Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Seconde partie. La construction des dialogues : vers une complexification mimétique

Introduction de la seconde partie

Texte intégral

  • 1 Cunha D. A.C. et Arabyan M., « La Ponctuation du discours direct des origines à nos jours », L’Inf (...)

1La sensibilité au réel qui progresse dans la mise en scène contextuelle des dialogues se répand aussi au sein même de l’énonciation des personnages et entraîne des formes d’interactions verbales de plus en plus complexes et mimétiques. Le texte médiéval cependant ne distingue pas dans sa présentation les paroles de personnages des paroles du narrateur. Dóris A. C. Cunha et Marc Arabyan ont montré que la distinction des énoncés de diverses origines semble avoir peu intéressé les copistes, peut-être en raison de la réduction de la lecture à une performance purement vocale : à charge au récitant d’ajouter, selon ses besoins, des signes diacritiques nécessaires à sa lecture. Si les clercs et les universitaires ont assez vite mis au point un certain nombre de signes pour leurs textes de travail, la littérature profane n’en a guère bénéficié : « en l’absence de ponctuants, tout le contenu illocutoire doit être pris en charge par l’expression linguistique de l’énoncé1 » La parole des personnages, que rien ne distingue graphiquement du reste de l’énoncé, doit contenir ses propres marqueurs illocutoires.

2Or, la permanence d’une tradition puissante et les contraintes d’une narrativité propre aux situations de performance imposent la même rhétorique aux paroles de personnage qu’au récit. La représentation de l’oralité conversationnelle est encore plus contrainte que la description des situations de dialogue que l’on a observées. On remarque toutefois la recherche d’une mise en valeur stylistique qui passe progressivement de la rhétorique à une représentation plus mimétique de la parole. Dans des limites précises cependant : les textes cherchent moins à reproduire de manière réaliste les effets de la voix qu’à représenter cette tension vers l’autre qui caractérise la communication humaine.

3Cette tension est surtout visible au niveau de l’organisation interne du dialogue : l’enchaînement des actes de langage manifeste, dans la prose arthurienne essentiellement, un souci de complexification qui permet de développer des formes schématiques jusqu’alors uniquement orientées vers l’efficacité narrative. Apparaissent ainsi des dialogues très subtils dont le développement n’est pas confié à l’amplification lyrique mais à la progression psychologique de l’interaction. L’observation d’enchaînements types repérés et institutionnalisés dans la civilisation médiévale permettra de montrer cette tension entre mimétisme, tradition et narrativité à l’œuvre dans quelques exemples précis que sont les interrogatoires judiciaires, scolaires ou religieux et les disputes poétiques ou universitaires.

Notes

1 Cunha D. A.C. et Arabyan M., « La Ponctuation du discours direct des origines à nos jours », L’Information grammaticale, n° 102, juin 2004, p. 37.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search