de Grèce servis dans des coupes d’une incroyable limpidité. (p. 41)
Brigitte COPPIN, Moi, Alienor, 1991.

74La présentation des plats est un motif inusable d’émerveillement. Car le banquet est une fête pour tous les sens, et il importe que la nourriture elle-même ait une allure spectaculaire. Dans cet univers obsédé par la visibilité, le paon rôti servi dans ses plumes cristallise toutes les attentions. Animal exotique et somptueux, il souligne le faste de cet univers moyenâgeux ; servi dans son plumage, c’est à dire avec l’apparence de la vie, alors qu’il est mort et soigneusement apprêté, il rappelle la prééminence de l’humain dans ce Moyen Âge d’invention. En servant la volaille à sa table, le seigneur réaffirme sa puissance d’homme sur l’animal, tout en soulignant, par le raffinement de l’artifice, jusqu’à quel point l’homme peut égaler la nature.

On déposait un paon rôti, orné de ses plumes devant les vaillants croisés. (p. 18)
Bertrande de RIVIERE, Le Guet-apens de Terre sainte, 1969.

Ici, des jeunes gens s’émerveillent et s’interpellent :
– As-tu vu[…] le paon avec tout son plumage ?…
H. PIROTTE, Le Rubis du roi lépreux, 1968.

Un autre groupe de musiciens entra, puis deux porteurs de torches et puis dame Aude chargée d’un plat en vermeil sur lequel trônait le paon dans toutes ses plumes. La longue queue aux ocelles se mêlait à la robe couleur de Méditerranée pour ne former qu’une seule et somptueuse traîne. Le noble oiseau gardait la tête dressée. Son aigrette s’animait à chaque pas. On eût dit que, vivant encore, il avait, par une incroyable facétie, élu le perchoir que lui tendait la belle. (p. 124)
Jean-Côme NOGUÈS, Le Voeu du paon, 1987.

34. G. LARY, La Grande Promesse, 1948, p. 15.

75Seul Jean-Côme Noguès, cette fois encore, sait dépasser le niveau du simple détail anecdotique, et fait du majestueux oiseau cuisiné le cœur d’un superbe récit dont l’un des thèmes majeurs est la faim. Partout ailleurs, le paon rôti, servi dans ses plumes, est la touche finale apportée à une scène tout en stéréotypes. Il faut y lire, bien sûr, la réactivation de fantasmes liés à la nourriture auxquels le conte merveilleux donnait déjà l’occasion de s’exprimer dans un cadre de fiction. C’est le vieux rêve d’abondance, présent dans toute la littérature orale, qu’alimentent ici les interminables énumérations de mets et de plats. C’est la fascination enfantine pour l’étrange, l’exotique, le raffiné dans la préparation culinaire — l’envers en quelque sorte de la mixture de sorcière. C’est enfin l’alliance du plaisir de voir et du plaisir de goûter, merveilleusement réalisée dans cette image du paon rôti servi dans son plumage : il semble y avoir autant de jubilation dans cette évocation toujours réitérée du paon rôti que dans celle de la merveilleuse maison de pain d’épice du conte de fées… Une fois encore, le récit moyenâgeux laisse voir, à travers un détail récurrent, les liens innombrables qu’il entretient avec le monde enfantin du conte merveilleux, toujours à l’arrière- plan de cette littérature.

76Cette scène de banquet assume donc un rôle capital sur le plan symbolique. Elle prolonge une idéologie de l’alimentation qu’on a commencé à entrevoir en présentant les personnages trop gras : la nourriture partagée, consommée avec grâce, admirée même avant d’être avalée, est très positivement connotée. Le rapport à la nourriture emblématise le rapport à l’autre : les personnages épanouis, au contraire des gros évoqués plus haut, prennnent plaisir à offrir et partager la nourriture, occasion de se montrer courtois, serviable, attentif — sociable en définitive.

77Par ailleurs, on manifeste ici la très rigide distribution des rôles et l’organisation de l’espace qui font qu’ici, à chacun correspondent un lieu et une fonction — tout en recouvrant cette structure rigide d’un vêtement de fête. La scène du banquet à la fois assume et résorbe la contradiction à l’œuvre dans ce Moyen Âge d’invention.

78Ainsi le roman historique pour enfants, par la répétition de scènes convenues dans leurs moindres détails (le banquet en est l’exemple le plus criant), construit d’abord, pérennise ensuite une certaine image du Moyen Âge. Rien n’est vrai ici, mais tout est crédible, car ce monde moyenâgeux inventé pour les enfants, à l’inverse de la réalité, est en tous points cohérent. C’est, à mon sens, ce qui fait l’essentiel de son charme, et toute l’efficacité narrative de ces récits.

Note

1 Plusieurs romans tentaient par exemple de projeter au Moyen Âge le quotidien des lecteurs présumés : A. MOIREAU, La journée d’un écolier au Moyen Âge, 1890 ; Albert ROBIDA, Les Escholiers du temps jadis, 1907.

2 Michel TOURNIER, La Couleuvrine, 1994.

3 François de la Bretèque, “Une “figure obligée” du film de chevalerie : le Tournoi”, “Le Moyen Âge au cinéma”, Cahiers de la Cinémathèque, n° 42-43, été 1985 (p. 21-22).

4 Mireille PRADIER, Histoire des chavelirs de Goëldieu, ill. Guy Sabran, G.P., 1945.

5 ALIKI, Un Festin au Moyen Âge, Paris, Sorbier Découvertes, 1998.

Indice delle illustrazioni

Legenda 16. L. SAUREL, Montjoie ! Saint-Denis !, 1957, p. 13.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-1.jpg
File image/jpeg, 243k
Legenda 17. Germaine LARY, La Grande Promesse, 1948, p. 24.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-2.jpg
File image/jpeg, 226k
Legenda 18. N. DE HIRSCHING, Le Royaume des fumées, ill. John Howe, 1982, p. 45.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-3.jpg
File image/jpeg, 138k
Legenda 19. Hawthorne DANIEL, La Porte du roi, ill. St Justh, 1963, p. 183.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-4.jpg
File image/jpeg, 223k
Legenda 20. L. SAUREL, Montjoie ! Saint- Denis !, ill. P.Joubert, 1957, p. 81.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-5.jpg
File image/jpeg, 173k
Legenda 21. Odile WEULERSSE, Le Chevalier au bouclier vert, ill. Yves Beaujard, 1990, p. 60-61.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-6.jpg
File image/jpeg, 520k
Legenda 22. J.-M. SOYEZ, Bouvines…, 1986.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-7.jpg
File image/jpeg, 163k
Legenda 23. Louis SAUREL, Montjoie ! Saint-Denis !, 1957.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-8.jpg
File image/jpeg, 216k
Legenda 24. B. ROUAULT, Raoul…, 1988.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-9.jpg
File image/jpeg, 161k
Legenda 25. M. MIQUEL, Le Sire de Croquemaille, 1992.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-10.jpg
File image/jpeg, 178k
Legenda 26. L. SAUREL, Montjoie !, 1957, p. 27.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-11.jpg
File image/jpeg, 234k
Legenda 27. Marc MICHON, L’anneau d’or de messire Bertrand, 1957, p. 115.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-12.jpg
File image/jpeg, 260k
Legenda 28.M. PRADIER, Histoire des chevaliers de Goëldieu, ill. GuySabran, 1945.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-13.jpg
File image/jpeg, 548k
Legenda 29. M. MICHON, L’anneau d’or de messire Bertrand, 1957.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-14.jpg
File image/jpeg, 179k
Legenda 30. Ch. LE GOFFIC, Le Roman du Mont-St-Michel, 1961, p. 80.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-15.jpg
File image/jpeg, 154k
Legenda 31. Gay badin le ménestrel, ill. Guy-Gérard NOËL, 1950.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-16.jpg
File image/jpeg, 341k
Legenda 32. H.DUPUY-MAZUEL, Le Miracle des loups, 1962.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-17.jpg
File image/jpeg, 172k
Legenda 33. Jean-Paul RAYMOND, Thierry, le chevalier sans nom, 1988, p. 136.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-18.jpg
File image/jpeg, 250k
Legenda 34. G. LARY, La Grande Promesse, 1948, p. 15.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40845/img-19.jpg
File image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540