Version classiqueVersion mobile

Bohème sans frontière

 | 
Pascal Brissette
, 
Anthony Glinoer

Deuxième partie. Configurations et reconfigurations de la bohème en France

Chapitre XII. La bohème au salon : les représentations du salon de Nina de Villard

Marie Boisvert

Texte intégral

  • 1 Sur Nina de Villard et son salon, voir l’édition récente de Mendès C., La Maison de la Vieille, pr (...)

1De toutes les sociabilités littéraires et artistiques, le salon est sans doute la plus saturée d’idées reçues. Qu’il s’agisse de l’hôtel de Rambouillet ou du salon de la princesse Mathilde, en passant par les salons de Mme Geoffrin, de Mme de Staël ou de Mme Récamier, chacun imagine un monde construit par du texte. La confusion fréquente entre la pratique de la sociabilité et sa représentation médiatique ou littéraire plonge le phénomène salonnier dans l’indécision. Pourtant, entre la représentation et la sociabilité, il y a un monde de médiation. Nous nous intéresserons ici à la problématique du salon de Nina de Villard1 dont les représentations textuelles sont tellement polarisées que le lecteur a peine à croire qu’elles concernent le même objet, et ce d’autant que la figuration du salon de Nina de Villard, à la différence des autres salons, mobilise en outre le phénomène de la bohème.

  • 2 La Dame aux éventails date de 1873-1874. Elle se trouve au musée d’Orsay à Paris.
  • 3 Lepelletier E., Paul Verlaine, Paris, Mercure de France, 1907, p. 177.

2Née à Paris en 1843 et profitant d’une rente confortable, Nina de Villard, née Anne-Marie Gaillard jouait du piano de façon brillante, écrivait des vers et s’intéressait aux arts sous toutes leurs formes. C’est en 1862 qu’elle ouvrit les portes de son salon pour ne les fermer que vingt ans plus tard. Parmi ses hôtes les plus célèbres, il faut noter Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, Guy de Maupassant, Charles Cros, Paul Cézanne et Édouard Manet qui l’a immortalisée en Dame aux éventails2. « Il n’y avait pas d’heure pour sonner chez Nina » écrit Edmond Lepelletier. « La porte était toujours ouverte et la nappe mise en permanence. Il y avait trois canapés, souvent occupés, après le départ du gros des habitués3. » De toute évidence, les jeunes poètes appréciaient l’atmosphère décontractée de ce salon et s’y rendaient volontiers. L’hommage de Verlaine est éloquent :

  • 4 Extrait d’un poème de Paul Verlaine écrit dans l’Album de Nina en 1869 et publié par la suite dans (...)

Sculpteur, musicien, poète
Sont ses hôtes. Dieux quel hiver
Nous passâmes ! Ce fut amer
Et doux. Un sabbat ! Une fête4 !

  • 5 Lepelletier E., op. cit., p. 179.

3On venait chez elle pour se retrouver entre amis, se détendre et même poursuivre ses conversations de café tard dans la nuit. on improvisait des charades, on faisait des imitations comiques à la mode si bien que « par l’ironie, la fantaisie, la blague et la rosserie des poèmes, chansons, saynètes qu’on y fabriquait », on y a vu l’ancêtre du Chat Noir5.

  • 6 Moore G., Mémoires de ma vie morte, Paris, Grasset, 1922, p. 94.
  • 7 Murger H., Scènes de la vie de bohème (Nouvelle édition entièrement revue et corrigée par Henry Mu (...)
  • 8 Pour une typologie du salon, voir Lilti A., Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris (...)

4Nina de Villard avait une politique d’admission assez singulière et, à en croire George Moore, « aucun ami n’en pouvait amener un autre à moins que ce ne fût un raté ; en d’autres termes, à moins qu’il n’eût écrit de la musique ou des vers, qu’il n’eût peint ou gravé, d’une manière assez excentrique, pour ne pas répondre au goût ordinaire du public. L’incapacité de satisfaire le goût général du public était la garantie qui vous faisait admettre chez elle6 ». Nina accueillait tous ceux qui remplissaient cette condition, c’est-à-dire ceux qui ont été les victimes de « l’encombrement des voies de l’art7 ». Par conséquent, il y avait parfois foule chez Nina. Il semblerait que poètes et artistes débutants et méconnus aient trouvé en Nina une hôtesse fort accueillante. Cependant, on peut difficilement s’imaginer ce groupe hétéroclite faisant cercle autour de la maîtresse de maison et participant à une conversation réglée telle qu’on la pratiquait dans les salons mondains8. Le salon a certainement dû prendre des allures assez relâchées et, sur une période de 20 ans, se serait en quelque sorte bohémisé.

5Nous tâcherons ici d’examiner la question des représentations du phénomène de la bohème chez Nina de Villard et de montrer comment deux écrivains, Villiers de l’Isle-Adam et Catulle Mendès, en ont représenté la singularité et affirmé ou non l’appartenance à la lignée des salons.

Du salon bohème à l’anti-salon

  • 9 « Une soirée chez Nina de Villard » a d’abord été publié dans le Gil Blas du 24 août 1888 puis dan (...)

6Parmi les poètes, romanciers et journalistes ayant écrit sur le salon de Nina de Villard, Villiers de l’Isle-Adam est certainement celui qui a le mieux rempli le rôle de mémorialiste officiel du groupe en recréant, pour le lecteur, le charme d’une soirée entre soi. Ses quelques pages intitulées « Une soirée chez Nina de Villard9 » évoquent avec beaucoup de nostalgie ce lieu de sociabilité, la richesse intellectuelle et littéraire qui s’y rencontrait et l’importance des liens qui unissaient les habitués. Villiers dévoile les qualités de cette sociabilité et, ce faisant, rend hommage à Nina de Villard en montrant au lecteur un lieu digne de provoquer la nostalgie d’une époque qui n’est plus, au même titre que d’autres grands salons du passé.

  • 10 Nina de Villard était décédée quatre ans plus tôt.
  • 11 Parmi ces habitués moins connus, notons la présence de Charles Cros, Augusta Holmès, Manoël de Gra (...)

7« Une soirée chez Nina de Villard » a d’abord paru dans le Gil Blas du 24 août 188810. Ce court texte est composé de trois instantanés qui permettent au lecteur de voir comment ce salon fonctionne et ce que l’on y fait. Parmi les personnages présents lors de cette soirée mémorable, certains semblent avoir acquis suffisamment de notoriété pour ne pas avoir besoin de présentation. Ainsi, la présence des poètes Jean Marras, Léon Dierx, Catulle Mendès, Stéphane Mallarmé et Jean Richepin est-elle signalée au fil d’une discussion tandis que Villiers présente au lecteur d’autres invités moins célèbres et confirme ainsi que les portes du salon de Nina de Villard étaient bien ouvertes à l’excentricité sous toutes ses formes11.

  • 12 Villiers de L’Isle-Adam A., Chez les passants : fantaisies, pamphlets et souvenirs, Paris, Comptoi (...)
  • 13 Ibid., p. 16.
  • 14 Lepelletier E., op. cit., p. 176.

8Le premier tableau révèle l’intimité d’un groupe de poètes habitués dans lequel s’était infiltré un individu qualifié par Villiers « d’amateur mondain ». Cette scène expose les liens serrés unissant le noyau d’habitués et la difficulté, pour un mondain, de pénétrer cet univers hermétique. La conversation, activité essentielle de tout salon, y est présentée comme une arme destinée à faire fuir tout indésirable. Connaissant bien les usages du monde et sachant qu’il s’adresse à des poètes, le mondain tente de discuter d’esthétique mais ne récolte que des répliques abracadabrantes dont celle-ci : « Le sens n’est qu’une plante parasite qui pousse, quand même, sur le trombone de la sonorité. » Troublé, il tente encore sa chance : « Enfin, rimez-vous pour l’œil ou pour l’oreille ? » Ce à quoi on lui répond : « Pour l’odorat, Monsieur12. » Villiers fait briller la complicité liant les poètes habitués qui s’amusent aux dépens de l’intrus, lequel se résigne à quitter les lieux, « voyant qu’il avait affaire à des gens insociables ». Pour sa part, Villiers conclut : « c’est ainsi que l’on évinçait poliment les curieux13 ». Edmond Lepelletier confirme le dédain de Nina pour tout ce qui était bourgeois : « On était admis chez elle facilement et difficilement à la fois. Il fallait être de la troupe, apprenti académicien ou élève tribun, peu importait votre qualité littéraire, artistique ou politique, mais il fallait en avoir une. Tout bourgeois était éconduit14. » Il apparaît que Villiers veut montrer un salon mais un salon ayant des critères d’admission stricts et spécifiques.

  • 15 Voir Causeries du Lundi, t. 2, « Mme Geoffrin ».

9Une fois débarrassé de l’intrus, chacun peut se laisser aller à la douceur de vivre et silence, rêverie, méditation, échanges en apartés sont présentés au lecteur comme étant des activités essentielles de ce salon. Villiers fait ressortir les qualités d’une communauté qui n’a besoin ni de conversation ni de divertissements réglés pour être à l’aise et où la maîtresse de maison demeure effacée assez longuement avant de rassembler le groupe et de prier Léon Dierx de bien vouloir réciter une poésie. Cette prise en charge correspond davantage au modèle de la parfaite maîtresse de maison, telle que peinte, par exemple, par Sainte-Beuve en « gérante » ou « directrice » d’un salon présenté comme une petite entreprise15. C’est d’ailleurs sous la forme traditionnelle du salon que Villiers présente son dernier tableau : groupe d’hommes et de femmes réunis pour le simple plaisir d’être ensemble et de se laisser transporter par la poésie de l’un des siens.

  • 16 Pour une définition du cénacle, nous renvoyons à Glinoer A. et Laisney V., « Le cénacle à l’épreuv (...)

10Les échos mondains ont certainement laissé de nombreuses traces des grandes fêtes où l’on venait chez Nina de Villard pour célébrer son anniversaire, célébrer une réussite artistique ou alors assister à la création d’une pièce de théâtre, mais ce témoignage venant du cœur même de la sociabilité est beaucoup plus rare et nous permet d’observer comment s’écoulaient quelques heures entre soi. Plutôt que de montrer le côté brillant et mondain, Villiers expose l’unité du groupe et son art de vivre qui sont l’essence même de ce salon. En quelques pages seulement, il construit l’image d’un salon réservé aux appelés et élus des arts et tient à l’écart ceux qui n’appartiennent pas à cet univers. Tout le travail d’écriture vise à insérer ce lieu de sociabilité dans la lignée du salon : complicité des habitués, rôle de la maîtresse de maison, liens, conversation, civilité sont au rendez-vous mais le tout est adapté aux besoins du poète et de l’artiste de l’époque. De fait, il présente un salon s’apparentant davantage au cénacle qu’à la sociabilité mondaine traditionnelle16.

La Maison de la vieille, anti-salon

  • 17 D’abord publié en feuilleton entre le 16 novembre et le 17 mars 1894 dans L’Écho de Paris, le roma (...)
  • 18 La maison représente le salon de Nina de Villard, et la vieille, sa mère.
  • 19 Notons par exemple que dans « La Vérité sur le salon de Nina de Villard, », feuilleton paru dans l (...)

11Roman publié en 1894 chez Charpentier et Fasquelle, La Maison de la Vieille17 appartient au genre du Roman contemporain qui était généralement à clés18. Entièrement consacré à Nina de Villard, ses soirées et ses habitués, ce roman présente des tableaux à la fois choquants et burlesques de ce monde artistico-littéraire disparu. L’abondance de détails étant perçue comme une preuve d’authenticité et de véracité, certains commentateurs sont venus à cette source puiser des informations pour nourrir leurs mémoires et souvenirs19 :

  • 20 Rouzet G., « Sources livresques de Sueur de sang », Cahiers Léon Bloy, janvier-avril 1936, cité da (...)

À ceux que les personnages du Salon de Nina intéresseraient particulièrement, nous recommandons la lecture de La Maison de la Vieille. C’est sûrement l’ouvrage le plus complet sur le sujet. Evidemment le roman est mal fichu et sale […]. Mais l’ouvrage n’en reste pas moins une mine de renseignements incomparable sur Nina et ses amis20.

  • 21 Sur la conversation, voir Fumaroli M., Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, 1994.

12La conversation étant le cœur du salon21, Mendès montre qu’il n’y a pas de conversation chez Nina de Villard mais uniquement des habitués qui « gueulent » ou qui « braillent » tous en même temps sans se donner la peine d’écouter ce que les autres disent : il offre des pages entières de phrases coupées, d’interjections, de jurons, provenant d’interlocuteurs non identifiés et il laisse au lecteur le loisir de démêler le tout. Comme les salons évoquent plats raffinés et grands crus, Mendès présente des scènes de table burlesques où les convives s’arrachent une maigre pitance servie dans des assiettes « écornées et fêlées » et boivent, dans des verres sans pied, de l’alcool acheté à l’hectolitre pour réaliser des économies. Au cas où le lecteur croirait que la nourriture spirituelle pourrait compenser, Mendès montre que La Maison de la Vieille est un monde du « chacun pour soi » où la satisfaction immédiate d’un besoin a priorité sur le savoir-vivre et l’esprit de communauté. Dans La Maison de la Vieille, on parle mal tous en même temps, on mange mal et jamais à sa faim, on boit mal et beaucoup trop et on est mal ensemble.

  • 22 Les textes suivants confirment tous sa présence : Maurceley B., op. cit., Moore G., op. cit. et Go (...)

13Dans Fiction du Monde, Guillaume Pinson montre bien que bon nombre de romans « mondains » de la fin du dix-neuvième siècle cherchaient, par la psychologie, à être aussi réalistes que possible. La divulgation des secrets les plus intimes et une analyse sociale faisaient partie de cette trame réaliste : c’est ce que Mendès fait dans La Maison de la Vieille. Il emploie le discours indirect libre pour dévoiler l’indicible, tout ce que chaque habitué voudrait cacher et pour montrer au lecteur un monde à fuir. Il montre une microsociété où chacun ne s’occupe que d’assouvir ses besoins et ce, sans égard pour son prochain. Si Villiers voulait mettre en relief le charme des soirées de Nina et en faire un lieu où il faisait bon vivre, Mendès fustige donc un monde qui s’écroule et fait la caricature d’un lieu de sociabilité où l’on est mal ensemble. Or, il n’y a aucun doute que Mendès ait fréquenté régulièrement ce salon : outre Villiers qui le situe dans le noyau des habitués, mémorialistes, journalistes et romanciers s’accordent pour lui donner une place importante chez Nina de Villard22. Comme nous le verrons, Mendès ne se limitait pas à se rendre chez Nina de Villard, il a également écrit quelques articles où il faisait une certaine réclame à la fois pour la maîtresse de maison, ses récitals, ses vers et pour ses soirées, il semble donc improbable que la sociabilité soit la véritable cible de La Maison de la Vieille. Il faut alors se demander ce qu’il voulait montrer. Avait-il des comptes à régler ? En l’absence d’un ouvrage de synthèse sur Mendès, nous ne pouvons que faire des hypothèses.

De Murger à Mendès, une éducation

  • 23 Murger H., op. cit., p. 1.
  • 24 Mendès C., op. cit., p. 140.
  • 25 Ibid., p. 447.
  • 26 Murger H., op. cit., p. 10.

14Si l’on voit dans La Maison de la Vieille une fictionnalisation de la bohème et de ses types, la caricature et la démesure du roman prennent un nouveau sens. Nous proposons que la clé de lecture essentielle de ce roman se trouve dans la préface des Scènes de la vie de bohème d’Henry Murger. L’intertextualité entre la préface des Scènes de la vie de bohème et le roman de Mendès est trop importante pour être l’effet du hasard. Murger disait dans sa préface : « Les bohèmes dont il est question dans ce livre ne se recrutent pas parmi les montreurs d’ours, les avaleurs de sabres23 », mais l’emménagement dans La Maison de la Vieille fait croire aux habitants du quartier « qu’un cirque forain, ou quelque ménagerie, venait s’installer, de nuit, aux lanternes24 ». Invités par la vieille elle-même, c’est-à-dire la mère de Nina, une tireuse de cartes, une diseuse de bonne aventure ainsi que « des médiums de cirque, des magnétiseurs de foire25 » viennent s’installer chez elle. Si nous observons les habitués du salon de Stella, en l’occurrence Nina, nous pouvons repérer les types de la bohème ignorée, tels que décrits par Murger. Nous retrouvons « la race de rêveurs pour qui l’art est demeuré une foi et non un métier » et la « classe d’inutiles […] dans laquelle la paresse, la débauche et le parasitisme forment le fond des mœurs26 ». Le plus caractéristique est Edgar Alfred, l’homme de confiance de la maison, un habitué de longue date dont la description fait un chapitre entier et qui correspond au type du bohème rêveur condamné à crever de faim. Comme tous les habitués de la maison, il ne travaille pas. Voici ce que Mendès en dit :

  • 27 Mendès C., op. cit., p. 125.

Il fut éditeur. C’est-à-dire qu’il n’avait ni commis, ni boutique, ni rien de ce qui ressemble à une maison d’édition. À vrai dire, vers sa vingtième année, il fit imprimer […] une biographie de Beurnonville. […] Mais par choix, pas un seul exemplaire ne fut mis en vente ! […] Incoupés, immaculés, les cinq cents volumes furent entassés, non sans désordre, dans une malle de bonne dont il perdit la clé […] mais qu’il regardait d’un œil attendri, sûr que sa fortune en sortirait un jour27.

  • 28 Murger H., op. cit., p. 7.
  • 29 Mendès C., op. cit., p. 126.
  • 30 Murger H., op. cit., p. 7.
  • 31 Mendès C., op. cit., p. 125.

15Sa description évoque clairement les bohèmes de Murger qui « par insouciance, par timidité, ou ignorance de la vie pratique, s’imaginent que tout est dit quand l’œuvre est terminée, et attendent que l’admiration publique et la fortune entrent chez eux par escalade et avec effraction28 ». Ce genre de bohème a tendance à attirer la sympathie, alors Mendès ne s’arrête pas là. Il l’affuble encore des défauts de l’autre classe de bohèmes, celle des inutiles lorsqu’il souligne qu’Edgar « ne rendit jamais aucun service, à cause de sa gaucherie vraiment miraculeuse et de son universelle incompétence29 ». Cet homme, présenté au départ comme l’homme de confiance de la vieille, n’est, en fin de compte, qu’un parasite. Pour couronner sa vie, il subit le triste sort des bohèmes qui meurent, comme le spécifie Murger, « décimés par cette maladie à qui la science n’ose pas donner son véritable nom, la misère30 ». Dans le cas d’Edgar Alfred, « on le trouva mort, un matin d’hiver, de froid ou de faim31 ».

16L’analogie ne s’arrête pas là. Murger défendait ses bohèmes en affirmant :

  • 32 Murger H., op. cit., p. 1.

Les bohèmes dont il est question dans ce livre n’ont aucun rapport avec les bohèmes dont les dramaturges du boulevard ont fait les synonymes de filous et d’assassins32.

  • 33 Petite-fille de Lucien Bonaparte née en 1833 et décédée en 1902. Auteure de romans et de pièces à (...)
  • 34 Paysagiste et portraitiste né en 1855 et mort le 14 mars 1919. Il fut le dernier amant connu de Ni (...)
  • 35 Né en 1851 et décédé en 1920, il fréquenta assidûment le salon de Nina de Villard. Il fut un fidèl (...)
  • 36 En plus d’accuser la princesse d’avoir eu des enfants illégitimes qu’elle aurait abandonnés et mal (...)
  • 37 Mendès Catulle, op. cit., p. 374.
  • 38 Ibid., p. 375.

17Mendès invente, quant à lui, des personnages qui vont représenter ces types et les fait évoluer à l’intérieur de cadres bien ancrés dans le réel. Il est d’ailleurs très habile à intégrer suffisamment d’éléments vérifiables pour donner au roman l’apparence d’une monographie sur ce lieu de sociabilité. Par exemple, la représentation d’une pièce de théâtre de Porphyre Larton, alias Jean Richepin, n’est qu’une toile de fond pour dévoiler les secrets de la princesse Carla-Lola, en l’occurrence, la princesse Rattazzi33, et mettre en scène une querelle dégénérant en homicide involontaire. Le motif de cette querelle entre Henry, alias Franc-Lamy34, et Myriem qui serait Germain Nouveau35, a des relents d’homosexualité et pousse Henry à enfermer l’autre dans la cabane à outils du jardin par une nuit glaciale d’hiver, provoquant ainsi sa mort. Comme en atteste La République des lettres du 16 juillet 1876, Nina avait effectivement présenté une pièce de Jean Richepin le 12 juillet précédent mais la soirée ne s’était pas terminée en drame puisque Germain Nouveau, victime supposée du crime, n’est décédé que quarante ans plus tard. En outre, de nombreux crimes attribués à la princesse Rattazzi n’étaient assurément pas siens36. De cette pièce de théâtre, le lecteur n’entend que de vagues applaudissements et apprend que le public était composé de « vingt envieux, trente imbéciles, douze ratés, quelques canailles, huit ou dix esprits clairvoyants et cent femelles37 ». Cette représentation permet de montrer l’abîme qui sépare cet écrivain qui produit du reste des habitués : il est isolé dans cette foule hétéroclite. Lui qui devrait se réjouir des applaudissements cherche surtout « une approbation dans les yeux, çà et là, de quelques nobles poètes, hôtes moins coutumiers de la Maison de la Vieille, venus ce soir-là à cause de l’œuvre d’un frère aimé38 ». Les poètes détenant le pouvoir d’attribuer une certaine valeur à l’œuvre de Porphyre Larton ne s’attarderont pas chez Stella d’Hellys et Mendès nous le souligne.

18Or, le 16 juillet 1876, Catulle Mendès journaliste avait donné un tout autre compte rendu de cet événement dans La République des lettres :

M. Jean Richepin, l’auteur du drame qu’on jouait là, n’a pas prétendu faire une œuvre ; il a voulu fournir à la maîtresse de maison l’occasion de faire applaudir la grâce et la justesse de la diction ; il a voulu surtout nous faire entendre de nobles vers, franchement passionnés […] Il y avait là des poètes et des princesses, ceux qui chantent et celles qu’on chante.

19Le passage des années aura décidé Mendès romancier à figurer cette soirée autrement que ne l’avait fait un Mendès plus jeune, journaliste séduit par les liens et les plaisirs de la sociabilité.

Conclusion

20L’écrivain appartenant au salon est sans doute le mieux informé pour en faire une représentation textuelle, et cependant, la nature publique de ces textes fait qu’il peut vouloir en modifier l’apparence. Le fait d’avoir fréquenté un lieu de sociabilité ne garantit en aucune façon la véracité du texte, ce qui est fort évident chez Mendès. Médiateur entre le lecteur et le lieu de sociabilité, l’écrivain construit une représentation dont il faut comprendre la nature et les limites. En plus des filtres usuels concernant la subjectivité de l’auteur et les problèmes de mémoire, il faut encore tenir compte, en l’occurrence, du rapport du médiateur à la bohème. Villiers a en quelque sorte aménagé le salon pour que la bohème y soit à l’aise. Il n’y a aucun doute qu’il veut associer le salon de Nina de Villard au monde des salons mais il montre que la bohème y a sa place. Les habitués ont, par leur statut particulier d’artiste, un droit naturel d’accès à ce salon fantaisiste tandis que les non-artistes doivent mériter ce privilège.

21La Maison de la vieille a été présenté au public comme une invitation à pénétrer chez Nina de Villard, à partager l’intimité des habitués, mais c’était plutôt une invitation à vivre la vie de bohème dans toute sa misère. Le roman de Murger faisait partie de l’imaginaire des gens de lettres de l’époque et on peut supposer que Mendès s’est servi de Murger pour mettre cartes sur table et qu’il a écrit un roman d’éducation à l’usage des aspirants artistes et poètes. Autrefois hôte de Nina de Villard, il se plaît à démolir une façade et choisit de montrer un monde en ruines et ce, sans égard pour la vérité ni l’histoire. Son roman prend un ton plus juste s’il est interprété comme une mise en garde contre les dangers de la bohème. Si, rétrospectivement, de jeunes poètes allaient s’imaginer nostalgiquement que la maison de Nina de Villard avait abrité un monde enchanté où régnait une franche camaraderie, Mendès a pris soin de détruire toute illusion et décourage ainsi de futures randonnées sur les sentiers tourmentés de la bohème.

Bibliographie

Alexis P., Madame Meuriot, Paris, Charpentier, 1890.

Alis H., Hara-Kiri, Paris, Ollendorff, 1882.

Baude de Maurceley C., « La Vérité sur le salon de Nina de Villard », Le Figaro, 2 et 9 avril 1929.

Forestier L., Charles Cros. L’homme et l’œuvre, Paris, Minard, coll. « Lettres modernes », 1969.

Fumaroli M., Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, 1994.

Glinoer A. et Laisney v., « Le cénacle à l’épreuve du roman » dans Tangence, n° 80, hiver 2006, p. 19-40.

Goudeau É., Dix ans de bohème, La Librairie illustrée, 1888.

Lepelletier E., Paul Verlaine. Sa vie, son œuvre, Paris, Mercure de France, 1907.

Lilti A., Le Monde des salons : Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Mendès C., La Maison de la Vieille, préface et notes par Lefrère J.-J., Pakenham M. et Wagneur J.-D., Champ Vallon, [1894], 1999.

Moore G., Mémoires de ma vie morte, Paris, Bernard Grasset, 1922.

Murger H., Scènes de la vie de bohème, Paris, M. Lévy frères, 1880 [1851].

Pinson G., Fiction du monde. De la Presse mondaine à Marcel Proust, Montréal, Les Presses de L’Université de Montréal, 2008.

Verlaine P., Correspondance générale de Verlaine, établie et annotée par Pakenham M., Paris, Fayard, 2005.

Villiers de l’Isle-adam A. de, Chez les passants : fantaisies, pamphlets et souvenirs, Paris, Comptoir d’édition, estampes, livres, musique, 1890.

Notes

1 Sur Nina de Villard et son salon, voir l’édition récente de Mendès C., La Maison de la Vieille, préface et notes par Lefrère J.-J., Pakenham M. et Wagneur J.-D., Champ Vallon, 1999.

2 La Dame aux éventails date de 1873-1874. Elle se trouve au musée d’Orsay à Paris.

3 Lepelletier E., Paul Verlaine, Paris, Mercure de France, 1907, p. 177.

4 Extrait d’un poème de Paul Verlaine écrit dans l’Album de Nina en 1869 et publié par la suite dans le recueil Vanier L., Jadis et Naguère, 1884.

5 Lepelletier E., op. cit., p. 179.

6 Moore G., Mémoires de ma vie morte, Paris, Grasset, 1922, p. 94.

7 Murger H., Scènes de la vie de bohème (Nouvelle édition entièrement revue et corrigée par Henry Murger), Paris, M. Lévy frères, 1880, p. 8.

8 Pour une typologie du salon, voir Lilti A., Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

9 « Une soirée chez Nina de Villard » a d’abord été publié dans le Gil Blas du 24 août 1888 puis dans le recueil Chez les passants : fantaisies, pamphlets et souvenirs, Paris, Comptoir d’édition, estampes, livres, musique, 1890, p. 13-24.

10 Nina de Villard était décédée quatre ans plus tôt.

11 Parmi ces habitués moins connus, notons la présence de Charles Cros, Augusta Holmès, Manoël de Grandfort, Henri Delaage et Franc-Lamy. Cros (1842-1888) fit son entrée au salon de Nina de Villard dès 1868. Devenu son amant, il ne cessa de fréquenter ses soirées qu’à la suite de leur rupture que Louis Forestier, spécialiste de la vie et de l’œuvre de Cros, date de l’été 1877. Il lui dédia Le Coffret de santal. Augusta Holmès (1847-1903) était compositrice et chef d’orchestre. Son Ode triomphale pour chœur et orchestre fut présentée le 11 septembre 1889, devant 22 000 spectateurs, au palais de l’Industrie pour célébrer le centenaire de la Révolution. Elle fut la maîtresse de Catulle Mendès dont elle eut cinq enfants. Manoël de Grandfort (1829-1904) était journaliste et romancière et fut la compagne d’Émile Goudeau. Henri Delaage (1825-1882) était un medium qui laissa plusieurs ouvrages dont Le Monde occulte (1851) et l’Éternité dévoilée (1854). Il est présenté par Mendès sous le cryptonyme de Salomon Quasimodo dans La Maison de la Vieille. Franc-Lamy (1855-1919), était paysagiste et portraitiste. Il participa à la troisième exposition des impressionnistes en 1877 avant d’être accepté au Salon officiel en 1879. Il fut le dernier amant de Nina et figure dans plusieurs représentations littéraires, notamment sous le nom de Henry dans La Maison de la Vieille et sous le nom de Léon Blanche dans Hara Kiri de Harry Alis.

12 Villiers de L’Isle-Adam A., Chez les passants : fantaisies, pamphlets et souvenirs, Paris, Comptoir d’édition, estampes, livres, musique, 1890, p. 14.

13 Ibid., p. 16.

14 Lepelletier E., op. cit., p. 176.

15 Voir Causeries du Lundi, t. 2, « Mme Geoffrin ».

16 Pour une définition du cénacle, nous renvoyons à Glinoer A. et Laisney V., « Le cénacle à l’épreuve du roman », Tangence, n° 80, hiver 2006, p. 19-40.

17 D’abord publié en feuilleton entre le 16 novembre et le 17 mars 1894 dans L’Écho de Paris, le roman parut chez Charpentier et Fasquelle en 1894.

18 La maison représente le salon de Nina de Villard, et la vieille, sa mère.

19 Notons par exemple que dans « La Vérité sur le salon de Nina de Villard, », feuilleton paru dans le Figaro du 2 au 9 avril 1929, Baude de Maurceley, dont l’intention était sans doute de rétablir la réputation de Nina et de sa mère, reprend l’anecdote médisante du roman voulant que le 82 rue des Moines, maison louée par les deux dames après la Commune, ait été un ancien « lieu malfamé ». or les recherches menées par Jacques Goedorp prouvent que l’édifice était neuf.

20 Rouzet G., « Sources livresques de Sueur de sang », Cahiers Léon Bloy, janvier-avril 1936, cité dans La Maison de la Vieille, op. cit., p. 532.

21 Sur la conversation, voir Fumaroli M., Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, 1994.

22 Les textes suivants confirment tous sa présence : Maurceley B., op. cit., Moore G., op. cit. et Goudeau É., Dix ans de bohème, La Librairie illustrée, 1888. Il figure également dans Hara Kiri sous le cryptonyme de Tibulle Mosès et de façon encore plus importante dans Madame Meuriot d’Alexis P. où, sous le nom d’Aigueperse, il fait les honneurs de la maison.

23 Murger H., op. cit., p. 1.

24 Mendès C., op. cit., p. 140.

25 Ibid., p. 447.

26 Murger H., op. cit., p. 10.

27 Mendès C., op. cit., p. 125.

28 Murger H., op. cit., p. 7.

29 Mendès C., op. cit., p. 126.

30 Murger H., op. cit., p. 7.

31 Mendès C., op. cit., p. 125.

32 Murger H., op. cit., p. 1.

33 Petite-fille de Lucien Bonaparte née en 1833 et décédée en 1902. Auteure de romans et de pièces à scandale, elle était célèbre par ses liaisons avec Pierre-Jean de Béranger, Eugène Sue et François Ponsard. La princesse Rattazzi était une habituée du salon de la rue des Moines et figure dans plusieurs représentations littéraires de ce salon, notamment sous le cryptonyme de princesse Badajoz dans le roman de Alexis P., Madame Meuriot, Charpentier, 1890.

34 Paysagiste et portraitiste né en 1855 et mort le 14 mars 1919. Il fut le dernier amant connu de Nina de Villard.

35 Né en 1851 et décédé en 1920, il fréquenta assidûment le salon de Nina de Villard. Il fut un fidèle correspondant de Verlaine et le tint au courant de ce qui se passait chez elle alors qu’il était en Angleterre. À ce sujet, voir Correspondance générale de Verlaine, établie et annotée par Pakenham M., Paris, Fayard, 2005.

36 En plus d’accuser la princesse d’avoir eu des enfants illégitimes qu’elle aurait abandonnés et maltraités, Mendès lui attribue encore les crimes d’une autre dame Ratazzi dont le nom s’écrivait avec un seul « t ». Pour de plus amples renseignements à ce sujet, nous renvoyons à La Maison de la Vieille, op. cit., p. 87-93.

37 Mendès Catulle, op. cit., p. 374.

38 Ibid., p. 375.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search