Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

 | 
Rita Olivieri-Godet

Deuxième partie. Mémoire, histoire et mythe

Chapitre 17. Simone Carpenthier, actrice et témoin de l’Histoire du Grão-Pará et Rio Negro selon Márcio Souza

Brigitte Thiérion

Texte intégral

1Le récit intitulé Desordem (Désordre) est présenté comme le résultat d’un travail de collage réalisé à partir des fragments parvenus jusqu’à nous des mémoires écrites par une Française installée au Para au xixe siècle, Anne-Marie Presle de Senna, alias Simone Carpenthier. Le caractère lacunaire du document original a rendu nécessaire un travail de reconstruction, allant même jusqu’à l’addition de parties complémentaires. Cette particularité nous place devant un document hybride, fruit d’une écriture à quatre mains, où alternent la première personne, présentant une perception intériorisée des événements, et la troisième personne, présentant une vision plus extérieure. Ce choix stylistique constitue un élément significatif pour l’interprétation du texte.

  • 1 Márcio Souza, Desordem, Rio de Janeiro, Record, 2001, 252 p. (vol. 2), Crônicas do Grão-Parà e Rio (...)

2Desordem est le deuxième volume d’une tétralogie intitulée Crônicas do Grâo-Pará e Rio Negro (Chroniques du Grâo-Parἁ et Rio Negro) dans laquelle Marcio Souza reconstitue les étapes de la Cabanagem, une révolte populaire survenue au xixe siècle. Il apporte un témoignage qui reconstitue le parcours du leader de la révolution populaire du Para, le chanoine Batista Campos, dont la disparition brutale déclenche le récit. Par le choix du terme Desordem1 (Désordre), l’auteur met l’accent sur l’appréciation d’un état : une situation de crise et de déséquilibre qui signale une rupture par rapport à la norme. Ce constat qui peut s’entendre au plan matériel comme psychologique, s’appliquer à l’individu ou à la société, caractérise également un espace et trace une dynamique dans le temps. Ces circonstances historiques nous ramènent à une problématique identitaire. Il est intéressant de décliner cette notion de désordre à l’ensemble du récit, de lui trouver une résonance au niveau des personnages, de l’intrigue, du lieu et des circonstances, en nous focalisant sur le point de vue de la narratrice, Anne-Marie. Que nous apporte ce regard singulier émanant d’une étrangère, devenue malgré elle tantôt actrice tantôt spectatrice, tour à tour intégrée ou en marge de la société paraense du xixe siècle ?

  • 2 Márcio Souza, Lealdade, Rio de Janeiro/São Paulo, Record, 2001, 4e ed., 253 p. (vol. 1) Crônicas d (...)
  • 3 Márcio Souza, Revolta, Rio de Janeiro, Record, 2005, 301 p., (vol. 3) Crônicas do Grâo-Para e Rio (...)
  • 4 À paraître.

3Ces observations préalables sur le titre du deuxième volume incitent à le replacer dans l’économie générale d’une œuvre répartie sur quatre tomes. La mise en perspective révèle une progression dans l’intensité dramatique. Lealdade2 (Loyauté) définit une valeur morale qui ne peut s’entendre que dans un rapport à l’Autre ou à une idée. Desordem (Désordre) suivi de Revolta3 (Révolte) sont liés par une relation de cause à effet. Enfin Derrota4 (Déroute) préfigure la tonalité de la conclusion. Ces différents éléments induisent une prise de position idéologique en faveur des vaincus, à contre-courant du sens de l’Histoire. Ils nous convient à suivre de l’intérieur les phases d’un processus douloureux au terme duquel le Grâo-Para fut annexé à l’Empire Brésilien. Ces Chroniques tracent une chronologie événementielle, allant de 1783 à 1835, à la veille de la révolution, pour les trois ouvrages parus à ce jour et sur lesquels porteront les observations qui suivent.

Le contexte politique

4Il convient donc de revenir, brièvement, sur le contexte politique dérivé de l’Histoire de l’exploration du Continent. Deux fronts de colonisation sont créés par les Portugais, l’un au sud, après la découverte de Cabral en 1500, l’autre au nord, grâce à la découverte de Iañes Pinzon en 1498. À partir de 1630, les Portugais constituent au nord du continent une entité appelée état du Maranhâo et Grão-Para dont le siège sera initialement São Luis. Lorsque le front de colonisation s’étend vers le Rio Negro, à partir de 1751, Belém en devient la capitale administrative. La ville se distingue par sa prospérité et son patrimoine architectural. De notables différences séparent les deux colonies. Alors que l’économie du sud repose sur la grande propriété et le travail esclave, celle du nord privilégie les petites propriétés de cueillette et une industrie locale qui l’amène à commercer directement avec l’Europe et les pays avoisinants. En 1772, l’État de Grão-Para et Rio Negro est créé. Lorsque la cour quitte précipitamment le Portugal, envahi par les troupes napoléoniennes et s’installe à Rio, les deux colonies demeurent indépendantes l’une de l’autre. C’est en 1823, un an après son indépendance, que l’Empire du sud annexe son voisin du nord.

  • 5 Márcio Souza, « Amazônia e modernidade », Estudos avançados, mai/août 2002, vol. 16, n° 45, p. 31- (...)

5Au nord, la proximité de Cayenne a favorisé la diffusion clandestine des idées révolutionnaires venues de France5. Les intellectuels, parmi lesquels figurent des femmes regroupées en sociétés secrètes, souhaitent l’instauration d’une république, de préférence à une monarchie européenne jugée rétrograde. La population dirigeante oppose alors une résistance à l’occupant et se scinde en trois factions rivales comme le démontre la transcription de cette scène datée de 1823 :

  • 6 Lealdade, p. 224 (vol. 1) « – Viva El-Rei !gritavam os Portugueses./ – Viva o imperador !–gritavam (...)

– Vive le Roi ! criaient les Portugais.
– Vive l’Empereur ! – criaient certains
– Vive le Grâo-Para libre – criions-nous6.

Une autobiographie fictive

6L’un des aspects stylistiques marquants de cette composition d’ensemble consiste à déléguer l’écriture de chaque volume à un protagoniste différent, mêlé de près ou de loin aux événements et appartenant à la sphère des insurgés : un personnage de second plan, anonyme ou proche du pouvoir et des personnages dont l’Histoire a gardé la mémoire et laissé un portrait officiel.

  • 7 Márcio Souza, « Entrevista », Cadernos de Literatura Brasileira, São Paulo, Instituto Moreira Sale (...)

7Chaque volume se présente donc comme un récit autobiographique. Il s’agit des notes d’un carnet, d’un ensemble de cahiers ou encore d’un journal. Ce procédé stylistique impose le ton de la confidence et de la subjectivité. L’écriture à la première personne se révèle être, de l’aveu de l’auteur, un recours inhabituel chez lui, d’une mise en œuvre délicate7. Ce parti pris dénote la volonté d’imposer, au premier plan, la perception partielle et intériorisée du personnage, de privilégier sa vérité, et de la substituer à une vision englobante des événements. Par l’addition des points de vue, l’auteur reconstitue le puzzle d’un drame vécu de l’intérieur et fait le récit de quelques-uns de ses épisodes les plus marquants. Cette représentation bouleverse une figuration linéaire et purement événementielle, pour s’attacher à donner la mesure de la tension qui conduit au soulèvement Cabano.

8Ces Crônicas do Grão-Pará e Rio Negro s’apparentent à la chronique, parce qu’elles tracent la chronologie d’un fait historique, mais se différencient du genre classique car il ne s’agit pas ici d’établir une version officielle, présentée comme objective, ni même de s’attacher à la personne d’un souverain, ou à son règne. Le terme chroniques, au pluriel, désigne un récit de type journalistique qui expose un point de vue inspiré par des faits d’actualité. L’Histoire, ici, se construit par l’addition de témoignages parcellaires et populaires, elle n’est pas dictée par le pouvoir. Ce réemploi et cette focalisation sur une parole populaire peuvent se lire comme des références ironiques à un genre traditionnellement utilisé pour élaborer une version univoque de l’Histoire.

  • 8 Sérgio Buarque de Holanda, O Brasil Monârquico. Disper São e unidade, São Paulo, Difusão Européia (...)

9Cette déconstruction se perçoit également dans le choix des narrateurs. Le premier, Pedro Barata, alias Fernando Simões Correia, est un officier de l’armée coloniale portugaise qui déserte en 1823, lors de la première insurrection populaire8. Anne-Marie Presle de Senna, alias Simone Carpenthier, est une jeune française exilée à Cayenne, puis conduite à son corps défendant à Belém. Mauricio Vilaça, le filleul de Pedro est commerçant ; il est un fils de bonne famille et préfère les femmes à la politique.

10La multiplication des voix narratives invite le lecteur à se livrer à un travail implicite de recoupement, voire de confrontation des divers témoignages. Il y est incité par la présence de distorsions, d’anomalies, d’oublis ou de silences, qui rappellent la complexité d’un travail de remémoration, indissociable d’une part d’oubli. Le récit des épisodes de la vie sentimentale de Pedro et Simone est révélateur de ce phénomène. Le lecteur peut attribuer les distorsions observées à la mémoire défaillante de l’un des narrateurs, comme le suggère le titre du Livre 1 de Lealdade qui introduit la première partie du récit de Pedro, daté de novembre 1823 :

  • 9 Lealdade, (vol. 1), p. 17 « Livro 1 : Onde se relatam com a vozpouco fiel da memôria fatos ocorrido (...)

Livre 1 : Où l’on raconte avec la voix peu fidèle de la mémoire des faits survenus entre 1783 et 18109.

  • 10 Paul Ricœur, « La mémoire saisie par l’histoire », Revista de Letras, São Paulo, UNESP, 2003, n° 2 (...)

11Mais il peut également y voir un réflexe de pudeur de la part de la narratrice qui destine ce récit à son fils et qualifie sa démarche de devoir de mémoire, au sens où l’entend Paul Ricœur de « devoir de ne pas oublier10 ».

12Cette caractéristique suscite l’incertitude, voire l’incompréhension. Elle permet ainsi de remettre en cause une conception monolithique qui valorise la cohérence du récit. Elle place le lecteur en position de critique. Tout comme la fragmentation des témoignages, cette figuration s’oppose à une univocité réductrice et à une forme de consensus. En donnant à voir des failles dans la logique, des imperfections, des aspérités, l’auteur s’inscrit en faux contre l’ordre établi. D’autre part, réinvestissant le drame de sa dimension humaine, il introduit une forme de contestation implicite.

13La version commune et imposée des événements a été constituée à partir des documents rédigés par le pouvoir d’occupation employé à rendre des comptes à ses autorités supérieures. Cette parole officielle est rapportée par les lettres qui introduisent chacune des parties des deux premiers volumes. L’insertion de ces documents historiques a une double fonction. D’une part, elle favorise la contextualisation dans le passé par l’usage d’une langue et de tournures de phrases archaïques qui contrastent avec le registre de langue employé ensuite ; d’autre part, elle crée une distance critique à l’égard des autorités représentées uniquement dans leur dimension répressive. Les lettres servent systématiquement de repoussoir et de base à l’argumentaire développé dans chaque partie où est privilégiée la cause des opprimés.

14Dans Visóes da Cabanagem (2001), Luis Balkar élabore une bibliographie commentée des études consacrées au mouvement Cabano. Dans la préface à l’ouvrage, José Ribamar Bessa Freire commente les propos d’une historienne chargée de la formation des professeurs d’école en Amazonie. Ils sont révélateurs de l’image du mouvement diffusée jusqu’à une époque récente et soulignent l’émergence d’une démarche critique que nous retrouvons dans le récit de Marcio Souza :

  • 11 José Ribamar Bessa Freire, « Prefácio » in Luis Sá Peixoto Pinheiro Balkar, Visóes da Cabanagem, M (...)

D’après elle, les Cabanos étaient violents et cruels, des assassins, inhumains, des êtres sans instruction ni culture, des marginaux, des inférieurs. Elle ne contextualisait pas la violence et ne disait rien des atrocités commises par les forces de répression du mouvement cabano11.

15La fiction, ici, est le lieu où s’expose la parole populaire, la forme autobiographique reconstruit la dialectique dans laquelle se situe l’individu. Cette problématique redonne au temps sa durée et son élasticité. La dimension subjective charge paradoxalement le récit d’un plus grand réalisme et d’une plus grande humanité, elle contribue à l’éloigner de la généralisation et de la froideur de l’Histoire.

16Les observations de Katarina Mélic à propos de l’ouvrage de Danilo Kis, Un tombeau pour Boris Davidovitch (1976) caractérisent les rapports entre fiction et Histoire :

  • 12 Katarina Melic, « La fiction de l’Histoire dans Un tombeau pour Boris Davidovitch de Danilo Kis », (...)

Selon Danilo Kis, la littérature doit corriger l’Histoire, parce que l’Histoire est généralité tandis que la littérature est concrète. L’Histoire, c’est le nombre, le pluriel alors que la littérature, c’est le singulier, l’individu(el). Quand il emploie le mot « corriger », l’écrivain sous-entend : comment donner à l’indifférence de l’Histoire le ton du concret et de la véracité sinon par l’utilisation de documents authentiques, de lettres et d’objets portant trace de concrétude12 ?

  • 13 Márcio Souza, « Entrevista », Cadernos de Literatura brasileira, p. 42.

17Márcio Souza s’insère dans une telle mouvance, la recherche d’une singularité et la volonté de réécrire afin de redonner corps à l’impersonnel. Mais il se heurte à un problème spécifique, lié à l’absence de témoignage populaire, c’est pourquoi il élabore des témoignages créés de toutes pièces. Ils sont le fruit d’un travail de synthèse et de transposition réalisé à partir des recherches personnelles qui l’amènent à analyser les comportements dans des situations jugées similaires13. Il avoue ainsi avoir beaucoup travaillé sur les conflits récents survenus au Kosovo et qui ont été largement documentés. Cette attitude favorise une compréhension universalisante des phénomènes. Les Chroniques ne retracent pas seulement l’histoire d’un drame régional, elles sont pour l’auteur chargées d’une forme d’exemplarité.

Une écriture à quatre mains

18Les carnets de Pedro, le journal de Mauricio, les cahiers d’Anne-Marie sont également inachevés ou lacunaires. La notion de désordre s’applique à la restitution matérielle du récit qui forme le deuxième volume dans lequel Anne-Marie retrace ses mémoires. Le paratexte révèle un jeu littéraire. Le récit est précédé d’une introduction qui présente au lecteur un travail de restauration entrepris à partir des fragments d’un document original, soi-disant retrouvé. Il y est fait l’exposé minutieux des vicissitudes subies par les manuscrits laissés par Anne-Marie, du travail d’écriture rendu nécessaire par leur caractère lacunaire et discontinu, et de leur réorganisation arbitraire. L’accent y est mis sur leur disparition en Europe, puis leur réapparition à Ankara où un magnat amazonien en fait l’acquisition par hasard et les ramène à leur point de départ, par chance ou ironie du sort ! Ce scénario, plein de rebondissements, souligne le caractère exceptionnel autant qu’improbable d’une pareille trouvaille. L’historique, jusqu’à leur compilation entre les mains d’un « écrivain obscur », mêle l’humour, l’irrévérence et la satire. Ainsi, pour expliquer la perte d’une partie des feuillets originaux, l’auteur suggère qu’ils aient pu être censurés par le fonctionnaire de la Porte Sacrée en Turquie, en raison d’un contenu jugé licencieux. Certes, les étapes capricieuses de ce périple érigent le hasard en bienfaiteur, mais elles dessinent également en filigrane le parcours semé d’embûches auquel se heurte la transmission de la mémoire populaire dans une société exposée à des bouleversements politiques et maintenue dans une situation culturelle périphérique. Il faudra qu’un journaliste, toujours selon la fiction, dénonce en 1994 le peu de soins apportés à la préservation de la mémoire nationale, pour que soit entrepris le travail de restauration et de publication qui nous est présenté. L’auteur fictif de l’introduction, un universitaire, présente le récit final comme un travail d’écriture à quatre mains. Les frontières entre les deux écritures sont difficiles à placer, et pour cause !

  • 14 Ibid., p. 39.

19La fiction organise une machination littéraire destinée à parodier le document scientifique. Devenu l’objet de soins particuliers, du fait de sa rareté, le récit original acquiert une valeur ajoutée et peut prétendre dès lors au statut de document historique. Le critique explicite les choix qui ont présidé à l’élaboration d’une traduction du français au portugais, linguistiquement homogène et acceptable pour le lecteur du xxe siècle. Le soin apporté à se justifier contribue grandement à créer une parfaite illusion de réalité ; en outre, il justifie des choix de style et explique des ruptures par rapport au pacte narratif initial. De prime abord, seul un examen attentif révèle des anomalies, comme l’accumulation de détails improbables, la référence à des personnes issues de l’entourage de l’auteur. L’introduction s’avère être un pastiche amical ou entre une part d’autodérision, car rappelons-le, l’écrivain a assumé quatre années durant les fonctions de Directeur du Département National du Livre à la Bibliothèque nationale14. La mystification conforte l’assertion de l’épigraphe de Desordem, le second volume de la tétralogie, et entretient le lecteur dans la confusion entre fiction et réalité :

  • 15 Desordem, (vol. 2), Epigraphe « Este livro é uma ficçáo histórica. Nomes, personagens, lugares e in (...)

Ce livre est une fiction historique. Les noms, les personnages, les lieux et les incidents peuvent, à part égale, se baser sur l’Histoire ou relever de la pure invention littéraire15.

  • 16 Ibid., p. 22.

20Le même procédé se retrouve également dans les annotations qui émaillent le texte. Il n’est pas rare d’y trouver des références étranges que l’auteur de l’introduction présente comme les miettes de pain laissées sur le chemin de la forêt par Joâo et Maria16. Cette référence explicite et inattendue à l’univers des contes réaffirme que nous sommes en présence d’une fable, qui ouvre la voie vers une autre manière d’appréhender la connaissance du passé et apporte un éclairage original sur les faits. L’auteur ne viserait-il pas, là encore, à désacraliser le travail du critique ou de l’historien ? Il repose le problème de la véracité des documents historiques, soumis à un travail de reconstruction par le biais de la fiction. Il dessine la limite imprécise séparant le travail de l’historien de celui de l’écrivain, un mystificateur, qui accorde avant tout la primauté à l’imagination et présente une construction savamment élaborée, un jeu de piste destiné à éclairer et à éveiller la conscience critique du lecteur.

21Il y a là un paradoxe, car recourant au roman historique, le propos de l’auteur – comme l’annonce la troisième de couverture – consiste à apporter : « …un peu de lumière dans notre amnésie historique17 », une intention réitérée lorsqu’il observe que les Brésiliens souffrent d’» arythmie historique18 ». Apporter des lumières ne signifie donc pas apporter « la lumière ». Par le biais de la parodie, Marcio Souza se pose en critique face aux institutions.

22Deux remarques enfin sur l’identité des personnages, elle est aussi chargée de sens. Le coffre contenant les manuscrits se trouve appartenir au Dr Bentes de Souza (nom de famille de l’auteur) quand à Anne-Marie Presle de Senna, son nom reprend une partie du patronyme de son père : Jamacy Senna Bentes de Souza. Ces détails tracent une généalogie qui désigne l’auteur comme le dépositaire, l’héritier de cette mémoire, et l’investissent d’une mission : la lutte contre l’oubli. Dans ce même registre, ne serait-ce pas à dessein que la critique s’appelle Terezinha Chermont de Miranda, du nom du fondateur du journal anti-esclavagiste : « A Província do Para » ? Ce journal du parti libéral, devenu par la suite indépendant, a disparu en 2001, date de parution de Desordem. S’agit-il d’un hasard ?

Une parole féminine

23L’introduction souligne l’intérêt de faire entendre une parole féminine, en vertu de sa rareté. Son récit intéresse à divers titres, car Anne-Marie témoigne d’une expérience en temps de guerre. Elle a la particularité d’avoir traversé les grands conflits de son siècle. La première partie de ses écrits concerne sa période de captivité à Belém. Elle y remémore les étapes de son enfance française, marquée par la Terreur, puis de son adolescence vécue dans le sillage de l’armée de Napoléon. À Cayenne où elle a suivi son père, médecin particulier du Commissaire Impérial Victor Hugues, elle est faite prisonnière par les troupes portugaises d’occupation. Sa vie atteste la violence de son époque.

24Loin de glorifier l’aspect guerrier, ces différentes étapes mettent l’accent sur l’horreur, la peur, la souffrance, la maladie et la défaite. La guerre change le cours de sa vie, détruit sa famille et laisse des stigmates irréparables dans son histoire. Le récit nous présente des victimes désarmées et innocentes : son grand-père, sa mère et plus tard son mari. Son enfance et son adolescence passées auprès d’un père médecin, parmi les blessés de la Grande Armée, témoignent du caractère irréductible de la vie qui se développe envers et contre tout. Ces circonstances adverses forgent un esprit rebelle et lui donnent le goût de l’indépendance qui lui fait refuser tout compromis. Maître d’elle-même, elle n’hésite pas à regagner la France et à s’éloigner de son geôlier, Pedro, devenu son amant, malgré l’attachement qu’elle lui porte.

25La narratrice est doublement en retrait lors de son premier séjour au Para, elle est prisonnière et étrangère. Ce recours à un témoin étranger se place dans une tradition littéraire qui, par la confrontation des cultures, favorise l’observation critique. Ainsi, Anne-Marie exprime un point de vue mitigé, elle mesure la distance qui la sépare de l’Europe et porte un jugement sévère sur la bonne société paraense. Elle lui reproche de singer les comportements européens, elle la trouve ennuyeuse, provinciale et hypocrite. À l’inverse, sa situation lui révèle aussi les faiblesses de sa propre culture. Elle mesure la contrainte imposée au corps féminin dans la civilisation européenne. Elle apprécie l’aisance et le naturel des gens du peuple. Elle attribue à un héritage indigène une liberté inhabituelle qui dévoile leur beauté et leur sensualité. Elle incarne la confrontation à l’altérité et exprime l’attitude critique de l’auteur qui enrichit notre perception des deux cultures, européenne et américaine.

26Son identité de Française au xixe siècle impose la référence à une forme de rayonnement culturel et fait d’elle un porte-parole de la culture humaniste. À travers elle, Pedro se passionne pour des idées et une autre culture. Ses propres sentiments et ses choix réaffirment une éthique, l’attachement à des valeurs morales et philosophiques, le goût de la liberté de penser. C’est pourquoi elle met en évidence les contradictions de la bourgeoisie paraense et des intellectuels libéraux, tel le chanoine Batista Campos qui, malgré leur progressisme, demeurent attachés à l’esclavage pour des raisons économiques.

  • 19 Desordem, (vol. 2), p. 117.

27Par opposition à ce comportement qu’elle juge rétrograde, elle observe l’implication incontestée des femmes dans la vie politique et publique, grâce à l’existence de sociétés secrètes19. Lors de son deuxième séjour, elle exprime avec fierté son appartenance à la Société des Nouvelles Amazones. Elle participe activement à leurs luttes, y trouve des amitiés et un soutien à la mort de Pedro. Cette valorisation lui fait prendre conscience de la discrimination dont la femme fait l’objet dans la société française. Les huit années d’absence qui séparent ses deux séjours au Para servent à mettre en évidence la dégradation économique de la ville et de l’Etat placés sous le joug d’un régime oppresseur et la désespérance d’un peuple réduit à la famine. Elle perçoit l’imminence d’une révolte populaire. Sa maturité lui fait entrevoir l’inculture politique d’une population maintenue dans l’ignorance et pressentir les conséquences de la mort du chanoine Batista Campos, le leader du mouvement.

28Son extériorité lui fait percevoir les spécificités d’un monde qui lui est étranger et contribue à constituer l’image d’une singularité américaine qui ouvre la voie vers la prise de conscience d’une identité en construction.

Une identité révélée

29Pedro, le compagnon d’Anne-Marie, est né au Para. Cet officier au service du royaume portugais connaît une trajectoire intellectuelle remarquable. Il découvre les idéaux de la Révolution française lors de son passage à Cayenne. Il prend alors conscience de son identité, façonnée par sa terre natale, une terre éloignée du royaume dont il est le vassal. Cette découverte le placera, le moment venu, du côté du peuple, contre le joug du colonisateur portugais puis contre les injustices des représentants de l’Empire Brésilien. Pedro deviendra l’un des martyrs de la cause populaire du Para. Ce parcours idéologique, qui marque sa destinée, a été indirectement favorisé par sa rencontre avec Anne-Marie. Sa passion pour elle se nourrit de cet idéal, autant que de la part de mystère et d’incompréhension qui les sépare du fait de leur éducation. Elle incarne l’Etrangère, l’Occidentale, une forme de modernité et d’irréductibilité dont l’étrangeté le fascine. Alors que l’Histoire les oppose, ces deux êtres expriment, dans une relation singulière, la fascination qu’exercent les deux mondes l’un envers l’autre.

30La jeune femme noue des amitiés profondes avec quelques-uns des personnages clés de la Révolution : Bernardo, Eduardo Angelim et en particulier Batista Campos, un être complexe, dont la mort l’affecte à tel point qu’elle déclenche son récit et lui fait entrevoir l’étendue du désastre qui s’abat sur le Para. Douée d’une grande clairvoyance issue de son expérience passée, elle manifeste son attachement à la cause populaire. Après bien des vicissitudes, elle fait sien ce pays qui lutte contre le despotisme, pour la liberté et l’indépendance.

31Elle adopte un ton grave pour commenter les épisodes qui conduisent à la Cabanagem. La montée de la colère populaire s’exprime en des rébellions larvées suivies de répressions sanglantes. Des épisodes, où s’impose la présence d’un narrateur omniscient, viennent interrompre le cours de son récit : il s’agit de scènes de meurtres. Le premier nous fait vivre le lynchage de deux indiens esclaves en fuite, le deuxième, relate l’exécution d’un jeune vacher amoureux de la fille de son patron, le troisième retrace les circonstances de l’assassinat de Pedro. Exemples des pratiques féodales entretenues par les grands propriétaires exerçant, en toute impunité, un droit de vie et de mort sur leur domaine, ces anecdotes dénoncent la violence barbare des relations sociales basées sur un schéma de domination coloniale.

32Ces scènes, dans lesquelles l’écrivain privilégie le dialogue, dynamisent le récit, et sont essentielles dans l’économie du roman. Elles s’insèrent de manière à dresser le portrait des acteurs du pouvoir, des représentants de la Royauté ou de l’Empire, des commerçants et des propriétaires terriens qui usent d’un pouvoir absolu et impitoyable. Leurs exactions feront croître la hargne populaire jusqu’à l’insurrection.

L’ironie du sort

  • 20 Ibid., p. 249 « Cai o pano ».

33La composition circulaire place la mort du Chanoine Batista Campos en ouverture et en conclusion du deuxième volume, Desordem, conté par Anne-Marie. Le chapitre final en rapporte brièvement les circonstances, il s’intitule de manière très significative : « Le rideau tombe20. » Cette référence théâtrale nous renvoie à une dimension majeure de l’œuvre de Marcio Souza fortement marquée par son engagement idéologique. Ainsi érigée au rang de la tragédie, la mort du leader évoque également l’idée que le monde est un théâtre, un théâtre marqué par l’absurde. Batista Campos en a lui-même la prescience lorsqu’il prononce cette phrase :

  • 21 Lealdade, (vol. 1) p. 139, « Como disse o filôsofo Pascal, “é absurdo que tudo seja absurdo” ».

Comme l’a dit le philosophe Pascal « quelle absurdité que tout soit absurde21 ».

34Comment ne pas qualifier d’absurde, en effet, la mort d’un héros en apparence immortel, comme le sont tous les héros populaires, une mort peu héroïque, survenue dans des conditions triviales ? Cette fin réductrice met l’accent sur l’effondrement de la cause populaire. Après la disparition du leader charismatique, présenté comme le théoricien du mouvement, l’espérance est anéantie. Les circonstances de cette mort ramènent également, par-delà les contingences historiques, à une dimension philosophique qui touche à l’aspect dérisoire et fragile de toute vie humaine.

35Le titre alors se charge d’un sens nouveau : le destin de Batista Campos ne serait-il pas également l’expression la plus achevée du désordre du monde, le symbole de l’injustice suprême dans un monde déréglé ? Dès lors, le drame régional prend une portée universelle exemplaire du combat qui oppose les faibles aux tyrans. Un combat terriblement inégal et incertain, un rapport de force difficile à inverser. L’exemple d’Anne-Marie ne sert-il pas enfin à nous interroger sur les moyens de la lutte ? Son acte d’écriture n’est-il pas un engagement, une réponse pour lutter contre la nuit ?

36Pour Márcio Souza la guerre qui s’ensuit est comparable à la Guerre de Sécession américaine. Qu’en aurait-il été si Batista Campos n’était pas mort, si les insurgés avaient vaincu, se demande-t-il ? L’Amazonie serait-elle ce territoire frontière, périphérique, ce « sous-continent », à la traîne de l’économie, ainsi que la considère le reste du pays ? Selon lui, si le Sud esclavagiste avait triomphé, les États-Unis seraient comparables au Brésil aujourd’hui.

  • 22 Márcio Souza, Cadernos de Literatura Brasileira, p. 44, « A derrota do Grão-Pará foi a derrota do (...)

... La déroute du Grâo-Para a été la déroute du Brésil moderne ; si le Sud – esclavagiste, latifundiaire – avait vaincu, les Etats-Unis seraient semblables au Brésil. En réalité, avec la déroute des Cabanos, c’est le Brésil qui a connu la déroute22.

  • 23 Ibid., p. 40.
  • 24 Márcio Souza, Mad Maria, trad. Jacques Thiériot, Paris, Pierre Belfond, 1986, [éd. originale, 1980 (...)
  • 25 Márcio Souza, L’Empereur d’Amazonie, trad. Béatrice de Chavagnac, Paris, Jean-Claude Lattès, 1983, (...)

37À la faveur de la réorganisation des archives publiques de Belém23, Marcio Souza a entrepris d’exhumer ces faits longtemps oubliés, afin de démontrer comment, hier comme aujourd’hui, les comportements sont immuables. Dans les années quatre-vingt-dix, l’imposition de mesures inadaptées a révélé une totale contribuer à permettre un développement harmonieux, cette situation a accéléré la ruine et le pillage de ce territoire convoité. Un travail de mémoire paraît indispensable à l’écrivain pour démystifier la fable d’une histoire brésilienne consensuelle. Est-il encore possible d’accréditer cette version, répandue jusqu’au milieu du xxe siècle, lorsque l’examen des documents historiques révèle que la Cabanagem, qui dura 17 années, réduisit de 40 % la population totale de la région ? Elle éclatait au nord de l’Empire alors qu’à l’extrême sud du pays, des résistances comparables voyaient le jour, immortalisées par Érico Veríssimo, dans une fresque historique O tempo e O vento, auquel Márcio Souza rend hommage. Les Chroniques se démarquent, par leurs traits formels et leur tonalité grave, des romans parodiques antérieurs qui ont fait la renommée de l’écrivain comme Mad Maria24 ou Galvez Imperador do Acre25. Mais elles n’en sont pas moins, dans leur facture et leur thématique, révélatrices d’une tendance postmoderne qui propose de se replacer dans l’Histoire en adoptant une perspective critique et s’appuie sur la réflexion conduite par les historiens eux-mêmes qui, tels Louis Mink, Paul Veyne et Hayden White, rappellent le caractère fictionnel du récit historique.

Bibliographie

José Ribamar Bessa Freire, « Prefacio » in Luis Sa Peixoto Pinheiro Balkar, Visóes da Cabanagem, Manaus, Editora Valer, 2001, 135 p.

Sérgio Buarque de Holanda, O Brasil Monárquico. Dispersáo e unidade, São Paulo, Difusão Européia do livro, 1964, t. II, vol. 2, p. 71-172.

Katarina Melic, « La fiction de l’Histoire dans Un tombeau pour Boris Davidovitch de Danilo Kis » consulté le 09/08/05 < http://www.fabula.org/effet/interventions/18.php>

Paul Ricœur, « La mémoire saisie par l’histoire », Revista de Letras, São Paulo, UNESP, 2003, n° 2, vol. 43, p. 15-25.

Márcio Souza, « Entrevista », Cadernos de Literatura brasileira, Sâo Paulo, Instituto Moreira Sales, déc. 2005, n° 19, p. 23-49.

Márcio Souza, Entrevista, <http://www.record.com.br/entrevista.asp?entrevista=68>

Márcio Souza, « Amazônia e modernidade », Estudos avançados, mai/août 2002, vol. 16, n° 45, p. 31-36.

Márcio Souza, Lealdade, Rio de Janeiro/São Paulo, Record, 2001, 4e éd., 253 p. (vol. 1), Crônicas do Grâo-Parà e Rio Negro.

Márcio Souza, Desordem, Rio de Janeiro, Record, 2001, 252 p. (vol. 2), Crônicas do Grâo-Parà e Rio Negro.

Márcio Souza, Revolta, Rio de Janeiro, Record, 2005, 301 p. (vol. 3), Crônicas do Grâo-Parà e Rio Negro.

Notes

1 Márcio Souza, Desordem, Rio de Janeiro, Record, 2001, 252 p. (vol. 2), Crônicas do Grão-Parà e Rio Negro.

2 Márcio Souza, Lealdade, Rio de Janeiro/São Paulo, Record, 2001, 4e ed., 253 p. (vol. 1) Crônicas do Grâo-Parà e Rio Negro.

3 Márcio Souza, Revolta, Rio de Janeiro, Record, 2005, 301 p., (vol. 3) Crônicas do Grâo-Para e Rio Negro.

4 À paraître.

5 Márcio Souza, « Amazônia e modernidade », Estudos avançados, mai/août 2002, vol. 16, n° 45, p. 31-36.

6 Lealdade, p. 224 (vol. 1) « – Viva El-Rei !gritavam os Portugueses./ – Viva o imperador !–gritavam outros./ – Viva o Grâo-Parà livre – gritávamos nós. »

7 Márcio Souza, « Entrevista », Cadernos de Literatura Brasileira, São Paulo, Instituto Moreira Sales, déc. 2005, n° 19, p. 40.

8 Sérgio Buarque de Holanda, O Brasil Monârquico. Disper São e unidade, São Paulo, Difusão Européia do Livro, 1964, vol. 2, p. 79-80. (Le deuxième régiment d’Infanterie se soulève sous le commandement du Capitaine Boaventura Ferreira da Silva le 14 avril 1823. Les rebelles s’emparent de Muaná dans l’île de Marajó et y proclament l’Indépendance. Le 16 mai, ils sont condamnés à mort, mais cette peine est ensuite commuée en exil. Cette première insurrection est connue sous le nom de l’abrilada, en référence au mois d’avril où elle s’est déroulée.)

9 Lealdade, (vol. 1), p. 17 « Livro 1 : Onde se relatam com a vozpouco fiel da memôria fatos ocorridos nos idos de 1783 a 1810 ».

10 Paul Ricœur, « La mémoire saisie par l’histoire », Revista de Letras, São Paulo, UNESP, 2003, n° 2, vol. 43, p. 25.

11 José Ribamar Bessa Freire, « Prefácio » in Luis Sá Peixoto Pinheiro Balkar, Visóes da Cabanagem, Manaus, Editora Valer, 2001, p. 9. « Para ela, os cabanos eram violentos e cruéis, assassinos e desalmados, porque eram gente sem instruçâo e sem cultura, marginais, inferiores. Ela nâo contextualizava a violência e nada dizia sobre as atrocidades cometidas pelas forças de repressão ao movimento cabano. »

12 Katarina Melic, « La fiction de l’Histoire dans Un tombeau pour Boris Davidovitch de Danilo Kis », <http://www.fabula.org/effet/interventions/18.php>

13 Márcio Souza, « Entrevista », Cadernos de Literatura brasileira, p. 42.

14 Ibid., p. 39.

15 Desordem, (vol. 2), Epigraphe « Este livro é uma ficçáo histórica. Nomes, personagens, lugares e incidentes são igualmente baseados em fatos da Histôria oupura criaçâo literâria. »

16 Ibid., p. 22.

17 Ibid., 3e de couverture… « um pouco de luz na nossa amnesia histórica ».

18 Márcio Souza, Entrevista, <http://www.record.com.br/entrevista.asp?entrevista=68>

« … como o povo brasileiro sofre de disritmia histôrica, os temas histôricos despertam muito interesse » « comme le peuple brésilien souffre d’arythmie historique, les thèmes historiques suscitent beaucoup d’intérêt ».

19 Desordem, (vol. 2), p. 117.

20 Ibid., p. 249 « Cai o pano ».

21 Lealdade, (vol. 1) p. 139, « Como disse o filôsofo Pascal, “é absurdo que tudo seja absurdo” ».

22 Márcio Souza, Cadernos de Literatura Brasileira, p. 44, « A derrota do Grão-Pará foi a derrota do Brasil moderno ; se o Sul – escravocrata, latifundiârio – tivesse vencido, os Estados Unidos estariam igual ao Brasil. Ou seja, com a derrota dos cabanos, o Brasil é que saiu derrotado. »

23 Ibid., p. 40.

24 Márcio Souza, Mad Maria, trad. Jacques Thiériot, Paris, Pierre Belfond, 1986, [éd. originale, 1980], 370 p.

25 Márcio Souza, L’Empereur d’Amazonie, trad. Béatrice de Chavagnac, Paris, Jean-Claude Lattès, 1983, 266 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540