Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autorité en littérature

 | 
Emmanuel Bouju

Chapitre 1 – L’autorité de l’archive : histoire, littérature

L’archive manquante : historiographie juive et fiction de la catastrophe en yiddish

Carole Ksiazenicer-Matheron

Texte intégral

Le combat pour l’histoire

  • 1 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie. Souvenirs, réflexions, matériaux pour l’œuvre de mon temps, tra (...)
  • 2 Simon Doubnov, op. cit., p. 14.

1L’autobiographie de Simon Doubnov, Le Livre de ma vie, qui a pour sous-titre Matériaux pour l’histoire de mon temps1, débute par le renvoi généalogique, montrant comment l’enfance de l’historien du judaïsme a été bercée par la lecture du pieux commentaire rédigé par un de ses ancêtres : à la fois « testament à sa descendance » et » table des règles de conduite à son propre usage2 », ce livre au style rigoriste n’a sans doute pas été étranger à sa vocation historienne. Après avoir causé ses premiers frémissements d’émotion littéraire en le terrifiant par son fanatisme, il le dirigera ensuite vers la méthode critique. Plagié et contesté, le texte de l’aïeul sera en effet soumis par Doubnov à des procédures de vérification qui établiront sa légitimité face au texte concurrent.

  • 3 Nous utilisons ici la prononciation hébraïque (on trouvera également le terme de pinkes en yiddish (...)

2Ainsi pour raconter sa vie, Doubnov convoque le témoignage des sources, complété par l’examen du Pinkas3, le registre communautaire où il retrouve les traces des actions de ses aïeux à travers les listes de notables et la rétrospection des événements qui émaillent le quotidien collectif. Inscrit dans le nom propre (Doubnov renvoie à la bourgade de Doubno), le lieu de l’origine est ressaisi à travers le maillage de l’archive et préside à la quête du mémorialiste. D’abord influencé par la vision d’une histoire totalisante, l’historien s’adonne à l’examen minutieux des pinkassim, qu’il utilisera pour son histoire de l’autonomie culturelle des Juifs de Pologne et de Russie.

  • 4 Heinrich Graetz (1817-1891), principal tenant de l’étude scientifique du judaïsme (Wissenschaft de (...)
  • 5 Simon Doubnov, op. cit., p. 49.

3Continuateur en Russie de l’œuvre de H. Graetz4 en Allemagne, il est l’un des premiers à acclimater savoir et procédures historiographiques, presque absents de l’horizon juif pendant des siècles en raison de la démarche intellectuelle propre aux rabbins, entièrement dirigée vers les commentaires. Écrite à l’orée du régime hitlérien dont l’historien sera finalement la victime, l’autobiographie permet de suivre ce « combat pour l’histoire » avec lequel se confond sa vie. D’emblée on voit apparaître dans le récit les traits qui font de l’histoire le lieu de la modernité dans ses rapports polémiques avec la culture traditionnelle. Lors de l’évocation des souvenirs d’enfance, Doubnov mentionne le livre à l’origine de sa vocation historique, le « populaire Yossipon5 ».

  • 6 Ibid., p. 49-50.

J’ai relu plusieurs fois le précieux livre, le premier livre historique laïc dans l’esprit de l’historiographie gréco-romaine, livre qui constitue la base de ma formation historique. C’était un correctif efficace à ma formation étroite et dogmatique, comme l’était en particulier la scolastique talmudique6.

4Le Yossipon, longtemps tenu pour un ouvrage de Flavius Joseph mais écrit par un auteur anonyme d’Italie du Sud au xe siècle, inscrit l’histoire du côté de la narrativité plutôt que de l’objectivité scientifique. De fait, ces deux dimensions sont co-présentes dans l’historiographie pratiquée par Doubnov.

5On retrouve son intérêt pour le légendaire dans ses premiers travaux sur le mouvement hassidique et les messianismes juifs dans leur dimension subversive par rapport à la Loi. Lui-même en rupture de tradition, il retrouve en eux à la fois l’esprit de révolte et le lien étroit aux signifiants culturels à travers leur hétérodoxie même. À la différence de Graetz dont le rationalisme militant réduit la portée historique de ces mouvements sectaires, Doubnov s’intéresse aux courants et aux figures qui révolutionnent le monde religieux. Il est l’un des premiers à collectionner les textes hassidiques, à s’intéresser à la doctrine des « maîtres », à acquérir les manuscrits rares, à recueillir les anecdotes et les traits légendaires attribués aux dirigeants charismatiques. S’élabore ainsi une démarche spécifique qui caractérise le rapport historien à la matière culturelle :

  • 7 Simon Doubnov, op. cit., p. 297.

Au fur et à mesure que je me plongeais dans les mouvements religieux de la fin du xviiie siècle, mon horizon s’élargissait et dans ma tête surgissait un nouveau plan grandiose : le rassemblement systématique de documents pour l’histoire des Juifs de Pologne et en Russie et la création dans ce but d’une organisation spéciale, une Société historique7.

6En 1891, Doubnov lance le projet concret de cette Société historique dans le but de faire naître la conscience nationale et de développer le sens de l’identité collective. Un programme de collecte s’initie, dont les premiers résultats sont publiés en 1899 sous la forme des Registres :

  • 8 Ibid., p. 447.

De toutes ces sources ont déferlé sur nous des faits, des tableaux, des idées […]. Le passé s’est uni au présent, nous avons vu ce qu’il y avait de nouveau dans l’ancien, d’ancien dans le nouveau et la vie nous a saisis dans sa force, sa richesse et sa grossière spontanéité8.

  • 9 Ibid., p. 447.
  • 10 La conférence de Czernowitz, capitale multiculturelle de la Bucovine, réunit soixante-dix délégués (...)
  • 11 Pseudonyme de Shloyme Zanvl Rappoport (1863-1920), surtout connu pour sa pièce Le Dibbouk, ethnogr (...)
  • 12 Simon Doubnov, op. cit., p. 624.
  • 13 Ibid., p. 623.

7Ce bain de vitalité, où l’histoire figure comme force de médiation et de distinction entre les temps, inspire le projet de Doubnov d’utiliser les responsa et les sermons rabbiniques pour « donner un tableau du mode de vie juif au siècle où le centre lituano-polonais était à son apogée9 ». Mais ce projet commence à se réaliser au moment même où le judaïsme russe connaît l’épreuve des pogroms et des règlements provisoires étranglant la vie collective dans la zone de résidence. Et ce n’est qu’en 1908, après la conférence de Czernowitz10 qui proclame le yiddish langue nationale à l’égal de l’hébreu, qu’est officiellement fondée la Société d’Histoire et d’Ethnographie, en collaboration avec S. Anski11, le créateur de l’école ethnographique ashkénaze. Ce dernier réalise l’expédition de collecte des matériaux entre 1912 et 1914 dans les bourgades de Volhynie, de Podolie et de Galicie. Par rapport aux précédentes tentatives, le caractère public du programme est caractéristique. Le projet de fonder un Musée en même temps que des fonds d’archives réalise aux yeux de Doubnov les prémisses de la constitution du « dogme national comme succédané du dogme religieux12 ». Dès ce moment, l’histoire apparaît « pouvoir remplacer pour le Juif libre-penseur la foi en l’immortalité personnelle et le ramener ainsi à l’idée biblique originelle de l’immortalité collective13 ».

8L’entreprise se heurte cependant à la conscience du caractère infini de la tâche, pour ne rien dire de la solitude et de la mélancolie propres au collecteur d’archives :

  • 14 Ibid., p. 629.

Je suis en train de créer la Société historique, une revue historique qui, en un demi-siècle, préparera suffisamment de matériaux pour l’historiographie juive. Mais n’est-ce pas trop tard pour moi14 ?…

  • 15 Simon Doubnov, Weltgeschichte des jüdischen Volkes, Berlin, Jüdischer Verlag, 10 volumes, 19251929

9De fait, dès 1903 et dans la foulée du pogrom de Kichinev, Doubnov s’est attelé à l’édification d’une histoire universelle du judaïsme, écrite en russe, traduite en allemand et en yiddish, et dont le dixième et dernier volume paraît en 1929, en Allemagne où réside alors l’historien qui a quitté la Russie après Octobre 191715.

  • 16 Pseudonyme de Sholem Yankev Abramovitch (1836-1917), le premier « classique » de la littérature yi (...)
  • 17 Pseudonyme d’Asher Ginsberg (1856-1927), membre du groupe d’Odessa, créateur du courant du « sioni (...)
  • 18 Haim Nachman Bialik (1873-1934) : né en Russie, ce poète bilingue (hébreu-yiddish) choisit l’émigr (...)
  • 19 Shalom Anski, Der yiddisher khurbn fun Poyln, Galitsye un Bukovine (fun tog-bukh 1914-1917), [La D (...)

10La constitution de fonds d’archives accompagne l’effort de documentation des pogroms, des massacres de la Grande Guerre et de la guerre civile. À Odessa, Doubnov est au centre d’un groupe d’intellectuels qui comprend Mendele Moykher-Sforim16, Ahad ha-Am17 et Bialik18 et se constitue en Bureau d’information sur les pogroms. Bialik est envoyé à Kichinev à deux reprises pour recueillir des témoignages sur le sauvage pogrom d’avril 1903 qu’il évoque dans son poème Dans la ville du massacre, en hébreu et en yiddish. Anski, quant à lui, est chargé de sillonner la Galicie occupée par les Russes en 1915, afin d’aider les populations juives et de recueillir des informations sur les exactions. Sa mission lui permet de rassembler les archives de la catastrophe, en Galicie, Volhynie, Bucovine. Il recueille des témoignages oraux, rassemble affiches et proclamations antisémites pour les expédier à Saint-Pétersbourg où elles serviront de pièces à conviction, collecte les objets du culte afin de les sauver de la destruction, et rédige lui-même son journal en yiddish. Son récit remanié s’intitule La Destruction de la Galicie et paraît peu après sa mort en 192019. Autobiographique, il inclut voix testimoniales et documents d’archives, comme les textes des proclamations officielles organisant la judéophobie d’État.

  • 20 Historien, l’un des fondateurs des Archives historiques juives de l’Est transférées à Berlin et qu (...)
  • 21 Elias Tcherikover, Antisemitism un pogromen in Ukrayne, 1917-1918 [Antisémitisme et pogroms en Ukr (...)

11Les pogroms de la guerre civile en Ukraine sont documentés par l’historien Elias Tcherikover (1881-194320), à l’origine d’un projet collectif encore plus vaste. Dans son livre sur les pogroms des années 1917-1918 en Ukraine, toute la dernière partie inclut la documentation soigneusement classée par thèmes, numéros, parfois traduite de l’hébreu et du russe en yiddish, avec les textes des manifestes, des proclamations, des requêtes des populations, des différentes affaires judiciaires, etc.21 L’objectif est de rompre avec l’histoire « lacrymale » de la persécution et d’adopter une approche objective, politique, de la situation. Le but pratique est non seulement l’information mais aussi l’aide judiciaire et humanitaire. Le moment le plus important à cet égard sera le témoignage du comité, sur la base de cette énorme documentation, lors du procès Schwarzbard en 1927. Ce jeune Juif qui a assassiné le chef nationaliste ukrainien Simon Petlioura, l’un des responsables politiques et militaires des pogroms de l’année 1919, sera finalement acquitté au vu de ces informations.

12Des sept volumes initialement prévus par Tcherikover et son équipe, trois seulement paraîtront, malgré l’effort de documentation sur plus de mille pogroms, comprenant également plusieurs films et plus de 400 photos. L’entreprise anticipe la création du YIVO, le principal centre de recherches dans le domaine ashkénaze ; la façon dont Tcherikover fait acheminer les caisses d’archives, d’abord à Wilno, puis en 1933 à Paris, et enfin en 1944 en Amérique, évoque le transfert analogue de l’Institut Juif de Recherche Scientifique (YIVO) de l’ancien au nouveau monde.

Histoire et fiction

13La spécialisation disciplinaire n’est pas systématique chez ces intellectuels qui se situent souvent à la croisée des savoirs, des langues, des activités militantes, culturelles et artistiques. Leurs trajectoires multiformes expliquent en partie une certaine diversité d’approche dans le rapport à l’écriture historique. Certains procédés de fictionnalisation sont présents, à travers des textes qui ne sont pas purement historiographiques. Le croisement entre histoire et fiction s’observe à la fois chez les historiens et les écrivains, témoignant de la prégnance de la mémoire historique liée à l’urgence du présent.

  • 22 Simon Doubnov, Histoire d’un soldat juif, 1881-1915, préface de Léon Poliakov, Paris, Éditions du (...)
  • 23 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie, op. cit., p. 727.

14Doubnov écrit ainsi son Histoire d’un Soldat juif en 1916, et déclare de façon liminaire que « le fond, sinon la forme est strictement historique22 ». Il dit ainsi penser « de plus en plus à un livre de chagrin et de rage : l’histoire de notre époque à partir de 188123 ». Le personnage du soldat juif, emblématique de l’ironie tragique de l’histoire, est censé évoquer sa triste existence sous forme épistolaire, depuis les premières vagues de pogroms, en 1881, jusqu’à sa mort sur le champ de bataille en 1915.

15Doubnov emprunte certains traits de son récit à une lettre-confession écrite réellement par un soldat au seuil de la mort que l’historien a consultée dans la presse juive. Dans son autobiographie, il précise cet aspect documentaire et décrit les pogroms militaires de la région de Minsk, qu’il utilisera directement dans L’Histoire d’un soldat juif. Ce lien émotionnel à l’histoire récente, qui cause d’ailleurs en partie l’interruption de l’écriture de l’histoire ancienne, débouche sur l’invention d’une sorte de « fiction d’histoire » dont le contenu est emblématique d’une génération sacrifiée, et dont la trajectoire linéaire épouse l’histoire de la discrimination et de la violence antijuives :

  • 24 Ibid., p. 739-740.

[…] j’ai écrit dans le style plein d’émotion d’une prose rythmée, l’essai « Histoire d’un soldat juif », confession avant sa mort d’un soldat de la guerre mondiale qui, auparavant, était un martyr d’une guerre de trente ans de la Russie contre les Juifs. La censure a, dès les premiers chapitres, interrompu la publication de cet essai que, seule, la révolution de Février a sauvé un an plus tard. Quand j’ai achevé ces travaux, j’ai repris la révision de l’histoire ancienne que j’avais abandonnée et suis retourné à l’époque des Asmonéens24.

  • 25 Simon Doubnov, Histoire d’un soldat juif, op. cit., p. 77.

16À ce personnage du soldat dont il n’a lu que quelques lignes figurant dans sa dernière lettre à sa famille, Doubnov invente une biographie exemplaire, presque hagiographique. Ainsi le « je » fictif du soldat est-il constamment soutenu par l’autorité émue et militante de l’historien. La rupture de l’illusion s’élabore par le biais des notes en bas de page, établissant la relativisation de la fiction à travers le changement d’identité de la première personne, qui ne désigne plus dès lors le narrateur fictionnel mais l’auteur-historien en surplomb du dispositif narratif : « J’ai lu une pétition que les fils de la victime (un certain Sobol) envoyèrent au tsar, où ils le suppliaient de procéder à une enquête. Nicolas II n’y accorda aucune attention25. » La rigueur de l’ordre du récit, son aspect démonstratif de même que le pathos assez caractéristique d’une voix sous-jacente redistribuent à l’évidence l’autorité, renvoyant le texte à sa fonction de témoignage.

  • 26 Ibid., p. 745.
  • 27 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie, op. cit., p. 16.

17Évoquant son récit comme l’« histoire d’un parmi beaucoup d’autres26 », Doubnov rend hommage aux acteurs anonymes de l’histoire et entérine l’une des définitions de l’archive qui est de donner la parole à ceux qui n’ont ni l’intention ni les moyens de la prendre. Le « style » quant à lui relève de sa vision du monde, qui non seulement fait parler l’archive mais la transcende à travers ce qu’il appelle le « pathos » de l’histoire. En ce sens, il la recrée en la déplaçant et en lui assignant une fonction directement expressive. L’intérêt pour l’archive débouche sur l’intentionnalité narrative et Doubnov semble alors boucler la boucle qui l’entraînait enfant vers les histoires du Yossipon ou le « sombre poème27 » des archives de famille.

  • 28 Isaac Bashevis Singer, La Corne du bélier, trad. Gisèle Bernier, Paris, Stock, coll. « Bibliothèqu (...)

18On trouverait une situation textuelle à la fois inverse et symétrique du côté de la fiction historique, dans le premier roman d’Isaac Bashevis Singer, publié en Pologne en 193328. Le sous-titre en est « Un récit du temps passé », connotant l’archaïsme, mais aussi le légendaire. D’emblée cependant le lecteur averti identifie l’intertexte de la chronique des persécutions de Khmielnitzki, Le Fond de l’abîme, écrit en hébreu en 1653 par Nathan Hannover, témoin oculaire et chroniqueur de la révolte cosaque de 1648. Le roman se construit aussi à partir de l’intertexte des écrits sabbatéens et anti-sabbatéens lors du mouvement messianique de Sabbataï Tsevi, aux alentours de l’année 1666. Enfin, la fin du récit fait appel aux croyances du folklore en ce qui concerne la séance d’exorcisme qui clôt le roman. On retient de ces emprunts une démarche à la fois philologique et historique, à travers la citation scrupuleuse des textes du passé : référence transparente à la situation de chaos politique, au moment où se répand en Pologne un antisémitisme d’État. Singer n’y échappera qu’en émigrant aux États-Unis en 1935.

19Si les sources textuelles sont avérées, la présence en filigrane de l’archive se déduit du caractère composite des textes cités, chroniques ou témoignages reposant déjà sur une parole littérarisée à partir d’un matériau collectif recomposé. Singer dès lors cite, récrit mais aussi connote constamment la prégnance de cette « rumeur » de l’histoire, de ce « on dit » collectif, figuré par la mise en abyme : convocation des documents dans leur matérialité mimétique, lettres rabbiniques, chansons de noces, complaintes élégiaques sur la mort des martyrs, ou dramatiques mises en scène des croyances démonologiques avec leurs cohortes de noms propres, de pratiques conjuratoires, d’interdits rituels.

  • 29 Max Weinreich (1894-1969), historien et linguiste, l’un des fondateurs du YIVO.
  • 30 Historien du judaïsme polonais, auteur d’importantes monographies sur les communautés de Lemberg e (...)
  • 31 On retiendra en particulier l’ouvrage monumental sur Sabbataï Tsevi. Le Messie mystique (1626-1676 (...)

20L’écrivain, par sa culture familiale mais aussi par ses lectures, sa proximité avec des historiens du judaïsme polonais comme Max Weinreich29 ou Mayer Balaban30, son intérêt pour la mystique juive, qui le rapproche des recherches d’un Gershom Scholem31, par exemple, est particulièrement sensible à une histoire dont il mesure l’intense capacité à fournir des récits, une imagerie, une scène fantasmatique, une grammaire fictionnelle savante et codée. Le raffinement stylistique, l’usage massif des hébraïsmes et de la « langue sacrée » autorisent l’effet de réel mais aussi de stylisation, qui rend la fiction efficace dans sa recréation et sa transfiguration du passé. L’archive manquante évoquée à travers la vision d’une destruction apocalyptique du monde ancien est ainsi littéralement convoquée, recréée, métamorphosée à travers la magie incantatoire du style. Pour autant le roman ne verse pas du côté du factuel documentaire, tant le maillage de l’écriture opère au niveau de l’unification poétique des emprunts et des sources.

21De plus, l’autorité narrative est particulièrement complexe, déstabilisée par des procédés de distanciation : rupture d’un récit premier omniscient dont l’épilogue opère l’attribution à un conteur issu du monde de la tradition qui re-raconte l’histoire, avec une signification symbolique tranchée et des enjeux d’exemplarité absents du récit principal : « conte deux fois conté » (Hawthorne), où le savoir de l’écrivain se met au service du légendaire, à travers le bruissement d’une parole collective qui fait vaciller l’autorité narrative et établit le principe de l’œuvre moderne. L’assignation impossible du récit s’établit à partir d’une remise en question des places et des valeurs dont la littérature finalement émerge, dans toute son autonomie. La figure de l’auteur se dissout, mais le texte du passé n’en détient pas pour autant un statut d’autorité, tant le sens opère à partir de ce va-et-vient, dans son irrésolution même. L’archive parle, certes, mais on ne sait pas vraiment qui la fait parler, dans un récit qui s’établit sur l’hypothèse de la possession démoniaque. Ressuscitée en transparence, l’archive « feinte » crée du trouble, convoque des fantômes, fait parler le passé d’une voix ventriloque, déstabilisant la figure de l’auteur et le concept d’originalité.

L’invention de l’archive

22L’autorité de l’archive, qui sous-tendait la conquête pionnière de l’historiographie ashkénaze, est finalement relativisée par la littérature, qui s’édifie néanmoins à partir du socle de l’histoire. Si la convocation de l’archive, chez Doubnov, traduit finalement l’idéologie de l’auteur, chez Singer à l’inverse, sa citation à la fois fidèle et parodique dissout l’autorité narrative et fait émerger le processus même de la représentation et de sa transmission temporelle. Dès lors, l’archive fait trace en même temps qu’elle se dématérialise, support à rêverie, à fiction, à réélaboration symbolique. Le Pinkas doubnovien, objet de collecte et modèle historien, transmigre à travers de multiples occurrences. Comme chez Hawthorne, le lien au passé culturel se signifie à travers la fiction « antiquaire » ironisée, celle de la trouvaille de l’archive, topos fortement littérarisé. L’écrivain (l’historien) naît en même temps qu’il constitue l’archive et l’invente en tant que lieu de l’origine, chiffre de l’imaginaire collectif et de ses propres hantises.

23L’archive est alors le noyau fictionnel minimal qui unit le sujet à son histoire, l’auteur à ses personnages, le lecteur au bruissement de la tradition. De fait, l’histoire objective, scientifique, totalisante, est contestée (ou du moins ironisée) par la fiction yiddish au moment même où les historiens tentent d’en établir les paradigmes. Au moment également où l’histoire concrète pèse de tout son poids sur le groupe menacé de désintégration. Et en même temps que retentit le mot d’ordre du combat pour l’histoire, son autorité est relativisée par la fiction ambivalente des « classiques » juifs, qui renvoient la culture collective à la mémoire traditionnelle.

  • 32 Mendele Moykher-Sforim, La Haridelle ou détresse des animaux, trad. Batia Baum, postface de Carole (...)
  • 33 Sholem-Aleykhem, Gens de Kasrilevke, traduit du yiddish et préfacé par Jacques Mandelbaum, Paris, (...)
  • 34 Isaac Babel, Cavalerie rouge, récits traduits du russe par Irène Markowicz et Cécile Térouanne, su (...)
  • 35 Rachel Feigenberg, A Pinkes fun a toyter shtot : khurbn Dubove, [Chronique d’une ville morte : la (...)
  • 36 Lamed Shapiro, Le Royaume juif, nouvelles traduites du yiddish par Delphine Bechtel, Carole Ksiaze (...)
  • 37 Voir Yitshak L. Peretz, Les oubliés du shtetl :yiddishland, traduit du yiddish, annoté et présenté (...)
  • 38 Moyshe Kulbak (1896-1937), comme Der Nister, a fréquenté la bohème berlinoise dans les années ving (...)
  • 39 Moyshe Kulbak, Les Zelminiens, traduit du yiddish par Régine Robin, Paris, Le Seuil, 1988, p. 239- (...)

24L’histoire et la géographie dans La Haridelle de Mendele Moykher-Sforim32, sont évoquées en tant que sciences des « nations », récemment importées. Chez Sholem-Aleykhem, l’écriture du passé se lit non pas dans les écrits des historiens mais à même la pierre des stèles, dans les cimetières des bourgades33. I. Babel34, S. Anski reprendront ce topos, méditant l’un et l’autre sur les inscriptions des pierres tombales et la trace encore vive du passé à même le paysage culturel menacé d’anéantissement par la guerre. Rachel Feigenberg intitule Pinkes d’une ville morte son évocation de la destruction totale par les bandes pogromistes du shtetl de Dubove, pendant la guerre civile35. Lamed Shapiro dans Le Royaume juif36 inaugure le récit éponyme par une scène à la synagogue où la communauté éplorée après un pogrom rédige collectivement le pinkes, écrit dans la langue archaïque des Psaumes et des élégies médiévales. I. L. Peretz, parti en quête de statistiques dans les bourgades juives, fait bientôt le constat mi-amer mi-ironique de l’impossibilité de quantifier la résistance à la misère et à l’oppression, avant de diriger son inspiration d’écrivain vers la légende hassidique et les contes symbolistes37. Même la fiction soviétique, avec M. Kulbak38, tente de symboliser la confrontation entre tradition et modernité, poésie du passé et poésie de la révolution à travers la parodie grinçante du savoir historien, comme dans le chapitre des Zelminien intitulé Zelminiade, où les pseudo-sciences du matérialisme dialectique sont épinglées à travers le pastiche stylistique et l’utilisation burlesque de la note infrapaginale39.

25À travers ces multiples symbolisations, c’est finalement le lien de l’archive à la mort, sa signification mélancolique, qui sont connotés. Si l’autorité de l’archive lui est conférée par la mort, le langage littéraire produit quant à lui du jeu à partir du symbolique qui l’institue. Soustraite à l’autorité du fait ou de la preuve, la fiction est consubstantielle à l’avènement d’un « comme si » où se défait toute autorité dogmatique. La mémoire juive se pense elle-même comme lien exclusif à la vie et à la parole. Contrairement à l’archive qui dépend de son insertion dans un tout, un système explicatif, une « collection », le jeu du langage narratif transcende l’assignation au lieu et au temps, permettant le passage de la pluralité du sens.

  • 40 Aaron Zeitlin, Lider fun khurbn un lider fun gloybn, in Ertel, R., Dans la langue de personne, Par (...)

26L’ambivalence par rapport à l’histoire dans l’espace de la modernité yiddish se situerait dès lors du côté du refus du « fait accompli », du « cela a eu lieu » lié à l’événement, dont l’archive, précisément, porte l’empreinte. Mais dans le contexte tragique de l’histoire de l’anéantissement, l’autorité de l’archive devient une question d’une conséquence telle que sa remise en cause acquiert un aspect iconoclaste, permettant de mesurer a contrario la hantise qui s’y exprime : que l’archive manque, définitivement. C’est toute l’ambiguïté de la charge contre l’histoire délivrée par la poésie du khurbn, terme yiddish utilisé pour évoquer à la fois la destruction du Temple et la Shoah. Face à la violence, l’historiographie juive, comme aussi toute littérature, s’avère « barbare », selon le mot d’Adorno, ou du moins impuissante devant la destruction, mais n’en demeure pas moins capitale, ainsi que le constate douloureusement Aaron Zeitlin dans ses Poèmes de l’anéantissement et de la foi40 :

Indécente monte la voix d’Esaü, pareille à elle-même,
et les mains, mains de Jacob, écrivent.
Elles écrivent et décrivent, dernières mains,
comment un peuple a été brûlé
elles écrivent, décrivent, inscrivent.

Notes

1 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie. Souvenirs, réflexions, matériaux pour l’œuvre de mon temps, trad. Brigitte Bernheimer, préface de Henri Minczeles, Paris, Éditions du Cerf, 2001.

2 Simon Doubnov, op. cit., p. 14.

3 Nous utilisons ici la prononciation hébraïque (on trouvera également le terme de pinkes en yiddish).

4 Heinrich Graetz (1817-1891), principal tenant de l’étude scientifique du judaïsme (Wissenschaft des Judentums) est en Allemagne le fondateur de l’historiographie juive moderne.

5 Simon Doubnov, op. cit., p. 49.

6 Ibid., p. 49-50.

7 Simon Doubnov, op. cit., p. 297.

8 Ibid., p. 447.

9 Ibid., p. 447.

10 La conférence de Czernowitz, capitale multiculturelle de la Bucovine, réunit soixante-dix délégués issus du monde politique et intellectuel pour statuer sur les langues et la culture et promouvoir une renaissance culturelle juive en Europe de l’Est.

11 Pseudonyme de Shloyme Zanvl Rappoport (1863-1920), surtout connu pour sa pièce Le Dibbouk, ethnographe, écrivain et homme politique en Russie, auteur d’un bouleversant témoignage pendant la Première Guerre mondiale sur La Destruction de la Galicie (en yiddish).

12 Simon Doubnov, op. cit., p. 624.

13 Ibid., p. 623.

14 Ibid., p. 629.

15 Simon Doubnov, Weltgeschichte des jüdischen Volkes, Berlin, Jüdischer Verlag, 10 volumes, 19251929.

16 Pseudonyme de Sholem Yankev Abramovitch (1836-1917), le premier « classique » de la littérature yiddish au xixe siècle, auteur entre autres titres des Voyages de Benjamin III, Fishké le boiteux et La Haridelle.

17 Pseudonyme d’Asher Ginsberg (1856-1927), membre du groupe d’Odessa, créateur du courant du « sionisme spirituel ».

18 Haim Nachman Bialik (1873-1934) : né en Russie, ce poète bilingue (hébreu-yiddish) choisit l’émigration en Palestine où il devient le créateur de la poésie hébraïque moderne. Son célèbre poème Dans la ville du massacre, écrit en Russie en hébreu puis en yiddish, évoque le pogrom de Kichinev en 1903.

19 Shalom Anski, Der yiddisher khurbn fun Poyln, Galitsye un Bukovine (fun tog-bukh 1914-1917), [La Destruction du monde juif de Pologne, Galicie et Bucovine (extraits du journal 1914-1917)], Wilno, Varsovie, New-York Farlag Anski, 1921. Il existe une traduction anglaise de ce texte : Shalom Ansky, The Ennemy at his Pleasure : A Journey through the Jewish Pale of Settlement During World War I, édition et trad. Joachim Neugroschel, New-York, Henry Holt and Company, 2002.

20 Historien, l’un des fondateurs des Archives historiques juives de l’Est transférées à Berlin et qui deviendront le YIVO (Yidisher visnshaftlekher Institut) à partir de 1925 à Berlin, puis en 1926 à Wilno. Ce centre d’archives, le plus important du domaine ashkénaze, se trouve à New-York depuis 1940.

21 Elias Tcherikover, Antisemitism un pogromen in Ukrayne, 1917-1918 [Antisémitisme et pogroms en Ukraine, 1917-1918], Berlin, 1923. Voir également Di Ukrayner pogromen in yor 1919 [Les pogromes de 1919 en Ukraine], New-York, YIVO, 1965.

22 Simon Doubnov, Histoire d’un soldat juif, 1881-1915, préface de Léon Poliakov, Paris, Éditions du Cerf, 1988, p. 15.

23 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie, op. cit., p. 727.

24 Ibid., p. 739-740.

25 Simon Doubnov, Histoire d’un soldat juif, op. cit., p. 77.

26 Ibid., p. 745.

27 Simon Doubnov, Le Livre de ma vie, op. cit., p. 16.

28 Isaac Bashevis Singer, La Corne du bélier, trad. Gisèle Bernier, Paris, Stock, coll. « Bibliothèque cosmopolite », 1979, [Der Sotn in Goray : A mayse fun fartsaytns], Tel Aviv, Peretz Farlag, 1992, 1re parution, Globus, janvier-septembre 1933, en volume : Pen Club, Varsovie, 1935.

29 Max Weinreich (1894-1969), historien et linguiste, l’un des fondateurs du YIVO.

30 Historien du judaïsme polonais, auteur d’importantes monographies sur les communautés de Lemberg et de Cracovie et de nombreux articles en russe, en allemand et en polonais.

31 On retiendra en particulier l’ouvrage monumental sur Sabbataï Tsevi. Le Messie mystique (1626-1676), Lagrasse, Verdier, 1983.

32 Mendele Moykher-Sforim, La Haridelle ou détresse des animaux, trad. Batia Baum, postface de Carole Ksiazenicer-Matheron, Paris, Bibliothèque Medem, Maison de la culture yiddish, 2008, [Di Kliatshe], dans Geklibene Verk [Œuvres choisies], New-York, Ikuf Farlag, 1946.

33 Sholem-Aleykhem, Gens de Kasrilevke, traduit du yiddish et préfacé par Jacques Mandelbaum, Paris, Julliard, 1993.

34 Isaac Babel, Cavalerie rouge, récits traduits du russe par Irène Markowicz et Cécile Térouanne, suivi de Journal de 1920, trad. Wladimir Berelowitch, Arles, Actes Sud, 1997.

35 Rachel Feigenberg, A Pinkes fun a toyter shtot : khurbn Dubove, [Chronique d’une ville morte : la destruction de Dubove], Varsovie, 1926.

36 Lamed Shapiro, Le Royaume juif, nouvelles traduites du yiddish par Delphine Bechtel, Carole Ksiazenicer et Jacques Mandelbaum, Paris, Le Seuil, 1987 [Di yiddishe Melukhe], New-York, Farlag Yiddishe Lebn, 1929.

37 Voir Yitshak L. Peretz, Les oubliés du shtetl :yiddishland, traduit du yiddish, annoté et présenté par Nathan Weinstock avec la collaboration de Micheline Weinstock, préface de Jean Malaurie, Paris, Plon, 2007 [Bilder fun a provintsrayze], dans Ale Verk [Œuvres complètes], New-York, CYCO, 1947.

38 Moyshe Kulbak (1896-1937), comme Der Nister, a fréquenté la bohème berlinoise dans les années vingt avant de regagner l’Union soviétique où il meurt, victime de la répression stalinienne.

39 Moyshe Kulbak, Les Zelminiens, traduit du yiddish par Régine Robin, Paris, Le Seuil, 1988, p. 239-247, [Zelmenianer], Minsk, 1931, 1935.

40 Aaron Zeitlin, Lider fun khurbn un lider fun gloybn, in Ertel, R., Dans la langue de personne, Paris, Le Seuil, 1993, p. 177.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540