Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Première partie. La fabrique de l’événement

Chapitre III. Défense et critiques de l’Immaculée Conception : écriture et événement dans la première moitié du XVIIe siècle1

Antonio Castillo

Texte intégral

  • 1 Ce travail s’inscrit dans le projet de recherche Cinco siglos de cartas. Escritura privada y comun (...)
  • 2 A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs soci (...)

1La notion d’événement et ses caractéristiques comme catégorie d’analyse historique ont donné lieu, ces derniers temps, à de nombreux travaux. La vieille définition qui était la sienne a ainsi été nuancée dans le cadre de l’histoire événementielle, tout comme s’est dissipé le scepticisme ressenti par l’école des Annales à son endroit, en raison principalement de la difficile conciliation entre la longue durée – chère à Fernand Braudel – et le temps court qui supporte l’édifice de l’histoire classique de l’événement. Le numéro monographique de la revue Terrain, « Qu’est-ce que l’événement », et les essais d’Arlette Farge, dans le champ historique, ou ceux d’Alban Bensa et Éric Bassin, dans celui des sciences sociales2, rendent compte de la vigueur des débats et des différentes manières de l’aborder.

  • 3 M. Sahlins, Islas de historia. La muerte del capitán Cook. Metáfora, antropología e historia, Barc (...)

2Quoi qu’il en soit, nul ne songe à nier, quel que soit le sens donné au terme, que l’appréhension des événements passe nécessairement par une analyse de ses vestiges, vastes et divers, parmi lesquels les écrits occupent une place prépondérante. Ces derniers suscitent l’intérêt parce qu’ils sont source d’informations, mais également en raison de leur propre substance textuelle – ou si l’on préfère, de cette matérialité qu’ils acquièrent –, en raison encore des formes et des espaces de publication, véritable humus où s’enracine l’Histoire sociale de la culture écrite. C’est ce que j’entends démontrer en portant les regards sur l’abondante production écrite engendrée par la polémique qui fit rage dans la première moitié du xviie siècle autour du mystère de l’Immaculée Conception, plus particulièrement sur ces écrits qui ont fait florès sur les murs et dans les espaces publics des villes baroques. Les écritures ayant trait au mystère de l’Immaculée nous permettent ainsi de saisir la relation qui se noue entre les événements et la culture qui les voit naître, reprenant incontinent les nuances que Marshall Sahlins a su apporter à la dichotomie structuraliste entre événements et structures3.

Expressions de la controverse immaculiste à l’aube du xviie siècle

  • 4 E. Ruiz-Gálvez Priego, « Du péché originel au péché des origines : évolution et socialisation de l (...)

3Sans nous abîmer dans les eaux troubles de la théologie, rappelons, pour servir notre propos, que la querelle autour de l’Immaculée Conception de Marie, latente dans l’Europe chrétienne depuis le xiie siècle, connut une recrudescence au cours des premières décennies du xviie siècle en raison de deux dispositions papales favorables aux partisans dudit mystère : le bref de Paul V (daté du 12 septembre 1622) permettant à ces derniers d’exposer publiquement leurs opinions quand celles des maculistes se voyaient cadenassées d’une part ; le décret Sanctissimus de Grégoire XV (daté du 4 juin 1622) étendant au domaine privé l’interdiction faite aux maculistes de s’exprimer en l’absence d’une autorisation expresse du Saint-Siège d’autre part. C’est cela sans aucun doute qui motiva l’autorisation faite aux dominicains de pouvoir débattre entre eux dudit mystère. Un peu plus tard, le 8 décembre 1661, Alexandre VII devait promulguer la bulle Sollicitudo omnium ecclesiarum définissant le sens véritable du terme « conception » et sanctionnant, de ce fait, toute tergiversation ou discussion publique à ce propos4.

4Pendant que les ambassades se succédaient à Rome pour obtenir l’autorisation pontificale, nombreuses furent les villes du monde hispanique, de part et d’autre de l’Atlantique, à connaître des convulsions en ces premières décennies du xviie siècle. D’intenses campagnes de propagande furent entreprises pendant lesquelles l’accent était mis sur la féconde symbiose entre l’écriture, la parole et l’image. Sans oublier complètement ces dernières, je concentrerai davantage mon attention sur la technologie écrite.

  • 5 A. Huerga, Los alumbrados de Sevilla (1605-1630), en Historia de los alumbrados (1570-1630), vol. (...)
  • 6 J. L. Labrador, R. Di Franco et J. M. Rico García (éd.), Cancionero sevillano de Fuenmayor, Sevill (...)
  • 7 M. de Los Reyes Peña, « Un pasquín anti-inmaculista en la Sevilla del primer tercio del siglo xvii(...)
  • 8 Memorial sumario de las veynte y quatro informaciones que el Arzobispo de Sevilla mandó haz (...)

5Nul n’ignore qu’un des lieux où la polémique s’enracina avec plus de force fut Séville, véritable « chaire d’Espagne » selon le mot d’Álvaro Huerga, ville à la piété sans tache5. Pour l’affaire qui nous occupe, le sermon que prononça fray Domingo de Molina, prieur du couvent Regina Angelorum, le jour de la Nativité de la Vierge (le 8 septembre) de l’an 1613 marque un point d’inflexion nette : il s’y fit le chantre d’une vierge « conçue comme vous, comme moi, comme Martin Luther, avant d’être sanctifiée6 ». À cela il convient d’ajouter les obstacles nombreux que les frères dudit ordre mirent à la sortie en procession, le 9 février 1615, de l’Immaculée conservée dans les murs du couvent, ainsi que le pasquin qu’ils placardèrent sur la Porte du Pardon de la cathédrale un mois plus tard7. Ainsi le Memorial sumario… cerca de las contradicciones que los religiosos de santo Domingo han hecho a los que defienden y siguen la opinión pía (Instruction… au sujet des opinions contraires que les religieux de Saint-Dominique ont opposées à ceux qui défendent et suivent la pieuse doctrine) (1615), de l’archevêque de Séville don Pedro de Castro y Quiñones, principal zélateur de la cause immaculiste – publié dans le but de réfuter et d’enrayer les polémiques portées sur la place publique par les religieux de l’ordre dominicain – porte-t-il trace de tout cela et des échos postérieurs8.

6Le notaire apostolique chargé de la rédaction du Memorial, le docteur Luis Álvarez de Andrada, secrétaire du tribunal de l’Archevêché de Séville, ne manque jamais de narrer dans le détail les outrages perpétrés par les dominicains qui mettent en circulation aussi bien des libelles diffamatoires – où ils « gauchissent » à leur avantage divers passages des Écritures « condamnant, non comme méchanceté mais comme nouveauté, le fait de dire “Loué soit le saint sacrement” » – que des couplets dans lesquels « ils évoquaient la conception pure de Notre Dame, qui était une nouveauté née de l’ignorance et de la bêtise et devait être portée à la connaissance de la Sainte Inquisition, car Luther et Calvin avaient débuté pareillement », ou encore prêchant que « Notre Dame avait été conçue dans le péché originel comme vous, comme moi et comme les autres femmes », pour ne citer que quelques-unes des accusations qui leur furent imputées (fol. 1v-2r.).

  • 9 A. Domínguez Guzmán, La imprenta en Sevilla en el siglo xvii. 1601-1650 (Catálogo (...)

7Nous voilà devant un « fait » doublé d’un authentique « événement » religieux et social, certes, mais aussi et surtout d’un événement d’écriture. Dans le cas sévillan, la controverse autour de l’Immaculée monopolisa les presses de la ville au point de voir sortir de celles-ci la bagatelle de 117 imprimés sur ce thème, dont 36 étaient des récits de fêtes immaculistes9. Mais par-delà, la controverse prit corps dans un enchaînement d’écrits et de paroles de rue qui ont fabriqué l’événement, l’ont propagé et l’ont inscrit dans la postérité. Dans le Memorial figurent ainsi les infamies et autres agressions commises par les dominicains contre les défenseurs de l’Immaculée Conception et, en particulier, contre les jésuites et les franciscains, abreuvés à l’envie – si l’on en croit le texte – de moqueries en des « termes âpres » (fol. 3v). Y sont détaillées par le menu les invectives lancées lors des sermons et des prêches ainsi que les injures répandues dans les couplets et les libelles placardés « à tous les coins et recoins de la ville », comme l’écrit l’auteur du Memorial évoquant, par exemple, ceux nombreux distribués par les dominicains à Séville et dans les localités voisines de l’archevêché pour célébrer l’octave et les fêtes de la Vierge. Nous en voulons pour preuve le libelle infamant que lesdits religieux firent circuler le 4 juillet « contre l’archevêque de Séville et toutes personnes ayant pris part aux célébrations et dévotion à la Vierge », attribué à fray Tomás de Biedma et à d’autres qui se trouvaient en sa compagnie (fol. 5) :

Santísimos traperos y escribanos,/Très saints drapiers et greffiers,
virtuosos lacayos y escuderos,/Vertueux laquais et écuyers,
sabios mulatos, doctos zapateros,/sages mulâtres, savants cordonniers,
religiosos, corchetes y hortelanos./religieux, argousins et maraîchers.
Divinos pajes, sastres soberanos,/Divins pages, tailleurs souverains,
mozos de mulas, negros pasteleros,/Muletiers, pâtissiers noirs,
benditos congregados carniceros,/Bienheureuse assemblée des bouchers,
azacanes, pastores, cirujanos./Porteurs d’eau, pâtres, chirurgiens.
Al arma, al arma, gente vencedora,/Aux armes, aux armes, foule victorieuse
de la Iglesia columnas y maestros,/De l’Église piliers et maîtres,
no hagáis caso ya de ningún santo./Ne faites plus cas désormais d’aucun saint.
Definid, blasfemad, de Dios ahora,/Définissez, blasphémez, de Dieu à présent
y perseguid la religión, que tanto/Et persécutez la religion qui tant
ha perseguido los linajes vuestros./A persécuté vos ancêtres.
Ea, soldados diestros,/Allons, habiles soldats
que el pastor para daros paso franco/Le pâtre pour vous laisser le passage libre
atado tiene el perro negro y blanco./A attaché le chien noir et blanc.

  • 10 BNE, Mss. 9956, fol. 134v. D’autres transcriptions de sonnets, de sentences et de compositions div (...)
  • 11 Au sujet de l’utilisation des images, voir P. Civil, « Iconografía y relaciones de pliegos : la ex (...)
  • 12 BNE, Mss. 9956, fol. 12r.

8Le Memorial impute aux dominicains non seulement des blasphèmes et des croyances impies mais aussi de véritables actes de violence physique perpétrés contre quiconque avait défendu la conception immaculée de Marie, et même contre les enfants, agents actifs de ladite propagation. Le rôle que ces derniers et l’école jouèrent dans la diffusion de la ferveur immaculiste transparaît dans quelques libelles, comme celui qui fut « placardé à Madrid sur les portes de l’église des pères dominicains » évoquant « l’opinion des enfants de Séville10 ». Ainsi donc, le culte de l’Immaculée fut-il défendu avec beaucoup d’ardeur et d’enthousiasme populaire par certains secteurs de l’Église, les imprimés, gravures, libelles et couplets diffusés à ce propos étant légion11. On alla même jusqu’à imprimer une Instruction qui portait par écrit les scansions exactes de la mélodie qu’il fallait suivre pour chanter les couplets. Dans cette Instruction, on précisait que lesdits couplets devaient être enseignés aux enfants dans les écoles durant deux ou trois semaines afin qu’ils puissent ensuite les chanter « chez eux et dans la rue, à tout moment, de jour comme de nuit » ; quant aux adultes, ils devaient s’enseigner « les uns les autres, de sorte que tous, d’une seule voix, professent une même chose ». En bas du document était noté que les maîtres et les communautés de religieux et religieuses devaient disposer « une gravure ainsi que lesdits couplets sur un panneau de bois ou de carton, en un lieu public, où tout un chacun pourrait les lire et les apprendre12 ».

  • 13 J. Jiménez Rueda, « Breve relación de las fiestas que los artífices plateros, vecinos de México, c (...)
  • 14 M. Chocano Mena, La fortaleza docta. Élite letrada y dominación social en México colonial (siglos (...)
  • 15 Archivo General de la Nación, México. Inquisición, vol. 485, exp. 16, fols. 230-236. La liasse com (...)

9Lors des années qui suivirent les décrets papaux, les échos de la polémique immaculiste se firent entendre dans d’autres villes. Ainsi, en 1618, dans la capitale de la Nouvelle-Espagne, la confrérie des orfèvres organisa-t-elle une fête en l’honneur de l’Immaculée Conception en se prévalant du bref de Paul V13. Comme à Séville, l’opinion favorable bénéficia du soutien de l’archevêque Juan Pérez de la Serna, promoteur dudit culte, et de celui de l’ordre des franciscains tandis que les dominicains manifestaient leur opposition, mue par des divergences bien connues, auxquelles venait se mêler la crainte de perdre la mainmise sur la chaire de thomisme que l’on venait d’inaugurer à l’université royale de México14. La polémique désormais dans la rue, les moines de l’ordre de Saint-Dominique furent à l’origine de nombreux couplets et satires où l’on tournait en dérision la célébration du mystère et auxquels répondaient les franciscains avec force poésies dévotes à la vierge. L’épisode – eu égard à l’intensité et à l’abondance des vers – mérite d’être qualifié de « guerre de plumes », au point que certains aient pu voir, dans ces sonnets et chansons, des « projectiles » qui « dans la plupart des cas, passaient de main en main15 ».

  • 16 M. Rodés Vinués, « Huesca y la Inmaculada », argensola. Revista de Ciencias Sociales del instituto (...)
  • 17 Archivo Histórico Nacional, Madrid [AHN], Inquisición, leg. 44531, exp. 22.

10Les événements de Huesca, au cours de l’été mouvementé de l’année 1619, peuvent être rapportés à quelque chose de similaire. Quelques mois auparavant, le 16 avril, l’université – suivant en cela la tendance d’autres académies – avait prêté serment à l’Immaculée, suivie de peu par le conseil municipal16. Lors des réjouissances qui furent organisées, plusieurs sermons furent prononcés, des pièces de théâtre jouées, et divers couplets et satires contre l’opinion des dominicains répandus, selon le récit que livra un des leurs, le père Juan de Bisecas – qui avait occupé une chaire à l’université – dans une lettre au Conseil de la Suprême Inquisition datée du 19 juin. Des libelles, il releva en particulier « un sonnet scandaleux et sacrilège qui circule dans lequel l’auteur profère des blasphèmes atroces contre les tenants de l’opinion contraire » ainsi « qu’une satire interpellant la vierge, propre les jours de la semaine et sale le dimanche, dont le seul but est de porter outrage aux religieux dominicains prétendant qu’ils salissent ainsi la Vierge17 ». Derechef, l’ordre dominicain se trouvait au centre des invectives quand les jésuites se voulaient les chantres des thèses immaculistes. Ces deniers venaient d’ouvrir un collège dans la ville et, à l’instar des heurts entre franciscains et dominicains à México, l’affrontement ici n’était guère étranger à la volonté de contrôler l’enseignement.

Nouveaux épisodes au milieu du siècle

11Si l’on pouvait penser que l’intense propagande que l’Église organisa au lendemain de la publication du bref de Paul V avait servi d’aiguillon aux événements de México et de Huesca, les décennies qui suivirent – avant la publication, par Alexandre VI, de la bulle Sollicitudo omnium ecclesiarum – ne furent pas, pour autant, plus calmes. Deux épisodes ainsi le donnent à voir : les événements de 1640 à Grenade ; les nouvelles controverses de 1658 à Huesca.

  • 18 Castillo Gómez, A., « Delinquir escribiendo. Escrituras infamantes y represión inquisitorial en lo (...)
  • 19 Ahn, Inquisición, leg. 2628, exp. 97 y 55.

12À Grenade, ce fut la diffusion d’un libelle blasphémant la Vierge et encensant la Loi de Moïse – libelle que l’on placarda jusque sur les murs du chapitre municipal pour mieux souligner la transgression idéologique et spatiale – qui mit le feu aux poudres. Il fut attribué, dans un premier temps, aux Portugais de la ville, ce qui revenait à désigner les juifs qui y avaient trouvé refuge après leur expulsion du royaume voisin18. Par la suite, on découvrit que l’auteur du libelle était le frère lai Francisco de la Cruz, ermite du Triomphe, qui déclara l’avoir écrit afin que « la ville finisse la construction du Triomphe et que la dévotion de la Vierge aille croissant19 ».

  • 20 F. Henríquez De Jorquera, Anales de Granada. Descripción del Reino Ciudad de Granada. Crónica de l (...)
  • 21 AHN, Inquisición, leg. 2628, exp. 67 ; G. Rodríguez De Escavias, Exhortación alherege que puso en (...)
  • 22 F. Guillen Del Águila, Discursos por Maria Santissima y su virginal pureza contra la mano alebey p (...)

13La gravité de l’offense faite à Marie – traitée dans le libelle de « pute publique de lupanar » ou de « sale » – déclencha les foudres immédiates de l’Église de Grenade et des secteurs les plus aisés. Les fêtes et autres célébrations destinées à réparer l’injure se multiplièrent dans la ville, et au cours de celles-ci, les « élites organisèrent une mascarade pleine d’éclat pour célébrer Notre Dame du Triomphe » et se promenèrent dans les rues de Grenade tout « en affichant, dans les lieux publics, des panneaux de bois » où était inscrit « le nom de Marie en lettres d’or sur champ azur20 ». Parallèlement, fut orchestrée une campagne de propagande tapageuse pour la « défense de notre sainte foi catholique », comme le déclara Gabriel Rodríguez de Escavias, commissaire du Saint-Office et auteur d’une Exhortation à l’hérétique21 qui fut imprimée. Très peu de temps après la parution du libelle, des sermons furent prononcés, des affiches à la gloire de Marie furent distribuées dans toute la ville et moult textes à la louange de la Vierge sortirent des presses, parmi lesquels l’opuscule intitulé Discours en faveur de la Très Sainte Marie et de sa pureté virginale, de la plume de Francisco Guillen del Águila, chevalier de l’ordre de Saint-Jacques et magistrat des hidalgos à la Chancellerie royale de Valladolid. Sa parution coïncida avec le procès dont la sentence devait être prononcée, sur volonté expresse, un jour de festivité mariale, le 15 août (jour de l’Assomption) ou le 8 septembre (jour de la Nativité de la Vierge). Si l’on en croit l’auteur, son texte exprimait une opinion proche en tout point d’un autre texte latin qui était paru trois jours auparavant, œuvre « d’un homme illustre et remarquable, connu pour son sang, sa science et sa qualité ». Ce qui différenciait les deux œuvres était la longueur d’une part – le texte latin totalisait trois pages sur deux folios tandis que celui de Guillen de Águila s’étendait sur sept folios et demi –, et le public visé d’autre part – Guillen de Águila ayant choisi le castillan pour faire davantage valoir sa pensée. Au regard de la gravité des offenses, l’auteur implorait les différentes autorités civiles et ecclésiastiques pour que soit établie la valeur criminelle des libelles infamants, et ce pour deux raisons : la première tenait à la dignité et à la sainteté de la personne insultée qui, le cas présent, touchait au paroxysme puisque le libelle s’attaquait à la Vierge ; la seconde tenait au caractère public du blasphème car, comme dit le texte, « c’est là accroître le délit que d’être non seulement libelle, mais encore exposé en lieu public22 ». Ajoutons à cela que le responsable de ladite offense était l’ermite en charge du Triomphe et que le libelle avait été répandu rien moins que le vendredi saint, au mépris du deuil imposé par l’Église en ce jour si particulier : la conclusion qui s’imposait était que le coupable devait être excommunié, puis condamné à mort.

  • 23 Ahn, Inquisición, leg. 44531, exp. 29, fol. 9r. Huesca, 18 août 1658.

14Sur les terres aragonaises, durant l’été 1658, la ville de Huesca devint une nouvelle fois le théâtre de vives controverses dont on entendait se servir cette fois, par le biais de couplets – imprimés ou manuscrits – pour exprimer la méfiance qui commençait de sourdre face au pouvoir et à l’influence des jésuites. En accord avec le texte des qualificateurs, il s’agissait bien « d’une bourle contre l’opinion pieuse de la Très Pure Conception qui bafouait les brefs apostoliques », outre que c’était là « un libelle fort grave et diffamatoire contre l’ordre de la Compagnie de Jésus, qui salissait sa réputation et son crédit sur des matières fort graves ». D’autres couplets imprimés – intitulés Soliloquio pío entre los padres Escobar, Mauricio y Torres (Soliloque pieux entre les pères escobar, Mauricio et Torres), et se présentant sous forme de dialogue où les jésuites se voyaient accusés de défendre le mystère de l’Immaculée par intérêt purement économique – donnèrent lieu à des raisonnements similaires et furent pareillement censurés. Toute la démonstration aboutissait à la conclusion suivante : l’auteur n’était qu’« un semeur de zizanie », selon le mot de Gil Ballester, recteur du collège de la Compagnie de Jésus de Huesca23.

Écriture publique et événement

  • 24 J. L. Austin, Cómo hacer cosas con palabras : palabras y acciones, Barcelona, Paidós, 1991 ; B. Fr (...)
  • 25 Une de ces affiches est conservée à la BNE, Ms. 9956, fol. 1.
  • 26 S. Vranich, « Carta de un ciudadano de Sevilla. La guerra mariana de Sevilla en el siglo xvii », A (...)

15L’intensité des faits analysés dans ces pages ainsi que leur quasi concomitance nous engagent à qualifier d’« événement » la polémique sur le mystère de l’Immaculée Conception qui opposa divers ordres religieux dans la première moitié du xviie siècle. Dans la perspective d’une analyse des usages de l’écrit, l’intérêt paraît indéniable en raison de la portée qu’eut l’écriture dans son avènement. Le Memorial de l’archevêque de Séville et tous les textes qui s’ensuivirent ont ainsi fabriqué la narration du fait et posé les bases de la mémoire de celui-ci. Pour autant, au moment même où se produisait chaque épisode, c’est bien l’écriture – sous la forme de libelles et d’affiches – qui occupa concrètement l’espace urbain. Cette inscription publique et cette exposition au vu et su de tous ont donné, à ces différentes formes d’écritures exposées, le caractère d’énoncés performatifs participant non plus à la simple description de l’événement enregistré, mais bel et bien à son existence propre24. C’est ainsi qu’il faut comprendre, par exemple, les remarques anonymes d’un Sévillan notant, dans une lettre adressée à un ecclésiastique madrilène, que l’affiche distribuée par les immaculistes disant « Marie Très Sainte conçue sans tache du péché originel » (et placardée sur la puerta Colorada de la cathédrale, sur celles du conseil et sur de nombreux édifices de la ville25), interpellait directement les dominicains. Et ceux-ci, en la voyant, durent la ressentir telle « une balafre ou l’habit d’infamie d’un condamné au bûcher », autant dire plus cruellement que « les affiches des comédies que l’on voit à tous les coins de rue26 ».

  • 27 Ahn, Inquisición, leg. 44531, exp. 29, fol. 9r. Huesca, 18 août 1658. Un autre témoignage attestan (...)
  • 28 J. B. Valda, Solenes fiestas que celebró Valencia a la Inmaculada Concepción de la Virgen Maria po (...)

16Le caractère éphémère des ces actes de paroles – écrits ou oraux – était compensé par le tapage public de leur circulation. Il ne s’agissait pas d’opuscules ou de pamphlets écrits et lus au sein de cénacles érudits et restreints, mais bien de mots, de textes répandus dans l’espace urbain où résonnait le fracas de la ville. À Huesca, en 1658, le recteur Gil Ballester en donnait ainsi un témoignage éloquent quand il faisait remarquer que Lorenzo Cavero (auteur supposé des couplets répandus) s’employait à les lire dans les cercles, sur les places et devant des attroupements de rue, de sorte que toute la ville en était scandalisée, car « comme les basses âmes et les mauvais chrétiens ne manquent pas, ils mêlent leur rire au sien, entendent ces couplets et les lisent publiquement, peut-être même en font-ils quelques copies27 ». Il en fut toujours de même : les circuits de communication naissaient d’une continuelle interaction entre le mot prononcé et celui porté par écrit, auquel s’ajoutait parfois l’image, comme il advint lors des fêtes que la ville de Valence organisa en l’honneur de l’Immaculée en 1633. Si l’on en croit le récit qui fut donné, une petite presse et deux compagnons se trouvaient sur un des chars de la procession, imprimant et répandant sur leur passage des couplets et des gravures. Le support varia en fonction du public rassemblé pour assister à ladite procession : papier raisin pour le commun ; taffetas pour « quelques personnes d’importance » seulement ; enfin papier d’excellente qualité pour les afficher aux coins des rues et pour « qu’il en reste trace28 ». En somme, les mots, les écrits et les gravures qui circulèrent au grand jour donnèrent ainsi matérialité et visibilité à la controverse immaculiste, tout particulièrement lorsqu’on les retrouvait cités dans des sermons, chantés dans les rues ou affichés, l’espace d’un temps, sur les murs.

Notes

1 Ce travail s’inscrit dans le projet de recherche Cinco siglos de cartas. Escritura privada y comunicación epistolar en España en la Edad Moderna y Contemporánea (Cinq siècles de lettres. Écriture privée et communication épistolaire en Espagne à l’époque moderne et contemporaine), financé par le ministère des Sciences et de l’Innovation (Ref. HAR2008-00874/HIST). Traduction : Béatrice Pérez.

2 A. Farge, « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain. Revue d’Ethnologie de l’Europe, 38, mars 2002, p. 69-78 ; A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », p. 5-20.

3 M. Sahlins, Islas de historia. La muerte del capitán Cook. Metáfora, antropología e historia, Barcelona, Gedisa, 1997.

4 E. Ruiz-Gálvez Priego, « Du péché originel au péché des origines : évolution et socialisation de la notion de “macula” (Espagne xiiie-xvie siècles) », E. Ruiz-Gálvez Priego (éd.), L’Immaculisme. Un imaginaire religieux dans sa projection sociale, Paris, Indigo, 2009, p. 98-126.

5 A. Huerga, Los alumbrados de Sevilla (1605-1630), en Historia de los alumbrados (1570-1630), vol. IV, Madrid, FUE, 1988, p. 8. Voir également la thèse de doctorat de M. A. Garcia Garrido, La prédication de Carême à Séville au temps de la Contre-Réforme (1586-1700), directeur de thèse Annie Molinié, université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2009. Que le professeur Ricardo Saez, qui m’a indiqué les références de cette thèse, soit ici remercié.

6 J. L. Labrador, R. Di Franco et J. M. Rico García (éd.), Cancionero sevillano de Fuenmayor, Sevilla, universidad de Sevilla, 2004, p. 30-31.

7 M. de Los Reyes Peña, « Un pasquín anti-inmaculista en la Sevilla del primer tercio del siglo xvii », R. Reyes Cano, M. de Los Reyes Peña et K. Wagner (éd.), Sevilla y la literatura.. Homenaje al profesor Francisco López Estrada en su 80 cumpleaños, Sevilla, Universidad de Sevilla, 2001, p. 133-160.

8 Memorial sumario de las veynte y quatro informaciones que el Arzobispo de Sevilla mandó hazer cerca de las contradiciones que los religiosos de santo Domingo han hecho a los que defienden y siguen la opinión pía de que la Virgen N. S. fue concebida sin pecado original, s. l, s. n., 1615. Biblioteca Nacional de España, Madrid [BNE], Mss. 9956.

9 A. Domínguez Guzmán, La imprenta en Sevilla en el siglo xvii. 1601-1650 (Catálogo y análisis de su producción), Sevilla, Universidad de Sevilla, 1992, et « Relaciones de fiestas inmaculistas en Sevilla (1615-1617). Catálogo descriptivo », R. Reyes Cano, M. de Los Reyes Peña et K. Wagner (éd.), Sevilla y la literatura, op. cit., p. 231-245.

10 BNE, Mss. 9956, fol. 134v. D’autres transcriptions de sonnets, de sentences et de compositions divers touchant la controverse immaculiste accompagnent celle-ci.

11 Au sujet de l’utilisation des images, voir P. Civil, « Iconografía y relaciones de pliegos : la exaltación de la Inmaculada en la Sevilla del siglo xvii », M. C. García De Enterría, H. Ettinghausen, V. Infantes et A. Redondo (éd.), Las Relaciones de Sucesos en España (1500-1700). Actas del Primer Coloquio Internacional, Alcalá de Henares, Universidad, 1996, p. 65-77.

12 BNE, Mss. 9956, fol. 12r.

13 J. Jiménez Rueda, « Breve relación de las fiestas que los artífices plateros, vecinos de México, celebraron a la Purísima Virgen María, el día de la Inmaculada Concepción. Año 1618 », Boletín del Archivo General de la Nación, 1945, p. 349-383.

14 M. Chocano Mena, La fortaleza docta. Élite letrada y dominación social en México colonial (siglos xvi-xvii), Barcelona, Ediciones Bellaterra, 2000, p. 232-237.

15 Archivo General de la Nación, México. Inquisición, vol. 485, exp. 16, fols. 230-236. La liasse compte environ 160 folios qui enregistrent les nombreuses versions des couplets qui circulaient alors.

16 M. Rodés Vinués, « Huesca y la Inmaculada », argensola. Revista de Ciencias Sociales del instituto de Estudios altoaragoneses, 37, 1959, p. 47-60.

17 Archivo Histórico Nacional, Madrid [AHN], Inquisición, leg. 44531, exp. 22.

18 Castillo Gómez, A., « Delinquir escribiendo. Escrituras infamantes y represión inquisitorial en los siglos de Oro », M. Casado Arboniés, A. Castillo Gómez, P. Numhauser, et E. Solá, (éd.), Escrituras silenciadas en la época de Cervantes, Alcalá, Universidad de Alcalá, 2006, p. 289-294.

19 Ahn, Inquisición, leg. 2628, exp. 97 y 55.

20 F. Henríquez De Jorquera, Anales de Granada. Descripción del Reino Ciudad de Granada. Crónica de la Reconquista (1482-1492). Sucesos de los años 1588 a 1646, Granada, Universidad de Granada/Ayuntamiento de Granada, 1987, vol. II, p. 85.

21 AHN, Inquisición, leg. 2628, exp. 67 ; G. Rodríguez De Escavias, Exhortación alherege que puso en la ciudad de Granada iueves santo en la noche cinco de abril del año de mil y seiscientos y quarenta un papel contra nuestra Santa Fe Católica, Granada, Francisco García de Velasco, 1640. Bien que ce document ne figure point au Catalogue Collectif du Patrimoine Bibliographique, les Archives Historiques Nationales en conserve un exemplaire (Inquisición, libro 1252, fol. 112-123).

22 F. Guillen Del Águila, Discursos por Maria Santissima y su virginal pureza contra la mano alebey perjura con que un impío… fixó carteles abominables en ofensa de su Criador inmenso, s. l., s. n., s. a [c. 1640], fols. 15r. y 5r. BNE, V. E. 181-68. Voir également A. Castillo Gómez, « Panfletos, coplas y libelos injuriosos. Palabras silenciadas en el Siglo de Oro », M. Peña Díaz (éd.), Las Españas que (no) pudieron ser. Herejías, exilios y otras conciencias (siglos xvi-xx), Huelva, Universidad de Huelva, 2009, p. 64-65.

23 Ahn, Inquisición, leg. 44531, exp. 29, fol. 9r. Huesca, 18 août 1658.

24 J. L. Austin, Cómo hacer cosas con palabras : palabras y acciones, Barcelona, Paidós, 1991 ; B. Fraenkel, « Actes d’écriture : Quand écrire c’est faire », A. Mubi Brighenti (éd.), The Wall and the City. Il muro e la città. Le mur et la ville, Trento, Professional Dreamers, 2009, p. 21-29.

25 Une de ces affiches est conservée à la BNE, Ms. 9956, fol. 1.

26 S. Vranich, « Carta de un ciudadano de Sevilla. La guerra mariana de Sevilla en el siglo xvii », Archivo Hispalense, 137, 1966, p. 254.

27 Ahn, Inquisición, leg. 44531, exp. 29, fol. 9r. Huesca, 18 août 1658. Un autre témoignage attestant le succès des couplets et libelles pro ou contre l’Immaculée dans l’Espagne du xviie siècle serait les vers et hiéroglyphes que certains religieux du couvent de Saint François de Reus firent circuler le 22 octobre 1622 durant la fête de la Conception, « contre l’opinion des dominicains avec beaucoup de profanité et peu d’habileté ». Ahn, Inquisición, leg. 4454, n° 2, fol. 1r.

28 J. B. Valda, Solenes fiestas que celebró Valencia a la Inmaculada Concepción de la Virgen Maria por el supremo decreto de N. S. S. Pontífice Alejandro VII, Valencia, Jerónimo Vilagrasa, 1663, p. 278 et 285-288.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search