Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autorité en littérature

 | 
Emmanuel Bouju

Chapitre 3 – Exercice de l’autorité narrative

L’autorité narrative en question dans le roman contemporain. Enjeux théoriques et esthétiques d’une notion

Frances Fortier et Andrée Mercier

Texte intégral

  • 1 Intitulée « Vraisemblance et autorité narrative dans le roman contemporain », cette recherche est (...)

1Entre l’auctoritas médiévale qui engageait la responsabilité de l’auctor, la déconstruction savante qui a proposé le décentrement du sujet, et la résurgence récente de l’auteur, la notion d’autorité a subi bien des avatars. Il nous semble aujourd’hui opportun de lui assigner une place au sein de la théorie littéraire, en la dotant d’une valeur opératoire susceptible de donner sens aux productions littéraires contemporaines. Il s’agit, en quelque sorte, de raffiner la conception de l’autorité narrative en prenant en considération la diversité de ses modalités et de ses figurations aussi bien dans les travaux théoriques que dans les œuvres littéraires elles-mêmes. Dans le cadre d’un projet de recherche que nous menons depuis quelques années déjà1, la notion d’autorité narrative nous est apparue constituer, en effet, une notion apte à désigner un travail de problématisation des enjeux de crédibilité et des modes d’adhésion à la fiction particulièrement prégnant dans le roman contemporain. Cette valeur opératoire demande toutefois un exercice préalable de redéfinition. De fait, la notion d’autorité, pour être souvent convoquée dans les études théoriques ou critiques, ne forme pas pour autant un concept aux contours bien définis. Le noyau dur que l’on peut dégager de ses différentes acceptions paraît par ailleurs bien restrictif ; d’abord parce que l’autorité se voit liée presque essentiellement à la figure de l’auteur et de ses variations, ensuite parce qu’elle semble davantage ramenée à un principe ou à des valeurs qu’à une fonction ou un véritable processus interprétatif. Notre étude a donc pour principaux objectifs de redéfinir la notion d’autorité narrative en la dégageant de son ancrage auctorial, d’en faire le vecteur privilégié d’une lecture renouvelée des textes narratifs en la jumelant à la vraisemblance, de réaffirmer, car on l’oublie souvent, sa dimension construite et fictionnelle et, enfin, de rappeler que l’autorité narrative est susceptible non seulement d’être instaurée mais aussi d’être minée, contestée, reconfigurée ou mimée par le jeu des structures textuelles. Au fil de notre parcours résolument descriptif et argumentatif, nous renverrons à différents travaux théoriques ainsi (bien que dans une moindre mesure) qu’à des romans contemporains qui engagent des modalités et des figurations diverses de l’autorité narrative.

L’autorité et ses effets de persuasion

  • 2 À l’exception de deux mentions, dans le Dictionnaire fondamental du français littéraire (1993) et (...)
  • 3 S. Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, Presses Universitaires de France, 1983

2Dans les faits, le terme « autorité » figure d’abondance dans le discours littéraire – sans pour autant avoir fait l’objet d’une théorisation spécifique, théorisation qui émerge à peine et à laquelle nous souhaitons contribuer2. Elle s’entend surtout au sens de principe d’autorité, d’instances détentrices d’autorité (crédibilité d’un auteur, d’un texte), parfois de formes contestataires (la parodie, la satire, le burlesque comme autant de pieds de nez à l’autorité), voire de genres autoritaires. L’ouvrage canonique de Susan Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive3 montre bien comment l’autorité s’instaure systématiquement, à l’intérieur du texte, par l’entremise d’une fonction interprétative constamment réactualisée par le narrateur et qui cautionne la vérité d’une doctrine :

  • 4 Ibid., p. 18.

Que la thèse soit conservatrice ou révolutionnaire, défendant le statu quo ou appelant son abolition, le roman à thèse est en tant que genre foncièrement autoritaire : il fait appel au besoin de certitude, de stabilité et d’unicité qui est un des éléments du psychisme humain ; il affirme des vérités, des valeurs absolues. S’il infantilise le lecteur, il lui offre en échange un réconfort paternel4.

  • 5 A cet égard, le titre anglais de l’ouvrage, Authoritarian Fictions. The Ideological Novel as a Lit (...)
  • 6 Ibid., p. 278.
  • 7 Ibid., p. 282.

3De l’autorité à l’autoritarisme, le pas est aisément franchi et cette inflexion subtile, élaborée par Suleiman, fait émerger, en filigrane, une autre conception de l’autorité, indissociable de la relation au destinataire comme de la relation au référent5 et fait du roman à thèse « autant un phénomène de lecture que d’écriture6 ». Que cette pratique générique se soit vue déconsidérée par la critique car faisant appel à « la fiction théorique de la lecture naïve7 » importe peu : la réflexion de Suleiman, dans la mesure où elle décrit précisément les mécanismes d’adhésion en régime narratif, nous semble susceptible de rendre compte, tout autant, des textes qui, à l’inverse du roman à thèse, problématisent l’autorité narrative.

  • 8 V. Jouve, Poétique des valeurs, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.
  • 9 Ibid., p. 90.
  • 10 L. Korthals Altes, Le Salut par lafiction ? Sens, valeur et narrativité dans Le roi des Aulnes de (...)
  • 11 V. Jouve, « L’autorité textuelle », dans K. Canvat et G. Legros (dir.), Les valeurs dans/de la lit (...)

4Vincent Jouve, dans son ouvrage Poétique des valeurs8 – une étude sémiologique de l’» effet-valeur » produit par la fiction – reprend entre autres les propos de Suleiman pour discuter de la notion d’autorité énonciative, nommée aussi, indifféremment, chez Jouve, autorité narrative. Il reconduit la notion d’autorité comme « figure responsable de l’ensemble du texte9 », après avoir discuté de la nécessité d’admettre, dans deux cas bien précis – le récit à la première personne et le récit d’un narrateur déficient –, l’existence d’une instance supérieure qui met en scène le narrateur. Jouve ne pousse pas plus avant, dans cet ouvrage, la réflexion — tel n’est pas son propos – se limitant à postuler l’existence d’une « voix qui fait autorité », peu importe qu’elle soit le fait du narrateur, de l’auteur ou de l’auteur « impliqué ». En prenant appui sur les travaux de Liesbeth Korthals Altes10, Jouve montre que « l’auteur impliqué dispose d’une position interprétative qui peut être déduite des techniques narratives utilisées et de la construction textuelle d’ensemble11 ».

  • 12 M. Couturier, La Figure de l’auteur, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1995, p. 132, cité par Jouve, (...)

5Cet auteur implicite, toutefois, ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut. Ainsi Gérard Genette juge-t-il futile la construction d’une telle structure modélisante, considérant que l’auteur implicite recouvre à la fois le narrateur et l’auteur empirique. D’aucuns vont plus loin, faisant de la reconnaissance de l’image auctoriale l’enjeu de l’entreprise lectorale : Maurice Couturier, par exemple, dans La Figure de l’auteur estime que la figure de l’auteur « n’est pas un personnage de fiction comme le serait un narrateur hétérodiégétique ou un auteur impliqué mais un énonciateur singulier qui, malgré toutes ses esquisses, est bel et bien une projection parcellaire de l’auteur lui-même [...] cet interlocuteur sans cesse en fuite que le lecteur cherche à appréhender à travers les traces qu’il laisse dans son texte12 ». Nous retenons de ces travaux, issus de la poétique, un désir de remonter à la source première de la construction d’un univers axiologique, de revenir à l’origine de l’intentionnalité, au maître d’œuvre des structures textuelles. Autorisée ou autoritaire, cette voix qui subsumerait toutes les autres, serait toujours à chercher du côté de l’auteur, de ses traces, voire de ses simulacres. Une telle conception, qui lie la figure de l’auteur (qu’il soit réel, construit, implicite ou masqué) au sens du texte, nous semble toutefois ouvrir une porte trop étroite, obligeant dans le meilleur des cas à statuer sur le caractère plus ou moins « autoritaire » ou « autorisé » des postures énonciatives ; ainsi, sur la foi d’innombrables exemples textuels qui iraient de Borgès à Jean-Philippe Toussaint, il nous semble hasardeux de conclure que les stratégies de légitimation mises en place dans un texte, tels l’érudition, le témoignage, les pétitions d’authenticité, renvoient nécessairement à une autorité. Notre ambition est ailleurs, dans la recherche des modalités d’instauration mais aussi de problématisation de l’autorité, de son rôle dans la transmission narrative, de ses stratégies d’élaboration ou de minage du sens. Afin de lui redonner sa dimension opératoire, il nous semble judicieux, dans un premier temps, de la dégager de la figure de l’auteur pour la faire jouer dans une configuration plus large, qui met en perspective les structures textuelles et le lecteur, et permet de prendre en considération son éventuelle fictionnalisation.

La dimension interactive de l’autorité

  • 13 Nous avons étudié ailleurs les modalités d’instauration de l’autorité narrative et distingué diver (...)
  • 14 Dominique Maingueneau, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Bordas, 1990, p. 16.
  • 15 S. Sneider Lanser, Fictions of Authority. Women Writers and Narrative Voice, Ithaca et Londres, Co (...)
  • 16 F. Fortier et A. Mercier, « L’autorité narrative et ses déclinaisons en fiction contemporaine : Ci (...)
  • 17 R. Amossy, « De l’énonciation à l’interaction. L’analyse du récit entre pragmatique et narratologi (...)

6Notre conception de l’autorité narrative la fait essentiellement dynamique, interactive et inférentielle. Dynamique car elle relève de l’ensemble des éléments de la structure narrative, et non de la seule voix : les scénographies énonciatives des romans contemporains jouent à l’envi, par exemple, des découplages de la narration et de la focalisation, ce qui brouille ou dissocie la voix et le point de vue transmis. Il arrive également que ces scénographies confient les mandats de narration à des narrateurs incompétents ou qu’elles inversent les pôles de narration dès lors que le narrataire se fait narrateur, qu’elles multiplient les protocoles d’authentification, etc.13. Dans bien des cas, la voix est donc plurielle, partagée, et elle n’est qu’un élément d’un système autrement complexe. L’autorité apparaît en outre essentiellement interactive, car nous postulons, avec la pragmatique, que « l’instance pertinente en matière de discours [n’est pas] l’énonciateur mais le couple que forment le locuteur et l’allocutaire14 ». C’est la position, par exemple, de Susan Sneider Lanser dans l’introduction de son ouvrage Fictions of Authority. Women Writers and Narrative Voice15 quand elle affirme que l’autorité discursive n’est pas toute entière à verser du côté de l’instance énonciatrice et du texte, mais qu’elle est plutôt le produit d’une interaction ou d’un dialogue avec le lecteur. Que faire d’un texte narratif, par exemple, qui déjoue le pacte de lecture, qui convoque constamment le lecteur, ou relate des péripéties sans les rattacher à une logique événementielle16 ? À défaut de pouvoir retracer une quelconque intentionnalité, l’autorité devient-elle pour autant évanescente ou inopérante ? À quoi le lecteur doit-il la rattacher ? À la logique du récit ? C’est en ce sens que l’autorité nous apparaît tout autant inférentielle, car elle repose sur un calcul interprétatif du lecteur virtuel, dirait Ruth Amossy, qui doit construire une image du texte à partir de la connaissance « de son esthétique et de son appartenance littéraire17 ».

  • 18 Une telle contestation, dira Susan Sneider Lanser, ne va pas sans paradoxe : « I believe, however, (...)

7Ainsi pensée, l’autorité narrative n’est pas un donné du texte, elle ne renvoie pas à la posture univoque d’un narrateur qui maîtriserait avec plus ou moins de brio les règles de la narrativité ou celles des esthétiques en vogue ; elle est à construire à travers la reconnaissance des modalités de son instauration, construction qui doit en outre prendre en considération l’éventualité d’une duplicité, d’une critique de l’autorité. Une telle possibilité de contestation18 est tout autant, nous semble-t-il, une préoccupation de la critique – qui de McIntosh à Fludernick et à Nünning essaie de penser la question du non-fiable (the unreliable) – qu’elle est au cœur des écritures contemporaines, qui démultiplient allègrement les postures de l’autorité narrative.

8Cette autorité que nous cherchons à reconnaître s’instaure, nous le pressentons, par des modalités diverses et joue le jeu de sa propre contestation. Peu importe qu’elle se mette de l’avant, ou qu’elle cherche à se diluer, l’autorité devient l’objet d’un questionnement. La crédibilité d’un texte narratif, son autorité, dépend ainsi moins du pouvoir symbolique d’une instance auctoriale – et c’est en ce sens que nous nous distançons des conceptions trop restrictives de l’autorité – que de la possibilité, pour le lecteur, de reconnaître les mécanismes de son instauration et de sa contestation.

L’autorité et le vraisemblable

  • 19 C. Cavillac, « Vraisemblance pragmatique et autorité fictionnelle », Poétique, n° 101, 1995, p. 27

9Si l’on conçoit l’autorité comme ce qui se porte garant du récit et de son sens, l’autorité renvoie essentiellement à une question de crédibilité et d’adhésion. C’est pourquoi il nous semble opportun, en contexte de fiction, de lier l’autorité à la vraisemblance. Dans un article intitulé « Vraisemblance pragmatique et autorité fictionnelle », Cécile Cavillac pose les jalons d’une saisie historique des modalités de l’autorité qu’elle dégage nettement de la notion de l’auteur, notamment en la qualifiant de fictionnelle. Notre intuition d’une inflexion majeure des codes de la transmission narrative contemporaine doit beaucoup à Cavillac, qui déplore le fait que le « conflit des vraisemblances n’[ait] pas, à [sa] connaissance, été envisagé par la réflexion théorique, qui reste ici très en retrait sur celle qui sous-tend le travail des praticiens19 ». Dans cette perspective, il nous semble essentiel d’engager la théorisation de l’autorité narrative contemporaine sur la base des mécanismes d’adhésion à l’histoire racontée, adhésion qui passe par la vraisemblance, que cette vraisemblance soit relative à l’expérience commune (empirique), à la cohérence de l’intrigue (diégétique), aux conventions du roman (générique) ou à la crédibilité du narrateur et de la situation énonciative (pragmatique).

  • 20 F. McIntosh, La vraisemblance narrative. Walter Scott, Barbey d’Aurevilly, Paris, Presses de la So (...)
  • 21 Ibid., p. 144.
  • 22 Ibid., p. 146.
  • 23 Ibid., p. 146.
  • 24 Ibid., p. 150.

10Fiona Mcintosh dans son ouvrage intitulé La vraisemblance narrative. Walter Scott, Barbey d’Aurevilly (2002) rapproche, au-delà de leurs singularités esthétiques, ces deux romanciers du xixe siècle à la faveur des procédés et techniques privilégiés par chacun dans la transmission du savoir. Mcintosh dégage le vraisemblable du rapport au référent en le versant tout entier du côté de l’énonciation. Cette suprématie de la vraisemblance pragmatique, héritée de Cavillac, prend appui sur les trois modes de « rhétorisation » qu’elle distingue et qui engagent divers types d’autorité, selon que le garant du discours réside dans le récit lui-même, dans la force persuasive de la voix narrative ou dans la primauté des faits20. Un tel partage, toutefois, ne doit pas laisser croire à un cloisonnement étanche mais incite plutôt à les faire jouer dans un ensemble dynamique où il s’agit toujours de retracer, de situer l’origine du savoir. À l’omniscience du narrateur du xixe siècle, qui diminue l’importance du discours d’autorité en empêchant le lecteur de « donner une origine au regard21 », viennent s’ajouter diverses techniques qui auront pour effet de la renforcer : McIntosh désigne, dans cette perspective, la narration personnelle, l’adresse au lecteur, la fonction de régie ou la posture « de l’observateur et du déchiffrement22 », qui répondent « à la nécessité de donner une origine aux informations23 ». On le pressent, l’autorité ainsi conçue sera difficile à localiser dans un roman qui multiplie les points de vue ou enfreint délibérément les codes de la narration impersonnelle, par la métalepse ou toute autre intrusion incongrue. « Pour qu’il y ait véritablement autorité, [demande McIntosh], ne faut-il pas qu’elle soit une et univoque24 ? »

  • 25 McIntosh propose de schématiser un certain nombre de cas, du plus simple au plus complexe, en pren (...)

11La question est rhétorique car il s’agit moins, pour nous, de cerner le lieu précis de l’autorité que de montrer les modalités qui la reconduisent ou l’invalident. Pour McIntosh toutefois, une hiérarchisation semble nécessaire, hiérarchisation qu’elle tente d’opérer en distinguant, avec la narratologie, le narrateur et l’auteur impliqué, envisagés comme « personnages construits » et en admettant divers degrés d’autorité, fluctuant selon le caractère plus ou moins fiable du narrateur25. Nous retenons de McIntosh son répertoire des situations d’énonciation du roman du xixe siècle et l’articulation singulière qu’elle propose entre la vraisemblance pragmatique et l’autorité narrative. Jumelées à celles de Cavillac, ses propositions nous permettent d’inscrire notre poétique de l’extrême-contemporain dans une histoire des formes narratives tout en nous permettant de penser autrement la relation entre vraisemblance, réalisme et illusion romanesque.

La fiabilité et l’auteur implicite : l’approche cognitive

  • 26 A. Nünning, « Reconceptualizing Unreliable Narration : Synthesizing Cognitive and Rhetorical Appro (...)
  • 27 Tamar Yacobi, « Fictional Reliability as a Communicative Problem », Poetics today, n° 2, 1981, p. (...)
  • 28 William Riggan, Picaros, Madmen, naifs, and Clowns : The Unreliable First Person narrator, Norman, (...)
  • 29 A. Nünning, « Unreliable, Compared to What ? Towards a Cognitive Theory of Unreliable Narration : (...)
  • 30 « In other words : whether a narrator is regarded as unreliable not only depends on the distance b (...)

12Penser l’autorité narrative en termes de crédibilité, que cette crédibilité soit ostensiblement reconduite ou délibérément déconstruite, exige qu’on prenne la mesure des études théoriques consacrées à la narration non-fiable. Un article récent de Ansgar F. Nünning, « Reconceptualizing Unreliable Narration : Synthesizing Cognitive and Rhetorical Approaches26 », propose une synthèse remarquable des trois grandes configurations théoriques qui tentent de la redéfinir : les approches narratologiques qui repensent le lien à l’auteur implicite (Yacobi, Wall, Rimmon-Kennan, Chatman27) ; les taxinomies du non-fiable (Riggan, Phelan et Martin28) qui échouent toutefois à rendre compte des mécanismes de reconnaissance de ce narrateur non-fiable ; enfin les propositions issues des approches cognitive et constructiviste (Nünning, Fludernik, Culler29) qui inversent la perspective et stipulent que la narration non-fiable ne relève pas tant du narrateur que d’une stratégie interprétative du lecteur30.

  • 31 Jean-Philippe Toussaint, Fuir, Paris, Minuit, 2005.

13De notre point de vue, cette réflexion sur la narration non-fiable nous semble pouvoir rejoindre nos préoccupations sous trois aspects. En premier lieu, il appert que la notion de non-fiable représente une des manifestations, parmi d’autres, d’une problématisation de l’autorité narrative. Pensons ici, par exemple, à Fuir de Jean-Philippe Toussaint31, qui met en scène un narrateur personnel engagé dans une aventure qui ne le concerne pas, qui ne fait pas que s’abandonner aux aléas de l’histoire mais répète constamment qu’il ne sait pas ce qui se passe, qu’il ne comprend pas. Ce narrateur non-fiable, pourrait-on dire, multiplie à l’envie les inadéquations entre ce qu’il vit et ce qu’il raconte, en soulignant ses distorsions perceptives, en contrevenant expressément aux conventions de la narration omnisciente, en se posant constamment en spectateur de ses actions. Une telle narration, précisément par son affirmation d’incompétence, de non fiabilité, remet sciemment en cause l’autorité narrative et se signale explicitement par de multiples entorses à la vraisemblance pragmatique, tout comme à la vraisemblance diégétique. Ce constat, outre le fait qu’il dédouane le narrateur de toute emprise sur son texte, nous amène à considérer ces codes de vraisemblance, et c’est là le deuxième point de jonction avec la théorisation du non-fiable, comme les cadres de référence du lecteur. De fait, dans l’interaction entre le lecteur et le texte au cœur de l’approche cognitive, ces cadres de référence lui permettent, sur la foi de ses expériences empiriques, sociales ou littéraires, de saisir les distorsions de la narration non-fiable ; nous estimons que les codes de vraisemblance retenus (empirique, diégétique, pragmatique et générique) peuvent remplir ce rôle tout en faisant l’économie d’une localisation de la question de l’autorité, qui ne relève pas tant du narrateur, du récit, du narrateur implicite ou du lecteur, que d’une combinaison de tous ces aspects. Enfin, en guise de troisième point de convergence, cette façon de voir a le mérite de dégager la notion d’autorité de sa dimension anthropomorphe et de rejoindre ainsi les avancées de la narratologie contemporaine, qu’elle soit classique ou post-classique, en réaffirmant la dimension dynamique, interactive et inférentielle de l’autorité narrative.

L’autorité est toujours une fiction

  • 32 S. Sneider Lanser, op. cit.

14En cherchant à saisir l’autorité en dehors de la silhouette auctoriale, en choisissant de la lire à travers les entorses aux codes de vraisemblance, il s’agit de rompre délibérément la « chaîne d’autorité » et de reprendre la question en insistant sur les fictions d’autorité construites par l’entremise de stratégies textuelles. Dans son ouvrage Fictions of Authority32, Lanser distingue trois modes narratifs, que nous traduisons librement par auctorial (authorial), personnel (personal) et collectif (communal), qui engagent divers types d’autorité. En précisant qu’il s’agit toujours de structures fictionnelles, Lanser stipule que la voix auctoriale bénéficie d’une autorité maximale en ce qu’elle reproduit la structure et la fonction de l’auteur empirique ; cette autorité dite diégétique s’oppose à l’autorité mimétique de la voix personnelle. La troisième forme retenue par Lanser, la voix collective, n’a pas d’équivalent terminologique en narratologie : elle désigne un ensemble de pratiques qui articulent soit une voix collective, soit une collection de voix qui partagent l’autorité narrative. Qu’elle soit singulière, simultanée ou séquentielle, cette voix collective, au sens de Lanser, représente la plus insidieuse fiction d’autorité, dans la mesure où elle est disséminée. Ce cadre théorique, qui raffine la saisie des régimes narratifs, réaffirme en outre le caractère construit de l’autorité en la montrant tributaire des formes qui l’instaurent ou la contestent. Les fictions d’autorité dégagées par Lanser demeurent toutefois liées essentiellement à la voix narrative ; il nous semble pouvoir affirmer que la mise en jeu de l’autorité narrative peut s’incarner dans d’autres procédés.

Dénis d’autorité : quelques exemples

  • 33 Richard Millet, Lauve le pur, Paris, POL, 2000.
  • 34 Yann Martel, L’Histoire de Pi, trad. Nicole et Émile Martel, Montréal, XYZ, 2002.
  • 35 Antoine Volodine, Des anges mineurs, Paris, Le Seuil, 1999.

15Ainsi, nous retenons à titre de figurations de l’autorité un inventaire plus large des lieux de l’autorité, fictionnelle il va sans dire, qui s’exprime certes dans des scénographies énonciatives plus ou moins inventives, qui la thématisent ou non, mais tout autant dans des formes qui la déportent sciemment. Sous couvert d’une efficace captatio illusionis, ces romans peuvent se lire sous l’angle d’une déstabilisation, d’une déconstruction de l’autorité narrative, qui passe par l’instauration d’une tension exacerbée entre les stratégies de crédibilité et les entorses aux codes de vraisemblance. Dans Lauve le pur de Richard Millet33, la seule identification d’une voix collective ne suffit pas à rendre compte d’une mise en jeu de l’autorité qui passerait dans ce cas par une dissémination de la voix : pour mieux saisir cette mise en jeu, il faut prendre en considération l’invraisemblance pragmatique qui la détermine, au sens où aucune de ces femmes n’a été désignée à titre de narratrice pas plus qu’elles n’ont les compétences, étant illettrées, pour rendre le discours de Lauve dans toute son ampleur, mission qu’elles accomplissent pourtant. L’autorité se voit donc engagée dans un processus d’affirmation et de contestation : ces improbables narratrices n’en racontent pas moins. Une même tension s’observe dans Histoire de Pi de Yann Martel34. Le surcodage des procédures d’authentification, qui passe par une série de relais de parole visant à attester la vérité et la valeur du récit, se heurte néanmoins au caractère invraisemblable de la diégèse, invraisemblance affirmée dans le texte même. Avec Fuir de Jean-Philippe Toussaint, l’autorité réside tout entière dans les schémas préformatés de la narration événementielle, qui assure la crédibilité d’un récit répondant aux règles de la mise en intrigue, en dépit de cet invraisemblable narrateur qui ne sait pas pourquoi il est passager d’une moto lancée à vive allure dans un Shangaï de série noire. Enfin, la démultiplication effrénée des incarnations du je des quarante-neuf narrats qui forment Des anges mineurs d’Antoine Volodine35 dissout déjà toute forme d’autorité narrative : liée à l’invraisemblance du schéma énonciatif de départ – le narrateur récitant ses narrats alors qu’il est enchaîné et mis en joue par ses grands-mères éternelles – et à l’invraisemblance empirique des univers diégétiques, cette démultiplication du je indexe en l’amplifiant l’indétermination du sens au cœur du propos.

Conclusion : une autorité en procès

16À titre d’illusion à déconstruire, pour reprendre les mots de Starobinski, l’autorité de la présence auctoriale semble la cible de tout un pan de la littérature contemporaine, qui affiche par ailleurs sans fausse pudeur un désir de raconter. En renouant avec l’intrigue, avec l’appartenance générique, avec la séduction du personnage et la création d’univers diégétiques, cette frange de romans n’abandonne pas pour autant toute réflexion critique : de fait, il nous semble plutôt qu’elle est à redéfinir son ambition mimétique en la mettant à l’épreuve de la vraisemblance, précisément pour désigner, affirmer ou dissoudre l’autorité narrative.

17Le parcours emprunté visait à rendre compte des emprunts terminologiques, des choix méthodologiques et des inflexions théoriques qui ont permis de faire émerger notre conception de l’autorité narrative. Synthétisons ici quelques jalons : de Suleiman à Jouve, l’autorité transite de la relation au destinataire et au référent jusqu’à l’auteur implicite, davantage vu comme un effet de procédés que comme un support d’intentions ; entre Cavillac, qui lie l’autorité fictionnelle à la vraisemblance pragmatique, et McIntosh qui repense l’articulation de l’autorité en regard de l’illusion romanesque, prend place la réflexion engagée autour de la narration non-fiable par la narratologie classique et post-classique, qui permet d’envisager, en creux, avec Nünning, les stratégies et techniques qui instaurent l’autorité en termes d’adhésion et de crédibilité ; enfin, le répertoire des figures narratives de l’autorité monté par Lanser permet d’en réaffirmer la dimension fictionnelle. Notre conception de l’autorité, nous la montre pour l’instant labile, tributaire des structures textuelles, et irrémédiablement liée aux codes de vraisemblance qui permettent de prendre la mesure de son instauration comme de sa contestation.

Notes

1 Intitulée « Vraisemblance et autorité narrative dans le roman contemporain », cette recherche est subventionnée depuis 2006 par le CRSH du Canada.

2 À l’exception de deux mentions, dans le Dictionnaire fondamental du français littéraire (1993) et dans le Dictionnaire du littéraire (2002), le terme « autorité » est à peu près absent des dictionnaires et autres lexiques de la critique.

3 S. Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, Presses Universitaires de France, 1983.

4 Ibid., p. 18.

5 A cet égard, le titre anglais de l’ouvrage, Authoritarian Fictions. The Ideological Novel as a Literary Genre, rendait davantage justice au propos.

6 Ibid., p. 278.

7 Ibid., p. 282.

8 V. Jouve, Poétique des valeurs, Paris, Presses Universitaires de France, 2001.

9 Ibid., p. 90.

10 L. Korthals Altes, Le Salut par lafiction ? Sens, valeur et narrativité dans Le roi des Aulnes de Michel Tournier, Amsterdam, Rodopi, 1992.

11 V. Jouve, « L’autorité textuelle », dans K. Canvat et G. Legros (dir.), Les valeurs dans/de la littérature, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2004, p. 94 ; l’article est publié concurremment en 2004 dans la revue Enjeux, n° 59, p. 143-154.

12 M. Couturier, La Figure de l’auteur, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1995, p. 132, cité par Jouve, Poétique des valeurs, op. cit., p. 91, note 2.

13 Nous avons étudié ailleurs les modalités d’instauration de l’autorité narrative et distingué diverses manières : la figure du conteur chez Millet (Lauve le pur), le discours préfaciel chez Yann Martel (Histoire de Pi), les narrats de Volodine qui interdisent toute remontée à la source énonciative (Des anges mineurs) apparaissent comme autant d’exemples de problématisation de l’autorité narrative. (F. Fortier et A. Mercier, « L’autorité narrative dans le roman contemporain. Exploitations et redéfinitions », Protée, vol. 34, n° 2-3, 2006, p. 139-153.)

14 Dominique Maingueneau, Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Bordas, 1990, p. 16.

15 S. Sneider Lanser, Fictions of Authority. Women Writers and Narrative Voice, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1992.

16 F. Fortier et A. Mercier, « L’autorité narrative et ses déclinaisons en fiction contemporaine : Cinéma, de Tanguy Viel et Fuir, de Jean-Philippe Toussaint », dans B. Havercroft, P. Michelucci et P. Riendeau (dir.), Le roman français de l’extrême contemporain. Écritures, engagements, énonciations, Québec, Éditions Nota bene, coll. « contemporanéités », 2010, p. 255-277.

17 R. Amossy, « De l’énonciation à l’interaction. L’analyse du récit entre pragmatique et narratologie », dans Ruth Amossy (dir.), Pragmatique et analyse des textes, Tel Aviv, Presses de l’Université de Tel Aviv, 2002, p. 51.

18 Une telle contestation, dira Susan Sneider Lanser, ne va pas sans paradoxe : « I believe, however, that even novelists who challenge this authority are constrained to adopt the authorizing conventions of narrative voice in order, paradoxically, to mount an authoritive critique of the authority that the text therefore also perpetuates » (op. cit., p. 7).

19 C. Cavillac, « Vraisemblance pragmatique et autorité fictionnelle », Poétique, n° 101, 1995, p. 27.

20 F. McIntosh, La vraisemblance narrative. Walter Scott, Barbey d’Aurevilly, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002. Pour le détail de l’argumentation, on lira le chapitre intitulé « Récits d’Histoire : récits exemplaires, chroniques historiques et documents » (p. 49-61).

21 Ibid., p. 144.

22 Ibid., p. 146.

23 Ibid., p. 146.

24 Ibid., p. 150.

25 McIntosh propose de schématiser un certain nombre de cas, du plus simple au plus complexe, en prenant en considération certaines formes d’emboîtement des récits, sur le modèle de Booth. Ces schémas servent à établir les degrés respectifs de fiabilité de l’auteur impliqué et des narrateurs ; ils servent également à classer les divers romans des auteurs retenus (Ibid., p. 151-160).

26 A. Nünning, « Reconceptualizing Unreliable Narration : Synthesizing Cognitive and Rhetorical Approaches », dans James Phelan et Peter J. Rabinowitz (dir.), A Companion to Narrative Theory, Madden et Oxford, Blackwell Publishing, 2005, p. 89-107.

27 Tamar Yacobi, « Fictional Reliability as a Communicative Problem », Poetics today, n° 2, 1981, p. 113-126 ; T. Yacobi, « Narrative and Normative Patterns : On Interpreting Fiction », Journal of Lieteray Studies, n° 3/2, 1987, p. 18-41 ; T. Yacobi, « Package Deals in Fictional Narrative. The Case of the Narrator’s (Un)reliability », narrative, n° 9, 2001, p. 223-229 ; Karen Wall, « The Remains of the Day and its Challenges to Theories of Unreliable Narration », Journal of narrative technique, n° 24, 1994, p. 18-42 ; Solomith Rimmon-Kenan, narrative Fiction : Contemporary Poetics, Londres, Methuen, [1983] 2003 ; Seymour Chatman, Coming to terms : The Rhetoric of narrative in Fiction and Film, Ithaca, New York et Londres, Cornell University Press, 1990.

28 William Riggan, Picaros, Madmen, naifs, and Clowns : The Unreliable First Person narrator, Norman, University of Okahoma Press, 1981 ; James Phelan et Mary Patricia Martin, « The Lessons of Weymouth’: Homodiegesis, Unreliability, Ethics and The Remains of the Day », dans D. Herman (dir.), Narratologies : New Perspectives on Narrative Analysis, Columbus, Ohio State University Press, 1999, p. 88-109.

29 A. Nünning, « Unreliable, Compared to What ? Towards a Cognitive Theory of Unreliable Narration : Prolegomena and Hypotheses », dans W. Grünzweig et A. Solbach (dir.), Grenzüberchreitungen : narratologie im Kontext / Trancending Boundaries : Narratology in Context, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1999, p. 53-73 ; Monika Fludernik, « Defining (in)sanity : the narrator of The Yellow Wallpaper and the question of unreliability », dans W. Grünzweig et A. Solbach (dir.), Ibid. p. 75-95 ; Jonathan Culler, « Omniscience », Narrative, vol. 12, n° 1, 2004, p. 22-34.

30 « In other words : whether a narrator is regarded as unreliable not only depends on the distance between the norms and values of the narrator and those of the text as a whole (or of the implied author) but also on the distance that separates the narrator’s view of the world from the reader’s or critic’s world-model and standards of normalcy, which are themselves, of course, subject to change » (A. Nünning, « Recontextualizing... », loc. cit., p. 95).

31 Jean-Philippe Toussaint, Fuir, Paris, Minuit, 2005.

32 S. Sneider Lanser, op. cit.

33 Richard Millet, Lauve le pur, Paris, POL, 2000.

34 Yann Martel, L’Histoire de Pi, trad. Nicole et Émile Martel, Montréal, XYZ, 2002.

35 Antoine Volodine, Des anges mineurs, Paris, Le Seuil, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540