Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Seconde partie. La construction des dialogues : vers une complexification mimétique

Chapitre VII. La syntaxe des dialogues

Texte intégral

1L’impression de vivacité et de naturel qui a frappé tant de critiques à la lecture des romans médiévaux tient souvent à la manière dont les répliques s’enchaînent à l’intérieur des dialogues : ils reprennent des patterns connus qui leur donnent une impression de « normalité » mais en même temps, créent à l’intérieur de ces patterns des petites variations, des péripéties qui contribuent à les rendre vivants et comme spontanés. La dimension mimétique des paroles de personnages entraîne à première vue une infinité de possibilités d’enchaînements. Cependant ces patterns s’orientent essentiellement vers des structures efficaces au plan dramatique et privilégient du coup les structures directives ou promissives. Nous les analyserons en décomposant leurs divers éléments et en observant ensuite comment ils se recomposent dans les dialogues plus complexes.

Les dialogues schématiques

2Les dialogues de deux ou trois répliques ne sont constitués que d’un échange unique, binaire ou ternaire selon les cas, ou de deux échanges tronqués. Leur aspect schématique n’implique pas forcément leur brièveté. Il convient de distinguer deux situations : les textes où ces dialogues simples traduisent effectivement une mise en retrait – ils n’ont qu’une fonction utilitaire, mettent en scène au moins un personnage secondaire et utilisent essentiellement les formes du discours narrativisé ou du discours indirect. C’est le cas dans le Merlin ou le Lancelot en prose où ces dialogues constituent l’arrière-fond des événements dramatiques principaux. On retrouve ces mêmes éléments dans le Tristan en prose bien que ce texte répugne à utiliser le discours indirect. La simplicité de la structure s’associe alors à un retrait sur le plan dramatique et narratif. Chez Gautier d’Arras en revanche, qui représente l’autre pôle de ce continuum, et où ce genre de dialogues constitue la norme, le discours indirect ou le discours narrativisé sont très peu utilisés et ces dialogues peuvent avoir une grande importance dramatique. C’est la simplicité du pattern utilisé qui entraînera ce qualificatif, même si le grand nombre de vers à l’intérieur de chaque réplique leur donne une véritable importance dramatique ou narrative.

Les échanges binaires

3Cette structure domine dans les petits dialogues. Ils sont peu variés et utilisent quasi systématiquement les mêmes actes de langage. Nous en distinguerons trois types : les échanges didactiques A [question / réponse], les échanges informatifs B [information / commentaire] et les échanges directifs C [ordre / accord], avec quelques variantes. Plus rarement, il s’agit aussi d’échanges phatiques.

Les dialogues phatiques1

  • 1 Sur cette notion, voir la synthèse de S. Durrer, op. cit., p. 183-190.

4Les échanges phatiques encadrent rarement les dialogues littéraires. Ils sont encore plus rarement isolés sauf s’ils ont acquis un rôle dramatique qui les légitime. Leur forme conversationnelle est fortement ritualisée : leur symétrie et les constructions stéréotypés qui les caractérisent manifestent le poids des conventions sociales. Cependant les échanges phatiques conservés dans les dialogues et isolés sont le plus souvent déritualisés et constitués d’énoncés non conventionnels – pour autant que nous connaissions les formules conventionnelles du xiie et du xiiie siècles. Dans Éracle, les adieux du jeune enfant à sa mère sont l’occasion d’un long discours didactique de 62 répliques où le futur saint calme les scrupules de celle-ci en lui montrant la justesse de son geste.

5Maintenus dans le récit, les échanges phatiques isolés prennent un rôle narratif de régie, ils marquent une rencontre ou une séparation essentielle pour la progression des héros, en rupture avec ce qui précède :

Si pooit estre en grant esmai
Puchele seule sans conduit
Par mal tans et par male nuit
Si noire qu’ele ne veoit
le cheval sor quoi se seoit. [...]
Ainsi par aventure assenne
Au chastel, si s’i adrecha
Par la vois qui l’i amena.
Le vois du cor l’i a atraite
Et la avoit il une gaite
Qui sor les murs montee estoit.
Tantost com la gaite la voit,
Si la saluë, et descent,
Et la clef de le porte prent,
Si li oevre et dit : « Bien veigniés,
Puchele, qui que vous soiés ;
Car anuit arés boin ostel.
Je ne demande hui mais el. »
– Fait la puchele, et il l’en maine.
Aprés le travail et le paine
Quë ele avoit le jour eü,
Li est d’ostel mout bien cheü,
Car mout y est bien aaisie. (Yvain, v. 4844-4893)

La nuit estoit auques passee ;
La damoisele en est alee
La ou l’empereris se couche [...]
Li millor anel de son doit
Li a baillié la mere en garde [...]
« Fille, boine nuit aies tu,
Fait la mere, va tost couchier,
Que je n’ai nule riens tant chier
Comme ton cors ml’t avenant.
– Douce mere, a Dieu vos commant. »
Dont la baisie au congié prendre.
Or ne s’i set el garde prendre
Que ce soit congiés a tout fait.
Ele le baise et si en fait
Grant joie a cele departie. (Escoufle, v. 3801-3823)

6Les deux dialogues phatiques ci-dessus marquent une rupture dans la vie ou l’itinéraire des deux jeunes filles : pour celle qui a été envoyée, seule, à la recherche du Chevalier au lion, c’est la fin d’une nuit d’errance et d’angoisse dans la forêt. L’accueil cordial qu’elle reçoit contraste fortement avec cette épreuve et témoigne ainsi de sa dimension miraculeuse. Le cor qui a guidé la jeune fille jusqu’à la porte était la réponse divine à sa prière éplorée et la chaleur de l’accueil marque d’une tonalité nouvelle ses aventures. À partir de cette rencontre, sa quête va devenir fructueuse, elle recevra aide et soutien de personnes qui ont approché Yvain. Dans le deuxième exemple, au contraire, le souhait de bonne nuit que fait l’impératrice à Aélis prend pour la jeune fille et pour le lecteur le sens d’un adieu définitif. Outre sa fonction dramatique – c’est dans cette scène qu’Aélis entre en possession de l’anneau que le milan lui volera – cet échange a aussi un rôle émotionnel : Jean Renart insiste sur la relation ambivalente que l’impératrice a avec sa fille. Le personnage d’Aélis en sort renforcé au plan psychologique : le cran avec lequel elle conserve le secret de sa fuite, sa manière presque ironique de faire ses adieux, signent un caractère fort et déterminé. Jean Renart multiplie ces scènes de séparation au cours desquelles les héros doivent se dépouiller de toutes amours humaines et traverser la solitude avant de retrouver peu à peu leur place dans la société. Il est le seul des auteurs de ce corpus qui utilise autant d’échanges phatiques et les isole ainsi de tout échange transactionnel.

Les échanges didactiques, A

7La majorité des dialogues schématiques constitués de deux répliques consistent en des échanges didactiques du type A [question / réponse informative] au cours desquels le questionneur se renseigne sur un fait du monde. Les questions les plus courantes portent sur les circonstances d’une action, le lieu dans lequel elle se déroule, ou encore le lieu où se trouve une personne. Le questionneur, que son rôle discursif place en position haute, a socialement une légitimité à interroger. Il s’agit le plus souvent de personnages haut placés dans la hiérarchie sociale : rois, ducs, dames, grands barons... qui interrogent des subalternes, personnages secondaires à l’histoire.

8Ce type d’échange didactique est profondément inégalitaire : un personnage supérieur en soumet un inférieur en exigeant de lui une réponse. Dans les dialogues schématiques, le locuteur interrogé accepte de répondre. Tout refus trouble inutilement une action secondaire. Ces cas ne se justifient que s’il y a de la part de celui qui refuse une volonté de contester cette hiérarchie sociale :

Il [Tiebaus] salua les premiers [les larons], et il se teurent a son salu. Aprés, il leur demanda qu’il pensoient envers lui, et li uns li dist : « Ce sarés vous ja ! »
Et il muet a lui le glave et le quide ferir parmi le cors. (Pontieu, 5, l. 114-117)

9La réponse du bandit est une réplique remettant en cause le fait même de parler et les règles civiques qu’il entraîne.

Les échanges informatifs, B

10Dans cette deuxième structure d’échange, que nous appellerons échange informatif, [information / commentaire], l’information est donnée spontanément sous forme assertive par un subalterne et l’interlocuteur, socialement ou narrativement supérieur, accuse réception et / ou évalue cette information. Ainsi Marc apprenant la mésaventure arrivée à Daguenet dans la forêt du Morois compatit à son sort :

Chil ki a pié virent venir [Daguenet] s’en coururent tout maintenant au roi March et li dirent :
« Sire, nouveles vous aportom assés merveilleuses : Daguenés, li fox cevaliers de la maison le roi Artu, s’en vient devers la forest du Marés tout a pié ; et hui matin se parti de chaiens mout ricement montés en la compaingnie de deus esquiers, et or revient tous seus et tout a pié, et s’en vient afuiant tant com il puet, ausi tost con se tous li mondes le cachast a mort.
– En non Dieu, ce dist li rois March, de ce me poise mout durement. Or saciés certainnement que u roiaume de Cornuaille ne vausisse je pas que on li fesist anui ne courous, non plus que a mon cors meïsmes, pour l’amour du roi Artu, a qui il est, et pour l’amour des boins cevaliers du roiaume de Logres ki cheste part l’envoiierent par soulas et par envoiseüre. De son courous et de sa honte me poise trop durement, se on li a faite en cest païs. » (Tristan 1, 173, l. 2-19)

11Ces commentaires sont toujours le fait d’un personnage socialement ou narrativement important, ce qui peut conférer à leur évaluation une dimension argumentative et contribue à établir les valeurs du roman.

  • 2 Mœschler J., Dire et contredire, Berne / Francfort, Peter Lang, 1982.

12L’information apportée est parfois contredite. Cette réfutation est en général le fait d’un héros, personnage important narrativement mais doté aussi d’un statut social élevé qui l’autorise à commettre cet acte de langage offensant. L’acte initiatif est alors une information (ou un jugement), mais l’acte réactif l’oriente vers une résolution négative globale, c’est-à-dire qu’il termine l’échange sans qu’aucun accord n’ait été trouvé2.

Quant totes les genz lo roi Artu furent assenblees, lors vint asanbler li bons chevaliers, armez des armes Galehot, si cuida chascuns qui lo veoit que ce fust Galehoz. Et disoient tuit :
« Veez Galehot, veez Galehot ! »
Mais messires Gauvains lo conut et dit :
« Ce n’est pas Galahot, ainz est li bons chevaliers qui avant ier porta les noires armes. Jo conois bien. »
Et ansi dist messires Gauvains. (Lancelot, p. 844)

13Cette réfutation est de type rectificatif : elle est construite sur la structure Neg(P) mais (q). La conjonction ainz est le marqueur lexical le plus représentatif de cette réfutation. Elle s’appuie sur la connaissance présupposée de Gauvain.

Et mout sont irié et an blasment trop Pharien de ce qu’il n’avoit Claudas colpee la teste, o soffrist que autres l’oceïst. Et il dit que ce sachent il que ce fust trop granz domages, car a merveilles est preuzdom. « Et sachiez, fait il, qu’il ne tenoit pas les deus anfanz por aus faire mal. » Ensi lo blasment de tex i a, et ses niés plus que tuit li autre... (Ibid., p. 240)

14Dans ce deuxième exemple, la réfutation est présuppositionnelle. Les barons de Gaunes reprochent à Pharien d’avoir épargné Claudas car ils présupposent que ce dernier était digne de la mort. La réfutation de Pharien remet en cause ce présupposé en s’appuyant sur deux arguments : « car a merveilles est preudom » ; « il ne tenoitpas les deus anfanz por aus faire mal. » Ce type de réfutation est plus agressif que le premier mais la réaction de l’énonciateur collectif n’est pas rapportée. La dernière phrase de cet extrait « Ensi lo blasment de tex i a », type de discours narrativisé, doit se lire en effet non comme un résumé des paroles des barons qui suivraient la réfutation, mais comme un résumé du conflit tout entier, traduisant l’état d’esprit général.

15La réfutation étant l’élément narratif le plus intéressant, c’est aussi le plus développé, fréquemment mis en valeur par le discours direct. Cependant, elle reste rare dans ce genre de dialogue. Réfuter un jugement ou une information fait entrer l’interaction dans un schéma polémique, intéressant au plan dramatique et donc mis en valeur dans un dialogue plus complexe. Nous les retrouverons dans les dialogues un peu plus développés.

Les échanges directifs, C

16La structure la plus représentée dans ces petits dialogues est l’ordre. C’est le personnage le plus important narrativement qui formule en général l’acte directif. Selon la personne à laquelle il s’adresse, socialement supérieure ou non, cet acte de langage prendra la forme d’un ordre ou d’une requête. Cette construction inégalitaire [acte directif / acquiescement] entraîne un déséquilibre de la taille des répliques. La réplique initiative qui formule l’acte directif est en général la plus longue. La réaction, plus courte, peut être subordonnée par le style de discours utilisé : un ordre donné en discours direct aura souvent une réponse donnée en discours indirect ou en discours narrativisé.

Et Merlins dist a Vertigier :
« Cil dui dragon qui sont desouz cele iaue, si tost com il s’entresentiront, si se combatront et ocirront li uns l’autre. Et mande toz les prodomes de ta terre veoir la bataille, quar la bataille des. II. dragons sera granz senefiance. »
Et Vertigiers dit que il les fera touz molt volantiers mander. (Merlin, 28, l. 41-48)

17Dans la réplique initiative de Merlin, l’acte directeur est l’ordre donné de convoquer les barons, deux phrases expliquent cet ordre, formant un acte représentatif à valeur de justification, secondaire. Vertigier répond à cet ordre en discours indirect. Quand, au contraire, c’est la réponse qui est mise en valeur par la taille de la réplique ou par le type de discours utilisé, il s’agit souvent d’un refus.

Bele Aelis qui tot el pense
demande la dame congié.
« Vos n’irés ains avront mangié
nostre vassal et no serjant
ki ja vos emmenront jouant. »
Ce la fist encore targier. (Escoufle, v. 5756-5761)

  • 3 Par exemple, Lancelot, p. 68.

18Le personnage qui refuse doit avoir la légitimité sociale pour le faire et être un grand noble, ou, fait plus rare, un héros qui manifeste par là son indépendance d’esprit3. Ces cas de refus sont cependant très rares dans ces petits dialogues schématiques. Il s’agit d’un acte de langage marqué dont les conséquences interactionnelles nécessitent souvent la mise en place d’un cycle de négociation.

Les échanges directifs inversés4, C’

  • 4 On peut discuter la notion même d’échange en ce qui concerne ces répliques. En effet, la réplique (...)

19Ce schéma correspond au modèle [information / ordre ou décision]. Une information, rapportée à un supérieur, donne lieu à un ordre ou à une décision :

Pharien, assiégé dans sa tour de Gaunes après l’étonnante disparition des enfants du roi, informe les notables de la cité qu’il a des nouvelles de ce qui leur est arrivé. Ils acceptent alors de lui rendre sa liberté.
Et tantost vient Phariens as fenestres de la tor, si apele les plus hauz homes de la cité et do païs et lor dit les noveles teles com il les a oïes. Et cil dient que que s’il fait tant qu’il les lor puisse mostrer, il s’an sofferront atant. (Lancelot, p. 296)

20Il arrive souvent que la réplique directive ou promissive soit donnée en discours direct, en raison de sa valeur car elle concerne en général un personnage important qu’elle engage dans l’action suite à une information reçue :

Com il a mengié, si li devisent l’aventure et dient que quarante jorz lo covient demorer el chastel, o aler querre les cleis des anchantemenz. Et il dit qu’il ira querre les cleis, s’il set ou eles sont. « Mais hastez moi ma besoigne, fait il, car j’ai assez a faire aillors. » (Ibid., p. 662)

21Tableau récapitulatif des dialogues binaires

échanges didactiques A

– [question / réponse informative]

échanges informatifs B

– [information ou décision / commentaire expressif]

Échanges directifs C

– [ordre ou requête / acquiescement ]

Échanges directifs inversés C’

– [information / ordre ou décision]

Les échanges ternaires

  • 5 Kerbrat-Orecchioni, C., les Interactions verbales t.1, Paris, A.Colin, 1990, p. 236.

22Les vrais échanges ternaires sont rares, en dehors du Merlin, et constituent à peine un sixième des dialogues à trois répliques. Trop fermés, ils n’enchaînent pas assez sur l’action et sont réservés le plus souvent à des échanges polis, sans tension. L’échange ternaire est constitué d’un mouvement initiatif, d’un mouvement réactif et d’un troisième mouvement évaluatif, « par lequel L1 clôt cet échange qu’il a lui-même ouvert, signalant à L2 qu’il a bien enregistré son intervention réactive et qu’il la juge satisfaisante5. »

23L’évaluation peut se greffer sur une structure didactique A : [question / réponse informative (ou promissive)] qu’elle commente {porte un jugement) :

Lors dist li rois a Merlin :
« Quels genz esliras tu por seoir a ceste table ? »
Et il dist :
« Vous verrez demain ce que onques ne cuidates veoir, car je i asserai cinquante des plus prodeshomes de vostre terre ne ja, puis qu’il i avront sis, en lor païs ne en lor terres ne vorront retorner ne d’iqui partir. Et lors porroiz veoir et conoistre les plus prodeshomes de vostre terre. » Et li rois respont :
« Ce verrai je molt volentiers. » (Merlin, 49, l. 27-35)

24Le commentaire est le fait du personnage en position haute qui a ouvert l’échange.

25L’évaluation peut aussi se greffer sur une structure informative de type B [information / commentaire]. L’information initiative est donc suivie de deux commentaires. Cette structure est propice au dialogue amical sans grand enjeu où chacun commente librement les événements passés. On la trouve souvent dans le Tristan en prose :

Palamidés et Kahedins, ki remés furent en mi le chemin, conmencierent a parler de l’aventure ki lour estoit avenue.
« Si voirement m’aït Diex, mesire Palamidés, fait Kahedins, onques mais, a mon escient, trois cevalier aventureus n’asamblerent issi merveilleusement con nous asamblasmes tout troi ersoir, devant ceste fontainne chi, que li uns de nous n’i veoit l’autre et estiom si pres que nous nous entrepeüssom ferir d’un glaive.
– Certes, Kahedins, ce dist Palamidés, l’aventure fu assés merveilleuse, mais li parlemens fu assés plus merveilleus. Je me merveil mout durement, se Diex me consaut, conment Lanselos fu si souffrans k’il ne se mella a nous deus.
– En non Dieu, fait Kahedins, il est assés plus amesurés que maint chevalier ne quideroient. Et certes il appartient bien que si boins cevaliers com il est ait grant courtoisie en son cuer et grant mesure. »
Quant il ont grant piece tenu parlement de Lanselot, Palamidés vait tant puis querant decha et dela... (Tristan 1, 120, l. 4-20)

26Conversation très lâche, la réplique médiane de Palamède réagit au commentaire de Kahedin sur la réunion fortuite des chevaliers, ajoute un nouveau thème métonymique, celui de la retenue de Lancelot, sur lequel Kahedin réagit à son tour. Le récit laisse entendre que ces trois répliques ne furent qu’un extrait de leur conversation. Toutefois, la réplique finale de Kahedin est fermée et n’introduit aucun nouveau thème par rapport à celle de Palamède. Ce dialogue est donc, tout à la fois, ouvert et fermé.

27Le commentaire peut aussi suivre un acte directif C : [ordre ou requête / accord (décision)] où il jouera le rôle de remerciement poli. C’est la structure la plus utilisée dans les échanges ternaires, propices à la prise de parole par le personnage en position socialement ou narrativement basse :

(2) Et mesire Keus out talent
Qu’il demanderoit la bataille, […]
Le roy en prie devant touz
que ceste bataille li laist.
« Keu, dist li roys, des qu’il vous plaist,
Que devant touz l’avez rouvee,
Ne vous doit pas estre veee. »
Keu l’en mercie, puis si monte. (Yvain, v. 2230-2241)

28Le commentaire peut aussi s’intégrer à une structure D, originale, plus rare, dans laquelle deux interlocuteurs cherchent la solution d’un problème que S. Durrer a appelée dialectique. L’évaluation d’une assertion est typique de cette sorte d’échange :

Lors fist [Vertigiers] mander par toute sa terre por toz les saiges homes qui i sont ; et quant il furent tuit assamblé, si lor dit ceste merveille que einsi chaoit sa tor et que riens ne pooit durer que il feist ; si lor en demanda a toz consoil. Quant cil oïrent ceste merveille et il virent l’ovre chaoir en la place, si s’en merveillierent molt et distrent :
« Sire, de ce ne puet nus hom savoir, ce nos est avis, por quoi ceste euvre chiet, se il n’est clers. Mais clerc sevent maintes choses par force de clergie que nos autres genz ne savons mie ; et se tu le veus savoir, tu nou puez savoir se par els non : si convendra que tu en paroles a els, se tu le vels savoir. »
Et lor dist Vertigiers :
« Il me samble bien que vos dites voir. » (Merlin, 19, l. 39-52)

29Dans cet exemple, l’évaluation suit l’acte directif des barons, le conseil qu’ils donnent. Ce conseil vient en réponse à une requête. La structure se décompose donc ainsi : [requête de conseil ou question (acte directif) / conseil (acte directif) / évaluation] qui est acceptation du conseil. C’est la structure fondamentale des débats et des conseils politiques, ce qui explique sa fréquence relative dans le Merlin.

30L’évaluation n’apporte pas toujours un nouvel élément et il est fréquent qu’elle se contente de répéter l’intervention initiative :

[Li quens Garins de Biaucaire] traist au visconte de le vile qui ses hon estoit, si l’apela :
« Sire quens, car ostés Nicolete vostre filole ! Que la tere soit maleoite dont ele fut amenee en cest païs ! C’or par li pert jou Aucassin, qu’il ne veut estre cevaliers, ne faire point de quanque faire doie. Et saciés bien que, se je le puis avoir, que je l’arderai en un fu, et vous meismes porés avoir de vos tote peor.
– Sire, fait li visquens, ce poise moi qu’il i va ne qu’il i vient ne qu’il i parole. Je l’avoie acatee de mes deniers, si l’avoie levee et bautisie et faite ma filole, si li donasse un baceler qui du pain li gaegnast par honor : de ce n’eust Aucassins vos fix que faire. Mais puis que vostre volentés est et vos bons, je l’envoierai en tel tere et en tel païs que ja mais ne le verra de ses ex.
– Ce gardés vous ! fait li quens Garins : grans maus vos en porroit venir. » Ils se departent.(Aucassin, 4, l. 4-19)

31Seul le pronom complément ce indique la prise en compte de la décision du vicomte. Le mouvement évaluatif est simplement réitération de l’ordre. Cette redondance permet de clore le dialogue, d’en faire une unité finie, où l’information se répète pour éviter la déperdition. Nous voyons reproduit ici à l’échelle du dialogue ce phénomène que nous avons constaté sur les répliques longues.

32Dans tous les cas examinés ci-dessus, l’évaluation signale l’accord entre les participants. L’échange ternaire n’est cependant pas forcément iréniste, il permet aussi des échanges de commentaires marqués et polémiques.

Si lor mostra Merlins unes molt granz pierres longues et grosses et lor dist : « Vez ci les pierres que vos emporteroiz et que vos estes venuz querre. »
Quant cil les virent, si le tindrent a folie et distrent que trestoz li monz en torneroit a poines une ; ne tiex pierres, se Dieu plaist, ne metront il ja es vaissiaus sor mer. Et Merlins dist, se ce ne vouloient faire, que por noiant estoient donc venu.
(Merlin, 47, l. 43-50)

33Ce premier exemple est constitué par un acte directif, un refus et une acceptation de ce refus. La polémique n’est pas très virulente. Merlin ne remet pas en cause la décision des ouvriers, il en prend simplement acte et leur donne congé. Les interlocuteurs finissent donc par être d’accord sur leur désaccord. On observe une simple résolution positive non satisfaisante pour l’énonciateur qui ne poursuit pas l’interaction.

34Dans les dialogues schématiques, les conflits restent rares, les dialogues les plus courants sont constructifs : les personnages s’accordent pour apporter une information ou collaborer à une action. Les dialogues conflictuels brefs sont secondaires comme le dialogue de Merlin avec les ouvriers, et rassemblent des personnages secondaires. Les échanges ternaires sont représentatifs des relations de pouvoir entre les personnages. Comme dans les échanges binaires qu’ils poursuivent, c’est le plus souvent un personnage en position haute qui ouvre l’échange et en tire la conclusion, seules les requêtes changent la hiérarchie des interlocuteurs. Le commentaire évaluatif est toujours la plus courte des trois répliques, souvent mis en retrait par un discours indirect ou un discours narrativisé. Il est en général constitué d’un acte de langage de jugement ou expressif.

35Tableau récapitulatif des échanges ternaires

Extension du type A didactique

[Question / réponse informative / commentaire]

Extension du type B informatif

[Information / commentaire / commentaire]

Extension du type C directif

[Requête / accord / remerciement ou commentaire]

Type dialectique D

[Requête (question) / conseil / commentaire (accord)]

Extension polémique– d’un échange directif ou promissif– d’un échange informatif

– [Ordre ou décision / refus (réfutation) / acceptation du désaccord] (résolution positive non satisfaisanteou négative globale)– [Information (jugement) / réfutation / acceptation du désaccord] (résolution positive non satisfaisante ou négative globale)

Les combinaisons d’échanges

36Ces structures élémentaires se combinent entre elles de manière plus ou moins complexe pour établir les dialogues constitués de plusieurs échanges. Toutes les combinaisons ne sont pas possibles. Les échanges didactiques ou directifs peuvent fonctionner entre eux, du moins jusqu’à un certain point, mais les échanges informatifs sont forcément associés à un autre type et ne peuvent se répéter. Toutefois les échanges ne sont pas toujours complets, l’un d’eux peut être tronqué, c’est-à-dire ne pas avoir de mouvement réactif ; ils peuvent aussi être imbriqués, c’est-à-dire que la réplique médiane constitue à la fois le mouvement réactif du premier échange et, en même temps, le mouvement initiatif du second. Cette structure, assez rare isolée, peut être utilisée de manière symétrique et réciproque par deux locuteurs d’un même niveau hiérarchique. Sa forme la plus courante est alors [ordre / accord–« mais »-ordre / accord], comme dans l’extrait qui suit.

Et d’autre part reparole messires Gauvains a son oncle lo roi et dit :
« Sire, se Galehoz ne porte armes demain, vos nes porteroiz mie.
– Biaus niés, fait il, vos dites voir, mais vos les porteroiz et manroiz de ma gent une partie. Si pensez del bienfaire, si com il est mestiers.
– Sire, fait il, vostre plaisir. » {Lancelot, p. 796)

37La réponse du roi est à la fois la réaction à la recommandation de Gauvain, son accord, et en même temps, un ordre réciproque adressé à son neveu.

38La même égalité hiérarchique se retrouve dans une structure didactique : [question / réponse – « mais » – question / réponse] :

Tout maintenant que Palamidés voit Kahedin, il le reconnoist esranment et Kahedins reconnoist lui autresi. Grant joie fait et grant leeche li uns a l’autre, mout s’entre-joiissent durement.
« Messire Palamidés, dist Kahedins, conment le fesistes vous, puis que vous vous partesistes de moi ?
– Kahedin, fait Palamidés, la Dieu merchi, je le fais bien. Mais or me dites de monsigneur Tristan. Oïstes vous onques puis autres nouveles que celes que je vous contai anuit ?
– Si m’aït Diex, fait il, je non. En Cornuaille n’en set on nule nouvele du monde, fors tant voirement que on dist en la maison le roi March que mesire Tristans s’est departis de Cornuaille et est venus u roiaume de Logres. Autres paroles ne dist orendroit de monsigneur Tristan. »
Quant il se sont une pieche acolé et conjoï, il prendent maintenant lour armes et s’arment. {Tristan 1, 111, l. 8-21)

39La structure strictement symétrique de ce dialogue est liée à son aspect phatique : les deux chevaliers se retrouvent après une longue séparation. Cette dimension phatique est manifeste dans le récit qui l’encadre où cette scène est résumée en « s’entrejoir » ou « conjoir ». Cependant les chevaliers s’intéressent moins à leurs nouvelles réciproques qu’à celles de Tristan. Le changement de sujet est lourdement signalé par la formule de transition habituelle : « Mais or me dites ». Ceci manifeste d’une part la présence obsédante du héros, pourtant invisible dans tout le récit, d’autre part la soumission des échanges phatiques aux contraintes narratives. Ce dialogue phatique ne peut avoir de rôle s’il n’apporte aucune information dramatique.

40Cette structure peut toucher tous les types d’échanges sans distinction, elle se développe à mesure que les dialogues deviennent moins schématiques, et que les répliques s’allongent. Une réplique courte ne contient en général qu’un mouvement constitué d’un acte de langage initiatif ou réactif alors qu’une réplique longue en contient deux : un mouvement réactif formé autour d’un acte de langage et un autre mouvement initiatif autour d’un autre acte de langage.

La combinaison d’échanges didactiques, A + A...

  • 6 Lancelot, p. 878-890.

41Ces dialogues se caractérisent par la structure [question / réponse / (éventuellement commentaire)→question / réponse / (commentaire).] qui peut se poursuivre fort longtemps : le très beau dialogue entre Lancelot et la reine6, composé de 80 répliques, où celle-ci le questionne avec acharnement jusqu’à ce qu’il avoue son amour pour elle, conserve une structure didactique élémentaire où seuls quelques commentaires viennent ralentir un peu le rythme soutenu de l’interrogatoire. La plupart des dialogues les plus célèbres reposent sur cette structure : les grands dialogues idéologiques, dans lesquels l’auteur passe par les voix de Pharien, de la Dame du Lac ou d’un prud’homme pour présenter les devoirs courtois de la chevalerie et de la royauté, se présentent simplement comme des demandes d’informations suivies éventuellement de conseils et de commentaires.

42La hiérarchie sociale est forte dans les échanges didactiques et il est rare que celui qui se trouve en situation d’infériorité en vienne à poser des questions. Quand les personnages se trouvent dans une égalité de droit ou de fait, le « questionné » peut se muer, comme le vilain que rencontre Calogrenant, en questionneur.

Toutes voies tant m’enhardi
Que je li dis : « Va, cor me di
Se tu es boine chose ou non ! »
Et il me dist : « Je sui uns hom.
– Ques hom es tu ? – Tes com tu vois.
Je ne suis autres nule fois.
– Et que fais tu ? – Ychi m’estois
Si gart ches bestes par chu bois.
[...] Et tu me redevroies dire
Ques hom tu es et que tu quiers.
– Je sui, çou vois, uns chevaliers
Qui quier che que trouver ne puis
Assés ai quis et riens ne truis.
– Et que vaurroies tu trouver ?
– Aventures, pour esprouver
Ma proeche et mon hardement. » (Yvain, v. 325-361)

  • 7 Sur les dialogues entre les bergers et les chevaliers, voir Denoyelle C., « Les Bergers : des ermi (...)

43La réciprocité des échanges, inattendue entre un chevalier et un vilain, signale la nature monstrueuse de ce berger issu de l’Autre Monde7, elle est cependant est presque de règle entre personnages de rangs identiques.

44On notera par ailleurs que les questions vont souvent par paires, faisant s’enchaîner par exemple une question sur l’identité d’un personnage à une question sur son itinéraire :

« Qui iestes vos, fait il, qui mon cheval me randez et abatu m’avez ?
– Ge sui, fait il, Gauvains.
Que alez vos querant ? fait Brehuz.
– Nos querons, fait il, lo chevalier as armes vermoiles qui l’asanblee a vencue. » (Lancelot, p. 636)

45Les doublons sont liés à la faible qualité informative des réponses apportées, comme si les personnages éprouvaient une sorte de réticence à livrer d’emblée les connaissances dont ils sont porteurs.

Quant il ont tuit longuement ploré, si vient li clers a une autre tombe qui estoit el chief et trueve letres ; puis commance a plorer mout durement si tost com il les a leües. Et messires Gauvains li demande que il voit.
« Quoi ? fait il, trop grant dolor.
– Et quel dolor ? fait il, dites le nos.
– Ci gist, fait il, la mervoille.
– Qui ? font il.
– Li miaudres des bons, fait il, qui ceste garde avoit conquise. »
Et quant li chevalier l’oent, si batent lor paumes et font trop grant duel.
(Ibid., p. 538)

46Pourquoi le moine qui lit les noms inscrits sur les tombes met-il si longtemps avant de répondre à ses compagnons angoissés ? La douleur qu’il ressent explique-t-elle cette lenteur ? À chaque réponse, les personnages semblent se contenter de la plus petite quantité d’informations possible et donnent souvent l’impression que leur interlocuteur doit leur « arracher les mots de la bouche ».

47Les échanges didactiques peuvent être enchâssés l’un dans l’autre, c’est-à-dire que l’allocutaire, au lieu de répondre à la question qui lui est posée, en pose une autre, pour comprendre le bien-fondé de cet interrogatoire ou pour se faire réexpliquer une question :

A le grant ire qu’il [li cuens de Pontiu] avoit, il apiela la dame et li demanda (a), se voirs estoit que messire Tiebaus avoit dit et elle demanda :
« Coi ?
(b’) – Q’ensi le vausistes occire.
(a’) – Sire, fait elle, oïl.
– Pour que le vausistes vous faire ?
(c’) – Sire, fait ele, pour çou q’encore me poise ke jo ne le fis. » {Pontieu, 8, l. 211-216)

48Cet exemple présente une structure didactique, mais la question initiative (a) qui l’ouvre n’est pas jugée complète par l’interlocutrice qui pose une nouvelle question (b) car elle doit demander des précisions avant de répondre. On a donc un échange didactique (bb’) à l’intérieur d’un échange (aa’). Le dialogue se poursuit après de manière suivie, (cc’). La question enchâssée est le plus souvent une demande de précision ; il arrive parfois, mais plus rarement, qu’elle soit problématisante c’est-à-dire qu’elle porte sur les raisons qui ont motivé l’intervention initiative « Por coi le dites vous ? L’avés vous dit pour vous ? » demande ainsi la demoiselle médisante au chevalier à la Cotte Maltaillée. (Tristan 1, 42, l. 9). Les enchâssements sont particulièrement utilisés dans la Fille du comte de Pontieu où l’auteur profite de la faible longueur des répliques pour multiplier les emboîtements.

49Dans des dialogues plus complexes, les enchâssements ne se contentent pas d’apporter souplesse et naturel à la tenue de la conversation, ils prennent une dimension psychologique et témoignent de la réticence de l’interlocuteur à répondre à la question qui lui était posée :

Alybon, le chevalier du gué, vient annoncer à Guenièvre qu’il a combattu contre le Chevalier blanc :
Et li chevaliers qui estoit del gué s’en vait droit a la cort lo roi Artu, ou il estoit bien coneüz, et vient tot droit a la reine, si li dit :
(a) « Dame, ge sui venuz a vos de loing, que vos me dioiz, se vos lo savez, qui est uns chevaliers a unes armes blanches et a un blanc cheval.
{{(b) Por quoi lo dites, fait la reine, se Dex vos aït, ne par la rien que vos plus amez ?
(b’) Dame, fait il, por ce que ge vos merci mout de lui.
(c) Et de quoi ? » fait la reine.
Et il li conte (c’) si com la chose avoit esté et les paroles totes.
{« (d) Et ge cuit, dame, fait il, que se ge li eüsse dit que vos li mandissiez, il m’eüst son cheval baillié.
(d’) Il feïst que fox, fait ele, qant por un mençonge vos eüst baillié son cheval, car ge ne fis onques lo gué garder a vos.}
(c’) Dame, dist il, encor fist il plus, car il me randié mon cheval puis que il m’ot abatu, et de ce vos mercioie gié, et puis aprés nos combatimes nos ensemble mout longuement.
(e) Li quex en ot lo pis ? fait la reine.
(e’) Dame, fait il, certes, ge, ja n’en quier mentir. (a) Mais or me dites qui il est.
(a’) Se Dex m’aït, fait ele, ge ne sai ne son non ne don il est, mais messires li rois lo fist chevalier a feste Saint Joham, si a puis fait assez d’armes en mainz leus, et veiant cels de ceianz et veiant autres.}} (f) Mais, por Deu, itant me dites s’il est haitiez et sainz.
(f’) Dame, fait il oï, toz. »
Tant est alee la parole que par tote la cort est ja seüe. (Lancelot, p. 498-500)

50Alybon a été envoyé à la reine par Lancelot lui-même qui prolonge ainsi leur étrange dialogue par l’intermédiaire de « messagers », jusqu’à l’épisode de la Douloureuse Garde. Cette évocation du combat contre le chevalier du gué, outre qu’elle permet de conclure nettement cette séquence, est aussi l’un des petits indices que la reine accumule discrètement et qui lui permettront de ne jamais perdre complètement la trace du jeune chevalier. Ce dialogue témoigne de l’intérêt qu’elle porte à ce séduisant inconnu et la manière détournée dont elle obtient des informations est le signe d’une première culpabilité. La démarche d’Alybon est simple, il veut seulement connaître l’identité de son adversaire (a), mais la reine ne répond pas de prime abord à cette question, elle formule au contraire à son tour une demande d’information (b), question problématisante : « Por quoi lo dites se Dex vos aït, ne par la rien que vos plus amez ? » demandant à son interlocuteur de justifier la pertinence de sa question. L’empressement de sa question, la formule particulièrement forte de prière qu’elle y joint indique une grande inquiétude qui ne semble pas frapper le chevalier du gué. La réponse (b’) de ce dernier « por ce que ge vos merci mout de lui », qui n’est qu’une annonce de récit, entraîne une nouvelle demande d’information (c) : « Et de quoi ? » Alybon répond par un récit (c’) qu’il interrompt une première fois par un jugement formulé en discours direct (d). Il commente le lien fort et surprenant qui semble unir ce chevalier inconnu à la reine et sur lequel sans doute il voudrait en savoir plus : « Et ge cuit, dame, fait il, que se ge li eüsse dit que vos li mandissiez, il m’eüst son cheval baillié. » L’affirmation d’un tel lien, s’il tend à être compromettant, est au moins désobligeant pour la reine. Celle-ci feint de ne pas remarquer tous les sous-entendus de ce commentaire et ne réagit (d’) que sur l’attitude du Chevalier Blanc et le présupposé du récit d’Alybon, l’invention d’une mission de gardien du gué confiée à lui par la reine : « Il feïst que fox, qantpor un mençonge vos eüst baillié son cheval, car ge ne fis onques lo gué garder a vos. » Elle retourne ainsi ce que ce commentaire pouvait avoir de négatif pour elle en reproche pour son interlocuteur. Celui-ci ne s’en formalise pas : il n’est au point de vue diégétique qu’un chevalier de moindre importance et au point de vue narratif qu’un personnage secondaire. Il n’a ni la possibilité de réagir, ni un rôle suffisant pour cela. Il reprend donc son récit « encor fist il plus, car il me randié mon cheval puis que il m’ot abatu, et de ce vos mercioie gié, et puis aprés nos combatimes nos ensemble mout longuement. » que la reine fait compléter encore par un échange didactique (ee’). Elle n’accepte de répondre à la demande d’information initiale d’Alybon, reformulée après son aveu de défaite, que lorsqu’elle est pleinement rassurée du sort du Chevalier Blanc : « Mais or me dites qui il est. – Se Dex m’aït, fait ele, ge ne sai ne son non ne don il est. » L’enchâssement est donc ici le signe de son inquiétude et de sa soif d’informations, il témoigne de son amour naissant.

La combinaison d’échanges directifs, C + C

51Cette structure, moins fréquente, permet de prolonger l’autre type d’échange courant, l’échange directif. Un locuteur assène plusieurs ordres successifs à un interlocuteur. La structure est [ordre / accord→ordre / accord.], le deuxième échange directif peut être complet ou tronqué.

Et quant cil dou consoil furent venu, si conurent bien que il [li dux] estoit iriez et il dist :
« Atornez vos de chevauchier priveement que nus n’en saiche mot, quar je m’en voil aler, et ne demandez ja por quoi devant que jou vos die. »
Et il responnent : « A vostre comendemant. »
Et li dux dist :
« Laissiez tost vostre harnois fors voz armes et voz chevax et demain il vos suiront bien, quar je ne voil pas que li rois le saiche ne nus qui je celer vos puisse. » Einsi com li dux le comende, et il le font. (Merlin, 56, l. 26-35)

52Le duc de Tintagel organise ici son départ précipité du château du roi. L’urgence de cette fuite nocturne est accentuée par le caractère sec et pressant de ses ordres, que seul un faible acquiescement vient adoucir.

53Les acquiescements répétés du seigneur sont mis en retrait par le discours indirect, laissant les ordres de Lancelot s’enchaîner comme un discours ininterrompu.

Adont se tourne Lanselos vers le signeur du castel et li dist :
« Je te conmant sour la foi que tu m’as donnee que, se tu as prisons en ton castel, que tu tot maintenant les faces delivrer. »
Et li sires conmande k’il soiient esraument delivré.
« Encore te fais je, fait Lanselos, un autre conmandement. Je voel que cheste coustume que tu nouvelement avoies acoustumee que tu ne le maintiengnes plus. Ne pour cose nule que Blyoblerys te mesfesist onques tu ne feras des ore mais a cevalier errant vilonnie ne a dame ne a damoisele trespassant. »
Et chil li creante loiaument k’il le fera tout ensi com il li conmande ne ja de cest conmandement n’istra.
« Or voel je encore, fait Lanselos, que tu, avant que tu de moi te departes, faces venir avant tous les prisons que tu tiens pour quel onques ocoison k’il i soient.
– Sire, fait il volentiers. » (Tristan 1, 37, l. 20-34)

54Une telle structure cependant ne peut pas se maintenir aussi longtemps qu’une structure purement didactique. Les enchaînements d’ordres acceptés ne sont pas très courants. Quand plusieurs échanges directifs s’enchaînent, il s’agit soit de situation polémiques que nous étudierons plus bas, soit d’ordres réciproques imbriqués ou d’ordres conditionnés enchâssés.

55Les échanges directifs peuvent s’imbriquer de manière réciproque si les locuteurs sont de même niveau hiérarchique : cette structure peut être utilisée en cas de désaccord et permet à l’allocutaire de proposer une autre issue à l’impasse provoquée par le refus : [ordre / refus – (mais) – proposition / accord].

Le plus droite voie s’en va
Mesire Yvains vers le chastel,
Et. vil. vallés fort et isnel
Li sont tantost encontre alé,
Si li ont un pont avalé.
Mais du lion c’avec lui voient
Venir durement se doutoient,
Si li dïent que, s’i li plaist,
Sen lion a le porte laist,
Qu’il ne les afolt ou ochie.
Et il respont : « N’en parlés mie,
Que ja n’i enterrai sans lui.
Ou nous arons hostel ambdui
Ou je remaurrai cha dehors,
Que autant l’aime comme mon cors.
Et nepourquant n’en doutés rien,
Que je le garderai si bien
Qu’estre porrés tout asseür. »
Chil respondent : « A boin eür ! » (Yvain, v. 3780-3797)

56Dans cet exemple, la réplique médiane comporte deux mouvements visibles séparés par « et nepourquant », mais on peut aussi aller jusqu’à les imbriquer intimement dans une seule phrase ou à rendre le mouvement réactif à la limite de l’implicitation.

57Un certain nombre d’ordres conditionnels peuvent s’enchâsser à l’intérieur d’une structure directive : l’allocutaire, au lieu d’accepter l’ordre qui lui est donné, donne un autre ordre conditionnant son acceptation.

Un démon vaincu par Yvain le prie de lui laisser la vie sauve
« Ostés votre leon, biau sire,
S’il vous plaist, que plus ne m’adoist ;
Que des or mes faire vous loist
De moi tout quanques boin vous iert. [...]
– Di donc, fait il, que tu otroies Que vaincus et recreans soies.
– Sire, fait il, il i pert bien, Vaincus sui je, maloit gré mien, Et recreans, jel vous otroi.
– Donques n’as tu garde de moi,
Et mes leons te rasseüre. » (Ibid., v. 5672-5689)

58Ce dialogue comprend une structure [acte directif conditionnel / accord], enchâssée dans un autre échange directif.

59Les échanges directifs constituant peut-être la structure essentielle des dialogues de ce roman, ils s’intègrent à toutes les combinaisons possibles.

La combinaison d’échanges informatif et didactique, B + A

60Les échanges informatifs ne se suivent jamais. Seuls des échanges didactiques permettent de les prolonger. La structure [information (récit)→question / réponse] est l’une des plus courantes. Elle permet à un locuteur d’obtenir des informations complémentaires sur un événement ou une décision : un échange question / réponse succède à un échange informatif, qui est le plus souvent tronqué. Le mouvement réactif qui suit l’information initiale est absent ou implicite.

Et qant il furent ansanble an la chapele, li rois vint devant aus, touz nuz an braies, plorant et pleignant, et tenoit toz plains ses deus poinz de menues verges. Si les gita devant aus et lor dist am plorant qu’il preïssent de lui venjance a Deu « car ge suis li plus vis pechierres et li plus desleiaus do monde. »

Quant cil l’oïrent, si furent mout esbahi, et distrent : « Sire, qu’est ce ? Que avez vos ?
– Ge vaign a vos, fait il, a vos come a mes peres, si voil Deu regehir mes granz folies en vostre oiance, car ge suis li plus vis pechierres qui onques fust. »
(Lancelot, p. 750)

61Ici seul l’adjectif esbahi signale la réaction étonnée des prêtres. Le commentaire attendu à l’information vient souvent après l’échange didactique qui se trouve ainsi enchâssé : [information : [question→ {réponse/commentaire/réponse}→commentaire]. La question enchâssée est une demande de précision :

Et il li conmenche tout maintenant à conter conment il avoient a lui parlé pour ce k’il portoit l’escu de Cornuaille.
« Conment ? fait Blyoblerys. Porte il donc armes de Cornuaille ?
– Oïl, font il, vraiement, le sachiés vous. » Et il respont a cief de pieche :
« Signeur, fait il, que vous diroie ? Or saciés certainnement que de cestui fait ne sai je que doie croire. » (Tristan 2, 22, l. 20-26)

62La question enchâssée apporte ainsi un effet mimétique très visible pour rendre compte de la surprise du chevalier.

La combinaison d’échanges informatif et directif, B + C ou C + B

63Ces deux échanges informatif et directif s’enchaînent naturellement mais la forme qu’ils prennent symbolise les relations hiérarchiques en jeu dans le dialogue.

B + C, informatif[information / commentaire] + directif[ordre (requête) / accord]

Si manda li dux ses prodomes et son privé consoil, si lor (a) conta et dist por quoi il s’en estoit venuz de Carduel et le mal et la honte que li rois li porchaçoit et la desloiauté qu’il vouloit faire de sa femme. Et quant cil l’oïrent ; si s’en merveillierent molt et (a’) distrent que, sa a Dieu plaisoit, ce ne seroit ja soufert et que bien en devoroit celui mal avoir qui tel chose porchaçoit a son home lige. Lors dist li dux : (b) « Je vos pri a toz et requier por Dieu et por vos honors et por ce que faire le devez que vos m’aidoiz, s’il m’assaut de guerre, ma terre a desfandre. »
Et il responnent (b’) que si feront il, et il et tuit cil qu’il i porront mestre, jusqu’a la teste perdre. (Merlin, 58, l. 3-15)

64Cette structure est assez rare, le commentaire qui suit l’information est en général implicite.

B + C, [information / ordre / accord]

65C’est une variante de la précédente, sans commentaire. La hiérarchie des locuteurs s’en trouve changée dans la mesure où celui qui formule l’ordre et qui se trouve du coup à l’initiative du deuxième échange était le destinataire du premier. On retrouve la structure binaire que nous avions appelée échange directif inversé C’, où, cette fois, l’échange directif final est complet. Cette structure est très courante, dans tous les cas où un subalterne apporte une information et attend les ordres qui en découlent :

Entre la cité et lo roi avoit un haut tertre, et plus pres de l’ost que de la cité. La monta li Rois des Cent Chevaliers por sorveoir l’ost lo roi Artus, et li semble qe bien i ait plus de set mil chevaliers ; et torne arrieres a Galehot et si li dit : « Sire, ge ai lor gens esmee, si n’ont mie plus de dis mile chevaliers. » A escient dist de plus, que il ne voloit mie estre blasmez de la gent Galehot. Et Galehoz respont :
« Prenez dis mile chevaliers, tex com vos plaira, si alez assembler a els.
Volentiers, sire. », fet li Rois des Cent Chevaliers. (Lancelot, p. 732)

66Grâce à l’information de son baron, Galehaut organise le premier assaut contre Arthur.

C + B, directif [ordre /accord (ou refus)] + [information / commentaire]

  • 8 Le dialogue devient alors ce que nous appellerons plus loin un dialogue problématisant.

67L’information suit l’ordre. La logique en est complément différente. C’est le même locuteur qui a l’initiative dans les deux échanges : l’ordre est formulé par celui qui apporte ensuite l’information. Celle-ci a pour rôle de le justifier et sert d’argument contre un refus8 : la demoiselle qui assiste Lancelot dans sa conquête de la Douloureuse Garde, lui annonce qu’il est temps de se retirer, décision difficile à accepter pour le fougueux jeune homme.

Et lors est venue illuec la damoisele qui avoit a lui parlé devant la porte, si li dit : « Venez en, sire chevaliers, car mais anuit ne feroiz vos bataille.
– Damoisele, encor, fait il, en i a il assez a conquerre.
– Voirs est, fait ele, mais il n’en i vandra hui mais plus, car li guichez est fermez. Mais lo matin i porroiz tot a tans venir.
Ce poise moi, fait il, damoisele. » (Ibid., p. 512)

68Pour persuader le jeune chevalier, la demoiselle est obligée d’expliquer précisément la situation. Son information devra encore être complétée par un échange didactique pour que Lancelot accepte de quitter son terrain de jeu.

La combinaison d’échanges didactique et directif, A + C ou C + A

69C’est la combinaison d’échanges la plus fréquente, permettant d’engager rapidement l’action. Le principe est de juxtaposer un échange didactique orienté sur un récit ou une information, avec un échange directif. On opposera deux formes selon les relations entre l’interrogateur et le donneur d’ordre.

A + C, didactique [question / réponse] + directif[ordre / accord]

70L’interrogateur est celui qui donne l’ordre : satisfait de la réponse obtenue, il passe à l’action. Il est à l’initiative à chaque fois. L’accord final est souvent facultatif. Le locuteur peut obéir sans avoir besoin de répondre, le deuxième échange est alors tronqué, ainsi dans ce dialogue entre le comte de Pontieu et sa fille, devenue l’épouse du Sultan :

Ele vint pres d’aus et li quens li demanda :
« Dame, quant nous ocira on ? »
Et ele lor dist :
« Che n’iert mie si tost.
– Dame, fait il, ce poise nous, car nous avons si fain que li cuer nous partent. »
Et ele s’en essi et fist apareller viande, si leur aporta et trencha meisme a sa main. (Pontieu, 15, l. 396-401)

71Le comte demande une information, puis rassuré sur son sort, ose formuler une requête. La dame fait ce qu’il lui demande sans répondre. Les deux échanges sont simplement juxtaposés. Bien que l’on ait du mal à imaginer une inversion des échanges – car le prisonnier ne pourrait formuler spontanément un requête sans s’être assuré de la relative bienveillance de sa geôlière – il n’y a pas vraiment de lien entre les échanges. En revanche, dans l’extrait suivant, l’ordre est subordonné et conditionné à la réponse :

Li chevaliers qui ert en la geole oï ces novelles, et quant li serjant qui lo gardoient li porterent a mengier, si demanda qui ert li chevaliers de la maisniee a la dame qui miauz estoit de li, et il noment un chevalier, mout preudome, qui mout ert bien de li.
« Seignor, car lo feïssiez parler a moi.
– Mout volentiers, font li serjant, li diromes. » (Lancelot, p. 738)

72Dans cet autre extrait, la question est une demande d’évaluation et non d’information :

Si alerent avant en l’estable et voient lo cheval qui avoit deplaié la teste et lo col et lo piz et les jambes [...]. Lors dist la dame :
« Si m’aïst Dex, vos sanblez bien cheval a prodome. Et vos, q’an dites ? fait ele a sa coisine.
– Dame, fait ele, q’en diroie ge ? il m’est avis que li chevaus a plus aü poine que repox. Et neporquant, cestui ne mena il mie.
– Or sachiez, fait la dame, que il an a usé plus d’un. Mais or alons veoir ses armes et si verrons coment eles s’an santant. » (Ibid., p. 772)

73La réponse de la dame de Malehaut à sa cousine prend d’abord en considération les propos de la jeune fille, qu’elle corrige avant de relancer leur enquête vers un autre objet. L’ordre n’est pas vraiment lié à la question, il permet surtout de relancer l’action. Ici le dialogue est moins schématique que pressé, illustrant en cela l’énergie amoureuse de la dame.

74On peut cependant avoir un changement de locuteur à l’initiative : ce sera le cas dans les échanges imbriqués. Ils seront coordonnés dans une réplique médiane, d’abord réactive et puis initiative :

Qant li chevaliers as blanches armes vint devant la porte et il la vit fermee, si an fu mout angoisseus. Et lors vint encontre lui une damoisele de mout grant biauté, si lo salue et il li.
« Damoisele, fait il, savriez me vos dire nule verité del covine de laianz ? » [...] Et ele li devise tot lo covine de laianz, et comment il lo covient combatre, et a quel meschief, s’il i velt antrer. « Mais se vos m’en creez, fait ele, vos n’i panseroiz ja neïs que vos i antroiz.
– Damoisele, fait il, ensin ne remandrei ge mie ; o ge savrai lo covine de laianz, ou ge serai mis avoc les autres prodomes qui laianz ont esté mort, car ge porrai bien faillir a plus honoree vie avoir. »
Atant s’an part la damoisele. (Ibid.., p. 504)

75La réponse de la demoiselle est nettement séparée en deux parties par le changement de type de discours. Elle commence par répondre à la question de Lancelot en lui expliquant en quoi consistent les combats de la Douloureuse Garde ; elle lui donne ensuite un conseil que le jeune chevalier refuse. La réplique centrale sert de pivot pour les deux échanges et comporte à la fois un mouvement réactif et un mouvement initiatif. Le rapport de force est différent des précédents exemples puisque chaque locuteur se trouve, de manière symétrique à l’initiative d’un échange. C’est le signe de l’égalité de leur relation.

C + A, directif[ordre] + didactique [question / réponse]

76Cette construction, qui inverse la précédente, est un peu moins fréquente : à un ordre donné par l’un des interlocuteurs, succède un échange [question / réponse], dans le but d’obtenir des précisions à son sujet, précisions de l’ordre du comment ou {plus rarement) du pourquoi. L’échange directif est en général tronqué et ne reçoit pas d’accord explicite, sauf s’il est intégré dans la réplique réactive. Il y a changement de locuteur à l’initiative : l’interrogateur est celui qui reçoit l’ordre. Il a besoin d’une information complémentaire pour accepter la décision. La question posée vaut pour une acceptation implicite si la réponse est satisfaisante. La demoiselle qui assiste Lancelot dans ses combats devant la Douloureuse Garde l’invite à s’arrêter et à la suivre.

« Venez an, fait ele, avoc moi.
– Damoisele, fait il, en quel leu ?
– La ou ge vos herbergerai, fait ele, mout bien. » (Ibid., p. 512)

77L’accord peut, toutefois, être repoussé après la réponse, l’échange didactique est alors enchâssé dans l’échange directif : la demande de dire conditionne l’accord ou le refus.

(2) Aprés le mengier, arcier et turcople vinrent au soudant de Aumarie et disent :
(a) « Sire, nos reqerons no droit. »
Il demanda :
(b) « Coi ? »
Et il disent :
(b’) « Sire, un cetif por metre au bersel. »
Il leur dist :
(a’) « Alés a le cartre, si prendés celui ki mains puet vivre. »
(Pontieu, 14, l. 339-344)

78Cet extrait présente une structure directive, mais la requête initiative (a) qui l’ouvre n’est pas jugée complète par l’interlocuteur qui demander des précisions avant d’accepter. La Fille du comte de Pontieu présente de nombreuses fois ce genre de dialogues :

La dame se dormoit, et quant ele fu esvellie, il li tint entre ses bras et (a) requist un don.
(b) « Sire, fait elle, qel ?
(c) – Dame, fait il, est ce seurtés que jo l’arai ?
(c’) – Sire, faites l’oïr, qes qu’il soit, se je doner le puis, je le vous donrai.
(b’) – Dame, fait il, congié d’aler a monsengneur Saint Jake, et prierai au boin sengneur qu’il nos doinst oir, dont Dix soit servis et Sainte Eglise oneree.
(a’) – Sire, fait ele, cis dons est molt courtois, et jo le vous otroi. »
Molt furent en grant joie. (Ibid., 3, l. 43-51)

79Ce dialogue est construit comme une poupée russe abcc’b’a’. Cette scène trouve son pendant symétrique lorsque la dame demande à participer au pèlerinage. Ce dialogue est aussi construit par enchâssement, mais un échange réfutatif vient en modifier la structure élémentaire :

Trespasa un jour et autre et tierç, et jurent ensi en leur lit une nuit. La dame li dist :
(a) « Sire, je vous requier que vous me donés.
(b) – Dame, fait il, demandés, je vous donrai se je doner vous puis.
(b’) – Sire, fait elle, congié d’aler avoec vous en ce voieage. »
Quant Mesires Tiebaus l’oï, si fu molt dolans, et dist :
(c) « Dame, griés cose seroit a vostre oeus. »
Et elle li dist :
(c’) « Sire, n’en doutés mie, que dou meneur esquier que vous avés serés vous plus enblaés que de moi.
(a’) – Dame, fait il, jel vous otroi. » (Ibid.., 3, l. 51-61)

80Cette fois, deux échanges suivis se trouvent à l’intérieur d’un échange englobant, abb’cc’a’: Nous sommes déjà dans le cadre d’un dialogue un peu plus développé où le refus entraîne le développement d’un petit cycle de négociation. Le mouvement (c) est une réponse négative à la requête, mais la réfutation (c’) relance la conversation jusqu’à la résolution positive, qui d’ailleurs ne tarde pas.

81Ainsi, à partir des schémas simples que sont les trois principaux types d’échanges que nous avons relevés dans les dialogues les plus courts, nous avons pu observer quelques uns des procédés qui permettent à l’auteur de tisser entre eux ces divers échanges. On constate ainsi que les procédés d’enchaînements ne sont pas innombrables. Combinant en général un dialogue directif avec un dialogue didactique ou informatif, le narrateur leur apporte souplesse et naturel en les enchâssant, en les décomposant et en les transformant en polémique. C’est surtout l’évolution des rôles discursifs, variant selon le locuteur à l’initiative de chaque échange, qui entraîne la diversité des situations possibles.

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif

82Les dialogues courts offrent un excellent point d’observation pour repérer l’essentiel. On peut alors discerner les modes de construction privilégiés par les auteurs : les structures de base sont les pattern s directifs C, didactiques A, et informatifs B. Les structures polémiques viennent dans un second temps mais c’est à partir d’elles que peuvent se complexifier véritablement les dialogues en des échafaudages subtils.

Les procédés d’étoffement

83Puisque nous avons à peu près recomposé nos puzzles dialogaux avec les petites pièces que nous en avions détachées, nous pouvons désormais dépasser ces enchaînements schématiques et regarder comment les les dialogues s’étoffent vers une plus grande complexité mimétique. Ils pourront être construits autour d’enchâssements complexes. Ils mettront en scène des « péripéties » qui retardent la résolution des conflits ou la délivrance des informations. Ils ne donneront pas l’impression d’être préconstruits mais garderont une structure ouverte.

  • 9 Deloffre F., Marivaux et le marivaudage, cité par Larthomas P., Le Langage dramatique, Paris, PUF, (...)

84Cette dernière notion est importante pour juger du degré de complexité et de naturel des dialogues : nous appellerons structure ouverte une organisation des répliques qui donne l’impression que le dialogue pourrait se prolonger, que les rapports de force entre les personnages évolueraient encore, qu’ils auraient d’autres choses à se dire ; une organisation dans laquelle chaque réplique semble « s’inventer » sans découler automatiquement de la précédente. Ces dialogues intègrent d’apparentes digressions ou improvisations : « Une part d’imprévu est nécessaire si l’on ne veut pas qu’un dialogue donne l’impression d’un mécanisme remonté à l’avance9. » En revanche, une structure fermée donnera l’impression que le dialogue progresse sur des rails ou suit un déroulement préconstruit.

85Ces procédés de décomposition ou d’enchâssement illustrent un phénomène remarquable en soi : ces dialogues perdent du temps. Ils ajoutent à une structure visant la pure efficacité narrative des éléments qui serviront d’amorce à des développements mimétiques. Ils font passer au premier plan non la simple dimension narrative mais tout ce qui va donner au dialogue son aspect naturel. Dans l’ensemble, les formes les plus originales se trouvent dans les textes en prose : en effet, la recherche d’une complexité dialogale participe, elle aussi, de la recherche d’une vérité du dialogue, psychologique et sociale, tant au niveau des dilogues que des polylogues, qui caractérise ces longs cycles en prose. L’analyse de dialogues prototypiques nous montrera diverses situations.

Le retardement de l’information

  • 10 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1992 ; (...)

86Alors qu’un dialogue didactique ou informatif doit simplement consister en la transmission d’une information, les auteurs allongent le dialogue par l’ajout de commentaires ou d’informations partielles qui constituent autant de péripéties dans le déroulement linéaire préconstruit du pattern. La comparaison de deux exemples10 situés hors du corpus retenu permet de montrer comment la prose prolonge un échange simple :

87Là où le texte en vers va à l’essentiel, la prose retarde la délivrance de l’information par l’ajout de préliminaires, de conditions, de questions de confirmation. Ce développement permet de donner de l’importance au renversement des hiérarchies à l’intérieur du discours. Dans les deux versions, Lancelot pose une question de manière pressante, mais il l’accompagne, dans la prose, d’un engagement personnel plein d’abnégation qui préfigure son acceptation du marché. Dans les vers, la réponse du nain, insultante par son contenu et par sa forme, arrive abruptement, justifiée par le qualificatif péjoratif que le récit apporte au nain. Dans la prose, deux questions de confirmation (dont l’une sous forme assertive) et un accord conditionné permettent au nain de prendre progressivement la position haute.

88L’exemple qui suit repose sur une structure relativement simple : le chevalier à la Cotte Maltaillée adresse un reproche à la demoiselle Médisante et lui apprend que l’homme qu’elle a longuement dénigré n’était autre que Lancelot. Mais au-delà de cette base informative, il se plaît à ajouter tout un jeu d’annonces incomplètes, des reproches vagues qui entraînent la demoiselle à persévérer dans ses jugements erronés. Ce jeu donne à ce dialogue un tour très plaisant.

Et quant il sont au plain venu, cil a la Cote Mautaillie [...] parole et dist a la damoisele :
– (a) « Damoisele, fait il, grant merveille est conment langhe de damoisele emprent sour soi si fol hardement qu’ele dist onques vilonie a cevalier qu’ele connoisse !
– (a’) Por coi, fait ele, le dites vous ? L’avés vous dit pour vous ?
– (a’’) En non Dieu, damoisele, fait il, pour moi nel di je mie, anchois le di pour le meillour cevalier du monde, a qui vous desistes, n’a mie encore granment de tans, honte et vilonnie, plus que on ne deüst dire a un garchon. Et certes, se de vos vilainnes paroles vous mescaoit encore durement, nus ne vous en deveroit plaindre.
– (b) Quant fu ce, fait ele, que je ting parlement au meillor cevalier du monde ?
– {(c) Dont ne vous souvient il, fait cil a la Cote Maltaillie, du cevalier ki avant ier cevaucha avoec nous, celui meïsmes ki faisoit son escu porter couvert d’une houce vermeille ?
– (c’) De celui, fait ele, me souvient il bien. Onques en toute ma vie ne vi un si vilain cevalier com il est ne si mesdisant. De la soie compaingnie me gart Diex, car je ne fui onques sans courous tant con je fui avoec lui !} – – (b) Mais pour coi le m’avés vous mis ore avant ?
– (b’) Por ce, fait cil a la Cote Mautaillie, que je voel bien que vous sachiés que cil meïsmes de qui vous alés orendroit si durement mesdisant est li mieudres cevaliers du monde.
– (d) En non Dieu, sire cevaliers, ce dist la damoisele, onques en toute vostre vie ne desistes parole u il n’eüst plus de verité que en ceste ! Or saciés tout certainnement que cil ne porroit estre ne pour Dieu ne pour houme si boins cevaliers con vous dites !
– (d’) Si m’aït Diex, fait cil a la Cote Mautaillie, si est. Ce est voirement li mieudres cevaliers du monde.
– (e) En non Dieu, fait la damoisele, male aventure ait dont Lanselos du Lac, s’il n’est mieudres cevaliers de cestui et plus courtois !
Damoisele, fait cil a la Cote Mautaillie, (e’) ce ne porroit estre que on fust tres bien courtois avoec vous, car vous avés tout adés la langue si apareillie de dire mal et vilonnie k’il n’est nus sens d’onme si amesurés que vous ne fesissiés tourner en folie. Car de nule damoisele dont je onques oïsse parler je n’oï dire que nule en fust onques si durement mesdisans com vous estes. (f) Or me dites, se Diex vous doinst boine aventure, vous porriés vous acorder en nule maniere a ce que Lanselos fust li mieudres cevaliers du monde ?
– (f’) Certes, fait la damoisele, je m’acort bien a ce k’il est li mieudres cevaliers du roiaume de Logres. Mais se mesire Tristrans, li niés le roi March de Cornuaille, estoit ausi bien la u Lanselos est com il est en la Petite Bretaingne u en Cornuaille, je diroie tout plainnement k’il i aroit adont meillor cevalier que n’est Lanselos. Lanselos sans faille est orendroit li mieudres cevaliers ki soit u roiaume de Logres.
– (g) Damoisele, fait cil a la Cote Mautaillie, or poés vous dont dire seürement que vous avés plus dit de honte et de vilonnie que je n’oï onques mais dire a nul home au meilleur cevalier ki soit u roiaume de Logres, car bien saciés certainnement que li cevaliers dont nous avom orendroit parlé, chil meïsmes ki fait porter son escu couvert de la houce vermeille et a qui vous desistes tant de vilainnes paroles que encore vous en souvient il bien est Lanselos meïsmes. Or esgardés com vous poés prisier et amer vostre langue, ki mesdist a tel chevalier com il est. Et encore vous di je vraiement que ce est li cevaliers ki hui nous delivra de la prison u nous estiom et ki a faite remanoir la male coustume que li sires du Castel Uter avoit mise avant nouvelement pour arester les cevaliers errans, et si croi que nous le porrom ja assés tost trouver u il cevauche cha devant. »
Quant la damoisele entent cest nouvele, ele est tant durement esbahie qu’ele ne set qu’ele doie respondre. {Tristan 1, 42, l. 2-67)

89Au lieu d’annoncer simplement à la Demoiselle Médisante que leur ancien compagnon de route était Lancelot, le jeune chevalier à la Cotte Maltaillée se plaît à retarder la révélation de cette information et laisse sa compagne s’enferrer dans ses médisances. Ce qui aurait pu être un dialogue tout simple devient d’une grande complexité par le jeu d’un processus de retardement et de commentaires. Le chevalier commence par un reproche indirect (a) formulé de manière générale : « grant merveille est conment langhe de damoisele emprent sour soi si fol hardement qu’ele dist onques vilonie a cevalier qu’ele connoisse ! » Cette formulation gnomique rend cet énoncé sémantiquement incomplet, ce qui oblige la demoiselle à poser une question pour en savoir plus (a’) : « – Por coi, le dites vous ? L’avés vous dit pour vous ? » Sa question est problématisante en ce qu’elle oblige son interlocuteur à expliquer ce qu’il annonce. En même temps elle avance, sous forme interrogative, une première hypothèse de réponse. La réponse (a’’) du chevalier réfute cette hypothèse, apporte une information là encore peu précise « anchois le di pour le meillour cevalier du monde, a qui vous desistes, n’a mie encore granment de tans, honte et vilonnie » et s’achève sur un commentaire de reproche. La demoiselle questionne de nouveau pour en savoir plus (b) : « Quant fu ce, queje ting parlement au meillor cevalier du monde ? », mais le chevalier répond par une question de confirmation, (c), préliminaire à l’information « Dont ne vous souvient il du cevalier ki avant ier cevaucha avoec nous ? » Son interlocutrice après avoir répondu et médit à nouveau sur son ancien compagnon, (c’), réitère sa question (b) : « Mais pour coi le m’avés vous mis ore avant ? » L’échange enchâssé (cc’) n’apporte rien, il permet au chevalier à la Cotte Maltaillée de retarder son information et à la demoiselle de s’égarer encore plus dans ses jugements désobligeants. Il répond cependant enfin, mais toujours de manière indirecte, (b’) « cil meïsmes de qui vous alés orendroit si durement mesdisant est li mieudres cevaliers du monde. »

90Le dialogue prend ensuite un tour plus polémique car la demoiselle infirme cette information (d), « Or saciés tout certainnement que cil ne porroit estre [...] si boins cevaliers con vous dites ! » Le chevalier la réaffirme aussitôt (d’), il répète ce qu’il avait dit et n’apporte rien de nouveau puis la laisse argumenter. La demoiselle étaye sa position : nul chevalier ne peut surpasser Lancelot du Lac (e) : « male aventure ait dont Lanselos du Lac, s’il n’est mieudres cevaliers de cestui et plus courtois ! » Sa réfutation passe par un argument logique, mais son erreur vient de ce qu’elle réfute le posé sans questionner le présupposé.

91Son raisonnement s’appuie sur une prémisse fausse :

  • Ce chevalier est différent de Lancelot ou de Tristan,
  • or Lancelot ou Tristan sont les meilleurs chevaliers du monde,
  • donc ce chevalier ne peut être le meilleur chevalier du monde.

92Or le raisonnement auquel Brun tente de la faire arriver est un simple raisonnement transitif :

  • Ce chevalier est le meilleur,
  • or le meilleur est Lancelot,
  • donc ce chevalier est Lancelot.
  • 11 Et permet de garder en mémoire la présence constante de Tristan dans toute l’œuvre.

93Pour la demoiselle, l’identité entre Lancelot et son ancien compagnon de voyage est impossible à concevoir, et plutôt que de la discuter, elle préfère discuter le qualificatif que Brun veut lui apposer. Mais ce dernier s’amuse à ne pas la détromper : il fait un détour pour lui répondre, toujours sans apporter l’information qui mettrait fin au débat. Il commence par lui faire un nouveau reproche (e) et pose une nouvelle question préliminaire (f) : « Or me dites, se Diex vous doinst boine aventure, vous porriés vous acorder en nule maniere a ce que Lanselos fust li mieudres cevaliers du monde ? » La demoiselle répond (f’) de manière nuancée en comparant Lancelot à Tristan, ce qui ajoute encore une remarque désobligeante sur le compte de Lancelot11. Après cet échange préliminaire, le chevalier à la Cotte Maltaillée apporte enfin l’information essentielle (g) et continue d’accabler la demoiselle. Ce dernier échange est tronqué. Rendue muette par cette nouvelle, la demoiselle ne peut plus répondre.

94C’est donc la mise en scène de la révélation d’une information très simple, préparée par deux séries de questions préliminaires, et discutée dans une petite polémique qui rend ce dialogue remarquable alors qu’il n’apprend pas grand chose au lecteur. Toutes les informations lui sont déjà connues, mais il participe au plaisir d’accabler la demoiselle médisante et de la faire tomber dans un piège. Le narrateur prend tout son temps pour préparer cette révélation pour un personnage secondaire, c’est un bel exemple de la conversation enjouée et vivante qui caractérise le Tristan en prose. Ce roman se permet en effet de prolonger un dialogue sur de très longs passages pour un enjeu dramatique quasi nul. Seule une détermination arbitraire semble pouvoir y mettre fin. La narration s’affranchit des contraintes dramatiques, ce qui donne à la plupart des dialogues un aspect ouvert, prêt, semble-t-il, à se prolonger indéfiniment.

Le protocole d’annonce d’une information, d’une question ou d’un ordre

95L’une des techniques qui permettent de développer et de mettre en valeur un dialogue, est un cas particulier d’enchâssement, dont nous avons déjà fait mention et que nous avons appelé protocole d’annonce d’une information, d’une question ou d’un ordre.

96Les dialogues utilisent assez souvent ce principe de décomposition qui a une valeur emphatique. Faire une requête ou un reproche, poser une question, annoncer une information pourra commencer par une annonce du type « Je vais vous dire quelque chose », ou « je vais vous poser une question » ou « vous donner un ordre » auquel l’interlocuteur répondra qu’il est d’accord pour écouter ou demandera tout de suite des détails. Cette décomposition correspond à un énoncé préliminaire et incomplet et constitue une réplique séparée.

97Ainsi le pape annonçant à Ille l’offre que lui fait l’empereur de prendre sa fille en mariage :

Li apostoles li a dit :
« Senescaus, oiés un petit :
Noncier vos vieng priveement
Entre nos. ii. assés briement
La grignor joie qui en Rome
fust onques mais noncie a home.
Et si est drois que mix m’en soit,
Car, se uns gars le vos nonçoit,
Rice et manans en devroit estre.
Sire, par Diu, le roi ceslestre
Je ne puis en mon cuer savoir
Dont je tel joie doie avoir. » (Ille, v. 3567-3577)

98Les périphrases et les superlatifs que le pape utilise pour évoquer cette nouvelle ne peuvent qu’éveiller la curiosité de son auditeur. En général, cette décomposition correspond avant tout au désir du locuteur de ménager la face de son interlocuteur et sert de captatio benevolentiœ. Quand le pape revient auprès de l’empereur pour lui annoncer qu’Ille rejette son offre généreuse, il prend quelques précautions oratoires avant de l’informer de son échec :

Li apostoles s’en aïre,
Revient au roi et dist : « Bel sire,
Se Damedix me face bien,
Je ne cuidai por nule rienK’Illes ensi me respondist.
Comment, por Diu ? – Ja m’escondist
Trestot ice que je li quis... » (Ibid., v. 3610-3616)

99Le protocole d’annonce informatif, directif ou interrogatif constitue ainsi un moyen de mettre en valeur un élément nouveau qui va faire évoluer l’action. Son aspect quasi systématique montre qu’il s’intègre aussi à un comportement social poli imité par les dialogues. Les réactions de l’allocutaire entraîneront diverses sortes d’enchaînements.

100Il peut poser une question sur l’énonciation elle-même, dans une réplique métacommunicative.

Pharien prend quelques précautions avant d’annoncer à Claudas qu’il vient lui rendre son hommage.
Et Phariens li dist :
« Sire Claudas, ge ne vos bais mie volentiers, bien lo sachiez, devant ce que ge savrai que droit i aie.
Por quoi, fait li rois, lo dites vos ?
Por ce, fait Phariens, que vos iestes venuz asseoir ceste cité. » (Lancelot, p. 330)

101Dans le cas suivant, l’allocutaire, Galehaut, reconnaît simplement son ignorance, ce qui constitue implicitement une demande d’information.

« Et savez vos, fait ele a Galehot, que ge vos ai doné ?
– dame, fait il, naie.
– Ge vos ai doné Lancelot do Lac, lo fil au roi Ban de Benoyc. » {Ibid., p. 896)

102Il peut ordonner à celui qui lui apporte l’information de la préciser.

Li vallez vient a la cort, et la o il voit lo roi, si li dit :
« Rois Artus, Dex te saut. Ge t’aport novelles les plus estranges qui onques entrassent en ton ostel.
Di les dons, biaus sire, fait li rois, car bien font a oïr puis qu’eles sont si estranges.
Ge vos di, fait li vallez, que la Dolereusse Garde est conquise. » (Ibid., p. 532)

103Il peut aussi poser des questions qui permettront de développer un énoncé trop incomplet.

Si vint laianz uns chevaliers toz armez et c’estoit li sires de laianz. Et la dame li saut encontre et dit :
« Sire, vos avez un oste.
Qui est ? fait il.
C’est, fait ele, li bons chevaliers qui vainquié l’asenblee l’autre jor. » (Ibid.., p. 686)

104Le motif du don en blanc est l’une des réalisations possibles et extrêmes de cette décomposition. Il triche avec les règles d’informativité puisqu’il se présente sous forme d’une requête à laquelle un accord est donné avant que l’allocutaire ait posé une question de complément.

La polémique

  • 12 En référence à un article de Durrer S., « Le Dialogue polémique : accident de la communication ou (...)
  • 13 Welke D., « Séquentialité et succès des actes de langage », DRLAV, n° 22-23, « Des Ordres en lingu (...)

105Le plus souvent, la complexification des dialogues se fait au moyen des accidents de la conversation12 que sont les polémiques : perturbant l’organisation de l’échange question / réponse, ordre / accord ou commentaire / accord, un refus de dire, un refus d’agir ou un refus d’accepter remettent en cause l’enchaînement attendu des échanges. Ils entraînent une nouvelle stratégie pour le locuteur qui se trouve ainsi contré. Cette volonté de non coopérer au dialogue selon le pattern préétabli que propose le premier locuteur peut entraîner une crise dans la communication et obliger les locuteurs à réajuster leur stratégie. Après un échange « qui tourne mal », cette nouvelle stratégie peut prendre deux formes décrites par D. Welke13 :

  • La spirale d’interventions : « si le premier acte de langage n’a pas de succès, A a recours à une intervention plus intense », tout en réitérant le même acte de langage.
  • Le dialogue problématisant : « A essaie de contester la validité de B. B essaie de maintenir sa non-acceptation sous forme d’argumentation. »

La spirale d’interventions

106Sur une structure didactique ou directive « classique », le dialogue se complexifie par le refus de l’un des deux personnages de répondre aux questions posées ou d’accomplir l’ordre demandé. Il trouble ainsi la progression linéaire des échanges et oblige son interlocuteur à répéter à plusieurs reprises sa question ou son ordre. La même question peut ainsi être répétée jusqu’à quatre fois, par exemple lorsque Lionel cherche à comprendre les raisons du chagrin de son maître :

Mout plora longuement en tel maniere, tant que Lyonyaus s’en aperçut, qui mout estoit veziez et bien parlanz :
« Q’est ce ? fait il, biax maistre, por quoiplorez si durement et au mengier ?
Laissiez ester, biaux douz sires, fait Phariens ; de ce ne vos puet chaloir, car ja n’i avroiz rien gaaignié.
En non Deu, fait il, ge nel lairai au pas ester, car ge lo voil savoir outreement, et vos conjur sor la foi que vos me devez que vos lo me dites orrandroit.
Ha sire ! fait Phariens, por Deu merci, por quoi me conjurez vos de chose o vos ne poez rien gaaignier el savoir, ainz en porriez miauz estre et dolanz et correciez ?
Par la foi que ge doi l’ame mon pere, au roi Bohort, fait Lyonyaus, ge ne mengerai de la boche devant que ge saichepor quoi vos avez ploré.
Biax douz sire, fait Phariens, ançois lo vos diroie ge que vos en perdissiez vostre mengier.
Dites dons. » fait Lyoniax. (Lancelot, p. 194)

107On voit là un piétinement de la conversation dans un but uniquement mimétique et psychologique, illustrant l’opiniâtreté de Lionel et la qualité d’âme de Pharien. Ce dernier, en refusant de répondre aux questions qui lui sont posées voit l’ordre de dire répété par son jeune protégé de plus en plus violemment jusqu’à la menace de ne plus manger.

Le dialogue problématisant

108Au lieu de répéter l’acte de langage qui a essuyé un refus, le locuteur peut essayer de convaincre son allocutaire par l’argumentation. Ici, Ille refuse la requête qui lui est faite en justifiant son refus, mais chacun de ses arguments est balayé par l’idée inverse, c’est-à-dire par son contre-argument.

Le sénéchal de l’empereur, émerveillé par un exploit guerrier demande à Ille de prendre la tête de la bataille

Li senescaus, qui en est sire,
Ne set sossiel que il puist dire ; [...]
Se li a dit com a signor : « Biax sire ciers, por Diu, merci !
Aidiés nos a geter de chi ! Se nos n’avons le vostre aïe, Ceste gens est morte et traïe, Qu’il sont plus de. x. tans par dela Que nos ne somes par decha.
Franc chevalier, ne prenés garde
A le gent vilaine et coarde
N’a moi, qui point ne vos connui.
Li malvais, qui sont plain d’anui,
Tienent prodome a enuiex.
Sire, por Diu le glorïex,
Consilliés nos, car ne savons
Conseil, se par vous ne l’avons.
Consilliés ceste baronie,
Qu’ele hui ce jor ne soit honie.
– Biax sire ciers, merci por Diu !
Je ne fui onques mais en liu
Ou je veïsse estor ne gerre.
Vos ne me devés pas requerre
Rien nule el mont a maintenir
Dont je ne sace a cief venir.
Amis, de vostre grant vaillance
Avés ja fait tel demostrance
Que n’i a mestier coverture.
Sire, ce fu par aventure.
Tel ciet molt bien a un assaut,
Quant on le requiert, qui poi vaut ;
Ne mais proece a grant duree
En cose bien amuseree.
Amis, dont porés vos durer :
Bien vous savés amesurer
Et musart honir et confondre,
Tot par bien faire sans respondre.
Bien ait cil Dix qui vos fist naistre !
Mout avés eü sage maistre.
Metés en nos vostre conseil.
Biax sire ciers, mout m’esmerveil !
Qui poroit consilier si tost
Ne adrecier trestot un ost ? [...]
Vos mosterrai que je feroie,
Por tant que je l’eüsse a faire :
Ma gent feroie ariere traire. » (Ille, v. 2229-2284)

109Le sénéchal adresse une requête pressante à Ille pour lui demander de prendre en charge la conduite de la bataille. Pour la refuser, le chevalier, qui se fait passer pour un simple mercenaire, oppose tout d’abord sa prétendue méconnaissance de l’art de la guerre : « Je ne fui onques mais en liu / Ou je veïsse estor ne gerre. » Son refus fait basculer le dialogue dans une polémique polie certes mais néanmoins serrée. Son interlocuteur réfute cet argument par un fait : « de vostre grant vaillance /Avés ja tel demostrance / Que n’i a mestier coverture. » Ille tente alors de faire croire que sa prouesse est un fait isolé, sans signification, il la requalifie : « ce fu par aventure. » Cet argument est une nouvelle fois balayé par le sénéchal : « Mout avés eü sage maistre. » Il repose donc sa requête, qui est alors acceptée. Si la formulation de celle-ci revient à deux reprises, l’essentiel de ce dialogue est constitué par les arguments d’Ille pour faire croire en son incompétence, arguments qui sont à chaque fois réfutés par le sénéchal qui s’appuie sur l’évidence de son talent. La progression est donc [argument / contre-argument], conformément cette fois au modèle de S. Durrer, jusqu’à ce que le Breton cède et accepte de prendre les choses en main.

110Les dialogues les plus complexes mélangent en général dialogue problématisant et spirale d’interventions, il est difficile en effet de refuser ou d’imposer toujours sans argumenter. On remarque donc que ces deux types de négociation se cumulent ou alternent. Les textes en vers cependant privilégient sensiblement plus le modèle du dialogue problématisant qui évite les répétitions d’actes de langage, alors que les textes en prose ne reculent pas devant les affirmations répétées d’une spirale d’interventions. Les textes en vers, on l’a vu, recherchent le plus souvent une expressivité rhétorique qui donne une importance esthétique à chaque vers. Ceux-ci ne peuvent piétiner si ce n’est pour mettre en valeur un effet rythmique. En revanche, la prose, et surtout la prose arthurienne prend son temps et recherche une expressivité plus mimétique, c’est-à-dire intégrant l’aspect spontanément redondant de la langue naturelle. Dans cet autre exemple, la conversation piétine, revient en arrière, chacun des principaux locuteurs relance à plusieurs reprises les mêmes questions, les mêmes revendications.

Pharien va trouver Claudas pour négocier la paix avec lui.
Et qant Claudas lo voit, il ne fait pas a demender s’i[l] li fist joie, car de si loing com il lo vit, li corrut, ses braz tanduz, et lo baise en la boiche mout volentiers comme celui cui il baoit mout a amer. Et Phariens li dist :
(a) « Sire Claudas, ge ne vos bais mie volentiers, bien lo sachiez, devant ce que ge savrai que droit i aie.
(a’) Por quoi, fait li rois, lo dites vos ?
(a”) Por ce, fait Phariens, que vos iestes venuz asseoir ceste cité, ce m’est avis, et dedanz sont mi charnel ami a grant planté et mi per et mi juré que ge avoie pris envers vos en conduit et an garantise. Or si voi bien que s’il i prannent mort ne domage, ce ne sera se par moi non.
(b) Por quoi, fait Claudas, ont il la cité fermee encontre moi qui est moie, et il sont mi home tuit ?
(b’) Ce vos dirai ge bien, fait Phariens : il est bien droiz, puis que l’an voit venir gent desor lui a armes, que l’an se contretaigne et garnisse tant que l’an saiche lo quel en i puet atandre, o paiz o guerre. Et por ce que nos ne savomes quex genz c’estoient, por ce fu la citez contretenue. (c) Mais se vos creantez a venir laianz comme sires an boene paiz, ge la vos feroie ovrir tot maintenant.
(c’) Ge n’i enterrai ja mais, fait Claudas, a la premere foiz que g’i enterrai, se au grant domage non a cels dedanz.
(d) Sire, fait Phariens, ge les ai pris en garantise, si vos pri et requier comme vostre hom que vos ne me façoiz honir, mais an pais les prenez comme voz homes ; et s’il avoient envers vos de rien mesfait, tot a vostre volenté l’amenderont. »
Et Claudas dit (d’) que ja de ce n’en fera rien, et li meillor [baron] li dient (d’’) que s’il ne venche sor aus la mort de son fil et la grant honte qu’il li firent, dont n’avra il ja mais honor en terre. Lors se trait avant Phariens, si dit a Claudas :
« Sire, sire, il est voirs que ge sui vostre hom, ne onques tant com vos eüstes besoig de moi, ne vos vos guerpir. Or est issi que vos iestes au desus et que vos n’avez mais de moi mestier. (e) Ge vos rant vostre homage ci, puis que vos mon consoil ne volez croire ne ma proiere escouter, car des ores mais me seroit il avis que vos avriez envers moi petit d’amor, et en moi avriez et sospeçon et mescreance. Si irai en tel leu ou l’en me crera et amera. (f) Et vos, seignor baron et chevalier, fait il, qui vostre seignor tenez a honi s’il ne prant vangence de cels qui laianz sont, or i parra com vos li aideroiz a lui venchier. Ce ne deisiez vos pas, la ou il ert an peril de mort, laïs devant cel palais, dont gel delivrai a mes mains, et qant l’espee li estoit apareilliee a fichier dedanz lo cors. Et tant sachiez vos bien, et vos et il, que nos somes laianz tant chevalier qui assez avrons envers lui meslee. Mais s’il avoit ci nul de vos qui vossist dire que li baron de Gaunes aient forfait vers vostre seignor qui ci est, par quoi il soient desherité ne mort, ge sui prelz que ges en desfande ci orendroit. » Ensi se poroffre Phariens de sa bataille devant lo roi et tant son gaige, mais onques chevalier n’i ot qui contanz i osast metre. Et danz Claudas a bien sanblant d’ome qui forment soit iriez, si dit a Pharien :
(g) « Comment ? fait il ; Phariens, vos iestes mes hom et me venez ci contralier de mes mortex anemis, et vos ahastissiez de combatre por els contre les chevaliers de ma maison ?
(g’) En non Deu, fait Phariens, vostre hom ne sui ge pas, ne vostre mortel anemi ne sont encore il mie. Bien vos gardez que vos ne faciez tant que il lo soient. (h) Mais ge vos offre bien por els a tenir droit et affaire de quancque vos lor savroiz que demander, si lorpardonez vostre corroz com a vos homes. »
Claudas dit (h’) qu’il n’an fera rien, ne de ce n’escouteroit il nule proiere.
« Sire, fait Phariens, (h’’) ge vos ai randu vostre homage, et des ores mais voil ge bien que vos sachiez que vos n’avez nul paior anemi de moi. Atant m’an irai ore sanz congié de vos et sanz amor, mais (i) avant vos semoign de vostre fiance aquiter, car vos me fiançates leiaument comme rois que vos vendriez en ma prison qant ge vos en semondroie. Ge vos en semoig orandroit par vostre foi. »
Et Claudas (i’) respont que de ce ne fu il onques ses fianciez. Et Phariens dit (j) qu’il estoit apareilliez de l’esprover orendroit, se il l’ose vers lui desfandre.
(j’) « Phariens, fait Claudas, tu iex fox qui ci m’ahatis de bataille veiant ma gent, mais tu ne t’i combatras ja en tel maniere, car se ge t’ocioie, plus me seroit atorné a mal q’a bien. {(k) Mais ge te semoin que tu gardes vers moi ta foi si com tu doiz ; ne ne doiz mon homage laissier se ge ne l’ai vers toi forfait ; ne ge ne te forfis onques nule rien que ge seüsse.
– Sire Claudas, fait Phariens, (k’) se ge n’eüsse esté vostre hom, et vos vos en vousissiez desfandre, ge vos en atainsise bien de cest forfait.} (j’’) Mais ma feauté que ge vos fis ja, m’estuet garder, quex qu’ele fust, o boene ou mauvaise. (l) Mais totevoie vos semoign ge bien de vostre foi. Et sachiez que vos nul paior anemi n’avez de moi. Ne ja mais dedanz la cité n’anterroiz, q’assez iert qui la vos desfandra. Il n’i a un tot seul home qui puisse porter armes qui ne vos quiere la mort, s’il en puet en leu venir. Et des ores mais avez assez o antandre, et jor et nuit, que ja mais asseür n’i dormiroiz, si orroiz sovant, se ge ne muir, entor vos noises et criz, et verroiz voz paveillons rompre et verser et voz homes ocirre et navrer espessement.
(m) Comment, fait Claudas ; ai ge dons garde de toi ?
(m’) Certes, oïl, fait Phariens, tant com ge porrai ferir d’espee. Et poez avoir vos mout autre paor que de prison ; et qant li cors sera alez, se vos remanez aprés vivanz, si atandez vos de moi la mort, ou ame de cors sera neiant. Et se vos onques amates lo seignor de Saint Cirre, or li mostrez a l’ame, non pas au cors, car ainçois que ge menjuce mais sera sa teste et celes a ses deus compaignons loig des cors tant com uns mangoniax porra lancier a une foiz. »
Atant fiert lo cheval des esperons, si se lance loign de Claudas enmi lo chanp, si s’encommance a repairier vers la cité. Lors poignent aprés lui plus de vint chevaliers, les escuz as cox, les lances mises souz les aisselles. (Lancelot, p. 330-336)

  • 14 Ils ne font que renchérir sur une décision qu’avait déjà annoncée Claudas, renforçant ainsi la dét (...)

111Ce dialogue est un échec : envoyé par ceux de Gaunes pour obtenir la paix avec Claudas, Pharien en revient encore plus déterminé à se battre et rompt tous ses engagements féodaux avec son seigneur. Quant à celui-ci, persuadé au début que Pharien est venu rejoindre ses rangs, il en vient à surenchérir dans la violence. La tension est renforcée par la présence d’un public, les barons de Claudas, qui, sans mener d’interventions significatives14, accentuent par leurs conseils l’impact des décisions prises. Comment se met en place ce dialogue de sourds ?

112Le malentendu entre les locuteurs commence dès les échanges phatiques. Alors que Claudas donne tous les signes gestuels d’une grande joie et renouvelle en quelque sorte son lien de vassalité avec Pharien en l’embrassant sur la bouche, ce dernier réagit négativement et transforme cet échange rituel en premier affrontement : « Sire Claudas, ge ne vos bais mie volentiers ». Refuser un échange phatique, dont le but est de réparer « l’agression » que constitue la prise de contact avec autrui, constitue, on s’en doute, un acte fortement marqué. De même le départ de Pharien, « sanz congié de vos et sanz amor », est là encore un signe de rupture. La première réplique de Pharien, (a), constitue, selon le principe de protocole d’annonce informatif, une annonce de reproche. Derrière ce baiser de mauvais gré se trouve en effet un reproche implicite, encore incomplet que la demande d’information (a’) de Claudas vise à développer : « Por quoi, fait Claudas, lo dites vos ? » La réponse de Pharien (a’’) comporte deux informations : d’une part la nature du reproche fait à Claudas : « vos iestes venuz asseoir ceste cité » et d’autre part, l’annonce que Pharien est désormais le représentant et le garant de la cité de Gaunes, ce qui change son statut de locuteur. Il n’est plus seulement l’homme de Claudas, mais aussi le représentant de la partie adverse, ce qui en fait son égal. Grâce à ce statut, il peut se présenter à l’initiative des échanges et être force de proposition. Il en formule trois, indiquées par des italiques dans le texte :

– D’abord (c), après justification de l’armement de la cité, il propose à Claudas de faire la paix, d’entrer à Gaunes et de reprendre son hommage avec les hommes de la cité : « Mais se vos creantez a venir laianz comme sires an boenepaiz, ge la vos feroie ovrir tot maintenant ». Proposition répétée en (d) : « mais an pais les prenez comme voz homes » et en (h) : « si lor pardonez vostre corroz com a vos homes. »
– Il rend son hommage en (e) « Ge vos rant vostre homage ci » et tient cette décision pour acquise en (g’) : « Vostre hom ne sui ge pas. »
– Il demande à Claudas de tenir son serment et de se constituer prisonnier (i) « avant vos semoign de vostre fiance aquiter », répété en (l) « Mais totevoie vos semoign ge bien de vostre foi ».

113Ces trois offres, qui ne se situent pas au même niveau et dont la progression montre déjà la dégradation de la conversation, essuient trois échecs, ce qui oblige Pharien à les répéter à plusieurs reprises.

  • 15 Son ton monte d’un degré dans la violence comme en témoigne le passage de la deuxième personne du (...)

– Son offre de paix est rejetée à deux reprises par Claudas (c’« Ge n’i enterrai ja mais » ; d’« queja de ce n’en fera rien », appuyé par ses barons d’’).
– Claudas néglige d’abord la décision de Pharien de mettre fin à leur lien vassalique, (g) : « Comment ? fait il ; Phariens, vos iestes mes hom et me venez ci contralier de mes mortex anemis ! » puis la refuse (k) : « Mais ge te semoin que tu gardes vers moi ta foi si com tu doiz15 ; »
– Il réfute jusqu’à l’existence du serment fait à Pharien, (i’) : « Et Claudas respont que de ce ne fu il onques ses fianciez ». Il nie le présupposé de la requête de Pharien, ce qui constitue une offense grave pour celui-ci.

114Ces refus font piétiner la conversation : alors que Pharien croyait, après sa deuxième tentative d’offre de paix, l’échec consommé, Claudas relance la spirale d’interventions en (g), et l’oblige à renouveler son offre. De plus cette spirale débouche sur la violence : Pharien propose une première fois de se battre contre les barons (f), puis contre Claudas lui-même, (k’). Il exige que Claudas tienne sa promesse en le menaçant de la guerre : « Neja mais dedanz la cité n’anterroiz, q’assez iert qui la vos desfandra. Il n’i a un tot seul home qui puisse porter armes qui ne vos quiere la mort, s’il enpuet en leu venir », puis de sa mort et de celle de ses vassaux : « si atandez vos de moi la mort ».

115On voit bien par l’analyse de cet exemple à quel degré de complexité peuvent parvenir les dialogues, en particulier dans les textes en prose. Ici, une fois passées les premières répliques, aucune réaction ne semble provenir d’un pattern préétabli : Claudas provoque des retours en arrière, revenant sur les arguments, les décisions de son interlocuteur, et attaque celui-ci dans son statut d’ambassadeur. Pharien persiste dans la mission qui lui est confiée mais provoque un coup de théâtre par sa brusque décision de rendre son hommage. À tout moment, le dialogue risque de basculer dans le combat judiciaire et se termine d’ailleurs dans la violence de la poursuite. Si la construction de base est essentiellement directive [requête / refus], elle est compliquée par l’alternance des locuteurs à l’initiative, ce qui montre l’égalité que sa fonction donne à Pharien ; par l’insertion des actes de langage déclaratifs et promissifs qui entraînent des tentatives de réfutation ; par le revirement de Claudas, déçu dans son amitié pour son homme et dont le discours se durcit, jusqu’à la question de confirmation finale qui me semble témoigner de plus de tristesse que de colère.

116Le choix de la répétition ou de l’argumentation est du « ressort » des personnages, qu’elle contribue à caractériser : alors que l’un cherche à argumenter, l’autre se mure dans une attitude répétitive. Dans cet extrait du Tristan, Kahédin prend un malin plaisir à désarçonner Keu par ses arguments, alors que celui-ci, dont nous avons mis les ordres répétés en italiques, reste figé sur le respect des traditions du royaume de Logres :

Dont s’areste [Kex] tout maintenant en mi le cemin et prent son escu et son glaive et crie a Kahedin :
« Sire cevaliers, gardés vous de moi ! A jouster vous couvient !
– Onques mais, fait Kahedins, se Diex me consaut, n’oï parler de teus salus fors ceste part tant seulement. On aloit disant par le monde que u roiaume de Logres avoit greigneur pais que en nul autre païs, et je n’i voi se guerre non. Ge ne sai en nule maniere du monde conment il i puist avoir plus mortel guerre que j’i voi, car li plus fort i vont ociant les plus febles, et se n’i a nule raison !
Sire cevaliers, ce dist Kex, tant me dites ! Vous plaist il a jouster a moi ?
– Sire, fait Kahedins, or, sachiés tout chertainnement que onques vostre peres ne mesfit au mien, que je sace, ne vous a moi. Pour coi je vous quit boinement de toutes quereles. Et vous, laissiés atant ceste bataille, s’il vous plaist. Et se vous estes coureciés de ce que je le laisse ensi, a un autre vous em prendés que a moi, car de vostre bataille ne voel je point. Mesire Blyoblerys de Gaunes m’aprist hui matin que je ne me combatesisse mie a cevalier que je ne conneüsse, et je voel tenir son enseignement. »
Quant mesire Kex entent ceste nouvele, il quide tout certainnement que chil cevaliers le voist ensi gabant et k’il li die ces paroles par afit. Et par le courous k’il en a, li dist il adont mout iriés :
« Dans cevaliers, vous m’alés gabant durement, mais saciés tout certainnement que je pris mout petit vos gas. Qu’en diriés vous ? Voelliés u non, il vous couvient a moi combatre. Mout me pesera durement se je ne me venge de vos gas !
– En non Dieu, fait Kahedins, or voi je bien apertement que chis païs est li plus aventureus que je veïsse onques mais. Onques mais ne fu nule si estrange aventure ! Itant me dites : quele ocoison poés vous orendroit trouver de combatre a moi ? M’avés vous trouvé en traïson ? Vous ai je feru u navré u je vous ai vostre amie tolue ? Onques mais en lieu u je fuisse, je ne vi pour noient bataille fors que en cest païs tant seulement. Par ma foi ce sont droites merveilles que je voi !
– Dans cevaliers, fait Kex, je vous mis avant la coustume que on tient en cest païs. » (Tristan 1, 122, l. 15-52)

117À Keu, obligé de répéter par trois fois son défi, Kahédin s’amuse à opposer nombre d’arguments qui l’annulent. Il faut au sénéchal trois répliques répétitives pour comprendre enfin la stratégie de son interlocuteur et se mettre comme lui à discuter et à expliquer son attitude. Renonçant alors à la joute guerrière, il accepte de la remplacer par la joute d’arguments. Ce n’est que bien plus tard, quand il reconnaît en son adversaire le meilleur argumentateur, « Je ne trovai piecha mais cevalier ki si bien se seüst desfendre par paroles com vous faites », que le dialogue peut prendre un tour didactique et que les chevaliers se mettent à faire connaissance. La spirale d’interventions est forcément du côté de la violence : par sa structure répétitive, par sa gradation, elle ne peut qu’aboutir à une régression du dialogue. L’attitude d’un Kahedin, comme plus tard d’un Dynadan est d’imposer la parole là où elle n’a pas lieu.

118Les dialogues les plus complexes ont donc ceci de particulier qu’ils limitent l’usage de pattern s préétablis à de courtes périodes, ils favorisent et développent les négociations qui permettent de retarder les éléments informatifs ou de discuter des décisions. Ils ne reculent pas devant la répétition ou les répliques « inutiles » qui mettent seulement en valeur un élément psychologique sans faire avancer le débat. Ils privilégient le naturel et la vivacité des dialogues par ces revirements, par l’insertion de commentaires ou de discussions.

Synthèse

119Ces différentes compositions, les prolongements mimétiques que sont les répliques gratuites, les protocoles d’annonces, les polémiques contribuent à faire des grandes scènes de ces romans des constructions exceptionnelles, d’une grande finesse psychologique, d’une grande subtilité argumentative, pièces maîtresses remarquables et uniques. On peut cependant trouver quelques constantes qui les rassemblent.

120Nous pouvons remarquer tout d’abord, que les dialogues commencent en général par un acte de langage nettement interlocutif, souvent une question (43 % des dialogues complexes ; plus de la moitié de ces dialogues dans les grands cycles en prose arthuriens), un ordre (11 % des dialogues) ou une requête (14 % des dialogues). Dans 11 % des cas, ils commencent par un jugement, un reproche ou une information, et par un acte de langage phatique dans seulement 7 % des cas.

121Les questions sont un procédé d’ouverture dynamique, qui attaque directement sur l’essentiel, même si le dialogue ne conserve pas une structure didactique par la suite.

Mesire Yvains s’esbahissoit
De che qu’i si souvent changeoient
Et duel et joie demenoient ;
S’en mist le seignor a raison
Du chastel et de la maison :
« Pour Dix, fait il, biaus dous chiers sire,
Yche vous plairoit il a dire
Pour quoi tant m’avés honoré
Et tant fait joie, et tant plouré ? » (Yvain, v. 3826-3834)

122Ces questions montrent l’aspect réflexif des dialogues : ils partent de l’action en cours et lui donnent une justification, une profondeur humaine qui lui permettent de s’intégrer dans le récit. Ce comportement déchiffré permet au questionneur de se situer par rapport à la situation et de choisir une voie d’action en conséquence. Dans cet extrait d’Yvain, le héros, informé du péril qui guette la famille de son hôte, choisit de mettre sa bravoure à leur service.

  • 16 Sur les modalités de cette interrogation, voir PLET F., La Création du Monde, Les noms propres dan (...)

123Les questions portent aussi sur des nouvelles d’autrui : tel personnage s’enquiert du chevalier qu’il recherche, des nouvelles qui circulent, de la situation à tel ou tel endroit. Ici c’est l’apport d’informations qui permet de faire progresser l’action. Plus rarement, il arrive que les personnages interrogent leur interlocuteur sur son identité16, sur ce qu’il envisage de faire, sur son opinion face à telle situation.

124Les dialogues commencent très rarement par un acte de langage phatique. Comme dans tous les dialogues littéraires, les entrées en matière sont en général laissées de côté. Quand elles sont mentionnées, elles signalent une situation exceptionnelle : par exemple la rencontre en pleine forêt d’un vieux noble, et d’un enfant-fée.

Li vavasors fu d’aage, et li anfes, si tost com il lo voit, si lo salue. Et cil respont que Dex li doint amandement. Puis li demande dont il est, et il dit que il est de cel autre païs.
« Certes, fait li vavasors, qui que vos soiez, vos iestes biax assez et bien enseigniez. Et dont venez vos issi, mes anfes ? » (Lancelot, p. 148)

125L’amabilité marquée et remarquée dont fait preuve le jeune Lancelot contribue à le caractériser aux yeux du vavasseur et aux nôtres. Dans tous les cas, les échanges phatiques en raison de leur relative rareté se chargent d’un sens supplémentaire et perdent l’aspect banal et passe-partout qu’ils ont dans nos conversations ordinaires.

  • 17 Il est d’ailleurs souvent difficile de distinguer entre une décision et un accord.

126Les dialogues de plus de quatre répliques se terminent à plus de 43 % des cas, sur des actes de langage orientés vers l’action, soit des engagements, des décisions, soit des accords à un ordre ou une décision17. Un grand nombre de dialogues se finissent ainsi par un « et il li otroie. » ou par un « sire, fait il, mout volentiers. » Les accords, souvent en discours indirect ou en discours narrativisé peuvent servir de limites de seuil de dialogue et faciliter le retour à la narration :

« Or me dites, fait il, ça don vos venez, oïtes vos nules enseignes ?
– Naie, fait ele.
Ne ge, fait il, la dons ge vaign. Si lo que nos querons une voie qui aille aillors.
C’est biens. » fait ele.
Et ne demora qu’il troverent en travers de la forest une voie. (Ibid., p. 630)

« Or avroiz la bataille, fait li noviaus chevaliers, se vos volez car vos ne savroiz mie qui ge sui. »
Et cil dit que ja miauz ne quiert. Lors se requierent mout fierement as espees tot a cheval. (Ibid.., p. 496)

127Un ordre, laissé sans réponse, est aussi souvent utilisé pour terminer le dialogue. Nous avons vu que la réponse peut-être simplement une action silencieuse.

12810 % des dialogues se terminent sur des refus, situation plus rare mais qui permet autant à l’action de progresser qu’un accord :

« Sire, sire, fait Phariens, randez nos les anfanz, car a rendre les vos covient. Et des lors en avant ne troveroiz ja home ci de toz cels qui i sont qui voist encontre vos de nule chose. Et se vos debonairement nes nos rendez, il nos en covendra toz a morir, o vos o tote vostre compaignie de l’autre part, car de toz cels que vos veez ci, n’i a nul qui miauz ne voille perdre la vie que veoir la mort a son droiturier seignor.
– Or face dons, fait Claudas, chascuns del miauz que il porra, car il ne seront pas randu devant que force m’en sera commenciee a faire. »
Et si tost com il a ce dit, si commance li assauz entor lo palais. (Ibid., p. 228)

129Dans 20 % des cas, les dialogues se terminent par une réponse à une question, et 10 % des dialogues complexes se terminent sur des commentaires : remerciements pour une décision ou une offre ; prise en compte d’une décision, quelle qu’elle soit. Un chevalier informe Gauvain qu’il va devoir combattre pour pouvoir entrer dans un château :

« Messires Gauvains, fait li chevaliers, ge vos dirai la costume de cest chastel. Tanz chevaliers com nos serons nos covenra combatre. Et se nos les conquerons, por ce ne serons nos mie quite des autres.
– Ci a mauvaise costume. » fait messires Gauvains. Issi chevauchent ansanble. (Ibid., p. 656)

130Gauvain interprète pour Guenièvre les annonces de la demoiselle du Lac :

« Ele nos dist, fait messire Gauvains, que nos orriens enseignes del chevalier qui nos fist entrer en la Dolereuse Garde a la premiere asanblee qui seroit el reiaume de Logres, et a la seconde, et a la tierce. Et c’est la tierce, et li chevaliers qui les jaianz a morz si est Lanceloz del Lac, et de voir lo sachoiz.
– Ge vos en croi bien. » fait la reine. (Ibid., p. 720)

131Ces commentaires ne sont pas très éloignés des accords ou des décisions qui concluent les accords directifs.

132Les échanges phatiques terminent rarement un dialogue (moins de 3 %) et sont souvent rapportés au discours narrativisé : d’une part, les personnages ne se séparent pas forcément, d’autre part, ces demandes de congé ou formules de séparation rituelles sont en général réintégrées dans d’autres actes de langage :

Et quant il oï parler de monseignor Gauvain, si demanda ou il estoit. Et la pucele dist :
« Il est an cele bretesche, et dames et damoiselles assez. »
Et il prant congié a la pucele et dit au vallet qu’il lo sive. (Ibid., p. 810)

133Le dialogue avec la jeune fille s’arrête à la demande de congé, mais les paroles du personnage se prolongent avec l’ordre donné au valet. Dans l’exemple suivant, le congé s’écarte de formules rituelles pour prendre la forme d’un ordre :

Et qant il ot parlé longuement, si li dist li chevaliers :
« Alez, sire, si faites a monseignor Gauvain et lo roi conpaignie, et si escotez se vos orroiz de moi nules novelles ne nules paroles. Et demain si me diroiz ce que l’an vos an avra conté de moi.
– Volentiers, sire. » dist Galehoz.
Lors l’acole et baisse an la face et lo commande a Deu. (Ibid., p. 854)

134Les dialogues constituent des compositions, plus ou moins complexes des trois types d’échanges didactiques, directifs et informatifs. Leur taille, les diverses combinaisons d’enchaînement, les enchâssements qu’ils proposent vont contribuer à les complexifier, à leur donner un aspect plus ou moins souple, plus ou moins mimétique. Les inversions de rôle discursif entre personnages, les répliques gratuites qui les étoffent leur donnent une coloration mimétique. Mais la véritable complexification s’opère par le truchement d’autres procédés : le retardement de l’information et les spirales d’interventions polémiques les obligent à dépasser une stricte efficacité dramatique. Pour ouvrir véritablement leur dialogue, les auteurs n’hésitent pas à y perdre du temps par des répliques « gratuites » ou répétitives.

  • 18 Denoyelle C., « La fonction dramatique des dialogues », Cahiers de Narratologie, 2010, [http:// re (...)

135Les dialogues sont donc construits sur des schémas réguliers permettant en général d’assurer le passage de l’information à l’action, grossièrement de la question à la décision : question réflexive qui permet de réagir sur l’action ; décision qui la relance dans une nouvelle direction. Cette construction typique des dialogues renvoie à leur forte fonction dramatique dans la progression de l’intrigue18.

  • 19 Payen J.-C., « Le clos et l’ouvert dans la littérature française, médiévale et les problèmes de la (...)

Il serait très utile d’entreprendre une étude comparative, qui confronterait les œuvres du Moyen Age avec le roman moderne où les passages locutifs semblent à première vue moins nombreux, et où ils ont une fonction moins « opératoire ». Le discours fait-il souvent avancer l’action chez un Balzac ou chez un Flaubert ? On a l’impression que le recours aux séquences parlées constitue chez eux non un moteur narratif mais plutôt un simple point de vue sur l’événement : celui du personnage qui ressent le choc de cet événement et réagit par une réponse plus ou moins affective dont la formulation au style direct ou indirect exerce un effet nul ou quasi nul sur la suite de l’intrigue. La littérature narrative du Moyen Âge s’élabore sur une chaîne locutive primordiale parce que c’est une littérature où la communication est peut-être plus importante que l’action. L’action ne rebondit souvent que grâce à la rupture ou au rétablissement de cette communication, et plus que l’événement lui-même, compte la façon dont il est perçu et surtout dit par le personnage19.

136Plus que nos lectures modernes, les romans médiévaux semblent mettre en pratique cette remarque de John Austin, « dire, c’est faire ». Les dialogues y structurent l’action car ils engagent les personnages : ceux-ci ne se contentent pas de commenter ce qui se passe, ils verbalisent explicitement leurs choix et leurs itinéraires.

Notes

1 Sur cette notion, voir la synthèse de S. Durrer, op. cit., p. 183-190.

2 Mœschler J., Dire et contredire, Berne / Francfort, Peter Lang, 1982.

3 Par exemple, Lancelot, p. 68.

4 On peut discuter la notion même d’échange en ce qui concerne ces répliques. En effet, la réplique directive ne comprend pas forcément une prise en compte de l’information qui a été apportée. On attendrait par ailleurs une prise en compte de l’ordre. On peut penser qu’il s’agit de deux échanges tronqués comportant seulement leur mouvement initiatif.

5 Kerbrat-Orecchioni, C., les Interactions verbales t.1, Paris, A.Colin, 1990, p. 236.

6 Lancelot, p. 878-890.

7 Sur les dialogues entre les bergers et les chevaliers, voir Denoyelle C., « Les Bergers : des ermites carnavalesques. Étude pragmatique du discours des bergers dans quelques textes narratifs courtois et des Xiie et Xiiie siècles », Cahiers de recherches médiévales, n° 10, 2003, p. 143-154.

8 Le dialogue devient alors ce que nous appellerons plus loin un dialogue problématisant.

9 Deloffre F., Marivaux et le marivaudage, cité par Larthomas P., Le Langage dramatique, Paris, PUF, 1995, p. 266.

10 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1992 ; Lancelot en prose, tome V, Lepage Y. et Ollier M.-L. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1999.

11 Et permet de garder en mémoire la présence constante de Tristan dans toute l’œuvre.

12 En référence à un article de Durrer S., « Le Dialogue polémique : accident de la communication ou type de dialogue ? », Cahiers de l’Institut des sciences du langage, Lausanne, 11, 1991, p. 41-76. Nous n’en partageons pas cependant les conclusions.

13 Welke D., « Séquentialité et succès des actes de langage », DRLAV, n° 22-23, « Des Ordres en linguistique », 1980, p. 177-308.

14 Ils ne font que renchérir sur une décision qu’avait déjà annoncée Claudas, renforçant ainsi la détermination de celui-ci.

15 Son ton monte d’un degré dans la violence comme en témoigne le passage de la deuxième personne du pluriel à celle du singulier.

16 Sur les modalités de cette interrogation, voir PLET F., La Création du Monde, Les noms propres dans le Tristan en prose, Paris, Champion, 2007, p. 155-197.

17 Il est d’ailleurs souvent difficile de distinguer entre une décision et un accord.

18 Denoyelle C., « La fonction dramatique des dialogues », Cahiers de Narratologie, 2010, [http:// revel.unice.fr/cnarra/index.html].

19 Payen J.-C., « Le clos et l’ouvert dans la littérature française, médiévale et les problèmes de la communication », Perspectives médiévales, no 2, Paris, 1976, p. 61-72, p. 68.

Table des illustrations

Titre Tableau récapitulatif
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 663k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search