Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autorité en littérature

 | 
Emmanuel Bouju

Chapitre 1 – De l’invention de l’auteur à la crise de l’autorité

Une autorité en quête d’auteur ? L’(anti-)rhétorique d’exposition chez Bossuet

Anne Régent-Susini

Texte intégral

1On connaît l’aveu, mi-malicieux, mi-sincère de Roland Barthes :

  • 1 Roland Barthes, « Réponses », « Cours et entretiens, 1971 », dans Œuvres complètes, t. 2 (1966-197 (...)

La langue que je savoure, ce n’est pas la langue du temps progressiste […], mais la langue du temps autoritaire, […] la prose du xviie siècle : j’ai lu (hélas, sans doute) plus de Bossuet que de Diderot1.

  • 2 Voir les travaux de Michel Foucault sur le pastorat (notamment Michel Foucault, Sécurité, Territoi (...)

2Bossuet, voix du « temps autoritaire » ? A priori, l’expression de Barthes n’a rien pour surprendre : voix de l’orthodoxie catholique classique, théoricien de l’absolutisme louis-quatorzien, Bossuet peut bel et bien apparaître comme l’incarnation du versant le plus autoritaire du xviie siècle. Pour autant, il serait quelque peu simpliste de réduire sa position institutionnelle et discursive à celle d’un simple surplomb : il semble que l’évêque de Meaux se conçoive avant tout comme évêque, c’est-à-dire comme voix d’une institution qui lui commande à la fois le surplomb et l’humilité absolue, qui lui impose à la fois une mission de commandement et un devoir d’effacement maximal2. Sa parole s’avère donc d’autant plus contrainte, d’autant plus contrôlée et d’autant moins auctoriale que lui-même occupe dans la hiérarchie une place élevée : rêvant d’un discours prophétique, Bossuet se voit ainsi constamment ramené, par son statut institutionnel, à un discours classiquement appuyé sur les auctoritates.

  • 3 Voir Max Weber, Economie et Société, Paris, Plon, 1971.

3Or ce recours aux autorités s’avère problématique à un autre titre : outre l’alliance paradoxale s’établissant dans le discours de Bossuet entre une autorité « traditionnelle » et une autorité « charismatique3 », un autre champ de tensions s’y dessine entre l’autorité du vrai, l’autorité des faits, l’autorité des auctoritates et l’autorité d’auteur. De fait, le recours aux auctoritates ne s’y oppose pas seulement à l’immédiateté brûlante du discours prophétique : il semble également faire écran à la simple et souveraine autorité des faits qui s’affirme plus largement dans la controverse religieuse de l’âge classique, en lien avec le rôle nouveau qu’y joue l’histoire religieuse, désormais passée au crible de l’érudition critique. Surtout, chez Bossuet comme chez certains de ses contemporains, au recours aux auctoritates se voit substitué un autre type d’autorité textuelle : celle de l’énoncé de la vérité dans sa nudité, dans le cadre d’un discours se présentant comme une simple exposition du vrai, devant laquelle s’effacent l’auteur tout autant que les autorités.

  • 4 Voir Bossuet, Logique du Dauphin, I, 36, éd. Frédéric Laupies, Paris, Éditions Universitaires, col (...)
  • 5 Bossuet, Sermon sur l’ardeur de la pénitence (1662), dans Œuvres oratoires, éd. Charles Urbain et (...)

4Pour novatrice qu’elle apparaisse dans le champ rhétorique, une telle pratique discursive, infra-rhétorique et infra-argumentative, s’ancre profondément dans la culture occidentale. Empreint d’un néoplatonisme chrétien revu et corrigé par Augustin, Bossuet considère l’idée vraie comme préexistante à tout raisonnement, l’homme ne devant pour la reconnaître que se tourner pleinement vers elle4 : dans cette perspective, la démonstration n’est qu’un moyen de remédier à la faiblesse de l’attention ; ce vers quoi elle tend n’est autre, en définitive, que son anéantissement dans la simplicité d’un acte unique de l’entendement : le consentement. Le discours visera dès lors à ce que « chacun puisse trouver dans sa conscience les vérités » assertées5, et non à imprimer une vérité extérieure dans l’esprit de l’allocutaire : plus qu’à l’entendement ou au raisonnement, plus qu’à la mobilisation des auctoritates, la vérité est associée à une forme de vision intérieure.

5Et de fait, c’est le paradigme visuel, ou plus précisément le paradigme lumineux, qui domine, l’erreur et l’hérésie apparaissant aussi évidentes que la vérité est radieuse :

  • 6 Bossuet, Logique, II, 12, p. 105.

Ces principes imaginaires, et autres semblables, outre qu’ils peuvent être réfutés par raisonnement, paraissent faux en les comparant seulement avec les principes véritables, parce qu’on voit dans les uns une lumière de vérité qu’on n’apercevra pas dans les autresa6.

  • 7 Voir par exemple Bossuet, Instruction sur la version du Nouveau Testament imprimée à Trévoux, dans (...)
  • 8 Bossuet, Sermon sur la Prédication évangélique, dans O. O., t. IV, p. 187. Tout le sermon décline (...)

6Autrement dit, la vérité étant « manifeste », l’erreur l’est aussi7. C’est ainsi que Bossuet vilipende l’aveuglement littéral auquel s’abandonnent selon lui les « hommes du monde », qui ne se laissent « pas touch[er] par la vérité qui luit clairement dans leur conscience8 ». Inversement, nimbé de la séduisante lumière du vrai, le discours de vérité est capable, pour peu qu’on ne lui fasse pas obstacle, de s’imposer par lui-même et de triompher par son seul rayonnement de la vague pénombre enveloppant, selon l’évêque de Meaux, les discours adverses.

7La vérité n’est donc pas seulement visible : elle est évidente et aimable, puisque la lumière constitue une force d’attraction en droit irrésistible – d’où, d’ailleurs, une certaine forme d’hédonisme spirituel, non sans rapport avec la conception janséniste de la « délectation victorieuse ». En témoigne tel passage d’un sermon prononcé devant la Cour :

  • 9 Bossuet, Sermon pour la Toussaint, dans O. O., t. V, p. 330-331.

Je ne sais si cette parole a eu la grâce de réveiller au dedans de vous cette attention secrète à la vérité qui vous parle au cœur. Je l’espère, je le conjecture. J’ai vu, ce me semble, vos yeux et vos regards attentifs ; je vous ai vus arrêtés et suspendus, avides de la vérité et de la parole de vie. Vous a-t-elle délectés ? vous a-t-elle fait oublier pour un temps les embarras des affaires, les soins empressés de votre maison, la recherche trop ardente des vains divertissements ? Il me le semble, mes Frères, vous étiez doucement occupés de la suavité de la parole. Qu’avez-vous vu ? qu’avez-vous goûté ? quel plaisir secret a touché vos cœurs ? Ce n’est point le son de ma voix qui a été capable de vous délecter. […] Ce qui vous a nourris, ce qui vous a plu, ce qui vous a délectés, c’est la vue de la vérité9.

8Secrétaire et biographe de Bossuet, Ledieu déclare quant à lui :

  • 10 François Ledieu, Mémoires et Journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, t. II, éd. Abbé Guetté (...)

son but est d’éclaircir la vérité et de la faire entrer dans tous les esprits en la leur faisant aimer toute belle et toute pure qu’elle est10.

9Héritée de l’opposition platonicienne entre les ornements mensongers et la beauté intrinsèque de la vérité, une telle conception confère à la vérité une force persuasive per se :

  • 11 Bossuet, Relation sur le quiétisme, II, 1, dans O. C., vol. XX, p. 90.

J’ai toujours eu une certaine persuasion de la force de la vérité quand on l’écoute11.

10Cette « force » intrinsèque se voit mentionnée tout au long de l’œuvre de Bossuet, en particulier dans les textes de controverse, qu’ils soient dirigés contre les protestants, contre les quiétistes ou contre Richard Simon. En contexte polémique, c’est du reste cette conviction qui fonde, en profondeur, l’usage de l’argument de rétorsion – et aussi bien Bossuet donne-t-il à l’un des paragraphes du Fragment sur diverses matières de controverse le titre suivant :

  • 12 Bossuet, « Sur l’Eucharistie », Fragments sur diverses matières de controverse, II, 4, dans O. C., (...)

La force de la vérité a poussé les prétendus réformés, contre leur dessein, à se servir d’expressions qui favorisent la présence réelle12.

  • 13 Voir le chapitre de la Logique significativement intitulé « Le néant n’est pas entendu, et n’a poi (...)
  • 14 Voir Christine Noille, Les univers de la diction. De la figure au style : analyse de la rhétorique (...)

11Contrairement à la fausseté, qui ne saurait posséder une énergie propre, et qui à la limite, n’est pas (suivant une conception topique, dans la tradition chrétienne, du faux comme non-être13), le discours de vérité est par excellence : il est, parmi tous les discours, celui qui possède le plus d’être, et par là, celui dont se dégage le plus d’autorité. La vérité n’est donc pas seulement une idée efficace et autoritaire : elle est la seule idée réellement efficace et autoritaire, si bien que l’efficacité elle-même devient, à rebours, le critère de la vérité, en une réinterprétation de la pensée cartésienne de l’évidence14. La vérité se caractérisant par sa capacité à s’imposer d’elle-même, l’autorité du Christ peut dès lors, inversement, devenir en elle-même le signe ultime, selon Bossuet, de l’authenticité de sa mission et de la transcendance de sa parole :

  • 15 Bossuet, Méditations sur l’Évangile, éd. Mathurin Dréano, Paris, Vrin, 1966, p. 137 ; voir aussi i (...)

il y avait aussi dans ce qu’il disait un caractère d’autorité, et une efficace qu’on n’avait pas encore vue parmi les hommes15.

12Ce n’est pas son autorité propre qui donne force à ses paroles, mais la force de ses paroles qui prouve leur vérité, donc l’autorité de celui qui les prononce : non seulement le vrai est toujours fort, mais la force véritable ne peut qu’être signe de la vérité. Assez curieusement, se révèle donc chez un écrivain considéré d’ordinaire comme l’emblème de l’auteur autoritaire une conception de l’autorité comme ce qui s’attache, non à une personne, non à un auteur, non à un locuteur, mais à un discours – à un discours en tant qu’il dit le vrai.

  • 16 Cf. dans une tout autre perspective, César Dumarsais, Œuvres complètes, Paris, Pougin, 1797, t. I, (...)
  • 17 Voir par exemple F. Véron avec sa Règle générale de la Foi catholique et François de Sales, qui en (...)

13Le siècle de Bossuet, on l’aura compris, est décidément celui de Descartes et de Spinoza – et la vérité est de fait, pour l’évêque de Meaux, index sui. Elle s’affirme, dans le discours comme dans l’histoire, à la manière d’une évidence visuelle qui ne demande, en théorie du moins, qu’à être désignée, exposée, sans même avoir besoin de recourir aux artifices rhétoriques. En conséquence, c’est une anti-rhétorique d’exposition que va mettre au point, dans certaines de ses œuvres de controverse, Bossuet, anti-rhétorique qui trouvera son aboutissement dans le best-seller que fut, en France et à l’étranger, l’Exposition de la doctrine catholique, destinée à ouvrir un dialogue mesuré et pacifié avec les protestants et pièce maîtresse, en ce sens, de la « voie de douceur » prônée par celui qui est alors évêque de Condom. Il s’agissait d’y exposer la doctrine catholique de la manière la plus précise et la plus objective possible, sans s’engager dans des arguties philologiques et théologiques, et sans verser dans la violence des attaques ad personam, autrement dit sans renforcer l’autorité du discours par le recours aux auctoritates ni chercher à saper l’autorité de l’adversaire. La démarche qui sous-tendait l’ouvrage trouvait son fondement dans la conviction, nullement propre à Bossuet, qu’il y avait en quelque sorte malentendu, que les protestants n’avaient pas une idée exacte du catholicisme, qu’il s’étaient laissés abuser par leurs pasteurs, contre l’influence pernicieuse desquels la première arme demeurait la simple présentation de la doctrine tenue pour vraie, dont la force lumineuse devait d’elle-même emporter l’adhésion16. Dès la première moitié du siècle, en réponse à ce qu’ils tenaient pour une caricature de leur doctrine par les pasteurs réformés, plusieurs polémistes catholiques s’étaient ainsi employés à présenter eux-mêmes les dogmes romains17. De même, Bossuet, devenu par ses œuvres oratoires un parangon de rhétorique, choisissait ainsi d’opter pour un discours dépouillé, dont le locuteur et les auctoritates s’effaçaient devant la doctrine déployée.

14Plus encore que de démontrer, il s’agit donc plus simplement de montrer, le vrai devant s’imposer de lui-même, à condition d’être correctement présenté : en droit, la rhétorique est superflue, comme est superflue et même nocive la présence affichée du locuteur. Au fondement de la parole autoritaire telle que la conçoit Bossuet réside donc la puissante tentation d’une parole non éloquente, renonçant à la démonstration comme aux figures, et se bornant à dire ce qui, pour lui, est le vrai, sans faire appel ni à la raison raisonnante, ni aux émotions et affects. Dès lors, l’autorité du vrai doit, en théorie du moins, informer un discours anti-rhétorique, caractérisé par sa clarté, sa simplicité, son naturel et sa brièveté, qualités certes souvent associées à l’esthétique dite classique, mais qui prennent dans cette perspective un relief nouveau.

15Cet optimisme ontologique s’enracine non seulement dans un optimisme proprement anthropologique, au sens où la clarté de la vérité se confond à bien des égards avec la clarté de la raison (c’est à la raison de l’homme, en tant que cette raison possède une origine divine et rattache l’homme à son Créateur, qu’apparaît la vérité dans toute sa clarté), mais dans un optimisme proprement linguistique – au point que l’on passe, avec une fluidité qui ne laisse pas de surprendre, du « ce qui est vrai s’énonce clairement » au « ce qui s’énonce clairement est vrai ».

  • 18 Sophie Hache, « Ouvrez donc les yeux, ô mortels : l’écriture de l’évidence dans les sermons de Bos (...)
  • 19 Bossuet, Remarques sur la réponse de M. l’archevêque de Cambrai à la Relation sur le quiétisme, VI (...)
  • 20 Bossuet, Seconde instruction sur la version du Nouveau Testament imprimée à Trévoux, Dissertation (...)
  • 21 Sur la métaphore de la lumière, qui conjoint évidence, efficacité et beauté, voir Christine Noille(...)
  • 22 Ce n’est pas le moindre des paradoxes que la rhétorique d’exposition rapproche l’auteur de l’Histo (...)

16Ainsi conçu, le rôle de l’auteur s’avère des plus limités : il s’agit simplement « d’“articuler” l’évidence18 », de faire « paraître [la vérité] dans une […] grande évidence19 ». La vérité, littéralement, « saute aux yeux20 » : elle est clarté se détachant clairement sur le fond des ténèbres de l’erreur et de l’ignorance21. Simplicité et crédibilité d’un propos minimal dont le locuteur s’efface devant ce qu’il expose, modération d’une position qui s’exprime elle-même, sans attaquer directement le discours adverse : le discours d’exposition semble, à bien des égards, à même de susciter la bienveillance des destinataires, tant le locuteur s’y fait discret, laissant la part belle à l’exposé censément objectif, non suspect de partialité ou de manipulation22.

  • 23 Bossuet, Lettre à Leibniz (15 août 1693), dans Correspondance, t. V, éd. Charles Urbain et Eugène (...)
  • 24 Jean Baruzi, Leibniz et l’organisation religieuse de la terre, Paris, F. Alcan, 1907, p. 326.

17De cette foi en la force irrésistible de la vérité – que la réalité mettra à mal, au point que le prélat abandonnera finalement la méthode de l’exposition – la correspondance qu’entretient Bossuet avec Leibniz témoigne éloquemment ; alors que l’auteur des Nouveaux essais sur l’entendement humain met en lumière les limites de la simple exposition en contexte polémique, Bossuet coupe court à la discussion concernant le Concile de Trente en ces termes : « il faut donner des bornes à ces disputes, quand les choses en sont venues à un certain point d’éclaircissement23 ». Au contraire, pour le philosophe allemand, « il est des articles où les démonstrations ne peuvent gagner immédiatement les esprits. Rien ne remplacera donc, en ce cas, une sorte d’union préalable24 ». Pour lui, certes, si une exposition simple et claire suffisait à garantir l’adhésion, Bossuet l’emporterait peut-être ; mais les hommes ne se laissent pas si facilement convaincre. Leibniz pressent donc d’emblée les limites de la méthode d’exposition, mais Bossuet refuse jusqu’au bout d’en reconnaître l’insuffisance et réplique :

  • 25 Bossuet, Lettre à Leibniz (27 décembre 1692), dans Correspondance, op. cit., t. V, p. 290.

Vous dites à M. Pellisson que s’il ne s’agissait que d’exposition, j’aurais tout gagné ; et j’ose vous dire, Monsieur, que ce n’est que de cela qu’il s’agit25.

18Les deux adversaires, qui ne partagent pas la même conception de la vérité et de son pouvoir sur les hommes, ne parviendront à aucun accord.

  • 26 Voir Alex Baird, « Les idées contradictoires de Jean Domat sur l’éloquence du barreau », dans xvii(...)
  • 27 Bossuet, La tradition défendue sur la matière de la communion sous une espèce, II, 47, dans O. C., (...)
  • 28 De même que, dans une autre perspective, la vérité théologique – et surnaturelle – était, selon Th (...)

19Ils s’opposeront également sur l’autorité à accorder aux faits, question directement liée à celle de l’autorité du vrai. De fait, la rhétorique d’exposition accorde une place essentielle à l’autorité des faits, dans la mesure où exposer une doctrine, c’est naturellement aussi exposer des faits : décisions magistérielles, pratiques de l’Église, etc. On le sait du reste, cette importance accordée à l’autorité des faits n’est pas le propre de Bossuet : elle se trouve en particulier au cœur de la réflexion contemporaine sur l’éloquence du barreau, et la position de Bossuet sur ce sujet n’est pas sans rapport avec celle d’un Domat prônant dans ses Harangues une « simplicité nue » fondée sur la certitude que les « faits » et les « raisons » suffisent à convaincre26 – même si chez Bossuet, les « raisons » disparaissent pour ne laisser place qu’aux faits et à la doctrine. « La première chose qu’il faut faire est de bien établir le fait27 » : le principe revendiqué par Bossuet n’a rien d’un truisme. Car le fait, pour lui, semble mener, de lui-même, au vrai, ce qui confère à l’histoire une dimension véritablement métaphysique – l’on connaît, du reste, le providentialisme de Bossuet, qui voit dans l’histoire tout autant que dans la théologie le lieu de l’auto-dévoilement d’une vérité aussi manifeste que souverainement efficace, autrement dit, une auctoritas essentielle : la première fonction du discours historique est donc pour lui de restituer fidèlement une suite de faits par elle-même signifiante, et par elle-même dotée de l’autorité du vrai. Dans cette perspective, l’apologie du style simple en histoire dépasse de très loin la pure proclamation esthétique : cette foi en la vérité du déroulement historique se double en effet d’une foi en la transparence des faits à la raison28 qui fonde la primauté de l’ordre chronologique dans le discours de l’historien. Si la suite des faits fait autorité, c’est qu’elle s’impose, d’elle-même, à la raison humaine, qui peut y reconnaître l’instrument du dévoilement de la vérité divine.

  • 29 Voir Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1992, p. 235 et sq.
  • 30 Bossuet, Exposition de la doctrine catholique, « Avertissement », dans O. C., vol. XIII, p. 5 ; la (...)

20C’est ainsi que pour Bossuet, les choses parlent d’elles-mêmes, un peu comme dans le « récit » ou l’« histoire » de Benveniste29. L’expression apparaît régulièrement dans l’œuvre de Bossuet : dans l’Exposition comme ailleurs, « la chose parle d’elle-même30 » – ou du moins est censée le faire. Cette conviction fondamentale est orchestrée de diverses manières, soit que l’orateur s’efface devant les faits qu’il rapporte, souvent qualifiés de « faits évidents », et mette ainsi en scène son inutilité et son impuissance, comme dans l’exorde du Sermon pour la profession de La Vallière :

  • 31 Bossuet, Sermon pour la profession de La Vallière (1675), dans O. O., t. VI, p. 34.

Je n’ai pas besoin de parler, et les choses parlent assez d’elles-mêmes31 ;

  • 32 Voir Bossuet, Histoire des variations, « Préface », dans O.C., vol. XIV, p. 14-15.
  • 33 Voir Bossuet, Relation sur le quiétisme, II, 1, dans O.C., vol. XX, p. 90.

21soit que le controversiste affirme qu’il se contentera d’exposer des faits, dans la Préface des Variations32 comme à l’orée du livre II de la Relation sur le quiétisme33. C’est du reste dans ce même ouvrage, dirigé contre Fénelon et contre la mystique guyonnienne, que Bossuet n’hésite pas à congédier l’autorité suprême de Dieu en invoquant l’autorité immédiate et évidente des faits, en une prétérition frappante :

  • 34 Bossuet, Relation sur le quiétisme, op. cit., VII, 20, p. 157.

Dieu le sait : mais sans appeler un si grand témoin, la chose parle34.

  • 35 Alors qu’en bonne logique, comme le rappellera Chaïm Perelman, le fait se caractérise par sa valid (...)

22Ainsi, la chose est censée parler d’elle-même, sans le secours ni des auctoritates ni même de l’auteur qui l’évoque. Certes, on s’en doute, la pratique argumentative réelle de Bossuet n’est pas, loin de là, conforme en tous points à ce postulat. Cependant, il ne s’agit pas ici de montrer les multiples manières dont peut se trouver détournée cette promotion du fait, Bossuet tendant comme bien d’autres à ne valider les « faits » qu’en fonction d’une grille de lecture préexistante et à traiter comme fait son interprétation d’un fait, afin que jamais l’autorité des faits ne puisse se trouver en porte-à-faux avec celle de la tradition35. Il s’agit simplement de souligner que là encore, et même en dehors de la rhétorique d’exposition strictement dite, Bossuet tend à prôner un discours à la fois sans auteur, non embrayé (au sens énonciatif du terme), et suprêmement autoritaire.

  • 36 Voir notamment la description que donne Fénelon du discours historique idéal dans sa Lettre à l’Ac (...)

23Au-delà de la revendication topique d’un discours dépouillé des charmes trompeurs de l’éloquence, au-delà de l’aspiration à un ethos transparent qu’on peut trouver, entre autres, chez un François de Sales ou chez un Lamy, au-delà d’une tension toute chrétienne vers la négation de l’individu au profit de l’affirmation d’une vérité universelle, ce qui se joue ici relève plus largement d’un certain imaginaire linguistique, d’une certaine représentation de l’autorité du discours. Chez l’évêque de Meaux comme, du reste, chez l’évêque de Cambrai36, la rhétorique traditionnelle semble, en théorie du moins, superflue. Comme les Pères, traditionnellement désignés comme expositores Scripturae, celui que La Bruyère et quelques autres proclameront un peu prématurément « Père de l’Église » ne prétend que mettre au jour, exposer la Parole ou les signes venus de Dieu ; comme eux, il prétend ne rien ajouter par son discours ou par son autorité propre (qu’elle soit discursive ou extra-discursive), à une vérité possédant en elle-même le pouvoir de se manifester et d’emporter l’adhésion.

24À l’image de nombreux controversistes de son temps, Bossuet paraît donc associer le choix de la « voie de douceur » envers les protestants et celui d’un discours d’exposition, faisant fi de l’autorité des auctoritates comme de l’autorité d’auteur pour ne mettre en avant que l’autorité de la vérité nue et de l’enchaînement brut des faits. Fondée sur un optimisme ontologique et linguistique issu d’un triple héritage platonicien, patristique et cartésien, une telle rhétorique entend ainsi renoncer à l’âpreté des échanges polémiques antérieurs, aux arguties théologiques et aux arguments ad personam, pour se contenter d’une présentation simple et claire, le vrai devant s’imposer infailliblement de lui-même. Discours se donnant pour suprêmement autoritaire, l’exposition figure alors l’idéal anti-rhétorique (ou infra-rhétorique) d’un discours sans auctoritates et sans auteur, révoquant les citations des théologiens comme le je du cogito. En faisant disparaître l’auteur et les auteurs, cette ascèse rhétorique, véritable kénose discursive, prétend en adoucir l’autorité, puisqu’elle entend substituer à l’intimidation et aux auctoritates s’imposant à l’adversaire de l’extérieur la séduction infailliblement exercée par la vérité dans l’intimité de sa conscience et l’universalité de la raison.

  • 37 Voir Jean-Louis Quantin, « Bossuet et les protestants », dans Bossuet, Paris, Presses de l’Univers (...)
  • 38 Voir Jean-Louis Quantin, « Bossuet controversiste de la communion sous une seule espèce », dans An (...)

25Or l’exemple de Bossuet paraît manifester, non seulement l’inefficacité d’une telle démarche – que Bossuet finit par abandonner pour revenir à une argumentation plus traditionnelle –, mais surtout son ambivalence profonde37. Comment comprendre en effet, que ce même Bossuet, partisan de « la voie de douceur » que veut être la méthode d’exposition, célèbre avec tant d’enthousiasme la Révocation de l’Édit de Nantes, paradigme de la « voie de rigueur » ? On aurait tort de ne voir là qu’un paradoxe ponctuel : c’est structurellement, au contraire, que l’imaginaire linguistique sous-tendant la rhétorique d’exposition rend littéralement impensable toute résistance à la vérité. Car si le vrai est manifeste, aimable et même irrésistible, ceux qui s’obstinent à le rejeter témoignent, soit d’une mauvaise foi inexcusable, refus délibéré de se rendre à l’évidence, soit d’un asservissement à leurs pasteurs, qui les aveuglent et auxquels il faudra, pour leur bien, les soustraire, au besoin par la force. Dans cette perspective, la rétorsion risque alors d’être présentée comme pleinement légitime, la contrainte exercée par l’État ne faisant que se substituer à la violence intellectuelle et spirituelle exercée sur le peuple réformé par des pasteurs sans scrupules38.

26On le voit : si l’autorité intrinsèque et anauctoriale attribuée à la vérité et aux « faits positifs » peut fonder une controverse pacifiée, espérant substituer l’illumination radieuse et rationnelle au fer et au sang, elle peut aussi justifier une absolue intransigeance. Le soutien inconditionnel apporté par Bossuet à la Révocation de l’Édit de Nantes ne s’opposera donc qu’en apparence à son rêve irénique d’une controverse sans auteur et sans auctoritates. Attribuer l’autorité à la vérité même, et non à ses interprètes humains : un tel postulat, récurrent dans la culture occidentale, aurait pu paraître éloigner toute menace d’autoritarisme, et n’imposer à chacun que l’autorité qu’il aurait lui-même reconnue en conscience et en raison. Il n’en était rien ; vouée à l’échec, l’autorité sans auteur(s) menait peut-être inévitablement à ce qui est, au fond, la négation même de l’autorité : l’usage de la force.

Notes

1 Roland Barthes, « Réponses », « Cours et entretiens, 1971 », dans Œuvres complètes, t. 2 (1966-1973), Paris, Le Seuil, 1994, p. 1320.

2 Voir les travaux de Michel Foucault sur le pastorat (notamment Michel Foucault, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France (1977-1978), éd. François Ewald, Alessandro Fontana et Michel Senellart, Paris, Gallimard/Le Seuil/ EHESS, 1994).

3 Voir Max Weber, Economie et Société, Paris, Plon, 1971.

4 Voir Bossuet, Logique du Dauphin, I, 36, éd. Frédéric Laupies, Paris, Éditions Universitaires, coll. « Les grandes Leçons de philosophie », 1990, p. 45. Les références à cet ouvrage apparaîtront désormais sous la forme Logique, livre, chapitre, page.

5 Bossuet, Sermon sur l’ardeur de la pénitence (1662), dans Œuvres oratoires, éd. Charles Urbain et Eugène Levesque, Paris, Desclée de Brouwer, 1911-1926, t. IV, p. 320. Ouvrage désormais désigné par les initiales О. O.

6 Bossuet, Logique, II, 12, p. 105.

7 Voir par exemple Bossuet, Instruction sur la version du Nouveau Testament imprimée à Trévoux, dans Œuvres complètes publiées d’après les imprimés et les manuscrits originaux, purgées des interpolations et rendues à leur intégrité, vol. III, éd. François Lachat, Paris, Louis Vivès, 1862-1866, p. 463 et Défense de la tradition et des saints Pères, dans Œuvres complètes, op. cit., vol. IV, p. 66. Les Œuvres complètes seront désormais désignées par les initiales O. C.

8 Bossuet, Sermon sur la Prédication évangélique, dans O. O., t. IV, p. 187. Tout le sermon décline la métaphore de la lumière du vrai.

9 Bossuet, Sermon pour la Toussaint, dans O. O., t. V, p. 330-331.

10 François Ledieu, Mémoires et Journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, t. II, éd. Abbé Guettée, Paris, Didier, 1857, p. 86.

11 Bossuet, Relation sur le quiétisme, II, 1, dans O. C., vol. XX, p. 90.

12 Bossuet, « Sur l’Eucharistie », Fragments sur diverses matières de controverse, II, 4, dans O. C., vol. XIII, p. 227.

13 Voir le chapitre de la Logique significativement intitulé « Le néant n’est pas entendu, et n’a point d’idée » (Logique, I, 14, p. 28).

14 Voir Christine Noille, Les univers de la diction. De la figure au style : analyse de la rhétorique classique, thèse de doctorat dactyl., Université Paris IV, 1994, p. 516-517.

15 Bossuet, Méditations sur l’Évangile, éd. Mathurin Dréano, Paris, Vrin, 1966, p. 137 ; voir aussi ibid., p. 111. Ouvrage désormais désigné sous le titre Méditations.

16 Cf. dans une tout autre perspective, César Dumarsais, Œuvres complètes, Paris, Pougin, 1797, t. I, p. 32 et Françoise Douay, « “Mettre dans le jour d’apercevoir ce qui est” : tropologie et argumentation chez Dumarsais », dans Alain Lempereur et Michel Meyer (dir.), Figures et conflits rhétoriques, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 1990, p. 83-101.

17 Voir par exemple F. Véron avec sa Règle générale de la Foi catholique et François de Sales, qui enjoint de ne pas disputer avec les protestants, mais simplement de leur montrer la vérité nue. Voir aussi Bourdaloue, Sermon sur la Passion de Jésus-Christ, dans Œuvres complètes, Versailles, J. A. Lebel, 1812, p. 208.

18 Sophie Hache, « Ouvrez donc les yeux, ô mortels : l’écriture de l’évidence dans les sermons de Bossuet », dans Guillaume Peureux (dir.), Lectures de Bossuet, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 81. Sur le rôle majeur de ce principe d’évidence dans la pensée de Fénelon, très proche, à cet égard, de celle de Bossuet, et son lien avec un mode d’exposition théologique proche de la formalisation mathématique, voir François-Xavier Cuche, Une pensée sociale catholique : Fleury, La Bruyère et Fénelon, Paris, Cerf, 1991, p. 142, n. 8.

19 Bossuet, Remarques sur la réponse de M. l’archevêque de Cambrai à la Relation sur le quiétisme, VI, dans O. C., vol. XX, p. 214.

20 Bossuet, Seconde instruction sur la version du Nouveau Testament imprimée à Trévoux, Dissertation sur Grotius, dans O. C., vol. III, p. 495. L’expression est récurrente sous la plume de Bossuet.

21 Sur la métaphore de la lumière, qui conjoint évidence, efficacité et beauté, voir Christine Noille, op. cit., p. 517. Et sur l’association, chez Bossuet, de la vérité et de la lumière, voir Béatrice Guion, « L’illusion dans la spiritualité de Bossuet », dans Gérard Ferreyrolles (dir.), Bossuet. Le Verbe et l’Histoire (1704-2004). Actes du colloque international de Paris et de Meaux pour le troisième centenaire de la mort de Bossuet, Paris, Champion, 2006, p. 147.

22 Ce n’est pas le moindre des paradoxes que la rhétorique d’exposition rapproche l’auteur de l’Histoire des variations, entre autres, de Calvin (voir Olivier Millet, Calvin et la dynamique de la parole. Étude de rhétorique réformée, Paris, Champion, 1992, p. 544).

23 Bossuet, Lettre à Leibniz (15 août 1693), dans Correspondance, t. V, éd. Charles Urbain et Eugène Levesque, Paris, Gallimard, 1909-1925, p. 428.

24 Jean Baruzi, Leibniz et l’organisation religieuse de la terre, Paris, F. Alcan, 1907, p. 326.

25 Bossuet, Lettre à Leibniz (27 décembre 1692), dans Correspondance, op. cit., t. V, p. 290.

26 Voir Alex Baird, « Les idées contradictoires de Jean Domat sur l’éloquence du barreau », dans xviie siècle, n° 150, 1986, p. 61.

27 Bossuet, La tradition défendue sur la matière de la communion sous une espèce, II, 47, dans O. C., vol. XVI, p. 665.

28 De même que, dans une autre perspective, la vérité théologique – et surnaturelle – était, selon Thomas, transparente à la raison (voir Michel Villey, Questions de saint Thomas sur le droit et la politique, ou le bon usage des dialogues, Paris, Presses Universitaires de France, 1987, p. 87).

29 Voir Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1992, p. 235 et sq.

30 Bossuet, Exposition de la doctrine catholique, « Avertissement », dans O. C., vol. XIII, p. 5 ; la même expression revient un peu plus loin (ibid., p. 52).

31 Bossuet, Sermon pour la profession de La Vallière (1675), dans O. O., t. VI, p. 34.

32 Voir Bossuet, Histoire des variations, « Préface », dans O.C., vol. XIV, p. 14-15.

33 Voir Bossuet, Relation sur le quiétisme, II, 1, dans O.C., vol. XX, p. 90.

34 Bossuet, Relation sur le quiétisme, op. cit., VII, 20, p. 157.

35 Alors qu’en bonne logique, comme le rappellera Chaïm Perelman, le fait se caractérise par sa validité pour l’auditoire universel, « l’auditeur le plus exigeant qui soit […], celui qui, dans l’histoire de la philosophie, incarne la raison » (Chaïm Perelman, « Logique formelle et argumentation », dans Logique, argumentation, conversation. Actes du colloque de Pragmatique, Fribourg, 1981, Berne, Peter Lang, coll. « Sciences pour la communication », 1983, p. 174) donc par sa radicale indépendance par rapport à tout argument d’autorité. Voir aussi Chaïm Perelman et Luce Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Paris, Presses Universitaires de France, 1958, p. 420.

36 Voir notamment la description que donne Fénelon du discours historique idéal dans sa Lettre à l’Académie, IV, dans Œuvres, t. II, p. 1152 et p. 1161.

37 Voir Jean-Louis Quantin, « Bossuet et les protestants », dans Bossuet, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, p. 93.

38 Voir Jean-Louis Quantin, « Bossuet controversiste de la communion sous une seule espèce », dans Anne-Élisabeth Spica (dir.), Bossuet à Metz (1652-1659). Les années de formation et leurs prolongements, Actes du colloque international de Metz (21&-22 mai 2004), Bern e. a., Peter Lang, « Recherches en littérature et spiritualité », 2005, p. 185.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540