Version classiqueVersion mobile

L'écho de l'évènement

 | 
Christine Rivalan Guégo
, 
Denis Rodrigues

Première partie. La fabrique de l’événement

Chapitre I. L’événement et les catégories du social

François Godicheau

Texte intégral

  • 1 La liste des publications, programmes de recherche, de séminaires, de colloques, etc., étant trop (...)
  • 2 Illustration de cette richesse, qui en appelle d’autres, le volume coordonné par F. Rousseau et J. (...)

1Assisterait-on, depuis le début de ce nouveau siècle, à une sorte de second « retour de l’événement » ? La réflexion sur l’événement semble être dans l’air du temps, de la part des historiens et des sciences sociales en général, mais aussi de la part de philosophes et de philologues, comme l’attestent nombre de publications et de réunions, séminaires, colloques1. Pour autant, les divers champs de connaissance n’ont pas résonné de nouvelles proclamations liant ce nouveau retour à un tournant épistémologique ou méthodologique. En revanche, on retrouve bien souvent dans les diverses réflexions l’écho des attentats du 11 septembre 2001 même si l’impact de ceux-ci ne saurait expliquer à lui seul cet intérêt renouvelé. C’est peut-être précisément parce qu’il n’y a eu aucune proclamation, que l’événement peut représenter aujourd’hui comme un point de rencontre d’une grande richesse où peuvent avoir lieu des débats tant sur l’écriture des récits ayant pour objet le passé, sur la construction des catégories et concepts fondamentaux de notre modernité, que sur les rapports entre discours mémoriels et historiographie2.

2En effet, dans les différentes publications qui se sont succédées ces dernières années, l’interdisciplinarité est de mise : l’événement est un pont, notamment entre ceux dont le métier est d’analyser le passé et ceux qui se penchent sur les textes, qu’ils soient littéraires ou non. On ne saurait réduire cet intérêt à un phénomène de mode, expression convenue pour désigner une tendance dont on se refuse à chercher l’origine. Les approches récentes de l’événement dessinent un espace de réflexion et de débat tout à fait intéressant, mais surtout, riche de possibilités ; elles correspondent à un agenda scientifique en plein développement et permettent d’aborder de nombreuses questions relevant des « politiques du savoir », notamment tout ce qui a trait au pouvoir de construction de l’événement, au pouvoir des « mises en récit » tel qu’il a surgi de nos écrans le 11 septembre 2001.

  • 3 J. Rancière, Les mots noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, 1992, p. 1 (...)
  • 4 « Le retour de l’événement », in J. Le Goff et P. Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. I : Nouve (...)

3Cette dernière expression est bien entendu empruntée à Jacques Rancière, lequel, dans un Essai de poétique du savoir intitulé Les mots de l’histoire, a distingué les bons et les mauvais apôtres de la science qui se sont penchés sur le berceau de l’histoire, encourageant celle-ci « à accomplir le pas décisif qui la mettrait sur le terrain de la certitude scientifique : abandonner les événements, leurs successions insignifiantes ou leurs causalités hasardeuses ; leur substituer les faits : ceux qui ne s’attribuent plus à aucun sujet particulier mais s’observent dans leur répétition, se laissent classer selon leurs propriétés et mettre en corrélation avec d’autres faits du même genre ou d’autres genres de faits3. » Bien des années après cette scène de conte située sans doute au début du xxe siècle, d’autres apôtres d’un renouvellement de la discipline historique invitaient à retourner à l’événement : dans un article célèbre de 1974 (« Le retour de l’événement ») Pierre Nora insistait sur la constitution médiatique de l’événement, nécessaire au mode d’existence collective de celui-ci ; la « nouvelle histoire » dont il était un des chantres, semblait ouvrir la porte par laquelle l’événement avait été en quelque sorte évacué de la discipline4.

  • 5 « Le retour de l’événement », MEFRIM, 1992, vol. 104, p. 29-35.

4Curieusement, c’est en 1992, date de la parution de l’essai de Rancière, que Paul Ricœur revenait avec un titre identique, sur la position exprimée par Nora, pour opérer un distinguo et montrer que la conception de l’événement avait évolué : ce qui était devenu important était la mise en récit de l’événement et plus largement l’attention à l’histoire comme narration5.

Événements et structures sociales

  • 6 Pour formuler ce scénario, nous suivons la réflexion de Miguel Angel Cabrera, dont le titre du liv (...)

5Le sort et le statut de l’événement au sein des débats sur la discipline historique est donc lié à la question de la scientificité de celle-ci mais aussi, il faut bien le constater, aux réflexions sur la place de l’écriture, du langage et de la narration dans le travail de l’historien. Depuis les premières assertions sur la médiation culturelle, contemporaines de la proclamation de la « nouvelle histoire », à la « nouvelle histoire sociale » ou « postsocial history » décrite par Miguel Angel Cabrera, en passant par l’histoire culturelle du social formulée par Roger Chartier, une tension est née, s’est accentuée et semblerait se résoudre – c’est du moins l’hypothèse optimiste que nous voulons formuler ici – entre événement et structure (sociale)6. L’affirmation de l’histoire sociale, dans sa version française, annaliste, comme dans sa version « matérialiste » ou marxiste pour l’historiographe anglaise, s’est faite en partie contre une histoire politique dite « événementielle ». La réponse de la discipline historique au défit lancé par les sciences sociales a consisté à délaisser les événements censés ne refléter que la surface des choses, au profit de l’étude des structures économiques et sociales, considérées comme la source en dernier ressort de la causalité pour l’évolution des sociétés humaines. L’étude des dimensions culturelles de ces sociétés elle-même, celle des « mentalités » était profondément marquée par ces déterminations socio-économiques.

  • 7 The Making of the English Working Class de E. P. Thompson a été publié pour la première foi (...)
  • 8 E. Leroy-Ladurie, « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », Commun (...)

6À partir des années 1960, plusieurs réflexions nées des difficultés à expliquer des phénomènes culturels complexes en suivant cette détermination causale très forte des structures sociales, elles-mêmes rapportées à la position dans les processus de production, ont abouti à une prise de distance vis-à-vis de ce modèle et à concevoir une médiation importante entre les structures d’une part, et de l’autre, l’action des agents historiques. Cette évolution qui s’est accompagnée de la mise au point d’outils conceptuels importants, comme la notion d’expérience – qui permet à E. P Thompson de narrer la formation de la classe ouvrière anglaise, le making, comme processus situé entre la position dans le rapport de production et la conscience de classe (et donc l’existence de la classe comme classe) – est contemporaine de « la redécouverte de l’événement, dans sa relation au système », comme le pointe Edgar Morin dès 19727. De même que la série d’expériences politiques qui permettent à la classe ouvrière anglaise de « se faire » est constituée d’événements, de même, comme le pointe Emmanuel Leroy-Ladurie en cette même année 1972, c’est par un événement, la chouannerie, que Paul Bois a dû passer en 1960 pour expliquer les attitudes politiques des campagnes de l’Ouest de la France en échappant aux apories auxquelles conduisaient l’indexation directe des « mentalités » aux structures de la propriété : dans les deux cas, le recours à la médiation culturelle fut aussi un recours à l’événement8.

  • 9 L’expression est de Michel Vovelle dans sa conclusion au volume des MEFRIM correspondant au colloq (...)
  • 10 Ibid.

7Pourtant, il semble qu’à l’époque, en France du moins, l’intérêt de l’historien pour la richesse de signification de l’événement dût se limiter à la période contemporaine, marquée par la toute puissance des medias, opérant une sorte de « partage du monde » chronologique selon lequel structure et longue durée continueraient à régner sur les siècles antérieurs9. Ce n’est qu’en 1989 que Michel Vovelle faisait le pari qu’était en train de naître à propos de la Révolution française une lecture renouvelée de l’événement, sans toutefois être très affirmatif pour les périodes antérieures à 1789 ; ce pari lui-même s’accompagnait d’une pointe contre Jacques Le Goff en tant que préfacier d’une réédition du volume La nouvelle histoire, signe que la question était encore susceptible de provoquer de fortes tensions10.

  • 11 Pour un bref aperçu, cf. F. Dosse, L’histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987 ; « Histoire (...)
  • 12 Cf. R. Chartier, op. cit., qui inclut l’article « Quatre questions à Hayden White » paru auparavan (...)

8Ces tensions ravivées dans les années 1980 et 1990 ont pris la forme de débats non exempts de polémiques autour de divers diagnostics comme « la crise de l’histoire » ou de « crise générale des sciences sociales » ou le constat d’une « histoire en miettes11 ». Deux éléments furent souvent cités dans ces débats, le fameux « retour de l’événement » et la question de l’histoire comme narration, avec toujours en arrière plan le souci de préserver les caractères spécifiques et scientifiques de la discipline historique. Le lien entre les deux doit être cherché du côté de l’impact du « tournant linguistique », particulièrement fort au sein de l’historiographie française : aux analyses de Hayden White sur l’histoire comme narration, et à leurs implications relativistes, les historiens français, et en particulier, Roger Chartier, ont répondu en réaffirmant la capacité de l’histoire comme discipline à atteindre une connaissance objective de la réalité, capacité qui la distingue essentiellement des mises en récit fictionnelles12. Contre l’auteur américain, il s’agissait en outre d’affirmer que tout, dans le social en particulier, n’était pas discours, qu’une réalité sociale objective non seulement existait bel et bien mais pouvait aussi être l’objet d’une connaissance véridique fondée sur une méthode historique appropriée, capable d’appréhender autant les structures sociales que les médiations culturelles et les représentations.

  • 13 J. Guilhaumou, « De l’histoire des concepts à l’histoire linguistique des usages conceptuels », Ge (...)
  • 14 Cf. « Remarques sociologiques sur le linguistic turn. Suite au dialogue sur l’espace public entre (...)

9Après les mises au point de Roger Chartier et surtout suite à l’élaboration théorique qu’il a tirée de ces discussions – l’histoire des représentations – le débat a perdu quasiment tout ressort, toute actualité, laissant derrière lui, outre la contribution positive d’avoir contribué à faire naître « l’histoire culturelle du social », des expressions chargées négativement, comme des souvenirs d’accidents, « linguistic turn », « post-modernisme », « post-structuralisme », « déconstruction », une méfiance des praticiens de l’histoire vis-à-vis d’une bonne partie des auteurs dont outre-Atlantique on a tiré la « french theory » et une invective facile à utiliser pour disqualifier une démarche intellectuelle : « relativiste ». Selon le chef de file français de l’histoire des concepts, Jacques Guilhaumou, les chercheurs de notre pays ont eu « tendance à dramatiser le problème de l’impact du « linguistic turn » dans la recherche historique » : il a effectivement été question de « crise » pendant plusieurs années, et au fil de plusieurs publications, articles ou livres13. On peut considérer que les tensions que l’on vient d’évoquer ont été ou sont en passe d’être résolues. C’était, paradoxalement, déjà en 1994, le constat du sociologue Bernard Lahire dans un commentaire à un dialogue entre Keith M. Baker et Roger Chartier : la vigueur des polémiques lui semblait surtout liée à des « stratégies intellectuelles » et à des désaccords sur les définitions des termes centraux de « social » et de « discours14 ».

La construction discursive de l’événement

10Les réflexions autour de l’événement, souvent justifiées par la référence au 11 septembre 2001 constituent à mon sens une illustration du caractère probablement – et peut-être seulement de façon provisoire – pacifié de ce débat : le consensus est assez général, dans les publications récentes, à la fois autour de leur caractère de constructions discursives – et souvent conflictuelles – du caractère fondateur de certains d’entre eux et du lien entre ces fondations et les catégories principales qui structurent notre pensée de la société et du politique. Inutile d’en refaire ici la démonstration, on prendra le caractère de construit discursif comme un point de départ du raisonnement. En outre, signalons qu’on admet de façon croissante la diversité des événements et un élargissement de la définition possible du mot.

11On trouve cette variété autant dans l’article de Pierre Nora revendiquant le « retour de l’événement » que dans le récent volume publié sous la direction de Frédéric Rousseau. Même si le risque est réel de diluer la spécificité de l’événement à trop vouloir faire de tout un événement – mais les historiens sont moins ici en cause que les medias modernes – il faut reconnaître que l’idée que les événements sont construits confère une plasticité intéressante au terme : de la bataille de Bir Hakeim au procès de Socrate, « fait divers » devenu événement et à l’invention du concept d’Europe centrale en 1803, en passant par le consulat de Cicéron ou la lettre de Mgr Saliège du 23 août 1942, le fil directeur est effectivement, comme l’annonce du titre du volume, la « fabrique » de l’événement.

  • 15 A. Bensa et É. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 7.

12L’intérêt ici est que l’on retrouve la caractéristique principale des événements du contemporain signalée par Pierre Nora, mais à propos d’une période beaucoup plus longue, au point d’embrasser l’histoire depuis l’antiquité. Comme l’écrivent Alain Bensa et Éric Fassin dans leur présentation du numéro monographique de la revue Terrain consacré à l’événement, celui-ci « ne se donne jamais dans sa vérité nue, il se manifeste – ce qui implique aussi qu’il est manifesté, c’est-à-dire qu’il résulte d’une production, voire d’une mise en scène : il n’existe pas en dehors de sa construction15 » ; non sans ajouter plus loin que « l’approche en terme de construction risque de nier aussi la réalité propre de l’événement ». Cette tension est un écho de celle évoquée précédemment mais elle se résout avec une évidence quelquefois frappante dans l’événement lui-même : quand bien même la passion de la déconstruction tirerait argument de son caractère de produit discursif pour décréter qu’il est une invention arbitraire, l’action de pilotes n’ayant appris qu’à décoller et percutant deux hautes tours le 11 septembre 2001 resterait irréductible aux discours. On retrouve ainsi au cœur de cet objet la conjugaison de l’action et du verbe, dont l’analyse et l’explication sont un des principaux objectifs des sciences sociales.

  • 16 Pour les faits, cf. tout simplement le livre devenu classique d’A. Prost, Douze leçons sur l’histo (...)
  • 17 L’événement et le temps, Paris, PUF, 1999, p. 223.

13La distinction entre d’une part les faits, eux aussi construits par l’historien qui ne se contente pas de les trouver tout constitués pour les rassembler, et d’autre part les événements tient notamment au fait que ces derniers se caractérisent par la contingence de ce qui « arrive » par surprise16. Si l’on se reporte à la définition du philosophe Claude Romano, l’événement est ce qui déjoue la prévision, ce qui jaillit du réel et saisit le sujet, il est « saisissement », il « ne se produit constitutivement que contre toute attente17. » L’idée est que la réalité s’impose au sujet et le force à s’ouvrir à elle. Cette ouverture qui est au minimum de la surprise, un simple hoquet qui fait sursauter l’interprétation quotidienne de la réalité, peut aussi être saisissement, jaillissement qui rend muet ; mais on touche déjà ici la dimension sociale de l’événement. La surprise dépossède dans un premier temps le sujet de sa capacité de réponse, d’anticipation, mais immédiatement, son effort est porté vers l’intégration de cette nouveauté, vers son interprétation, celle-ci étant à la fois individuelle et sociale, l’effort d’invention du sens par la re-signification du vocabulaire disponible et devenu obsolète étant un effort collectif, social. L’incompréhension de l’individu est sociale à un second titre dans la mesure où les cadres conceptuels à travers lesquels il s’approprie la réalité sont des produits de la société.

14Au-delà donc d’une phénoménologie liée à l’individu, la surprise, l’irruption d’un réel devenu incompréhensible est un phénomène social :

  • 18 A. Bensa et E. Fassin, art. cit.

Il manifeste à lui seul une rupture d’intelligibilité. L’évidence habituelle de la compréhension est soudain suspendue : à un moment donné, littéralement, on ne se comprend plus, on ne s’entend plus. Le sens devient incertain. Loin d’interpréter comme nous le faisons quotidiennement, sans y songer ou presque, tout à coup, nous ne sommes plus assurés de nos grilles de lecture. Tandis que nous vivons d’ordinaire dans le régime de ce qui va sans dire, nous voici plongés avec l’événement dans le régime extraordinaire de ce qui ne sait plus se dire, ou du moins n’en est plus si sûr18.

15Cette description théorique d’une incompréhension qui surgit au sein d’une société renvoie tout d’abord au fait que l’événement est inséparable de ce qui permet de le dire, mais aussi au fait que cette transmission elle-même n’est pas neutre : les mots qui le disent ne sont pas les simples véhicules d’un sens qui leur préexisterait, les simples enveloppes d’une réalité dont l’essence inaltérée pourrait être transmise telle quelle. Ainsi que le rappelle l’historienne Arlette Farge :

  • 19 « Penser et définir l’événement en histoire » in terrain, « Qu’est-ce que l’événement », n° 38, 20 (...)

L’événement ne contient en lui-même aucune neutralité : socialement fabriqué, il est approprié de façon très différenciée par l’ensemble des couches sociales. Et ces appropriations peuvent sans aucun doute entrer en conflit les unes avec les autres : aucun événement ne peut se définir sans prendre en compte l’état des dominations et des soumissions au sein de la société, la multiplicité des injonctions face à l’ordre social, les situations économiques et politiques qui l’ont généré et celles, si différentes, sur lesquelles il va soudainement surgir puis durer19.

  • 20 J. Rancière, op. cit., p. 65.
  • 21 Art. cit., p. 244.

16Si, comme l’affirme Rancière, le récit de l’événement est le récit de son sens, on comprend que l’enjeu de sa mise en mots et de la recomposition conceptuelle qu’il rend nécessaire puisse être considérable pour des événements particulièrement saisissants20. Il n’est pas anodin que cette formule du philosophe ait été écrite dans un commentaire à La révolution française de Michelet. L’événement révolutionnaire est précisément, pour Michel Vovelle, dans l’article cité précédemment, l’exemple même de l’événement fondateur, avènement d’un temps nouveau, inaugurant de nouveaux cadres conceptuels et linguistiques – encore largement nôtres – qui induisent une relecture de toutes les périodes antérieures et sont communs à toutes les querelles d’interprétation postérieures comme le rappelle l’historien en citant « un journaliste de l’époque du Directoire qui écrivait : « nous sommes tous des ci-devant » [et] exprimait [ainsi] de façon frappante cette certitude que rien ne serait plus comme avant21. »

17Si les mots ne sont pas seulement les véhicules neutres d’une réalité qui passerait inaltérée à travers eux, la transmission de l’événement n’est pas séparable de sa construction significative, de son interprétation. La difficulté à dire ce qui provoque surprise et choc vient précisément de ce que la nouveauté bouscule les catégories de la pensée et celles du discours maniées par le sujet, ce qui prolonge quelquefois longtemps le moment de l’intégration de l’événement, de son appropriation. La construction significative de l’événement est le seul phénomène que nous puissions appréhender, c’est pourquoi la réflexion sur l’événement est une réflexion sur les discours et sur les narrations, qu’ils se déploient dans des textes littéraires, politiques, journalistiques ou historiques, c’est à dire dans différents champs, pourvus de logiques propres. C’est pourquoi aussi, nous allons le voir, la réflexion sur l’événement est inséparable de la réflexion sur l’historiographie, dans la mesure ou l’interprétation qui commence au moment où l’événement se produit ne cesse pas quand l’historien prend la parole.

L’événement comme expérience et comme construit discursif

  • 22 « À la croisée des chemins disciplinaires : l’événement ou la possibilité d’un autre comparatisme  (...)

18Pour l’heure, il faut revenir sur le statut de l’expérience individuelle et son rapport à la mise en mots et à la transmission. Faisons-le à partir de ce qui est devenu l’exemple extrême de l’expérience « intransmissible » par excellence, celle des camps de concentration nazis. Yannick Malgouzou, auteur d’une thèse en littérature comparée sur la transmission de l’expérience concentrationnaire dans la littérature française, conçoit un « premier cercle de sociabilité cimenté autour d’un vécu commun qu’il s’agira de faire reconnaître par la société qui va les accueillir22. » La distinction entre le vécu commun, et donc une première formalisation, et le moment de l’expansion de l’événement, est donc servie, mais à partir du modèle extrême – devenu néanmoins paradigmatique depuis – de la communication de l’indicible, de l’horreur qui laisse muet.

  • 23 « Du génocide à la Shoah », in F. Rousseau et J.-F. Thomas (dir.), op. cit., p. 314. Souligné par (...)
  • 24 Texte correspondant à une conférence donnée en 1989 et publié récemment comme chapitre de l’essai (...)

19Il faut pourtant éviter deux dangers. Le premier est signalé par Yannis Thanassekos qui montre que depuis une trentaine d’années, « toute une rhétorique a contribué à formater une doxa qui stipule que ce qui s’est passé à Auschwitz est, d’une part, radicalement incompréhensible, hors raison et hors entendement, et, de l’autre, strictement irreprésentable23. » Cette interprétation contemporaine dominante – s’arrêter au seuil du sens, c’est encore interpréter – qu’il identifie comme le reflet de certaines politiques de mémoire, est à distinguer de ce qu’exprime Malgouzou, qui cherche à saisir le passage de l’action – même subie – à sa première mise en mots. Le deuxième danger concerne ce passage justement et il a été signalé par Joan Scott dans un texte intitulé « l’évidence de l’expérience » : critiquant la tendance des gays and lesbian studies – entre autres courants liés à des collectifs opprimés et structurés par un fort sentiment d’appartenance24 – à déduire leur identité de leur vécu différentiel : elle montre à quel point cette déduction naturalise la différence en oubliant que la construction sociale de celle-ci est le fait de toute la société, c’est-à-dire y compris – et pour une grande part – le fait du dispositif discursif dominant de ceux qui n’ont pas ce vécu commun.

20Il faut donc distinguer ce qui relève de la résolution de cet indicible premier que Yannick Malgouzou éclaire dans la première partie de sa thèse, du temps de la transmission qui est précisément celui d’une construction sociale à la fois large et longue, au cours de laquelle plusieurs systèmes d’interprétations peuvent en quelque sorte redimensionner l’événement. Il montre que le caractère inouï de la violence perpétrée par les nazis dans les camps avait d’abord privé leurs victimes de mots : tous les codes en vigueur étaient dépassés, ce qui les obligea à élaborer un mode de diction spécifique pour ne pas rester ou devenir « invisibles ». C’est d’abord par l’alliance de la littérature, beaucoup plus susceptible d’être un lieu d’élaboration d’un mode de diction spécifique, et de la photographie – dont l’horreur provoquait le silence et transmettait cette nécessité de dire l’indicible – que les rescapés et leurs souffrances sont devenues visibles, que l’événement a pu prendre forme pour le public immense de ceux qui ne l’avaient pas vécu. Pour mettre en valeur cette difficulté, Malgouzou formule de la façon suivante le problème que lui pose l’événement :

  • 25 Y. Malgouzou, art. cit.

L’alternative apparaît alors des plus simples : on pourra observer comment l’événement fait émerger un sens nouveau, comment il perturbe les cadres culturels dans lesquels il s’inscrit ou, au contraire, comment la fracture qu’il est censé impliquer est réduite à travers son intégration à des principes de continuité qui neutralisent son potentiel critique et herméneutique25.

21Notons qu’au cœur de cette alternative, le rôle joué par les institutions est fondamental : dans la difficulté à émerger de la spécificité du génocide des juifs au lendemain de la guerre, face à la lecture de l’événement par les institutions résistantes de l’union nationale et dans la difficulté d’aujourd’hui, de rendre visible le génocide des Tsiganes.

  • 26 Il est curieux de constater qu’en sociologie, discipline dans laquelle le livre de Berger et Luckm (...)

22Considérer que l’événement est socialement construit par le discours ne revient pas à en nier la réalité, celle-ci étant le point de départ indispensable et l’élément contraignant de la nouvelle recomposition des mots et des concepts, des cadres linguistiques. Cela ne revient pas non plus à poser un signe égal entre toutes les interprétations : l’événement n’a pas été construit de n’importe quelle façon et la généalogie de cette construction complexe et parfois contradictoire – c’est-à-dire incorporant des conflits et des rapports de pouvoir – peut être porteuse de vérité ; elle permet aussi d’éclairer les enjeux interprétatifs du présent au sujet de ce même événement, en comprenant que son onde de choc se prolonge jusqu’à aujourd’hui26.

Le langage et les catégories du social

  • 27 Ibid., p. 190. Lahire cite Lev Semionovitch Vygotski et Norbert Elias comme critiques de Pi (...)

23Cette conception de l’événement comme construit a un autre corrélat, selon lequel « le langage n’est pas un outil ordinaire mais un outil qui entre dans la constitution même de la pensée et des relations sociales », par opposition à « l’image piagétienne du langage comme système “paresseux” qui ne ferait que relater la pensée et qui n’en serait qu’une sorte de “symptomatologie”27 ». Or, penser le langage de telle sorte, autrement que comme un véhicule, un simple contenant d’idées implique de l’historiciser, c’est précisément ce que fait l’histoire des concepts, peu développée en France mais très solide dans d’autres pays, Angleterre et Allemagne en particulier.

  • 28 À l’Est du Rhin, les professeurs Hans-Jurgen Lusebrink, Rolf Reichardt et Eberhard Schmitt ont édi (...)

24On l’a aperçu à partir des propos de Michel Vovelle sur la révolution française, les événements majeurs sont très importants pour l’histoire des concepts : l’irruption de réalités nouvelles, surprenantes, produisant l’incompréhension à partir des concepts et des mots disponibles à un moment donné, est le moteur d’évolutions conceptuelles radicales. Les écoles allemande et française l’ont démontré avec force en s’attachant en particulier à explorer la manière dont la révolution française, et plus largement, un long xviiie siècle, avaient produit une partie non négligeable des catégories de notre modernité28. Or, la tension entre Michel Vovelle et Jacques Le Goff au tournant des années 1990 est liée à l’historicisation et par suite à la dénaturalisation de ces catégories, qui ont fonctionné pendant longtemps comme outils de l’historien : classe, société, genre, propriété, travail, sphère publique, marché, individu, droits naturels, liberté, sexualité, nation, bourgeoisie, féodalité, prolétariat, révolution sociale, étranger, citoyen, anarchiste. Comme l’écrit l’historien espagnol Miguel Angel Cabrera,

  • 29 M. A. Cabrera, op. cit., p. 15. Traduction personnelle. Il est intéressant de remarquer que Joan S (...)

si les catégories modernes ne sont plus des représentations objectives de la réalité sociale, mais seulement les effets d’une certaine organisation significative de celle-ci, alors leur efficacité pratique – c’est-à-dire leur faculté à guider pendant si longtemps la pratique sociale des individus – n’était pas due au fait qu’elles reflètent la nature humaine ou qu’elles reproduisent les lois objectives de la société, mais bien à la capacité de ces mêmes catégories à s’incarner dans des pratiques, des relations et des institutions sociales. [En conséquence] le processus de formation historique des concepts devrait devenir un objet prioritaire de la recherche, et bien plus, le fondement même de la théorie sociale29.

  • 30 Jusqu’à Roger Chartier lui-même, qui dans l’entretien avec Keith Baker publié en 1994 distingue en (...)
  • 31 M. A. Cabrera, op. cit., p. 48. La citation complète, où il évoque les historiens auxquels il s’id (...)
  • 32 C’est pourquoi cet auteur se veut rassurant : « Nous sommes donc loin, nous semble-t-il, des inqui (...)

25On mesure à lire ces lignes la charge de déstabilisation de l’histoire des concepts, laquelle bénéficie pourtant, en dehors de nos frontières, d’un degré d’acceptation considérable parmi les historiens30. Or c’est à cette histoire que l’intérêt pour les événements en tant que constructions discursives ouvre grand la porte : l’exemple de la Révolution française comme celui des camps nazis montrent que même quand elle surgit avec violence, provoque la stupeur et rend inappropriés les mots jusque là disponibles, la réalité « ne s’incorpore pas d’elle-même à la conscience, mais le fait toujours à travers sa conceptualisation31. » Un des objectifs communs à tous les courants de l’histoire des concepts est précisément, selon Jacques Guilhaumou, « de travailler le lien empirique entre l’action concrète et le discours », ce lien qui est au cœur même de l’événement, à la fois, irruption du réel, action subie ou engagée et dès le départ discours, langage investi de l’ensemble des cadres d’interprétation de la société du moment32.

  • 33 G. Eley, art. cit., p. 187.

26Lors de cette période, qualifiée par Éric Hobsbawm d’« ère des révolutions », outre les événements politiques composant l’énorme « événement-avènement » cher à Michel Vovelle, on peut en distinguer d’autres comme le surgissement de l’exploitation salariée entre la fin du xviiie siècle et le tout début du xixe, dans les manufactures de coton ayant adopté la force des machines et notamment de la machine à vapeur. La rapidité du processus et sa violence peut, dans l’optique d’une histoire que l’on a pu appeler « catastrophiste » – c’est-à-dire insistant sur la catastrophe humaine que cela a représenté – conduire à penser que la création de ces nouvelles positions sociales définies par rapport aux moyens de production, ces positions d’ouvriers industriels, a été un événement et même un événement majeur. A ce propos, on peut considérer que l’un des aspects de la mise en mots, de la verbalisation et donc de la conceptualisation de cet événement a été l’affirmation d’un modèle particulier d’identité sociale, la « classe » comme postulat politique et culturel, « l’affirmation que la classe était la réalité organisatrice des sociétés capitalistes émergentes », laquelle impliquait « le développement de pratiques et d’organisations spécifiques autour de cette affirmation33 ».

27Pour l’historien Geoff Eley, cette affirmation « est un meilleur point de départ pour l’étude de la formation de la classe que le point de départ classique de l’économie et de la structure sociale. C’est en effet à ce niveau discursif qu’était définie la classe comme collectivité opératoire, qui devait y être inclus, qui donnait le ton, et qui pouvait parler en son nom. » et il conclut : « De ce point de vue, l’histoire d’une classe ne peut être séparée de l’histoire d’une catégorie. » Et cette histoire – qui voit naître ce que plus tard certains appelleront une « structure sociale » – est celle d’un événement. En même temps, le rattachement nécessaire de l’affirmation de la classe à un événement est rassurante : celui-ci a beau être construit, donner lieu à des cadres de pensée que l’on a tendance à naturaliser, faire l’objet de politiques de mémoire en conflit, il est le signe qu’il s’est bien passé quelque chose. L’activité de l’historien même selon les conceptions d’un Geoff Eley, attentive à la production des structures sociales comme aux autres déterminations de l’action – habituellement appelées culturelle – consiste aussi à (re)mettre en ordre la chronologie des événements et leur hiérarchie significative.

L’événement et la conflagration des discours

  • 34 J. Rancière, op. cit., p. 65

28L’expression est encore une fois de Jacques Rancière, à propos des relations que les discours de savoir entretiennent avec les « événements de paroles » et en particulier avec la Révolution française. « Si la révolution – et plus particulièrement la Révolution française – a joué pour le savoir social – et plus particulièrement pour la sociologie et pour l’histoire, le rôle à double face d’événement fondateur, c’est que sa violence s’identifie avec le scandale théorique de l’événement en général. Scandale de l’événement qui est celui de la conflagration des discours et de la confusion des temps. Tout événement, pour les êtres parlants, est lié à un déplacement de la parole sous la forme spécifique d’un déplacement du dire : une appropriation « hors vérité » de la parole de l’autre (des formules de la souveraineté, du texte ancien, de la parole sacrée34) » Sans faire l’exégèse de ces lignes – on se reportera au livre dont elles sont extraites – on va s’attacher à deux aspects, à deux temps de cette conflagration, celui qui est contemporain de l’événement lui-même et celui qui concerne ses rapports avec les temps postérieurs et donc avec l’activité de connaissance du passé, en nous appuyant cette fois sur un autre événement, la guerre d’Espagne.

  • 35 Au sujet de la révolution et de la guerre civile comme deux faces d’une même médaille, cf. R. Schn (...)

29Rapprochons tout d’abord l’idée de scandale des mots d’Alan Bensa et Éric Fassin rapportés plus haut : « à un moment donné, on ne se comprend plus, on ne s’entend plus ». Là où l’événement fait irruption, il y a toujours un minimum de tensions sociales, politiques, identitaires, militaires, qui provoquent d’emblée des lectures et des appropriations divergentes de ce qui arrive. C’est particulièrement visible dans le cas des événements répertoriés sous les noms de « révolution » ou de « guerre civile », deux façons d’envisager des moments de bouleversement intense des fondements de la communauté sociale et politique35.

  • 36 En el nombre del pueblo, Madrid, Siglo xxi, 2006.

30Les interprétations les plus récentes de la guerre d’Espagne insistent sur la construction spéculaire d’identités collectives affrontées. L’historien Rafael Cruz explique que deux conceptions antinomiques du peuple espagnol et donc des institutions lui correspondant naquirent durant les premières années de la IIe République, dès les incendies d’édifices religieux du mois de mai 1931, et à travers une succession d’événements dont le plus important fut la révolte des Asturies du 6 octobre 193436. On trouvait alors face à face un « peuple catholique » et un « peuple travailleur », l’un et l’autre convaincus d’incarner l’essence même du peuple espagnol et rejetant « l’autre » à travers des politiques d’exclusion de la citoyenneté. Il insiste tout particulièrement sur l’importance de la construction de l’événement « octobre 1934 » de part et d’autre, comme point de référence pour l’affrontement idéal et verbal entre un « nous » et un « eux », entre le « fascisme » et la « révolution » :

  • 37 p. 70.

Résultat de tout ce processus « d’invention » conflictuelle de l’affrontement d’octobre, partisans et adversaires transformèrent ce qui avait été une victoire du Gouvernement et de ses soutiens politiques et une défaite complète des forces ouvrières, en un épisode de guerre civile/internationale, étendu à toute l’Espagne, où les ennemis s’étaient comportés de manière cruelle, une guerre qui n’était pas terminée et qui se prolongerait jusqu’à la victoire définitive37.

  • 38 Cf. p. 180 et sq.

31Cette évolution vers une scission radicale au sein de la communauté nationale espagnole passa par un processus de re-signification d’un vocabulaire politique dont certains éléments étaient jusque là partagés : d’un côté ou de l’autre, le sens des mots de « liberté », « révolution », « peuple », « Espagne », « République », « justice », « travail », « propriété », etc., tendait à différer. Mais cette incompréhension relative elle-même ne conduisit pas à la guerre civile, au déchirement entre deux ou plusieurs Espagnes ; Rafael Cruz montre bien, à rebours de tous l’explication mythique et anti-historique de l’inévitabilité de la guerre civile, à quel point un accord semblait possible et se dessinait déjà en juin 1936 pour une République du centre attachée avant tout au maintien de l’ordre38.

  • 39 Cf. pour la référence, note 26 et pour Rafael Cruz, son chapitre VI, intitulé « La construction so (...)

32Il fallut un nouvel événement pour que tout bascule : la tentative de coup d’État de certains généraux qui débuta les 17 et 18 juillet 1936 est devenue pour nous le début de la guerre civile. Rafael Cruz montre à ce sujet avec une grande rigueur qu’il est peu pertinent de parler de guerre civile pour la situation de l’Espagne au 25 juillet ou au 1er août 1936. Pour cela, il fut nécessaire que se construisît socialement la guerre civile, au sens de la construction sociale de la réalité de Berger et Luckmann, construction qui est d’abord discursive et passait par l’identification d’un nous et d’un eux. Cette identification fut réalisée progressivement à partir de la reconfiguration des signes identitaires et de l’invention de nouveaux rituels tenant compte du découpage géographique et politique entre deux Espagne qui ne recoupait pas la construction spéculaire des deux « peuples » qui avait eu lieu depuis 193139.

  • 40 La décision de savoir qui tuer au sein de la partie « adverse » dans le village configurait d’elle (...)
  • 41 La guerra que nos han contado. 1936y nosotros, Madrid, Alianza, 2006, p. 188.

33Pendant les derniers jours de juillet 1936, l’incertitude sur ce qui était en train de se passer était très répandue : ceux qui hier encore étaient des adversaires politiques ou sociaux prenaient les armes, poussaient à en faire de même. Il était tout d’abord très difficile de les identifier, d’identifier qui étaient les ennemis et qui les amis et ce fut une conjonction de proclamations et d’actions violentes qui peu à peu dessinèrent deux camps, mais il était en même temps vital d’interpréter le plus rapidement possible ce qui se passait40. La guerre fut le produit d’interprétations différentes de l’événement 18 juillet, comme le notent deux autres historiens, Jesus Izquierdo Martin et Pablo Sanchez Leon dans La historia que nos han contado : « Le soulèvement du 18 juillet 1936 fit voler dans les airs le vivre ensemble de ceux qui jusque-là étaient des citoyens qui se considéraient comme membres d’une même communauté politique. Mais cela ne fut pas dû au fait qu’il triompha dans certains lieux et fut mis en échec ailleurs : si le coup d’État donna lieu à une guerre ce fut parce que dès les premiers instants, il bénéficia d’une base sociale qui allait bien au-delà de ses simples appuis militaires. C’est à dire que ce fut l’interprétation que de nombreux citoyens firent du coup d’État qui permit aux troupes des militaires rebelles de se transformer en un camp stable au sein d’une guerre41. » Pourtant, le sens du conflit ne fut pas acquis après les premières semaines : il fut un enjeu qui se prolongea tout au long de la guerre et même après comme on va le voir.

34Ce processus d’interprétation, difficile, des événements, accompagné d’une déchirure béante et sanglante du tissu social fut aussi un processus de séparation entre deux communautés de sens : ces deux auteurs ont montré à quel point les deux camps politiques partageaient, en dépit de rhétoriques violemment opposées, une matrice linguistique commune : dans les luttes pour exclure l’autre conception du peuple de la citoyenneté entre 1931 et 1936, des deux camps politiques partageaient le langage de la citoyenneté, ce même langage qui se détériora en quelques heures ou en quelques jours en juillet 1936. L’ordre social républicain, qui constituait la réalité de référence pour tous, qu’on cherchât à le défendre ou à le changer, commença à laisser la place à deux ordres sociaux différents et nouveaux en gestation, à deux langages et à deux communautés de sens :

  • 42 p. 215. A ce propos, ces deux historiens soulignent le fait que la génération de nouveaux cadres c (...)

Si les faits de la guerre furent construits avec des mots communicables entre les personnes, ce fut parce que grâce à ces mots, en plus de caractériser des ennemis qui ne méritaient pas de vivre, on parlait aussi à des amis, à ceux de son propre camp. En dépit de toute la destruction et de tout le désordre qu’elle entraîna, la guerre de 1936 ne laissa pas d’établir aussi un ordre. Deux ordres en réalité : un de chaque côté du front42.

35Cette analyse en terme de cadres conceptuels ou langagiers qui se déchirent et se recomposent en se dédoublant, l’un finissant par l’emporter sur l’autre, permet de relier, toujours dans le cas de la guerre d’Espagne, l’explication de l’action des individus à la genèse d’un nouveau langage et d’une nouvelle réalité ou ordre social. L’individu qui agit exprime, à travers ses actes, indirectement, une implication vis-à-vis des référents avec lesquels il s’identifie, même s’il a l’impression que c’est lui qui voit le monde d’une certaine manière et qui agit en conséquence. De fait, en agissant, il ne perçoit pas souvent que derrière ses actes, se trouvent les référents de son identité ; il est beaucoup plus conscient de ce avec quoi il ne s’identifie pas, ce qu’il déteste ou ce qu’il nie. Il y a cependant des circonstances où, au contraire, les référents à partir desquels nous nous identifions sont menacés jusqu’au point d’apparaître en danger de disparition : l’action est alors une nécessité absolue. C’est le cas en juillet 1936, quand « le sujet avait la sensation que s’il n’exprimait pas par des actes sont identification avec ces référents, il cesserait lui-même d’être celui qu’il était, d’exister au sens moral ».

36Ce type de circonstances déclenche ce qu’Alessandro Pizzorno appelle des moments de « politique absolue » où des manifestations de fanatisme et de violence qu’on a pu qualifier « d’irrationnels » – par renoncement à comprendre ce qui est étrange à l’observateur car radicalement extérieur à son expérience – peuvent trouver leur explication :

  • 43 J. Izquierdo Martín et P. Sánchez León, op. cit., p. 270. Pizzorno, Alessandro, « Politics Unbound (...)

La guerre déclencha de nombreux serments de loyauté illimitée pour l’une ou l’autre cause. Ceux-ci n’étaient pas prononcés en faveur des idéaux ou des valeurs soutenus par un camp mais contre un ennemi qui devait être vaincu, et même exterminé, pour résoudre la sensation de menace endémique sur l’identité du groupe, laquelle était perçue comme impossible à distinguer du sort de chacun43.

La mise en ordre des mots et les discours sur le passé

37Le mouvement ainsi dessiné fut multiple et ne laissa pas de produire toute sorte de mots, des mots « désordonnés » pour reprendre l’expression de Jacques Rancière. Ces moments de désagrégation de cadres langagiers communs furent aussi, sans aucun doute, des moments d’explosion tous azimuts, de prolifération incontrôlable de multiples paroles, de prises de paroles non autorisées, de mots indisciplinés. L’institutionnalisation des deux camps se chargea ensuite de cette discipline et prit tout de suite la forme d’une histoire, ou plutôt de deux, de plusieurs histoires de la guerre d’Espagne.

  • 44 Cf. F. Godicheau, « Guerra civil, guerra incivil : los nombres de la guerra », dans J. Aróstegui e (...)

38Il est difficile, voire impossible, de distinguer le moment de la création de l’événement de celui de sa transmission, celle-ci étant une recréation permanente. Dans le cas d’événements majeurs ayant bouleversé les catégories de l’entendement des sujets, les efforts faits pour comprendre ce qui a surgi, s’ils passent par un moment de prolifération désordonné des mots, aboutissent bientôt à l’institutionnalisation de nouveaux cadres conceptuels, lesquels sont peu à peu naturalisés avec le passage du temps. Ainsi, l’usage des catégorie de « fasciste » ou celle de « rouge » dans les années 1970 en Espagne est le résultat d’une naturalisation ; l’intentionnalité de leur emploi est rigoureusement différente de celle du contexte de départ, celui des années 1930, et en particulier de la période 1936-1939, et en ce sens, sous les mêmes mots, les concepts ont changé, mais par-delà ce changement, ils constituent une partie du vocabulaire à partir duquel est dit l’événement et donc son sens. Témoin de cette continuité par-delà les changements d’époque et la modification en profondeur du cadre conceptuel (du fait de la succession d’autres événements, sous le franquisme et pendant la transition, par exemple la tentative de coup d’État du 23 février 1981), la succession des noms de la guerre de 1936 et l’adoption, au cours de la transition, de manière consensuelle, de l’expression « guerre civile » et de ce qu’elle contient de répudiation de la violence politique, « fratricide », « incivile44 ».

39Le caractère continu de cette création du sens de l’événement jusqu’à nos jours, en particulier pour les événements qui sont à l’origine de la création de référents pour nos identifications politiques et sociales (la Révolution française en France et ailleurs, la guerre civile espagnole pour l’Espagne, la guerre de sécession aux Etats-Unis, les guerres d’indépendance pour des pays comme l’Algérie, etc.) signifie que les politiques de mémoire sont des actes de re-création de l’événement fondateur : celui-ci représente un certain nombre de valeurs qui peuvent être mobilisées et en même temps qu’elles sont re-signifiées, actualisées, à l’occasion d’affrontements politiques et sociaux d’aujourd’hui. À leur tour, ces mouvements de la mémoire, ces modifications profondes des politiques de mémoire, c’est-à-dire de l’utilisation du passé au présent, comme celles qui ont lieu en Espagne depuis une dizaine d’années interrogent et mettent en cause profondément les récits et analyses historiques disponibles : la rupture de l’équilibre politique consensuel de la transition démocratique à propos de la guerre de 1936, non seulement a fait que les historiens tendent à modifier leur vision de l’objet – mettant par exemple de plus en plus entre parenthèses la date du 1er avril 1939 comme date de fin du conflit – mais a aussi fait naître une réflexion politique, certes timide pour le moment, sur les implications de telle ou telle manière d’écrire l’histoire de la guerre.

  • 45 L’article de F. Rousseau, « 1914-1918, matrice du xxe siècle : une nouvelle figure histori (...)

40Ainsi, la réflexion sur l’événement et sur sa construction discursive peut inviter à une analyse politique des raisons historiographiques, comme l’illustrent le livre de Jesus Izquierdo Martin et Pablo Sanchez Leon ou les articles de Frédéric Rousseau et de Yannis Thanassekos dans le volume déjà cité45. La richesse heuristique des approches actuelles de l’événement n’est donc pas seulement liée à la possibilité que s’y trouvent dépassées des tensions liées à l’affrontement de stratégies intellectuelles, elle l’est aussi, aux discussions qu’elle permet sur les usages politiques et sociaux des discours sur le passé, y compris celui des historiens professionnels.

Notes

1 La liste des publications, programmes de recherche, de séminaires, de colloques, etc., étant trop longue pour figurer en note de bas de page, nous renvoyons le lecteur à une recherche facile à effectuer sur le catalogue du SUDOC. L’analyse du déploiement de l’intérêt pour l’événement ces dernières années mériterait à elle seule un article.

2 Illustration de cette richesse, qui en appelle d’autres, le volume coordonné par F. Rousseau et J.-F. Thomas, La fabrique de l’événement, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2008.

3 J. Rancière, Les mots noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, 1992, p. 12.

4 « Le retour de l’événement », in J. Le Goff et P. Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. I : Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, p. 210-229.

5 « Le retour de l’événement », MEFRIM, 1992, vol. 104, p. 29-35.

6 Pour formuler ce scénario, nous suivons la réflexion de Miguel Angel Cabrera, dont le titre du livre et l’expression utilisée pour désigner le « nouveau paradigme de l’histoire » qu’il distingue change selon la langue : Historia, lenguaje y teoría de la sociedad, Valencia, Cátedra, 2001 ; ou Postsocial History. An Introduction, Lanham, Lexington Books, 2004. Pour Roger Chartier, voir le livre où ses réflexions sur la question sont synthétisées : Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris, Albin Michel, 1998.

7 The Making of the English Working Class de E. P. Thompson a été publié pour la première fois en 1963. Sa traduction en français et donc sa pleine réception dans notre pays a été tardive (1988, EHESS/Le Seuil) ; pour l’Espagne, elle apparaît plus tôt (1983) et est liée à l’ouverture sur l’historiographie marxiste anglaise organisée par Josep Fontana. L’article d’E. Morin : « L’événement Sphinx », Communications, 18, 1972, p. 190.

8 E. Leroy-Ladurie, « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », Communications, 18, 1972, p. 72-84.

9 L’expression est de Michel Vovelle dans sa conclusion au volume des MEFRIM correspondant au colloque « 1789 : l’événement » (Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 104., n° 1, 1992), p. 237-244.

10 Ibid.

11 Pour un bref aperçu, cf. F. Dosse, L’histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987 ; « Histoire et sciences sociales : un tournant critique ? », Annales ESC, 1988, 43, n° 2, p. 291-293 ; « Tentons l’expérience », Annales ESC, 1989, n° 6, p. 1317-1323 ; Roger Chartier, « Le monde comme représentation », ibid., p. 1505-1520.

12 Cf. R. Chartier, op. cit., qui inclut l’article « Quatre questions à Hayden White » paru auparavant dans Storia della storiografia (24, 1993, p. 133-142) et le livre original de H. White, Metahistory : the Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore, John Hopkins, 1973. Sur ce débat, voir de M. Angel Cabrera, op. cit. et l’article « Hayden White y la teoría del conocimiento histórico : una aproximación crítica », Pasado y Memoria. Revista de Historia Contemporánea, 4, 2005, p. 117-146 ; ainsi que l’éclairage apporté par l’article de G. Eley, « De l’histoire sociale au « tournant linguistique » dans l’historiographie anglo-américaine des années 1980 », Genèses, 7, 1992, p. 163-193.

13 J. Guilhaumou, « De l’histoire des concepts à l’histoire linguistique des usages conceptuels », Genèses, 38, 2000, p. 105-118.

14 Cf. « Remarques sociologiques sur le linguistic turn. Suite au dialogue sur l’espace public entre Keith M. Baker et Roger Chartier », Politix, n° 27, 1994, p. 189

15 A. Bensa et É. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 7.

16 Pour les faits, cf. tout simplement le livre devenu classique d’A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Le Seuil, Coll. « Points », 1996.

17 L’événement et le temps, Paris, PUF, 1999, p. 223.

18 A. Bensa et E. Fassin, art. cit.

19 « Penser et définir l’événement en histoire » in terrain, « Qu’est-ce que l’événement », n° 38, 2002.

20 J. Rancière, op. cit., p. 65.

21 Art. cit., p. 244.

22 « À la croisée des chemins disciplinaires : l’événement ou la possibilité d’un autre comparatisme » in A. Dominguez Leiva, S. Hubier, P. Chardin et D. Souiller, Études culturelles, anthropologie culturelle et comparatisme, congrès de la SFLGC, Paris, Éditions du Murmure, 2010. Cf. la thèse : « La littérature et les camps : représenter, penser, transmettre l’événement », université Toulouse II, 2007 remaniée en Les camps nazis : réception et construction de l’événement à travers la littérature française de 1945 à nos jours, Paris, Garnier, 2011 (ap).

23 « Du génocide à la Shoah », in F. Rousseau et J.-F. Thomas (dir.), op. cit., p. 314. Souligné par l’auteur.

24 Texte correspondant à une conférence donnée en 1989 et publié récemment comme chapitre de l’essai Théorie critique de l’histoire. Identités, expériences, politiques, Paris, Fayard, 2009, p. 65-128.

25 Y. Malgouzou, art. cit.

26 Il est curieux de constater qu’en sociologie, discipline dans laquelle le livre de Berger et Luckman, La construction sociale de la réalité (Paris, Armand Colin, 2006 [1966]) est un classique, admettre qu’il n’existe pas de pratiques sociales hors de pratiques langagières ne pose pas de problème et n’est pas incompatible avec l’affirmation selon laquelle tout le social n’est pas langage et qu’il existe des comportements non langagiers, même si ceux-ci, de même que « les contextes (structure sociale, champs de positions, histoires de conflits idéologiques) qui fonctionnent comme des « résumés de réalités sociales » ne symbolisent pas des réalités constituées hors langage », comme le souligne B. Lahire, art. cit., p. 192.

27 Ibid., p. 190. Lahire cite Lev Semionovitch Vygotski et Norbert Elias comme critiques de Piaget dans ce domaine.

28 À l’Est du Rhin, les professeurs Hans-Jurgen Lusebrink, Rolf Reichardt et Eberhard Schmitt ont édité entre 1985 et 2000 les vingt fascicules du Handbuch politish-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820 (München, Olenburg). Pour la France, il s’agit des fascicules du Dictionnaire des usages socio-politiques du français (1770-1815), publiés sous la direction de J. Guilhaumou (Paris, Klincksieck, 1985-1999), auquel on peut ajouter les œuvres de S. Wahnich et de M. Deleplace. Cf. Jean Guilhaumou, art. cit., p. 112.

29 M. A. Cabrera, op. cit., p. 15. Traduction personnelle. Il est intéressant de remarquer que Joan Scott parcours le chemin inverse, de la réflexion sur les catégories et les identités à la notion d’événement. Elle écrit (op. cit., p. 112-113) « Pour cela [rendre visible l’assignation d’une identité au sujet], il faut changer de perspective et considérer l’émergence des concepts et des identités comme des événements historiques qui nécessitent d’être expliqués ».

30 Jusqu’à Roger Chartier lui-même, qui dans l’entretien avec Keith Baker publié en 1994 distingue entre des modèles « durs » ou « stricts » du linguistic turn et les travaux de Pocock et de Skinner, lesquels ne font pas l’objet de la même critique. « Dialogue sur l’espace public », Politix, vol. 7, n° 26 ; 1994/2, p. 6.

31 M. A. Cabrera, op. cit., p. 48. La citation complète, où il évoque les historiens auxquels il s’identifie, est la suivante et elle illustre le rapport entre ces possibilités ouvertes par ces conceptions de l’événement et la résolution de la tension précédemment évoquée entre événement et structure : « La raison fondamentale sur laquelle se basent ces historiens pour mettre en doute le caractère objectif de la réalité sociale est que, comme le montre notre analyse historique, cette réalité ne s’incorpore jamais d’elle même à la conscience mais le fait toujours à travers sa conceptualisation. C’est à dire que le contexte social ne commence à conditionner la conduite des individus qu’une fois que ceux-ci l’ont conceptualisé ou rendu significatif d’une quelconque manière, mais jamais avant, et que par conséquent, les conditions sociales ne deviennent structurelles et ne commencent à opérer comme un facteur causal de la pratique qu’une fois qu’ils ont atteint un type d’existence significative et non pas du fait de leur simple existence matérielle. »

32 C’est pourquoi cet auteur se veut rassurant : « Nous sommes donc loin, nous semble-t-il, des inquiétudes des historiens français sur les risques, en adoptant le « tournant linguistique », de détruire le régime de vérité propre au métier d’historien. » Art. cit., p. 117.

33 G. Eley, art. cit., p. 187.

34 J. Rancière, op. cit., p. 65

35 Au sujet de la révolution et de la guerre civile comme deux faces d’une même médaille, cf. R. Schnur, Rivoluzione eguerra civile, Milan, Giuffrè, 1986.

36 En el nombre del pueblo, Madrid, Siglo xxi, 2006.

37 p. 70.

38 Cf. p. 180 et sq.

39 Cf. pour la référence, note 26 et pour Rafael Cruz, son chapitre VI, intitulé « La construction sociale de la guerre ». À noter la citation de Berger et Luckmann qui ouvre le chapitre V sur l’affrontement militaire : « Celui qui a le plus gros bâton a de plus fortes chances d’imposer sa définition de la réalité ». p. 189

40 La décision de savoir qui tuer au sein de la partie « adverse » dans le village configurait d’elle-même la géométrie des deux camps. D’un côté, les « ennemis du peuple » ou « les fascistes » n’était pas absolument synonyme ; de l’autre, les « ennemis de Dieu » ou les « révolutionnaires » ne se recoupaient pas exactement.

41 La guerra que nos han contado. 1936y nosotros, Madrid, Alianza, 2006, p. 188.

42 p. 215. A ce propos, ces deux historiens soulignent le fait que la génération de nouveaux cadres conceptuels ou langagiers est nécessairement lié à l’irruption bouleversante de l’imprévu événementiel : « los significados de los términos no cambian por simple evolución o por mero afán de distinción de quienes los emplean : la clave del cambio semántico estáen sucesos que ponen críticamente a prueba la adecuación de los repertorios de conceptos disponibles al tratar de darles un sentido ; en esa tensión se produce la transformación de los significados, asícomo en ocasiones el surgimiento de nuevos términos. » p. 196. Cette création langagière tous azimuts est relevée par Jacques Rancière (op. cit., p. 72) à propos de la Révolution française : il remarque que dans de telles circonstances, les mots les plus problématiques sont « un certain nombre de mots fourre-tout et passe-partout qui occupent le terrain sans désigner aucune catégorie sociale distincte, les mots les plus trompeurs sont évidemment les plus usités : nobles, bourgeois, paysans, par ex. Les mots unissent dans une conjonction monstrueuse des propriétés qui ne sont pas contemporaines les unes des autres, des relations sociales qui n’existent plus et d’autres qui n’existent pas encore ».

43 J. Izquierdo Martín et P. Sánchez León, op. cit., p. 270. Pizzorno, Alessandro, « Politics Unbound », in C. S. Maier (ed.), Changing Boundaries of the political, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 27-62. Il est à noter que Pizzorno réfléchit sur le contexte des guerres de religion du xvie siècle. Or, l’identification du mal en politique avec l’emploi « malhonnête » des mots assimilé au fait de mentir sur « la réalité », est faite par Hobbes quand il se penche sur ces mêmes guerres quelques décennies plus tard. Jacques Rancière parle de « La prolifération des noms empruntés, des noms qui ne ressemblent à aucune réalité et qui tuent parce qu’ils sont mal employés, employés par des gens qui ne devraient pas les manier, qui les ont arrachés à leur contexte pour les appliquer dans une situation qui n’a rien à voir avec lui. » op. cit., p. 38 et sq.

44 Cf. F. Godicheau, « Guerra civil, guerra incivil : los nombres de la guerra », dans J. Aróstegui et F. Godicheau (ed.), Guerra Civil. Mito y Memoria, Madrid, Marcial Pons, 2006, p. 143-167.

45 L’article de F. Rousseau, « 1914-1918, matrice du xxe siècle : une nouvelle figure historique ou un prêt à ne plus penser ? », in F. Rousseau et J.-F. Thomas (dir.), op. cit., p. 295-310.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search