Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Première partie. La contextualisation des dialogues

Chapitre III. Le cadre thématique

Texte intégral

1La classification des dialogues selon le contexte spatio-temporel renvoie à une hiérarchisation des sujets de conversations eux-mêmes qui ne reçoivent pas tous la même importance narrative. Au contraire de la vie réelle, la liste des sujets abordés par les locuteurs dans les textes littéraires, où la thématique de l’ensemble restreint le champ du possible, n’est pas infinie. Les auteurs privilégient les conversations qui débouchent sur une action si bien que les discussions amicales sont en général mises en retrait par le discours narrativisé.

Les sujets de conversations

  • 1 Tristan 2, 167, l. 31 et Tristan 1, 17, l. 1.

2Selon les thèmes abordés dans les conversations, les dialogues seront plus ou moins mis en valeur narrativement. De quoi parlent deux héros qui se rencontrent ? Les chevaliers, bien sûr, « vont d’aventures parlant » ou « de gieu et d’envoiseüre1 ». Les jeunes gens s’intéressent à l’amour... :

  • 2 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1990.

Car s’il d’autre chose parlassent,
De grant oisouse se meslassent2. (Le Conte du Graal, v. 5750-5752)

  • 3 Voir aussi ces vers du roman de Gliglois, Chênerie M.-L. (éd.), Paris, Champion, 2003.
  • 4 Ménard Ph., « La déclaration amoureuse dans la littérature arthurienne au xiie siècle », Cahiers d (...)
  • 5 Merlin, 52, l. 37 et 72, l. 15-55.

3Ce qui est, pour Chrétien de Troyes, le sujet de conversation par excellence3, à côté duquel tous les autres sont disqualifiés, n’est que peu représenté dans les dialogues de ce corpus : environ 10 % des conversations, en dehors de quelques textes courts comme le Lai de l’Ombre ou la Châtelaine de Vergy où il constitue le sujet essentiel. Ce thème touche moins de 5 % des dialogues dans les extraits retenus du Lancelot et du Tristan en prose. Hommes et femmes parlent rarement ensemble dans les romans de ce corpus, les femmes, si elles se trouvent au cœur de la motivation affective des héros, sont rejetées à la périphérie du texte. L’amour qui motive la prouesse des chevaliers ne peut atteindre le niveau du dicible et reste le secret essentiel des couples. Les dialogues proprement amoureux sont rares, mais il est vrai que la forme de la déclaration d’amour4 commence tout juste à s’inventer à la fin du xiie siècle. Même en dehors des déclarations proprement dites ou des requêtes qui constituent, comme le montrent les exercices d’André Le Chapelain, un genre en soi au point d’occuper entièrement le lai de Jean Renart, les conversations entre amoureux donnent rarement lieu à des dialogues. Dans le Merlin, Uter et Ygerne ne dialoguent ensemble qu’à deux reprises : la déclaration proprement dite du roi, rapportée en discours indirect, et l’aveu par ygerne de son étrange grossesse5. Ulfin réitère, en discours direct, la requête du roi auprès d’ygerne. Le paradoxe n’est pas l’utilisation d’un intermédiaire pour cette tentative de séduction, mais que la relation entre le roi et celle qu’il aime n’ait pas été pas sentie comme un sujet d’intérêt romanesque. En revanche, les confidences d’Uter à son compagnon, entaînant l’intervention de Merlin, sont plus développées.

4Les auteurs médiévaux furent-ils, comme Flaubert, effrayés de la banalité des conversations amoureuses ? Si les personnages suivent les conseils d’André le Chapelain, on admet que leurs propos n’atteignent pas tous le niveau des dialogues :

  • 6 André le Chapelain, op. cit., p. 54.

« D’abord, tiens des propos étrangers au sujet, qui la fassent sourire, ou fais lui l’éloge de sa province natale, de sa famille, d’elle-même. En effet, la plupart des femmes prennent plaisir à s’entendre louer et croient facilement les compliments qu’on leur adresse6. »

5Cette mise en retrait des conversations entre personnages amoureux ou destinés à l’être passe par une schématisation de leurs dialogues. Dans l’Escoufle, seul un compliment de Guillaume à Aélis est rapporté :

Or s’en vont deduisant ensamble
Et acolant d’eures en autres.
Li uns des. ii. muls et li autres
S’entrejoingnent si lés a lés
K’adés li tenoit cil au lés
Sa main ou a sa bele face.
La damoisele velt qu’il face
De li com de s’amie chiere.
Fait il : « Ml’t ai la lune chiere
Qui cel biau vis vos enlumine. » (Escoufle, v. 4040-4049)

6Il s’agit là de dialogues illustratifs qui signifient la relation amoureuse sans la mettre en scène. Ce sont essentiellement des dialogues phatiques : les retrouvailles des amants dans la Châtelaine de Vergy ou la première rencontre entre Ille et Galeron (v. 937-947), dans laquelle seul la demande de congé finale est rapportée, comme si les amoureux timides n’avaient pas osé se parler. Dans Eracle, le seul dialogue qui réunit Athanaïs et Paridès est le long regret qui les prend quand ils ont consommé leur amour. De même dans le Lancelot, le texte fait mention de conversations sans les rapporter :

Et lors se leverent antre la reine et Galehot et la dame de Malohaut, si apela Galehoz son compaignon et alerent antr’ax quatre parlant mout longuement tant que il vindrent au chief des aubroisiaus. et lors si s’asistrent ; et mostra la reine a Lancelot la dame qui maint jor l’avoit aü an sa prison ; si an fu mout hontous ; et li dist la reine tot an riant que cest larrecin li avoit il celé. Illuec demorerent grant piece, ne onques ne tindrent plait ne parole fors de baisier et d’acoler, comme cil qui volantiers lo faisoient. [...] Et an tel maniere en parloient totes les nuiz ansanble antr’aus quatre sanz parole d’autre deduit. (Lancelot, p. 910)

7Les conversations amoureuses s’arrêtent quand commence un autre jeu auquel seul sied le silence. L’annonce par la reine qu’elle savait que Lancelot avait été le prisonnier de la dame de Malehaut est rapportée parce qu’elle permet de relier entre eux les épisodes précédents, sa fonction de cohésion du texte l’emporte. En revanche, la conversation nocturne entre époux est présente dans presque tous les textes de ce corpus, essentiellement pour les chantages auxquels elle donne lieu. Si les amoureux bavardent peu, ils préfèrent souvent s’épancher sur le giron d’un confident. La dame de Malehaut explique à Guenièvre l’intérêt d’avoir un confident pour soulager son cœur :

« Il est voirs que li chevaliers vos aimme, si lo set Galehoz, et des or mais s’an deporteront li uns a l’autre an quel que terre que il soient, car ci ne seront il mies longuement. Et vos remanroiz tote seule, se no savra dame que vos, si n’avroiz cui descovrir vostre penser, si porterez ansi tote sole lo fais. Mais s’il vos plaist que ge fusse qarte an la compaignie, si nos solacerions antre nos dames autresi com antr’aus deus feroient, si an fussiez plus a aise. » (Ibid., p. 902)

8Ces confidences créent entre deux personnages un lien d’amitié dont la solidité semble extrême :

« Dame, fait ele, que diriez vos ? Ge ferai qanque vos voudroiz outreement por si haute compaignie avoir.
– An non Dieu, fait la reine, et vos l’avroiz, car meillor compaignie de vos ne porroie ge mies avoir, ancor fust ele plus riche. Mais ge ne me porrai ja mais consirrer de vos puis que ge vos avrai acointiee, car puis que je ancommanz a amer, nule riens n’aimme plus de moi. » [...]
Ensi parolent mout longuement antr’eles deus, si font mout grant joie de lor novel acointement. (Ibid., p. 902)

  • 7 Le Nan F., Le Secret dans la littérature arthurienne (1150-1250) : du lexique au motif, Paris, Cha (...)

9Les confidents, comme l’a montré Frédérique Le Nan dans sa thèse sur le secret, « soulagent [les détenteurs des secrets] de l’extraordinaire tension qu’ils infligent7. » Leur rôle primordial explique l’importance de ces « secrétaires », dépositaires du secret, qui comme Brangien dans les romans de Tristan, doublent le héros et sont choisis pour leur ressemblance avec lui. Alors que tout secret est tension vers la révélation à celui à qui il ne doit pas être dévoilé, que F. Le Nan nomme, à la suite d’Andras Zempleni, destinataire du secret, les dépositaires rendent possible une communication imaginaire :

  • 8 Zempleni A., « La Chaîne du secret », Nouvelle revue de psychanalyse, Paris, Gallimard, 1976, p. 3 (...)

Le choix du dépositaire n’est pas déterminé seulement par la garantie qu’il offre à A de ne pas révéler son secret à C. [...] Le dépositaire intime est choisi de préférence à proximité physique ou psychique du destinataire car le sujet ne lui demande pas seulement de le « soulager » de la tension de son refus et de conserver son secret. Il lui demande aussi de le « partager » c’est-à-dire de l’étayer, de l’élaborer, de le soutenir de ses propres souhaits de séparation – et par conséquent de révélation – à l’adresse du destinataire8.

10Deux groupes se forment alors : les initiés et le vulgus. La confidence est d’abord séparation, exclusion. Ces relations subtiles sont riches de développements dramatiques, dont la Châtelaine de Vergy peut fournir un exemple : en se faisant de force le dépositaire du secret du chevalier et de sa nièce, le duc enclenche « l’incessant mouvement » du secret vers son destinataire.

11Cependant, si le mécanisme de la confidence est fort bien décrit par les romans, le contenu de ces confidences est rarement rapporté dans les dialogues, ceux-ci sont en général constitués d’actes de langage déclaratifs par lesquels les personnages s’engagent l’un envers l’autre. Une fois leur engagement scellé, le dialogue se poursuit sur un autre mode discursif : Galehaut et Lancelot « se couchent anbedui an un lit et parolent de ce tote nuit don lor cuer sont tot a aise. » (ibid., 898). Il faut lire Guillaume de Lorris pour connaître le contenu de ces douces confidences :

« Li autres biens est douz parlers
Qui a fait a mainz bachelers
Et a maintes dames secors,
Car chascun qui de ses amors
Ot parler, tout s’en esbaudist. [...]
Or te lo et vueil que tu quieres
Un compaignon sage et celant,
Cui tu dies tout ton talant
Et descuevre tout ton corage.
Cil te fera grant avantage
Quant ti mal t’angoisseront fort.
Tu iras a lui par confort
Et parlerez endui ensemble
De la bele qui ton cuer emble,
De sa biaute de sa semblance
Et de sa simple contenance.
Tout ton estre li conteras
Et consoil li demanderas
Commant tu porras chose faire
Qui a ta mie puisse plaire. » (Le Roman de la Rose, v. 2669-2698)

12Une telle intimité est interdite aux héros du Tristan : ni Palamède, ni Kahedin, ni Lamorat plus tard ne peuvent communiquer leur impossible amour. Quand Kahedin laisse s’exprimer sa peine, c’est dans la solitude et, comme l’a montré Christine Ferlampin-Acher, ces aveux constituent un signe pathologique :

  • 9 Ferlampin Ch., « Les Dialogues dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles Recherch (...)

Ainsi le soliloque poétique d’un Kahedin miné par son être intime conduit à la mort. Le monologue n’est pas simplement l’absence d’un interlocuteur : c’est plus tragiquement une distorsion entre le schéma de communication supposé et celui qui a lieu effectivement. Kahedin dans la scène nocturne ne se croit pas écouté, mais il découvre sa première erreur, à savoir que Palamède l’a entendu, puis sa seconde, puisqu’il s’aperçoit ensuite que Lancelot était aussi présent9.

13Ce jeu sur les destinataires corrompt profondément le principe même du monologue. Celui-ci est en apparence dans la lignée des grands discours psychologiques du roman en vers. En réalité, il est une distorsion mortifère de la chaîne dialogale. De même, Tristan ne peut avouer à Lancelot dont il découvre l’amitié, l’étendue de sa souffrance amoureuse. Voyant le sujet devenir dangereux pour lui-même, celui-ci change en effet soigneusement de thème de conversation, alors qu’il l’avait lui-même proposé :

Et quant il ont grant pieche esté en tel guise sans mot dire, Lanselos conmence adonc a parler et dist :
« Mesire Tristran, que vous samble d’Amours ?
– [...] Et par ce puis je dire tout vraiement que nous avom entre vous et moi tout le tans d’amours et quanque on em puet avoir, mais ce est en mout diverse maniere, quant je en ai toutes les dolours et tous les maus plainnement, et vous en avés entierement toutes les joies et tous les biens. »
Quant Lanselos entent cheste parole, il est tant esbahis durement k’il ne set k’il doie respondre, car par ce set il bien vraiement que mesire Tristrans set nouveles du fait de lui et de la roïne Genievre. A chief de pieche, il respont a monsigneur Tristran et dist :
« Sire, or laissom, se il vous plaist, chest parlement atant. Assés en avom ore parlé… »
(Tristan3, 260, l. 22-25 ; 261, l. 1-7)

14C’est en cela peut-être que le Tristan présente un monde plus noir que le début du Lancelot en prose retenu dans le corpus. Les personnages ne peuvent guère y nouer des amitiés parfaitement sincères, alors que le Lancelot présente une société somme toute équilibrée dans laquelle des relations confiantes et détachées de tout péché peuvent s’établir.

  • 10 Yvain, v. 1792-1793.

15Les autres thèmes de conversations sont diversement développés. La plupart des conversations portent sur les personnages eux-mêmes, que l’on cherche à mieux connaître ou à mieux comprendre. On discutera soit de l’identité d’un individu (conversation ontologique), soit de son comportement, de ses faits et gestes (conversation circonstancielle). Qui est cet individu ? Quels sont ses pouvoirs ? Quel est son statut dans le cadre donné par l’histoire ? Laudine veut « del chevalier demander / Le non, l’estrë et le lingnage10. » La question revient comme un leitmotiv de pages en pages :

« Dame, fait li rois, puis que remanoir ne volez, dont mout me poisse, dites moi qui vos iestes et comment vos avez non, car gel savroie mout volentiers. » (Lancelot, p. 428)

[La roïne] fist a l’endemain bien matin venir Kahedin devant li et li conmenche mout durement a proiier k’il li desist ki il estoit. (Tristan 1, 94, l. 2-3)

16De même les questions circonstancielles occupent aussi une place importantes : les personnages s’interrogent sur le sens de tel ou tel comportement, se font des reproches, s’encouragent vers la vertu :

La dame de Saint-Gilles interroge Aélis sur la raison de ses pleurs.
Fait ele : « Ma bele, comment ? A vos nus fait ne dit ne lait ?
– Nennil voir, mais je me deshait.
– Por coi ? […] » (Escoufle, v. 7314-7317)

Keu se met à jouer du cor pour sortir le roi Arthur de sa torpeur :
Li rois tressaut por lo son del cor qu’il ot oï, si demanda a monseignor Gauvain, qu’il vit ester devant lui, que ce estoit.
« Mais ce que a esté, sire, fait messires Gauvains, que vos avez tant pensé qu’il n’est nus qui nel taigne a trop grant mal. » (Lancelot, p. 386)

  • 11 Zeraffa M., « article Le Roman », Beaumarchais J. P. de ; Couty D. et Rey A., Dictionnaire des Lit (...)

17La plupart des dialogues visent donc à interroger les actions des personnages et à les intégrer dans une logique humaine et narrative. Essentiels pour la constitution d’un effet de réel et pour la cohérence du récit, ils permettent de motiver les faits et les gestes des personnages et de les soustraire à tout arbitraire narratif. On touche ici la nature même du récit romanesque, qui en fait le lieu où les questions essentielles sont posées, où l’on interroge la notion d’individu et sa place au milieu des autres : les personnages sont confrontés à des individus différents qui peinent à entrer dans le cadre policé que la société leur destine et qui obligent le groupe à s’interroger sur leur identité et sur leur relation aux autres. Il « montre des êtres en train de s’accomplir », pose la question de « l’individu, qui loin d’impliquer une séparation du social, indique le sentiment que l’on est singulier dans un groupe où l’on est intégré11. » Ainsi dans notre corpus, cette « relation dialectique entre “un” et “nous” » est au centre des récits par l’intermédiaire de questions sur l’identité et le devenir des personnages.

18En dehors des thématiques de l’amour et de l’identité, les autres sujet de conversation, religion, politique, vie matérielle etc. sont plus en retrait. Les questions religieuses, pour commencer, sont peu représentées (elles ne dépassent pas 5 % des conversations) sauf dans Éracle (10 %) où le héros, futur saint, se caractérise par un discours empreint de prosélytisme. Dans les autres romans, cette thématique, sans faire l’objet d’une conversation isolée, vient souvent clore une conversation ontologique ou circonstancielle. Ainsi, quand Blaise interroge la future mère de Merlin pour essayer de comprendre pourquoi tant de malheurs se sont abattus sur sa famille, il termine en lui rappelant qu’avoir confiance en Dieu est un devoir (Merlin, chapitre 3). De même, le moine Adragai le Brun qui rencontre la reine Hélène, devenue religieuse, en pleurs lui rappelle, après s’être renseigné sur l’origine de son chagrin, qu’un tel deuil n’est pas convenable. (Lancelot, p. 164-168) ; le prud’homme qui explique à Arthur le sens de son rêve lui enseigne en même temps ses devoirs de roi et de suzerain. Les questions religieuses ne sont pas séparées des autres questions ontologiques ou même politiques. En dehors des confessions proprement dites qui se limitent en général à une simple mention en discours narrativisé, elles donnent lieu à des dialogues développés sur le modèle d’un enseignement.

19La politique, la guerre et, dans les textes arthuriens, les affrontements privés entre chevaliers constituent le principal sujet de conversation des personnages (plus de 40 % dans le Lancelot, Tristan, Merlin, Ille et Galeron...) : déclarations de guerre, défis, préparations stratégiques, harangues, sarcasmes, redditions. Les personnages sont intégrés au monde de l’action, ils y participent les armes à la main pour se mesurer aux autres, apporter la paix ou rétablir la justice. Selon les cas, ces dialogues rassemblent une grande quantité de locuteurs groupés dans une voix collective ou chorale, ou se limitent à un dilogue. La guerre ne représente cependant qu’un aspect des préoccupations politiques qui englobent naturellement des questions plus pacifiques. Dans l’Escoufle par exemple, les problèmes de gestion et de sauvegarde du fief occupent les deux tiers des conversations politiques.

  • 12 D’après le titre de l’article d’E. Baumgartner, « compiler / accomplir », J. Dufournet (dir.), op. (...)

20Dans le Tristan, commenter et accomplir12 des exploits sont deux activités qui se complètent dans le modèle de vie courtoise présenté. Les chevaliers, dès qu’ils ont un moment, se racontent les aventures qu’ils viennent de vivre : « En tel maniere s’en vont au travers de la forest, parlant de pluiseurs aventures et de ce qu’il avoient veü celui soir u tournoiement » (Tristan 2, 134, l. 10-11) ; « Quant il se sont un poi soulagié de parler et de conter aventures, il mengüent et aprés se firent armer. » (Tristan 2, 170, l. 31-32). Ces récits donnent lieu à des débats plus ou moins houleux sur les mérites comparés des meilleurs. Il s’agit ainsi de donner forme et contenu à la renommée qui décerne le pris et le los de chacun. Les personnages ne se contentent pas d’agir, ils se racontent leurs actions au point que, bien des fois, le récit d’une aventure remplace l’aventure elle-même.

  • 13 C’est ce que M. Accarie appelle « la tentation du réalisme » qui cependant n’est guère développée. (...)

21La part des conversations portant sur les realia, nécessités matérielles de la vie, varie extrêmement selon les textes et toute analyse générale est malaisée. La vie des personnages des textes médiévaux est rarement quotidienne et s’ils sont confrontés à des problèmes matériels, c’est le plus souvent dans le cadre d’une situation exceptionnelle. Préparer ses affaires est avant tout synonyme de rupture : fuir son pays, sa famille, sa cité sur le point d’être attaquée, la femme que l’on aime, partir en pèlerinage, en croisade... La banalité du quotidien n’est pas le sujet de ces textes. Ces conversations donnent lieu à des dialogues brefs inscrits dans une relation sociale hiérarchisée où un supérieur parle à un inférieur. Les textes les plus anciens13 s’intéressent peu à ces questions : les personnages ne se posent guère la question de savoir s’ils peuvent manger ou dormir. Le fait de trouver un abri pour la nuit prend de l’importance dans les textes arthuriens qui n’hésitent pas à mettre en scène les pauses dans l’errance ou à évoquer les problèmes d’itinéraire. Ces questions culminent dans l’Escoufle où 20 % des conversations portent sur ce sujet. Les voyages d’Ille et Galeron ne sont jamais l’objet de préoccupations matérielles, alors que l’errance de Guillaume et d’Aélis est l’occasion de préparatifs minutieux et de soins réguliers. Dans les textes courts, ces éléments peuvent prendre encore plus d’ampleur sans qu’il faille pour autant chercher à cela une grande signification vu le petit nombre total de dialogues. Ils ont dans le Chevalier à l’épée, une véritable importance narrative (33 % des conversations) : tous les ordres, les recommandations que fait le seigneur à ses serviteurs et à son hôte concernent le bon ordonnancement des repas ou du coucher. Cette insistance n’est cependant que le signe de la perversion du motif du « bon vavasseur » et annonce l’épreuve à venir et son enjeu : les capacités de « consommation » de Gauvain.

22Les conversations phatiques où les personnages s’accueillent ou se séparent sont peu nombreuses et rarement autonomes. Le plus souvent, ce rituel, quand il est présent, encadre d’une ligne ou deux les conversations portant sur d’autres thématiques. Quand il est isolé, il prend une importance pathétique et signale un grand tournant dramatique. Ces cas sont rares et ce type de conversation ne dépasse guère les 5 % sauf dans l’Escoufle où près de 20 % des conversations consistent en ces déclarations de bienvenue ou d’adieu qui donnent lieu à chaque fois à des proclamations d’amour et génèrent de fortes émotions.

Les changements de sujet

23Les conversations sont le plus souvent mono-thématiques à l’exception, comme nous l’avons souligné, des thèmes religieux. Les dialogues littéraires s’écartent des conversations réelles dans lesquelles un délai interne institue le temps nécessaire aux échanges phatiques avant d’aborder la séquence transactionnelle proprement dite. André Le Chapelain avait déjà relevé l’importance de laisser passer du temps avant d’aborder les questions essentielles.

  • 14 André le Chapelain, Buridant C. (trad), op. cit., p. 54.

Quand l’homme a salué la femme, il doit laisser s’écouler un certain temps afin que celle-ci, si elle le veut, parle d’abord. Et si elle commence la conversation, tu as de bonnes raisons de te réjouir si tu n’es pas un brillant causeur, car ce qu’elle dit va te fournir une ample matière pour continuer l’entretien. [...] Mais si la femme tarde trop à commencer de parler, après un laps de temps raisonnable, entame adroitement la conversation14. (De Amore, dialogue A, l. 22-24)

24Peu de prolégomènes dans les dialogues romanesques, les personnages ne perdent pas de temps même s’ils accompagnent parfois leurs requêtes ou leurs informations délicates d’un énoncé préliminaire destiné à attirer l’attention ou la bienveillance de leur interlocuteur.

25Les textes arthuriens en prose diffèrent quelque peu sur ce point, les scènes amicales y donnent souvent lieu à une conversation lâche où les sujets semblent s’enchaîner à bâtons rompus. Ainsi les conversations sont-elles brutalement réorientées et restructurées par des formules de transition qui marquent des ruptures thématiques franches, que ce soit le narrateur qui le souligne :

Tant proie li chevaliers a monsigneur Tristan qu’il li otroie k’il herbergera avoeuc lui. Et lors se metent en autres paroles. (Tristan 2, 97, l. 1-3)

26Ou que ce soient les personnages eux-mêmes qui le mentionnent :

Et Palamidés li redist :
« Vassal, puis que je voi apertement qu’en nule maniere du monde je ne vous porroie amener a la bataille, et je vous en quit atant ! Se je aime la roïne de Cornuaille et vous l’amés ausi, or en aviengne a cascun de nous ce que aventure l’en vaura donner ! Autre force je ne puis metre en cestui fait, ce m’est avis. Mais or me dites, se Dieus vous saut ; quel es nouveles dient il en la maison le roi Artu des boins cevaliers du monde ? En tiennent il grant parlement ? » (Tristan 1, 106, l. 1-10)

  • 15 Par exemple, Tristan 2, 95, l. 20-30.

27La présence de cette formule de transition, très rare dans notre corpus, mais que l’on retrouve dans d’autres dialogues du Tristan15, est le signe que les dialogues ne sont plus exclusivement au service de l’action : les phénomènes d’interaction qui s’y révèlent prennent une valeur en eux-mêmes et ont finalement autant d’importance que les joutes et les tournois. Cependant cette liberté n’est qu’apparente : la rigueur narrative et les exigences de l’action viennent contredire cette tendance et on remarque souvent un effort visible pour maintenir la cohérence thématique. S’il y a bien glissement thématique dans les conversations du Tristan en prose, il reste limité dans la mesure où les thèmes abordés sont apparentés. Il est en effet tout naturel de passer des mérites des plus belles dames du monde à ceux des meilleurs chevaliers – d’autant plus que leurs relations amoureuses sont notoires ; d’enchaîner l’exposé des projets de Tristan avec les nouvelles qui circulent à son sujet ou avec celles des chevaliers du roi Arthur. À chaque fois, c’est de la renommée ou des prouesses à accomplir que l’on parle plus ou moins directement.

28Dans le Lancelot, les retrouvailles du jeune héros avec les demoiselles envoyées par sa mère adoptive entraînent une conversation enjouée, vite recadrée cependant par l’urgence de la lutte à mener :

Si la conoist mout bien. Et il li saut les braz estanduz, et si li dit : « Ha ! bele douce damoisele, vos seiez la bienvenue sor totes les autres damoiseles. Mais, por Deu, me dites que fait ma boene dame.
– Mout bien », fait ele. Lors lo trait a une part, si li dit que sa Dame del Lac l’anvoie a lui. « Et demain, fait ele, savroiz vostre non et lo non vostre pere. Et ce sera laïssus en cel chastel dont vos seroiz sires ainz que vespres soient sonees. » (Lancelot, p. 514)

29Alors que Lancelot est tout à la joie des retrouvailles et à celle d’avoir des nouvelles de la dame du Lac, la demoiselle se situe dans la logique inexorable de sa mission et met rapidement fin aux effusions. Avec la deuxième demoiselle, la cohérence thématique est, elle aussi, préservée. Lancelot l’interroge sur le sort de Gauvain sans qu’ils se reconnaissent. Quand elle comprend qui est son interlocuteur, elle lui explique le message que lui a confié la dame. Ces deux thèmes de conversation successifs sont liés au niveau des valeurs :

Et il s’an part et chevauche aprés la damoisele qui por monseignor Gauvain ploroit, tant que il l’ataint a l’antree de la forest. Si li demande que por Deu li die de monseignor Gauvain novelles.
« Ges vos dirai, fait ele, que gaires peiors ne pueent estre, car il est soi disoimes de compaignons en la prison a celui qui a esté sires de la Dolereuse Garde.
– Ha ! damoisele, fait il, puis que tant m’en avez dit, dites moi o cele prisons est. » Et cele lo regarde, si li dit :
« Ostez vostre hiaume, si vos verrai. »
Et il l’oste. Et ele li cort les braz tanduz. Et il la conoist, si voit que ce est une damoisele qui est a sa Dame del Lac, si li fait mout grant joie. Et ele li conte que sa dame l’avoit a lui envoiee por une chose qu’ele avoit obliee a dire a l’autre pucele qui avant vint.
« Mais l’an me dist, fait ele, la ou messires Gauvains est pris, que vos gissiez morz en la Garde Dolereuse et por ce n’i vos ge onques antrer, car ge ne la pooie neïs veoir.
– Quele, fait il, fu la chose que ma dame m’oblia a mander ?
– Ce fu, fait ele, que vos ne metoiz ja vostre cuer en amor qui vos face aparecir mais amander, car cuers qui por amor devient pareceus ne puet a haute chose ataindre, car il n’osse. Mais cil qui tozjorz bee a amender peut ataindre a hautes choses, autresin com il les ose anprandre. »
Et il li redist :
« Messire Gauvains, bele douce amie, o est il em prison ?
– Ge vos i manrai », fait ele. (Ibid., p. 556)

30Au moment où Lancelot hésite à placer sa vie sous la domination d’un amour interdit, le conseil de la dame du Lac vient emporter sa décision. Le retour à son premier sujet de conversation n’est pas, comme il le semblerait, un changement de thème, mais au contraire la mise en application de cette décision et de ce conseil. Loin d’être décousue, cette conversation possède donc une véritable cohérence : elle marque l’approfondissement de son choix chevaleresque et amoureux.

Le but des conversations

31Le langage est aujourd’hui interprété non comme un outil d’expression mais de communication. On parle pour agir sur et avec autrui. Parler est un acte qui, comme les autres actes que nous accomplissons, correspond à une visée de notre volonté, ce que les linguistes appellent le but de la conversation. Si la plupart des analystes en interaction insistent sur le fait que le but est ce qui structure une conversation, peu se risquent à en proposer une liste ou une typologie tant ce recensement est difficile. Dans les textes littéraires, il convient de distinguer la fonction du dialogue dans l’économie de la narration et le but que les personnages se donnent dans une conversation. C’est le narrateur qui détermine comment le dialogue fait avancer l’action (en délivrant des informations, en engageant les personnages les uns par rapport aux autres.) mais, au niveau de la diégèse, chaque personnage « prend la parole » dans un but précis :

  • 16 Coltier D., « Introduction aux paroles de personnages : fonctions et fonctionnement », Pratiques, (...)

L’apparence de réalité que donne le discours rapporté semble bien être dans beaucoup de ses utilisations, l’effet d’une finalisation : des mises en scène habiles justifient son introduction à plusieurs niveaux. Les auteurs apportent des raisons à la prise de parole : le récit répond à la question « Pour quoi, dans quel but le personnage X prend-il la parole ? » La recherche d’informations, la réaction à un événement, la volonté (ou la nécessité) d’agir ou de faire agir, constituent, entre autres, des raisons vraisemblablisantes16.

  • 17 Rychner J., La Narration des sentiments et des discours dans quelques œuvres des xiie et xiiie siè (...)

32Jean Rychner a finement montré comment les prises de parole dans les textes étaient l’aboutissement de tout un processus sensitif et psychologique qui insère la parole dans une démarche humaine logique : ces déclencheurs de l’événement parole dans l’action prennent dans le co-texte la forme d’un protocole régulier. En effet, les affects qui entraînent la prise de parole se traduisent par des formules sémantiques conventionnelles qui fonctionnent comme un seuil ouvrant. Jean Rychner en distingue six sortes17 qu’il classe en syntagmes selon la manière dont ils combinent une perception (le plus souvent visuelle) avec une réaction psychologique et débouchent sur une action du sujet, un geste ou une parole. Le déroulement rigoureux de ces syntagmes permet d’intégrer la parole à une trame psychologique vraisemblablisante qui en fait la conséquence d’une perception. Les personnages prennent la parole sous le coup d’une émotion (surprise, colère, émerveillement…). Parler est d’abord une réaction.

33Dans un dialogue littéraire, le but correspond à ce que le narrateur impose aux personnages et il est rare que soient mises en scène des ambiguïtés. Les personnages acceptent en général la direction que donne à la conversation le premier locuteur. Dans l’Escoufle, Jean Renart utilise toutefois cette polémique pour retarder le récit de Guillaume et faire monter la tension avant la révélation finale. Alléchés par le récit de l’étrange conduite du jeune homme rapportée par le fauconnier, le comte et la comtesse demandent à celui-ci d’aller le chercher pour pouvoir l’écouter. Il est clair que pour eux l’intérêt de cette conversation réside dans la possibilité de se divertir en écoutant un récit de « merveille ». En revanche, quand Guillaume vient se présenter, il est persuadé qu’il va rencontrer son futur maître et non pas raconter sa vie. Le début de la conversation ne le détrompe pas :

« Sire, bone nuit et bon soir,
Fait il, vous doinst Diex et ma dame.
[...] – Bone aventure vous doinst Dex,
Fait li cuens, biaus amis, biaus frere. »
Puis li demande dont il ere,
Et se ses pere ert gentils hom.
« Sire, en ma terre le dist hom
K’il fu chevaliers. – Bien puet estre,
Fait li cuens, qu’al vis et a l’estre
L’en portés vous ml’t bon tesmoing. »
[...] Li cuens l’aime tant et prise
Qu’il le retient lués esraument
Et se li prie doucement
K’il li die la verité
Dont cist mautalent ot esté
Pour qu’il avoit le cuer mangié
De l’escoufle. Lors prant congié
Par mautalent, puis s’est levés. (Escoufle, v. 7368-7393)

34L’interrogatoire auquel le comte soumet Guillaume pour commencer la conversation peut renvoyer à une possible embauche et ne lève pas l’ambiguïté quant aux buts de l’interaction. C’est quand il voit que la conversation tend à faire de lui une bête de foire que Guillaume se met en colère. Il faut que le comte lui promette une forte somme d’argent pour qu’il accepte de livrer son secret. Pour Guillaume, le but de la conversation est en dehors d’elle-même : il cherche du travail, elle lui est simplement utile pour arriver à ses fins. Pour la mesnie du comte, le but est de passer du bon temps. La conversation vaut par elle-même comme divertissement.

  • 18 Voir infra p. 244.

35Nous distinguerons les conversations à finalité externe où l’objectif est d’agir dans les affaires du monde et les conversations à finalité interne où ce qui importe est le plaisir d’être ensemble, de parler pour créer des liens. Dans les textes de ce corpus, la première catégorie est la plus représentée : les conversations des personnages sont essentiellement orientées vers l’action tant par leurs thèmes, où guerre et politique dominent, que par leur but. Qu’il s’agisse de requête, d’ordre ou de demande d’information, ce qui pousse les personnages à prendre la parole est essentiellement la nécessité d’agir dans le monde et de faire agir autrui. Ceci explique l’abondance des structures fondamentales d’échange : [question / réponse] ; ou [ordre-requête / acquiescement]18.

  • 19 Tristan 2, 89, l. 11.

36Petit à petit cependant sont mises en scène des conversations à finalité interne dont le seul but est d’apporter un divertissement plaisant aux personnages qui y participent mais elles sont souvent mises en retrait par le discours narrativisé : ainsi Gauvain et Tristan conversent tranquillement « de joie et de soulas, d’aventures et de merveilles19... » sans que nous sachions ce qu’ils se disent. Il faut attendre les grands romans arthuriens en prose, en particulier le Tristan, pour que le bavardage amical accède parfois au dialogue. L’un des centres d’intérêt du roman se déplace aux dialogues eux-mêmes, ou, plus précisément : des conversations, qui jusqu’ici n’étaient pas considérées comme dignes d’un intérêt dramatique, accèdent au statut de discours rapporté car elles jouent un rôle au niveau idéologique et émotif. Dans cette œuvre, on voit que toute conversation peut devenir objet d’intérêt, même un temps d’amusement après repas, de sorte qu’un niveau de subtilité supplémentaire est offert aux personnages pour développer leur psychologie.

37Les conversations à finalité interne peuvent recevoir un rôle important dans la narration et influencer l’évolution des personnages, comme dans cet extrait du Lancelot :

Et qant li rois les voit venir, si demande dont il vienent.
« Sire, fait Galehoz, nos venons de veoir ces prez a si poi de compaignie comme vos veez. »
Lors s’asient et parolent de maintes choses, si sont antre la reine et Galehot mout a aise. (Lancelot, p. 898)

38Cette conversation amicale à la cour d’Arthur peut être séparée en deux temps : tout d’abord, Arthur interroge Galehaut et la reine sur leurs activités à leur retour du pré aux arbrisseaux où ils ont rencontré Lancelot ; ensuite la conversation s’étend sur des sujets divers sans autre but que le plaisir de parler ensemble. Pour le roi, il n’y aucune différence entre ces deux moments, et on peut penser que la question qu’il pose au début de la conversation n’a qu’une importance phatique. Pour les autres personnages en revanche, la première partie débouche sur un mensonge qui vient ajouter la duplicité à un début d’adultère, alors que la fin de la conversation est plus innocente. Ces deux parties du dialogue n’ont donc pas la même valeur narrative puisque les personnages ne s’y engagent pas de la même manière. La première partie est donnée essentiellement en discours direct parce que affirmer comme le fait Galehaut qu’il ne s’est rien passé d’important, c’est s’engager encore un peu plus loin dans le péché. On comprend donc que ce passage soit mis en valeur. En revanche, la deuxième partie, plus anodine, n’a pas de sens particulier dans l’évolution des personnages, elle est donnée en discours narrativisé.

39Les textes de ce corpus, essentiellement chevaleresques, se caractérisent donc par la grande importance des thèmes guerriers qui jalonnent la progression d’un individu face au groupe aristocratique qu’il cherche à intégrer. Les relations entre ces deux entités s’expriment dans toutes les conversations ontologiques ou circonstancielles par lesquelles le groupe s’interroge sur les gestes et le statut de celui qui se situe momentanément en marge d’eux. Mais en développant des conversations à finalité interne, qui jusqu’alors ne dépassaient le niveau du discours narrativisé, les narrateurs peuvent mettre en place une plus grande variété de tons et de sujets. Le bavardage amical par lequel se délassent les chevaliers du Tristan ou les membres de la cour d’Arthur dans le Lancelot entraîne l’apparition de conversations aux thèmes multiples. Leur fréquence tout au long d’un cycle romanesque long et complexe crée entre elles des phénomènes d’écho, par lesquelles elles se renforcent, se citent, ou se contredisent…

Notes

1 Tristan 2, 167, l. 31 et Tristan 1, 17, l. 1.

2 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, Méla C. (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1990.

3 Voir aussi ces vers du roman de Gliglois, Chênerie M.-L. (éd.), Paris, Champion, 2003.

Sour un lit sont assiz auz trois La roïne fu deviers destre Et Biautéz si fu a senestre ; Entre lez deux s’assist Gavains. Onques n’i ot parlé de sainz

Ne que cascun fist en sa vie, mais d’amourz, de cevalerie. (Gliglois, v. 232-238)

4 Ménard Ph., « La déclaration amoureuse dans la littérature arthurienne au xiie siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale, n° 13, 1970, 1, p. 33-42. Marchello-Nizia Ch., « L’invention du dialogue amoureux : le masque d’une différence », Oillier M.-L. (dir), Masques et déguisements dans la société médiévale, Montréal, Paris, Presses de l’université de Montréal, Vrin, 1988, p. 223-231 ; « Une nouvelle poétique du discours direct : le Tristan et Yseut de Thomas », Perret M. (éd.), « Linguistique de l’énonciation. Approche diachronique », Linx, n° 32, 1995, p. 161-171. Arambaru F., Desprès C., Benito J., « La déclaration amoureuse dans la littérature médiévale », Bien dire et bien aprandre, n° 15, 1996, p. 71-94.

5 Merlin, 52, l. 37 et 72, l. 15-55.

6 André le Chapelain, op. cit., p. 54.

7 Le Nan F., Le Secret dans la littérature arthurienne (1150-1250) : du lexique au motif, Paris, Champion, 2002, p. 90.

8 Zempleni A., « La Chaîne du secret », Nouvelle revue de psychanalyse, Paris, Gallimard, 1976, p. 313-324, cité dans Le Nan F., op. cit., p. 88.

9 Ferlampin Ch., « Les Dialogues dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles Recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990, p. 107.

10 Yvain, v. 1792-1793.

11 Zeraffa M., « article Le Roman », Beaumarchais J. P. de ; Couty D. et Rey A., Dictionnaire des Littératures de Langue Française, Paris, Bordas, 1984, p. 1794.

12 D’après le titre de l’article d’E. Baumgartner, « compiler / accomplir », J. Dufournet (dir.), op. cit. p. 33-50.

13 C’est ce que M. Accarie appelle « la tentation du réalisme » qui cependant n’est guère développée. Voir son article « Vérité du récit ou récit de la vérité, le problème du réalisme dans la littérature médiévale » Razo, n° 15, 1998, p. 5-34.

14 André le Chapelain, Buridant C. (trad), op. cit., p. 54.

15 Par exemple, Tristan 2, 95, l. 20-30.

16 Coltier D., « Introduction aux paroles de personnages : fonctions et fonctionnement », Pratiques, n° 64, décembre 1989, p. 89.

17 Rychner J., La Narration des sentiments et des discours dans quelques œuvres des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1990.

18 Voir infra p. 244.

19 Tristan 2, 89, l. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search