Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autorité en littérature

 | 
Emmanuel Bouju

Chapitre 2 – Autorité et modernité : littérature, esthétique

Un retrait de l’auteur, Édouard Levé entre photographie et littérature

Denis Briand

Texte intégral

  • 2 Ibid., 4e de couverture.

1Cette description, portant le numéro 80, peut être considérée comme une œuvre dès lors que la lecture adhère au projet énoncé en 4e de couverture de l’ouvrage dont elle provient : « Un livre décrit des œuvres dont l’auteur a eu l’idée, mais qu’il n’a pas réalisées2. » Il s’agit également du premier texte de ce livre intitulé Œuvres, qui énonce l’un après l’autre les 533 projets d’œuvres d’art imaginées par l’auteur. Celui-ci figure alors un bien étrange écrivain en consacrant quelques 186 pages à d’hypothétiques œuvres d’art dont plusieurs pourraient précisément qualifier des pratiques existantes dans le vaste répertoire de l’art contemporain. Si l’on peut s’interroger sur la pertinence d’un tel texte en tant qu’art, on ne peut éluder une même question à propos de son identité littéraire.

2Édouard Levé, l’auteur de ce livre, a régulièrement articulé son œuvre à sa propre identité en de multiples facettes, et la nature de son travail croise l’intérêt contemporain pour le décloisonnement des pratiques artistiques. Cet artiste, introduit ici par sa pratique littéraire, était tout d’abord photographe. On éprouve régulièrement des difficultés à concevoir qu’un artiste agisse dans plusieurs disciplines et cela renvoie sans doute à un problème d’identité professionnelle, artistique, voire existentielle. Il est pourtant possible d’affirmer que Édouard Levé était photographe et écrivain. Il est l’auteur de plusieurs livres parus chez un éditeur de littérature, il a présenté ses photographies dans des galeries et des lieux d’exposition d’art contemporain à partir de 1999. Il existe des livres et des catalogues présentant ses œuvres. La conjonction insolite entre le destin particulier de cet artiste, qui a fait le choix de disparaître à 42 ans, la nature de son œuvre photographique et le ton régulièrement distancé de l’ensemble de ses récits, font de tous les aspects de son travail une œuvre d’une cohérence implacable et troublante où la forme littéraire semble continuer et redoubler celle de la photographie. Pour envisager comment la littérature se développe ici dans quelques uns de ses rapports avec les arts plastiques, trois points de vue complémentaires pourraient être esquissés à partir de trois livres d’Édouard Levé : Œuvres (POL, 2002), Journal (POL, 2004) et Suicide (POL, 2008), en les rapprochant de la pratique photographique de leur auteur.

3Un premier point soulignera ainsi la dimension artistique dans l’écriture du photographe. Un second point s’arrêtera sur le statut de la fiction dans les livres de Levé. Enfin, un dernier passage s’intéressera à la « disparition » de l’auteur, dont les pratiques artistiques contemporaines sont régulièrement le lieu d’exploration.

Une littérature d’artiste

  • 3 Édouard Levé, Œuvres, op. cit., œuvre n° 80.

4L’image suggérée par la description liminaire d’Œuvres évoquant les zones industrielles et des photographies de bâtiments situés entre la ville et la campagne3, se trouve surdéterminée par des termes comme zone, limite, bâtiments sans qualité, stéréotypes de la périphérie de la ville et représentations de l’espace intermédiaire indéfini qui la circonscrit. Dès lors, l’intitulé de cette brève et sèche description : Nouvelles frontières, pourrait orienter son interprétation vers une possible image du territoire de l’art.

  • 4 Nathalie Heinich, Jean-Marie Schaeeeer, Art, création, fiction. Entre sociologie et philosophie, N (...)
  • 5 Ibid.., p. 19.

5La question de ce territoire a rendu plus complexe la définition contemporaine de l’art. L’artiste contemporain sur ce plan fait parfois figure de transfuge, négociant sans trêve des situations de passages, d’échanges et de transferts entre le domaine de l’art et d’autres domaines qui lui sont plus étrangers. Ces situations entraînent des problèmes de douane et d’octroi, qui, aussi symboliques soient-ils, n’en résonnent pas moins avec une brûlante actualité. Il ne s’agit pas seulement d’une dimension théorique de l’art mais d’une caractéristique déterminante de nombreuses pratiques concrètes. La mise à l’épreuve des limites de l’art s’y trouve soumise aux déplacements de frontières entre les domaines et les catégories artistiques, parfois hermétiques les unes aux autres. Cela se définit notamment par des œuvres développant de multiples emprunts croisés avec des pratiques limitrophes de l’art, témoignant ainsi de la dissidence de l’artiste plasticien contemporain par rapport aux limites strictes de son domaine. L’aspect terminologique de cette situation revêt une importance non négligeable dans la définition de l’identité artistique. Ainsi, Nathalie Heinich résume « le fonctionnement de l’art contemporain comme un mouvement de déplacement des frontières de l’art4 ». Pour elle en effet : « Ce terme de “frontière” de l’art peut s’entendre en diverses acceptions : ce peut être la frontière matérielle déterminée par les lieux d’expositions, les appartements des collectionneurs, les pages des revues spécialisées, les murs des musées. Mais ce peut être aussi, de façon moins visible, ces frontières mentales que sont les catégories découpant la représentation de l’expérience, portées par le langage5. » Un tel jeu « synonymique » à partir d’un même terme sous une plume scientifique, représente sans doute un certain bénéfice pour le domaine de l’art. On pourrait alors s’autoriser d’une certaine sociologie de l’art pour porter intérêt à ces « nouvelles frontières » par rapport auxquelles l’artiste cherche, et parfois joue, à se définir. C’est dans ce contexte que l’on peut ici envisager la nature de l’autorité artistique contemporaine.

6L’œuvre d’Édouard Levé ne retient pas seulement l’attention par la relation qu’elle établit entre littérature et photographie, la pratique est depuis longtemps commune, mais par l’originalité de sa mise en œuvre. Dans Journal – le livre sans doute le plus proche de son œuvre photographique – le texte décrit froidement des évènements du monde, en les classant par catégories, comme s’il s’agissait d’un prélèvement d’entrefilets de la presse quotidienne, mais aucun indice ne permet plus de situer les évènements ou les faits divers relatés. La lecture produit pourtant une toute autre impression et il faut comprendre alors l’écriture comme la manifestation d’un double retrait de l’auteur : rien ne semble s’énoncer qui ne soient les mots de « tout le monde », et aucun style ne vient assurer l’identification littéraire d’un auteur. Citons en quelques passages :

  • 6 Édouard Levé, Journal, Paris, POL, 2004, p. 17.
  • 7 Ibid., p. 39.
  • 8 Ibid., p. 71.
  • 9 Ibid., p. 142.

Dans la rubrique International (Terrorisme) : « Deux cents personnes sont tuées dans l’incendie d’un train bondé6. »
Dans la rubrique Société : « L’investissement nécessaire à la construction d’un métro dans une agglomération de moins de deux cent mille habitants est trois fois plus élevé que pour un tramway7. »
Dans la rubrique Économie : « "Le niveau actuel des taux d’intérêt ne constitue en aucun cas une entrave à la reprise de la croissance", déclare le président de la banque centrale8. »
Dans la rubrique Télévision : « 9.05. Feuilleton. Un homme émet des doutes quant à la fidélité de sa femme. De son côté un autre homme incite un ami à mettre fin à sa relation avec une femme9. »

  • 10 Voir « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité » (...)
  • 11 « Interview d’Édouard Levé par lui-même », dans Reconstitutions, Paris, Phileas Fogg, 2003, p. 84.
  • 12 Ibid., p. 87.
  • 13 Maurice Blanchot, L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969, chap. XIV, « La Voix narrative (le “ (...)

7Comme on peut le lire, l’impersonnalité de ces entrefilets convoque même un certain humour provoqué par l’accumulation de formules stéréotypées dont l’interchangeabilité révèle l’envers de la description médiatisée de l’actualité et peut-être une certaine image du monde. Certes Levé travaille sur un matériau textuel déjà existant, mais les nouvelles sont ici comme « fictionnalisées » par le dépouillement qu’elles subissent de toute attache précise au réel qui devrait caractériser la médiatisation des nouvelles. Dans ce livre il n’y a pas de progression littéraire, pas de centre, pas de hiérarchie, pas d’action, et on pourrait s’interroger sur son objet même. Le statut de Journal est dès lors troublant et difficile à définir. L’auteur lui-même reconnaissait la difficulté éprouvée pour classer ce livre en poésie ou en littérature10. Mais dans cette œuvre double, photographique et littéraire, la photographie semble constituer l’exact pendant de la pratique littéraire et c’est en ce point que le fondement artistique du texte se révèle. La série Actualités (2001) par exemple, figurant dans le livre Reconstitutions (2003), est très proche du projet de Journal. Elle propose des modèles de photographies d’actualité11, un peu à la façon dont elles nous apparaissent dans les journaux. Dans cette série, Édouard Levé construit l’image à partir de prélèvement d’images de presse. Il les classe ensuite soigneusement, puis réalise un dessin de mémoire réunissant en quelque sorte les caractéristiques convergentes de cet ensemble, comme s’il cherchait un dénominateur commun à toutes ces images stéréotypées. Enfin, ce dessin devient le modèle précis de la prise de vue, comme un croquis de travail mettant en place la scène qui sera photographiée. Une autre série, Quotidien (2003), présentée dans le même ouvrage, regroupe des photographies reconstituées à partir de photographies de presse, en visant cette fois une fidélité à l’image d’origine. Pour Levé, cette façon de neutraliser les signes de reconnaissance correspond à un procédé soustractif qui, au lieu d’affaiblir la signification, produit au contraire selon lui « une prolifération de sens12 ». Une même démarche semble guider le projet de Journal et les séries photographiques Actualités et (Quotidien, tellement les photographies semblent familières aux descriptions du livre. Chaque jour des faits assurément nouveaux se présentent, mais les images de presse qui les illustrent se répètent et elles finissent par se confondre et définir un temps suspendu échappant à l’emprise du fugitif instant de l’événement. C’est bien ce que ces photographies révèlent. Il ne s’agit plus vraiment ici du détournement de la littérature ou de la présence du texte dans l’œuvre plastique, mais plutôt d’un va et vient et d’un échange permanents entre littérature et photographie qui élargi le champ des médiums en faveur d’un même regard sur le monde. Si Édouard Levé est bien artiste et écrivain, il faut se demander s’il ne traite pas la littérature comme un matériau plastique. Actualités et Quotidien constituent donc deux séries portant sur un sujet identique, et malgré leur différence d’élaboration elles possèdent néanmoins plusieurs points communs, au nombre desquels on retrouve une volonté de rendre l’action plus abstraite par un principe de neutralisation soumettant l’image à une absence de dramatisation. Cette absence significative travaille également les écrits, caractérisés par une sorte d’écriture « blanche » souvent évoquée à propos de la pratique littéraire d’Édouard Levé. Même si le qualificatif n’est pas toujours satisfaisant, l’ensemble de son œuvre opère selon un processus de neutralisation des scènes représentées en photographie, et aussi des évènements, des descriptions ou réflexions relatées par les écrits. Dans l’« Interview d’Édouard Levé par lui-même » qui conclut le livre de photographies Reconstitutions, l’auteur évoque l’idée de « passage au neutre » à propos de sa pratique photographique et la formule est probablement plus appropriée à son travail. La notion de « passage » souligne la nature de la transformation opérée à partir du réel, tant dans le domaine de la photographie que dans celui de l’écriture. Lorsque les reconstitutions s’attachent à remettre en scène des images provenant de la presse liées à l’actualité ou au sport, ou bien encore aux images stéréotypées de la pornographie, on retrouverait précisément les sujets cités par Roland Barthes pour caractériser les photographies sans punctum. Ainsi le « neutre » caractériserait les deux aspects du travail de Levé inscrivant celui-ci, contre toute attente sans doute, dans une familiarité avec Maurice Blanchot : « la parole du récit nous laisse toujours pressentir que ce qui se raconte n’est raconté par personne : elle parle au neutre13 ».

Une fiction travaillée par les images

  • 14 Reconstitutions, op. cit.
  • 15 Yannick Vigouroux, La langue iconique des rêves d’Édouard Levé, Entretien avec Édouard Levé en 200 (...)
  • 16 Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, 2e partie : Le Rêve (1922), Paris, Payot, coll. « P (...)
  • 17 Yannick Vigouroux, op. cit.

8Les arts plastiques sont traditionnellement liés à la littérature et depuis longtemps familiers des écrits littéraires d’artistes qui entretiennent des relations formelles avec les œuvres plastiques de leurs auteurs. On pourrait voir une semblable transposition dans l’œuvre d’Édouard Levé. Comme le style de ses textes, les photographies deviennent de plus en plus « épurées » : prise de vue frontale, disparition de la profondeur, absence de décor et de fond, inexpressivité des modèles, abstraction de l’action. Il serait possible alors de retrouver un pendant littéraire de ce retrait dans les livres du photographe et de comprendre comment les images sont travaillées par les mots. Les séries photographiques des Reconstitutions14 indiquent bien le processus de travail. Chaque série passe d’une façon ou d’une autre par une description préalable dans laquelle la dimension textuelle est fondamentale, même lorsqu’elle est implicite. Les photographies de la série Rêves reconstitués (1998-2000) seraient en ce sens emblématiques de l’œuvre. Là encore se présentent des personnages inexpressifs dans des poses figées, ainsi que des inscriptions et abréviations hermétiques, donnant à l’ensemble de la série un caractère d’inquiétante étrangeté. Dans cette série, l’intérêt d’Édouard Levé pour le rêve est d’abord « visuel » car il s’agit pour lui d’une langue iconique, « Les images qu’il génère » indique t-il « sont des rébus, mais dont le sens ne serait jamais trouvé. Je ne veux pas qu’on résolve l’énigme. La solution existe bien, mais elle n’est pas donnée avec certitude15 ». Dans son Introduction à la psychanalyse, Freud évoque cette difficulté de raconter un rêve parce qu’il faut traduire des images en paroles : « Je pourrais vous dessiner mon rêve, dit souvent le rêveur, mais je ne saurais le raconter16. » C’est autour de cette difficulté que le travail de reconstitution iconique de Levé opère dans les photographies de Rêves reconstitués : « Quand je me souviens d’un rêve qui peut être reconstitué avec les personnes et les objets réels, je rédige sa description au réveil, puis le dessine sur une feuille de papier. Cela me donne déjà l’emplacement des personnages, le rapport de ceux-ci aux objets et le cadrage17. » Les reconstitutions sont alors soigneusement organisées, et le détail de leur mise en scène participe à l’ambiguité narrative d’images dont la dimension fictionnelle est attachée au principe même de travail, similaire en cela au « travail » du rêve. Traduire des images en écrits et des « paroles » en images, voilà sans doute un principe de circulation plastique entre littérature et photographie dans l’œuvre de Levé.

  • 18 Édouard Levé, Œuvres, op. cit., 4e de couverture.
  • 19 Voir « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité » (...)

9Lorsqu’un artiste se mêle d’aborder un autre domaine que le sien, il le fait souvent en en troublant les usages. Édouard Levé n’a pas dérogé à cette posture dans son rapport à la littérature. Quel statut faut-il en effet accorder à ses textes ? Œuvres manifeste assez bien l’attrait littéraire de l’auteur pour les formes non littéraires, et il est possible de s’interroger sur le statut de l’énonciation dans le texte de ce livre. Il pourrait aussi bien s’agir du projet conceptuel d’un artiste proposant des descriptions d’œuvres imaginaires, que d’une recension minutieuse de la diversité des œuvres de l’art contemporain. La première phrase du livre orienterait la lecture vers la première possibilité, mais plusieurs de ces œuvres « dont l’auteur a eu l’idée, mais qu’il n’a pas réalisées18 » ressemblent trop à des œuvres que l’on pourrait précisément nommer dans le champ de l’art pour se satisfaire pleinement de cette option. Le texte opère alors comme celui de Journal, la description neutre et égale de ces hypothétiques œuvres d’art contraste avec la représentation que la lecture suscite. Dans ses deux pratiques, photographique et littéraire, Édouard Levé opte pour une absence de linéarité, de hiérarchie et de chronologie en visant le moins d’effets possibles. Des formules comme : « Je réécris jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de retirer encore quelque chose », « je retire ce qui dépasse », ou encore : « j’adore les résumés », récurrentes dans ses interviews ou entretiens19, soulignent avec insistance cette posture artistique de retrait et pourraient qualifier également ses images.

  • 20 Édouard Levé, Amérique, Paris, Janvier et Léo Scheer, 2006.

10Un autre recueil de photographies est à ce propos emblématique. Dans la série Amérique20, Édouard Levé photographie les entrées, certains habitants et bâtiments des villes de Florence, Berlin, Jéricho, Oxford, Stockholm, Rio, Delhi, Amsterdam, Paris, Rome, Mexico, Lima, Versailles, Calcutta, Bagdad… Une telle liste est impressionnante en ce qu’elle suggère un véritable tour du monde. Pourtant Levé les a toutes réalisées aux États-Unis en cherchant des localités qui portaient un nom identique à certaines villes mondialement connues. Aucune légende ou données textuelles n’accompagnent les images de ce livre non paginé. On peut les retrouver à la fin de l’ouvrage sous la forme d’une liste purement descriptive associée à chaque nom de ville et renvoyant par son ordonnancement à la chronologie des pages (par exemple : « Croque-mort de Florence », « Shérif de Dehli », « Station-service de Calcuta », ou « Tatou de Bagdad »…). À nouveau le parcours est assez perturbant. Certes les villes mentionnées sont dotées d’une certaine notoriété, mais dans les photographies d’Édouard Levé leur nom même a perdu de son panache. Nous sommes confrontés alors à un aspect plus dérisoire des lieux choisis par le photographe, dont la célébrité des noms renforce encore l’aspect suranné. Ce voyage photographique américain ressemble à une errance au cours de laquelle la recherche d’une identité est toujours décalée puisque les noms n’attestent plus rien. À ce titre Amérique développe sur le plan géographique ce qu’une autre série intitulée Portraits d’homonymes (1999) proposait déjà autour de l’identité patronymique. Constituant une des premières séries photographiques d’Édouard levé, il s’agit d’une galerie de portraits de personnes qui portent le nom d’un artiste célèbre, ce nom étant inscrit en légende de la photographie : Georges Bataille, Yves Klein, André Masson… Ces travaux développent une relation récurrente et presque obsessionnelle au « nom » dont les photographies de la ville d’Angoisse, petite localité de Dordogne, constitueraient le paradigme… Voici ce qu’en dit Édouard Levé lors d’un entretien avec Yannick Vigouroux en 2001 :

  • 21 Yannick Vigouroux, op. cit.

J’étais en vacances avec une amie vidéaste, Valérie Mréjen. Avant de prendre la route du retour, elle a cherché son itinéraire dans un atlas routier et elle est tombée sur le village d’Angoisse. Cela nous a beaucoup fait rire, puis elle a refermé l’atlas. Plus tard, nous n’avons pu trouver le village parce qu’il n’était pas dans l’index. Nous nous sommes donc demandé s’il ne s’agissait pas d’une illusion. Cela m’a fait penser à un livre de Borgès qui s’intitule Le Livre de sable : lorsqu’on l’ouvre, on tombe sur une page qu’on peut lire ; si on le referme et qu’on essaie de retrouver la page, on ne peut pas ; on ne peut l’ouvrir qu’au hasard, il est impossible de le feuilleter… J’ai donc recherché ce village, je l’ai retrouvé et j’y suis allé pour vérifier qu’il existait bien. Sur place, il m’a tellement fasciné que j’ai fait une série de photos. Il ne ressemblait à aucun village en particulier et en même temps il ressemblait à tous les villages21.

  • 22 « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. (...)

11Cette longue citation permet de mieux saisir le processus créatif du photographe. Il en serait de même pour son processus littéraire et, sur ce point, l’œuvre d’Édouard Levé vient souligner un des paradoxes de la littérature contemporaine, prise parfois entre le narratif et le conceptuel. L’art apparaît souvent comme un domaine « trans-genre », c’est peut-être la raison pour laquelle il accueille volontiers une telle œuvre double. Cependant la scission est toujours possible entre domaine littéraire et domaine artistique, car les choses se compliquent lorsqu’il s’agit par exemple de trouver une catégorie littéraire à Œuvres. À quel genre peut appartenir en effet cette longue liste froide et descriptive d’hypothétiques œuvres d’art ? Il ne s’agit pas là d’une simple vue de l’esprit puisque l’éditeur POL lui-même a d’abord manifesté une certaine résistance préalable à l’édition de ce livre : « je ne vois pas où est le travail d’élaboration littéraire » pensait-il22. Pour le coup, en l’absence supposée d’une telle élaboration, l’identité de ce recueil de textes demeure impossible à dire, ce n’est pas un roman, ce n’est pas tout à fait de la poésie, et il n’appartient pas vraiment aux genres littéraires…

Une « disparition » progressive de l’auteur…

  • 23 Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit.
  • 24 Yannick Vigouroux, op. cit.
  • 25 Édouard Levé, Amérique, op. cit.
  • 26 Gérard Gavarry, Expérience d’Edward Lee, Versailles, Paris, POL, 2009, 4e de couverture.
  • 27 Ibid., p. 217-218.

12Dans les écrits d’Édouard Levé le projet autobiographique se développe discrètement : « Je suis toujours étranger au sujet que je traite23 », indique-t-il. Il adopte un point de vue semblable à propos des images : « Je suis surtout attiré par des images sans auteur. J’aime beaucoup cette idée : la peinture d’histoire aujourd’hui est produite par les reporters, et tout le monde a quasiment les mêmes images dans le cerveau. Le patrimoine commun, finalement, c’est cela24. » En 2005 un autre texte, Autoportrait, est édité chez POL. Celui-ci représente le premier pas vers une biographie introspective dont Suicide constituerait la conclusion funèbre. Ce texte est déjà travaillé par l’effacement de l’auteur et pourquoi ne pas l’écrire par la mort. Le livre de Gérard Gavarry Expérience d’Edward Lee, Versailles inscrit d’ailleurs cette dimension au cœur de son élaboration. Entièrement rédigé en regard d’une centaine de photographies de la série Amérique25, les textes de Gavarry, reprenant les mêmes titres que les images d’Édouard Levé, tente de faire apparaître « l’obsession prémonitoire de la mort26 » contenue dans toutes les photographies de la série. Pour Gavarry, alors que la série de photographies réalisées au plus profond de la culture américaine n’en laisse rien paraître, elle représente un ensemble d’autoportraits de Levé en quelque chose ou quelqu’un d’autre, figés « entre la présence et l’absence ». Dans la perspective d’une réflexion autour de l’autorité en littérature, avec l’écriture d’Édouard Levé la question de la « mort de l’auteur » apparaît sous un jour singulier. Elle se trouve pour ainsi dire doublement réglée : par la disparition progressive du sujet dans l’écriture d’une part, par la disparition réelle de l’auteur d’autre part. Disparition à propos de laquelle on ne peut s’empêcher d’établir un rapprochement avec son dernier livre Suicide (2008) qui fut déposé chez l’éditeur quelques jours seulement avant la propre disparition volontaire de l’artiste. Pourtant, ce n’est pas cette coïncidence chronologique qui devrait tout d’abord retenir l’attention, mais plutôt la manière dont ce dernier texte condense les potentialités des précédents ouvrages publiés, en « achevant » une œuvre brève et concise où l’apparente sécheresse littéraire représente le déplacement opéré par l’auteur pour écrire un véritable autoportrait en creux. Le troisième paragraphe du texte de Gavarry intitulé, comme la photographie de Levé, « Tatou de Bagdad », pourrait condenser ce qui se laisse entrevoir dans le parcours artistique du photographe : « en qui luttent, d’une part le soulagement de quitter une conscience aussi endolorie que la chair, d’autre part la peur tenaillante d’errer désormais sans nom, sans voix ni27 ».

  • 28 Roland Barthes, « La mort de l’auteur » (1968), dans Le bruissement de la langue, Essais critiques(...)
  • 29 « Interview d’Édouard Levé par lui-même », op. cit., p. 86.
  • 30 Robert Morris, « Notes on Art as/and Land Reclamation », dans October, 1980, cité dans Catherine G(...)
  • 31 Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit.

13Il semble qu’« à tous les niveaux » du texte, dans la littérature d’Édouard Levé l’auteur s’absente28. À l’intérieur du livre de photographies Reconstitutions déjà évoqué, figure également la série Rugby (2003). À propos de celle-ci l’auteur précisait que les modèles étaient distants les uns des autres tout en étant très proches physiquement, comme s’ils étaient « seuls collectivement », absents les uns aux autres29. Voilà sans doute une clef de l’œuvre. Son rapport à l’autorité artistique se situerait entre ces pôles : l’étrangeté à soi-même et la distance au monde. Une distance qui peu à peu s’est faite absence… L’effacement progressif de l’auteur est alors corrélatif des caractéristiques de son œuvre photographique et littéraire : absence d’affect, retrait, disparition idéale de style, comme s’il y avait là une volonté de se libérer des complications d’une identité en l’abdiquant peu à peu. Faudrait-il penser à propos de cette œuvre, comme l’écrit Robert Morris, que « L’art érode tout ce qui cherche à le contenir et à s’en servir », le meilleur exemple de cette force destructive « étant sa capacité constante à s’autodétruire30… » ? Semblable en cela à Morris, Édouard Levé préférait sans doute la ruine au monument. Il y avait dans l’art pour lui, une certaine dimension d’imposture : « L’art c’est une sorte de mensonge contractuel pour moi, la littérature aussi31. » Une imposture que Levé percevait probablement dans toute proposition artistique.

14Cependant, malgré son apparente austérité, la démarche d’Édouard Levé n’était pas dénuée d’humour, toujours disposée à se réjouir de l’ironie des choses. À propos de la série Portrait d’homonymes, le photographe évoque une anecdote piquante. Lorsqu’il contacta par téléphone un homonyme d’artiste trouvé dans l’annuaire, la personne lui répondit avant de raccrocher vivement : « monsieur vous êtes un imposteur ! », et Édouard Levé commente cette réponse sans appel : « mais le type s’appelait Fernand Léger quand même32… ».

Édouard Levé, Série « Amérique », Direction Bagdad, 2006
Photographie couleur, 40 x 40 cm, Edition de 5 exemplaires,
Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.

Édouard Levé, Série « Portraits d’Homonymes », André Breton, 1997
Photographie couleur contrecollée sur aluminium, 50 x 50 cm, Édition de 10 exemplaires,
Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.

Édouard Levé, Série « Actualités », L’Accord, 2001
Photographie couleur contrecollée sur aluminium, 65 x 100 cm
Édition de 5 exemplaires, Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.

Notes

2 Ibid., 4e de couverture.

3 Édouard Levé, Œuvres, op. cit., œuvre n° 80.

4 Nathalie Heinich, Jean-Marie Schaeeeer, Art, création, fiction. Entre sociologie et philosophie, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2004, p. 18.

5 Ibid.., p. 19.

6 Édouard Levé, Journal, Paris, POL, 2004, p. 17.

7 Ibid., p. 39.

8 Ibid., p. 71.

9 Ibid., p. 142.

10 Voir « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », École Normale Supérieure Lettres Sciences Humaines, Lyon, 15 mars 2006. Archives du séminaire à l’adresse : http://cep.ens-lsh.fr/37359194/0/fiche_pagelibre/&RH=CEP=ARCHIVES, consulté le 10 décembre 2008.

11 « Interview d’Édouard Levé par lui-même », dans Reconstitutions, Paris, Phileas Fogg, 2003, p. 84.

12 Ibid., p. 87.

13 Maurice Blanchot, L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969, chap. XIV, « La Voix narrative (le “il”, le neutre) », p. 564. « La voix narrative est, sous ce rapport, la plus critique qui puisse, inentendue, donner à entendre. De là que nous avons tendance, l’écoutant, à la confondre avec la voix oblique du malheur ou la voix oblique de la folie. », p. 567. Voir Marlène Zarader, L’être et le neutre, À partir de Maurice Blanchot, Paris, Verdier, Coll. « Philia », 2001, notamment p. 163, p. 255, p. 290.

14 Reconstitutions, op. cit.

15 Yannick Vigouroux, La langue iconique des rêves d’Édouard Levé, Entretien avec Édouard Levé en 2001, lacritique.org : http://www.lacritique.org/article-la-langue-iconique-des-reves-d-edouard-

16 Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, 2e partie : Le Rêve (1922), Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1962, p. 62.

17 Yannick Vigouroux, op. cit.

18 Édouard Levé, Œuvres, op. cit., 4e de couverture.

19 Voir « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit.

20 Édouard Levé, Amérique, Paris, Janvier et Léo Scheer, 2006.

21 Yannick Vigouroux, op. cit.

22 « Écriture et photographie », artiste invité : Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit. Le livre sera finalement classé par l’éditeur dans la catégorie poésie.

23 Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit.

24 Yannick Vigouroux, op. cit.

25 Édouard Levé, Amérique, op. cit.

26 Gérard Gavarry, Expérience d’Edward Lee, Versailles, Paris, POL, 2009, 4e de couverture.

27 Ibid., p. 217-218.

28 Roland Barthes, « La mort de l’auteur » (1968), dans Le bruissement de la langue, Essais critiques, Paris, Le Seuil, 1984, p. 66.

29 « Interview d’Édouard Levé par lui-même », op. cit., p. 86.

30 Robert Morris, « Notes on Art as/and Land Reclamation », dans October, 1980, cité dans Catherine Grenier, « Robert Morris et la mélancolie. La face sombre de l’œuvre », dans Robert Morris, Paris, Musée national d’art moderne, Centre de création industrielle, Centre Georges Pompidou, Collection Contemporains monographies, 1995, p. 23.

31 Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit.

32 Voir vidéo 8, Édouard Levé, Séminaire « Lyrisme et réalité », op. cit., http://cep.ens-lsh.fr/37359194/0/fiche_pagelibre/&RH=CEP=ARCHIVES, consulté le 15 décembre 2008.

Table des illustrations

Légende Édouard Levé, Série « Amérique », Direction Bagdad, 2006Photographie couleur, 40 x 40 cm, Edition de 5 exemplaires,Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Édouard Levé, Série « Portraits d’Homonymes », André Breton, 1997Photographie couleur contrecollée sur aluminium, 50 x 50 cm, Édition de 10 exemplaires,Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Édouard Levé, Série « Actualités », L’Accord, 2001Photographie couleur contrecollée sur aluminium, 65 x 100 cmÉdition de 5 exemplaires, Courtesy Succession Édouard Levé/Galerie Loevenbruck, Paris.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 514k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540