Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

 | 
Rita Olivieri-Godet

Écriture et identités dans la nouvelle fiction romanesque

En guise d’introduction

Rita Olivieri-Godet

Texte intégral

1Ce livre rassemble une sélection de textes issus du colloque international La fiction romanesque actuelle dans les pays de langues romanes et la problématique identitaire, organisé par l’Équipe de Recherches interdisciplinaires en Langues Romanes (ERILAR) de l’Université Européenne de Bretagne – Rennes 2, en décembre 2006. Cette équipe, élargie et restructurée en 2008, a donné naissance à l’Équipe de Recherches Interlangues « Mémoires, Identités, Territoires » (ERIMIT, E.A. 4327).

2Les rapports entre le littéraire et l’identitaire constituent le fil conducteur des travaux de spécialistes de différentes littératures des pays de langues romanes regroupés dans cet ouvrage. Ils interrogent la production romanesque actuelle (de 1980 à nos jours) tout en privilégiant la problématique identitaire et les rapports entre mémoire, histoire et fiction. Ainsi, cet ouvrage vise à établir un état des lieux de cette production à partir de paramètres formels et thématiques bien délimités. Ceux-ci concernent aussi bien l’identité du récit actuel – en se penchant sur les nouvelles stratégies d’écriture et les nouvelles formes romanesques – que les figurations identitaires qu’il produit ou déconstruit. C’est autour de ces deux grands axes que s’articulent les contributions réunies ici pour cerner les lignes directrices et les évolutions perceptibles de la production romanesque contemporaine.

3Cette publication discute quelques questions fondamentales : en quoi l’écriture de la contemporanéité (dans le sens où elle est produite dans le présent sur un temps actuel) est-elle singulière ? Quels sont les fils qui relient la nouvelle fiction romanesque en langues romanes à la tradition littéraire et quels en sont les points de rupture ? Quelle sorte de relecture la nouvelle fiction romanesque fait-elle de l’histoire ? Quels rapports établit-elle avec l’histoire actuelle ? Comment représente-t-elle le corps social de nos sociétés ? Quelles modalités de représentations du sujet met-elle en place ? Enfin, dans le spectre allant des identités singulières aux identités composites de nos sociétés « mêlées » (Serge Gruzinski), quelles figurations identitaires privilégie-t-elle ?

4Pour aborder ces questions, l’ouvrage examine les nouvelles formes de représentation esthétique et les modalités actuelles d’écriture inaugurées par la fiction romanesque contemporaine dans les pays de langues romanes. Il met à nu les artifices, les jeux de conduites, les choix de mise en fable, les références intertextuelles, le caractère polyphonique et hybride des textes, pour dégager les singularités de cette production et apporter un éclairage sur la multiplicité de ses modèles. Une interrogation qui concerne par conséquent « les identités romanesques du temps », expression employée par Bruno Blanckeman pour parler des singularités des récits littéraires publiés aujourd’hui. Les contributions s’attachent également à l’analyse des représentations identitaires engendrées par la nouvelle fiction romanesque dans les pays de langues romanes. Certaines d’entre elles étudient plus particulièrement le processus de construction et de questionnement des paradigmes identitaires et mettent en avant les références identitaires que la fiction renforce ou fait éclater.

5L’ouvrage est structuré autour de trois parties. La première, Identités du roman actuel, est prioritairement consacrée à la réflexion sur les identités du roman contemporain en interrogeant ses thèmes privilégiés, le renouvellement des formes narratives, son rapport à la tradition littéraire afin de mettre en avant les modulations qu’il fait émerger en rapport avec un certain regard qu’il pose sur nos sociétés en pleine ébullition. Bruno Blanckeman ouvre le débat en posant la question « où en est la littérature ? ». Pour essayer de répondre à cette question qui soulève le problème des identités du littéraire, Blanckeman procède à une analyse approfondie de l’actuel paysage littéraire français. Il nous propose des pistes pour évaluer cette production à partir d’un éventail « menant d’œuvres-sillons à des œuvres-paillettes, d’œuvres-symptômes à des œuvres-plis ». L’étude qui s’ensuit est consacrée à la très féconde production romanesque portugaise. Maria Graciete Besse y propose une cartographie du roman portugais d’après la révolution des Œillets (1974), centrée sur le questionnement identitaire. L’auteur examine les dispositifs discursifs, narratifs et axiologiques que certains textes articulent pour élaborer leurs jeux identitaires.

6Le poète et écrivain belge Marc Quaghebeur souligne le ressort du roman qui s’impose de plus en plus à partir de l’affirmation de la belgitude. Il développe une réflexion sur la question du dire l’Histoire, en langue française mais à partir d’une tradition mythique qui s’éloigne de celle de l’histoire de France comme il le montre dans sa séduisante lecture d’Œdipe sur la route d’Henry Bauchau. La contribution suivante, proposée par Claude Le Bigot, demeure dans le sillage des rapports entre le roman et l’histoire. L’auteur choisit son corpus parmi des textes romanesques espagnols, français et portugais, pour construire une réflexion plus générale et théorique. Claude Le Bigot met en perspective l’évolution de la forme romanesque depuis les années soixante pour mieux cerner le profil thématique, idéologique et stylistique de la fiction post-moderne. Ses remarques éclairantes aident à construire une vision d’ensemble de l’identité de cette production.

7Le texte de Denis Ferraris est axé sur le dialogue que l’œuvre d’Antonio Tabucchi établit avec des auteurs de langue portugaise. Si les liens qui unissent Antonio Tabucchi à la littérature portugaise, notamment à l’œuvre de Pessoa, sont connus, les traces que la fréquentation intime des œuvres d’écrivains brésiliens a pu laisser dans son œuvre le sont moins. Le but est donc d’analyser les effets de ces « voyages imaginaires au sein d’une écriture lusophone oscillant entre Vieux et Nouveau Monde ».

8Michel Riaudel a choisi de se consacrer à trois fictions brésiliennes qui ont en commun l’évocation d’une histoire personnelle, proche de celle de l’auteur, qui est aussi celle d’une famille et d’une époque. Ces récits partagent le choix de leurs auteurs pour la fiction au détriment du témoignage « réel » et cherchent à imiter l’écriture mémorialiste. Riaudel étudie les motivations d’un tel tissage ambigu entre mémoire et écriture, en soulignant les choix narratifs opérés et en précisant les éléments sous-jacents qui régissent une certaine pratique de l’élaboration romanesque.

9Les relations entre les nouvelles formes esthétiques de représentation et l’histoire actuelle se trouvent au centre du travail d’Andrea Inglese qui a élu Le mosche del capitale (Les mouches du capital) de Paolo Volponi pour creuser le sujet. Par le biais d’une multiplication des voix narratives, des techniques romanesques et des genres littéraires, Volponi construit une figuration de l’univers historique des années quatre-vingt qui met en lumière les procédés impersonnels, opaques et écrasants propres à la « forme de travail » du système capitaliste, dans sa phase tardive et de désindustrialisation.

10La contribution qui clôt cette partie interroge des textes romanesques centrés sur la représentation de l’Amérindien et sur les rapports identité/altérité qui lui sont consubstantiels. Dans une perspective comparatiste, Rita Olivieri-Godet y explore la dialectique du « sauvage » et du « civilisé » qui traverse le processus de construction des identités plurielles et problématiques des Amériques à partir de la lecture de El entenado de Juan José Saer (Argentine), Nove noites de Bernardo Carvalho (Brésil) et Mistouk de Gérard Bouchard (Québec).

11La deuxième partie de ce livre, Mémoire, histoire et mythe, développera principalement les enjeux de la mémoire, de l’histoire et du mythe dans les processus de constructions identitaires individuelles et collectives dont les romans se font l’écho. Christine Rivalan-Guégo se penche sur les romanciers espagnols contemporains qui, à la croisée de la mémoire et de l’histoire, dans leur souci de récupération de la mémoire historique, bousculent les frontières génériques en basculant vers des formes hybrides ; ils mettent en scène des narrateurs qui revisitent en même temps l’histoire récente de l’Espagne (la guerre civile et la période franquiste) et le passé familial. Dans sa lecture de Relato de um certo Oriente de l’écrivain brésilien Milton Hatoum, Cláudia Poncioni met aussi en relief les différents niveaux de constructions identitaires explorés en rapport avec la mémoire et le mythe. Dans ce récit, l’intégration et la contribution culturelle des immigrants arabes à une société périphérique, celle de l’Amazonie brésilienne, va de pair avec la récupération du passé familial et celle de la mémoire de la narratrice principale. Le récit s’articule autour de divers « écrits personnels » : journal intime, correspondance, autobiographie. Ana Beatriz Barel adopte une perspective comparatiste pour mettre en avant deux grands axes de la littérature contemporaine brésilienne au travers de deux romans : Relato de um certo Oriente d’une part, à l’exubérance narrative, marquée par un renouveau de l’épique et une reprise de l’art de conter, Resumo de Ana d’autre part, à la narration directe et au style sec. Malgré leurs différences de choix formels et narratifs, dans un cas polyphonie, dans l’autre étouffement des voix, les deux œuvres romanesques se rapprochent sur la thématique de l’éclatement de l’individu et le traitement des relations identitaires et familiales par le biais de la mémoire et de l’écriture.

12Isabelle Touton s’intéresse à la mise en fiction du Siècle d’Or espagnol (xvie-xviie siècles) qui permet de revisiter les mythes nationaux, de réinterpréter l’Histoire et donc de redéfinir une identité nationale. Elle met l’accent sur ce qui distingue certains romans historiques du tournant du siècle de ceux du XIXe et de la métafiction historique. Pour ce faire, elle se penche sur leur spécificité thématique et se consacre à l’analyse du lien entre choix formels et image de l’Espagne dans trois des romans représentatifs de cette période.

13La représentation novatrice de la problématique de l’immigration traitée au carrefour de l’histoire individuelle et collective est aussi présente dans l’œuvre de Salim Miguel, un des écrivains-phares de la littérature de l’état de Santa Catarina, dans le sud du Brésil, à qui Luciana Wrege-Rassier consacre son article. Elle met en lumière les mécanismes et ressources employés par cet auteur – notamment dans son roman Nur na escuridão (2002) – pour mettre en œuvre l’affirmation des identités plurielles fondée sur le travail de la mémoire. Dans le sillage de la réécriture de l’histoire et de la mémoire, le texte de Jean-Yves Mérian, consacré à l’analyse du roman brésilien Um defeito de cor d’Ana Maria Gonçalves, examine la réécriture de l’histoire à partir du point de vue des vaincus. Il montre comme le roman aborde tous les thèmes majeurs de la condition des Noirs au Brésil au xixe siècle en mettant en relief les rapports entre le héros du roman et les héros mythifiés du mouvement noir brésilien.

14La contribution de Françoise Dubosquet explore l’approche fictionnelle de l’histoire dans El manuscrito carmesi d’Antonio Gala, roman qui développe une réflexion très contemporaine sur l’identité espagnole, en puisant dans sa mémoire mais encore dans ses mythes. Françoise Dubosquet cerne les principaux aspects travaillés par l’écrivain andalou dans cette autobiographie fictionnelle du dernier roi de Grenade, de façon à construire une image plurielle de l’identité de l’Espagne à la veille de la célébration du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique par C. Colomb et dans la nouvelle Espagne des Autonomies.

15Parmi les littératures de langue portugaise, Bárbara dos Santos a choisi de rapprocher un roman portugais A Costa dos Murmúrios de Lídia Jorge et un roman mozambicain Vinte e Zinco de Mia Couto, qui interrogent tous deux l’histoire récente (les guerres d’indépendance des anciennes colonies portugaises en Afrique) tout en se posant la question de l’identité de la voix de l’auteur dans le contexte de sociétés en plein bouleversement. Autant de pistes pour déceler les différents procédés de création du texte et des formes de représentation de l’histoire. La réflexion sur la réécriture des moments critiques de l’histoire poursuit son chemin avec l’étude de Brigitte Thiérion sur Desordem de Márcio Souza, écrivain brésilien de l’État de l’Amazonie. L’auteur y revisite l’histoire bouleversante de cette région en situant l’action de son roman à l’époque d’une grande insurrection populaire suscitée par l’annexion des deux provinces du Nord (Grão-Pará e Rio Negro) à l’Empire Brésilien. Encore une fois, le pacte narratif opte pour sonder les multiples voix empruntées par l’auteur à la croisée de la mémoire et de l’histoire.

16Avec le texte de Dominique Stoenesco sur Eles eram muitos cavalos de Luiz Ruffato, nous avons affaire à un récit qui refuse de dire le présent en ayant recours à des fondements esthétiques du passé. Comme le souligne Stoenesco, pour mettre en scène « l’enfer cacophonique » de São Paulo, mégalopole brésilienne, Ruffato « met en œuvre une forme expérimentale d’expression romanesque, tout à fait inédite, faite de monologues et de micro-récits » tout en cherchant un dialogue avec d’autres formes artistiques, notamment les arts plastiques et le cinéma.

17L’article de Fabienne Viala sur le roman de Javier Cercas Soldats de Salamine attire l’attention sur les différentes dimensions identitaires collectives et nationales mais aussi artistiques et intimes que ce roman explore. Il s’agit pour l’auteur de questionner le destin national de l’Espagne, meurtrie par le traumatisme fratricide de la guerre civile et de mettre en place un processus de réécriture compensatoire de l’histoire, par le truchement d’un récit a priori réaliste qui déconstruit les mythes identitaires pour leur en substituer d’autres.

18La troisième partie du livre privilégie l’interrogation sur les constructions identitaires (aussi bien collectives qu’intimes) et leur rapport avec les images du territoire.

19Le texte de Rubens Alves Pereira, qui ouvre cette partie, pénètre dans l’œuvre de Francisco Dantas, ancrée dans l’univers humain et géographique de l’intérieur du Nordeste brésilien, dans le but de déceler les processus narratifs qui utilisent et articulent des techniques de composition, un univers thématique et des constructions identitaires. Ces éléments d’une œuvre qui investit la mémoire comme une force motrice de l’acte de narrer s’insèrent dans la perspective d’une expression d’inspiration régionale qui compte, dans la littérature brésilienne, des représentants illustres comme Graciliano Ramos et Guimarães Rosa. Du Nordeste brésilien à la Galice espagnole, que parcourt Benoît Mitaine à travers l’œuvre de Manuel Rivas, le territoire est toujours au cœur de l’imaginaire de ces écrivains. Il s’agit pour Mitaine de montrer comment Manuel Rivas, par le biais de la fiction, cherche à endiguer le phénomène d’autodénigrement galicien et par la même occasion à contribuer à l’émergence d’une nouvelle communauté ethnique et linguistique fière de son identité et de ses traits distinctifs.

20Le travail de Tânia Pellegrini examine le rôle et le sens social de la violence dans plusieurs récits brésiliens contemporains, qui situent l’action dans des territoires périphériques des mégalopoles brésiliennes. Elle part de l’hypothèse que, par-delà le choix stylistique d’un réalisme brutal, intelligible par n’importe quel lecteur d’aujourd’hui, cette violence fonctionne comme un vecteur de rassemblement, susceptible de constituer des identités spécifiques, en lien avec les périphéries urbaines.

21Un autre exemple qui s’attache au processus de construction identitaire dans des territoires d’exclusion nous est présenté par Gérard Vittori, dans son analyse de Vita, roman de Melania Mazzucco sur les émigrés italiens aux USA. Le récit romanesque raconte l’arrivée et l’installation en Amérique d’enfants issus du monde rural miséreux de l’Italie du Sud, écartelés entre la survivance des éléments d’une culture et d’une identité originelles et le rapport que celle-ci permet d’établir avec un monde radicalement autre. Vittori met en relief une thématique essentielle explorée par le roman de Mazzuco qui a trait aux conflits interculturels, tout en soulignant la violence d’un processus d’exclusion qui refuse de reconnaître à l’émigré le statut même d’être humain.

22Tout autres sont les personnages en marge – une héroïne fautive et un prisonnier (politique) – qui peuplent l’univers romanesque d’Evelyne Heuffel, écrivain belge, installée au Brésil. Dans l’étude que Leonor Lourenço de Abreu consacre à ses romans L’Absente du Copacabana Palace et J’ai connu Fernando Mosquito, qui mettent en scène le Rio et le São Paulo des Années Folles et le Pernambouc des pénitenciers « modèles » de la dictature militaire, il s’agit d’éclairer les processus de composition de ces œuvres qui rompent avec les frontières textuelles conventionnelles. Ainsi, ces récits se construisent sur des jeux de miroirs et des mises en abyme propres au roman postmoderne, d’une part, et au roman noir, d’autre part, dans une sorte d’entre-deux, qui n’est pas sans renvoyer au statut ambigu du narrateur-enquêteur.

23L’interrogation sur la place de l’Indien dans la nation brésilienne est au centre du roman Meu querido canibal de l’écrivain brésilien Antônio Torres. Elvya Ribeiro Pereira choisit de questionner les images identitaires primordiales et leurs résurgences actuelles figurées par le roman. Pour ce faire, elle interroge l’articulation entre mémoire et histoire, entre passé et présent, entreprise par le narrateur du roman, impliqué dans sa propre dynamique de représentation, c’est-à-dire devenu lui-même un document vivant qui, à la recherche des vestiges du passé, s’immerge dans les fragments d’un temps et d’un lieu qui se racontent dans de violentes scènes contemporaines.

24Le texte de Silvia Amorin développe une réflexion autour de l’œuvre de José Saramago, auteur phare de la littérature portugaise contemporaine, prix Nobel de littérature, dans laquelle la réflexion sur la problématique identitaire tient une place particulièrement importante. À travers cette étude, elle montre d’une part, comment la fiction portugaise contemporaine aborde et développe le thème de l’identité ; d’autre part, elle met en évidence le lien entre l’identité et le contexte historique, politique et socio-économique, tel qu’il apparaît dans les romans sara-maguiens. Enfin, elle met en évidence l’évolution du traitement de la question de l’identité (de l’individu et de la société) dans l’œuvre de José Saramago.

25Néstor Ponce se consacre aux rapports entre les considérations poético-esthétiques développées par l’écrivain chilien Roberto Bolano dans le Manifeste du mouvement poétique « infrarrealista » – « Déjenlo todo, nuevamente » – et le processus d’écriture de son roman Nocturno de Chile. Ainsi, en tissant des liens entre la structure du roman et la mémoire, l’étude de Ponce dévoile le Chili noir de Bolaño.

26Les deux dernières contributions traitent principalement des constructions identitaires du sujet. Isabelle du Pasquier part du constat de l’omniprésence du sujet dans la fiction romanesque actuelle qu’elle discute à partir de son étude sur Algún amor que no mate de Dulce Chacón. Ce roman, à la première personne, raconte la violence conjugale physique et morale subie par la protagoniste Prudencia qui, après s’être entièrement consacrée à son mari, sombre peu à peu dans la folie. La structure du récit quelque peu fragmentaire illustre la fracture d’un personnage en quête d’une identité conforme à celle d’une société en perte de repères. Enfin, Ivone Daré propose d’examiner l’identité du narrateur de Barco a seco de l’écrivain brésilien Rubens Figueiredo. Elle fait ressortir les signes de la rigueur et de la discipline stylistiques que le narrateur s’impose à lui-même pour se constituer comme sujet et, de cette façon, affirmer le lieu auquel il appartient, dans la construction d’une identité socialement reconnue. L’identité y apparaît comme un processus fait de certitudes et de tromperies.

27Cet ouvrage offre une profusion d’études consacrées aux littératures des pays de langues romanes. Sa perspective transversale libère les « littératures nationales » de leur cantonnement pour s’ouvrir à un élargissement des frontières linguistiques et géographiques qui permet de mieux comprendre les enjeux d’une modernité fictionnelle en phase avec son temps.

28L’analyse des rapports entre le discours social sur la problématique identitaire et la production romanesque actuelle dans les pays de langues romanes fait émerger les images et les mythes qui traversent les constructions identitaires du sujet et des cultures nationales. De l’enfermement identitaire au pluralisme culturel, de l’idéal de construction d’une culture nationale monolithique à celui d’une communauté qui partage les identités plurielles et l’expérience du divers, le discours littéraire interroge, produit et déconstruit des référents identitaires. Cette mise en discours de la problématique identitaire, assez révélatrice des modifications actuelles des paramètres du discours social, va de pair avec l’émergence de formes singulières au sein de la fiction romanesque contemporaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540