Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Troisième partie. Quand l’événement s’en/mêle

Chapitre XXIII. Du témoignage au poème : Efraín Huerta et le 10 juin 1971

Isabelle Pouzet

Texte intégral

  • 1 Octavio Paz et Carlos Fuentes ont soutenu le président au lendemain des faits, précise J. Agustín (...)

1Le 10 juin 1971, de jeunes paramilitaires armés assaillent des étudiants de l’Institut Polytechnique National de Mexico qui manifestaient pacifiquement. Cet événement fait écho au massacre d’étudiants survenu le 2 octobre 1968 sur la place des Trois Cultures à Mexico. Depuis ce jour, les étudiants n’avaient pas osé s’exprimer publiquement de peur de représailles. Le 10 juin 1971, ils se décident à sortir dans la rue, encouragés par l’attitude du nouveau président Luis Echeverría. Dès son arrivée au pouvoir en 1970, celui-ci manifeste une certaine ouverture envers la jeunesse mexicaine et prend ses distances par rapport au gouvernement de Gustavo Díaz Ordaz. Cet après-midi-là, les étudiants se retrouvent piégés et massacrés par des jeunes paramilitaires armés, habillés en civils, les « Halcones » devant l’indifférence des militaires et de la police. On découvrira par la suite que ces « Halcones » avaient été formés par le gouvernement pour mettre fin aux mouvements sociaux. À la différence de Gustavo Díaz Ordaz qui avait assumé les événements du 2 octobre 1968, Luis Echeverría pour s’innocenter, va accuser son prédécesseur et ses émissaires d’avoir voulu le déstabiliser. Tous vont croire cette version1.

2L’objet de notre analyse ne sera pas l’événement du 10 juin 1971 en lui-même, mais la reprise de cet événement à l’écrit par le poète Efraín Huerta. Celui-ci, né en 1914 et décédé en 1982, était également critique cinématographique et journaliste au Mexique. Son œuvre poétique a été récompensée par le Prix National de Poésie décerné en 1976.

  • 2 E. Huerta, Poesía Completa, México, Fondo de Cultura Económica, 1995, p. 369-370.

3À deux reprises, le « Grand Crocodile » s’est exprimé sur le 10 juin 1971, événement auquel il aurait assisté. La première fois, il choisit le mode testimonial en rédigeant un article quatre jours après les faits pour une revue politique intitulée Solidaridad. L’événement est présenté comme le témoignage du poète qui aurait été spectateur de l’attaque des « Halcones ». La seconde fois, il consacre au 10 juin 1971 un poème intitulé « Del miedo y la compasión2 », publié en 1974, dans son recueil Los eróticos y otros poemas.

  • 3 E. Huerta, « Efraín Huerta, humilde testimonio », Laberinto urbano, Política, cultura, ciberespaci (...)

4L’article a été réédité dans le numéro du 10 juin 1997 du journal Laberinto urbano, aujourd’hui disparu, consacré au 10 juin 1971. Le texte d’Efraín Huerta est présenté, dans le paratexte qui l’encadre, comme un témoignage dont la véracité n’est nullement remise en cause. Le titre de l’article, « Efraín Huerta, humble témoignage » ainsi que la phrase d’introduction du texte le mettent en évidence : « Nous reproduisons ici le précieux témoignage de l’un des poètes les plus prestigieux et les plus combatifs de notre pays, publié le 30 juin 1971, dans la revue Solidaridad3. » Cependant, nous devons manifester une certaine défiance par rapport à ce document et ce, pour plusieurs raisons. D’abord nous ne disposons pas de la première version de l’article paru en 1971 mais de celle de 1997. Ensuite, ce document présente quelques inexactitudes par rapport à la version historique. La version des faits présentée dans ce texte ne pourrait donc pas être prise comme vérité, comme réalité, puisque son témoignage unique, abordé seul sans être confronté à d’autres, ne pourrait être validé. Ce n’est pas tant la fragilité du témoignage que la volonté de confronter ce document au poème qui nous conduit à adopter une démarche plus littéraire en considérant ces deux textes comme des récits mettant en scène un même événement d’ordre individuel.

5Nous ne chercherons pas à savoir si ce que décrit Efraín Huerta dans ce document est véridique mais plutôt comment il cherche à faire vrai, à se calquer sur le réel. Ensuite, nous nous arrêterons sur le poème « Del miedo y la compasión » où le « je » poétique se pose en victime de l’événement, et a donc recours à la fiction, au sens qui lui est communément attribué d’invention. Cette comparaison va nous amener à réfléchir sur le rapport au réel des deux documents. Le texte qui prétend reprendre le réel est-il forcément plus fidèle que celui qui le réinvente ?

Le témoignage

  • 4 R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, (...)
  • 5 Ibid., p. 56.
  • 6 Ibid., p. 43.
  • 7 Ibid., p. 144.

6Le témoignage se caractérise par un ancrage dans le réel. Renaud Dulong dans Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle4 montre que l’attestation biographique du type « j’y étais », « j’ai vu » qui apparaît systématiquement dans un témoignage désigne l’événement relaté, non seulement comme appartenant au réel, mais également comme un épisode de la vie du narrateur5. Le témoin identifiable s’engage sur la vérité des faits qu’il rapporte. Cette certification autobiographique6 constitue une garantie de fidélité à l’événement, ce qui pousse spontanément les auditeurs à adhérer au témoignage7.

  • 8 Ibid., p. 66. Nous soulignons.
  • 9 C. Dornier, « Toutes les histoires sont-elles des fictions ? », dans C. Dornier et R. Dulong (dir. (...)

7Il semble donc que le témoignage, par la position que le témoin adopte face au réel, soit le mode de représentation de l’événement le plus fidèle à celui-ci. Malgré cela, il est bon de se demander si le témoignage donne à voir l’événement tel qu’il est apparu au témoin. Renaud Dulong note à ce propos : « La réalité observable, ensemble chaotique de déplacements physiques, n’est intelligible que mise en intrigue8. » C’est autour de cette mise en intrigue qu’il convient de s’interroger. Comment se manifeste la mise en intrigue dans un texte qui se présente comme un témoignage ? Dans cet ordre d’idée, dans son article intitulé « Toutes les histoires sont-elles des fictions9 ? », Carole Dornier met en relation la notion de témoignage et celle de fiction en montrant que le témoignage, en tant que récit, fait intervenir la fiction. Elle entend la notion de « fiction » non pas au sens qui lui est communément attribué, celui d’invention, mais au sens de fabrication. La fiction désigne donc le processus de fabrication du vécu. Le témoignage donne à voir l’événement à travers une fictionnalisation du vécu. Celle-ci ne remet pas en cause la véracité de l’événement mis en récit mais souligne simplement que l’acte de narrer l’événement impose une figuration propre à tout récit.

8Le texte d’Efraín Huerta est précédé de plusieurs paragraphes qui reviennent sur les faits du 10 juin 1971 et, en particulier, sur la version officielle qui en a été donnée. Pour le gouvernement, les attaquants ont été les victimes des étudiants armés de l’Institut Polytechnique National et de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Le poète, par son témoignage, veut prouver que cette version est mensongère :

  • 10 E. Huerta, op. cit., p. 42. « Bueno, hasta la contradicción resulta humorística : al amparo de una (...)

Bon, même la contradiction est humoristique : sous l’égide d’une liberté bien employée, les caricaturistes et les journalistes dénoncent avec férocité les agresseurs, mais dans les colonnes remplies d’échos et de communiqués officiels, ceux-ci ont été les victimes innocentes des étudiants armés de l’Institut Polytechnique, de l’UNAM et d’autres institutions hautement respectables10.

  • 11 Ibid., p. 42.
  • 12 Ibid., p. 43.
  • 13 Ibid., p. 43.

9Le récit est présenté comme un récit référentiel par le paratexte mais également par l’auteur lui-même qui multiplie les assertions biographiques. En tant que témoin oculaire, Efraín Huerta présente les faits à travers le filtre visuel : « Alors je les vis11 […] », « Je pus voir12. […] », « Alors, tout ce que je vis arriva13 […] ». La répétition de ces éléments présente le poète comme témoin de l’événement. La notion de fiction, au sens de fictionnalisation, comme l’a développée Carole Dornier, intervient dans la mise en forme du souvenir. Elle est d’autant plus travaillée que le souvenir est rapporté de manière écrite par un écrivain. La narration des événements est chronologique. Il faut souligner la volonté de l’auteur de donner des indications temporelles et spatiales les plus exactes possibles pour prouver la véracité de ses propos. Tout au long de son récit, il indique l’heure à trois reprises ainsi que les noms des rues. Surgissent ensuite les protagonistes : les paramilitaires armés. Il est important de noter que, à l’instar d’un témoignage qui s’inscrit dans un processus judiciaire, le témoin insiste ici sur les éléments les plus constitutifs de l’événement comme les armes ou encore les coups assénés sur la foule :

  • 14 Ibid., p. 43. « […] sólo vi las primeras carreras de terror, los primeros golpes […] las pr (...)

[…] Je n’ai vu que les courses de terreur, les premiers coups […] les premières chutes brutales sur le pavé des gens pris par surprise, des gens désarmés, bien évidemment14.

10Ce texte présente des limites propres à ce genre de récit. Le témoin ne peut pas tout voir ni tout entendre, ce que suggère le narrateur qui réduit sa description à ce qui lui parvient. À la fin du texte, la voix du témoin s’essouffle lorsqu’il cesse de voir ce qui se passe :

  • 15 Au Mexique, la « cenaduría » est un restaurant qui n’ouvre que le soir.
  • 16 Ibid., p. 43. « Estuve escondido en una cenaduría, y no se escuchó ningún disparo. Más o me (...)

Je restai caché dans une « cenaduría15 » et aucun bruit de tir ne nous parvint. Plus ou moins rassuré, je me dirigeai vers la rue Guillermo Prieto, je traversai Melchor Ocampo, et je pus entendre pendant près de deux heures, depuis une terrasse des rues de Quetzalcóatl, l’intense échange de coups de feu ainsi que les fréquentes rafales de mitraillettes. Je ne voyais plus rien mais j’imaginais le pire16.

  • 17 Ibid., p. 42-43. « […] vi varios oficiales cómodamente recargados en sus motocicletas. Tal (...)
  • 18 C. Dornier, op. cit., p. 92.

11Les failles du témoignage sont également celles de la mémoire et de la difficulté à figurer les événements. À cet égard, certains éléments du texte semblent très approximatifs : « […] je vis plusieurs officiers commodément appuyés sur leurs motocyclettes. Peut-être n’étaient-ils pas de ce monde, mais les chars antiémeutes eux l’étaient17 ». Au lieu de diminuer la valeur du témoignage, ces limites confèrent au document un caractère véridique. C’est ce qu’appelle Carole Dornier la rhétorique du « témoin honnête18 ». Les failles du témoignage sont également provoquées par le manque d’information du témoin sur l’événement. Il s’ensuit une incompréhension qu’il tente d’expliquer ou de justifier. Ici, si l’auteur se garde bien d’émettre la possibilité que l’attaque des « Halcones » ait été commanditée par le gouvernement, il le suggère cependant en soulignant l’attitude des militaires qui les auraient laissé.

  • 19 L. Boltanski, M.-A. Schiltz, Y. Darré, « La Dénonciation », Actes de la recherche en sciences soci (...)
  • 20 E. Huerta, op. cit., p. 42. « Soy testigo, humilde y extemporáneo testigo, de que la policía propi (...)

12Ce témoignage est au service de la dénonciation. Nous entendons ici le terme « dénonciation » au sens de « dénonciation d’une injustice » comme le définit Luc Boltanski19. Ce dernier distingue quatre actants dans la dénonciation : le dénonciateur, le juge, la victime et le persécuteur. Dans ce texte nous retrouvons ce système actanciel. La publication du témoignage a donc pour objectif de toucher une partie, si petite soit-elle, de l’opinion publique : « Je suis témoin, humble et importun témoin, que la police a favorisé le travail des assassins, en leur ouvrant le chemin20 […]. »

  • 21 Ibid., p. 43.

13La volonté de dénoncer transparaît également au niveau rhétorique. Si les manifestants sont ses enfants symboliques, « mes enfants21 » dit-il, en revanche, les « Halcones » sont dépréciés. À cela s’ajoutent les métaphores, les images ainsi que les interventions de l’auteur pour accuser les coupables. Tant la structure que le contenu du texte trahissent le désir de convaincre de la culpabilité des « Halcones ».

14Comme nous venons de l’observer, ce récit du 10 juin 1971, même s’il a pour but de dénoncer les faits, n’en reste pas moins fidèle à la réalité. À l’aide de nombreux détails, l’auteur tente de recréer l’événement tel qu’il l’aurait vu et vécu. Dans le poème « Del miedo y la compasión », Efraín Huerta revient sur cet événement. À la différence du témoignage qui s’applique à être fidèle à la réalité, ce poème ne fait que la suggérer. Le degré de fictionnalisation est plus élevé et cela conduit à s’interroger sur la réception par le lecteur de ces deux documents.

Le poème

  • 22 E. Huerta, Circuito interior, México, Editorial Joaquín Mortiz, 1977, p. 11-12. Dans ce poème, Efr (...)
  • 23 E. Huerta, Poemas prohibidos y de amor, México, Siglo Veintiuno Editores, 2001, p 11. « El Diez de (...)

15Paru vingt jours plus tard, le témoignage d’Efraín Huerta semble avoir été rédigé avec une certaine facilité, quatre jours après le 10 juin 1971. Le poète l’aurait écrit d’un seul trait, dans l’urgence de témoigner et d’opposer son récit à la version officielle. Le poème « Del miedo y la compasión », extrait de Los eróticos y otros poemas, est daté du 24 septembre 1971, soit trois mois après les faits. À la différence du témoignage, l’auteur marque une distance par rapport à sa situation de témoin. Si porter témoignage semblait chose aisée quelques jours après les faits, trois mois plus tard, le poète se trouve dans l’incapacité de témoigner. Nous aurions pu attendre un poème retraçant les événements du 10 juin 1971 à la manière d’une chronique comme, par exemple, dans son poème « Puebla endemoniada22 ». Dans « Del miedo y la compasión », les références factuelles sont peu nombreuses. Cela surprend d’autant plus que dans le prologue de Poemas prohibidos y de amor, l’auteur rappelle l’événement sur le mode du témoignage23. La difficulté à reprendre l’événement en poésie aurait-elle à voir avec son statut de témoin de l’événement ?

  • 24 Ibid., p. 171.
  • 25 Ibid., p. 171.
  • 26 Encore aujourd’hui, il n’y a officiellement pas de coupable. Luis Echeverría a été jugé pour son i (...)
  • 27 Ibid., p. 171.
  • 28 Ibid., p. 171.

16Ce poème met en évidence une tension entre le devoir de mémoire que l’auteur s’impose et l’incapacité à témoigner. Cette incapacité se manifeste dès la première strophe. Le texte débute par une indication temporelle, l’heure à laquelle ont surgi les « Halcones », elle-même indiquée dans le témoignage. Une autre référence temporelle « le dix24 » la complète. Après ces éléments, il serait naturel d’attendre le récit de l’événement mais c’est le « je » poétique qui se met en scène : « je fulgurai comme un élémentaire agonisant25 ». Le contraste entre l’action de briller exprimée par le verbe « fulgurer » et l’état agonisant du sujet semble non seulement suggérer la force de la douleur ressentie à la vue des faits mais peut également trahir un sentiment d’impuissance reflétée par son attitude « agonisante » devant les événements. Ensuite, au moyen de la prétérition, il passe sous silence les faits. Il affirme, de cette manière, la difficulté à restituer l’événement trop douloureux pour être mis en mots. Cette position métaphorise le silence qui est fait autour du 10 juin 197126. Le dernier vers du poème reprend, d’ailleurs, cette idée de manière ironique. Le fait de taire le mois et l’année « je ne vois ni le mois ni l’année27 » et de mettre l’accent sur la continuité du silence illustre la situation de la jeunesse mexicaine contrainte à se taire. Leur volonté de le briser reste vaine : « silences brisés mais prolongés28 ».

  • 29 E. Huerta, Los eróticos y otros poemas, México, Editorial Joaquín Mortiz, 1974, p. 171.

Del miedo y la compasión

De la peur et de la compassion

A mis amigos y compañeros del IPN

A mes amis et mes camarades de l’IPN

A las 5.30 del día diez

À cinq heures et demie le dix

fulguré como un elemental agonizante.

je fulgurai comme un élémentaire agonisant,

No veo el año ni el mes

Je ne vois ni l’année ni le mois

ni los secretos podridos

ni les secrets pourris

ni los silencios rotos pero prolongados

ni les silences brisés mais prolongés

como los gusanos y las babosas.

comme les vers et les limaces.


Hoy debo repetir mi miedo


Aujourd’hui je dois répéter ma peur

la firma de mi pánico

la signature de ma panique

la verde costra de los desnudos pies

la verte croûte des pieds nus

sobre las calles ultrajadas.

sur les rues outragées.


Dulcemente a solas me miento la madre,


Doucement seul je me maudis,

porque yo sí procuré, procuro algo,

parce que moi oui j’essayai, j’essaie de faire quelque chose

canceroso procurador

cancéreux procureur

– hígado roto, riñones de cemento –,

– foie brisé, reins de ciment –

procurador de la miseria y de los muertos,

procureur de misère et de morts

muerto vivo, poeta funeral,

mort vivant, poète funéraire,

nacido en junio, en junio muerto,

né en juin, en juin mort,

testigo, testimonio,

témoin, témoignage,

dolorido hasta los ascos,

blessé jusqu’à la nausée,

ardido por mis hijos y mis hermanos

irrité par ce qu’ont subi mes enfants

apaleados,

et mes frères rossés,

asesinados.

assassinés.


Dios nos bendiga,


Que Dieu nous bénisse,

diez, dieces de junio, dioses de siempre,

dix, tous les dix du mois de juin, dieux de toujours,

y compadezcamos a Dios

et ayons pitié de Dieu

que tampoco vio nada.

qui n’a rien vu non plus.


24 de septiembre de 197129


24 septembre 1971

  • 30 Ibid., p. 171.
  • 31 Ibid., p. 171.

17Cette incapacité à témoigner s’explique dans le quatrain suivant. Les premiers mots des deux premiers vers pourraient laisser croire que le sujet poétique exprime son devoir de mémoire, un devoir qui devrait passer par l’oralité et par l’écrit : « Aujourd’hui je dois répéter ma peur/la signature de ma panique30 ». Pourtant, ce n’est pas la mémoire qu’il évoque mais son ressenti. Ce n’est qu’après avoir avoué cette faiblesse qu’il peut faire référence aux victimes dont les corps sont fragmentés. Il ne peut révéler les faits qu’à partir du moment où il se libère du poids de l’impuissance exprimée à la strophe suivante : « Doucement seul je me maudis,/parce que moi oui j’essayai, j’essaie de faire quelque chose31 […]. » Il se défend de l’accusation qu’il se fait à lui-même mais cette défense n’est pas efficace. La répétition du verbe « essayer » souligne l’intensité de l’effort qui n’aboutit à rien de précis, si ce n’est le poème qui pourrait être ce « quelque chose ». La dérivation du verbe espagnol « procurar » crée une ambiguïté dans le poème. Le procureur fait à la fois référence au « je » poétique incapable de représenter les victimes et au procureur général de la République, le représentant de la Justice, resté muet face à cet événement.

  • 32 Ibid., p. 171.

18Le sujet poétique, submergé par la douleur et l’impuissance, est tiraillé entre le devoir de mémoire et l’incapacité à témoigner. Dès lors, il ne lui reste qu’à se mettre en scène en tant que témoin. Le titre même le suggère puisqu’il introduit les deux sentiments qui dominent le texte. Mais le poète ne se contente pas de mentionner ses affects, comme il l’a fait dans le témoignage, il devient victime de l’événement. Son corps porte la trace des faits. Il ne s’agit pas seulement d’une blessure que soulignent les adjectifs « blessé », « irrité » mais d’une atteinte à sa vie : « mort vivant, poète funéraire32 ». La compassion du poète est illustrée par l’agonie du sujet poétique. En insérant dans cette strophe le mot « témoignage », il atteste que son poème constitue lui aussi un témoignage mais un témoignage en tant que victime et non plus en tant qu’observateur. Si à la fin de l’avant-dernière strophe le sujet poétique se distingue encore des victimes, dans la dernière strophe, il s’unit à elles au moyen de la première personne du pluriel. Les victimes ne forment plus qu’un seul groupe auquel il s’identifie.

  • 33 Voir la réflexion sur le corps des survivants chez R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions s (...)

19Ainsi, le « je » poétique, incapable de transmettre l’événement en tant que témoin, le fait en se plaçant du côté des victimes. Cette inversion construite par le poète est donc fictionnelle puisqu’elle ne correspond pas à la réalité. Ce n’est plus lui qui observe l’événement mais bien le lecteur à travers l’agonie physique et morale du sujet poétique. Le poète donne à voir les stigmates de l’événement que porte son corps, il les ramène « ici-bas33 ». C’est bien pour rendre hommage à ceux qui ont souffert que le poète s’affranchit de sa position réelle de témoin et se mue en victime.

  • 34 K. Hamburger, Logique des genres littéraires, Paris, Le Seuil, 1986. Pour elle, la poésie relève d (...)

20En portant la trace de l’événement dans son corps et dans son âme, le sujet poétique ancre le passé dans le présent, celui de la réception du poème par le lecteur. Ce dernier est malgré lui happé par la scène et en devient alors le témoin. La force du poème, qui fait défaut dans le témoignage, réside dans ce dépassement. Le « je » poétique devient une victime et le lecteur un témoin de l’atrocité. Dès que le lecteur lit le poème, il se change en témoin de l’événement et va être engagé – qu’il le veuille ou non – dans la transmission du témoignage. L’aspect fictionnel du poème réside dans la distance entre la réalité vécue par le poète et la situation du sujet lyrique. C’est cet aspect fictionnel qui permet de connecter l’événement à la réalité, celle du lecteur. Cette remarque est d’autant plus vraie si l’on considère le poème lyrique comme un énoncé de la réalité34.

  • 35 C. Ginzburg, Un seul témoin, Paris, Bayard, 2007.
  • 36 Un des rares témoignages d’une victime du 10 juin 1971 est disponible sur le site de la Commission (...)

21Ainsi, partant de l’idée que le témoignage est ancré dans le réel et le poème dans la fiction et que, par conséquent, le témoignage serait plus fidèle à l’événement que la fiction, l’analyse de ces deux documents oblige à nuancer cet a priori. Ce témoignage, par son caractère narratif, par son insertion dans un message d’ordre politique ainsi que par sa trop grande volonté de « faire vrai » ne semble pas plus fidèle au réel que ne l’est le poème. Ce constat ne prétend s’appliquer qu’aux documents ici évoqués. Il a cependant le mérite de rappeler, d’une part, ce que Carlo Ginzburg dans son ouvrage Un seul témoin35 souligne à propos de l’usage des témoignages en histoire : le « rapport hautement problématique avec la réalité » et, d’autre part, la capacité de la poésie à transmettre la réalité grâce à des procédés littéraires qui lui sont propres. Les deux textes que nous avons confrontés font surgir deux voix distinctes. Dans le témoignage, la voix d’Efraín Huerta se fige autour des faits, d’un cadre spatio-temporel, de tous les éléments qui concordent pour prouver la vérité de son propos. Le poème, au contraire, ne se situant pas dans une perspective d’attestation des faits mais d’expression du ressenti, laisse l’action de côté et permet à celui qui s’y exprime de dévoiler ce que le témoignage peut taire. L’expression lyrique telle qu’elle se manifeste en poésie apporte au lecteur ce que le témoignage passe volontairement sous silence. Mais, au-delà de la réflexion littéraire que nous venons de mener autour de ces deux textes, il faut rappeler que les traces qu’a laissées le 10 juin 1971 sont peu nombreuses. Excepté les ouvrages portant sur l’histoire du Mexique, cette date est aussi bien ignorée de la justice que de la société mexicaine36. À la différence du 2 octobre 1968, repris immédiatement par les artistes de l’époque, puis en octobre 2008 pour sa commémoration, le 10 juin 1971 apparaît, en revanche, comme un épiphénomène du 2 octobre, comme un soubresaut de violence trop vite oublié. La mise en regard de ces textes du poète du Bajío aura donc permis, d’une part, de faire émerger les caractéristiques propres à chaque document et leur rapport à l’événement, d’autre part, de rappeler un brutal épisode de l’histoire du Mexique à presque quarante ans de sa survenance.

Notes

1 Octavio Paz et Carlos Fuentes ont soutenu le président au lendemain des faits, précise J. Agustín dans Tragicomedia mexicana 2, México, Planeta, 2007, p. 27. Dans sa biographie sur Daniel Cosío Villegas, Krauze E. écrit que tous ont cru à un piège tendu au Président : « Llegó la matanza del 10 de junio de 1971 y, como casi todo el mundo intelectual mexicano, Cosío creyó la versión de que había sido una trampa fraguada contra el Presidente. », dans E. Krauze, Daniel Cosío Villegas, México, Tusquets Editores, p. 293.

2 E. Huerta, Poesía Completa, México, Fondo de Cultura Económica, 1995, p. 369-370.

3 E. Huerta, « Efraín Huerta, humilde testimonio », Laberinto urbano, Política, cultura, ciberespacio, rock y ocio en la ciudad de México, 10 juin 1997, n° 9, p. 42-43. « Reproducimos aquí el valioso testimonio de uno de nuestros más importantes y combativos poetas, publicado el 30 de junio de 1971, en la revista solidaridad. »

4 R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998.

5 Ibid., p. 56.

6 Ibid., p. 43.

7 Ibid., p. 144.

8 Ibid., p. 66. Nous soulignons.

9 C. Dornier, « Toutes les histoires sont-elles des fictions ? », dans C. Dornier et R. Dulong (dir.), Esthétique du témoignage, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, p. 91-106.

10 E. Huerta, op. cit., p. 42. « Bueno, hasta la contradicción resulta humorística : al amparo de una bien utilizada libertad, los cartonistas y los articulistas denuncian ferozmente a los golpeadores, pero en las columnas repletas de gacetillas y comunicados oficiales, éstos fueron las víctimas inocentes de los empistolados estudiantes del poli, de la UNAM y de otras respetabilísimas instituciones. »

11 Ibid., p. 42.

12 Ibid., p. 43.

13 Ibid., p. 43.

14 Ibid., p. 43. « […] sólo vi las primeras carreras de terror, los primeros golpes […] las primeras caídas brutales sobre el pavimento de la gente cogida de sorpresa, gente inerme, claro está. »

15 Au Mexique, la « cenaduría » est un restaurant qui n’ouvre que le soir.

16 Ibid., p. 43. « Estuve escondido en una cenaduría, y no se escuchó ningún disparo. Más o menos tranquilo, me encaminé hacia Guillermo Prieto, crucé Melchor Ocampo y pude escuchar, durante casi dos horas y subido en una azotea de las calles de Quetzalcóatl, el nutrido tiroteo y las frecuentes ráfagas de metralletas. Ya no veía nada pero imaginaba lo peor. »

17 Ibid., p. 42-43. « […] vi varios oficiales cómodamente recargados en sus motocicletas. Tal vez no eran de este mundo, pero los tanques antimotines sí lo eran. »

18 C. Dornier, op. cit., p. 92.

19 L. Boltanski, M.-A. Schiltz, Y. Darré, « La Dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, vol. 51, 1984, p. 3-40. Disponible sur [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1984_num_51_1_2212?_Prescripts_Search_isPortletOuvrage=false. Consulté le 13 janvier 2010].

20 E. Huerta, op. cit., p. 42. « Soy testigo, humilde y extemporáneo testigo, de que la policía propició la labor de los asesinos, facilitándoles el camino. »

21 Ibid., p. 43.

22 E. Huerta, Circuito interior, México, Editorial Joaquín Mortiz, 1977, p. 11-12. Dans ce poème, Efraín Huerta rappelle les faits du 10 juin 1971 dans la ville de Puebla où les étudiants ont également subi l’attaque des « Halcones ». Il énumère les coupables et leurs fautes.

23 E. Huerta, Poemas prohibidos y de amor, México, Siglo Veintiuno Editores, 2001, p 11. « El Diez de Junio de 1971, cuando vi que los tanques antimotines se desplazaban para dejar el campo libre a los halcones, supe, con todo y mi miedo pánico, que la gendarmería montada casi había pasado a una página indeterminada de una historia menor. » Il fait allusion à un poème du même recueil, Elegía de la policía montada, où il peint de manière caricaturale la police montée.

24 Ibid., p. 171.

25 Ibid., p. 171.

26 Encore aujourd’hui, il n’y a officiellement pas de coupable. Luis Echeverría a été jugé pour son implication dans l’organisation du 2 octobre 1968 mais pas pour le 10 juin 1971.

27 Ibid., p. 171.

28 Ibid., p. 171.

29 E. Huerta, Los eróticos y otros poemas, México, Editorial Joaquín Mortiz, 1974, p. 171.

30 Ibid., p. 171.

31 Ibid., p. 171.

32 Ibid., p. 171.

33 Voir la réflexion sur le corps des survivants chez R. Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS, 1998, p. 194-196.

34 K. Hamburger, Logique des genres littéraires, Paris, Le Seuil, 1986. Pour elle, la poésie relève de la réalité, à la différence du roman qui est fiction. Il ne s’agit pas de la réalité de l’auteur mais d’une réalité subjective, celle du sujet poétique.

35 C. Ginzburg, Un seul témoin, Paris, Bayard, 2007.

36 Un des rares témoignages d’une victime du 10 juin 1971 est disponible sur le site de la Commission des Droits de l’Homme du District Fédéral : [http://www.dchdf.org.mx] consulté le 12 février 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search