Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Troisième partie. Quand l’événement s’en/mêle

Chapitre XIX. La rencontre comme événement métacritique : la portée de l’événement conclusif dans Les Songes et discours de Francisco de Quevedo

Delphine Hermès

Texte intégral

  • 1 E. Benveniste. De fait, la phrase s’assimile à un « événement évanouissant » (Problèmes de linguis (...)
  • 2 Bien que nous commencions cette réflexion à partir des fondements théoriques de E. Benveniste, leq (...)
  • 3 G. Genette, op. cit., p. 71.
  • 4 J. Derrida, « Une certaine possibilité impossible de dire l’événement », dans G. Soussana, A. Nous (...)

1Tout discours est un événement langagier1, si l’on reprend la pensée d’Emile Benveniste. Dès lors, chaque texte, autrement dit le discours différé de l’auteur – assujetti au narrateur ou bien délégué à d’autres personnages –, incarne un événement selon le point de vue de l’énonciation en affirmant l’existence du sujet. Lorsque l’écrivain cède la parole à ses personnages, c’est encore le discours qui occupe l’économie de la fiction. Une telle démultiplication des sujets (réel et fictionnels) juxtapose les événements langagiers et peut problématiser les ressorts du langage quand une créature de papier refuse les mots attribués par son créateur. Le discours se différencie du récit2, lequel consiste en la relation d’événements (réels ou imaginaires3) et se concentre sur les péripéties affectant le(s) sujet(s) de l’intrigue. Dans la fiction, peuvent ainsi cohabiter l’événement discursif et l’événement narratif. Toutefois, le recueil des Songes et discours présente une aporie relative à la notion d’événement narratif. En effet, le récit quévédien semble se disperser sans un véritable plan d’élaboration préalable, ni même un apparent événement narratif qui conférerait une signification globale à l’œuvre. Dès lors, cette production convoque un autre type d’événement, celui d’événement discursif. Une interrogation s’érige comme fondement du travail ici présenté : la prédominance du discursif peut-elle annihiler le contenu narratif ou bien peut-il se produire une coïncidence parfaite entre l’événement discursif et l’événement narratif ? Cela supposerait de dire l’événement au moment même de son surgissement effectif dans la narration ; option que Jacques Derrida qualifie de « possibilité impossible4 » au vu du caractère constatif du dire et de la nature imprévisible de l’événement. C’est pourtant une piste qui se concrétise dans la réflexivité d’une œuvre qui finit par transformer le langage en un événement central. Ainsi, pour cerner les enjeux de l’événement au sein des Songes et Discours, nous aurons recours à un inventaire méthodologique des diverses relations entre l’événement et la littérature avant de pénétrer l’œuvre quévédienne et d’explorer plus particulièrement la portée de la dernière scène.

De la littérature et de l’événement

  • 5 C. Romano, L’événement et le monde, Paris, PUF, 1998, p. 6.

2Parler d’événement consiste, en général, à explorer a posteriori une discontinuité dans un champ ayant trait à un sujet (individuel ou collectif). Rupture dans une substance préétablie et site dans un espace/temps déterminé, l’événement est, surtout, un « changement qui survient dans l’ordonnancement des choses5 », ce qui façonne l’existence des êtres et reconfigure le monde.

3En s’attachant plus précisément à la relation littérature/événement, il est possible de dégager cinq axes essentiels.

  • 6 F. Berthelot, Du rêve au roman. La création romanesque, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2 (...)

4A) Tout d’abord, la littérature peut tendre à la narration d’événements imaginaires ou ayant eu lieu dans le réel. La littérature assujettie à l’événement réel apporte, par exemple, un regard personnel sur un fait historique, comme le démontre, entre autres, l’ouvrage intitulé Grandes Anales de quince días dont l’inspiration quévédienne se fonde directement sur le changement de règne entre Philippe III et Philippe IV. En revanche, l’événement imaginaire, qui ponctue la fiction, émerge de l’inspiration de l’écrivain – parfois modulée par son vécu et le réel – et trouve ses vraies origines dans le langage6.

  • 7 Saminadayar-Perrin C., « Introduction », dans C. Saminadayar-Perrin (dir.), Qu’est ce qu’un événem (...)
  • 8 R. Gómez de la Serna, « Quevedo », I. Zlotescu (dir.), Biografías de escritores (1930-1953), Barce (...)
  • 9 Une équipe de chercheurs de l’École de Médecine Légale de la Complutense a tout récemment identifi (...)
  • 10 Nous en voudrons pour preuve l’analyse de Celsa Carmen García Valdés qui explicite comment certain (...)

5B) L’événement peut également se conjuguer avec la biographie de l’auteur, proposant alors « des événements littéraires sans œuvre7. » Il suffit de mentionner, par exemple, la recherche des restes de Quevedo menée par une commission chargée d’inaugurer le Panthéon National en 1869 ; cette commission dévoila au grand jour que les ossements de l’écrivain gisaient dispersés et mélangés parmi d’autres8dans la crypte d’une église de Villanueva9 (fait réel qui n’est pas sans rappeler la scène inaugurale du Songes et discours où les corps disloqués des défunts tentent vainement de se reformer). Dès lors, l’événement pur, saisi ici comme l’exhumation des restes quévédiens, côtoie et finit par dépasser le domaine littéraire. De même, certaines conduites ou propos de Quevedo ont nourri l’image d’un artiste odieux et provocateur. Les événements vitaux, comme les duels, font événement bien plus encore que le contenu de certaines de ses productions. Avant même la publication ou diffusion de ses écrits, sa légende continuait de réactiver l’intérêt pour ses œuvres10.

  • 11 P. Jauralde Pou, « Realidad y leyenda de la prisión de quevedo en el convento de San Marcos », Tie (...)

6C) À l’inverse, des œuvres se cristallisent en véritables événements ; citons, à cet égard, le supposé pamphlet contre la politique du comte-duc d’Olivares qu’aurait écrit Quevedo en 1639 et que le roi aurait trouvé sous sa serviette, provoquant de fait, selon les rumeurs de l’époque (aujourd’hui démenties11) l’emprisonnement de l’écrivain. Les mots se transformèrent, dès lors, en malheurs pour le créateur. La fiction viendrait ainsi influencer le monde en créant des événements dans le réel.

  • 12 T. Gómez Trueba, El sueño literario de España. Consolidación y desarrollo del género, Madrid, Cáte (...)
  • 13 C. Saminadayar-Perrin, op. cit., p. 17.

7D) Parallèlement, une œuvre peut se révéler non comme un événement historique ou infrahistorique mais en qualité d’événement infléchissant l’histoire littéraire. En effet, une œuvre, en s’inscrivant dans l’horizon d’attente des lecteurs, est en mesure de créer l’événement quand elle perturbe, d’après une visée diachronique, les codes préalables. Force est ainsi de constater que les Songes et discours scellent la fin de la tradition du songe fictif tant l’ouvrage parodie et déforme le cadre sacré du rêve12. L’œuvre qui « détermine une trouée soudaine dans le continuum logique que l’histoire littéraire s’attache à construire13 » devient alors nouveauté composée à partir de résidus retravaillés de genres préexistants.

8E) Enfin, l’œuvre peut se concentrer sur elle-même et rechercher l’événement narratif capable de lui conférer son sens plein, celui qui rendra au dire sa capacité d’avoir-lieu, délaissant la simple narration d’événements au profit d’une expression susceptible de recouvrer le mot-acte et de faire du discours un événement interprétatif.

9C’est ce dernier point qui constituera le socle de notre réflexion autour des Songes et discours. Il ressort de cette brève typologie une même saisie de l’événement en qualité de fait marquant, d’écart ou de rupture. L’événement, qu’il soit inscrit dans le réel ou dans la fiction, est donc différence et saillance, à la croisée d’un aboutissement et d’une ouverture prospective. Aussi, est-il nécessaire de quêter au sein des Songes ce noyau capable de fédérer un recueil de récits épars.

L’Événement des Songes et discours : achèvement du récit et actualisation du discours

10Les Songes et discours restent souvent relégués au rang d’œuvre festive surtout que l’identité de l’ouvrage demeure fragmentaire ; il s’agit, en effet, d’un recueil de cinq ou sept textes : les cinq productions des Songes et discours publiées conjointement en 1627 auxquelles s’ajoutent parfois Le discours de tous les diables et L’heure de tous. Ainsi le recueil est souvent considéré comme hétérogène. Il ne semble pas se construire autour d’une intrigue uniforme composée de péripéties et de dénouements. Bien au contraire, il progresse au rythme d’une enfilade de scènes fondées sur des rencontres fortuites entre le narrateur et les habitants de l’Enfer. Dans cette accumulation de portraits satiriques défilent diverses classes sociales et des personnages-type enclins aux vices. De même, l’exploration spatiale apparaît telle une percée labyrinthique dans un enfer quévédien éclaté et confus. Au sein de ces productions émergent toutefois deux données constantes : l’une thématique, à savoir l’omniprésence de l’enfer, l’autre formelle, c’est-à-dire l’usage de la première personne du singulier qui délivre à ces textes un arrière-fond pseudo-autobiographique.

  • 14 I. Nolting-Hauff, Visión, sátira y agudeza en los Sueños de Quevedo, version espagnole d’Ana Pérez (...)
  • 15 C. Romano, L’événement et le monde, op. cit., p. 156.
  • 16 Ibid., p. 156.

11Il est, enfin, un autre socle qui permet de relier les cinq récits : la prégnance des dialogues. En effet, le contenu narratif est occulté par la prépondérance des dialogues. De fait, Ilse Nolting-Hauff n’hésite pas à qualifier les Songes de « pseudonarrations14 » dans la mesure où les introductions de chacun des textes présentent une brève narration laissant place, par la suite, à de longues scènes dialoguées. Ce n’est pas tant la rencontre avec les pécheurs qui importe mais bien les reliefs du dialogue qui investissent la signification infernale. En effet, si la rencontre s’assimile à un « événement événemential15 », à la différence d’un simple « fait intramondain16 », celle-ci doit reconfigurer les attentes et la perception du sujet, en bouleversant son monde. Pour ce faire, le sujet doit participer activement et s’investir dans la relation avec autrui.

  • 17 Le statut d’un narrateur presque passif dans les Songes et discours est développé par V. Ugalde, « (...)
  • 18 La traduction est de nous (inspirée du travail d’A. Louis et de B. Tissier, Paris, José Corti, 200 (...)
  • 19 Sur ce point, Mercedes Blanco note l’absence de cohésion des Songes et discours bien que l’œuvre s (...)

12Toutefois, la présence du narrateur reste ténue, quoique ce dernier gagne progressivement en importance au fil des récits17. De simple observateur dans le Songe du Jugement dernier, il devient auditeur dans Lalguazil possédé. Dans le récit central, le Songe de l’Enfer, il est témoin et visiteur du monde d’outre-tombe avant d’incarner le disciple naïf du personnage allégorique du Desengaño dans Le Monde vu de l’intérieur. Au fur et à mesure de ces quatre textes, le narrateur s’empare sporadiquement de la parole. Il finit par interroger certains habitants des enfers et révèle, dans le récit allégorique du Monde vu de l’intérieur, sa vision candide des pécheurs hypocrites, laquelle sera corrigée par son interlocuteur. Les échanges se limitent, en conséquence, à une simple collecte d’informations ou à la réception d’une leçon sur les pécheurs. Dans le dernier récit, intitulé Songe de la Mort, le protagoniste poursuit sa visite infernale par le biais d’un rêve. Il se transforme alors en réceptacle d’un songe qui met en scène les adjuvants de la mort. Le narrateur définit ainsi son état : « je fus assailli, de la sorte, par la comédie qui va suivre, et mes puissances la récitèrent à l’aveugle tandis que pour mes fantaisies j’étais ensemble le public et la scène18 ». Affublé du double statut de public et de scène, il réunit les rôles d’observateur, d’interlocuteur et d’acteur. Dans un premier temps, il décrit les acolytes de la mort avant de les interpeller. Il annonce ainsi la présence des médecins, des apothicaires, des barbiers, etc., avant de rencontrer la Mort, son guide, qui préludera à l’apparition de personnages folkloriques incarnant des phrases obsolètes, en d’autres termes, des expressions métaphoriquement mortes (tels el Rey Perico, Mateo Pico, el Otro19).

13Toutefois, la majorité des êtres croisés par le narrateur-protagoniste, dans ce dernier récit ainsi que dans la totalité de l’ouvrage, ne provoquent guère de changement dans l’attitude ou la perception de ce dernier, simple visiteur en Enfer, demeurant insensible aux divers plaidoyers ; il s’agit donc de faits intramondains simplement liés au chronotope de la route ayant une explication causale et dépossédés d’assignation univoque. Le protagoniste poursuit son exploration infernale sans prêter véritablement attention à ses interlocuteurs.

14La notion de rencontre atteint cependant son paroxysme au terme de la dernière scène de ce texte conclusif car le protagoniste délaisse enfin ses rôles de témoin, auditeur ou interlocuteur passif au profit d’une situation de locuteur et d’acteur.

  • 20 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 219. « que nunca dijo malo ni bueno ». La traducti (...)
  • 21 F. De Quevedo, Entremés de Diego Moreno, texte reproduit par Eugenio Asensio, in Itinerario del en (...)

15Confronté à la figure folklorique de Diego Moreno, cornard consentant, qui, s’insurge contre la phrase toute faite qu’utilise sa femme pour le désigner : « il ne m’a jamais dit de bonnes ni de mauvaises choses20 », le narrateur jouit désormais d’un rôle prépondérant. Cette formule figée fait clairement allusion à l’entremés de Diego Moreno écrit antérieurement par Quevedo, car la femme du mari consentant vante, par ces propos, les mérites de son époux21.

  • 22 La jonction entre le protagoniste et l’auteur est explicitement assumée dans la mesure où le narra (...)

16Diego Moreno s’évertue à défendre son honneur face à un narrateur, alter ego de l’écrivain22, qui, pour sa part, continue d’entacher la réputation de ce personnage au travers d’une longue énumération de périphrases faisant irrémédiablement allusion aux cornes. La joute verbale se prolonge alors en une rixe physique.

  • 23 B. Lamizet, Sémiotique de l’événement, Paris, Lavoisier, 2006, p. 82.
  • 24 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 250. « Yo estaua colerico y dixele. »
  • 25 Ibid., p. 219. « comedia ».
  • 26 Ibid., p. 250. « Y asimonos a bocados ; y a la grita y ruydo que trahìamos ». La traduction (...)

17Cette scène finale repose donc sur un véritable événement étant donné que le protagoniste est maître de ses paroles et de ses actes ; eu égard également aux répercussions de ce duel qui impliquent l’intégrité physique du protagoniste et qui remettent en cause sa capacité créatrice d’auteur. Une telle rencontre procure enfin au narrateur un statut d’être agissant et pensant, ce qui apparente le fragment à un événement, non pas raconté sous forme de récit, représentation, par excellence, de l’événement23, mais événement saisi dans son propre surgissement. Le lecteur assiste directement, tel un membre du public de la comédie, à la survenance de la rencontre rendue par le discours. Observons, de fait, que la prégnance de l’événement se renforce grâce à un échange, ponctué d’indices semblables à des didascalies (« J’étais courroucé et le lui dis24 »). C’est une forme quasi théâtrale dont il est question ici car Diego Moreno incarne un personnage d’intermède quévédien et ce texte est présenté comme une « comédie25 ». De surcroît, la scène est étoilée de gestes et de cris : « Et nous nous déchirâmes à belles dents, et fîmes tant de cris et de bruit26. »

  • 27 M.-M. Münch, L’effet de vie ou Le singulier de l’art littéraire, Paris, Honoré Champion, 2004, p. (...)
  • 28 D. Davidson, Actions et événements, Paris, PUF, 1993, p. 71.
  • 29 J. Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses Univer (...)
  • 30 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 250. « Al mundo voy sólo a escriuir de día y de no (...)

18Si le genre théâtral permet à l’expression de s’enrichir « d’une voix, d’une situation, d’un corps et d’un décor et finalement de toute une vie concrète27 », il offre l’opportunité au narrateur de rendre de la corporéité au dire et de s’engager corps et âme dans la possibilité du langage par l’événement de la parole. La prise de parole du narrateur-protagoniste, assortie à des actes intentionnels28, lui délivre ainsi une position de sujet car le discours devient précisément événement dans l’acte d’énonciation29. Le narrateur, est, en conséquence, projection du créateur à l’intérieur même de son œuvre. Par cette mise en abyme, les mots retournent à l’origine de leur émergence, à la source même de l’écrivain désormais présent dans l’histoire. La médiation du récit s’estompe et fait place à la parole immédiate et violente comme l’atteste l’énoncé proche de la performativité qui consiste à menacer Diego Moreno de poursuites littéraires : « Je retourne dans le monde à la seule fin d’écrire jour et nuit des intermèdes sur ta vie30. »

19Outre l’événement-parole qui rend aux mots tout leur impact, ce fragment ne dit pas seulement l’événement qui affecte le narrateur mais contient l’événement qui délivre du sens à la production. L’événement développe ici une « expérience limite » tant il superpose l’événement discursif (l’acte de parole du narrateur empreint d’intentions) et l’événement narratif, en d’autres termes, un nœud dans l’intrigue qui bouleverse le monde du protagoniste. Jaillit ainsi un événement en puissance qui surgit de l’inattendu et qui se caractérise par le mélange de temporalités motivant les enjeux d’un événement : il se fonde sur le présent de l’énonciation et ouvre tant sur l’avenir des personnages que sur le devenir de l’œuvre.

  • 31 C. Romano, L’événement et le monde, op. cit., p. 246. Une approche similaire de la mort apparaît d (...)
  • 32 Il convient de mentionner l’aversion de Quevedo pour les proverbes et expressions stéréotypées du (...)
  • 33 L’article de Roland Barthes, intitulé « L’écriture de l’événement » (Communications, 1968, vol. 12 (...)

20Notons, de fait, qu’il n’est pas anodin que ce fragment vienne clore le cycle des Songes et discours en s’inscrivant, de surcroît, dans le Songe de la Mort, l’événement de la vie humaine par excellence, « le virage ultime de l’être au non-être31 ». Le livre s’achève, tel le point final de l’existence humaine, mais le discours, s’il reste comme survivance de l’écriture au temps, n’en demeure pas moins l’éclat de la possible réactualisation du texte, incitant à relire la totalité du recueil à la lumière de cet affrontement final. En effet, cette lutte entre le narrateur et son personnage cristallise le conflit du créateur face à un être de papier façonné par des proverbes, face à la métaphore d’un langage qui lui résiste. Les mots oscillent entre l’ankylose, c’est-à-dire, les phrases figées incarnées par le stéréotype de Diego Moreno32 et la liberté créative d’une langue qui se rebelle contre un tel carcan. Ce fondement métatextuel nous ramène à l’instant de la rédaction, au moment même où l’écrivain problématise les potentialités d’un langage capable de signifier plus que la convention et de faire simultanément émerger des références communes. Le pouvoir du mot, médiateur entre la langue et le discours, est, en définitive, mis en scène dans le cadre théâtral de la parole plénière, désireuse de s’affirmer, d’influencer l’autre et de questionner les fondements du Verbe. Ces lignes conclusives, à l’image de la mort qui ouvre sur l’enfer (ce qui établit une liaison chronologique entre le dernier et le premier récit) invitent à reprendre la lecture du recueil à partir d’un regard critique sur le langage. Lorsque le personnage folklorique s’insurge contre son identité figée, il finit par revendiquer la liberté du langage au point que celui-ci semble échapper à l’auteur lui-même33.

Conclusion

  • 34 J. Guilhoumau, op. cit., p. 90.
  • 35 Ibid., p. 90.
  • 36 J. Derrida, « Une certaine possibilité impossible de dire l’événement », art. cit., p. 79-112.
  • 37 Citons à cet égard, G. Deleuze : « L’œuvre d’art naît des signes autant qu’elle les fait naître ». (...)
  • 38 E. Benveniste, op. cit., p. 28.

21Dans ce fragment final, l’événement dépasse donc le cadre de la simple narration tant il s’efforce d’être, d’exister et de se montrer comme une saillance créative. L’événement puise, dès lors, sa signification dans son propre contexte métacritique. Il y a donc événement par le biais de cette rencontre inattendue qui ôte au narrateur toute assise et replonge l’œuvre dans son difficile processus de rédaction. Loin d’être un fait supplémentaire, la rencontre avec Diego Moreno concentre la clé métacritique d’une œuvre qui n’a de cesse de réfléchir sur les limites et les capacités du langage. L’événement représente alors une rupture avec la vocation référentielle de la fiction au profit de l’exploration même de celle-ci. Cet événement interne, qui se renferme sur lui-même, engage au terme de l’ouvrage une nouvelle approche interprétative. Préalablement « vide de sens34 » puis « pur advenir35 », cette scène conclusive suggère « la possible impossibilité36 » de dire l’événement littéraire, entendu comme événement simultanément discursif et narratif, faisant naître du Verbe son propre événement37. Aussi l’événément quévédien des Songes, ancré dans un monde infernal, ne pouvait-il qu’incarner un microcosme en lutte, jamais apaisé où se dévoile le revers de la création. Événement à l’envers, en définitive, qui, au lieu, de jalonner la narration vient la clore et la métamorphoser en discours sur le discours. À l’aune de ce mouvement circulaire, de repli du texte sur lui-même, qu’il nous soit permis de réemprunter les célèbres propos d’Emile Benvéniste, dont la pensée a inauguré notre étude, afin de souligner combien cette scène conclusive tend à une nouvelle exploration du monde fictionnel des Songes : « Chaque fois que la parole déploie l’événement, chaque fois le monde recommence38. »

Notes

1 E. Benveniste. De fait, la phrase s’assimile à un « événement évanouissant » (Problèmes de linguistique générale, II, Paris, Gallimard, 1974, p. 227) puisqu’elle puise seulement son sens au regard d’un contexte mais permet, toutefois, par le langage, de poser indéniablement l’existence du sujet (Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard, 1966, p. 259).

2 Bien que nous commencions cette réflexion à partir des fondements théoriques de E. Benveniste, lequel s’efforce de différencier l’histoire du discours, nous emprunterons à G. Genette les définitions de narratalogie visant à circonscrire l’histoire (le contenu narratif), la narration (l’acte de relater l’histoire) et le récit (texte ou discours qui contient l’histoire). Figures III, Paris, Le Seuil, 1972.

3 G. Genette, op. cit., p. 71.

4 J. Derrida, « Une certaine possibilité impossible de dire l’événement », dans G. Soussana, A. Nouss, J. Derrida (dir.), Dire l’événement, est-ce possible ?, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 79-112.

5 C. Romano, L’événement et le monde, Paris, PUF, 1998, p. 6.

6 F. Berthelot, Du rêve au roman. La création romanesque, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2003, p. 7. « Le matériau dont il se sert [le romancier] pour son œuvre se trouve être le langage : ce même langage sur lequel il a construit son identité, et dont il se sert au quotidien pour communiquer avec les autres. Engagé dans l’aventure romanesque, il lui faut donc se le réapproprier intégralement, en sorte gérer ce nouvel univers qu’il entrevoit : un univers de fiction qui, contrairement au monde où il vit, ne lui préexiste pas, mais trouve en lui ses vraies origines. »

7 Saminadayar-Perrin C., « Introduction », dans C. Saminadayar-Perrin (dir.), Qu’est ce qu’un événement littéraire au xixe siècle ?, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, p. 7-28.

8 R. Gómez de la Serna, « Quevedo », I. Zlotescu (dir.), Biografías de escritores (1930-1953), Barcelona, Círculo de lectores, Galaxia Gutenberg, 2002, p. 1181.

9 Une équipe de chercheurs de l’École de Médecine Légale de la Complutense a tout récemment identifié les restes de Quevedo parmi une multitude d’ossements qui jonchaient la crypte de la paroisse de San Andrés de Apóstol. Source internet (EFE) : [http://www.elpais.com/articulo/cultura/Quevedo/vuelve/descansar/elpepucul/20070519elpepucul_2/Tes].

10 Nous en voudrons pour preuve l’analyse de Celsa Carmen García Valdés qui explicite comment certains événements réels masquent les diverses facettes de la production littéraire de Quevedo. Sa personnalité complexe et ses espiègleries auraient ainsi nourri sa renommée mordante. « Con otra mirada : Quevedo personaje dramático », La Perinola, 2004, 8, p. 171-185.

11 P. Jauralde Pou, « Realidad y leyenda de la prisión de quevedo en el convento de San Marcos », Tierras de León : Revista de la Diputación Provincial, vol. 20, n° 40, 1980, p. 115-122. Lire également J. O. Crosby, « La última prisión de Quevedo : documentos atribuidos, atribuibles y apócrifos », La Perinola, 1, 1997, p. 101-122.

12 T. Gómez Trueba, El sueño literario de España. Consolidación y desarrollo del género, Madrid, Cátedra, 1999, p. 211.

13 C. Saminadayar-Perrin, op. cit., p. 17.

14 I. Nolting-Hauff, Visión, sátira y agudeza en los Sueños de Quevedo, version espagnole d’Ana Pérez de Linares, Madrid, Editorial Gredos, 1974, p. 67.

15 C. Romano, L’événement et le monde, op. cit., p. 156.

16 Ibid., p. 156.

17 Le statut d’un narrateur presque passif dans les Songes et discours est développé par V. Ugalde, « El narrador y los Sueños de Quevedo », Revista canadiense de Estudios Hispánicos, 1980, 2, vol. IV, p. 183-197. Remarquons que dans El discurso de todos los diablos et La Hora de todos le regard du narrateur, fil conducteur des récits, est évincé au profit d’une narration fondée sur un même schéma unitaire : l’irruption du désordre impose au souverain ou à un dieu de tenter d’ordonner un royaume chaotique.

18 La traduction est de nous (inspirée du travail d’A. Louis et de B. Tissier, Paris, José Corti, 2003). F. De Quevedo, Sueños y discursos, I, J. O. Crosby (ed.), Madrid, Castalia, 1993, p. 219. « me embistió desta manera la comedia siguiente, y así la recitaron mis potencias a escuras siendo yo para mis fantasías auditorio y teatro ».

19 Sur ce point, Mercedes Blanco note l’absence de cohésion des Songes et discours bien que l’œuvre semble progresser vers une certaine unité dramatique au sein du Songe de la Mort par la rébellion de locutions figées (« Del Infierno al Parnaso. Escepticismo y sátira política en Quevedo y Trajano Boccalini », La Perinola, 2, 1998, p. 155-193). La singularité de ce dernier texte des Songes repose, en effet, sur la mise en scène des figures folkloriques et comme nous l’observerons l’intervention de Diego Moreno, ultime représentant de celles-ci, offre au terme de l’œuvre une unité métatextuelle à l’ensemble des récits.

20 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 219. « que nunca dijo malo ni bueno ». La traduction est de nous.

21 F. De Quevedo, Entremés de Diego Moreno, texte reproduit par Eugenio Asensio, in Itinerario del entremés desde Lope de Rueda a Quiñones de Benavente, Madrid, Editorial Gredos, 1971, p. 262.

22 La jonction entre le protagoniste et l’auteur est explicitement assumée dans la mesure où le narrateur, spectateur des Enfers, est chargé, à son retour sur terre, d’une mission scripturale par Lucifer (F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 189). De même, l’état civil du protagoniste est tellement évident qu’il demeure elliptique : il donne son nom (p. 165). En outre, les dernières pages mettent en scène la revendication belliqueuse d’un personnage littéraire contre le narrateur, qui n’est autre que Quevedo, car celui-ci l’avait raillé dans l’un de ses intermèdes.

23 B. Lamizet, Sémiotique de l’événement, Paris, Lavoisier, 2006, p. 82.

24 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 250. « Yo estaua colerico y dixele. »

25 Ibid., p. 219. « comedia ».

26 Ibid., p. 250. « Y asimonos a bocados ; y a la grita y ruydo que trahìamos ». La traduction est de nous.

27 M.-M. Münch, L’effet de vie ou Le singulier de l’art littéraire, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 101.

28 D. Davidson, Actions et événements, Paris, PUF, 1993, p. 71.

29 J. Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 128.

30 F. De Quevedo, Sueños y discursos, op. cit., p. 250. « Al mundo voy sólo a escriuir de día y de noche entremeses de tu vida. » La traduction est de nous.

31 C. Romano, L’événement et le monde, op. cit., p. 246. Une approche similaire de la mort apparaît dans les réflexions de Jacques Derrida. Lire, par exemple, « Jacques Derrida, penseur de l’évènement », L’Humanité, source internet, [http://www.humanite.fr/2004-01-28_Tribune-libre_-Jacques-Derrida-penseur-de-l-evenement]

32 Il convient de mentionner l’aversion de Quevedo pour les proverbes et expressions stéréotypées du parler populaire. Lire sur ce point l’ouvrage de Susana Guerrero Salazar. La parodia quevediana de los mitos. Mecánismos léxicos, Málaga, Universidad de Málaga, 2002, p. 110.

33 L’article de Roland Barthes, intitulé « L’écriture de l’événement » (Communications, 1968, vol. 12, n° 1, p. 108-112), étudie la révolution de mai 1968 et son retentissement radiophonique en faisant état des statuts de la parole et de l’écriture comme supports de revendications.

34 J. Guilhoumau, op. cit., p. 90.

35 Ibid., p. 90.

36 J. Derrida, « Une certaine possibilité impossible de dire l’événement », art. cit., p. 79-112.

37 Citons à cet égard, G. Deleuze : « L’œuvre d’art naît des signes autant qu’elle les fait naître ». Proust et les signes, Paris, PUF, 1964, p. 119.

38 E. Benveniste, op. cit., p. 28.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search