Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Troisième partie. Quand l’événement s’en/mêle

Chapitre XXIV. Événement et bande dessinée : le cas de Mortadelo y Filemón

Roselyne Mogin-Martin

Texte intégral

1L’objet de notre étude va être la classique bande dessinée pour enfants, Mortadelo y Filemón, de Francisco Ibáñez, éditée à partir de 1958 par les éditions Bruguera. Les premiers épisodes sont publiés dans la revue Pulgarcito, et à l’origine, ce sont des histoires courtes et strictement intemporelles, où il s’agit simplement d’accumuler les effets comiques : à l’instar de James Bond ou Sherlock Holmes, les détectives Mortadelo et Filemón essayent d’arrêter les « méchants » et font usage de toutes sortes de gadgets, mais n’ayant pas l’habileté ni les moyens techniques de leurs illustres modèles, ils échouent assez systématiquement, ce qui provoque le rire.

2Ensuite, à partir de la fin des années 1970 sont publiés des albums qui contiennent des histoires d’une quarantaine de pages. Ce nouveau format permet d’élaborer un scénario complexe : les aventures connaissent de multiples rebondissements et s’inscrivent dans le temps. Mortadelo et Filemón deviennent ainsi les protagonistes d’événements d’actualité classables en trois catégories.

3La première est celle des événements sportifs, et dans toutes les Olympiades ou Coupes du monde de football, nos héros sont censés protéger la délégation espagnole d’une grave menace. La deuxième consiste en la commémoration d’événements historiques ou culturels, en parallèle avec celles orchestrées par l’État espagnol : Mortadelo et Filemón participent par exemple en 1992 au 5e centenaire de la découverte des Amériques, et en 2005 ils se retrouvent dans la peau de Don Quichotte et Sancho Panza. Ces deux premières catégories présentant moins d’intérêt et/ou ayant déjà été étudiées, nous nous occuperons ici de la dernière, qui concerne l’actualité politique et sociétale, espagnole ou étrangère. En effet, elle est très productive depuis une vingtaine d’années, et s’affirme comme une ligne directrice de l’évolution des aventures de héros maintenant cinquantenaires.

Les contraintes du support

4Il convient, pour analyser ces œuvres, d’en rappeler le contexte de production. Tout d’abord, jusqu’à la fin des années 1970, la bande dessinée est en Espagne un sous-genre, ses auteurs doivent produire beaucoup pour gagner leur vie, et même si les choses ont passablement changé par la suite, il reste des traces de cette situation dans les albums actuels : certains scénarios sont répétitifs et des gags et des personnages secondaires sont « copiés-collés » à peu près à l’identique d’une publication à l’autre. Cela n’exclut pas toutefois d’authentiques réussites d’un auteur au talent certain, même s’il n’a pas toujours le loisir de donner sa pleine mesure.

5L’autre contrainte, c’est un schéma convenu et attendu par le jeune lecteur, qui constitue l’identité même de cette bande dessinée. Mortadelo et Filemón sont des détectives employés d’une agence gouvernementale, la TIA ; ils ont comme chef immédiat le « superintendente », particulièrement irascible et coléreux et des collègues pittoresques : Ofelia, la secrétaire au physique plantureux et au mauvais caractère et le professeur Bacterio, prototype du savant fou. Le déroulement de chaque aventure est pratiquement invariable, chaque épisode étant une source de gags : Mortadelo et Filemón reçoivent une convocation du « super », par des moyens divers et pittoresques ; ils doivent rallier le siège de la TIA par une entrée secrète puis se voient ensuite confier une mission, qui est rarement de leur goût. Ils partent l’effectuer, contraints et forcés, mais leur insigne maladresse, qui donne lieu à une quantité de péripéties comiques, les fait échouer. Ils en sont donc réduits à se réfugier le plus loin possible, poursuivis par les victimes de leurs gaffes, et la « course-poursuite », accompagnée d’un entrefilet de presse expliquant les faits, est la conclusion obligée de toute histoire. À chaque étape de l’aventure Mortadelo utilise, pour se tirer d’affaire, des déguisements qui font la joie des jeunes lecteurs.

L’insertion de l’événement

  • 1 El jurado popular, Barcelona, ed. B, 1996.
  • 2 Ce sont les leaders du « Partido Popular », parti de droite qui vient de perdre les élections.
  • 3 Mortadelo de la Mancha, Barcelona, ed. B, 2005.
  • 4 Las vacas chaladas, Barcelona, ed. B, 1997.
  • 5 Maastrich. ¡Jesús !, Barcelona, ed. B, 1993.
  • 6 Caricature de Jesús Gil, l’homme d’affaires véreux cité plus haut.
  • 7 Caricature de Ruiz Mateos, homme d’affaires dont les démêlées avec le ministre socialiste de l’éco (...)
  • 8 Il a été vice-président du gouvernement à la fin des années 1970. Le parti qu’il a fondé ensuite, (...)
  • 9 Caricature de Julio Anguita, leader du parti de gauche Izquierda Unida.

6Au tournant des années 1990, l’actualité se glisse dans les aventures de Mortadelo et Filemón, tout d’abord par le biais du dessin, certains des personnages secondaires ayant les traits d’hommes politiques ou de personnalités. Par exemple, dans El jurado popular1 deux des accusés ont le visage du banquier Mario Conde, et de l’homme d’affaires Jesús Gil qui défrayent la chronique des scandales financiers de l’époque. Le personnage politique se réduit ainsi à sa caricature, et cette pratique du clin d’œil comique devient constante dans les albums. Aznar, Rajoy2 et Jean-Paul II apparaissent de façon très incongrue dans Mortadelo de la Mancha3, et Mortadelo et Filemón en voyage en Grande Bretagne dans Las vacas chaladas4, tombent inévitablement sur le Prince Charles, caractérisé par ses grandes oreilles. Le procédé est davantage exploité dans Maastricht… ¡Jesús5 !, où Mortadelo et Filemón ont pour mission de protéger le futur candidat espagnol à la présidence de l’Europe, et les prétendants sont nombreux : Jesús Pil Pil6, obèse et vulgaire, Ruiz Mosqueos7, le roi du déguisement, qui rentre en fureur lorsqu’il entend prononcer le mot « Boyer », le candidat du CDS – « Cuchitril Democrático Solípedo » –, claire caricature de Adolfo Suárez8, ou alors Agostino Manguita9, anti-européen farouche. Ils sont caricaturés par un nom, un physique, ainsi qu’une idée ou un trait de caractère que leur prête l’opinion publique de l’époque, de même que les autres gouvernants européens, présentés dans une première page qui donne le ton. Maastrich n’est qu’un vaste poulailler, sous la direction du coq allemand Helmut Khol, et tous les « volatiles » présents semblent plus intéressés par la bataille pour le pouvoir que par l’Union.

  • 10 El atasco de influencias, Barcelona, ed. B, 1991.
  • 11 Ibáñez transpose ici un scandale réel, qui a fait la une de la presse de l’époque pendant plusieur (...)
  • 12 Corrupción a mogollón, Barcelona, ed. B, 1994.
  • 13 Allusion à un scandale de l’époque : le directeur de la Garde Civile, Luis Roldán, avait fui la ju (...)
  • 14 El tirano, Barcelona, ed. B, 1999. C’est du général Pinochet qu’il s’agit ici.

7Cependant, dans d’autres albums, le procédé s’affine et la critique se développe, puisque l’homme politique devient personnage principal. Par exemple, El atasco de influencias10 met en scène un nommé Juanito Batalla, coupable de trafic d’influences et de délit d’initié, et son complice, qui ressemble comme deux gouttes d’eau au vice-président du gouvernement de l’époque, Alfonso Guerra11. Dans Corrupción a mogollón12, le « méchant » s’appelle « Rulfián », directeur de la « guardia viril13 », et dans El tirano14, c’est un certain Antofagosto Panocho, président de la République de Chula.

  • 15 Prohibido fumar, Barcelona, ed. B, 2005.
  • 16 El carnet al punto, Barcelona, ed. B, 2005.
  • 17 ¡Por Isis llegó la crisis !, Barcelona, ed. B, 2009.

8Tout cela est totalement transparent pour le lecteur, à l’époque de parution respective de ces albums, comme le sont également d’autres titres, qui font référence à une actualité sociétale, depuis Las vacas chaladas jusqu’aux récents Prohibido fumar15, El carnet al punto16 ou ¡Por Isis llegó la crisis17 ! La mission de Mortadelo et Filemón va donc être d’intervenir au cœur de cet événement d’actualité, pour en éviter les conséquences néfastes. Ils devront par exemple mettre fin à la corruption au sein de la garde civile, empêcher un immonde tyran de nuire, trouver l’auteur du virus qui infecte les ordinateurs des grands de ce monde, etc. Bref, l’échelle d’intervention de nos héros a changé : ils ne poursuivent plus des voleurs de poules, comme dans leurs aventures courtes, mais doivent sauver l’Espagne, voire la planète !

9De ce fait, la construction de l’album change aussi. La traditionnelle convocation du « Super » est précédée d’une longue introduction générale de présentation, dans l’Histoire et dans l’actualité, de la notion dont il va être question. C’est ainsi que Corrupción a mogollón s’ouvre sur une étude sémantique du terme « corrupción » : un moine montre à deux touristes « el ombligo incorrupto de San Tripudez Mártir », un boucher vend de la viande corrompue, un constructeur empoche de l’argent sans réaliser le travail prévu, etc. et l’exposé se termine par la vision d’une longue queue de « ministros, subsecretarios y directores generales » devant une banque suisse ! Dans El jurado popular, c’est un historique sur la façon de rendre la justice : elle était arbitraire dans les temps anciens, elle est censée être maintenant parfaitement impartiale, mais les différentes vignettes font plus qu’introduire le doute. Ces introductions d’apparence didactique sont toujours comiques, mais, semble nous dire Ibáñez, le rire a une autre fonction, qui est de conduire à la réflexion, sur l’actualité, sur l’Histoire, et sur les rapports qu’elles entretiennent.

10Ensuite, la structure interne de l’aventure peut aussi connaître quelques changements. L’histoire longue est en principe divisée en épisodes, mais on constate que bien souvent ceux-ci sont nettement moins marqués. Tout au plus observe-t-on des pauses qui permettent à Mortadelo et Filemón de retourner dans les bureaux de la TIA pour prendre de nouvelles instructions, et celles-ci sont naturellement absentes dans les albums, de plus en plus nombreux, où Mortadelo et Filemón font de lointains voyages.

  • 18 Cf. Prohibido fumar, op. cit.
  • 19 Cf. Okupas, Barcelona, ed. B. 2001.
  • 20 Cf. Bye bye Hong-Kong, Barcelona, ed. B, 1997.
  • 21 Cf. El ordenador, ¡qué horror ! Barcelona, ed. B, 2001.
  • 22 C’est un des leaders historiques de la droite espagnole, maintenant très âgé.
  • 23 Cf. ¡Por isis ! Llegó la crisis, op. cit.

11Enfin, la règle selon laquelle la mission était obligatoirement un échec connaît quelques assouplissements, afin de mettre en conformité la fiction avec la réalité souvent nuancée dont elle s’inspire. Ainsi, Mortadelo et Filemón arrivent à éliminer le tabac, mais pas les fumées nettement plus nocives dégagées par les industries et les véhicules18, et ils expulsent de même les « Okupas ». Mais, n’était-ce pas aux hommes politiques plutôt qu’aux services secrets de régler autrement ces questions19 ? inverse, le final s’affranchit parfois du carcan que peut constituer l’événement au profit d’une fantaisie débridée qui provoque le comique : le coupable identifié n’est autre que Fidel Castro qui essaye de saboter la restitution de Hong-Kong20, d’introduire un virus dans les ordinateurs des grands de ce monde21, et enfin de prendre le contrôle de la TIA, cette fois en compagnie de Manuel Fraga22, tout aussi fou que lui23 !

Sens et écho de l’événement

  • 24 L’exemple espagnol le plus caractéristique en est la revue El jueves, qui commence à paraître en 1 (...)
  • 25 El quinto centenario, Barcelona, ed. B, 1992.
  • 26 Elle se compose de Jesús Gil, José Ma Aznar, Julio Anguita, Miquel Roca, José Ma Ruiz Mateos, Adol (...)
  • 27 Cf. El pinchazo telefónico.
  • 28 Cf. el ordenador, ¡ qué horror !

12L’introduction de l’événement est sans doute pour Ibáñez un moyen de renouveler le genre détectivesque parodique en exploitant une autre forme de comique, la satire politique d’actualité. Il y trouve une nouvelle inspiration pour de nouveaux gags, qui ne reposent pas seulement sur le comique de situation ou les déguisements, et sa démarche s’inscrit sans conteste dans l’évolution de la bande dessinée en Espagne depuis la fin du franquisme. Le « Tebeo », exclusivement enfantin et récréatif, cède du terrain au profit du « cómic », destiné aussi aux adultes, et c’est cette évolution que suit peu ou prou Mortadelo y Filemón, une évolution sans doute facilitée par à la fois le vieillissement et le renouvellement de son lectorat. Nos héros, leurs gaffes et leurs déguisements font toujours les délices des enfants de moins de 10 ans, mais lorsque ceux-ci deviennent adultes, sans abandonner leurs détectives favoris, ils cherchent sans doute autre chose dans la lecture d’un album qu’un comique de répétition, aussi inventif soit-il. Le moyen de satisfaire tous ces publics, c’est de concevoir des albums trans-générationnels, dont les niveaux de lecture sont multiples, des albums donc qui, à l’instar des journaux satiriques lus par les adultes, s’inspirent de l’actualité24. Cela constitue une liberté notable par rapport aux canons du genre « Tebeo », mais Ibáñez désire, comme beaucoup de ses confrères, l’affirmer, car il considère qu’il a le droit de défendre des idées et des valeurs, et de porter des jugements sur l’actualité et la politique. Certains points semblent l’intéresser particulièrement, et tout d’abord la réflexion sur l’Espagne et son rôle sur la scène internationale. Elle apparaît en 1992, dans El quinto centenario25 et se poursuit, autour d’événements où l’Espagne aspire à jouer un rôle prépondérant en Europe. Mais à Maastrich, la délégation espagnole est une authentique caricature des défauts du pays26, et dans les multiples conférences internationales auxquelles ils participent, Mortadelo et Filemón, par leurs gaffes accumulées, menacent la paix du monde au lieu de la garantir. Certes, ils arrivent à capturer la vache folle qui a contaminé tous les troupeaux, mais celle-ci leur échappe, et sème la panique dans une réunion au sommet. Yeltsin et Clinton en conçoivent une telle fureur qu’ils sont sur le point d’envahir l’Espagne ! De même, dans Bye Bye Hong-Kong, leur intervention manque de déclencher une guerre entre le Royaume-Uni et la Chine ainsi que d’autres incidents diplomatiques graves. Bref, semble nous dire Ibáñez, l’Espagne se targue de jouer un rôle de premier plan mais elle fait piètre figure face aux autres pays et ce ne sont pas un Felipe González et un Alfonso Guerra, tellement occupés à se disputer qu’ils en oublient leur hôte Mitterrand27 ou un Aznar, tout juste capable de répéter comme un perroquet « España va bien28 » qui redoreront son image.

  • 29 Una chapuza : un travail mal fait, un « bricolage ».
  • 30 Cf. Maastricht… ¡Jesús !, p. 29.
  • 31 Cf. Llegó el euro, op. cit.

13L’Espagne, c’est la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, dénonce aussi Ibáñez, alors que la « chapuza nacional29 » y est toujours de règle, et que la TIA en est le plus bel exemple. l’Espagne ce sont aussi en effet les villages arriérés, comme Valdepeñasco del Guijarral que visite l’homme politique en campagne, Basalto Róquez Pedrúsquez, habités par des paysans de caricature30, particulièrement bornés et ignorants, ou Fuentelnabo, où réside le faussaire qui fabrique les faux euros31. Il veut mettre à genoux l’économie mondiale pour se venger d’une réforme qu’il estime nocive pour ses économies, mais ses billets sont si grossiers qu’ils ne trompent que des gens aussi sots que lui !

  • 32 El UVA, Barcelona, ed. B, 2003.
  • 33 Cf. supra note 11.
  • 34 Cf. supra note 13.

14Sans doute ne faut-il pas exagérer la valeur dénonciatrice de cette « chapuza nacional », dans la mesure où elle est tout simplement un ressort comique facile. En effet, d’autres thèmes politiques et sociaux sont traités de façon plus sérieuse comme la corruption, qui constitue le sujet principal de 4 albums, El atasco de influencias, Corrupción a mogollón, El UVA32, et Prohibido fumar. Les deux premiers font directement référence à deux événements qui ont en leur temps défrayé la chronique, l’affaire Juan Guerra33 et l’affaire Roldán34, tandis que les deux autres dénoncent de façon plus large les collusions entre les hommes politiques et les hommes d’affaires. De plus, la façon de traiter ce même thème évolue, dans le sens d’un plus grand pessimisme. Dans El atasco de influencias, Juanito Batalla et son complice sont arrêtés, et la fin laisse entendre qu’ils iront très justement en prison, alors que dans Corrupción a mogollón, quand Felipe González se rend compte que de nombreuses personnes sont compromises, dont « Er Arfonso », il détruit les preuves et fait simplement déporter l’ex-chef de la « guardia viril », « Rulfián » sur une île tropicale qui n’a rien d’un bagne ! Dans El UVA, ce ne sont pas les Espagnols qui travaillent mal, ce sont leurs dirigeants qui sont incapables et corrompus : peu importe que le train à grande vitesse fonctionne et que son tracé réponde aux besoins de la population, l’essentiel c’est de créer des gares à proximité des terrains possédés par les hommes politiques, afin que leur valeur augmente ! Et si la lutte anti-tabac est aussi énergique, c’est parce que le ministre de l’hygiène y a un intérêt personnel : comme au bon vieux temps de la prohibition, il a monté des plantations clandestines et compte organiser, en compagnie de son complice, Nicotino Alquitránez, une lucrative contrebande !

  • 35 Les dessins permettent d’identifier les personnages, qui ne sont nommés que par leurs titres.
  • 36 Le « súper » précise bien à Mortadelo qu’il ne faut pas oublier le n de « puntero » pour éviter de (...)
  • 37 Cf. p. 5.
  • 38 Cf. p. 35.
  • 39 Il y a là une claire parodie des discours franquistes qui présentaient l’Espagne comme « la reserv (...)
  • 40 Cf. la fin de Prohibido fumar.

15La corruption met en cause les partis politiques de tous bords, et Ibánez s’interroge également – surtout ces derniers temps – sur les relations qu’ils entretiennent. Un album comme El carnet al punto s’en fait le reflet fidèle. L’événement d’actualité de départ est l’instauration d’un permis de conduire à points, et Zapatero, distrait et trompé par Rajoy, signe un décret nommant José María Aznar35, « puntero mayor del reino36 », avec mission de s’attaquer particulièrement aux membres des services gouvernementaux, dont la TIA, qui commettraient des infractions au code de la route. Mortadelo et Filemón doivent l’empêcher de nuire, puis le discréditer en l’amenant à commettre lui-même une infraction. Mais à la fin le « puntero » abandonne spontanément le terrain, et va donner des conférences de par le monde, à des publics aussi incongrus que pittoresques. De même, dans ¡ Por Isis llegó la crisis !, les discours que tiennent respectivement Zapatero et Rajoy37 sont on ne peut plus contrastés, et Juan Carlos en personne défile dans une manifestation en portant une pancarte : « no al cierre de los palacios38 ». C’est bien sûr à la TIA que revient la mission délicate d’en finir avec la crise, grâce aux inventions du professeur Bacterio, mais les solutions envisagées renvoient à une époque que l’on croyait révolue : « Se trata de un abono sonotónico molecular para las patatas, judías, berenjenas… ¡ Volveremos a ser la reserva berenjenal de occidente39 ! » De même, la lutte contre le tabac40 s’était finie par le « communicado de la victoria » suivant : « En el día de hoy, vencido y derrotado el nefasto vicio, el consumo de regaliz, hierbaluisa y mejorana ha alcanzado sus objetivos. ¡ El tabaco ha terminado ! » Un tel texte, claire parodie de celui lu par Franco le 1er avril 1939, ne peut que jeter de forts doutes sur la légitimité de la victoire en question !

  • 41 Les poursuites contre Pinochet avaient été engagées par le juge espagnol Baltasar Garzón.

16Parmi les albums consacrés à la politique et au pouvoir, un se détache particulièrement : El tirano. Mortadelo et Filemón y ont pour mission de supprimer un être vil et abject, le général Antofagosto Panocho, président de la République de Chula, et une fois rendus à San Dalio de Chula, ils ont tout le loisir de constater les horreurs commises par le dictateur, ainsi que la terreur qui règne dans la population. Suite à une de leurs maladresses habituelles, ils sauvent d’un attentat Panocho, qui fait d’eux ses hommes de confiance. Ils jouent le jeu, vu les avantages de cette position pour accomplir leur mission, mais ils ont du mal à cacher leur indignation et leur dégoût face à la cruauté du personnage. Ils sont incapables de réussir leurs tentatives d’assassinat, mais ce qui est inhabituel dans cet album c’est que leurs échecs ne provoquent pas l’hilarité. Au contraire, chacun paraît augmenter une rage que le lecteur ressent aussi, et qui les pousse à déployer des trésors d’imagination pour venir à bout du dictateur. Mortadelo en oublie presque de se déguiser ! Ensuite, Panocho, pris d’une crise aigue de lumbago, s’embarque pour Londres, en compagnie de ses deux « hommes de confiance » et c’est là que leur mission change : le tyran doit maintenant être protégé, car le juge « Calzón41 » a demandé son extradition pour qu’il soit jugé en Espagne. Mais, maladresse oblige, en voulant protéger le général, nos héros provoquent une série d’accidents qui le rendent fou, c’est-à-dire juridiquement irresponsable. Cet échec déclenche la fureur du « super », qui se calme, après un coup de téléphone du Président du gouvernement. Et Mortadelo et Filemón, qui n’y comprennent rien, se voient gratifiés de « una paga extra y diez días de vacaciones ».

17La critique est ici violente : Panocho est un horrible individu, qui mérite d’être lourdement condamné, mais certains ont intérêt en Espagne à ce qu’il ne soit pas jugé, et Ibáñez les nomme : « el presidente del gobierno », en 1999, c’est José María Aznar ! Mortadelo et Filemón, complices involontaires, seront aussi punis de leur maladresse, puisque des malfrats leur volent la « paga extra ». Ibáñez exprime dans cet album l’indignation et la déception qui sont celles de la majorité des Espagnols et des Européens de l’époque, et le comique passe au second plan : les gags sont peu nombreux, et ils relèvent d’un humour noir et grinçant, très inhabituel. Devant la gravité de la situation, le rire a laissé place à la dénonciation.

  • 42 El nuevo cate, Barcelona, ed. B, 1993.

18L’Eglise est une autre cible de prédilection d’Ibáñez, et il va s’en donner à cœur-joie avec l’adoption, en 1993, d’un nouveau catéchisme, fort discuté à l’époque dans les milieux catholiques. Il ne peut pas vraiment dans El nuevo cate42aborder directement les questions de fond, mais il ridiculise l’Église catholique à travers son clergé. Des prêtres défilent à la TIA, où ils sont chargés de rétablir les bonnes mœurs, et chacun est l’incarnation de défauts de l’Église. L’un parle latin en permanence, bénit des armes qui lui explosent au nez, et son obsession pour la prière généralisée provoque de nombreux accidents. Un second est obsédé par la longueur des jupes, mesure à ses yeux de toute morale, un troisième est très préoccupé de souffrance animale, mais partisan farouche de la peine de mort pour les voleurs de poules ! Ils sont suivis de bien d’autres, qui échouent tout aussi lamentablement dans leur mission d’évangéliser le personnel de la TIA, et l’album se finit sur une sentence d’excommunication prononcée contre le service secret. À partir de là, des curés et évêques plus ou moins pittoresques mais toujours ridicules et pourris de défauts – ils sont gloutons, superstitieux, intolérants, bornés, etc. – vont peupler les albums de Mortadelo et Filemón, et être la cible de leur juste colère. Il est évident qu’Ibáñez exprime là les opinions religieuses de toute une génération, qui a dû subir le catéchisme obligatoire, enseigné par des prêtres rétrogrades et en a conçu une haine farouche contre l’Église et ses représentants. Pour ses jeunes lecteurs actuels, qui n’ont bien évidemment pas la même expérience vécue, les prêtres sont simplement, grâce à leurs outrances, leurs exigences incompréhensibles et leurs maladresses, des personnages divertissants.

19En conclusion, l’incorporation de l’événement dans la bande dessinée Mortadelo y Filemón doit être interprétée comme la marque d’une évolution. Le public a changé, ou plutôt il s’est diversifié : les enfants qui grandissent restent fidèles à leur héros favoris, mais ils ne se satisfont plus de gags répétitifs se déroulant dans un monde de complète fantaisie. L’événement d’actualité est donc une nouvelle source d’inspiration, permettant d’introduire de la variété et d’exploiter une nouvelle forme de comique, en relation avec la satire politique, telle que peut la pratiquer la presse pour adultes. Cette inscription dans le temps pose la question de la pérennité de ces œuvres, puisque l’actualité est vite oubliée, et les ressorts du comique qui en découle ne fonctionnent plus, mais le lecteur pourra toujours apprécier un comique de situation, ainsi que l’inventivité d’un dessin souvent ciselé dans les moindres détails.

20Mais l’événement est aussi, et surtout, un moyen de faire en sorte que la bande dessinée ne soit pas un simple divertissement enfantin et sans transcendance, suivant ainsi l’évolution du genre dans l’Espagne post-franquiste. Grâce à son introduction, Ibáñez peut s’affirmer comme un artiste, qui exprime ses idées au-delà des codes convenus des productions pour enfants. Il n’en abandonne pas pour autant ce lectorat traditionnel, qui a lui aussi sans doute évolué : comme les adultes, il a accès à de nombreuses sources d’information, et il est sans doute nécessaire de lui donner aussi les moyens de réfléchir sur le monde qui l’entoure, voire de l’éduquer, sans pour autant renoncer à le distraire.

Notes

1 El jurado popular, Barcelona, ed. B, 1996.

2 Ce sont les leaders du « Partido Popular », parti de droite qui vient de perdre les élections.

3 Mortadelo de la Mancha, Barcelona, ed. B, 2005.

4 Las vacas chaladas, Barcelona, ed. B, 1997.

5 Maastrich. ¡Jesús !, Barcelona, ed. B, 1993.

6 Caricature de Jesús Gil, l’homme d’affaires véreux cité plus haut.

7 Caricature de Ruiz Mateos, homme d’affaires dont les démêlées avec le ministre socialiste de l’économie, Miguel Boyer, avaient défrayé la chronique de l’époque.

8 Il a été vice-président du gouvernement à la fin des années 1970. Le parti qu’il a fondé ensuite, le CDS, a perdu petit à petit des députés et des électeurs, jusqu’à disparaître complètement de la scène politique.

9 Caricature de Julio Anguita, leader du parti de gauche Izquierda Unida.

10 El atasco de influencias, Barcelona, ed. B, 1991.

11 Ibáñez transpose ici un scandale réel, qui a fait la une de la presse de l’époque pendant plusieurs mois.

12 Corrupción a mogollón, Barcelona, ed. B, 1994.

13 Allusion à un scandale de l’époque : le directeur de la Garde Civile, Luis Roldán, avait fui la justice après avoir commis un certain nombre de malversations.

14 El tirano, Barcelona, ed. B, 1999. C’est du général Pinochet qu’il s’agit ici.

15 Prohibido fumar, Barcelona, ed. B, 2005.

16 El carnet al punto, Barcelona, ed. B, 2005.

17 ¡Por Isis llegó la crisis !, Barcelona, ed. B, 2009.

18 Cf. Prohibido fumar, op. cit.

19 Cf. Okupas, Barcelona, ed. B. 2001.

20 Cf. Bye bye Hong-Kong, Barcelona, ed. B, 1997.

21 Cf. El ordenador, ¡qué horror ! Barcelona, ed. B, 2001.

22 C’est un des leaders historiques de la droite espagnole, maintenant très âgé.

23 Cf. ¡Por isis ! Llegó la crisis, op. cit.

24 L’exemple espagnol le plus caractéristique en est la revue El jueves, qui commence à paraître en 1977.

25 El quinto centenario, Barcelona, ed. B, 1992.

26 Elle se compose de Jesús Gil, José Ma Aznar, Julio Anguita, Miquel Roca, José Ma Ruiz Mateos, Adolfo Suárez, Mortadelo, ainsi que Rompetechos, un personnage d’une extrême myopie, héros d’une autre BD d’Ibáñez. De plus, ils se sont trompés de chemin et se dirigent vers la Tanzanie.

27 Cf. El pinchazo telefónico.

28 Cf. el ordenador, ¡ qué horror !

29 Una chapuza : un travail mal fait, un « bricolage ».

30 Cf. Maastricht… ¡Jesús !, p. 29.

31 Cf. Llegó el euro, op. cit.

32 El UVA, Barcelona, ed. B, 2003.

33 Cf. supra note 11.

34 Cf. supra note 13.

35 Les dessins permettent d’identifier les personnages, qui ne sont nommés que par leurs titres.

36 Le « súper » précise bien à Mortadelo qu’il ne faut pas oublier le n de « puntero » pour éviter de fâcheuses confusions (puntero/putero).

37 Cf. p. 5.

38 Cf. p. 35.

39 Il y a là une claire parodie des discours franquistes qui présentaient l’Espagne comme « la reserva espiritual de occidente ».

40 Cf. la fin de Prohibido fumar.

41 Les poursuites contre Pinochet avaient été engagées par le juge espagnol Baltasar Garzón.

42 El nuevo cate, Barcelona, ed. B, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search