Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Première partie. La contextualisation des dialogues

Chapitre I. Le cadre situationnel

Texte intégral

  • 1 Lancelot, p. 586

1« Certes, dame, ce poise moi, car trop me meffaz del celer, ne li leux n’i est del dire1 » avoue Lancelot à la reine Guenièvre. Comme il le constate avec tristesse, loin d’être accessoire, le cadre situationnel, c’est-à-dire les conditions spatio-temporelles et sociales dans laquelle les conversations prennent place, influence directement leurs contenus, tant dans leurs thèmes que dans les rituels de politesse qui les accompagnent, leur durée, leur déroulement. Dans un roman, ces indications, qui relèvent du domaine de la description, enrichissent le texte de détails concrets, nuancent le sens des propos tenus et prennent une dimension dramatique au plan du déroulement du récit.

  • 2 On trouve parfois une unique indication spatiale ou temporelle, l'ensemble restant imprécis. Grâce (...)
  • 3 Lot F., Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984, (réimpression de l'édition de 1954) (...)
  • 4 Baumgartner E., « Les techniques narratives dans le roman en prose », Lacy N. J. ; Kelly D. and Bu (...)

2Le souci du contexte, cependant, apparaît progressivement dans notre corpus : les textes en vers y sont moins sensibles. Gautier d’Arras par exemple néglige complètement de préciser dans quel cadre il situe les grands dialogues dramatiques de ses romans cependant fort riches sur le plan rhétorique. De son côté, son contemporain, Chrétien de Troyes apporte beaucoup plus de précisions, sans qu’elles soient systématiques : on ignore ainsi complètement où et quand Yvain demande son congé à la dame de Landuc, où et quand il obtient enfin son pardon… mais on sait que Calogrenant rencontre un étrange vilain dans un « essart », que la messagère de Laudine vient annoncer à Yvain son renvoi dans un pavillon, près du terrain où venait de se dérouler un tournoi. D’une manière générale, à l’exception de ceux de Jean Renart dans l’Escoufle, les dialogues des textes en vers sont non contextualisés, c’est-à-dire qu’ils sont introduits sans qu’aucune description n’indique le lieu ni le moment de leur déroulement2. En revanche, dans les textes en prose, en dehors du Merlin, on sait presque toujours où et quand se passe la conversation, la proportion entre dialogues contextualisés et dialogues non contextualisés s’inverse. La contextualisation des dialogues participe plus généralement de la conception du temps qu’ont les romans en vers ou en prose. Les romans arthuriens cycliques se caractérisent par un souci extrême du déroulement temporel du récit. F. Lot l’avait soigneusement montré pour le Lancelot3. Cette attention renvoie à leur vision totalisante de l’histoire et est liée à la technique de l’entrelacement. Le souci d’être exhaustif leur impose de saturer le temps de la diégèse. Rien de ce qui arrive aux héros ne leur échappe, ce qui implique une grande richesse dans l’invention de péripéties pour combler l’entier déroulement de leur existence. Même l’attente de Bohort, Blyoblerys, Dynas et Hector (Tristan 2, chapitre 54) qui passent le temps avant l’arrivée de Lancelot est décrite. Le temps n’a plus de valeur variable selon son importance au plan de la narration, il a un déroulement constant. En revanche, dans les romans en vers, le récit se concentre sur les éléments « les plus importants », d’où « une vision fragmentaire, discontinue et dans une certaine mesure prédécoupée que donne le recueil de récits narratifs en vers4 ». Le Merlin en prose, qui n’est pas encore cyclique, n’utilise pas l’entrelacement et réunit sur la trame d’un temps qui passe, extérieur au récit, quelques événements épars, seulement annoncés par « un jor » ou « une foiz » et conclus par « einsis remest un grant tens que… » ou « einsis sot Egerne que… » Inversement dans Yvain, Chrétien de Troyes tend à cette densification et à cette totalisation du temps : la longue reconquête de l’honneur du héros est ainsi soigneusement détaillée dans toute sa dimension temporelle et spatiale. De plus, par l’évocation des destins parallèles de Lunete et surtout de Gauvain parti à la recherche de la reine avec Lancelot, une épaisseur temporelle interne au récit apparaît.

3L’opposition entre scènes contextualisées et scènes non-contextualisées ne se confond pas avec celle que fait G. Genette entre scènes et sommaires ni avec l’opposition entre discours narrativisé et discours direct. Un dialogue inséré dans un sommaire peut être très précisément contextualisé si l’auteur note où et quand il a lieu. En revanche, un dialogue situé dans une scène, où les paroles de personnages sont écrites en discours direct peut ne pas être contextualisé du tout même s’il s’agit de scènes importantes dramatiquement comme le débat entre l’empereur et Éracle dans le roman de Gautier d’Arras, pour savoir quel sort réserver à l’impératrice quand son époux s’apprête à partir en guerre :

Çou pert a nostre empereor
Qui en amor a grant paour ;
Amors le fait sovent villier.
D’une part trait son consillier :
« Eracle, dist il, biaus amis,
En vostre consel me sui mis
Et si m’en est venus tous biens… » (Éracle, v. 3007-3013)

4Le texte précise l’importance de cette conversation cruciale mais se contente d’un vague « d’une part » pour indiquer que les locuteurs s’isolent, sans que l’on sache ni où ni quand cette conversation a lieu. Le fait de le savoir, d’ailleurs, n’apporterait pas grand-chose. Tout l’intérêt de cette conversation est dans ce qui est dit, dans ce qui est lu au narrataire et aucun élément ne lui est fourni qui lui permettrait de voir la scène, dont l’aspect pittoresque est négligé. Dans ces romans, un dialogue contextualisé se détache de temps en temps sur un ensemble de scènes imprécises : dans Éracle, il s’agit des interventions angéliques, des scènes de marché et surtout de la série de conversations conduisant à l’élection d’Athanaïs ou à son adultère. En revanche, aucune « conversation de palais » n’est située comme si la situation allait de soi dans ce cas. Il en est de même dans le Merlin, où la violente dispute entre les deux sœurs, les premières rencontres entre Merlin et les princes, les scènes d’intimité entre Uter et Ygerne et toutes les scènes de la succession d’Uter sont contextualisées. Pour le reste, Merlin semble prodiguer son enseignement ex nihilo. S’agirait-il d’une manière de hiérarchiser les dialogues et de mettre en valeur ceux qui sont importants ? Nombre de conversations essentielles ne sont pourtant pas contextualisées. Leur situation reste implicite, elle fait partie des connaissances d’arrière-plan dont doit disposer tout narrataire pour comprendre le récit. Seules celles qui sortent de l’ordinaire reçoivent un contexte.

5En revanche, on trouve une nette hiérarchisation par la contextualisation dans les textes en prose. Elle commence à se dessiner dans le Lancelot où les scènes importantes reçoivent progressivement un contexte : les étapes de la guerre contre Galehaut sont entièrement contextualisées alors que celles de la guerre de Gaunes, située au début de cet extrait du roman, ne l’étaient que partiellement. Ce phénomène est encore plus net dans le Tristan 2 où l’on suit avec une rigueur extrême le déroulement des journées du héros. Sur un canevas répétitif (départ au petit matin, aventures diverses, souci de l’hébergement quand vient le soir et veillée chez un hôte après le repas), les seules scènes non contextualisées sont des analepses. Par exemple, lors des rencontres successive de Tristan avec Gauvain puis Bréhu, un dialogue passé entre Morgain et ces chevaliers s’intercale dans le récit principal (chapitres 73 et 91). Morgain a expliqué aux deux hommes ses démêlés avec un chevalier inconnu. Grâce à ces conversations, les interlocuteurs de Tristan reconnaissent qu’il est ce chevalier fameux et puissant dont parlait la dame. Cependant, ne s’intégrant pas à la trame du récit, ces dialogues ne reçoivent aucun contexte.

Quant Breüs voit sour lui venir monsigneur Tristan si appareillé de lui ferir, pour ce que il reconnoist l’escu de Cornuaille tout maintenant que il le voit (et le jour devant avoit il esté chiés Morgain, ki mout li voloit grant bien, et li avoit Morgain conté la grant perte et le grant damage qu’ele tout nouvelement avoit recheü, et par un cevalier. Breüs, ki celui fait n’avoit mie tenu a petit, ains disoit bien tout plainnement que ce estoit une des plus grans merveilles dont il oïst piecha mais parler, avoit demandé quel escu li chevaliers portoit, ki cest damage li avoit fait. Et Morgain li avoit devisé tout ensi con li autre li avoient conté, chil ki de pres l’avoient veü. Par les nouveles que Breüs avoit aprises en la maison de Morgain le jour devant, reconnut il l’escu de monsigneur Tristan tout maintenant qu’il le vit) ; dont il fu plus espoentés et esmaiés quant il le vit aprochier de lui k’il ne le fust de. x. autres cevaliers s’il l’assaillissent. (Tristan 2, 91, l. 21-37)

  • 5 Aucune heure précise n'est donnée mais plusieurs événements auront encore lieu avant que Tristan n (...)

6La rencontre a lieu dans la forêt, au milieu de la journée5. Si la scène n’est pas très précisément contextualisée, l’analepse, que les éditeurs modernes ont choisi de détacher par des parenthèses, l’est encore moins. La seule indication temporelle précise que la scène s’est déroulée la veille chez Morgain, mais aucune autre information n’est donnée sur le lieu ou le moment de la journée. Ce dialogue entre Bréhu et Morgain répète celui qui a eu lieu avec Gauvain quelques chapitres plus tôt en discours direct et qui n’est pas plus contextualisé que ce rapide sommaire. La longueur et le type de discours choisi n’interviennent pas dans cette hiérarchisation, seule l’insertion dans la trame temporelle et dramatique importe.

7Deux conceptions du dialogue s’opposent : dans les textes où la contextualisation est rare, le dialogue est une succession de répliques qui se suffisent à elles-mêmes, ce sont des dialogues à « entendre » ; dans le second cas, le dialogue est intégré à une mise en scène pittoresque, à un tableau où postures, gestes et attitudes des personnages ont presque autant d’importance que les propos échangés. Il y a autant à « voir » qu’à « entendre ». Les éléments descriptifs retenus par les auteurs s’intègrent à un système signifiant du point de vue symbolique et narratif qui associe à certains lieux et moments de la journée un programme narratif et discursif.

Le cadre spatial

  • 6 Matoré G., Vocabulaire et société médiévale, Paris, PUF, 1985, p. 98.
  • 7 Sur ce concept, voir infra p. 232 et 239.

8Les romans privilégient un certain nombre de lieux qui sont propices à la parole. Ils correspondent à ceux que G. Matoré appelle les « centres focalisants où la vie d’un groupe est concentrée : eglise, hostel, mesnie, tournois, festes, etc., où les rapports entre individus sont soumis à des règles fixes, à des coutumes, à des rites6. » et auxquels correspondent des types de dialogues précis. Ils appellent en effet des patterns7 prédéfinis et particuliers : défis, débats, décisions, salutations, divertissements… qui sont des points de repères pour le narrateur comme pour le narrataire et pour les personnages du récit. À chaque endroit correspond une attente de conversation : on n’aborde pas n’importe quel sujet dans n’importe quel espace.

  • 8 Cosnier J., « La psychanalyse, le langage et la communication », Psychothérapies 4, 1984, p. 215-2 (...)

La vie sociale a pour théâtre un certain nombre de « settings », cadres sociaux définis qui ont une certaine finalité, et où les comportements sont régis par un ensemble de prescriptions et de proscriptions conventionnelles connues de tous les membres « compétents » de la communauté, ainsi : le bureau de tabac, l’épicerie, le bureau de poste, le cabinet du psychanalyste. Chaque setting possède un « script » ou mode d’emploi, guide de bonne conduite8.

9Les personnages ne s’y trompent pas, qui réprimandent à juste titre celui qui ne participe pas à la conversation comme il faut : Banin, parce qu’il ne répond pas au schéma attendu, se fait remarquer lors du banquet offert, à Pâques, par le roi Arthur à ses chevaliers.

Quant il orent lo premier mes eü, si conmencierent paroles a enforcier, si parloit li rois a ses chevaliers et il a lui. […] Li rois parla amont et aval as chevaliers, et esgarda Banyn, qui mot ne dist et tint la teste basse, si sanbla qu’il fust esbahiz de ce qu’il estoit devant persone a si haut home com estoit li rois Artus, […] Et li rois lo voloit hors giter de sa vergoigne, si li dist mout cortoisement :
« Sire chevaliers, ne seiez pas au mengier si esbahiz, car as armes n’iestes vos pas esbahiz si com ge cuit. Et sachiez bien que vos iestes esgardez de mainz prodomes, mais il n’en i a nul qui por vostre honor ne vos esgart. » (Lancelot, p. 384)

  • 9 Sauf dans le Lancelot, où les chevaliers emmenés en prison par la traîtrise du seigneur de la Doul (...)
  • 10 Hamon Ph., « Du savoir dans les textes », Revue des Sciences Humaines, n° 160, 1975, p. 494.

10Dans ce corpus, tous les lieux qui relèvent de la basse domesticité, les cuisines9, les écuries. sont totalement ignorés, ainsi que tous ceux de la vie paysanne et rurale, qui sont privilégiés par d’autres genres littéraires. Ces espaces n’ont pas tous la même valeur discursive : on opposera les lieux « cybernétiques », selon l’expression de Ph. Hamon10 : « où se stocke, se transmet, s’échange, se met en forme l’information » aux lieux « dramatiques » où se déroule l’action, que la parole accompagne certes, tant par les engagements que les personnages y prennent que par les commentaires qu’ils y font, mais où elle ne trouve pas fondamentalement sa place. Autant certains sont organisés pour produire une parole riche en information, autant d’autres sont essentiellement orientés vers le geste. Si l’on parle partout, les propos échangés sont plus ou moins denses en informations narratives ou dramatiques.

11Le champ de bataille, qu’il s’agisse de guerre ou de tournoi, est le lieu d’une parole fortement liée à l’action, directive ou phatique : harangues, sarcasmes, conseils stratégiques s’y déploient. Il est tellement vaste que les personnages ont besoin de se retrouver régulièrement pour faire le bilan de la situation car ils ne peuvent en avoir une vue d’ensemble ; des écuyers ou des hérauts, se chargent de transmettre des informations sur ce qui se passe d’un côté ou de l’autre. Cet espace voit le déploiement de dialogues brefs dont le but est d’éveiller l’agressivité, ou de dialogues utilitaires comme des conseils stratégiques. Les tentes qui entourent l’ost sont les lieux de conseils politiques ou diplomatiques mais encore de conversations mondaines une fois les affrontements finis. Cette scène a ses coulisses – l’orée de la forêt où les personnages se reposent, s’enquièrent mutuellement de leur santé et du déroulement du tournoi – et ses spectateurs, installés dans les loges, sur les remparts ou les bretèches : dames et chevaliers y contemplent les exploits de leurs champions, commentent, prient, se lamentent ou se réjouissent de la victoire. Les loges constituent un pôle d’attraction pour les bons chevaliers qui veulent faire admirer leurs prouesses. Palamède se fait ainsi ironiquement remarquer par ses compagnons. Il sait que la demoiselle de Cornouailles le regarde et qu’elle est susceptible de rapporter à la reine Yseut les exploits du champion sarrasin, il se permet une harangue vantarde envers ses camarades :

… Et tout maintenant voit la damoisele de Cornuaille, dont il estoit a merveilles liés, car il ne puet estre, si com il li est avis, que ceste ne die aucunes nouveles de lui en Cornuaille a sa dame, quant ele i sera repairie. Quant Palamidés est venus desous les loges, il se tourne tout maintenant de la partie le roi Artu et dist a ses compaingnons :
« Or du bien faire, signeur compaingnon ! Or i parra que vous ferés ! Or sachiés que ceste journee d’ui sera mout plus doutee et plus fiere que vous ne quidiés, car encontre le roi Karados Briesbras a grant force et grant pooir de gent.
– Palamidés, fait Gaheriés, nous volés vous sermonner ? Autre cose nous couvient faire, si m’aït Diex, que le parler ! » (Tristan 2, 145, l. 15-26)

  • 11 Sur cette notion, voir p. 62.

12Palamède fait mine de s’adresser à ses compagnons et de les exhorter à la vaillance, mais en réalité son allocutaire est la demoiselle de Cornouailles à qui il entend montrer son courage et ses qualités de meneur d’hommes. La remarque de Gahériet souligne l’incompréhension de ses interlocuteurs apparents après cette exhortation hors de propos, véritable trope communicationnel11. Le narrataire ne peut réellement apprécier cette réplique sans prendre en compte la dimension spatiale de l’épisode. La scène est conçue par le narrateur dans son ensemble, elle comprend à la fois les gestes et l’action, les paroles et l’espace dans lequel elle se déploie.

  • 12 Tristan 2, 23, l. 3.
  • 13 Voir Plet F., La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Cha (...)

13La forêt, en second lieu, toute gaste qu’elle soit, « grans et anchienne12 », et les autres lieux de l’errance ou du voyage, lande, champs, marais… n’en sont pas moins des lieux de discussion : les gués, les ponts, les carrefours où l’on se croise et où l’on se sépare sont autant de lieux de parole amicale ou agressive, selon que l’on rencontre un autre chevalier, une demoiselle éplorée ou des bandits. Dans le Tristan, où les règles de l’errance se sont institutionnalisées, les chevaliers qui se rencontrent sur « le grant cemin » se lancent des défis ou s’accompagnent un moment en discutant selon un code rituel très précis, soit qu’ils se croisent (ce qui donne lieu à un combat) soit qu’ils cheminent dans le même sens (ils engagent une relation amicale)13. Ils peuvent alors échanger des nouvelles de tous les chevaliers des royaumes de Logres ou de Cornouailles. C’est l’occasion de conversations rétrospectives dans lesquelles les personnages font le bilan de leurs aventures mais qui, sans grand enjeu dramatique, ne sont pas forcément rapportées en discours direct.

14Les fontaines ou les rivières, lieux de pause dans la chasse ou dans l’errance, constituent des espaces centripètes qui attirent les individus et favorisent rencontres et conversations. Les chevaliers peuvent y passer la nuit ou s’y reposer en bonne compagnie (Tristan 1, 97, l. 14-18). L’eau est propice à la rêverie solitaire et à l’échange de nouvelles du monde. Mais ces passages donnent lieu à des dialogues à la tonalité plus agressive dans la mesure où ces rêveurs sont souvent interrompus dans leurs méditations.

15Lieux ouverts, mais policés par la courtoisie, les prés et les vergers servent aux conversations intimes ou secrètes :

  • 14 Régnier-Bohler D., « Geste, parole et clôture, les représentations du gynécée dans la littérature (...)

Lieu du privé, lieu de la sociabilité, le verger témoigne d’une obsession des délimitations et de l’ambivalence des frontières. La clôture du verger en fait tout d’abord le lieu idéal de regroupement des amants, le lieu de la séduction et du secret : espace circonscrit, théâtre où s’exposent les charmes de la femme, […], lieu clos où s’exhalent les plaintes de certaines chansons de toile, lieu à espionner, lieu qui doit, pour échapper au jugement porté sur les amours interdites se couvrir d’un silence magique14.

16Ils sont le lieu idéal des amours plus ou moins licites mais sont adaptés aussi aux conversations politiques : c’est dans un pré, sous une tente, que l’empereur promet à son fidèle Richard de marier son fils à Aélis (Escoufle, v. 2084-2213), ou que le pape offre à Ille la main de Ganor (Ille et Galeron, v. 3354-3609). À l’écart des autres, dans un lieu qui ne présente pas les tensions des espaces officiels et propres aux temps solennels, une parole libre peut s’exprimer pour un enjeu dramatique souvent important.

17Les décors urbains sont peu fréquents dans ce corpus presque entièrement chevaleresque, pourtant quelques personnages cheminent et discutent à travers les rues qui peuvent s’avérer aussi à leur échelle, un lieu d’information. Ainsi dans Ille et Galeron, la duchesse, isolée à Rome, est exclue de ces lieux de parole : ne fréquentant ni les salles des palais, ni les rues où circulent les rumeurs, elle apprend dans sa petite chambre, le matin même des noces de celui-ci, que son mari est là et va épouser Ganor. Pourtant, la décision à peine prise, la nouvelle des fiançailles s’était diffusée partout, des plus grands seigneurs jusqu’aux plus humbles ; toute la ville de Rome, rassemblée dans des formules englobantes, semblait au courant :

Par Rome cantent ces puceles,
Cil demoisel, ces damoiseles ;
Cil jougleor trompent et rotent,
Vïelent, cantent et si notent.
Que vos diroie ? A l’endemain
Se lievent matin li Romain. (Ille, v. 3982-3987)

18Seule Galeron était restée en dehors de cette joie, qui ne fréquente que l’église et son logis solitaire. La disposition des lieux de conversation sert ainsi de ressort dramatique.

19Les lieux de parole urbains renvoient à une catégorisation sociale : Arthur, après avoir assisté au tournoi du Château des Pucelles, réconforte les chevaliers de son camp selon une hiérarchie sociale et topographique. Il commence par ceux qui sont assemblés dans le « castel », c’est-à-dire la cité :

Et quant il passent par mi les rues, li rois ne trueve pas ses cevaliers si liés ne si joians com il estoient le jour devant […]. Li rois les vait reconfortant tant com il puet, ensi com il passoit par devant aus, et lor dist :
« Signeur cevalier, ne vous esmaiiés mie se il vous est hui ensi avenu que vous aiés le camp perdu ! De ce ne vous caut ; sachiés tout certainnement que vous le recoverrés demain : je meïsmes porteroie demain avant armes que li afaires n’alast autrement k’il est hui alés. »
Ceste cose fu esranment racontee par tout le castel. (Tristan 2, 157, l. 16-26)

20Le roi répète ensuite les mêmes paroles à ceux qu’il rencontre dans son palais :

Li rois s’en vait en son palais et trueve laiens ses cevaliers lassés et traveilliés et debatus, les uns navrés et les autres sains. […] Li rois les vait reconfortant mout durement et dist que aseür soient il k’il vaincront demain l’asamblee, car il meïsmes portera demain armes ; s’il voit que faire le couviengne. Et lors sont mout reconforté li cevalier. (Ibid, 157, l. 31-41)

  • 15 Pierreville C., Gautier d'Arras, l'autre Chrétien, Paris, Champion, 2001, p. 86.

21Le discours est identique mais la différence de lieux s’accompagne d’une différence d’allocutaires : les chevaliers présents dans le palais ne sont pas les mêmes que ceux qui se tiennent dans le « château », simples chevaliers pour les uns, barons de son royaume pour les autres. En général, les châteaux remplissent leur fonction primordiale au Moyen Âge, celle de lieu de défense, de repli pour des chevaliers qui veulent mettre au point des stratégies avant ou après une attaque15. Mais les rues et les places sont souvent les lieux des bourgeois, réunis en foule, qui acclament leur souverain légitime (Lancelot, p. 202) ou saluent l’arrivée dans la cité des bons chevaliers (Tristan 2, chapitre 104).

22Dans les demeures seigneuriales, les conversations commencent sur le perron, lieu d’échanges phatiques et rituels : tous les personnages de marque y sont accueillis par leur hôte en personne, ou par sa mesnie s’il s’agit de personnes moins importantes comme c’est le cas pour Aélis et Isabelle chez la dame de Montpellier (Escoufle v. 5590-5630). L’hôte se doit aussi d’y raccompagner ses invités à la fin de la visite. La conversation dans sa dimension sociale informative ou ludique se déploie dans les salles intérieures, au sol jonché d’herbe fraîche, qui servent autant de lieux de réception et de vie que de chambres.

  • 16 Régnier-Bohler D., op. cit., p. 393.

23Ces salles sont en général des lieux masculins où les femmes ne sont pas présentes. « La salle est le lieu réservé à la vie collective ; coupée de la rue, elle est le lieu usuel des rassemblements, le lieu par excellence de la sociabilité16. » Dans le Tristan 2, on relève une réelle opposition entre les espaces masculins et féminins : alors que le roi et ses barons cherchent toujours à deviner l’identité du Chevalier Noir, vainqueur du tournoi, Guenièvre, qui a reçu Gahériet et la demoiselle de Cornouaille dans le secret de ses chambres, est déjà au courant de toute l’histoire. Il existe deux lieux d’information parallèles qui ne communiquent pas entre eux et le lieu masculin n’est pas forcément le mieux renseigné. À cette opposition entre les salles masculines et les chambres féminines s’ajoute une opposition entre les lieux ouverts et les lieux fermés : tout se passe comme si seule la dame éloignée de l’agitation du monde extérieur – Guenièvre n’a pas assisté à la dernière journée du tournoi – avait la clairvoyance nécessaire pour écouter et comprendre. Sur le champ de bataille, nul n’imagine monseigneur Tristan sous les armes du Chevalier Noir.

  • 17 Ibid, p. 395.

24Les lieux des conversations familières et des veillées sont souvent les chambres des dames17 : s’y déroule par exemple la fameuse scène de l’Escoufle où Guillaume révèle le sens de son comportement passionné au comte de Saint-Gilles, confortablement installé contre Aélis qui lui gratte la poitrine en attendant que son fruit cuise (v. 7016-7752). À côté de ces pièces féminines, se trouvent des garde-robes, lieux de confidence, dans lesquelles s’isolent celles qui recherchent la solitude : quand elle se rappelle ses malheurs, Aélis va pleurer dans une chambre où l’on range les affaires du comte (v. 7292-7343), comme la dame de Vergy quand elle découvre que sa liaison avec le chevalier est connue (v. 726-731).

  • 18 Sur ce thème, voir les actes du 27e colloque du CUER MA de février 2002, Connochie-Bourgne C., Par (...)
  • 19 Voir aussi dans la Mort Arthur, la scène où Guenièvre entend la conversation privée du roi et Gauv (...)

25Quand ils veulent s’isoler pour une confidence, les personnages se déplacent dans l’embrasure d’une fenêtre18. Il s’agit d’un espace intime qui n’est pas totalement coupé du reste : les locuteurs peuvent y être tranquilles sans signifier aux autres leur besoin de se cacher. Gauvain y révèle à Guenièvre l’identité de Lancelot (Lancelot, p. 720), la dame de Malehaut lui avoue qu’elle est au courant de ses amours (ibid., p. 900-902), Pharien va calmer le jeune Lionel, bouillonnant après avoir appris qu’il a été déshérité par Claudas (ibid., p. 194)19. Les fenêtres, ouvertes sur d’autres lieux, permettent de mettre en relation l’intérieur avec l’extérieur : Yvain et Lunete y commentent ensemble la vision qu’ils ont de la dame de Landuc éplorée (Yvain, v. 1316-1321). Cette importance du regard se retrouve dans d’autres lieux où les personnages, devenus spectateurs, dominent le champ de l’action : les tours, les bretèches, les remparts placés en hauteur permettent d’observer et de commenter divers spectacles : assemblées où s’affrontent les chevaliers, ou la cité de Gaunes, promise à la destruction, dont la vue émeut Pharien et Lambègue au point de décider ce dernier à se livrer à son ennemi Claudas (Lancelot p. 352-354).

  • 20 Tristan 3, chapitres 150-155.
  • 21 « Lieu des captivités, la tour signifie l'autorité exercée indûment. » Régnier-Bohler D., op. cit.(...)

26Les demeures seigneuriales sont aussi le lieu des prisons, un lieu paradoxalement intermédiaire entre l’ouvert et le fermé. Nicolette y fait ses adieux à Aucassin, à travers une fente dans le mur (chap. 23-24), de la même manière que Lunete avait expliqué ses malheurs à Yvain dans la chapelle près du Pin où elle est enfermée. Si ces prisons laissent échapper une parole décisive sur l’extérieur, c’est qu’elles renvoient moralement l’individu à l’essentiel. C’est dans l’enfermement de la prison de Daras, où ils sont au secret que Tristan se réconcilie – momentanément – avec Palamède20. Sur le plan dramatique, la réclusion d’Athanaïs dans sa tour matérialise la jalousie de son époux et les contraintes iniques qu’il lui impose pour préserver sa fidélité21. Son dialogue avec la vieille entremetteuse lui ouvre un espace de liberté perverse. Inversement, dans le lieu ouvert où se déroule la fête à laquelle elle assiste, son silence symbolise l’enfermement véritable dans lequel elle se trouve. Comme l’avait bien pressenti Éracle, la dame semble mieux enfermée dans le siècle que seule dans une tour.

27Les chapelles et les églises sont le lieu des discours sacrés. C’est dans la cathédrale de Logres, lors des célébrations de la Nativité que l’archevêque explique aux barons d’Uter la conduite à tenir pour choisir un nouveau roi (Merlin, chap. 82-84). Galehaut, au cours de la messe matinale dans une chapelle, jure fidélité et amitié à Lancelot au nom de la sainte Trinité (Lancelot, p. 858). Mais ces lieux peuvent aussi servir à des décisions politiques : Ille y annonce à l’Empereur et au pape sa décision de quitter sa charge de sénéchal pour regagner la Bretagne en compagnie de Galeron (Ille, 4484-4575).

28Les auberges, les maisons de religion…, tous ces endroits où les voyageurs passent quelques nuits, bruissent de rumeurs. Dans Ille et Galeron, les héros essayent d’y recueillir des informations sur leurs amis (v. 5572-5580) ; dans le Lancelot, on y commente les exploits du chevalier nouveau (p. 594).

29Les lits sont l’espace privilégié de la confidence : Aélis y explique à Isabelle sa situation désespérée (Escoufle, v. 5264-5307), Lancelot et Galehaut y revivent dans la parole le bonheur d’être aimés (Lancelot, p. 898). Mais ce sont aussi par excellence et fort logiquement, le lieu des conversations conjugales. Presque tous les récits de ce corpus contiennent ce motif, dans lequel l’époux ou, le plus souvent, l’épouse obtient par les caresses et les cajoleries des révélations ou des faveurs spéciales. Il s’agit moins d’un espace de confidence, que du lieu, particulièrement ambivalent, où les enjeux de pouvoir conjugal sont les plus importants :

  • 22 Ibid., p. 328.

Il peut en effet être le lieu des ombres, du crime, le lieu qui marque à tout jamais l’impossibilité de faire la lumière sur ce qui s’est réellement passé. […] Le lit apparaît ainsi comme le lieu même de la vulnérabilité, le lieu où l’identité est aisément occultée, le lieu de graves transgressions, prétendues ou réelles, fut-ce celles de la parole, comme si émise de nuit, elle ne pouvait être source que de malheurs22.

30Autour des centres focalisants qui organisent la vie sociale médiévale et qui imposent des patterns langagiers, les traditions littéraires disposent un certain nombre de lieux de parole porteurs d’un imaginaire précis. Forêts, champs de bataille, fontaines, vergers viennent ainsi compléter les demeures seigneuriales, les églises et les chambres où les personnages se rencontrent et se confrontent. Ouverts à la rumeur du monde ou clos sur un espace protecteur ou aliénant, ces lieux sont orientés par des valeurs narratives et morales qui les hiérarchisent et guident l’attente du lecteur.

Analyse proxémique des positions des personnages

  • 23 Hall E. T., La Dimension cachée, Paris, Le Seuil, 1966, p. 145-157.

31Si le contexte spatial importe, dans la vie, par la conduite langagière qu’il impose aux locuteurs de la conversation, il a aussi une grande importance sur leur attitude physique en ce qu’il prescrit certaines positions et attitudes comportementales. Celles-ci ont été étudiées par la proxémique qui a montré qu’elles traduisent les relations des locuteurs entre eux. La distance physique renvoie à la distance sociale et affective23 qu’ils entretiennent. Ces distances ont évidemment changé depuis l’époque médiévale où, l’exemple d’Aélis grattant le torse du comte de Saint-Gilles le montre, les valeurs morales attribuées à la proximité physique étaient différentes des nôtres. Les textes contextualisés sont sensibles à ces indications spatiales, à leurs implications interactionnelles et à leurs effets de réel. La rencontre entre Aélis et Isabelle à Toul commence à une distance « sociale » : la princesse s’approche de la jeune fille qui l’observe (Escoufle, v. 4894-4939) et lui adresse la parole quand elle se trouve à une toise de distance, soit environ deux mètres. Dans cette situation, Isabelle peut voir parfaitement le visage d’Aélis et s’apercevoir qu’« elle ot moillié sa gimple de suor, ses ex et sa face. » Par la suite (5258-5307), Aélis invite la jeune fille à partager son lit, signe que leur relation va devenir plus proche. La réaction de refus d’Isabelle montre qu’elle juge socialement inconvenante une telle intimité :

« Dame, fait ele, vo franchise
ne requiert pas que tex ancele
Com je sui gise o tel pucele
Com vos estes ; n’est pas droiture. » (Escoufle, v. 5266-5269)

  • 24 Keu fait une infraction à la règle qui veut qu'on ne défie pas un chevalier voyageant dans le même (...)

32Ces distances prennent une fonction narrative dans le cas des rencontres entre chevaliers errants. La coutume veut qu’ils se lancent un défi dès le premier contact même assez éloigné. Keu24 interpelle Kahedin dès que son cheval a senti le sien :

Quant li cevaus que Kex cevauchoit senti le ceval de Kahedin, ki venoit aprés lui, il commencha mout fort a henir. Mesire Kex se regarde tout maintenant, et quant il voit que ce estoit cevaliers armés ki aprés lui venoit, […]. Dont s’areste tout maintenant en mi le cemin et prent son escu et son glaive et crie a Kahedin : « Sire cevaliers, gardés vous de moi ! A jouster vous couvient ! »
(Tristan 1, 122, l. 10-16)

33Cette distance est révélée par le verbe de parole utilisé : crier, qui témoigne moins d’une violence que de la nécessité d’élever la voix à une distance importante. En revanche, quand des chevaliers se rencontrent sans avoir l’intention de se battre, ils attendent d’être plus proches avant de s’adresser la parole. Ainsi quand Brandelis et Keu d’Estraus retrouvent en chemin Lancelot, ils l’attendent un petit moment :

Quant il le voient aprochier d’aus, il s’arestent et atendent tant k’il est venus dusques a aus, si le saluent et il lour rent lour salu mout bel et mout cortoisement. « Sire, font il, qui estes vous ? » (Tristan 1, 2, l. 21-25)

34La rencontre amicale implique la proximité et donc l’attente : il faut que l’interlocuteur s’approche avant qu’on le salue. La parole convenable est retardée par un délai poli. Cependant, l’interlocuteur ne doit pas être trop près. La reine Hélène est toute confuse quand elle s’aperçoit qu’un prud’homme s’est approché d’elle sans qu’elle l’ait salué :

Il chevauche cele part, et la reine antant si affaire son duel que ele ne lo voit ne aparçoit tant qu’il est tres desus li venuz. Et il l’esgarde, si la voit mout bele et bien sanblant a haute fame. Lors oste son chaperon, si la salue :
« Dame, fait il, Dex vos doint joie, car il m’est avis que vos n’an avez ores pas tant com il vos seroit mestiers. »
La reine regarde lo preudome, si li rant son salu ; si li poise mout de ce que ele ne l’aparçut ençois que il l’eüst prise si pres. (Lancelot, p. 162)

  • 25 Foulet L., cité dans Woledge B., Commentaires sur Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Tro (...)

35Cette importance des distances est à compléter par d’autres détails comme la posture ou la tenue vestimentaire pour définir les rapports de supériorité entre les personnages. Les textes contextualisés témoignent ainsi d’un souci de précision qui tend à élaborer des tableaux. Dans le Lancelot en prose, les déclarations solennelles des chevaliers sont toujours précédées par le retrait de leur heaume, dans un souci de politesse et de clarté : Pharien commence par ôter son heaume avant d’entamer les négociations de paix avec Claudas (p. 330), signe d’une attitude ouverte et d’une volonté de parler et d’écouter. Il affirme par là sa légitimité à discuter d’égal à égal avec son seigneur. Dans Yvain, quand la messagère de Laudine vient signifier son renvoi à Yvain, elle commence par ôter son manteau : « Un messager qui arrive de l’extérieur enlève son manteau devant le roi pour bien établir qu’il n’est pas là en spectateur désœuvré comme les autres mais en homme qui a des nouvelles importantes à transmettre au roi25. »

  • 26 Merlin, 12, l. 39-43

36Inversement, dans un tout autre contexte, quand la mère de Merlin doit comparaître devant ses juges, « toute nue en sa chemise et un mantel afublé26 », sa tenue indigne renforce la mise en scène spatiale qui l’éloigne des juges pour l’écraser et pour la condamner avant le jugement. En revanche, quand Merlin prend la parole pour la défendre, il s’avance et par là, malgré son jeune âge – il a deux ans – il oblige les juges à lui accorder une attention plus équitable :

Et quant li enfes l’entendi, si se detort es braz sa mere et ele le mist jus. Et com il fu a terre, et il vient tot droit as piez de la jostise et dist… (Merlin, 13, l. 7-10)

37À l’humilité de la mère, isolée, éloignée et rabaissée, répond le culot de l’enfant qui refuse cette disposition et affirme son droit paradoxal à participer au débat. La progression dramatique du dialogue ne peut se comprendre sans la prise en compte de l’espace scénique.

38La posture des personnages renvoie à des règles protocolaires qui font l’objet de négociations discrètes. Dans l’Escoufle, quand le roi de Jérusalem vient à la rencontre du comte Richard pour l’accueillir, celui-ci descend de cheval par respect, si bien que le roi en fait autant pour l’honorer :

Tant ont erré et cil venu
Que les routes vienent ensamble.
Ains que li rois a lui assamble,
Il descent et les gens descendent […]
[Li rois] vint seus devant, fors de. iij.
Des plus preudomes de la route ;
Il descendi et sa gens toute.
Puis que li cuens est descendus
Li rois vers le conte est venus,
Puis l’acole et si le salue. (Escoufle, v. 502-513)

  • 27 Le roi cependant, s'arrête pour l'attendre et la salue avant qu'elle n'ait le temps de le faire.

39Le comte Richard s’humilie en prenant une position plus basse que celle du roi, mais celui-ci rétablit l’égalité et élève ainsi la dignité du comte jusqu’à lui. Ils manifestent là une grande courtoisie à laquelle rien ne les obligeait : quand la dame du Lac rencontre le roi Arthur, aucun des deux ne descend de cheval27(Lancelot, p. 424) et quand elle rencontre le seigneur de Paerne, seul ce dernier met pied à terre (Lancelot, p. 312). Dans Yvain, Arthur se hâte de descendre de cheval et devance l’accueil de la dame de Landuc avant que celle-ci ne puisse tenir son étrier (v. 2373-2377). Il lui épargne ainsi une infériorité humiliante. En revanche, Galehaut, qui vient de vaincre le roi Arthur par les armes, descend de cheval pour s’agenouiller devant lui du plus loin qu’il le voit et renonce ainsi à sa victoire (Lancelot, p. 848).

  • 28 Notons d'ailleurs que, lors d'une précédente conversation, ceux-ci s'étaient levés à son entrée da (...)

40Ces marques de respect sont soulignées, ce qui indique leur valeur au plan dramatique : le plus souvent, les grands seigneurs et les rois savent qu’ils ont le droit de se tenir dans des postures qui soulignent leur supériorité. Leur prééminence se marque par leur position assise devant leurs gens restés debout : quand la fille du comte de Pontieu, devenue l’épouse du sultan, sauve de la mort son père, son frère et son mari, faits prisonniers, elle s’assied devant eux dans la chambre où ils discutent28, « Ele s’asit en une kaiere devant aus, si les apela et dist… » (15, l. 421). Dans Yvain, ces jeux de position ont une importance cruciale puisqu’ils provoquent la colère de Keu à l’encontre de Calogrenant qui s’était levé pour saluer la reine, et lancent le récit. Le roi Arthur, modèle de courtoisie, est toujours disposé à honorer ses hôtes même s’il ne connaît pas leur identité.

Quant li vallez est descenduz, si lo prant par la main messire Yvains et l’an maine en la sale amont. Li rois vint encontre et la reine, si lo prannent andui par les deus mains et se vont aseoir en une couche, et li vallez s’assiet devant aus a terre sor l’erbe vert dont la sale estoit joinchiee. (Lancelot, p. 436)

41L’accueil de Lancelot à la cour est solennel, autant qu’il est convenable pour un tout jeune homme dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est qu’il est recommandé par une grande dame. Yvain le prend en charge sur le perron et l’emmène auprès du roi et de la reine. Ceux-ci sont venus à sa rencontre sans aller jusqu’au perron. Plus tard, quand il rencontre Guenièvre dans la douceur du pré aux arbrisseaux, elle l’honore en l’asseyant à ses côtés alors que Lancelot, respectueux et timide, se met humblement face à elle à genoux. Il respecte ainsi les règles de savoir-vivre décrites par André Le Chapelain :

  • 29 André Le Chapelain, Traité de l'amour courtois, Buridant C. (trad.), Paris, Klincksieck, 1001, p. (...)

« Apprends en effet, Gautier, qu’il est de règle que (1) si un homme se trouve avoir, de par son rang, plus de privilèges qu’une femme, il peut s’il lui plaît s’asseoir près d’elle sans lui en demander la permission. (1) Mais s’il est de même rang, il peut la lui demander. Si elle donne son accord, il a le droit de s’asseoir près d’elle, en aucune façon si elle refuse. (3) Enfin, quand un homme est d’un rang inférieur à celui d’une femme, il ne doit pas solliciter l’autorisation de prendre place à son côté, mais il faut qu’il lui demande s’il peut occuper une place inférieure. Si pourtant, elle lui accordait la liberté de s’asseoir près d’elle, il peut sans crainte, se plier à son désir29 » (De Amore, livre premier, dialogue D, p. 167-168)

42La reine lui montre physiquement que l’heure n’est plus au respect, mais à l’égalité, toute particulière certes, qui convient à une scène d’intimité entre la plus courtoise des reines et le meilleur chevalier du monde.

  • 30 Ille, v. 1011-1018

43Si un grand peut être assis face à ses inférieurs, il peut aussi se trouver dans une posture encore plus négligée et être franchement couché pendant les conversations qu’il mène avec eux. C’est ainsi que l’empereur de Rome accueille Ille, chevalier perdu sans maître ni attaches30. Rien n’indique qu’il se redresse pour l’accueillir ou même pour lui parler. Le comte de Saint-Gilles se trouve dans la même position négligée quand il discute dans la chambre des dames : couché sur les genoux d’Aélis, il ne change pas de position à l’entrée de son maître fauconnier qui n’est pour lui qu’un domestique. Seul l’étonnement à l’écoute de son récit le pousse à s’asseoir pour manifester son émotion. Dans Yvain, au contraire, quand le héros arrive dans le verger où se délasse le seigneur de Pesme Aventure, appuyé sur son coude, avec sa femme et sa fille, « contre lui salirent en piés, / Tuit chil qui el vergier estoient / Tout maintenant que il le voient » (v. 5396-5398). Dans le Tristan, aucun chevalier ne se permettrait de rester dans une position négligée face à une demoiselle : Palamède et Tristan, surpris l’un après l’autre dans leur sommeil par la demoiselle de Cornouaille se dressent sur leurs pieds – « dont saut tout maintenant en estant » – dès qu’ils ouvrent les yeux et l’aperçoivent (Tristan 2, chapitres 83 et 94).

  • 31 Plet F., op. cit., p. 218.

On note à chaque fois la vivacité des gestes […] ainsi que ce mouvement qui fait se précipiter les uns vers les autres les protagonistes, dans un grand élan pour se rapprocher physiquement mimant dans l’espace le rapprochement mental qui a fait soudain mettre un nom sur un visage reconnu31.

  • 32 Escoufle, v. 7692-7693.

44C’est cette même vivacité qui rassemble Aélis et Guillaume lors de leurs retrouvailles, quand la jeune fille « voiant le conte et sa gent toute, li court jeter ses bras au col32. » Dans le Lancelot, c’est ainsi que Claudas accueille Pharien, son homme, dont il croit au revirement : « De si loing com il lo vit, li corrut, ses braz tanduz et lo baise en la boiche mout volentiers comme celui cui il baoit mout a amer. » (p. 330) Cette vivacité est un topos général lié aux retrouvailles, mais même des personnages qui se rencontrent pour la première fois ont cette attitude : quand Guenièvre rencontre la première fois la Dame du Lac, « si li cort au col et dit : “Ha ! dame ; vos soiez la bienvenue. Or cuit ge bien savoir qui vos iestes. Vos iestes la Damoiselle do Lac.” » (Lancelot, tome II, p. 544.)

45Distance entre les interlocuteurs, postures, lieu des conversations. dans les scènes que nous avons qualifiées de contextualisées, les auteurs enrichissent leur tableau de détails pittoresques, riches d’enseignement sur les mentalités de l’époque et surtout sur l’importance accordée à ces moments cruciaux de l’action que sont les confrontations et les rencontres entre les personnages. Une grande variété de situations existent ainsi pour décrire l’intimité ou la distance, la familiarité ou le formalisme, symbolisant dans le décor et la mise en scène les émotions des personnages ou leur évolution les uns par rapport aux autres.

Le cadre temporel

  • 33 Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 146.
  • 34 Dans les cas où la conversation est rapportée une deuxième fois, elle est en général synthétisée e (...)
  • 35 Voir Woledge B., op. cit., p. 151.

46Le cadre temporel sélectionne de la même manière des moments propices aux conversations et en joue pour densifier la valeur dramatique de la scène. Le rapport au temps est construit sur le mode du singulier : la plupart des conversations sont singulatives, selon la terminologie de G. Genette33, elles se sont « déroulées » une fois et ne sont racontées qu’une fois34. On observe une certaine réticence à présenter des énoncés réitérés et les scènes itératives sont le plus souvent écrites comme uniques. Dans Yvain, la longue tirade persuasive de Gauvain à son ami est censée être répétée, cependant elle a toutes les caractéristiques d’un discours singulatif35 :

Mesire Gavains tant li dist
Cheste chose et tant li requist
Qu’il creanta qu’i le diroit
A se femme et si s’en iroit. (Yvain, v. 2539-2543)

47Ces phrases de conclusion peuvent être interprétées comme le signal que ce discours est une synthèse de plusieurs argumentations ou comme un résumé des divers arguments qui viennent d’être exposés. Les fréquentatifs ne servent guère à signifier la répétition, ils insistent sur le poids des propos de Gauvain. Dans l’Escoufle, Jean Renart résume dans un petit échange les commentaires des hôtes successifs des amants fugitifs :

Cascune ostesse se conseille
Priveement a son baron :
« Cis pert bien fix a haut baron,
Et ceste fille a haute dame.
– Je cuit ml’t bien, fait il, par m’ame,
Que de biauté n’est sa pareille.
Vés comme ele est clere et vermeille,
Et cis si gens com il puet estre.
Bien pert a son vis, a son estre
K’il est fix a roi ou a conte. » (Escoufle, v. 4278-4287)

48En dehors du distributif cascune, aucun élément ne signale ce passage comme itératif. En outre, la vivacité de la réplique réactive, l’interjection « par m’ame » utilisée, l’impératif « Vés comme ele est clere… », qui l’oriente vers l’allocutaire, lui donnent un aspect mimétique qui la singularise trop pour qu’on puisse la sentir comme répétée. En revanche, dans le Tristan, les avertissements répétés de son écuyer au héros adoptent véritablement une structure répétitive :

Et Gouvrenaus, ki bien pense que la damoisele n’en menoit mie monsigneur Tristran pour bien qu’ele li vausist, dist a monsigneur Tristran :
« Sire, alom une autre voie et laissom ceste damoisele. Li cuers me dist sans nule faille que de la compaingnie ceste damoisele nous venra anuis et courous. Pour Dieu, laissiés le atant, car ce est sans doute une mauvaise damoisele.
– Gouvrenal, fait mesire Tristrans, or m’est il avis apertement que vous alés acouardissant. Or face la damoisele du pis qu’ele pora ! Bien en escaperom, se Dieu plaist, car je n’en ai nule paour qu’ele me puisse anui faire ! »
Ensi dist Gouvrenaus que cele damoisele estoit mauvaise et de ce disoit il verité. Elle estoit sans faille des damoiseles de Morgain. […] Mesire Tristrans, ki de tout cest fait ne savoit riens ne garde ne s’en prendoit, s’en vait avoec la damoisele. Gouvrenaus li dist mout souvent :
« Sire, alom une autre voie. Ne creés ceste damoisele, car saciés tout certainnement que li cuers me dist que courous nous en venra grans et anui.
– Gouvrenal, ce dist mesire Tristrans, or saciés tout vraiement que je ne laisserai sa compaingnie devant que je voie apertement a quel fin nous em porrom venir. Se je avoie paour et doute de cascune damoisele que nous trouverom des ore mais, malement iroit nostre afaire ! »
Ensi cevauce mesire Tristrans tout le grant cemin de la forest, en la compaingnie de la damoisele. (Tristan 2, 71, l. 60-70 ; 72, l. 1-38)

  • 36 Genette G., op. cit., p. 152.

49Deux échanges à peu près identiques sont rapportés à quelques lignes d’intervalle. La répétition permet de rendre l’effet de multiplication des énoncés, et le lexique utilisé par Gouvrenal est pratiquement le même dans les deux échanges. Le Tristan est un roman qui a le temps de s’attarder sur de tels détails. Toutefois l’avertissement de l’écuyer n’est répété que deux fois alors qu’il est censé être énoncé « mout souvent ». Le passé simple du discours attributif prend une valeur fréquentative. Cependant, la vivacité de la contre-argumentation de Tristan empêche de croire qu’il a pu reproduire réellement de tels propos. Nous sommes devant ce que G. Genette appelle du « pseudo-itératif » : « des scènes présentées comme itératives, alors que la richesse et la précision des détails font qu’aucun lecteur ne peut croire sérieusement qu’elles se sont produites et reproduites ainsi, plusieurs fois, sans aucune variation36. » Les échanges itératifs se présentent donc comme une sorte d’échantillon des propos répétés que pourraient tenir les personnages et les locutions fréquentatives ont plutôt le sens d’un intensif : elles signifient moins le nombre de fois où l’énoncé a été formulé que la sincérité avec laquelle un personnage essaye de persuader son interlocuteur.

Un temps pour parler

50Tous les moments ne sont pas propices à la parole, ils se répartissent hiérarchiquement selon leur importance sociale et dramatique. Ph. Walter a montré l’importance du rythme calendaire liturgique, revivifiant les vieux rythmes païens, non seulement dans la structuration des récits médiévaux mais aussi dans leur senefiance, qui superpose à l’itinéraire du héros une temporalité sacrée. De grandes fêtes de la Parole jalonnent les étapes de la narration et donnent à toutes les paroles qui y sont prononcées une force symbolique :

  • 37 Walter Ph., La Mémoire du Temps : Fêtes et calendriers de Chrétien de Troyes à La Mort Artu, Paris (...)

Le drame du Verbe se trouve inscrit dans le rythme cosmique et il est revécu annuellement grâce aux fêtes qui se trouvent placées à proximité des quatre grandes dates cosmiques et grâce à la liturgie qui rappelle le mystère du Verbe. La littérature romanesque ne pouvait rester étrangère à cette médiation. Elle en approfondit même la portée en posant à sa manière la question de l’origine de l’Être et de la Parole37.

51Au quotidien, les règles de prise de parole délimitent des temps opportuns et des temps néfastes aux conversations. Régulièrement reviennent les mentions que les personnages attendent le moment convenable pour engager une conversation importante. Le duc Conan choisit « le terme et l’eure » pour demander à Ille s’il ne voudrait pas épouser sa sœur, (Ille. v. 1414-1419). D’autres personnages attendent un délai convenable d’une soirée (Lancelot, tome II, p. 603), trois jours (Merlin, 40, l. 10-13), quinze jours (ibid., 47, l. 4-8), avant de poser les questions qui leur brûlent les lèvres.

  • 38 Par exemple, Tristan 2, 101, l. 4-6.

52Selon les heures de la journée, les conversations changent. Chose étonnante à nos yeux modernes, les personnages de ces récits parlent fort peu lors des repas, ou plus précisément, les conversations qui pourraient s’y tenir ne valent jamais la peine d’être mentionnées. En général, les propos rapportés se limitent à des invitations à avoir bon appétit rapportées en discours indirect ou en narrativisé38. Le Chevalier à l’épée est le seul texte de ce corpus où les paroles échangées lors des repas sont données en discours direct, toutefois, elles sont très limitées par rapport à ce que l’on pourrait attendre de conversations à table. Il s’agit d’invitations prévenantes de l’hôte qui concernent le bon déroulement du repas lui-même ou qui proposent à Gauvain de prendre sa fille comme amie (v. 360-366 et v. 446-453). Nous sommes encore là, si l’on peut dire, dans le cadre de la consommation. La générosité et la largesse de l’hôte, à force d’être ainsi soulignées, finissent par devenir suspectes et le lecteur, comme le héros déjà averti par les paysans, est prévenu qu’un retournement de situation ne saurait tarder.

53Le plus souvent, les conversations s’arrêtent explicitement au moment de manger : ainsi dans le Tristan, la joyeuse soirée que Lancelot passe chez Neronneus est-elle mise entre parenthèses pendant les cinq lignes que dure le dîner. Les personnages ne communiquent plus jusqu’à la fin du repas.

Quant il orent de ceste cose tenu grant pieche parlement en tel maniere con je vous ai conté, ils s’asisent esranmement au mengier, car bien en estoit tans et eure venue. Cele nuit furent il servi et aaisié de tous les biens que Neronneus pot avoir adont, car bien sachiés que mout se pena de tout som pooir d’ounerer Lanselot et ses compaingnons, com chil ki trop avoit grant joie de sa venue. Au soir, quant il orent mengié, dist Neronneus a Lanselot : … (Tristan 1, 22, l. 32-40 ; 23, l. 1)

54De même, Tristan réclame l’arrêt d’une conversation entre Persidès et la demoiselle de Cornouailles pour pouvoir aller manger, mettant fin ainsi à des propos qui commencent à le concerner de trop près.

En tel maniere parole Persidés a la demoisele, et mesire Tristrans se mist adonc en lour paroles et dist :
« Persidés, laissiés atant ester cest parlement, s’il vous plaist, et parlom d’el. Il est hui mais bien tans de mengier ! Mengom, si nous irom puis reposer pour lever demain plus matin, se nous poom. » (Tristan 2, 135, l. 11-15)

55Les conversations, sérieuses ou joyeuses, reprennent après. Ainsi, les expressions qui indiquent que l’on enlève les tables ou les nappes servent régulièrement à marquer le seuil de la parole. Les seules conversations conservées par les narrateurs sous forme de dialogues sont des perturbations. Lors de ce même repas, dans le Tristan, les convives sont interrompus par une autre demoiselle, envoyée par Palamède qui cherche à connaître l’identité du Chevalier Noir. Celle-ci s’excuse avec insistance d’intervenir pendant un repas :

La demoisele parole a monsigneur Tristran et li dist :
« Sire cevalier, je vous pri que vous ne tenés a vilonnie se je parole a vous a vostre mengier.
– Damoisele, fait il, certes, non ferai je ! Mais dites hardiement ce k’il vous plaist, et je vous orrai mout volentiers. » (Ibid., 136, l. 6-11)

  • 39 On peut citer par exemple, la scène où le jeune Lionel apprend de la bouche de Pharien qu’il a été (...)

56Dans le Lancelot, les repas, que ce soit à la cour ou en famille, ne sont décrits et les propos ne sont rapportés que pour mettre en scène des annonces tonitruantes qui viennent troubler l’atmosphère détendue des convives assemblés39. Le contraste qui s’établit ainsi entre la fête des repas et la gêne qui suit ces déclarations vient renforcer l’impact de celles-ci.

  • 40 Casagrande C. et Vecchio S., Les Péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991, p. 114.

57Pourquoi cette représentation des repas comme silencieux ? S’agit-il d’une version laïque du souci monastique de faire silence lors des repas pour être mieux à l’écoute de la parole divine et d’éviter ainsi d’ajouter à un éventuel péché de gourmandise, les péchés de la parole ? C. Casagrande et S. Vecchio ont montré que, dans la conception médiévale, « le péché in loquela est inextricablement lié au péché in gustu avec lequel il a en commun le lieu et l’organe d’origine dont il partage complètement le statut. […] Au fur et à mesure que le ventre se remplit, observe Grégoire, la langue ne connaît plus de frein40 ». Parler à table ne correspond pas aux codes de la courtoise tels que la société médiévale se les représente en se mettant en scène idéalement :

  • 41 Roussel C., « Le Legs de la Rose : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale », MOntandon A (...)

La conversation à table obéit en effet à des prescriptions qui portent aussi bien sur les conditions de la prise de parole (ne pas parler la bouche pleine, ne pas tenir de longs discours le verre à la main.) que sur le contenu des propos émis (ne pas critiquer les mets, ne pas parler du prix des aliments présentés, ne pas faire de remarques acrimonieuses ou blessantes, se garder de toute observation susceptible de nuire à l’appétit des convives comme de signaler la présence de mouches ou de crasse, ne pas pousser l’hôte à boire ou à manger.) […] À table, plus encore qu’ailleurs, sans doute parce que la situation incline au relâchement, s’impose un contrôle strict et vigilant de toute l’activité corporelle, parole comprise41.

58Mais si les préceptes de savoir-vivre imposent un comportement poli et réglementé, ils n’interdisent toutefois pas complètement les paroles mêmes graves. Dans cette civilisation où la faim n’est pas encore vaincue, ce temps revêt-il une importance cruciale au point de limiter tout ce qui pourrait empêcher un convive de reprendre des forces ? Pharien en effet, qui admire l’appétit de Lionel, accepte de révéler sa situation à l’enfant « ançois lo vos diroie ge que vos en perdissiez vostre mengier. » (p. 194) ; Beduier se plaint à trois reprises que l’intervention d’Adragai le Brun trouble les convives :

Et par la sale en sont tuit esbahi et un et autre et dient c’onques mais n’oïrent randu si bien parler ne si hardiement devant persone a si haut home, et li pluseur en ont lou mangier laissié et a mervoille l’esgardent. Lors vint avant Beduiers li conestables et vit que por la parole a ce randu avoient plus de la moitié des chevaliers lou mengier si deguerpi qu’il n’antendoient a nule rien fors a ce que il disoit. Et Beduiers li dist :
« Sire randuz, laissiez vostre parole atant ester tant que messires li rois ait mangié et lors si parleroiz a lui tot par leisir, car de tant con vos avez dit avez vos ja la cort si troblee que tuit en laissent lou mengier et riche et povre. » (Lancelot, p. 178)

59Si le souci d’un Beduier peut s’expliquer par l’égoïsme d’une cour oublieuse de ses devoirs féodaux, il semble plus généralement qu’aucune information, aussi cruciale soit-elle, n’autorise la perte de l’appétit.

60Les conversations varient au cours de la journée mais il ne nous est pas souvent précisé à quels moments elles ont lieu. Les rares indications temporelles signalent la particularité du contexte. Ainsi dans Merlin, quinze dialogues se déroulent explicitement le soir ou la nuit, alors que dans les dialogues de jour, seuls sept portent ces précisions ; dans Éracle, quatre dialogues sont signalés comme se passant la nuit contre un seul pendant le jour. Dans Aucassin et Nicolette, sept dialogues sont marqués comme nocturnes alors que l’on ne relève que deux fois cette précision pour des dialogues diurnes. Le jour apparaît comme le temps non marqué, celui où il est naturel de parler, tandis que parler la nuit a toujours une signification narrative. La plupart des conversations ont lieu dans la journée et sont consacrées à l’action : les conversations y seront politiques ou guerrières ; le soir sera réservé au plaisir de bavarder, aux confidences, voire sur un plan plus symbolique, aux révélations.

  • 42 Ceci dit, ils sont quand même partis alors que le jour n'est pas complètement levé. Il est vrai qu (...)

61Les premières conversations de la journée, au petit matin, sont essentiellement des adieux. Les voyageurs et les chevaliers errants partent tôt, à prime ou avant l’aube. Se lever tard reste exceptionnel et signale toujours un événement important : dans la Fille du comte de Pontieu, Thibaut demande à son valet de laisser partir avant lui le reste de la mesnie, parce qu’il est malade et qu’il veut se reposer encore un peu42, préparant ainsi la solitude qui leur sera fatale dans la forêt (Pontieu, 4, l. 79-89). Le roi Arthur lui-même est malicieusement gourmandé par la reine qui lui reproche de se lever tard :

A l’andemain se leverent matin antr’eles deus, si an alerent au tref lo roi, qui gisoit la por monseignor Gauvain et les autres chevaliers faire compagnie. Si l’esveilla la reine et dit que mout estoit mauvais qant il a tel ore gisoit. (Lancelot, p. 904)

62Le réveil plus tardif du roi dans illustre le décalage qui se met en place entre ce que l’on pourrait appeler la conspiration des amoureux, formée par Galehaut, la reine, la dame de Malehaut et Lancelot, et le reste de la cour, décalage dont le roi est la première victime.

63Le début de la journée est occupé par la messe et l’expression « Et quant il ont messe oïe » marque le début des activités des personnages. Peu de conversations sont mentionnées avant l’office religieux si bien que celles que l’on trouve prennent une importance exceptionnelle. C’est à cette heure-là, par exemple que Merlin croise Antor et lui remet le nouveau-né qu’il vient de prendre à sa mère (Merlin, 76, l. 25). De même, dans l’Escoufle, Aélis profite de l’absence de ses parents partis à la messe pour rencontrer secrètement Guillaume (Escoufle, v. 3320) et élaborer avec lui le projet de leur fuite.

64Les grandes décisions naissent des conversations matinales, moments privilégiés pour aborder de front les questions difficiles : Uter rassemble ses barons pour décider de l’attitude à adopter après le départ précipité du duc de Tintagel (Merlin, 57, l. 1-6) ; Éracle réunit son conseil de guerre pour annoncer sa décision de défier Chrosoès en combat singulier (Eracle, v. 5437-5518). Dans le cadre privé de la Châtelaine de Vergy, le duc convoque le matin le chevalier accusé par la duchesse d’avoir tenté de la séduire (Vergy, 150-373).

  • 43 Chênerie M.-L., Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, (...)

65Batailles et combats eux ont lieu dans la matinée et avec eux, défis, sarcasmes, harangues, réflexions stratégiques. Pour les chevaliers errants, c’est le matin que se déroulent la plupart des joutes, toutefois comme l’a montré Marie-Luce Chênerie43, les rencontres sont rares avant tierce, sauf quand il s’agit d’un cas exceptionnel (Lancelot, p. 596). Ainsi, dans le Lancelot dont on a montré le souci de vraisemblance temporelle, la plupart des rencontres ont lieu à tierce : 26 conversations sont mentionnées à cette heure-là contre 18 plus tôt dans la matinée et 29 dans le reste de l’après-midi et la soirée. En revanche, dans les deux tomes que nous avons retenus du Tristan, les rencontres ont lieu le plus souvent à midi. Ceci dit, ces indications ont peu de valeur symbolique, leur mention ajoute un effet de réel au récit et leur précision montre le soin des auteurs à établir le déroulement des journées de leurs héros : dans le Lancelot en prose, le jeune homme, fait chevalier le matin même, quitte la cour avec le messager de la dame de Nohaut, après avoir mangé, chevauche jusqu’à none, sans que rien se passe, rencontre peu après un chevalier qui garde une jeune fille prisonnière, puis vers vêpres, un autre chevalier qui l’emmène délivrer une autre demoiselle, gardée cette fois par deux hommes qu’il attaque alors que la nuit tombe. Il se couche après le repas en compagnie de cette demoiselle. Terrible concentration dramatique des événements, qui fonctionne comme un seuil initiatique, symbolisant la transformation du valet en chevalier nouveau. Dans Aucassin et Nicolette, près d’un tiers du récit se déroule pendant une journée et deux nuits : la fuite de Nicolette dans la nuit, sa rencontre au petit matin avec les bergers, que son ami croisera vers none, leurs retrouvailles, à la nuit tombée. Cette journée de fuite et d’épreuves, ainsi développée, constitue le point d’orgue de l’histoire.

66Vêpres marque la fin des heures « mondaines », les conversations à caractère social cessent au profit de toutes celles qui sont privées et plus intimes. Lorsque des messagers reviennent de Bretagne raconter aux Romains le bonheur et la prospérité retrouvés d’Ille et Galeron, Ganor doit attendre vêpres pour être libérée de ces conversations insupportables à écouter :

Malade se sent de petit
d’une parole, s’on li dist :
et il en orent dit tex cent
que li greverent durement.
A tant ont laissié le parler,
car vespres est et tans d’aler. (Ille, v. 5195-5200)

67La dame du Lac, venue rencontrer Guenièvre et soigner son protégé, choisit aussi vêpres pour prendre congé. (Lancelot, t. 2, p. 548).

68À la fin de la journée, trouver un logis devient l’enjeu pour tous ceux qui sont sur les routes et c’est le moment où apparaissent les vavasseurs hospitaliers (Tristan 2, chap. 189). et les traîtres qui se font passer pour eux (Lancelot, p. 548). Les heures nocturnes posent en effet la question de l’identité de l’allocutaire : identité trouble et changeante.

  • 44 Le Goff J., Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, éd. 1982, p. 152.
  • 45 Ces heures hésitantes entre la nuit et le jour sont propices aux rencontres avec l'Autre Monde, c' (...)
  • 46 Dans le Lancelot, ce même événement se passe dans la nuit noire et la jeune fille, beaucoup moins (...)

69Comme le dit J. Le Goff, l’alternance des jours et des nuits « alimente la tendance médiévale au manichéisme : opposition de l’ombre et de la lumière, du froid et du chaud, de l’activité et de l’oisiveté, de la vie et de la mort44. » Les heures du soir sont ainsi souvent propices aux faux-semblants, aux rencontres mystérieuses, parfois inquiétantes. Alors que la nuit tombe, grandissent le danger et l’étrange. Le moment est opportun pour une rencontre avec une représentante de l’Autre Monde45. C’est à la tombée de la nuit qu’Aucassin croise un étrange vilain (chap. 24), que le roi Arthur, rentrant de la chasse, croise l’équipage de la Dame du Lac venue lui confier son protégé (Lancelot, p. 422), que Merlin s’amuse aux dépens d’Uter en lui apparaissant sous diverses formes (chapitres 37 et 38), que la future mère du devin cède à la colère face à sa petite sœur et donne ainsi au diable le moyen de parvenir à ses fins (6, l. 1-20)46… Mais les envoyés de Dieu aussi, profitent de la nuit pour apporter leurs messages : la mère d’Éracle apprend ainsi comment elle peut concevoir un fils (v. 144-180). Éracle est averti par un ange des manœuvres de Chosroès et il est envoyé en mission contre lui (v. 5323-5378). Les anges réveillent leur destinataire, et ils disparaissent dans l’obscurité dès la fin de leur tirade.

70La nuit noire accentue encore cette impression d’un espace mouvant où les limites entre les êtres se défont et où les ombres apparaissent, troublant le jeu des identités. Dans le Tristan, cette ignorance permet l’un des plus beaux passages du récit (chapitres 100-111) : la rencontre de Kahedin, Palamède et Lancelot près d’une fontaine. Dans le noir, où toute représentation, réelle comme mentale, de son allocutaire est impossible, le flou qui entoure les locuteurs entraîne nombre de perturbations dans la conversation. À plusieurs reprises, les interlocuteurs avouent que cette méconnaissance du destinataire les place dans une situation délicate. Ainsi, Palamède restreint après coup la portée des propos qu’il a pu tenir en précisant qu’il n’oserait pas les tenir devant Lancelot :

« Or sachiés, fait Palamidés, que je ai dites anuit teles paroles devant vous que je ne desisse mie volontiers devant lui, car je pens bien que grant maus m’en peüst avenir, a ce que jou sai tout certainnement k’il n’aimme mie petit la roïne Genièvre.
– Sire cevaliers, fait Lanselos, or oi merveilles de vous, se Diex m’aït ! Comment vous dites teles paroles de cel cevalier que vous tant loés que vous dites k’il aimme sa dame. » (Tristan 1, 109, l. 13-20)

71Lancelot lui fait justement remarquer une des règles de base des conversations : on ne dit pas n’importe quoi à n’importe qui. Dans la nuit noire, les traditionnelles questions sur l’identité des interlocuteurs deviennent cruciales, mais aucun ne dira son nom avant le matin. Le motif de la nuit permet de jouer avec la présence d’auditeurs additionnels, c’est-à-dire des auditeurs qui ne sont pas prévus par celui qui parle, et sert de ressort dramatique. Non seulement les propos des personnages sont écoutés par des oreilles indiscrètes, mais ils sont aussi adressés à un inconnu. Situation extrême, que seul le contexte nocturne rend possible, et d’autant plus intéressante que l’auteur la prolonge sur onze chapitres.

72Toutefois les soirées et les nuits ne sont pas seulement des temps de magie ou de mystère. L’obscurité qui entraîne une trêve forcée des combats, incite à la confidence et aux bavardages, comme Palamède le dit : « Certes, ce dist Palamidés, ce que nous avom chi dit nous l’avom dit par soulas et par envoiseüre. Nous n’i entendons pas tel mal con vous i entendés. Ensi parolent toute nuit li cevalier errant ! » et les chevaliers peuvent aussi échanger les informations du petit monde de l’errance et comparer les mérites respectifs des figures de premier plan des royaumes de Logres et de Cornouailles. Après le repas du soir, commence un temps de veillées, remplies de conversations familières, détendues et informelles. Mais elles sont souvent rapportées en discours narrativisé et rarement montrées. Les chevaliers, désarmés, ont terminé leur journée d’errance et de labeur, les sourires ne manquent pas. L’objectif est de « soi aaisier », de « soi soulagier » ou de « deduire ».

73L’Escoufle regorge de scènes de veillées, fort variées selon le milieu social où elles ont lieu : dans la demeure pauvre d’Isabelle et de sa mère, aucune conversation particulière n’est rapportée : « Aprés mangier, quant eles orent par raison sis delés le fu, ou biau lit de fain qui fais fu, l’ont couchie ml’t belement. » (v. 5261-5263), mais c’est dans le lit, c’est-à-dire dans un cadre encore plus protecteur et rassurant, qu’Aélis se décide à raconter ses malheurs. Plus tard, alors qu’elle est devenue ouvrière de luxe, sa demeure est ouverte à la jeunesse de la ville pour des veillées courtoises (Escoufle, v. 5814-5825) où se mêlent jeux, contes et chants, autour de bons vins. Les jeunes gens qui ont raccompagné Aélis après sa visite chez la dame de Montpelliers rentrent au palais alors que « Si sist encor la dame au fu. », ce qui donne une indication horaire de la fin de la veillée, sans doute pour montrer qu’elle reste dans les limites de la décence. La veillée au cours de laquelle Guillaume raconte ses malheurs au comte de Saint-Gilles commence comme une soirée familiale intime, et se termine dans une fête générale.

Li cuens avoit une costume
Qui li tournoit a grant deduit
Et c’estoit, prés cascune nuit,
Quant il est o sa seule gent
Il fait faire grant fu et gent
En la cambre u sont les puceles ;
Si s’en va la jus avoec eles
Mangier son fruit et aaisier. (Escoufle, v. 7016-7023)

74Tout symbolise d’abord l’intimité : la scène se passe dans les chambres féminines, partie la plus fermée de la demeure. Des desserts ajoutent encore à l’agrément du moment, le feu donne lumière, chaleur et convivialité. Les familiers sont assis sur des lits autour du feu, Aélis est au centre, pour proposer jeux et distractions. Mais la soirée se termine en fête grandiose :

Il fait lués as ostex aler
Por esveillier ses compaignons.
La contesse mande as maisons
Les dames et les damoiseles.
Quant eles oent les noveles
De la fille l’empereor,
Totes i corent por s’ounor,
L’une en pliçon, l’autre en chemise.
Tel joie s’est en eles mise
Que a paine les laist caucier.
Li cuens, por la feste essaucier,
Fist en la sale grant feu faire :
Des cierges et du luminaire
sambloit que la maison arsist ;
Ains nus n’i reposa ne sist,
Ançois dancent et font karoles. (Ibid., v. 7751-7767)

75La fête est improvisée et le simple appareil des demoiselles que l’on vient d’arracher au sommeil suffit à lui ôter toute solennité excessive. Cependant le feu intime du début est remplacé par une débauche de lumière. Ce geste généreux du comte, qui montre sa richesse et sa largesse, sert aussi à symboliser la renaissance au grand jour des héros reconnus et le bonheur de leur amour retrouvé. La nuit se finit, un jour nouveau commence pour eux, qui leur apportera honneurs et prospérité. Ainsi, loin d’être toujours voués aux trahisons et aux faux-semblants, le soir et la nuit peuvent aussi être paradoxalement des temps de dévoilement et d’éclaircissement, c’est-à-dire donner lieu à des dialogues informatifs longs dont le rôle dramatique s’avère essentiel.

76C’est le soir, au terme de journées bien remplies, dans « la nuit qui vient oscure » (Yvain, v. 6212) qu’Yvain, las de se battre contre un autre champion, révèle son identité à Gauvain, que Lancelot découvre son nom et son lignage dans le cimetière de la Douloureuse Garde (Lancelot, p. 528), que Gauvain apprend le nom du héros après la deuxième assemblée (p. 678, à basses vêpres), que Galehaut emmène le jeune chevalier dans son camp (p. 832, à « l’anuitier »), que la dame de Malehaut révèle à Guenièvre tout ce qu’elle sait de ses amours (p. 898). Et en effet, soirées et nuits sont le temps privilégié de l’amour :

  • 47 Payen J.-C. et Legros H., « La femme et la nuit, ou recherches sur le thème de l’échange amoureux (...)

Le monde nocturne est celui du rêve, le moment où l’abandon du rationnel permet la confusion et par là même le jaillissement des fantasmes et du plaisir47.

77Dans la Châtelaine de Vergy, le motif est développé et les amants se rencontrent le soir, sous l’œil curieux du duc. Toutefois, passé l’accueil de la dame à son amant, essentiellement constitué d’échanges phatiques, le silence se fait : la « joie » et le « deport » remplacent les conversations.

78Les conversations prennent donc un tour différent selon l’heure à laquelle elles ont lieu. Les matinées sont les moments des départs et des actions politiques et guerrières, les soirées sont des temps de pause dans l’action avant que la nuit et ses mystères ne donnent aux êtres un reflet particulier tout autant dangereux que séduisant.

79Que ces données temporelles soient soigneusement décrites et utilisées dans les scènes contextualisées, ou qu’elles restent de l’ordre de l’implicite, les récits de ce corpus reposent sur une typologie des conversations selon les lieux et les heures où elles se déroulent. Les auteurs les situent sur une trame culturelle qui prédéfinit le genre de la parole selon son cadre : les conversations prennent place dans un contexte spatio-temporel qui oppose les conversations de la journée, tournées vers l’action ou la résolution d’un problème, qu’il soit de nature stratégique, politique ou autre, à celles du soir, privées, intimes, réservées au temps du loisir partagé. Cette opposition se retrouve, d’autre part, à un moindre degré dans l’écriture des dialogues eux-mêmes. Ainsi la plupart des conversations intimes n’accèdent pas au stade du dialogue en discours direct et restent cantonnées au discours indirect ou discours narrativisé. Les narrateurs privilégient les temps et les lieux de l’action, lieux ouverts et de décision, qui orientent vers les actions à venir. L’importance quantitative de ces espaces de parole souligne par contraste l’importance qualitative des quelques scènes intimes qui sont néanmoins montrées.

Notes

1 Lancelot, p. 586

2 On trouve parfois une unique indication spatiale ou temporelle, l'ensemble restant imprécis. Grâce à ce que l'on sait du reste de la scène ou de la civilisation médiévale, on peut malgré tout situer le dialogue dans son contexte. Nous dirons dans ce cas qu'il est « semi-contextualisé ».

3 Lot F., Étude sur le Lancelot en prose, Paris, Champion, 1984, (réimpression de l'édition de 1954), p. 28-62.

4 Baumgartner E., « Les techniques narratives dans le roman en prose », Lacy N. J. ; Kelly D. and Busby K. (dir.), The Legacy of Chretien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, Faux-titre 31, vol.1. 1987, p. 170.

5 Aucune heure précise n'est donnée mais plusieurs événements auront encore lieu avant que Tristan ne se mette en quête d'un abri pour la nuit.

6 Matoré G., Vocabulaire et société médiévale, Paris, PUF, 1985, p. 98.

7 Sur ce concept, voir infra p. 232 et 239.

8 Cosnier J., « La psychanalyse, le langage et la communication », Psychothérapies 4, 1984, p. 215-221, cité par Kerbrat-Orecchioni C., Les Interactions verbales, t. I, Paris, A. Colin, 1990, p. 78.

9 Sauf dans le Lancelot, où les chevaliers emmenés en prison par la traîtrise du seigneur de la Douloureuse Garde avec Gauvain passent par les cuisines, p. 550.

10 Hamon Ph., « Du savoir dans les textes », Revue des Sciences Humaines, n° 160, 1975, p. 494.

11 Sur cette notion, voir p. 62.

12 Tristan 2, 23, l. 3.

13 Voir Plet F., La Création du monde. Les noms propres dans le roman de Tristan en prose, Paris, Champion, 1007, p. 166.

14 Régnier-Bohler D., « Geste, parole et clôture, les représentations du gynécée dans la littérature médiévale du xiiie au e siècle », Accarie M. et Queffelec A. (dir.), Mélanges de langue et de littérature médiévale offerts à Alice Planche, t. 2, Nice, Les Belles Lettres, 1984, p. 393-404.

15 Pierreville C., Gautier d'Arras, l'autre Chrétien, Paris, Champion, 2001, p. 86.

16 Régnier-Bohler D., op. cit., p. 393.

17 Ibid, p. 395.

18 Sur ce thème, voir les actes du 27e colloque du CUER MA de février 2002, Connochie-Bourgne C., Par la fenestre : études de littérature et de civilisation médiévales, Senefiance, n° 49, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 2003.

19 Voir aussi dans la Mort Arthur, la scène où Guenièvre entend la conversation privée du roi et Gauvain situés dans la fenêtre voisine, (chapitre 35).

20 Tristan 3, chapitres 150-155.

21 « Lieu des captivités, la tour signifie l'autorité exercée indûment. » Régnier-Bohler D., op. cit., p. 320.

22 Ibid., p. 328.

23 Hall E. T., La Dimension cachée, Paris, Le Seuil, 1966, p. 145-157.

24 Keu fait une infraction à la règle qui veut qu'on ne défie pas un chevalier voyageant dans le même sens. Ceci illustre sans doute son caractère particulièrement belliqueux.

25 Foulet L., cité dans Woledge B., Commentaires sur Yvain ou le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes, Genève, Droz, 1986-1988, p. 158.

26 Merlin, 12, l. 39-43

27 Le roi cependant, s'arrête pour l'attendre et la salue avant qu'elle n'ait le temps de le faire.

28 Notons d'ailleurs que, lors d'une précédente conversation, ceux-ci s'étaient levés à son entrée dans la pièce, mais qu'elle, considérant leur faiblesse, les avait autorisés à s'asseoir : « [Ele] vint en la chambre u si prison estoient, et quant il le virent venir, si firent sanllant de lever, et ele leur fist signe qu'il se sisent quoi. » (chap. 15).

29 André Le Chapelain, Traité de l'amour courtois, Buridant C. (trad.), Paris, Klincksieck, 1001, p. 75.

30 Ille, v. 1011-1018

31 Plet F., op. cit., p. 218.

32 Escoufle, v. 7692-7693.

33 Genette G., Figures III, Paris, Le Seuil, 1972, p. 146.

34 Dans les cas où la conversation est rapportée une deuxième fois, elle est en général synthétisée en discours indirect ou en discours narrativisé, par exemple quand un personnage fait à un autre le récit d'une conversation passée.

35 Voir Woledge B., op. cit., p. 151.

36 Genette G., op. cit., p. 152.

37 Walter Ph., La Mémoire du Temps : Fêtes et calendriers de Chrétien de Troyes à La Mort Artu, Paris, Champion, 1989, p. 586.

38 Par exemple, Tristan 2, 101, l. 4-6.

On peut citer par exemple, la scène où le jeune Lionel apprend de la bouche de Pharien qu'il a été déshérité par Claudas (p. 194) ; où les diverses annonces lors de fêtes, dans des cours royales :

p. 175 ; p. 187 ; p. 384 ; p. 700.

39 On peut citer par exemple, la scène où le jeune Lionel apprend de la bouche de Pharien qu’il a été déshérité par Claudas (p. 194) ; où les diverses annonces lors de fêtes, dans des cours royales : p. 175 ; p. 187 ; p. 384 ; p. 700.

40 Casagrande C. et Vecchio S., Les Péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991, p. 114.

41 Roussel C., « Le Legs de la Rose : modèles et préceptes de la sociabilité médiévale », MOntandon A., Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Association des publications de la Faculté des lettres et de sciences humaines, 1995, p. 51.

42 Ceci dit, ils sont quand même partis alors que le jour n'est pas complètement levé. Il est vrai que les autres pèlerins de l'auberge s'étaient levés avant le jour.

43 Chênerie M.-L., Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1986, p. 261.

44 Le Goff J., Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, éd. 1982, p. 152.

45 Ces heures hésitantes entre la nuit et le jour sont propices aux rencontres avec l'Autre Monde, c'est à l'aube que la Dame du Lac enlève Lancelot nourrisson (p. 76), c'est au crépuscule que la demoiselle lève l'enchantement qui avait transformé Lionel et Bohort en lévriers (p. 214) ou que Lambègue pénètre dans le lac où il pourra voir les enfants (p. 300).

46 Dans le Lancelot, ce même événement se passe dans la nuit noire et la jeune fille, beaucoup moins sage que dans le Merlin, profite de l'obscurité pour tâter le corps du démon qu'elle refuse de voir (Lancelot, p. 94).

47 Payen J.-C. et Legros H., « La femme et la nuit, ou recherches sur le thème de l’échange amoureux dans la littérature courtoise », Mélanges Jonin, Senefiance, no 7, Aix en Provence, Publication du CUER MA, 1979, p. 518-525.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search