Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Première partie. La fabrique de l’événement

Chapitre VII. Des représentations de l’événement sportif dans la presse espagnole des années 19201

Víctor Rodríguez Infiesta

Texte intégral

  • 1 Traduction : Claude Le Bigot.
  • 3 Pour un aperçu général des relations entre littérature et sport, l’anthologie et l’étude de A. Gal (...)
  • 4 Heraldo de Madrid, 24/05/1926.
  • 5 « Programa del diario El Sol redactado por su fundador N. M. Urgoiti », Estudios de Historia Socia (...)

1Les commentaires ironiques d’Adolfo Marsillach après deux grandes confrontations sportives reflétaient au milieu des années vingt la stupeur avec laquelle une partie importante des journalistes envisageaient encore de telles rencontres. En peu d’années le sport était passé de la figure aristocratique du sportsman aux spectacles de masses mercantilisés, et dans la presse, de la chronique aimable et marginale à l’occupation de rubriques fixes, souvent caractérisées par la défense passionnée et irrationnelle d’un des adversaires. Certainement, le phénomène avait maintenant gagné d’importantes batailles sur le terrain des publications périodiques et avaient conquis les cœurs de nombreux journalistes et séduit aussi d’autres intellectuels en embrassant l’européanisation et la plus furieuse modernité3. La mise en concurrence entre compétitions sportives et tauromachie, celle-ci étant le symbole du passé et de la brutalité, était un thème récurrent à l’époque, au point que les amateurs de corridas offensés pouvaient conclure l’ovation d’un torero par des « vive la corrida et à bas le football4 ». Alors que El Sol, avec tout ce que ce quotidien pouvait signifier de pari pour un journalisme de haute tenue intellectuelle et ouvert aux courants rénovateurs ne considérait guère que comme un simple fait divers « les courses de taureaux et les spectacles dégradants », il traitait longuement le sport, y compris la boxe, dont l’acclimatation récente devait être cependant rejetée au début par l’extrême droite catholique (El Siglo Futuro) autant pour son caractère étranger que parce qu’elle heurtait « tout sentiment d’humanité5 ».

  • 6 Cf. X. Pujadas et C. Santacana, « La mercantilización del ocio deportivo en España. El caso del fú (...)
  • 7 Cf. dans le même style : J. Escofet, « Los gorriones de la Rambla », La Voz, 20/05/1926.
  • 8 A. Marsillach, « El ‹foot-ball› y la política », E Imparcial, 20/5/1926.

2Ce qu’il y a de sûr est que pendant les années vingt et en parallèle avec l’interminable processus de spectacularisation et l’implantation du professionnalisme, bien visible en ce qui concerne le football6, la quantité croissante de papier imprimé consacrée au sport se combine avec des commentaires comme celui qui ouvre ce chapitre7. Des commentaires dont la capacité critique s’appuie sur le contraste entre ce que l’on considère indiscutablement comme des événements (politiques, guerriers…) et une nouvelle catégorie, sportive, à laquelle on refuse ce caractère à cause de sa frivolité. S’agissant de sujets d’actualité, l’incongruité peut encore être plus grande si l’on met en parallèle l’intérêt du public pour le résultat d’un match, et par exemple, des questions comme le dénouement définitif et incertain de la guerre du Maroc ou le rétablissement des libertés dans la société espagnole sous la dictature de Primo de Rivera8.

3Une tentative avortée d’insurrection militaire, visant à renverser le dictateur, se produit à Valence, le 29 janvier 1929, avec à sa tête José Sánchez Guerra, et précède de quelques jours seulement la finale du championnat d’Espagne qui se déroulera dans cette même ville. Cela permet à Fabian Vidal (Enrique Fajardo) d’ironiser à propos du soi disant plus grand intérêt de la population pour cette dernière question, ou que Bagaría collabore dans El Sol avec un dessin, reproduit ci-dessous :

Figure 1. Évocation ironique de la tentative d’insurrection militaire,
El Sol, 06/02/1929

  • 9 F. Vidal, « La emoción estéril », La Vanguardia, 09/02/1929 ; J. L. Mayral, « Madrid tembló de imp (...)

4Ainsi donc, une fois reconnu le dysfonctionnement, la suite consistera à l’interpréter comme une pathologie sociale ou une preuve de plus de la décadence de la race, et par ailleurs à désigner les responsables qui font croire à ces pseudoévénements. Les coupables ne peuvent être d’autres personnes que les bénéficiaires, les « vedettes qui s’entendent sur le fond et qui se jouent du public crétinisé pris pour des pigeons », et aussi, les journaux eux-mêmes, comme le suggère José L. Mayal, grâce à l’artifice d’un dialogue : « l’engouement des amateurs n’a pas créé cette chronique énorme et abusive qui occupe des colonnes et des colonnes, mais c’est bien le lecteur qui insensiblement se laisse influencer par les quotidiens », c’est-à-dire que « tout cela [le fait qu’à Madrid seul le football est intéressant] est le produit de la presse9 ».

Le sport comme événement

  • 10 La Vanguardia, 18-5-1926 y 3-2-1929 ; El Heraldo de Madrid, 18, 19 y 26-5-1926, 4/02/1929 ; (...)
  • 11 La Voz, 19/06/1926 y 4/02/1929.

5Le refus du statut d’événement aux grandes confrontations sportives contrastait, malgré tout, avec l’incidence que ceux-là mêmes avaient sur la vie de milliers et de milliers d’Espagnols. Les grandes rencontres analysées de préférence pour l’élaboration de ces pages (le combat Spalla-Uzcudun pour le championnat d’Europe de boxe en 1926 et les finales du championnat d’Espagne de football Barcelone-Atlético de Madrid, la même année et l’Espagnol-Real Madrid, en 1929) provoquèrent des scènes de liesse dans les rues, furent abondamment suivies à la radio ou contemplées sur les écrans de cinéma, et firent se mobiliser d’importantes masses humaines, au point d’affréter, dans ces deux derniers cas, des bateaux et des trains spéciaux pour y assister en direct10. Les anecdotes sur les passions soulevées incluent des agissements aussi pittoresques que celle des conseillers municipaux de Durango, qui en vinrent à avancer d’une heure les horloges de la localité pour se soustraire à leurs obligations et pouvoir célébrer le nouveau champion d’Europe de boxe ; ou d’autres plus malheureuses comme celle d’un certain nombre de Madrilènes qui probablement perdirent leur emploi pour ne pas être rentrés à temps dans la capitale après la finale de 192911.

  • 12 La Vanguardia 18/05/1926 y 8/02/1929 ; El Imparcial y La Correspondencia Militar, 25/05/192 (...)
  • 13 X. PUJADAS et C. SANTACANA, Historia il. lustrada de l’esport a Catalunya, Barcelona, Columna Edic (...)

6Les cérémonies de réception des champions furent, comme c’était désormais habituel, des moments d’apothéose12, ce à quoi ne fut sans doute pas étranger, dans le cas de la finale de football de 1926, le caractère ouvertement nationaliste du nouveau champion face à l’Atlético de Madrid ; un Football Club de Barcelone qui avait été interdit de jeu pendant six mois à cause de l’affront fait en juin 1925 à l’hymne national au stade de Les Corts. On exigea des gestes de réparation, de respect au drapeau national, et la Direction Supérieure de la Police recommanda la dissolution définitive du club. Il était évident, comme le font remarquer Xavier Pujadas et Charles Santacana, qu’il ne s’agissait pas de punir un fait concret mais la possibilité qu’une entité sportive puisse servir à canaliser des sentiments que la dictature ne permettait pas d’exprimer d’une autre façon13.

  • 14 A. Marsillach, « El <foot-ball… » ; J. Sabater Rosich, « Ayer en la Monumental », La Vanguardia, 1 (...)
  • 15 Voir la façon dont, du point de vue catalaniste, El Pla de Bages (19/05/1926) souligne « Un telegr (...)

7Comme le dénonçait la presse madrilène, il paraissait évident que « la cause nationaliste était devenu consubstantielle avec le Football club de Barcelone », mais on percevait aussi, de façon plus générale que les compétitions sportives se déroulaient en liaison avec d’autres manifestations publiques et que les victoires étaient considérées « comme de grands honneurs rendus à une nation14 ». Ou que les défaites, par exemple celle de l’italien Spalla face au basque Uzcudun, pouvaient être bien plus que l’échec d’un homme, surtout si Benito Mussolini avait exigé de celui-ci une rapide victoire15.

  • 16 Voir une éloquente photo de 1934 dans : La mirada del tiempo. Memoria gráfica de la historia y la (...)
  • 17 On trouvera des exemples en rapport avec les rencontres citées plus haut dans : La Voz, 18 y 20/05 (...)

8Le sport avait fini par s’imposer, il n’y avait pas lieu de cacher son rayonnement politique et en plus il exerçait une puissante influence sur la société. Les enfants des années 1930 n’imitaient plus dans leurs jeux les poses des toreros du xixe siècle, mais la garde des boxeurs16. Et cela était dû en grande partie à la profusion d’images (photographies, vignettes, bandes dessinées), avec lesquelles la presse accompagnait les grands rendez-vous sportifs17 :

Figure 2. La presse accompagne les grands événements sportifs,
El Heraldo de Madrid, 20/05/1926

  • 18 Náufragos, Madrid, Editorial Gráfica Española, en particulier p. 77-98.

9Le journalisme aussi se transformait radicalement grâce au sport, au moment où un nouveau monde, celui de la « culture du muscle », supplantait les valeurs esthétiques et les références plus ou moins classiques dont les anciens journalistes étaient pétris ; c’est ainsi que Luis Torres s’en faisait l’écho, avec une pointe d’amertume, dans son roman Naufrages (1930)18.

  • 19 M. Winock, « Qu’est-ce qu’un événement ? », L’histoire, n° 268, septembre 2002, p. 32-37.
  • 20 Dans son Diccionario de la Comunicación (Madrid, Paraninfo, 1988) I. H. de la Mota définit l’événe (...)
  • 21 Capdevila L., « Les temporalités de l’événement en Histoire », en Alexandre D., Frederic, M., Pare (...)

10Du point de vue de l’espace et du graphisme, le sport suscitait, par conséquent, une attention journalistique de premier ordre dans les années vingt. On peut toutefois se demander s’il est possible d’employer rigoureusement le mot événement pour se référer à ces grandes rencontres sportives. Les quatre variables signalées par Michel Winock (intensité, imprévisibilité, résonance et conséquences19) se présentent de façon inégale, parfois insuffisante, dans ces cas, surtout en ce qui concerne le caractère imprévisible des confrontations sportives, en principes programmées et dans la plupart des cas avec seulement deux possibilités de dénouement. Cependant, il ne faut pas attendre d’un match de football un résultat plus imprévisible que celui d’une guerre entre deux pays, ou encore que des élections présidentielles seraient moins tenues à un programme qu’un combat de boxe. Par ailleurs, dans une approche strictement journalistique, les précautions semblent perdre de leur poids20. Si « l’épisode isolé, inconnu de tous, appartient au néant », l’événement, pour l’être véritablement, doit être largement diffusé21. Ainsi donc, la question envisagée par José L. Mayral en 1929, est posée de façon nouvelle : les moyens de communication sont-ils en mesure d’élever à la catégorie d’événement ces faits divers qui autrement ne le seraient jamais devenus.

L’exemple d’Anvers et les identités régionales

11Tel qu’on l’a signalé à plusieurs reprises, le processus de consolidation du football comme spectacle de masses en Espagne s’accélère aussitôt après la médaille d’argent obtenue par la sélection nationale qui, pour la première fois participe aux Olympiades d’Anvers en 1920. C’est l’origine de la « fureur espagnole », mythe basé sur le courage des joueurs pour suppléer leur manque de préparation technique.

  • 22 F. Caro, 9/09/1920. La principale exception que le journaliste signalait était évidemment le footb (...)
  • 23 A. Zozaya, « Mañana creceremos », La Esfera, 18/09/1920 (les mots entre guillemets sont en françai (...)
  • 24 Rubryk, « ABC en Amberes », ABC, 13/09/1920. Pour d’autres commentaires similaires sur le fond dan (...)

12De toutes façons, à cette époque la presse quotidienne consacre encore une attention marginale à ce qui se passe à Anvers, entre autres choses parce que le football ne croît en popularité qu’à partir de ce moment et parce que les résultats de presque toutes les compétitions sont très peu satisfaisantes. « Un échec colossal », c’est avec ses mots qu’un titre de la revue Madrid-Sport22 condensait le sentiment de déception. Pourtant un événement sportif de première grandeur s’était produit ; auquel on peut dans ce cas appliquer sans réserve le qualificatif d’imprévisible. C’est précisément cette caractéristique qui nourrit son écho postérieur. Nécessairement contemplée et commentée par d’autres nations, la seconde place inespérée, après avoir disputé cinq matchs permet de restaurer un peu l’estime de soi espagnole en se regardant dans le miroir des autres, précisément celui qui depuis 98 avait consacré un autre mythe : celui de la décadence espagnole. Il ne convenait pas de discuter le fait que les événements sportifs jouaient un rôle symbolique important, ce qui permit à Antonio Zozaya d’établir des analogies entre la commisération suscitée des années plus tôt par les soldats espagnols à Cuba et la façon dont fut reçue la sélection de football à Anvers : « les pauvres petits espagnols ! » ; le journaliste se réjouissait ainsi d’un résultat propre à des géants23. Dans les pages d’ABC, avec le même sentiment (« c’était une affaire d’honneur »), fusèrent des railleries contre le stéréotype (« on nous croyait tous toreros ») avant de conclure en prédisant « le grandissement physique de notre race24 ».

  • 25 W. Roder, « Los verdaderos fracasados », Madrid-Sport, 12/06/1924 (l’auteur de l’article maintient (...)
  • 26 La Voz, 28/07/1924 ; Estampa, 1/04/1930 ; El Sol, 5/05/1936.

13Évidemment, établir des parallélismes entre l’avenir d’une nation et quelque chose d’aussi contingent qu’une victoire sportive comporte des risques, et de fait en 1924, quand les regards de différents pays se tournèrent de nouveau vers les Jeux Olympiques, la piètre prestation de la sélection espagnole de football démontra que c’était une arme à double tranchant. La fureur espagnole fut alors définie comme une « friction ridicule » et les blessures de l’histoire récente eurent dans certains cas une lecture très différente : « la fureur [ne peut remplacer] le manque de préparation, comme en 1898 la Marche de Cadix ne nous suffit pas pour compenser le manque de cuirassés25 ». Cependant le mythe de 1920 resta debout, permettant de rappeler « l’épopée d’Anvers » et plus tard de faire allusion, par exemple, aux joueurs qui révélèrent l’Espagne « comme une puissance du ballon rond aux yeux de tous les peuples du monde ». Face au regain d’enthousiasme que suscite le résultat d’un match, à la veille de la Guerre Civile, le commentaire était quasi obligatoire : « la fureur espagnole est ressuscitée », ou encore « les joueurs espagnols furent à la hauteur d’Anvers26 ». Anvers devait continuer, à l’avenir, à être l’événement phare capable d’éclairer le chemin à suivre dans les pires moments ; une sorte de mythe fondateur du football espagnol.

  • 27 R. Llopis Goig, « Claves etnoterritoriales de la historia del fútbol español », [http://www.cafyd. (...)
  • 28 N.d.T, il y a eu effectivement un bataillon de volontaires catalans engagés dans la bataille de Ve (...)
  • 29 El Pla de Bages, 17 y 18/05/1926.
  • 30 L’Esport Catalá, 17/05/1926.
  • 31 La Vanguardia, 16/05/1926. Parallèlement, A. Marsillach, maintient le même ton critique et (...)

14Toutefois la construction des identités en matière de football allait emprunter de préférence d’autres chemins, de telle sorte que le premier tiers du xxe siècle a été défini comme une période « pré-nationale ou régionale27 L’identification de la Catalogne avec le F. C. Barcelone est un cas particulièrement éclairant. Dans les milieux proches du catalanisme, il ne pouvait pas en être autrement ; on charge la note quand se produit une victoire importante, en faisant allusion aux « Catalans qui ont combattu à Verdun28 » et même en laissant passer à travers les filets de la censure, des messages plus audacieux, par exemple le mépris dont fait preuve un quotidien face à la « valeur idéologique » de la victoire sportive « parce que nous savons attendre des victoires définitives plus solides29 ». L’important de toutes façons, est que la conservation de la suprématie sportive « réunit les aspirations de tous les Catalans30 ». Par ailleurs, avec des objectifs qui ne sont pas les mêmes, dans les pages toujours mesurées de La Vanguardia on peut aussi percevoir le caractère qu’acquièrent les résultats de football dans « la région la plus sportive de la péninsule », reconnaissant sans ambiguïtés que « le football ne suscite pas les mêmes convoitises que la conquête de l’Amérique, mais l’idéal existe circonscrit à une région31 ». À la différence de la boxe, dont la composante territoriale apparaît beaucoup plus diluée dans le cas étudié, le football s’acclimate en Espagne sans laisser pratiquement d’espace aux autres sports d’équipe, comme le rugby, et absorbe une surprenante capacité de représentation des identités collectives nationales, régionales et locales, construites à partir des grandes victoires ou des défaites monumentales.

Le sport comme entraînement à la guerre

  • 32 Voir, par exemple : M. T. González Aja, Sport y autoritarismos. La utilización del deporte por el (...)
  • 33 Publié sous le pseudonyme F. Alonso de Caso à Madrid, chez l’éditeur Calpe.

15L’utilisation du sport comme entraînement à la guerre est bien connue, ainsi que son instrumentalisation gouvernementale, particulièrement visible dans les régimes totalitaires32. Fernando Vela, un intellectuel étroitement lié à Ortega y Gasset, sportif et auteur en 1924 d’un manuel complet intitulé Futbol Association y Rugby33, argumentait au milieu des années 1930, dans les pages de la Revista de Occidente :

  • 34 « Embrutecimiento », Revista de Occidente, n° CXLIII, p. 218-225.

Lentement d’abord, rapidement ensuite, la marée du sport se retire et découvre le véritable fond. Où avant il y avait un lanceur de poids ou de disque, une métamorphose, à la façon de celles qu’utilise le cinématographe pour ses métaphores visuelles, nous laisse voir un lanceur de grenades, là où il y a une équipe, une section d’assaut ; là où il y a un public de football qui agitait des drapeaux et criait les initiales d’un club, une masse qui tend le bras ou lève le poing et clame, en guise de geste salutaire, un simple et infantile slogan politique34.

16En fait les allusions à la guerre sont une constante dans l’histoire du sport, y compris dans la publicité même, comme on peut le vérifier dans des annonces aussi explicites que celles qui sont reproduites ci-dessous :

Figure 3. Les allusions a la guerre : une constante dans l’histoire du sport,
El Noroeste, 13/05/1923

  • 35 Cf. N. Elias et E. Dunning, Deporte y ocio en el proceso de la civilización, Madrid, Fondo de Cult (...)

17Le langage sportif est truffé de connotations guerrières et, par ailleurs, des positions aussi intéressantes que celles défendues par Norbert Elias s’accordent sur la capacité du sport à faire en sorte que les spectateurs ressentent « l’émotion mimétique de la bataille », en contribuant à civiliser les affrontements dans les sociétés contemporaines et en convertissant en batailles ritualisées la violence qui ne devrait pas se manifester dans d’autres champs35. C’est une interprétation bien moins préoccupante que celle qu’ébauchait Fernando Vela en 1934, mais qui ignore les explosions de violence réelle, tant sur les gradins que sur le terrain de jeu.

18Quoi qu’il en soit, les fonctions de la presse sportive sont passées à peu près inaperçues dans leur rapport avec l’entraînement à la guerre. On devrait analyser en détail, par exemple, le processus qui conduit les chroniques de football dépassionnées, qui abondent au début du xxe siècle dans la presse espagnole, vers un type de journalisme dont l’objectif principal consiste à défendre des couleurs. S’habituer à lire un journal pour amasser nombre d’arguments qui attribueront une défaite sportive aux maléfices d’un adversaire détesté ou d’un arbitre n’est pas un acte inoffensif. Cela ressemble trop à ce que n’importe quel gouvernement souhaiterait que les citoyens accomplissent en cas de guerre et ce pour quoi pendant la Première Guerre Mondiale on développa des moyens jamais vus auparavant, avec pour conséquence le fait que le conflit terminé, de nombreuses personnes se rendirent compte qu’elles avaient été grossièrement manipulées par la propagande. Ce qu’il y a de sûr est qu’un match de football – acte d’une trivialité renversante en soi, mais chargé d’un énorme potentiel de représentation – sera souvent rapporté d’un point de vue unique, celui qui favorisera, par ses critiques ou ses silences, l’équipe avec laquelle s’identifie la majorité des lecteurs. Et, il y a dans cette approche quelque chose de l’entraînement propre à la propagande de guerre, à l’absorption des représentations univoques de la réalité, étrangères à l’analyse raisonnée et où de façon implicite on admet qu’il faut défendre une équipe comme il faut défendre la patrie, à tort ou à raison. Les arguments avancés n’ont pas de valeur en soi, on accepte ou on refuse uniquement à cause du camp d’où ils émanent.

  • 36 La Voz, 17 y 18/05/1926 ; La Época y Heraldo de Madrid, 17/05/1926 ; El Imparcial, 18/05/19 (...)
  • 37 El Pla de Bages, 17/05/1926.

19Parmi les trois exemples étudiés, ce schéma ne se vérifie pratiquement pas pour le combat de boxe et, pour les mêmes raisons, de façon peu marquée lors de la finale du championnat de football de 1929, les partisans des vaincus étant d’accord pour dire que le match n’aurait pas dû être joué parce que le terrain ne remplissait pas les conditions pour montrer à quelle équipe revenait la supériorité. La finale du championnat de 1926 est une question à part, qui se solda à Valence par la défaite de l’Atlético de Madrid face au F. C. Barcelone, au grand dam des envoyés spéciaux de la capitale. La Voz souligna dans ses titres que la victoire de l’équipe catalane était due « à un coup de chance », bien que plus loin on insistât sur les différents comportements des uns et des autres : « sale jeu et violence » de la part des Catalans face à « une noblesse qui mérita les applaudissements » des Madrilènes. La même opposition habituelle se retrouvait dans d’autres journaux de la capitale espagnole, « l’esprit chevaleresque sur le terrain » de ceux-ci et « le recours à toute sortes de procédés douteux » du sans ambages « vainqueur injustifié », avec de surcroît l’idée que les joueurs de l’Atlético se battaient « avec une illusion romantique », considérés comme de purs sportifs, non rémunérés et ceux de Barcelone (« Légion étrangère ») étaient malgré tout dominés par « le prosaïsme des avantages économiques ». Bien sûr, faire allusions aux « erreurs d’arbitrage » était une obligation, même si certains chroniqueurs allèrent beaucoup plus loin en rappelant les cris du public sur « les sommes qu’il touchait du F. C. Barcelone » ou plus encore, s’affranchissant de toutes précautions, pour mentionner la pudeur que l’arbitre avait oublié de mettre dans ses bagages parce qu’il avait sans doute besoin de place dans sa valise pour d’autres choses36 ». Cela n’interdisait pas d’affirmer depuis Barcelone que l’arbitre « à Valence comme à Saragosse fit tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher la victoire des Catalans », mais que la présence des supporters catalans sur le terrain l’avait privé de mener à bien son plan37.

  • 38 Heraldo de Madrid, 24/05/1926 ; El Pla de Bages, 21/05/1926 ; Stadium, 1/05/1926.

20À partir de tout cela les événements qui renvoient au terrain des conflits internationaux se multiplient, avec des incidents diplomatiques et des menaces (discours en fin de banquet utilisés pour faire allusion sur un ton enflammé, des deux côtés, aux comportements des journalistes madrilènes ; possible retrait des équipes catalanes du championnat national), récits tendancieux pour montrer la bassesse congénitale de l’adversaire sous toutes ses formes (groupes énormes de supporters madrilènes qui volent dans les auberges et s’en vont sans payer) ou même procès en rééducation du chroniqueur peu favorable à son camp et qui finira par perdre sa froideur pour rejoindre la majorité38.

21Naturellement, il s’agit d’un usage de la chronique sportive qui peut être instrumentalisée, de façon consciente ou non, au service de fins différentes, et par ailleurs les mécanismes ne sont pas si différents de ceux employés à la fin du xixe siècle pour éperonner les affrontements entre les associations chorales de différentes localités. Il est intéressant de remarquer que c’est dans les rubriques sportives que probablement se développent les formes les plus achevées de la relation entre le champ des événements guerriers et les identités territoriales. Le cadre référentiel de ces nouveaux événements est, en tout cas, celui des grandes gestes, événements indiscutables et de préférence aux accents guerriers (la conquête de l’Amérique, la guerre de 1898 ou Verdun parmi les exemples cités plus haut). Dans ce sens, il y a une relation étroite entre guerre et compétitions sportives, une alliance qui après la Première guerre mondiale paraît consolidée. En plus, les années vingt sont fondamentales, pour l’importance du football, qui se convertira en l’un des principaux fournisseurs de nouvelles de la presse espagnole, donnant naissance à une nouvelle catégorie, celle d’événement sportif, comme élément essentiel des identités collectives et facteur structurant en matière de communication journalistique.

Notes

1 Traduction : Claude Le Bigot.

3 Pour un aperçu général des relations entre littérature et sport, l’anthologie et l’étude de A. Gallego Morell, Literatura de tema deportivo, Madrid, Prensa Española, 1969 est encore très utile.

4 Heraldo de Madrid, 24/05/1926.

5 « Programa del diario El Sol redactado por su fundador N. M. Urgoiti », Estudios de Historia Social, n° 24-25 (1983), p. 371-373 ; M. C. Seoane et M. D. Sáiz, Historia del periodismo en España 3. el siglo xx : 1898-1936, Madrid, Alianza Editorial, 1996, p. 54 ; el siglo Futuro, 19/05/1926. Curieusement quelques décennies plus tard el país, qui prendrait pour modèle à imiter El Sol, inclurait de l’information sur les corridas mais pas sur la boxe.

6 Cf. X. Pujadas et C. Santacana, « La mercantilización del ocio deportivo en España. El caso del fútbol 1900-1928 », Historia Social, n° 41, 2001.

7 Cf. dans le même style : J. Escofet, « Los gorriones de la Rambla », La Voz, 20/05/1926.

8 A. Marsillach, « El ‹foot-ball› y la política », E Imparcial, 20/5/1926.

9 F. Vidal, « La emoción estéril », La Vanguardia, 09/02/1929 ; J. L. Mayral, « Madrid tembló de impaciencia por la lucha de Valencia », La Voz, 4-2-1929.

10 La Vanguardia, 18-5-1926 y 3-2-1929 ; El Heraldo de Madrid, 18, 19 y 26-5-1926, 4/02/1929 ; El Sol, 18 y 19-5-1926 ; La Correspondencia Militar, 15 y 17/05/1926 ; La Época, 17/05/1926 ; Stadium, 1/06/1926 ; El Imparcial, 3/02/1929.

11 La Voz, 19/06/1926 y 4/02/1929.

12 La Vanguardia 18/05/1926 y 8/02/1929 ; El Imparcial y La Correspondencia Militar, 25/05/1926.

13 X. PUJADAS et C. SANTACANA, Historia il. lustrada de l’esport a Catalunya, Barcelona, Columna Edicions/Diputació de Barcelona, 1994, t. I, p. 203-206.

14 A. Marsillach, « El <foot-ball… » ; J. Sabater Rosich, « Ayer en la Monumental », La Vanguardia, 19/05/1926.

15 Voir la façon dont, du point de vue catalaniste, El Pla de Bages (19/05/1926) souligne « Un telegrama interessant. Mussolini exigeix la victoria de Spalla » le jour même où il informe abondamment de la défaite du boxeur italien. Les audaces pendant la dictature, cependant avaient un prix ; les diffuseurs du télégramme, cités par différents journaux, furent punis (ABC, 20/05/1926).

16 Voir une éloquente photo de 1934 dans : La mirada del tiempo. Memoria gráfica de la historia y la sociedad españolas del siglo xx, t. 11, Madrid, Diario El País, 2006, p. 229.

17 On trouvera des exemples en rapport avec les rencontres citées plus haut dans : La Voz, 18 y 20/05/1926, El Heraldo de Madrid, 17, 19 y 20/05/1926, 4-2-1929, El Imparcial, 18, 19 y 22/05/1926, El Sol, 17, 19 y 20/05/1926, 3, 5 y 6/02/1929, Mundo Gráfico, 19 y 26/05/1926, 6/02/1929, Nuevo Mundo, 21/05/1926.

18 Náufragos, Madrid, Editorial Gráfica Española, en particulier p. 77-98.

19 M. Winock, « Qu’est-ce qu’un événement ? », L’histoire, n° 268, septembre 2002, p. 32-37.

20 Dans son Diccionario de la Comunicación (Madrid, Paraninfo, 1988) I. H. de la Mota définit l’événement simplement comme un « fait important qui se produit et qui est digne d’être rapporté ».

21 Capdevila L., « Les temporalités de l’événement en Histoire », en Alexandre D., Frederic, M., Parent S. et Touret M., Que se passe-t-il ? Événements, sciences humaines et littérature, Rennes, PUR, 2004, p. 79-89, p. 81.

22 F. Caro, 9/09/1920. La principale exception que le journaliste signalait était évidemment le football.

23 A. Zozaya, « Mañana creceremos », La Esfera, 18/09/1920 (les mots entre guillemets sont en français dans le texte).

24 Rubryk, « ABC en Amberes », ABC, 13/09/1920. Pour d’autres commentaires similaires sur le fond dans la presse sportive, voir Madrid-Sport, 9, 16/09/1920, 7/10/1920.

25 W. Roder, « Los verdaderos fracasados », Madrid-Sport, 12/06/1924 (l’auteur de l’article maintient la même argumentation dans les numéros des 3 et 17 juillet).

26 La Voz, 28/07/1924 ; Estampa, 1/04/1930 ; El Sol, 5/05/1936.

27 R. Llopis Goig, « Claves etnoterritoriales de la historia del fútbol español », [http://www.cafyd.com/HistDeporte/htm/pdf/2-24.pdf], accès du 15 décembre 2009. ».

28 N.d.T, il y a eu effectivement un bataillon de volontaires catalans engagés dans la bataille de Verdun.

29 El Pla de Bages, 17 y 18/05/1926.

30 L’Esport Catalá, 17/05/1926.

31 La Vanguardia, 16/05/1926. Parallèlement, A. Marsillach, maintient le même ton critique et reflète le même phénomène en choisissant une autre voie : « La victoire du FC Barcelone non seulement nous honore, mais fait aussi que nous sentons plus profondément qu’hier le sens de la patrie. On peut maintenant dormir tranquille. » (« El “foot-ball” y la política », El Imparcial, 20/05/1926).

32 Voir, par exemple : M. T. González Aja, Sport y autoritarismos. La utilización del deporte por el comunismo y el fascismo, Madrid, Alianza Editorial, 2002.

33 Publié sous le pseudonyme F. Alonso de Caso à Madrid, chez l’éditeur Calpe.

34 « Embrutecimiento », Revista de Occidente, n° CXLIII, p. 218-225.

35 Cf. N. Elias et E. Dunning, Deporte y ocio en el proceso de la civilización, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 1992.

36 La Voz, 17 y 18/05/1926 ; La Época y Heraldo de Madrid, 17/05/1926 ; El Imparcial, 18/05/1926.

37 El Pla de Bages, 17/05/1926.

38 Heraldo de Madrid, 24/05/1926 ; El Pla de Bages, 21/05/1926 ; Stadium, 1/05/1926.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Évocation ironique de la tentative d’insurrection militaire,El Sol, 06/02/1929
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Légende Figure 2. La presse accompagne les grands événements sportifs,El Heraldo de Madrid, 20/05/1926
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 3. Les allusions a la guerre : une constante dans l’histoire du sport,El Noroeste, 13/05/1923
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 693k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search