Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Première partie. La contextualisation des dialogues

Introduction de la première partie

Texte intégral

  • 1 Hugues de Saint Victor, De Institutione Novitiorum, chap. XIII, Migne J.-P., Patrologiae cursus co (...)

In locutione quinqué res sunt observandae, hoc est quid dicatur, cui dicatur, ubi dicatur, quando dicatur, quomodo dicatur1.

1Depuis longtemps, les théoriciens du Moyen Âge, comme ici Hugues de Saint Victor, avaient compris que la parole ne se limitait pas au contenu des propos échangés mais devait être replacée dans l’ensemble d’une situation de communication pour être pleinement comprise. Progressivement, cette conception s’est étendue aux modalités de la fiction. Entre le xiie et le xiiie siècles et plus précisément entre les textes en vers et la prose arthurienne, une première évolution se fait dans la conception des dialogues : l’intérêt se déplace des propos tenus à l’ensemble de la scène dans laquelle ils s’insèrent. Ils ne constituent plus seulement un échange de répliques, ils font partie d’un tout et deviennent sensibles dans leur matière même aux autres éléments qui les accompagnent. Alors que chez Gautier d’Arras et dans le Merlin en prose, qui commence juste à élaborer un nouveau mode d’écriture, la scène de dialogue n’a de sens que par les informations qui y sont échangées ou pour les décisions qui y sont prises, les textes en prose témoignent d’une observation fine et minutieuse des situations dans lesquelles se trouvent les personnages, des positions qu’ils adoptent, des moments de la journée pendant lesquels ils se parlent, des gestes qu’ils se font, des relations qui s’établissent entre eux… Autant d’éléments qui permettront de construire ce que nous appellerons la contextualisation des dialogues, c’est-à-dire le souci des textes de dresser un tableau autour des personnages parlant, de mettre en scène un univers dont les propos tenus ne seront qu’un élément parmi d’autres, eux-mêmes influencés en profondeur par ce cadre. Cette contextualisation s’accompagne d’une volonté de rendre compte de la vérité des relations interpersonnelles qui s’établissent lors d’une interaction verbale : elle passe par une différenciation des types et des contenus des conversations selon le statut et la nature de ceux qui y participent, selon les relations d’amitié ou de pouvoir qui les unissent. Mais c’est surtout un désir de rendre compte de situations langagières senties comme de plus en plus complexes qui apparaît au xiiie siècle : les participants, dont le nombre va croissant, reçoivent une légitimité accrue à s’exprimer dans des conversations de plus en plus polylogiques, obligeant le narrateur à inventer des solutions techniques subtiles pour ménager la compréhension. Si la plupart des conversations restent orientées vers les thèmes politiques et guerriers ou vers les interrogations identitaires, les textes donnent aussi progressivement une plus grande importance à des dialogues à l’intérêt dramatique faible, et au but strictement interne de divertissement. Les auteurs cherchent à rendre compte de toutes les complexités de la communication humaine. Confrontés à la difficulté de saisir une matière mouvante et vivante, ils inventent des situations originales pour intégrer les interactions à la trame narrative et à une écriture fortement régie par la tradition.

Notes

1 Hugues de Saint Victor, De Institutione Novitiorum, chap. XIII, Migne J.-P., Patrologiae cursus completus, tome 176, Paris, Turnhout, Brepols, 1880, p. 948.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search