Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pères du théâtre médiéval

 | 
Véronique Dominguez
, 
Marie Bouhaïk-Gironès
, 
Jelle Koopmans

Troisième partie. La création des genres et la constitution des corpus : sotties, farces et moralités

Chapitre VII. Le Recueil général des sotties d’Émile Picot ou la construction d’un genre dramatique

Marie Bouhaïk-Gironès

Texte intégral

1Décliner le théâtre médiéval en genres : tel fut l’un des grands efforts des savants de la fin du xixe siècle. Opposer la sottie à la farce, le théâtre profane au théâtre religieux, trouver un entre-deux pour nuancer le tout, des genres hybrides (la moralité), afin de mettre au jour un terrain inexploré et offrir un panorama riche : telle fut la fierté des premiers amoureux du théâtre médiéval. Émile Picot est le père de la « sottie genre politique, allégorique et savant », si différente de la « farce genre trivial, réaliste et populaire ». Le corpus construit au début du xxe siècle par Picot, dans son Recueil général des sotties, est un monument, monstrueux et extraordinaire.

L’autodidacte, entre discrétion et flamboyance

Une vie d’amitiés

  • 1 P. Lacombe, Bibliographie des travaux de M. Émile Picot, membre de l’Institut, Paris, E. Rahir, 19 (...)
  • 2 Voir l’annexe de l’article.

2Émile Picot est l’un des plus grands historiens du théâtre médiéval français. L’héritage qu’il nous a légué est considérable, et de plusieurs ordres. Il a d’une part découvert de nombreuses pièces inédites de la littérature des xve et xvie siècles. Il a d’autre part publié des travaux importants et nombreux, dans différents domaines : si Picot est avant tout réputé pour ses ouvrages en bibliographie, comme rédacteur de conséquents catalogues de bibliothèques, et pour ses publications en littérature française et littérature italienne des xve, xvie et xviie siècles, c’était aussi un spécialiste de l’histoire, de la langue et de la littérature roumaines – et cela est moins connu1 Enfin, il a légué un travail bibliographique démesuré, à travers le don fait à la Bibliothèque nationale de ses fiches de travail (plus de 250 000 fiches). Le fameux « fichier Picot » est encore aujourd’hui totalement sous-exploité, sans aucun doute à cause de son ampleur, et faute d’un inventaire2.

  • 3 Voir N. Georgescu-Tistu, « Correspondance d’un secrétaire princier en Roumanie : Émile Picot (1866 (...)
  • 4 J.-A. Brutails, Notice sur la vie et les travaux de M. Émile Picot, Paris, Institut de France, 192 (...)
  • 5 Voir P. Desmet, La linguistique naturaliste en France (1867-1922). Nature, origine et évolution du (...)

3Né à Paris le 23 septembre 1844, d’une famille d’origine normande, AugusteÉmile Picot passe une partie de son enfance à Evreux, puis retourne vivre dans la capitale. En 1859, au lycée Bonaparte, il se lie d’une profonde amitié avec James de Rothschild. Il fait par la suite sa thèse de droit et est admis au barreau de Paris en 1865. Sur la recommandation de Napoléon III, il part en septembre 1866 à Bucarest, comme secrétaire du prince de Roumanie Charles de Hohenzollern (Charles 1er de Roumanie). Il est rapidement nommé vice-consul de France en Transylvanie en 18683. Il retourne précipitamment en France en 1870 pour servir sa patrie, puis repart en Roumanie. Il se marie en 1873 et rentre alors définitivement en France l’année suivante. Il enseigne le roumain à l’École des langues orientales vivantes (ancienne INALCO), jusqu’à sa retraite, en 1909, occupant ainsi la première chaire de roumain en Europe de l’ouest4. Il publie plusieurs articles consacrés au grec et au roumain entre 1868 et 1875 dans la Revue de Linguistique et de Philologie Comparée5.

  • 6 H. Cordier, Émile Picot, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1919 (extrait du Bulletin du bibliophile) (...)
  • 7 U. Bähler, Gaston Paris dreyfusard. Le savant dans la cité, Paris, CNRS éditions, 1999, p. 141-142 (...)

4Dès son retour en France, il s’intéresse de très près à la littérature française et est parmi les fondateurs, en 1875, de la Société des Anciens Textes Français, avec Paul Meyer, Gaston Paris et le baron James de Rothschild. Il est trésorier-adjoint de la société jusqu’en 1914 et y publie de nombreux textes, dont le Recueil général des sotties. Picot fut au centre de l’activité scientifique et académique de son temps. Convoqué en qualité d’expert à toutes les importantes ventes aux enchères publiques de livres rares, il rédige ou collabore à de très nombreux catalogues. Membre de plusieurs institutions prestigieuses, dont l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris, la Société des Bibliophiles français, le Comité des Travaux historiques et scientifiques, la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, il écrit dans toutes les revues d’importance : la Romania, la Revue critique, le Journal des Savants, etc.6 Témoin dans l’affaire Dreyfus, engagé pleinement sur la question avec Paul Meyer et Gaston Paris7, Picot fut particulièrement investi dans la vie politique de son temps. En 1905, il achète une maison en Normandie ; il est élu maire de son village, Saint-Martin d’Écublei. Il s’occupe alors d’histoire normande et deviendra président de la Société libre de l’Eure et de la Société d’histoire de la Normandie. Profondément marqué par la guerre, Picot ne survit pas à l’annonce de la mort d’un de ses fils au front, et meurt en septembre 1918, avant d’avoir eu le temps d’apprendre la victoire française.

  • 8 Ch. De Hamel, Les Rothschild collectionneurs de manuscrits, Paris, Bibliothèque nationale de Franc (...)
  • 9 A. de Montaiglon & J. de Rothschild, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, morale (...)
  • 10 Thérèse de Rothschild (1847-1931) a laissé deux écrits : le premier, Pages détachées du cahier d’u (...)

5Il semble bien que cela soit au contact de son ami James de Rothschild, figure capitale dans la vie d’Émile Picot, que ce dernier s’intéresse tout particulièrement à la littérature de la fin du Moyen Âge. On ne peut retracer le parcours scientifique de Picot sans évoquer le baron de Rothschild, tant les deux hommes avaient lié leur travail intellectuel, si ce n’est leur destinée. James de Rothschild (1844-1881) – autre père du théâtre médiéval –, appartient à la branche anglaise de la famille, celle qui a fondé la banque de Londres. Il est élevé à Paris par sa mère, française, Charlotte, sœur aînée du baron Edmond8. Picot raconte dans l’introduction du catalogue Rothschild, que James aurait commencé à acheter des livres rares à douze ans, s’étant lié d’amitié avec le libraire Laurent Potier, qui le forme et l’encourage vivement dans son inclination pour la bibliophilie ( !). James fait des études juridiques, voyage beaucoup et achète de nombreux livres pendant ses divers séjours. Il intègre la banque familiale dans sa filiale parisienne, et épouse sa cousine Thérèse en 1871. À partir de cette date, il se consacrera presque exclusivement aux pièces médiévales et renaissantes, et plus spécifiquement aux pièces littéraires et aux ouvrages juridiques, avec un penchant tout particulier pour le théâtre. Il suit toutes les ventes importantes et enrichit de beaucoup la belle bibliothèque léguée par son grand père éponyme. Il se constitue une des plus riches collections qui soit, faite d’exemplaires en parfait état, qu’il faisait relier avec soin. En 1875, il devient trésorier de la Société des anciens textes français (Picot était trésorier-adjoint). Que James soit fondateur de la SATF fut une aubaine matérielle pour les médiévistes de la société, et sans doute l’une des plus grandes chances du théâtre médiéval français... Très bon connaisseur de la littérature et du théâtre des xve et xvie siècles, il cosigne avec Anatole de Montaiglon les derniers tomes du Recueil de poésies françoises des xv et xvie siècles9. James meurt prématurément à trente-six ans en octobre 1881. Émile Picot poursuit alors sans relâche le travail qu’ils avaient commencé à deux et finit les derniers ouvrages de son ami. Surtout, il continue le catalogue de la bibliothèque Rothschild pendant les trente années suivantes, en témoignage de cette amitié exceptionnelle. Amitié qu’il reporte sur la veuve, Thérèse de Rothschild, en devenant son conseiller, et en participant de près à l’éducation intellectuelle d’Henri, le fils de James, qui deviendra lui-même un grand bibliophile. La très belle bibliothèque Rothschild fut donc constituée en grande majorité de livres, manuscrits et imprimés, achetés après la mort de James, par sa veuve et par Picot. Nous devons à Thérèse de Rothschild et à Émile Picot la plupart des achats de mystères, moralités, de sotties, qui appartiennent aujourd’hui au fonds Rothschild sur lequel nous travaillons10.

6Émile Picot, qui rédige le Catalogue du cabinet des livres de Chantilly en 1890, fut aussi par ailleurs l’ami et le conseiller du duc d’Aumale pour qui il achète, par exemple, les miniatures de Jean Fouquet en 1891. De cette biographie rapidement esquissée, on retiendra trois éléments qui me paraissent éclairer le parcours intellectuel de Picot. Promis à une belle carrière diplomatique, Émile Picot choisit pourtant de quitter la vie politique pour la vie scientifique et l’érudition. Brillant autodidacte, il intègre alors, sans être professeur à la Sorbonne, un milieu absolument dominé par les chartistes. Son amitié avec le baron de Rothschild et avec le duc d’Aumale lui permit d’accéder aux très riches bibliothèques des deux collectionneurs, et de faire grande œuvre de bibliographe.

Le meilleur des bibliographes : un bibliographe qui lit

  • 11 H. Cordier, Émile Picot, op. cit., p. 28-29.

7Travail remarquable en effet que le Catalogue de la Bibliothèque Rothschild, ouvrage monumental, pour lequel Picot a souvent été loué. Il se compose de cinq gros volumes in octavo, qui parurent entre 1884 et 1920 (le dernier est posthume). Mine inépuisable et d’une fiabilité rarement prise en défaut, l’ouvrage offre une description minutieuse de plus de trois mille livres imprimés. Léopold Delisle, en qui Picot reconnut son maître, qui lui-même estima que celui-ci fut l’un de ses meilleurs élèves, souligna que Picot était le meilleur des bibliographes, car un bibliographe qui lisait les ouvrages qu’il enregistrait. On retrouve un éloge du travail exemplaire de Picot écrit de la main de Léopold Delisle dans l’exemplaire personnel de ce dernier du Catalogue Rothschild, aujourd’hui en usuel de la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. Inséré entre la reliure et la première page du tome premier, un brouillon de quelques pages préparant probablement la présentation de Picot par Delisle à l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, donne à lire : « Il établit de la façon la plus sûre et la plus intéressante l’état civil et la valeur de chaque morceau, et lui assigne la place qu’il doit occuper dans le groupe de productions auquel il se rattache. C’est ainsi qu’il a jeté la plus vive lumière sur notre vieille littérature dramatique11... » Au contraire, le jugement que Picot a émis lui-même en 1903 sur ses propres travaux est assez sévère. Dans une des rares pages où il commente son propre travail, Picot note ainsi :

  • 12 Notes autobiographiques d’Émile Picot, citées dans N. Georgescu-Tistu, « Émile Picot et ses travau (...)

J’ai eu le malheur de m’intéresser à toutes les études, en sorte que je n’ai été supérieur en rien. Je n’ai été doué d’aucune originalité de caractère ; mais je crois avoir possédé un certain don d’assimilation. [...] Mes ouvrages sont peu nombreux, parce que j’ai eu trop souvent le tort de quitter un travail pour un autre dès que je croyais avoir quelque connaissance du sujet que je m’étais proposé de traiter. Dans le domaine bibliographique, il me semble que mes efforts n’aient pas été inutiles. Le Bulletin de la librairie Morgand et Fatout, et plusieurs catalogues auxquels j’ai collaboré (par exemple celui de la vente Liguerolles), sans parler du catalogue Rothschild, ont peut-être contribué à faire faire quelques progrès à la connaissance des livres.
Dans mes publications littéraires, je n’ai jamais voulu me borner à publier tel quel un texte unique (sauf quand j’ai imprimé le Mystère de Saint Adrien) ; j’ai toujours cherché à faire profiter le public de recherches patiemment poursuivies.Dans mes Chants historiques, dans les Oeuvres de Guillaume Alexis, dans le Recueil des Sotties, j’ai voulu former un corps de doctrine, en groupant des matériaux dispersés et dont beaucoup ne m’étaient accessibles que grâce à mes recherches personnelles.
Le même effort pour mettre en ordre et en valeur des documents disséminés dans une foule d’endroit divers est visible dans l’annotation jointe à la Chronique de Moldavie. [...] Je puis me rendre cette justice que j’ai aimé l’étude avec passion12.

  • 13 Voir M. Breazu, « La bibliothèque d’un Européen, Émile Picot (1844-1918) », Bulletin du bibliophil (...)

8En contradiction avec le manque d’ambition déclaré de Picot, son œuvre en est bien une. Picot est un bibliographe qui lit, et il est encore un bibliographe qui a pensé une œuvre, monumentale et originale. Nil mirari : la devise qu’Émile Picot inscrivait sur ses livres est inspirée de la sentence latine Nil mirari, nil indignari, sed intellegere13. Ne s’étonner de rien, ne s’indigner de rien, mais toujours s’efforcer de comprendre, telle était bien la démarche de Picot.

Que faire du Recueil général des sotties ?

Une œuvre monumentale, un « corps de doctrine »

  • 14 É. Picot & J. de Rothschild, Le Mistère du Vieil Testament, Paris, Firmin-Didot, Société des Ancie (...)
  • 15 É. Picot, « Le monologue dramatique dans l’ancien théâtre français », Romania, t. 15, 1886, p. 358 (...)
  • 16 É. Picot, « Les moralités polémiques ou la controverse religieuse dans l’ancien théâtre français » (...)

9L’expression qu’Émile Picot utilise lui-même pour caractériser ses travaux, et notamment son recueil des sotties – un corps de doctrine, me paraît juste à définir son ouvrage. Parmi ses œuvres importantes, Picot termine la publication du Mistère du Vieil Testament commencé par James de Rothschild (1878-1891), publie un fac-similé de Maistre Pierre Pathelin hystorié (1904) et, avec Christophe Nyrop, un Nouveau recueil de farces françaises des xve et xvie siècles (1880)14. Mais si Picot a pesé sur la constitution du savoir académique sur le théâtre médiéval, c’est par ses ouvrages sur les monologues15, les moralités16 et les sotties, et notamment à travers la construction de son recueil de sotties, son œuvre majeure.

  • 17 É. Picot, « La sottie en France. Fragment d’un répertoire historique et bibliographique de l’ancie (...)
  • 18 A. Fabre, Études historiques sur les clercs de la Bazoche, Paris, Potier, 1856 ; Les clercs du pal (...)
  • 19 É. Picot, Recueil général des sotties, Paris, Firmin-Didot, Société des Anciens Textes Français, 3 (...)
  • 20 Le recueil est conservé au British Museum de Londres ; il a été reproduit en fac-similé à Genève e (...)
  • 21 Paris, BnF fr. 24341 ; A. Le Roux de Lincy & Fr. Michel (éd.), Recueil de farces, moralités et ser (...)
  • 22 Paris, Bnf Rothschild 3008 (IV-6-41) ; Paris, BnF Rothschild 3007 (I-1-25).

10En 1878, bien avant de mettre au point son recueil, Picot écrit un premier article d’importance sur la sottie, publié dans la Romania, intitulé La sottie en France. Fragment d’un répertoire historique et bibliographique de l’ancien théâtre français17. La sottie, les sots, les Enfants sans souci, la Basoche, constituaient les sujets porteurs de l’époque, peu après la seconde édition du livre d’Adolphe Fabre sur les clercs de la Basoche (1875), grand succès critique, ouvrage qui avait déjà obtenu la médaille d’or au concours des Antiquités nationales de 1857 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres lors de sa première édition18. Dans son article, Picot décrit les témoins textuels, manuscrits et imprimés, de vingt-six sotties. Il dira par la suite que cette étude constituait une sorte d’ébauche de son recueil, dont il avait déjà conçu le projet. Il découvre ultérieurement d’autres sotties et son Recueil finit par en dénombrer trente et une. Les trois volumes du recueil sont publiés en 1902, 1904 et 1912 par la Société des Anciens Textes Français19. Gaston Paris puis Antoine Thomas à la mort de ce dernier ont été les relecteurs de l’ouvrage. Le Recueil général des sotties constitue donc l’édition de toutes les sotties retrouvées et reconnues comme telles par Picot. Il contient les sotties du recueil de Londres, encore appelé recueil du British Museum (collection qui contient soixante-quatre pièces, quelques sotties et plus de quarante farces, imprimées en caractères gothiques, entre les années 1532 et 1559, à Lyon pour la plupart, à Paris pour certaines20) et celle du manuscrit La Vallière (compilation manuscrite copiée en Normandie, vers 1575, contenant soixante-quatorze pièces des xve et xvie siècles21), en plus les pièces découvertes et achetées par Picot lui-même, qui appartiennent à la collection Rothschild (par exemple, la Sottie de l’Astrologue et la Sottie de la folie des gorriers, toutes deux conservées sous forme manuscrite22). Dans son introduction générale, Picot estime que « les sotties qui nous ont été conservées sont en assez petit nombre, et il ne pouvait en être autrement. Ces pièces devaient être en grande partie improvisées ». Il considère toutefois que le nombre de pièces de son recueil suffit à donner une idée précise de cette espèce de composition.

11Picot a construit son recueil. Il a donné à chaque pièce un titre, une localisation et une date, plus ou moins conjecturés, plus ou moins assumés comme tels selon les cas. Il donne une introduction d’une à quelques pages, contenant le résumé de la pièce, étayé de quelques arguments éclairant le texte. Ensuite il établit une notice bibliographique : la liste des témoins textuels et leur description, produisant quelquefois la copie d’une page de l’imprimé ou la copie d’un bois. Puis il offre l’édition critique du texte, avec des notes sur les vers, tantôt pour donner la graphie du texte original (il intervient amplement dans son propre texte), tantôt pour faire des commentaires d’ordre varié. Le troisième volume contient une table des premiers vers des sotties et des chansons, des refrains des ballades, des triolets et des rondeaux, une table des noms de personnes et de lieux, et une table-glossaire.

  • 23 É. Picot, Recueil général… op. cit., t. 1, p. 30-31.

12Picot a ainsi classé les sotties par ordre chronologique, en s’appuyant sur les allusions historiques qu’elles contiennent (en effet une toute petite minorité des sotties est datée positivement), ou, lorsqu’il n’y a vu aucune allusion, en leur donnant par analogie une date approximative. Il a également indiqué la ville dans laquelle il croyait que chaque pièce fut jouée. « La partie la plus ardue de notre tâche », avoue-t-il « a été d’élucider les faits auxquels les auteurs de sotties font allusion. Dans beaucoup de cas nous avons été arrêté par des énigmes indéchiffrables »23. Là réside en effet un des problèmes les plus compliqués de l’interprétation de la sottie : le décryptage des allusions historiques. Et la critique n’a jamais depuis, pour cette raison, dépassé les difficultés de datation des sotties. Picot s’est néanmoins fort bien défendu à cette affaire, bien qu’il y ait quelque raison à vouloir remettre en question ses hypothèses. À travers le traitement qu’il offre de la Sottie de l’Astrologue (pour parler de ce que je connais le moins mal), on peut voir l’intérêt qu’il y a à réfléchir à la façon dont Picot a conçu son répertoire des sotties, à interroger sa construction sur la question.

La sottie, genre à déconstruire ?

  • 24 Sur la sottie de l’Astrologue, voir M. Bouhaïk-Gironès, « La Sottie de l’Astrologue (Paris, 1499 ? (...)

13Découverte en 1893 par Émile Picot lors de la vente de la bibliothèque dramatique du baron Taylor, la Sottie de l’Astrologue aurait été composée, d’après lui, en 1498 au début du règne de Louis XII. Il se fonde pour cela sur une allusion, dans un des vers, à l’effondrement d’un échafaud en juillet 1498 lors de joutes organisées pour l’entrée du nouveau roi Louis XII dans Paris, accident relaté dans les Chroniques de Jean Molinet. Cependant, toutes les allusions de la pièce à la vie politique contemporaine sont cryptées sous des références astrologiques, qui peuvent être comprises à double, à triple sens24. À partir de la date de 1498, sur laquelle il s’appuie de façon définitive, Émile Picot s’efforce de démasquer tous les personnages historiques dont il est question, tous les conseillers du roi et les évènements auxquels la pièce se réfère, et il reconstruit ainsi une histoire cohérente. On aimerait bien revoir pourtant certaines des identifications de Picot, certaines de ses conclusions, et développer l’hypothèse que la sottie est postérieure au règne de Louis XII. Il y a sans doute un problème avec la datation, et donc avec l’interprétation politique que Picot fait de la Sottie de l’Astrologue. Difficile néanmoins de trouver la faille de l’argumentation très serrée de Picot. « Picot se trompe ; c’est sûr, Picot se trompe. Mais où ? » : ceci résume assez bien le tour récurrent des conversations entre Jelle Koopmans et moi-même sur les résultats de Picot à propos de la Sottie de l’Astrologue. Il faut pourtant admettre que dans l’ensemble les hypothèses de Picot résistent très bien à l’examen. Tant que l’on n’aura pas proposé un autre éclaircissement du vers faisant allusion à l’échafaud qui s’écroule, on aura du mal à assumer une autre interprétation globale du texte.

14Afin de construire solidement le corpus des sotties, il fallait, pour l’entreprise, tenter une définition :

  • 25 É. Picot, Recueil général... op. cit., t. 1, p. 11.

Les sotties se reconnaissent d’abord à leur titre, puis à leurs personnages désignés sous les noms de sots, de fous, de galants, de compagnons, de pèlerins, d’ermites ; elles se reconnaissent enfin à leur dialogue dans lequel nous trouvons toujours des traces de la fatrasie25.

15Le premier point de la définition, le titre, mérite que l’on s’y arrête. Car s’il y a un endroit dans lequel Picot a péché d’une façon claire à nos yeux de critiques modernes, c’est bien la question du titre des sotties. Gardons l’exemple de l’Astrologue. En effet, le manuscrit de la pièce ne porte aucun titre des mains qui ont copié le texte ; d’une main du xixe siècle, un titre a été ajouté au crayon de papier sur le premier feuillet blanc : « Dialogue en vers sur les affaires de France ». Sur la reliure, qui date également du xixe siècle, est écrit Dialogue sur les affaires de France. Picot va pourtant donner un titre à la pièce qu’il vient de trouver : il choisit « l’astrologue » ce qui se défend très bien dans une perspective pragmatique car il s’agit du seul personnage caractérisé de la pièce (et que je ne renierai sans doute pas quand j’en serai à finaliser mon édition critique de ladite pièce). Il décide que c’est une sottie, ce qui se défend aussi (en un raisonnement par l’absurde : car si ce n’est une sottie, qu’est-ce ?) ; mais Picot va plus loin et lui donne comme titre Sottie nouvelle de l’Astrologue, voulant sans doute ajouter un effet de réel en copiant ici la manière dont de nombreuses sotties sont nommées quand elles ont été imprimées ! L’invention du genre…

16Datant une pièce à partir d’une allusion cryptée, puis les sotties les unes par rapport aux autres, enfin interprétant le tout avec le même allant du savant bien renseigné, Picot a « inventé » le genre des sotties. Quoi qu’il en soit, il est assez difficile de remettre en question son travail, de prendre en défaut sa pensée, extrêmement fine, d’une très haute tenue, difficile de s’adonner à une entreprise de déconstruction sur un système clos, qui se contredit avec peine. Ajoutons que, en plus de faire preuve d’une grande capacité à mener sa réflexion à terme, Picot commet, d’une façon générale, peu de jugements de valeur à l’emporte-pièce, et on aura compris pourquoi il résiste à la déconstruction. Que faire alors ? Profiter de l’héritage.

De l’histoire des genres à l’étude des pratiques

La fin de l’histoire du genre...

  • 26 Le recueil Trepperel : fac-similé des trente-cinq pièces de l’original, E. Droz (éd.), Genève, Slat (...)
  • 27 H. G. Harvey, The Theatre of the Basoche : the contribution of the Law Societies to French Mediaev (...)
  • 28 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon propre ouvrage sur le théâtre de la Basoche ; M. Bouhaï (...)

17L’histoire de la sottie comme genre a commencé avant le Recueil général des sotties de Picot, et s’est poursuivie après la mort de Picot. Je renvoie le lecteur à la première partie de l’article de Jelle Koopmans dans ce même volume pour une histoire plus détaillée que la mienne sur cette question. La construction du genre de la sottie n’a pas cessé après la découverte des recueils de Florence et Trepperel en 1928. J’aurais pu intituler mon article « De Picot à Aubailly, la construction du genre de la sottie », ou « La sottie, de Picot à Koopmans », mais l’hommage que nous voulions rendre pendant le colloque n’était pas pensé pour aller jusqu’aux nouveaux pères… Un des premiers soucis de la critique a été de savoir si la farce et la sottie pouvaient, ou non, être considérées comme des genres distincts. La sottie a souvent été définie par rapport à la farce ou dans une opposition à la farce. Louis Petit de Julleville, après avoir dans un premier temps fait une distinction de nature entre les deux types de pièces, – la sottie serait fondamentalement parodique, alors que la farce se contenterait d’une imitation grossière de la réalité –, en proposera une définition plus simple et tout à fait raccourcie : la sottie est une farce jouée par des sots. Picot lui-même n’est pas catégorique quant à la distinction farces/sotties, mais note que la sottie offre un niveau de langue plus élevé que la farce. Après Picot, les orientations de la critique sur la sottie prennent plusieurs directions. Gustave Cohen refuse toute distinction entre la farce et la sottie ; pour lui, il n’y a que des « emplois » différents et non des genres dramatiques distincts, suivant en cela la ligne de Petit de Julleville. Eugénie Droz, si elle sépare bien la farce et la sottie dans les corpus qu’elle établit dans l’édition qu’elle donne du recueil Trepperel, n’offre pas de critères de délimitation nets. Elle affirme que « la distinction que nous cherchons à établir entre la sottie et la farce n’existe pas dans le texte [...] un même texte pouvait, au gré des acteurs, être farce ou sottie [...], la différence essentielle résidait vraisemblablement dans le style de jeu et de l’interprétation26 ». Au contraire, Howard Harvey, dans son ouvrage sur le théâtre de la Basoche (1941), fait de la sottie un genre exclusif de la Basoche, à usage interne, joué par et pour les basochiens, et donc tout à fait distinct de la farce27. Cette hypothèse ne résiste aucunement à l’examen des sources. La sottie n’est pas une pratique communautaire exclusive des clercs de justice28.

  • 29 J.-Cl. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie : essai sur quelques genres dramatiques de (...)
  • 30 B. Rey-Flaud, La farce ou la machine à rire : théorie d’un genre dramatique (1450-1550), Genève, D (...)

18Jean-Claude Aubailly, dans sa thèse Le monologue dramatique, le dialogue et la sottie, souhaite donner une définition complète, valable et définitive du genre29 (comme Bernadette Rey-Flaud le proposera pour la farce en 198430). Pour fixer le genre de la sottie, Aubailly assume que la définition du genre n’est plus une affaire de classement, plus ou moins subtil, plus ou moins cohérent, classement effectué sur des critères historiques, mais une question de structure. Il établit une typologie très poussée des sotties et fabrique une théorie présentant toutes les variantes possibles du genre de la sottie, les classe en catégories et sous-catégories (sotties « primitives » : sottie-parade, sottie-jugement, divisée en sottie séance de tribunal, sottie-revue et sottie-journal ; sotties bâtardes : sottie-farce, sottie-rébus). Aubailly défend l’idée d’une opposition fondamentale de la farce et de la sottie : la farce est un simple divertissement qui s’adresse aux sens et qui vise au comique immédiat et bonhomme, alors que la sottie est un théâtre de combat destiné à l’esprit qui cherche à provoquer une prise de conscience politique. Aubailly cherche la loi d’un genre, tout entier constitué par Picot. Et il ne prend en compte ni les témoins textuels, ni les contextes, ni les dates ; il n’établit pas la typologie des manuscrits et des imprimés pour établir sa classification, ce qui, trente ans après, ne peut que faire frémir d’indignation tous les philologues et historiens bien pensants d’aujourd’hui. Nul besoin de s’appesantir… Il faut citer en dernier lieu et hommage le livre d’Olga Anna Duhl, Folie et rhétorique dans la sottie (1994), qui souligne le rôle primordial et constitutif de la folie dans ces pièces.

  • 31 Je renvoie le lecteur aux travaux de Jelle Koopmans sur les sotties, trop nombreux pour être cités (...)

19En un mot, c’est toute l’étude des pratiques qui reste à faire. Aujourd’hui, le corpus des sotties comprend donc toutes les sotties reconnues comme telles par Picot, plus les sotties reconnues comme telles par Eugénie Droz dans le recueil Trepperel, découvert en 1928 après la mort de Picot, puis les sotties du Recueil de Florence découvert à la même date. Une seule sottie y était reconnue comme telle par Gustave Cohen, alors que Jelle Koopmans, d’un tout autre avis, en voit aujourd’hui sept31. Corpus mouvant. Exception faite de deux récentes éditions, l’une du Jeu du Prince des sots de Pierre Gringore, édité par Alan Hindley en 2001, et l’autre de la Sotise à huit personnages par Olga Anna Duhl en 2005, aucune édition de sottie n’a vu le jour depuis le recueil d’Émile Picot (1902-1912) et l’édition d’Eugénie Droz des sotties du recueil Trepperel (1935).

De l’étude des genres à l’histoire des pratiques

  • 32 Multiples sont les exemples et nombreux sont les procès de farceurs. Un des plus frappants est san (...)

20L’opposition des genres farce/sottie est à remettre en question en prenant en compte ce que donnent à lire les textes eux-mêmes et les archives. Il y a en effet contradiction entre ce que donnent à comprendre les documents d’archives sur les représentations théâtrales et le contenu des pièces de théâtre qui sont conservées. Si toutes les farces que nous pouvons lire aujourd’hui se présentent en effet de façon totalement a-historique, sans aucune allusion à la vie politique contemporaine, les documents judiciaires montrent pourtant que les prises de positions politiques avaient tout aussi bien cours dans la farce que dans la sottie32. Il faut donc commencer par remettre en question la théorie des genres dramatiques médiévaux, qui veut qu’un des critères de distinction des deux grands genres comiques, la farce et la sottie, soit le contenu politique de la pièce, qui aurait été totalement absent dans la farce. Il s’agit pourtant d’aller au-delà d’une confrontation des différents documents. La nécessité de passer d’une étude des genres à une étude des pratiques, de croiser sources d’archives et sources littéraires, de rendre leurs contextes aux textes, et de considérer le statut du document avant d’en faire l’analyse, n’a plus à être défendue : on veut estimer cela acquis. Il s’agit de se mettre en situation d’appréhender pleinement les pratiques d’enregistrement de la parole théâtrale, les procédés de facture des manuscrits et imprimés qui conservent les textes, et, les fonctions et usages de ces témoins textuels. Afin de reposer la question des genres et des corpus, ainsi que les problèmes d’édition de ces textes de « théâtre », une question simple doit guider le chercheur, à toutes les étapes de son travail : comment porter une attention soutenue à la pratique qui a préexisté aux textes ?

21S’il me semble que le contexte d’analyse le plus pertinent du théâtre est celui du social et celui des pratiques, j’ai bien conscience que ce champ d’analyse n’exclut pas les autres. Si la réalité sociale ne doit pas servir seule de terme à l’analyse, l’objectif est tout de même de déplacer l’horizon épistémologique de l’étude du théâtre médiéval, en considérant qu’il s’agit de suivre au plus près les voies effectives de la pratique théâtrale, car l’histoire du théâtre se confond avec l’histoire de la confrontation des processus de création intellectuelle et artistique avec le réel, c’est-à-dire avec l’élaboration du droit, avec l’évolution des procédures judiciaires, avec les variations des pratiques d’écriture, des pratiques d’éducation et des pratiques politiques (tout cela dans un ancrage historique concret, qui diffère selon les régions et qui subit une évolution temporelle).

22Faut-il pour autant invalider l’approche générique ? La dénonciation de l’approche générique et de ses impasses est elle-même une longue voie sans issue. Il n’est enfin pas question de renier toute entreprise de rassemblement de textes, qui part toujours d’une volonté de lisibilité, par essence généreuse. Ne pas renoncer cependant à historiciser des textes non datés, concilier au plus juste les critères de classement par lesquels il faut passer pour présenter de façon critique les textes, même s’ils sont contradictoires (recueil, ancrage local, dates, groupements génériques), ne pas oublier de tenter de dater, localiser, attribuer, comprendre, en même temps que l’on édite, telles pourraient être les prémisses d’une nouvelle entreprise.

À la petite cuillère...

  • 33 Voir l’annonce faite par Jelle Koopmans dans ce même volume dans l’épilogue de son article sur le (...)

23Le coût d’entrée dans le débat sur la sottie et son interprétation est très cher (et peu sommes-nous à assumer cette folie) : textes qui attendent encore dans leur grande majorité une édition renouvelée (elle vient33) ; pièces qui nécessitent pour leur interprétation, plus qu’une maîtrise de l’ecdotique, un large spectre de connaissances, diachroniques et synchroniques, des pratiques sociales et littéraires de l’époque, et encore de l’histoire politique et institutionnelle (oui !) ; connaissances d’autant plus difficiles à acquérir que la méconnaissance, par mépris (méprise ?) académique, de la période est grande ; historiographie peu abondante sur la question, mais écrasée par le poids des constructions d’Émile Picot – que je n’ai pas ici déconstruit totalement, mais le faut-il vraiment ? Néanmoins c’est avec une petite cuillère que l’on mange un éléphant : vous avez eu les premières bouchées.

24Nous n’en avons pas fini avec l’œuvre d’Émile Picot, qui reste, parmi sa génération de spécialistes de la littérature médiévale, le savant le moins lu, parce qu’il s’est intéressé à des corpus difficiles plus que parce qu’il a occupé une position universitaire marginale. De ses contemporains, sans doute est-il aussi celui dont la pensée scientifique fut le moins encombrée de présupposés académiques. Moins qu’à une déconstruction, c’est à une relecture de ses travaux que je voudrais bien que cet article invite.

Annexe

Le fichier Picot, au petit bonheur...

25Le fichier Picot – que l’on s’entende bien sur l’objet : plus de cent volumes de fiches manuscrites léguées à la Bibliothèque nationale de France – contient des centaines de milliers de notes que le savant a prises sur ses découvertes, des références diverses et des copies partielles, de sa main ou de celles de ses correspondants, de pièces inédites des xive-xviie siècles.

  • 34 G. A. Runnalls, « Émile Picot’s fichier : an under-used source of information », Tréteaux, t. 4, 1 (...)
  • 35 L’article de Graham Runnalls comporte de plus quelques coquilles sur les cotes.

26Une mine : le fichier renferme des informations qui ne sont nulle part ailleurs, ni dans l’œuvre d’Émile Picot, ni dans celles de ses prédécesseurs et contemporains. Pour exemple, on trouve des informations sur les représentations, avec références d’archives, qui ne sont pas dans les répertoires de Louis Petit de Julleville. En 1982, Graham Runnalls attirait déjà l’attention sur ce fichier, et publiait dans la revue Tréteaux un article intitulé « Émile Picot’s fichier : an under-used source of information34 ? », soulignant la richesse du fichier de l’érudit et la grande utilité de l’outil de travail à qui voudrait bien s’y plonger. Seulement, personne ne s’y plonge : très peu de chercheurs se sont aventurés à regarder les dizaines de volumes du fichier Picot, découragés sans doute par l’ampleur du fonds. L’article de Runnalls est bien trop succinct pour avoir offert une clé qui ouvrirait la porte de cet immense réservoir35. Je ne ferai pas beaucoup mieux. Mais il me semble utile, dans un volume collectif comme celui-ci – dont la vocation n’est pas seulement de faire exercice de relativisme –, de donner à nouveau un aperçu, toujours succinct, mais précis, du plan du fichier Picot.

  • 36 On retrouve par exemple, parmi les trésors du fichier Picot, plusieurs fiches sur la Moralité du B (...)

27Il faut néanmoins souligner que le fichier Picot, en l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui, est le résultat de la compilation des fiches de travail de Picot – dont on ne sait, dans l’état actuel de la recherche, sous quelle forme et dans quelles conditions elles ont été données, si ce n’est qu’il s’agit d’un don de la veuve d’Émile Picot –, rassemblées et classées en volumes par les conservateurs de la Bibliothèque nationale, je suppose. Ce classement est loin d’être parfait, et toutes les fiches qui concernent une même pièce ne sont pas classées ensemble par exemple. D’autre part, il ne faut pas oublier que les fiches d’Émile Picot ne sont pas le résultat d’un travail systématique. Au départ conçues comme des fiches de travail, pour un usage personnel, destinées à être sans cesse reprises et complétées, elles sont inégales de valeur pour les chercheurs aujourd’hui. Certaines fiches sont très complètes et contiennent en plus de références bibliographiques des commentaires personnels, pertinents et inédits de Picot, d’autres ne sont composés que d’un titre de pièce, sans plus. C’est au petit bonheur la chance36...

28Le fichier Picot peut se diviser en trois parties. La première partie forme le Répertoire général alphabétique des fiches bibliographiques pour servir à l’histoire littéraire, principalement des xve,xvie et première moitié du xviiesiècle.

29Les fiches sont rassemblées en 84 volumes (Paris, BnF naf. 23193 à 23276), consultables en 676 microfiches, sous la cote 18. Ce répertoire, monumental, contient des milliers de petites fiches classées par ordre alphabétique d’auteur, contenant des références bibliographiques et des notes diverses. Sa construction, relativement simple, par ordre alphabétique, facilite la consultation. Le catalogue des manuscrits français de la BnF offre les entrées alphabétiques par volumes. Cette partie du fichier intéresse tous les historiens de la littérature.

30La deuxième partie du fichier Picot est celle qui intéresse de plus près les historiens du théâtre. Il s’agit du Répertoire historique et bibliographique de l’ancien théâtre français. Il est composé de 16 volumes (Paris, BnF naf. 12632-12647) :

  • naf. 12632 : Notes de Picot pour sa préface et bibliographie diverse.
  • naf. 12633 : Répertoire des représentations par villes de Abbeville à L.
  • naf. 12634 : Répertoire des représentations par villes de M. à Viviers.
  • naf. 12635 à 12637 : Mystères (Ancien Testament).
  • naf. 12638 à 12640 : Mystères (Nouveau Testament).
  • naf. 12641 : Miracles de Notre Dame, Actes des Apôtres.
  • naf. 12642-12643 : Vies de saints, par ordre alphabétique.
  • naf. 12644-12645 : Moralités.
  • naf. 12646 : Farces [concerne les farces, sotties, mandements et textes joyeux].
  • naf. 12647 : Supplément.

31La troisième partie du fichier est plus composite, mais n’en mérite pas moins plus qu’un détour. Voici le détail :

  • naf. 12648-12649 : Copies de pièces de l’ancien théâtre français faites pour Picot.
  • naf. 12650 : Bibliographie de Pierre Gringore ; théâtre français du xviie siècle ; bibliographie de Pierre Corneille.
  • naf. 12651 : Copies de pièces joyeuses et facéties (xvie et xviie s.) faites pour Picot [contient des monologues, des sermons, des dits, des mandements joyeux].
  • naf. 12652-12654 : Recueils de chansons.
  • naf. 12655 : Notes sur les auteurs de gazettes rimées ; devises et anagrammes des poètes français des xve et xvie siècles, table alphabétique des poètes cités dans la Bibliothèque françoise de l’abbé Goujet.
  • naf. 12656 : Bibliographie des Caquets de l’Accouchée.
  • naf. 12657 : Catalogue sommaire de la bibliothèque du château de Chantilly ; notes sur l’histoire des relieurs (xixe s.) ; liste d’ouvrages sur Tunis et Carthage.
  • naf. 12658-12662 : Bibliographie roumaine ; histoire de la Roumanie.

Notes

1 P. Lacombe, Bibliographie des travaux de M. Émile Picot, membre de l’Institut, Paris, E. Rahir, 1913, 72 p. [extrait des Mélanges Picot]. Pour l’histoire de la langue roumaine, voir notamment É. Picot, « Documents pour servir à l’étude des dialectes roumains », Revue de linguistique et de philologie comparée, t. 5, fasc. 3, 1872-1873.

2 Voir l’annexe de l’article.

3 Voir N. Georgescu-Tistu, « Correspondance d’un secrétaire princier en Roumanie : Émile Picot (1866-1868) », Mélanges de l’Ecole roumaine en France, Paris, 1926, partie I, p. 99-215.

4 J.-A. Brutails, Notice sur la vie et les travaux de M. Émile Picot, Paris, Institut de France, 1924, 15 p.

5 Voir P. Desmet, La linguistique naturaliste en France (1867-1922). Nature, origine et évolution du langage, Louvain, Peeters, 1996, p. 32-33.

6 H. Cordier, Émile Picot, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1919 (extrait du Bulletin du bibliophile). Voir aussi G. Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, Paris, Hachette, sixième édition, 1893, p. 1249.

7 U. Bähler, Gaston Paris dreyfusard. Le savant dans la cité, Paris, CNRS éditions, 1999, p. 141-142, 144, 151.

8 Ch. De Hamel, Les Rothschild collectionneurs de manuscrits, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004, p. 92.

9 A. de Montaiglon & J. de Rothschild, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses, historiques, t. 10 à 13, Paris, P. Jannet, 1875-1878.

10 Thérèse de Rothschild (1847-1931) a laissé deux écrits : le premier, Pages détachées du cahier d’une jeune fille (Paris, Larousse, 1892), n’intéresse guère les historiens du théâtre. Dans le second, ses Souvenirs de la Grande Guerre, elle raconte comment elle a, avec l’aide d’Émile Picot, mis à l’abri de la destruction guerrière la bibliothèque de son défunt mari : « (avril 1918) [...] Comme les avions ennemis renouvelaient, pour ainsi dire, chaque nuit le bombardement de Paris, je pris, avant de partir, la précaution d’envoyer dans des endroits sûrs, loin des bombes et des torpilles ennemies, les objets les plus précieux parmi ceux que j’avais réunis dans mon hôtel de l’avenue de Friedland. Je me préoccupais surtout de mettre à l’abri de tout accident l’admirable bibliothèque créée par mon mari, le baron James de Rothschild. Les livres rares furent soigneusement emballés dans des caisses, sous la surveillance de mon cher ami, M. Émile Picot, qui achevait alors le savant catalogue qu’il a dressé de cette collection magnifique. Je devais avoir le malheur de perdre ce fidèle ami, peu de temps après ces évènements. Un certain nombre de caisses furent expédiées dans le Médoc, au château de Mouton. Les objets d’art furent mis en sûreté dans des endroits divers à Paris et en province ». Baronne Thérèse James de Rothschild, Souvenirs de la Grande Guerre (1914-1918), Mâcon, Protat frères, 1927, p. 111-112.

11 H. Cordier, Émile Picot, op. cit., p. 28-29.

12 Notes autobiographiques d’Émile Picot, citées dans N. Georgescu-Tistu, « Émile Picot et ses travaux relatifs aux roumains », Mélanges de l’École roumaine en France, Paris, 1925, partie I, p. 259-260.

13 Voir M. Breazu, « La bibliothèque d’un Européen, Émile Picot (1844-1918) », Bulletin du bibliophile, 2004, n° 2, p. 313-338 à la p. 313.

14 É. Picot & J. de Rothschild, Le Mistère du Vieil Testament, Paris, Firmin-Didot, Société des Anciens Textes Français, 6 vols., 1878-1891 ; Maistre Pierre Pathelin hystorié. Reproduction en fac-similé de l’édition imprimée vers 1500 par Marion Malaunoy, veuve de Pierre Le Caron, Paris, Société des Anciens Textes Français, 1904 ; Nouveau recueil de farces françaises des xve et xvie siècles, publié d’après un volume unique appartenant à la bibliothèque royale de Copenhague, É. Picot & Ch. Nyrop (éd.), Paris, D. Morgand et C. Fatout, 1880.

15 É. Picot, « Le monologue dramatique dans l’ancien théâtre français », Romania, t. 15, 1886, p. 358-422 ; t. 16, 1887, p. 438-542 ; t. 17, 1888, p. 207-275.

16 É. Picot, « Les moralités polémiques ou la controverse religieuse dans l’ancien théâtre français », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme, t. 36, 1887, p. 169-190, p. 225-245, p. 337-364 ; t. 41, 1892, p. 561-582, 617-633 ; t. 44, 1906, p. 254-262.

17 É. Picot, « La sottie en France. Fragment d’un répertoire historique et bibliographique de l’ancien théâtre français », Romania, t. 7, 1878, p. 236-326.

18 A. Fabre, Études historiques sur les clercs de la Bazoche, Paris, Potier, 1856 ; Les clercs du palais : recherches historiques sur les bazoches des parlements et les sociétés dramatiques des bazochiens et des Enfants sans Souci, Lyon, N. Scheuring, 1875.

19 É. Picot, Recueil général des sotties, Paris, Firmin-Didot, Société des Anciens Textes Français, 3 vols., 1902-1904-1912.

20 Le recueil est conservé au British Museum de Londres ; il a été reproduit en fac-similé à Genève en 1970 ; il a été édité par A. de Montaiglon, Ancien Théâtre François, Paris, P. Jannet, t. 1 à 3, 1854-1857.

21 Paris, BnF fr. 24341 ; A. Le Roux de Lincy & Fr. Michel (éd.), Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, 4 vols., Paris, 1878.

22 Paris, Bnf Rothschild 3008 (IV-6-41) ; Paris, BnF Rothschild 3007 (I-1-25).

23 É. Picot, Recueil général… op. cit., t. 1, p. 30-31.

24 Sur la sottie de l’Astrologue, voir M. Bouhaïk-Gironès, « La Sottie de l’Astrologue (Paris, 1499 ?) : contextes et polémiques autour de la figure de l’astrologue à Paris à la fin du Moyen Âge », Le théâtre polémique français (1450-1550), M. Bouhaïk-Gironès, J. Koopmans & K. Lavéant (dir.), Rennes, PUR, 2008, p. 65-75.

25 É. Picot, Recueil général... op. cit., t. 1, p. 11.

26 Le recueil Trepperel : fac-similé des trente-cinq pièces de l’original, E. Droz (éd.), Genève, Slatkine reprints, 1966, p. 48-49.

27 H. G. Harvey, The Theatre of the Basoche : the contribution of the Law Societies to French Mediaeval Comedy, Cambridge, Harvard University press, 1941.

28 Je me permets de renvoyer le lecteur à mon propre ouvrage sur le théâtre de la Basoche ; M. Bouhaïk-Gironès, Les clercs de la Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420-1550), Paris, Honoré Champion, 2007.

29 J.-Cl. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie : essai sur quelques genres dramatiques de la fin du Moyen Age et du début du xvie siècle, Paris, Honoré Champion, 1976, p. 285.

30 B. Rey-Flaud, La farce ou la machine à rire : théorie d’un genre dramatique (1450-1550), Genève, Droz, 1984.

31 Je renvoie le lecteur aux travaux de Jelle Koopmans sur les sotties, trop nombreux pour être cités ici.

32 Multiples sont les exemples et nombreux sont les procès de farceurs. Un des plus frappants est sans doute le procès des farceurs de Dijon de 1447 qui verbalise les acteurs d’une farce mettant en cause la politique royale en matière militaire. M. Bouhaïk-Gironès, « Les procès des farceurs de Dijon (1447) », European Medieval Drama, n° 7 (2003), p. 117-134.

33 Voir l’annonce faite par Jelle Koopmans dans ce même volume dans l’épilogue de son article sur le nouveau recueil de sotties (J. Koopmans [dir.], avec la collab. de M. Bouhaïk-Gironès et K. Lavéant, à paraître chez Classiques Garnier).

34 G. A. Runnalls, « Émile Picot’s fichier : an under-used source of information », Tréteaux, t. 4, 1982, p. 15-20.

35 L’article de Graham Runnalls comporte de plus quelques coquilles sur les cotes.

36 On retrouve par exemple, parmi les trésors du fichier Picot, plusieurs fiches sur la Moralité du Bien public, inédite jusqu’il y a peu, texte politique du dernier tiers du xve siècle, méconnu des historiens du théâtre. Le texte de la pièce vient d’être publié par J. Blanchard, « La Moralité du Bien public (1468). Musée Condé ms. 685 », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, t. 70, n° 3, 2008, p. 615-661 ; la Moralité du Bien public est également en cours d’édition par mes soins, à paraître dans Recueil de moralités dramatiques françaises, J. Beck, E. Doudet & A. Hindley (dir.), Paris, Classiques Garnier.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540