Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Cinquième partie. Pratiques stylistiques

Le grammème comme dans Xbo de Dominique Fourcade : exemple d’une cohérence architectonique orchestrant la diversité discursive du poème

Laurence Bougault

Texte intégral

1L’écriture poétique de Dominique Fourcade se marque par sa complexité : plusieurs langues, français et anglais/sont convoquées, et les jeux phoniques interfèrent notablement avec/sur l’énoncé. L’illisibilité est au cœur de la problématique de Fourcade : « S’impose un poème illisible » (Xbo) donc difficile à appréhender.

2Dans la mesure où le mot comme a souvent passé pour emblème de la poésie, c’est à travers lui que nous voudrions interroger cette illisibilité du texte, en commençant par démêler ce qui est de l’ordre du syntaxique avant d’évoluer vers les problèmes inhérents à la fonction toute figural de comme.

3La polysémie de ce lexème lui confère un statut des plus problématiques : polysémie ou homophonie du côté de la syntaxe, fonctions ou régimes de fonctionnement du côté du sémantique. En langue, tel qu’il est décrit par les grammaires traditionnelles, le mot comme est à la frontière syntaxico-sémantique de plusieurs parties de langue : adverbe, conjonction, préposition, exprimant tantôt la comparaison, tantôt l’exclamation, tantôt un rapport temporel-causal.

  • 1 Fourcade D. (1988), Xbo, POL. Toutes les références et occurrences renvoient à cette édition.

4Cette variété tant structurelle et fonctionnelle que sémantique attire évidemment les chercheurs en linguistique qui ne cessent de proposer des modèles explicatifs. Je ne ferai pas ici de synthèse des analyses très variées proposées pour comme. On peut se reporter pour cela à la présentation qu’en fait Antoine Gautier dans « COMME : problèmes en synchronie » (Gautier, 2007). Je m’en tiendrai au seul corpus de Xbo de Dominique Fourcade1, qui, loin de présenter une diversité d’emplois, me paraît au contraire réduire le fonctionnement de comme à quelques patrons récurrents. Cette restriction de l’éventail des emplois me semble significative de la cohérence de l’architectonique de ce poème en particulier et de la poésie contemporaine en général.

Patrons syntaxiques de comme dans Xbo

5Dans le poème, plusieurs constructions sont représentées :

SN + comme SN
SN + comme Prop.
SV + comme SN
Adj + comme SN
Adj + comme Prop.
Prop. + comme SN
Prop. + comme Prop.
Comme SN, syntagme périphérique (entre parenthèses, apposé ou circonstant)
Comme si + Prop.

6Cependant, l’extrême majorité des occurrences de comme fonctionne sur un même patron syntaxique : loin d’être un détachement, le syntagme introduit par comme fait partie intégrante d’un syntagme plus vaste, dans la plupart des cas, le syntagme support est un SN, dans la plupart des cas, le segment qui suit est un SN aussi.

1. Complément du SN

1. 1. SN + Comme SN

(1) « Écrire le poème
Comme page
Sans temps » (7)
(2) « Groseille dans la merde quelque chose comme » (8)
(avec inversion stylistiquement marquée)
(5) « De la langue comme fausse note ? » (16)
(8) « Je pensais langue comme seul corps disponible » (20)
(9) « Des corps lavables comme galop sperme » (26)
(11) « Des mots comme surir ou carcasse créent une industrie fervente » (30)
(12) « Corps laconique comme le mot trampoline » (30)
(13) « Ou des autonomes comme le mot seins au pluriel » (31)
(29) « Ou flot sang glot pme
Avec noir comme mot intersticiel » (48)
(31) « B comme beauté » (56)
(32) « b comme mort » (56)
(33) « b comme speech defect » (56)
(34) (35) (36) « M comme mot ou comme mannequin comme beauté du liège dense et sain de matème » (56)
(38) « M comme masse sur la langue xbo » (57)
(39) « Page comme bords (de cadmiums traçants) » (57)
(40) « Mot comme xbéité » (57)
(42) « Comme une désappesenteur soudaine du mot Mba mpa pah (un aspiré) poh (dans le grave) hp (le registre change la couleur) tlau-qk » (60)
(43) « Un incompréhensible comme seule mesure du transfert » (63)
(44) « Un incompréhensible comme douleur majeure et vie majeure » (63)
(46) « Elle garde les droits même sur les mots morts depuis des années-lumière comme je t’aime mais dont les rayons nous parviennent encore » (65)
(47) « Du mot language comme fuseau neuro-musculaire récepteur de toute tension » (65)
(49) « Et des rebonds de mots sans choses
Comme alabandine » (68)

724 occurrences

1. 2. SN + comme Prop.

(15) « Comme une consonne sourde aspirée opère et c’est cela mon univers
Des groseilles indigo
Des sourdes aspirées. » (35)

81 occurrence

2. comme introduit un complément du SV : Verbe + comme SN

(7) « Un son noir
Prenant comme le citron de tnt de toiles de Manet » (18)
(22) « Ne pas fuir le point aveugle. S’y tenir comme en tout autre point, égaré. » (44)
(24) « Dans le désarroi, je me pose la question de savoir si ce n’est pas comme ça qu’a été fait tout poème. » (46)

93 occurrences

3. Complément de l’adjectif

3. 1. Adjectif + Comme SN

(6) « (Masses de pins parasols bombées comme des pubis dans l’air rose) » (18)
(17) « il/le poème/est post-coltranien comme quoi que ce soit aujourd’hui » (36)
(37) « Un souffle phasé comme par lui /M/ » (56)

103 occurrences

3. 2. Adjectif + Comme Prop

(4) « Tandis que des yeux touchent et remodèlent sans cesse l’entendement du poème et le rendent dramatiquement méconnaissable
Mou comme il est » (15)
(10) « Il y a des mots lyriques et inventifs comme des carreaux cassés » (28)

112 occurrences

4. Comme complément d’une proposition

4. 1. Prop. comme SN

(3) « Tandis que les lectures commencent d’en modifier le relief en tous sens comme des vagues la plage non paginée » (15)
(28) « La glotte
Dans quel sens le poème la passe-til
Comme cela Avec des t éclatés en remerciant sans cesse » (47)
(48) « Dans la langue s’ouvrent des perspectives
Avec des sauts-de-loup invisibles avant leurs bords mêmes
Comme en amour et dans l’architecture des parcs » (67)

123 occurrences

4. 2. Prop. comme Prop.

(18) « Vous ne vous trompez pas prononcez tmcl comme vous pouvez » (37)
(19) « Ca se prononce comme ça se découpe il n’y a pas à donner d’exemple » (37)
(25) « Tout poème n’est-il pas un poème rentré et non un poème sorti comme je l’avais cru jusqu’alors ? » (46)
(30) « Elle se déracine comme elle s’énonce » (56)

134 occurrences

5. Comme SN périphérique

5. 1. Prédicat second

5. 1. 1. Entre parenthèses :

(14) « et des corps tièdes (comme le mot pinède) » (31)
(20) « De leur corps, on ne connaît parfois des mots que le buste (comme derrick, exactement) » (39)
(45) « Beauté en ut de la finale gamma xi mais sans l’upsilon antérieur le mot larynx n’aurait pas sa vibration de fût (comme dans la phrase “cette femme au larynx de colombe”) » (64)

143 occurrences

5. 1. 2. Apposition :

(26) « Travailler à engloutir le poème, comme ça, hors la lumière et l’ombre » (46)
(27) « Je croyais tenir la photo du poème, comme je l’ai si souvent cru. » (47)

152 occurrences

5. 2. Circonstant

(21) « comme à l’accoutumée » (41)
(41) « La poétique est en plage le monodique
Est en nage
Comme au début » (58)

162 occurrences

6. Comme si

(16) « Je chantonne
Comme si je réinventais Blues for Blanche après que Coltrane a eu tout détruit » (36)
(23) « Faire comme si l’effet Larsen allait de soi. » (44)

172 occurrences

18Le patron syntaxique le plus représenté est de loin Sn + comme Sn, avec 24 cas soit légèrement plus de la moitié des occurrences de Xbo ; ce qui invite à renoncer à la notion d’ellipse, pratique certes, mais qui me semble extrêmement faible du point de vue du raisonnement. Pour qu’il y ait ellipse, il faudrait sentir au moins le manque, ce qui est loin d’être le cas pour comme SN.

  • 2 Je ne parlerai pas de coréférence par prudence, eu égard au problème du figural.

19D’autre part, la faible mobilité, ou plus souvent l’absence de mobilité du syntagme introduit par comme pose le problème de son assimilation à un circonstant. Beaucoup de ces emplois font ressortir une tournure attributive, dans la mesure où il y a idée d’équivalence entre les deux segments, apport et support2. En revanche, le détachement est loin d’être la règle. J’ai du mal aussi à envisager les syntagmes en comme en tant que détachement de type appositif, car il n’y a pas souvent prédication seconde. En réalité, sémantiquement, le fonctionnement est davantage celui de la caractérisation. Faut-il pour autant faire des syntagmes en comme des relatives, à la manière de Le Goffic ? Je ne crois pas. La notion même de proposition, ici, me paraît intenable. D’ailleurs, si l’on compare le fonctionnement des structures en comme + SN et des structures en comme + prop, on remarque vite qu’il est très différent, du point de vue sémantique comme du point de vue logique, j’y reviendrai.

Aspects sémantiques

20Du point de vue sémantique, les linguistiques sont une fois encore loin de s’accorder et de proposer un modèle simple des emplois. Parmi les traits souvent mis en avant, celui de /MANIÈRE/, celui d’/INDÉFINITION/, celui d’/IDENTITÉ/, celui d’/INTENSIF/ ou encore celui d’/IDENTITÉ/. Au lieu de reprendre ces divers traits, j’ai cherché, en repartant du corpus lui-même, à comprendre à quoi servait le syntagme (ou la proposition) en comme. Il me semble que dans tous les cas, il s’agit d’un RAPPORT. Mais ce qui m’a paru le plus intéressant, c’est que ce RAPPORT ne jouait pas forcément entre deux objets, mais souvent entre un objet comme ensemble et ses différentes parties. Il y a donc d’un côté une sorte de pluralité interne à un seul objet, de l’autre une pluralité externe, qui met en rapport plusieurs objets. Dans le second cas, la pluralité peut jouer à l’intérieur d’une classe homogène, dans l’autre la pluralité est complète, il y a deux objets bien distincts, dont seulement certains traits sont mis en rapport.

Pluralité interne Rx <->X -> x => Pluralité externe homogène : X ∈ X=>Pluralité externe hétérogène X/Y

1. Pluralité interne : un seul objet = x décomposable

1. 1. Identité du signe à son référent exophorique non spécifiable : le cas de comme ça/comme cela X => Rx

21Dans le cas des expressions comme ça, comme cela, les démonstratifs neutres ça et cela renvoient non pas à un contenu endophorique mais à un élément exophorique, celui-là même que désigne le syntagme auquel comme ça (ou comme cela) est incident.

(24) « Dans le désarroi, je me pose la question de savoir si ce n’est pas comme ça qu’a été fait tout poème. » (46)
(26) « Travailler à engloutir le poème, comme ça, hors la lumière et l’ombre » (46)
(28) « La glotte
Dans quel sens le poème la passe-til
Comme cela
Avec des t éclatés en remerciant sans cesse » (47)

1. 2. Extraction d’un sème à l’intérieur du signe : identité définitoire

22Avec cette seconde catégorie, on passe à l’intérieur du signe. Le rôle des segments textuels introduits par comme est ici de sélectionner un élément sémantique compris dans l’élément premier x pour orienter la compréhension grâce à un acte de définition.

23Dans notre corpus, cet acte se fait soit au niveau du nom (le plus souvent), soit au niveau de l’adjectif (une occurrence). D’où les deux sous-catégories retenues, car l’opération sémantique y est sensiblement différente, interne dans le cas du nom, externe dans le cas de l’adjectif, conformément à leur incidence respective.

1. 2. 1. Extraction d’un sème orientant la signification du syntagme qu’il complète dans une visée définitoire X => x

(1) « Écrire le poème
Comme page
Sans temps » (7)
(2) « Groseille dans la merde quelque chose comme » (8)
(5) « De la langue comme fausse note ? » (16)
(8) « Je pensais langue comme seul corps disponible » (20)
(29) « Ou flot sang glot pme
Avec noir comme mot intersticiel » (48)
(31) « B comme beauté » (56)
(32) « b comme mort » (56)
(33) « b comme speech defect » (56)
(34) (35) (36) « M comme mot ou comme mannequin comme beauté du liège dense et sain de matème » (56)
(38) « M comme masse sur la langue xbo » (57)
(39) « Page comme bords (de cadmiums traçants) » (57)
(40) « Mot comme xbéité » (57)
(42) « Comme une désapesanteur soudaine du mot
Mba mpa pah (un aspiré) poh (dans le grave) hp (le registre change la couleur) tlau-qk » (60)
(43) « Un incompréhensible comme seule mesure du transfert » (63)
(44) « Un incompréhensible comme douleur majeure et vie majeure » (63)
(47) « Du mot language comme fuseau neuro-musculaire récepteur de toute tension » (65)

1. 2. 2. Renforcement de caractérisation/conformité À X (x, y, z ) => X (x).

(4) « Tandis que des yeux touchent et remodèlent sans cesse l’entendement du poème et le rendent dramatiquement méconnaissable Mou comme il est. » (15)

2. Pluralité externe homogène : rapport à une classe d’objets

24La seconde catégorie ne joue plus à l’intérieur du signe mais entre deux signes qui gardent cependant entre eux un rapport fort : le rapport de l’élément à sa classe. Dans notre corpus, ce rapport est mis en scène par comme de deux manières : N de classe comme N d’élément : où l’élément permet de donner un exemple concret de ce qu’est la classe, ou, seconde manière, inverse, N d’élément comme N de classe : où l’on assiste à un mouvement de généralisation vers la classe à partir d’un de ses éléments.

2. 1. Restricteur d’extension exemplifiant X (X + Y + Z…) => X

(9) « Des corps lavables comme galop sperme » (26)
(11) « Des mots comme surir ou carcasse créent une industrie fervente » (30)
(12) « Corps laconique comme le mot trampoline » (30)
(13) « Ou des autonomes comme le mot seins au pluriel » (31)
(14) « et des corps tièdes (comme le mot pinède) » (31)
(20) « De leur corps, on ne connaît parfois des mots que le buste (comme derrick, exactement) » (39)
(45) « Beauté en ut de la finale gamma xi mais sans l’upsilon antérieur le mot larynx n’aurait pas sa vibration de fût (comme dans la phrase “cette femme au larynx de colombe”) » (64)
(46) « Elle garde les droits même sur les mots morts depuis des années-lumière comme je t’aime mais dont les rayons nous parviennent encore » (65)
(49) « Et des rebonds de mots sans choses
Comme alabandine » (68)

2. 2. Extension à une classe plus large X ∈ X

(17) « il /le poème/est post-coltranien comme quoi que ce soit aujourd’hui » (36)
(21) « comme à l’accoutumée » (41)
(22) « Ne pas fuir le point aveugle. S’y tenir comme en tout autre point, égaré. »
(44)
(25) « Tout poème n’est-il pas un poème rentré et non un poème sorti comme je l’avais cru jusqu’alors ? » (46)
(27) « Je croyais tenir la photo du poème, comme je l’ai si souvent cru. » (47)
(41) « La poétique est en plage le monodique
Est en nage
Comme au début » (58)
En (41) c’est l’identité temporelle de l’événement à lui-même qui est soulignée.

3. Mise en rapport de deux objets distincts X ET Y

25La troisième catégorie permet enfin d’établir un rapport entre deux objets distincts x et Y, soit sur la base d’un certain nombre de sèmes communs (c’est la figure rhétorique de la comparaison), soit sur la base d’un recouvrement de l’identité de deux procès, soit sur la base d’une identité seulement virtuelle.

3. 1. Sur la base de sèmes communs x, y ⊃ X = x, y ⊃ Y

(3) « Tandis que les lectures commencent d’en modifier le relief en tous sens comme des vagues la plage non paginée » (15)
(6) « (Masses de pins parasols bombées comme des pubis dans l’air rose) » (18)
(7) « Un son noir
Prenant comme le citron de tnt de toiles de Manet » (18)
(10) « Il y a des mots lyriques et inventifs comme des carreaux cassés » (28)
(48) « Dans la langue s’ouvrent des perspectives
Avec des sauts-de-loup invisibles avant leurs bords mêmes
Comme en amour et dans l’architecture des parcs » (67)

3. 2. Identité complète X = Y

26À la limite, il y a recouvrement de l’objet x par l’objet Y, dans le cas où l’objet est un procès, c’est-à-dire dans le cas des structures en prop. comme prop. :

(15) « Comme une consonne sourde aspirée opère et c’est cela mon univers
Des groseilles indigo
Des sourdes aspirées » (35)
(18) « Vous ne vous trompez pas prononcez tmcl comme vous pouvez » (37)
(19) « Ca se prononce comme ça se découpe il n’y a pas à donner d’exemple » (37)
(30) « Elle se déracine comme elle s’énonce » (56)

3. 3. Sur la base d’une identité virtuelle

3. 3. 1. Comme par

(37) « Un souffle phasé comme par lui /M/ » (56)

27Cette tournure est paraphrasable par une tournure en comme si + prop., l’identité entre le souffle phasé et le souffle phasé par lui n’est que virtuelle.

3. 3. 2. Comme si

(16) « Je chantonne Comme si je réinventais Blues for Blanche après que Coltrane a eu tout détruit » (36)
(23) « Faire comme si l’effet Larsen allait de soi. » (44)

28Ce classement vaut ce qu’il vaut mais me semble assez rentable du point de vue de la compréhension de mon corpus. Évidemment, mon esprit logique voudrait que les deux types de classement puissent se répondre de manière élégante. J’ai donc observé s’il était possible de trouver un lien entre le patron syntaxique et le fonctionnement sémantique. Le constat rapide est plutôt encourageant puisque sur 48 occurrences, 34 présentent une concordance entre le patron syntaxique et le fonctionnement sémantique. Je pense qu’en affinant un peu le classement sémantique il serait possible d’augmenter encore ces convergences.

29Rapport entre patrons syntaxiques et fonctionnements sémantiques

PATRON SYNTAXIQUE

FONCTIONNEMENT SÉMANTIQUE

Occurrence

1.1. SN comme SN

1.2.1 Identité définitoire

(1) (2) (5) (8) (29) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (38) (39) (40) (42) (43) (44) (47)

1.1. SN comme SN

2.1. Restricteur d'extension

(9) (11) (12) (13) (46) (49)

1.2. SN comme prop.

3.2. X = Y

(15)

4.2. Prop. + comme Prop.

3.2. X = Y

(18) (19) (30)

4.2. Prop. + comme Prop.

2.2 Extension à une classe plus large

(25)

5.1.1. Parenthèses

2.1. Restricteur d'extension

(14) (20) (45)

5.2. Circonstant

2.2. Extension à une classe plus large

(21) (41)

6. Comme si

3.3.2 x virtuel = Y

(16) (23)

2. Verbe comme SN

3.1 Sème commun entre X et Y

(7)

2. Verbe comme SN

2.2. Extension à une classe plus large

(22)

2. Verbe comme SN

1.1. Identité au référent exophorique (ça/cela)

(24)

3.1. Adj. comme SN

2.2. Extension à une classe plus large

(17)

3.1 Adj. comme SN

3.3.1. x virtuel = Y

(37)

3.1. Adj. comme SN

3.1.x, y ⊃ X = x, y ⊃ Y

(6)

3.2. Adj. comme prop.

1.2.2. Renforcement de la caractérisation

(4)

3.2. Adj. comme prop.

3.1. x, y ⊃ X = x, y ⊃ Y

(10)

4.1.Prop. comme SN

1.1. Identité au référent exophorique (ça/cela)

(28)

4.1. Prop. comme SN

3.1. x, y ⊃ x = x, y ⊃ Y

(3) (48)

5.1.2. Apposition

1.1. Identité au référent exophorique (ça/cela)

(26)

5.1.2. Apposition

2.2. Extension à une classe plus large

(27)

30Reste à présent à envisager les conséquences stylistiques du fonctionnement sémantico-logique des tournures en comme dans notre poème.

Stylistique des tournures en comme dans Xbo

1. Comme pour définir, définir pour pouvoir dire avec des mots

31Les syntagmes en comme permettent dans une grande majorité des occurrences d’opérer une plus nette délimitation du signe et/ou du référent visé. Ce dernier se pose comme problématique, ou, si l’on préfère, comme indicible. Les syntagmes en comme permettent de tenter une définition, ou d’essayer de le cerner dans un mouvement d’approximation (au sens étymologique de rapprochement). En ce sens, je ne peux guère adhérer à l’idée, fréquente dans les analyses linguistiques des syntagmes en comme, d’un sème /INDÉFINITION/. C’est même exactement le contraire. Comme, en tant qu’outil sémantico-logique, permet le plus souvent à Fourcade de poser un acte définitoire.

32Deux grands fonctionnements se dégagent alors : l’orientation du mot vers un sème qui réduit la compréhension, comme dans l’occurrence (1) :

(1) « Écrire le poème
Comme page
Sans temps » (7)

33et l’orientation d’une classe vers un objet-exemple, comme dans l’occurrence (11) :

(11) « Des mots comme surir ou carcasse créent une industrie fervente » (30)

34Cet acte est l’absolu nécessité poétique. Le poète part du postulat vivant que le mot ne dit rien de la chose. Ou si l’on préfère que la chose échappe et s’échappe toujours du mot. D’où la perpétuelle nécessité de redéfinir pour tenter de remettre la chose dans les mots. Ce que déjà faisait Francis Ponge, et Mallarmé bien avant, qui écrivait : « Je dis : Une fleur ! ». Mallarmé d’ailleurs convoqué par Fourcade dans Xbo, comme grand ascendant, dirait Char.

35Les syntagmes en comme jettent des lassos sur les mots à partir des choses. Mais il existe un perpétuel décalage qui interdit d’arriver à la chose. Même, et c’est là le drame et l’amour tout à la fois, même quand la chose est le poème. D’où cette curieuse définition que j’ai placé en exergue : ligature des trompes pour plus d’amour. Ligaturer, pour déployer, et comme fait cela : ligaturer en déployant, pour tenter d’opérer une saisie dans le langage d’un objet très souvent lui aussi de langage (le poème, le mot ) qui pourtant échappe ou déborde du langage, parce qu’il est aussi un corps matériel : graphèmes et phonèmes à la fois. Opération de ligature et de déclôture en même temps, comme le jazz est liberté à l’intérieur d’un patron bien défini, les structures en comme participent ainsi de l’architectonique poétique qui sans cesse tente de faire rentrer les choses dans la langue, ou, si l’on préfère, la vie dans la langue.

2. Comme exhibe l’objet = x ou sens

36Du coup, on peut considérer que ces segments en comme permettent d’exhiber l’architectonique du poème, qu’on pourrait résumer comme une tentative de fusion entre la langue et le monde, qu’on l’appelle comme Bonnefoy, quête de « l’Indéfait du monde » ou qu’on lui donne la forme d’une équation, à la manière de Deleuze dans Logique du sens. Car l’objet = x dont il est question dans l’ouvrage de Deleuze est justement le sens, en tant que quatrième dimension du langage, qui diffère de la signification, et qui est essentiellement Différence, c’est-à-dire rapport, de la langue au monde, rapport que le poème cherche sans cesse à exhiber ou à cerner. Et ce que permet justement comme, en tant qu’outil de mise en rapport, c’est justement l’exhibition de ce rapport langue = pensée/monde.

37Dans le fonctionnement des structures en comme, on a vu qu’il y avait tantôt rapport au signe tantôt rapport au référent car ce mouvement d’appréhension définitoire est un mouvement de préhension de l’objet : « je pensais la langue comme seul corps disponible ». Simultanément. Ainsi dans de nombreuses occurrences, comme insiste-t-il sur la mise en rapport des deux grandes séries du monde et de la langue (ou de la matière du monde et de la langue), ainsi, pour ne citer que quelques exemples :

(1) « Écrire le poème
Comme page
Sans temps » (7)
(2) « Groseille dans la merde quelque chose comme » (8)
(5) « De la langue comme fausse note ? » (16)
(9) « Des corps lavables comme galop sperme » (26)
(11) « Des mots comme surir ou carcasse créent une industrie fervente » (30)
(12) « Corps laconique comme le mot trampoline » (30)
(13) « Ou des autonomes comme le mot seins au pluriel » (31)
(29) « Ou flot sang glot pme
Avec noir comme mot intersticiel » (48)

3. Comme pointe l’autonymie, l’autonymie exhibe l’autoréférentialité

38Du coup, pour exhiber ce rapport, l’autonymie est souvent convoquée grâce à comme. Par exemple, dans l’occurrence (45) : « Beauté en ut de la finale gamma xi mais sans l’upsilon antérieur le mot larynx n’aurait pas sa vibration de fût (comme dans la phrase “cette femme au larynx de colombe”) » (64). L’exemple n’est pas sollicité pour sa valeur sémantique mais encore pour sa valeur phonique, la valeur phonique que prend le mot larynx dans certains contextes.

39En activant le fonctionnement autonymique, Fourcade exhibe l’autoréférentialité du poème. C’est sans doute l’une des marques de la modernité poétique que d’avoir élagué parfois presque complètement tout sujet poétique autre que le poème lui-même. Fourcade, dans presque tous ses poèmes ne parle plus d’autre chose que de la poésie elle-même. à cela, comme excelle, augmentant le retour autonymique de la langue sur elle-même par les actes de définition.

4. Comme et le propre du nom impropre (ou commun)

40L’objet = x où s’origine le sens, n’existe, selon Deleuze, que comme point de rupture, et véritablement non-sens. Il doit donc se manifester (insister ou subsister dans la langue dirait Deleuze) dans les noms vides de sens, c’est-à-dire ceux qu’on appelle noms propres, à partir de quoi s’orchestrent les deux séries de la langue et du monde dans un déficit de signification.

41Mais pour le poète, tous les noms sont à faire basculer du côté du propre. Ce rapport au propre du nom est particulièrement saillant dans les occurrences qui fonctionnent comme exemples :

(9) « Des corps lavables comme galop sperme » (26)
(11) « Des mots comme surir ou carcasse créent une industrie fervente » (30)
(12) « Corps laconique comme le mot trampoline » (30)
(13) « Ou des autonomes comme le mot seins au pluriel » (31)
(14) « et des corps tièdes (comme le mot pinède) » (31)
(20) « De leur corps, on ne connaît parfois des mots que le buste (comme derrick, exactement) » (39)
(45) « Beauté en ut de la finale gamma xi mais sans l’upsilon antérieur le mot larynx n’aurait pas sa vibration de fût (comme dans la phrase “cette femme au larynx de colombe”) » (64)
(46) « Elle garde les droits même sur les mots morts depuis des années-lumière comme je t’aime mais dont les rayons nous parviennent encore » (65)
(49) « Et des rebonds de mots sans choses
Comme alabandine » (68)

42En jouant sur la fonction autonymique, le poète dégage le NC de son contexte, le met en exergue, comme sur un promontoire, si bien qui retrouve quelque chose du nom propre, posé devant le regard et revêtu de valeurs référentielles insoupçonnées.

5. Comme et l’architechtonique du poème

43Ce travail tout poétique de remotivation du nom, ce travail sur le propre de tout nom commun est d’ailleurs posé comme préalable, voire comme pacte de lecture, grâce au titre lui-même : Xbo, qui se donne lui-même comme NP, objet = x, inconnue des mathématiques. Xbo représente ainsi le prototype du mot sans signifié pour le lecteur. Propre du nom dont le référent est le texte lui-même. Il indique d’emblée le rapport aigu du poète aux fonctions du langage et au trinôme signifiant-signifié-référent, avec le désir de tout poème de court-circuiter la clôture du signe pour faire retour au monde. Du coup, la matière du signe est valorisée mais pas seulement en tant que matière, car le sens n’est pas la signification, il est l’avant et l’après du langage, l’avant en tant qu’instinct de communication et l’après en tant que com-préhension/préhension commune du monde de la vie. Le sens a donc à voir avec les sens, tout autant sinon plus qu’avec les significations, le sens est ce qui insiste et subsiste dans le langage pour reprendre la définition de Deleuze, il est aussi ce qui fait et ce qui est le frayage, selon les deux principes majeurs de l’organisation psychique : plaisir et souffrance :

Il faut aller chercher la souffrance. Non pas aller chercher le poème, mais aller chercher notre souffrance, qui ne fait qu’un avec la souffrance centrale de la langue. Le poème ne relève pas d’une guérison. Le poème est-ce cesser de fuir et travailler la plaie ? Ou fuir en arrachant le textuel au texte ? Le poème auquel je suis appelé est un poème que je ne puis comprendre, mais sensuel comme du Rembrandt. Un poème écrit dans aucune langue. S’impose un poème illisible. Avant d’avoir reconnu ? Après que toute reconnaissance a été menée ? C’est un produit imprononçable. (Xbo : 3)

44Le poème, comme « écrit dans aucune langue » est aussi bien l’avant que l’après, ce qui joue à la jointure de la langue et du monde, monde qui est du corps.

45Mais comme langue, le poème, est aussi et toujours, comme la pensée, Différence et Répétition, c’est-à-dire organisation du monde en rapport, ce que Saussure appelle valeur. Par quoi il se définit par le négatif : « imprononçable », « illisible », « sans pivot », « sans relief », « sans repère », car le négatif exhibe justement la valeur Ce rapport peut se jouer de diverses manières mais se montre clairement dans la ressemblance : la ressemblance est à la fois Différence et Répétition :

« Le poème est la ressemblance au texte
S’enfuit avec la ressemblance. » (Xbo : 5)

46Cette ressemblance est ce qui fait charnière entre matière et pensée, et cette charnière, dans la vie psychique, peut être appelée é-motion.

47Entre matière et pensée, il y a toujours un trou impensable/imprononçable justement, et les deux pôles ne peuvent être reliés que dans et par la ressemblance. La ressemblance est donc ce rapport qui tente de re-lier le monde et la langue, le signe et le référent, le signifiant et le signifié. Mais chez Fourcade, elle se travaille surtout dans le négatif, chaque pôle se manquant :

« Si c’est écrit dans aucune langue
C’est écrit dans aucun corps
Alors nous disloquons quoi le rapport mot-objet rien
Ce n’est pas écrit c’est étiré
Décollé de tout objet, éloigné
Et puis l’objet revient dans son mot
Fort
Pas dicible à section constante
Groseille dans la merde quelque chose comme. » (Xbo : 8)

48Écrit dans aucune langue et dans aucun corps, disloqué, éloigné, mais pourtant posé dans le poème, le ça du monde sans se donner se laisse entrevoir et entreprendre grâce entre autre au mot comme. Car comme permet de mettre en scène l’indicible qui s’étire dans la page sans temps qu’est le poème, ou s’inscrit dans la verticalité du textuel.

49En ce sens, deux tournures sont particulièrement exemplaires, les tournures en comme ça/comme cela et les tournures introduites par comme si. Les premières renvoient directement à l’indicible grâce au neutre, les secondes repoussent dans l’impossible les objets posés dans le texte, les rendant ainsi proprement insaisissable, étiré et non donné cependant.

50Ainsi les segments textuels introduits par comme renvoient-ils en miroir l’architechtonique du poème en tant que sémiose originale, irréductible à la seule sémiose de la langue en générale, dans la mesure où elle pousse aux limites cette dernière, comme si du langage mathématique qui chercherait à se dire dans la langue commune.

51Pour ne pas du tout conclure, je dirai que lorsque j’ai commencé cette communication, je n’avais aucune idée particulière sur ce que je risquais de trouver. Prise par la hâte de l’organisation de ce colloque, j’ai choisi comme en me disant qu’il y avait assez d’occurrences dans mon corpus pour se pencher sur la question. Épistémologiquement parlant, en stylistique, c’est toujours le texte, ou corpus, qui doit induire la recherche.

52Ce faisant, le texte impose non seulement l’utilisation des outils connus de la linguistique, mais souvent aussi d’établir une nouvelle typologie des faits, car il possède une forte logique interne, contrairement aux corpus non littéraires ou aux exemples forgés. Cette cohérence aide parfois à mieux comprendre la langue en général, puis le texte en particulier.

53Dans le cas des segments en comme, non seulement j’ai pu observer l’extrême élégance de leur fonction dans l’architechtonique poétique, mais j’ai peut-être aussi, grâce à cette cohérence, obtenu une vision élégante et cohérente du fonctionnement des structures en comme souvent observées par le menu dans un certain éclatement, plutôt que dans la recherche d’un système. Je ne prétends évidemment pas me substituer aux autres chercheurs en linguistique dont les travaux extrêmement approfondis me semblent toujours fort utiles mais peut-être qu’un dialogue plus fécond entre les stylisticiens et les autres branches des sciences du langage servirait non seulement aux uns mais aussi aux autres.

Notes

1 Fourcade D. (1988), Xbo, POL. Toutes les références et occurrences renvoient à cette édition.

2 Je ne parlerai pas de coréférence par prudence, eu égard au problème du figural.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540