Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Hennessy (1874-1944)

 | 
François Dubasque

Conclusion

Texte intégral

1Lorsque Jean Hennessy entre en politique, rien ne laisse présager un parcours si complexe et déroutant !

Les étapes marquantes d’un itinéraire politique

  • 1 C. Charle, « Les parlementaires : avant-garde ou arrière-garde d’une société en mouvement ? », dan (...)

2Issu de la grande bourgeoisie négociante, il bénéficie d’un capital d’influence politique, économique et social légué par sa famille. Or, le processus de démocratisation du recrutement du personnel politique dans la première moitié du xxe siècle aboutit à la marginalisation progressive de ceux pour qui le moyen d’accéder aux échelons du pouvoir repose sur un tel héritage. La part des fractions possédantes – grands propriétaires, industriels, négociants, hommes d’affaires – diminue au sein de la représentation parlementaire1. Jean Hennessy appartient donc plutôt à l’arrière-garde d’une population d’élus dont les critères de représentativité subissent une profonde transformation. Sa position sociale est un vecteur essentiel de réussite électorale. Son nom jouit d’une solide réputation dans la vie économique et politique locale. Sa famille a donné trois générations d’élus conservateurs au département de la Charente. Jean Hennessy fait donc la conquête de la circonscription de Barbezieux grâce à un puissant pouvoir coercitif et une identification partisane claire. C’est en partie grâce à cet héritage qu’il se maintient dans son fief durant vingt-deux ans. Au contact de son beau-père Albert de Mun, il élargit cependant sa culture politique et s’ouvre de nouveaux horizons. Son projet de représentation professionnelle et régionale réalise ainsi la synthèse des idées libérales et catholiques sociales. Il exprime une volonté tenace de moderniser les rapports entre les citoyens et l’État. Mais la Première Guerre mondiale lui offre de nouvelles perspectives de réforme. Sous l’impulsion de Charles-Brun qui l’initie au socialisme proudhonien, Jean Hennessy s’en gage fermement dans le débat public à partir de 1917 et devient l’ardent et inlassable défenseur d’une solution pacifique fondée sur le fédéralisme. Son discours réformateur et le travail législatif soutenu pendant la guerre obtiennent peu de résultats concrets. Mais les actions conduites à la tête de la Société Proudhon le situent parmi les pères fondateurs du mouvement internationaliste de l’entre-deux-guerres. Au lendemain du conflit, il fréquente à présent les milieux pacifistes de gauche dont il finance les organes de presse, en particulier L’Œuvre et Le Progrès Civique. Son engagement personnel a donc sans conteste bouleversé un itinéraire qui semblait prédestiné par l’héritage familial. Son glissement idéologique du régionalisme économique au fédéralisme politique s’est en effet accompagné d’un reclassement politique de la droite vers la gauche. Cette position nouvelle sur l’échiquier politique n’a toutefois aucun point commun avec le premier glissement opéré par Jean Hennessy en 1914. À cette époque, le député préférait rejoindre la Gauche démocratique plutôt que de continuer à siéger parmi les progressistes. Mais son recentrage, à l’instar de plusieurs autres notables de droite, s’inscrivait dans un cadre plus large de recomposition politique à l’heure de l’extinction des querelles religieuses.

3Le ralliement de Jean Hennessy à gauche après la guerre présente une double originalité. Tout d’abord, il existe peu d’exemples sous la Troisième république du choix effectué par des héritiers de grandes lignées conservatrices de mener une carrière politique dans le camp adverse. Or, il ne fait aucun doute que les nouvelles orientations idéologiques et politiques de Jean Hennessy résultent de solides convictions, et non pas de manœuvres à finalité électorale. Son adhésion au groupe des républicains socialistes en 1919 intervient ainsi à contre-courant des résultats électoraux charentais. enfin, la voie de l’action militante constitue pour un grand notable une filière d’accès particulièrement originale aux fonctions et responsabilités politiques. Jean Hennessy cherche en effet à mettre en application un projet de réforme soit en agissant au niveau parlementaire, soit en mobilisant l’opinion publique. Il prend fait et cause pour certaines idées quitte à se trouver parfois entraîné sur le même terrain que les socialistes. Ce comportement non-conformiste provoque les vives réactions de quelques-uns de ses pairs qui le considèrent au mieux comme un doux utopiste, au pire comme un ambitieux sans scrupule dont la fortune autorise tous les écarts. Beaucoup ne le prennent pas au sérieux et mettent en doute sa crédibilité.

Un homme de réseaux

4Sa capacité à mobiliser ses réseaux dans le combat politique fait pourtant de lui une personnalité incontournable. C’est sous son impulsion que les dirigeants de L’Œuvre, du Quotidien et de la Ligue pour l’organisation de la SDN unissent leurs forces dans la Ligue de la république en 1921 et mènent une rude campagne contre le Bloc national. Jean Hennessy démontre un indéniable talent pour créer et animer des mouvements agissant tout à la fois en tant que laboratoires d’idées et comme groupes de pression. Malgré des audiences inégales, et au-delà de leurs différences, ses entreprises semblent poursuivre un objectif unique : celui de moderniser un État en crise. Ses discours antirépublicains et ses appels à la révolution de 1935 relèvent à cet égard davantage d’une adaptation opportuniste aux circonstances que d’une transformation radicale de ses projets de réforme.

5Les réseaux d’influence et leurs canaux d’expression sont donc le véritable nerf de la carrière de Jean Hennessy durant les années 1920. C’est en effet par le biais des cercles associatifs de soutien à la SDN qu’il obtient son premier poste officiel à Genève en 1920. La remise en cause du système de relations sur lequel il fondait son influence est à l’origine de son isolement politique, elle fournit au passage une preuve supplémentaire de son importance dans sa trajectoire politique. Jean Hennessy paraît en revanche beaucoup moins habile à prendre la mesure des nouvelles conditions de la vie politique nationale. Il conserve dans ses campagnes électorales sur le terrain les réflexes du notable. Il perd ainsi son siège de député de Barbezieux en 1932, faute d’avoir su estimer le rôle nouveau des structures partisanes à l’échelon local.

Un itinéraire ambivalent

6Au terme de cette étude, plusieurs remarques s’imposent : la biographie de Jean Hennessy met en évidence un homme à la charnière de deux conceptions de la vie politique : celle archaïque du grand notable et celle de l’homme politique moderne. Il a su mettre à profit ses réseaux d’influence, porteurs d’idées de réforme et d’ambitions politiques, mais il reste viscéralement attaché à son indépendance et n’a jamais accepté d’être inféodé à un parti. Or, lorsque les cercles de solidarités qu’il avait patiemment édifiés se désagrègent, il se trouve marginalisé et essuie plusieurs échecs politiques. C’est sans doute cette ambivalence qui explique le paradoxe entre la durée de sa carrière parlementaire – vingt-six ans – et la rareté de ses responsabilités ministérielles. Chercher par ailleurs à réaliser des rapprochements entre son itinéraire et celui d’autres parlementaires s’avère une tâche difficile. André Tardieu, champion comme lui du contrôle parlementaire pendant la Première Guerre mondiale, puis partisan du renforcement du pouvoir exécutif au milieu des années 1930, n’a en revanche rien d’un transfuge politique. D’un autre côté, certains néo-socialistes, attirés dans la voie du pacifisme à l’issue du premier conflit mondial, en rupture avec leur famille d’origine au début des années 1930, sont tentés tout comme Jean Hennessy par une certaine forme de radicalisation. Mais l’engagement de Déat et Marquet dans la collaboration est sans commune mesure avec l’attitude de Jean Hennessy sous le régime de Vichy. Aucune de ces comparaisons ne présente donc un caractère de stricte analogie. Il y a lieu en définitive de considérer Jean Hennessy comme un personnage atypique. L’action militante qu’il poursuit en faveur de la réforme de l’État constitue un curieux mélange de lucidité, d’improvisation, et de remise au goût du jour d’un ancien fond idéologique. Elle donne de lui l’image d’un précurseur d’idées dans certains domaines. Mais dans les mouvements de soutien à la SDN à la fin de la Première Guerre mondiale comme dans ceux qui prônent une union européenne à la veille du deuxième conflit, les positions qu’il défend sont toujours minoritaires. Jean Hennessy semble ainsi en perpétuel décalage, d’où le fossé entre ses conceptions et ses ambitions. La cohérence de ses idées est indéniablement plus forte que celle de sa carrière politique et de ses choix partisans. La complexité de sa trajectoire et son caractère touche-à-tout procurent pourtant toute sa richesse et son intérêt à sa biographie. Ils donnent un éclairage précieux sur certaines périodes et questions fondamentales à la compréhension de la Troisième république : les réseaux d’influence, le parlementarisme de guerre, les rapports entre le pouvoir politique, l’argent et la presse, ou encore le débat sur la modernisation de l’État caractéristique de « l’esprit des années 1930 ». À maints égards, son parcours n’en apparaît pas moins comme un échec : ses fluctuations et ses erreurs stratégiques reflètent un sens politique limité. On est dès lors en droit de s’interroger sur la véritable nature de son influence. Dans quelle mesure ce riche négociant en quête d’un rôle politique n’a-t-il pas été, comme le suggèrent les expériences cartelistes et niçoises, instrumentalisé et sa fortune mise au service de plus puissants que lui ?

Notes

1 C. Charle, « Les parlementaires : avant-garde ou arrière-garde d’une société en mouvement ? », dans J.-M. Mayeur, J.-P. Chaline et A. Corbin (dir.), Les parlementaires de la Troisième République, op. cit., p. 45-63.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540