Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

 | 
Rita Olivieri-Godet

Deuxième partie. Mémoire, histoire et mythe

Chapitre 14. Mémoire, histoire et mythes afro-brésiliens dans Um Defeito de Cor de Ana Maria Gonçalves

Jean-Yves Mérian

Texte intégral

1La publication en mai 2006 de Um Defeito de cor, par Ana Maria Gonçalves a constitué un événement de plusieurs points de vue. Par sa taille, 950 pages, c’est sans doute le roman le plus long publié ces dernières années au Brésil. L’ambition de l’auteur, dans ce roman historique, de couvrir pratiquement l’ensemble du xixe siècle explique la taille de ce roman.

  • 1 Pierre Verger, Flux et reflux de la traite de esclaves entre le golfe du Bénin et Bahia de Todos o (...)

2L’originalité de Um Defeito de cor vient aussi du choix de l’auteur, une femme qui assume sa condition de Brésilienne noire, de donner la parole à une héroïne qui conduit une narration à la fois mémoire, autobiographie, histoire de vie, analyse de la société... Ce point de vue est original dans la mesure où les auteurs de romans historiques contemporains n’ont jamais consacré une œuvre exclusivement à un personnage féminin afro-brésilien. Autre originalité de ce roman : le fait que l’action se déroule successivement au Dahomey, au Brésil, puis au Dahomey et au Nigeria, illustrant ce flux et ce reflux entre Bahia et le Golfe de Guinée étudié sur le plan historique par Pierre Verger1.

3Um Defeito de cor tranche aussi avec la pratique des écrivains noirs qui se reconnaissent ou s’identifient au mouvement noir brésilien qui s’est développé depuis 1978, qui ont privilégié le genre court : poésie et contes. Pour le conte, c’est l’évocation de la situation contemporaine des noirs brésiliens qui prédomine, avec une préoccupation constante de dénonciation des différentes formes de discrimination dont est victime la population noire, particulièrement dans les quartiers défavorisés.

4Comme nous verrons au cours de ce travail, ce roman n’est pas une œuvre guidée ou inspirée par des motivations militantes en rapport avec les revendications du mouvement noir. Il ne s’agit pas de prendre appui sur la dénonciation de l’esclavage des siècles passés, sur le racisme, la violence, les discriminations pour justifier des revendications contemporaines de reconnaissance de la dignité de l’homme noir, de son droit à la justice dans une société plus égalitaire. En ce sens, Ana Maria Gonçalves nous semble suivre une voie personnelle qui contraste avec les perspectives tracées par le mouvement noir unifié ou par des intellectuels noirs, comme Abdias do Nascimento. L’auteur a le souci d’éviter l’instrumentalisation des drames du passé au service des causes défendues par les mouvements noirs contemporains.

5La question de l’identité des Afro-Brésiliens est aussi au cœur du roman – Le destin de Kehinde/Luísa est profondément marqué par les références aux Orixás et à l’Afrique, mais sa vie l’amène à une fréquentation de plus en plus intime de la religion catholique, surtout après son retour en Afrique. C’est dans l’étude de l’ambiguïté de la condition humaine de Kehinde/Luísa, dans l’ambivalence, que la narratrice doit construire son identité, après de longues quêtes initiatiques. Nous verrons que la question de la négritude est traitée dans ce roman de façon originale.

6Um Defeito de cor est l’histoire de la vie de Kehinde, capturée à l’âge de huit ans, en 1818, près de Ouidah, au Dahomey, par des guerriers qui tuent à cette occasion sa mère et son frère jumeau. Elle sera ensuite vendue comme esclave et déportée au Brésil. Au terme d’une vie de près de 80 ans, Kehinde, devenue Luísa, à Salvador, écrit ses mémoires à l’intention de son fils disparu, qu’elle espère retrouver lors d’un retour au Brésil, à la veille de l’abolition de l’esclavage ; mais l’issue du voyage demeure énigmatique.

7Il s’agit donc d’une véritable saga au cours de laquelle le lecteur accompagne la narratrice, en Afrique occidentale, sur le bateau négrier qui la mène au Brésil, dans la plantation de canne à sucre de l’île d’Itaparica, où elle est violée et engrossée par le maître. Puis à Salvador de Bahia, où elle demeure jusqu’au dénouement tragique de la révolte noire, conduite par les Malés (musulmans) et Nagôs, en 1835.

8C’est à Salvador qu’elle conquiert sa liberté, après des années de travail en tant qu’» escrava de ganho » (esclave établie en ville), qu’elle apprend à lire et surtout à écrire, phénomène rare pour une ancienne esclave, qu’elle fréquente les lieux de culte Nagôs, Gegê et aussi la communauté musulmane qui organisera la grande révolte manquée de 1835 et les Anglais chez qui elle travaille.

9À Sao Luís do Maranhao elle retrouve ensuite la reine Agontimê du Dahomey qui poursuit dans la Casa da Mina, la pratique des traditions religieuses authentiques de la Costa da Mina après avoir officié à Salvador et à Vila Rica (Ouro Preto). Luísa vit dans la douleur le mort de son premier enfant, né des suites du viol dont elle avait été victime, mais s’éprend, pour son malheur, d’un aventurier portugais qui la délaisse pour épouser une blanche brésilienne afin d’assurer son intégration dans la société de Bahia.

10La disparition du fils issu de ses amours avec ce Portugais, ruiné par le jeu à Salvador, vendu par son père à des marchands d’esclaves de Rio de Janeiro, la pousse à quitter Salvador pour une longue quête. Elle vit tour à tour dans la capitale de la colonie dont elle dresse un tableau de mœurs d’une grande précision, puis à Santos, Sao Paulo et Campinas.

11De retour à Salvador, sans espoir de retrouver son fils, Luísa décide de retourner en Afrique, démarche très courante au xixe siècle. Un commerce prospère existait alors entre Salvador de Bahia, Ouidah et Lagos, non seulement pour les esclaves, mais aussi pour le tabac, le sucre et le tafia (cachaça).

12Ce retour en Afrique est le début d’une renaissance et aussi d’une prospérité fondée sur son sens du commerce mais aussi de son union avec John, un mulâtre anglais, de qui elle aura deux enfants jumeaux.

  • 2 Olivier Pétré-Grenouilleau, traites négrières, col. Folio Histoire, Paris, Gallimard, 2004.

13Sa position de commerçante et de chef d’entreprise de construction est idéale pour connaître et fréquenter la cour du roi du Dahomey, fils de la reine Agontimê, mais aussi les grands commerçants d’esclaves, dont le célèbre Chachá, vice-roi de Ouidah, fils naturel d’un portugais de Bahia et d’une « cafusa », véritable maître de Ouidah2.

14Puis c’est la prospérité à Lagos où la communauté des « brésiliens », « retornados », en général catholiques, vit du commerce et de la traite négrière et est devenue une véritable aristocratie dans un monde qu’ils qualifient de « sauvage ».

15Les changements liés à l’installation des colons anglais au Nigeria et Français au Dahomey, la réussite de ses enfants, éduqués en France, la libèrent de ses liens avec l’Afrique. C’est le moment choisi pour un retour vers le Brésil, quitté quarante ans plus tôt mais toujours très présent dans son souvenir, pour une dernière quête inaboutie, de son fils.

16Il s’agit donc d’une saga impressionnante par sa durée qui donne à l’auteur le prétexte de dresser un vaste panorama du destin des Noirs du golfe de Guinée, des deux côtés de l’Atlantique sous le regard de la narratrice Kehinde/Luísa.

La genèse du roman

17Ana Maria Gonçalves s’est exprimée de façon très précise sur la genèse de ce roman :

Si nous nous en tenons à la définition classique du roman historique, avec la recréation d’une époque déterminée et de ses habitudes, de ses mœurs, de ses coutumes et des événements, ses influences politiques, sociales et culturelles, Um Defeito de Cor est un roman historique. Mais il n’est pas fidèle à l’histoire principalement si nous considérons que nous faisons œuvre de fiction quand nous nous éloignons de ce qui est purement descriptif pour recréer un événement, principalement si nous n’en avons pas été témoins. Nous devons nous en emparer, organiser à partir d’une logique et d’une vision personnelle, fondée sur la narration de tierces personnes3.

18Elle prévient donc le lecteur dès le départ du caractère fictionnel de son roman. L’auteur se situe pleinement dans la démarche décrite par Françoise Chandernagor à propos du roman historique :

  • 4 Françoise Chandernagor, Feut-on écrire des romans historiques ?, Académie des sciences morales et (...)

Le roman historique n’est pas le roman sur l’histoire ; mais le roman dans l’histoire. Un roman qui peut bien sûr s’inspirer d’événements authentiques, mais qui le plus souvent nous raconte une action imaginaire, accomplie par des personnages inventés4.

19Dans l’introduction à son roman, clin d’œil convenu au lecteur, Ana Maria Gonçalves déclare avoir découvert, par le plus grand des hasards, des liasses de vieux papiers, évacués par une bonne de curé et destinés à finir comme papier brouillon dans les mains d’un enfant.

  • 5 Márcio Souza, Galvez Imperador do Acre, Sao Paulo, Marco Zero, 1996.

20Rien de très original, si l’on se rappelle que Márcio Souza déclarait qu’il avait conçu son roman Galvez imperador do Acre, en 1975, à partir de manuscrits trouvés chez un bouquiniste de Paris5. La fiction d’un auteur dont le seul travail aurait été de mettre en forme et de compléter (pour les épisodes manquants ou égarés, un manuscrit oublié), n’a comme intérêt que celui d’aiguiser la curiosité du lecteur. Cette ficelle a été tant et tant utilisée par les auteurs de romans feuilletons à base historique du xixe siècle.

21En fait, c’est l’intérêt pour le soulèvement des Malés qui provoque le déclic d’où surgira la figure de Kehinde, résurrection du personnage de Luísa Mahin, figure plus mythique que réelle du soulèvement de 1835. Cette femme était probablement la mère de Luís Gama, vendu comme esclave par son propre père pour solder des dettes de jeu. Il allait devenir à la fin des années 1850, le grand poète noir, avocat des esclaves « meias caras », des nègres fugitifs, franc-maçon célèbre à Sao Paulo et figure du mouvement abolitionniste.

22Kehinde/Luísa n’est pas Luísa Mahin, mais l’ambiguïté est permanente. La narratrice est un personnage recomposé, fil conducteur de l’histoire du roman. Le récit est censé être destiné à Luís Gama. Le long périple, à travers le Brésil de la mère à la recherche de son fils, est un choix de l’auteur pour l’organisation de son œuvre, à la fois roman autobiographique, livre de mémoire, journal intime.

23Nous devons souligner cependant, que dans ce roman n’existe aucune préoccupation hagiographique et que la démarche d’Ana Maria Gonçalves tranche avec celle des poètes et prosateurs du Movimento Negro qui ont érigé Luísa Mahin en égérie, en icône de la cause des femmes noires, en héroïne qui figure en compagnie de Luís Gama au panthéon des héros de la lutte contre l’esclavage, contre le racisme et pour la reconnaissance des valeurs de la négritude.

24La romancière maintient cependant l’ambiguïté dans l’introduction du roman. Elle n’écarte pas l’hypothèse même que le personnage de Luísa Mahin n’ait été inventé par Luís Gama, à qui elle rend hommage :

Certaines spéculations affirment qu’elle ne fut peut-être qu’une légende, inventée par des esclaves qui avaient besoin de croire en des héros, dans le cas présent des héroïnes, qui apparaissaient pour les sauver de la condition inhumaine où ils vivaient ou alors d’une légende inventée par un fils qui conservait des souvenirs de sa mère jusqu’à l’âge de sept ans seulement, âge où les pères et les mères sont des héros pour leurs enfants [...].

  • 6 Ana Maria Gonçalves, Um Defeito de cor, (intr.), Rio de Janeiro, Record, 2006, p. 17.

Ce que vous allez lire maintenant est, peut-être, l’histoire de la mère de cet homme respecté et admiré par les plus grandes intelligences de son temps : Rui Barbosa, Raul Pompéia, Sílvio Romero. Mais peut-être ce n’est pas le cas. Il est bon que le doute soit maintenu, jusqu’à ce que, grâce à l’étude du manuscrit, toutes les possibilités soient écoutées ou confirmées6.

25Ana Maria Gonçalves fournit au lecteur les clefs nécessaires à la lecture critique du roman. Mais elle insiste aussi sur les recherches très approfondies qui ont précédé l’écriture du roman, correspondant à une exigence de rigueur dans la construction des personnages et dans la recréation de l’environnement culturel, social et politique dans lequel ceux-ci évoluent, même si elle ne se départit jamais de la fiction du récit à la première personne, d’un livre de mémoires de la protagoniste.

  • 7 Id., entrevista, op. cit.

26Réalité et fiction se mêlent au terme d’une savante alchimie qui repose sur des recherches qui sont en tout point semblables à celle des historiens, des anthropologues, des ethnologues7.

27En ce sens, elles se situent bien dans la perspective du roman historique.

  • 8 Joao José Reis, Rebelião escrava no Brasil, a historia do levante dos Malês, 1835, Sao Paulo, Bras (...)

28À la fin du roman, elle indique ses sources : les œuvres fondamentales de Pierre Verger, Roger Bastide, Katia de Queirós Mattoso, Raimundo Nina Rodrigues, Luís da Câmara Cascudo, Gilberto Freyre, Edison Carneiro, Jean-Baptiste Debret, José Alípio Goulart, mais aussi les sources primaires des collections d’archives de Salvador. Elle n’oublie pas non plus, l’histoire du soulèvement des Malês en 1835, étudié par Joao José Reis8.

29La démarche d’Ana Maria Gonçalves est donc fondée sur le désir de fournir aux lecteurs un récit où la vraisemblance, l’impression de réel, l’emporte sur l’invention lyrique ou le souci de mythification.

  • 9 Ana Maria Gonçalves, entrevista, op. cit.

30Elle ne prétend pas faire œuvre d’historienne9. Le personnage de Kehinde/ Luísa s’inscrit dans un contexte reconstruit avec rigueur, mais rappelle que celle-ci dans son long récit :

  • 10 Id., ibid.

Ce qu’elle fournit est seulement une version des faits, de sa façon de les voir, de les entendre ou de les sentir, c’est seulement l’un des nombreux points de vue que peut avoir l’histoire10.

  • 11 José Saramago, Memorial do Convento, Lisboa, Caminho, 1982.
  • 12 Joao Ubaldo Ribeiro, Viva o Fovo Brasileiro, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1984.

31Cependant elle n’hésite pas dans certains cas à s’échapper d’une certaine « rigueur historique ». À Rio de Janeiro, l’héroïne rencontre, rua do Ouvidor, le romancier Joaquim Manuel de Macedo, elle croise aussi l’ancienne maîtresse de Tiradentes, héros de la « Conjuraçao Mineira » de 1789, le fils d’un des esclaves du père Bartolomeu de Gusmao, l’inventeur de la machine volante qui occupe une place importante dans l’œuvre de José Saramago, Memorial do Convento11. Enfin, l’un des personnages fréquentés à Itaparica et Salvador n’est autre que Amleto Ferreira, personnage de Viva o Fovo Brasileiro de Joao Ubaldo Ribeiro12.

32L’entorse à la vraisemblance historique est assumée par Ana Maria Gonçalves au nom de la liberté du romancier qui n’a pas à se soumettre aux exigences que l’on attend d’un historien. Sa démarche rappelle d’ailleurs celle de Marguerite Yourcenar qui écrivait dans ses « Carnets de note » :

  • 13 Marguerite Yourcenar, Carnets de notes, apud Gérard Gengembre, « Quel roman que l'Histoire », in L (...)

Le romancier ne fait jamais qu’interpréter à l’aide des procédés de son temps, un certain nombre de faits passés, de souvenirs conscients ou non, tissus de la même matière que l’Histoire [...] De notre temps, le roman historique ou ce que, par commodité, on consent à nommer tel, ne peut être que plongé dans un temps retrouvé, prise de possession d’un monde intérieur13.

33La romancière brésilienne demeure, en dehors de ces quelques exemples, proche de ses sources auxquelles nous faisons allusion plus haut, avec le souci de ne pas céder à la tentation du spectaculaire, de la transfiguration mythique des personnages. On peut aussi considérer que les références aux personnages réels et fictifs à Rio de Janeiro créent une certaine complicité avec le lecteur et n’affectent pas la préoccupation de vraisemblance qu’affiche la romancière.

L’esclavage : histoire et fiction

34Um Defeito de Cor est le récit d’une vie de femme qui a été façonnée par l’esclavage. La vie de Kahinde/Luísa est un condensé de toutes les situations qui pouvaient être celles d’une Africaine née au Dahomey au début du xixe siècle et déportée comme esclave au Brésil. L’auteur déclare :

  • 14 Ana Maria Gonçalves, entrevista, op. cit.

Il est plus facile de composer un personnage grâce à la distance dans le temps. Kehinde est le résultat de longues recherches, de l’assemblage de petits morceaux de personnages de fiction et de personnages réels qui vécurent à peu près à la même époque que celle où je l’ai située14.

  • 15 Antonio Olinto, Casa d'Agua, Rio de Janeiro, ed. Bloch, 1969. Rei de Keto, Rio de Janeiro, Nórdica (...)

35L’originalité du roman vient d’abord du fait que la vie de l’héroïne se déroule sur une longue période sur les deux rives de l’Atlantique. À notre connaissance, s’il existe des études très approfondies sur la vie en Afrique occidentale au xixe siècle (Pierre Verger, Roger Bastide), et sur les religions, les rites et les mythes africains du pays Yoruba (P. Verger, Mestre Didi, Juana Elbein dos Santos, Jean Ziegler...), au Brésil seul Antonio Olinto s’était penché, trente ans auparavant, sur la problématique des Noirs brésiliens des deux côtés de l’Atlantique. Casa d’Agua et O Rei de Keto, s’inspirent du phénomène du retour en Afrique d’anciens esclaves brésiliens15.

36En règle générale, le trafic des esclaves a été présenté comme un fléau, une souffrance imposée par les Européens dans leur soif d’accumuler des richesses grâce au travail des déportés dans les plantations de canne à sucre, de café ou dans les mines d’or.

37Ce thème de l’esclavage est d’ailleurs aujourd’hui encore l’un des thèmes majeurs dans le travail de mémoire en France autant qu’au Brésil, mené par les historiens et les ethnologues. Dans la recherche des responsabilités, la tentation a longtemps été forte pour des raisons idéologiques, de privilégier la thèse d’une responsabilité presque exclusive des pays européens dans l’organisation et la permanence de la traite des esclaves.

38Les travaux menés depuis une quarantaine d’années montrent que le phénomène fut beaucoup plus complexe. Dans un ouvrage publié en 2004, qui suscita une polémique passionnée, l’historien Olivier Pétré Grenouilleau écrit :

  • 16 Olivier Pétré-Grenouilleau, op. cit., p. 91.

Seuls 2 % des captifs de la traite atlantique furent kidnappés par des négriers venus de la mer, ce qui fut surtout le cas au début, lorsque la traite n’était pas encore bien organisée [...]
L’essentiel des captifs « produits » en Afrique noire le furent ainsi par les pouvoirs en place. Ce sont ensuite ces mêmes pouvoirs, ainsi que des élites marchandes locales, qui ont réglementé et organisé les opérations de vente de captifs. [...] En ce qui concerne la traite occidentale, ni les Européens, ni les Américains ne réussirent à établir durablement un véritable monopole en matière de traite négrière. La concurrence qui les opposait a profité aux pouvoirs africains qui pouvaient concentrer l’offre en captifs. Globalement, ceux-ci sont donc restés les maîtres des jeux de l’échange, tout le temps que la traite négrière dura. Et c’est le plus souvent de leur plein gré [...] qu’ils sont le plus souvent rentrés dans les circuits négriers16.

  • 17 Id., ibid., p. 92-93.

39Il souligne d’ailleurs qu’il n’existait pas de véritable sentiment d’appartenance à une même communauté « africaine » au sein d’un monde où les barrières ethniques étaient puissantes et que l’esclavage, qu’il fut « marchand » ou « domestique » était une institution solidement enracinée en Afrique noire17.

40Le site de la traite de Ouidah était encore dirigé par une administration commerciale propre, confiée à partir du xixe siècle par le roi du Dahomey à Francisco Félix de Sousa, fils d’un Portugais et d’une cafusa, de Bahia, ancien commandant du fort portugais de Ouidah. Il obtint du roi Ghézo, en 1818, la charge de « Chacha », véritable vice-roi de Ouidah. Lui et ses descendants furent les véritables maîtres du trafic jusque dans les années 1870, bien après l’interdiction du commerce transocéanique.

41Le rôle du Chacha et de ses descendants, la figure du roi Ghézo, protégé par sa garde formée de guerrières, les amazones noires, occupent une part importante des mémoires de Kahinde/Luísa, surtout dans la dernière partie du roman, puisqu’elle devient l’une de ses partenaires commerciales.

  • 18 Théodore Canot (Théophile Conneau), Vingt années de la vie d'un négrier, Paris, Les Libertés franç (...)

42Ce que décrit Ana Maria Gonçalves par la voix de Kehinde/Luísa, rappelle beaucoup les mémoires d’un trafiquant d’esclaves français, Théophile Canot, qui fréquenta durant les années 1830-1850 les mêmes lieux de la côte occidentale de l’Afrique et connut les mêmes chefs africains, notamment le célèbre Chacha18. Ana Maria Gonçalves a-t-elle eu connaissance de cette œuvre ? En tout cas les similitudes sont nombreuses. N’ayant pas effectué de recherches en Afrique, elle s’est inspirée d’ouvrages existants (récits ou études ethnologiques...).

43La fiction romanesque s’appuie sur une solide connaissance des mécanismes de capture et de conditionnement des esclaves avant leur exportation. L’auteur de Um Defeito de Cor fait de son héroïne un témoin lucide et critique des pratiques dont les principaux bénéficiaires étaient en premier lieu, les élites africaines.

44Le travail de mémoire est ici très intéressant car il tranche avec la victimisation de l’Afrique et des Africains présente dans de nombreux ouvrages antérieurs, dont la fonction était de culpabiliser les Portugais et Européens et qui passaient sous silence la responsabilité des élites africaines.

45C’est à notre sens un apport important dans la récupération d’une « vérité » historique, préalable à une reconstruction de l’identité africaine, mais aussi à la compréhension des comportements des Africains esclaves et affranchis par rapport à l’Afrique et au Brésil.

46La nostalgie de l’Afrique qui hante certains esclaves noirs au Brésil n’est pas un sentiment général. Kehinde/Luísa rapporte de nombreuses scènes qui témoignent que la violence dont étaient victimes les captifs n’était pas pire au Brésil qu’en Afrique, ni d’ailleurs les conditions générales de la vie des esclaves.

47Soulignons qu’il n’y a dans le roman aucune idéalisation de l’Afrique. Les scènes de guerre, les razzias, les rapts, les viols, les massacres décrits au début du roman, dont sont victimes Kehinde et sa famille, sont aussi terribles que les scènes les plus barbares décrites dans les « senzalas » de Bahia et lors de la répression du soulèvement manqué des « Malês » à Salvador en 1835.

48Les récits de Kehinde/Luísa sont importants pour comprendre la nostalgie du Brésil qui habite certains « retornados brasileiros » installés à Ouidah et à Lagos. Ceux-ci ne se mélangent pas aux Africains du lieu, qu’ils considèrent comme des sauvages. Le terme « selvagem » revient constamment dans les propos de l’héroïne, dans la dernière partie du récit pour définir les Africains.

49Les Afro-Brésiliens ne sont donc pas ou plus des Africains mais une autre catégorie d’individus. De fait « négritude » et « africanitude », à la lecture de ce roman, sont deux notions qui ne se recouvrent absolument pas. Elle pose la question de l’identité dans toute sa complexité.

  • 19 José Eduardo Agualusa, Naçâo Crioula, Lisboa, Dom Quichote, 1997.

50Cette problématique apparaît aussi dans une œuvre de l’écrivain angolais Agualusa, Nação crioula19 parue en 1997. Le destin d’Ana Olímpia, tour à tour princesse, propriétaire d’esclaves, esclave elle-même, angolaise exilée au Brésil, puis de retour en Angola, rappelle sous bien de points, celui de Kahinde/Luísa, au long du xixe.

  • 20 Id., ibid.., 4e édition, 2004, p. 157.

Bien des gens ne comprennent pas pourquoi les esclaves, dans leur majorité, se satisfont de leur condition une fois arrivés en Amérique ou au Brésil. Moi non plus je ne le comprenais pas. Aujourd’hui je le comprends.
[...] Pour la plupart des esclaves, cette traversée était un passage à travers la mort. La vie qu’ils laissaient en Afrique était la vie ; celle qu’ils découvraient en Amérique et au Brésil, une renaissance20.

51Ana Maria Gonçalves, comme Agualusa dans son roman épistolaire et historique abordent donc la question de l’esclavage sous un angle nouveau, sans concession en ce qui concerne les violences dont sont victimes les esclaves tant en Afrique qu’au Brésil, mais sans céder à un quelconque manichéisme.

52Il s’agit d’un apport nouveau dans le débat sur la construction identitaire des descendants d’esclaves et plus généralement pour le lecteur d’aujourd’hui, avec le souci de ne pas plaquer les débats de société actuels dans l’appréciation des situations vécues au xixe.

  • 21 Op. cit., p. 367.

53L’auteur illustre bien à travers les réflexions de son héroïne, le fait qu’après 1850, une majorité des Africains réduits en esclavage dans le Golfe de Guinée étaient commercialisés en Afrique même et que comme l’affirme Olivier Pétré-Grenouilleau : « le concept même d’abolition était étranger aux sociétés africaines, musulmanes ou non21 ».

54Si la question de la traite et de l’esclavage a été abordée de façon novatrice dans Um Defeito de Cor, la question de l’identité culturelle et religieuse des Noirs et des Mulâtres au Brésil et en Afrique l’a été tout autant.

55En effet, le destin de Kahinde est profondément marqué par son appartenance à son ethnie et à la religion, aux rites et aux mythes qui organisent sa vision du monde. Elle est « Ibeji », c’est-à-dire, jumelle, donc marquée par un destin particulier. Sa grand-mère est une prêtresse renommée liée à la reine Agontimê, véritable gardienne des croyances ancestrales au Dahomey puis à Salvador de Bahia, Vila Rica et São Luís do Maranhão.

56Le destin et la liberté de choix de Kehinde sont fonction de l’observance des rites initiatiques, des pratiques religieuses qui la lient à l’univers des orixás. Ses rapports avec les babalaôs, prêtres de candomblé, sont essentiels aussi bien pour elle-même que pour ses enfants, dont le destin semble tracé. Ana Maria Gonçalves à travers le récit de Kehinde reconstruit des traits essentiels de la culture africaine de l’héroïne dans la construction de son identité.

57De la même façon qu’elle a réalisé de nombreuses recherches pour reconstruire le contexte historique où s’inscrit la saga de Kehinde/Luísa, elle a aussi eu le souci de l’exactitude, qualité essentielle dans un roman historique, des références et des pratiques religieuses et culturelles.

  • 22 Juana Elbein Dos Santos, Os Nagôs e a Morte, Fade, Asisi e o culto Egún na Bahia, Petrópolis, Voze (...)
  • 23 Jean Ziegler, Les vivants et la mort, Paris, Le Seuil, 1975.
  • 24 Sérgio Ferreti, Querebentã de Zomadônu, et nografia da Casa das Minas do Maranhâo, Sao Luís, EDUFM (...)

58Les ouvrages de Mestre Didi, de Juana Elbein dos Santos22, de Jean Ziegler23, de Sérgio Ferreti24, confirment la connaissance profonde à laquelle est parvenue la romancière dans ces domaines.

  • 25 Josué Montello, Os Tambores de São Luís, Rio de Janeiro, éd. José Olympio, 1976.

59Ainsi le roman d’Ana Maria Gonçalves tranche avec des ouvrages consacrés à l’univers des esclaves afro-brésiliens publiés auparavant. C’est le cas de celui de Josué Montello, Os Tambores de São Luís25, roman historique paru en 1976, qui retraçait la vie du nègre Damiao, à la même époque que celle de Kehinde. L’écrivain maranhense aborde la question de l’univers culturel des noirs, esclaves ou libres, d’un autre point de vue, moins intériorisé.

60Dans Um Defeito de Cor, le lecteur peut parfois se sentir gêné par l’emploi de certains termes Nagô qui n’ont pas d’équivalent en portugais. Ils peuvent être analysés, expliqués, mais pas toujours traduits. La nécessité d’un glossaire, de références à une bibliographie spécialisée, peut apparaître comme un inconvénient dans un premier temps. Toutefois il s’agit d’une invitation au lecteur à poursuivre son exploration d’un monde, d’une culture, qu’une simple fréquentation, en non-initié des orixás des Terreiros de candomblé ne permet pas d’appréhender.

61L’approche d’Ana Maria Gonçalves n’est pas à sens unique. La vie de son héroïne, la mène à une fréquentation assidue des musulmans noirs qui préparent et déclenchent la révolte de 1835. Elle leur rassure à différentes occasions, une protection, leur donne gîte et couvert. Elle adhère au projet de renversement de l’ordre esclavagiste, même si elle affirme ne rien ignorer des catastrophes qui se sont produites trente ans auparavant en Haïti.

62Le Djihad des muçurumins, les esclaves musulmans de Salvador, est longuement analysé, le but ultime étant l’installation d’un Califat à Bahia. Mais c’est aux croyances et aux pratiques religieuses qu’elle accorde le plus d’attention, soulignant les difficultés de parvenir à une quelconque forme de syncrétisme entre les croyances des musulmans et celles des fidèles du candomblé, les musulmans se présentant comme détenteurs de la Vérité religieuse.

63Devenue chrétienne, contre sa volonté lorsqu’elle arrive au Brésil, de façon assumée après un long parcours marqué par la rencontre du père Heinz, militant abolitionniste, et lorsqu’elle revient en Afrique, elle symbolise par sa vie et ses pratiques, la possibilité pour un Afro-Brésilien de vivre son conflit majeur, la double appartenance au catholicisme et au candomblé. Dans son récit, l’héroïne revient à plusieurs reprises sur cette question, notamment à la fin de sa vie :

  • 26 Ana Maria Gonçalves, Um Defeito de Cor, op. cit., p. 839.

A Agontimé, a Nega Florinda, o Fatumbi, o Mala Abubakar, o padre Heinz, a Mãezinha, o Ogunfiditimi, o pai do Kuanza, o Maboque, o Mestre Mbanju, o Iya Kumani, tous avaient une façon particulière de s’exprimer sur leur foi, alors qu’elles étaient si différentes. Personne n’aurait pu dire quelle foi était la plus forte ou la plus vraie, puisque Dieu les écoutait tous, dès lors qu’ils parlaient avec leur cœur et au nom du Bien26.

64C’est au cours des fêtes en l’honneur du Senhor do Bonfim que s’exprime mieux le syncrétisme auquel Kehinde/Luísa finit par s’identifier pleinement. Sur le plan identitaire, n’est-ce pas d’une certaine façon la forme la plus féconde du métissage qui caractérise la société dont elle devient de fait, dans ce roman, le témoin, le porte parole et le symbole.

65Les mythes et les religions africaines sont certes une composante essentielle de l’identité de Kehinde, mais ils sont à terme indissociables des traditions judéo chrétiennes qu’elle assimile au long de son existence tourmentée. Retenons cependant la philosophie qui résulte de cette expérience à la fin du roman : Les religions se valent toutes si elles sont vécues de façon sincère et elles peuvent coexister sans problème si les catholiques ou les musulmans acceptent le candomblé et aussi la pluralité des formes de syncrétisme qui ont cours à Bahia, à Sao Luís, mais aussi en Afrique sur les côtes du Golfe de Guinée.

66En ce sens le roman est porteur une utopie : la coexistence souhaitable entre défenseurs de la négritude et défenseurs du métissage. D’ailleurs ses enfants jumeaux, nés de l’union avec un Mulâtre anglo-africain, vivent leur double appartenance identitaire, en Europe et en Afrique, sa fille ayant épousé un Français.

67La miscigenação semble être au-delà des affres de l’esclavage, une solution acceptable pour dépasser des clivages inter raciaux et inter ethniques. Il ne s’agit pas d’une abdication de la composante africaine et de l’identité de Kehinde/Luísa et de ses descendants, mais d’une volonté de transcender les clivages entre Noirs et Blancs.

68Il nous faut souligner enfin qu’Um Defeito de Cor est une œuvre dont le message de tolérance se détache des discours politiques et de la littérature noire militante des trente dernières années. En effet, ce roman porte un message d’espoir au-delà de toute instrumentalisation d’une histoire tragique, mais dont les Blancs ne furent pas les seuls responsables. Rappelons d’ailleurs, que Um Defeito de Cor, n’a pas, pour cette raison, fait l’unanimité dans la communauté des militants de la cause noire au Brésil.

Notes

1 Pierre Verger, Flux et reflux de la traite de esclaves entre le golfe du Bénin et Bahia de Todos os Santos, du 17e au 19e siècles, Paris, Mouton, 1968.

2 Olivier Pétré-Grenouilleau, traites négrières, col. Folio Histoire, Paris, Gallimard, 2004.

3 Ana Maria Gonçalves, entrevista, 2006 ; in http://www.record.com.br/entrevista.asp?=72, consulté le 27 avril 2007.

4 Françoise Chandernagor, Feut-on écrire des romans historiques ?, Académie des sciences morales et politiques, 10 octobre 2005, in http://www.asmp.fr/travaux/communications/2005/chandernagor.htm, consulté le 27 avril 2007.

5 Márcio Souza, Galvez Imperador do Acre, Sao Paulo, Marco Zero, 1996.

6 Ana Maria Gonçalves, Um Defeito de cor, (intr.), Rio de Janeiro, Record, 2006, p. 17.

7 Id., entrevista, op. cit.

8 Joao José Reis, Rebelião escrava no Brasil, a historia do levante dos Malês, 1835, Sao Paulo, Brasiliense, 1987.

9 Ana Maria Gonçalves, entrevista, op. cit.

10 Id., ibid.

11 José Saramago, Memorial do Convento, Lisboa, Caminho, 1982.

12 Joao Ubaldo Ribeiro, Viva o Fovo Brasileiro, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1984.

13 Marguerite Yourcenar, Carnets de notes, apud Gérard Gengembre, « Quel roman que l'Histoire », in Le roman historique, TDC, n° 876, Paris, CNDP, mai 2004.

14 Ana Maria Gonçalves, entrevista, op. cit.

15 Antonio Olinto, Casa d'Agua, Rio de Janeiro, ed. Bloch, 1969. Rei de Keto, Rio de Janeiro, Nórdica, 1980.

16 Olivier Pétré-Grenouilleau, op. cit., p. 91.

17 Id., ibid., p. 92-93.

18 Théodore Canot (Théophile Conneau), Vingt années de la vie d'un négrier, Paris, Les Libertés françaises, 1938.

19 José Eduardo Agualusa, Naçâo Crioula, Lisboa, Dom Quichote, 1997.

20 Id., ibid.., 4e édition, 2004, p. 157.

21 Op. cit., p. 367.

22 Juana Elbein Dos Santos, Os Nagôs e a Morte, Fade, Asisi e o culto Egún na Bahia, Petrópolis, Vozes, 1976.

23 Jean Ziegler, Les vivants et la mort, Paris, Le Seuil, 1975.

24 Sérgio Ferreti, Querebentã de Zomadônu, et nografia da Casa das Minas do Maranhâo, Sao Luís, EDUFMA, 1976.

25 Josué Montello, Os Tambores de São Luís, Rio de Janeiro, éd. José Olympio, 1976.

26 Ana Maria Gonçalves, Um Defeito de Cor, op. cit., p. 839.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540