Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants

 | 
Cécile Boulaire

Introduction

Texte intégral

  • 1 ELZBIETA, L’Enfance de l’art, Rodez, Editions du Rouergue, 1994.

1C’est d’un double exil que je voudrais parler ici : exil du Moyen Âge, exil de l’enfance. Car le Moyen Âge, “à jamais disparu”, pour reprendre les termes d’Elzbieta1, occupe une place incontestée au sein de notre imaginaire. Les lectures de l’enfance y sont pour beaucoup. C’est en tout cas mon hypothèse, et ce qui justifie mon désir d’explorer, à travers les livres destinés aux enfants, le sens de cette présence fascinante du Moyen Âge dans les esprits des plus jeunes.

  • 2 Montaigne, Essais, Livre I, Chap. XXVI.
  • 3 Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; A. MORIN (...)
  • 4 Valentin JAMEREY-DUVAL, Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, édité par J.- (...)
  • 5 Livres d’enfants, livres d’images, catalogue établi par Ségolène LE MEN, Paris, 1989 (p. 9).

2Car le Moyen Âge est présent dès l’origine des lectures enfantines. Montaigne déjà en témoigne, même s’il se défend d’avoir été abreuvé à cette source : “Car des Lancelots du Lac, des Amadis, des Huons de Bordeaus, et tel fatras de livres à quoi l’enfance s’amuse, je n’en connaissais pas seulement le nom2 ”. Pendant plusieurs siècles, les volumes de la Bibliothèque bleue diffusent de village en village le nom des héros chevaliers, Roland, Renaud de Montauban, Guillaume d’Orange, Ogier le Danois3. Cette littérature de colportage est longtemps la seule dont disposent les enfants, et c’est de Moyen Âge qu’elle leur parle. Les Mémoires du berger autodidacte Valentin Jamerey-Duval, qui apprit à lire à quinze ans en 1710, nous renseignent sur les lectures dont pouvaient disposer les jeunes lecteurs de milieu populaire au début du xviiie siècle : “Je parcourus avec une extrême avidité toutes les bibliothèques du hameau. J’en feuilletai tous les auteurs et bientôt, grâce à ma mémoire et à mon peu de discernement, je me mis en état de raconter les merveilleuses prouesses de Richard sans peur, de Robert le Diable, de Valentin et Orson et des Quatre Fils Aimon. [...] Je leur déclamais, avec cette emphase qui caractérise si bien l’ignorance, les plus beaux traits de Jean de Paris, de Pierre de Provence et de la merveilleuse Mélusine4.” Ségolène Le Men, historienne de la littérature enfantine, confirme cette appropriation du patrimoine de la Bibliothèque bleue par les lecteurs enfants : “Les livres illustrés témoignent par leurs images de leur provenance et du circuit de leur transmission éditoriale : parmi les romans de la Bibliothèque bleue issus de la tradition médiévale, et intégrés au répertoire de l’imagerie populaire, puis à la littérature enfantine, Les Quatre Fils Aymon ont suscité vers 1820 une magnifique gravure d’Épinal. [...] D’autres romans médiévaux, comme Huon de Bordeaux, ont suivi ce parcours qui fut celui de titres de la Bibliothèque bleue comme Geneviève de Brabant5.”

3Ainsi, alors que cette littérature de colportage commence à disparaître, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la littérature enfantine s’empare de ces textes et perpétue à son tour la transmission des romans de chevalerie. À cette époque, l’édition enfantine a aussi intégré, avec l’héritage romantique, le goût du roman historique ; et dès le milieu du siècle, les adaptations des grands romans moyenâgeux de Walter Scott abondent dans les collections destinées aux enfants. Enfin le souci d’édification qui anime les grands vulgarisateurs du xixe siècle favorise la publication de récits historiques documentés, puis de textes médiévaux redécouverts et adaptés pour la jeunesse. C’est ainsi qu’on voit réapparaître, dans les premières décennies du xxe siècle, quelques romans arthuriens. D’Amadis à Arthur, en passant par Ivanhoé : voilà déjà ébauché le contour d’un corpus littéraire qui, du xvie siècle à cette fin de millénaire, comme plus étroitement de 1945 à 1999, ne cesse de se renouveler en se répétant. Or pourquoi tant de fictions pour enfants évoquent-elles le Moyen Âge ?

  • 6 Paul ZUMTHOR, Parler du Moyen Âge, Paris, Minuit, 1980 (p. 18).
  • 7 Jacques LE GOFF, Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1977 (p. 11).
  • 8 Paul ZUMTHOR, op. cit.. (p. 17-18).
  • 9 Walter SCOTT, Ivanhoé, traduction de Pierre Louisy, Paris, L’Ecole des Loisirs, Classiques abrégés (...)

4La première réponse qui vient à l’esprit est que cette abondance a à voir avec l’idée d’origine. Le Moyen Âge a longtemps été perçu comme un commode socle originel où ancrer nos sociétés contemporaines. Au xixe siècle les représentations romanesques du Moyen Âge destinées aux enfants les incitaient à envisager la nation française dans la longue durée, et à voir dans le Moyen Âge la source originelle de tous les phénomènes contemporains, en matière culturelle, religieuse ou politique. À notre époque, même les érudits, peu susceptibles d’êtres dupes de ces effets de miroir, reconnaissent la force de l’image d’origine que constitue le Moyen Âge. Ainsi Paul Zumthor, le littéraire : “Plus que d’autres temps révolus, le Moyen Âge [nous] apparaît obscurément comme le tuf profond jusqu’où plongent [nos] racines biologiques et mentales6.” Ou encore Jacques Le Goff, l’historien : “C’est la période qui nous permet le mieux de nous saisir dans nos racines et nos ruptures, dans notre modernité effarée, dans notre besoin de comprendre le changement, la transformation qui est le fonds de l’histoire en tant que science et en tant qu’expérience vécue. [...] Et le Moyen Âge [...] est ce passé primordial où notre identité collective, quête angoissée des sociétés actuelles, a acquis certaines caractéristiques essentielles7.” Au mépris des cursus scolaires classiques, qui enseignent à voir dans l’Antiquité gréco-latine le fondement de nos univers occidentaux, l’homme ordinaire se sent des ancêtres médiévaux. En effet, alors que le latin est pour nous tous une langue morte, nous rencontrons au quotidien des mots directement hérités du Moyen Âge, dans les noms de rues ou de lieux-dits, dans nos patronymes, dans quelques expressions restées en usage. Nos centre-villes présentent encore des façades à pans de bois et des ruelles étroites remontant pour certaines au xive ou au xve siècle. Et la route des vacances est jalonnée de chapelles romanes et de trésors gothiques. Paul Zumthor insiste sur ce basculement de notre imaginaire de l’origine de l’Antiquité au Moyen Âge : “Le Moyen Âge occupe ainsi, aujourd’hui, dans notre mémoire, le lieu problématique crucial où nos arrière-grands-parents plaçaient l’Antiquité gréco-latine. Il s’offre en permanence comme un terme de référence, servant, par analogie ou par contraste, au niveau de discours rationnels aussi bien que de réactions affectives, à éclairer tel ou tel aspect de cette mutabilité, de cette manipulabilité, que nous sommes. [...] Le classicisme, en revanche, imposé par la culture officielle, la contre-culture de masse le conteste ; elle le rejette, pêle-mêle avec le mythe de l’Antiquité8.” Dans la même perspective, Bernard Noël écrit en préface à une édition d’Ivanhoé9 : “Depuis le Romantisme, nos ancêtres sont certainement moins les Gaulois que les Chevaliers du Moyen Âge. Nous avons découvert auprès de ceux-ci, un sens de l’indépendance, du risque, de l’aventure, mais aussi du respect de l’Autre, qui constituent une sorte d’île dans le temps où chacun — dès l’âge de dix ans — aimerait aborder.” Et du Moyen Âge, nous voici déjà revenus à l’enfance...

5C’est ce lien diffus et cependant si intense entre enfance et Moyen Âge que j’ai voulu éclairer — façon sans doute d’accepter mon propre exil. Pour cette exploration, j’ai choisi le livre, parce qu’il fut mon premier navire pour aborder à ce Moyen Âge d’enfance. Et parce que je crois, comme Bernard Noël, qu’“à ce lieu, on n’aborde qu’en lisant”.

6Les ouvrages retenus pour cette lecture du Moyen Âge d’enfance ont tous été publiés en France entre 1945 et 1999, même s’il s’agit, pour une bonne part, de traductions. Certains sont des albums sans texte, d’autres de copieux romans historiques ; presque tous sont illustrés, au moins succinctement. J’ai laissé de côté les bandes dessinées parce que le mode d’articulation entre texte et image y est bien différent, mais aussi parce que leur lectorat est parfois moins spécifiquement enfantin. Le corpus de livres retenus atteint 600 titres : si quelques ouvrages ont échappé à ma traque attentive, le nombre de ceux que j’ai pu lire devrait malgré tout permettre de proposer, quelques hypothèses, et d’ébaucher une explication à la force de ce Moyen Âge d’enfance.

Notes

1 ELZBIETA, L’Enfance de l’art, Rodez, Editions du Rouergue, 1994.

2 Montaigne, Essais, Livre I, Chap. XXVI.

3 Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; A. MORIN, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes, Genève, Droz, 1974 ; Lise ANDRIES, “Tradition médiévale et littérature de colportage : l’élaboration d’un mythe”, Europe, n° 654, oct. 1983.

4 Valentin JAMEREY-DUVAL, Mémoires. Enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, édité par J.-M. GOULEMOT, Paris, Le Sycomore, 1981.

5 Livres d’enfants, livres d’images, catalogue établi par Ségolène LE MEN, Paris, 1989 (p. 9).

6 Paul ZUMTHOR, Parler du Moyen Âge, Paris, Minuit, 1980 (p. 18).

7 Jacques LE GOFF, Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1977 (p. 11).

8 Paul ZUMTHOR, op. cit.. (p. 17-18).

9 Walter SCOTT, Ivanhoé, traduction de Pierre Louisy, Paris, L’Ecole des Loisirs, Classiques abrégés, 1990.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540