Version classiqueVersion mobile

Poétique du dialogue médiéval

 | 
Corinne Denoyelle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Tristan 1, 108, l. 45-48.

« Certes, ce dist Palamidés, ce que nous avom chi dit nous l’avom dit par soulas et par envoiseüre. […] Ensi parolent toute nuit li cevalier errant1 ! »

1Comme ces chevaliers errants sont bavards, qui passent leurs nuits à se raconter les dernières nouvelles du petit monde de Logres et de Cornouailles et leurs journées à se lancer des défis et des invectives. Qu’elles s’appellent Yseut, Nicolette ou Ganor, leurs dames, toutefois, ne sont pas en reste de sorte que tous les personnages de la littérature médiévale, qui se distinguent souvent plus par leur parole que par leurs gestes, sont de grands discoureurs avant d’être de fiers combattants ou de tendres hôtesses. Cette abondante utilisation du dialogue, qui informe l’action et le récit, est l’une des caractéristiques structurales des narrations médiévales. C’est aussi un trait de style relevé depuis longtemps par les critiques médiévistes : un leitmotiv académique consiste à s’émerveiller de trouver vivacité et naturel dans les dialogues, comme si leur ancienneté imposait raideur et sécheresse, comme si la souplesse dans l’utilisation des paroles de personnages était une caractéristique exclusivement contemporaine ! Cependant nul n’explicite en quoi consiste cette impression de vie et de naturel, les outils critiques pour en rendre compte n’ayant pas encore été élaborés.

  • 2 Lane-Mercier G., La Parole romanesque, Paris, Klincksieck, 1989.
  • 3 Durrer S., Le Dialogue romanesque, Genève, Droz, 1994.

2Les études sur le dialogue littéraire se sont particulièrement développées ces dernières années. Aujourd’hui, le dialogue est reconnu comme un type de texte ayant sa logique et son écriture propres. Si, pendant longtemps, l’approche a été essentiellement centrée sur la répartition des différents types de discours reproduisant les paroles de personnages dans les textes, on trouve désormais des études narratologiques, pragmatiques, qui ont nettement fait progresser la réflexion : G. Lane-Mercier2 a montré les modalités de l’inscription textuelle du dialogue dans son écriture et dans sa soumission au narratif. S. Durrer3 surtout a apporté des éléments décisifs à la recherche par sa description du style oralisé et par sa répartition des dialogues littéraires en quatre grands types d’échange, dialectique, didactique, polémique et phatique.

  • 4 Cerquiglini B., La Parole médiévale, discours, syntaxe, Paris, Éditions de Minuit, 1981.
  • 5 Rychner J., La Narration des sentiments et des discours dans quelques œuvres du xiie et xiiie sièc (...)
  • 6 Cerquiglini B., « Le Style indirect libre et la modernité » Langages, n° 73, 1984, p. 7-17.
  • 7 Bruña-Cuevas M., « Changer l'appellation “Style Indirect Libre” ? », Romania, n° 110, 1989, p. 1-3 (...)
  • 8 Marnette S., « Aux frontières du discours rapporté », Revue Romane, n° 37.1, 2002, p. 3-30 ; « Du (...)
  • 9 Perret M., « Façons de dire : les verbes de parole et de communication dans La Mort le roi Artu », (...)
  • 10 Rosier L., Le Discours rapporté. Histoire, théories, pratiques, Paris, Bruxelles, Duculot, 1999 et (...)
  • 11 Marnette S., Narrateur et point de vue dans la littérature française médiévale : une approche ling (...)
  • 12 On consultera leur bibliographie en ligne, régulièrement remise à jour : http://www.ulb.ac.be/phil (...)

3Dans le domaine médiéval, c’est par l’étude du rapport des paroles de personnage à la narration que cette dimension a été abordée : B. Cerquiglini4, dans une approche linguistique, a étudié l’insertion du discours rapporté dans les textes en vers et en prose. J. Rychner5 a montré que le discours rapporté arrivait au terme d’un processus sensitif et psychologique qui permettait de l’annoncer. Parallèlement, la recherche s’est centrée sur les modes du discours rapporté. La présence du discours indirect libre, en particulier à la suite d’un discours indirect, est désormais acceptée grâce aux travaux de B. Cerquiglini6, M. Bruña-Cuevas7, S. Marnette8 ou M. Perret9. De même, l’idée d’un continuum entre les différentes formes du discours rapporté, intégrant des formes mixtes comme le « discours direct avec que » ou le « discours indirect sans que », proposée par L. Rosier10 s’est imposée. Elle a été reliée par S. Marnette11 avec les conceptions de la narration qui président aux divers genres médiévaux, et avec les différentes représentations de la vérité qui les caractérisent. Les recherches du groupe Ci-Dit12 prolongent ces analyses en particulier sur les marques d’insertion du dialogue dans les manuscrits.

4Cependant ces recherches n’ont pas croisé ces remarques énonciatives avec l’organisation interne des dialogues : les différents types de discours rapporté permettent d’amener progressivement au discours direct ou de hiérarchiser les répliques selon leur importance émotionnelle ou narrative, mais ils n’en constituent pas moins un tout. Ils sont tous ensemble le dialogue, dont il serait absurde de n’étudier que les passages rapportés en discours direct. Même le discours narrativisé, trace d’un discours dont seule subsiste la mention locutoire, s’insère comme une réplique à part entière. Leur emploi en dit moins sur l’organisation interne des dialogues que la manière dont les actes de langage s’y enchaînent.

  • 13 Nous désignons par là, à la suite de G. Lane-Mercier, la conformité d'une œuvre aux normes esthéti (...)

5On le sait, les dialogues d’un roman ne sont pas la simple transposition de l’oralité conversationnelle, ils sont informés par une double contrainte, à la fois naturelle et culturelle : l’impossibilité intrinsèque de transformer de l’oral en écrit, et le poids des conventions littéraires qui imposent des impératifs de style et de lisibilité13. Le dialogue est un texte qui tente d’imiter avec ses moyens propres les caractéristiques de l’oral, et son statut de texte le soumet à la même exigence esthétique que le reste du récit et à la nécessité de servir l’action. L’effet de naturel qu’il produit est tout à fait artificiel, c’est le fruit d’un travail réfléchi, volontaire, qui n’est pas uniquement d’ordre rhétorique et ne se limite pas à la superficie textuelle de l’œuvre : il vient plus profondément de son organisation dramatique, dans laquelle, le dialogue, compris comme une action entre deux personnages, reçoit les mêmes effets de mise en scène que les scènes de combats, de tromperie ou d’amour. L’imitation des conversations est réussie parce qu’elle vient de plus loin que la tournure des phrases, elle investit tout l’ancrage des dialogues dans la narration. Elle doit se comprendre à la manière de P Ricœur, comme une précompréhension de ce qu’est l’action de parler :

  • 14 Ricœur P., Temps et Récit, t. I, L'Intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, 1983, p. 108- (...)

Si imiter c’est élaborer une signification articulée de l’action, une compétence supplémentaire est requise, l’aptitude à identifier ce que j’appelle les médiations symboliques de l’action14.

6On sait depuis Austin que « dire, c’est faire ». La prise de parole repose sur les mêmes structures conceptuelles que les autres actions humaines. Imiter littérairement une conversation, ce n’est pas seulement écrire les paroles de deux personnages, c’est reproduire – et comprendre – le réseau structurel dans lequel s’insère le parler humain en termes de buts, de motifs, de circonstances… Le réalisme si frappant de certains dialogues médiévaux vient de cette perception fine des phénomènes sociaux et psychologiques à l’œuvre dans toute énonciation.

  • 15 Barthes R., « Préface », Flahaut F., La Parole intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978, p. 10.

7Dans ces conditions, les outils de la linguistique pragmatique, qui place les actes de langage au centre de l’analyse, se sont imposés pour notre recherche. Ils impliquent de remplacer une conception monologique du langage par une conception dialogique. Parler, ce n’est pas exprimer des idées ou des sentiments, mais communiquer : c’est essentiellement parler à quelqu’un, parler pour quelqu’un, en fonction de ce quelqu’un, dans l’attente d’une certaine réponse : « l’homme parlant […] parle l’écoute qu’il imagine à sa propre parole15. » Le dialogue est donc à considérer comme une construction collective, un phénomène dans lequel les individus agissent les uns sur les autres et dont ils sortent transformés.

  • 16 Le dialogue est un logos « divisé », dia, entre plusieurs énonciateurs.

8Nous emprunterons à l’analyse conversationnelle ses définitions. Le terme d’interaction verbale permet de regrouper différentes sortes de pratiques langagières : la conversation quotidienne amicale aussi bien que la dispute, l’entretien, la conférence, la leçon. Nous synthétiserons toutes ces catégories en conversation, qui englobera tous les propos que se tiennent entre eux les personnages, considérés dans leur univers diégétique. En revanche, le lecteur dispose dans la narration d’un autre objet, textualisé, un dialogue : le dialogue « représente » dans l’énoncé narratif les conversations orales que l’on prête aux personnages dans l’histoire. La même opposition se retrouve pour distinguer les tours de parole de chaque individu parlant alternativement, des répliques écrites reproduisant les propos de chaque personnage en discours direct, discours indirect ou discours narrativisé. Il nous arrivera aussi de parler de discours pour désigner, au sens classique et sans autre spécificité, tout produit d’un dire, d’une énonciation quelle que soit sa taille. Le dialogue est un discours, composé, comme son étymologie16 l’indique, de plusieurs voix distinctes. On ne le confondra pas avec un dilogue, interaction ne comptant que deux participants-locuteurs, ni avec un polylogue dans lequel plusieurs participants prennent la parole.

9Notre approche méthodologique adaptera à la littérature celle que décrit Catherine Kerbrat-Orecchioni pour l’analyse conversationnelle :

L’approche conversationnelle doit procéder en deux temps et être menée à deux niveaux que par commodité nous dirons interne et externe :

1. L’analyse interne (qui porte en gros sur le « contenu ») a pour tâche de décrire les relations existant entre les unités constitutives du texte échangé et de voir comment est assurée la cohérence sémantico-pragmatique de l’énoncé. Une conversation n’est pas une simple succession de tours de parole qui se déterminent unilatéralement mais c’est une organisation hiérarchique complexe où s’emboîtent des unités de divers rangs […] selon des règles de composition que ce type d’analyse s’emploie à dégager.

  • 17 Kerbrat-Orecchioni C., « Nouvelle communication et Analyse conversationnelle », Langue française, (...)

2. L’analyse externe s’intéresse pour sa part aux relations s’établissant entre les interactants par le biais de l’échange verbal (et paraverbal). La description devient alors « interactionnelle » à proprement parler, et débouche sur une psychosociologie de la communication. À ce niveau d’analyse, on se demandera par exemple quels sont les enjeux du dialogue (séduction, complicité, quête d’un consensus, demande de reconnaissance, désir d’avoir raison de l’autre et de lui faire perdre la face, etc.) ou bien encore qui « domine » (éventuellement) l’interaction, c’est-à-dire quels sont les « rapports de place » qui structurent l’espace interlocutif17.

10Dans notre étude, l’analyse interne correspondra à la description précise de l’objet textuel dialogue, production écrite et inscrite dans un contexte littéraire donné, qui imite un autre objet, fondamentalement différent : la conversation orale, spontanée et vivante. Nous chercherons à dégager, comme le dit aussi C. Kerbrat-Orecchioni, « une sorte de grammaire des conversations qui rende compte de leur cohérence interne », ce qui ne peut se faire sans la prise en compte du contexte diégétique de la prise de parole ainsi que de l’organisation narrative générale, qui, chacun à leur manière, influent sur l’organisation interne. L’analyse externe ne sera pas psychosociale, ce qui n’a pas de sens dans les univers fictifs des romans, mais narratologique c’est-à-dire qu’elle examinera comment les enjeux du dialogue et les rapports de force entre les interactants modèlent à leur tour la construction des dialogues pour les insérer dans une intrigue. Nous chercherons donc en première partie dans quel univers fictif se situent les conversations, et en deuxième partie, comment elles sont rapportées, sans jamais perdre de vue le but narratif pour lequel elles sont produites. Notre objectif est de contribuer à une histoire des formes du dialogue littéraire, montrant comment est « inventé », « construit », « écrit » un dialogue aux xiie et xiiie siècles. Notre démarche est essentiellement poéticienne : nous voulons surtout retrouver les stratégies énonciatives des narrateurs, ainsi que les procédés traditionnels et innovants que se donnèrent les auteurs médiévaux pour faire parler leurs personnages.

  • 18 Casagrande C., et Vecchio S., Les Péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991 ; Schmitt J.-C., La Raiso (...)
  • 19 Rosier I., La Parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, 1 (...)
  • 20 Geoffroy de Vinsauf, Poetria Nova, Faral E. (éd.), Les Arts Poétiques du xiie et xiiie siècles, Pa (...)

11Autant la parole est, au Moyen Âge, interrogée d’un point de vue moral et soupçonnée par les clercs d’être la cause de graves péchés18 autant, il n’existe pas de réflexion, ni au plan syntaxique sur le mode de reproduction du discours d’autrui, ni au plan poétique sur l’écriture ou la fonction d’un dialogue, alors même que, pourtant, des grammairiens réfléchissent à la valeur des mots et s’efforcent de les classer rationnellement19. Quelques théoriciens comme Geoffroy de Vinsauf20 se penchent sur la pronuntiato des poèmes dans la perspective de la rhétorique romaine, reprenant Quintilien plus ou moins précisément, mais la réflexion se limite à des conseils pratiques donnés au lecteur spécialiste. En effet, derrière les voix des personnages se trouve la voix du lecteur, ses mimiques, voire ses gestes qui redoublent ceux qui sont narrativement décrits. La nature orale de la lecture fait, selon Paul Zumthor, de chaque performance un texte nouveau, inouï pour ses auditeurs et dont la continuité est temporelle plus que spatiale :

  • 21 Zumthor P., La Lettre et la voix : de la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, 1987, p. 183.

C’est en performance en effet que se fixe, pour le temps d’une audition, le point d’intégration de tous les éléments qui constituent “l’œuvre” ; que se crée et se recrée sa seule unité vécue : l’unité de cette présence, manifestée par le son de cette voix21.

  • 22 Arabyan M. « Note sur la construction du mythe des origines de la lecture silencieuse à partir d'u (...)
  • 23 Petrucci A., « Lire au Moyen Âge », MEFR-MA, t. 96, 1984, p. 603-616. Voir aussi Saenger P., « Lir (...)
  • 24 Varvaro A., « Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale (...)
  • 25 C'est du moins ce que supposent la plupart des chercheurs, mais les jeunes filles lisant à leurs p (...)

12Marc Arabyan22 a rappelé l’importance de la pratique courtoise de la lecture relevant d’une « paideia23 » qui comprend les arts de la conversation, de la musique et du corps : « [elle s’inscrit] à côté du jeu, de la danse, de l’interprétation musicale, toutes opérations qui impliquent un rapport au corps et à l’espace, et non le repli dans l’intériorité24. » Les textes n’ont pas à inventer pour les paroles de personnages un simulacre d’oralité, ils sont oraux même après une transition par l’écrit dont il reste à peser les effets. Tout lecteur sait que la lecture à voix haute est plus difficile que la lecture silencieuse dont il y a tout lieu de penser qu’elle existait depuis l’Antiquité. Si la lecture a continué à être oralisée au Moyen Âge, c’est que le nombre de lecteurs restait faible, que le double travail que constitue la lecture d’un manuscrit pour les yeux et pour la voix face à un public nécessitait sans doute des spécialistes25 et surtout qu’elle était partie prenante d’une activité sociale de loisir collectif. Cependant, comme le signale Emmanuèle Baumgartner, les compétences requises du lecteur se modifient au xiiie siècle, dans la prose arthurienne :

  • 26 Elle préfère penser que c'est la prose qui a pu donner naissance à une lecture silencieuse et non (...)

Dans la mesure où la prose substitue à une lecture guidée, prédécoupée, une lecture qui doit se créer son tempo, donner à chaque segment de texte moins sa durée propre que celle qui lui est concédée dans une durée elle-même non-déterminée, elle fait passer le lecteur d’une réception plutôt passive du sens (littéral) du texte à une réception qui, dès ce premier décodage, est perpétuelle recréation, renouvellement et recherche de sens 26.

13Peut-être en effet, au cours du xiiie siècle, les textes sont-ils devenus, progressivement, moins lus ou récités dans une performance théâtralisée par des professionnels que lus à un petit cercle par un ménestrel ou un membre de la maisonnée ? Ce n’est là qu’une hypothèse mais on peut penser qu’elle explique une certaine modification que nous avons constatée entre les textes en vers et les textes en prose : si ces textes partagent tous le même plaisir de l’oratoire, de la parole vive, ce plaisir ne s’exprime pas de la même manière. Dans le vers, il se manifeste par les longs monologues, par les longs discours, par les chœurs, qui reposent sur une parole éclatante, spectaculaire, et fortement structurée, destinée à une réception collective et dynamique, alors que dans la prose arthurienne, il fait vivre le plaisir de rallonger indéfiniment les dialogues, de les diversifier, c’est-à-dire d’aller vers une complexité accrue de la syntaxe en général et de la syntaxe des dialogues en particulier, aux effets plus subtils, davantage dirigés vers une compréhension intellectuelle.

14Alors que l’écriture des dialogues en prose tend vers un plus grand naturel en exprimant à travers les paroles mêmes diverses émotions, le vers reste attaché à une mise en valeur rhétorique qui englobe dans une même expressivité récit et dialogues. La prose manifeste les affects des personnages directement au sein de leur parole, par son style, par sa construction ; le vers affirme ces affects, mais ceux-ci ne modifient pas en profondeur l’énonciation : là où la prose montre, le vers dit. Cette plus grande recherche de naturel passe au plan diégétique par une sensibilité accrue de la prose au concret, par la contextualisation des dialogues dans un cadre spatiotemporel et au plan stylistique par le développement du discours attributif qui permet une plus grande subtilité dans l’organisation des répliques. On a longtemps insisté sur ce qui sépare le discours représenté d’un discours réel : s’il est mimésis d’une conversation, c’est justement qu’il n’est pas une conversation ; mais nous voudrions ici montrer ce qui les rapproche. Certes la vivacité des dialogues est un effet d’écriture, certes, c’est le produit d’une construction mais il n’en est pas moins vrai que, si nous y sommes sensibles, c’est que cet effet de réel existe, qu’il le fruit d’une volonté délibérée et qu’il repose sur des procédés analysables.

Avertissement

15Les différences entre le vers et la prose, décrites en introduction, expliquent le choix de notre corpus : nous avons voulu, en privilégiant les textes du tournant du xiie siècle, observer cette prise de conscience de la complexité du dialogue. Nous avons essayé d’équilibrer le corpus entre les romans ou les nouvelles en vers et les romans en prose, écrits dans une même idéologie courtoise. Par ailleurs, nous avons choisi ne pas étudier les pensées des personnages : il est indéniable que ces éléments ont une parenté énonciative avec les paroles de personnages, mais le dialogue est orienté vers l’autre qu’il faut persuader et dont les réponses attendues informent l’énoncé. Par conséquent nous n’avons pas retenu les monologues sauf quand il s’agissait de comparer leur fonctionnement interne à celui des dialogues. Ils ne relèvent pas de la même esthétique, il s’agit en général de morceaux de bravoure, dans lesquels l’auteur utilise sa rhétorique la plus flamboyante. Ils constituent une pause pendant laquelle l’émotion prime sur l’action. De même toutes les communications différées – les lettres, les chansons que s’adressent les personnages – ou non-verbales ont été laissées de côté.

  • 27 Cunha D. A. et Arabyan M., « La Ponctuation du discours direct des origines à nos jours », L'Infor (...)
  • 28 Le choix se pose à tout éditeur des textes anciens. Voici comment E. Baumgartner présente les choi (...)

16Dans nos citations de dialogues, nous avons la plupart du temps respecté la mise en page proposée par les éditeurs des textes en unifiant cependant la ponctuation, l’usage des guillemets ou des tirets qui diffèrent d’une maison d’édition à l’autre. Nous avons toutefois choisi de passer systématiquement à la ligne dès que l’on changeait d’énonciateur. Ce faisant, nous reconnaissons que nous donnons une toute autre figure au texte, en particulier pour la prose, par rapport à son aspect manuscrit, nous sommes consciente qu’il s’agit d’un véritable anachronisme, comme ceux que Dóris A. C. Cunha et Marc Arabyan jugent scandaleux27. Cependant notre objectif n’étant pas de travailler sur son aspect scripturaire, il nous semblait important de mettre en valeur la réplique comme élément de base de notre recherche28. L’histoire de la ponctuation et de la disposition du discours rapporté est un sujet connexe à cette réflexion mais toutefois distinct. De même, nous avons systématisé l’emploi de la majuscule en tête de vers pour marquer son unité prosodique.

Notes

1 Tristan 1, 108, l. 45-48.

2 Lane-Mercier G., La Parole romanesque, Paris, Klincksieck, 1989.

3 Durrer S., Le Dialogue romanesque, Genève, Droz, 1994.

4 Cerquiglini B., La Parole médiévale, discours, syntaxe, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

5 Rychner J., La Narration des sentiments et des discours dans quelques œuvres du xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1990.

6 Cerquiglini B., « Le Style indirect libre et la modernité » Langages, n° 73, 1984, p. 7-17.

7 Bruña-Cuevas M., « Changer l'appellation “Style Indirect Libre” ? », Romania, n° 110, 1989, p. 1-39 ; « Le Style indirect libre chez Marie de France », Revue de Linguistique Romane, n° 52. 1988, p. 421-446.

8 Marnette S., « Aux frontières du discours rapporté », Revue Romane, n° 37.1, 2002, p. 3-30 ; « Du discours insolite : Le discours indirect sans que », French Studies, n° 55.3, 2001, p. 297-313.

9 Perret M., « Façons de dire : les verbes de parole et de communication dans La Mort le roi Artu », La Mort le roi Artu ou le crépuscule de la chevalerie, Paris, Champion, 1994, p. 181-195 ; ou « Le Discours rapporté dans le Bel Inconnu », L'Information grammaticale, n° 72, janvier 1997.

10 Rosier L., Le Discours rapporté. Histoire, théories, pratiques, Paris, Bruxelles, Duculot, 1999 et « Le Moyen français revisité par l'énonciation : “signes et mentions” du discours rapporté », Information Grammaticale, n° 87, 2000, p. 24-32. ou « Mise à distance et attribution du dire en moyen français : L'exemple des Quinze Joyes de mariage », Combettes B. et Monsonégo S. (éd.), Le Moyen français, Philologie et linguistique, Approche du texte et du discours, Paris, Didier Érudition, 1997, p. 339-350.

11 Marnette S., Narrateur et point de vue dans la littérature française médiévale : une approche linguistique, Bern, Peter Lang, 1998 et Speech and thought presentation in French : Concepts and strategies, Amsterdam-New York, John Benjamins, 2005.

12 On consultera leur bibliographie en ligne, régulièrement remise à jour : http://www.ulb.ac.be/philo/serlifra/ci-dit/biblio.fmed.html

13 Nous désignons par là, à la suite de G. Lane-Mercier, la conformité d'une œuvre aux normes esthétiques en vigueur, qui définissent ce qui est lisible ou ne l'est pas. Op. cit., p. 141.

14 Ricœur P., Temps et Récit, t. I, L'Intrigue et le récit historique, Paris, Le Seuil, 1983, p. 108-109.

15 Barthes R., « Préface », Flahaut F., La Parole intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978, p. 10.

16 Le dialogue est un logos « divisé », dia, entre plusieurs énonciateurs.

17 Kerbrat-Orecchioni C., « Nouvelle communication et Analyse conversationnelle », Langue française, n° 70, 1986, p. 16.

18 Casagrande C., et Vecchio S., Les Péchés de la langue, Paris, Cerf, 1991 ; Schmitt J.-C., La Raison des gestes dans l'Occident médiéval, Paris, Gallimard, 1990.

19 Rosier I., La Parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, 1994.

20 Geoffroy de Vinsauf, Poetria Nova, Faral E. (éd.), Les Arts Poétiques du xiie et xiiie siècles, Paris, Champion, 1923, p. 259.

21 Zumthor P., La Lettre et la voix : de la « littérature » médiévale, Paris, Le Seuil, 1987, p. 183.

22 Arabyan M. « Note sur la construction du mythe des origines de la lecture silencieuse à partir d'une fausse interprétation de saint Augustin et d'Isidore de Séville », Berthier P. et Dufour D. R. (éd.), Philosophie du langage, esthétique et éducation, Paris, L'Harmattan, 1996, p. 107-122 ; et « Du nouveau sur le mythe des origines de la lecture silencieuse », De Mattia M. et Joly A. (éd.), De la syntaxe à la narratologie énonciative, Paris, Ophrys, 2001, p. 213-225.

23 Petrucci A., « Lire au Moyen Âge », MEFR-MA, t. 96, 1984, p. 603-616. Voir aussi Saenger P., « Lire aux derniers siècles du Moyen Âge », Cavallo G. et Chartier R. (éd.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Le Seuil, 1997, p. 157.

24 Varvaro A., « Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale », Romania, n° 119, 2001, p. 60.

25 C'est du moins ce que supposent la plupart des chercheurs, mais les jeunes filles lisant à leurs proches, comme dans Yvain, étaient-elles des spécialistes ?

26 Elle préfère penser que c'est la prose qui a pu donner naissance à une lecture silencieuse et non l'inverse : « On pourrait se demander si le développement de la prose narrative, qu'il s'agisse d'ailleurs de textes romanesques ou historiques, n'a pas modifié à plus ou moins long terme la pratique médiévale de la lecture. », Baumgartner E., « Remarques sur la prose du Lancelot », Romania, n° 105, 1984, p. 5.

27 Cunha D. A. et Arabyan M., « La Ponctuation du discours direct des origines à nos jours », L'Information grammaticale, n° 102, juin 2004, p. 35-45.

28 Le choix se pose à tout éditeur des textes anciens. Voici comment E. Baumgartner présente les choix d'A. Micha et E. Kennedy pour leurs éditions du Lancelot en prose :
« [La ponctuation d'A. Micha], parcimonieuse par rapport à celle de l'autre édition, me semble restituer le rythme d'une prose qui tend au continu, qui s'installe sur la durée romanesque, remplit, sans le moindre vide, l'espace de plus en plus vaste du manuscrit cyclique et s'oppose au rythme fragmenté, discontinu de l'écriture en vers. Le texte d'E. Kennedy en revanche, multiplie un peu trop les retours à la ligne, notamment pour les dialogues, en ponctuant avec abondance, “produisant” ainsi, à partir du manuscrit, des phrases courtes, trop courtes peut-être, dont le mérite cependant est de rendre le texte parfaitement lisible et d'y mettre en évidence la fréquence du “discours” par rapport au “récit”. » (« C. R. de l'édition de Lancelot du Lac par Mme E. Kennedy », Romania n° 104, 1983)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search