Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Bibliographie

Texte intégral

Textes du corpus

Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion, Hult D. F., (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1994.

Gautier d’Arras :

Éracle, Raynaud de Lage G. (éd.), Paris, Champion, 1976.

Ille et Galerón, Lefevre Y. (éd.), Paris, Champion, 1999.

Robert de Boron, Merlin en prose, Micha A. (éd.), Genève, Droz, 1979.

Aucassin et Nicolette, Dufournet J. (éd.), Paris, Flammarion, 1984.

Jean renart :

L’Escoufle, Sweetser F. (éd.), Genève, Droz, 1974.

Le Lai de l’Ombre, Mejean-Thiolier S. et Notz-Grob M.-F. (éd.), Nouvelles Courtoises, Paris, le Livre de Poche, 1997.

Le Chevalier à l’épée, Two Old French Gauvain Romances, Johnston R. C. et Owen D. D. R. (éd.), Part 1, Londres, Edimbourg, Scottish Academic Press, 1972.

La Fille du comte de Pontieu, Brunel C. (éd.), Paris, Champion, 1926.

Le Lancelot en prose, Mosès F. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1991.

Le Tristan en prose, tomes I & 2, Ménard Ph. (éd.) ; Chênerie M.-L. et Delcourt T. (éd.),

Genève, Droz, 1987 et 1990.

La Châtelaine de Vergy, Dufournet J. et Dulac L. (éd.), Paris, Gallimard, 1994.

Autres textes médiévaux consultés

Guibert de Nogent, Autobiographie, Labande E.-R. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1981,

Hugues de Saint Victor, De Institutione Novitiorum, Migne J. P., Patrologiae cursus completus, tome 176, Paris, Turnhout, Brepols, 1880, p. 942-955.

Wace, Roman de Brut, Baumgartner E. et Short I. féd-A La geste du roi Arthur, Paris, 10/18, 1993.

Tristan et Iseut, Les Poèmes français, la saga norroise, Lacroix D. et Walter Ph. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1989. Chrétien de Troyes :

Érec et Énide, Rousse M. (éd.), Paris, Flammarion, 1994 ;

Cligès, Méla C. et Collet O. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1994 ;

Le Chevalier de la charrette, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1992 ;

Le Conte du Graal, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1990.

André le Chapelain, Traité de l’amour courtois, Buridant C. (trad.), Paris, Klincksieck, 2002.

Guillaume de Llorris et Jean de Meun, Le roman de la Rose, Strubel A. (éd.), Le Livre de Poche, 1992.

Philippe de Rémi, Jehan et Blonde, Lecuyer S. (éd.), Paris, Champion, 1984.

Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, Szkilnik M. (éd.), Paris, Champion, 2004.

La Mort le roi Artu, Frappier J. (éd.), Genève, Droz, 1961.

Le Roman de Gliglois, Chênerie M.-L. (éd.), Paris, Champion, 2003.

Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, (1283), Salmon A. (éd.), Paris, Alphonse Picard et Fils, 1899.

Le Secret des Secrets, texte en ligne sur le site http://www.uhb.fr/alc/medieval/S2.htm%2368, Lorée D. (éd.) sur la base du manuscrit W. 308, De Ricci 508, version C.

Bernard Gui, Manuel de l’inquisiteur, (vers 1330), Mollat G. (éd.), Paris, Champion, 1927.

Linguistique générale et Pragmatique

André-Larochebouvy D., La Conversation quotidienne, Paris, Didier Credif, 1984.

Austin J. L., Quand dire, c’est faire, 1955, Lane G. (trad.), Paris, Le Seuil, 1983.

Authier-Revuz J., « Repères dans le champ du discours rapporté », L’Information grammaticale, n° 55, p. 38-42 ; 56, p. 10-15, 1992-1993.

Authier-Revuz J., Ces mots qui ne vont pas de soi, boucles réflexives et non coïncidences du dire, Paris, Larousse, 1995.

Charaudeau P., « L’acte narratif dans les interlocutions », Bres J. (dir.), Le Récit oral, suivi de Questions de narrativité, MontpeLlier, Praxiling, 1994, p. 23-37.

Cosnier J., La Communication non verbale, Neuchâtel, Paris, Delachaux et Niestlé, 1984.

Cosnier J., Kerbrat-Orecchioni C., Décrire la conversation, Lyon, PUL, 1987.

Ducrot O., « Le rôle de la négation dans le langage ordinaire », La Preuve et le dire, Tours, Mame, 1973, p. 117-131.

Ducrot O., Anscombre J., « Place de l’argumentation dans le discours », Léon P.-R. et Mitterrand H. (dir.), L’Analyse du discours, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1976, p. 25-36.

Ducrot O., Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1980.

Ducrot O., « La valeur argumentative de la phrase interrogative », Logique, argumentation, conversation, Actes du colloque de Pragmatique, Fribourg 1981, Berne/Francfort sur Main, Peter Lang, 1983, p. 79-112.

Goffman E., La Mise en scène de la vie quotidienne, 1971, Kihm A. (trad.), Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Goffman E., Les Rites d’interaction, 1972, Kihm A. (trad.), Paris, Éditions de Minuit, 1974.

Goffman E., Façons de parler, 1981, Kihm A. (trad.), Paris, Éditions de Minuit, 1987.

Grice P. H., « Logique et conversation », Communications, n° 30, 1979, p. 57-72.

Hall E. T., La Dimension cachée, Paris, Le Seuil, 1966.

Kerbrat-Orecchioni C., L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin, 1980.

Kerbrat-Orecchioni C., Le Discours polémique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1980.

Kerbrat-Orecchioni C., « Pour une approche pragmatique du dialogue théâtral », Pratiques, n° 41, mars 1984, p. 46-62.

Kerbrat-Orecchioni C., « Nouvelle communication et Analyse conversationnelle », Langue française, n° 70, Paris, 1986, p. 7-25.

Kerbrat-Orecchioni C., Les Interactions verbales, Paris, A. Colin, 1990-1994.

Kerbrat-Orecchioni C., La Question, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1991.

Kerbrat-Orecchioni C., « Où en sont les actes de langage ? », Information grammaticale, n° 66, juin 1995, p. 5-12.

Kerbrat-Orecchioni C., Plantin Ch., Le Trilogue, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995.

Kerbrat-Orecchioni C., La Conversation, Paris, Le Seuil, 1996.

Kerbrat-Orecchioni C., L’Implicite, Paris, A. Colin, 1998.

Kerbrat-Orecchioni I C., « Les genres de l’oral : types d’interaction et types d’activités. », 2003, article en ligne sur http://icar.univ-lyon2.fr/Equipe1/actes/journees_genre.htm

Mœschler J., Dire et contredire, Berne/Francfort, Peter Lang, 1982.

Morel M.-A., « Vers une rhétorique de la conversation », DRLAV, n° 29, Paris, 1983, p. 29-68.

Norrick N. R., « Expressive Illocutionary Acts », Journal of Pragmatics, n° 2, 1978, p. 277-291.

Perret D., « Termes d’adresse et injures », Cahiers de lexicologie, n° 12, 1968, p. 3-14.

Perret D., « Les appellatifs. Analyse lexicale et actes de parole », Langages, n° 17, 1970, p. 112-118.

Roulet E., L’Articulation du discours en français contemporain, Peter Lang, Berne, 1985.

Roulet E., « Complétude interactive et mouvements discursifs », Cahiers de linguistique française, n° 7, 1986, p. 189-206.

Roulet E., « De la structure de la conversation à la structure d’autres types de discours », Rubattel C., Modèles du discours, Berne/Francfort sur Main, Peter Lang, 1989, p. 35-59.

Roulet E., « L’analyse du dialogue dans une approche modulaire des structures du discours : l’examen du dialogue romanesque », Hundsnurscher F. et Weigand E., Future Perspectives of Dialogue Analysis, Tübingen, Niemeyer, 1995, p. 1-34.

Roulet E., « L’organisation polyphonique et l’organisation inférentielle d’un dialogue romanesque », Cahiers de linguistique française, 19, 1997, p. 147-181.

Searle J. R., Les Actes de langage : essai de philosophie du langage, 1969, Pauchard H. (trad.), Paris, Hermann, 1972.

Searle J. R., Sens et expression, 1979, PROUST J. (trad.), Paris, Éditions de Minuit, 1982.

Traverso V., « La Gestion des échanges dans la conversation à trois participants », Kerbrat-Orecchioni C., et Plantin Ch., Le Trilogue, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 29-53.

Traverso V., L’Analyse des conversations, Paris, Nathan Université, 1999.

Welke D., « Séquentialité et succès des actes de langage », DRLAV n° 22-23, Des Ordres en linguistique, 1980, p. 177-308.

Histoire de la langue et Linguistique appliquée à l’ancien français

Andrieux-Reix N., « De l’interprétation à l’exclamation : quelques problèmes posés par les textes médiévaux », Faits de langue, n° 6, 1995, p. 23-26.

Andrieux-Reix N., « Approches linguistiques », Le Merlin en prose, Paris, PUF, 2001, p. 115-123.

Batany J., Approches langagières de la société médiévale, Caen, Paradigme, 1992.

Brandsma F., « The Presentation of Direct Discourse in Arthurian Romance : Changing Modes of Performance and Reception ? », Kelly D. (éd.), The Medieval Opus. Imitation, Rewriting, and Transmission in the French Tradition, Proceedings of the Symposium Held at the Institute for Research in Humanities October 5-7 1995, Madison, University of Wisconsin Press, 1995, p 245-60.

Brandsma F., « Knight’s Talk : Direct Discourse in Arthurian Romance », Neophilologus, n° 82, 1998, p. 513-525.

Brandsma F., « La vérité vivifiée ? Le discours direct aux débuts de la prose française », Faits de Langues, « Le Discours rapporté », n° 19, 2002, p. 37-49.

Bruña-Cuevas M., « Le Style indirect libre chez Marie de France », Revue de Linguistique Romane, n° 52, 1988, p. 421-446.

Bruña-Cuevas M., « Changer l’appellation “Style Indirect Libre” ? », Romania, n° 110, 1989, p. 1-39.

Cerquiglini B et al., « L’Objet “ancien français” et les conditions propres à sa description linguistique », Chevalier J.-C., et Gross M. (éd.) Méthodes en grammaire française, Paris, Klincksieck, 1976, p. 185-200.

Cerquiglini B., « La Parole étrange », Langue française, n° 40, 1978, p. 83-98.

Cerquiglini B., La Parole médiévale, discours, syntaxe, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Cerquiglini B., « Le Style indirect libre et la modernité » Langages, n° 73, 1984, p. 7-17.

Cunha D. A. C. et Arabyan M., « La Ponctuation du discours direct des origines à nos jours », L’Information grammaticale, n° 102, juin 2004, p. 35-45.

Evdokimova L., « Vers et prose au début du xiiie siècle : le Joseph de Robert de Boron », Romania, n° 117, 1999, p. 448-73.

Fleischman S., Tense and Narrativity : from Medieval Performance to Modern Fiction, Austin, University of Texas Press, 1990.

Frappier J., « La Brisure du couplet dans Erec et Enide » Romania, n° 86, 1965, p. 1-21.

Fülop M., « Style rhétorique et style populaire dans les portraits d’Aucassin et Nicolette », Annales Universitatis Scientiarum Budapestinensis de Rolando Eötvös nominate, Sectio philologica moderna, t. II, 1971, p. 59-70.

Gougenheim G., « Notes sur le vocabulaire de Robert de Clari et de Villehardouin », Études de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard, 1970, p. 315-320.

Härmä J., « La séquence du don contraignant. Essai d’examen dans le cadre de l’analyse du dialogue », Actes du VIIIe congrès des Romanistes scandinaves, 1981, Odensee University Press, 1983, p. 163-173.

Härmä J., « Observations sur les séquences “question-réponse” dans les romans médiévaux », Bouvier J.-C. (dir.), Linguistique générale et linguistique romane : histoire de la grammaire, Actes du XVIIe congrès international de linguistique et de philologie romane, 1983, Aix-en-Provence, 1985, p. 299-309.

Härmä J., « Les Constructions disloquées en ancien français : problèmes pragmatiques », Actes du 11e congrès des romanistes scandinaves (Trondheim 13-17 août 1990), Trondheim, Institut d’études romanes, 1991, p. 215-226.

Lagorgette D., Désignatifs et termes d’adresse dans quelques textes en moyen français (thèse dactylographiée, Nanterre, 1998.)

Lagorgette D., « Termes d’adresse, actes perlocutoires et insultes : la violence verbale dans quelques textes des xive, xve et xvie siècles », La Violence dans le monde médiéval, Senefiance, n° 36, 1994, p. 317-332.

Lignereux M., « Jurer est-il déjà un verbe performatif en ancien français ? », Perret M. (dir.), « Linguistique de l’énonciation. Approche diachronique », Linx, n° 32, 1995, p. 97-111.

López-Muñoz J.-M., « Pour une typologie des verbes introducteurs du discours indirect », Estudios de Lengua y Literatura francesas, n° 8-9, UC, 1994-1995, p. 149-167.

Lusignan S., Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française aux xiiie et xive siècles, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Paris, Vrin, 1985.

Marchello-Nizia Ch., « La forme-vers et la forme-prose, leurs langues respectives, leurs contraintes propres », Perspectives médiévales, n° 3, 1977, p. 35-42.

Marchello-Nizia Ch., « Ponctuation et unités de lecture dans les manuscrits médiévaux », Langue française, n° 40, 1978, p. 32-44.

Marchello-Nizia Ch., Histoire de la langue française xive et xve siècles, Paris, Bordas, 1997.

Marchello-Nizia Ch., Le Français en diachronie : douze siècles d’évolution, Paris, Ophrys, 1999.

Marnette S., « Réflexions sur le discours indirect libre en français médiéval », Romania n° 114, 1996, p. 1-49.

Marnette S., Narrateur et point de vue dans la littérature française médiévale : une approche linguistique, Bern, Peter Lang, 1998.

Marnette S., « Il le vos mande, ge sui qui le vos di : Les stratégies du dire dans les chansons de geste », Revue de Linguistique romane, n° 63, 251-252, 1999, p. 387-417.

Marnette S., « Du discours insolite : Le discours indirect sans que », French Studies, n° 55.3, 2001, p. 297-313.

Marnette S., « Aux frontières du discours rapporté », Revue Romane, n° 37.1, 2002, p. 3-30.

Meiller Α., « Le Problème du style direct introduit par que en Ancien Français », Revue de linguistique romane, n° 30, 1966, p. 353-373.

Monsonego S., Étude stylo-statistique du vocabulaire des vers et de la prose dans la chantefable Aucassin et Nicolette, Paris, Klincksieck, 1966.

Oppermann É., « Et il respondent : “oïl bien”. Un emploi du présent dit “de narration” dans le Merlin de Robert de Boron », L’Information grammaticale, n° 88, janvier 2001, p. 40-43.

Perret M., Le Signe et la mention, Genève, Droz, 1988.

Perret M., « Façons de dire : les verbes de parole et de communication dans La Mort le roi Artu », Dufournet J. (dir.), La Mort le roi Artu ou le crépuscule de la chevalerie, Paris, Champion, 1994, p. 181-195.

Perret M. (dir.), « Linguistique de l’énonciation ; approche diachronique », LINX, n° 32, 1995, p. 173-191.

Perret M., L’Énonciation en grammaire du texte, Paris, Nathan, 1995.

Perret M., « Le Discours rapporté dans le Bel Inconnu », L’Information grammaticale, n° 72, janvier 1997, p. 13-17.

Perret M., « Le paradoxe du monologue », Des mots au discours. Études de linguistique française, TLM (n° spécial) P.U. Complutense. Madrid, 2004, p. 137-159.

Perret M., « Ponctuation et discours rapporté », Galderisi C. et Maurice J. (dir.) « Qui tant savoit d’engin et d’art » : Mélanges de philologie médiévale offerts à G. Bianciotto, Poitiers, Presses de l’Université, 2006, p. 359-366.

Rodriguez Somolinos A., « Certes, voire : l’évolution sémantique de deux marqueurs assertifs de l’ancien français », Perret M. (dir.). « Linguistique de l’énonciation. Approche diachronique », Linx, n° 32, 1995, p. 51-76.

Rosier I., La parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, 1994.

Rosier L., « Mise à distance et attribution du dire en moyen français : L’exemple des Quinze Joyes de mariage », Combettes B. et Monsonego S. (dir.). Le Moyen français, Philologie et linguistique, Approche du texte et du discours, Paris, Didier Érudition, 1997, p. 339-350.

Rosier L., Le Discours rapporté. Histoire, théories, pratiques, Paris, Bruxelles, Duculot, 1999.

Rosier L., « Le Moyen français revisité par l’énonciation “signes et mentions” du discours rapporté », L’Information Grammaticale, n° 87, octobre 2000, p. 24-32.

Rychner J., Formes et structures de la prose française médiévale, l’articulation des phrases dans la Mort Artu, Genève, Droz, 1970.

Rychner J., « La Présence et le point de vue du narrateur dans deux récits courts. Le Lai de Lanval et la Châtelaine de Vergi », Vox Romanica, n° 39, 1980, p. 86-103.

Rychner J., « Messages et discours doubles », BURCH-NORTH S. (dir.), Studies in Medieval French and Literature Presented to B. Woledge in Honour of his 80th Birthday, Droz, Genève, 1987, p. 145-161.

Rychner J., La Narration des sentiments et des discours dans quelques œuvres des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1990.

Wagner R. L., L’Ancien français, points de vue, programmes, Paris, Larousse, 1974.

Le dialogue romanesque : études générales et théoriques

Aubailly J.-C., Le Monologue, Le Dialogue, La Sottie : essai sur quelques genres dramatiques de la fin du Moyen Âge au début du xve, Paris, Champion, 1984.

Coltier D., « Introduction aux paroles de personnages : fonctions et fonctionnement », Pratiques n° 64, décembre 1989, p. 69-109.

Conesa G., Le Dialogue moliéresque, étude stylistique et dramaturgique, Paris, Presses Universitaires de France, 1983.

Durrer S., « Le Dialogue polémique : accident de la communication ou type de dialogue ? », Cahiers de l’Institut des sciences du langage, n° 11, cd DLSL, Lausanne, 1991, p. 41-76.

Durrer S., « Paroles et portraits : du style des personnages », Poétique, n° 23, 1992, p. 441-465.

Durrer S., Le Dialogue romanesque, Genève, Droz, 1994.

Henry A., « L’expressivité du dialogue dans le roman », La Littérature narrative d’imagination : des genres littéraires aux techniques d’expression, Paris, Presse Universitaire de France, 1961, p. 3-19.

Lane Mercier G., La Parole romanesque, Paris, Klincksieck, 1989.

Larthomas P., Le Langage dramatique, Paris, Presses Universitaires de France, 1972 ; 2e édition, 1995.

Histoire de la société médiévale

Le Geste et les gestes au Moyen Âge, Actes du colloque tenu à Aix en Provence du 27 février au 1er mars 1997, Senefiance, n° 41, Aix en Provence, Publications du CUER MA, 1998.

Alexandre-Bidon D., « Les Livres d’éducation au xiiie siècle », Guichardet P. et al. (dir.), Comprendre le xiiie, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 147-159.

Aries Ph. et Duby G. (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Le Seuil, 1985.

Bartlett R., Trial by Fire and Water, Oxford, Clarendon Press, 1986

Barthélémy D., « Présence de l’aveu dans le déroulement des ordalies (ixe-xiiie siècles) », L’Aveu, Antiquité et Moyen Âge, Actes de la Table Ronde organisée par l’École française de Rome, le CNRS et l’université de Trieste, Rome, Bibliothèque de l’École française, 1986, p. 191-214.

Bazan B. C., Fransen G., Wippel J. W., Jacquart D., Les Questions disputées et les questions quolibétiques dans les facultés de théologie, de droit et de médecine, Turnhout, Brepols, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 1985.

Bériou N., « Autour de Latran iv (1215) : la naissance de la confession moderne et sa diffusion », Groupe de la Buissière, Pratiques de la confession, Paris, Le Cerf, 1983, p. 73-136.

Bériou N., « La Confession dans les écrits théologiques et pastoraux du xiiie siècle : médication de l’âme ou démarche judiciaire ? » L’Aveu, Antiquité et Moyen Âge, Actes de la Table Ronde organisée par l’École française de Rome, le CNRS et l’université de Trieste, Rome, Bibliothèque de l’École française, 1986, p. 261-282.

Bériou N., L’Avènement des maîtres de la Parole : La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1998.

Bongert Y., Recherche sur les cours laïques du xe au xiiie siècles, Reims, Matot-Braine, 1949.

Casagrande C. et Vecchio S., Les Péchés de la langue, Paris, Le Cerf, 1991.

Chiffoleau J., « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du xiiie au xve siècle », L’Aveu, Antiquité et Moyen Âge, Actes de la Table Ronde organisée par l’École française de Rome, le CNRS et l’université de Trieste, Rome, Bibliothèque de l’École française, 1986, p. 340-356.

De Rijk L. M., « Specific tools concerning Logical Education », Weijers O. (dir.), Méthodes et instruments du travail intellectuel au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1990, p. 62-81.

ESmein Α., Histoire de la procédure criminelle en France, Paris, Larose et Forcel, 1882.

GARnier F., Le Langage de l’image au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 1982.

Gontier N., Le Châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998.

Gontier N., « La parole condamnée d’après les relations judiciaires de la fin du Moyen Âge », Conformité et déviances au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, n° 2, Montpellier, 1995, p. 145-157.

Gourevitch Α. J., La Naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Marie J.-J. (trad.), préface de J. LE GOFF, Paris, Le Seuil, 1997.

Hanning R. W., The Individual in Twelfth Century Romance, New Haven et Londres, Yale University Press, 1977.

Hasenohr G., « Un recueil de Distinctiones bilingue du début du XIVe : le manuscrit 99 de la bibliothèque municipale de Charleville », Romania, n° 99, 1978, p. 47-97 et 183-206.

Lainguy Α. et Lebigre Α., Histoire du droit pénal, la procédure criminelle, Paris, Cujas, 1979.

Langlois M. et Lanhers Y., Confessions et jugements de criminels au Parlement de Paris (1319-1350), Paris, SEPVEN, 1971.

Le Goff J., La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1967.

Le Goff J. et Schmitt J.-C., « Au xiiie siècle une parole nouvelle », Delumeau J. (dir.), Histoire vécue du peuple chrétien, t. 1, Toulouse, Privat, 1979, p. 257-279.

Lubac H. (de), Exégèse médiévale, les Quatre Sens de l’Écriture, Paris, Desclée de Brouwer, 1985.

Michaud-Quantin P., « À propos des premières Summae Confessorum, Théologie et droit canonique », Rech. Sciences relig., n° 16, 1959, p. 261-300.

Regnier-Bohler D., « Geste, parole et clôture, les représentations du gynécée dans la littérature médiévale du xiiie au xve siècle », Mélanges de langue et de littérature médiévale offerts à Alice Planche, t. 2, Nice, Les Belles Lettres, 1984, p. 393-404.

Roussel C., « Le Legs de la Rose : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale », Montandon A. (dir.), Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Association des publications de la Faculté des lettres et de sciences humaines, 1995, p. 1-90.

Schmitt J.-C., « La Découverte de l’individu, une fiction historiographique ? », Mengal P. et Marot F. (dir.), La Fabrique, la Figure et la Feinte, Fictions et statut des fictions en psychologie, Paris, 1989, p. 213-230.

Schmitt J.-C., La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

Verger J., « À la naissance de l’individualisme et de la pensée individuelle : la contribution des universités médiévales », Coleman J. (dir.), L’Individu dans la théorie politique et dans la pratique, Paris, Puf, 1996, p. 71-90.

Vincent-Cassy M., « Comment obtenir un aveu ? Étude des confessions des auteurs d’un meurtre commis à Paris en 1332 », L’Aveu, Antiquité et Moyen Âge, Actes de la Table Ronde organisée par l’École française de Rome, le CNRS et l’université de Trieste, Rome, Bibliothèque de l’École française, 1986, p. 381-400.

Viola C., « Manières personnelles et impersonnelles d’aborder un problème : Saint Augustin et le XIIe siècle. Contribution à l’histoire de la quaestio », Les Genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales, Louvain-la-Neuve, 1982, p. 11-30.

Vogel C., Le Pécheur et la Pénitence au Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1982.

Walter Ph., La Mémoire du temps. Fêtes et calendriers de Chrétien de Troyes à la Mort Artu, Paris, Champion, 1989.

Weijers O., La “Disputatio”, dans la faculté des Arts de Paris (1200-1350), Turnhout, Brepols, 1995.

Weijers O., Le Maniement du savoir : pratiques intellectuelles à l’époque des premières universités (xiiie-xive siècles), Turnhout, Brepols, 1996.

Weijers O., « De la joute dialectique à la dispute scolastique », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1999, Paris, Klincksieck, 2000, p. 509-518.

Weijers O., « Un type de commentaire particulier à la faculté des Arts : la "sententia cum questionibus" », Lardet P. (dir.), La Tradition vive. Mélanges d’histoire des textes en l’honneur de Louis Holtz, Turnhout, Brepols, 2002, p. 211-222.

Zink M., La Prédication en langue romane avant 1300, Paris, Champion, 1975.

Théorie et esthétique littéraires ; histoire de la littérature

Accarie M., « Vérité du récit ou récit de la vérité, le problème du réalisme dans la littérature médiévale » Razo, n° 15, 1998, p. 5-34.

Arabyan M., « Note sur la construction du mythe des origines de la lecture silencieuse à partir d’une fausse interprétation de saint Augustin et d’Isidore de Séville », Berthier P. et Dufour D.-R. (dir.), Philosophie du langage, esthétique et éducation, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 107-128.

Arabyan M., « Du nouveau sur le mythe des origines de la lecture silencieuse », De Mattia M. et Joly Α. (dir.), De la syntaxe à la narratologie énonciative, Paris, Ophrys, 2001, p. 213-224.

Aramburu F., Despres C., Benito J., « La déclaration amoureuse dans la littérature médiévale », Bien dire et bien aprandre, n° 15, 1996, p. 71-94.

Auerbach E, Mimésis, La Représentation de la réalité dans la littérature occidentale, HEIM C. (trad.), Paris, Gallimard NRF, 1968 (éd. originale 1948).

Auerbach E., Figura, Paris, Belin, 1993.

Barthes R., « Introduction à l’analyse structurale des récits », Communications, n° 8, 1966, p. 1-28, repris dans L’Analyse structurale du récit, Paris, Le Seuil, 1981, p. 7-33.

Barthes R., « L’ancienne rhétorique », Communications n° 16, Recherches rhétoriques, Paris, Le Seuil, 1970, p. 172-231.

Barthes R., « L’Effet de réel », Communications n° 11, 1968, repris Barthes R. et al., Littérature et Réalité, Paris, Le Seuil, 1982, p. 80-89.

Baumgartner E., L’Arbre et le Pain, Paris, Sedes, 1981.

Baumgartner E., « Espace du temps, espace du manuscrit : les manuscrits du Lancelot en prose » Écritures II, 1985, p. 95-116, repris dans De l’histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 379-404.

encours

Baumgartner E., « Les Techniques narratives dans le roman en prose », Lacy J. N., Kelly D. et Busby K. (dir.) The Legacy of Chretien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, Faux-titre 31, vol.1, 1987, p. 167-190.

Baumgartner E., « Vers, prose et fiction narrative 1150-1240 », Pratt K. (dir.), Shifts and Transpositions in Medieval Narrative. A Festchrift for Elspeth Kennedy, D. S. Brewer, United Kingdom, 1994, p. 1-9.

Baumgartner E., « Paul Zumthor et le roman médiéval », Cerquiglini-Toulet J. et Lucken Ch., Paul Zumthor ou l’invention permanente. Critique, histoire, poésie, Genève, Droz, 1998, p. 63-72.

Berthelot Α., Figures et fonction de l’écrivain au xiiie siècle, Montréal, Institut d’Études médiévales, 1991.

Boutet D. et Harf-Lacner L., Écriture et modes de pensée au Moyen Âge, VIIF-XV siècles, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1993.

Boutet D., Formes littéraires et conscience historique aux origines de la littérature française : 1100-1250, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

Brucker Ch., « Mises en prose et genres littéraires à la fin du Moyen Âge : la quête du vraisemblable », Travaux de Littérature, n° 13, 2000, p. 29-47.

Burgoyne L., « La rime mnémonique et la structure du texte dramatique médiéval », Le Moyen Français, n° 29, 1991, p. 7-20.

Buschinger D. et Spiewok W., Les Realia dans la littérature de fiction au Moyen Âge, Actes du colloque de l’université de Picardie 1er-4 avril 1993, Greisfswald, Reineke, 1993.

Chartier R., « Du livre au lire », Paire Α. (dir.), Pratique de la lecture, Paris, Payot, 1985, p. 79-113.

Chasse D., « La mise en mémoire des informations narratives : le système du vers et le système de la prose », ROY B. et ZUmthor P. (dir.), Jeux de mémoire : Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Paris, Vrin, 1985, p. 57-64.

Chênerie M.-L., Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1986.

Dragonetti R., Le Mirage des sources, L’art du faux dans le roman médiéval, Paris, Le Seuil, 1987

Faral E., Les Arts Poétiques du xiie et xiiie siècles, Paris, Champion, 1923.

Febvre L. et Martin H.-J., L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1971.

Fourrier A., Le Courant réaliste dans le roman courtois, Paris, Nizet, 1960.

Gallais P., « Recherches sur la mentalité des romanciers français du Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale, n° 7, 1964, p. 479-493.

Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972.

Greimas A.-J., Du Sens, Paris, Le Seuil, 1970.

Greimas A.-J., Du Sens II, Paris, Le Seuil, 1983.

Greimas A.-J., « Observations épistémologiques », DELEDALLE G., Pragmatics and Semiotics, Amsterdam, Benjamins, 1989, p. 71-74.

Hamon Ph., « Du savoir dans les textes » Revue des sciences humaines, n° 160, 1975, p. 489-499.

Huchet J.-C., Le Roman médiéval, Paris, PUF, 1984.

James-Raoul D., « La stylistique médiévale », Perspectives Médiévales, Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales, numéro jubilaire, 2005, p. 265-284.

Jauss H.-R., « littérature médiévale et théorie des genres », Poétique, n° 1, 1970, p. 79-101.

Kelly D., « Theory of Composition in Medieval Narrative Poetry and Geoffrey of Vinsauf’s Poetria Nova » Mediaeval studies, t. 321, 1969, p. 117-148.

Koestler A., The Act of Creation, London, Picador edition, 1975.

Matoré G., Le Vocabulaire et la société médiévale, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.

Murphy J. J., Rhetoric in the Middle Âges : a History of Rhetorical Theory from Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley, University of California Press, 1974.

Noomen W., « Remarques sur la versification du plus ancien théâtre français, l’enchaînement des répliques et la rime mnémonique », Néophilologus, n° 40, 1956, p. 179-193 et 249-258.

Ollier M.-L., La Forme du sens, Orléans, Paradigme, 2000, p. 111-123.

Ollier M.-L., (dir.), Masques et déguisements dans la société médiévale, Montréal, Paris, Presses de l’université de Montréal, Vrin, 1988.

Perret M., « De l’espace romanesque à la matérialité du livre », Poétique, n° 50, avril 1982, p. 173-182.

Poirion D., « L’écriture romanesque », Perspectives médiévales, n° 3, octobre 1977, p. 3-7.

Ricœur P., Temps et Récit, t. 1 L’Intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, 1983.

Ricœuur P., Temps et Récit, t. 2 La Configuration dans le récit de fiction, Paris, Le Seuil, 1984.

Roussel C., « La Catégorie du personnage dans la littérature médiévale », Reuter Y. (dir.), Le Personnage dans les récits, Cahiers de Recherche en Communication et en Didactique de l’université Blaise Pascal, 2, 1988, p. 11-33.

Ruhe E.-P., « “Inventio” devenue “troevemens” : la recherche de la matière au Moyen Âge », Burgess G. S. and Taylor R. A. (dir.), The Spirit of the Court, Cambridge, D.S. Brewer, 1985, p. 289-297.

Saenger P., « Silent Reading : its Impact on Late Medieval Script and Society » Viator, n° 13, 1982, p. 367-414.

Saenger P., « Manières de lire médiévales », Martin H.-J, et Chartier R., Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1982, p. 131-141.

Saenger P., « Lire aux derniers siècles du Moyen Âge », Cavallo G. et Chartier R. (éd.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997.

Schapira Ch., La maxime et le discours d’autorité, Paris, Sedes, 1997.

di Stefano G., « À propos de la rime mnémonique » Roy B. et Zumthor P., Jeux de mémoire : Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Paris, Vrin, 1985, p. 35-42.

Théories et pratiques de l’écriture au Moyen Âge, Actes du colloques des 5 et 6 mars 1987, Nanterre, Littérales, Presses Universitaires de Paris X, 1988.

Vinaver E., À la Recherche d’une poétique médiévale, Paris, Nizet, 1970.

Walker R. M., « Oral Delivery or Private Reading ? Α Contribution to the Debate on the Dissemination of Medieval Literature », Forum for Modern Language Studies, Saint Andrews 1971, p. 36-42.

Zink M., « Une mutation de la conscience littéraire : le langage romanesque à travers des exemples français du xiie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, n° 1, 1981, p. 3-27.

Zink M., la Subjectivité littéraire. Autour du siècle de Saint Louis, Paris, PUF, 1985.

Zumthor P., Langue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck, 1963.

Zumthor P., Essai de poétique médiévale, Paris, Le Seuil, 1972.

Zumthor P., Langue, texte, énigme, Paris, Le Seuil, 1975.

Zumthor P., « La Brièveté comme forme », La Nouvelle, Actes du colloque international de Montréal (1982) Picone M., Di Stefano G. et Steward P. (dir.), Montréal, Plato Academic Press, 1983, p. 3-8.

Zumthor P., « Le Champ du romanesque », Europe, n° 642, octobre 1982, p. 27-36.

Zumthor P., La Lettre et la voix : de la littérature médiévale, Paris, Le Seuil, 1987.

Zumthor P., Performance, réception, lecture, Longueuil, Le Préambule, 1990.

ouvrages ou articles portant sur des domaines spécifiques

Le Clerc au Moyen Âge, Actes du colloque d’Aix en Provence, Senefiance, mars 1995, Aix, Cuerma, 1995.

Angeli G., « Le Dialogue nocturne conjugal : entre cadre et topos », Faucon J.-C. (dir.), Miscellanea Mediaevalia, Mélanges offerts à Philippe Ménard, t. 1, Paris, Champion, 1998, p. 51-64.

Arzenton-Valeri L., « Au nom de l’auteur. Essai d’intervention auctoriale dans Éracle », Bien dire et bien aprandre, n° 8, 1990, p. 5-17.

Bar F., « Faits de style parlé dans le Lancelot », Dufournet J., Approches du Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984, p. 49-57.

Baumgartner E., Le Tristan en prose. Essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1975.

Baumgartner E., « Du Tristan de Béroul au roman en prose : étude comparée de l’idéologie et de l’écriture romanesque à partir de l’épisode de la forêt du Morois », Ruhe E. et Schawderer R. (dir.), Der altenfranzosische Prosaroman (Kolloquium Würzburg, 1977), Munchen, Wilhem FINk Verlag, 1979, p. 11-45.

Baumgartner E., « C. R. de l’édition de Lancelot du Lac par Mme E. Kennedy », Romania, n° 104, 1983, p. 127-132.

Baumgartner E., De l’histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 263-276.

Baumgartner e., « Remarques sur la prose du Lancelot », Romania, n° 105, 1984, p. 1-15.

Baumgartner E., « Géants et chevaliers », Burgess G. S. et Taylor R. A. (dir.)., The Spirit of the Court, Cambridge, D. S. Brewer, 1985, p. 9-22.

Baumgartner E., « Luce del Gat et Hélie de Boron, le chevalier et l’écriture », Romania, n° 106, 1985, p. 326-340.

Baumgartner E., « compiler/accomplir », Dufournet J. (dir.) Nouvelles Recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990. p. 33-50.

Beaumatin E. et Garcia M. (dir.), L’Invective au Moyen Âge : France, Espagne, Italie, Atalaya, n° 5, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1995.

BEC P., La Joute Poétique : de la tenson médiévale aux débats chantés traditionnels, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

Berthelot A., « L’inflation rhétorique dans le Tristan en prose », BUschinger D., Tristan et Iseut, mythe européen et mondial, actes du colloque des 10, 11, 12 janvier 1986, Goppingen, Kümmerle, 1987, p. 32-41.

Berthelot A., « Les “gabs” entre Dynadam et Galehaut au tournoi de Sorelois », Parodie undSatire in der Literatur des Mittelalters (Wissenschaftliche Beitrage des Ernst-Moritz-Arndt-Univesitat Greifswald), Deutsche Literatur des Mittelalters 5, Greifswald, 1989, p. 33-40

Berthelot A., « Dynadan le chevalier non conformiste », Conformité et déviances au Moyen Âge, MontpeLlier, Cahiers du CRISIMA, n° 2, 1995, p. 33-41.

Berthelot A., « “Et ensi le resavons nous encore” : Voix de chevaliers, voix de clercs, les voies de la transmission narrative », La Voix dans l’écrit, Cahiers du Pris-Ma, n° 21, Janv-déc. 2005, p. 3-16.

Bertin A., « Le Statut de la parole », op. cit., n° 15, 2000, p. 5-10.

Bloch H., « From Grail to inquest », Modern Language review, n° 69, 1974, p. 40-54.

Bloch H., « Le rire de Merlin », Cahiers de l’Association internationale des Études françaises, t. 37, 1985, p. 7-21.

Bouché T. et Charpentier H. (éd.)., Le Rire au Moyen Âge, dans la littérature et dans les arts, Actes du colloque international des 17, 18 et 19 novembre 1988, Bordeaux, Presses Universitaires, 1990.

Boutet D., « Le comique arthurien », Bulletin Bibliographique de la Société Internationale Arthurienne, n° 52, 2000, p. 323-351.

Burns E. J., « La répétition et la mémoire du texte », Roy B. et Zumthor P., Jeux de mémoire : Aspects de la mnémotechnie médiévale, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, Paris, Vrin,

  1. p. 65-72.

Buschinger D. et Zink M. (dir.), Lancelot-Lanzelet, Hier et aujourd’hui. Pour fêter les 90 ans du Prof. A. Micha, Greifswald : Reineke-Verlag, Wodan 51, 1994.

Caulkins J.-H., « La Joie de Tristan dans le Tristan en prose : disjonction, invention et jeux de mots », Romania, n° 106, 1985, p. 84-101.

Cerquiglini J., Un engin si soutil, Guillaume de Machaut et l’écriture au xive siècle, Paris, Champion, 1986.

Cerquiglini J., « Une parole muette : le rire amoureux au Moyen-Âge », Miscellanae mediaevalia, Mélanges offerts à Philippe Ménard, Paris, Champion, 1998, p. 325-336.

Chênerie M.-L., « Lancelot et Tristan, chevaliers errants », Dufournet J. (dir.), Nouvelles recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990, p. 51-78.

Chênerie M.-L., « Le Sénechal Keu dans le Tristan en prose », Cahiers du Pris-Ma, n° 7, Poitiers, 1995, p. 17-26.

Chênerie M.-L., « Le dialogue de la dame et du chevalier dans les romans de Chrétien de Troyes », Quéruel D. (dir.), Amours et Chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes, Paris, Les Belles Lettres, 1995, p. 107-119.

Combarieu du Grès M. de, « Enfantines (Étude sur les enfances de Lionel et de Bohort dans le Lancelot en prose) », Enfances « romanesques », Cahiers du Pris-Ma, n° 12.2, 1996, p. 133-155.

Combarieu du Grès M. de, « Les enjeux de la langue dans le Conte du Graal », Queruel D. (dir.), Le Conte du Graal, Chrétien de Troyes, Ellipses, 1998, p. 43-61.

Combarieu du Grès M. de, « Un cœur gros comme ça : le cœur dans le Lancelot-Graal », Le « Cuer » au Moyen Âge (Réalité et Senefiance), Senefiance, n° 30, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1991, p. 77-106.

Combes A., « Une parole problématique : éloquence et réticences du héros dans le Lancelot en prose », Buschinger D. et Zink M., Lancelot-lanzelet, Hier et aujourd’hui. Pour fêter les 90 ans du Prof. Alexandre Micha, Greifswald : Reineke-Verlag, Wodan 51, 1994, p. 111-121.

Combes A., Les Voies de l’aventure, réécriture et composition romanesque dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 2001.

Connochie-Bourgne C. (dir.), Par la fenestre : études de littérature et de civilisation médiévales, Senefiance, n° 49, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 2003.

Crist L. S., « Les Livres de Merlin », Mélanges de langue et de littérature française du Moyen Âge offerts à P. Jonin, Senefiance, n° 7, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1979, p. 197-210.

Denoyelle C., « Le discours de la ruse dans les fabliaux », Poétique, n° 115, 1998, p. 327-350.

Denoyelle C., « L’effet de miroir dans Le Lai de l’Ombre », 2000, article en ligne sur http://www.uhb.fr/alc/medieval/MIROMB.htm.

Denoyelle C., « Le Prince et le prophète : une politique du secret et de la révélation », Hüe D., Fils sans Père, études sur le Merlin de Robert de Boron, Paradigme, Orléans, 2000, p. 191-205.

Denoyelle C., « Les Bergers : des ermites carnavalesques. Étude pragmatique du discours des bergers dans quelques textes narratifs courtois des xiie et xiiie siècles », Cahiers de recherches médiévales, n° 10, 2003, p. 143-154.

Denoyelle C., « Du reproche à la polémique : la mise en place de la violence verbale dans quelques œuvres des xiie et xiiie siècles. », Buschinger D. (dir.), Études médiévales, n° 8, Amiens, Presses du centre d’études médiévales, 2006, p. 150-161.

Denoyelle C., « Les jeux de casuistique amoureuse dans quelques dialogues du Lancelot et du Tristan en prose », Le Moyen Âge, 2009-2, vol. CXV, p. 277-289.

Denoyelle C., « La fonction dramatique des dialogues », Cahiers de Narratologie, 2010, http://revel.unice.fr/cnarra/index.html.

Dubost F., « Le Chevalier au lion, une “conjointure” signifiante », Le Moyen Âge, n° 90, 1984, p. 195-222.

Dubost F., Aspects fantastiques de la littérature narrative médiévale, xiie-xiiie siècles, L’Autre, l’Ailleurs, l’Autrefois, Paris, Champion 1991.

Dubost F., « Trois Géants, trois époques, Un “roman” », Cahiers du Pris-Ma, n° 7, 1995, p. 57-72.

Dubost F., « Lancelot et Tristan ou la transcendance décalée », Bely M.-E. et Valette J.-R. (dir.), Personne, personnage et transcendance aux xiie et xiiie siècles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 17-33.

Dubuis R., « la Fille du comte de Pontieu » Les Cent Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle au Moyen-Âge, Grenoble, 1973, p. 526-536.

Dufournet J., (dir.), Approches du Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984.

Dufournet J. (dir.), Nouvelles Recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990.

Dubel K., « Une double connaissance. Le regard des yeux et le regard du cœur dans les romans de Chrétien de Troyes », Cahiers du Pris-Ma, n° 10, 1994, p. 127-136.

Ferlampin-Acher Ch., « Les Dialogues dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles Recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990 p. 79-122.

Ferlampin-Acher C., « La Parole dans le Merlin de Robert de Boron », Quéruel D. et Ferlampin-Acher Ch. (dir.), Merlin, roman du xiiie siècle, Paris, Ellipses, 2000, p. 89-104.

Ferlampin-Acher C., « La Douloureuse Garde du Lancelot en prose : les clefs du désenchantement », Pomel F. (dir.), Les clefs dans la littérature médiévale, Rennes, Presses Universitaires, 2006, p. 175-192.

Frappier J., Étude sur la Mort le Roi Artu, Paris, Minard ; Genève, Droz, 1961.

Frappier J., Étude sur Yvain ou le Chevalier au lion, Paris, Sedes, 1969.

Gally M., Parler d’amour au Puy d’Arras : Lyrique en jeu, Orléans, Paradigme, 2004.

Gally M., « Le huitième Art, les Clercs du xiiie siècle, nouveaux maîtres du discours amoureux », Poétique, n° 75, 1988, p. 279-295.

Gally M., « Quand l’art d’aimer était mis à l’index », Romania, n° 113, 1992-1995, p. 421-440.

Gally M., « Entre sens et non sens : approches comparatives de la tenso d’oc et du jeu-parti arrageois », Pedroni M. et Stauble A., Il Genere « Tenzone », Ravenne, A. Longo, 1999, p. 223-235.

Godard H., Poétique de Céline, Paris, Gallimard, 1985.

Gonfroy G., Le Roman de Tristan en prose : concordancier des formes graphiques, Limoges, Telmo, Presses de l’université, 1990.

Haidu P., Aesthetic Distance in Chrétien de Troyes, Genève, Droz, 1968

Harf-Lancner L., « Lancelot et la Dame du Lac », Romania, n° 105, 1984, p. 16-33.

Hüe D., « Carrefour des langues : l’Anglais en France et l’Écossais en Italie », Timelli M. C., et Galderisi C., “Pour acquerir honneur et pris”, Mélanges G. di Stefano, Montréal, Ceres, 2004, p. 391-402.

Hüe D., « Alcuin et Merlin, ou le sage imaginaire : le dialogue dans quelques textes didactiques médiévaux », Guérin Ph. (dir.), Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 79-98.

Hunt T., « The Dialectic of Yvain », Modern Language Review, n° 72, 1977, p. 285-299.

Hunt T., « Aristotle, Dialectic and the Courtly Literature », Viator, n° 10, 1979, p. 95-129.

James-Raoul D., « Le Discours des mères. Aperçus dans les romans et lais des xiie et xiiie siècles », La Mère au Moyen Âge. Bien dire et bien aprandre, n° 18, 1998, p. 145-57.

James-Raoul D., La Parole empêchée, Paris, Champion, 1997.

Jeanroy A., La Poésie lyrique des troubadours, Toulouse-Paris, Privat-Didier, 1934,

Jodogne O., « La Parodie et le pastiche dans Aucassin et Nicolette », les Cahiers de l’Association internationale des Études françaises, n° 12, 1960, p. 53-65.

Kay S., « Two readings of the Lai de l’Ombre », the Modern Language Review, n° 75, July 1980. p. 515-527.

Kennedy E., « Le Roi Arthur dans le Lancelot en prose », Romania, n° 105, 1984, p. 46-62.

Kennedy E., « Les Structures narratives et les allusions intertextuelles dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990, p. 138-139.

Långfors Α., Jeanroy Α., Brandin L., Recueil général des Jeux-partis français, Paris, Champion, 1926.

Larmat J., « Le Roman de Tristan en prose, manuel de courtoisie », Ruhe E. et Schwaderer R. (dir.), Der altenfranzösische Prosaroman (Kolloquium Würzburg, 1977), Munchen, Wilhem Fink Verlag, 1979, p. 46-67.

Lejeune-Dehousse R., L’œuvre de Jean Renart, Paris, Droz, 1969.

Lejeune-Dehousse R., « Le personnage d’Aélis dans le roman de L’Escoufle », Mélanges Jeanne Lods, t. 1, Paris, ENS, 1978, p. 378-392.

Lejeune-Dehousse R., « Jean Renart et le roman réaliste au xiiie siècle », Frappier J. (dir.), Grundriss der Romanischen Literaturen des Mittelalters, Heidelberg, C. Winter, 1978, vol. IV, t. 1, p. 400-453.

Le Nan F., Le Secret dans la littérature narrative arthurienne, 1150-1250 : du lexique au motif, Paris, Champion, 2002.

Lot F., Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984, (réimpression de l’édition de 1954).

Love N., « Polite Address and Characterization by Speech in Gautier d’Arras’Éracle », Romance Quaterly, Lexington, 25, 1988, p. 21-29.

Lucken Ch., « Éclats de la voix, langage des affects et séduction du chant : cris et interjections à travers la philosophie, la grammaire et la littérature médiévale », Lett D. et Offenstadt N., Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 179-201.

Maraud Α., « Le Lai de Lanval et la Châtelaine de Vergy : la structure narrative », Romania, n° 93, 1972, p. 433-459.

Marchello-Nizia Ch., « L’Invention du dialogue amoureux : le masque d’une différence », OLlier M.-L., Masques et déguisements dans la littérature médiévale, Montréal, Paris, 1988, p. 223-231.

Marchello-Nizia Ch., « Une nouvelle poétique du discours direct : le Tristanet Yseut de Thomas », Perret M. (dir.), « Linguistique de l’énonciation. Approche diachronique », LINX, n° 32, 1995, p. 161-171.

Martin J.-P., « Remarques sur les récits rétrospectifs et les genres narratifs de la Chanson de Roland au Tristan en prose », Aubailly J.-C. (dir.), C’est la fin pour quoy nous sommes ensemble, hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, p. 911-923.

Ménard Ph., Le Rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge (1150-1250), Genève, Droz, 1969.

Ménard Ph., « La déclaration amoureuse dans la littérature arthurienne au xiie siècle », Cahiers de Civilisation médiévale, n° 13, 1970, 1, p. 33-42.

Ménard Ph., « Les gestes et expressions corporelles de la Chanson de Roland », Van Emden W. et Bennett P. E. (dir.) Guillaume d’Orange and the chansons de geste, Mélanges Duncan McMillan, Reading, Reading University, 1984, p. 85-92.

Ménard Ph., « Le rire et le sourire au Moyen Âge dans la littéraire et dans les arts, essai de problématique », Bouché T. et Charpentier H. (dir.), Le Rire au Moyen Âge, dans la littérature et dans les arts, Bordeaux, Presses Universitaires, 1990, p. 7-30.

Ménard Ph., De Chrétien de Troyes au Tristan en Prose, Genève, Droz, 1999, p. 131-140.

Micha A., « Le Discours collectif dans l’épopée et le roman », Mélanges Frappier, Genève, Droz, 1970, p. 812-821.

Micha A., Étude sur le Merlin de Robert de Boron, roman du xiiie siècle, Genève, Droz, 1980.

Nicod L., Les Jeux-partis d’Adam de la Halle, Paris, Champion, 1917.

Noomen W., « Structures narratives et force comique : Les Fabliaux », Neophilologus, t. 62, 1978, p. 361-375

Notz M.-F., « Tel est pris qui croyait prendre ou les auteurs médiévaux nous font-ils rire malgré eux ? », Bouché T. et Charpentier H. (dir.), Le Rire au Moyen Âge, dans la littérature et dans les arts, Bordeaux, Presses Universitaires, 1990, p. 227-235.

Okafor E., « Les Sources et la structure de la Châtelaine de Vergy », Francofonia t. 12, 1987 p. 65-77.

Pastré J.-M., « Voix et modalités de la communication dans les romans de Tristan », La Voix dans l’écrit, Cahiers du Pris-Ma, n° 20, janv.-déc. 2004, p. 123-136.

Pauphilet A., Le Legs du Moyen Âge, Melun, d’Argences, 1950.

Payen J.-C., « Art du récit dans le Merlin de Robert de Boron, le Didot-Percevalet le Perlesvaus », RomancePhilology, t. 17, 1964, p. 570-585.

Payen J.-C., Le Motif du repentir dans la littérature française des origines à 1230, Genève, Droz, 1967.

Payen J.-C., « Sens et structure du Chevalier au barisel », Le Moyen Âge, 1971, p. 182-195.

Payen J.-C., « Lancelot contre Tristan : la conjuration d’un mythe subversif (Réflexions sur l’idéologie romanesque au Moyen Âge) », Mélanges de langue et de littérature médiévale offerts à Pierre Le Gentil, Paris, SEDES, 1973, p. 617-632.

Payen J.-C., « Le clos et l’ouvert dans la littérature française médiévale et les problèmes de la communication », Perspectives médiévales, n° 2, Paris, 1976, p. 61-72.

Payen J.-C., « La pénitence dans le contexte culturel des xiie et xiiie siècles : des doctrines contritionnistes aux pénitentiels vernaculaires », Revue des sciences philosophiques et théologiques, n° 61, 1977, p. 399-428.

Payen J.-C., « Le Tristan en prose, manuel de l’amitié : le cas Dynadan », Ruhe E. et Schwaderer R. (dir.), Der altenfranzosische Prosaroman (Kolloquium Würzburg, 1977), Munchen, Wilhem Fink Verlag, 1979, p. 11-45.

Payen J.-C. et Legros H., « La femme et la nuit, ou recherches sur le thème de l’échange amoureux dans la littérature courtoise », Mélanges de langue et de littérature française du Moyen Âge offerts à Pierre Jonin, Senefiance, n° 7, Aix-en-Provence, CUERMA, 1979, p. 518-525.

Pierreville C., Gautier d’Arras, l’autre Chrétien, Paris, Champion, 2001.

Plet F., « Incognito et renommée : les innovations du Tristan en prose », Romania, n° 120, 2002, p. 406-431.

Plet F., La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Champion, 2007.

Poirion D., « La Douloureuse Garde », Dufournet J. (dir.), Approches du Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984, p. 25-48.

Raynaud de Lage G., « La Religion d’Éracle », Mélanges de langue et de littérature médiévale offerts à Pierre Le Gentil, Paris, SEDES, 1973, p. 707-715.

Remy P., « Jeu parti et roman breton » Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Delbouille t. 2, Gembloux, Duculot, 1964, p. 545-560.

Remy P., « De l’expression “partir un jeu” dans les textes épiques aux origines du jeu-parti », Cahiers de civilisation médiévale, oct-déc. 1974, p. 327-333.

Rieger D., Chanter et dire, études sur la littérature du Moyen-Âge, Paris, Champion, 1997.

Ribard J., « Figures du chevalier errant dans le Tristan en prose », Aubailly J.-C. (dir.), C’est la fin pour quoy nous sommes ensemble, hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, p. 1205-1216.

Robreu Y., L’honneur et la honte. Leur expression dans les romans en prose du Lancelot-Graal (xiie-xiiie siècles), Genève, Droz, 1981.

Rogger K., « Étude descriptive de la chantefable Aucassin et Nicolette », Zeitschrift für romanische Philologie, 1951, p. 409-457.

Roques M., « Pour le commentaire d’Aucassin et Nicolette » Romania, n° 59, 1933, p. 423-428.

Roubaud J., La Fleur inverse : essai sur l’art formel des troubadours, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

Rousse M., « L’Amour dans Yvain : de la fable au roman », Quéruel D. (dir.), Amours et Chevalerie dans les romans de Chrétien de Troyes, Paris, Les Belles Lettres, 1995, p. 203-219.

Roussel C., « Mots d’emprunt et jeux de dupes dans Aucassin et Nicolette », Romania, n° 117,

1999, p. 422-447.

Schulze-Busacker E., Proverbes et expressions proverbiales dans la littérature narrative du Moyen Âge français, Paris, Champion, 1985.

Suard F., « Le Récit à distance de soi-même dans le Tristan en prose », Aubailly J.-C. (dir.), C’est la fin pour quoy nous sommes ensemble, hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, p. 1303-1305.

Szkilnik M., Jean de Saintré, une carrière chevaleresque au xve siècle, Droz, Genève, 2003.

Toury M.-N., « de Kaherdin à Kahédin, l’invention d’une personnalité », Aubailly J.-C. (dir.), C’est la fin pour quoy nous sommes ensemble, hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993,

p. 1401-1409.

Van Coolput C.-A., « Aventures querant et le sens du monde » : aspects de la réception productive des premiers romans du Graal cyclique dans le Tristan en prose, Leuwen, Leuwen University Press, 1986.

Varvaro A., « Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale », Romania,, n° 119, 2001, p. 463-474.

Vinaver E., « Un chevalier errant à la recherche du sens du monde », Mélanges de linguistique romane et de philologie médiévale offerts à M. Delbouille t. 1, Gembloux, Duculot, 1964, p. 677-686.

Walter Ph., « La blésité et saint Blaise », La Voix dans l’écrit, Cahiers du Pris-Ma, n° 20, Janv-déc 2004, p. 147-157.

Woledge B., Commentaires sur Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, Genève, Droz, 1986-1988.

Wolfzettel F., « La Découverte de la femme dans les romans de Gautier d’Arras », Bien dire et bien aprandre, n° 8, 1990, p. 35-56.

Zink M, « De l’alternance à l’insertion », Perspectives médiévales, n° 3, octobre 1977, p. 15-21.

Zumthor P., Merlin le Prophète, un thème de la littérature polémique, de l’historiographie et des romans, Lausanne, Payot, 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search