Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

 | 
Rita Olivieri-Godet

Troisième partie. Constructions identitaires et images du territoire

Chapitre 28. La place du sujet dans Algún amor que no mate de Dulce Chacón

Isabelle Du Pasquier

Texte intégral

1La crise des idéologies et des discours, le renouvellement des intérêts historiques et des questions de la mémoire, ainsi qu’une forte interrogation sur le présent de ce nouveau millénaire dans lequel l’être tente de se définir, sont les points d’ancrage d’une littérature actuelle en pleine effervescence. Une de ses caractéristiques est sans aucun doute l’omniprésence du sujet perçu dans son histoire collective (les romans de tentatives de récupération du passé), dans son histoire individuelle (l’autofiction) et dans l’élucidation souvent déceptive de la représentation/définition de soi. Le binôme individu/société, au travers des représentations qui en sont faites dans de nombreux récits contemporains, interroge de manière insistante la problématique identitaire de la place du sujet au sein du couple ou de la famille.

  • 1 Querrán ponerle nombre, Madrid, Betania, 1992 ; Las palabras de la piedra, 1993 ; Contra el despres (...)
  • 2 Segunda mano, 1998.
  • 3 Algún amor que no mate, Barcelona, Plaza y Janés, 1996 ; Blanca vuela mañana, Barcelona, Plaza y Ja (...)
  • 4 Informe de la Real Academia sobre la expresión violencia de género, source internet, http://www.ra (...)

2Pour aborder cette thématique, je m’appuierai sur un roman de Dulce Chacón, Algún amor que no mate (1996) qui, avec Blanca vuela mañana (1997) et Háblame musa de aquel varón (1998) constitue une trilogie dite « de la fuite ». Les thèmes abordés sont ceux de l’absence de communication, de l’humiliation, de l’isolement, de la solitude et de la fuite. Dulce Chacón écrivaine trop tôt disparue (décembre 2003) était originaire de Zafra (1954). Poète1 \ dramaturge2 et romancière3, elle était un auteur que l’on peut qualifier de socialement engagé envers les plus faibles. Elle soutenait activement la Plataforma de Mujeres Artistas contra la violencia de género. Cette expression, violencia de género, comme le signale la Real Academia4, est à l’origine la traduction de l’anglais gender-based violence ou gender violence. Elle identifie tant la violence physique que psychologique exercée sur des femmes en raison de leur sexe et de leur soumission à l’homme dans des sociétés de structure patriarcale. C’est de cette violence à l’égard de la femme au sein du couple dont il sera question tout au long de Algún amor que no mate, œuvre qui fut également adaptée au théâtre par l’auteur elle-même et dirigée par Eduardo Vasco en 2002. L’histoire, somme toute ordinaire dans sa genèse, est celle d’une femme qui se marie par amour, et dont le total dévouement à son mari, l’entraînera progressivement dans une abnégation extrême d’elle-même, ainsi qu’à une aliénation de la conscience de la persistance de son moi, pertes orchestrées insidieusement par un compagnon déshumanisé. Frappée par le désamour, la jalousie, la trahison, Prudencia déambule et s’égare dans un labyrinthe, celui de son monde chaque fois plus réduit où elle perd peu à peu son identité. Soumise, elle obtempère sans oser se révolter jusqu’à son inévitable anéantissement, marqué par la fuite, dernier geste d’affirmation de soi et paradoxalement de négation de soi : le suicide.

3Comment s’élabore dans le récit cette séparation tout d’abord de soi avec l’autre, puis de soi avec soi ? La structure textuelle, comme nous l’observerons dans un premier temps, est une manifestation de la fragmentation du sujet et la conséquence de l’altération de la relation des personnages, comme nous l’analyserons ensuite, qui n’ont de cesse d’assouvir, pour certains, leurs désirs, au détriment des autres qui tentent de survivre à une quête qui n’est plus la leur.

La structure fragmentaire de l’œuvre

4On assiste dans ce roman à un processus de déconstruction-destruction représenté textuellement par 74 chapitres de structure variable. Certains, ceux qui correspondent aux lettres de l’amante n’occupent qu’une page tandis que d’autres, focalisés sur la vie de Prudencia n’en comptent que trois. Cette multiplicité est renforcée par un dédoublement de l’instance narrative, ce qui occasionne une sensation de chaos, de confusion. Deux voix prennent en charge le récit : une à la première personne, celle de la narratrice protagoniste, qui minimise et cache la gravité des événements qu’elle narre et dont le nom sera omis, et une à la troisième personne qui n’est autre que l’alter ego de la première, Prudencia, à qui elle s’adresse, et à travers laquelle elle révèle les aspects les plus sordides de sa relation avec son mari. Ce n’est que bien avancé le récit que nous comprenons que la narratrice protagoniste n’est autre que Prudencia qui se dédouble pour raconter l’histoire de sa vie, de son mariage et de son évolution décadente et funèbre. Cette scission du personnage s’explique par un ultime sursaut de rébellion, voire d’instinct de survie. Par ce biais, elle peut ainsi exercer un regard critique, distancié sur ce qu’elle subit. Ce dédoublement durera jusqu’à la fin du roman où le « je », une fois Prudencia morte, s’imposera de nouveau avant de s’éteindre :

  • 5 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, Barcelona, Planeta, Booket, p. 159.

Descansa en paz Prudencia. Sé que vas a morir. Pero ahora ya no me das pena. Me has dado pena durante toda tu vida. He tenido que convivir con la compasión como si fuera un vestido que llevara puesto por dentro y no me lo pudiera quitar. Ahora sé que vas a morir. Y tú lo sabes también. Por eso me diste las pastillas para que me muriera contigo. A mí no me importa. Si con eso logro no verte más. No ver nunca la amargura de tus ojos, siempre tristes, siempre. Estoy cansada. Deja que me desnude de ti. Déjame descansar. No quiero que me confundan contigo nunca más. ¿No te das cuenta que les estás trastornando a todos ? Incluso mi marido me llama Prudencia. ¿Lo oyes ? […] Ahora que te has ido me encuentro muy sola. Dormir. Yo también me abandono. Me dejo ir en silencio, como tú. Ya duermes. Mi marido no se ha dado cuenta que acabas de morir. Ya duermo. Sigue gritándome : ¡Despierta, Prudencia, despierta5 !

5Excipit poignant qui résume l’effondrement de la vie de ce personnage dont l’horizon n’a pu finalement se dessiner qu’entre folie et suicide. S’inventer une amie imaginaire, en la présence de Prudencia, fut un temps, une issue temporaire pour échapper à l’isolement et au manque de communication imposés par le mari. Un autre aspect de l’éclatement du sujet est rendu textuellement par le recours à un récit analeptique anachronique en accord avec la remémoration désordonnée et aléatoire des souvenirs, doublement compliquée ici, par la présence de ces deux voix qui s’expriment parfois en mode presque simultané. Citons par exemple, une des évocations du mariage de la narratrice, faite par elle-même à la première personne (38), qui s’ensuit à la page suivante, tel un miroir, de la description de la nuit de noces de Prudencia, sous le mode d’une instance narrative à la troisième personne. Cette prise de distance entre le vécu et sa transcription, c’est-à-dire le passage d’un je qui se raconte à celui d’un tiers raconté s’imposera tout au long de la narration comme la marque d’un traumatisme intériorisé. C’est ainsi que la description de cette nuit tellement attendue ébauche les fondations d’une relation d’emblée défaillante : « En la noche de bodas, el marido de Prudencia llamó por teléfono a su madre. Prudencia creyó que era una costumbre y llamó a la suya. La madre le echó tal bronca que se puso a llorar. » Cette citation souligne pour la narratrice protagoniste le statut de soumission dans lequel se trouve déjà la jeune épouse dans son incapacité à réagir et à se situer au sein du couple. Le flottement de la place du sujet qui ne sait pas clairement où ni comment se positionner est clairement mis en avant dans ce roman par un système de relation ternaire qui en pervertit la marche logique.

La perversion des relations

6La relation fils/mère.

7L’incipit de Algún amor que no mate signale sans ambiguïté la relation stérile du couple et sa cause première : l’omniprésence de la mère du mari et un schéma de relation fonctionnant dans la possessivité et la dépendance :

  • 6 Dulce Chacón, ibid., p. 11.

Hace muchos años que no hago el amor. No es una queja. Vivo muy bien así. Sin la obligada costumbre. Mi marido y yo nos echábamos juntos la siesta. Él era muy complidor, y cumplía. Pero cuando murió su padre decidió ir a comer todos los días a casa de su madre. La viudez le afectó mucho a mi suegra, por eso su hijo decidió sacrificar nuestras siestas, en aras del amor materno. En realidad siempre fue así, muy sacridficado en aras del amor materno. Y digo que no hicimos el amor nunca más, no porque no tuviéramos tiempo sino porque se nos pasaron las ganas de coincidir. […] Desde que mi marido empezó a comer en casa de su madre ya no dormimos la siesta. Quince años para mayo que murió mi suegro, el pobre6.

8Ce passage pose, comme nous pouvons le remarquer, le problème de l’envahissement maternel et de son irrévocabilité dans le temps. Les 15 années mentionnées sont une des rares références temporelles concrètes de la diégèse. La valeur de cette précision n’en est que plus redoutable puisqu’elle fait comprendre au lecteur la persistance d’une situation inacceptable. Le personnage de la mère toute-puissante – ce qui renvoie également, notons-le, à la soumission du fils – agit en tant que déclencheur de situations conflictuelles au sein du couple, celui des jeunes époux, mais également celui des parents du fils, le père et la mère, puis la mère et son deuxième mari.

9Comment s’exerce tout au long de l’histoire cette omniprésence maternelle ? Dès le début de leur relation, la mère ne voit pas d’un bon œil la présence de Prudencia, rivale potentielle, bien que fort peu probable, car elle lui vole tout de même son seul fils, la prunelle de ses yeux. Lorsque les jeunes tourtereaux décident de convoler, la mère tente de leur imposer une double cérémonie étant donné qu’elle-même se remarie et de leur voler ainsi l’exclusivité de l’événement. Le refus du fils à cet égard semble être le seul acte de bravoure envers l’instance maternelle, amoindri cependant quand nous comprenons qu’il s’explique par sa propre jalousie envers son futur beau-père :

  • 7 Ibid., p. 24-25.

[…] aunque a él no le gustara nada que su madre se volviera a casar. Pero menos le gustó la idea de mi suegra de que celebráramos una doble boda. Menos mal que él se negó, porque menudo lío que la madrina fuera también una novia. Además, mi marido no quería saber nada de la boda de su madre 7

  • 8 Ibid., p. 47.
  • 9 Ibid., p. 48.
  • 10 Ibid., p. 15.

10Les deux mariages célébrés à des moments différents ne ramènent pas, comme il serait logique de le croire, le bonheur dans les foyers. Le représentant, le deuxième mari de la belle-mère de Prudencia est également victime de l’égoïsme et de la dictature de sa nouvelle femme. Elle lui impose en effet d’accepter la présence de son ex-mari qui venait, avant qu’elle ne rencontre son nouveau compagnon, partager ses repas. Cette situation peu courante déstabilise le nouvel époux comme le signale la protagoniste : « El segundo marido de mi suegra vigilaba de cerca el primero, debe de ser que no estaba muy seguro de que la relación con su mujer fuera simple y llanamente gastronómica8. » Cette fragilisation est confirmée lorsque, sous prétexte de devoir manger à l’extérieur, il se cache, le guette, le suit pour finalement l’aborder. Leur échange montre un niveau de confusion élevé puisqu’il peine à se situer : « Su mujer, digo, perdón mi mujer… […] nunca me habla de usted, siempre de su hijo… […]… me habla de su hijo, en su casa, es decir en mi casa9… » Qui est qui ? Une autre séquence du roman réitère le désarroi du représentant. Il s’agit de l’enterrement du premier mari qui s’est finalement suicidé : « Cuando mi suegro murió, no le sirvió a mi suegra de consuelo. Ni siquiera en el entierro supo qué hacer. » Face à la douleur immense de sa femme, il tente de la relever alors qu’elle se jette à terre, désespérée et proche de l’hystérie pour demander à Dieu la raison d’un tel châtiment. Seul le fils peut l’approcher acceptant ainsi d’être lui-même détourné de sa propre femme qu’il plonge également dans le désarroi : « El rechazado se acercó a mí. ¡Uno de nosotros será el siguiente ! me susurró al oído, mirando alejarse al hijo y a la madre. Cómo se abrazaban. Cómo lloraban. […] Yo me quedé sola sin saber qué hacer. […] Fue mi prima quien me rescató del desconcierto10. » Et c’est bien de sauvetage qu’il s’agit ici, celui d’un contexte incompréhensible qui s’apparente à l’enfer, celui des relations abusives, égocentriques, tyranniques. Le personnage de la mère tel qu’il apparaît est à l’origine de toutes les jalousies. Celle du premier mari qui a dû quitter son domicile parce qu’il ne supportait plus la relation fusionnelle mère-fils. Celle qu’il sent lui-même envers le nouveau mari de son ex-épouse, lequel se voit également confronté aux mêmes affres. Celle également de Prudencia à l’égard de sa belle-mère qui le lui rend bien sans oublier celle du fils envers son beau-père et finalement celle de l’amante du fils envers l’épouse légitime qui à son tour ne survivra pas à la maternité de la maîtresse, preuve ultime et extrême de la trahison conjugale.

11Le manque de clarté relationnelle, de positionnement des uns et des autres entraîne une confusion des rôles au sein de la famille. L’identité du couple, des couples, régis dans un premier temps par l’amour, s’érode, se fracture, s’étiole désormais sous les contours de la solitude et de l’exclusion, expression tangible d’une maltraitance psychologue.

Des amours qui tuent

12La perversion des relations, comme nous venons de le voir, occasionne des déviances qui affectent les personnages dans leur rapport aux autres. Morales et psychologiques elles atteignent le paroxysme lorsqu’elles plongent cet Autre dans l’isolement et le repli, l’humiliation et les sévices corporels.

  • 11 Lucía Etxebarria, Ya no sufro por amor, Madrid, ed. Martínez Roca, 2005.
  • 12 Ibid., p. 172.
  • 13 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op. cit., p. 75.

13La narratrice protagoniste parlera toujours de ses blessures morales avec un pseudo-détachement laissant la matérialisation de l’indicible à Prudencia. L’incipit, comme nous l’avons précédemment remarqué campe l’ambiance de frustration qui s’est installée dans le couple. La soumission du fils, plus fidèle à la mère et à son diktat qu’à son épouse, a entraîné le désert affectif jusqu’à un point de non-retour. Un des signes de maltraitance courant et clairement mis en avant dans le récit est, comme le rappelle Lucía Etxebarria dans Ya no sufro por amor11, l’indifférence. Conjuguée au silence, elle confond la femme qui en vient à penser : « No funciona nuestra relación, pero no sé por qué, probablemente tengo que comunicar mejor12… » La culpabilisation, la dévalorisation, le manque de confiance en soi sont en partie responsables de la prison mentale dans laquelle se trouve Prudencia. La narratrice lui reproche son manque de réactivité : « Te has limitado a aceptar tus desgracias y a contármelas a mí. Eso no es suficiente, ya lo has visto13. » Prudencia dont le prénom illustre explicitement la soumission, la résignation et l’incapacité à réagir par excès de prudence, entreprend, à son corps défendant, la route confirmée de son calvaire. La narratrice à la première personne tente de justifier le mépris subi par une série de topiques nettement ancrés dans une idéologie patriarcale, qui excuse et justifie l’attitude de l’homme, perçu comme tout puissant, voire complètement intouchable. Elle avance ainsi : « Los hombres necesitan de mucho mimo. Son como los niños, que si no los tienes bien atentidos, se te echan a perder. » (p. 49) Ou encore, « porque los hombres necesitan saber que son muy hombres y hay que decirles que lo hacen muy bien » (p. 27) et « es normal que los hombres vayan de putas » (p. 62) puis que « el hombre tiene el poder. Y la mujer debe aceptarlo así » (p. 102), « y digo yo que es la mujer la que debe admirar al marido, y hacerle ver que le admira, para que pueda sentirse importante, superior » (p. 128). Une telle naïveté est-elle excusable ? Si elle ne l’est pas, Walter Riso, psychologue argentin l’explique de la sorte :

  • 14 Walter Riso, ¿Amar o depender ? : cómo superar el apego afectivo y hacer del amor una experiencia (...)

Cualquier persona dependiente afectivamente, por definición, es inasertiva. Esta persona lo que busca es tener una persona más fuerte a su lado, que se haga cargo de ella afectivamente. Entonces cuida al cuidador y al cuidar al cuidador se vuelve sumisa y subyugada, se humilla, se somete para agradar a la otra persona. Toda persona apegada se corrompe y termina diciendo que si cuando quiere decir que no14.

14De nombreuses séquences de ce roman illustrent l’assujettissement de Prudencia. La scène de la chemise est significative. La protagoniste raconte comment un jour, à 7 heures du matin, son mari l’oblige à laver une chemise qu’il voulait mettre parce qu’elle était sale. Puis comment il lui demande de la sécher avec un sèche-cheveux et de la repasser ensuite pour finalement la ranger dans l’armoire. Dans cette situation elle trouve encore le moyen de se rendre responsable de sa négligence et de ne pas avoir anticipé ses désirs :

  • 15 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op. cit., p. 50.

Aguanto la bronca porque sé que me la merezco. Y es, que como él dice, no tengo otra cosa que hacer y es mi obligación. […] No me quedó mas remedio que admitir que soy una descuidada y perdir perdón y decirle que no volvería a pasar15.

  • 16 Ibid., p. 144.
  • 17 Ibid., p. 105.

15Ce n’est que vers la fin du récit que la narratrice en se référant à Prudencia nous révèle la fin sordide de cet épisode et les conséquences de sa rébellion : « Tu marido estaba nervioso y por eso te pegó cuando le dijiste que la camisa estaba sucia. Que tú no eras la criada de nadie. Y te pegó más, mientrás le gritabas que te ibas a separar de una vez… […] debiste hacer todo lo que él te dijera, que para eso te casaste, para ser una esposa sumisa16. » Prudencia doit correspondre au rôle de femme au foyer et dès qu’elle tente de s’écarter du schéma traditionnel, elle connaît les pires châtiments. Citons par exemple, un autre passage éclairant. Lorsque son mari se retrouve au chômage, elle lui annonce fièrement qu’elle a trouvé un petit travail ce qui déclenche un accès de colère disproportionné : « El marido le apretó los brazos con mucha fuerza, la empujó contra la pared y zarandeándola repitió la pregunta : ¿Qué te he dicho yo ? […] ¡Que mi mujer no trabaja ! ¿Te enteras ? ¡Mi mujer no trabaja ! Y la soltó lanzándola contra la puerta17. » Une autre atteinte physique et morale la fera sombrer de manière irréversible. Lorsqu’elle apprend que son mari a une amante, elle décide vaillamment de lui faire part de sa décision de se séparer :

  • 18 Ibid., p. 72.

Le dijo que estaba harta de comer sola, harta de estar en casa todo el día, harta de su suegra y harta de él. Que se iba a casa de su madre por un tiempo y que ya le avisaría si pensaba volver. […] El marido […] se puso hecho una bestía y le gritó que no le haría pasar por esa vergüenza18.

  • 19 Ibid., p. 73.
  • 20 Miguel Lorente Acosta, Mi marido me pega lo normal. Agresión a la mujer : Realidades y mitos, Bar (...)
  • 21 Ibid., p. 74.
  • 22 Jean Cottraux, La répétition des scénarios de vie, Odile Jacob, 2001, p. 125.
  • 23 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op., cit., p. 43.
  • 24 Ibid., p. 56.

16Mais Prudencia, ici, ne se laisse pas faire et tente de s’affirmer ce qui décuple par voie de conséquence la rage de son mari. Non content d’exercer un contrôle sur sa vie, il ne supporte pas qu’elle puisse élaborer des projets sans qu’il en fasse partie ou même qu’il en soit le centre : « ¿Quién te ha dicho a ti que tienes que pensar ? Tú no te vas a ninguna parte, ni muerta te vas, se acabó la discusión. Y le dio dos bofetadas que la tiraron al suelo19. » Cette fois, en voyant les marques laissées par les coups, l’homme est pris de remords. Ce genre de réaction, agression-remord correspond à un processus type de l’agresseur, longuement analysé par Miguel Llorente dans Mi marido me pega lo normal20. L’agressivité verbale croissante débouche sur une agression physique, le point culminant de la violence. Elle fait place ensuite à un sentiment de culpabilité et de tentative de justification afin d’obtenir le pardon et la compréhension de la victime. Prudencia ne veut plus accepter ce mécanisme cyclique car la fracture est désormais irrévocable. Toute tentative de rapprochement, de contact physiques lui donne la nausée : « La acurrucó en su hombro y se puso a besarla en la boca. Ella se resistía y le decía que no, que no, que por favor la dejara. Pero él siguió sin escucharla. […] Prudencia se revolvía asqueada21. » Le rejet confirme la transformation de l’homme en bête, déclenchant alors une folie furieuse : « Entonces la miró como un poseso y se le encendieron los ojos […] y allí mismo la violentó dos veces. » Quel espoir peut-il encore rester après une telle scène de viol ? Aucun semble-t-il. Les événements décrits tout au long de la narration se succèdent dans l’horreur. Jean Cottraux explique que les flash-backs sont des instruments de la mémoire dans un passé traumatique. Ils font revivre, en imagination, quelques fois des dizaines d’années après le trauma originel, la même expérience de manière aussi vivante que l’événement initial. Les souvenirs traumatiques sont donc hors du temps. La victime reste acteur de la scène traumatique passée comme s’il s’agissait d’une expérience contemporaine. Le flash-back signe ainsi l’absence d’intégration du souvenir traumatique22. L’histoire de Algún amor que no mate est une succession de remémorations verbalisées par la narratrice protagoniste. Elles sont porteuses de l’expression d’une vie qui s’est construite autour du trauma. Ces victimes, poursuit-il dans son analyse, connaissent un mouvement de dépersonnalisation caractérisé par un sentiment prolongé ou récurrent de détachement mental ou de son propre corps. La narratrice n’y échappe pas : « Prudencia, no me cabe la lengua, habla tú por mí. Dile a tu marido que hoy no quieres estar sola, que el mundo se ha hechó demasiado grande23. » Elle s’est réfugiée dans cet état de dissociation, car elle est devenue étrangère à elle-même, afin de fuir l’insoutenable, la négation, l’éclatement de son identité. Elle devient cet être bancal que l’épisode de la chute de la baignoire symbolise, avec comme conséquence un boitement pérenne : « Cuando Prudencia se cayó al salir de la bañera estuvo en el suelo tirada cinco horas. […] Grito pidiendo socorro hasta quedarse ronca. […] esperando el ruido de las llaves al abrir la puerta24. » L’absence de rétablissement physique malgré une hospitalisation pour une jambe cassée et une pneumonie marquent la stigmatisation de cette maltraitance conjugale. Rien ne semble pouvoir la sauver, elle n’a plus la force de lutter, personne ne peut rien pour elle ni même ses parents qui préfèrent faire semblant de ne rien voir.

17La solitude de Prudencia s’inscrit également dans son incapacité à pouvoir avoir des enfants. Elle n’est ni femme ni mère, elle n’est rien. Même le chien que son mari rapporte chez eux et qu’elle prend en affection, malgré sa phobie, meurt. Le seul espoir réside sans doute, curieusement, dans ce qu’elle n’est pas et ce qu’elle aurait aimé être : la maîtresse de son mari qui elle, lui a donné un enfant. Mais cette vie rêvée ne s’arrête qu’à ceci et n’en est pas moins illusoire. L’amante, dont nous ne connaissons pas le prénom et qui signe avec un tuya ses lettres à son amant est aussi une femme maltraitée, violentée. Ses écrits témoignent de son désespoir et des sacrifices engagés :

  • 25 Ibid., p. 91-92.

Me pides tiempo. Me pides paciencia. Bien. Pero las dos cosas se acaban sin poderlas controlar. Estoy cansada de ser paciente, de que el tiempo me cuele por dentro, o pase sobre mi sin rozarme siquiera. Cansada de que estemos juntos sólo a ratos, cansada de no cansarme nunca de ti. […] Me pides que deje de trabajar. […] Bien. Ahora podrás demostrar que no es cierto que no vienes más a menudo porque nunca estoy en casa. Estaré aquí, esperándote25.

  • 26 Ibid., p. 146.

18Nous observons ici d’autres formes de renoncement tout aussi stérile, matérialisé textuellement par une présence épistolaire lacunaire. Six lettres pour retracer le parcours d’une autre victime, six lettres pour raconter la souffrance, les attentes déçues mais aussi un espoir. L’amante, contrairement à Prudencia, développe une conscience plus efficace des abus dont elle souffre, dans le sens où elle envisage une non-permanence de cet état : « Sé que la culpa, si es que hay culpables, es toda mía. Nunca debí consentir que me anularas así, me negué a mi misma, me perdi de vista26. » Pour se retrouver elle choisit la distance géographique tandis que Prudencia plus démunie opte pour un remède plus radical en avalant des cachets.

19Le roman de Dulce Chacón dénonce, comme nous venons de l’analyser, les mécanismes culturels et psychologiques qui conduisent les femmes à être enfermées dans des situations de maltraitance extrêmes. L’amour ou plutôt le désamour sont à l’origine des métamorphoses identitaires. Prudencia se définit par rapport à son mari, n’existant que par rapport à lui. Ce récit d’introspection montre ainsi les limites de la vie humaine. L’identité morcelée de la narratrice protagoniste devient aléatoire et insaisissable et la mort du héros n’est que la sublimation de cette identité contrariée.

Bibliographie

Chacón Dulce, Algún amor que no mate, Barcelona, Planeta, Booket, 1996.

Cottraux Jean, La répétition des scénarios de vie, Odile Jacob, 2001.

Lorente Acosta Miguel, Mi marido me pega lo normal. Agresión a la mujer : Realidades y mitos, Barcelona, Ares y Mares, 2001.

Riso Walter, ¿Amar o depender ? : cómo superar el apego afectivo y hacer del amor una experiencia plena y saludable. Ediciones Granica, Barcelona, 2004.

Etxebarria Lucía, Ya no sufro por amor, Madrid, Ediciones Martínez Roca, 2005

Notes

1 Querrán ponerle nombre, Madrid, Betania, 1992 ; Las palabras de la piedra, 1993 ; Contra el desprestigio de la altura, San Sebastián, Sociedad Gulpuzcoana de ediciones, Premio de Poesía Ciudad de Irán, 1995 ; Matar al ángel, Badajoz Ediciones de Oeste, 1999.

2 Segunda mano, 1998.

3 Algún amor que no mate, Barcelona, Plaza y Janés, 1996 ; Blanca vuela mañana, Barcelona, Plaza y Janés, 1997 ; Háblame, musa, de aquel varón, Barcelona, Plaza y Janés, 1998 ; Cielos de barro, Barcelona, Planeta, 2000, XXI Premio Azorín ; La voz dormida’, Barcelona, Planeta, 2003, Premio del Libro del año 2003 ; Te querré hasta la muerte, dans Sobre raíles, Madrid, ediciones Imagine, 2003, p. 61-64.

4 Informe de la Real Academia sobre la expresión violencia de género, source internet, http://www.rae.es. Cette expression a été diffusée à la suite du Congrès sur la Femme, célébré à Pékin en 1995, sous les auspices de l’ONU. La traduction de cette expression diffère légèrement d’un pays à un autre : Le Luxembourg, la Belgique et le Canada parlent de violence domestique, tandis qu’en France nous parlerions davantage de violence à l’égard des femmes, sous entendu au sein du couple.

5 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, Barcelona, Planeta, Booket, p. 159.

6 Dulce Chacón, ibid., p. 11.

7 Ibid., p. 24-25.

8 Ibid., p. 47.

9 Ibid., p. 48.

10 Ibid., p. 15.

11 Lucía Etxebarria, Ya no sufro por amor, Madrid, ed. Martínez Roca, 2005.

12 Ibid., p. 172.

13 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op. cit., p. 75.

14 Walter Riso, ¿Amar o depender ? : cómo superar el apego afectivo y hacer del amor una experiencia plena y saludable, Ediciones Granica, Barcelona, 2004.

15 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op. cit., p. 50.

16 Ibid., p. 144.

17 Ibid., p. 105.

18 Ibid., p. 72.

19 Ibid., p. 73.

20 Miguel Lorente Acosta, Mi marido me pega lo normal. Agresión a la mujer : Realidades y mitos, Barcelona, Ares y Mares, 2001.

21 Ibid., p. 74.

22 Jean Cottraux, La répétition des scénarios de vie, Odile Jacob, 2001, p. 125.

23 Dulce Chacón, Algún amor que no mate, op., cit., p. 43.

24 Ibid., p. 56.

25 Ibid., p. 91-92.

26 Ibid., p. 146.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540