Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pères du théâtre médiéval

 | 
Véronique Dominguez
, 
Marie Bouhaïk-Gironès
, 
Jelle Koopmans

Première partie. Les grands-pères : généalogie d’une pseudo-science

Chapitre II. Pour une histoire du Pathelin : l’héritage des grands-pères

Denis Hüe

Texte intégral

1À parler des pères et grands-pères du théâtre médiéval, il y a fort à parier que nous serons bientôt dans une réunion de famille où se discuteront, d’un profil l’autre, les héritages et les traits ; tel aura les yeux de Petit de Julleville, tel autre le nez d’Emile Picot, et tels se ressembleront d’une génération l’autre, « qui les aroit crachié/Tous deux encontre la paroy,/D’une manere et d’ung arroy/Si seront il, sans difference… » Biographies, hagiographies parfois, nous allons tous nous occuper des hommes et de ce qu’ils nous ont apporté. Au moment où ce colloque s’est mis en place, j’ai proposé à Jelle Koopmans de travailler non pas sur l’histoire et sur la mémoire des études du théâtre médiéval, mais plus marginalement, sur une sorte de préhistoire, sur le moment, antérieur à la mise en place de l’histoire littéraire qui nous a formés, où le théâtre médiéval est à la fois proche et lointain, sans doute dans une sorte d’angle mort qui fait que l’on n’en perçoit pas tant l’altérité et l’antiquité que la désuétude et l’inadaptation aux codes d’un temps postérieur.

2En fait, nous le savons tous, le théâtre médiéval disparaît en 1550, dans la cour carrée du Louvre, lorsque Jodelle fait jouer la première comédie de notre répertoire, et affirme solennellement l’ouverture de temps nouveaux que la Cour Carrée, inaugurée, laissait présager. Nous savons tous également – et je dirais volontiers surtout nous, les médiévistes – que la première comédie de notre Théâtre Français et parisien, l’Eugène de Jodelle, est beaucoup moins convaincante dans ce rôle que le Pathelin qui la précède de près d’un siècle. Il n’empêche, l’histoire s’écrit d’abord au présent, avec ses injustices, et le théâtre médiéval disparaît inexorablement, accablé des sarcasmes d’une modernité triomphante.

3De ce fait, les pièces du théâtre médiéval, qui sont souvent des pièces du xvie siècle, vont disparaître de l’étal des libraires. On sait par exemple qu’après quatre éditions du xve siècle, en une dizaine d’années, le xvie offre deux éditions du Veterator en 1512 et une en 1543, deux éditions du Pathelin en 1532, deux de même en 1533, et d’autres encore en 1538, 1546, 1553, 1564 et 1568 : six éditions antérieures à la Deffence et illustration, trois postérieures, dont une rouennaise, comme si l’onde de choc de la Pléiade mettait quelque temps à pénétrer le lectorat. La désaffection du public pour cette farce se fait donc comme en souplesse, à l’image de ce que nous apprend l’édition des autres textes dramatiques médiévaux.

  • 1 G. Frank, « Pathelin », Modern Language Notes, t. 56, 1941, p. 42-47 ; p. 43.
  • 2 Ibid. « faire du beau beau » est glosé par Oudin en « flatter en apparence ».

4À la différence cependant des autres farces, le Pathelin est promis à une histoire plus mouvementée. Il a eu une notoriété telle qu’on le voit abondamment cité à la fin du xve siècle, et Grace Frank rappelle que dès avant 1470, des références à la farce sont présentes y compris dans des chartes de rémission, avec une expression « patheliner et faire du malade1 » ; elle en signale d’autres occurrences, dont un « ludere du patelin et du beau beau2 » dans un sermon de Michel Menot. Ce qui me retiendra dans ces attestations, un peu distinctes de celles que l’on évoque habituellement, Guillaume Alexis dans Les Faintes du monde, ou le Dialogue de Mallepaye et de Baillevent, c’est que l’on n’est pas ici dans le registre théâtral ou fictionnel où les jeux d’intertextualité pourraient se donner libre cours ; les formules telles qu’elles sont attestées relèvent de locutions au sens plein, où on peut imaginer que la référence théâtrale n’est pas primordiale.

5C’est ce qui expliquera sans doute la pérennité dans les mémoires de cette pièce. Alors que la plupart resteront méconnues, on verra s’élever, régulièrement, quelques voix pour faire l’apologie de cette farce qui n’en est pas une, au point que ce texte ne disparaîtra presque jamais de l’horizon littéraire. À ce titre, il pourra permettre l’enquête que je me propose d’effectuer : non pas une monographie sur un « grand-père » du théâtre médiéval, mais une recherche sur ce qu’il reste de la farce à l’âge classique et surtout sur le regard que portent sur elle les lettrés et les intellectuels. Dans le rôle de ces spectateurs, de ces divers grands-oncles, Estienne, Pasquier, et un peu plus tard quelques auteurs du xviiie siècle.

6Une première remarque s’impose : ce n’est pas la farce comme telle qui maintiendra la mémoire de Pathelin, mais paradoxalement le mot même et quelques locutions qui maintiendront le souvenir de la pièce, ou tout au moins sa présence dans le texte écrit. Le premier témoignage qui me retiendra est celui d’Henri Estienne, dans ses Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguisé, principalement entre les courtisans de ce temps. La première édition date de 1578, et attaque les italianismes à la mode, avec une verve qui fait mouche. Il est évident que dans une démarche polémique de ce type, il est nécessaire de faire l’apologie de notre belle langue française si riche d’expressions charnues et savoureuses. La première allusion à Pathelin est pourtant sans relief particulier, puisqu’elle évoque le mot physicien pour parler du médecin, et les attestations de ce mot dans des textes anciens : est convoqué le Roman de la Rose, et le personnage poursuit :

Il me le monstra aussi en ceste tant celebre farce, intitulee, Maistre Pierre Pathelin, en deux ou trois endrets : mais n’ay memoire que ce cestui-ci :

  • 3 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguizé, principalement entre l (...)

Les physiciens m’ont tué.
Par ce brouillis qu’ils m’ont fait boire,
Et toutesfois il les faut croire3.

7Plus que les remarques lexicales, tout intéressantes qu’elles soient, relevons simplement qu’à l’extrémité du xvie siècle, on peut parler de « ceste tant celebre farce ». Une telle notoriété corrobore la relativement grande quantité d’éditions conservées ; reste à s’interroger ce que cela recouvre effectivement. Ce qui caractérise les citations d’Henri Estienne, celle qu’on vient de voir, c’est une assez grande fidélité au texte que nous avons conservé. On doit en conclure que la transmission en a été, pour l’essentiel, de l’ordre de l’écrit et de l’imprimé : on sait combien les éditions anciennes nous transmettent un texte corrompu, avec des vers fautifs, manquants, hypo- ou hypermétriques : ici, manifestement, la citation sans défaut d’Henri Estienne s’appuie sur une lecture livresque qui, indépendamment de la fiction du dialogue, transmet un texte précis ; à ce titre, c’est non seulement une célébrité de la farce qu’il faut discerner, mais la constance de sa tradition textuelle, qui constitue le vecteur essentiel de sa transmission.

8Cela n’a rien d’étonnant à vrai dire : la dimension du Pathelin dépasse largement le spectacle calibré du public des farces ; on peut supposer qu’il s’en est joué encore longtemps, même si les érudits ou l’aristocratie s’en occupent peu : après tout, les débuts de Molière ne sont-ils pas un hommage à une tradition restée vivante ? Pathelin ne subit pas l’appauvrissement qui fait passer d’une farce mal éditée en vers à un canevas en prose ; au contraire, il se perpétue avec une remarquable stabilité, qui laisse penser que son public est d’abord composé de lecteurs. C’est ce que confirmera la suite du texte, où Celtophile, celui qui aime évidemment notre vernaculaire langage, échange avec Philalèthe, amoureux pour lui de la vérité :

  • 4 p. 136.

Sorner, en un mot c’estet ce que vous ne pouvez exprimer qu’en trois, dire une sornette, ou dire des sornettes. celt. Et ce mot estoit-il en usage entre nos ayeulx ? Phil. Ouy. Car le povre drappier de maistre Pierre Pathelin en use. cel. Avez-vous leu ceste farce de bout en bout ? Car desja tantost vous en avez faict mention. Phil. Ouy : mais il-y a long temps. Toutesfois il me souvient encore de plusieurs bons mots, voire de maints bons et beaux traicts, et de la bonne disposition conjoincte avec l’intention gentile. Tellement qu’il me semble que je luy fay grand tort en l’apellant une farce, et qu’elle merite bien le nom de comedie : aussi bien, pour le moins, que plusieurs de celles que jouent ceux qui pour le jourdhuy s’appellent comedianti4.

9Il est bien question d’avoir lu le Pathelin, avec quelque surprise de la part de Celtophile : tout bienveillant soit-il, il s’étonne qu’on l’ait parcouru en entier. Lui qui aime la langue française se voit comme dépassé par un amoureux de la vérité, qui va faire l’apologie, brève mais péremptoire, d’une pièce caractéristique à plusieurs titres : le premier qui est mis en évidence, c’est le bon mot ; une pièce tient par des formules brillantes, des expressions efficaces qui ont la faculté de marquer le lecteur ou l’auditeur. Au-delà, c’est le trait qui retient l’attention du personnage : notion assez floue, définie ainsi dans le dictionnaire de Thomas Corneille :

  • 5 T. Corneille, Dictionnaire des arts et des sciences, (1694) ad. verb.

ores une ligne ou tirée d’un Peinctre ou d’un Escrivain. Selon ce, on dit : Voila un beau traict & un traict hardy5.

10Il peut s’agir à mes yeux d’une réplique à l’efficacité mémorable ; retournons à nos moutons devrait logiquement relever de ces traits marquants, hardis. Deux éléments seront mis en avant pour finir, celui d’une disposition satisfaisante, bonne, et celui de l’intention gentile. Le terme de disposition doit nous renvoyer aux catégories de Quintilien et rappelle s’il en était besoin que les références et l’esthétique de la Renaissance française sont nourries d’humanisme. La disposition du Pathelin, l’économie de la pièce ont été assez louées depuis des siècles pour qu’il ne soit pas nécessaire de les rappeler. Il me semble révélateur cependant qu’elle soit mise en avant, au moins autant que les formules plaisantes et mémorables : la complexité de l’intrigue, la capacité qu’elle a à renouveler l’intérêt tout en conservant pour l’essentiel les mêmes personnages, à faire rebondir l’action dans des directions inattendues, sans qu’aucune des pierres d’attentes posées au début de la pièce ne reste inutile, voilà ce qui peut effectivement caractériser le Pathelin, et qui légitime, au moins alors, l’intérêt que l’on y trouve. L’intention gentile relève quant à elle d’un autre registre ; je pense qu’il faut ici prendre en compte non seulement le niveau de langue, globalement soutenu et peu grossier – alors que certaines farces n’hésitent pas à jouer sur un registre plus trivial – mais aussi la dimension morale de la pièce, qui ridiculise les trompeurs et leur promet une sorte de justice immanente : on n’est pas loin dans l’esprit sinon dans l’intention du castigat ridendo mores. En fait, le regard d’Henri Estienne le souligne implicitement dans cet adjectif gentile, on peut prendre en compte que le Pathelin, s’il s’appuie sur une impérieuse nécessité qui est l’élément déclencheur de l’action, évite les deux ressorts habituels aux farces, le désir sexuel comme le besoin de nourriture ; nous sommes, de ce fait, dans un autre registre de comique.

11Il n’est pas nécessaire, pour mesurer la faveur du Pathelin, de rechercher les théories de la Renaissance sur la comédie ; ce n’est pas tant à elles que renvoie Estienne qu’à une comparaison, manifestement à l’avantage de la farce française, avec le théâtre italien qui s’est introduit alors en France. L’enjeu n’est pas tant somme toute de louer une farce médiévale ; il est bien davantage de mettre en avant une farce française, écrite et de bonne tenue, face aux comédies italiennes : les comedianti qui à Paris jouent all’improvviso dès 1570 méritent l’exaltation d’une pièce recevable et bien de chez nous, exactement comme Brunetière, après 1870, préférera dévaloriser le Roland, témoignage de la barbarie germanique, pour exalter le fabliau, marque de notre bel esprit gaulois.

12Le dialogue se poursuit, et Celtophile demande :

  • 6 Op. cit., p. 136-37.

Est-ce pas de là que sont venus pathelin & Patheliner, dont nous usons encore aujourdhuy ? celt : C’est de là ; mais personne n’entendra bien que c’est-à-dire un Pathelin, qui n’aura leu ceste farce, ou comedie. Elle a aussi amené ce proverbe, retournons à nos moutons, pour dire, Retournons à nostre propos. Car ces mots qui sont là souvent repetez, furent depuis tournez en proverbe. Et croy qu’entre les autres manieres de parler, qui nous sont comme proverbiales, il-y en-a qui sont ainsi venues de quelque farce fort vulgaire6.

  • 7 Paris, Vve de Jean Bonfons [c. 1568-1572], BnF rés/P- YE- 2086.

13On remarquera l’incohérence de l’attribution des répliques, qui prouve combien le discours amœbée correspond à l’opinion propre de l’auteur. La conclusion en est d’autant plus éclairante qui, après avoir tissé quelque éloge du Pathelin, n’y voit que l’origine de quelques expressions. Cependant, ce texte, que l’on avoue avoir lu à condition de l’avoir fait il y a longtemps, a connu une réédition entre 1568 et 15727, soit moins de dix ans avant qu’Estienne publie ses dialogues, et il n’est pas si certain que ce soit sur une ancienne édition que le texte a été lu : la lecture de la farce est pardonnable à condition d’être une sorte de lecture de jeunesse, il n’est pas question d’avouer y tirer un plaisir actuel, mûr et formé par les bonnes lectures.

14Pour Estienne, comme en fin de compte pour Rabelais, la farce est ainsi réduite à une sorte de récit étiologique de locutions imagées qui ne peuvent provenir que d’une mise en scène particulière ; voilà ce qu’il semble que les érudits et les intellectuels du xvie siècle semblent en retirer, avec une mention spéciale pour le Pathelin, en ce que la langue y est déjà comprise comme un des éléments essentiels du récit. C’est en tout cas à des fins archéologiques, dans le cadre d’enquêtes plus nobles et soutenues, que l’on peut s’autoriser à lire ces textes. C’est à ce titre qu’Etienne Pasquier pourrait y faire référence, puisque ce n’est pas dans les abondantes pages du livre VII qu’il s’attache à Pathelin, mais dans son livre VIII, qui traite pour l’essentiel de locutions dont il retrace l’origine et les nuances de sens. L’intérêt de Pasquier s’affiche donc comme simplement lexical. Cependant il avouera son plaisir :

  • 8 Livre VIII, ch. LIX, p. 748 (Champion, p. 1691).

Ne vous souvient-il point de la response que fit Virgile à ceux qui luy improperoient l’estude qu’il employoit en la lecture d’Ennius, quand il leur dit, que en ce faisant, il avoit apris de tirer l’or d’un fumier ? Le semblable m’est advenu n’agueres aux champs, ou estant destitué de la compagnie, je trouvay sans y penser, la Farce de Maistre Pierre Pathelin, que je leu et releu avec tel contentement que j’oppose maintenant cet eschantillon à toutes les Comedies Grecques, Latines et Italiennes8.

15Plusieurs choses sont à relever dans ce texte, publié en 1596, et réimprimé continûment tout au long du xviie siècle : il contribue tout d’abord à informer de façon stable le regard que l’âge classique portera sur la farce. Par ailleurs, il commence par affirmer et entériner le mépris général dans lequel les classes cultivées tiennent la farce. Lire la farce est aussi infamant que lire Ennius, et peut ressembler à une perte de temps ; à vrai dire, c’est bien parce que l’on n’a rien de mieux à faire, que l’on est destitué de la compagnie, qu’il est licite de lire ces choses. Par ailleurs, à employer une telle expression – Tirer de l’or du fumier – qui est elle aussi passée en locution, Pasquier s’attribue le beau rôle virgilien et participe au mépris général à l’égard de la farce. L’expression semble recevable dans un premier temps, puisque le lexicographe pourra glaner quelques formules originales dans l’œuvre. Mais elle sera démentie par les lignes suivantes, qui font de cette farce l’égal ou le supérieur de toutes les comédies. Pasquier lit, relit, souligne son contentement, de façon presque militante. Son résumé quoique long et détaillé, est admirable de vivacité : quelques citations soulignent des formules un peu vieillies mais très efficaces, les passages incessants du présent au passé, les commentaires sur la dimension scénique du texte, sur l’inventivité des personnages :

  • 9 Ibid., (Champion, p. 1692-1693).

Ils ne verront soleil ny Lune
Les escus qu’il me baillera
Disoit ce pauvre idiot : en quoy aussi il dit verité. En cette opinion il arrive gay et gaillard en la maison de Patelin ; où pensant estre accueilly d’une mesme chere, il y trouve une pauvre femme infiniment esplorée de la longue maladie de son mary ; Plus il hausse sa voix, plus elle le prie de vouloir parler bas, pour ne rompre la teste au malade, et le supplie à jointes mains de le laisser en recoy.
Qui me payast (replique l’autre) je m’en allasse. Ce temps pendant Patelin vient aux entremets, qui dit mille motz de resverie. Je vous prie d’imaginer combien est plaisant ce contraste. Car pour vous dire la verité il m’est du tout impossible de le vous representer au naïf9.

16Nous avons tout ici du plaisir du lecteur de pièces de théâtre ; c’est une sorte de représentation que l’on se fait à soi-même, où les jeux de scène, les effets de voix sont relevés avec délice, et où la formule qui fait mouche est relevée et appréciée sans être écrasée de commentaires. L’évocation du jeu de surenchère qui permet de redoubler la scène de Pathelin malade par le délire « en langues » rendu vraisemblable par les explications de Guillemette, tout montre en somme un lecteur conquis par le texte et le théâtre, et qui est prêt à le défendre. Après avoir raconté avec délices la farce, Pasquier conclut son résumé :

  • 10 p. 749 (Champion, p. 1694).

Voila en somme tout le sujet de ceste farce. Mais en bonne foy dites moy, ay-je esté de plus grand loisir la lisant, ou bien en la vous discourant ? Il n’y a remede, encore me veux-je estancher10.

17Ce qui suscite l’enthousiasme de Pasquier, c’est l’entregent admirable des divers passages. Ce mot est assez inusité dans ce contexte, et seul Huguet le glose en « art de composer ». Le seul problème est que les seules attestations qu’il en propose viennent de Pasquier. Il me semble que l’on doit rapprocher le mot des emplois plus fréquents, où savoir son entregent revient à savoir les bonnes manières et la façon de s’adresser à tel ou tel, et à adapter les propos. C’est bien ainsi en tous cas que Pasquier glose les vers de Thibault l’Agnelet :

  • 11 p. 750 (Champion, p. 1695).

Repassez par toutes ces Comedies, tant anciennes que modernes, il n’y en a une toute seule où se trouve une harangue plus brusque et nayfve que celle-ci11.

18C’est bien le naturel qui séduit ici Pasquier, ce qui l’amène à souligner justement la finesse d’observation de l’auteur :

  • 12 Ibid.

Vous remarquerez en passant que le Berger en son lourdois remarque la verge du Sergent, un fouet sans corde12.

19C’est plus encore le discours de Guillaume qui va le réjouir, à preuve la longue citation qu’il en fait (la quasi-intégralité de la réplique), avant de conclure :

  • 13 Ibid.

Y eust-il jamais un plus bel entrelas de matiere en un esprit foible, combatu de deux diverses passions ? Ne pensez pas que par une opinion particuliere, je sois seul auquel ait pleu ce petit ouvrage. Car au contraire nos ancestres trouverent ce Maistre Pierre Patelin avoir si bien representé le personnage pour lequel il estoit introduit, qu’ils mirent en usage ce mot de Patelin, pour signifier celuy qui par beaux semblans enjauloit, et de luy firent uns Pateliner et Patelinage pour mesme sujet13.

20Après le plaisir de raconter et de citer, Pasquier va légitimer son intérêt pour la pièce par son enquête lexicographique, puisqu’il va y retrouver, en plus des mots dérivés de Pathelin, l’origine d’un certain nombre de locutions, revenir à ses moutons, dont il semble qu’elle soit antérieure à la farce, mais aussi Qui me payast, je m’en alasse, avoir drap et argent ensemble, « tous proverbes que nous avons puisez de la fontaine de Pathelin » ; il ajoute même, de façon un peu aventurée – et il en est conscient – repaistre un homme de bayes, qu’il rapproche des bee…

  • 14 Pantagruel, chap. XX.
  • 15 Notons tout de même que cette mention n’apparaît qu’après diverses appellations, baragouin ou lang (...)

21Sa passion pour la pièce est renforcée par l’intérêt qu’y a trouvé nostre gentil Rabelais – un tel appellatif montre assez l’estime dans laquelle il est tenu. L’épisode au cours duquel Panurge parle en diverses langues, au début du Pantagruel, est explicitement rapproché de Pathelin par Pasquier, qui n’avait qu’à lire l’exclamation d’Epistemon, évoquant le langage patelinois14 de Panurge : Rabelais explicite ses sources15. Cette incise qui intervient à l’issue des remarques lexicales souligne la difficulté qu’a Pasquier à se déprendre de son plaisir de lecteur ; mais au-delà de ses remarques lexicales, l’historien trouve à glaner, et va épiloguer sur certains éléments qui contribueront ultérieurement à dater et localiser la farce : ainsi ses remarques sur les sergents à verge, munis de manteaux bigarrés, sur le change qui faisait que le sol parisis valait quinze deniers tournois. Une phrase est à retenir de cette démonstration :

  • 16 Ibid. (Champion, p. 1697).

C’est encore une autre ancienneté digne d’estre considerée, qui nous enseigne qu’en la ville de Paris, où ceste farce fut faite, et paraventure representee sur l’eschaffaut, quand on parloit du sol simplement, on l’entendoit Parisi16

22C’est la formulation des taux de changes qui amène Pasquier à cette certitude sur l’origine de la pièce ; mais sa remarque sur la pièce paraventure representée semble nous inviter à voir dans le Pathelin une pièce radicalement différente de celles que l’on peut voir effectivement sur les estrades des bateleurs. La farce a ici un statut, par son statut de texte imprimé, par en quelque sorte sa littérarité et son ancienneté mêmes, qui la distingue de celles que connaît le public populaire au moment où écrit Pasquier. On voit que la distance est totale entre les farces populaires qu’il est de bon ton de dénigrer et cette pièce digne d’être une comédie, trop longue et complexe pour être montée sur un échafaud autrement que paraventure, et que seule la tradition écrite nous conserve, munie d’une interpolation due à une représentation. Une dernière remarque tourne autour du caractère générique du nom de Guillaume comme cible de moquerie, dont Pasquier peut montrer l’ancienneté. Cette ultime indication, destinée à montrer le fruit que l’on peut tirer d’une telle lecture, clôt le chapitre :

Il est meshuy temps que je donne ici la retraite, à la charge que peut-estre seray-je estimé de grand loisir, d’avoir employé mon loisir au discours du present chapitre. Il n’est point mal seant à tout homme qui fait profession des lettres, de faire son profit de tous les livres qu’il lit.

  • 17 Maistre Pierre Pathelin, de nouveau reveu et mis en son naturel. Avec le blason et loyer des fauces (...)
  • 18 La Comédie des tromperies, finesses et subtilitez de Maistre Pierre Patelin, avocat à Paris, pièce (...)

23La conclusion reste en demi teinte : le chef d’œuvre de la comédie, celui que prônait Pasquier au dessus de tous, reste une lecture de divertissement qui ne prend sa légitimité qu’à l’aune du savoir que l’on peut en retirer. Néanmoins, l’audience de Pasquier est telle que cette simple mention a permis d’une certaine façon à la farce de traverser le xviie siècle. Une édition au début du siècle17 peut avoir été suscitée par les propos de Pasquier, et une nouvelle, au milieu du siècle, peut être liée à une réédition18.

24Il n’empêche, rares sont les auteurs médiévaux à être réédités à l’âge classique, et si Chartier en a le privilège, c’est plus pour la part historiographique qu’on lui attribue que pour ses œuvres poétiques. Le Roman de la Rose, par exemple n’est pas imprimé entre 1530 et 1730. La présence du Pathelin sur les étals des libraires même minime, est un bel indice de reconnaissance.

25En 1621, patelin est attesté dans le dictionnaire de Nicot dans une acception inusitée :

Vn Patelin, Palpator. Comment il pateline cette femme ? Quàm blandè mulieri palpatur ?

26Il ne reste de Pathelin, semble-t-il, qu’une mémoire lexicale qui ne correspond pas même à notre connaissance du texte ; l’influence de Pasquier sera sensible jusqu’à la fin du siècle, puisqu’il est textuellement cité par Ménage, et que Furetière indique :

PATELIN. s. m. Homme adroit & fourbe qui trompe les gens en leur faisant accroire qu’il leur procure quelque avantage. Ce mot vient d’un nommé Patelin Advocat, sur lequel on fit une Farce qu’on appelle la Farce de Patelin, qui est fort estimée par Pasquier, & d’où il fait venir plusieurs proverbes, comme, Revenir à ses moutons, Donner des bayes, &c

27En somme, même si elle ne revenait pas à réhabiliter une œuvre qui relevait d’un genre mineur, l’apologie de Pasquier a maintenu la notoriété d’une pièce populaire et familière. Les choses pourraient en rester là, jusqu’à la résurrection de la pièce par Holbrook, si à l’aube du xviiie siècle, un auteur un peu secondaire, David Augustin de Brueys, ne s’était mêlé de la renouveler et de composer une courte pièce, L’Avocat Pathelin :

  • 19 Œuvres choisies de Brueys et Pelaprat, tome second, Paris, stéréotypie Didot, 1811, p. 8. Cette édi (...)

Cette comédie avoit été faite en l’année 1700 pour être représentée devant le roi, par les principaux seigneurs de la cour, dans l’appartement de madame de Maintenon ; mais la guerre qui survint à l’occasion de la mort du roi d’Espagne en empêcha l’exécution, et six ans après elle fut jouée sur le Théâtre français, sans prologue et sans intermedes, par les soins de M. Palaprat, comme les autres pieces de théâtre que j’avois composées en différents temps19.

  • 20 Cf. Leris, Dictionnaire portatif [...] des théâtres, Paris, C. A. Jombert, 1763, p. 523-24 : « Bru (...)

28On sait peu de choses sur Brueys20, mais sa pièce a eu un indiscutable succès, qui a permis là encore la survie de la pièce, au prix de quelques étrangetés. On comprendra mieux de quoi il s’agit en lisant le compte rendu qu’en fait Leris en 1763 :

  • 21 Dictionnaire portatif, historique et littéraire des théâtres…, par M. De Leris, Paris, Chez C. A. J (...)

L’AVOCAT PATELIN, Com. en 3 Ac. en pro. par l’Abbé Brueys, représentée au Théatre Fran. le 4 juin 1706. Pasquier, en ses Recherches, dit avoir lu & relu avec grand contentement l’ancienne Farce intitulée les Tromperies, finesses & subtilités de Maître Pierre Pathelin, Avocat à Paris, qu’il oppose a toutes les Comédies Grecques & Latines, quoique cela ne paroisse pas fondé par l’extrait qu’il en fait. Les personnages de cette ancienne Farce imprimée, étoient Pathelin, Guillemette sa femme qui le seconde dans ses tromperies ; un Guillaume, Marchand Drapier, qui est dupé par Pathelin, de six aulnes de drap valant neuf francs, qui composoient alors six écus de trente sols piece : on y introduisoit aussi un Berger. Cette Farce, qui fut jouée à Paris sur l’échaffaud en 1470, étoit de François Corbueil, dit Villon, & a fourni toute la conduite & les personnages de la Comédie moderne de PATELIN, qui ne réussit pas d’abord, mais qui se redonna ensuite avec beaucoup de succès, & qu’on verra toujours avec plaisir. Voyez la préface qui est imprimée à la tête de cette piece dans le troisieme volume des Œuvres de Brueys21.

  • 22 Pierre-François Godard de Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, depuis l’année onze c (...)

29Le paradoxe est que cette pièce, sur laquelle on va revenir, est ici attribuée à Villon, alors que Brueys semble s’être appuyé sur une édition qui ne marque pas de nom d’auteur. C’est à partir de l’édition de Coustelier que l’on va voir apparaître l’attribution à un Blanchet sur lequel on ignore presque tout. C’est ce même Blanchet qui est présenté comme l’auteur du Pathelin dans les Recherches sur les théâtres de France… de Beauchamps, en 173522, à partir d’une épitaphe composée par Jean Bouchet qui le traite de poëte satiricque. Beauchamps conclut avec une assurance déconcertante :

Ce Pierre Blanchet pourroit bien être l’auteur de la farce de Patelin.
Les fourberies de cet homme nommé Patelin, étoient si publiques de son tems, qu’on ne fit aucune difficulté de le laisser jouer sur le théatre sans aucun déguisement. Cette farce fut presque la seule qui eut du succès à l’hôtel de Bourgogne pendant près de vingt ans. Pasquier dit que [...] On la jouait sous divers titres, Patelin, & le drapier. Patelin, le prestre, & le pelletier, j’ai cette derniere manuscrite avec des notes.
Je ne connois que les editions suivantes.
Pathelin le grand & le petit. Paris, 1490
Maître Pierre Pathelin, avec le nouveau Pathelin, à trois personnages, in-16°, Paris. Bonfons. goth.
Maître Pierre Pathelin restitué en son naturel, in-16, 1532, Paris, Galiot Dupré. Maître Pierre Pathelin, in-8°. Lyon, 1538, Arnoullet.
La comédie des tromperies, finesses et subtilités de Maître Pierre Pathelin avocat à Paris, pièce comique, avec un avant-propos, in 12, 1656, Rouen, Jacques Gaulché.
L’avocat Pathelin, C. en I acte en vers, imitée de l’ancienne farce de Pathelin, par l’abbé de Brueys, in 12, 1715. Paris et Rouen.
La farce de Maître Pierre Pathelin avec son testament, à quatre personnages, nouvelle édition, in-8°, 1723, Paris, Charles-Urbain Coustellier, en papier & en velin.

  • 23 Il n’est cependant pas très différent de ce qu’indique Maupoint dans sa Bibliothèque des théâtres, (...)

30L’œuvre de Beauchamps semble ne pas avoir été rééditée, ce qui semble compréhensible d’après cet échantillon, et il n’a pu revenir sur un certain nombre d’affirmations étranges23. Passons sur l’attribution. L’affirmation suivante d’un succès durable à l’hôtel de Bourgogne est gratuite, et le site César, spécialisé dans les pièces du théâtre français sous l’ancien régime, ne donne aucune attestation de représentations de Pathelin à l’hôtel de Bourgogne. Les divers titres sous lesquels Beauchamps pense reconnaître la pièce sont étranges pour le moins en ce qu’ils superposent les diverses farces où intervient le personnage, sans imaginer que le héros puisse avoir suscité un cycle. Les attestations d’édition sont peu fiables, puisque Cailloüé éditeur à Rouen est transcrit Gaulché…

31En bonne méthode, on pourrait être surpris de voir que L’Avocat Pathelin est présenté comme une continuité du texte de la farce ; d’autant qu’il s’agit d’une pièce en trois actes et en prose, et qu’elle a été éditée certes en 1715, mais sans lieu d’édition. En fait, Beauchamps anticipe quelque peu, puisque nous avons l’attestation d’une mise en vers par Toussaint-Gaspard Taconet en 1763, postérieure donc à la publication même de ces Recherches ; mais en trois actes. Ce qui doit retenir, c’est la conscience d’une réelle popularité de l’œuvre, redécouverte dans deux versions distinctes au moins, Coustelier et Brueys, et qui apparaît tout à coup comme une sorte d’exemple d’un théâtre médiéval que l’on s’efforce d’apprivoiser. Coustelier s’efforce de publier toute une série de textes médiévaux et il n’est pas le seul, ce qui prouve la présence d’un public à la fois curieux et lettrés, un peu à l’écart des philosophes et du savoir officiel, et qui cherche à lire des choses plaisantes. C’est le moment où s’affirme le goût pour les romans, où l’on redécouvre Marot, Cretin, Martial d’Auvergne (publiés par Coustelier), où les fabliaux reviennent à la mode…

  • 24 Den Advocaet Patelin, kluchtspel, getrocken mit den franschen theater ende in rym gestelt door Joan (...)
  • 25 André-Charles Cailleau, A trompeur, trompeur-et-demi, ou Guillaume et Pathelin, comédie en 3 actes (...)
  • 26 Bnf, 8-RF-844.

32La critique textuelle n’est pas encore très rigoureuse, certes. Mais quelle que soit la pièce et son statut, le public suit : il semble que la comédie de Brueys, sur laquelle je vais bientôt revenir, a été souvent représentée, et a connu un succès qui ne s’est pas démenti et qu’attestent les diverses éditions. La pièce connaît le bonheur d’une traduction en néerlandais dès 175424 : voilà qui place le modèle à l’égal de l’original qui avait eu sa traduction latine avec le Veterator ; adaptée en vers par Taconnet en 1763, adaptée de nouveau en 3 actes et agrémentée de vaudevilles en 1792 par Cailleau25, mise en musique par Chartrain et représentée entre janvier et avril 1794 au théâtre de la Montagne à Paris, représentée le 27 floréal an 926, la comédie traverse aisément la Révolution, et sera traduite et jouée en provençal comme l’atteste Mistral dans ses mémoires, qui semble l’avoir vu dans les années 1835-1840.

33Quelles sont les caractéristiques de la version xviiie siècle de Pathelin ? Brueys a tenté d’aménager la pièce en fonction de ce que l’on attend alors d’une comédie : une histoire d’amour entre la fille de Pathelin et le fils de Guillaume Josseaume, qui s’appelle de façon attendue Valère – Henriette Pathelin est plus originale. Passion doublée de celle des valets, Colette servante des Pathelin, et Agnelet berger de Guillaume. L’action se passe non pas à Paris, mais « dans un village près de Paris », comme en écho aux deniers Parisis qu’avait évoqués Pasquier, et pour maintenir la vraisemblance d’un berger.

34L’intrigue est globalement la même, sauf que la nécessité d’un habit neuf vient du désir qu’a Pathelin d’être assez bien vêtu pour devenir un beau-père passable. C’est cela qui lance l’action, et l’idée lancée par Pathelin qu’il vient auprès de Guillaume pour honorer une dette de son père, et lui donner 300 écus. Le vol du drap se fait de la même manière, et certaines répliques où Pathelin enjôle Guillaume sont quasiment des calques du texte médiéval.

  • 27 Op. cit., p. 24.

M. PATELIN
Nous raisonnâmes à la fin du repas sur les affaires du temps ; que je vous ouis dire de belles choses !
M. GUILLAUME
Vous vous en souvenez ?
M. PATELIN
Si je m’en souviens ? Vous prédites dès-lors tout ce que nous avons vu depuis dans Nostradamus27.

35La scène de la maladie du Pathelin se réduit à une seule séquence, distincte du texte original, mais assez bien venue : le délire tourne autour d’une plainte portée par Homère contre la nymphe Calypso, délire d’humaniste ou de clerc classique ; mais il s’élargit bien vite.

  • 28 p. 37. L’inhabituelle ponctuation est dans le texte. L’évocation du lard rappelle bien sûr Clément (...)

Les prêtres de Jupiter… ! Les corybantes ! Il l’a pris ; il l’emporte : au chat, au chat !
Adieu mon lard28.

36Et un peu plus loin

  • 29 p. 38. La pyrrhique comme marque de la folie et du délire trouvera un écho dans les Voyages et ave (...)

La cour remarquera, s’il lui plait, que la pyrrhique étoit une certaine danse, ta ral, la, la, la ; dansons tous, dansons tous. Ma commere, quand je danse29.

37En revanche, pas de délire polyglotte. À en croire les vers de Boileau, qui dénonce une situation semblable dans la scène du sac des Fourberies, ce genre de prouesse d’acteur et d’auteur est déprécié. La scène du tribunal fonctionne pour elle très bien, dans la mesure où le délire de Pathelin s’intègre aisément dans le bredouillis du drapier :

  • 30 p. 51.

Je le sais fort bien, monsieur ; il m’a volé six vingts moutons ; et ce matin, au lieu de me payer trente écus pour six aunes de drap couleur de marron, il m’a payé de papillons noirs ; la nymphe Calypot, tar ral la ; ma commere, quand je danse. Que diable sais-je encore ce qu’il est allé chercher30 ?

38L’implacable chute de la farce est affadie par le nécessaire mariage des amoureux. Pathelin ravale sa colère et admire même l’habileté du berger : il ne s’agit plus d’un badin, mais d’un Scapin, et la fausse nouvelle de la mort de l’Agnelet, frappé par Guillaume quand il l’a surpris à tuer ses moutons, va adoucir le drapier, qui consentira au mariage de son fils avec Henriette, filleule du juge. Nous trouvons ici toutes les faiblesses d’un dénouement conventionnel. Néanmoins, avec cette pièce se met en place une sorte d’évidence : Pathelin est un type, comme l’écrit Marmontel :

  • 31 Marmontel, Poetique françoise, Paris, Lesclapart, 1763, p. 374.

D’ailleurs, si le comique porte sur des caractères généraux et sur quelque vice radical de l’humanité, il ne sera que trop ressemblant dans tous les pays et dans tous les siècles. L’avocat Patelin semble peint de nos jours. L’avare de Plaute a ses originaux à Paris. Le misanthrope de Molière eût trouvé les siens à Rome31.

39Ainsi, cette universalité du modèle, toute relative si on y songe, mais qu’appuie toute la confiance de la critique de l’âge classique, permet au fourbe une vie multiple et unique : il est certes un modèle médiéval, mais ne perd rien à être transporté dans une comédie classique ; on a dit un Pathelin avant même d’avoir dit un Tartuffe, et c’est l’habileté de Brueys d’avoir su le renouveler. Toute la notoriété du Pathelin au cours du xviiie et du début du xixe siècle repose sur sa version, que la plupart des critiques considèrent comme équivalente. Il n’est que de lire les quelques lignes des frères Parfaict :

Nous allons donner un extrait de cet ouvrage, quoiqu’extrêmement connu, tant par son mérite que par la pièce de Brueys, que l’on joue très-souvent, qui porte le titre de l’Avocat Pathelin.

40Ce ne sont que quelques érudits qui, tout au long de cette période, se soucieront du texte original ; néanmoins, après l’édition Coustelier de 1723, qui a eu une certaine diffusion et qui semble porter le superlatif extrêmement des frères Parfaict, il faudra attendre le milieu du xixe siècle pour voir ressurgir le texte original de la farce : en 1853, Louis-Napoléon Geoffroy-Château en propose une première édition, suivi en 1854 par François Génin, et par Paul Lacroix, le Bibliophile Jacob, en 1859. Dans les attributions fantaisistes, on pourra noter celle qu’implicitement fait Théodore de Banville dans son Gringoire :

  • 32 Banville, Gringoire, Paris, éditions Calmann Lévy, 1881, p. 23.

Gringoire nous dira une de ses farces… bien salées ! Celle de Pathelin, par exemple… bée… bée… bée… bée32 !

41Nous quittons alors les aïeux du théâtre médiéval pour entrer dans une phase presque historique : bientôt vont surgir Émile Picot et G. Holbrook, qui vont établir les textes et donner à la farce l’assise et la notoriété que l’on connaît : combien de nos farces ont le privilège de tant d’éditions en format de poche, d’adaptations plus ou moins réussies à l’usage des troupes d’amateurs et des théâtres de collège ?

42Tout semble remonter peut-être à Rabelais, qui cite, implicitement et explicitement, le personnage de Pathelin ; à Henri Estienne, qui donne à cette œuvre le statut de comédie et d’une certaine façon en autorise la lecture dans les milieux humanistes. À Pasquier ensuite, qui va en garantir l’intérêt théâtral, lexical et historique, dans une œuvre qui aura un grand succès. C’est cette notoriété qui permet les éditions de l’œuvre en un temps où quasiment rien ne subsiste du Moyen Âge, et où son théâtre est régulièrement méprisé et ridiculisé ; cette notoriété qui permet à Brueys de reprendre une intrigue efficace et de lui donner une nouvelle vie, qui anticipe le retour des études médiévales qu’avaient délaissées les chercheurs et qui permettra à cette farce, si atypique, d’incarner le genre même.

43C’est ce caractère inhabituel qui de même, au moment où la farce comme genre court ne peut plus satisfaire un public, va séduire les metteurs en scène : le volume du Pathelin, excessif et problématique pour les modes de diffusion des farces médiévales, va s’adapter idéalement à la scène moderne.

  • 33 IFN-1500326.

44Je ne compterai pas les adaptations de la farce de Maistre Pathelin au cours du xxe siècle. Mais il est révélateur peut-être de voir que son double, l’Avocat Pathelin, a continué à être joué, au moins jusqu’en 1920 Le studio Harcourt a conservé les clichés d’une représentation de 194633, et nous avons de même une illustration du milieu du xixe siècle représentant Jean-François-Philibert Berthelier dans ce rôle.

45Ainsi, paradoxalement, pour ce texte comme pour d’autres, on pourra constater qu’il n’existe pas à proprement parler de redécouverte du Moyen Âge, mais bien de la reproduction, malgré les progrès de la critique, d’une série de valeurs qui, du xvie au xixe siècle, ont perduré. Les auteurs que nous lisons sont bien souvent ceux que nos aïeux aimaient ; nous restons tributaires du Moyen Âge qu’ils ont modelé et qu’ils nous ont légué : pour le théâtre comme pour le reste, c’est une littérature qui a passé par le filtre de bien des générations qui nous est proposée, et que nous transmettrons.

Notes

1 G. Frank, « Pathelin », Modern Language Notes, t. 56, 1941, p. 42-47 ; p. 43.

2 Ibid. « faire du beau beau » est glosé par Oudin en « flatter en apparence ».

3 Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguizé, principalement entre les courtisans de ce temps par H. Estienne (Reprod. de l’éd. d’Anvers, Guillaume Niergue, 1583, p. 133).

4 p. 136.

5 T. Corneille, Dictionnaire des arts et des sciences, (1694) ad. verb.

6 Op. cit., p. 136-37.

7 Paris, Vve de Jean Bonfons [c. 1568-1572], BnF rés/P- YE- 2086.

8 Livre VIII, ch. LIX, p. 748 (Champion, p. 1691).

9 Ibid., (Champion, p. 1692-1693).

10 p. 749 (Champion, p. 1694).

11 p. 750 (Champion, p. 1695).

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Pantagruel, chap. XX.

15 Notons tout de même que cette mention n’apparaît qu’après diverses appellations, baragouin ou langage des antipodes.

16 Ibid. (Champion, p. 1697).

17 Maistre Pierre Pathelin, de nouveau reveu et mis en son naturel. Avec le blason et loyer des fauces et folles amours, A Paris, par Pierre Ménier, 1614, BnF res./YE- 1293. Pour le détail des éditions anciennes de Pathelin, on pourra se référer à la préface très complète de l’édition Tissier dans son Recueil de farces, t. 7, Droz, « T. L. F. », 1993.

18 La Comédie des tromperies, finesses et subtilitez de Maistre Pierre Patelin, avocat à Paris, pièce comique, Rouen, Jacques Cailloüé, 1656.

19 Œuvres choisies de Brueys et Pelaprat, tome second, Paris, stéréotypie Didot, 1811, p. 8. Cette édition est disponible sous format électronique sur le site Gallica.

20 Cf. Leris, Dictionnaire portatif [...] des théâtres, Paris, C. A. Jombert, 1763, p. 523-24 : « Brueys (David-Augustin de), né à Aix en Provence en 1640, d’une ancienne famille annoblie par Louis XI. Il étoit de la Religion Réformée, & fut converti par le célebre Bossuet. Après avoir été Avocat, il embrassa l’État Ecclésiastique. Il étoit pensionnaire du Roi & du Clergé, & s’est distingué par plusieurs Ouvrages estimés des Savans, sur-tout son Histoire des Fanatiques. Il joignoit à ses études sérieuses, & même théologiques, la composition de plusieurs pieces de Théatre, qui parurent presque toutes sous le nom de Palaprat, son intime ami, à qui on les attribua réellement par la suite. L’Abbé de Brueys se récria contre cette injustice. Il convient à la vérité dans une de ses Lettres d’avoir été en société avec Palaprat pour quelques pièces de Théatre mais il affirme être seul Auteur des Trag. de Gabinie ; d’Asba ; de Lisimachus ; & des Comédies de l’Opiniâtre ; du Grondeur ; de la meilleure partie du Muet ; de l’Important ; des Empyriques ; de l’Avocat Patelin ; de la Force du Sang ; des Qui-proquo, & des Embarras du derriere du Théatre. On peut voir à ce sujet les Remarques historiques qui se trouvent à la tête de toutes ces pieces, dans le Recueil que Briasson en a fait en 1735, en 3 vols. in-12. L’Abbé de Brueys mourut à Montpellier le 25 novembre 1723, âgé de quatre-vingt-trois ans ».

21 Dictionnaire portatif, historique et littéraire des théâtres…, par M. De Leris, Paris, Chez C. A. Jombert, 1763, p. 67-68. Le texte est disponible sur le site César, initié par Barry Russell et David Trott.

22 Pierre-François Godard de Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, depuis l’année onze cent soixante-un jusqu’à présent…, Paris, Prault père, 1735, p. 132-33.

23 Il n’est cependant pas très différent de ce qu’indique Maupoint dans sa Bibliothèque des théâtres, contenant le catalogue alphabétique des pièces… avec des anecdotes sur la plupart des pièces contenuës dans ce recueil, et sur la vie des auteurs, musiciens et acteurs, Paris, L.-F. Prault, 1733, in-8°, 372 p. : « La Farce n’étoit que d’un acte, et la plus courte etoit estimée la meilleure. Ces Farces étoient de petites faceties que les Enfans sans souci, les Charlatans puis les Comediens donnoient sur l’Echaffaut en place publique, et ensuite en l’hôtel de Bourgogne. Elles étoient remplies de pointes et de jeux grossiers. Les Anciens estimoient beaucoup la Farce de Pathelin, voyez l’Avocat Pathelin, les farces de Tabarin, de Turlupin… » (p. 126).

24 Den Advocaet Patelin, kluchtspel, getrocken mit den franschen theater ende in rym gestelt door Joannes Franciscus Cammaert, in naems-letterkeer Scat, Cascier, of musen-minnaar, Tot Brussel, by N. Jacobs. 1754.

25 André-Charles Cailleau, A trompeur, trompeur-et-demi, ou Guillaume et Pathelin, comédie en 3 actes remise en vers d’après « l’Avocat Pathelin » de Brueys, et l’ancienne « Farce de Pathelin », suivie d’un vaudeville, Paris, Cailleau, 1792, BnF 8-YTH-5.

26 Bnf, 8-RF-844.

27 Op. cit., p. 24.

28 p. 37. L’inhabituelle ponctuation est dans le texte. L’évocation du lard rappelle bien sûr Clément Marot « …pour autant qu’il avoit/Mangé le lard & la chair toute crue » (Epistre à son amy Lyon, v. 19-20).

29 p. 38. La pyrrhique comme marque de la folie et du délire trouvera un écho dans les Voyages et aventures du docteur Festus de R. Töpffer. Il n’est pas impossible que l’Avocat Pathelin en soit à l’origine, car c’est un des éléments qui semble avoir marqué les foules, si l’on en juge par les Lettres de Dupuys et Cotonet de Musset : « D’une façon ou d’une autre, d’un côté ou d’un autre, un jour ou l’autre, pour un motif ou pour un autre, nous recevrons une tuile sur la tête. Pyrrhus en mourut, dit l’histoire. Pyrrhus, monsieur, roi des épirotes, était un bien autre gaillard que nous : il n’inventa point la pyrrhique dont parle l’avocat Patelin ; ce fut un certain fils d’Achille. » (Revue des deux mondes. Tome III, 1836, p. 750). Quant à l’évocation de « ma commère quand je danse », il s’agit du premier vers d’une chanson en vogue à l’époque : « Ma commère, quand je danse, mon cotillon va-t-il bien ? » chanson qui a donné naissance au cotillon, danse de salon née en France au xviiie siècle. C’était d’abord une figure de contredanse, sorte de branle à quatre ou à huit personnes, nous apprend l’Encyclopaedia Universalis (article « cotillon »).

30 p. 51.

31 Marmontel, Poetique françoise, Paris, Lesclapart, 1763, p. 374.

32 Banville, Gringoire, Paris, éditions Calmann Lévy, 1881, p. 23.

33 IFN-1500326.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540