Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

 | 
Rita Olivieri-Godet

Troisième partie. Constructions identitaires et images du territoire

Chapitre 21. Manuel Rivas : entre éthique et esthétique (au sujet de El lápiz del carpintero et de En salvaje compañía)

Benoît Mitaine

Texte intégral

  • 2 Miguel Ángel Villena, « Autores con dos lenguas, ¿ traducir o reescribir ? », El País (Babelia), 2 (...)
  • 3 Le film La lengua de las mariposas est en réalité le résultat du tissage de plusieurs nouvelles is (...)

1En une vingtaine d’années et autant de titres publiés, Manuel Rivas s’est imposé comme la figure de proue de la littérature galicienne actuelle. Écrivain de tous les records, il est l’auteur du plus gros best-seller en galicien avec O Lapis do carpinteiro qui en est à sa vingtième réédition avec près de 70 000 exemplaires vendus ; auteur le plus traduit de sa génération (en 20 langues2), il est aussi sans doute l’un des écrivains les plus primés du champ littéraire galicien avec le prix Nacional de Narrativa en 1996 pour ¿Que me queres, amor ?, qui lui avait déjà valu l’année de sa sortie en 1995 le prix Torrente Ballester, et deux prix de la Crítica Española pour Un millón de vacas (1990) et O Lapis do carpinteiro (1998), etc. Ajoutons encore, pour compléter ce palmarès déjà impressionnant, qu’avec l’adaptation filmique de A lingua das volvoretas3 en 1999 par le réalisateur José Luis Cuerda et celle de O lapis do carpinteiro en 2002 par Antón Reixa, Rivas est aussi un des rares écrivains galiciens à avoir été adapté au cinéma.

  • 4 Manuel Rivas, Toxos eflores, op. cit., p. 68.

2Ces informations générales ne présenteraient que peu d’intérêt s’il n’était question de rendre compte de la position toute particulière occupée par Manuel Rivas dans le champ littéraire galicien et, à partir de là, de mettre en évidence les lignes de force d’un univers fictionnel semblant répondre à un objectif prioritaire : « proxectar Galicia ao mundo4 », comme le dit l’auteur, c’est-à-dire œuvrer sans relâche à la reconnaissance de la Galice et de la littérature galicienne sur un double plan national et international.

3Cet engagement éthique pour la cause nationale prend diverses formes chez un auteur aussi polyvalent : tout d’abord, comme militant écologiste (il est un des membres fondateurs de Greenpeace Espagne), il s’implique depuis longtemps dans la défense et reconnaissance de l’écosystème galicien, sans oublier qu’il a été un des porte-parole de la plateforme citoyenne Nunca Máis créée en novembre 2002 à la suite de la marée noire du Prestige ; ensuite, comme journaliste renommé disposant d’une colonne hebdomadaire dans le quotidien El País, il affiche ouvertement son appartenance à la gauche en prenant fréquemment pour cible les représentants du Partido Popular (Manuel Fraga Iribarne en tête, suivi de Aznar et Rajoy) ; comme intellectuel et acteur culturel de premier plan il participe à de nombreuses conférences dans lesquelles il intervient aussi bien sur la question linguistique que littéraire ou politique et historique. Néanmoins, et sans oublier aucune des facettes précitées, c’est avant toute chose le Manuel Rivas romancier, auteur de En salvaje compañía et de El lápiz del carpintero, qui fera ici l’objet de mon attention. Il s’agira de relever certaines des manifestations identitaires les plus évidentes de ces deux romans afin de montrer en quoi ces textes sont à considérer comme de véritables contributions à l’effort de construction nationale, sans pour autant qu’ils puissent être à aucun moment taxés de textes nationalistes.

La question de la langue

  • 5 Le concept de diglossie développé dans les années cinquante et soixante par les sociolinguistes no (...)
  • 6 Qui écrit dans deux langues. On trouve aussi parfois le mot « digraphe ».
  • 7 Cité par Antoine Fraile dans « El lápiz del carpintero de Manuel Rivas, ou l’amour plus fort que l (...)

4Avant d’en arriver directement au texte, et dans un contexte social et linguistique marqué par une situation de conflit diglossique5, on ne peut faire l’économie de la question du choix de la langue d’écriture, dès lors que ce choix est le plus souvent éminemment politique et dès lors aussi que la langue est incontestablement une des modalités les plus remarquables d’affirmation de sa différence identitaire. Manuel Rivas a fait son choix dès les débuts de sa carrière et n’est jamais revenu sur sa décision : s’il est parfaitement bigraphe6 en ce qui concerne la partie factuelle de son œuvre (i.e. dans son activité journalistique), il est en revanche indéfectiblement fidèle au galicien dès qu’il s’agit d’écriture fictionnelle (poésie et roman). Comme tous les écrivains connus recourant à une langue vernaculaire, dominée ou minorisée, il a souvent eu à s’expliquer sur ce choix. « C’est une langue d’aspect biographique, que je n’ai pas appris à l’école et qui est pour moi synonyme de travail et de fête ; elle est associée à la douleur et au plaisir, et non au BOE7. » (« Es una lengua con sentido biográfico, que no he aprendido en la escuela sino que para mí es sinónimo de trabajo, de feria ; está asociada con el dolor y el gozo, y no con el BOE. ») Outre cette déclaration d’ordre affectif il reconnaît aussi à d’autres moments que son choix a partie lié avec les mouvements de revendication nationale :

Quand j’ai commencé à écrire, et je crois que c’était dû aux circonstances du moment, je me suis mis à écrire en galicien et il y avait certainement là-dedans une forme de rébellion. […] Je crois en fait que ce choix d’écrire en galicien était bien lié à une espèce d’engagement, […], avec une langue qui était la langue des pauvres. Dans le contexte dans lequel j’ai grandi, il est clair qu’il y avait une frontière mythique dans la langue qui séparait deux espaces sociaux bien définis. Quand quelqu’un avait l’ambition de changer de statut, eh bien en même temps qu’il se mettait une cravate et qu’il s’habillait d’une certaine façon, il changeait, ou essayait de changer de langue.

  • 8 Lola Bollo-Panadero, Luciano Picanço, « Visiones sobre las fronteras. Entrevista con el escritor g (...)

Cuando empecé a escribir, yo creo que por las circunstancias del momento me puse a escribir en gallego y seguramente hay en eso un componente de rebeldía. […] Yo creo que digamos que escribir en gallego sí llevaba aparejado una especie de compromiso, […], con una lengua que era la lengua de los pobres. En las circunstancias en las que yo me crié sí que había digamos una frontera mítica en la lengua que marcaba dos espacios sociales bastante definidos. Cuando una persona tenía la ambición de cambiar de status, pues al tiempo que se ponía una corbata y se vestía de determinada forma, pues cambiaba, procuraba cambiar de lengua 8 .

  • 9 Cf. Louis-Jean Calvet, « La langue, maquis du peuple », in Linguistique et colonialisme. Petit tra (...)

5Cette déclaration, comme tant d’autres, vient confirmer le fait que dans les espaces touchés par un conflit diglossique, le choix de la langue est d’abord politique avant d’être affectif. Le choix linguistique est donc d’abord un « acte de résistance9 » contre un pouvoir politique, culturel et linguistique vécu comme hostile ou menaçant. Si cet acte de résistance n’a rien de propre à la Galice et qu’il est le fait de toutes les minorités, les écrivains galiciens ont en revanche aussi la charge de lutter contre les problèmes d’auto-appréciation (el autoodio) qui affectent dans une certaine mesure leur société. Cette résistance n’est donc en rien passive puisqu’elle est toujours associée à l’idée de construction d’une identité nationale qui serait assumée par l’ensemble de la communauté.

6Compte tenu des enjeux identitaires fondamentaux qui entourent la question du choix de la langue il n’est pas étonnant que cette question reste un sujet de crispation, comme le signale clairement le point de vue du poète galicien Rafa Villar :

L’« écrivain bilingue » qui abandonne le galicien comme langue d’expression littéraire, ne fait pas que semer le trouble chez ses lecteurs en créant une distorsion dans le code du message […], il contribue aussi à enraciner dans sa société tout un catalogue de préjugés déjà bien ancrés sur la faible utilité du galicien et qu’il est donc absurde de s’en servir au quotidien ou encore d’en assurer la transmission générationnelle.

  • 10 Rafa Villar, cité par Dolores Vilavedra, « O discurso metaliterario galego nos 80 e nos 90 », in S (...)

O « escritor bilingüe », ao abandonar o galego como lingua da súa expresión literaria, non é só que confunda aos seus lectores, ao crear unha distorción no código da mensaxe […] senón que contribúe a enraizar na sociedade todo ese catálogo de prexuízos asentados nesta sobre a escasa utilidade do galego e, xa que logo, o absurdo do seu uso habitual e da súa transmisión xeracional10.

7Pour un écrivain de la renommée de Manuel Rivas, véritable porte-étendard de la république des lettres galiciennes, le choix de la langue a plus que jamais une portée collective et politique dès lors qu’il est frappé d’un fort caractère d’exemplarité propre à infléchir certaines tendances sociolinguistiques – notamment chez les jeunes – qui à l’heure actuelle continuent d’assurer la substitution du galicien par le castillan. On comprend ainsi que Rivas ait pu écrire qu’» il n’y a rien de plus engagé qu’un écrivain », dès lors qu’avant même d’écrire en Galice (et ailleurs) il faut choisir, et que choisir c’est s’engager.

En Salvaje compañía

8Si tous les écrivains nourrissent, à différents degrés, l’espoir d’apporter leur pierre à l’édifice de construction nationale en contribuant à étoffer et enrichir le catalogue de leur littérature, rares sont ceux qui parviennent à laisser leur empreinte et à imprimer leur style. Manuel Rivas est de ceux-là. Essentiellement poète dans les années quatre-vingt avec une production relativement abondante, il délaissera la poésie au cours des années quatre-vingt-dix pour ne plus se consacrer qu’à la narration et au journalisme.

9Alors qu’un écrivain comme Suso de Toro, autre grande figure de la littéraire galicienne actuelle, obtiendra la reconnaissance de la critique galicienne dans les années quatre-vingt grâce à une prose en rupture complète avec la tradition littéraire galicienne, Rivas se fera petit à petit l’inventeur de la troisième voie, en reprenant volontiers à son compte la tradition orale et folklorique de la littérature galicienne passée, tout en sachant l’associer, voire l’adapter à la réalité la plus crue et la plus moderne.

10Cette récupération de l’héritage littéraire et de l’ethnopoétique galicienne est particulièrement évidente dans En salvaje compañía où le fantastique se mêle (sans s’opposer) au quotidien, à la réalité. En effet, bien que construit autour d’un même espace-temps (le village de Néboa dans les environs de la Corogne dans les années quatre-vingt-dix), l’histoire de SC est structurée en deux niveaux : l’un purement réaliste et humain, construit autour du quotidien triste et sans relief de Rosa, une mère de famille mal aimée ; l’autre animal et fantastique, composé d’êtres humains réincarnés en corbeaux, souris, chat, araignée qui se racontent leur vie passée tout en ne ratant pas une miette de celle des vivants qui les entourent, à commencer par Rosa.

11Avec ce recours au fantastique, Rivas se place clairement dans l’ombre tutélaire des maîtres de la littérature galicienne que sont Eduardo Pondal (1835-1917) et Álvaro Cunqueiro (1911-1981) qui ont eux-mêmes abondamment puisé dans la matière de Bretagne pour inventer leur univers narratif. Mais l’héritage pondalien dans En salvaje compañía n’est pas que thématique ou allusif, il est aussi clairement intertextuel comme en témoigne le titre du roman lui-même qui vient d’un poème de Pondal. Rivas ne fait aucun mystère sur cet emprunt puisqu’il prend le soin de citer dans le paratexte l’extrait dans lequel figure le vers en question :

Fieros cuervos de Xallas
que vagantes andáis,
en salvaje compañía,
sin hoy ni mañana ;
¡quién pudiera ser vuestro compañero
por la inmensa gándara !

12Rien n’obligeait Rivas à informer son lecteur de sa dette intertextuelle envers Pondal, mais, et peut-être est-ce là un réflexe journalistique, il ne se départ jamais de son rôle de passeur culturel et aime à mettre en avant la richesse culturelle de sa communauté. Une des grandes valeurs de sa prose semble justement résider dans ce que l’on pourrait appeler une sorte de ferveur testimoniale dans le sens où il fouille sans cesse le passé, parfois très proche, pour en exhumer tout ce qu’il peut contenir de positif, et ce faisant, il remet au goût du jour ce que la Galice a fait et connu de mieux au cours de son histoire.

13Pour continuer avec l’imprégnation pondalienne de SC, ajoutons encore qu’elle ne se limite pas au seul titre du roman et à cette citation paratextuelle, puisque Rivas va jusqu’à donner une âme et un rôle (certes secondaire) aux corbeaux de Xallas dans son récit. Il n’est plus question d’une vulgaire colonie de corvidés, mais de l’armée des trois cents corbeaux de Xallas commandée par la réincarnation du roi don García de Galice (1042-1090). Quant au protonotaire du roi, le corbeau Toimil de Bergantiños, il s’agit là encore d’un nom emprunté à l’univers pondalien, même si Toimil renvoie d’abord à un toponyme de la province de Lugo.

  • 11 Manuel Rivas, « ¿ De que falamos cando falamos de Galicia ? », in Toxos e flores, Vigo, Xerais, 19 (...)
  • 12 Cf. Dolores Vilavedra, « La narrativa gallega de los 80, una década de búsqueda », in Revista de l (...)
  • 13 Le sébastianisme est un mouvement mystico-séculier qui parcourut le Portugal suite à la mort du ro (...)

14L’exhumation de don García n’est pas anodine si l’on sait qu’il a été le dernier roi de Galice et qu’après son règne le royaume de Galice disparut pour ne devenir qu’une simple province du royaume de Léon. Don García incarne donc d’une certaine façon l’image nostalgique de la Galice autonome, indépendante, image chère aux partisans de l’autodétermination comme l’est Manuel Rivas11. Ajoutons à cette première dimension historico-politique une seconde dimension mythique en précisant que la fin du règne de don García est due à un complot ourdi par son frère Alphonse, alors roi de Castille et Léon, complot qui lui fera passer les dix-huit dernières années de sa vie dans les geôles du château de Luna (SC, chap. 3, p. 24). Cette absence forcée qui aura sans doute été propice à l’époque à entretenir l’espoir d’un retour du roi et d’un rétablissement de la royauté, explique pourquoi la critique galicienne12 a associé cette exhumation romanesque du dernier roi de Galice à une forme de messianisme ou de sébastianisme13.

15En somme, cette association de l’univers poétique d’Eduardo Pondal, véritable barde du peuple galicien (et par ailleurs auteur des paroles de l’hymne national galicien), à un passé mythique incarné ici par l’armée des trois cents corbeaux de Xallas et de son roi, le tout imprégné d’une éthnopoétique largement tributaire de la tradition littéraire galicienne, vient ajouter à la grande valeur esthétique de ce texte une valeur éthique et allégorique indéniable, qui laisse suggérer que les injustices du passé obtiendront bien, tôt ou tard, réparation et que le rêve d’une Galice indépendante n’est toujours pas mort.

El lápiz del carpintero

  • 14 On trouvera une analyse remarquable de ce roman dans un article de Christine Pérès, « Écrire pour (...)

16Au niveau de la diégèse, El lápiz del carpintero (LC) est, pour ainsi dire, une variante du thème rebattu de l’amour en temps de guerre narrée sur le mode du flash-back14. De notre point de vue, ce qui fait l’originalité de ce roman est donc moins son sujet à proprement parler que l’habileté avec laquelle l’auteur parvient à revenir sur l’une des périodes à la fois les plus sombres et les plus brillantes qu’ait connu la Galice de l’avant-guerre civile.

  • 15 En réalité, l’histoire du personnage de fiction Da Barca est inspirée de celle authentique du doct (...)

17L’histoire d’amour impossible qui occupe le cœur de LC est celle du docteur Daniel Da Barca, médecin brillant, républicain et galicianiste engagé, et de Marisa Mallo, jeune femme issue d’une famille réactionnaire et fortunée. Dès le déclenchement des hostilités en été 1936, les représentants les plus en vue des différentes forces d’opposition au mouvement rebelle de Franco furent arrêtés et incarcérés (LC, p. 27). C’est ainsi que Daniel Da Barca se retrouve aussitôt en prison aux côtés d’autres personnalités comme par exemple Ánxel Casal. Or, si Da Barca est bien un personnage fictif15, Ánxel Casal est bien, lui, une authentique figure du nationalisme galicien des années trente. Le narrateur extradiégétique qui prend en charge le récit apporte même quelques informations biographiques sur Casal en spécifiant qu’il était maire de Saint-Jacques-de-Compostelle et éditeur : « El alcalde de Santiago, que dedicaba su escaso pecunio a la edición de libros […]. » (LC, p. 31.) Néanmoins, pour ceux qui ignoreraient tout de Casal ou pour ceux qui penseraient qu’il s’agit d’un simple personnage de fiction inventé par Rivas, une note en bas de page ajoutée par la traductrice pour la version castillane vient répéter et compléter les informations biographiques déjà évoquées : « Activo republicano galleguista, promovió algunas de las editoriales más emblemáticas de los años veinte, como Nós, en la que se publicarían los Seis poemas galegos de Federico García Lorca. Detenido por los golpistas siendo alcalde de Santiago, sería asesinado la misma noche que el poeta granadino. » (LC, p. 30.)

18Mais Casal est loin d’être la seule personnalité galicienne et galicianiste citée dans LC. Sont aussi présents les illustrateurs Francisco Miguel et Luis Huici (LC, p. 25), qui seront exécutés sommairement dès le début de la guerre en 1936. Il en ira de même pour Camilo Díaz Baliño (1889-1936) dont le nom figure dans le paratexte et qui pourrait bien être ce peintre anonyme, « el cartelista, el que pinta las ideas » (LC, p. 27), qui côtoie Da Barca et Casal à la Falcona, la prison de Saint-Jacques. Díaz Baliño, comme le peintre anonyme du roman qui donnera le crayon de charpentier avec lequel il dessinait dans la prison à son bourreau avant son exécution, payera aussi son engagement pour la cause galicienne de sa vie. Sera cité aussi à plusieurs reprises Roberto Nóvoa Santos (1885-1933), « brillante patólogo e intelectual gallego, [que] formó parte de la Agrupación al Servicio de la República junto con Ortega y Gasset. Fue diputado en las Constituyentes de 1931 » (LC, p. 15), apprend-on dans une note en bas de page de la traductrice. Cette note ne figure pas dans la version originale galicienne, l’auteur ayant sûrement considéré que l’hommage qu’il lui rendait déjà dans le paratexte était suffisant pour attester de son existence réelle. Nóvoa Santos comme Manuel Lugrís (1863-1940), dernière des grandes figures du galicianisme d’avant-guerre à figurer dans le roman (LC, p. 95), se distinguent peut-être seulement de leurs compatriotes pour avoir eu la chance, presque extraordinaire en ce temps-là, de mourir de leur mort naturelle.

  • 16 Paul Ricoeur, Temps et récit 3. Le temps raconté, Paris, Le Seuil, p. 342-346.
  • 17 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 253-259.
  • 18 Manuel Rivas, « Os campesiños das palabras », in Toxos e flores, Vigo, Xerais, 1998, p. 135.

19Au-delà d’une simple « historicisation de la fiction16 », toujours propice à assurer la vraisemblance de l’histoire ainsi que l’» immersion fictionnelle17 » du lecteur, ici l’auteur semble davantage attaché à l’idée d’hommage rendu à ces victimes de la répression franquiste et peut-être plus encore à la volonté de rappeler à quel point la Galice de la Génération Nós bouillonnait d’individus tous plus brillants les uns que les autres. Car derrière cet inventaire morbide qui rappelle l’aspect implacable et systématique de la répression franquiste, Rivas parvient à faire ressortir l’incroyable dynamisme de la Galice durant la vingtaine d’années qui précéda la guerre civile. Cette effervescence est surtout l’œuvre de ces intellectuels que l’on a regroupé sous l’étiquette de la Génération Nós, du nom de la revue éponyme à laquelle tous collaborèrent, et que Rivas n’hésite pas à comparer aux encyclopédistes du siècle des Lumières : « Pour comprendre ce qu’a pu signifier la Génération Nós en Galice, je crois qu’il faut la comparer à ce que les Encyclopédistes ont signifié pour le siècle des Lumières » (« Para entender à que significou a Xeración Nós para Galicia eu creo que podemos comparala ao que significaron os Enciclopedistas para o Século das Luces18. ») En somme, l’Espagne de Franco n’a donc pas seulement assassiné des hommes et des femmes, elle a aussi mis un point d’arrêt à un renouveau culturel et politique sans précédent qui devait permettre à la Galice, après des siècles de sommeil (os séculos escuros), d’entrer dans une nouvelle ère de prospérité, notamment avec l’adoption du Statut d’Autonomie qui était prévue pour juillet 1936.

  • 19 Manuel Rivas, « considérome un modesto propagandista das excelencias do país », Toxos e flores, op (...)
  • 20 Cf. Antoine Fraile, « La société galicienne contemporaine : une identité multiple ? », art. cit.

20On voit ainsi que Rivas, sous couvert d’une histoire d’amour, n’oublie à aucun moment son rôle de « modeste propagandiste des excellences du pays19 », et ce qui est vrai pour la richesse culturelle de la Galice, l’est tout autant pour sa richesse culinaire comme suffirait amplement à le prouver cette scène inattendue où le docteur Da Barca convie ses camarades de prison à un somptueux banquet imaginaire20 composé aussi bien des produits les plus nobles que les plus simples et authentiques du terroir galiciano-asturien (langouste sur cœur de laitue de la vallée de Barcia servie avec un vin blanc du Rosal ; rôti de veau accompagné de pommes de terre servi avec un rouge d’Amandi et en dessert des châtaignes du Caurel) (LC, p. 90-92).

  • 21 Manuel Rivas, « ¿ De que falamos cando falamos de Galicia ? », in Toxos e flores, op. cit., p. 68.
  • 22 « A causa dos pobos solapados », ibid., p. 69.
  • 23 Jacques Beyrie, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Écriture, identité, pouvoir en Espagne, T (...)

21Rivas raconte dans un de ses articles que Castelao, plongé dans la solitude de son exil new-yorkais, a déclaré la chose suivante : « Je suis le fils d’une Patrie inconnue, parce que personne n’a su donner du prestige et du crédit à nos revendications patriotiques. » (« Eu son fillo dunha Patria descoñecida, porque ninguén soupo dar sona e creto internacional ás nosas reivindicaciónspatrióticas21 ».) En écho à cette sorte d’aveu d’impuissance et d’appel à l’aide du père du nationalisme galicien, Rivas s’est donné pour tâche prioritaire, comme nous l’avons signalé au début de notre étude, de « faire connaître la Galice au monde entier ». Il a beau savoir que les temps actuels sont plus favorables que ceux connus par Castelao pour entendre « la cause des peuples soumis22 », il sait aussi que le temps seul est impuissant. En revanche, la littérature peut beaucoup pour autant qu’on lui en donne les moyens (et Rivas est là pour les lui donner), car « dans la mesure où la nation relève de cet univers politique dont les éléments ne sont pas des données mais des représentations et des croyances, il est permis de se demander si le jeu de l’écriture – et de la lecture – ne serait pas en rapport avec l’établissement de pareilles représentations23. »

Bibliographie

Beyrie Jacques, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Écriture, identité, pouvoir en Espagne, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1994 (Hespérides).

Bollo-Panadero Lola, Picanço Luciano, « Visiones sobre las fronteras. Entrevista con el escritor gallego Manuel Rivas », in Letras peninsulares, automne 2002, p. 391-405.

Boyer Henri, Lagarde Christian (dir.), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ?, Paris, L’Harmattan, 2002.

Calvet Louis-Jean, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974.

Fraile Antoine, « La société galicienne contemporaine : une identité multiple ? », in Cahiers du Mimmoc, n° 2, sept. 2006 : http://edel.univ-poitiers.fr/cahiersdumimmoc/document300.php

Fraile Antoine, « El lápiz del carpintero de Manuel Rivas, ou l’amour plus fort que la mort », in actes du colloque Almoreal Fin de siglo, nuevos discursos : el humor, el amor y la muerte les 1er et 2 décembre 2000 à Angers, Angers, ALMOREAL, 2001.

Pérès Christine, « Écrire pour quel public ? O lapis do carpinteiro/El lápiz del carpintero de Manuel Rivas (1998) : une poétique de transgression des frontières », in Christian Lagarde (éd.), Écrire en situation bilingue, Perpignan, CRILAUP-Presses Universitaires de Perpignan, 2004, p. 457-470.

Ricoeur Paul, Temps et récit 3. Le temps raconté, Paris, Le Seuil, 1985.

Rivas Manuel, O lapis do carpinteiro, Vigo, Xerais, 1998 ; El lápiz del carpintero, Alfaguara, Madrid, 1998.

Rivas Manuel, En salvaxe compaña, Vigo, Xerais, 1994 ; En salvaje compañía, Madrid, Suma de letras, 2001 (Punto de lectura, n° 11).

Rivas Manuel, Toxos e flores, Vigo, Xerais, 1992 et 1998 (éd. aug.).

Schaeffer, Jean-Marie, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999.

Seara, Teresa, « Narrativa breve : un camino de diversidad », Ínsula, n° 629, mai 1999, p. 29-30.

Vilavedra, Dolores, Sobre narrativa galega contemporánea, Vigo, Galaxia, 2000.

Vilavedra, Dolores, « La narrativa gallega de los 80, una década de búsqueda », in Revista de lenguas y literaturas catalana, gallega y vasca, n° IV, 1994-1995, p. 231-236.

Villena Miguel Ángel, « Autores con dos lenguas, ¿traducir o reescribir ? », El País (Babelia), 28/10/2006.

Notes

2 Miguel Ángel Villena, « Autores con dos lenguas, ¿ traducir o reescribir ? », El País (Babelia), 28/10/2006.

3 Le film La lengua de las mariposas est en réalité le résultat du tissage de plusieurs nouvelles issues de ¿ Que me queres, amor ? (Vigo, Galaxia 1995), parmi lesquelles « A lingua das volvoretas » représente le noyau central du film.

4 Manuel Rivas, Toxos eflores, op. cit., p. 68.

5 Le concept de diglossie développé dans les années cinquante et soixante par les sociolinguistes nord-américains (Fergusson, Fishman) a été redéfini au cours des années soixante-dix par les sociolinguistes des pays catalans (Lafont, notamment) en « conflit diglossique » pour décrire non plus simplement une situation de domination « naturelle » d’une langue A (dite aussi Langue Haute) sur une langue B (Langue Basse, minorée...), mais pour mieux mettre en évidence le fait que les situations de diglossie sont le plus souvent le résultat d’une politique d’État dont le but est finalement la substitution complète de la langue B (par exemple le catalan, basque et galicien sous Franco) par la langue A (le castillan). Voir à ce sujet Henri Boyer et Christian Lagarde (dir.), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ? Paris, L’Harmattan, 2002, p. 11.

6 Qui écrit dans deux langues. On trouve aussi parfois le mot « digraphe ».

7 Cité par Antoine Fraile dans « El lápiz del carpintero de Manuel Rivas, ou l’amour plus fort que la mort », communication présentée à Orléans lors du colloque Almoreal Amor, humor y muerte, 1er et 2 décembre 2000.

8 Lola Bollo-Panadero, Luciano Picanço, « Visiones sobre las fronteras. Entrevista con el escritor gallego Manuel Rivas », in Letras peninsulares, automne 2002, p. 393-394.

9 Cf. Louis-Jean Calvet, « La langue, maquis du peuple », in Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1974, p. 154-157.

10 Rafa Villar, cité par Dolores Vilavedra, « O discurso metaliterario galego nos 80 e nos 90 », in Sobre narrativa galega contemporánea, Vigo, Galaxia, 2000, p. 32-33.

11 Manuel Rivas, « ¿ De que falamos cando falamos de Galicia ? », in Toxos e flores, Vigo, Xerais, 1998, p. 75.

12 Cf. Dolores Vilavedra, « La narrativa gallega de los 80, una década de búsqueda », in Revista de lenguas y literaturas catalana, gallega y vasca, n° IV, 1994-1995, p. 236 ; et surtout Teresa Seara, « Narrativa breve : un camino de diversidad », Insula, n° 629, mai 1999, p. 30.

13 Le sébastianisme est un mouvement mystico-séculier qui parcourut le Portugal suite à la mort du roi Sébastien à la bataille de Ksar el-Kébir (Maroc) en 1578 et qui consista à refuser de croire à sa mort et surtout à entretenir la légende de son retour ou de sa résurrection. Ce mouvement prit surtout de l’ampleur avec l’occupation dès 1580 du Portugal par les troupes espagnoles. Le peuple portugais nourrit ainsi l’espoir du retour d’un Sébastien triomphant qui chasserait les troupes espagnoles et rétablirait la monarchie. En somme, le sébastianisme est une sorte de messianisme adapté à la situation de crise vécut par le Portugal au xvie siècle et qui se traduit par la résurrection d’un mort illustre qui viendra mettre un terme à une crise et qui saura redonner au pays et au peuple leurs richesses et splendeurs passées.

14 On trouvera une analyse remarquable de ce roman dans un article de Christine Pérès, « Écrire pour quel public ? O lapis do carpinteiro/El lápiz del carpintero de Manuel Rivas (1998) : une poétique de transgression des frontières », in Christian Lagarde (éd.), Écrire en situation bilingue, Perpignan, CRILAUP-Presses Universitaires de Perpignan, 2004, p. 457-470.

15 En réalité, l’histoire du personnage de fiction Da Barca est inspirée de celle authentique du docteur Francisco Comesaña, que Rivas avait rencontré en 1989 en tant que journaliste. Cf. Christine Pérès, art. cit., p. 463.

16 Paul Ricoeur, Temps et récit 3. Le temps raconté, Paris, Le Seuil, p. 342-346.

17 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 253-259.

18 Manuel Rivas, « Os campesiños das palabras », in Toxos e flores, Vigo, Xerais, 1998, p. 135.

19 Manuel Rivas, « considérome un modesto propagandista das excelencias do país », Toxos e flores, op. cit., p. 65.

20 Cf. Antoine Fraile, « La société galicienne contemporaine : une identité multiple ? », art. cit.

21 Manuel Rivas, « ¿ De que falamos cando falamos de Galicia ? », in Toxos e flores, op. cit., p. 68.

22 « A causa dos pobos solapados », ibid., p. 69.

23 Jacques Beyrie, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Écriture, identité, pouvoir en Espagne, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1994, p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540