Version classiqueVersion mobile

L'autorité en littérature

 | 
Emmanuel Bouju

Chapitre 1 – L’autorité de l’archive : histoire, littérature

Souvenirs individuels et archives officielles : les écrivains, les historiens et la Seconde Guerre mondiale, en URSS, après Staline

Cécile Vaissié

Texte intégral

  • 1 Beaucoup de ces textes ont été republiés depuis 2005 et le soixantième anniversaire de la fin de l (...)

1Dans l’URSS post-stalinienne, les textes littéraires, consacrés à la Seconde Guerre mondiale, sont extrêmement nombreux1, et leur analyse, même partielle, permet de repérer certains des liens qui existaient alors entre littérature et histoire. En effet, les historiens peinaient à échapper aux diktats idéologiques sur ce conflit et à avoir accès aux archives, et c’est l’une des raisons pour lesquelles des écrivains ont cherché à introduire, dans leurs œuvres, des éléments proches de la réalité. S’appuyant le plus souvent sur des souvenirs, comme l’ont aussi fait quelques historiens, ces auteurs tentaient de rétablir des faits, à l’encontre des mythologies, sciemment construites par le politique. Or, il est désormais possible de cerner le rôle joué, ou non, par les archives officielles et les souvenirs individuels dans les textes, littéraires ou historiques, consacrés à la Seconde Guerre mondiale, et de réfléchir au statut qu’avaient ces sources. En effet, les archives soviétiques qui se sont ouvertes au début des années 90 révèlent ce que gens de lettres et historiens ont pu, ou n’ont pas pu, écrire, publier et entreprendre à l’époque. Celles du Comité central aident ainsi à comprendre pourquoi, dans les années 60, Constantin Simonov n’a pas pu faire paraître Cent jours de guerre où il mêlait des archives à son propre journal, et pourquoi il n’a pu obtenir qu’un fonds d’archives regroupe, en URSS, les souvenirs personnels rédigés par les anciens combattants. Le contrôle établi sur l’histoire ne devait pas être ébranlé.

Les rapports complexes entre littérature, histoire et politique, en URSS

  • 2 Parmi les romans publiés immédiatement après la guerre, on peut citer Dans les tranchées de Stalin (...)
  • 3 Simonov Konstantin, « Ouroki istorii i dolg pisatelia », Glazami tcheloveka moego pokoleniia, Mosk (...)

2Au cours d’un processus initié aussitôt après la révolution d’Octobre, l’histoire, son enseignement et son écriture sont complètement instrumentalisés par le pouvoir soviétique : des pans d’histoire sont gommés, tandis que d’autres sont mythifiés. Parallèlement, la littérature reçoit pour mission exclusive d’aider à « rééduquer » les Soviétiques, afin d’accélérer la construction du communisme. Pendant le « second stalinisme » (1945-1953), l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale est, à son tour, idéologisée, tandis que les textes littéraires ne sont plus très nombreux à aborder ce sujet délicat2. Ils se sont multipliés pendant la guerre, lorsqu’il fallait soutenir le moral des combattants, mais, après 1946, des questions douloureuses pourraient émerger, notamment sur la déroute de 1941 et sur le rôle de Staline dans celle-ci. En outre, parce que les Soviétiques comprennent que cette période dramatique est déjà dissimulée et déformée par des mensonges, ils hésitent à noter leurs souvenirs. Dans « Les leçons de l’histoire et le devoir de l’écrivain », un texte qui a été rédigé en 1965 mais n’a pu paraître qu’en 1987, Constantin Simonov, écrivain très célèbre et très officiel, souligne ainsi qu’en 1955, il n’y avait pratiquement pas de souvenirs rédigés sur la Seconde Guerre mondiale. Il explique que Staline avait certes reconnu, dans un toast prononcé en 1945, les « erreurs » commises par le gouvernement soviétique. Mais, ajoute-t-il, « il n’est pas difficile de comprendre quel aurait été le destin de celui qui, du vivant de Staline et armé des citations prises dans ce célèbre toast, aurait essayé de développer, sur des éléments historiques concrets, les paroles de Staline sur les erreurs du gouvernement3 ».

  • 4 « Le rapport secret de Khrouchtchev », Khrouchtchev Nikita, Souvenirs, Paris, Le Club français du (...)

3En février 1956, le XXe Congrès du Parti marque un tournant dans le discours soviétique sur la Seconde Guerre mondiale. Nikita Khrouchtchev y lit un Rapport secret où, non seulement il dénonce les purges des années 30, mais il accuse Staline de n’avoir pas préparé l’URSS à un conflit militaire et de n’avoir pas tenu compte des avertissements, si bien que les pertes soviétiques ont immédiatement été très lourdes. Khrouchtchev rappelle aussi qu’entre 1937 et 1941, Staline a fait exécuter « de nombreux chefs militaires et fonctionnaires politiques », suite à des « accusations calomnieuses », et que cela aussi a eu « des conséquences très graves4 ».

4Un double processus commence alors. D’une part, parce que la censure se relâche sur la sphère privée, de nombreux Soviétiques entreprennent de rédiger des souvenirs sur leur passé récent – les purges, les camps, la guerre. D’autre part, des écrivains, puis des historiens, abordent des faits jusque-là tus et proposent des interprétations nouvelles. Que des écrivains se donnent des fonctions proches de celles des historiens est l’une des spécificités de l’URSS, voire, peut-être, des régimes dans lesquels l’histoire est sous le contrôle du politique et où des enjeux se nouent donc autour de la mémoire. Ces auteurs qui s’intéressent à l’histoire de la guerre s’appuient largement sur des souvenirs, les leurs et ceux des témoins de l’époque, car les archives demeurent inaccessibles. Et ce recours massif à la mémoire remet en cause la version officielle, et, donc, l’autorité officielle.

  • 5 « Trioumf tirana, tragediia naroda », Moskovskie Novosti, 12 février 1989, n° 7, p. 8-9. On peut, (...)
  • 6 Medvedev Jores, « Predislovie (1967) », Vzlet i padenie Lysenko – Istoriia biologitcheskoï diskous (...)
  • 7 « Avant-propos de l’auteur », Nekritch Alexandre, L’Armée Rouge assassinée-22 juin 1941, Paris, Ed (...)

5En 1962, l’historien Roy Medvedev commence ainsi à écrire Devant le tribunal de l’histoire, où il dénonce Staline et le stalinisme grâce à plus de deux mille interviews qu’il aurait réalisés5. Son frère jumeau, Jaurès Medvedev, appuie, lui aussi, son histoire de la biologie soviétique sur ses souvenirs personnels et ceux de ses proches6. L’historien Alexandre Nékritch dira avoir utilisé, pour son livre paru en 1965, « les informations orales qui lui ont été communiquées lors des conversations avec les acteurs des événements7 ». La mémoire relance l’histoire, tandis que, dans la littérature aussi, le recours aux témoignages permet de révéler des réalités dérangeantes.

Les révélations des écrivains officiels : Constantin Simonov et Sergueï S. Smirnov

  • 8 Simonov Konstantin, « Panteleev », Moskva, n° 4, 1957, p. 120.
  • 9 Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 4, Moskva, « Khoudojestvennaia literatoura », 1981, (...)
  • 10 Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 5, Moskva, « Khoudojestvennaia literatoura », 1981, (...)
  • 11 « Vopreki ili blagodaria ? », Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 11, Moskva, « Khoudoje (...)
  • 12 Simonov Konstantin, « Ouroki istorii i dolg pisatelia », Glazami tcheloveka moego pokoleniia, Mosk (...)

6Constantin Simonov a beaucoup écrit sur la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle battait son plein : il arpentait alors le front comme journaliste. Par la suite, il étudie cette guerre comme un historien pourrait le faire : il travaille dans les archives, discute avec des anciens combattants, étudie les travaux de recherches et lit les mémoires inédits qui lui sont envoyés. Il est alors loin d’avoir dit tout ce qu’il a vu, sait et comprend, et c’est en 1957 qu’il ose son premier tournant net. Cette année-là, l’ancien « chouchou » de Staline publie, en effet, deux récits de fiction sur la guerre, dans lesquels il évoque les purges de 19378. Il se lance ensuite dans la rédaction d’une trilogie romanesque sur la Seconde Guerre mondiale, Les Vivants et les morts. Dès le premier tome, paru en 1959, il aborde des thèmes qu’il n’a jamais effleurés avant les révélations du rapport Khrouchtchev. Il décrit, en effet, la débâcle de 1941 et la désorientation de soldats qui, surpris par l’attaque, ne savent même pas comment rejoindre leurs bataillons. Il admet que Staline était « diversement » aimé, et il dépeint une atmosphère de suspicion générale. Là encore, il évoque les purges des années 30 à travers son héros, Serpiline, un officier qui a été accusé à tort en 1937 et condamné à dix ans d’emprisonnement9. La deuxième partie de cette trilogie est publiée entre août 1963 et mai 1964. Vers la fin du roman, Serpiline est reçu par Staline et a alors une folle envie de lui dire que presque toutes les personnes croisées dans les camps « étaient là à tort, pour rien ». Mais, lorsqu’il croise le regard tranquille du Guide, il comprend qu’il n’y a « personne à qui se plaindre10 ». Constantin Simonov sait toutefois ne pas aller trop loin et continue d’affirmer que le peuple russe a gagné la guerre parce qu’il croyait au Parti, et que celui-ci « n’avait d’autres intérêts que ceux communs au peuple11 ». Il n’en déclare pas moins, en 1965, que la littérature doit dire la vérité sur la guerre, même si cette vérité est complexe et amère12.

71965, c’est l’année où Sergueï S. Smirnov reçoit un prix Lénine pour son « roman-document », La Forteresse de Brest. Lui aussi est, à la fois, un écrivain très officiel et un témoin direct de la Seconde Guerre mondiale : il s’est engagé après l’attaque allemande, a défendu Moscou, puis a été journaliste sur le front. C’est alors qu’il a entendu parler de la citadelle de Brest, qui se trouvait sur l’ex-frontière polonaise et qui, en 1941, s’est retrouvée en territoire occupé. D’après la mythologie soviétique de l’époque, cette citadelle n’aurait été prise qu’après que tous ses défenseurs eurent été tués. Or, dans son roman, l’écrivain raconte comment, au début des années 50, il a retrouvé la piste de défenseurs qui avaient survécu. Piste après piste, témoin après témoin, il reconstitue ce qu’il s’est passé pendant les quelques jours précédant la chute de la citadelle, et il expose ce qu’il est arrivé aux survivants. Son texte reste truffé de mensonges, mais Smirnov y dévoile des éléments, jusque-là soigneusement dissimulés par les officiels. Certains combattants de la citadelle ont, en effet, été emprisonnés dans des camps de concentration nazis. Puis, ils ont été accusés de trahison par leurs compatriotes et transférés dans des camps soviétiques. Des destins similaires ont déjà été évoqués par Soljénitsyne dans Une Journée d’Ivan Dénissovitch, mais Smirnov parle là de soldats, inclus dans la mythologie soviétique officielle.

8En ces années 1957-1965, des écrivains, dont certains aussi proches du pouvoir que Simonov et Smirnov, tentent donc de dire certaines vérités sur une guerre à laquelle ils ont participé. Certes, ce qu’ils montrent a été autorisé, voire initié par Khrouchtchev, mais ils s’efforcent d’aller un peu plus loin, d’être un peu plus précis, un peu plus factuels. Et, surtout, ils marquent les esprits. Or, avec un léger décalage dans le temps, les historiens explorent les mêmes questions.

Les tentatives écrasées des historiens

  • 13 Néritch, Alexandre, L’Armée Rouge assassinée22 juin 1941, Paris, Éditions Bernard Grasset, 1968 (...)

9Entre 1960 et 1965 est publiée une Histoire de la Seconde Guerre mondiale en URSS, qui accuse Staline de n’avoir pas préparé le pays à la guerre. Puis, en 1965, Alexandre Nékritch fait paraître 22 juin 1941, dans une collection patronnée par l’Académie des Sciences13. L’auteur enseigne à l’Institut d’histoire de cette Académie et est considéré comme un spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, sur laquelle il a déjà beaucoup écrit. Or, il démontre qu’au moment de l’attaque allemande, l’URSS n’était pas prête à la guerre, car les « répressions ordonnées par Staline » ont gêné le développement économique soviétique, provoqué la peur et freiné l’initiative. En outre, la défense du territoire a été négligée. Ces erreurs auraient pu être évitées, si l’avis des chefs militaires avait été écouté, mais ceux-ci ont été victimes de fausses accusations et éliminés. Enfin, le gouvernement soviétique n’a pas tenu compte de ceux qui, de tous côtés, le prévenaient de la date de l’attaque allemande. Alexandre Nékritch ne cite pas Staline nommément, mais il est clair que c’est lui qui est rendu responsable de ces erreurs.

  • 14 « Zametki dlia pamiati (1965-1966) », Gnedin Evgenij, Vykhod iz labirinta, Moscou, « Memorial », 1 (...)
  • 15 « Minutes du débat sur le livre de A. M. Nekritch à l’Institut du marxisme-léninisme auprès du CC (...)

10Pourtant, le vent tourne déjà : Nikita Khrouchtchev a été écarté en octobre 1964, et les nouveaux dirigeants ne veulent plus que Staline soit mis en cause. Le 16 février 1966, une séance est ainsi organisée à l’Institut du marxisme-léninisme pour critiquer le livre de Nékritch, mais elle ne se déroule pas comme les autorités le souhaitaient. Alors qu’un certain G. A. Déborine cherche à justifier Staline, pas moins de dix-huit personnes prennent la parole, dont, d’après un témoin, « seize (critiquent) unanimement la position et les arguments de Déborine et, à un bon niveau scientifique, (dévoilent) les erreurs et les mauvais calculs de Staline14 ». Des questions essentielles sont abordées. L’un dénonce le fait que les sources soviétiques sur cette période ne sont pas accessibles. Un autre suggère d’analyser « le processus qui a fait de Staline [.] le chef du Parti et de l’État, avec des pouvoirs illimités ». Piotr Iakir – fils d’un général exécuté en 1937 et futur dissident – évoque les camps de concentration dans lesquels se trouvaient « des millions d’hommes valides » et qui nécessitaient des forces de surveillance considérables15. Mais les attaques officielles contre le livre s’intensifient, et Nékritch émigrera en 1976. L’heure n’est plus à la dénonciation de Staline et du stalinisme. Si les livres consacrés à la Seconde Guerre mondiale se multiplieront dans les années 70, ils se garderont d’aborder des thèmes trop dérangeants. Quelques exemples – dont celui de Cent jours de guerre – auront, en effet, fait la preuve de ce qui menaçait les livres trop audacieux.

Cent jours de guerre : une publication interdite, puis déformée

  • 16 Voir, par exemple : Simonov Konstantin, Rasskazy, Moskva, Sovetskiï pisatel’, 1946, p. 177-309.
  • 17 Zolotouskiï Igor’, « Kajdyj den’ – dlinnyï », Literatournaia Gazeta, 21 mai 1966, p. 2-3.
  • 18 GARF 9425/1/1261/p. 10-27.

11Cent jours de guerre est l’un des rares textes interdits de Constantin Simonov, et les archives permettent aujourd’hui de comprendre pourquoi et comment ce livre a été bloqué. Dès 1946, l’écrivain a publié des extraits, réécrits, de son journal de guerre16, qui a, en outre, servi de base à une grande partie de son œuvre. En mai 1966, il déclare préparer une publication dans laquelle il se concentre sur les cent premiers jours de la guerre. Il ajoute des commentaires à ses notes de l’époque et travaille, assure-t-il, en historien17. Or, ce sont ces commentaires, presque aussi longs que les notes, qui vont susciter le refus des autorités. En effet, Simonov y démontre, à son tour, que la déroute de 1941 était la conséquence des purges de 1937-193818.

  • 19 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans : Voprosy Literatoury, n° 2, (...)
  • 20 RGANI 5/58/29/p. 38-40. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 253-255.

12Le texte terminé est baptisé Cent jours de guerre. Les mémoires (pamiati) des tués de 41. La revue Novy Mir souhaite en publier la première partie dans son numéro de septembre 1966, et elle la soumet au GlavLit, l’institution qui est officiellement chargée de la censure, mais à laquelle cette dernière ne se résume pas, comme le prouvera la suite des événements. Le GlavLit bloque le texte pendant un mois et demi et exige un certificat des archives militaires, certificat que Simonov obtient. Ensuite, l’écrivain doit envoyer son travail à la censure militaire et elle suggère des coupures qui sont faites. Puis, pendant quinze jours, rien ne bouge19. Le 21 septembre 1966, le GlavLit écrit enfin au Comité central du PCUS. Il reproche à Simonov de présenter les événements comme « un effondrement du front », qui « serait la conséquence de la non-préparation absolue de notre armée à la guerre ». En outre, l’écrivain critique la politique extérieure d’avant-guerre, la doctrine militaire de Staline et le Pacte germano-soviétique de 1939 qui, pour lui, « aurait mis l’URSS, en tant qu’État, sur le même plan que l’Allemagne fasciste ». Soulignant que Simonov a utilisé « une grande quantité de documents, tirés des archives militaires », le GlavLit prétend que l’autorisation n’a pas été donnée de publier ces documents. Il demande donc au Département de la culture du Comité central (l’ancienne AgitProp) de se prononcer : les notes de Simonov et ses commentaires doivent-ils être publiés20 ?

  • 21 Beliaev, Al’bert, « Na staroï plochtchadi », voprosy Literatoury, n° 3, mai-juin 2002, p. 248-249.
  • 22 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans Voprosy Literatoury, n° 2, 19 (...)
  • 23 Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 255-257.
  • 24 Medvedev, Jores, Desiat’let posle « Odnogo dnia Ivana Denisovitcha », Londres, Macmillan, 1973, p. (...)
  • 25 Dewhirst, Martin, Farrell, Robert, The Soviet Censorship, Metuchen, New Jersey, USA, The Scarecrow (...)

13A ce stade, c’est donc bien le GlavLit qui bloque, et, parce qu’il faut laisser au Comité central le temps d’examiner la question, la publication est repoussée au numéro d’octobre 1966. Le 6 octobre 1966, Simonov a un entretien, au sujet de son texte, au Département de la culture du Comité central21. Ensuite, il est convoqué par le GlavLit qui lui propose de nouvelles coupures. L’écrivain obtempère. Mais, parallèlement, le GlavLit demande à la Commission des mémoires militaires de la GlavPOuR (la Principale direction politique de l’armée et de la flotte soviétiques) de rédiger un rapport sur le manuscrit. Simonov dira que ce rapport contient des passages « vexants » pour lui, mais il suit les recommandations qui y sont exprimées, du moins, précisera-t-il, « là où il y (a) une goutte de vérité22 ». Enfin, le 15 octobre, le GlavLit signe l’autorisation de publier le numéro 10 de Novy Mir, qui contient les notes et les commentaires de Simonov. Ce numéro est presque entièrement imprimé lorsque le GlavLit téléphone et annonce, avec l’accord du Comité central, que… la publication est désormais interdite23 ! Dans Moscou, on chuchotera que quatre-vingt mille exemplaires de la revue ont été détruits24. Ils auraient été brûlés dans la cour des Izvestia25.

  • 26 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans Voprosy Literatoury, n° 2, 19 (...)
  • 27 RGANI 5/59/56/p. 115. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 267-268.

14Simonov ne baisse pas les bras : le 29 octobre 1966, il écrit à Brejnev et demande « l’aide du Comité central ». Il n’est pas dupe : « Le fonds du problème », c’est que, dans Cent jours de guerre, « il y a, et il ne peut pas ne pas y avoir, une critique du culte de la personnalité de Staline ». Or, certains s’efforcent de bloquer les œuvres allant dans ce sens26. Cette interdiction brutale du texte témoigne, en effet, d’un tournant idéologique : l’équipe brejnévienne refuse que soient soulignées la déroute de 1941 et ses causes. D’ailleurs, le 15 novembre, Constantin Simonov, personnalité connue de tous les Soviétiques, est reçu, non par Brejnev, mais par Démitchev, responsable de l’idéologie au Comité central. Celui-ci l’informe qu’une nouvelle expertise du livre a été demandée à la GlavPOuR (la direction politique de l’armée27).

  • 28 RGANI 5/58/29/p. 98-101. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 264-266.
  • 29 RGANI 5/58/29/p. 122. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 267.

15Le 19 novembre 1966, le général A. Epichev, qui dirige cette GlavPOuR, envoie au Comité central son rapport où il assure que le texte de Simonov « présente, de façon mensongère, de nombreux aspects de la réalité soviétique des premiers jours de guerre » et a des « conclusions politiques incorrectes ». L’écrivain « ne montre que les échecs » et « critique tout ». Manquant d’objectivité, il jetterait de l’ombre « sur le Parti communiste, le peuple soviétique et les forces armées ». Epichev juge donc que Cent jours de guerre ne doit pas être publié28. Dès lors, le Département de la culture et celui de la propagande au Comité central déclarent ne pas voir de raisons de réviser « la décision du GlavLit », qui n’autorise pas Cent jours de guerre29. En fait, cette décision vient surtout de la GlavPOuR, comme seul l’accès aux archives – et aux souvenirs de la famille Simonov ! – permet de le comprendre.

Constantin Simonov et les archives des récits autobiographiques

  • 30 Voir, par exemple : Simonov Konstantin, « Daleko na Vostoke », Istorii tiajelaia voda, Moskva, Vag (...)
  • 31 Brejnev L. I., « Malaia Zemlia », Novyï Mir, février 1978, n° 2, p. 3-33.
  • 32 Voir notamment : Avtorkhanov Abdurakhman, La méthode Brejnev, Paris, Fayard, 1981, p.277-329. Medv (...)

16Constantin Simonov a donc réalisé, à la fois l’importance et les limites des souvenirs personnels, pour écrire l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Lui-même multiplie d’ailleurs les entretiens avec ceux qui ont pris part à ce conflit30, tandis que des anciens combattants continuent de lui envoyer leurs mémoires. Mais les mythologies idéologiques sur cette guerre se développent au cours des années 70 et elles sont particulièrement présentes dans le premier volet des « souvenirs » de Léonid Brejnev. Ce premier volet, La Petite-Terre, parait en février 1978 et raconte comment, en février 1943, la dix-huitième armée dans laquelle Léonid Brejnev était commissaire politique aurait pris et occupé une place d’armes près de Novorossisk, « la Petite-Terre » (Malaia Zemlia). Le narrateur assure qu’il s’agissait d’un endroit stratégique, que ces combats pourraient « servir de modèle à l’art militaire » et que les « travailleurs politiques » auraient été « l’âme des forces armées31 ». Mais tout cela, ou presque, est faux32. Ces « souvenirs » qui n’ont, bien évidemment, pas été rédigés par le numéro 1 soviétique sont toutefois lus, étudiés et loués dans toute l’URSS…

17Et c’est dans ce contexte que, le 18 janvier 1979, Simonov écrit au Comité central du PCUS :

Aujourd’hui encore, il n’y a pas, en URSS, une adresse précise, unique et connue de tous, où tout participant aux événements des années de guerre pourrait transmettre à un fonds étatique d’archives ses souvenirs personnels, sur lui et ses camarades, sur sa participation et la leur aux combats ou au travail pour fournir au front tout ce qui (était) indispensable à la Victoire.

  • 33 Ce courrier, et les autres éléments concernant cette affaire et cités plus bas, se trouvent au RGA (...)

18Or, estime Simonov, des milliers de souvenirs ont déjà été écrits ou sont en train de l’être. Dans la plupart des cas, soit ils ne peuvent être publiés « à cause de leur niveau littéraire », soit ils nécessitent un tel travail de correction « littéraire » que cela « ne les rend plus reconnaissables et les prive de leur dimension de documents humains authentiques ». Et Simonov reconnaît là implicitement que la plupart des souvenirs publiés sont très éloignés de leur version, voire de la vérité, originales. Il propose d’inclure ces milliers de témoignages non publiés dans un fonds spécial, au sein d’un département à créer, qui serait rattaché aux Archives centrales du Ministère de la défense d’URSS (TsAMO33). Il joint à sa lettre un projet de statut et précise qu’il sera possible, en donnant la source, de mentionner des faits exposés dans ces souvenirs et de citer des extraits de ces mémoires.

19Le 28 février 1979, le Département des organes administratifs et celui de la propagande du Comité central considèrent que la proposition faite par Simonov « mérite l’attention ». Ils suggèrent donc que l’Etat-major des forces armées soviétiques, la GlavPOuR et la Principale direction des archives auprès du Conseil des Ministres d’URSS examinent cette question et adressent leurs conclusions au Comité central. Or, le 12 mars 1979, cette Principale direction des archives soutient la proposition de Simonov et estime que « les souvenirs des participants à la guerre peuvent être des sources historiques précieuses, complétant les informations des documents officiels de l’époque ». Le ton est très différent dans la lettre que rédigent, le 28 mars 1979, l’Etat-major des forces armées et la GlavPOuR. Ceux-ci rappellent que, « depuis treize ans » (depuis, donc, le tournant politique relevé plus haut), ils exercent « un contrôle sur le contenu des mémoires de guerre, avant que ceux-ci ne soient rendus publics ». En effet, estiment-ils, de tels mémoires « contiennent beaucoup de jugements subjectifs sur des événements très importants de la guerre » :

De nombreux auteurs exagèrent le rôle de leur unité ou régiment, ainsi que leur propre rôle dans les événements décrits. Ils déforment le cours général de la lutte dans telle ou telle opération et, parfois, règlent simplement leurs comptes avec d’autres participants à la guerre.

20Sans doute est-ce effectivement le cas, et de tels propos seraient parfaitement respectables, si La Petite-Terre ne venait pas d’être publiée et ne témoignait pas des mensonges officiels. Mais l’État-major et la GlavPOuR n’évoquent bien évidemment pas ce texte signé par Brejnev. En revanche, ils soulignent que des départements du Comité central ont effectué « un grand travail » sur les souvenirs de Joukov, tandis que d’autres souvenirs de militaires ont été amplement corrigés.

21Ils rappellent aussi qu’à la fin des années 50 et au début des années 60, « l’absence de contrôle sur la publication et l’utilisation » de souvenirs de guerre a conduit à « s’éloigner de la vérité historique », si bien que « des efforts importants » ont ensuite dû être faits pour « corriger la situation ». L’État-major et la GlavPOuR expriment donc leur peur que le fonds dont Simonov propose la création ne devienne une source, pour ceux qui écrivent sur la guerre. Mais « l’utilisation incontrôlée des éléments réunis – et il sera impossible de contrôler cette chose-là – ne débouchera-t-elle pas sur des conséquences non souhaitées ? »

22La conséquence de ce courrier est immédiate : le 21 août 1979, le Comité central rejette la proposition de Simonov. Il ne faudrait pas que des témoignages individuels démontent les belles constructions idéologiques soviétiques ! L’écrivain meurt la semaine suivante. Le fonds d’archive qu’il proposait ne sera donc pas créé. Mais pas à cause du décès de Simonov, comme on le croyait généralement.

Conclusion

23Parce que les archives étaient strictement contrôlées, les écrivains et les historiens soviétiques qui voulaient explorer le passé récent du pays devaient avoir recours aux souvenirs individuels. Mais, parce que ceux-ci complétaient, ébranlaient, voire réfutaient les mythologies construites, ils étaient vus d’un très mauvais œil par les autorités qui s’efforçaient d’en rendre la collecte impossible. Ces souvenirs ont pourtant permis, à l’époque, d’enrichir la littérature et l’historiographie sur des réalités délicates : les débuts, en URSS, de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi les camps staliniens, car c’est bien grâce à des témoignages que Soljénitsyne a rédigé L’Archipel du Goulag. Aujourd’hui, les archives ont tendance à se refermer en Russie, où des mythologies se reforment. Conjuguer archives et souvenirs est donc plus nécessaire que jamais, pour établir les faits et analyser les processus. C’est ce que font des historiens, dont, en Russie, ceux de l’Association Memorial. Mais ils sont de nouveau en butte à des difficultés, de la part d’instances et de personnalités officielles…

Notes

1 Beaucoup de ces textes ont été republiés depuis 2005 et le soixantième anniversaire de la fin de la guerre, et, tout particulier, en 2010.

2 Parmi les romans publiés immédiatement après la guerre, on peut citer Dans les tranchées de Stalingrad de Victor Nékrassov, L’Étoile d’Emmanuel Kazakévitch et La Jeune Garde d’Alexandre Fadeïev, mais ce texte, couronné par un prix Staline, a dû être réécrit entre 1947 et 1951 pour y accroître le rôle du Parti dans la résistance. Pensons aussi à Pour une juste cause de Vassili Grossman, un roman dont la publication a été particulièrement difficile. Voir Vaissie Cécile, « Littérature et pouvoir soviétique : la publication de Pour une juste cause, le roman de Vassili Grossman », Communisme, n° 65-66, 1er et 2e trimestres 2001. Vaissié Cécile, Les ingénieurs des âmes en chef. Littérature et politique en URSS (1944-1986), Paris, Belin, 2008, 521 p.

3 Simonov Konstantin, « Ouroki istorii i dolg pisatelia », Glazami tcheloveka moego pokoleniia, Moskva, Izdatel’stvo « Pravda », 1990.

4 « Le rapport secret de Khrouchtchev », Khrouchtchev Nikita, Souvenirs, Paris, Le Club français du livre, 1971, p. 519-574.

5 « Trioumf tirana, tragediia naroda », Moskovskie Novosti, 12 février 1989, n° 7, p. 8-9. On peut, entre parenthèses, se demander dans quelles conditions il est possible de faire deux mille interviews…

6 Medvedev Jores, « Predislovie (1967) », Vzlet i padenie Lysenko – Istoriia biologitcheskoï diskoussii v SSSR (1929-1966), Moskva, « Kniga », 1993, p. 12-13.

7 « Avant-propos de l’auteur », Nekritch Alexandre, L’Armée Rouge assassinée-22 juin 1941, Paris, Editions Bernard Grasset, 1968, p. 25-26.

8 Simonov Konstantin, « Panteleev », Moskva, n° 4, 1957, p. 120.

9 Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 4, Moskva, « Khoudojestvennaia literatoura », 1981, p. 91, p. 314.

10 Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 5, Moskva, « Khoudojestvennaia literatoura », 1981, p. 610-611.

11 « Vopreki ili blagodaria ? », Simonov Konstantin, Sobranie sotchineniï. Tom 11, Moskva, « Khoudojestvennaia literatoura », 1985, p. 323-328.

12 Simonov Konstantin, « Ouroki istorii i dolg pisatelia », Glazami tcheloveka moego pokoleniia, Moskva, Izdatel’stvo « Pravda », 1990, p. 301.

13 Néritch, Alexandre, L’Armée Rouge assassinée22 juin 1941, Paris, Éditions Bernard Grasset, 1968, 314 p.

14 « Zametki dlia pamiati (1965-1966) », Gnedin Evgenij, Vykhod iz labirinta, Moscou, « Memorial », 1994, p. 131-132 et p. 135-137.

15 « Minutes du débat sur le livre de A. M. Nekritch à l’Institut du marxisme-léninisme auprès du CC du PCUS le 16 février 1966 », Nekritch Alexandre, op. cit., p. 232-245.

16 Voir, par exemple : Simonov Konstantin, Rasskazy, Moskva, Sovetskiï pisatel’, 1946, p. 177-309.

17 Zolotouskiï Igor’, « Kajdyj den’ – dlinnyï », Literatournaia Gazeta, 21 mai 1966, p. 2-3.

18 GARF 9425/1/1261/p. 10-27.

19 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans : Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 257-259.

20 RGANI 5/58/29/p. 38-40. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 253-255.

21 Beliaev, Al’bert, « Na staroï plochtchadi », voprosy Literatoury, n° 3, mai-juin 2002, p. 248-249.

22 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 257-259.

23 Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 255-257.

24 Medvedev, Jores, Desiat’let posle « Odnogo dnia Ivana Denisovitcha », Londres, Macmillan, 1973, p.74.

25 Dewhirst, Martin, Farrell, Robert, The Soviet Censorship, Metuchen, New Jersey, USA, The Scarecrow Press Inc, 1973, p.9.

26 Lettre dans les archives privées de la famille Simonov. Publiée dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 257-259.

27 RGANI 5/59/56/p. 115. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 267-268.

28 RGANI 5/58/29/p. 98-101. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 264-266.

29 RGANI 5/58/29/p. 122. Publié dans Voprosy Literatoury, n° 2, 1994, p. 267.

30 Voir, par exemple : Simonov Konstantin, « Daleko na Vostoke », Istorii tiajelaia voda, Moskva, Vagrius, 2005, p. 17-73.

31 Brejnev L. I., « Malaia Zemlia », Novyï Mir, février 1978, n° 2, p. 3-33.

32 Voir notamment : Avtorkhanov Abdurakhman, La méthode Brejnev, Paris, Fayard, 1981, p.277-329. Medvedev Roï, « Preimouchtchestva posredstvennosti. », Moskovskie Novosti, n° 37, 11 septembre 1988, p. 8-9. Medvedev Roï, Litchnost’i èpokha, Moskva, Novosti, 1991, p. 36-46. Ogonek, 26 avril 1988.

33 Ce courrier, et les autres éléments concernant cette affaire et cités plus bas, se trouvent au RGANI (RGANI 5/76/12/p. 3-12 et p. 17-19). Ils ont été publiés dans Otetchestvennye arkhivy, n° 1, 1993, p. 65-73.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search