Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Première partie. La fabrique de l’événement

Chapitre V. L’écriture de l’événement dans les lettres des jésuites (1634-1648)1

Carmen Serrano Sánchez

Texte intégral

  • 1 Cet article a été réalisé dans le cadre du projet de recherches I+d+i Cinco siglos de cartas. Escr (...)

1Les décennies des années trente et quarante du xviie siècle ont constitué une période difficile pour la Monarchie Hispanique, assiégée par les ennemis qui se succédaient les uns après les autres : le conflit face à la France et aux Pays Bas auquel s’ajoutaient les insurrections de Catalogne et du Portugal sans oublier la continuelle menace de soulèvement dans les autres territoires. Dans cette conjoncture de guerre généralisée, les lettres envoyées et reçues par les Jésuites formèrent un récit singulier de l’événement : une chronique du conflit qui n’est pas spontanée. Dans cet intense échange épistolaire, favorisé et recherché par les autorités de la Compagnie, la nouvelle et la nouveauté constituèrent une source abondante qui transforma les membres de l’ordre grâce à leurs missives en « chroniqueurs ».

2L’étude des nombreuses lettres de Jésuites qui sont conservées à l’Académie Royale d’Histoire (Madrid) permet de comprendre les stratégies d’élaboration et de réélaboration de l’événement, transformé en nouvelles à travers une écriture épistolaire détachée de son apparente innocence rhétorique. Le travail exposé présentement a été réalisé à partir de l’édition des lettres élaborée dans la seconde moitié du xixe siècle par Pascual de Gayangos. Conscient de sa valeur unique comme source historique, il la publia dans les sept tomes du Memorial Histórico Español. Nous n’avons donc point ici travaillé sur les documents originaux, mais nous avons tenu compte de quelques erreurs de lecture et de transcription, ainsi que de certaines interprétations parfois douteuses.

L’importance de la correspondance pour la Compagnie de Jésus

  • 3 CH. O’Neill et J. M. Domínguez (dir.), Diccionario Histórico de la Compañía de Jesús. Biográfico-t (...)

3Environ mille lettres forment cette riche collection épistolaire. Elles ont été précieusement compilées et reliées dans divers volumes par le père Rafael Pereyra, professeur de Grammaire dans le collège sévillan de Saint Hermenegildo et visiteur de la province au xviie siècle3. Avec une chronologie qui s’étend de 1634 à 1648, moment où l’échange épistolaire s’interrompt définitivement, très certainement à cause de la maladie du père Pereyra qui mourut quelques années plus tard, la correspondance comprend quatorze années du règne agité de Philippe IV, nous offrant ainsi un témoignage précis de chacun des événements marquants de l’époque.

  • 4 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo I, p. V (Memorial Histórico Español, tomo XIII).

4À première vue, l’impressionnante quantité de lettres que compte ce corpus épistolaire composé en moins d’une dizaine d’années peut surprendre. Un fait qui ne passa d’ailleurs pas inaperçu chez l’éditeur puisqu’il n’hésita pas à souligner la ferveur avec laquelle les Jésuites se livraient à l’écriture, considérée comme un devoir non seulement envers leur ordre (les supérieurs et les frères) mais également envers Dieu4. Cette finalité spirituelle transforma la simple tâche bureaucratique de l’écriture de lettres en une nécessité fondamentale destinée à la gloire du Créateur :

  • 5 J. de Polanco, « Reglas que han de observar en el escribir los de la Compañía que andan repartidos (...)

[…] car cet échange de lettres, cette partie-ci comme cette partie-là, est si précieuse en soi et doit être fort estimée car il faudrait avoir perdu raison pour ne pas la lire avec grande dévotion, comme une chose très importante pour le bien de cette Compagnie et par conséquence, pour celui de notre prochain, et pour la grâce et la gloire divine5.

  • 6 I. de Loyola, « Constituciones », Obras de San Ignacio de Loyola, I. Iparraguirre, C. de Dalmases (...)
  • 7 Ibid., p. 519

5Dès ses débuts, la Compagnie de Jésus fit de la correspondance épistolaire une pièce maîtresse de son fonctionnement, dans le but de garantir la communication et la cohésion entre les différentes provinces de l’ordre. Saint Ignace en personne la voyait comme un instrument pour gouverner et permettre une meilleur centralisation du pouvoir, mais aussi un élément majeur pour « unifier les divisés en se plaçant à leur tête et pour les regrouper entre eux », limitant ainsi l’importante et progressive dispersion de ses membres6. C’est pour cette raison que l’une des grandes préoccupations au sein de la Compagnie a toujours été de créer les conditions idoines au maintien d’un intense et constant échange épistolaire qui permettrait ainsi la circulation des informations. L’une des principales obligations établies chez les Jésuites était donc de faire connaître au reste des membres de l’ordre les événements marquants survenus lors de leur labeur évangélique, et plus spécialement ceux qui pouvaient revêtir une finalité édifiante. Dès lors, il y eut un incessant échange de lettres qui ne correspondait pas à une relation épistolaire privée mettant en scène son auteur et le destinataire, car le canal communicatif s’élargissait et les missives passaient de mains en mains et sous les yeux de tous, quand elles n’étaient pas entendues de tous lors des lectures communautaires qui étaient faites à haute voix dans le réfectoire7.

  • 8 A. Delfosse, « La correspondance jésuite : communication, union et mémoire. Les enjeux de la Formu (...)

6Connaissant l’importance de l’écriture épistolaire pour leur mission, la rédaction fut rapidement régulée par les autorités de l’ordre, tout d’abord, par les normes dictées par Juan de Polanco en 1547, parmi lesquelles on essaya d’introduire certaines modifications afin de les adapter aux réalités nouvelles et changeantes de la Compagnie, qui culminèrent avec la rédaction de la formula o ratio scribendi en 1580. On définit alors qui devait écrire, comment, quand et à qui. Alors que ces lignes directrices étaient uniquement relatives à la correspondance officielle, elles influencèrent foncièrement la correspondance privée et personnelle comme on peut le constater chez le père Pereyra. Ce dernier reproduisit ainsi une pratique habituelle chez l’ordre ignacien, celle de relier les lettres qui montaient à Rome. Dans ce sens, le Général Claudio Acquaviva émit en 1599 une célèbre instruction où il établissait des recommandations sur la matérialité des lettres, dans le but d’uniformiser leurs tailles afin de les relier et de les archiver pour permettre leur conservation8.

La configuration d’un réseau épistolaire au service de l’événement

7Lorsque l’on centre son attention sur la volumineuse collection réunie par Pereyra, il est important de préciser qu’elle ne se limite pas uniquement aux lettres que les pères de la Compagnie lui remirent personnellement, mais qu’elle comprenait également toutes celles qui lui parvenaient par d’autres biais, et qui s’inscrivaient sous la typologie des « lettres de nouvelles ». L’écriture épistolaire ne représentait pas seulement – voire pas du tout – pour Pereyra un remède contre l’absence ou le moyen d’avoir des nouvelles de l’autre malgré la distance, mais bien la possibilité de savoir tout ce qui se passait à ce moment-là dans les vastes territoires sur lesquels régnait la Monarchie Hispanique.

8Le profond intérêt avec lequel il essaya d’être averti de tous les événements qui avaient lieu répondait à un objectif très clair : écrire une œuvre qui fût la suite de l’Histoire d’Espagne du jésuite Juan de Mariana. C’est ainsi qu’il élabora quelques techniques afin d’organiser et de classer les lettres. Il insérait dans chacun des tomes épistolaires un carnet avec quelques notes qui servaient de sommaire historique, notant par exemple qui était le Souverain Pontife ou les monarques régnant à cette époque, ainsi que les principales nominations au sein de la Compagnie, et les faits les plus marquants de Séville et de son diocèse.

9En soi, la nécessité d’être constamment informé l’obligea à configurer et maintenir durant plus d’une décennie un ample réseau de correspondants qui lui fournissaient avec rigueur les nouvelles et dans les plus brefs délais. Ce dense réseau épistolaire peut se diviser en deux. Tout d’abord la voie principale avec le père Pereyra comme destinataire, puisque le Collège de San Hermenegildo à Séville recevait les lettres envoyées depuis la Cour et des villes comme Salamanque, Valladolid, Oviedo, Bilbao ou Cadix, ou encore en provenance de villes plus lointaines comme Rome ou Mexico, bien que cela fût plutôt exceptionnel.

10Par la suite, il se servit de voies secondaires grâce à la générosité d’autres destinataires qui volontairement, sans la moindre demande, si ce n’est que leur nom ne fût point stipulé, cédèrent leurs lettres pour qu’elles soient copiées, et contribuèrent ainsi à cette grande aventure historiographique.

  • 9 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo I, p. 497 (Memorial Histórico Español, tomo XIII).

11Parmi les correspondants les plus assidus figurait Sebastián González, membre du Collège Impérial de Madrid et ancien compagnon de noviciat à Villagarcía de Campos (Valladolid). Toujours disposé à lui transférer régulièrement les nouvelles de la Cour et celles des autres pays européens (France, Allemagne, Pays-Bas ou Italie), il attire spécialement notre attention par son important soutien et la dévotion avec lesquels il joua le rôle d’informateur, assumant une grande partie des valeurs que la Compagnie de Jésus essaya d’inculquer à ses membres et à ses correspondants pour l’écriture épistolaire. En effet, il faut souligner la diligence avec laquelle il écrivait, prenant immédiatement la plume à chaque fois qu’une nouvelle tombait, même s’il s’excusait parfois du manque de soin porté à son écriture et à sa lisibilité9.

Carte 1 : Les principaux correspondants du père Rafael Pereyra vers 1640

12Si la périodicité des relations épistolaires avait été une préoccupation constante pour la hiérarchie ignacienne, Pereyra n’avait aucunement lieu de s’en plaindre. La fréquence des missives de ce correspondant est surprenante, atteignant parfois même les six lettres par mois. Mais ce n’est pas pour autant que le père Gonzalez aurait omis de s’excuser lorsque les obligations multiples ou la maladie le tenaient éloigné de cette tâche :

  • 10 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 30 janvier 1640. Ibid., tomo (...)

Je n’ai pu écrire à V. R. mon dernier courrier car j’ai été ces derniers jours, et je le suis encore, affecté par un rhume récurrent qui m’a provoqué quelques douleurs10.

13Parfois, selon l’importance de l’événement, il tentait de se remettre au travail :

  • 11 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 12 juin 1640. Ibid., p. 446 ((...)

Bien que je demeure indisposé et maintienne la plume avec difficulté, les nouvelles de Barcelone qui parviennent dans ce courrier sont si graves, que je ne puis me permettre de ne pas les transmettre11.

  • 12 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 15 janvier 1641. Ibid., tomo (...)

14Dans certaines circonstances, il devait même se réfréner d’écrire dans l’attente de pouvoir modérer les informations qu’il recevait. Il est fort probable qu’il connaissait le dessein du père Pereyra quant aux informations qu’il lui soumettait et son but de composer une œuvre historique, en utilisant ses lettres comme sources de première main. Cela ne fit qu’augmenter sa responsabilité, conscient du fait que la véracité des informations devait être de première qualité. Il avertit Pereyra des nombreuses rumeurs qui circulaient sur tel ou tel événement, les qualifiant de « calomnies de romanciers » en précisant leur degré de certitude, car comme il l’affirmait : « les mensonges vont vite et sont souvent sans fondement12 ». Il convenait donc d’être prudent et d’attendre l’arrivée d’un nouveau courrier pour confirmer la nouvelle, ce qui était préférable pour rectifier une information qu’il avait tenue pour hypothétique et qui s’avérait finalement fausse :

  • 13 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 14 mai 1641. Ibid., p. 125.

[…] D’ailleurs, il n’y a et il n’y eut jamais aucune chose que l’on puisse dire avec assurance, car les mensonges sont nombreux et tels qu’il faudrait rectifier chaque courrier et le précédent, et n’en étant point capable, je pense qu’il vaut mieux laisser cela pour le jour où Dieu souhaitera améliorer les temps où nous vivons13.

  • 14 J. de Polanco, op. cit., p. 543 et 547.

15Le soin apporté à la sélection de ce que l’on pouvait ou non écrire, est l’un des aspects les plus marquants des lettres du père González, en accord avec les normes qui régissaient la pratique épistolaire jésuitique. Déjà, dans les règles de Polanco, on recommandait de prendre en compte lors de la rédaction d’une missive le fait que « tout n’est pas à dire à tout le monde », précisant quant à son contenu « ce que l’on peut montrer au plus grand nombre » et « ce qui n’est pas à montrer14 ». Les Jésuites savaient, de plus, que leur correspondance connaissait une circulation extrêmement ouverte, au-delà des limites de l’ordre même. Ainsi, le traitement superficiel de certains événements ou l’absence totale de références s’explique moins par une divergence d’opinion sur la dimension historique d’un fait, que par à cette discrétion imposée et assumée qui leur est propre. Parmi ces absences inattendues, nous pouvons mentionner le faible écho que semble avoir eu dans cet échange épistolaire la conspiration sécessionniste promue par le duc de Medina Sidonia et le marquis d’Ayamonte en Andalousie vers 1641. Un épisode obscur qui n’est présent qu’à travers des éléments dispersés dans ces lettres.

16La méfiance qu’il portait à l’écriture de certains sujets n’était-elle peut-être pas exagérée, et le temps semble avoir fini par lui donner en partie raison. Une lecture approfondie du recueil de lettres permet de découvrir des allusions à certaines lettres qui n’y sont pas incluses, perdues innocemment au cours des siècles, mais aussi réquisitionnées durant le procès initié contre les Jésuites en 1768, comme preuve possible des charges qui leur étaient imputées. Dans l’un des tomes figure l’annotation suivante :

  • 15 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo III, p. VIII-IX (Memorial Histórico Español, tomo XV).

À l’emplacement qu’occupe ce papier, il y avait huit feuilles de chansons populaires contre les dominicains, et une de S. M. au conseil municipal de Séville sur la canonisation de San Fernando avec d’autres papiers. Tous furent ôtés à cet endroit le 23 avril 1768, sur ordre du marquis de Sobremonte, votre Honneur étant présente, pour remettre au Conseil, en qualité de mandataire, communiqué par Monsieur le procureur de S. M. le 15 dudit mois, au dit Monsieur le marquis qui paraphe ceci15.

17Les correspondants du père Pereyra lui remettaient non seulement leurs lettres et des copies de certaines missives auxquelles ils avaient accès, mais également des transcriptions d’autres textes manuscrits en circulation, des avertissements, et des récits de faits divers, dont on lui fournissait aussi des exemplaires imprimés. Dans le cas contraire, il avait l’habitude de réclamer inlassablement son envoi, obligeant ainsi ses correspondants à être au fait des dernières nouveautés éditoriales. C’est ce qui se produisit au début de l’année en 1640 lors du siège et de la future reddition du château de Salses. Comme à l’accoutumé, depuis les premiers jours du mois de janvier, le père Sebastián González l’avait tenu au courant de la façon dont se déroulaient les capitulations entre le comte de Santa Coloma, vice-roi de Catalogne, et le commandant français Espenan, qui s’était engagé à rendre la place le jour de l’Epiphanie, en lui communiquant les informations qui arrivaient à la Cour. Mais une telle victoire sur la France de Louis XIII se devait de figurer sous la forme convenable d’un récit imprimé, une sorte de version définitive et officielle de l’événement. En effet, les récits imprimés étaient perçus comme les rapports les plus fiables et fidèles aux faits, étant donné que pour leur publication, sujette au monopole de la Couronne, ils devaient avoir été soumis à un minutieux examen avant leur approbation :

  • 16 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 14 mai 1641. Ibid., tomo IV, (...)

Nous avons reçu de très bonnes nouvelles d’Allemagne, si elles s’avèrent certaines. Je les transmets ici imprimées à V. R., elles sont encore plus modérées que ce que l’on a pu dire. Il est possible que la version imprimée soit plus exacte, et que celle qui a été colportée soit moins fondée16.

  • 17 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 22 janvier 1640. Ibid., tomo (...)
  • 18 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 20 mars 1640. Ibid., p. 432.

18Pour plus de sûreté, Pereyra n’eut de cesse de rappeler à son ami dans ses lettres qu’il devait lui faire parvenir sans faute un exemplaire, aussitôt qu’il verrait le jour. « Je n’envoie pas le récit de ce qui s’est passé à Salsas, parce que je ne l’ai pas encore imprimé. À peine imprimé je ne manquerai pas de l’envoyer17 », répondait-il. Deux mois plus tard cependant, il devait se justifier de n’avoir pas encore honoré sa requête : « Le Journal de Salsa n’a pas été imprimé ici [à Madrid], voici la raison pour laquelle je ne l’ai pas fait parvenir à V. R.18. »

  • 19 J. de Polanco, op. cit., p. 537.

19À n’en point douter, les nouvelles faisant référence à des faits de l’extérieur étaient extraites des récits imprimés et manuscrits qui circulaient à l’époque, des rapports de marchands (dont les Jésuites enviaient les réseaux d’information)19 et de soldats qui luttaient en première ligne dans les nombreuses guerres qui dévastaient l’Europe du xviie siècle, mais aussi de lettres que certains des membres de la congrégation écrivaient à leurs compagnons depuis des pays tels que l’Italie, l’Angleterre, la France ou l’Allemagne. Parfois, les nouvelles provenaient de sources privilégiées, c’est-à-dire de documents à caractère officiel, qui offraient une plus grande fiabilité quant à leur contenu : les requêtes de Sa Majesté et du comte-duc d’Olivares, les dépêches des ambassadeurs et vice-rois, des missives des secrétaires et des officiers gradés, tous copiés pour satisfaire l’avide curiosité du père Pereyra.

Écrire l’événement : le soulèvement du Portugal au travers des lettres

20Les sources apportant des informations autour d’un même fait pouvaient donc être très variées et il fallait les imbriquer entre elles pour reconstruire avec la plus grande fidélité les faits ayant eu lieu, afin d’en évaluer l’impact dans la société de l’époque. Pour mieux comprendre comment fonctionnait le complexe réseau de communication et d’échange d’informations déployé par Pereyra, portons notre regard sur un des épisodes les plus remarquables du règne de Philippe IV, même si nous devons pour cela faire mentir les prédictions encourageantes qui ouvrent cet article. L’illusion d’une paix toujours plus proche avec l’arrivée de la nouvelle année, s’évanouit avant même que ne se terminât la funeste année 1640. Le 1er décembre de cette même année se produisait l’assaut du Palais Royal de Lisbonne, l’assassinat de Miguel de Vasconcellos, homme de confiance de Olivares et principal agent du gouvernement au Portugal, et la réclusion dans un couvent de la duchesse Marguerite de Savoie, qui occupait le titre de vice-reine depuis 1634. La nouvelle du soulèvement du Portugal se répandit comme une traînée de poudre et l’on connaissait déjà à la Cour, seulement une semaine après les faits, les détails les plus scabreux de la mort de Vasconcellos :

  • 20 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 11 décembre 1640. P. de Gayan (...)

Il y a trois jours est arrivé un rapport du Portugal sur la façon dont est mort le secrétaire Vasconcelos, on lui a coupé le nez, les oreilles, les mains et les pieds, et on les a jetés par les fenêtres du Palais […]. Cette nouvelle s’est sue à Badajoz et en deux autres endroits20.

21Le père Pereyra était déjà au courant des « bonnes nouvelles » au travers de récits recueillis dans une lettre envoyée par le gouverneur de Zafra (Badajoz) à un chevalier sévillan, qui fut copiée et conservée avec le reste de la correspondance. L’impact de cet événement dut être tel que depuis Madrid, le même jour que le fit Sebastián González, le père Baltasar de Lagunilla se décida à écrire à Pereyra, faisant écho des rumeurs qui évoquaient le couronnement du duc de Braganza, que l’on a exempté de toute responsabilité, en accusant son épouse d’être l’instigatrice de la révolte. Il signalait, de plus, que toutes les nouvelles provenaient de la frontière, face à l’impossibilité d’établir une quelconque communication avec le royaume rebelle.

22Le père González a continué à transmettre presque quotidiennement les nouvelles qui arrivaient à Madrid, tenant ainsi bien informé le père Pereyra du développement du conflit, et n’hésitant pas à recourir à la collaboration d’autres membres du Collège Impérial qui lui confieront certaines missives envoyées depuis les terres portugaises. Ainsi, un mois après le début de la rébellion, il transcrivait intégralement la missive d’un ecclésiastique de Lisbonne dans laquelle il narrait tout ce qui s’était passé le 1er décembre et pendant les premiers jours de la révolte. Il s’agissait d’un fait exceptionnel, car la plus grande partie des nouvelles dont on disposait étaient indirectes, à cause de l’interruption du courrier venant du Portugal :

  • 21 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 31 décembre 1640. Ibid., p. 1 (...)

Il y a quelques jours, nous avons reçu une lettre d’un père de Lisbonne pour un autre de ce Collège, dans laquelle il lui raconte de façon très détaillée les regrettables faits ayant eu lieu dans cette ville, le samedi 1er décembre, et les jours suivants, et la noire trahison des sujets de ce royaume qui se sont soulevés contre leur seigneur naturel et ont proclamé roi le rebelle duc de Braganza ; et bien que V. R. sache par moi et par d’autres une bonne partie de ce qui s’est passé là-bas, je veux malgré tout vous en informer21.

23Le récit que fournissait un témoin de la scène permettait de corroborer les rumeurs et les informations que le père Pereyra avait réunies au moyen d’autres sources :

  • 22 Ibid., p. 115.

Voici les informations que l’on nous a transmises sur le Portugal, et bien qu’il soit fort probable que V. R. en ait déjà été informée par d’autres voies, je ne peux me prévaloir de vous retransmettre la lettre de notre frère qui est là-bas, car au-delà de sa grande précision, elle semble véridique22.

  • 23 F. Bouza Álvarez, Corre manuscrito. Una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, (...)

24C’est précisément la véracité et le détail avec lesquels était décrit ce qui s’était passé qui créaient l’illusion d’une connaissance de premier ordre, sans une réélaboration postérieure qui en pervertirait le contenu. La prédilection croissante pour ce type de sources ne nous semble pas surprenante, même lorsqu’elles étaient toujours considérées comme impures par de nombreuses personnes. Malgré les réticences, l’écriture de l’Histoire est très redevable à cette époque aux « lettres de nouvelles », aux récits et informations qui étaient regroupés avec la même intention par les historiographes. Ainsi, les velléités historiques du père Pereyra ne constituent pas un exemple isolé, et au cours de ces mêmes années, Jerónimo de Mascarenhas, un prêtre portugais qui était resté fidèle à Philippe IV, a consacré la moitié de sa vie à compiler toutes les informations, sous forme de récits, lettres personnelles et mémoires, qui auraient pu être utiles à la rédaction des Annales du Portugal, qu’il n’est jamais parvenu à conclure23.

25L’écriture, dans ce cas épistolaire, a donc permis la fixation de l’événement et la possibilité d’élaborer une nouvelle narration par le biais de la correspondance réunie par le père Pereyra, bien qu’il ne prétendît pas seulement construire le récit d’un fait perçu de manière isolée. Cependant, l’histoire projetée par le père sévillan n’a jamais été écrite, mais chacun des événements auxquels il s’est intéressé, et dont il a été informé, a été gravé profondément de son vivant dans ses lettres.

Soulèvement du Portugal (1er décembre 1640)

Soulèvement du Portugal (1er décembre 1640)

Document II. Diagramme de la diffusion de la nouvelle du soulèvement du Portugal

Notes

1 Cet article a été réalisé dans le cadre du projet de recherches I+d+i Cinco siglos de cartas. Escritura privada y comunicación epistolar en España en la Edad Moderna y Contemporánea, financé par le Ministère Espagnol des Sciences et de l’Innovation (Ref. HAR2008-00874/HIST). Traduction : Laurey Braguier.

3 CH. O’Neill et J. M. Domínguez (dir.), Diccionario Histórico de la Compañía de Jesús. Biográfico-temático, Madrid, Universidad Pontificia de Comillas, 2001, vol. 1, p. 965-969.

4 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo I, p. V (Memorial Histórico Español, tomo XIII).

5 J. de Polanco, « Reglas que han de observar en el escribir los de la Compañía que andan repartidos fuera de Roma (1547) », Monumenta Ignatiana. Series Prima. Epistolae et instructiones, Madrid, Typis Gabrielis López del Horno, 1903-1911, tomo I, p. 537 (Monumenta Historica Societatis Iesu, vol. 22).

6 I. de Loyola, « Constituciones », Obras de San Ignacio de Loyola, I. Iparraguirre, C. de Dalmases y M. Ruiz Jurado (ed.), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1997, p. 606.

7 Ibid., p. 519

8 A. Delfosse, « La correspondance jésuite : communication, union et mémoire. Les enjeux de la Formula Scribendi », Revue d’histoire ecclésiastique, vol. 104, n° 1, 2009, p. 90-91.

9 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo I, p. 497 (Memorial Histórico Español, tomo XIII).

10 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 30 janvier 1640. Ibid., tomo III, p. 399 (Memorial Histórico Español, tomo XV).

11 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 12 juin 1640. Ibid., p. 446 (Memorial Histórico Español, tomo XV).

12 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 15 janvier 1641. Ibid., tomo IV, p. 119 (Memorial Histórico Español, tomo XVI).

13 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 14 mai 1641. Ibid., p. 125.

14 J. de Polanco, op. cit., p. 543 et 547.

15 P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo III, p. VIII-IX (Memorial Histórico Español, tomo XV).

16 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 14 mai 1641. Ibid., tomo IV, p. 125-126 (Memorial Histórico Español, tomo XVI).

17 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 22 janvier 1640. Ibid., tomo III, p. 398-399 (Memorial Histórico Español, tomo XV).

18 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 20 mars 1640. Ibid., p. 432.

19 J. de Polanco, op. cit., p. 537.

20 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 11 décembre 1640. P. de Gayangos (éd.), op. cit., tomo IV, p. 91 (Memorial Histórico Español, tomo XVI).

21 Lettre du père Sebastián González au père Rafael Pereyra. Madrid, le 31 décembre 1640. Ibid., p. 104.

22 Ibid., p. 115.

23 F. Bouza Álvarez, Corre manuscrito. Una historia cultural del Siglo de Oro, Madrid, Marcial Pons, 2001, p. 150-151.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les principaux correspondants du père Rafael Pereyra vers 1640
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Soulèvement du Portugal (1er décembre 1640)
Légende Document II. Diagramme de la diffusion de la nouvelle du soulèvement du Portugal
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search