Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Première partie. La fabrique de l’événement

Chapitre II. « Guarda que tus pueblos no osendezir, que si osaren dezir, osarán fazer 1. » Quelques textes comme prélude à la déposition du roi (1366, 1464)

Béatrice Pérez

Texte intégral

  • 1 « Prends garde à ce que tes peuples n’osent dire, car lorsqu’ils oseront dire, alors ils oseront f (...)
  • 2 D. de Valera, Tratado de las epístolas, in Prosistas castellanos del siglo xv, Mario Penna (...)

1Cette phrase, mise en exergue dans le titre et rapportée par Diego de Valera dans un courrier de 1447(8) à l’adresse de Jean II2, serait en réalité une mise en garde adressée par Benhabati au roi Pierre Ier, préfigurant la triste fin de la déposition du souverain et sa mort sous le coup de son frère Henri de Trastamare en 1369. Elle est ainsi une parole prémonitoire annonçant le « tyrannicide », une parole qui verbalise une situation de conflit et, ce faisant, annonce l’événement à venir en lui offrant caution et légitimation a posteriori. Elle est pareillement, au regard du contexte qui préside nouvellement à sa convocation en 1447, une menace à peine voilée formulée contre Jean II et la politique qu’il entend alors mener, aidé de son favori Álvaro de Luna.

2C’est la raison pour laquelle les textes que je me propose d’analyser entrent parfaitement dans cette classification de l’événement : « la fabrique de l’événement ». Ce sont des textes qui doivent se lire comme des préludes à l’action politique, donnant corps et chair à des événements non formulés mais induits par une rhétorique autant de légitimation que de revendication. En effet, par l’étude de ces textes, il s’agit de mettre en lumière une parole politique, une parole conflictuelle à valeur de propagande dont l’ambition est de solliciter l’opinion publique pour susciter le ralliement nécessaire afin d’engendrer l’action et l’événement. L’événement, ici, c’est la déposition du souverain qui nécessite d’être verbalisée d’abord, pour exister ensuite. Il s’agit donc bel et bien d’une affaire de mots comme préalable à l’action politique violente.

3L’écueil de la démarche, sans doute, pourrait être l’aspect extrêmement ponctuel et circonstancié des événements analysés. Si les textes convoqués sont préludes à la mise en action, ils ne constituent que des épiphénomènes liés à un acte isolé et n’offrent guère la cohérence d’un corpus doctrinaire ; ils sont les jalons d’une pensée sur le tyrannicide qui se dit dans l’ellipse, dans le sous-entendu et l’induit. Néanmoins, une manière habile de surmonter cette faille est alors de tirer cohérence par la mise en regard de plusieurs événements liés entre eux nécessairement par un soubassement solide de théories qui leur donnent souffle dans la durée. Évidemment, ces filiations sont souvent implicites et il faut, alors, veiller à ne pas surdéterminer l’analyse des textes.

4Les deux événements majeurs qui cimentent cette présentation sont le régicide de Pierre Ier en 1369 par son demi-frère Henri de Trastamare et la déposition fictive d’Henri IV à Ávila en 1465 par une confédération puissante de nobles en rébellion contre la politique de renforcement du pouvoir royal. Ces deux événements soustendent véritablement une dynastie appelée à jouer un rôle clé dans la formulation du « poderío real absoluto », l’absolutisme royal ou l’exercice arbitraire et absolu du roi. Mais comme je l’ai dit, ce qui m’intéresse n’est pas le récit partisan des faits mais bien les textes qui précèdent ces deux événements majeurs de l’histoire castillane, textes qui bornent tous deux la période délimitée : la convocation adressée par Henri de Trastamare aux députés aux Cortès – illégale et illégitime – en 1366 ; le Memorial de agravios des nobles contre la politique d’Henri IV dirigé au roi en 1464. Il est aisé de mesurer l’importance de ces deux événements choisis en cela qu’ils vont constituer les actes fondateurs d’une société qu’ils modèlent fortement. Certes, pour plagier Roland Mousnier, je pourrais dire « ce n’est qu’un événement que l’assassinat de Pierre Ier » et s’arrêter à l’histoire événementielle ne semblait plus guère prisé par les historiens. Et pourtant, ce sont là des événements structurants qui éclairent la société qui les engendre car ils ne sont que la manifestation extérieure, violente et brutale, de courants d’idées, de conflits sociaux, de troubles profonds et durables. Ce sont des textes d’autant plus importants que la dynastie des Trastamares vacille encore sur ses bases et requiert un corpus juridique pour légitimer son intronisation illégale. Parallèlement à ces textes-leviers qui enclenchent l’évènement, il m’a semblé pertinent de scruter l’image de la tyrannie et de la dynastie illégitime qui se dessine sous la plume du génial théoricien Diego de Valera.

De la tyrannie et du tyrannicide dans la première moitié du xve siècle

  • 3 Discours prononcé par les villes aux Cortès d’Olmedo en 1445. Voir A. Mackay, La España de la Edad (...)
  • 4 Aristote, Éthique à Nicomaque : « la dégradation de la royauté, c’est la tyrannie » ; ID., Politiq (...)

5De fait, entre ces deux événements (l’assassinat de Pierre Ier en 1369 ; la déposition fictive d’Henri IV en 1465), la société castillane – comme les autres sociétés européennes – est confrontée, dans le sillage de la réflexion humaniste italienne du xive siècle, à des débats extrêmement agités autour de la formulation du « pouvoir absolu du roi ». Cette affirmation sapientiale se fait parallèlement – et en négatif bien sûr – à tout un courant de pensées occupé à brosser le portrait du parfait souverain en contrepoint d’un modus operandi qualifié de tyrannique. Ainsi le parfait souverain se voit-il placé aux antipodes du tyran que l’on s’attache à décrire, et la question qui agite le cercle des juristes et des philosophes est celle du caractère licite ou non du tyrannicide. Des sources bibliques à l’Antiquité païenne, de l’Antiquité chrétienne au Moyen Âge, les mêmes questions toujours affleurent, lancinantes : dans quel cas est-il permis de tuer le tyran ? Quel tyran ? Celui d’exercice, légitime parce que son pouvoir est alors « descendant », procédant de Dieu qui instaure la dynastie et qui préside à l’ordre établi ? S’élever contre la tyrannie régitive suppose une résistance coupable qui devient un crime de lèse-majesté divine. « Los que al rey resisten son vistos querer resistir a la orden de Dios », tel que l’affirme Jean II dans un discours prononcé en 1439 – œuvre d’Álvaro de Luna – repris par les Cortès en 14453 pour des questions politiques (discours qui s’inspire directement de l’Épître aux Romains de Saint-Paul, « Si bien que celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu »). Et pourtant, tout bien considéré, qu’est-ce que la tyrannie si ce n’est une dégradation et une perversion de la royauté4 ! Le mauvais roi, le roi inique, celui qui a violé les lois de sa patrie ou s’est déclaré affranchi de l’observance de celles-ci, tout légitime qu’il puisse être, ne doit-il pas être retranché de la communauté humaine, à l’instar du tyran d’usurpation ?

  • 5 B. de Sassoferato, De tyranno.
  • 6 C. Salutati, De tyranno, cité par A. Coville, Jean petit. La question du tyrannicide au commenceme (...)
  • 7 D. de Valera, Tratado de las epístolas, op. cit., lettre 3. Il reprend là une phrase de l’Évangile (...)

6Dans le cas où la tyrannie serait acquisitive et son dépositaire un sinistre usurpateur (tels que Saint Thomas d’Aquin, puis le juriste italien Bartole5, se plaisent à les classifier, réactualisant sans doute des idées que l’on peut trouver dans les Partidas, en particulier dans la seconde), « il doit être permis non seulement au peuple, mais à chacun de résister à celui qui s’empare injustement, tyranniquement du pouvoir » comme il est légitime de « défendre sa vie contre un malfaiteur », selon la conviction de Coluccio Salutati6. Comment comprendre, dès lors, le commandement suprême des Saintes Ecritures, « Tu ne tueras point/Non Occides », qui impose au Chrétien – en dépit des multiples contre-exemples bibliques (Moïse, Joab, Judith) – de ne point résister à l’autorité qui le persécute mais plutôt de souffrir à l’image du Christ, comme l’affirme Diego de Valera avec beaucoup de fourberie : « bienaventurados aquellos que por la justicia han persecuciones7 ».

  • 8 Discours de 1445, op. cit.
  • 9 Voir Coups d’État à la fin du Moyen Âge ?, F. Foronda, J.-P. Genet et J. M. Nieto Soria (dir.), Ma (...)
  • 10 Historia de España, Tuñon de Lara, vol. XI, Textos y documentos de historia antigua, media (...)

7Le meurtre de Pierre Ier s’inscrit de plain pied dans ce contexte d’essor des théories sur le tyrannicide qui vont croissant à compter du xive siècle, divergeant les unes des autres en fonction des référents choisis (Antiquité païenne ou chrétienne, source théologique ou juridique, appréhension légaliste ou morale, etc.). Ce questionnement conceptuel est tel qu’il en vient à créer une sorte de confusion, terriblement dangereuse, entre le tyran et le roi qui fait un usage erroné, dévoyé, de son pouvoir, dérive que l’on se garde bien de définir offrant ainsi un spectre plus large de critiques. C’est ce contexte particulièrement trouble qui permet l’inacceptable, l’inouï : le régicide en 1369. Le qualificatif « inouï » n’est point trop fort en Castille, car si la définition du tyran est à l’ordre du jour, l’attitude à adopter reste ambiguë, voire tue, et dans tous les cas, elle requiert en premier lieu un discours solidement charpenté autant pour légitimer le meurtre que pour disqualifier le souverain, in fine, légitime, investi de Dieu et « vicario de Dios e honrado como por excelente8 ». Il a bien fallu que Pierre devienne d’abord « Pierre le Cruel » pour qu’Henri puisse se dire « Le Magnifique », comme cela apparaît sur une gravure des Grandes Chroniques de France9. Ce discours est la convocation envoyée par Henri de Trastamare en 1366 aux différents députés aux Cortès qu’il entend rassembler l’année suivante10, quand convoquer les Cortès est une prérogative exclusive du monarque. Ce superbe discours/caution hypothèque, d’une certaine façon, le régicide au ralliement des députés : c’est l’obéissance des députés qui ont accepté de se rendre à la réunion alors qu’elle n’émanait pas du roi qui a investi Henri de la légitimité nécessaire pour passer à l’acte.

  • 11 Op. cit.
  • 12 Op. cit.

8Ce discours manie, avec une habileté sans égale, des concepts d’agencement politique et des principes sollicités comme autant de signes d’identification permettant de cimenter les groupes et de banaliser le meurtre, en somme, par un rassemblement de la collectivité communiant autour d’une mission divine (Henri se présente comme le bras armé de Dieu, « Dios […] quiso nos ayudar11 ») pour accomplir la libération du royaume, de la Couronne et du Bien Commun bafoués par Pierre Ier, « tirano malo enemigo de Dios », qui, ayant rompu toute une série de pactes le liant à la nation, « con derecho perdió los reinos12 ». Ainsi le texte est admirablement construit autour d’une double nécessité :

  • déconstruire la légitimité de Pierre par l’expression d’une souffrance qu’éprouve Henri de Trastamare qui lui permet de se hisser au rang de parfait monarque tout en distillant, en filigrane, son programme politique à venir ;
  • mettre à l’abri son trône futur en s’offrant comme l’élu de Dieu et non comme la créature des nobles.
  • 13 Op. cit. : « […] sacar e librar estos reinos de tanta sujeción e de tanto desafuero e de ta (...)
  • 14 Op. cit. C’est nous qui soulignons.

9Le portrait de Pierre est, il fallait s’y attendre, le parfait contrepoint des miroirs de princes : au lieu d’œuvrer pour l’Église, pour son royaume et pour son peuple, Pierre les a tous trahis et cette trahison se donne à lire dans un champ lexical de l’antinomie. Ainsi l’évocation de la foi draine-t-elle son lot de termes renvoyant au champ de l’hérésie (« maldad », « crueldad », « destruyendo las Iglesias », etc.) ; face au royaume, l’action de Pierre se résume pareillement à un champ sémantique de la ruine – « destruición », « desafuero », « destierro », « despecho », « escarnio », etc. Enfin, si l’on ne devait porter les regards que sur la valeur morale de l’homme, Pierre a fui de nuit, et cette couardise vaut dérogeance suprême, car s’il est une valeur que le roi de Castille incarne, c’est bien celle de garant du salut de son peuple. Par ce jeu de construction en contrepoint, à mesure que la figure de Pierre est maculée, émerge, dans une rhétorique limpide, le Trastamare sous les traits du monarque providentiel. Il éprouve amour et confiance envers ses sujets et, face à la tyrannie de Pierre, il se propose de rétablir la hiérarchie immuable de la société traditionnelle d’ordres (« poner a todos e a cada uno en su grado y en su estado y en sus libertades13 »). Non seulement il ose défier le roi légitime et sa vindicte, mais son sacrifice n’est que l’expression d’un devoir de résistance et de révolte face à une « chose publique » outragée (« sintiéndonos del destruimiento de los reinos […] ovimos de venir14 »). Dans cette convocation, il se présente paré de tous les signes distinctifs qui font le monarque :

  • il a été reçu comme monarque par les trois ordres de la société (« recibiéronnos por rey e por senor luego todos los de Castilla e condes e ricos omes e otros capitanes »), et donc, jouit de ce début de légitimité que lui confère le consentement des sujets ;
  • il a été reçu avec toutes les solennités traditionnelles (« muy de grado », « como señor natural », « nos besaron todos las manos », « con aquella solemnidad que devían e solían recibir a los reyes »).

10Et si quelques doutes subsistaient sur sa nouvelle légitimité, il a fait apposer au bas de ce courrier son sceau quasi royal (« esta nuestra carta sellada con nuestro sello »). Il ne lui manque que le pleito homenaje des procureurs aux Cortès pour être roi. Mais en fin politique, et à l’aune des théories délégitimant la tyrannie acquisitive, pouvait-il n’être qu’un roi fait – et à tout moment susceptible d’être défait – par la « communauté » ? Pour sauver son trône de toute turbulence future, il lui fallait rien moins que la caution divine : « Dios […] quiso nos ayudar porque esto pudiésemos cumplir. » Dieu, et non le peuple, car si la mort du tyran est méritée, le châtiment ne peut être envoyé que par un Dieu vengeur de son peuple… Sauf peut-être si le tyran est hérétique, comme l’affirme Saint Thomas d’Aquin ! Il faudra s’en souvenir en 1464.

  • 15 Pour s’en convaincre, il suffit de comparer cette convocation aux Cortès, très arrogante, à la let (...)

11Ce texte me semble être le creuset d’un foisonnement doctrinaire qui démontre une forte maturité politique15, une certaine forme de poliorcétique politique (assiéger l’ennemi pour mieux l’abattre) et, en définitive, un acte de préméditation aggravée.

Asseoir la dynastie illégitime tout en dénonçant la tyrannie d’Henri IV : la nécessaire revendication française

  • 16 B. Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans. 23 novembre 1407, Paris, NRF, 1 (...)
  • 17 Boccace, De casibus virorum illustrium, cité par J. Burckhardt, Civilisation de la Renaissance ita (...)

12Pour autant – et c’est ce qui interpelle –, ce geste proprement inconcevable ne devient pas la référence fondatrice que l’on eût pu croire au xve siècle. Curieusement, c’est un autre acte, tout aussi retentissant dans l’Europe du temps, qui s’impose dans les esprits : l’assassinat du duc d’Orléans, frère de Charles VI de France (atteint de démence) perpétré par les hommes de Jean sans Peur, cousin du roi et duc de Bourgogne en novembre 1407. Cet assassinat donne lieu, en mars 1408, à une « Justification » théorique menée par Jean Petit au nom du duc de Bourgogne devant le Conseil du roi. Cette « Justification » en deux phases argumentatives, la majeure et la mineure, posait qu’il était licite à un sujet, sans mandement de justice, « d’occire icelui traître et déloyal » ; le duc d’Orléans était « vrai tyran », animé par « Dame convoitise », « labourant et machinant contre le roi », ennemi de Dieu, ami du Diable, traître à son roi, vassal félon, exploitant le peuple et s’entourant d’étrangers16. Aussi son assassinat non seulement était-il juste, mais encore louable et méritoire car « aucune victime n’est plus louable à Dieu que le sang d’un tyran » comme le dit Boccace17.

  • 18 Les Conciles œcuméniques, G. Alberigo (dir.), t. 2, Les décrets de Nicée à Latran V, Paris, (...)
  • 19 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, Edition Picard, 1896, t. IV, p. 324.
  • 20 J. Gill, Constance et Bâle-Florence, Histoire des Conciles œcuméniques, t. 9, Paris, Edition de l’ (...)

13Cette affaire de la Justification de Jean Petit est complexe et s’étend sur plusieurs années, jusqu’à l’épilogue du Concile de Constance en 1415 ou Jean Gerson (chancelier de l’Université de Paris) et ses partisans s’employèrent à la faire condamner sans pour autant y parvenir véritablement. J’ai cherché à analyser de plus près cet épisode conciliaire de Constance, car si les positions des délégations italiennes, bourguignonnes ou anglaises étaient connues, la position de la délégation espagnole emmenée par Diego de Anaya, sur ce point, restait floue, pour ne pas dire ignorée. Eu égard aux histoires locales – une Italie en lutte contre la multiplication des gouvernements tyranniques des seigneurs laïcs ; une Angleterre soucieuse de mettre hors d’atteinte l’honneur de Henri V qui devait son trône au meurtre de Richard II – les positions européennes étaient très réservées car il fallait préserver la légitimité des dynasties intronisées. Quelle ne fut pas ma surprise, après beaucoup de labeur, de constater que la délégation espagnole, intéressée au premier chef par ces débats, non seulement ne s’était pas prononcée, mais n’avait guère assisté aux sessions portant sur la tyrannie. La proposition Quilibet tyrannus (attribuée à Jean Petit, mais dans une forme condamnable, j’y reviendrai) – « Tout tyran peut et doit licitement et méritoirement être tué par n’importe lequel de ses sujets même en recourant à des pièges, à la flagornerie ou à la flatterie, nonobstant tout serment ou alliance contractée avec lui sans attendre la sentence ou l’ordre de quelque juge que ce soit18 » – fut ainsi condamnée lors de la quinzième session en juillet 141519 ; la délégation espagnole, qualifiée de « cinquième nation », s’incorpora au Concile en octobre 1416, pour la vingt-deuxième session20. Il ne fait point de doute, cependant, que l’affaire continua d’agiter les esprits jusqu’à la clôture du Concile en 1418 et les Espagnols se tinrent très bien informés des travaux conciliaires antérieurs. Qu’il me soit permis de livrer ici un exemple éloquent. Diego de Valera, à la fin de sa vie (en 1487), en relatant les temps troubles de 1462-1464 dans son Memorial de diversas hazañas, évoque les hésitations des rebelles :

  • 21 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas. Crónica de Enrique IV, J. de Mata Carriazo (ed.), Madr (...)

Los grandes del reyno que en Ávila estaban con el príncipe don Alonso determinaron deponer al rey Enrique de la corona y cetro real, […] otros decían que debía ser acusado ante el santo padre de herejía […]. La segunda opinión fue reprobada por los que conocían las costumbres de los romanos pontífices, cerca de los cuales valen mucho el gran poder de las dádivas21.

  • 22 A. Coville, op. cit., p. 440. L’auteur met en regard les justifications de Jean Petit et les sept (...)

14Comment ne pas voir là une référence très claire aux débats qui avaient agité les cercles bourguignons à Constance. En effet, Jean Petit affirmait qu’il était licite à « un chacun sujet » d’occire le tyran traître même – j’ajouterai surtout – quand il était de si grande puissance que justice ne pouvait bonnement être faite. La sentence condamnée au Concile était en réalité de la plume de Jean Gerson qui réinterprétait, de façon captieuse, la formulation de Jean Petit pour lui donner une portée générale condamnable, portée qui n’était nullement l’intention de celui-ci22. En 1464, le tyran, traître et hérétique, devait ainsi être défait par les nobles sans attendre l’aval de Rome, au risque de retomber dans les tergiversations de Constance.

  • 23 Il peut sembler, à ce titre, curieux que seuls Bartole de Sassoferato et son De tyranno fussent co (...)

15Toujours est-il que lors de ce Concile fondamental, qui marqua la fin du schisme d’Occident et la condamnation des hérésies de Jean Wyclif et Jean Hus autour des « indulgences fallacieuses d’un pape moderne », l’affaire de la justification de Jean Petit et les débats afférents firent naître avec force des notions aussi fondamentales que le « devoir de résistance », voire de « rébellion », celle d’un droit – et plus seulement d’un devoir – de la « communauté ». En revanche, si l’idée s’imposait que le tyran sans titre pouvait être tué sans sentence ni mandement, la vision traditionnelle de l’inviolabilité du souverain légitime tyrannique tend à s’affirmer23.

16Ainsi, lors du coup de Tordesillas, en 1420, lorsque l’infant Henri d’Aragon en révolte contre son cousin, force la chambre du roi dans une tentative scandaleuse de s’emparer de ce dernier, le geste curieusement ne suscite nulle comparaison avec les évènements de Pierre Ier. C’est alors la référence au meurtre du duc d’Orléans qui sert la dénonciation d’Álvaro de Luna :

  • 24 Á. Garcia de Santa Maria, Crónica de don Juan II de Castilla, cité par F. Foronda, dans « S’empare (...)

[…] el día de hoy avedes fecho muy fea y muy escandalosa cosa contra el servicio del rey y havedes dado comienzo para que este reino venga en semejante destruición que es venido el reino de Francia24.

17Pour autant, cela doit-il surprendre ? À la lumière du Concile de Constance, était-il séant de rappeler l’illégitimité fondatrice de la dynastie Trastamare ; et toutes les tentatives, bien maladroites, d’accréditer la thèse d’une paternité captieuse de Pierre Ier (issu prétendument, non d’Alphonse XI, mais d’un obscur juif Pero Gil) ne disent-elles pas assez l’inconfort d’une rhétorique de légitimation qui peine à s’enraciner.

  • 25 Memorial del bachiller Marcos García de Mora, publié par E. B. Ruano, Los orígenes del prob (...)

18En 1428, le pardon général que Jean II accorde à l’infant Henri d’Aragon et au clan rebelle vide de sa charge virulente l’atteinte au roi – justifiant l’injustifiable, la trahison, l’atteinte à la personne du roi et à la paix du royaume – et ouvre sans doute la voie à une normalisation de la déposition, au moins fictive. Le long règne de Jean II – marqué par les troubles de la guerre contre les infants d’Aragon et par la privauté brutale de son favori – et la politique de renforcement monarchique d’Henri IV appellent la récidive de 1465, sous la forme d’un éclat symbolique, puisqu’il s’agit d’une déposition non concrétisée. La question que l’on est en droit de se poser est celle de savoir pourquoi l’on passe du champ de la réalisation pratique au champ symbolique. La « farce d’Ávila », tel que l’on qualifie la déposition fictive d’Henri IV, n’en est pas moins virulente en dépit de sa seule mise en scène. Le coup d’éclat vaut autant par la violence du geste que par le cérémoniel qui habille la charge agressive de l’événement. Il n’empêche que le passage à l’acte est frustré, sans doute – c’est un postulat que je crois solide – en raison des progrès que connaît la formulation du « poderío real absoluto ». L’énonciation sans équivoque du caractère divin de la monarchie espagnole et de la personne sacrée du roi – œuvre d’Álvaro de Luna assumée, en 1439, par le roi Jean II – a dissipé le flou légal engendré par le pardon de Jean II autour de l’inviolabilité de la personne royale. Cette récupération paulinienne d’une volonté divine instituant un souverain perçu tel le vicaire de Dieu sur terre était une façon fort habile, de la part du favori, de mettre en échec les conceptions favorables au tyrannicide de l’Antiquité païenne (Aristote, Cicéron ou Sénèque) très en vogue auprès des civilistes italiens qui séduisaient alors les humanistes espagnols tels que Diego de Valera ou Alonso de Cartagena. À la fin du Moyen Âge, dans ce maquis conceptuel, l’idée – fort restrictive – qui fait consensus est la déposition du tyran hérétique, car alors le chrétien est tenu de lui désobéir. On comprend sans doute mieux, dès lors, pourquoi le juriste García de Mora, dans sa dénonciation violente du tyran Álvaro de Luna en 1449, a associé à dix-sept reprises les termes « malo tirano » à ceux de « judáica herejía25 ».

  • 26 D. de Valera, Doctrinal de Príncipes, op. cit., p. 188.
  • 27 R. Morán Martín, « Alteza… merçenario soys. Intento de ruptura institucional en las Cortes de León (...)

19Remarquons une petite chose guère anodine : les Cortès ont servi de cadre à l’énonciation d’une rhétorique de légitimation, que celle-ci ait été le fruit d’une rébellion contre le souverain – comme dans le cas d’Henri de Trastamare – ou le fruit d’un abus du pouvoir royal confisquant la « chose publique » – comme a pu l’être la formulation d’un « poderío real absoluto e motu propio e ciencia propia » de Jean II rompant, de son autorité, la sujétion qui le liait aux lois de son royaume et le mettait à l’abri d’un exercice trop tyrannique du pouvoir. Or n’oublions jamais que « le roi gouverne selon les lois, le tyran selon sa volonté » (« el rey gobierna según las leyes, el tirano según su voluntad26 »). C’est, pareillement, lors des Cortès d’Ocaña en 1469 que l’on a vu les procureurs interpeller le roi pour lui rappeler qu’il était appointé par la nation et, à ce titre, comptable de ses actes auprès de celle-ci27. Cette tension extrême – signe de la politique hésitante que mènent les oligarchies urbaines prises entre le roi et la noblesse – explique autant la fragilisation des Cortès sous les Rois Catholiques que le pouvoir exorbitant qu’elles gagnent à la fin du xvie siècle : le pouvoir de dénoncer sans états d’âme la politique menée, ce pouvoir dont jouissent ceux qui ont tout perdu et à qui il n’est resté que la parole.

  • 28 D. de Valera, Memorial de diverzas hazañas, op. cit., p. 91 : « afin que fût corrigé le gouverneme (...)
  • 29 Op. cit., p. 94 : « comme aucune remontrance ne suffisait à corriger le mauvais gouvernemen (...)
  • 30 F. Díaz-Plaja, Historia de España en sus documentos. Siglo xv, Madrid, Cátedra, p. (...)

20Pour terminer, je voudrais analyser rapidement – car désormais les choses se comprennent aisément – le Memorial de agravios de 1464, cahier de doléances de la noblesse castillane, afin d’extraire les arguments susceptibles de légitimer la révolte après un devoir de résistance. Ce texte verbalise une résistance devenue légale parce que nécessaire afin de corriger la dérive tyrannique du gouvernement du roi (« porque fuese corregida la tiránica gobernación del rey don enrique28 »). Dans le Memorial de diversas hazañas, Diego de Valera donne le ton de cette rébellion : « como ninguna amonestación bastaba para corregir la mala gobernación del rey don enrique, y visto cómo las cosas iba de mal en peor […] fue determinado que el rey fuese preso29 ». Ces remontrances (amonestación) évoquées ici pudiquement renvoient au terrible Memorial de 1464 où furent énoncés, sous la forme d’injonction, trente-neuf griefs contre le roi30, parmi lesquels l’obligation :

  • d’éloigner les mudéjares de Castille (grief 1),
  • de mener guerre juste contre les Infidèles de Grenade (grief 2),
  • de combattre l’hérésie (grief 3),
  • d’ostraciser les juifs (grief 4),
  • de défendre l’Église et ses ministres (griefs 5, 6 et 7),
  • d’exempter de tout subside le clergé (griefs 8 et 9), etc.

21Passés les dix-sept premiers griefs, tous à connotation religieuse, on entre enfin dans la revendication politicienne. Gardons-nous de croire naïvement que le but exclusif était la défense de la foi. Ces griefs religieux ne furent mis en avant que parce qu’ils étaient les seuls aptes à légitimer une soustraction d’obéissance au Prince légitime. mais quasi hérétique :

  • 31 Op. cit., p. 148 : « […] car en agissant de la sorte, Votre Altesse ne serait plus membre d (...)

[…] porque haciéndolo así, vuestra alteza no sería miembro de Jesucristo ni de la Iglesia, y por derecho, vuestros súbditos y naturales no estarían obligados a guardaros fidelidad ni juramento ni promesas que tengan hechos31.

  • 32 Voici un fragment du discours prononcé en 1439 par Jean II illustrant cette idée d’un prince délié (...)
  • 33 « que l’on puisse défendre et résister manu militari, avec sa maison, ses serviteurs et ses valets (...)
  • 34 Memorial de 1464, p. 149.

22Le programme nobiliaire alors se déploie dans sa superbe volonté de contrecarrer le « poderío real absoluto ». Que nulle sentence ne puisse être prononcée sans procès préalable, limitant de facto le « motu propio » du roi qui administre la justice selon sa « certaine science32 ». Que le roi ne puisse plus juger sans l’assistance de six clercs, de six nobles et de six procureurs des villes, soit une mise sous tutelle brutale du roi par les trois ordres du royaume. Si le roi venait à passer outre ces recommandations, toute résistance armée contre lui deviendrait alors légale (« se pueda defender y resistir a mano armada contra vuestra real persona y con su casa, criados y servidores33 ») et même, est envisagée l’alliance des rebelles aux princes étrangers pour combattre rien moins que leur seigneur naturel34 ! Que le roi paie les salaires ; qu’il ne se mêle point d’influer sur le choix des députés aux Cortès ; qu’il cesse de muer la monnaie, etc. Rarement, me semble-t-il, on avait signifié avec autant de morgue combien le roi n’était que le mercenaire de la nation et qu’il devait se soumettre au risque d’être renversé.

  • 35 D. de Valera, Tratado de las epístolas, op. cit., lettre 2 : « bienheureux celui que l’expérience (...)
  • 36 Op. cit., lettre 4 : « qui, en Espagne, sont morts de la main de leurs vassaux par la faute (...)

23Cette graduelle virulence contre le roi se lit avec une clarté sibylline dans la prose de Diego de Valera, par le biais de l’utilisation qu’il fait de la référence à Pierre Ier. Le recours au « roi cruel » se fait plus immédiat à mesure que s’accroît le zèle de Valera pour l’autoritarisme de Ferdinand. Tout se passe comme si la référence à Pierre Ier s’énonçait d’autant plus clairement que le souverain/interlocuteur se voyait placé, par Diego de Valera, aux antipodes de la tyrannie dénoncée. Ainsi, dans la lettre de 1447(8) à l’adresse de Jean II, la référence est hautement médiatisée par la voix de Benhabati et les mises en garde, comme souvent, se veulent de simples conseils désintéressés (« bienaventurado es aquel a quien los ajenos peligros fazen sabio35 »). Dans celle de 1462 adressée à Henri IV (qui est à mettre en relation directe avec le manifeste de 1464), Diego de Valera mentionne, usant d’une didactique pour le moins perverse, les treize rois goths « que en España murieron por manos de sus vasallos, por su mala gobernación36 ». Procédant alors par cercles chronologiques concentriques et par focalisation géographique, il passe de la France (évoquant Carloman, fils de Charles Martel, qui apparaît sous la forme curieuse de Grifón), à l’Allemagne (avec l’exemple de Frédéric Barberousse déposé par le pape), puis au Portugal, avant de rappeler incidemment « el rey don Pedro que fue quarto abuelo vuestro, el cual por su dura y mala gobernación perdió la vida y el reino con ella ». Il faut néanmoins attendre l’année 1476 et le Doctrinal de Príncipe dédié à Ferdinand d’Aragon pour que l’illégitimité fondatrice de la dynastie trastamare soit formulée sans ambages :

  • 37 D. de Valera, Doctrinal de Príncipes, in Prosistas castellanos del siglo xv, op. c (...)

[…] el rey don Pedro, el cual por su cruesa e dura gobernación perdió el reino que por justa y derecho sucesión le pertenecía y cobrólo don Enrique, segundo deste nombre en Castilla y en León, no le perteneciendo de derecho, el cual así virtuosamente se ovo en la gobernación destos reinos e meresció de todos ser fielmente por rey obedecido37.

24L’heure est pourtant encore à la retenue et cette rhétorique décomplexée du tyrannicide se fait prudente, louant la vertu du roi bâtard pour mieux atténuer la brutalité de l’illégitimité originelle.

25En 1487, lors de la rédaction du Memorial de diversas hazañas, la dynastie, désormais incarnée par les Rois Catholiques, est à ce point éclatante qu’elle n’a que faire d’une quelconque légitimation, d’une quelconque précaution, car rien ne peut plus l’ébranler : ni son illégitimité fondatrice, ni sa bâtardise originelle, ni l’idée d’un sang royal fait par les nobles et le peuple. Diego de Valera peut alors dire sans crainte cette évidence si crue, et pourtant si tue :

  • 38 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 98 : « […] le roi Pierre perdit le royaum (...)

[…] el rey don Pedro, el cual por su mala gobernación perdió el reino e la vida con él ; e óvolo don Enrique su hermano, no le perteneciendo derecho por ser bastardo, e por favor de los nobles epueblos del reino38.

  • 39 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 98. C’est nous qui soulignons.
  • 40 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 104 : « […] el favor de los pueblos es mu (...)
  • 41 E. Garin, op. cit., p. 119-120.

26En conclusion, je souhaiterais attirer l’attention sur un point qui me semble fondamental. Si ce débat sur la tyrannie a fluctué au gré des aléas de l’affirmation du « pouvoir absolu » de la dynastie trastamare, il ne peut se comprendre sans la nécessaire référence au peuple, à la « comunidad ». À l’aube du xve siècle, la dénonciation du tyrannicide était prudente en raison du contexte européen, certes, mais aussi parce qu’elle accompagnait la naissance d’une nouvelle force politique que l’on sentait sourdre et sans laquelle elle ne pouvait se concevoir : le peuple. Celui-ci incarne alors, dans le sillage de la réflexion italienne, une immense promesse de libertés, sans doute aussi la folle chimère d’une société restaurée sur des bases civiles. Le tyrannicide par insurrection d’un peuple encadré par les autorités publiques, d’une certaine façon, n’était rien d’autre qu’une revendication de justice. De Coluccio Salutati, qui engageait à « se tenir en ordre de bataille, la main au fourreau, et lutter pour la justice, la vérité et l’honnêteté39 », ou de Diego de Valera qui, en 1447, voyait dans le peuple la force rectrice du gouvernement, que reste-t-il à l’aube du xvie ? Un rêve qui a avorté, un peuple corrompu (« codicioso »), versatile (« mudable »), cupide, suivant l’or « como las moscas siguen la miel40 », ce même peuple qui en 1478, lors de la révolte des Pazzi à Florence, a massacré les partisans de la liberté aux cris de « Vive Laurent (le tyran) qui nous donne du pain41 ».

Notes

1 « Prends garde à ce que tes peuples n’osent dire, car lorsqu’ils oseront dire, alors ils oseront faire. »

2 D. de Valera, Tratado de las epístolas, in Prosistas castellanos del siglo xv, Mario Penna (ed.), Madrid, Atlas Ediciones, 1959, lettre 2.

3 Discours prononcé par les villes aux Cortès d’Olmedo en 1445. Voir A. Mackay, La España de la Edad Media desde la frontera hasta el imperio, Madrid, Cátedra, 1977, p. 151 ; voir le texte publié dans Historia de España, Tuñón de Lara, vol. XI, Textos y documentos de historia antigua, media y moderna, Madrid, Labor, 1984, p. 309-310.

4 Aristote, Éthique à Nicomaque : « la dégradation de la royauté, c’est la tyrannie » ; ID., Politique : « la tyrannie est la perversion de la monarchie ».

5 B. de Sassoferato, De tyranno.

6 C. Salutati, De tyranno, cité par A. Coville, Jean petit. La question du tyrannicide au commencement du xve siècle, Paris, Auguste Picard éd., 1932, p. 205 : « Puisqu’il est légitime de défendre sa vie ou son bien contre l’attaque d’un malfaiteur, il doit être permis, non seulement au peuple, mais à chacun de résister à celui qui s’empare injustement, tyranniquement, du pouvoir. »

7 D. de Valera, Tratado de las epístolas, op. cit., lettre 3. Il reprend là une phrase de l’Évangile de Matthieu, v. 10, 39-40 : « heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice ».

8 Discours de 1445, op. cit.

9 Voir Coups d’État à la fin du Moyen Âge ?, F. Foronda, J.-P. Genet et J. M. Nieto Soria (dir.), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, gravure en page de couverture : Décapitation de Pierre le Cruel, en présence de son frère Henri le Magnifique. Grandes Chroniques de France, Bibliothèque nationale, FR 2813, f 447.

10 Historia de España, Tuñon de Lara, vol. XI, Textos y documentos de historia antigua, media y moderna, op. cit.

11 Op. cit.

12 Op. cit.

13 Op. cit. : « […] sacar e librar estos reinos de tanta sujeción e de tanto desafuero e de tanta cautividad, e poner a todos e a cada uno en su grado e en su estado e en su libertad, porque Dios sea servido […] ».

14 Op. cit. C’est nous qui soulignons.

15 Pour s’en convaincre, il suffit de comparer cette convocation aux Cortès, très arrogante, à la lettre qu’adresse Henri III, successeur d’Henri de Trastamare, au roi de France lui annonçant son avènement : « Par la suite, les grands sont tous venus à Madrid où je me trouvais et […] ils m’ont élevé et reconnu comme roi et seigneur, conformément au droit et à la raison » (voir D. Baloup, S. Boisselier et C. Denjean, La péninsule ibérique au Moyen Âge. Documents traduits et présentés, Rennes, PUR, 2003, p. 210). L’écueil de cette démarche était de donner le sentiment qu’il n’était qu’un souverain fait par les nobles du royaume quand son père avait pris soin de se présenter comme l’instrument de la providence divine, le bras venu accomplir le « juicio oculto de Dios ».

16 B. Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans. 23 novembre 1407, Paris, NRF, 1992, p. 189-190.

17 Boccace, De casibus virorum illustrium, cité par J. Burckhardt, Civilisation de la Renaissance italienne, t. 1, Paris, Plon, 1958, p. 85 : « Dois-je donner au despote le nom de prince ou de roi et lui obéir comme à un supérieur ? Non, car il est l’ennemi commun. Contre lui je puis employer les armes, les conspirations, les espions, le guet-apens, la ruse, car il s’agit d’une œuvre sacrée, nécessaire. Il n’y a pas de sacrifice plus agréable que le sang des tyrans. » Cette phrase fut cependant attribuée, par Boccace, à Sénèque. En 1396, le chancelier Pedro López de Ayala traduisait ainsi Caída de Príncipes, mettant à disposition de la cour de Castille la pensée du Florentin.

18 Les Conciles œcuméniques, G. Alberigo (dir.), t. 2, Les décrets de Nicée à Latran V, Paris, Cerf, 1994, p. 891.

19 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, Edition Picard, 1896, t. IV, p. 324.

20 J. Gill, Constance et Bâle-Florence, Histoire des Conciles œcuméniques, t. 9, Paris, Edition de l’Orante, 1965, p. 61-62. « Les Grands du Royaume qui se trouvaient à Ávila avec don Alonso décidèrent d’ôter la couronne et le sceptre royal au roi Henri, […] d’autres clamaient qu’il fallait le dénoncer pour crime d’hérésie auprès du Saint Père […]. Cette seconde idée fut réprouvée par ceux qui connaissaient les us et coutumes des pontifes romains, aux yeux de qui le pouvoir des présents est fort grand. »

21 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas. Crónica de Enrique IV, J. de Mata Carriazo (ed.), Madrid, Espasa-Calpe, 1941, p. 97.

22 A. Coville, op. cit., p. 440. L’auteur met en regard les justifications de Jean Petit et les sept assertions de Jean Gerson prétendant reprendre la prose de Petit sans modification. Ainsi Jean Petit écrivait-il : « Il est licite à un chacun sujet sans quelconque mandement […] d’occire ou de faire occire ycellui traître et déloyal et tyran, mais honorable et méritoire, maismement quand il est de si grande puissance que justice ne peut bonnement être faite. » La version qu’en livrait Jean Gerson (pour dénoncer la pensée de Petit) était celle-ci : « Chacun tyran doit et peut être louablement et par mérite occis […] nonobstant quelconque jurement ou confédération faite envers lui, sans attendre la sentence ou mandement de juge quelconque. » Jean Petit ne parlait que de celui qui avait été « traître et déloyal » à son roi et non du tyran en général. Sa justification se voulait ponctuelle, comme l’explicitation d’un acte mû par des raisons politiques et non comme une légitimation théorique du tyrannicide.

23 Il peut sembler, à ce titre, curieux que seuls Bartole de Sassoferato et son De tyranno fussent connus et cités en Espagne dans la première moitié du xve siècle, et jamais Coluccio Salutati, même chez les partisans à demi-mot du tyrannicide (comme Diego de Valera ou García de Mora). Sans doute pourrait-il s’agir là d’une conséquence du difficile passage de la théorie à la pratique : Bartole, en effet, se centre plus sur la classification des tyrans sans vraiment toucher la question du tyrannicide ; Coluccio Salutati, davantage sur les modalités de résistance. Ainsi Salutati, tout en réprouvant farouchement tout acte contre le Prince légitime exerçant un gouvernement tyrannique et ne pouvant être démis que par justice, acceptait que le tyran qui se fût emparé par force du pouvoir (le cas d’Henri de Trastamare) puisse être, par la même violence, jeter bas du trône.

24 Á. Garcia de Santa Maria, Crónica de don Juan II de Castilla, cité par F. Foronda, dans « S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare », Coups d’État…, op. cit., p. 220, note 26 : « […] vous venez de commettre, ce jour, une chose très laide et scandaleuse contre le service du roi, donnant ainsi commencement à une ruine de notre royaume semblable à celle venue du royaume de France ». Prenons garde, toutefois, à ne pas confondre le favori « historique », Álvaro de Luna, avec le personnage qu’il incarne sous la plume du chroniqueur Álvar García. Pour être tout à fait juste, cette remarque semble davantage être le fruit de la réflexion de celui-ci que de celle de Luna.

25 Memorial del bachiller Marcos García de Mora, publié par E. B. Ruano, Los orígenes del problema converso, Barcelona, El Albir, 1976, p. 103-132.

26 D. de Valera, Doctrinal de Príncipes, op. cit., p. 188.

27 R. Morán Martín, « Alteza… merçenario soys. Intento de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla », in Coups d’ État…, op. cit., apéndice Cortes de Ocaña, p. 108 : « […] vuestra dignidad real, cargo tiene y a cargoso trabajo es subieta, e vuestro cargo es que mientras vuestros súbditos duermen vuestra alteza vele guardándolos, y su mercenario sois pues soldada desto vos dan vuestros súbditos » (« […] votre dignité royale suppose une charge et est soumise à des tourments pesants ; votre charge est de veiller sur vos sujets lorsque ceux-ci dorment, car vous êtes leur mercenaire puisqu’ils vous versent, pour cela, une solde »).

28 D. de Valera, Memorial de diverzas hazañas, op. cit., p. 91 : « afin que fût corrigé le gouvernement tyrannique du roi Henri ». Il s’agit du récit que livre Diego de Valera rétrospectivement, en 1487, de la révolte de 1464.

29 Op. cit., p. 94 : « comme aucune remontrance ne suffisait à corriger le mauvais gouvernement du roi Henri, et considérant que les choses allaient de mal en pis […], décision fut prise d’emprisonner le roi ».

30 F. Díaz-Plaja, Historia de España en sus documentos. Siglo xv, Madrid, Cátedra, p. 143-154.

31 Op. cit., p. 148 : « […] car en agissant de la sorte, Votre Altesse ne serait plus membre de Jésus-Christ ni même membre de l’Église, et de droit, vos sujets et naturels ne seraient plus tenus par le serment de fidélité qu’ils vous prêtent ni par aucun autre serment ni promesse d’aucune sorte ». C’est nous qui soulignons.

32 Voici un fragment du discours prononcé en 1439 par Jean II illustrant cette idée d’un prince délié des lois : « […] tan grande es el derecho delpoder del rey, que todas las leyes e todos los derechos tiene so si, e no lo ha de los hombres mas de Dios cuyo lugar tiene en todas las cosas temporales. El cual no es tenido de juzgar según los dichos de los hombres, mas aún deve epuede juzgar según su conciencia » (A. Mackay, La España., op. cit., p. 152), « […] le pouvoir du roi est si grand qu’il se trouve au-dessus de toutes les lois et de tous les droits, et il ne le tient pas des hommes mais de Dieu dont il est le vicaire pour toute chose temporelle. Aussi n’est-il point tenu de juger selon les dires des hommes, encore doit-il, parce qu’il le peut, juger selon sa conscience ».

33 « que l’on puisse défendre et résister manu militari, avec sa maison, ses serviteurs et ses valets, à votre royale personne ».

34 Memorial de 1464, p. 149.

35 D. de Valera, Tratado de las epístolas, op. cit., lettre 2 : « bienheureux celui que l’expérience malheureuse d’autrui rend sage ». Voir également, dans cette même lettre, des phrases comme celle-ci : « suplicando al espíritu santo […] que por su infinita clemencia alumbre así a vuestro entendimiento, porque en tal guisa gobernéis vuestros reinos que los males presentes cesen » (« en implorant l’Esprit Saint […], dans son infinie bonté, d’éclairer votre entendement afin que vous gouverniez vos royaumes de sorte que les maux cessent »).

36 Op. cit., lettre 4 : « qui, en Espagne, sont morts de la main de leurs vassaux par la faute de leur mauvais gouvernement ». Remarquons qu’il se garde bien de les énumérer !

37 D. de Valera, Doctrinal de Príncipes, in Prosistas castellanos del siglo xv, op. cit., p. 189 : « […] le roi Pierre perdit, par la faute de son gouvernement dur et cruel, le royaume qui lui appartenait par ordre juste et droit de succession, et celui-ci échut à Henri, second du nom en Castille et en Léon, bien qu’il ne lui appartînt point de droit ; et parce qu’Henri gouverna vertueusement ces royaumes, il mérita d’être, par tous, fidèlement reconnu comme roi ». C’est nous qui soulignons.

38 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 98 : « […] le roi Pierre perdit le royaume et la vie à cause de son mauvais gouvernement, et celui-ci échut à son frère Henri, bien qu’il fût bâtard et n’en eût point le droit, parce qu’il avait la faveur des nobles et des peuples de ce royaume ». C’est nous qui soulignons.

39 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 98. C’est nous qui soulignons.

40 D. de Valera, Memorial de diversas hazañas, op. cit., p. 104 : « […] el favor de los pueblos es mudable ; e la gente castellana es codiciosa, e como conoscan el gran tesoro que el rey don Enrique tiene, abriendo la mano, así los pueblos lo seguirán como las moscas siguen la miel ». Cette pensée, rapportée aux événements de 1465, est bien celle d’un homme de la fin du xve siècle qui contemple, à l’aube de sa vie, ce « peuple » dans ses choix politiques. Le désabusement de Diego de Valera, sans doute, témoigne la brutale abstraction de ce qui n’était, en définitive, qu’un beau concept humaniste : « la comunidad », « los pueblos ».

41 E. Garin, op. cit., p. 119-120.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search