Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Bibliographie

Texte intégral

Adam J.-M. (1995), « Style et fait de style : un exemple rimbaldien », (Qu’est-ce que le style ?, Molinié G. et Cahné P. (dir.), Paris, PUF, p. 15-43.

Adam J.-M. (1996a), « Du style à la langue : une variation ramifiée », L’Information grammaticale, 70, p. 11-15.

Adam J.-M. (1996b), « Stylistique littéraire : un “retour” ambigu », Le Français Aujourd’hui, 116, p. 90-101.

Adam J.-M. (1997), Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».

Adam J.-M. (1999), Le texte narratif, Nathan-Université.

Adam J.-M. (2002), « Le style dans la langue et dans les textes », Langue Française, 135, Larousse, p. 71-94.

Adam J.-M. (2005a), « Les sciences de l’établissement des textes et la question de la variation », Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité, Adam J.-M. et Heidmann U. (dir.), Genève, Slatkine, p. 69-96.

Adam J.-M. (2005b), « Stylistique ou analyse textuelle ? L’exemple du fragment 128 de La Bruyère », Gouvard J.-M. (dir.), De la langue au style, Presses universitaires de Lyon, p. 127-144.

Adam J.-M. (2006), « Penser la langue dans sa complexité : les concepts de gradualité, dominante et comparaison chez Bally », Chiss J.-L. (dir.), Charles Bally (1865-1947). Historicité des débats linguistiques et didactiques, Louvain, Peeters, p. 3-19.

Adam J.-M. et Heidmann U. (2010), Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. « Au cœur des textes ».

Adam J.-M. et Heidmann U. (2006), « Six propositions pour l’étude de la généricité », Le Savoir des genres, Baroni R. et Macé M. (dir.), La Licorne, 79, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 21-34.

Adam J.-M. et Lugrin G. (2000), « Variations des ancrages énonciatifs et fictionalisation d’une anecdote d’A. Camus », Langue Française, 128, Larousse, p. 96-112.

Adam J.-M. et Noël M. (1995), « Variations énonciatives. Aspects de la genèse de L’Etranger », Langages, 118, Larousse, p. 64-84.

Alain-Fournier (1932), Le Grand Meaulnes, 6, éd. Émile-Paul.

Albalat A. ([1903] 1991), Le Travail du style enseigné par les corrections des grands écrivains, Paris, Colin.

Amossy R. (dir.) (1999), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».

Amossy R. (2000), L’Argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction, Paris, Nathan-Université.

Angelet C. (1961), La Poétique de Tristan Corbière, Bruxelles, Palais des Académies.

Aquien M. et Molinié G. (1999), Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, Librairie Générale Française.

Aragon L. (1959), « La chambre d’Elsa », Pièce en un acte et en prose, Elsa, Paris, Gallimard.

Aristote (1991), Rhétorique, Paris, Le Livre de Poche.

Aschenberg H. et Wilhelm R. (dir.) (2003), Romanische Sprachgeschichte und Diskurstraditionen, Tübingen, Narr.

Aubry L. (1999), Langage oblique et recomposition d’univers dans l’écriture poétique de Jules Supervielle, thèse dactylographiée de l’université de Paris IV-Sorbonne.

Aubussier J. (2008), L’opposition rugby/football comme stéréotype dans le discours de l’Équipe, Paris, Plon.

Auroux S. (dir.) (1984), Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, Lille, université Lille 3.

Auroux (2000), Histoire des idées linguistiques. Tome 3, L’hégémonie du comparatisme, Liège, Mardaga.

Bachelard G. (1993), L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, Le Livre de poche, coll. « Biblio/Essais ».

Bakhtine M. ([1953] 1984), « Les genres du discours », Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 265-308.

Bakhtine M. ([1975] 1978), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Bakhtine M. ([1979] 1984), Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

Bakhtine M. et Volochinov V. N. (1977), Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Ballabriga M. (1993) « Sémantique et rhétorique : éléments de sémantique tropologique », Champs du signe, 4, p. 157-174.

Ballabriga M. (dir.) (1998a), Sémantique et rhétorique, Actes du colloque d’Albi (4-6 juillet 1995), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champs du signe ».

Ballabriga M. (1998b), « Sémantique et tropologie », Sémantique et rhétorique, Ballabriga M. (dir.), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champs du signe », p. 17-31.

Bally C. (1911), « La stylistique française de 1905 à la fin de 1909 », Kritischer Jahresbericht über die Fortschritte der romanischen Philologie, p. 189-196.

Bally C. (1951), Traité de stylistique française, 2 vol., Genève-Paris, Georg et Cie-Klincksieck, 1re éd. 1909.

Bally C. (1965, 1977), Le Langage et la vie, Genève, Droz, 1re éd. 1913.

Bally C. (2007), Sur la stylistique, Articles et conférences, éd. critique par Karabetian E., Paris, Euredit.

Banniard M. (2004), « Le style, moteur et bénéficiaire du changement langagier », Langage et société, 109.

Barbey d’Aurevilly (1994), Les Diaboliques, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », Booking International, Maxi Poche Classiques français.

Barnwell H. T. (1982), The Tragic Drama of Corneille and Racine. An Old Parallel Revisited, Oxford, Clarendon Press, p. 195-201.

Baron-Cohen S. (1995), Mindblindness : An Essay on Autism and Theory of Mind, Cambridge, MIT Press.

Barthes R. ([1953] 1964a), Le Degré zéro de l’écriture. Eléments de sémiologie, Paris, Le Seuil.

Barthes R. (1964b), Essais critiques, Paris, Le Seuil.

Barthes R. (1970), Mythologies, La critique Ni-Ni, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

Barthes R. (1971), « Le Style et son image », Œuvres complètes, t. III, Paris, Le Seuil, 2002, p. 972-981.

Barthes R. (1975), Roland Barthes par Roland Barthes. Paris, Le Seuil.

Barthes R. (2002), Œuvres complètes, édition par É. Marty, 5 vol., Paris, Le Seuil.

Barthes R. (2003), La Préparation du roman (1978-1980), cours et séminaires au Collège de France édités par Nathalie Léger, Paris, Le Seuil-IMEC.

Barz I., Schröder M., Fix U. et Schuppener G. (dir.) (2000), Sprachgeschichte als Textsortengeschichte. Festschrift zum 65. Geburtstag von Gotthard Lerchner, Frankfurt/M.

Bauschatz C. (2004), « Jeanne Flore derechef. La parodie d’œuvres de femmes dans les Comptes amoureux », D. Desrosiers-Bonin et É. Viennot (dir.), Actualités de Jeanne Flore, Paris, Champion, p. 293-300.

Bayard P. (1996), Le Hors-sujet. Proust et la digression, Paris, Minuit.

Belaid L. (2000), Serail killers, Paris, Gallimard, coll. « Série noire ».

Benveniste E. (1966), Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard.

Benveniste E. (1974), Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard.

Bergson H. ([1938] 2003), La Pensée et le mouvant, Paris, PUF, coll. « Quadrige ».

Bernanoce M. (2007), « Pour une typologie de la “voix didascalique” : redonner figure à l’auteur de théâtre contemporain », F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 47-60.

Bernays E. (2007), Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Paris, Zones.

Berrendonner A., Le Guern M. et Puech G. (1983), Principes de grammaire polylectale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Berthioz A. (2003), La décision, Paris, Odile Jacob.

Bertrand D. (1993), « L’impersonnel de l’énonciation. Praxis énonciative : conversion, convocation, usage », Protée, vol. 21, 1, p. 25-32.

Bertrand D. et alii (2007), Parler pour gagner : Sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007, Paris, Sciences Po Les presses.

Blanchot M. (2000), L’Attente, l’oubli, Paris, Gallimard.

Bobillot J.-P. (1992), « Vers, prose, langue », Poétique, 89, p. 71-90.

Boissieras F. (2008), « “les sublimes déformations” dans Un balcon en forêt », Questions de Style, Caen, PUC, 5.

Bonhomme M. (1987), Linguistique de la métonymie, Berne, Peter Lang, coll. « Sciences pour la communication ».

Bonhomme M. (1998a), Les Figures clés du discours, Paris, Le Seuil, coll. « Mémo Lettres ».

Bonhomme M. (1998b), « Les tropes revisités par la pragmatique : bilan critique », Ballabriga M. (dir.), Sémantique et rhétorique, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champs du signe », p. 323-335.

Bonhomme M. (2005), Pragmatique des figures du discours, Paris, Honoré Champion.

Bonhomme M. (2006), Le Discours métonymique, Berne, Peter Lang, coll. « Sciences pour la communication ».

Bonhomme M. (dir.) (2002), « Figures du discours et ambiguïté », SEMEN, 15.

Bordas É. (2008), « Style ». Un mot et des discours, Paris, Éditions Kimé.

Bordron J.-F. et Fontanille J. (2000), « Présentation », Langages, 137, p. 3-15.

Bordron J.-F. (2000), « Catégories, icônes et types phénoménologiques », Visio : La catégorisation perceptive, les frontières du Soi et de l’Autre, 5, 1, p. 16-18.

Bordron J.-F. (2002), « Perception et énonciation dans l’expérience gustative. L’exemple de la dégustation d’un vin », Henault A. (dir.), Questions de sémiotique, Paris, PUF, coll. « Premier cycle », p. 639-665.

Bouchardon M. (2007), « La didascalie chez Maeterlinck ou la représentation déchirée », F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, p. 265-277.

Bougault L. (1996a), « Place de l’épithète en emploi poétique », L’Information Grammaticale, 70, juin, p. 43-47.

Bougault L. (1996b), « Le rôle des blancs dans la constitution de l’acte de lecture en poésie moderne », Revue Romane, 31.1, p. 51-64.

Bougault L. (1997), « Du virtuel dans Un Coup de dés de Stéphane Mallarmé », Revue Romane, 32.1, p. 87-112.

Bougault L. (1998), « Hermétisme et référence dans l’œuvre de Rimbaud », Revue Romane, 33.1, p. 87-106.

Bougault L. (1998b), « L’Esthétique de l’éventail : être et paraître dans la poétique mallarméenne », Capes-Agrégation, Poésies de Mallarmé, Paris, Ellipse, Gaudard M., p. 61-80.

Bougault L. (1999a), « Perspectives dans l’approche stylistique de l’hermétisme poétique. À propos de l’Illumination “Barbare” d’Arthur Rimbaud », Revue Romane, 34.1, p. 61-86.

Bougault L. (1999b), « Le morphème que dans quelques sonnets de Stéphane Mallarmé », L’Information grammaticale, 81, p. 34-39.

Bougault L. (2000a), « Les prépositions dans les trois premières stèles de Victor Segalen », L’Information grammaticale, 85, p. 24-30.

Bougault L. (2002), « La théorie des parties du discours de Gustave Guillaume et son application dans l’approche stylistique de l’hermétisme poétique », Le système des parties du discours, Sémantique et syntaxe, Actes du IXe colloque de l’Association internationale de psychomécanique du langage, Québec, PU de Laval, p. 304-315.

Bougault L. (2003a), « La référence dans Poésie de P. Jaccottet : opacité textuelle ou effet de connivence ? », Styles, genres, auteurs, 3, PUPS, p. 191-206.

Bougault L. (2003b), « Circonstances du poème : Analyse stylistique des compléments circonstanciels dans les trois premiers poèmes de L’Ignorant de Philippe Jaccottet », L’Information Grammaticale, p. 33-38.

Bougault L. (2004a), « Construction et déconstruction de la syntaxe phrastique en poésie hermétique », communication au XXIe colloque international de psychomécanique du langage de 2003, Modèles linguistiques, tome XXV, fascicules 1 et 2, Toulon, éditions du Dauphin, p. 261-274.

Bougault L. (2004b), « Constructions détachées attributives dans quelques poèmes des Fleurs du Mal », Revue romane, 39.2, p. 239-256.

Bougault L. (2005a), « Illisibilité ou polysémie généralisée dans la poésie moderne ? », La Polysémie, colloque en Sorbonne, 17, 18, 19 novembre 2000, PUPS, p. 439-450.

Bougault L. (2005b), « Les formes en -ant dans quelques poèmes des Fleurs du Mal : des problèmes syntaxiques aux enjeux stylistiques », Revue romane, 40.2, 2005, p. 227-242.

Bougault L. (2005c), « Les Noms Propres dans Illuminations d’Arthur Rimbaud », colloque « Nominations et dénomination », Toulon, 2005, Modèles linguistiques, 52, p. 65-82.

Bougault L. (2005d), Poésie et réalité, Paris, l’Harmattan.

Bougault L. (2007), « L’apport de la psychomécanique dans la compréhension de la généricité textuelle : l’exemple de la personne en poésie moderne », XXIIe colloque international de psychomécanique du langage, université Montpellier III, 2006, Psychomécanique du langage et linguistiques cognitives, Actes du XIe colloque de l’AIPL, Limoges, éd. Lambert-Lucas, p. 397-404.

Bourdieu P. (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Sociolinguistique.

Bourdieu P. (1992), Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

Branca-Rosoff S. (2007), « Des styles littéraires aux pratiques langagières ordinaires », Pratiques 135/136, Metz, p. 74-90.

Brechenmacher F. (2006), Histoire du théorème de Jordan, de la décomposition matricielle (1870-1930), Formes des représentations et méthodes de décomposition, Paris, EHESS, thèse de doctorat.

Brentano F. (1924-1928), Psychologie vom Empirischem Standpunkt, 3 vol., Leipzig, Felix Meiner Verlag, trad. franç. de M. de Gandillac, Psychologie du point de vue empirique, Paris, Aubier-Montaigne, 1944.

Bresson D. (1996), Grammaire d’usage de l’allemand contemporain, Paris, Hachette.

Brun C. (2009), « Politique de la couleur dans La Nuit venue », Dambre M. et Alazet B. (dir.), Jean Genet. Rituels de l’exhibition, Dijon, Éditions universitaires de Dijon.

Brunet E. (1985), Le vocabulaire de Zola. I. Etude quantitative, Genève-Paris, Slatkine-Champion.

Buuren M. Van (dir.) (1997), Actualité de la stylistique, Amsterdam, Atlanta, Rodopi.

Cadiot P. (2002), « Métaphore prédicative nominale et motifs lexicaux », Langue française, 134, p. 38-58.

Cahné P. (1994), « Qu’est-ce que la forme ? », Molinié G. et Cahné P. (dir.), Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, p. 63-69.

Calas F. (2000), Méthode du commentaire stylistique, Paris, Nathan.

Calas F., Elouri R., Hamzaoui S. et Salaaoui T. (dir.) (2007), Le Texte didascalique, à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux.

Camelin C. et Gardes Tamine J. (2002), La « rhétorique profonde » de Saint-John Perse, Paris, Champion.

Campanini Catani M. (2004), « Les Contes amoureux de Jeanne Flore : notes pour une étude intertextuelle », Desrosiers-Bonin D. et Viennot E. (dir.), Actualités de Jeanne Flore, Paris, Honoré Champion., p. 127-143.

Carrilho M. (1999 [1992]), Rhétoriques de la modernité, Paris, PUF, p. 8.

Catach N. (1994), La ponctuation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Céline L.-F. ([1932] 1952), Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 28.

Cerquiglini B. (1989), Eloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Paris, Le Seuil.

Chaperon D. (2007), « Voix plurielles et voix populaires au théâtre », Les voix du peuple et leurs fictions, A. Petitjean, J.-M. Privat (dir.), Recherches Textuelles, n° 7, université Paul Verlaine, Metz, p. 143-166.

Charaudeau P. et Maingueneau D. (dir.) (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil.

Charbonnel N. et Kleiber G. (1999), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF.

Cohen J. (1966), Structure du langage poétique, Paris, Flammarion.

Combe D. (2002), « La stylistique des genres », Langue française, 135.

Combel V. (1995), « L’hypotypose dans la tragédie de Racine », DSS, 188, p. 495-503.

Combettes B. et Karabétian E. (dir.) (2002), La Stylistique, entre rhétorique et linguistique, Langue française, n° 135.

Compagnon A. (1997), « Chassez le style par la porte, il rentrera par la fenêtre », Littérature, 105, Paris, Larousse, p. 5-13.

Compagnon A. (2000), « L’exception française », Textuel, 37, « Où en est la théorie littéraire », Paris, université de Paris 7-Denis Diderot, p. 41-52.

Confais J-P. (1990), Temps, mode et aspect : les approches des morphèmes verbaux et leurs problèmes à l’exemple du français et de l’allemand, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Coquet J.-Cl. (1985), Le Discours et son sujet, I, Paris, Klincksieck.

Coseriu E. (1958), Sincronía, diacronía e historia. El problema del cambio lingüístico, Montevideo, traduction française de Thomas Verjans, Texto ! 2007 (http://www.revue-texto.net/Parutions/Livres-Coseriu_SDH/Sommaire.html.).

Coseriu E. (2001), L’homme et son langage, Louvain-Paris-Sterling, Virginia, Éditions Peeters, Bibliothèque de l’Information grammaticale.

Cousin J. (1933), « Rhétorique latine et classicisme français » [essai paru en six livraisons, février-juillet 1933], Revue des Cours et conférences, 3, p. 159-168.

Coutier M. (1994), « Tropes et termes : le vocabulaire de la dégustation du vin », Meta XXXIX, 4, p. 662-675.

Crenne H. De (1997), Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amour, Paris, Champion, « Textes de la Renaissance ».

Crenne H. De (2005), Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amour, J.-P. Beaulieu (dir.), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, « La Cité des dames ».

Cressot M. (1947), Le style et ses techniques, Paris, PUF.

Crevier J.-B. (1767), Rhétorique française, Paris, Saillant et Desaint.

Damourette J. (1939), Traité moderne de ponctuation, Paris, Larousse.

Danblon E. (2006), « La constitution de l’autorité en rhétorique », Semen, n° 21.

Danto A. C. (1989), La transfiguration du banal. Une philosophie de l’art, trad. C. Hary-Schaeffer, Paris, Le Seuil.

Darmesteter L. (1887), La Vie des mots étudiée dans leurs significations, Paris, Delagrave.

Davidson D. (1993), Enquêtes sur la vérité et l’interprétation, Nîmes, Jacqueline Chambon.

Dazord N. (2006), « Syllepse et versification. Nécessité et opportunité stylistiques de la syllepse (Victor Hugo, Vigny, Verlaine) », Chevalier Y. et Wahl P (dir.), La Syllepse, figure stylistique, Presses universitaires de Lyon, p. 321-342.

Delas D. (dir.) (1995), Les enjeux de la stylistique, Langages, 118.

Deleuze G. (1968), Différence et répétition, Paris, PUF.

Deleuze G. (1993), Critique et clinique, Paris, Minuit.

Deleuze G. et Guattari F. (1980), Mille plateaux, Paris, Minuit.

Derrida J. (1996), Le Monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée.

Derrida J. (1999), Donner la mort, Paris, Galilée.

Des forêts L.-R. (1997), Le Bavard, Paris, Gallimard.

Despierres Cl. (2002), « Le jeu des figures énonciatives dans Les Liaisons dangereuses de Laclos. Interrogation et argumentation : la place du tiers », Semen, 15, p. 127-140.

Dessons G. (2004), L’Art et la manière — art, littérature, langage, Paris, Honoré Champion.

Dessons G. et Meschonnic H. (1998), Traité du rythme. Des vers et des proses, Paris, Dunod.

Détrie C. (2001), Du sens dans le processus métaphorique, Paris, Honoré Champion, coll. « Lexica ».

Dhainaut P. (1996), Dans la lumière inachevée, Paris, Mercure de France.

Didier B. (1995), « Inscriptions de régie dans les manuscrits dramatiques xviiie siècle », Genesis, n° 7.

Dominicy M. (1990), « Prolégomènes à une théorie générale de l’évocation », Vanhelleputte M. (dir.), Sémantique textuelle et évocation, Louvain, Peeters, p. 9-37.

Dominicy M. (1994), « Du style en poésie », Molinié G. et Cahné P. (dir.), Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, p. 115-137.

Dominicy M. (2007), « Les modèles de la phrase littéraire. Sur les pas de Michael Riffaterre », Bourkhis R. et Benjelloun M. (dir.), La phrase littéraire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 19-33

Dompeyres S. (1992), « Fonctions et fonctionnement des didascalies », Pratiques, 74, Cresef, Metz, p. 77-104.

Doubrovsky S. (1966), Pourquoi la nouvelle critique. Critique et objectivité, Paris, Mercure de France.

Du Bellay J. (1967), La Défense et illustration de la langue française, Les Regrets, S. de Sacy (dir.), Paris, Poésie/Gallimard.

Ducrot O. (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Dumarsais C. (1988), Des Tropes ou des différents sens, Paris, Flammarion, coll. « Critiques ».

Dumarsais C. ([1730] 1967), Des Tropes, Genève, Slatkine.

Duneton C. (1998), Histoire de la chanson française, Paris, Le Seuil.

Dupin J. ([1969] 1999), L’Embrasure dans Le Corps clairvoyant, 1963-1982, Paris, Poésie/Gallimard.

Dupriez B. (1984), Gradus, les procédés littéraires, Paris, Union générale d’Éditions, coll. « 10/18 ».

Durand-Richard M.-J. (2008), L’Analogie dans la démarche scientifique, perspective historique, Paris, L’Harmattan.

Duras, M. (1991), India Song, Paris, Gallimard.

Durif E. (1999), Meurtres Hors Champ, Paris, Actes Sud-Papiers.

Dürrenmatt J. (2005), Stylistique de la poésie, Paris, Belin, coll. « Atouts Lettres ».

Eastman A. (2005), « La grammaire du sujet chez Henri Meschonnic », Bonhomme B. et Symington M. (dir.), Le rythme dans la poésie et les arts, Paris, Champion, p. 375-386.

Elsen H. (2004), Neologismen : Formen und Funktionen neuer Wörter in verschiedenen Varietäten des Deutschen, Tübingen, Narr.

Emaz A. (2004), Os, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste.

Emaz A. (2006), De l’air, Chaillé, L’idée bleue.

Erben J. (2000), « Zur Frage der Einschätzung von Textsorten als Entstehungsoder Verbreitungsort sprachlicher Neuerungen », Barz I., Schröder M., Fix U. et Schuppener G. (dir.), Sprachgeschichte als Textsortengeschichte. Festschrift für Gerhard Lerchner, Frankfurt a. M., Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, Lang, p. 147-154.

Ernaux A. (1993), Journal du dehors, Paris, Gallimard.

Ernaux A. (2003), L’écriture comme un couteau, entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Stock.

Ezquerro M. (1990), « Sur le statut du texte didascalique », G. Laquet (dir.), Actualités de la recherche en linguistique hispanique, Limoges, Presses de l’université de Limoges, p. 141-149.

Fauconnier G. (1984), Espaces mentaux. Aspects de la construction du sens dans les langues naturelles, Paris, Éd. de Minuit, trad. anglaise Mental Space. Aspects of Meaning Construction Natural Language, Cambridge, MIT Press, 1985.

Finck M. (2004), Poésie moderne et musique « vorrei e non vorrei » : essai de poétique du son, Paris, Champion.

Fix F. (2007), « L’écriture didascalique chez Eugène O’Neill », F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », 143-155.

Fix F. et Toudoire-Surlapierre F. (dir.) (2007), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, Dijon, coll. « Écritures ».

Fleischer W. et Barz I. (1995), Wortbildung der deutschen Gegenwartssprache, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Flore J. (1980), Comptes amoureux, G.-A. Pérouse et du CLEH, Paris/Lyon, Éditions du CNRS/Presses de l’université de Lyon.

Flore J. (2005), Les Contes amoureux, R. Reynolds-Cornell (dir.), Saint-Étienne, Presses de l’université de Saint-Étienne, coll. « Textes et contre-textes ».

Fodor J. (1975), The Language of Thought, Cambridge, Harvard University Press.

Fontanier P. (1995 [1821-1830]), Les Figures du discours, Paris, Flammarion.

Fontanille J. (1996), « Sémiotique littéraire et phénoménologie », Sémiotique, phénoménologie, discours. Du corps présent au sujet énonçant, Costantini M. et Darrault-Harris I. (dir.), Paris, L’Harmattan, p. 171-182.

Fontanille (1998a), « Tropes, valeur et passions », Ballabriga M. (dir.), Sémantique et rhétorique, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, p. 177-197.

Fontanille J. (1998b), Sémiotique du discours, Limoges, PULIM.

Fontanille J. (1999), Sémiotique et littérature. Essais de méthode, Paris, PUF.

Fontanille J. (2002), « De l’adjuvant expressif au “projet sémiologique” (stylistique et rhétorique aux concours de l’agrégation et du CAPES) », Langue française, 135, p. 50-70.

Fontanille J. (2003), « Énonciation et modélisation », Modèles linguistiques, t. XXIV, fasc. 1, p. 109-133.

Fontanille J. (2004), Soma et séma. Figures du corps, Paris, Maisonneuve et Larose.

Fontanille J. (2006), « Textes, objets, situations et formes de vie. Les niveaux de pertinence du plan de l’expression dans une sémiotique des cultures », Alonso J., Bertrand D., Costantini M. et Dambrine S. (dir.), La Transversalité du sens. Parcours sémiotiques, Saint-Denis, PUV, p. 213-240.

Fontanille J. (2008), Pratiques sémiotiques, Vendôme, PUF, collection Formes sémiotiques.

Fontanille J. et Zilberberg C. (1998), Tension et signification, Sprimont, Pierre Mardaga.

Foucault M. (1966), Les Mots et les choses, Paris, Gallimard.

Fourcade D. (1988), Xbo, Paris, POL.

Frantz P (1998), L’esthétique du tableau dans le théâtre du xviiie siècle, Paris, PUF.

Frédéric M. (1997), La stylistique française en mutation, Bruxelles, Publication de l’Académie royale de Belgique.

Frege G. (1971), Ecrits logiques et philosophiques, Paris, Le Seuil.

Fromilhague C. (2005), Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 ».

Fromilhague C. (2007), « Les didascalies dans le théâtre de Ionesco : un espace de liberté auctoriale ? », Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, F. Calas, R. Elouri, S. Hamzaoui et T. Salaaoui (dir.), Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux, p. 435-449

Fumaroli M. (1999), « Aujourd’hui : facettes d’une renaissance de la rhétorique », Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, p. 1283-1296.

Gabily D.-G. (1995), Gibiers du temps, Paris, Actes Sud-Papiers.

Gallapet T. (1997), Didascalies, les mots de la mise en scène, Paris, L’Harmattan.

Gardes Tamine J. (1996), Saint-John Perse ou la stratégie de la seiche, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence.

Gardes tamine J. (2003), « La Métaphore, entre translatio et translatum », publication inédite des notes de Joëlle Gardes-Tamine à la 5th international conférence on researching andapplying metaphor, RAAM, Paris 13.

Gaspar L. (1976), « Langue natale », Port-des-Singes, n° 3.

Gaspar L. ([1972] 1982), Sol absolu, Paris, Poésie/Gallimard.

Gaspar L. (1992), « Quelques notes sur les mots, les images, le rêve et le mensonge dans notre vie en général et en poésie en particulier », Pour les dix ans du Centre de recherches sur la poésie contemporaine : inédits, Yves Bonnefoy, Billère, Éditions de Vallongues et les auteurs.

Gaspar L. ([1980] 1993), Égée Judée, Paris, Poésie/Gallimard.

Gaspar L. (1999), « Voix majeures de ce temps : Lorand Gaspar “un poète aux confins du monde” », Poésie 1 le magazine de la poésie, Paris, Le Cherche Midi.

Gaspar L. (2000), Patmos et autres poèmes, Paris, Gallimard.

Gaspar L. (2004), Approche de la parole, suivi de Apprentissage avec deux inédits, Paris, Gallimard.

Gendre A. (2007), La Représentation de soi à travers la textualisation de l’espace insulaire réunionnais : étude de l’œuvre de Jean Lods, thèse de doctorat, université Michel de Montaigne Bordeaux III, sous la direction de Martine Job.

Genet J. (1949), Journal du voleur, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Genette G. (1970), « La Rhétorique restreinte », Communications, n° 16, p. 158-171.

Genette G. (1972), « Métonymie chez Proust », Figures III, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », p. 41-63.

Genette G. ([1966] 1976), Figures I, Paris, Le Seuil.

Genette G. (1977), « La rhétorique des figures », Introduction à P. Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, p. 5-17.

Genette G. (1987), Seuils, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique ».

Genette G. (1991), Fiction et diction. Paris, Le Seuil.

Genette G. (1994), L’Œuvre de l’art, 1. Immanence et transcendance, Paris, Le Seuil.

Genette G. (1997), L’Œuvre de l’art, 2. La Relation esthétique, Paris, Le Seuil.

Genette G. (1999), « Du texte à l’œuvre », Figures IV, Paris, Le Seuil.

Geninasca J. (1997), La Parole littéraire, Paris, PUF.

Gérard C. (2005), Contribution à une sémantique interprétative des styles : Etude de deux œuvres de la modernité poétique : Jacques Dupin et Gérard Macé, Texto ! (http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits/Gerard/Gerard_these.html.).

Gérard C. (2006), « Sémantique et linéarité du texte. La place du rythme en sémantique des textes », Ballabriga M. (dir.), 2007, Rythme et textualités, Éditions universitaires du Sud ; Texto ! (http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits/Gerard/Gerard_Linearite.html.).

Gérard C. (à paraître), « Sens et régularités idiolectales en poésie », Bougault L. et Wulf J. (dir.), Lorand Gaspar et la langue.

Gérard C. et Missire R. (2009), « Textualité et linéarisation du sens », Fontvieille-Cordani A. et Thonnerieux S., Presses universitaires de Lyon, coll. « Textes et Langue » (Actes du Colloque « L’ordre des mots à la lecture des textes », Lyon 2, octobre 2005).

Gerbe R.-M. (2007), « L’appareil formel des didascalies et ses effets prototypants », F. Calas, R. Elouri, S. Hamzaoui et T. Salaaoui (dir.), Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux, p. 465-478.

Gibbs R. W (1994), The Poetics of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Giono J. (1971-1983), Œuvres romanesques complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 6 volumes.

Gleize J.-M. (1983), « Debout, là, traversé », La Nouvelle Tour de Feu, 11-12-13 (spécial Tristan Corbière), p. 125-129.

Glowinski M. ([1977]1987), « Sur le roman à la première personne », Poétique, n° 72, p. 497-507.

Glucksberg S. (2001), UnderstandingFigurative Language : from Metaphors to Idioms, Oxford, Oxford University Press.

Golopentia S. et Martinez Thomas M. (1994), Voir les didascalies, Ibéricas, 3, université de Toulouse-Le-Mirail, Éditions universitaires du Sud.

Gouvard J.-M. (2005), « Introduction générale. Linguistique, stylistique et style chez Charles Bally », De la langue au style, Gouvard, Lyon, PUL, p. 5-35.

Goyet F. (1996), Le Sublime du « lieu commun ». L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Champion.

Gracq J. (1992), Le Rivage des Syrtes, Paris, Librairie José Corti.

Gracq J. (2001) « Il n’y a que des cas d’espèce. Entretien avec Bernhild Boie », Genesis, n° 17, Jean-Michel Place, p. 181-188.

Granger G.-G. (1988), Essai d’une philosophie du style, éd. revue et corrigée. Paris, Odile Jacob.

Greimas A. J. et Courtes J. (1979 et 1986), Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, t. 1 et 2, Paris, Hachette.

Gresillon A. (1996), « De l’écriture du texte de théâtre à la mise en scène », Cahiers depraxématique, n° 26, Montpellier III, p. 71-93.

Grevisse M. (2007 [1936]), Le Bon Usage. Grammaire française, édition refondue par A. Goosse, Paris/Louvain-la-Neuve, De Boeck, Duculot, 14e édition.

Grice H. P. (1957), « Meaning », The Philosophical Review, vol. 66, n° 3, p. 377-388.

Grimal P. (1951), Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF.

Grimbert P. (2002), Chantons sous lapsy, Paris, Hachette Littératures.

Groupe p (1977), Rhétorique de la poésie, Bruxelles, Éd. Complexe.

Groupe p. (1982 [1970]), Rhétorique générale, Paris, Le Seuil.

Grumber J.-C. (1994), Maman revient pauvre orphelin, Actes Sud-Papiers.

Guerin J. (2007), « Ce soir on improvise ou les didascalies dans Le Soulier de satin », F. Calas, R. Elouri, S. Hamzaoui et T. Salaaoui (dir.), Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux, 279-294.

Guillaume G. (1969), Langage et sciences du langage, Nizet-Paris et PU Laval-Québec.

Guillaume G. (1971 et suivantes), Leçons de linguistique de Gustave Guillaume, Valin R. (dir.), Québec, Presses de l’université de Laval et Paris, Klincksieck.

Guillaume G. (1973), Principes de linguistique théorique de G. Guillaume, recueil de textes inédits, préparés sous la direction de Valin R., Québec, Presses universitaires de Laval et Paris, Klincksieck.

Guillaume G. (1985), Leçons de linguistique de Gustave Guillaume 1945-1946.C, Valin R., Hirtle W. et Joly A. (dir.), PU Laval-Québec et PU Lille.

Hamon P. (1996), L’Ironie littéraire. Essai sur la forme oblique de l’écriture, Paris, Hachette.

Happe F. et Loth E. (2002), « Theory of Mind and Tracking Speakers’Intentions », Mind and Language, 117, p. 24-36.

Hasenohr G. (1990), « Les manuscrits théâtraux », Mise en page et mise en texte du livre manuscrit, Éd. du cercle de la librairie, p. 335-340.

Hawcroft M. (1992), Word as Action. Racine, Rhetoric, and Theatrical Language, Oxford, Clarendon Press, p. 199-200.

Henry A. (1971), Métonymie et métaphore, Paris, Klincksieck.

Henry M. (1985), Généalogie de la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Épiméthée ».

Héron P.-M. (1996), « “Il faut mentir pour être vrai”. La part du faux et de la fiction dans les récits de Genet », Europe, 808-809, Paris, F. Rieder.

Héron P.-M. (déc. 1995), « Les mises en abyme de l’histoire dans Notre-Dame-des-Fleurs et Journal du voleur », Roman 20-50, 20, Lille, université de Lille 3.

Herschberg Pierrot A. (1993), Stylistique de la prose, Paris, Belin.

Herschberg Pierrot A. (2005), Le Style en mouvement. Littérature et art, Paris, Belin.

Herschberg Pierrot A. (2006), « Style, corpus et genèse », Corpus, 5, p. 19-36.

Herschberg Pierrot A. (2007), « Styles et genèse des œuvres », Pratiques, 135-136.

Herschberg Pierrot A. et Rosenthal O. (dir.) (2005), « La singularité d’écrire aux xvie-xviiie siècles », Littérature, n° 137,.

Hjelmslev L. (1968), Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Minuit.

Hjelmslev L. (1971 [1959]), Essais linguistiques, Paris, Minuit.

Houellebecq M. (1997), Rester vivant, Paris, Flammarion, coll. « Librio », 1999.

Houellebecq M. (2005), La Possibilité d’une île, Paris, Fayard.

Humboldt W V. (1996 [1822]), Uber den Nationalcharakter der Sprachen, Sur le caractère national des langues, Caussat P, La Langue source de la nation, Liège, Mardaga.

Humboldt W V. (1974), Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de P. Caussat, Paris, Le Seuil.

Ingarden R. ([1957] 1971), « Les fonctions du langage au théâtre », Poétique, 8.

Ionesco E. ([1991] 1996), Notes et contre-notes, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Ionesco E. (1992), La Leçon, Paris, Gallimard.

Iser W. (1985), L’Acte de lecture. Théorie de l’effet esthétique (1976), Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage ».

Issacharoff M. (1993), « Voix, autorité, didascalie », Poétique, 96, p. 463-474.

Jakobson R. (1963), Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

Jarrety M. (2001), Lexique des termes littéraires, Paris, Livre de poche.

Jaubert A. (1980), « L’ironie comme trope », Poétique, 41, p. 108-127.

Jaubert A. (1986), L’Implicite, Paris, Armand Colin, coll. « Linguistique ».

Jaubert A. (1990), La Lecture pragmatique, Paris, Hachette université, coll. « Linguistique ».

Jaubert A. (1993), « Rhétorique et pragmatique littéraire », Verbum, 1-3, p. 211-218.

Jaubert A. (1994), « Rhétorique et pragmatique : les figures revisitées », Langue française, 101, p. 57-71.

Jaubert A. (dir.) (1996), La Stylistique et son domaine, L’information grammaticale, 70.

Jaubert A. (2005), « Des styles au style. Genres littéraires et création de la valeur », Gouvard J.-M. (dir.), De la langue au style, Lyon, PUL, p. 37-50.

Jaubert A. (2007), « La diagonale du style. Étapes d’une appropriation de la langue », Pratiques, 135-136, p. 47-62.

Jenny L. (1990), La Parole singulière, Paris, Belin.

Jenny L. (1993), « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, 89, p. 92-101.

Jenny L. (1997), « Sur le style littéraire », Littérature, 108, p. 92-101.

Jenny L. (2000), « Du style comme pratique », Littérature, 118, p. 113-124.

Jolly G. (2001), « La didascalie chez Villiers de l’Isle-Adam », Poétique, 128, p. 447-462.

Jolly G. (2001), « Une partition didascalique plurielle : Les Félins m’aiment bien d’Olivia Rosenthal », Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, F. Calas, R. Elouri, S. Hamzaoui et T. Salaaoui (dir.), Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux, p. 351-364

Jonasson K. (2001) « Syntagmes nominaux, référence et empathie », Amiot D., De mulder W et Flaux N. (dir.), Le Syntagme nominal : syntaxe et sémantique, Arras, Artois Presses université, p. 129-140.

Joubrel B. (2001), « Essai d’une définition », Hirschi S. (dir.), Les Frontières improbables de la chanson, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes.

Jouve P. J. ([1968] 1986), Le Don Juan de Mozart, Paris, Christian Bourgois.

Jouve P. J. (1987), Œuvre, Starobinski J. (dir.), Paris, Mercure de France.

Joyce J. (1976), Ulysse II, Paris, Gallimard, Folio.

July J. (2007), Esthétique de la chanson française contemporaine, Paris, L’Harmattan, coll. « Univers musical ».

Kane S. (1999), Purifiés, L’Arche.

Karabetian E. (2000), Histoire des stylistiques, Paris, A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni C. (1977), La Connotation, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Kerbrat-Orecchioni C. (1980), dénonciation de la subjectivité dans le langage Paris, A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni C. (1994), « Rhétorique et pragmatique : les figures revisitées », Langue française, n° 101, p. 57-71.

Kermann P. (2001), De quelques choses vues la nuit, Paris, Le Seuil.

Kibédi Varga Á. (1994), « La question du style et la rhétorique », Molinié G. et Cahné P. (dir.), (Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, p. 159-173.

Kibédi Varga Á. (2000), « Universalité et limites de la rhétorique », RRhetorica, 18, 1, p. 1-28.

Kibédi Varga Á. (2002), « Les limites de la rhétorique », Dornier C. et Siess J., (dir.), Éloquence et vérité intérieure, Paris, Champion, p. 21-40.

Kintsch W. (2000), « Metaphor Comprehension : A Computational theory », Psychonomic Bulletin and Review, Vol. 7, p. 257-266.

Kleiber G. (1993), « Faut-il banaliser la métaphore ? », Verbum, 1-3, p. 197-210.

Kleiber G. (1994), « Métaphore : le problème de la déviance », Langue française, 101, p. 35-56.

Kleiber G. (1999), « Une métaphore qui ronronne n’est pas un chat heureux », Charbonnel N. et Kleiber G. (dir.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », p. 83-134.

Klinkenberg J.-M. (1990), Le Sens rhétorique. Essais de sémantique littéraire, Toronto, Éditions du Gref, coll. « Theoria »/Bruxelles, Les Éperonniers, coll. « Science pour l’homme ».

Klinkenberg J.-M. (1996a), Précis de sémiotiquegénérale, Bruxelles, De Boeck.

Klinkenberg J.-M. (1996b), Sept leçons de sémiotique et de rhétorique, Toronto, Éditions du Gref, coll. « Dont actes ».

Klinkenberg J.-M. (1999), « Métaphore et cognition », Charbonnel N. et Kleiber G. (dir.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, p. 135-170.

Klinkenberg J.-M. (dir.) (1983), « La synecdoque », Le Français moderne, 4.

Koch P. (1997), « Diskurstraditionen : zu ihrem sprachtheoretischen Status und ihrer Dynamik », Frank B., Haye T. et Tophinke D. (dir.), Gattungen mittelalterlicher Schriftlichkeit, Tübingen, Narr, p. 43-79.

Koltes B.-M. (1985), QQuai ouest, Paris, Minuit.

Koltes B.-M. (2008), Des voix sourdes, Paris, Minuit.

Kripke S. (1982), La logique des noms propres (trad. P. Jacob et F. Recanati), Paris, Minuit.

Kubczak H. (1989), « Zum Verhältnis von “Langue” und “Idiolekt” », Zeitschrift fur Romanische Philologie, n° 105 (1-2), p. 1-27.

La Via S. (1999), « Le combat retrouvé. Les “passions contraires” du “divin Tasse” dans la représentation musicale de Monteverdi », Careri G. (dir.), La Jérusalem délivrée du Tasse : poésie, peinture, musique, ballet, Actes du colloque organisé au musée du Louvre par le service culturel en collaboration avec l’Istituto italiano di cultura de Paris les 13 et 14 novembre 1996, Paris, Klincksieck, p. 109-158.

Labbé C. et Labbé D. (2003), « La distance intertextuelle », Corpus, 2, p. 95-118.

Lajarte P. De (1995), « La passion amoureuse et sa représentation dans la première partie des Angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne », La Peinture des passions de la Renaissance à l’Age classique, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, p. 61-78.

Lakoff G. et Johnson M. (1980), Metaphors We Live By, University of Chicago Press, trad. franç. Les métaphores dans la vie quotidienne, trad. de Fornel M., Paris, Minuit, 1986.

Lakoff G. et Turner M. (1989), More than Cool Reason. A Field Guide to Poetic Metaphor, Chicago, The University of Chicago Press.

Landy I. (2003), « Les constructions détachées », Combettes B. (dir.), Evolution et variation en français préclassique. Etudes de syntaxe, Paris, Champion, p. 271-313.

Laroche H. (1997), Tristan Corbière ou les voix de la Corbière, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes.

Larthomas P. (1964), « La notion de genre en stylistique », Le Français Moderne, XXXII, p. 185-193.

Larthomas P. (1972, 1980), Le langage dramatique, sa nature, ses procédés, Paris, A. Colin.

Le Bozec Y. (2004), « Trois points de suspension... », L’information grammaticale, 103, p. 3-6.

Lecointe J. (1993), L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, « Travaux d’Humanisme et Renaissance ».

Legrain G. et Noailly M. (2004), « Le partitif et la métaphore (d’après le roman de Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer) », Amyot D. (dir.), La Métaphore : regards croisés, Arras, Artois Presses université, coll. « Études linguistiques », p. 51-65.

Letellier C. (1997), « De la chanson à de nouvelles formes », Hirschi S. (dir.), La Chanson en lumière, Valenciennes, PU de Valenciennes.

Lindsay M. (1972), Le Temps jaune, essai sur Corbière, Berlin-Amsterdam-Londres, University of California Press.

Littre P. E. (1987), Dictionnaire de la langue française, Chicago/Paris, Encyclopaedia Britannica.

Lochert V. (2007), « Entre récit et régie : le portrait du personnage dans les didascalies de Bernard Shaw et de Luigi Pirandello », F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 157-170.

Lorian A. (1973), Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, Paris, Klincksieck, coll. « Bibliothèque française et romane ».

Lunn-Rockliffe K. (2002), Tristan Corbière and the poetics of irony, Oxford, Hartford College.

Maingueneau D. (1994), « L’horizon du style », Molinié G. et Cahné P. (dir.), Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, p. 187-199.

Maingueneau D. (2004a), « Retour sur une catégorie : le genre », Adam J.-M., Grize J.-B. et Ali Bouacha M. (dir.), Texte et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 107-118.

Maingueneau D. (2004b), Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin.

Malrieu D. et Rastier F. (2001), « Genres et variations morphosyntaxiques », TAL Linguistique de corpus, vol. 42, 2, p. 548-577, repris dans http://www.revue-texto.net/Inedits/Malrieu_Rastier/Malrieu-Rastier_Genres.html.

Mantcheva D. (à paraître), « Le drame symboliste au seuil du roman », Actes du colloque internationale de Thessalonique « Roman et théâtre : une rencontre intergénérique dans la littérature française », juin 2008.

Marouzeau J. (1950), Aspects du français, Paris, Masson et Cie.

Marouzeau J. ([1946] 1969), Précis de stylistique française, Paris, Masson.

Martin R. (1983), Pour une logique du sens, Paris, PUF.

Martin R. (1985), « Notes sur la logique de la métonymie », Mélanges de langue et de littérature françaises offerts à Pierre Larthomas, coll. « École normale supérieure de jeunes filles », 26, p. 295-307.

Martinez Thomas M. (1994), « Le discale dans l’histoire du théâtre espagnol », Golopentia S., Martinez Thomas M. (1994), Voir les didascalies, Ibéricas, 3, université de Toulouse-Le-Mirail, p. 135-231.

Martinez Thomas M. (2007), « Typologie fonctionnelle du discale », La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 35-46.

Mayaffre D. (2007), « L’analyse de données textuelles aujourd’hui : du corpus comme une urne au corpus comme un plan. Retour sur les travaux actuels de topographie/topologie textuelle », Lexicometrica.

Mellet S. et Barthélémy J.-P. (2007), « La topologie textuelle : légitimation d’une notion émergente », Lexicometrica.

Melquiot F. (2002), Le diable en partage, L’Arche.

Merleau-Ponty M. (1969), La Prose du monde, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Meschonnic H. (1970), Pour la poétique, Paris, Gallimard.

Meschonnic H. (1985), Les États de la poétique, Paris, PUF, coll. « Écriture ».

Meschonnic H. (1999), Poétique du traduire, Paris, Verdier.

Michel A. (1982, 1994), La Parole et la beauté. Rhétorique et esthétique dans la tradition occidentale, Paris, Albin Michel.

Migozzi M. (1995), On aura vécu, Toulon, Éd. Telo Martius.

Millet C. (2007), Le Romantisme, Paris, Livre de poche.

Minyana Ph. (1995), Drames brefs (1), Montreuil, Éditions Théâtrales.

Minyana Ph. (2001), Habitations, Montreuil, Éditions Théâtrales.

Minyana, Ph. (2001), Pièces, Montreuil, Éditions Théâtrales.

Minyana Ph. (2006), Histoire de Roberta, Montreuil, Éditions Théâtrales.

Missire R. (2007), « Rythmes sémantiques et temporalité des parcours interprétatifs », Ballabriga M., Mpondo-Dicka P. (dir.), Rythme, sens et textualités, Éditions universitaires du sud, p. 75-115.

Mitchell R. (1979), Tristan Corbière, Boston, Twayne Publishers.

Mitterand H. (1992), « À la recherche du style », Poétique, n° 90, p. 243-251.

Moeschler J. (1991). « Aspects linguistiques et pragmatiques de la métaphore : anomalie sémantique, implication conversationnelle et répertoire métaphorique », Tranel, 17, p. 51-73.

Molière (1965), Œuvres complètes, t. 3, Paris, Garnier-Flammarion, coll. « GF ».

Molinié G. (1989), La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 646.

Molinié G. (1991), Éléments de stylistique française (1986), Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle ».

Molinié G. (1992), Dictionnaire de rhétorique, Paris, Le Livre de Poche.

Molinié G. (1993), La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Premier cycle ».

Molinié G. (1994a), « Le style en sémiostylistique », Molinié G. et Cahné P. (dir.), Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF, p. 201-211.

Molinié G. (1994b), « Sémiostylistique de la réception à propos du Dom Juan de Molière : de la séduction et du littéraire », Champs du signe. Stylistique, 4.

Molinié G. (1995), « Stylistique et tradition rhétorique », Argumentation et Rhétorique, Hermès, 15.

Molinié G. (1998), Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF.

Molinié G. (1999), « La métaphore : limites du trope et réception », Charbonnel N. et Kleiber G. (dir.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », p. 171-183.

Molinié G. (2005), Hermès mutilé. Vers une herméneutique matérielle. Essai de philosophie du langage, Paris, Honoré Champion.

Molinié G. (2006), « Complexité de la simplicité », Formes et normes en poésie contemporaine, site de l’AIS, http://60gp.ovh.net/~stylm/AIS/article.php3?id_article=75.

Molinié G. et Cahné P. (dir.) (1994), (Qu’est-ce que le style ?, Paris, PUF.

Molinié G. et Viala A. (1993), Approches de la réception. Sémiostylistique et socio-poétique de la réception, Paris, PUF.

Molino J. et Gardes-Tamine J. (1992), Introduction à l’analyse linguistique de la poésie, I Vers et figures, 3e édition corrigée, Paris, PUF.

Monte M. (2002), Mesures et passages. Une approche énonciative de la poésie de Philippe Jaccottet, Paris, Champion.

Monte M. (2006), « Runes de Jean Grosjean et La grande neige d’Yves Bonnefoy : de l’étrangeté pragmatique à la lecture allégorique », Brophy M. et Gallagher M. (dir.), Sens et présence du sujet poétique. La poésie de la France et du monde francophone depuis 1980, Amsterdam New York, Rodopi, p. 227-241.

Monte M. (2007a), « L’écriture dans La Terre du Sacre : entre quête et proclamation », Morello A. (dir.), Jean-Claude Renard, l’hôte des noces, Paris, Champion, p. 147-161.

Monte M. (2007b), « Tension énonciative et cohésion textuelle dans Vents, Chronique et Chant pour un équinoxe : le rôle des vocatifs », Himy L. (dir.), Questions de style, 4, http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questions-destyle/ .

Monte M. (2007c), « Poésie et effacement énonciatif », Semen, 24, Monte M. et Gardes tamine J. (dir.), « Linguistique et poésie : le poème et ses réseaux », Presses de l’université de Franche-Comté, p. 99-121.

Monte M. (à paraître a), « Effacement énonciatif et pratique citationnelle dans Egée de Lorand Gaspar : une cohérence globale », Bougault L. et Wulf J. (dir.), Lorand Gaspar et la langue.

Monte M. (2008), « Le jeu des points de vue dans l’oxymore : polémique ou reformulation ? », Alain Rabatel (dir.), Figures et point de vue, Langue française, 160, p. 37-53.

Monte M. (à paraître c), « Leçons des variantes : l’évolution de quelques poèmes de Pierre Dhainaut de Un livre d’air et de mémoire à Dans la lumière inachevée », Masson J.-Y. (dir.), Actes du colloque « Pierre Dhainaut, la passion du précaire » des 27-28 avril 2007 à Paris IV.

Morel J. ([1968] 1991), « Rhétorique et tragédie au xviie siècle », Agréables Mensonges. Essais sur le théâtre français, Paris, Klincksieck, p. 45-59.

Morier H. (1998), Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, PUF.

Mounier P. (2007), Le Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance ».

Mouratidou E. (2007), « De l’indication scénique à l’acte dramatique. À propos des didascalies narrées d’une mise en scène d’Anticlimax de Werner Schwab »,

F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 75-86.

Murat M. (1983a), « Le Rivage des Syrtes » de Julien Gracq. Etude de style II. Poétique de l’analogie, Paris, José Corti.

Murat M. (1983b), « La métaphore dans la tradition rhétorique : quelques remarques sur le plus beau des tropes », Travaux de linguistique et de littérature, 21/2, p. 155-173.

Myszkorowska M. (2003), « Poétique et dramaturgie : les didascalies de personnage. Exemple du théâtre de Georges Feydeau », Pratiques, 119-120, p. 35-66.

National des langues, traduction de Caussat P. (2000), Paris, Le Seuil.

Neveu F. (2004), Dictionnaire des sciences du langage, Paris, A. Colin.

Neveu F. (2005), « L’idiolecte, entre linguistique et herméneutique », Cahiers de praxématique, « L’idiolecte. Du singulier dans le langage », 44, Montpellier, université Montpellier III, CNRS.

Neveu F. et Détrie C. (dir.) (2005), « L’idiolecte. Du singulier dans le langage », Cahiers de praxématique, 44.

Nietzsche F. (1989), La Généalogie de la morale, Paris, Gallimard.

Nietzsche F. (1993), Ainsi parlait Zarathoustra, Paris, Gallimard.

Nietzsche F. (1996), La Naissance de la tragédie, Paris, Gallimard.

Nimier R. (1996), Le Hussard bleu, Paris, Gallimard.

Novarina V. (1995), La Chair de l’homme, Paris, POL.

Oksaar E. (2000), « Idiolekt als Grundlage der variationsorientierten Linguistik », Ammon U., Mattheier K. et Nelde P. (dir.), Die Zukunft der europäischen Soziolinguistik. The future of European Sociolinguistics. Le futur de la sociolinguistique européenne, Sociolinguistica, 14, Tübingen.

Origgi G. et Sperber D. (2000), « Évolution, Communication and the Proper Function of Language », Carruthers P. et Chamberlain A. (dir.), Evolution of the Human Mind : Modularity, Language andMeta-Cognition, Cambridge, Cambridge University Press, p. 140-169.

Ouellet P. (2000), Poétique du regard. Littérature, perception, identité, Limoges, PULIM.

Paulhan J. ([1941] 1990), Les Fleurs de Tarbes ou La Terreur dans les Lettres, Paris, Gallimard.

Paulme D. (1976), La Mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains, Paris, Gallimard.

Peletier J. (1990), Art poétique, Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, F. Goyet (dir.), Paris, Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de Poche/Bibliothèque classique ».

Perrin L. (1996), L’Ironie mise en tropes. Du sens des énoncés hyperboliques et ironiques, Paris, Kimé.

Perrin-Naffakh A.-M. (1985), Le Cliché de style en français moderne. Nature linguistique et rhétorique, fonction littéraire, Talence, Presses universitaires de Bordeaux.

Peschel C. (2002), Zum Zusammenhang zwischen Wortneubildung und Textkonstitution, Niemeyer, Tübingen.

Petijean A. (2005), « Pour une problématisation linguistique de la notion de genre : l’exemple du texte dramatique, VIe Congrès des romanistes scandinaves, Copenhague, http://209.85.135.104., p. 1-20.

Petijean A. (2007a), « Pour une description sémio-linguistique des didascalies spatio-temporelles », Calas F., Elouri R., Hamzaoui S. et Salaaoui T. (dir.), Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Sud Éditions/ Presses universitaires de Bordeaux, p. 479-493.

Petijean A. (2007b), « Corpus et genres, quelles interactions ? », Bertrand O., Charolles M., François J., Schnedecker C. (dir.), Discours, diachronie, stylistique du français, Peter Lang, Collection « Sciences pour la communication », p. 417-433.

Petijean A. (2009 a), « Genres littéraires et descriptions linguistiques », C. Hudelot et C. Christine Jacquet-Pfau (dir.), Sciences du Langage et demandes sociales, Actes du colloque 2007 de l’Association des Sciences du Langage, p. 101-113.

Petijean A. (2009 b), « Textes dramatiques et sciences du langage », C. Despierres, H. Bismuth, M. Krazem, C. Narjoux (dir.), La lettre et la scène : linguistique du texte de théâtre, Éditions universitaires de Dijon, collection Langages, p. 27-41.

Petijean A. (à paraître a), « Pour une description linguistique des genres littéraires », colloque international de Besançon, « Linguistique et littérature : Cluny, 40 ans après », novembre 2007.

Petijean A. (à paraître b), « A propos de la notion de STYLE », colloque « Science du langage et demande sociale », École Normale Supérieure, Paris, octobre 2007.

Petijean A. (à paraître c), « Textes dramatiques et sciences du langage », colloque international de Dijon, « L’analyse linguistique du texte de théâtre », mars 2008.

Petijean A. et Rabatel A. (2007), « Le style en questions », Pratiques, 135-136, Cresef, Metz, décembre.

Petitjean A. et Rabatel A. (dir.) (2007), « Questions de style », Pratiques, 135-136, Cresef, Metz, décembre.

Philippe G. (2000), Récits de la pensée, Paris, SEDES.

Philippe G. (2005), « Le style est-il une catégorie énonciative ? », Gouvard J.-M. (dir.), De la langue au style, Presses universitaires de Lyon, p. 145-156.

Philippe G. (2006), « Traitement stylistique et traitement idiolectal », Détrie C. et Neveu F. (dir.), L’idiolecte, du singulier dans le langage, Cahiers de praxématique, 44, p. 77-91.

Picard R. (1965), Nouvelle critique ou nouvelle imposture, Paris, Jean-Jacques Pauvert.

Platz G. (1975), Wortfeldtheorie und Individualsprache, Diss. Fribourg-en-Brisgau.

Polenz P. (1980), « Wortbildung », Althaus H. P., Henne H., Wiegand H. (dir.), Lexikon der germanistischen Linguistik, Tübingen, p. 169-178.

Popin C. (dir.), Cours d’agrégation sur V Segalen, multigraphié, Paris, Collège Sévigné.

Pottier B. (1992), Sémantique générale, Paris, PUF.

Prandi M. (1992), Grammaire philosophique des tropes, Paris, Minuit, coll. « Propositions ».

Prandi M. (1998), « La métaphore : structures conceptuelles et constructions linguistiques », Ballabriga M. (dir.), Sémantique et Rhétorique, Actes du colloque d’Albi (4-6 juillet 1995), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champs du signe », p. 151-173.

Prandi M. (1999), « Grammaire philosophique de la métaphore », Charbonnel N. et Kleiber G. (dir.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », p. 184-206.

Prandi M. (2000), « Littéral, non littéral, figuré », Cahiers depraxémique, 35, p. 7-38.

Prandi M. (2002), « La métaphore : de la définition à la typologie », Langue française, 134, p. 6-20.

Putnam H. (1975), « The Meaning of meaning », K. Gunderson (dir.), Language, Mind and Knowledge, University of Minnesota.

Quintilien (1976), L’Institution oratoire, éd. et trad. Jean Cousin, tome 4, livres VI-VII, Paris, Les Belles Lettres.

Quintilien (1978), L’Institution oratoire, éd. et trad. Jean Cousin, tome 5, livres VIII-IX, Paris, Les Belles Lettres.

Rabatel A.(2003), « Le problème du point de vue dans le texte de théâtre », Pratiques, n° 119-120, Cresef, Metz.

Rabatel A. (2007), « La dialectique du singulier et du social dans les processus de singularisation : style(s), idiolecte, ethos », Pratiques, 135-136, p. 15-34.

Rabatel A. (dir.) (2008), Figures et point de vue, Langue française, 160.

Rabatel A. (dir.) (2008, à paraître), Analyse pragma-énonciative des figures, Langue française, n° 158.

Rabatel A., Petitjean A. (dir.), « Questions de style », Pratiques, n° 1, p. 35-136.

Rannou P (1995), Visages de Tristan Corbière, Morlaix, Skol-Vreizh.

Rannou P. (2006), De Corbière à Tristan. Les Amours jaunes : une quête de l’identité, Paris, Honoré Champion.

Rannoux C. (2005), « “Au-dessus de la littérature” : l’écriture en quête du réel. Annie Ernaux Journal du dehors », La Licorne, Campan V. et Rannoux C. (dir.), « Le journal aux frontières de l’art », 72, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 39-53.

Rapin R. ([1675] 1970), Réflexions sur la poétique de ce temps, et sur les ouvrages des poètes anciens et modernes, éd. critique d’Elfrieda T. Dubois, Genève-Paris, Droz-Minard, 1970.

Rastier F. (1987), Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Rastier F. (1989), Sens et Textualité, Paris, Hachette Supérieur.

Rastier F. (1991), Sémantique et Sciences cognitives, Paris, PUF.

Rastier F. (1994), « Tropes et sémantique linguistique », Langue française, n° 101, p. 80-101.

Rastier F. (1996), « La sémantique des thèmes ou le voyage sentimental », Texto !, http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Themes.html.

Rastier F. (1998), « Rhétorique et interprétation – ou le Miroir et les Larmes », Ballabriga M. (dir.), Sémantique et rhétorique, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champs du signe », p. 33-57.

Rastier F. (2001a), « Vers une linguistique des styles », Texto !, http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Ling-de-style.html.

Rastier F. (2001b), Art et sciences du texte, Paris, PUF.

Rastier F. (2001c), « Indécidable hypallage », Langue française, 129, p. 111-127.

Rastier F. (juin-sept. 2003), « De la signification au sens. Pour une sémiotique sans ontologie », Texto !, http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Semiotique-ontologie.html.

Rastier F. (2003), « Le silence de Saussure ou l’ontologie refusée », Bouquet S. (dir.), Saussure, Paris, L’Herne, p. 23-51.

Rastier F. (2004), « Poétique et textualité », Langages, 153, Paris, Larousse, p. 20-126.

Rastier F. (2006), « Formes sémantiques et textualité », Langages, 163, p. 99-114.

Rastier F. et Pincemin B. (1999), « Des genres à l’intertexte », Cahiers de praxématique, 33, université de Montpellier.

Rawicz P. (1961), Le Sang du Ciel, Gallimard.

Renard J.-Cl. ([1966] 1989), La Terre du Sacre suivi de La Braise et la Rivière, José Corti.

Renaude N. (1994), Courtes Pièces, Éditions Théâtrales.

Renaude N. (1997), MA SOLANGE, COMMENT TÉCRIRE MON DÉSASTRE, ALEX ROUX, Éditions Théâtrales.

Renaude N. (2003), Promenades, Montreuil, Éditions Théâtrales.

Renaude N. (2006), Ceux qui partent à l’aventure, Montreuil, Éditions Théâtrales.

Rey A. (dir.) (2000), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert.

Reynolds-Cornell R. (2004), « Que cache le manteau de Jeanne Flore », Desrosiers-Bonin D. et Viennot E. (dir.), Actualités de Jeanne Flore, Paris, Honoré Champion.

Ricatte R. (1974), « Le Discours sur le temps et le temps du récit dans Que ma joie demeure », Revue des Lettres modernes. Jean Giono 1 : De « Naissance de l’Odyssée » au Contadour, Paris, Lettres modernes, Minard, p. 69-92.

Ricœur P. ([1951] 1975), La Métaphore vive, Paris, Le Seuil.

Ricœur P. (1986), Du texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Le Seuil.

Ricœur P. (1989), « Regards sur l’écriture », Hay L. (dir.), La Naissance du texte, Paris, José Corti.

Ricœur P. et Changeux J.-P. (1998), Ce qui nous fait penser. La nature et la règle, Paris, Éd. Odile Jacob.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R. ([1997] 2002), Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, « Linguistique nouvelle ».

Riffaterre M. (1971), Essais de stylistique structurale, traduction par D. Delas. Paris, Flammarion.

Riffaterre M. (1979), La Production du texte, Paris, Le Seuil.

Riffaterre M. ([1982] 1997), « L’illusion référentielle », Littérature et réalité, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

Riffaterre M. ([1978] 1983), Sémiotique de la poésie, traduit de l’anglais par Jean-Jacques Thomas, Paris, Le Seuil.

Riffaterre M. (1990), Fictional Truth, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press.

Ronsard P. de ([1950] 1983), La Franciade, Œuvres complètes, P. Laumonier (dir.), Paris, Nizet, t. XVI, « Preface sur la Franciade, touchant le Poëme Heroïque ».

Rosellini M. (1999), « Inimitable harmonie : histoire d’un mythe de l’histoire littéraire, la poésie racinienne », Racine poète, Poitiers, B. Louvat, D. Moncond’huy, La Licorne, 50, p. 277-295.

Rosenthal O. (2004), Les Félins m’aiment bien, Paris, Actes Sud-Papiers.

Rossari C. (2007), Les Moyens détournés d’assurer son dire, travaux de stylistique et de linguistique françaises, Paris, Cahiers de Linguistique et stylistique françaises.

Rousseau J. (2000), « La Révolution morphologique », Auroux S. (dir.), Histoire des idées linguistiques, Liège, Mardaga, 2000, p. 139-154.

Rousset J. (1962), Forme et signification. Etude sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Paris, José Corti.

Rousset J. (1967), « Les réalités formelles de l’œuvre », Poulet G. et Ricardou J. (dir.), Les Chemins actuels de la critique, Paris, Plon, p. 105-117.

Rushdie S. (1988), Satanic Verses, Londres, Vintage, Random House (trad. franç. Les Versets sataniques, trad. A. Nasier, Paris, Plon et Pocket, 1999).

Ruwet N. (1972), Langage, musique, poésie, Paris, Le Seuil.

Ruwet N. (1975), « Synecdoques et métonymies », Poétique, n° 23, p. 371-388.

Sablayrolles J.-F. (1996), « Néologisme et nouveauté(s) », Cahiers de lexicologie, n° 69, p. 5-42.

Sablayrolles J.-F. (2003), « Le sentiment néologique », Sablayrolles J.-F. (dir.), L’innovation lexicale, Lexica. Mots et Dictionnaires p. 279-295.

Saint-Gérand J.-P. (1993), Morales du style, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Saint-Gérand J.-P. (1995), « Styles, apories et impostures », Langages, 118.

Saint-gérand J.-P. (1999), « La langue française au xixe siècle. Sclérose, altérations, mutations. De l’abbé Grégoire aux tolérances de Georges Leygues (1790-1902) », Chaurand J. (dir.), Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Le Seuil, p. 377-504.

Saint-John Perse ([1946] 2006), Vents suivi de Chronique et Chant pour un équinoxe, Paris, Poésie/Gallimard.

Salmon C. (2007), Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Sarraute N. (1996), Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Sayce R. A. (1953), Style in French prose. A method of analysis, Oxford, Clarendon press.

Schaeffer J.-M. (1995), « Énonciation théâtrale », O. Ducrot, J.-M. Schaeffer (dir.), Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Le Seuil, p. 740-752.

Schaeffer J.-M. (1996), Les Célibataires de l’art, Paris, Gallimard.

Schaeffer J.-M. (1997), « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, 105, Paris, Larousse.

Schapiro M. (1982), Style, artiste et société, Paris, Gallimard.

Schilling D. (2007), « Le désœuvrement culturaliste », Jorgensen S. B. et Ruth A. (dir.), Les Défis de l’œuvre, Actes du colloque international de l’Institut de Langues, Littérature et Culture. université d’Aarhus, Aarhus, Aarhus Universitetsforlag.

Schlanger J. (1983), L’Activité théorique, Paris, Librairie Philosophique J. Vrin.

Schlieben-Lange B. (1988), « Traditionen des Sprechens und die Tradition der klar-konfusen und klar-distinkten Idee über das Sprechen », Albrecht J. (dir.), Energeia und Ergon. Sprachliche Variation, Sprachgeschichte, Sprachtypologie ; Studia in honorem Eugenio Coseriu, Tübingen, Narr, Bd. 3, p. 451-462.

Schmitter P. (2000), « Le Savoir romantique », Auroux S., Histoire des idées linguistiques, Liège, Mardaga, 2000, p. 63-78

Searle J. R. (1979), « Le sens littéral », Langue française, 42, p. 34-47.

Searle J. R. (1982), Sens et expression, « Le statut logique de la fiction », Paris, Minuit, p. 101-119.

Serca I.(2007), « Une figure de ponctuation au théâtre : les didascalies de Gibiers du temps », F. Calas, R. Elouri, S. Hamzaoui et T. Salaaoui (dir.), Le texte didascalique à l’épreuve de la lecture et de la représentation, Sud Éditions/Presses universitaires de Bordeaux, p. 511-524.

Sheringham M. (2002), « “Ce qui tombe comme une feuille sur le tapis de la vie” : Barthes et le quotidien », Macé M. et Gefen A. (dir.), Barthes, au lieu du roman, Paris, Desjonquères/Nota Bene, 2002, p. 135-158.

Shoemaker S., Swinburne R. (1984), Personal Identity, Oxford, Basil Blackwell.

Siouffi G. (2003), « Le regard des grammairiens », Combettes B. (dir.), Évolution et variation en français préclassique, Champion, coll. « Linguistique Historique », p. 19-67.

Soublin F. (1979), « 13 –> 30 –> 3 », Langages, 54, p. 41-64.

Sperber D. et Wilson D. ([1989] 1995), La Pertinence. Communication et cognition, traduit de l’anglais par Gerschenfeld A. et Sperber D., Paris, Minuit.

Sperber D. et Wilson D. (2002), « Pragmatics, Modularity and Mindreading », Mind and Language, 117, p. 3-23.

Sperber D. et Wilson D. (2006), « A Deflationary Account of Metaphor », UCL Working Papers Linguistics, 18, p. 171-203.

Spitzer L. (1948), Linguistics and literary history, Princeton, Princeton UP.

Spitzer L. (1955), « Stylistique et critique littéraire », Critique, n° 98.

Spitzer L. (1959), Romanische Literaturstudien, 1936-1956, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Spitzer L. (1961), Langue et littérature, Paris, Les Belles-Lettres.

Spitzer L. (1970), Études de style, Paris, Gallimard.

Spitzer L. (1978 [1949]), « La publicité américaine comme art populaire », Poétique, 34, Le Seuil, p. 152-171.

Starobinski J. (1964), « La stylistique et ses méthodes : Leo Spitzer », Critique, n° 206, p. 579-596.

Starobinski J. (1970), « Leo Spitzer et la lecture stylistique », préface à L. Spitzer, Études de style, Paris, Gallimard, p. 7-39.

Starobinski J. (1999, éd. augmentée [1954]), « Racine et la poétique du regard », L’œil vivant. Corneille, Racine, La Bruyère, Rousseau, Stendhal, Paris, Gallimard, p. 73-92.

Strohmeyer F. (1910), Der Stil der französischen Sprache, Berlin, Weidman, 2e éd., 1924.

Suhamy, H. (1992), Les Figures de style, Paris, PUF.

Szondi P. (1959), Introduction à l’herméneutique littéraire, Paris, Cerf.

Talmy L. (2000), Toward A Cognitive Semantics, vol. I, Cambridge, MIT Press.

Tamba-mecz I. (1981), Le Sens figuré. Vers une théorie de l’énonciation figurative, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle ».

Tamba-Mecz I. (1994), « Une clé pour différencier deux types d’interprétation figurée, métaphorique et métonymique », Langue française, 101, p. 26-34.

Tamba-Mecz I. (1999), « La femme est-elle une fleur comme le bleuet est une fleur ? Métaphore et classification : les structures en “Le N1 est un N2” », Charbonnel N. et Kleiber G. (dir.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », p. 207-235.

Tamine J. (1976), « L’Interprétation des métaphores en “de” : le feu de l’amour », Langue française, 30, p. 34-43.

Tamine J. (1978), Description syntaxique du sens figuré : la métaphore, thèse de l’université de Paris 7-Denis Diderot.

Tamine J. (1979), « Métaphore et syntaxe », Langages, 54, p. 65-81.

Thomasseau J.-M. (1984a), « Pour une analyse du para-texte théatral », Littérature, 53.

Thomasseau J.-M. (1984b), « Les différents états du texte théâtral », Pratiques 41, 99-121.

Thorel M. (2007), « D’un “stile poeticque” à l’autre : la Conqueste de Trebisonde, sources des Angoysses douloureuses », BHR, t. LXIX, n° 1, p. 21-54.

Thorel M. (à paraître), « Langue translative » et fiction sentimentale (1525-1540). Renouvellement générique et stylistique de la prose narrative, Thèse de doctorat dirigée par M.-H. Prat et M. Huchon, soutenue à Lyon le 11 décembre 2006.

Thouard D. (2007), Schleiermacher. Communauté, individualité, communication, Paris, Vrin, « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie ».

Todorov T. (1967a), « Les registres de la parole », Journal de Psychologie, n° 64, p. 265-278.

Todorov T. (1967b), Littérature et signification, Paris, Larousse.

Todorov T. (1979), Introduction à la littérature fantastique, Paris, Le Seuil.

Todorov T. (1977), Théories du symbole, Paris, Le Seuil.

Ubersfeld A (1996), Lire le théâtre I, « Le discours théâtral », Paris, A. Colin, p. 185-221.

Valle-Inclan (1927), Divines paroles, Paris, Stock.

Vauthier J. (1953) Capitaine Bada, Gallimard, Le Manteau d’Arlequin.

Verlaine P. (1973 [1874]), Fêtes galantes, Romances sans paroles précédées de Poèmes saturniens, Paris, Poésie/Gallimard.

Villez B. (2005), Séries télé. Visions de la justice, Paris, PUF.

Villiers de l’Isle-Adam (1986), Axël, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliohèque de La Pléiade ».

Vinaver M. (1986a), à la Renverse, Théâtre Complet 2, Actes Sud, L’Aire.

Vinaver M. (1986b), La demande d’emploi, Théâtre Complet 2, Actes Sud, L’Aire.

Viprey J.-M. (2005), « Philologie numérique et herméneutique intégrative », Adam J.-M. et Heidmann U. (dir.), Sciences du texte et analyse de discours, Genève, Slatkine, p. 51-68.

Viswanathan J. (1988), « Spectacles de l’esprit. Flaubert, Hardy, Joyce », Poétique, 75, p. 373-391.

Voldeng E. (1976), « Les poètes maudits comme lieu commun et limitation de la critique corbiérienne », Cahiers de Bretagne Occidentale, 1, p. 103-113.

Vouilloux B. (2000), « Les styles face à la stylistique », Critique, 641, p. 874-901.

Wagner R. L. (1947), Introduction à la linguistique française, Lille et Genève, Giard et Droz.

Wagner R. L. (1968), La grammaire française, Paris, SEDES.

Wilmet M. (1980), Recueil d’Hommages à R. Valin : Langue et psychomécanique du langage, pour Roch Valin, Lille-Québec, Presses universitaires de Lille-Presses universitaires de Laval.

Wilmet M. (1986), La Détermination nominale, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle ».

Winckler M. (dir.) (2005), Les Miroirs obscurs. Grandes séries américaines d’aujourd’hui, Vauvert, Au diable Vauvert.

Wolowski W (2007 a), « Sur quelques formes de l’écriture didascalique », F. Fix et F. Toudoire-Surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 21-33.

Wolowski W. (2007 b), « Didascalie et narrativisation du texte dramatique », Du texte dramatique au texte narratif, Wydawnictwo KUL, p. 255-285.

Wulf J. (2007), « Linguistique et singularité du texte littéraire », D. Lagorgette et M. Lignereux (dir.), Littérature et linguistique : diachronie/synchronie. Autour des travaux de Michèle Perret, Chambéry, université de Savoie, p. 552-563.

Zaragoza G. (2007), « La didascalie poétique, l’exemple de Valle-Inclàn et Lorcaé » F. Fix et F. Toudoire-surlapierre (dir.), La didascalie dans le théâtre du xxe siècle,, Éditions universitaires de Dijon, collection Écritures, p. 87-100.

Zilberberg Cl. (1998), « Approche schématique de la rhétorique », Sémantique et rhétorique, s. d. M. Ballabriga, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, p. 199-223.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540