Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Texte/Image

 | 
Liliane Louvel

Entrée de jeu : pour renouer le dialogue

Texte intégral

  • 1 L. Louvel, L’œil du texte, Toulouse le Mirail, PUM, 1998.

1Cet ouvrage poursuit le travail commencé dans le précédent1 qui avait tenté une première approche des questions soulevées par le rapport entre littérature et peinture et proposé quelques points de repères théoriques et méthodologiques. Mais ce travail n’a fait que provoquer le désir de poursuivre la recherche dans des champs d’investigation qui n’avaient pu être suffisamment explorés. C’est ainsi que le projet de ce livre est né et que le lecteur y trouvera un écho mais aussi un approfondissement, souhaitons-le, de ce qui avait été avancé.

2Le vocabulaire utilisé par la critique m’a semblé digne d’une interrogation et d’une réflexion tant il en reflétait les présupposés et les enjeux. La tendance générale à faire des rapprochements hâtifs entre littérature et peinture, si elle témoigne d’un intérêt toujours vif pour le pictural, est souvent ni fondée ni « appelée » par le texte littéraire. J’ai donc tenté de faire le point sur cette question ce qui m’a aussi permis de définir une position par rapport aux travaux précédents et de proposer un affinement des catégories du descriptif liées aux pratiques intersémiotiques. C’est ce que tentent de faire les « nuances du pictural » que je propose : effet-tableau, arrangement esthétique, description picturale, hyptotypose, ekphrasis, qui graduent le texte en fonction de son degré de saturation picturale. Un autre désir rentré lors de la première rédaction concernait les « substituts du pictural », à savoir les médiateurs sémiotiques autres que la peinture qui viennent varier le rapport texte-image, en utilisant l’image au sens large et non seulement au sens pictural. C’est ainsi que deux chapitres proposent de faire le point sur les rapports entre le texte et le miroir, le texte et les appareils optiques, les reflets mais aussi la photographie, la cartographie, et le « tableau vivant ». Évidemment, à peine terminés, ces chapitres sur les jeux iconotextuels s’avèrent déjà tout à fait insuffisants et le sujet mériterait de faire l’objet de développements plus conséquents. Mais ceci, c’est le rebond normal d’ouvrage en ouvrage.

3Le travail sur l’intersémioticité amène avec lui des interrogations qui sont au cœur des deux derniers chapitres. J’ai tenté de les résoudre, provisoirement, à ma manière. Le rapport entre texte et image me semble pouvoir être révisé au-delà du paragone et de la division Lessingienne entre arts du temps et arts de l’espace. C’est dans l’effet de lecture d’abord que se trouve l’une des clés d’approche. Les modalités du dialogue entre texte et image impriment une double lecture qui s’opère sur le mode de l’oscillation, de la traduction ou de la transaction. L’image en-texte ou hors texte dont rapidement j’esquisse quelques modalités, joue le rôle de trompe-l’œil dont le lecteur ne peut se déprendre. Ce mouvement d’oscillation se double d’une constante : le désir contradictoire de voir de près/voir de loin qui se retrouve dans la perception de l’image et avait été initié de manière magistrale par Pascal contemplant « une campagne ». Le tout et la partie, l’oscillation du regard pris aux rets du séduisant détail, déstabilisent le texte et le lecteur, le sortant de l’emprise du texte pour mieux l’y replonger. D’où encore le désir d’« entrer dans la peinture » si bien illustré par le passage des Ambassadeurs de Henry James où Strether tente de retrouver le paysage de son tableau de Lambinet et y chemine tout un après-midi. Du virtuel avant l’heure. C’est aussi ce que propose Virginia Woolf dans un passage de To the Lighthouse lorsque l’œil de Mrs Ramsay transforme un compotier en montagne et ravins où cheminer.

  • 2 Eliane Escoubas, Imago Mundi, Paris, Galilée, 1986.
  • 3 Jonathan Rée, I See a Voice, London, Flamingo, 2000.

4Enfin, le mode d’intégration de l’image et de ses substituts dans le texte peut être conçu en termes qui allient les deux critères irréductiblement opposés par Lessing. Le temps et l’espace en effet, se trouvent réunis dans deux données fondamentales de la critique et de la physique : le rythme et la vitesse. Avec la notion de rythme au sens large de flux, le mouvement du voir et les effets rythmiques de l’image qui viennent scander le texte, on peut repenser la relation entre texte et image non pas sur le mode agonistique mais sur le mode complémentaire et coopératif. De même, la vitesse qui est bien de l’espace couplé au temps renforce cette hypothèse dans la « dièse spatio-rythmique » proposée par Éliane Escoubas2. Enfin le corps réintroduit dans l’œuvre par la présence de la peinture se fait entendre dans la synesthésie qui allie l’œil et l’oreille, les voix au voir3. Posons que la voix est la chair du texte tout comme la couleur est celle du tableau renouant avec la rhétorique ancienne et ses couleurs.

5Ces propositions qui ne sont encore que des ballons d’essais lancés dans le champ de la discussion se trouvent assorties de lectures picturales qui accompagnent l’ensemble de l’étude et offrent des mises en applications du travail proposé.
Ainsi, le lecteur pourra faire quelques stations en compagnie de Wilde et de Woolf, figures tutélaires ici, mais aussi de Henry James, d’Edith Wharton, de Stephen King, d’Angela Carter, de Vincent O’Sullivan, de John McGahern, de Paul Auster et de tant d’autres. Espérons que ces nuances et modulations donneront au lecteur le goût de poursuivre la recherche de l’image lorsqu’elle fait retour dans le texte sous toutes ses formes, utilise tous les subterfuges et se met à jouer avec lui de concert.

Notes

1 L. Louvel, L’œil du texte, Toulouse le Mirail, PUM, 1998.

2 Eliane Escoubas, Imago Mundi, Paris, Galilée, 1986.

3 Jonathan Rée, I See a Voice, London, Flamingo, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540