Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Première partie. La contextualisation des dialogues

Chapitre II. Le cadre participatif

Texte intégral

  • 1 Lancelot, p. 900.

1« Com est bone conpaignie de quatre1  ! » affirme la dame de Malehaut face à une reine Guenièvre interloquée, et de lui expliquer l’importance des confidences complices entre femmes et la difficulté de cacher des secrets… autant d’éléments que les analystes relieraient au cadre participatif des conversations, c’est-à-dire à l’influence qu’ont sur le contenu et le déroulement de la conversation le nombre et la nature des participants. Auditeurs indiscrets ou fortes personnalités, tous ceux qui s’approchent des locuteurs marquent de leur présence le dialogue, tant du point de vue de leur qualité identitaire que de leur répartition numérique.

2Les personnages des romans médiévaux possèdent un certain nombre de caractéristiques langagières traditionnelles : la plus évidente est celle qui les répartit sexuellement selon leur capacité à parler.

  • 2 Soriano M., Les Contes de Perrault : culture savante et tradition populaire, Paris, Gallimard, Tel (...)

La virilité serait associée au manque d’éloquence ou au mutisme, la féminité au bavardage ; la véritable éloquence étant l’apanage d’êtres au sexe contesté ou encore mal affirmé, les « féminoïdes »2.

  • 3 Voir entre autres, Roussel C., « La Catégorie du personnage dans la littérature médiévale », Reute (...)

3De nombreuses études3 ont déjà montré que les femmes sont dotées d’une véritable assurance, qui leur permet d’être toujours à leur aise dans leur usage de la parole, voire de manipuler à leur profit les hommes. Les rares enfants sont des pueri senes dotés d’une parole sage et persuasive qui provoque l’étonnement de leurs auditeurs. Les vieillards, les ermites sont eux aussi éloquents et riches de conseils vertueux. Les hommes sauvages, situés en dehors de la société, ont une parole impertinente voire carnavalesque. De leur côté, les hommes, parmi lesquels on privilégie la caste la plus nobles des combattants, sont les moins bien lotis sous le rapport de la parole, les plus jeunes en particulier, Lancelot, comme avant lui Alexandre, Cligès ou Perceval, sont souvent maladroits en parole et préfèrent régulièrement le silence des armes aux joutes verbales.

4Nous limiterons cependant notre étude des personnages dans leur rapport au dialogue à son aspect quantitatif. Les écrivains établissent des effets dramatiques subtils en jouant sur le nombre de participants à une conversation et montrent ainsi une véritable réflexion sur les règles sociales régissant les initiatives conversationnelles et sur les rapports de force au sein des groupes de locuteurs. La présence ou l’absence de témoins, écoutant plus ou moins visiblement des conversations qui leur sont plus ou moins adressées, permet un véritable feuilletage des effets perlocutoires des propos tenus. À travers la diversité des situations de parole possibles, ils décrivent une société communautariste où la parole des uns est toujours un spectacle offert aux autres. Cette volonté de mettre en scène une société complexe leur pose des défis stylistiques pour lesquels ils inventent des solutions techniques variées. Ils s’efforcent ainsi d’écrire des scènes de plus en plus complexes où un nombre toujours accru de locuteurs débat de questions diverses, tout en essayant de donner à chaque individu la place qu’il mérite.

Les participants à la conversation

5Les analystes de la conversation se sont beaucoup interrogés sur la notion de participant qui est moins simple qu’il n’y paraît, tant les situations dans la vie courante sont variées. Participent certes tous ceux qui parlent, toutefois ceux qui se taisent alentour peuvent avoir aussi une importance fondamentale.

6Longtemps le modèle d’analyse scientifique de la conversation était un modèle dyadique où un « je » dialoguait avec un « tu ». Ce modèle apparaît désormais limité même pour les conversations à deux et évidemment plus encore pour les « trilogues » ou « polylogues ». Une conversation à deux locuteurs, un « dilogue », peut parfois cacher d’autres participants et dans les conversations où plusieurs personnages parlent, le statut de chacun n’est pas forcément aisé à déterminer. Il importe donc d’analyser précisément ce qui détermine ou non la participation d’un individu à une conversation, le critère de la prise de parole étant insuffisant.

7Pour Goffman, participent tous ceux qui se trouvent à proximité d’une conversation, en ce que leur présence influe de manière directe sur le contenu des conversations :

  • 4 Goffman E., Façons de parler, 1981, traduit par A. KIHM, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 9.

Chaque fois qu’un mot est prononcé, tous ceux qui se trouvent à portée de l’événement possèdent, par rapport à lui, un certain statut de participation. La codification de ces diverses positions et la spécialisation normative de ce qui est une conduite convenable au sein de chacune constituent un arrière-plan essentiel pour l’analyse de l’interaction – dans notre société comme (je suppose) dans toute autre4.

8Dans un dialogue littéraire, les choses peuvent sembler plus simples et l’on est facilement enclin à penser que seuls les personnages qui ont des répliques mentionnées participent. En fait un certain nombre d’exemples montrent que les auteurs médiévaux sont bien conscients de toutes les subtilités en jeu dans les conversations. Ils inventent de nombreuses situations dramatiques originales où la communication en apparence dyadique se voit compliquée par d’autres personnages, visibles ou non.

9Selon Goffman, en dehors des conversations à deux qui se tiennent dans un lieu isolé et privé, toutes les conversations peuvent avoir un nombre important de participants. Mais si toutes les personnes présentes dans l’espace où a lieu une conversation sont considérées comme participant à celle-ci, toutes n’ont pas le même statut. Selon leur engagement discursif, il les classe en diverses catégories.

Les participants à une conversation

Les participants à une conversation

10Les participants ratifiés font officiellement partie des locuteurs. Dans une conversation, leur position, leurs mimiques, leurs regards… indiquent qu’ils sont engagés dans le processus de communication ; ils sont par ailleurs concernés par le message. En revanche, les « bystanders » ne sont que les témoins d’une conversation qui ne les concerne pas :

  • 5 Kerbrat -Orecchioni C., Les Interactions verbales, t. 1. Paris A. Colin, 1990, p. 86.

Corrélativement, les obligations propres aux membres de ces deux sous-classes sont exactement opposées, les participants ratifiés ayant le devoir d’écouter et de produire des signes d’intérêt, cependant que les « bystanders » doivent (feindre de) se désintéresser de ce qui se passe au sein du groupe conversationnel, auquel ils sont, pour leur part, extérieurs5.

11Les « bystanders », les témoins, se divisent en deux classes : « les overhearers » et les « eavesdroppers » selon que le locuteur a conscience ou non de leur présence. Ainsi les « overhearers » sont repérés. Il peut s’agir par exemple des personnes présentes dans un lieu public. En revanche, les « eavesdroppers » sont des « épieurs » surprenant une conversation à l’insu des interlocuteurs. Dans le Tristan de Béroul, par exemple, Marc, sur son arbre au dessus de la fontaine, se veut épieur, « eavesdropper » d’une conversation qui ne lui est pas destinée. En réalité, il est un participant non seulement ratifié et repéré, mais aussi adressé. Yvain, en revanche, grâce à la bague magique que lui a donnée Lunete, est le témoin, forcément invisible, du deuil de Laudine et des souhaits de vengeance de ses barons.

12Dans la première catégorie, celle des participants ratifiés, les partenaires de l’allocution peuvent aussi être classés en deux catégories : le destinataire auquel on s’adresse, c’est-à-dire l’allocutaire ou destinataire direct, et celui auquel on ne s’adresse pas pour le moment, destinataire indirect. Les frontières entre les différentes catégories sont floues et perméables et l’on peut être « overhearer », simple témoin, à un moment T et se retrouver destinataire direct à T+1.

  • 6 Sur l’absence d’allocutaire désigné dans la vie courante, voir Kerbrat-Orecchioni C., op. cit., p. (...)
  • 7 Durrer S., op. cit., p. 73.

13Un allocutaire est-il toujours nécessaire ? En dehors des cas strictement fictionnels6 où un locuteur « parle à son bonnet », quel est le statut des témoins dans certains actes performatifs où ils n’ont pas à intervenir ? Sylvie Durrer7 distingue deux sortes d’actes de langage qui s’opposent par le rôle des allocutaires : les actes de langage allocutifs dans lesquels les autres participants n’ont pas à répondre et les actes de langage interlocutifs où, au contraire, une réponse est attendue. Les actes de langage allocutifs comprennent toutes les déclarations « qui n’ont aucune vertu conversationnelle particulière », et n’appellent aucune réponse ni réaction langagière, comme baptiser, déclarer une séance ouverte… Les actes de langage interlocutifs en revanche appellent une réaction. Il s’agit des énoncés les plus fréquents : question appelant une réponse, assertion appelant une évaluation c’est-à-dire un acquiescement ou une réfutation.

14Les actes de langage allocutifs ne sont pas rares dans nos textes, les personnages font continuellement des serments sur les reliques ou sur les évangiles. Ces répliques solennelles ne sont pas directement adressées à l’un ou à l’autre en particulier et ne reçoivent pas de réponses. Quel est alors le statut des auditeurs dans ce type d’acte de langage ?

Et lors vienent les novelles a Claudas que li niés Pharien s’en est alez et que les anfanz avoit perduz. Et quant il l’ot, si vient a Pharien et li fait mout bele chiere et li dit que les anfanz li rande :
« Et ge vos jurerai, fait il, orandroit sor sainz que ge les garderai si que, qant il seront en aage d’estre chevaliers, ge lor rendrai lor heritage. Et se ge muir dedanz ce, ge les metrai en vostre main, et garderoiz les anfanz et la terre de Gaunes et celi de Benoyc meesmes qui lor doit estre. […] »
Lors fist Claudas aporter les sainz et jura voiant tot son barnage, que ja par lui n’avroient mal li anfant, aincois les garderoit [et] la terre et bien et leiaument tant qu’il venissent en aage. Cil lo crut par lo sairement, si monta et corrut au ferir des esperons la par ou il savoit qu’il troveroit son neveu, sel trova et an ramena les anfanz. (Lancelot, p. 110-112)

  • 8 Beaumanoir Ph. de, Coutumes de Beauvaisis, Salmon A. M. (éd.), Paris, Alphonse Picard et Fils, 189 (...)

15Seul Claudas parle dans ce dialogue qui mêle un ordre, « que les anfanz li rande », une annonce de promesse, « Et ge vos jurerai… », et la promesse proprement dite sur les évangiles. Ce serment seul est un acte allocutif, les autres propos de Claudas attendent normalement une réponse ou une réaction de l’interlocuteur, Pharien, qui ne sont pas mentionnées. Pourtant la précision « voiant tot son barnage » montre que même un acte de langage allocutif a besoin d’auditeurs témoins qui participent non en parlant mais en écoutant. Seul celui qui le prononce est engagé et s’engage par ce qu’il dit et dans ce qu’il dit, mais un auditeur doit recevoir officiellement cet engagement pour le valider. Le serment ne peut se faire que dans certaines conditions rituelles qui le valident : la présence des témoins et de Dieu, symbolisé ici par les Évangiles. Leur rôle de garant de la bonne conduite des négociations ou des procédures leur permet de donner une force exécutoire à ce qui, sans eux, ne serait que… parole. C’est un acte singulier mais qui se fait en public. Philippe de Beaumanoir insiste bien, quand il parle des serments, sur les témoins dont le rôle est de vérifier l’absence de mensonge8. Le serment suppose donc un allocutaire particulier : il n’est pas tenu de répondre – ici nulle réplique n’est mentionnée ensuite – mais il est indispensable. Le participant à une conversation peut ne pas apparaître dans le dialogue alors que sa présence est essentielle à la nature même de l’acte de langage prononcé.

L’entourage, à la fois témoin et épieur

16On ne vit pas seul au Moyen Âge, et plus les personnages sont importants, plus ils sont entourés par une cour ou par leur mesnie. Ainsi les conversations, même à deux, se déroulent en fait toujours devant des auditeurs additionnels, des « bystanders », témoins qui ne sont pas directement concernés par les propos des personnages mais dont la présence ajoute cependant une certaine tension. Souvent, par ailleurs, les locuteurs savent en jouer et transforment ces « bystanders » en destinataires indirects, comme le signalent les innombrables mentions « oiant toz ». La duchesse dans la Châtelaine de Vergy le fait pour perdre la réputation de sa rivale :

Quant les tables furent ostees,
En a la duchoise menees
Les dames en sa chambre o soi
Por eles parer en reqoi
Por venir cointes aus caroles.
Lors ne pot garder ses paroles
La duchoise, qui vit son leu,
Ainz dist ausi comme par geu :
« Chastelaine, soiez bien cointe,
Quar bel et preu avez acointe. »
Et cele respont simplement :
« Je ne sai quel acointement
Vous penssez, ma dame, por voir,
Que talent n’ai d’ami avoir
Qui ne soit del tout a l’onor
Et de moi et de mon seignor.
— Je l’otroi bien, dist la duchesse,
més vous estes bone mestresse,
Qui avez apris le mestier
Du petit chienet afetier ! »
Les dames ont oï le conte,
Més ne sevent a quoi ce monte ;
O la duchoise s’en revont
Aus caroles que fetes ont. (Vergy, v. 699-722)

  • 9 « Les lieux extrêmement fermés et privés comme les cuisines ou les salles de bain peuvent produire (...)

17Dans ces espaces de coulisse où les corps se dévoilent loin des lieux de représentation, les esprits aussi se découvrent et l’on sait que les confidences et les médisances peuvent trouver leur plein épanouissement9. Rien d’étonnant alors à ce que toutes écoutent ce qui pourrait s’annoncer très intéressant, l’irruption publique d’une parole qui avait jusque-là circulé en privé.

18Merlin sait bien utiliser le public quand il en a besoin. Après avoir fait, aux dépens d’Uter, la démonstration de ses talents aux jeunes princes, il doit travailler à gagner la confiance de leur conseil. Il explique au roi comment il va procéder :

« Et cil qui m’ont autre foiz veu vos vorront dire que je sui venuz : et si tost com l’orroiz, si faites semblant que vos en soiez liez et il vos diront que je sui molt bons devins. Et vos me demandez tot seurement quanque vostre consoil vos loera, et je vos conseillerai de toutes les choses que vos me demanderez. » (Merlin, 39, l. 60-66)

19Il doit faire ses preuves auprès du conseil en lui montrant comment il sait répondre à ses questions. Pour cela, quand le roi lui demande solennellement au nom du conseil de trouver une solution pour vaincre les Saxons, il présente une manœuvre diplomatique :

Au tiers jor si fu le consoil le roi touz assamblez. Lors mist li rois Merlin a raison de ce que il li orent dit :
« Merlins, biaus amis, je ai oï dire que vos iestes molt saiges et molt bons devins. Je vos pri et requier, por ce que je soie mais toz jorz a vostre volanté, que vos me dioiz quant je porrai cest chastel avoir et de ces Saines qui einsis sont venu en nostre terre, se je ja les en porrai chacier. » (Ibid., 40, l. 11-19)

20C’est devant tout le conseil que le roi adresse la parole à Merlin. L’emploi du verbe « mettre a raison » implique la solennité de cette prise de parole publique. De même son discours est particulièrement pompeux : « Je vos pri et requier » ; « por ce que je soie mais toz jorz a vostre volanté ». Le roi multiplie les énoncés préliminaires avant de faire sa requête. Il feint aussi de ne pas vraiment connaître les dons de Merlin : « je ai oï dire que vos iestes molt saiges et molt bons devins. » Merlin va organiser la négociation de la trêve en faisant en sorte que le conseil soit toujours tenu informé : « et li mesage s’en revienent, si le dient le roi et Merlin et les barons. » Ainsi, même si les barons ne participent pas activement aux discussions entre le roi et Merlin, ils sont en permanence les destinataires indirects des conseils de Merlin qui leur fait la démonstration de ses pouvoirs. La conclusion de ce chapitre montre que ce qui importe est moins le rapport de force entre les Bretons et les Saxons que celui qui existe désormais entre Merlin et le conseil :

Einsis sot Merlins les courages des Saines et einsis les encusa a Pandragon. Et Pandragons par le consoil Merlin les gita hors de la terre et einsis remest Merlins touz sires dou consoil le roi. (Ibid., 40, l. 69-72)

  • 10 Sur ce thème, voir Denoyelle C., « Le Prince et le prophète : une politique du secret et de la rév (...)

21Le fait essentiel n’est ni guerrier ni diplomatique mais politique : Merlin a pris le pouvoir sur ses interlocuteurs. C’est la seule fois qu’il agit ouvertement avec le conseil, par la suite, il donne des conseils aux princes en privé, « a consoil » et les charge de révéler a posteriori les ordres qu’il leur a donnés. Ainsi, de manière quelque peu paradoxale, les affaires politiques se gèrent entre les rois et le devin, à l’insu de leurs vassaux. La politique de Merlin se situe ainsi tout à fait à l’opposée d’une politique féodale où les vassaux ont un devoir de conseil vis-à-vis de leur suzerain. Cette politique du secret découle de toute une conception du pouvoir, accaparé par Merlin au nom de sa mission divine : faire advenir le royaume d’Arthur en évitant que les barons, toujours susceptibles d’outrecuidance orgueilleuse, n’interviennent dangereusement10.

  • 11 Pour une étude de ce mot, Le Nan F., Le Secret dans la littérature arthurienne (1150-1250) : du le (...)

22Dans ce monde où tout est public, il est souvent difficile à ceux qui recherchent la discrétion de s’isoler ou de ne pas révéler certaines informations. Ceci explique que cette mention, a consoil11, priveement, a part revienne souvent pour signaler des conversations aux sujets intimes : les mésaventures de Thibaut et de son épouse partis lors de leur pèlerinage ou les paroles d’amour que les couples voudraient échanger.

Aprés le mengier, [li qens de Pontiu] li dist :
« Tiebaut, biaus fix, ki lonc va, il voit. Or me contés aucune aventure que vous avés veue u oï dire. »
Et mesire Tiebaus li respondi q’il n’en savoit nule aventure conter, et li qens autre fois l’en pria, et il dist :
« Sire, puis c’au dire vient, je nel vous dirai mie en l’oïe de tant de gent. » Li qens se leva, et le prist par le main et le mena a une part, et mesire Tiebaus li conta q’ensi estoit avenu un chevalier et une dame, mais il ne noma mie lui. (Pontieu, 8, l. 185-195)

Ele est encontre lui venue.
Li uns l’autre mout bel salue
Lors s’entreprenent main a main.
Arriere lonc sont li Romain,
que nus n’entent ce que il dient.
De mainte rien gabent et rient.
Ganors mainte parole i dit
qui touce a l’oevre mout petit :
autres paroles va disant.
Les jangleors vait despisant… (Ille, v. 3330-3338)

23De même, quand Galehaut et Guenièvre organisent l’entrevue entre Lancelot et la reine, ils doivent veiller à s’écarter de la cour sans éveiller les soupçons. Galehaut montre à Guenièvre le pré aux arbrisseaux et lui demande de venir « au moins de compaignie que nos porrons. » La reine de Logres se contente de trois dames. Celles-ci d’ailleurs sont surprises de cette situation : « si se mervoillent mout de ce que eles sont si priveement. » (Lancelot, p. 876). Les témoins influent sur les conversations qu’ils écoutent, sur la teneur des propos échangés, sur le ton utilisé, sur la crédibilité de ces propos. Les personnages les plus doués pour la communication savent très bien utiliser cette influence pour arriver à leur fins. Il arrive d’autre part que ces témoins se mettent à participer à une conversation qui ne les concernait pas, avouant par là même qu’ils l’avaient écoutée. C’est de cette manière que Gauvain apprend que le château où il est invité est dangereux : il entend les bergers déplorer entre eux le sort fatal qui l’attend.

Messire Gauvains a droiture
A quatre pastoriaus trovez
Delez lo chemin arestez.
Salüé l’ont mout doucement,
El non Dieu lor salu lor rent,
Trespassa les, ne lor dist plus.
« Ahi, fet li uns, tant mar fus,
Biaus chevaliers genz et adrois !
Certes il ne fust mie drois
Que fussiez bleciez ne laidiz »
Gauvains en fu toz esbahiz,
Qui les parroles bien entent.
De ce se mervella forment,
Par quel raison il lo plaingnoient
Quant il de rien nel connoissoient.
Vistement a aus retorna,
Tot derechief les salua,
Docement lor a demandé
Qu’il li dient la verité,
Por coi il ont dit que mar fu. (le Chevalier à l’épée, v. 154-173)

24La situation interlocutive est assez complexe. À qui s’adresse le berger qui plaint Gauvain pour le sort qui l’attend ? Les pronoms personnels utilisés indiquent que l’allocutaire direct de cette plainte est Gauvain lui-même. Or celui-ci a déjà dépassé les bergers quand l’un d’entre eux parle. Le chevalier n’est donc plus dans la posture d’un destinataire. D’ailleurs, quand il revient sur ses pas, il se sent obligé de saluer à nouveau les bergers, c’est-à-dire de reprendre le rituel phatique de début de conversation. Ce qui est bien le signe qu’à ses yeux, la conversation précédente était déjà terminée. Est-ce le signe d’un « raté » de la conversation, d’un décalage entre participants : l’un ne se considérant plus comme engagé alors que l’autre le pense encore ? Ou ne doit-on pas considérer que cette plainte ne s’adressait pas, malgré les pronoms utilisés, au chevalier mais aux autres bergers et que la tournure utilisée par le locuteur n’est en fait qu’une figure de style emphatique ? Je penche plutôt pour cette interprétation même si elle implique une compétence stylistique étrange pour un simple berger. Celui-ci sait que Gauvain n’est pas de son monde, il passe devant eux en les saluant poliment mais sans rechercher leur compagnie. Il est donc plus logique que le berger déplore avec ses pairs, qui comprennent le sens implicite de ses paroles, l’allusion au sort qui l’attend. D’ailleurs quand Gauvain cherche à en savoir davantage, il pose la question à tous les bergers : « Por coi il ont dit que mar fu » considérant qu’il s’agissait d’une parole émanant du groupe et s’adressant au groupe tout entier. Gauvain a donc été le témoin d’une parole qui ne le concernait plus, mais il signale par son retour dans la conversation qu’il l’a cependant entendue.

  • 12 Sur les divers statuts des auditeurs aditionnels selon le degré de connaissance qu’ils ont les uns (...)

25Dans le Tristan 1, la nuit où Lancelot, Palamède et Kahédin se rencontrent, mêle plusieurs situations où des « overhearers », des témoins, ou même des « eavesdroppers », des « épieurs » indiscrets, s’engagent dans la conversation pour devenir participants ratifiés et directs12. C’est le cas tout d’abord de Palamède puis de Lancelot, reconnaissant l’un après l’autre qu’ils ont écouté des propos qui ne leur étaient pas destinés. Quand Palamède et Kahedin quittent leur compagnon, le lendemain, après avoir appris son identité, ils expriment naïvement leur surprise devant le fait que Lancelot ne soit pas intervenu plus tôt dans leur conversation :

« Certes Kahedins, ce dist Palamidés, l’aventure fu assés merveilleuse, mais li parlemens fu assés plus merveilleus. Je me merveil mout durement, se Diex me consaut, conment Lanselos fu si soufrans k’il ne se mella a nous deus.
– En non Dieu, fait Kahedins, il est assés plus amesurés que maint chevalier ne quideroient. Et certes il apartient bien que si boins cevaliers com il est ait grant courtoisie en son cuer et grant mesure. » (Tristan 1, 120, l. 11-19)

  • 13 « Ce que retiennent Palamède et Kahédin, ce qu’ils commentent, ce ne sont pas les joutes rapides e (...)

26Palamède, « ki plus estoit un petit hardis de parler que n’estoit Lanselos », toujours prêt à discuter en quelque circonstance que ce soit, s’étonne de ce que Lancelot ait eu la patience et la politesse de ne pas intervenir dans leur conversation nocturne avant que celle-ci ne devienne vraiment trop médisante à son égard. Les deux chevaliers mesurent là avec ironie une qualité de discrétion qui leur a fait défaut précédemment13. En effet, lorsque Blyoblerys rencontre au petit matin les trois chevaliers en train de se préparer à partir, la même situation se reproduit, mais de manière moins exceptionnelle que celle de la nuit. Cependant la subtilité avec laquelle elle est décrite rend cette banalité même intéressante. Lancelot s’interpose entre Palamède et Blyoblerys qui ne s’est pas fait reconnaître, il prend son cousin à l’écart et lui révèle alors discrètement sa propre identité et celle de son adversaire. Mais Palamède les écoute :

Dont vont en tel maniere parlant li doi cousin que Palamidés entent bien tout plainnement que li chevaliers ki abatu l’avoit estoit Blyoblerys de Gaunes. […] Lors se trait avant esranment et dist a Lanselot :
« Sire cevaliers, merveilles voi de vous, se Diex me saut ! Chis cevaliers se veut a moi combatre, et vous ne volés ! Por coi l’en alés vous destournant ? Vous le faites ci mauvais par fine force ! »
Aprés redist a Blyobleris :
« Blyobleris, por coi le vous celeroie je ? Or saciés certainnement que je sui Palamidés que vous alés querant. » (Ibid., 117, l. 1-14)

27Il y a bien une volonté affichée de secret de la part de Lancelot qui s’est éloigné avec son cousin, mais Palamède ne cherche pas à dissimuler qu’il a écouté une conversation qui ne lui était pas destinée, il s’avance franchement et prend à partie les deux interlocuteurs. Kahedin lui aussi écoute ces conversations sans y participer jusqu’au moment où il apprend qu’il est en présence de Lancelot : il se sent alors obligé d’intervenir pour s’excuser de ses médisances. Les deux chevaliers ont donc fait ce que Lancelot avait essayé d’éviter pendant la nuit.

28Nous ne sommes pas loin du cas des eavesdroppers, ces épieurs qui écoutent des conversations à l’insu de leurs participants. Le cas des espions est riche de situations dramatiques et constitue l’une des scènes essentielles de la Châtelaine de Vergy : le duc, l’oncle de la châtelaine, se dissimule derrière un arbre pour assister aux retrouvailles des deux amants. Cette scène (v. 374-508) est construite en triptyque : l’arrivée du duc et du chevalier (v. 374-392) et les embrassades des deux amants dans le verger (v. 392-429) ; leur nuit ensemble, qui en constitue le centre, donne lieu à un commentaire du narrateur sur le temps vécu par les amoureux (v. 430-464) ; la séparation des amants (v. 465-479) et le retour des deux hommes (v. 480-508). Le duc est absent de la partie centrale, il attend derrière un arbre et c’est le narrateur qui raconte la scène. En revanche, toutes les autres parties sont vues par le duc et les notations de son activité d’espionnage se succèdent et scandent le texte par l’isotopie de la vue et de l’ouïe. C’est à travers lui que nous voyons les amants, et en particulier la châtelaine. À travers lui, c’est nous-mêmes lecteurs qui sommes en position d’espions. Cependant, son statut est ambigu : si la châtelaine reste dans l’ignorance de ce spectateur indiscret, le chevalier, lui, est au courant de cette présence dans l’ombre. Du coup, le statut de leurs paroles se modifie : les embrassades de la châtelaine sont franches et dénuées de toute arrière-pensée ; en revanche, quand le chevalier parle, il témoigne auprès du duc dans le même temps de son amour pour la jeune femme. Ce qui est tendresse, message phatique vis-à-vis de la châtelaine, est assertion, message informatif auprès du duc. Nous entrons là dans le cas du « trope communicationnel et illocutoire ». Catherine Kerbrat-Orecchioni appelle ainsi une situation conversationnelle où « la hiérarchie normale des niveaux de destinataires » est renversée :

Le destinataire, qui en vertu des marques d’allocution fait figure de destinataire direct, ne constitue en fait qu’un destinataire secondaire, cependant que le véritable allocutaire, c’est en réalité celui qui a en apparence statut de destinataire indirect.

  • 14 Kerbrat-Orecchioni C., « Pour une analyse pragmatique du dialogue théâtral » Pratiques, n° 41, mar (...)

En apparence :

destinataire direct

= A

destinataire indirect

= B

En fait :

destinataire principal

= B

destinataire secondaire

= A14

29Ici, la châtelaine est en apparence la destinataire directe des propos du chevalier, en fait on ne peut s’empêcher de penser que le chevalier s’adresse réellement au duc quand il assure la châtelaine de son amour. Le trope communicationnel se double ici, comme souvent, d’un trope illocutoire, c’est-à-dire qu’au renversement de la hiérarchie des destinataires s’ajoute le renversement des significations des messages : selon son allocutaire, l’énoncé change de valeur illocutoire. Les mots d’amour du chevalier à la dame deviennent des preuves adressées au duc.

30Ce jeu avec les destinataires est fréquent dans nos textes. En général, le trope communicationnel est utilisé pour tenir indirectement des propos blessants ou pour faire comprendre une situation à autrui. Deux jeunes filles usent de ce stratagème pour faire des reproches au jeune Lancelot, trop vite découragé face à un grand chevalier :

Il s’an vait as demoiseles, s’espee en sa main destre et son hiaume en la senestre. et qant il aproche d’eles, onques ne se murent, ançois dist l’une : « Dex, com biau chevalier a ores en cest home qui ci vient !
– Certes voires, fait l’autre, c’est li plus biaus chevaliers do monde. Mar i fu de ce qu’il est si coarz.
– M’aïst Dex, fait l’autre, vos avez voir dit. Il n’est mie chevaliers, qant il ma dame n’osa veoir, qui est la plus bele riens do monde, por la paor del grant chevalier qui la gardoit. »
Il a mout bien antandu ce que eles ont dit, si s’areste et puis lor dit :
« Si voirement m’aïst Dex, vos avez mout grant droit. » (Lancelot, p. 468)

31Lancelot, qui a quitté le grand chevalier sans avoir osé le combattre et s’est ainsi laissé ridiculiser, comprend l’indignité de sa conduite face aux jeunes filles. Elles font ensemble un commentaire (jugement) à son sujet, mais le sens pour le jeune homme est celui d’un reproche (ordre indirect). Les adverbes mout bien qui renforcent le verbe entendre et la subordonnée de temps : « Et qant il aproche d’eles », indiquent que, non seulement Lancelot a bien entendu ce qu’elles ont dit mais qu’en plus il a su l’interpréter comme un reproche.

32Dans le Merlin, cet artifice est utilisé par divers locuteurs pour arriver à leurs fins. Ce sont les sages-femmes tenant compagnie à la mère de Merlin, qui, les premières, se servent de cette ruse pour provoquer la parole du nourrisson prodige : espérant le faire parler à nouveau, elles font mine, sur le conseil de sa mère, de la menacer pour que l’enfant prenne sa défense. Merlin n’hésite pas non plus à monter des stratagèmes conversationnels complexes pour arriver à ses fins. Ainsi, il se fait reconnaître des messagers de Vertigier, en frappant un enfant qui le désigne comme l’enfant sans père qu’ils cherchaient : « cil comence a plorer et Merlin a messaamer et a reprocher qu’il est nez sanz pere. » (Merlin, 21, l. 13). Le locuteur est l’enfant riche, le destinataire direct est Merlin. L’enfant ne pense en aucune manière aux messagers, il ne conçoit qu’un seul allocutaire à son message. Cependant, son insulte n’est pas spontanée, elle est en quelque sorte manipulée, provoquée par Merlin qui peut en être dit le véritable énonciateur et cet énoncé s’adresse, à ses yeux et aux nôtres, sans aucun doute aux envoyés de Vertigier. Ceux-ci sont donc les destinataires principaux de cet énoncé et non de simples « bystanders », témoins négligeables.

33Tel personnage qui ne dit rien peut avoir une grande influence sur les thèmes de la conversation, le ton et le but de celle-ci. Par ces jeux, les auteurs donnent aussi à la voix la possibilité de se créer un espace scénique : elle distingue différents plans de l’action, contextualisant, à elle seule, la scène et les locuteurs. Les auteurs utilisent avec finesse toutes les possibilités dramatiques qu’offrent les différents statuts des participants. Ils témoignent en cela d’une perception subtile des phénomènes d’interactivité. Ils se servent des conditions réelles de la vie sociale médiévale pour créer des effets de profondeur de champ, pour étager dans l’espace les différents locuteurs et leurs destinataires, mettant ainsi littéralement en scène les conversations.

Les dialogues à plusieurs personnages

34Nous distinguerons le dialogue, qui est un discours, composé, comme son étymologie l’indique, de plusieurs voix distinctes, du dilogue qui est une interaction ne comptant que deux locuteurs, et du polylogue dans lequel plusieurs personnages prennent la parole. Écrire un polylogue pose un véritable problème technique : il impose une alternance équilibrée des locuteurs et une précision accrue du discours attributif. Les véritables polylogues, où les personnages peuvent tous parler, où les voix se mêlent librement, sont rares, ils impliquent à la fois une plus grande variété de locuteurs mais aussi la prise en compte simultanée de plusieurs allocutaires. La plupart du temps, les auteurs ramènent ces conversations à des dilogues. Trois techniques permettent ce résultat : ils peuvent juxtaposer deux dilogues ; synthétiser les locuteurs en une voix collective, le plus souvent limitée à une fonction de commentaire, ou déléguer un porte-parole, généralement anonyme, au groupe. Ces diverses techniques peuvent se cumuler : un dialogue fera ainsi parler les individus pris séparément, puis réunira à un autre moment leur voix en une entité collective (solution caractéristique du Tristan en prose) ; ou encore, il fera dialoguer deux individus avec un groupe rassemblé en une voix collective, si bien qu’il y aura alors trois locuteurs mais l’un d’eux sera un collectif (fréquent dans le Merlin).

35On peut estimer que, pour l’essentiel, les conversations sont le plus souvent des dilogues : près de 60 % des conversations de ce corpus. Dans quelques textes courts, cela constitue même l’essentiel des conversations : dans la Châtelaine de Vergy, dix des douze conversations ont lieu entre deux individus, huit dans le plus grand secret. Il n’y a que l’altercation entre la duchesse et la châtelaine qui soit publique, ainsi que la révélation finale du duc à sa cour sans que les locuteurs d’ailleurs soient plus nombreux. Dans quelques textes, en revanche, ce taux chute à un tiers seulement des conversations : le Tristan par exemple où le compagnonnage des chevaliers errants est de règle ; le Merlin où, tant que Pendragon est en vie, les conversations politiques de Merlin se font avec les deux princes, lui et son frère, et où Ulfin intervient en tiers permanent dans les conversations du roi avec Merlin après la mort de Pendragon. On remarquera aussi quelques romans où des conversations rassemblent un héros et une voix collective. L’Escoufle (28 %) où les passages pathétiques des séparations donnent lieu à de longues plaintes « chorales » constituées par les mesnies des personnages concernés ; Ille et Galeron (23 %) où de nombreuses harangues ou conseils aux troupes impliquent un locuteur s’adressant à plusieurs destinataires.

36Les textes en vers pratiquent peu le véritable polylogue, Yvain et l’Escoufle n’en contiennent qu’un ou deux d’une structure véritablement complexe ; Gautier d’Arras les ignore totalement. Ainsi dans Éracle, le long dialogue de révélation où l’empereur confronte Paridès et Athanaïs et qui se termine par le conseil d’Éracle, enfin écouté, est-il construit par la juxtaposition de trois dilogues : l’empereur interroge d’abord Paridès, puis son épouse et enfin Éracle prend la parole. Aucun échange ne rassemble tous les locuteurs, aucune intervention n’est dirigée vers l’ensemble du groupe, chaque réplique désigne un seul allocutaire. En revanche, les sommes arthuriennes en prose développent les polylogues de manière souvent subtile et variée, aidées en cela par la permanence du discours attributif. Dans le Lancelot et dans le Tristan, leur nombre peut s’expliquer par la formidable explosion du personnel romanesque secondaire : prendre pour personnages l’élite de la chevalerie terrestre implique de donner à chacun un rôle narratif et dramatique qui soit à sa « hauteur ». On ne peut rejeter des Bohort, Blyoblerys, Hector. dans la masse anonyme d’un groupe de chevaliers. Confortés par la tradition littéraire, d’une valeur et d’une hiérarchie à peu près égale, ils ont tous pareillement droit à la parole. Par eux, les seconds rôles s’étoffent jusqu’à l’individualisation. Ce phénomène, déjà net dans les premiers dialogues du Chevalier au Lion, prend toute son ampleur dans le Tristan. La situation est différente dans le Merlin où c’est le plus souvent un collectif qui sert de troisième locuteur : moins que le personnel, c’est ici la représentation d’instances collégiales qui est l’objet du dialogue, instances confrontées à un individu exceptionnel, qui remet en cause par sa pratique de la parole les institutions féodales. De plus, la prose développe l’ampleur de telles scènes qui ne sont plus corsetées par le vers et par le rythme rapide qu’il impose : choisir la prose, c’est participer à la recherche d’une écriture qui tienne compte de la complexité et de la totalité du réel. Comment raconter en effet des actions simultanées dans un récit forcément linéaire ? Comme l’explique Annie Combes, les romans en prose s’efforcent de trouver une solution par la technique de l’entrelacement des récits, par la démultiplication des quêtes. Cette même volonté de rendre compte d’une situation de manière exhaustive se retrouve dans l’écriture des polylogues.

Typologie des interventions polylogiques

  • 15 Traverso V., « La Gestion des échanges dans la conversation à trois participants », Kerbrat-Oecchi (...)
  • 16 « La conversation triadique est fondamentalement différente de la conversation dyadique, tandis qu (...)

37Les théories des interactions verbales portent traditionnellement sur les échanges à deux participants, mais quelques recherches commencent à prendre en compte les conversations rassemblant plus de deux locuteurs : l’étude de Véronique Traverso15, en particulier, porte précisément sur les trilogues, c’est-à-dire les conversations à trois locuteurs. En effet, il semble que, dans la vie, une conversation à plus de trois participants tende à se scinder en plusieurs conversations de deux ou de trois locuteurs16. Pour notre part, nous ne séparerons pas dans nos analyses les trilogues des autres polylogues, les spécificités d’un dialogue narratif permettant de les rassembler.

38V. Traverso distingue trois cas de figures pour les échanges constituant l’interaction :

  • Un locuteur s’adresse ouvertement à deux allocutaires : A→{B, C}.
  • Un locuteur s’adresse à un seul allocutaire désigné, l’autre étant plus ou moins directement ignoré : A→B (→C). La flèche en pointillé indique que C est un tiers dont A connaît la présence mais à qui il ne parle pas explicitement (participant non adressé).
  • Deux locuteurs s’adressent à un allocutaire unique : {A, B}→C. Cette dernière situation qui peut paraître étrange correspond au cas d’une intervention construite à deux voix, par une interruption ou un renchérissement.

39Ces situations se cumulent dans une conversation de manière très souple. Dans nos dialogues littéraires, le deuxième cas est le plus fréquent ; le plus souvent, l’énoncé d’un locuteur est dirigé vers un allocutaire privilégié, désigné par un appellatif ou par les pronoms personnels, les autres participants n’étant que des allocutaires seconds. Cela permet au polylogue de se comporter presque comme un dilogue. La première situation est aussi courante mais si le groupe {B, C} essaye de répondre, on se retrouve dans le cas 3, celui d’un énoncé collectif. Comment le groupe peut-il répondre en tant que groupe ? Le narrateur peut utiliser une voix collective, ou un porte-parole, ce qui nous fait quitter à chaque fois le cadre strict du polylogue. Il peut aussi faire parler les personnages les uns après les autres par des renchérissements, ce qui pose le risque des redites. Ces cas de figure sont donc assez rares dans les textes, le plus souvent l’adresse est singulière et le personnage laissé en tiers s’introduit de diverses façons. Les textes privilégient le procédé que V. Traverso appelle « l’intrusion » ou celui de « l’évaluation par le tiers ». Mais ils développent aussi des stratégies qui leur sont propres : celle du tiers introducteur par exemple. La structure des polylogues permet essentiellement de percevoir les rapports de force au sein des groupes de personnages et de voir quels droits conversationnels sont attribués à chacun.

Les voix collectives et les voix chorales ; les porte-parole

40Plus fréquemment, les voix des locuteurs sont rassemblées en une seule voix. Nous distinguerons les cas où cette voix, collective, répond à un interlocuteur unique, et ceux où elle se constitue en monologue à la façon d’un chœur. Ce locuteur est alors son propre allocutaire. Ces deux types de regroupement correspondent à deux types d’emploi différents. Alors que la voix collective est un simple outil pratique, la voix chorale renvoie à un morceau de bravoure plus ou moins coupé du récit. Si la prose utilise beaucoup, comme le vers, la voix collective, elle ignore cependant presque complètement les voix chorales ou limite leur emploi à de brèves interjections dénuées d’intérêt dramatique. Cette voix chorale, issue de l’épopée, est traditionnellement utilisée lors d’un combat lorsque les spectateurs, au premier rang desquels dames et demoiselles, s’inquiètent pour le sort des héros, ou lorsque les combattants de l’une ou l’autre armée expriment collectivement leur confiance ou leur peur de l’issue du combat. Les discours ainsi constitués sont en général courts et fortement ornés. Un seul énonciateur synthétise les propos de tous les spectateurs en un discours construit, cohérent et fortement marqué par la rhétorique. Comme le monologue d’un personnage unique, ce passage constitue une pause dans le récit. Ces voix chorales sont essentiellement limitées au rôle de commentaire. Dans l’Escoufle, elles sont souvent le fait des témoins d’une séparation. Jean Renart utilise ces voix chorales pour une amplification pathétique de la scène et pour faire écho aux pleurs des personnages principaux : les spectateurs rassemblés en une voix chorale guident les réactions de l’auditeur du récit.

41Chrétien de Troyes utilise divers procédés pour individualiser légèrement et dynamiser ces voix chorales, soit en les faisant éclater dans le discours attributif en divers locuteurs :

Et dist chascuns, et chist et chist :
« Entre nous est chil qui l’ochist,
Et nous ne le veomes mie.
Ch’est merveilles et diablie. » (Yvain, v. 1199-1202)

42soit en les écrivant sous forme dialoguée :

Et s’i a de tex qui demandent :
« Cil chevalier por coi atendent,
Que des rens ne s’en part aucuns ?
Adés comencera li uns. »
Et li autre dient encontre :
« Donc ne veez encontre vos quel encontre
Nos ont tramis icil dela ?
Bien sache qui seü ne l’a
Que des. iiii. meillors qu’an sache
Est cist une pareille estache.
–Qui est il donc ? – Si nel veez ?
C’est Segremor li Desreez.
– C’est il ? – Voire, sanz nule doute. » (Cligès, v. 4585-4597)

43Le dialogue interne à cette voix chorale mime, sans que les locuteurs sortent de l’anonymat, un dialogue didactique permettant de déboucher sur une information. Cet anonymat met en scène une totalité, conçue comme une somme de particuliers. Plus loin, le dialogue perd sa forme didactique et progressive et s’enlise sur des questions auxquelles il n’arrive pas à répondre :

Ne n’i a. i. seul qui le voie
Qui ne die li uns a l’autre :
« Cist s’en vait bien lance sor fautre. […]
Mais qui est cist ? Dont est naïs ?
Qui le conoit ? – Ne gié. – Ne gié.
Ains n’a mie sor lui negié,
Einz est plus s’armeüre noire
Que chape a moine n’a provoire. » (Ibid., v. 4604-4618)

  • 17 Voir infra p. 332.

44Cette fois, le dialogue ne débouche sur rien, un rythme se construit simplement par la répétition des interrogations et des négations, tout en les intégrant dans une progression rhétorique. Cette situation se rapproche des monologues écrits sous forme dialoguée qui permettent aux personnages de peser et d’opposer divers arguments dans une situation problématique17. Mais alors que la dimension argumentative domine dans les monologues, la mise en dialogue de ces voix chorales sert plutôt à dynamiser le passage en accélérant son rythme et à fragmenter le groupe locuteur pour un résultat moins « artificiel ». La technique de la voix chorale, à l’efficacité émotionnelle éprouvée, permet donc à la fois de mettre en scène un public négligeable individuellement mais important en tant que tel pour faire partager une émotion ou constituer la rumeur publique qui valorise tel ou tel geste chevaleresque.

  • 18 Merlin, 12, l. 43-53 où deux groupes parlent entre eux : celui des femmes qui ont accouché la mère (...)

45Plus fréquemment, une voix collective dialogue avec l’un des personnages principaux18. Des groupes ainsi constitués peuvent répondre aux questions qu’on leur pose : conseillers des puissants, habitants des villes, groupements de marchands, de pucelles, de suivantes ou de valets. Cette solution est la plus fréquente. Elle constitue 65 % des dialogues avec plus de deux participants. Quand Éracle cherche avec ses conseillers la solution la plus pacifique pour mettre fin à la guerre qui l’oppose à Codroes, il commence son discours en réclamant l’opinion franche de ses barons :

« Signor, fait il, par vostre esgart
voel je tout faire en ceste voie
que je de rien blamés ne soie,
ne plus loés, ne plus proisiés
de nul de vos ; si eslisiés
le mius, le plus biel tout ensanle ;
die cascuns ce qu’il li sanle
et dient : “Bons est cis conseus,
et cis est miudres ; cis n’est preus.” » (Éracle, v. 5440-5448)

46Mais il enchaîne sur un immense discours de 68 vers, dans lequel il explique que, le rapport de force leur étant défavorable, il suggère d’affronter Codroes en combat singulier. Il termine en leur proposant d’envoyer des messagers au chef de guerre sarrasin. Par des affirmations générales, « Nus ne doit metre trop voir en ce qu’il puet por poi avoir. », des éloges de sa propre personne, « et moi estuet, por ce que on me tient a sage, d’eschiver le conmun damage. », il « verrouille » complètement son discours et empêche qui que ce soit de s’y intégrer. Il n’est donc pas surprenant que la réponse des barons soit unanime et brève :

« Biaus sire ciers, se li paiens
le voloit ausi come vous,
ja ne seroit desdit par nous. » (Ibid., v. 5516-5519)

47Le conseil féodal s’est donc mué en la présentation d’une décision imposée à tous, de manière certes persuasive, mais néanmoins unilatérale. Ici la difficulté de mettre en scène des débats collectifs transforme une discussion en un simple dialogue schématique de deux répliques : [proposition / accord]. Pour éviter peut-être ces problèmes de voix collectives, il arrive bien souvent que le groupe interpellé ne réponde pas aux propos qui lui sont adressés.

48La prose maintient ces voix collectives avec quelques modifications. Elle est en effet inappropriée aux personnages importants : ainsi il serait inconcevable qu’un Gauvain, un Yvain, un Lancelot disparaissent dans une voix collective. Cette pratique est réservée aux personnages secondaires et socialement peu importants. Le Lancelot ou le Tristan la conservent, suivant la tradition, surtout pour les spectateurs des tournois :

« Or ai veü, font li pluseur, a un novel chevalier faire une mout bele joste. »
Et li chevaliers se traist arrieres et prant une lance d’un de ses escuiers, et revient el ranc, si fiert un chevalier, si que il lo porte a terre. Lors commence chevaliers a abatre, et escuz a porter de cox, et lances a brisier ; et lo fait si bien que tuit s’en mervoillent li chevalier et dient a monsignor Gauvain :
« Conoissiez vos ce chevalier ?
– Nenil, fait il, mais il lo fait si bien que ge me delai por lui esgarder, car mout fait chevalerie a mon talant. »
Cil des murs dient que cil as armes vermoilles vaint tot. (Lancelot, p. 618)

49En le comparant avec les exemples des textes en vers, on ne peut qu’être frappé de la pauvreté de ce passage. Les voix collectives se limitent à deux petites assertions, l’une en discours direct à la première personne du singulier, et l’autre en discours indirect, et à une courte interrogation en discours direct, sans aucune émotion, dénuées de tout caractère stylistique. Le narrateur se limite à la reprise du topos. Il évoque les cris et les remarques des foules qui assistent normalement aux tournois sans les exploiter dramatiquement.

  • 19 Tristan 1, 29, l. 4.
  • 20 Tristan 2, 148, l. 41.
  • 21 Tristan 2, 106, l. 38.

50Dans le Tristan, le narrateur aime scander une scène de combats par ces cris spontanés de la foule et des hérauts « tout conmunaument a une vois19 » : « Veés chi venir le boin cevalier ! Veés chi venir le chevalier a l’escu noir20 ! » ; « Or sus, sire cevaliers ! Or sus ! Mauvaisement vous savés tenir21  ! ». Mais dès que le discours doit se faire légèrement plus complexe, il préfère utiliser le discours indirect, senti comme moins artificiel :

Tant le fait bien mesire Tristrans en tous les liex u aventure l’aporte que tout li grant et li petit du tournoiement ki vont regardant le sien fait dient bien tout plainnement k’il ne virent onques mais cevalier, ne monsigneur Lanselot ne autre, ki fesist si apertement ses chevaleries ne si bel com cis cevaliers le vait faisant. Et li cevaliers ki as fenestres des loges estoient ne armes ne portoient pas, ains aloient regardant les uns cevaliers et les autres, conmenchierent a dire :
« Certes tout vaint et tout passe nostre cevaliers a l’escu noir ! Il gaaingnera sans faille le pris de ceste journee ! Trop vait grans merveilles faisant : il vaintra cest tournoiement ! »
Et autresi dient les dames ki le fait de monsigneur Tristran regardoient ; eles dient bien tout apertement que tout vaintra li cevaliers a l’escu noir, s’il puet maintenir cestui fait ensi com il a enconmencié. En tel maniere vont parlant li cevalier et les dames et les damoiseles de monsigneur Tristran ; il n’i a nul ki bien n’en die, fors que seulement la roïne : cele nel loe ne chele nel blasme ne mot n’en dist.
(Tristan 2, 152, l. 20-35)

51Comme le note Christine Ferlampin-Acher, le narrateur du Tristan conçoit la collectivité comme un ensemble d’individus momentanément rassemblés par une communauté d’opinion. Si le héros fait ici l’unanimité autour de lui, le groupe qui l’acclame n’a pas le caractère d’une totalité. Des individus, au premier rang desquels la reine, peuvent s’y opposer. L’énumération des chevaliers, dames et demoiselles est moins une manière de rassembler tout le monde sans exception que de faire la somme de « ceux qui sont là » :

  • 22 Ferlampin-Acher Ch., « Les Dialogues dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles Re (...)

Le discours collectif, quoique discret, n’est pas seulement la trace d’une tradition littéraire issue des chansons de geste. Il a été adapté à l’univers courtois qui donne une place particulière à la réputation individuelle et l’auteur a su le limiter et l’adapter pour qu’il ne paraisse pas artificiel par rapport à la vérité psychologique communément admise à l’époque22.

52Dans le Lancelot, la technique de la voix collective est surtout utilisée au début pour doter le conseil des barons de Gaunes d’une voix, mais dès lors que le narrateur invente le personnage de Léonce, il n’est plus possible de noyer celui-ci dans la masse des autres membres du conseil. Le type de polylogue change donc et tend à se transformer en système de porte-parole, où Léonce parle au nom des barons :

Les barons ont été convoqués par Claudas qui expose ses conditions de paix, en exigeant qu’ils lui livrent le jeune Lambègue.
« Sire, fait Leonces de Paerne, nos avons vostre volenté oïe et nous la ferons volentiers. Tex puet estre cil que vos nos demandez por vos baillier, dites lo nos ; et vos l’avroiz, s’il est tex que nos lo vos doions baillier.
– Et gel vos dirai, fait il, c’est Lanbegues, li niés Pharien.
– Ha ! Sire, fait Leonces, ce ne porroit pas avenir. […] Et quel que chose que li baron de cest regne en voillent faire, ja de moi, se Deu plaist, ne vendra cist consauz.
– Et vos, seignor, fait Claudas as autres nuef, q’en dites vos ? Laisseroiz vos destruire et vos et ceste cité por moi rendre un seul chevalier ? »
Et cil respondent qu’il n’en feroient nule rien encontre lo consoil Leonce, car il est li plus preudom del reiaume.
« Or vos an poez dons, fait il, aler, car de moi n’avez vos des ore mais trive ne pais. Mais avant vos requier com de mes homes que […] vos me jurroiz sor sainz que vos des anfanz au roi Bohort ne savez rien, ne de lor mort ne de lor vie.
– Sire, fait Leonces, des anfanz ne savons nos rien. » (Lancelot, p. 348)

53Léonce s’impose comme l’autorité naturelle du groupe de barons et assume en son nom le dialogue avec Claudas : c’est lui qui pose les questions et répond à son interlocuteur sauf quand celui-ci s’adresse expressément au reste du groupe. Ceux-ci répondent alors en discours indirect, ce qui peut être interprété comme une manière de ne pas altérer le naturel de ce dialogue en y intégrant une voix collective. Un chef de groupe s’impose naturellement dès qu’il s’agit de prendre la parole au nom d’une collectivité : c’est Gauvain qui parle pour les chevaliers de la cour ou pour la petite troupe qu’il emmène en quête ; c’est Lionel qui parle au nom de son frère et en son nom propre ; c’est le roi des Cent Chevaliers qui parle au nom des grands vassaux de Galehaut. Dans le Merlin, le conseil du roi est tenu dans un tel mépris par le prophète qu’il n’est jamais individualisé et n’apparaît jamais que comme une figure collective que dominent facilement les rois ou leurs privés, Merlin et Ulfin.

  • 23 Voir aussi B. Woledge qui justifie ce passage par l’influence du substantif gent, singulier à sens (...)

54Le flottement énonciatif que l’on constate dans beaucoup de dialogues impliquant une voix collective témoigne de cet attrait du principe d’un porte-parole, sans doute plus vraisemblable et plus simple à manipuler qu’un groupe tout entier. Dans Yvain par exemple, alors que c’est un groupe qui parle au chevalier, celui-ci répond au singulier23 :

Trestuit a haute vois li crïent :
« Hu ! Hu ! Maleüreus, ou vas ?
S’onques en ta vie trouvas
Qui te feïst honte ne lait,
La ou tu vas t’en iert tant fait
Que ja par toi n’iert reconté.
– Gent sans honneur et sans bonté !
– Fait mesire Yvains qui escoute,
Gens maleüree et estoute !
Pour quoi m’assaus, pour quoi m’aquels ?
Que me demandes, que me veus,
Qui si aprés moi te degrouces ?
– Amis, de noient te courouces
Fist une dame auques d’aage
Qui mout estoit courtoise et sage,
Que chertes pour mal ne te dïent
Nule chose, anchois te chastïent,
Se tu le savoies entendre
Que lassus n’ailles ostel prendre. » (Yvain, v. 5126-5144)

55Le narrateur remplace la voix collective par un porte-parole, auquel l’âge donne la respectabilité et le sérieux nécessaire pour assumer une parole forte. Dès la réplique du héros, le mouvement vers l’individualisation du dialogue est amorcé.

  • 24 Le seul cas dans ce texte où une voix collective est au discours direct se situe dans le chapitre (...)
  • 25 Pauphilet A., « Aucassin et Nicolette » Le Legs du Moyen Âge, Melun, d’Argences, 1950, p. 239-248.
  • 26 Jodogne O., « La Parodie et le pastiche dans Aucassin et Nicolette », les Cahiers de l’Association (...)

56Dans Aucassin et Nicolette, les voix collectives sont aussi très rares si l’on excepte les rumeurs qui annoncent la fuite et la mort de Nicolette. Les marchands qui les font voyager, les habitants de Turelure peuvent bien être rassemblés momentanément dans ces voix mais sans jamais accéder au discours direct24. Ils restent intégrés au récit du narrateur sans être incarnés par un personnage. Lorsque les personnages s’adressent à un groupe, un porte-parole se désigne : « li uns qui plus fu enparlés des autres » prend la parole pour les petits bergers (chapitre 18) ; quand Aucassin se dispute avec ses parents, c’est successivement son père ou sa mère qui lui expose leurs arguments (chapitres 1 et 2). La chantefable était-elle récitée et mimée par un seul jongleur comme le soutenait A. Pauphilet25 ou bien était-elle jouée par plusieurs acteurs selon l’opinion d’O. Jodogne26 ? Toujours est-il que l’écriture des dialogues est faite pour faciliter la prise en charge par deux acteurs, car les polylogues en discours direct y sont toujours ramenés à des dilogues soit par juxtaposition, soit par l’utilisation d’un porte-parole du groupe.

Les polylogues dans les textes en vers

57Cette forme de dialogue n’est pas usuelle dans les textes en vers, auxquels pour une fois j’ajoute Aucassin et Nicolette ; quand elle est présente, les auteurs ne l’utilisent pas au maximum de ses possibilités. Il s’agit le plus souvent d’un dilogue sur lequel vient se greffer un personnage tiers qui reste mal intégré à la trame dialogique. Il est rejeté sur les marges de la conversation ; il y intervient modestement ou ses interventions n’affectent pas la structure du dialogue. Seules dans ce corpus, la scène de cour entre Calogrenant, Keu, Yvain et la reine dans le Chevalier au lion et, dans une moindre mesure, la longue conversation où Guillaume raconte sa vie dans l’Escoufle présentent une structure plus originale.

Les interventions uniques

58Assez souvent, le tiers se limite à une seule réplique qui n’affecte pas en profondeur la structure du dialogue :

Illes li ber le roi apele
Sel fist venir en sa capele.
« Sire, ce dist le senescaus,
Il est ensi que des plus haus
Qui sont en toute vostre honor
M’avés fait aprés vos signor.
Grés et mercis en aiés vous
De Damediu qui maint sor nous.
Ce que m’avés offert et fait
Vos rende Dix au rice plait,
Quant ert del tot a son commant.
Congié vos quier, sire, et demant,
Et si vos renc ceste ballie ;
C’une vix gens, fausse et fallie
Qui maint home ont mort et traï,
Ont le mien et moi envaï :
Çou est Bretagne la petite.
Je le deüsse tenir quite,
Car oirs en est ma damoisele.
J’en ai oïe tel novele
C’aler m’i estevra sans faille.
Je ne puis laissier que n’i aille
Sans moi honir et abaissier.
– Comment ? Me volés vos laissier ?
Ki avra mais pitié en soi
Quant vos n’avés pitié de moi ?
Ma tere est vostre plus que moie
Et le riens que je mix amoie
Vos estoit plevie et donee.
Or mais ert terre abandonee,
Or ira ma terre a iscil
Et a dolor et a peril.
– Biax sire ciers, or entendés !
Par bone ensegne me mandés,
Se vos avés mestier d’aïe,
Que vostre gens soit envaïe :
Lués m’averés, ce vos plevis,
Por que je soie sains et vis.
Aussi me face Dix merchi,
Isnelement m’arés ichi ;
Si me doinst Dix rien que je quiere,
Ja mençoignieres vers vos n’ere. »
Et l’apostoles li a dit :
« Çou est assés, se Dix m’aït ;
Ne quit que Rome ait ja estrif
Por tant com il le sacent vif.
Diex le conduie, s’il li plaist,
Et li doinst cuer qu’il ne vos laist.
Ichi ne monte pas lons plais.
Li senescax est trop parfais,
Trop est de grant afaitement
Por vilener si faitement. »
Li empereres li a dit
Que il se fille pas n’oublit,
Qu’il le conseut, qu’en pregne cure.
Et cil li dist mout bien et jure
Qu’il le fera mout lïement.
Consel i metra bonement.
Li emperere mout l’onore,
Car il l’acole, baise et plore
Et l’apostoles autretel.
(Ille, v. 4484-4544)

59Au niveau structurel, ce dialogue est légèrement conflictuel. Ille annonce à l’empereur sa décision, la justifie et lui demande son congé. La réponse de l’empereur est un long reproche plaintif, faisant implicitement office de refus. Ille infirme ce reproche par une promesse de soutien : « Se vos avés mestier d’aïe / Que vostre gens soit envaïe : / Lués m’averés, ce vos plevis. » C’est là qu’intervient le pape qui renchérit sur cette promesse « Li senescax est trop parfais / Trop est de grant afaitement /Por vilener si faitement. » Il joint sa voix à celle du sénéchal pour construire cet engagement comme s’il ne s’agissait que d’une seule intervention promissive construite à deux voix (ce qui correspond à la troisième situation décrite par Véronique Traverso). À chaque fois, les adresses sont singulières. Ille, comme le pape, ne s’adresse directement qu’à l’empereur. Cette promesse renforcée emporte la décision de l’empereur qui l’accorde implicitement en formulant une requête, aussitôt acceptée par Ille. Le rôle structurel de l’intervention du pape ne sert ici qu’à renforcer l’acte de langage d’Ille. On pourrait la supprimer sans que la structure de la conversation soit affectée. Au niveau textuel, en revanche, cette réplique est mise en valeur par sa séparation avec les échanges entre Ille et l’empereur – puisqu’elle nécessite la réapparition d’un vers narratif – et par le discours indirect qui la suit. Elle clôt de manière magistrale le débat. Comment expliquer ce décalage entre le niveau structurel du dialogue et le niveau textuel ? Sans doute Gautier d’Arras a-t-il voulu donner de l’importance au rôle autoritaire du pape sans créer un dialogue qui lui donnerait une véritable place.

60Ainsi, nombreux sont les personnages qui, malgré leur rôle important, n’interviennent que peu dans les polylogues où ils peuvent être pourtant comptés comme participants. Leur unique intervention paraît souvent comme le signe de leur participation plutôt qu’une participation véritable.

La juxtaposition des dilogues ; le tiers introducteur

61Si on les examine attentivement, on se rend compte que nombre de polylogues ne sont que des dilogues juxtaposés. Le plus souvent, un locuteur s’adresse successivement à deux allocutaires. Un terme d’adresse, une nouvelle incise, viennent souvent signaler le changement de destinataire. Il ne revient jamais au premier. C’est ainsi qu’est construite la scène où Aucassin présente à son père, le comte Bougar qu’il a fait prisonnier :

« Pere, fait Aucassins, ves ci vostre anemi qui tant vous a gerroié et mal fait : vint ans ja dure cest guerre ; onques ne pot iestre acievee par home.
– Biax fix, fait li pere, tes enfances devés vos faire, nient baer a folie.
– Pere, fait Aucassins, ne m’alés mie sermonant, mais tenés moi mes covens.
– Ba ! Quex covens, biax fix ?
– Avoi ! Pere, avés les vos obliees ? Par mon cief, qui que les oblit, je nes voil mie oblier, ains me tient molt au cuer. Enne m’eustes vos en covent que, quant je pris les armes et j’alai a l’estor, que, se Dix me ramenoit sain et sauf, que vos me lairiés Nicolete ma douce amie tant veir que j’aroie parlé a li deus paroles ou trois ? Et que je l’aroie une fois baisie m’eustes vos en covent ? Et ce voil je que vos me tenés.
– Jo ? fait li peres ; ja Dix ne m’aït, quant ja covens vos en tenrai ; et s’ele estoit ja ci, je l’arderoie en un fu, et vos meismes porriés avoir tote paor.
– Est ce tote la fins ? fait Aucassins.
– Si m’aït Dix, fait li peres, oïl.
– Certes, fait Aucassins, je sui molt dolans quant hom de vostre eage ment. Quens de Valence, fait Aucassins, je vos ai pris ?
– Sire, voire fait. Aioire ? fait li quens.
– Bailiés ça vostre main, fait Aucassins.
– Sire, volentiers. »
Il met la main en la siue.
« Ce m’afiés vos, fait Aucassins, que, a nul jor que vos aiés a vivre, ne porrés men pere
faire honte ne destorbier de sen cors ne de sen avoir que vos ne li faciés.
– Sire, por Diu, fait il, ne me gabés mie ; mais metés moi a raençon. […]
– Comment ? fait Aucassins ; ene connissiés vos que je vos ai pris ?
– Sire, oie, fait li quens Borgars.
– Ja Dix ne m’aït, fait Aucassins, se vos ne le m’afiés, se je ne vous fac cele teste voler.
– Enondu ! fait il, je vous afie quanque il vous plaist. »
Il li afie, et Aucassins le fait monter sor un ceval, et il monte sor un autre.
(Aucassin, chap. 10)

62Cette longue scène est frappante par sa vivacité qui lui procure un certain naturel. Dès lors, il est surprenant de voir le père d’Aucassin écouter sans mot dire l’étrange condition que son fils impose à son prisonnier. Aucassin sert de pivot et d’animateur avec ses deux interlocuteurs, il discute successivement avec chacun d’eux : A→B et A→C. Ce cas est lié à la nature théâtrale de la chantefable, mais il témoigne de la difficulté d’intégrer dans la structure même du dialogue un troisième personnage.

63Le personnage tiers peut n’avoir qu’un rôle introducteur entre deux locuteurs plus importants qui auront ensuite une véritable conversation. Il s’agit alors en général d’un personnage secondaire tant socialement que narrativement (un valet par exemple). Son rôle consiste soit à apporter une nouvelle qui sera ensuite commentée par les personnages essentiels au dialogue ; soit à mettre en présence les locuteurs. Il n’intervient plus par la suite. Il peut alors, selon les cas, n’avoir droit qu’à une seule réplique ou au contraire mener un véritable petit échange avec le personnage le plus important. Dans ce cas, le polylogue revient à deux dilogues juxtaposés. Le passage de l’un à l’autre peut adopter des modalités variées :

(1) Des messagers reviennent de Bretagne pour donner à Ille et à l’empereur des nouvelles du duc et de Galeron.
« Bel signor, font li mesagier,
Ce vos doit bien assoagier
Et alegier de grant anui,
Ice que vos orrés anqui.
Tote Bretaigne avons alee,
Quise ete requise et reversee ;
De Galeron, seror au duc
Et d’Ille, le fil Eliduc,
n’en set nus hom ne vent ne voie.
N’i a ne ju, feste ne joie :
Trestos li païs se demente
Et est en duel et en tormente. »
Quant Illes l’ot, si en lermoie
Et tint un baston qu’il paumoie
Et fait bien sanlant d’ome irié.
[…] « Senescal, fait se l’emperere,
Il est ensi com vous oés.
Mais or voel je, se le loés
Que vos selonc le convenance
Me faciés la reconnissance
Que l’apostoles vos requist,
Ensi com il le me redist.
– Biax sire ciers, et je l’otroi ;
Et cil qui est et uns et troi,
Sains Esperis et Fiex et Pere,
L’otroit ensi que nel compere
L’ame de moi al jugement,
Quant on venra au parlement. » (Ille, v. 3872-3951)

(2) Lunete amène Yvain voir la dame dont il vient de tuer le mari.
Si fu de paour esbahiz,
Quë il cuida estre trays.
Et c’estut loins celle part la,
Tant que la pucele parla,
Et dist : «. vc. dehaiz ait fame
Qui maine en chambre a bele dame
Chevalier qui ne s’en aproche,
Et qui n’a ne langue, ne bouche
Ne sens, dont acointier se sache. »
A cest mot, par le poing le sache
Si li dist : « En sa vous traiez,
Chevalier, et poour n’aiez
De ma dame qu’elle vous morde ;
Mez querez li paiz et acorde,
Et j’en proieray avec vous
Que la mort Esclados le Rous,
Qui fu ses sires, vous pardoint. »
Mesire Yvains maintenant joint
Les mainz, si c’est a genoulz mis,
Et li dist comme vraiz amis :
« Dame, ja voir ne crïeray
Merci, ainz vous mercïeray… » (Yvain, v. 1957-1978)

(3) Un pèlerin vient se plaindre à un moine du monastère où travaille Guillaume que celui-ci lui a pris sa mule. Le moine vient interroger Guillaume.
Il et ne sai quant en vont la
U Guilliaumes tenoit le mur,
[…] Quant li moines dist la parole,
S’on i feïst une carole
S’il eüst il grant assamblee.
Fait il : « Amis, fu [vos emblee]
Ceste beste k’avés ci prise,
Que cest hom aime tant et prise ?
– Sire, fait il, je ne di pas,
Mais por sa paine et por ses pas,
Se Diex les reçoive en bons grés,
Priés li, sire, et demandés
K’il vous die dont il li vint. »
[…] Or se rebaudist et enhaite
Li pelerins et aseüre
Pour la bonne chevaucheüre
Ou li vassals ne claime rien.
Ce fait il : « Vous dirai je bien
Comment jou l’oi ne dont il vint. » (Escoufle, v. 6236-6257)

64Le premier exemple est plus simple et correspond au cas rencontré le plus souvent quel que soit le type de texte : les messagers, A, parlent à tous et personne ne leur répond. L’empereur, B, prend appui sur ce qu’ils ont dit pour proposer à nouveau à Ille sa fille et son empire. Ille, C, lui répond.

A→tous
B↔C

  • 27 Sur ces notions, voir p. 211.

65Dans les deux exemples suivants, le tiers met en contact les interlocuteurs principaux et s’efface ensuite. On a donc la situation suivante A→B, puis B↔C. Le passage de la parole se fait ouvertement. Dans le premier cas, Lunete dicte à Yvain les propos qu’il doit tenir et lui donne explicitement le relais pour parler à la dame : elle fournit l’intervention initiative27 (i1) qu’Yvain relaie (i2). La dame fournira ensuite le mouvement réactif (r). On appelle relais le fait, pour le deuxième locuteur, de répéter au troisième interlocuteur les propos tenus par le premier. Ces propos sont, dès l’origine, destinés à ce troisième interlocuteur mais pour une raison quelconque le premier locuteur ne les lui adresse pas directement. Le tour de parole du deuxième locuteur, le répétiteur, constitue à la fois une initiative par rapport au dernier personnage et la réaction implicite au tour de parole du premier. L’échange peut se décomposer comme suit, selon les modèles de V. Traverso :

A. Lunete→Yvain. -i1
B. Yvain→Laudine. – relais r1 / i2
C. Laudine→Yvain. – r2

66Dans le dernier exemple, c’est B, Guillaume, qui demande à A de relayer sa demande d’information. Mais, alors que C, le pèlerin, n’est pas l’allocutaire désigné, il fait cependant intrusion dans la conversation à la place de A pour répondre lui-même et éviter à A de l’interroger en relais. Son intrusion est légitimée par le fait qu’il était le sujet de la conversation.

A (le moine)→B (Guillaume) : -i1
B (Guillaume)→(le moine) : -r1 + i2 (demande de relais)
On attend :
A (le moine)→(le pèlerin) : -relais r2/ i3
C (le pèlerin)→(Guillaume) : r3
On a
C (le pèlerin)→(Guillaume) : -r2

67Si le tiers introducteur est le plus souvent un simple outil de renseignement négligeable, il peut, plus rarement, comme Lunete exprimer son caractère dans une réplique ironique et piquante ou comme le moine de l’Escoufle recevoir une réaction explicite avant que son interlocuteur ne le laisse pour un autre allocutaire.

L’évaluation par le tiers

  • 28 Escoufle, v. 1686-1689.

68Toujours rejeté aux marges de la conversation, le tiers peut intervenir à la toute fin du débat pour en commenter la résolution : ainsi dans l’Escoufle, l’impératrice renchérit sur la promesse de son mari auprès du comte Richard28. L’empereur demande à celui-ci de rester à son service et s’engage à lui offrir terres et épouse, ce qu’accepte le comte. L’impératrice, dont on ignorait la présence, intervient alors pour apporter sa propre garantie à cet engagement. Il s’agit souvent de la parole d’un roi ou d’un seigneur qui tranche un débat entre deux subalternes. L’évaluation par le tiers est un phénomène d’intrusion que nous retrouverons par la suite dans les textes en prose. Les textes en vers l’utilisent surtout en fin de dialogue, ce qui donne à celui-ci un aspect fermé.

Deux cas exceptionnels : L’Escoufle et Yvain

  • 29 Au niveau des enchaînements de répliques, je ne prends pas en compte les gestes des personnages ou (...)
  • 30 Mais on peut supposer qu’il s’agit du comte, celui-ci étant le précédent interlocuteur.

69Le long récit de Guillaume à la cour du comte de Saint-Gilles rassemble diverses situations originales qui se démarquent de ce que l’on trouve généralement dans les textes en vers. Ici la forme du dilogue est compliquée par les prises de paroles d’un nombre important d’autres locuteurs. Si cette scène est dominée par Guillaume à qui revient l’essentiel du temps de parole, la diversité des intervenants qui lui posent des questions ou qui font des commentaires en fait un cas particulier, différent de la majorité des dialogues en vers. La conversation est essentiellement dirigée par le comte. C’est lui qui accueille le jeune homme et commence à l’interroger. Le dialogue se déroule en trois temps : tout d’abord la mise en place du récit (v. 7368-7457) où se négocient les conditions de narration, Guillaume n’acceptant de parler que s’il est payé. Vient ensuite le récit proprement dit (v. 7458-7679), entrecoupé29 de commentaires variés, formulés par des énonciateurs collectifs ou anonymes, « tuit cil de la maison » ; « cascuns », ou le comte, ou de questions dont on ne sait, faute de discours attributif, qui en est l’énonciateur30. À ce stade, le récit est terminé et une remarque du narrateur semble conclure cette séquence : « Or set li cuens pour qu’il manja /Le cuer. » (v. 7664). La comtesse prend alors la parole pour formuler à son tour une question et demande à Guillaume le nom de son amie. C’est la deuxième intervention de la dame : elle a déjà poussé Guillaume à entamer son récit en lui confirmant le don de mille marcs que le comte proposait en échange de son histoire. Au plan structurel, son intervention n’avait pas une grande importance, mais au plan narratif, elle avait permis à Guillaume de commencer son récit. La deuxième fois, par cette révélation du nom d’Aélis, elle va permettre à la jeune fille de prendre l’initiative et de se jeter dans les bras de son ami, décentrant le dialogue sur le couple. À chaque fois, ses interventions ont eu une fonction de seuil. La comtesse permet donc dans ces deux cas la mise en route d’une action, de même que c’est elle qui, au plan du récit tout entier, permet le rapprochement des deux jeunes gens dans son comté.

70Située tout d’abord entre le comte et Guillaume, la conversation se centre ensuite sur Guillaume et Aélis et rejette les autres personnages au rang de commentateurs-spectateurs :

« Di va ! Biau frere, cui j’acol,
Estes vous donc li miens amis ?
– Mais vous, fait il, qui m’avés mis
Vo bras au col si doucement,
Qui estes vous ? – Amis, comment !
Si ne me reconnissiés mie ?
Jou sui Aelis vostre amie
Qui vous donai l’anel ma mere
Dont li anuis et la misere
Nous vint premiers par vo folie. »
La pucele l’estraint et lie
De ses biaus bras et il des siens. […]
Fait la contesse al conte : « Or es ce
Grans honours que Diex nous a fait[e]. »
Cascuns de laiens s’en rehait[e]
Pour la joie de cele trueve.
La pucele li prie et rueve
k’il li die qu’il avoit fait
De l’anel dont li grant dehait
Et li anui i sont venu.
« Dame, fait il, j’ai puis eü
Mainte soffraite de tout bien
Que je vous perdi, mais pour rien
Ne m’e[n] vols onques descanter. » […]
Ml’t par font grant joie a[l] descoudre
Les puceles, li cuens, sa feme.
Fait la contesse : « Gentils dame,
Tant vous estes vers moi celee ! » […]
« Diex fait li cuens, com or sui aise
De l’onour que m’avés donee ! »
Cil la baise a unne alenee
Plus de. c. fois et ele lui.
(Escoufle, v. 7694-7734)

71La situation se dédouble alors, Guillaume et Aélis sont au centre de l’action, et leur dialogue devient un spectacle que les autres personnages observent et commentent, entre eux d’abord, ce qui produit un enchâssement ; ils le commentent ensuite avec Aélis, ce qui revient au phénomène d’évaluation par le tiers en fin de dialogue.

72Ce long polylogue nous montre une construction variée avec les moyens limités qui lui sont propres. On peut dire grossièrement qu’il est composé de deux dilogues, l’un entre Guillaume et le comte, comprenant deux petites interventions de la comtesse et un autre entre Guillaume et Aélis, sous le regard des autres personnages. Sans arriver vraiment à renoncer au dilogue, il permet cependant à chaque personnage de jouer un rôle narratif. Le comte mène la conversation, mais les interventions discrètes de la comtesse s’avèrent décisives : sans être au premier plan, elle témoigne de son efficacité bienveillante. Aélis, qui, malgré toute l’affection que ses maîtres ont pour elle, n’est cependant qu’une suivante, attend de pouvoir révéler son identité pour prendre le contrôle de la dernière partie de la conversation. Elle relègue alors ses maîtres au rang de spectateurs. Les autres membres de la maisonnée peuvent faire des commentaires dans une voix collective, quasiment chorale. Ce dialogue ne cherche pas à donner une place équivalente à chaque personnage, mais sa longueur permet cependant des situations variées, révélant de subtils jeux de hiérarchie et des observations psychologiques pertinentes.

73Le seul véritable polylogue des textes en vers de ce corpus se trouve au début du Chevalier au lion, en préambule au récit de Calogrenant. Il se caractérise par l’intrusion de la reine dans une dispute qui n’est pas la sienne : on appelle intrusion toute intervention d’un locuteur qui ne doit pas « légitimement » prendre la parole. Celle-ci est en effet destinée, à la fin du tour de parole du premier locuteur, A, à son allocutaire désigné, B. Si un autre personnage, C, parle à la place de B, il commet une intrusion. Celle-ci est moins grave si C était déjà un participant ratifié, allocutaire secondaire de cet échange, plus ou moins directement impliqué dans les propos tenus, les cas d’intrusion d’un « bystander » étant plus difficiles à accepter. Il y a donc divers degrés d’intrusion, depuis celui du témoin qui, se trouvant là mais sans être un participant ratifié, prend la parole brusquement, jusqu’à celui du compagnon qui était déjà indirectement « adressé » par le locuteur dans un trope communicationnel. L’intrus peut intervenir au milieu d’un échange, prenant la place de l’allocutaire désigné dans le mouvement réactif attendu, allant parfois jusqu’à couper la parole au premier locuteur – après A→B, au lieu d’avoir B→A, on a C→A – ou en fin d’échange, alors que la parole devait revenir à A, le premier locuteur. Dans cet exemple, la virtuosité de l’enchaînement des paroles des personnages traduit non la vivacité d’une conversation plaisante, mais le désordre d’une cour, dépourvue d’autorité et envenimée par une langue qui « tant a d’esquemenie » :

Que quë il sen conte contoit
Et la royne l’escoutoit,
Si s’est de les le roi levee
Et vint sour aus si a emblee
Q’ainz que nus le peüst veoir,
Se fu laissie entr’eus queoir ;
Fors que Calogrenans sans plus
Sali en piés contre li sus.
(I) Et Queuz, qui mout fu ramporneus,
Fel et poignans et despiteus,
Li dist : (a) « Par Dieu, Calogrenant,
Mout vous voi or preu et saillant,
Et encor mout m’est bel que vous
Estes li plus courtois de nous,
Et bien sai que vous le quidiés,
Tant estes vous de sens widiés ;
S’est drois que ma dame l’otrit,
Que vous aiés plus que nous tuit
De courtoisie et de proeche.
Ja laissames or pour pereche,
Espoir, que nous ne nous levames
Ou pour che que nous ne deignames.
En nom Dieu, sire, non feïmes,
Mais pour che que nous ne veïmes
Ma dame ains fustes vos levés.
– (a1) Chertes Kés, ja fussiés crevés,
Fait la roÿne, au mien quidier,
Se ne vous peüssiés widier
Du venin dont vous estes plains.
Enuieus estes et vilains
De ramporner vos compagnons.
– (a2) Dame, se nous ne gaagnons,
faitKeu, en vostre compagnie,
Gardés que nous n’i perdons mie.
Je ne quit avoir cose dite
Qui me doie estre a mal escrite.
Je vous pri or, taisiés vous ent !
Il n’a courtoisie ne sens
En plait d’uiseuse maintenir ;
Chest plait ne doit avant venir,
Ne l’en nel doit plus haut monter.
(b1) Mais faites nous avant conter
Che qu’il avoit ains commenchié,
Que si ne doit avoir tenchié. »
A cheste parole s’apont
Calogrenans et chi respont :
« Sire, fait il, (a3) de la tenchon
N’i a mie grant mesproison ;
Petit m’en est, a poi le pris,
Se vous avés vers moi mespris,
Je n’i arai ja nul damage.
A miex vaillant et a plus sage,
Mesire Keus, que je ne sui,
Avés vous souvent dit anui,
Que bien en estes coustumiers.
Tous jours doit puïr li fumiers,
Et tahons poindre et malos bruire,
Si doivent enuieus mesdire.
(II) (b2) Mais je n’en conterai hui mes,
Se ma dame m’en laisse em pais,
Et je li pri qu’ele s’en taise,
Que ja chose qui me desplaise
Ne me commant, soie merchi.
– (b3) Dame, trestuit chil qui sont chi,
Fait Keus, boin gré vous en saront,
Que volentiers l’escouteront ;
Ne n’en faites or riens pour moi,
Mais, foi que vous devés le roi,
le vostre seigneur et le mien,
Quemandés li, si ferés bien.
– (a4) Cologregnant, fait la royne,
Ne vous chaille de la haïne
Monseigneur Keu, le seneschal ;
Coustumiers est de dire mal,
Si qu’on ne l’en puet chastïer.
– (b3) Quemander vous veul et proier
Que ja n’en aiés au cuer ire,
Ne pour lui ne laissiés a dire
Chose qui faiche a oïr.
Se de m’amor volés joïr,
Si commenchiés tout de rechief.
– (b4) Chertes, dame, che m’est mout grief
Que vous me quemandés a faire.
Ains me laissaisse. i. des iex traire
Que hui mais nule riens contaisse,
Se courouchier ne vous doutaisse ;
Mais je ferai che qu’i vous siet,
Comment que la chose me griet.
Puis qu’i vous plaist, or entendés !
Cuer et oroeilles me rendés. »
(Yvain, v. 61-150)

74Deux polémiques (I) et (II) se succèdent qui scindent à chaque fois les trois participants en deux groupes antagonistes. La première oppose Keu à Calogrenant soutenu par la reine. C’est elle qui répond aux reproches du sénéchal. La deuxième polémique porte sur le récit de Calogrenant, que celui-ci refuse de reprendre malgré les demandes pressantes de Keu et de la reine.

75(II) Keu prend pour prétexte l’interruption du récit de Calogrenant lors de l’entrée de la reine dans la salle pour reprocher à celui-ci une courtoisie jugée excessive et déplacée en raison de son présent statut de conteur, (a).

  • Ce n’est pas l’allocutaire désigné de Keu qui répond mais la reine, (a1), sa réaction prend la place de celle de l’allocutaire désigné, Calogrenant. Cependant son rang lui donne une autorité qui permet cette intrusion et le fait d’être impliquée avec Calogrenant dans les reproches la renforce. Elle vient en aide à Calogrenant et « monte » avec lui une « coalition » contre Keu, phénomène fréquent des trilogues qui se décomposent facilement en 2+1. Elle fait monter d’un cran la polémique en attaquant directement Keu sur sa personne et non uniquement sur son action.
  • Keu lui répond en niant la faute incriminée « Je ne quit avoir cose dite / Qui me doie estre a mal escrite. » et en lui retournant l’insulte de manière indirecte (a2). Il exige la fin de la polémique et lui demande de prier Calogrenant de relancer son récit, c’est-à-dire qu’il lui demande de relayer sa requête (b1). Cette demande de relais anticipe sur la deuxième partie de la dispute.
  • Mais, là encore, ce n’est pas l’allocutaire désigné qui répond, puisque c’est Calogrenant qui, reprenant la parole, réagit enfin à la première intervention de Keu. Il refuse de relancer la polémique, ce qui met donc fin au premier cycle.

76Ainsi la reine fait irruption au sein d’un échange A↔B : Keu « Calogrenant ; un échange A↔C (Keu↔la reine) y est enchâssé. Mais les locuteurs A et B prennent la parole sans être désignés et la demande de relais permet de relier ce début de conversation avec la suite.

77(II) En effet, Calogrenant refuse la requête de Keu, (b2). Ce faisant, il anticipe sur le relais que devait fournir la reine. Il désigne celle-ci d’ailleurs comme allocutaire.

  • Une nouvelle intrusion se produit alors puisque c’est Keu qui reprend la parole pour réitérer sa demande (b3) de relais auprès de la reine. Comme il était le destinataire précédent, sa prise de parole n’est pas illégitime, mais on peut s’étonner de ce qu’il ne réponde pas à Calogrenant : une nouvelle coalition, reine + Keu, se forme contre Calogrenant. Cette nouvelle demande est plus pressante puisqu’elle se fait au nom de la foi que Guenièvre doit au roi.
  • La reine joue cette fois son jeu de relais et prie Calogrenant de reprendre son récit (b3). La parole de la reine vient renforcer la requête de Keu, le changement de demandeur permet de la rendre plus pressante. La demande de relais est ici intégrée à une spirale d’interventions, de la même manière que Keu avait dû, lui aussi, renforcer sa requête pour obtenir que la reine accepte de servir de relais. Par ailleurs, la reine réfute les reproches (a4), que Keu avait proférés à l’égard du chevalier, ce qui permet de boucler le cercle des interventions sur ce thème.
  • La réaction de Calogrenant (b4) est alors positive, ce qui met fin à la deuxième série de négociations et permet au conte de commencer.

78Dans cette deuxième partie, la reine était à deux reprises l’allocutaire désignée par Keu et par Calogrenant, mais elle ne répond explicitement qu’au premier des deux hommes. Cependant, même si conformément au mépris qu’elle affiche envers lui, elle affecte de négliger Keu, elle relaie quand même son message.

79Ainsi donc, c’est la présence de la reine qui modifie profondément ce qui aurait pu n’être qu’un dilogue entre Keu et Calogrenant. Elle prend momentanément la place de ce dernier dans la première partie du dialogue, puis celle du sénéchal dans la seconde. La diversité de son rôle, la souplesse avec laquelle elle intervient, peut renvoyer au désordre que provoque sa présence dans la structure stable du récit de Calogrenant. Ce dialogue est donc d’une grande complexité puisque, d’une part, il mêle deux cycles de négociations, l’un franchement polémique et l’autre plutôt directif, aux frontières floues ; puisque, d’autre part, les personnages outrepassent leur rôle de tiers pour prendre la parole à la place de l’allocutaire désigné afin de former des coalitions ; puisque, enfin, les requêtes circulent en relais et se renforcent ainsi en passant par la bouche d’un locuteur autorisé. Chrétien de Troyes joue ici de la tradition attachée déjà à chaque personnage puisqu’il ne peut utiliser le personnage de Keu sans mettre en branle tout le programme narratif qui lui est lié. Notons cependant qu’il ne fait pas entrer en scène Gauvain, ni Yvain qui en sont pourtant témoins, il se limite à un trilogue, alors que le Tristan en prose s’efforcera de mettre en scène le plus grand nombre possible de barons d’Arthur. D’autre part, la violence de cette polémique, la difficulté des personnages à la laisser s’apaiser (ils la reprendront dès la fin du récit de Calogrenant, mais cette fois Yvain remplacera son cousin et comme cible et comme protagoniste), comme le récit « à l’envers » de Calogrenant, qui parle « non de s’onnor, mais de sa honte », tout montre un profond malaise dans cette journée festive de Pentecôte. Le roi a été retenu trop longtemps au lit par sa femme, il dort laissant seule sa cour. Le manque de repère et d’autorité entraîne un désordre qui ne cessera que lorsqu’il sortira de sa chambre. Il demande alors de quoi il s’agit :

Delés la roïne s’assist,
Et la royne maintenant
Les nouveles Calogrenant
Li reconte tout mot a mot.
Que bien et bel conter li sot.
Li rois les oï volentiers,
Et fist trois seremens entiers
L’ame de Pandragon son pere
Et la son fil, et la sa mere
Qu’il iroit veoir la fontaine [.]
Et dit quë avec li iront
Tuit chil qui aler y vaurront.
De che que li rois devisa,
Toute la cours miex l’em prisa. (Ibid., v. 654-672)

  • 31 Sur ce thème, voir James-Raoul D., La Parole empêchée, Paris, Champion, 1997 ou « La Parole empêch (...)

80Le schéma de ce nouveau dialogue est simple : la reine explique, le roi décide, les barons unanimes apprécient. Ainsi, loin de représenter comme dans les extraits du Lancelot ou le Tristan présents dans ce corpus, une société nettement plus idéale et plus courtoise, ce polylogue isolé participe du soupçon qui pèse sur une certaine forme de parole dans les romans de Chrétien de Troyes31.

81Les textes en vers expérimentent divers procédés pour donner place dans leur dialogues à leurs personnages : cherchant à dépasser le système des voix collectives et des porte-parole, ils symbolisent la participation de chaque individu par quelques répliques discrètes, disposées le plus souvent à la marge des dialogues. Leur présence est de l’ordre du signe, la conversation n’en est pas fondamentalement affectée, mais reste en profondeur un dilogue.

Les polylogues dans les textes en prose

  • 32 Sur la définition de ces termes, voir Combes A., Les voies de l’aventure : réécriture et compositi (...)

82Les textes en prose arthuriens se caractérisent par un tel goût du dialogue qu’ils en expérimentent toutes les possibilités structurelles, pour mettre en scène une société courtoise révolue dont ils portent le souvenir nostalgique. De même que les techniques de l’entrelacement permettent de mettre en scène la prolongation temporelle d’une action dans un autre lieu et avec un autre acteur, le chevauchement temporel de deux actions, ou enfin le recouvrement temporel de deux actions32, de même les dialogues des textes en prose essayent de mettre en scène le prolongement d’un échange avec d’autres locuteurs, ou le chevauchement, ou le recouvrement de deux échanges. Ils participent là d’une volonté d’exhaustivité et de complétude qu’Annie Combes reconnaît aussi dans les récits de Villehardouin ou de Robert de Clari. Cependant, dans les dialogues, seul le discours attributif fait fonction de régie. Cette importance primordiale explique sa multiplication dans la prose.

  • 33 Par exemple, Tristan 1, chapitres 175-176.
  • 34 Par exemple, Merlin, 32, l. 52-74 ou Tristan 1, chapitre 146.

83On trouvera donc dans les textes des exemples divers de situations propices au polylogue. Là encore, le modèle qui domine est le type A→B ; A→C, c’est-à-dire que les échanges internes à la conversation sont plutôt dyadiques comme dans les textes en vers, mais avec un plus grand roulement des personnages. Les personnages se parlent plutôt deux à deux mais changent plus souvent d’interlocuteur et passent facilement de l’un à l’autre. Les intrusions ou les relais deviennent la norme et le « tiers » est moins marginalisé. Les techniques que nous avons identifiées dans les romans en vers restent largement utilisées, nombre de valets ou de chevaliers anonymes ne servent qu’à introduire une conversation33 ; les membres du conseil du roi discutent devant Pendragon qui n’ouvre la bouche que pour prendre une décision en toute fin de dialogue34. Les trois romans en prose de ce corpus privilégient des techniques différentes qui en empêchent une analyse globale. Avant de les examiner, nous observerons la situation dans la Fille du comte de Pontieu, intermédiaire entre les textes en vers et les grandes sommes arthuriennes.

La Fille du comte de Pontieu : une structure paradigmatique

84La Fille du comte de Pontieu laisse peu de place à l’écriture polylogique : il n’y a que deux véritables polylogues dans ce texte, mais on les trouve dans les moments clés du récit et utilisés de manière à insister sur la « performativité » de la prise de parole individuelle. Le premier polylogue est la délibération des brigands pour savoir ce qu’ils feront de la dame :

L’un des larons l’esgarda et dist :
(A) « Segneur, j’ai mon frere perdu, si voel avoir ceste dame en restor. »
Li autres dist :
(B) « Ausi ai jo men cousin germain, autant i clain jou comme vous. »
Et autel dist li tiers (C), et li quars (D). Et li quins leur dist :
(E) « Segneur, en li retenir n’arons nous mie grant preu, mais menon le en ceste
foret et faisons de li nos volentés, puis le remetons a voie et le lasons aler. »
Ensi le fisent, et le remenerent a le voie. (Pontieu, 5, l. 135-144)

85Ce petit dialogue illustre la zizanie et le désordre permanent chez les brigands par la régularité extrême de sa structure. Chaque voleur produit à tour de rôle un énoncé identique jusqu’au cinquième qui conclut et fait la seule offre recevable. L’énoncé de A, comme l’indique l’appellatif, s’adresse à tous, en revanche les énoncés de B, C et D sont sans doute adressés d’abord au premier locuteur avant de concerner le reste du groupe : l’adverbe aussi, la comparaison comme vous indiquent la prise en compte de l’énoncé précédent. Cependant la construction de B et sa revendication similaire en font un énoncé moins réactif que concurrent, parallèle, comme le seront les énoncés de C et D exprimés dans un discours très narrativisé. Ils prétendent se placer au même niveau initiatif. Ce qui importe ici est la mise en parallèle des revendications des voleurs. C’est ce parallèle qui mime (et qui mine) le débat, tranché enfin par une résolution d’une nature différente. La subordination stylistique des répliques de C et de D empêche ce dialogue de se répéter à l’excès sans modifier son aspect régulier. Sans doute, peu à l’aise pour gérer des voix opposées se contredisant, l’auteur invente cette forme symétrique où, sans se répondre vraiment, les voix se construisent de manière paradigmatique, sanctionnée à la fin par la décision. Il donne aussi par ce phénomène l’illusion de la simultanéité entre les propos de B, C et D. L’exigence revendicatrice de chacun empêche d’organiser un véritable débat et aboutit à cette forme qui symbolise le désordre.

86De même, dans la grande discussion de révélation où la dame révèle à sa famille sa véritable identité, la solennité des engagements de chacun des personnages est mise en scène par une structure là aussi paradigmatique et régulière. Cette conversation commence par un dilogue entre la dame et le comte qui lui raconte l’histoire de sa fille. À la fin de son récit, la dame, en position haute, fait un commentaire, expliquant enfin aux hommes réunis le sens du geste commis :

« A ! fait la dame, bien sai que voir avés dit, (a) et bien sai por quoi ele le vaut ocirre.
– (a’) Dame, por quoi ?
– (a’’) Por le grant honte qu’il avoit veu que ele avoit soufferte et rechut devant lui. »
Et quant mesires Tiebaus l’oï, si commencha a plorer molt tenrement et dist :
« (b) Elas ! Ques coupes i avoit ele ? Dame, fait il, si me voelle Diex delivrer de la prison u je sui, ja por ce pieur sanllant ne l’en eusse fait.
– (b’) Sire, fait ele, che ne cuidoit ele mie adont. (c) Or me dites, fait ele, lequel le cuidiés vous miex, ou vive ou morte ?
– (c’) dame, font il, nous ne savons mie lekel.
– (c’’) Mais bien sai, fait li quens, que cruel venjanche en fu prise.
– (d) Et s’il plaisoit a Dieu, fait la dame, k’ele fust escapee de cel tourment et vous en poiés noveles oïr, k’en diriés vous ?
– (d’x) Dame, fait li quens, je ne seroie mie si liés d’estre delivrés de ceste prison et d’avoir autant de terre en crutures que jou oi onques.
– (d’2) Dame, fait mesire Tiebaus, et je ne seroie mie si liés d’avoir le plus bele dame du mont et d’avoir le roiaume de France avoec lui.
– (d’3) Chertes, dame, fait li joules, n’on ne me porroit douner ne prametre de quoi je fusse si liés. »
Quant la dame oï lor paroles, si li atendri li cuers et dist :
(d’’) Diex en soit aourés ! (e) Or gardés qu’il n’ait faintise en vos paroles. »
Et il dirent tout troi a une vois :
« (e’) Dame, non a il. »
La dame commencha a plourer molt tenrement :
« (f) Sire, or poés vous dont dire ke vous estes mon pere, et que je sui vostre fille, et vous estes mes barons et vous estes mes freres. »
Quant il oïrent chou, si furent molt lié. (Ibid., 16-17, l. 468-471 et l. 471-494)

  • 35 Voir infra p. 270.

87La dame finit d’abord le dilogue entamé avec le comte, elle commente son récit et annonce une information « bien sai por quoi ele le vaut ocirre. », selon ce que nous appellerons le protocole d’annonce d’une information35. Mais un commentaire « Elas ! Ques coupes i avoit ele ? » (b), est apporté par un tiers jusqu’ici silencieux, Thibaut, qui disculpe enfin sa femme et permet ainsi par cette « profession de foi », la restauration du lien conjugal. Son intervention sert de transition entre la séquence du dialogue menée par le comte et la révélation de sa fille. Celle-ci entame alors une procédure de questionnement dont la régularité illustre l’aspect dramatique. Elle interroge l’ensemble du groupe qui lui répond de manière collective, (c / c’) : « Or me dites, fait ele, lequel le cuidiés vous miex, ou vive ou morte ? – Dame, font il, nous ne savons mie lekel. », le comte ajoutant à cette réponse un commentaire qui exprime son repentir et permet la réconciliation familiale. Le dialogue s’est ouvert à une adresse véritablement collective et entraîne une voix collective pour la réponse, si ce n’est celle du chef de lignage, seul responsable de la vengeance exercée sur la dame. Celle-ci pose alors une autre question « Et s’il plaisoit a Dieu k’ele fust escapee de cel tourment et vous en poiés noveles oïr, k’en diriés vous ? » et tous les prisonniers répondent l’un après l’autre selon leur place dans la hiérarchie familiale, (d / d’1d’2d’3). Nous sommes là dans le premier cas de figure décrit par Véronique Traverso : un locuteur s’adresse à tous les allocutaires, A→{B, C, D} (la dame–aux trois hommes) qui répondent chacun à leur tour – ou tous en même temps si l’on fait l’hypothèse que cette solution permet aussi de mimer la simultanéité des propos. La réponse est strictement adressée à A : B→A ; C→A ; D→A (le père→la dame ; l’époux→la dame ; le frère→la dame). « L’univocité » précédente marquait l’acceptation par le groupe, l’unité ; cette deuxième réponse individuelle marque l’intériorisation de l’engagement de chacun, la pluralité des opinions concordantes. La somme de ces expressions individuelles produit un effet de totalité qui dépasse les simples voix unanimes qui les encadrent. L’acte de langage promissif de chacun a plus de force que celui du groupe pris ensemble. De plus, en dehors de l’ordre hiérarchique familial, les répliques réactives sont indépendantes les unes des autres : on peut en supprimer ou les déplacer sans que le sens de chacune n’en souffre. Elles ont toutes la même force et la même valeur, signe de l’égalité de chaque participant et de son entière responsabilité dans sa décision. Une telle structure est rare dans la vie courante et plus encore dans ce corpus, où elle est remplacée en général par une structure dyadique organisée autour d’un animateur : A→B ; B→A, puis A→C ; C→A. C’est une invention originale pour résoudre économiquement le problème de l’engagement et de l’adresse collective. L’auteur de ce petit texte trouve une solution idéale, presque abstraite, pour symboliser l’engagement des individus pris dans un groupe. Il utilise donc par deux fois des structures paradigmatiques pour élaborer un type de polylogue véritable où chacun parle à tous. Le polylogue est compris comme n’étant ni une succession ni un enchâssement de dilogues, mais un cadre particulier où les voix individuelles, montées « en parallèle », co-construisent une intervention au sein d’un échange, où leur somme illustre le désordre ou la concorde.

Le Merlin en prose : la domination du devin

88Le Merlin propose lui aussi des solutions singulières sous l’effet conjugué des conseils et autres débats politiques malmenés par la personnalité de Merlin. À la différence des autres textes arthuriens, ce roman n’a pas un personnel romanesque particulièrement développé, les personnages qu’il invente (Blaise, Ulfin…) n’ont qu’une existence limitée dans l’espace ou dans le temps et n’ont guère de programme narratif particulier. Aucun diable, aucun juge, aucun conseiller, en dehors d’Ulfin ou d’un baron, ne sort assez du lot pour que sa voix persiste au-delà de quelques dialogues. En revanche, Merlin transforme profondément le système collégial de prise de décisions.

L’importance des relais

89Le protocole des conseils politiques impose des structures interrogatrices particulières. Les personnages inférieurs (A) sont contraints de demander au personnage supérieur (B) d’interroger un tiers (C) à leur place. Ils s’effacent devant cet autre questionneur, qui fait office de « président de séance ». Il est difficile de parler à Merlin, les personnages non-initiés doivent passer en particulier par les personnages accrédités que sont les rois. Ces demandes de relais peuvent aussi concerner l’un des rois lui-même ou l’un de ses conseillers. Ce procédé, outre qu’il obéit à des règles de bienséance, peut avoir un intérêt stratégique : il permet de mettre au courant B d’un élément d’information connu souvent à la fois par A et par C, sans que ce soit A qui le formule, rejetant ainsi la responsabilité de sa formulation sur C. A tient à ce que B soit informé de la bouche de C. À chaque fois les échanges sont dyadiques, mais l’importance des relais fait que chaque participant ratifié devient adressé à un moment ou à un autre de la conversation. Le baron mettant Merlin à l’épreuve devant Pendragon utilise à trois reprises cette stratégie à laquelle le devin va réagir différemment :

(1) Et cil dist le roi :
(A) « Vez ci Merlin qui est uns des plus saiges hom dou monde et de meillor consoil, sire. […] Por quoi je vos pri et a touz ces autres qui ci sont, por Dieu, quar vos savez bien que je sui malades, que vos li priez, s’il vos plaist, qu’il me die de quel mort je morrai, se il le set : quar je sai bien que, se il veult, que il le me puet bien dire. »
B) Et il en prient tuit Merlin. Lors respondí Merlins qui toute la parole de lui ot entendue et sot bien l’envie et le mauvais cuer que il portoit, si dist ce que il savoit bien que voirs estoit.
(C) « Sire, dist Merlins, vos m’avez prié que je vos die de vostre mort. Je la vos dirai : ce sachiez bien que le jor que vos morroiz vos charroiz d’un cheval et vos briseroiz le col ; et einsi partiroiz le jor de vie. » Et quant cil l’entendi, si dist le roi :
(A) « Sire, vos oez bien que il m’a dit, et Diex m’en gart. » (Merlin, 41, l. 20-37)
(2) Et quant il furent la, cil ot apareillié sa femme qui cheï as piez le roi et dist :
(A’) « Sire, por Dieu, faites moi dire a vostre devin de mon seignor que je gart ci en langor, se il jamais garra. »
Et li rois en fist molt prise chiere, si resgarda Merlin et li dist :
(B) « Porroiez vos rien savoir de ce que ceste femme me demande de la mort son seignor, se il jamés garra ? »
Et il respont :
(C) « Sire, je voil que vos sachiez que cil malades qui ci gist ne puet pas morir de cest mal ne en cest lit. »
Et li malades s’esforce molt par samblant de parler et dit :
(A) « Sire, por Dieu, de quele mort morrai je doncques, quant de ci eschaperai ? »
Et Merlins respont :
(C) « Le jor que tu morras, seras trouvez pendant et pendras cel jor, quant tu morras. » Einsis s’en torna Merlins et fist semblant que il fust iriez. (Ibid.., 41, l. 53-67)
(3) Einsi vindrent la ou li abés les mena et demanda au roi :
(A’) « Sire, por Dieu, faites moi dire a vostre devin se jamais cist prodom porra garir. »
Et Merlins fait semblant que il se corrout et dist :
(C) « Il se puet lever, il n’a nul mal et por noient m’essaie, quar il li covendra morir as semblances des. II. manieres que je li ai devisiees. Et je li dirai la tierce, plus diverse que les. II., quar saiche bien que li jor qu’il morra, il se brisera le col et pendra et neiera. […] »
Et cil respont et se lieve en son seant et dit au roi :
(A) « Sire, or poez vos bien conoistre sa folie, car il ne set que il dit. Et coment porroit ce estre que il poïst voir dire, quant il dit que le jor que je morrai je me briserai le col et que pendrai et que je neierai ? Mais je sai bien que tout ce ne puet avenir de moi ne d’autrui. Or esgardez se vos estes saiges qui tel home creez et faites seignor de vos et de vostre consoil ! »
Et li rois respont :
(B) « Je nou mescrerai ja tant que je saiche de quel mort vos morroiz. »
(Ibid., 42, l. 40-62)

90Ces trois extraits dans lesquels Merlin est mis à l’épreuve par un baron de Pendragon sont tous construits de la même manière : un personnage demande au roi d’interroger Merlin pour lui. Il s’agit la première fois du baron lui-même, les deux fois suivantes d’une personne qui le représente. Dans le premier exemple, le roi et son conseil, réunis dans le discours narrativisé, interrogent Merlin qui ne leur répond pas directement mais s’adresse à leur mandataire, le baron lui-même. Dans le deuxième cas, Merlin ne répond ni au baron, et encore moins à sa femme, mais au locuteur, le roi, qui lui a demandé de répondre. Il ignore l’énonciateur originel de la question. Dans le troisième cas, Merlin, las de cette comédie, anticipe le relais et répond directement au roi ou à tous sans attendre que la question lui soit directement posée. Le seul qui semble être exclu de cette réponse est alors le baron qui n’est représenté dans son discours que par la non-personne, « il ». Dans les deux premiers extraits, le roi, qui avait servi de relais, est ensuite plus ou moins évincé de la conversation : dans le premier, le baron prend la charge de commenter l’information reçue. Dans le deuxième, c’est encore ce dernier qui demande, cette fois directement, une précision à Merlin, le roi n’a plus qu’une fonction de témoin de l’échange recentré sur les deux principaux locuteurs, débarrassés de leurs intermédiaire. En revanche, dans le dernier exemple, c’est à lui que le baron demande de tirer une conclusion de cette histoire, après l’avoir commentée lui-même. Le roi se trouve donc dans la situation décrite précédemment, de commentateur final de la scène dont il vient d’être simple témoin.

91Cette séquence présente donc trois variations sur le principe du relais, selon lequel le destinataire C peut choisir de répondre soit à son interlocuteur direct soit à son mandataire. Un personnage ayant l’autorité de Merlin peut enfin négliger le relais. Cette technique permet une organisation du polylogue très structurée et policée apte à représenter une hiérarchie, mais suffisamment souple pour illustrer la caractéristique des participants à un polylogue qui sont tous auditeurs et donc potentiellement locuteurs, même s’ils ne sont pas tous directement adressés.

La parole spectacle

92Merlin est un metteur en scène de sa propre parole et celle des autres. Il intègre ses interventions à une véritable scénographie et organise la conversation des autres participants pour les commenter ensuite avec un tiers. Il se crée donc assez souvent un dédoublement à l’intérieur des polylogues : un premier niveau de conversation est observé par les autres personnages à un deuxième niveau méta-communicatif. Ce phénomène n’est pas limité au Merlin – on l’a déjà observé dans l’Escoufle et les piètres prestations de Lancelot à la cour d’Arthur prennent le même aspect spectaculaire – mais il prend dans ce roman une grande importance. Ainsi la présentation du devin aux membres du conseil de Pendragon se déroule ainsi sur deux plans, un niveau « acteur » et un niveau « spectateur » :

Lors [li rois] issi hors en la sale au plus tost que il pot et apela cels qu’il cuidoit qui conoississent Merlin. Et quant il i furent venu, si ot Merlins prise sa samblance en quoi il l’avoient veu. Et quant cil le virent, si distrent au roi :
(a) « Sire, nos disons certenement que ce est Merlins. »
Quant li rois l’oï, si s’en rist et demande :
(b) « Gardez que vos le conoissoiz bien. » Et il dient :
(b’) « Nos savons certenement que ce est Merlins. »
Et Merlins dit :
(a’) « Sire, il dient voir. (c) Or me dites vostre plaisir. »
Et li rois respont :
(c’) « Je vos voudroie molt prier, se estre pooit, que vos m’amesoiz et que je fusse molt acointes de vos, que cist prodome m’ont dit que vos estes molt saiges et molt de bon conseil. »
Et Merlins respont :
(c’’) « Sire, vos ne me requerrez ja de chose consoil que je ne la vos die, si je la sai. »
Et li rois dit :
(d) « Je vos voudroie molt volentiers prier, se vos plaist, que vos me deissiez se parlai mais pui a vos que je ving en ceste terre por vos querre. »
Et il respont :
(d’) « Sire, je sui l’ome que vos trouvastes gardant les bestes. » Quant li rois l’oï et cil qui avec lui estoient, si s’en merveillierent molt et dist a cels qui avec lui estoient :
(e) « Vos conoissez mauvesement cest home, quant il einsis vient devant vos et vos nou poez conoistre. »
Et cil dient :
(e’) « Sire, nos ne li veimes mes tel chose faire, mais nos creom qu’il puet faire et dire ce que nus autres qui or soit vif ne puet faire ne dire. » (Ibid., 34, l. 38-64)

93Le premier dilogue (abb’) entre le roi et ses conseillers constitue en même temps un spectacle pour le roi, qui en rit, et Merlin qui lui confirme en (a’) la vérité des propos tenus. Ils observent tous deux l’erreur répétée des conseillers. Après cette première séquence introductrice, un deuxième dilogue suit entre Merlin et le roi. Merlin entre officiellement « au service » de Pendragon, accepte sa première requête (cc’c’’) et répond à sa demande d’information (dd’). Ce dialogue constitue à un autre niveau un spectacle pour le roi et ses barons « Quant li rois l’oï et cil qui avec lui estoient, si s’en merveillierent molt » qui le commentent ensuite en (ee’). Le polylogue est ici construit sur deux niveaux, le second observant et commentant le premier. Le rôle d’observateur passe de Merlin aux conseillers, le roi jouant à chaque fois un rôle d’acteur et un rôle de spectateur. Même si ce dialogue se présente comme une succession de trois dilogues, sa structure réfléchie, la diversité des rôles proposés à chaque personnage, tour à tour acteur et spectateur, en fait un polylogue assez subtil, qui illustre l’aspect spectaculaire de toute intervention de Merlin.

Merlin comme animateur

94La position puissante de Merlin en fait le responsable des conversations qu’il organise et anime. Il centralise l’essentiel des postures d’allocutaire et distribue la parole :

  • 36 Cette réplique, absente des autres manuscrits, est douteuse à cause du verbe de parole utilisé qui (...)

(I) Lors fist li rois Ulfins apeler et se traient a une part por conseillier. Dont dist li rois a Merlin :
« Je dis a Ulfin ce que vos me mendastes, quar vos iestes li viauz hom qu’il avoit veu et li contraiz. »
Et Ulfins l’esgarde fierement et li dist : « Puet ce estre voirs que li rois dit ? »
Et Merlins respont :
« Oïl, ce fui je sanz faille et si tost com je vi que il t’envoia a moi, soi je bien que il s’estoit aparceuz. »
(II) Et Ulfins respont :
« Sire, devroiez vos parler a Merlin de vostre afaire ne mie plorer quant vos estes sols. »
Et li rois respont :
« Je ne li sai que dire ne que prier, car il set molt bien mon cuer et mon coraige ne je ne li porroie mentir qu’il nou seust bien, mais je li pri por Dieu et por m’amor, se li plaist, qu’il m’aïst coment je puisse avoir l’amor Egerne, et il ne devisera ja rien que il voille que je face qui faite ne soit. »
Et Merlins respont :
« Se vos m’osez donner ce que je demanderai, je porchacerai que vos avroiz s’amor et que je vos feré gesir en sa chambre avec lui tout nu. » Et quant Ulfins l’ot, si s’en rist et dist : « Or verrai je ja que cuer d’ome vaut. »
Et li rois respont :
« Certes vos ne me savroiz ja chose demander que je ne vos doingne. »
[Et Merlins respont :
« Certes vos ne me savroiz ja chose demander que cors d’ome puisse donner que je vos doingne36. »]
Et Merlins respont :
(III) « Coment en seroie je seurs ? »
Et li rois dit :
« Tout einsis com vos deviseroiz. » Et Merlins respont :
« Jurez le moi seur sainz et faites jurer Ulfin que ce que je vos demanderai l’andemain que je vos avrai fait gesir a lui et de lui avoir touz voz bons, que vos me donrez ce que je demanderai sanz retolir. »
Et li rois respont que oïl molt volentiers. Et Merlins demande a Ulfin se il lo jurera, et il dist que ce poisse lui, quant il ne l’a juré. Et quant Merlins l’ot, s’en rit et dit :
« Quant li serement seront fait, je vos dirai bien coument ce sera. » Lors fist li rois aporter les plus chieres reliques et les meillors de ci aval, si li jura seur un livre ce que il li avoit devisié, si com il l’avoit entendu, que il li donroit a bonne foi sanz mal enging ce que il demanderoit aprés cel servise. Et Ulfins jura aprés, se Diex li aidast et li saint, que li rois li tenroit bien ce qu’il li avoit juré et proumis. Einsis furent li sairement fait et Merlins les ot pris. (Ibid., 63, l. 25-67)

95Merlin ne prend en charge l’animation proprement dite de la conversation qu’à la fin mais dès le début cependant il informe le dialogue. Un premier petit échange (I) précède le corps même de cette conversation : le roi a l’initiative et commence par présenter Merlin à Ulfin. Il s’adresse explicitement à Merlin : « Je dis a Ulfin ce que vos me mendastes », mais la partie justificative de son propos, « quar vos iestes li viauz hom qu’il avoit veu et li contraiz », semble plutôt adressée à Ulfin : on voit mal en effet l’intérêt qu’une telle information pourrait avoir pour Merlin. On peut donc penser qu’il s’agit là d’un trope communicationnel. D’ailleurs c’est Ulfin qui prend ensuite la parole. Cette intrusion – il n’est pas l’allocutaire désigné – est justifiée donc par son rôle indirect et son implication dans le propos. Il prend en compte cette présentation par une question de confirmation adressée à Merlin : « Puet ce estre voirs que li rois dit ? » Ce premier échange, de fonction phatique bien que de structure informative, permet de rassembler tous les locuteurs que le roi met en présence.

96(II) Ulfin montre ensuite son importance narrative et discursive en gardant la parole et en demandant au roi d’interroger Merlin, c’est-à-dire de servir de relais : « Sire, devroiez vos parler a Merlin ». Notons cependant que cette fois le relais s’effectue en faveur non du mandataire originel, Ulfin, mais du locuteur même, le roi, c’est pourquoi la réponse de Merlin exclura totalement ce mandataire. La réponse du roi n’est pas explicitement dirigée vers Ulfin, mais elle ne désigne Merlin qu’à la troisième personne : le roi s’adresse quand même à son fidèle conseiller et seulement indirectement à Merlin : « Je ne li sai que dire ne que prier » et sa requête n’est qu’indirecte. Il joue bien son jeu de relais sans le faire de manière ouverte. L’adresse est ici collective car, selon le principe du trope communicationnel, l’allocutaire apparent n’est en fait qu’un allocutaire second et le témoin de l’échange est en réalité l’allocutaire privilégié, qui répond d’ailleurs. Cette réticence s’explique sans doute par le trouble qu’introduit dans toute transmission d’information la présence d’un personnage omniscient. Comment informer quelqu’un qui connaît tout ? Merlin rend toute parole, toute requête vaine. Il y répond cependant « Se vos m’osez donner ce que je vos demanderai, je porchacerai que vos avroiz s’amor » et propose un accord conditionnel que le roi accepte. Avant cette réponse du roi, Ulfin formule un commentaire « Or verrai je ja que cuer d’ome vaut », qui n’est guère inséré dans la structure du dialogue. Il manifeste là son rôle de tiers, apte à commenter les échanges des locuteurs principaux. Sa présence entre l’offre conditionnelle et la réponse peut surprendre. Nous y voyons une manière de rendre le chevauchement des réponses. Le commentaire d’Ulfin ne précède pas l’engagement du roi, mais l’accompagne. Le prosateur s’efforce de rompre la linéarité de l’écriture pour rendre la simultanéité des actions. Le texte ne dispose pas des moyens de rendre narrativement deux actions simultanées, mais la structure souple du polylogue qui permet de disposer les paroles des personnages sur plusieurs trames conversationnelles le rend modestement possible.

97(III) Merlin prend alors l’initative des échanges et la maîtrise du dialogue. C’est lui qui distribue la parole d’abord au roi, puis à Ulfin, cette structure symétrique, typique des engagements solennels, est celle de l’animateur : il demande à Uter des assurances sur cet engagement, puis exige un serment et lui demande de relayer cet ordre auprès d’Ulfin « Jurez le moi seur sainz et faites jurer Ulfin que ce queje vos demanderai l’andemain que je vos avrai fait gesir a lui et de lui avoir touz voz bons, que vos me donrez ce que je demanderai sanz retolir. » L’accord du roi, rapporté dans une forme intermédiaire entre le discours direct et le discours indirect, n’empêche pas Merlin de reformuler son ordre auprès d’Ulfin « Et Merlins demande a Ulfin se il lo jurera » et de commenter leurs décisions. Dans cette dernière partie de la conversation, c’est donc Merlin qui organise les tours de parole, les faisant strictement passer par lui malgré une apparente demande de relais. Ce dialogue présente donc trois temps, chacun à l’initiative de l’un des personnages mais, quelle que soit la structure de l’échange, à chaque fois dominé par Merlin qui en constitue le pivot. Notons cependant que cette attitude d’animateur n’est pas limitée au devin, la fin du roman donne une large place d’organisateur à Ulfin dans les conseils et négociations de paix.

  • 37 C’est principalement Merlin qui introduit cette perturbation des débats. Si Ulfin reproduit sur la (...)
  • 38 Sur la perversion du régime féodal par Merlin, voir C. Denoyelle, article cité, 2000.

98Ce rôle permet de faciliter la construction d’un débat dialectique en transformant le polylogue en dilogues conduits par un personnage central. Il montre la prédominance d’un personnage sur le groupe : situation typique de ce roman où toutes les instances collégiales de décision sont détournées et manipulées par un meneur. Il peut s’agir de l’effet d’une écriture simplifiant les structures polylogiques pour les rendre lisibles, mais j’y vois aussi l’influence organisatrice de Merlin. Débats, conseils, procès, toutes les structures féodales sont désavouées dans leur fonction et remplacées par cet interlocuteur privilégié37 qui les réduit au rôle de chambre d’enregistrement. Le seul lieu de débat qui reste véritablement collégial étant peut-être finalement l’assemblée des démons qui ouvre le roman38, où en l’absence de tout démon sortant du lot, chaque réplique est adressée au groupe tout entier et où selon les cas, soit un personnage se désigne pour faire une proposition, soit le groupe réagit par une voix collective. Ce premier dialogue initie une structure que l’on verra plus souvent dans le Tristan en prose. Par ailleurs, l’effet de simultanéité que tente ce dernier exemple est profondément original. Il montre une compréhension de la nature même du polylogue et des problèmes de chevauchement de parole auquel il conduit souvent. L’auteur tente de représenter cette liberté un peu confuse qui les caractérise.

Les sommes arthuriennes en prose : l’éclatement des polylogues

99Comme dans les autres textes, le mode de construction qui domine dans le Lancelot et dans le Tristan est le modèle dyadique : A→B (→C) où C s’immisce ensuite dans la conversation. Tous les phénomènes déjà observés sont également présents : parole en relais, animateur, parole spectacle ou commentée par un tiers. mais ces deux textes privilégient les intrusions volontaires d’un tiers au sein même ou à la fin d’un échange. Alors que dans la mise en relais, un personnage est explicitement invité à prendre la parole, dans une intrusion, le locuteur intrus agit spontanément et fait preuve d’une certaine autorité.

Le tiers intrus comme médiateur

100Le tiers intervient essentiellement dans une conversation pour venir en aide à l’un des interlocuteurs en difficulté. Ainsi Lancelot prend la parole pour soutenir la position de la dame de Nohaut que Keu place devant un dilemme :

« Dame, fait il [Kex], messires li rois m’envoie a vos por faire vostre bataille. Et pieç’a qu’il m’i eüst envoie, ou un autre prodome, mais uns noviaus chevaliers l’en requist le dom, si li dona. Mais qant il oï que vostre affaire n’estoit mie a chief menez, si m’i envoie por lo faire.
– Sire, fait le dame, grant merciz a monseignor lo roi et au chevalier qu’il i envoia et a vos. Mais el chevalier n’est mie remesse de ma bessoigne ; car des lo premier jor la vost il faire, mais ge n’oi cure, por ce que il estoit navrez ; et ore est gariz, si la fera.
– Dame, fait Kex, ce ne puet estre. Puis que ge i sui venuz, ge la ferai, ou ge i avroie honte et messires li rois n’i avroit mie honor. »
Qant ce ot la dame, s’en est mout angoisseusse, ne ne set que faire. […] Lors se trait avant li chevaliers noviaus et dit au seneschal :
« Certes, sire Keu, des lo premier jor l’eüsse ge faite, se ma dame volsist ; et ancor en sui ge prelz, et bien li requier que autres ne la face, car ge la doi faire qui vign avant.
– Biax amis, fait Kex, ce ne puet estre, puis que ge i sui venuz.
– Certes, fait li chevaliers noviaus, mout seroit granz domaiges se ma dame estoit engigniee, que li miaudres ne la feïst ;
– Vos avez voir dit, fait Kex.
– Dons nos combatrons nos, fait li noviaus chevaliers, entre nos deus ansemble, et cil qui vaintra si face la bataille.
Et Kex dit que il l’otroie.
« En non Deu, fait la dame, se Deu plaist, ce n’iert ja fait. Mais ge ferai pais a l’anor mon seignor lo roi, qui ci vos a envoiez, et a l’anor de vos deus, car ge puis faire ma bataille par un chevalier ou par deus ou par tant com ge voudrai. Or si manderai au roi de Northumberlande ma bataille par deus chevaliers. »
En ceste guise les apaie la dame comme saige. (Lancelot, p. 484-486)

  • 39 Voir infra p. 273.

101Keu met la dame de Nohaut en difficulté en exigeant de remplacer Lancelot pour son duel judiciaire « Puis que ge i sui venuz, ge la ferai ». La dame se trouve alors prise entre deux engagements et ne peut répondre à la décision du sénéchal. L’intrusion de Lancelot chasse la dame de son statut de locutrice, il prend sa place pour la remplacer dans la polémique. C’est lui qui répond et fournit le mouvement réactif de cet échange en renchérissant sur l’affirmation de la dame, c’est-à-dire en réutilisant l’argument qu’elle avait donné pour refuser la participation de Keu au duel. Il s’ensuit une petite polémique problématisante39 où Lancelot oppose sa priorité temporelle au privilège que donne à Keu son statut de sénéchal du roi Arthur. Cette dispute arrive dans une impasse, et, faute d’arguments, s’oriente vers la violence physique puisque Lancelot propose de choisir, par les armes, le chevalier le plus digne de combattre au nom de la dame de Nohaut, ce qui constitue au moins un accord partiel. C’est à ce moment que cette dernière intervient de nouveau. Du point de vue de la structure de la conversation, elle se trouve à la fois en opposition aux deux autres locuteurs puisqu’elle refuse leur idée de duel, et simultanément, dans la situation déjà commentée du grand qui tranche ou qui prend une décision à la fin d’un débat entre deux locuteurs de rang inférieur. Après la succession des deux dilogues, elle s’adresse aux deux chevaliers en même temps, refermant ainsi la structure trilogique. Aucune réponse ne suit cette adresse collective finale.

102Si Lancelot est assez bien élevé pour ne prendre la parole que quand la dame n’en a plus la possibilité, le jeune Lambègue montre sa spontanéité un peu brusque en répondant hardiment à la place de son oncle :

« Tenez, sire, fait Phariens, mon gaige que ge onques traïson ne fis vers vos.
– Conoissiez vos, fait Claudas, que vos les anfanz au roi Bohort aiez en garde ?
– Sire, sire, fait li niés, s’il les gardoit ores, si an fait il assez qant il est prelz de contredire que onques traïson ne fist vers vos. Et ensin com il est restez, issi est prelz qu’il s’em deffande. » (Ibid., p. 108)

103Le jeune homme ne cesse d’intervenir dans ce dialogue à la place de Pharien – allant jusqu’à proposer de combattre pour lui – alors même que la question de Claudas concernait son oncle sans aucune équivoque possible. Son intrusion est d’autant plus hors de propos qu’il intervient dans la procédure formelle d’un procès. La répétition de l’appellatif montre la nécessité pour lui de hausser le ton pour s’imposer dans l’échange en cours.

Le tiers intrus comme questionneur

104Plus souvent, le tiers s’introduit dans la conversation dans un échange didactique, en remplacement du questionneur. Il s’agit alors d’un personnage à la position élevée qui montre là sa supériorité discursive. Ainsi Lancelot, vainqueur de la Douloureuse Garde, prend la place de la demoiselle du lac pour poursuivre un interrogatoire :

La o il menjoit ensin, entra laianz uns vallez et ploroit mout durement. Et la damoisele del Lac, qui avoc lo Blanc Chevalier manjoit, li demanda que il avoit.
« Certes, damoisele, fait il, j’ai eü la greignor pitié que ge onques mais eüsse d’une damoisele qui s’en va par desouz cele roiche et fait si grant duel qu’ele ne puet faire greignor.
– Et dist ele por quoi ? fait li chevaliers.
– Ele regrete, fait il, monseignor Gauvain et monseignor Yvain et ne sai quex autres chevaliers. » (ibid, p. 554)

105Après un échange didactique entre la demoiselle et le valet, Lancelot prolonge la conversation avec un autre échange du même type. Il ne s’agit pas de la structure que j’avais appelée le tiers introducteur car le remplacement peut intervenir tard dans le dialogue et le personnage évincé, qui peut d’ailleurs revenir ensuite, n’est pas forcément inférieur socialement : la reine par exemple, remplace le roi Arthur lors d’une conversation avec la dame de Malehaut, (Lancelot, p. 788).

L’évaluation par un tiers

106L’intrusion se fait par un acte de jugement en fin d’échange. Dans l’exemple suivant, trois personnages entrent dans une conversation à laquelle ils ne participaient pas à l’origine – sans qu’ils en soient explicitement exclus – en formulant des commentaires.

À la fin de l’épisode de la Douloureuse Garde, après la fuite de Lancelot, les personnages restés sur place font le bilan de leurs connaissances sur ce mystérieux événement.
Entrementes que la roine et la damoisele parloient issi, estes vous une grant route de chevaliers, et entrent parmi la porte ; et chou estoit mesire Gauvain et sa compaignie. Lors fu grant la joie que li rois ot, si baise son neveu et tous les autres, et lor demande ou il ont esté.
« Par foi, fait mesire Gauvain, nous ne savons pas ou, fors tant que nous fumes mené en un chastelet, et com nous quidames estre herbergié, si fumes pris. Mais uns chevaliers nous a delivrés et nous dist que nous en merchisiens vous et ma dame.
– Et savés vous qui il est ? » fait li rois.
Et il dist que nenil, mais il porte un escu d’argent a trois bendes vermeilles.
« O ! fait la roine, c’est vostre chevaliers qui de vous se parti ier soir, aprés qui les gens crierent.
– Et le veïstes vous desarmé ? fait li rois a monsignor Gauvain.
– Nenil, fait il, car onques son hiaume ne vaut oster. Et par che soupechoune je bien que aucuns de chaiens le connoist s’il fust desarmés.
– Par foi, fait li rois, des ore mais m’en puis je bien aler. » Et la puchele l’ot, qui est en sos de la tornele, si li crie :
« Comment, rois Artus, fait ele ; t’en vas tu et me laras en prison et si ne savras rien del covine de chaiens ?
Damoisele, fait li rois, che poise moi quant je nel sai. »
Et mesire Gauvains demande que chou est. Et li rois li conte, et il s’en mervoille moult.
« Damoisele, fait li rois, poroie je vous delivrer ?
– Oïl, sire, fait ele, mais grant paine i convenroit.
– Paine ? fait il, et je l’i metrai moult volentiers se je sai commment.
Damoisele, fait mesire Gauvain, puis que messires li rois l’a dit, il i meterapaine. Mais dites comment et par quoi vous poés estre delivree. » (Ibid., p. 590-592)

107Le roi, en sa qualité d’autorité suprême, interroge Gauvain, porte-parole (au début du moins) de tous les chevaliers emprisonnés par le seigneur de la Douloureuse Garde. La reine intervient après une réponse de Gauvain, pour la commenter « O ! fait la roine, c’est vostre chevaliers qui de vous se parti ier soir, aprés qui les gens crierent. » C’est elle qui identifie le chevalier. Son commentaire n’est pas lié à l’action, comme le sera plus tard celui du neveu du roi, mais à l’information. Conformément au programme narratif qui lui est attaché, elle se charge de collecter tous les indices sur l’itinéraire de Lancelot et de permettre à chaque fois son identification. Elle est, par un intérêt plus qu’affectueux, la personne de la cour qui ne le perd jamais de vue. Son intervention se limite cependant à ce commentaire informatif, car c’est le roi qui poursuit l’interrogatoire jusqu’à la décision qui semble clore cette conversation : « des ore mais m’en puis je bien aler. » Aucune marque d’adresse n’indique dans cette première partie qui est explicitement désigné par les propos tenus. Seuls les pronoms personnels nous permettent de déterminer l’allocutaire désigné : ainsi, alors que le roi s’adresse à chaque fois à Gauvain en tant que porte-parole et que celui-ci lui répond explicitement, la reine adresse directement son commentaire au roi. Son intrusion est donc dilogique, elle ne prend pas en compte l’ensemble du groupe, mais est dirigée vers un allocutaire privilégié, qui ne lui répond d’ailleurs pas.

  • 40 Notons cependant que, l’arrivée de Gauvain interrompant la conversation que la demoiselle avait av (...)

108La demoiselle fait ensuite intrusion en relançant la conversation dans une autre direction. Elle commente par une question de confirmation toute rhétorique, qui est un reproche implicite, la décision du roi « Comment, rois Artus, t’en vas tu et me laras en prison et si ne savras rien del covine de chaiens ? » Elle ouvre aussi un nouvel échange, alors que la réplique de la reine n’était qu’une réaction évaluatrice à l’information apportée par Gauvain. Enfin, après un échange entre la demoiselle et le roi, Gauvain intervient pour renforcer l’engagement d’Arthur « Damoisele, puis que messires li rois l’a dit, il i metera paine. » Son évaluation réactive, un commentaire, renchérit sur le propos du roi. Il poursuit avec une question posée à la demoiselle et perd alors son statut de questionné pour se mettre en position haute, remplaçant le roi dans son rôle de questionneur. Aucune réplique n’est adressée à l’ensemble du groupe et la présence explicite d’appellatifs permet de repérer l’organisation dilogique de ce polylogue, qui ne trouve sa spécificité que dans la grande variété des échanges à deux locuteurs. On peut y noter différents rôles conversationnels : le roi est essentiellement chargé des conversations sauf quand, par l’aveu de son impuissance à délivrer la demoiselle, il renonce à son rôle dominant et se voit aussitôt remplacé par Gauvain qui s’introduit dans la conversation à la faveur d’une évaluation. Le rôle conversationnel de Gauvain l’engage dans l’action, son intervention ouvre le dialogue sur la suite du récit en interrogeant sur les modalités de libération de la demoiselle. En revanche, l’intervention discrète de la reine est avant tout informative, elle relie entre elles les données précédentes. La jeune fille, exclue par le premier sujet abordé et par la disposition proxémique de la conversation, intervient à la fin d’un échange alors qu’elle n’était « qu’overhearer », témoin de cette conversation40.

109Aucune de ces sortes d’intrusions n’est originale, la caractéristique du Lancelot réside dans la composition de tous ces phénomènes puisque chaque polylogue en intègre plusieurs, le personnage qui se trouve exclu de la conversation revenant plus tard par une évaluation ou une autre intrusion. Les locuteurs changent et se remplacent dans un rythme qui ne se retrouve pas dans les textes en vers. La conversation de Gauvain avec le roi s’entremêle avec celle de ce dernier avec la jeune fille, les dialogues se succédant, s’enchâssant, les fils dialogaux s’entrecroisant au gré des diverses participations de chaque personnage. Le dialogue ne semble jamais fermé : alors même qu’il est construit sur une succession de dilogues, et ceux-ci ne se contentent pas de se succéder à tour de rôle, comme dans Aucassin et Nicolette par exemple, ils s’entrelacent, relançant ainsi la conversation dans diverses directions qui ne semblent jamais prédéfinies. Ce sentiment d’ouverture est dû, non comme dans le Tristan au fait que le dialogue se soit affranchi des contraintes dramatiques, mais à la multiplicité des enchaînements possibles qui constituent autant de péripéties à l’intérieur du dialogue.

L’adresse collective

110Les exemples précédents ont montré que les adresses collectives étaient rares. La Fille du comte de Pontieu en présente quelques aspects mais à chaque fois se pose la question de faire répondre un groupe. Cette forme est, selon V. Traverso, la configuration par excellence du trilogue : un locuteur A s’adresse à la fois à B et C. Mais B et C ne peuvent répondre de manière simultanée : ils se succèdent ou renchérissent l’un sur l’autre. Le Lancelot ne s’y risque que dans le cadre lâche de la cour. Le polylogue n’est plus alors une structure essentiellement dyadique perturbée par un tiers qui passerait de témoin à locuteur de manière plus ou moins légitime, mais il devient un vaste espace de débat où chacun peut avoir une opinion différente de celle du groupe. Le Lancelot et le Tristan s’exercent à développer cette forme à côté de l’utilisation des voix collectives :

Grant piece l’atandié messire Yvains ; et qant il voit qu’il ne reparrera pas, si s’an va droit au roi et dit :
« Sire, malement somes deceü de nostre vallet qui s’an vait a Nohaut por lo secors.
– Comment ? fait li rois.
– Certes, fait il, ja ne li avez pas ceinte l’espee. »
Lors li conte comment il dut revenir qant il ala s’espee querre. Et li rois se mervoille mout por quoi il n’estoit retornez, puis que messire Yvains li avoit dit qu’il n’estoit mie chevaliers.
« Certes, fait messires Gauvains, ge cuit qu’il est mout hauz hom de grant maniere, si a tenu espoir en despit ce que messires li rois ne li ceint s’espee ançois qu’as autres, et por ce s’an est alez. »
Et la reine dit qe bien puet estre, et mainz des autres chevaliers dient autel. (Ibid., p. 460)

  • 41 Voir infra p. 246 et suivantes.

111Ce dialogue commence par deux échanges entre Yvain et le roi : annonce d’information / question (demande d’information) / information. Le roi s’interroge sur les raisons de ce départ : « Et li rois se mervoille mout por quoi il n’estoit retornez, puis que messire Yvains li avoit dit qu’il n’estoit mie chevaliers. » L’emploi du verbe se merveiller montre que ce questionnement n’est pas directement adressé à quelqu’un, la question se pose pour le roi lui-même comme pour tous les membres de la communauté. Dès lors, chacun est invité à y répondre : Gauvain est le premier à proposer une réponse mais son énoncé n’est pas spécifiquement adressé au roi qui s’y voit désigné par la troisième personne : « Certes, ge cuit qu’il est mout hauz hom de grant maniere, si a tenu espoir en despit ce que messires li rois ne li ceint s’espee ançois qu’as autres, et por ce s’an est alez. » Le commentaire de la reine est à comprendre comme une évaluation par un tiers et elle s’adresse à tout le groupe : « Et la reine dit qe bien puet estre. » Ce dialogue tente donc d’illustrer la situation de débat : Gauvain se désigne pour proposer une hypothèse et la reine pour la valider. Une voix collective du reste de la cour renchérit sur ses propos et leur sert d’amplificateur. La structure reste celle d’un dialogue ternaire41 simple : [question / réponse / évaluation], mais où un personnage différent prend en charge chaque étape, sans être explicitement désigné, ou exclu. Le Tristan élargit ce principe sur des dialogues beaucoup plus longs pour mettre en scène des décisions collégiales ou des conversations :

Hestor des Marés, ki plus estoit un poi emparlés que li autre, parole adonc et dist :
(A) « Biau signeur, que porrom nous faire ? Il est ensi que aventure nous a asamblés, car par parlement que nous aiom ensamble tenu ne sommes nous pas chi assamblé, ensi con vous bien le savés. […] Vous plaist il que nous chevauchom hui mais ensamble u que nous departom ?
– (B) Chertes, fait Blyoblerys, puis que Diex nous a asamblés, se mes consaus en est creüs, nous cevaucerom des ore mais ensamble dusqu’a tant que aventure nous face departir. Si nous deduirom ensamble en contant li uns as autres les aventures et les merveilles que nous avom veües et trouvees u roiaume de Logres puis que nous departismes de la maison le roi Artu. »
(tous) Et il s’acordent esranment a ceste cose et dient tout que mout a bien dit Blyobleris. Lors dist Boors :
(A’) « Signeur, quel part volés vous cevaucier, et quel part irom nous pour remanoir annuit mais ?
– (B) Signeur, fait Blyoblerys, se vous volés anuit veoir Lanselot du Lac, donc venés aprés moi et je vous conduirai tout maintenant a un castel ki est cha devant, u il venra jesir en ceste nuit, se Diex le desfent d’encombrier. »
Et il respondent tout :
(tous) « En non Dieu, voirement le volom nous veoir plus volentiers que nul autre cevalier du monde. Alés quel par que vous vaurrés, car nous sommes tout apareillié de vous sievir. »
Lors dist Hestor :
(A) « Blyoblerys, conment savés vous que Lanselos doie venir a cel castel que vous dites ?
– (B) Je le sai, fait il, tout vraiement car il meïsmes le me dist, n’a mie encore. VI. jours entiers, k’il i seroit en ceste nuit.
– (tous) Or alom donc cele part, dient il. »
Atant se metent a la voie. (Tristan 2, 22, l. 34-63)

  • 42 Ou sa célébrité dans l’univers romanesque et sa capacité à être générateur de récit : dans ce grou (...)

112L’initiative de la conversation est cette fois non le fait du personnage qui a le plus d’autorité mais de celui qui est le plus « emparlé ». Dans cet univers d’élite où tous les chevaliers se reconnaissent comme pairs, l’égalité hiérarchique affranchit la prise de parole des personnages. Celle-ci se répartit non plus selon la place hiérarchique de chacun mais selon ses compétences langagières42. Notons cependant que Blyoblerys qui est l’aîné et le meilleur du lignage après Lancelot domine la conversation par ses propositions, entérinées ensuite par le reste du groupe. Ce dialogue comporte trois échanges dont les deux premiers sont construits de la même manière : question (de l’un des chevaliers à tous) / réponse (de l’un d’entre eux, qui se désigne spontanément) / accord (du groupe). Si Blyoblerys domine par ses offres, celui qui est à l’initiative de l’échange varie, d’abord Hector, puis Bohort. Le dernier échange est plus fermé puisque Hector s’adresse cette fois explicitement à l’un d’entre eux. Le personnage qui répond n’est plus le simple porte-parole du groupe, il parle en son nom, pour s’exclure du groupe. Cela modifie par conséquent le statut du groupe qui n’est plus uniquement une collectivité mais qui se définit aussi comme une communauté d’opinion à laquelle les individus peuvent se confronter.

113Le Tristan cumule ainsi de manière originale voix collective et voix individuelle : tandis que le Merlin gardait une voix collective pour désigner un groupe fixe, les barons rassemblés en conseil, le collectif du Tristan varie à chaque réplique.

Hestor de Marés parole tout premierement et dist :
(A) « Signeur, que vous est avis de cest cevalier ki orendroit se part de nous ? »
Et il respondent :
(tous) « Il ne nous est avis se biens non. Il est sans faille li mieudres cevaliers et li plus fors et li plus seürs que nous trouvissom piecha mais. Ce n’est pas gieu de sa prouece !
– (B) Signeur, fait Dryans, que vous diroie je ? il est mestiers que je vous die de cestui fait ce que je em pens. Or saciés que li cevaliers ki de ci s’en vait et que nous avom tant proiié que il son non nous deïst et il nel nous vaut dire, se gabera des ore mais de nous, quant il ensi nous est escapés. Je l’otroie, se Diex m’aït, que nous alissom aprés lui et li feïssom dire son non, vausist u non. Adonc pora il bien connoistre que nous ne sommes pas cevalier que on doie escondire de si poi de cose ! Il nous em prisera plus des ore mais et plus redoutera les cevaliers aventurous ! »
(presque tous) A ceste cose s’acorde bien Hestor des Marés, et ausi fait Blyoblerys. Si se fuissent tout maintenant mis a la voie, se ne fust Boors, ki lour deffent tant com il puet et lour dist :
(C) « Signeur, que volés vous faire ? Vous estes tout tenu pour preudoume, mais or vous volés vous honnir et avillier pour poi de cose ? certes, grant hounour i avriom et mout en croisteroit nostre los, se nous, ki chi sommes. IIII. cevalier dont tous li pires quide valoir un preudoume au besoing, aliom orendroit asaillir un cevalier estrange ! Diex, con nous feriom merveilleuse prouece ! Et grant pris nous en donroit Lanselos du Lac, ki est chief et honour de nostre lignage ! Si m’aït Diex, s’il savoit ore que nous eüssom tenu de ceste cose parlement, il nous em priseroit mains a tous les jours de nos vies ! Ne dites mais tele merveille, mais pensés a un autre fait, car de cestui ne vous poroit venir se hontes non. »
(tous) Quant il oent ceste parole, pour che k’il entendent bien que Boors ne lour dist se verité non et cose ki a hounour lour tourne, se soeffrent il atant de chelui fait. (Ibid., 53, l. 8-42)

114Cette fois la structure est plutôt A↔tous ; B↔tous ; C↔tous. Mais la structure de ce « tous », de cette voix collective, se modifie à chaque fois. Le premier échange est constitué par une question d’Hector, une demande de jugement à laquelle tous répondent. Le mouvement initiatif suivant, formulé par Dryan commence par un jugement porté sur ce mystérieux chevalier de Cornouailles : « Signeur, que vous diroie je ? il est mestiers que je vous die de cestui fait que je em pens. » On peut se demander alors, sans qu’aucune réponse soit possible, si Dryan faisait bien partie du « tous » précédent. La première voix collective aurait donc été constituée seulement de Blyoblerys, de Bohort. Hector et Blyoblerys répondent ensuite favorablement à l’offre de Dryan. Le dernier groupe qui répond à Bohort est cette fois constitué de Dryan, Blyoblerys, et Hector. Ce dialogue réussit donc à faire varier à l’extrême les locuteurs à l’initiative d’un échange, tout en liant ces échanges entre eux dans une structure négociative, [question / réponse→proposition / accord→refus / nouvel accord]. Par ailleurs, le caractère des personnages a une influence sur leur position dans le dialogue : Dryan est un personnage secondaire, étranger au lignage de Lancelot, en retrait par rapport à ses frères Lamorat et Perceval, il assume ici un rôle négatif, en faisant une proposition discourtoise, aussitôt combattue par Bohort qui est le personnage le plus intègre du lignage.

115Le Tristan a donc un usage tout à fait particulier des voix collectives : outre les phénomènes de chœur, elles s’intègrent au polylogue avec une grande souplesse sans pour autant transformer celui-ci en simple dilogue. Au contraire, elles constituent la solution qui permet d’exprimer au mieux la situation la plus exemplaire du polylogue, celle de l’adresse collective : la voix collective sert de caisse de résonance des voix individuelles qui se désignent au sein du groupe. Elle montre qu’il y a bien eu adresse collective, que le groupe était impliqué mais que ce sont les individus qui débattent. Le collectif ne les surpasse plus, il les abrite.

Les interventions co-construites : la structure paradigmatique

116Les exemples précédents montrent un personnage, B, qui se désigne pour répondre à une adresse collective, A→{B, C}, ou faire une proposition, sans être pour autant le porte-parole du groupe, car il parle en son propre nom. Il permet une réponse unique au mouvement initiatif, la réaction collective du groupe venant ensuite commenter sa réponse. Mais le narrateur tente aussi parfois de faire parler B et C, avec deux tours de parole différents, pour constituer un seul mouvement réactif où leurs énoncés se complètent, tous les personnages échappant totalement au collectif. Cette co-construction peut se produire aussi bien en un mouvement réactif qu’initiatif :

réaction co-construite :

initiative co-construite :

A→jB, C} : i ou

A→C HB) : i1

B→A (→C) : r1

B→C (→A) : i2

C→A HB) : r2

C→jA, B} : r

117On a déjà vu ce modèle dans la Fille du comte de Pontieu ou dans le Merlin mais les répliques juxtaposées de chaque personnage restaient indépendantes les unes des autres. Les grands textes en prose mettent en place des relations étroites entre chacune d’elles. Le Lancelot se limite à un renchérissement : ainsi dans l’épisode de la Douloureuse Garde, la reine vient appuyer la requête indirecte du roi pour comprendre les mystères du lieu :

Et li rois dit à la reine et a ses chevaliers : « Ge sui mout esgarez, car ge ne sai rien del covine de laianz.
– (i) Sire, fait li chevaliers, voudriez lo vos savoir ?
– (rx) Certes, fait il, oïl mout. » Et la reine dit :
– (r2) « Sire chevaliers, mout lo voudroit il savoir. »
Et li chevaliers est mout angoisseus. (Lancelot, p. 584)

118Lancelot s’introduit dans un échange entre le roi et sa cour : la première réplique ne lui est en effet pas adressée mais c’est pourtant lui qui réagit en interrogeant le roi. La réponse de celui-ci, outre sa partie explicitement réactive, comprend une requête de dire implicite, sur laquelle la reine renchérit de manière plus précise : « Sire chevaliers, mout lo voudroit il savoir. » Son énoncé s’additionne à celui du roi et le renforce. Là encore on pourrait voir un signe de prolongation ou de chevauchement des propos. Ils construisent ainsi ensemble un énoncé réactif. La co-construction d’une réplique initiative ou réactive est, comme on l’a vu dans la Fille du comte de Pontieu, propice aux actes d’engagement dans lesquels une décision individuelle du sujet est nécessaire. Ainsi cette bataille de Lancelot contre deux adversaires se termine par l’abandon des deux chevaliers :

Qant [li chevaliers] qui l’avoit navré oï qu’il disoit que l’an les li laissast andeus, si commence a rire. Lors vient a lui, et si li dit :
(i1) « Biax sire, certes [ancor] vos baillerai ge la moie espee se vos volez, ne a vos ne me combatrai ge mais hui.
– (i2) Ne ge, voir, fait li autres chevaliers.
– (r) Par Sainte Croiz, fait li vallez, dont quiteroiz vos la pucele.
– Nos la vos quitons, font il endui, et savez vos por quoi ? Nos veons bien que vos iestes de trop haut cuer, si poez encores venir a mout grant chose ; et vos iestes si navrez que bien en porriez morir, se encores estiez un po grevez. Por ce si vous a[vons] faite ceste bonté.
– Moi ne chaut, fait li vallez, por quoi vos l’aiez fait, mais que la pucelle soit quitee. Or la me bailliez, car ge la voil.
– Volentiers, font li chevalier. » (Ibid., p. 474)

119Le deuxième adversaire de Lancelot s’introduit dans la conversation entre le premier chevalier et le jeune homme : sa réplique renchérit sur celle du premier et annonce sa décision individuelle. Sa forme elliptique montre qu’elle n’a pas de sens en elle-même, elle ne vaut que parce qu’elle s’ajoute à l’intervention initiative du premier chevalier. Elles co-construisent ensemble un énoncé annonçant leur abandon. Cette situation est réservée à des actes de langage précis, strictement performatifs et solennels comme une décision ou un serment.

120Dans le Tristan, ce simple renchérissement peut s’élargir à une mise en parallèle des réponses : si chacun des propos tenus est une réaction au commentaire qui le précède immédiatement, ils constituent cependant tous ensemble un paradigme qui se complète sans réellement faire avancer le propos. À la fin du tournoi du Château des pucelles, la cour réunie s’interroge sur le mystérieux chevalier noir qui a gagné les joutes. Lucain raconte que c’est l’intervention de Lancelot qui a provoqué son départ du champ de bataille :

A celui point k’il aloient ensi parlant du chevalier a l’escu noir, Lucans li Bouteilliers se met esranment avant et dist :
(A) « Mesire Lanselot, or sachiés pour voir que de son departement ne doit on nul home autretant blasmer conme vous. Vous l’en fesistes departir.
– (B) Conment l’en fis je departir ? fait Lanselos.
– (A) Sachiés, fait Lucans, que jou estoie droit devant vous, quant vous le feristes du glaive et quant il vous feri de l’espee : che k’il vous feri fu revengemens du caup que vous li donnastes. Mais quant il vous ot feru, il ne feri onques puis u tournoiement, ains s’em parti tout maintenant et s’en ala vers la forest en guise de cevalier navré, et pour ce connois je bien que vous le navrastes du glaive dont vous le feristes. Por coi je di tout plainnement que vous du tournoiement le feïstes departir, car s’il n’eüst eü celui caup, il fust demourés dusques au definement de l’asamblee.
– (C) En non Dieu, fait mesire Gavains, s’il ne fust si tost alés, malement nous fust avenu, car il nous eüst tous mis a desconfiture !
– (A) Si m’aït Diex, ce dist Lucans, nous estiom ja tout desconfi quant Lanselos fist celui caup, et s’il eüst autretant demouré du faire com je ai demouré a cest conte dire, a la fuie fuissom tourné sans rasambler, que ja li uns n’atendist l’autre. Mais Diex vaut que cis caus fust fais, et pour ce gaaingnasmes nous le camp entierement !
– (D) Si m’aït Diex, ce dist li rois, je vausisse miex que nous eüssom ceste asamblee perdue, que nous n’eüssom le cevalier retenu avoec nous, car je ne quit pas que nous jamais puissom revenir en ausi boin point de lui retenir com nous avons esté. Et quant nous l’avom perdu par Lanselot, toute la cours li devroit donner blasme, se nous par lui ne le ravom. »
Mesire Lanselos, quant il entent ce que li rois li dist, il li respont :
(B) « Sire, or sachiés certainnement que de son departement sui je plus iriés que chevaliers ki chaiens soit. Et quant vous par moi l’avés perdu, ensi con mesire Lucans dist, je fas orendroit un veu, voiant vous et voiant tous chiaus ki chi sont, que je me partirai demain bien matin de chaiens pour querre le cevalier. »
(Tristan 2, 206, l. 13-47 ; 207, l. 1-37)

121Le Tristan pousse à son comble le polylogue puisque tous les personnages célèbres de l’univers arthurien semblent avoir une légitimité à prendre la parole. Lucain, (A), commence par un reproche « or sachiés pour voir que de son departement ne doit on nule home autretant blasmer conme vous », qui est en même temps une annonce d’information. Ce premier échange se déroule entièrement entre Lancelot, (B), et Lucain, (A), mais ce sont d’autres personnages qui en tirent l’évaluation, Gauvain, (C), « En non Dieu, s’il ne fust si tost alés, malement nous fust avenu, car il nous eüst tous mis a desconfiture ! », puis Lucain, (A) « Si m’aït Diex, nous estiom ja tout desconfi quant Lanselos fist celui caup, » ; puis le roi, (D) « Si m’aït Diex, je vausisse miex que nous eüssom ceste asamblee perdue, que nous n’eüssom le cevalier retenu avoec nous. » Ces répliques ne sont plus explicitement adressées à un allocutaire privilégié mais toutes concernent la communauté des auditeurs. La symétrie de leur construction (« En non Dieu » ; « Si m’aït Diex » à deux reprises…) montre qu’une construction paradigmatique, voire simultanée, succède à la construction par échange. Lancelot réagit enfin par une décision qui n’est pas déclenchée par la dernière réplique, celle du roi mais par la somme des commentaires juxtaposés. C’est leur mise en parallèle qui signifie le blâme de toute la communauté : « Et quant nous l’avom perdu par Lanselot, toute la cours li devroit donner blasme », et qui crée une impression d’excès auquel Lancelot ne peut échapper que par l’engagement dans une quête réparatrice.

122La figure des polylogues s’avère particulièrement malaisée à utiliser par les croisements d’allocutaires et par les entrelacements de voix qu’elle permet. Les textes en vers en limitent les risques de confusion et de désordre par une utilisation modeste des possibilités que donne le tiers. En revanche, les textes en prose commencent à explorer les diverses potentialités qu’offre cette forme, rendue possible par l’adjonction quasi permanente du discours attributif. À quoi tient cette différence de traitement ? Certainement à l’éclatement des personnages secondaires dans les grandes sommes arthuriennes qui obligent à prendre en compte l’individu face au groupe, dans un mouvement d’intégration ou d’opposition. À un niveau plus modeste, on constate déjà dans Yvain une décomposition de la cour d’Arthur en ses différentes grandes personnalités ou dans la Fille du comte de Pontieu, celle du clan familial en ses membres tous responsables et tous particuliers. De plus le mode de lecture se modifiant, passant d’une lecture destinée à un groupe à une lecture plus personnelle, un lecteur ne se trouve plus dans l’obligation de restituer à tous ses auditeurs une multitude de voix diverses, mais chaque lecteur l’expérimente pour lui-même en s’aidant du discours attributif. Enfin, le monde que veut décrire la prose est lui aussi vu comme complexe, rempli d’itinéraires qui se croisent, d’actions simultanées, et c’est cet entrecroisement et cette simultanéité mêmes qui font sens et que les prosateurs, défiant les limites de l’écriture, essayent de mettre en scène. Ce souci de complexité renvoie au souci dont font preuve les textes pour mettre en scène des personnages différents par leur dire et par leur histoire conversationnelle, permettant d’inventer des situations interpersonnelles variées. Les narrateurs exploitent ainsi toutes les possibilités qu’offrent les divers statuts de participants à une conversation, depuis le simple valet, témoin muet et discret, en passant par les barons et les dames de la cour, acquiesçant ou murmurant derrière les personnages principaux jusqu’à l’espion caché et silencieux dont tous ignorent l’existence ou dont un seul soupçonne la présence.

Notes

1 Lancelot, p. 900.

2 Soriano M., Les Contes de Perrault : culture savante et tradition populaire, Paris, Gallimard, Tel, 1977, cité par James-Raoul D., La Parole empêchée, Paris, Champion, 1997, p. 45-58.

3 Voir entre autres, Roussel C., « La Catégorie du personnage dans la littérature médiévale », Reuter Y. (dir.), Le Personnage dans les récits, Cahiers de Recherche en Communication et en Didactique de l’université Blaise Pascal, n° 2, 1988, p. 11-33.

4 Goffman E., Façons de parler, 1981, traduit par A. KIHM, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 9.

5 Kerbrat -Orecchioni C., Les Interactions verbales, t. 1. Paris A. Colin, 1990, p. 86.

6 Sur l’absence d’allocutaire désigné dans la vie courante, voir Kerbrat-Orecchioni C., op. cit., p. 97-98. Elle note que, dans la vie, l’extériorisation du « self-talk » [discours auto-adressé] est souvent liée à la présence d’autrui.

7 Durrer S., op. cit., p. 73.

8 Beaumanoir Ph. de, Coutumes de Beauvaisis, Salmon A. M. (éd.), Paris, Alphonse Picard et Fils, 1899, tome I, § 913.

9 « Les lieux extrêmement fermés et privés comme les cuisines ou les salles de bain peuvent produire un effet [de] libération de la parole familière, voire intime ou confidentielle, d’où le plaisir que l’on éprouve, lors de soirées nombreuses, à s’y réfugier parfois, en marge des festivités officielles, ce que Goffman désigne comme “l’effet-coulisse”. » Kerbrat-Oecchioni C., op. cit., p. 109.

10 Sur ce thème, voir Denoyelle C., « Le Prince et le prophète : une politique du secret et de la révélation », Hüe D. (dir.), Fils sans Père, études sur le Merlin de Robert de Boron, Paradigme, Orléans, 2000, p. 191-205.

11 Pour une étude de ce mot, Le Nan F., Le Secret dans la littérature arthurienne (1150-1250) : du lexique au motif, Paris, Champion, 2002, p. 43-48.

12 Sur les divers statuts des auditeurs aditionnels selon le degré de connaissance qu’ils ont les uns des autres, voir Kennedy E., « Les Structures narratives et les allusions intertextuelles dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles recherches sur le Tristan en prose, p. 138-139.

13 « Ce que retiennent Palamède et Kahédin, ce qu’ils commentent, ce ne sont pas les joutes rapides et banales qui les ont opposés au bouillant Blyobleris mais la merveille que constitue cette rencontre et surtout le parlement auquel elle a donné lieu. », Baumgartner E., « compiler / accomplir », Dufournet J. (dir), op. cit., p. 45.

14 Kerbrat-Orecchioni C., « Pour une analyse pragmatique du dialogue théâtral » Pratiques, n° 41, mars 1984, p. 49-50

15 Traverso V., « La Gestion des échanges dans la conversation à trois participants », Kerbrat-Oecchioni C. et Plantin Ch. (dir.), Le Trilogue, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995, p. 29-53.

16 « La conversation triadique est fondamentalement différente de la conversation dyadique, tandis que les conversations à quatre et plus se réduisent à des structures dyadiques et triadiques. » André-Larochebouvy D., La Conversation quotidienne, Paris, Didier Credif, 1984, p. 47.

17 Voir infra p. 332.

18 Merlin, 12, l. 43-53 où deux groupes parlent entre eux : celui des femmes qui ont accouché la mère de Merlin et celui des juges qui est même désigné comme la justice.

19 Tristan 1, 29, l. 4.

20 Tristan 2, 148, l. 41.

21 Tristan 2, 106, l. 38.

22 Ferlampin-Acher Ch., « Les Dialogues dans le Tristan en prose », Dufournet J. (dir.), Nouvelles Recherches sur le Tristan en prose, Paris, Champion, 1990, p. 102.

23 Voir aussi B. Woledge qui justifie ce passage par l’influence du substantif gent, singulier à sens collectif et par la volonté stylistique d’utiliser toutes les possibilités sémantiques du tutoiement. Commentaires sur Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, Droz, Genève, 1986-1988, tome II, p. 77.

24 Le seul cas dans ce texte où une voix collective est au discours direct se situe dans le chapitre 28 : « puis [Aucassins] demanda ques hon c’estoit ne s’il avoit gerre, et on li dist : “Oïl, grande”. »

25 Pauphilet A., « Aucassin et Nicolette » Le Legs du Moyen Âge, Melun, d’Argences, 1950, p. 239-248.

26 Jodogne O., « La Parodie et le pastiche dans Aucassin et Nicolette », les Cahiers de l’Association internationale des Études françaises, n° 12, 1960, p. 53-65. « Aucassin et Nicolette, Clarisse et Florent », Mélanges Jean Frappier, Genève, Droz, 1970, t. 1, p. 453-481.

27 Sur ces notions, voir p. 211.

28 Escoufle, v. 1686-1689.

29 Au niveau des enchaînements de répliques, je ne prends pas en compte les gestes des personnages ou les réflexions intérieures d’Aélis qui l’interrompent au plan textuel.

30 Mais on peut supposer qu’il s’agit du comte, celui-ci étant le précédent interlocuteur.

31 Sur ce thème, voir James-Raoul D., La Parole empêchée, Paris, Champion, 1997 ou « La Parole empêchée dans le Conte du Graal », Op. Cit., n° 11, Presses Universitaires de Pau, 1998, p. 15-27 ou l’analyse du prologue d’Yvain par Ollier M.-L., « Le discours en “abyme” ou la narration équivoque », La Forme du Sens, Orléans, Paradigme, 2000, p. 87-98.

32 Sur la définition de ces termes, voir Combes A., Les voies de l’aventure : réécriture et composition romanesque dans le Lancelot en prose, Paris, Champion, 2001, p. 409.

33 Par exemple, Tristan 1, chapitres 175-176.

34 Par exemple, Merlin, 32, l. 52-74 ou Tristan 1, chapitre 146.

35 Voir infra p. 270.

36 Cette réplique, absente des autres manuscrits, est douteuse à cause du verbe de parole utilisé qui fait double emploi avec celui qui suit (les mouvements initiatifs d’un échange, même si le tour de parole est divisé en deux répliques, utilisent plutôt le verbe dire), et surtout à cause de sa place dans la structure de la conversation. Il est plus logique à ce moment que Merlin demande au roi des assurances sur son engagement plutôt qu’il ne s’engage lui-même à un service total.

37 C’est principalement Merlin qui introduit cette perturbation des débats. Si Ulfin reproduit sur la fin la même attitude, c’est qu’il poursuit l’œuvre du devin.

38 Sur la perversion du régime féodal par Merlin, voir C. Denoyelle, article cité, 2000.

39 Voir infra p. 273.

40 Notons cependant que, l’arrivée de Gauvain interrompant la conversation que la demoiselle avait avec la reine, l’intervention de la jeune fille n’est pas totalement privée de légitimité : elle reprend en quelque sorte le fil de cette conversation interrompue.

41 Voir infra p. 246 et suivantes.

42 Ou sa célébrité dans l’univers romanesque et sa capacité à être générateur de récit : dans ce groupe de quatre amis, Hector, Blyobleris, Bohort et Dryan, ce dernier n’accède guère à la parole individuelle.

Table des illustrations

Titre Les participants à une conversation
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40411/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search