Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysage politique

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau

Quatrième section. L’artiste phare

Le prince et le paysagiste : Un rêve de Hugo

Françoise Chenet

Texte intégral

1Il n’y a pas d’intérêt pour le paysage, « inventé » à l’aube de la Renaissance, sans la médiation d’un artiste, peintre ou écrivain. Medium, celui-ci s’interpose entre la nature et son public auquel il donne ses yeux et enseigne à reconnaître une réalité qu’il voyait sans la comprendre. Machiavel, dédiant au Prince (Laurent de Médicis) son essai, se compare lui-même au peintre de paysage :

  • 1 Machiavel, Le Prince, Gallimard, coll. « Folio », traduction de Gohory (1571). Cette traduction po (...)

Je ne voudrais non plus qu’on m’imputât à présomption qu’étant de petite et basse condition, j’ose pourtant discourir du gouvernement des princes et en donner les règles ; car comme ceux qui dessinent les paysages se tiennent en bas dans la plaine pour contempler l’aspect des montagnes et lieux élevés, et se juchent sur celles-ci pour mieux considérer les lieux bas, de même pour bien connaître la nature des peuples, il convient d’être prince, et pour celle des princes, d’être du peuple1.

  • 2 Voir mon article « À l’enseigne du paysage », Esprit, juillet 1995.

2Cette dédicace établit un rapport métaphorique entre le paysage, le prince et la science politique. Connaître le prince ou connaître le peuple implique un point de vue et une extériorité dont le peintre de paysage donne le modèle opératoire2.

« Dicté le 14 novembre 1842. Victor Hugo »

  • 3 V. Hugo, Choses vues, Le Temps présent I, O.C., vol. Histoire, Laffont, coll. « Bouquins », p. 830 (...)
  • 4 Voir le récit de la mort du duc d’Orléans, ibid., p. 827.

3Illustration de cette relation médiatique entre le prince et le paysagiste, le rêve3 que Hugo a fait entre le 13 et le 14 novembre 1842. Il dit le noter à cause de la date. En effet, le duc d’Orléans, personnage central de ce rêve, est mort accidentellement le 13 juillet précédent4.

J’étais chez moi, mais dans un chez moi qui n’est pas le mien, et que je ne connais pas. Il y avait plusieurs vastes salons, très beaux et très éclairés. C’était le soir. Une soirée d’été. J’étais dans l’un de ces salons près d’une table avec quelques amis qui étaient mes amis en rêve, mais dont je ne connais pas un. On causait gaîment et l’on riait aux éclats. Les fenêtres étaient toutes grandes ouvertes.

4Le duc d’Orléans arrive. Le poète se dit honoré de sa visite. Des porteurs remplacent un buste en bronze du prince par un buste en marbre. Les deux hommes se promènent dans les salons :

Nous nous assîmes le prince et moi, près de la fenêtre, qui avait une vue sur une admirable perspective.
C’était l’intérieur d’une ville. Dans mon rêve je connaissais fort bien cette ville, mais en réalité c’est un lieu que je n’ai jamais vu.
Au-dessous de la fenêtre s’étendait et se prolongeait, entre deux masses noires d’édifices, un large fleuve que le clair de lune faisait éclatant par endroits. Au fond, dans la brume, s’élevaient les deux clochers aigus et gigantesques d’une espèce de cathédrale extraordinaire ; à gauche, tout près de la fenêtre, l’œil se perdait dans une petite ruelle sombre. Je ne me rappelle pas qu’il y eût dans cette ville des lumières aux fenêtres et des habitants dans les rues.
Cet endroit m’était connu, je le répète, et j’en parlais au prince comme d’une ville où j’aurais voyagé, en le félicitant d’être venu la voir, lui aussi.
Le ciel était d’un bleu tendre et d’une mollesse charmante. Un vent tiède agitait dans un coin les arbres à peine distincts. Le fleuve bruissait doucement. Tout cet ensemble avait je ne sais quelle sérénité inexprimable. Il semblait qu’on y sentît l’âme des choses. J’invitais le prince à contempler cette belle nuit et je me souviens que je lui disais distinctement ces paroles : – Vous êtes prince ; on vous apprendra à admirer la politique humaine ; apprenez aussi à admirer la nature.

  • 5 Louis-Auguste Blanqui (1805-1881) est au moment de ce rêve en prison à la suite de l’insurrection (...)

5La suite du rêve confirme sa signification politique. Hugo est pris d’un saignement de nez qu’il demande d’arrêter à [Adolphe] Blanqui, économiste transformé oniriquement en médecin. L’absence de prénom dans le texte oriente vers son frère, Auguste, révolutionnaire babouviste et éternel conspirateur5. Le sang continue de couler sous l’œil indifférent du prince qui poursuit la conversation. Arrive le général Lafayette, en fait mort depuis 1834, soutenu par son fils Georges. Hugo, toujours rêvant, trouve cette visite « toute simple et naturelle ». Il le raccompagne en lui prêtant, à sa demande, le secours de son bras : « Alors il appuya son coude gauche sur mon épaule droite et son coude droit sur l’épaule gauche de son fils Georges. » Il jette un coup d’œil derrière lui :

[…] mon regard évidemment perçait en ce moment-là les épaisseurs […] ; tout était toujours éclairé, mais tout était désert. Seulement je vis, seul et toujours à la même place dans l’embrasure de la même fenêtre, M. le duc d’Orléans qui me regardait tristement. En ce moment je m’éveillais […].
J’ajoute qu’il est très rare que j’aie des rêves ayant forme précise et déterminée comme celui-ci et que jamais jusqu’à ce jour je n’avais vu en songe M. le duc d’Orléans.

6À l’évidence, les bustes échangés, le saignement de nez, la symétrie avec Georges, le fils de Lafayette, ont une forte valeur symbolique et justifieraient sans doute une approche psychanalytique. Mais il s’agit d’un texte et d’un texte construit. N’ayant pas de clef des songes, c’est donc à sa lettre que je m’arrêterai et à ce paysage qu’il invite le prince à regarder.

Le Passeur : Hugo psychopompe

  • 6 Voir le commentaire de J.-B. Barrère, Une étude de rêve, dans La Fantaisie de Victor Hugo, Paris, (...)

7Avant de passer à son analyse politique, il convient d’insister sur sa parenté avec les nocturnes du Rhin qu’il vient de publier (janvier 1842), les dessins de voyage et les futurs lavis dans lesquels Baudelaire verra le modèle à suivre. Si la facture de ce paysage onirique est élaborée, nul doute cependant sur son authenticité. L’art consommé avec lequel Hugo décrit son rêve6 le place aux côtés de Nerval, des romantiques allemands et de Poe. On remarquera donc l’utilisation de la fenêtre pour cadrer, les notations de lumière, d’ombres et de couleurs qui doivent autant à l’œil du dessinateur et à la fréquentation des tableaux qu’à l’écrivain. Il s’agit, en fait, d’un véritable exercice de style ; il lui faut rendre une « chose vue » mais une chose vue « en rêve ». Effet de perspective au sens propre : on voit à travers le narrateur comme on traverse la matérialité d’un texte devenu transparent, fenêtre lui-même s’ouvrant sur une autre fenêtre, mise en abyme du regard : « l’œil se perdait ». Hugo insiste sur cette faculté de voir « à travers » et de « percer les épaisseurs ».

  • 7 Amiel, Journal intime, 31 octobre 1852. Voir M. Collot, Paysage et Poésie du romantisme à nos jour (...)

8Les divers éléments de cette « vue sur une admirable perspective » ainsi construite sont sans aucun doute des réminiscences des lettres du Rhin (et non du voyage lui-même, encore qu’il soit difficile de faire le départ) mais délocalisées et déterritorialisées. Le « fleuve », le « clair de lune », les « deux clochers aigus », la « cathédrale extraordinaire » y prennent une forme quintessenciée et une valeur universelle tout en constituant les invariants d’un paysage intime et singulier qu’on retrouvera dans les dessins ou dans les poèmes. La description de ce paysage accomplit de façon magistrale l’ambition de toute l’œuvre : faire « qu’on y sentît l’âme des choses » et décline la fameuse formule d’Amiel : « le paysage quelconque est un état de l’âme7 ». L’atmosphère vague et incertaine propre aux rêves et qui nimbe le récit contraste curieusement avec les précisions concernant les personnages et les propos rapportés. Hugo souligne lui-même cette connaissance ignorante d’elle-même dans des formules récurrentes du type : « dans mon rêve je connaissais fort bien cette ville, mais en réalité c’est un lieu que je n’ai jamais vu », comme il note scrupuleusement le « moment de trouble et de brume » où il ne distingue que confusément « les formes de ce rêve ».

9Sans aller plus avant dans le commentaire, je noterai cette insistance de Hugo à n’être que le scribe quasi impersonnel de son rêve et le medium qui permet au lecteur potentiel (le rêve n’est pas publié de son vivant) de traverser les apparences et d’accéder à un au-delà du visible, du sensible, de soi, comme il en fera l’injonction dans le Promontorium somnii, apologie des pouvoirs du rêve et de l’imagination créatrice :

  • 8 Promontorium somnii, p. 651.

… Poètes, voici la loi mystérieuse : Aller au-delà.
Laissez les sots la traduire par extravagare. Allez au-delà, extravaguez […].
Ce que les pédants nomment caprice, les imbéciles déraison, les ignorants hallucination, ce qui s’appelait jadis fureur sacrée, ce qui s’appelle aujourd’hui, selon que c’est l’un ou l’autre versant du rêve, mélancolie ou fantaisie, cet état singulier de l’esprit qui, persistant chez tous les poètes, a maintenu, comme des réalités, des abstractions symboliques, la lyre, la muse, le trépied, sans cesse invoquées ou évoquées, cette ouverture étrange aux souffles inconnus, est nécessaire à la vie profonde de l’art8.

10C’est bien évidemment la leçon que Hugo tire de ce rêve et qu’il lui faut communiquer au souverain, quel qu’il soit, prince ou peuple :

Vous êtes prince ; on vous apprendra à admirer la politique humaine ; apprenez aussi à admirer la nature.

  • 9 Pyrénées, vol. Voyages, p. 467.

11La forme étant le fond, non seulement Hugo démontre en l’énonçant la leçon qu’il donne au prince mais il la fonde précisément par une vision de l’au-delà : les principaux personnages de son rêve sont morts, la ville est déserte, lui-même est dans l’entre-deux du rêve. La morbidesse du « ciel d’un bleu tendre et d’une mollesse charmante » est celle d’une création fantôme offerte au regard d’un prince mort. On est tenté, contre le sens et l’étymologie, de la trouver morbide tant ce paysage, comme la plupart des paysages réels du Rhin, est hanté par la mort et annonce la parole oraculaire de la « bouche d’ombre » des Contemplations ou « l’invisible quenouille de la mort » du voyage aux Pyrénées9 qui tisse le récit comme le rêve. Loin d’être morbide cependant, cette « contemplation spectrale » est révélation de l’unité profonde de la nature. Elle le confirme dans la croyance qui sera le message de la Bouche d’ombre : la mort n’existe pas. Il n’y a que des changements d’état, des degrés dans l’échelle de la création. Tout est passage. Ce n’est pas par hasard qu’il situe cette révélation dans les montagnes de grès de Pasages, jouant sur le nom. Espace de l’entre-deux, figuration floue d’une frontière mouvante entre le visible et l’invisible, le paysage y est symboliquement ce lieu de passage où règne Hermès, le dieu psychopompe. Et c’est bien le message qu’il entend à son tour faire passer au prince en l’invitant à « admirer la nature ».

  • 10 William Shakespeare, vol. Critique, p. 417.

12On notera que pour Hugo la mort est la condition même de la création et le fondement de l’auctoritas. On connaît la formule de William Shakespeare : « Un livre où il y a du fantôme est irrésistible » ou : « Être mort, c’est être tout-puissant10. » Or c’est bien ici le problème de l’autorité du poète, ou si l’on préfère de sa « fonction » qui est posé. De quel titre, en effet le poète peut-il se prévaloir pour compléter l’éducation politique d’un prince héritier dans une relation exactement symétrique avec ce « on » quelque peu dédaigneux qui lui aura appris à « admirer la politique » ? Le mot « admirer » est curieux qui suppose que la politique se contemple comme la nature. Spectacle, elle l’est indiscutablement pour Hugo et ses contemporains, mais spectacle dérisoire des vanités du pouvoir. L’apparente équivalence des fonctions cache mal qu’à ses yeux la politique, humaine, est inférieure au savoir que tient le poète de sa communion avec une nature divine. Autant dire que le fondement de tout savoir, et donc du savoir politique, est la connaissance – poétique – de la nature dont le paysage est l’aboutissement et la consécration. Encore faut-il le faire reconnaître. Et pour comprendre l’enjeu de cette invitation injonctive, « admirer la nature », il faut faire retour à la réalité contextuelle de ce rêve où notoirement se trahissent les ambitions politiques de Hugo déçues par la mort brutale de l’héritier de Louis-Philippe. Et comprendre la nature exacte de cette ambition.

Les ambitions de Hugo

  • 11 D. de Girardin, Lettres parisiennes, Lettre XIII, 6 juin 1841, Mercure de France, 1986, p. 105.

13Petit rappel de la situation. Tout commence le 3 juin 1841, quand Hugo prononce son discours de réception à l’Académie française en présence du duc et de la duchesse d’Orléans. Insigne honneur qui fut remarqué11. Le discours est une « glorification de la puissance des lettres » pour citer un critique de l’époque. C’est, de fait, une prise de position politique sur les rapports que doivent, que peuvent entretenir le Prince et le Poète, sur leur nécessaire alliance et, en cas de conflit, sur l’éminente supériorité du Poète sur le Prince. Hugo y fait l’éloge ambivalent de Napoléon toutefois qualifié de « civilisateur violent » auquel il faut préférer les « civilisateurs sereins » que sont les poètes :

  • 12 Discours de réception, Actes et Paroles I, vol. Politique, p. 93.

Mais lorsque la guerre tend à dominer […] le commerce, l’industrie, toute l’activité pacifique disparaît ; la sociabilité humaine est en péril. Dans ces moments-là, messieurs, il sied qu’une imposante réclamation s’élève ; il est moral que l’intelligence dise son fait à la force ; il est bon qu’en présence même de leur victoire et de leur puissance, les penseurs fassent des remontrances aux héros, et que les poètes, ces civilisateurs sereins, patients et paisibles, protestent contre les conquérants, ces civilisateurs violents12.

14Le champ sémantique de la sérénité est aussi celui du paysage paradigmatique que le poète propose à l’admiration du prince. C’est indiscutablement le paysage qui porte et scelle le rêve de paix et d’entente universelle dans l’unité retrouvée.

15Le discours est du reste écrit du « point de vue supérieur d’où l’on voit l’histoire comme un seul groupe et toute la philosophie comme une seule idée », lequel point de vue légitime l’action régalienne mais symbolique de la littérature pour définir la nation non plus comme entité géographique, spatialement déterminée, mais comme patrie idéelle de la civilisation :

  • 13 Ibid, p. 103.

Et puis, si les coalitions, les réactions et les congrès ont bâti une France, les poètes et les écrivains en ont fait une autre. Outre ses frontières visibles, la grande nation a des frontières invisibles qui ne s’arrêtent que là où le genre humain cesse de parler sa langue, c’est-à-dire aux bornes mêmes du monde civilisé13.

  • 14 Ibid, p. 104.
  • 15 Louis-Philippe par l’intermédiaire de Salvandy a demandé des modifications sur ses fonctions auprè (...)
  • 16 Hugo veut entrer en politique à l’instar de Chateaubriand et de Lamartine. Comme il n’est pas élig (...)

16Au-dessus de la mêlée, au-dessus des partis et au-dessus des pouvoirs, le poète n’aurait donc rien à demander que la reconnaissance de jure d’un pouvoir qu’il exerce de facto. D’où la satisfaction – que nous jugeons dérisoire – d’être élu à l’Académie et l’espoir d’être nommé à la pairie, c’est-à-dire d’être institué. Hugo, prenant Malesherbes comme modèle, n’a pas d’autres services à proposer que ceux qu’aurait pu rendre celui qui fut à la fois le protecteur des écrivains persécutés par le pouvoir et le défenseur du pouvoir lui-même atteint par leurs idées, victime à son tour de ce malentendu qui les empêche de se reconnaître et provoque les révolutions. En d’autres termes, le rôle social et politique du poète est un rôle prophylactique (« une vaccine qui inocule le progrès et qui préserve des révolutions »), bien modeste quand on songe à cette souveraineté qu’il vient de proclamer. Mais c’est la condition nécessaire pour pouvoir « civiliser les hommes par le calme rayonnement de la pensée sur leur tête14 » et offrir, comme il le proposera dans la préface du Rhin, « une opinion conciliatrice » pour résoudre la question rhénane « qui s’est agitée tout à coup », précisément en mai 1841. Ce discours n’a pas vraiment plu au Château15 qui enregistre bien cependant l’offre de service mais attendra 1845 pour le nommer à la pairie16, précédant de peu le flagrant délit de conversation criminelle qui aurait pu être fatal à son ambition sans l’appui du roi et de la duchesse d’Orléans.

17La conclusion politique du Rhin, écrite dans la foulée de ce discours et publiée avec les lettres de voyage, en janvier 1842, confirme son ambition et la justifie par la maîtrise du genre dont Chateaubriand et Lamartine, les grands aînés, ont donné le modèle avec l’Itinéraire de Paris à Jérusalem et le Voyage en Orient, tous deux augmentés d’une conclusion politique.

  • 17 En réalité, le récit contient la même proportion de lettres authentiques, envoyées lors de trois v (...)

18D’emblée, c’est sa légitimité qui est jugée par la presse. Le véritable enjeu du débat qui va opposer critiques hugophiles et hugophobes, parfois de façon bouffonne, est moins le récit de voyage en lui-même que l’autorité que devraient conférer à Hugo les multiples savoirs dont il doit faire la démonstration pour se poser en penseur politique. Ses adversaires condamnent le « charlatanisme de l’érudition » et lui reprochent de « poétiser la politique » tandis que ses amis redoutent de perdre leur poète qui semble, avec cette dernière œuvre publiée avant l’exil – si l’on tient compte de l’édition augmentée de 1845 –, renoncer à la littérature. Le Rhin n’est pas seulement un époustouflant récit de voyage conjuguant tous les registres, « une fantasque promenade d’antiquaire » au milieu de paysages « rhénans17 » dont il dresse une typologie complète, il résulte d’une interrogation sur le pouvoir des mots et des idées, autrement dit sur la nature et le fonctionnement de ce « pouvoir spirituel » que Hugo proclame à la fin de la Conclusion comme étant le seul pouvoir légitime et efficace pour accomplir cette œuvre de civilisation qui devrait être le grand projet politique de la France et de l’Allemagne unies.

  • 18 Voir ma communication au groupe Hugo du 25 mars 2006 : « Genèse et filiation de Pécopin », [http:/ (...)
  • 19 Juliette Drouet s’identifie à Bauldour tandis qu’elle voit Hugo en Pécopin, mondain et volage : «… (...)
  • 20 Lettres parisiennes, Lettre X, 8 mai 1841 : « L’événement de la semaine est le baptême du comte de (...)
  • 21 Voir Le Charivari, 3 mai 1841, Le Corsaire-Satan, 25, 28 avril, 2 mai 1841.
  • 22 Le Commerce, 5 mai 1841.

19Pendant toute cette période, Hugo a le soutien du duc et surtout de la duchesse d’Orléans dont il devient un ami intime. Une découverte récente sur la genèse de la Légende du beau Pécopin et de la belle Bauldour, qui est au cœur du Rhin, permet de mesurer l’importance de cette relation, au demeurant assez ambiguë, avec la famille d’Orléans18. Pécopin, double du poète19, trouve sa source dans un Essai sur les comtes de Paris, publié en mai 1841 au moment où Hugo entre à l’Académie et écrit à la gloire du nouveau comte de Paris, fils du duc d’Orléans, Ferdinand-Philippe, et de la duchesse, Hélène de Mecklembourg, né en 1838 et baptisé le 2 mai 1841, le lendemain de la fête du roi. L’événement est d’importance et fait l’objet de « tartines » dans la presse officielle qui détaille les préparatifs et les festivités. Delphine de Girardin parle de cette fête20 dans sa chronique de La Presse et du « concert monstre » qu’elle n’a pas trouvé « assez monstre » ! C’est dire que l’événement n’est pas passé inaperçu. Même la presse satirique21 s’en est emparé. On y a mêlé Hugo au titre de sa Notre-Dame de Paris où s’est déroulé la cérémonie22. Hugo a-t-il été invité au concert ? C’est fort possible. Le bruit a couru qu’il était à ce propos dans les meilleurs termes avec le duc d’Orléans ainsi qu’en témoigne cette curieuse lettre citée par Bernard Degout dans le remarquable article qu’il a consacré à leurs rapports. Il s’agit d’une lettre adressée à Asseline, le secrétaire du duc et de la duchesse :

  • 23 B. Degout, « Victor Hugo » dans Le Mécénat du duc d’Orléans, 1830-1842, textes réunis par H. Rober (...)

Je lis, Monsieur, dans plusieurs journaux que SAR M. le duc d’Orléans m’a fait une visite au sujet du baptême de M. le comte de Paris. Je ne puis deviner dans quel but ce fait qui n’a aucun fondement est répandu et publié. Mais dans le cas où il conviendrait au prince qu’il fut rectifié, je crois devoir vous écrire ces quelques lignes en vous laissant maître de faire ce que bon vous semblera23

  • 24 Textes dispersés dans Choses vues, « Faits contemporains », vol. Histoire, p. 669-717, 754, 761, e (...)
  • 25 Toute la Lyre, V, 18, 19, vol. Poésie IV, p. 353 et p. 354.

20Il y a donc un lien indiscutable entre Pécopin-Hugo et le duc d’Orléans. Il est notoire que Hugo avait mis tous ses espoirs politiques dans l’héritier du trône et que le discours lui était en quelque sorte adressé. Et on sait quelle déception sera pour lui la mort accidentelle du duc dont témoigne le rêve du 14 novembre 1842. On sait aussi qu’elle le rapprochera du roi et de la duchesse et qu’il la proposera comme régente pour le comte de Paris après l’abdication de Louis-Philippe. Tout cela implique une intimité que les Choses vues24 permettent de saisir et qui se prolonge dans certains poèmes repris dans Toute la Lyre. En particulier, un poème d’abord dédié « À H[élène], duchesse d’Orléans » (1852). Elle est cette « reine de l’exil » qui n’a pas compris alors la défection de Hugo rallié à la République. « À un enfant25 » (22 décembre 1853) qui suit aurait pour destinataire secret le comte de Paris d’après Gustave Simon. L’incipit fait allusion à l’intimité passée : le poète était de « ceux qui se sont autrefois/Penchés sur [son] berceau ». Le ton est celui d’un parrain admonestant son filleul orphelin en lui enjoignant d’aimer sa mère, femme admirable dont il fait l’éloge. Il se doit d’être « son consolateur » et « son défenseur ». Insidieusement, il finit par s’identifier au fils :

Si le sort m’eut donné, sainte et charmante loi,
Ce grand devoir de fils qu’il te confie à toi,
Oh ! comme elle eût dormi sous ma garde fidèle,
Et, lion pour autrui, j’eusse été chien pour elle !

21Faut-il y voir un aveu ? Quoi qu’il en soit, Pécopin-Hugo s’est pris au sérieux : « si le sort » l’avait voulu, il eût été le comte de Paris…

  • 26 Dans les multiples versions de l’histoire de sainte Bathilde, reine des Francs et femme de Clovis (...)
  • 27 Louise-Thérèse-Bathilde Bourbon-d’Orléans, duchesse de Bourbon. Eugène Hugo a été couronné en 1818 (...)

22La Bauldour/Bathilde de l’Essai est une princesse saxonne enlevée par des pirates sur les bords de la Baltique26. Son portrait et ses origines font penser à la duchesse d’Orléans. Il est donc assez probable que Hugo avait la même arrière-pensée en s’emparant du nom de Bauldour, doublet de Bathilde, autre personnage central de la Légende du beau Pécopin. On remarquera que Bathilde est le nom de plusieurs princesses d’Orléans : celui de la fille du Régent, abbesse de Chelles, et celui de la mère du duc d’Enghien27.

  • 28 Voir le finale de la lettre XVI du Rhin : « …une nuée livide et blafarde avait envahi l’immense es (...)

23Étant donné la nature des liens qui unissait Hugo au couple princier, on comprend mieux l’atmosphère mélancolique de ce rêve et sa prégnance qui le lui fait dicter le lendemain avec ce luxe de détails. Sur le paysage de ce rêve, en arrière-plan, comme sur les burgs ruinés du Rhin, plane la chauve-souris de la Melancholia de Dürer et son soleil noir28 dont on connaît pour Hugo la valeur emblématique :

  • 29 Ibid, p. 361.

Comme la grande larve d’Albert Dürer, Hamlet pourrait se nommer Melancholia. Il a, lui aussi, au-dessus de sa tête, la chauve-souris qui vole éventrée, et à ses pieds la science, la sphère, le compas, le sablier, l’amour, et derrière lui à l’horizon un énorme soleil terrible qui semble rendre le ciel plus noir29.

24Hamlet, ici, est aussi bien le prince que le paysagiste mesurant la vanité de tout pouvoir. C’est pourquoi, en 1848, son ambition à nouveau déçue par le futur Napoléon III, il renonce à une carrière politique quand il oppose, dans la fameuse lettre à Paul Lacroix du 10 décembre 1848, « influence » et « pouvoir » :

  • 30 O.C., Ed. Massin, CFdL, t. VII, p. 753.

Mais, par grâce, ne voyez pas en moi un ministre, je veux rester l’ami indépendant des lettres et des lettrés. Je veux l’influence et non le pouvoir, l’influence honnête, probe, éclairée et rien de plus, rien pour moi surtout. Et mon ambition, quand à vous tous vous aurez sauvé la civilisation et le pays, ce sera de retourner à ma charrue, c’est-à-dire à ma plume30.

25Il faut comprendre qu’il s’agit exclusivement du pouvoir politique, de sa forme institutionnelle et tangible, de l’apparence du pouvoir et non de sa réalité. La lettre sonne comme le désaveu de l’ambition qui l’a conduit à la Chambre des pairs et l’a détourné de la charrue/plume, seul instrument d’une action féconde et origine, source de l’influence.

26Et d’une certaine façon, il met ainsi fin au contrat tacite qu’il proposait au prince : devenir son conseiller et monnayer son savoir-voir par l’offrande d’un paysage psychopompe. La mort tragique du duc d’Orléans, puis le coup d’État du 2 décembre 1851 qui le contraint à l’exil, s’ils l’obligent à renoncer à un rôle politique direct vont au contraire, le libérant de l’action, lui permettre de manifester du haut de son rocher que désormais c’est le poète qui modèle le souverain (prince ou peuple) par le paysage qu’il lui impose par la puissance de son art. Il n’a plus besoin de la médiation d’une institution pour anathématiser le Second Empire et réduire, par exemple, l’image de l’ex-Prince-Président à celle de Napoléon-le-petit, impuissant pour la postérité à se défaire de ce masque que Hugo lui a collé au visage. L’époque du prince et de son paysagiste est révolue. Commence celle du paysagiste et de son prince. Entrée dans l’ère médiatique du pouvoir souverain des représentations…

Notes

1 Machiavel, Le Prince, Gallimard, coll. « Folio », traduction de Gohory (1571). Cette traduction pose un problème intéressant : Machiavel n’utilise pas le mot paesaggio mais, dans ce texte, « paesi ». La traduction utilise cependant correctement un mot qui vient d’être créé en français (1549).

2 Voir mon article « À l’enseigne du paysage », Esprit, juillet 1995.

3 V. Hugo, Choses vues, Le Temps présent I, O.C., vol. Histoire, Laffont, coll. « Bouquins », p. 830-832. D’après Henri Guillemin, le texte a été dicté à Juliette Drouet. Sauf avis contraire, les œuvres de Victor Hugo seront citées dans cette édition avec la seule mention du volume.

4 Voir le récit de la mort du duc d’Orléans, ibid., p. 827.

5 Louis-Auguste Blanqui (1805-1881) est au moment de ce rêve en prison à la suite de l’insurrection du 12 mai 1839 dont il a été avec Barbès le chef. Hugo ayant obtenu la grâce de Barbès, condamné à mort, Blanqui a été ipso facto gracié aussi. Voir Victor Hugo raconté par Adèle, Plon, 1985, p. 447 et note (3), p. 774. Pour le récit très détaillé de l’insurrection, voir Journal d’un passant pendant l’émeute du 12 mai 1839, Choses Vues, op. cit., p. 792-797. Adolphe Blanqui (1798-1854) est un économiste libéral, membre de l’Institut.

6 Voir le commentaire de J.-B. Barrère, Une étude de rêve, dans La Fantaisie de Victor Hugo, Paris, José Corti, 1949, p. 238-243.

7 Amiel, Journal intime, 31 octobre 1852. Voir M. Collot, Paysage et Poésie du romantisme à nos jours, Paris, José Corti, 2005, p. 44.

8 Promontorium somnii, p. 651.

9 Pyrénées, vol. Voyages, p. 467.

10 William Shakespeare, vol. Critique, p. 417.

11 D. de Girardin, Lettres parisiennes, Lettre XIII, 6 juin 1841, Mercure de France, 1986, p. 105.

12 Discours de réception, Actes et Paroles I, vol. Politique, p. 93.

13 Ibid, p. 103.

14 Ibid, p. 104.

15 Louis-Philippe par l’intermédiaire de Salvandy a demandé des modifications sur ses fonctions auprès de Dumouriez dont il ne voulait pas être « l’aide de camp ». Pour tout dire, il aurait préféré qu’on ne mentionnât pas son nom mais « vous êtes parfaitement libre »… Hugo s’exécute : « Je mettrai donc lieutenant de Kellermann. » Ça ne convient toujours pas, il faut mentionner quand même Dumouriez à cause de Jemmapes où le Roi a eu « un rôle plus important » (Lettres de Salvandy du 4 ou 5 juin et du 6 juin 1841. Réponse de Hugo du 4 ou 5 juin, 1841, O. C., Éd. Massin, CFdL, t. VI, p. 1209).

16 Hugo veut entrer en politique à l’instar de Chateaubriand et de Lamartine. Comme il n’est pas éligible, ni même électeur, l’élection à l’Académie est l’étape nécessaire pour être pair de France.

17 En réalité, le récit contient la même proportion de lettres authentiques, envoyées lors de trois voyages (1838, 39, et 40), et de lettres fausses, écrites à Paris comme en témoigne le manuscrit. Toutes contiennent de vraies impressions de voyage, de ces « choses vues et senties ».

18 Voir ma communication au groupe Hugo du 25 mars 2006 : « Genèse et filiation de Pécopin », [http://groupugo.div.jussieu.fr].

19 Juliette Drouet s’identifie à Bauldour tandis qu’elle voit Hugo en Pécopin, mondain et volage : «…que ce soit chez le roi de France ou chez le miramolin des Maures, ou à l’Académie, mon beau Pécopin, votre talisman ne vous fait pas défaut, tandis que votre pauvre Bauldour se ratatine et se racornit à vous attendre et à vous désirer dans le vide », Lettre du 28 février [1845], vendredi soir, 5h 3/4, Éd. Massin, t. VII, p. 804.

20 Lettres parisiennes, Lettre X, 8 mai 1841 : « L’événement de la semaine est le baptême du comte de Paris. », Paris, Mercure de France, 1986, t. 2, p. 82.

21 Voir Le Charivari, 3 mai 1841, Le Corsaire-Satan, 25, 28 avril, 2 mai 1841.

22 Le Commerce, 5 mai 1841.

23 B. Degout, « Victor Hugo » dans Le Mécénat du duc d’Orléans, 1830-1842, textes réunis par H. Robert, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1993, p. 65, note 49.

24 Textes dispersés dans Choses vues, « Faits contemporains », vol. Histoire, p. 669-717, 754, 761, et dans « Le temps présent », ibid., p. 823-865, p. 1034.

25 Toute la Lyre, V, 18, 19, vol. Poésie IV, p. 353 et p. 354.

26 Dans les multiples versions de l’histoire de sainte Bathilde, reine des Francs et femme de Clovis II, que tout le monde connaît, l’Essai choisit cette origine et l’accentue intentionnellement. En général, on lui donne plutôt une origine anglo-saxonne. Savoir si elle est d’origine royale ou non est une source de polémiques dont on trouve l’écho dans l’article dithyrambique que lui consacre Pierre Larousse dans son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle.

27 Louise-Thérèse-Bathilde Bourbon-d’Orléans, duchesse de Bourbon. Eugène Hugo a été couronné en 1818 pour une ode, « La mort du duc d’Enghien ».

28 Voir le finale de la lettre XVI du Rhin : « …une nuée livide et blafarde avait envahi l’immense espace du couchant au levant ; les étoiles s’étaient voilées l’une après l’autre ; et je n’avais plus au-dessus de moi qu’un de ces ciels de plomb où plane, visible pour le poète, cette grande chauve-souris qui porte écrit dans son ventre ouvert melancholia. » (Le Rhin, op. cit., p. 118).

29 Ibid, p. 361.

30 O.C., Ed. Massin, CFdL, t. VII, p. 753.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540