Version classiqueVersion mobile

Jean Hennessy (1874-1944)

 | 
François Dubasque

Deuxième partie. Le réformateur : entre régionalisme et fédéralisme européen

Chapitre 5. Un homme à la croisée des réseaux d’influence

Texte intégral

1Jean Hennessy est un homme de convictions. Ses projets de réforme en font un personnage atypique dans le paysage politique français. Très engagé dans le débat public, il noue, au-delà des clivages politiques, de nombreuses relations personnelles avec ceux qui partagent les mêmes objectifs que lui. Sa force vient de son aptitude à se placer à la charnière de plusieurs réseaux œuvrant pour une cause commune.

2Une réflexion s’impose sur l’étape associative dans son cursus. Dans quelle mesure la fréquentation des cercles et milieux réformateurs a-t-elle donné une dynamique à sa carrière ? Pour obtenir une réponse à cette question, il importe de dresser une cartographie des groupements d’intérêt et d’opinion qui composent ces réseaux, d’en préciser les interconnexions et les hiérarchies, et de rechercher en quoi le député de la Charente en constitue un des pivots. Il convient enfin de mettre en évidence leurs pôles de convergence et lieux d’échange, mais aussi le rôle de la presse comme vecteur d’idées et relais d’influence.

Le milieu régionaliste, un carrefour idéologique

  • 1 C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en Fra (...)
  • 2 Pour une bibliographie complète des réseaux régionalistes et fédéralistes de la première moitié du (...)

3Le terme « nébuleuse1 » employé par le sociologue Christian Topalov pour qualifier l’organisation de certains milieux réformateurs de la fin du xixe siècle est parfaitement transposable aux réseaux régionalistes et fédéralistes de la première moitié du xxe siècle2. Ceux-ci se constituent à partir de nombreux groupes et associations d’inégale importance, qui traversent de manière transversale les classifications du champ politique. Ils se croisent fréquemment, de telle sorte que leurs animateurs semblent interchangeables. À l’intérieur de cette apparente complexité, il y a lieu néanmoins de dégager la cohérence du système mis en place par Jean Hennessy. Celui-ci dépasse en effet largement le cadre clientéliste sur lequel le riche négociant s’était appuyé aux élections de 1910. Il lui permet d’occuper une place centrale dans des réseaux de sociabilité au sein desquels on retrouve les mêmes préoccupations, les mêmes personnalités. Or pour comprendre l’importance de l’étape associative dans son cursus politique, il convient d’évaluer l’influence de ces réseaux et de préciser la nature de leur apport respectif. À l’intérieur de ce large cercle relationnel, l’édifice associatif restreint échafaudé par Jean Hennessy repose sur les deux piliers régionaliste et fédéraliste. Encore faut-il se garder de les considérer comme deux mondes cloisonnés, car il existe entre eux des passerelles que Jean Hennessy a su emprunter et utiliser à son profit.

  • 3 Secrétaire général du syndicat national des chemins de fer en 1908, Poitevin rencontre Charles-bru (...)

4La Fédération régionaliste française, dont certaines caractéristiques ont déjà été exposées, n’a semble-t-il jamais dépassé quelques centaines d’adhérents en dépit d’une volonté affichée de rassemblement. En revanche, de nombreux parlementaires acceptent de figurer dans son comité d’honneur et participent à ses congrès annuels. L’alternance à la tête de l’association illustre la diversité de son recrutement. Au premier président Louis-Xavier de Ricard, socialiste inscrit dans le courant du montpelliérain Paul brousse, succède le député conservateur Louis Marin puis le radical-socialiste Charles beauquier. Tandis que le sociologue Pierre du Maroussem, proche des catholiques sociaux, prend la tête de la Fédération en 1920, le radical-socialiste Justin Godart et le député de droite l’Estourbeillon se partagent la vice-présidence. au comité d’honneur, des républicains modérés tels Ribot, Deschanel ou Doumer, côtoient sur leur droite des catholiques sociaux comme Lemire, Lefas ou le journaliste et bibliothécaire Louis de Nussac, et sur leur gauche des socialistes comme Joseph Paul-boncour, Charles Longuet, le gendre de Karl Marx, ou Eugène Poitevin, secrétaire-adjoint de la CGT3. La FRF fonctionne donc comme un carrefour idéologique autour d’une idée-force. Cette mixité politique a joué, sans aucun doute, un rôle décisif dans le glissement politique de Jean Hennessy. Son engagement actif dans le mouvement régionaliste, au moins jusqu’en 1920, coïncide avec le début de sa carrière politique. Or, d’un héritage politique libéral teinté de catholicisme social, il se trouve confronté à des idées plus progressistes que les siennes soutenues par des personnalités qui partagent cependant ses projets de réforme. La coopération qui s’instaure au sein de la FRF avec des représentants de familles politiques situés hors du cercle initial de ses relations contribue à son recentrage politique vers la Gauche démocratique, dans l’immédiat avant-guerre. Le courant régionaliste favorise donc le déplacement des lignes de clivage politique.

  • 4 Limousins de paris. Les sociétés d’originaires du Limousin sous la IIIe république, actes du collo (...)
  • 5 François Labrousse (1878-1951), conseiller municipal, conseiller général et sénateur de la Corrèze (...)

5Il représente, en outre, un espace de confluence de divers réseaux de sociabilité. En effet, il est possible de dégager quelques pôles d’influence doctrinale et sociale autour de personnalités membres de la FRF. Un premier pôle tourné vers les questions économiques et sociales est représenté par des intellectuels comme Pierre du Maroussem, Georges blondel et Joseph Bergeron. Tous trois prêtent leur concours à plusieurs sociétés savantes d’inspiration catholique sociale. Le premier, sociologue de renom, dirige la FRF à partir de 1920 ; il est avant la guerre un des plus brillants chercheurs de la Société d’économie sociale fondée au xixe siècle par Frédéric Le Play, dont il réactualise les méthodes d’enquête monographique. C’est à ce titre qu’il collabore avec la Ligue sociale d’acheteurs, fondée en 1902 par le géographe Jean Brunhes et sa femme Henriette. Cette association de consommateurs, inspirée tant par la doctrine sociale de Léon XIII que par le mouvement leplaysien, accueille en son comité directeur un grand nombre d’universitaires dont Georges blondel, professeur au Collège de France, également lié à la mouvance du Musée social. Le secrétaire adjoint de l’association est Joseph Bergeron, par ailleurs membre de la Société de sociologie de Paris, et qui occupe aussi les fonctions de secrétaire général du Collège libre des sciences sociales, établissement où blondel et du Maroussem interviennent en tant qu’enseignants. Le courant régionaliste est donc bien un lieu de rendez-vous pour réseaux réformateurs. Tournés vers les problèmes sociaux, les animateurs de ces réseaux tiennent un discours de « troisième voie » dans l’objectif de dépasser les clivages du capitalisme et du socialisme. Leurs préoccupations rejoignent celles de Jean Hennessy, pour qui la solution à ce problème réside dans la représentation professionnelle et régionale. Un deuxième pôle structurant prend appui sur des réseaux de solidarités régionales. Rappelons à cet égard le rôle joué par les félibres du Midi dans la création de la FRF, notamment par Louis-Xavier de Ricard et Charlesbrun, tous deux Montpelliérains résidant à Paris. À ce premier groupe, se joignent des militants bretons de l’Union régionaliste bretonne. Il existe également, au sein de la Fédération, un réseau très actif constitué d’originaires du Limousin4 : les Corréziens tels que Louis de Nussac, les frères de Jouvenel ou François Labrousse5, sont en effet nombreux à s’intéresser à la cause régionaliste. Louis de Nussac est avec son ami Marc Sangnier – un autre Corrézien – à l’origine du Groupement d’études limousines de Paris (GeL). Cette association, qui date de 1904, cherche à réunir dans un cercle d’amitié et d’échanges les jeunes intellectuels et bourgeois limousins installés à Paris et ceux restés « au pays ». Les questions économiques et sociales constituent ses principaux centres d’intérêt. Elle fonctionne ainsi comme un laboratoire d’idées alimenté par des conférenciers assidus tels Henry et Robert de Jouvenel, ou plus occasionnels comme Jean Charlesbrun et Maurice Colrat. Cet exemple met en évidence le fait que, au-delà des divisions politiques, se forment des chaînes de solidarité organisées en circuits parallèles. La Ligue Hennessy tire ainsi profit du GEL et de ses ramifications, dont les membres s’intéressent à ses activités.

6L’étape régionaliste représente un profond bouleversement dans le parcours de Jean Hennessy, à la fois comme carrefour idéologique et comme point de convergence de divers réseaux de solidarité. au contact des milieux réformateurs, le député effectue en effet un glissement progressif de sa famille politique d’origine vers la gauche. D’autre part, il élargit son réseau d’influence, conçu au début de sa carrière comme un simple système clientéliste destiné à lui assurer le pouvoir local. Bien que situé hors du système associatif, citons en guise d’illustration le groupe parlementaire d’organisation régionale. Créé à la fin de l’année 1919 à l’initiative de Jean Hennessy, il regroupe en 1921 cent cinquante députés unis par la volonté de promouvoir la régionalisation de leur pays. Son bureau est composé en équilibre parfait entre droite (Henri Laniel, Isidore Méritan et Henri Fougère) et gauche (Jean Hennessy, Justin Godart et André-Fribourg).

Les réseaux de soutien à la SDN, manifestation militante de la gauche

  • 6 AMAE, n° 232 : Union pour supprimer ce crime : la guerre.

7L’engagement fédéraliste au tournant de la Première Guerre mondiale représente une deuxième étape décisive du cursus politique de Jean Hennessy. En outre, il n’est pas le seul homme politique à suivre une trajectoire conduisant du régionalisme au fédéralisme. Justin Godart, Henry de Jouvenel ou Joseph Paul-Boncour empruntent des itinéraires idéologiques analogues. Mais au regard de leurs positions respectives sur l’échiquier politique, observons qu’au sein des organismes de soutien à la SDN la diversité des opinions s’éclipse devant une représentation nettement plus à gauche, et bornée sur sa droite par la mouvance catholique sociale. L’exemple parlementaire donne ici encore une idée précise de l’évolution de la situation. Le groupe interparlementaire « pour supprimer ce crime : la guerre », mis sur pied en décembre 1922 sur le modèle d’une association présidée par le pacifiste Henri-Démont, ne possède pas la même ambition œcuménique que le groupe pour l’organisation régionale. Avec cent soixante-douze membres déclarés au Sénat et trois cent soixante-douze à la Chambre des députés, il est certes composé d’élus de droite comme de gauche mais ces adhésions revêtent le plus souvent un caractère formel. En revanche, la liste des présidents successifs du groupe de la Chambre indique clairement son ancrage à gauche. Après le départ du député conservateur du Loiret Georges Maurisson, Jean Hennessy, puis les radicaux Pinard, Marchandeau et Deligne en exercent tour à tour la présidence6.

8Pour appréhender dans le détail l’évolution des réseaux internationalistes durant les années 1920 et apprécier le rôle tenu par Jean Hennessy, il y a lieu d’analyser la composition des équipes dirigeantes de ces associations. Les décès successifs des présidents fondateurs – bourgeois en 1925, Aulard en 1928 et appell en 1930 – bouleversent profondément les structures du réseau de soutien à la SDN. L’ancienne strate des vice-présidents est désormais propulsée du second rang aux avant-postes : Jean Hennessy accède à la présidence de la FFaSDN, Émile borel à celle de l’association française pou la SDN (aFSDN) et Henry de Jouvenel à celle du Comité d’action pour la SDN (CaSDN). La nouvelle équipe dirigeante, opérationnelle à partir de 1928, fait preuve d’une certaine homogénéité : elle appartient à la génération immédiatement postérieure à celle des fondateurs. Ses membres, nés dans les années 1870, font leurs premières armes à l’époque de l’affaire Dreyfus et subissent le choc de la Première Guerre mondiale à l’âge de la maturité. Détenteurs d’un mandat parlementaire, ils jouissent dans le domaine politique d’une certaine expérience : Jouvenel et borel ont déjà exercé des responsabilités ministérielles, le premier à l’Instruction publique en 1924, le second à la Marine en 1925, tandis que Jean Hennessy est nommé à l’agriculture en novembre 1928. Plus jeunes et plus investis dans la vie politique que leurs prédécesseurs, ils n’en communient pas moins avec eux dans l’esprit de Genève. Ils se situent en effet à la charnière de plusieurs courants de la gauche modérée imprégnée de cette mouvance pacifiste. Émile Borel, inscrit dans un premier temps au groupe radical-socialiste, et Henry de Jouvenel sont ainsi proches de la composante radicale du milieu genevois, représentée à l’origine par Léon bourgeois. Jean Hennessy lui doit sa désignation comme conseiller technique puis délégué suppléant à la SDN, en 1920 et 1921. Les trois hommes politiques sont également, à des degrés divers, très liés à la composante socialiste modérée dominée par la personnalité du républicain socialiste Paul Painlevé. Ce dernier, ami de longue date de Paul appell dont il a été l’élève, pousse le gendre de celui-ci, Émile Borel, à se lancer en politique. Aux affaires en 1917, il lui confie la direction technique du ministère de la Guerre puis le secrétariat général de la présidence du Conseil. Lorsqu’il constitue un deuxième cabinet en 1925, il confie un portefeuille ministériel à Borel, élu l’année précédente député de l’Aveyron. Jean Hennessy a rejoint, pour sa part, les républicains socialistes au lendemain de la guerre. Il joue avec Painlevé et Robert de Jouvenel un rôle d’animateur de la Ligue de la République, responsable de la chute du bloc national. Il existe donc de nombreux relais du milieu genevois parmi les différentes tendances de la gauche modérée auxquelles sont associés Hennessy, Borel et Jouvenel. Leur appartenance à cette communauté d’esprit est renforcée par leur connaissance approfondie des réseaux transnationaux. Jean Hennessy occupe ainsi une place importante au sein de l’Union internationale des associations pour la SDN : tour à tour président de commission et vérificateur aux comptes, il est finalement élu vice-président en 1929. en 1938, c’est Émile Borel qui préside aux destinées de l’Union. Henry de Jouvenel, sénateur de la Corrèze et membre quasi inamovible de la commission des affaires étrangères de la Chambre haute, n’exerce quant à lui aucune responsabilité dans le mouvement associatif international. Il ne participe qu’à une seule occasion au congrès de l’Union, en remplacement de Jean Hennessy. en revanche, il représente officiellement la France auprès de la SDN, sans interruption de 1922 jusqu’à sa démission en 1926.

  • 7 BDIC, Z 22 : FFASDN.
  • 8 A.M. Brive, 6 S 1/19-60 : CASDN. Lettre de Jean Hennessy, 14 mars 1929.

9Ces trois personnalités politiques, aux commandes du réseau de soutien à la SDN à la fin des années 1920, partagent donc de nombreux points communs. Cette situation favorise leur rapprochement dans une nouvelle dynamique. Lorsqu’appell démissionne de son mandat de président de la FFASDN, la candidature d’Émile Borel, déjà président de l’AFSDN, est suggérée pour sa succession. Le quorum n’étant pas atteint lors d’un premier vote, Borel propose lui-même le nom de Jean Hennessy sur lequel le choix quasi unanime se porte. Lors de la séance du 28 novembre 1928, le député charentais est élu président par vingt-deux voix sur vingt-quatre, et la vice-présidence confiée conjointement à Borel et Cassin7. Le nouveau président de la Fédération accepte, par ailleurs, la proposition d’Henry de Jouvenel en 1929 de figurer, avec d’autres amis du sénateur, au CASDN8. Il rejoint ainsi Joseph Paul-Boncour, Louis Loucheur et Louise Weiss, directrice de l’hebdomadaire politique L’Europe nouvelle, également liée à Painlevé. La participation de Jean Hennessy se traduit en retour par celle d’Henry de Jouvenel et de Pierre Cot, délégué général du CASDN, au conseil de la FFASDN, à partir de 1932.

  • 9 Collaborateur de Paul Appell à l’état-major de l’AFSDN, il est âgé d’à peine 20 ans lorsqu’il fond (...)

10Le rôle des dirigeants du réseau français de soutien à la SDN ne doit pas masquer l’efficacité de certains relais de diffusion. Véritables chevilles ouvrières du mouvement associatif, des hommes de second rang, qui exercent les fonctions de secrétaires généraux, agissent dans l’ombre de leurs présidents. Sans eux en effet, les organisations ne fonctionneraient pas de la même manière. Leurs tâches sont multiples et essentielles : elles consistent d’une part à assurer la continuité entre les différents responsables associatifs, d’autre part à faire circuler les informations à tous les niveaux, à convoquer et mobiliser les équipes lors de réunions. au trio Borel-Jouvenel-Hennessy, en place à la fin des années 1920, fait écho à l’échelon inférieur un duo très homogène réunissant deux enseignants : Jules Prudhommeaux, secrétaire général de l’AFSDN et de la FFASDN, et Théodore Ruyssen, secrétaire général de l’Union internationale des associations pour la SDN. Les deux amis, animateurs de l’association de la Paix par le droit (APD), incarnent l’héritage du pacifisme modéré à fondement juridique. Tous deux, membres du bureau européen de la dotation Carnegie pour la paix internationale et du comité directeur de la Ligue des droits de l’homme, se situent à la croisée de plusieurs réseaux associatifs. au sein du réseau de soutien à la SDN, ils sont les chefs de file d’une communauté de pensée qui compte parmi ses représentants Marie-Louise Puech, vice-présidente de l’APD et présidente de l’Union féminine pour la SDN, Georges Scelle, Célestin Bouglé, René Cassin et Jean Dumas. Il convient pour autant de ne pas négliger le rôle joué par le jeune Robert Lange, secrétaire général du CASDN9, et par Jean Charles-brun, secrétaire général de la Société Proudhon et secrétaire de la FFASDN. S’agissant de ce dernier, son statut de collaborateur personnel de Jean Hennessy et de représentant du courant régionaliste au sein des associations de soutien à la SDN, lui confère toutefois une place à part.

  • 10 Infirmière-major de l’association des Dames de France pendant la guerre, militante avec Cécile Bru (...)
  • 11 BDIC, Z 22. Séance du 13 juillet 1928 : « La Fédération émet le vœu que des femmes soient admises (...)
  • 12 BDIC, fonds Jules Prudhommeaux : F Δ 718 et 719.
  • 13 Cette association adhère à la FFASDN. Son secrétaire général n’est autre que le secrétaire de Jean (...)

11La mise en place d’un système de représentations croisées, à l’intersection duquel on trouve Hennessy, Jouvenel et Borel, contribue à favoriser une meilleure entente entre associations de soutien à la SDN et à donner une nouvelle impulsion à leur propagande. Elle permet aussi de renforcer les liens tissés avec le pouvoir politique au sein duquel la Fédération possède des appuis. La nomination en 1932 de Germaine Malaterre-Sellier comme conseiller technique à la treizième assemblée de la SDN en est la démonstration10. Elle fait suite à deux interventions de Jean Hennessy auprès des chefs du gouvernement Aristide Briand en 1929, et Édouard Herriot en 1932, pour obtenir, conformément à une motion adoptée par le conseil de la Fédération en 192811, une représentation féminine dans la délégation française à la SDN. Les trois dirigeants jouissent en outre d’une grande influence qui se fait notamment sentir dans les prises de position adoptées par la FFASDN sur les débats internationaux. Le problème du désarmement illustre parfaitement l’importance du rôle joué par Hennessy et Jouvenel dans les décisions prises par le mouvement à ce sujet. C’est par exemple sur proposition de Jean Hennessy que le conseil de l’Union internationale des associations pour la SDN décide de créer en février 1931, avant l’ouverture de la Conférence internationale sur le désarmement, une commission chargée d’orchestrer une campagne sur ce thème. Composée de dix membres de différentes nationalités, cette commission, dont la présidence a été confiée à Lord Robert Cecil et à laquelle Jean Hennessy participe, doit se réunir le 21 mars 1931 à Paris. Dès le 25 février, le Groupement universitaire pour la SDN (GUSDN) pousse les représentants des associations siégeant au conseil de la Fédération française à se prononcer pour un désarmement général et simultané. Cette position rejoint celle défendue par les anglais qui réclament une réduction de 25 % des budgets militaires. Mais elle ne satisfait ni Jean Hennessy ni Henry de Jouvenel qui la considèrent dangereuse dans le contexte d’un réarmement clandestin avéré de l’Allemagne. C’est pourquoi les deux dirigeants réunissent le 14 mars chez Jean Hennessy un comité restreint auquel participent René Cassin, vice-président de la Fédération, Germaine Malaterre-Sellier, trésorière, et Arthur Fontaine, membre de l’AFSDN et président du conseil d’administration du bureau international du travail, qui représente vraisemblablement Émile Borel. Avec leur aide, ils rédigent une résolution qu’ils font ensuite adopter par le conseil de la FFASDN. Pour contenter le GUSDN, celle-ci appelle à une sérieuse réduction des armements, mais sans en préciser l’ampleur. Mais elle se prononce pour une adhésion préalable de tous les pays à l’acte général de l’arbitrage obligatoire et demande l’internationalisation de l’aéronautique ainsi que sa mise à disposition de la SDN comme moyen d’actions. La formule d’Édouard Herriot « arbitrage-sécurité-désarmement », base du Protocole de Genève de 1924, sert toujours de référence aux rédacteurs. Cette ligne de conduite adoptée par les deux parlementaires s’impose comme la position officielle de la FFaSDN12. Jean Hennessy s’y tient scrupuleusement et l’affirme dans son discours d’ouverture des travaux de la commission de l’Union le 21 mars 1931, et lors d’une conférence organisée le lendemain par la section française des amitiés internationales13.

12Il importe en définitive de s’interroger sur la place réellement occupée par Jean Hennessy dans le mouvement de soutien à la SDN. Deux niveaux d’analyse doivent être distingués. En terme de résultat global d’activités, le bilan s’avère décevant. Malgré les tentatives de coordination signalées, la nébuleuse pacifiste pâtit au début des années 1930 de son atomisation en de multiples associations. Son incapacité à réaliser son unité, en dépit des injonctions du ministère des affaires étrangères, amoindrit considérablement la portée de son message en faveur de la SDN. L’audience du mouvement demeure faible jusqu’à la fin des années 1930 comme en témoigne le manque d’informations de l’opinion française sur le fonctionnement et les activités de la SDN. De plus, les échecs répétés de l’institution internationale face aux égoïsmes nationaux provoquent des désillusions au sein même des réseaux pour la SDN. C’est la raison qui pousse Jean Hennessy à abandonner la présidence de la FFASDN, à la fin de l’année 1933. En revanche, en terme d’influence, l’étape associative revêt une importance capitale dans le cursus du député charentais. Les responsabilités qu’il exerce et les relations de solidarité qu’il noue avec de nombreux hommes de gauche en font un véritable homme-phare du milieu genevois. C’est dans ce contexte que Jean Hennessy effectue, après la guerre, un nouveau glissement à gauche qui le conduit au groupe républicain socialiste de Paul Painlevé. Grâce à la position qu’il occupe à la charnière de divers réseaux de sociabilité, il bénéficie d’un gros capital d’influence. Son engagement militant en faveur de la SDN a en effet pesé dans sa nomination comme membre de la délégation française à Genève. Plus tard, certaines de ses interventions auprès des pouvoirs publics, en qualité de président de la FFASDN, seront suivies de résultats. Jean Hennessy a donc développé une stratégie articulée sur l’exercice de responsabilités, sur les interconnexions de réseaux et les chaînes de solidarité. Sa capacité à s’entourer d’équipes de fidèles collaborateurs soutenant ses initiatives lui permet de tenir un rôle de premier plan dans la nébuleuse réformatrice.

Le clan Hennessy, pivot d’un réseau associatif enchevêtré

13Jean Hennessy est un homme de réseaux installé au centre d’une nébuleuse de groupes et d’associations qui n’ont d’ailleurs pas toujours conscience de participer à une œuvre collective. Il possède une indéniable habileté manœuvrière dans un tel système. Mais sa réussite tient essentiellement à sa capacité à mobiliser autour de lui un cercle restreint de solidarité et d’amitié. Il s’entoure de collaborateurs fidèles, animés d’un esprit de clan, et insérés dans un réseau militant organisé selon une double structure verticale et horizontale, au sein même du cercle plus large présenté à l’instant. La Société Proudhon, fondée en mai 1918 et devenue un an plus tard la Ligue pour l’organisation de la SDN, s’est ainsi constituée à partir d’un groupe d’études et d’action fédéralistes mis en place dès 1916 dans le cadre de la Ligue de représentation professionnelle et d’action régionaliste. Bien qu’affiliées, ces deux associations nées de l’initiative de Jean Hennessy se sont spécialisées dans deux domaines différents. Toutes deux ont par ailleurs intégré des groupements plus vastes et hiérarchisés : la Ligue d’action régionaliste est rattachée à la FRF, tandis que celle pour l’organisation de la SDN est l’une des composantes de la FFASDN. L’association-mère n’est cependant mise en place qu’après l’adhésion personnelle de son fondateur à la FRF, en juin 1912. elle représente le volet économique d’un régionalisme tourné vers de multiples autres aspects.

  • 14 Pour davantage d’informations sur ce personnage, descendant d’un maire orléaniste de Périgueux, on (...)
  • 15 Il est vraisemblable que les deux hommes se connaissent bien dans la mesure où Paloméra, quincaill (...)
  • 16 Ernest Ferroul (1853-1921), maire socialiste de Narbonne et député de l’Aude de 1889 à 1893 et de (...)
  • 17 À la suite d’une conférence de Charles-brun à Toulouse, Marc Frayssinet crée en 1899 une Ligue rég (...)

14À l’origine, le dispositif mis en place autour de la Ligue de représentation professionnelle et d’action régionaliste repose en effet sur trois pôles principaux : celui de l’Union des syndicats et mutualités des agriculteurs de France, dont le vice-président, André de Marcillac, est également le secrétaire général de la Ligue14. Il comprend, outre l’union des syndicats agricoles du Périgord-Limousin-Quercy présidée par Marcillac, le réseau des syndicats de l’arrondissement de Barbezieux, fondé par Jean Hennessy et animé par Roger Clauzy, Maurice Guillot et l’ingénieur agronome René Lafon, et celui de divers syndicats agricoles de la région toulousaine, dirigé par l’influent Ambroise Rendu, futur député de la Haute-Garonne. Le docteur Ferroul, représentant de la Confédération générale des vignerons de Toulouse, bien que socialiste, peut être relié à ce groupe plutôt orienté à droite. Un deuxième pôle, créé sous l’impulsion des dirigeants de la chambre de commerce d’Angoulême : le papetier Lucien Lacroix et Louis Goursat, vice-président du comité du Centre ouest maritime, et de l’industriel Charles Lamy de Lachapelle, président de la chambre de commerce de Limoges depuis 1905, réunit des représentants consulaires du grand Sud-ouest. Désireux d’encourager les relais associatifs de l’organisation professionnelle, ceux-ci s’intéressent de près aux travaux de la Ligue Hennessy. Le troisième pôle, lié au précédent, est positionné dans la mouvance de la petite et moyenne entreprise. Joseph de Paloméra adhère à la Ligue Hennessy15. Or, cet homme est depuis 1910 l’un des précurseurs de l’extension régionale et nationale de la Confédération des groupes commerciaux et industriels de France. Fort de quatre cent vingt associations, ce groupement interprofessionnel qu’il préside possède une assise essentiellement provinciale. Au congrès de Toulouse, la Ligue d’action régionaliste reçoit également l’adhésion de la Fédération des trente groupes commerciaux et industriels de la Haute-Vienne et du Centre dont Lamy est président d’honneur. Le cercle initial de solidarité, créé dans les années 1913-1914 autour du programme de représentation régionale et professionnelle, recrute donc davantage dans les milieux économiques que politiques. Pourtant, à l’instar de Jean Hennessy, ses membres en grande majorité nourrissent plutôt des affinités avec la droite modérée. Quelques éléments de la gauche socialiste (Ferroul Ernest Ferroul (1853-1921), maire socialiste de Narbonne et député de l’Aude de 1889 à 1893 et de 1899 à 1902, a pris une part importante dans l’agitation viticole qui touche le Midi en 190716, Frayssinet17) et radicale (Robert de Jouvenel) cohabitent avec les nombreux conservateurs issus des milieux du syndicalisme agricole et de la petite et moyenne entreprise commerciale et industrielle. Mais contrairement à la FRF, la Ligue Hennessy ne joue pas vraiment un rôle de carrefour idéologique. D’autre part, les origines géographiques de ses membres sont circonscrites à deux pôles régionaux : le Centre-ouest représenté par les équipes charentaises, périgourdine et limousine, et le Midi toulousain.

  • 18 MNATP, fonds FRF : boîtes n° 8 et 9. Manifestations 1901-1933. À l’exception notable du congrès de (...)

15De simple réseau de solidarité uni par la cause régionaliste, l’entourage de Jean Hennessy se transforme en un véritable cercle d’amitiés après la Première Guerre mondiale. Parmi l’équipe d’agents électoraux constituée autour de lui entre 1906 et 1910, quelques fidèles demeurent ainsi dans son sillage. C’est le cas de Maurice Guillot qui devient son homme de confiance, au point de suivre le même itinéraire politique que lui. Parti de la droite, Guillot rejoint le parti républicain socialiste pour lequel il crée une section dans l’arrondissement de Barbezieux en vue des élections de 1924. Lorsque Hennessy devient ministre de l’agriculture, il lui confie la direction de son cabinet. À cette garde rapprochée qui a choisi de marcher sur les traces de son protecteur, s’ajoute le groupe des militants régionalistes gagnés à la cause fédéraliste. Jean Charles-brun, Henry et Robert de Jouvenel appartiennent à ce courant, désormais inscrit nettement à gauche de l’échiquier politique. en revanche, la grande majorité des têtes de file conservatrices de la Ligue d’action régionaliste prennent leur distance vis-à-vis de l’association car ils désapprouvent la nouvelle ligne politique adoptée par leur président. André de Marcillac, son ancien secrétaire général, poursuit désormais seul le combat régionaliste. Il se présente, aux élections législatives de 1919 en Dordogne, comme candidat progressiste unique sur une liste « des intérêts agricoles et professionnels ». Répondant aux mots d’ordre suivants : « ordre, travail, responsabilité, progrès social, liberté pour tous », il conserve un solide ancrage à droite. De la même manière, Joseph de Paloméra, à la tête d’une confédération forte en 1924 de quatre cent vingt associations de commerçants et d’industriels, préfère s’allier à l’Union des Intérêts Économiques du sénateur de la Seine Ernest billet pour défendre le programme économique libéral du bloc national. Ces défections provoquent l’effacement progressif de la Ligue d’action régionaliste. Conçue à l’origine comme un outil de propagande répondant au mouvement d’opinion favorable suscité chez certains groupements professionnels, son organe de presse intitulé La région ne survit pas au conflit. L’association prend conscience, après le congrès de Lyon de 1919, de son échec à mobiliser les masses. Elle n’occupe plus qu’une place marginale dans la vie de la FRF. Jean Hennessy, son président, ne siège pas au comité directeur de l’instance fédérale, pas plus qu’il ne participe à ses congrès à partir de 192118.

  • 19 Alexandre Bérard soutient en 1919 la candidature dans l’Ain du jeune radical-socialiste Georges An (...)
  • 20 Il exerce notamment les fonctions de chef de son secrétariat particulier au ministère de l’agricul (...)
  • 21 BDIC, fonds Jules Prudhommeaux : F Δ Rés. 719 (1). Rapport de la FFASDN à l’Union internationale, (...)

16La Ligue pour l’organisation de la SDN ne tient ce rôle militant que pendant les deux premières années de son existence. Encore cette association ne suscite-t-elle pas le même engouement que la Ligue d’action régionaliste à ses débuts. Mais elle compense ses pertes en quantité par une meilleure solidité de ses liens. En effet, l’équipe parisienne qui la rejoint partage avec les anciens issus du mouvement régionaliste les mêmes idéaux politiques de gauche. on relève parmi ses membres les noms des publicistes Henri Dumay du progrès Civique et Gustave Téry de L’Œuvre, d’Eugène Poitevin de la CGT, de Ferdinand buisson, président de la Ligue des droits de l’homme, ainsi que celui d’Alexandre Bérard, vice-président du Sénat, élu du département de l’Ain depuis 1893 et inscrit au groupe de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste19. Dans les jeunes recrues, figure Roger Lévy engagé par Hennessy en qualité de secrétaire20. Très impliqué dans le milieu genevois, il sert fréquemment d’intermédiaire au député, en lui présentant notamment Louise Weiss, directrice de l’hebdomadaire L’Europe nouvelle dont il devient le rédacteur en chef en 1922. La nouvelle association de Jean Hennessy précède la création en janvier 1920 de la FFASDN, et celle de l’Union internationale des associations pour la SDN en octobre 1920. La mise en place d’une structure fédérale modifie ses objectifs initiaux. Sa fonction essentielle consiste dès lors à asseoir l’influence de Jean Hennessy au conseil de la Fédération. Elle dépêche ainsi, outre son président, jusqu’à trois représentants aux réunions mensuelles du conseil : Jean Charles-brun, l’avocat Louis Sarran et Clément Serpeille de Gobineau. Et lorsque Roger Lévy y siège à partir de 1932 en tant que secrétaire général de la section française des amitiés internationales, il forme dès lors, avec les trois représentants de la Ligue pour l’organisation de la SDN, le noyau dur qui soutient le président Hennessy lors des votes de résolution. Cette imposante délégation, dans des instances en général animées par une vingtaine de personnes au maximum, est sans commune mesure avec le poids réel d’une association qui ne compte guère plus de cent cinquante adhérents. Cette situation résulte de l’organisation du groupement fédératif dont la finalité est double : coordonner les efforts des associations de soutien à la SDN et assurer une représentation collective de celles-ci auprès du ministère des affaires étrangères pour l’attribution de subventions et auprès des instances internationales. Dès le départ, la FFASDN n’existe donc que par les treize associations qui la composent et n’agit que par son conseil qui les groupe et les représente sur un pied d’égalité alors qu’il existe entre elles de fortes disproportions. Entre 1921 et 1931, Jean Hennessy, en tant que président ou vice-président, conduit ainsi à six reprises la délégation française aux assemblées de l’Union internationale. Seul Jules-Jean Prudhommeaux peut se prévaloir d’un nombre de participations supérieur. Au cours des années 1920, de nouveaux mouvements se révèlent et s’affirment, en particulier ceux qui militent pour l’union européenne. Le comité français de coopération européenne, fondé en février 1927 par Émile Borel, et l’Union douanière européenne du député Yves Le Trocquer, ancien ministre des Travaux publics, rejoignent la FFASDN en 1930. L’année suivante, le groupement fédéral regroupe seize associations qui représentent ensemble 1,25 million d’adhérents21. Ces chiffres soutiennent la comparaison avec ceux des très populaires associations britanniques pour la SDN, mais ils ne sont qu’une représentation imparfaite de la réalité. Ne recevant pas d’adhésions individuelles, la Fédération fonctionne en fait comme une coquille vide.

17Cette analyse du fonctionnement de la FFASDN met en lumière les caractéristiques du réseau associatif dans lequel les ligues Hennessy sont impliquées. Leur structure à la fois verticale et horizontale leur octroie un double avantage : celui d’amplifier leurs efforts de propagande d’une part, celui de disposer d’un capital d’influence au bénéfice de leur président d’autre part. Le cercle des proches collaborateurs du député de Barbezieux s’est resserré dans les années 1920 mais repose sur un bloc plus homogène et bien représenté dans les instances décisionnaires du mouvement associatif en faveur de la SDN. Sans être un mouvement de masse, la Ligue pour l’organisation de la SDN fonctionne en définitive comme tremplin des ambitions de Jean Hennessy. Sa composition mi-locale, mi-parisienne contribue à donner à son action une envergure nationale. C’est pourquoi il fréquente divers lieux d’échanges, de recherche et d’enseignement pour réseaux réformateurs, au point d’en devenir une personnalité incontournable.

Des lieux d’expression pour réseaux réformateurs

18La cartographie de la sphère réformatrice révèle les interconnexions des réseaux d’associations, mouvements et autres fédérations. Leurs membres confrontent leurs idées dans des lieux d’échanges et de débats dont il ne faut pas négliger l’étude. En effet, l’activisme de Jean Hennessy ne peut être pleinement compris qu’à la lumière de son rôle dans deux établissements institutionnels d’importance inégale : le Collège libre des sciences sociales (CLSS) et l’École des Hautes Études Internationales (EHEI).

  • 22 Installé au premier étage de l’hôtel des sociétés savantes, situé 28 rue Serpente, dans le VIe arr (...)

19Fondé en décembre 1895, le Collège libre des sciences sociales cherche à compenser la paralysie des universités, incapables de répondre à la demande qui se porte vers la sociologie. L’historien Théodore Funck-Brentano, professeur à l’École libre des sciences politiques, préside ce premier établissement privé d’enseignement supérieur aux cours uniquement tournés vers les sciences sociales22. Derrière cette éminente personnalité, Jeanne Weill, secrétaire général, règne en fait en organisatrice occulte. Fille de Michel Weill, grand rabbin d’Alger, et sœur de Georges Weill, professeur d’histoire à l’université de Caen, elle prend au début des années 1890 le pseudonyme de Dick May pour entreprendre une carrière littéraire. en 1900, le remplacement au secrétariat général de Dick May par Joseph Bergeron, un auvergnat doté d’une forte personnalité, donne une nouvelle orientation idéologique au CLSS. Membre du comité directeur de la FRF, c’est en effet sous son influence qu’un pôle régionaliste émerge dans le vaste ensemble des sciences sociales enseignées dans l’établissement. La mise en place dès 1900 d’un groupe d’études régionalistes et la tenue au Collège du troisième congrès de la FRF (1902) sont le fruit de ses initiatives personnelles. L’équipe de conférenciers régionalistes déjà formée par Louis Marin, Pierre du Maroussem, deux futurs présidents de la FRF, et Charles-brun, secrétaire général de la FRF, se renforce dès lors avec l’arrivée auprès du nouveau secrétaire général d’autres régionalistes comme les catholiques sociaux Georges blondel, Jean Brunhes, Lemire et Lefas, le modéré Paul Deschanel, président du CLSS de 1909 à 1922, et le syndicaliste Eugène Poitevin.

  • 23 Auteur d’une thèse sur Les théories du droit international chez Proudhon : le fédéralisme et la pa (...)
  • 24 A.N., fonds Marin : 317 AP 154. La première leçon est consacrée aux « théoriciens du fédéralisme f (...)

20C’est à la demande de Charles-brun que Jean Hennessy y intervient en tant que conférencier : une première fois en 1916, puis de manière régulière à partir de 1918. En effet, le secrétaire général de la FRF professe depuis de nombreuses années sur le régionalisme avant d’occuper dans l’établissement la chaire du fédéralisme. Avec l’appui d’Alphonse Aulard, vice-président du Collège, il décide Paul Deschanel à organiser au début de l’année 1918 un cycle de conférences relatif à la SDN. Jean Hennessy, avec qui il réfléchit depuis plusieurs mois à cette question lors des réunions de la Ligue d’action régionaliste, est donc naturellement sollicité. Cette tribune au CLSS marque une certaine reconnaissance de l’activité militante du député de Barbezieux. Sa présence dans ce lieu de sociabilité réformiste doit tout autant à ses amitiés régionalistes qu’à son rôle dans les mouvements associatifs naissants de soutien à la SDN. Cette position à la charnière des réseaux régionaliste et fédéraliste explique sans nul doute son élection quatre ans plus tard, après la mort de Paul Deschanel, à la présidence du CLSS. Sur les huit des neuf membres du comité directeur dont nous connaissons l’identité, cinq adhèrent à la FRF (Aulard, Bergeron, Godart, Lemire, Marin), quatre militent dans les mouvements de soutien à la SDN (Georges Renard, Arthur Fontaine, Aulard et Bergeron) dont deux à la Ligue pour l’organisation de la SDN présidée par Jean Hennessy (Georges Renard et Joseph Bergeron). Alphonse Aulard et Joseph Bergeron ont suivi le même itinéraire que Jean Hennessy du régionalisme au fédéralisme. Seul Alfred Espinas, un des derniers vestiges de l’époque des fondateurs, n’appartient en définitive à aucun de ces cercles. Mais après sa disparition très rapide, le nouveau président consolide encore davantage ses positions en nommant Pierre du Maroussem dans l’équipe dirigeante, pour le reste inchangée. Ce choix est judicieux puisque le sociologue représente à la fois un des courants de pensée générateur du Collège et le mouvement régionaliste. D’ailleurs, Jean Hennessy se montre des plus attentif à la composition du comité de perfectionnement, en charge des programmes. En 1931-1932, seules des personnalités de gauche proches du milieu genevois y apparaissent tels Émile Borel, Fernand Corcos, Paul Painlevé, Pierre Renouvin, et Albert Thomas. Au cours des années 1920 et au début des années 1930, Jean Hennessy transforme l’établissement en un lieu d’expression du milieu internationaliste. Les leçons relatives à la fédération européenne sont inscrites de manière récurrente au programme des conférences, sous sa responsabilité. Entre 1925 et 1927, il recrute à cet effet avec l’appui de Charles-brun une équipe de conférenciers dans le droit fil de sa position à la croisée des réseaux régionaliste et fédéraliste nationaux. En effet, à l’enseignant socialiste Jean Bonafous et au juriste Nicolas bourgeois23, tous deux membres de la FRF et proches de Charles-brun, se joignent le syndicaliste Eugène Poitevin, directeur d’un journal intitulé Le Fédéraliste, et Pierre Grellet, rédacteur à La gazette de Lausanne, patronné par l’ambassadeur Hennessy. En 1936-1937, le régionaliste Jean-Desthieux donne une dizaine de leçons sur « L’évolution fédéraliste24 », tandis qu’André Toledano fait une conférence sur « L’union européenne ». Décidés à maintenir le Collège ouvert malgré la guerre et afin de pallier aux défections de certains collaborateurs, Jean Hennessy et Charles-brun se partagent encore, en décembre 1939, une série de conférences sur ce thème.

  • 25 Les renseignements biographiques sur Émile Bergeron sont extraits de J. Philippet, Le temps des li (...)

21Le CLSS est donc bien un lieu de rencontre et d’enseignement assidûment fréquenté par les milieux réformateurs. Selon les époques, quelques personnalités ont eu une influence considérable sur sa destinée : Joseph Bergeron, animateur avec Charles-brun d’un pôle régionaliste, et Jean Hennessy propagateur de l’idée européenne, font partie de celles-là. Durant les dix-huit années passées à la tête de l’établissement – jusqu’en 1940, le député charentais a contribué à renouveler les offres de formation, en les tournant notamment vers les questions internationales. Le CLSS est à cette époque un lieu de rendez-vous incontournable des réseaux de soutien à la SDN. Hennessy a ainsi favorisé, jusqu’au début des années 1930, le recrutement d’une équipe beaucoup plus homogène ancrée à gauche. Son recentrage politique après 1934 correspond ensuite à un nouveau partage plus équitable des responsabilités entre droite et gauche au CLSS. Au sein du comité directeur de 1937, Léon Bérard et Louis Marin, tous deux membres de l’Union républicaine démocratique, font ainsi contrepartie aux deux radicaux-socialistes Aimé Berthod et Justin Godart. Les nouvelles recrues dans l’équipe des professeurs n’appartiennent pas aux mêmes tendances politiques : l’arrivée de Jules Prudhommeaux contraste avec celle d’Émile Bergeron. Ce dernier, né à Limoges en 1883, est le fils de l’ancien secrétaire général décédé lors de l’hiver 1932. Membre du comité directeur de l’alliance démocratique en 1931-1932, il fonde un cours d’orateurs au Centre de propagande des républicains nationaux d’Henri de Kérillis, avant de se consacrer à l’organisation de conférences pour les Jeunesses patriotes. Début 1935, alors qu’Hennessy préside le parti social-national, il crée L’alerte, groupement antisémite et antimaçonnique « d’information et de propagande contre l’école unique » qui réunit deux cents à trois cents membres25. Une certaine hétérogénéité politique caractérise de nouveau la composition des intervenants au CLSS, de même que les thèmes traités sont dictés par les nouvelles orientations du président. en 1937, Jean Hennessy donne ainsi une conférence intitulée « L’ordre, condition de progrès » qui prolonge la réflexion engagée par Charles-Brun en 1934 sur « L’ordre social et l’ordre moral ».

22Ces transformations démontrent l’utilisation du CLSS comme d’une tribune pour la diffusion de ses idées politiques. Carrefour d’hommes et d’idées, l’établissement est assurément un lieu d’expression du militantisme fédéraliste durant l’entre-deux-guerres, mais il ne semble pas exagéré d’affirmer que les idées-forces de son enseignement évoluent en fonction du parcours politique de son président.

  • 26 C’est depuis Genève où il représente la France à la deuxième assemblée de la SDN que Jean Hennessy (...)

23L’École des Hautes Études Internationales est un autre établissement mis à profit par Jean Hennessy, durant une période beaucoup plus brève (1921-1922), pour servir de relais d’influence. Créée par Dick May et ses amis, l’École connaît un rapide succès. Ses conférenciers et professeurs : le sociologue Émile Durkheim, l’historien Charles Seignobos, l’économiste Charles Gide, mais aussi des hommes politiques parmi lesquels les présidents de la République Raymond Poincaré, Paul Deschanel, Alexandre Millerand et Gaston Doumergue contribuent à établir sa réputation. Mais bien que rattaché depuis ses origines au milieu réformateur, elle ne constitue pas comme le CLSS un de ses lieux de rendez-vous incontournables. Hôte de la faculté de droit de Paris, elle ambitionne plutôt de devenir un centre de formation à caractère universitaire. Après la guerre, elle s’ouvre néanmoins aux thèses défendues par le groupe fédéraliste réuni autour de Jean Hennessy. L’intervention de ce dernier est collatérale et éphémère mais significative du fonctionnement de ses réseaux de solidarité. Soucieux de diversifier les lieux de diffusion de la propagande fédéraliste, Jean Hennessy appuie la candidature de son secrétaire général Charles-brun à un poste de professeur de droit international à l’EHEI. Les enseignants étant d’ordinaire recrutés au sein de la faculté de droit, le conseil de l’établissement émet en 1920 un avis défavorable. Pour obtenir gain de cause malgré ce premier échec, le député actionne alors les réseaux relationnels tissés dans le mouvement de soutien à la SDN. Il confie au régionaliste Jean-Desthieux, membre du comité central de la Ligue pour l’organisation de la SDN, le soin de s’assurer le soutien de l’universitaire Alphonse Aulard, tandis qu’il négocie directement avec Paul Appell, recteur de l’académie de Paris, et le juriste Georges de Lapradelle, directeur de l’EHEI. Les trois personnalités qu’il sollicite ont en commun leur appartenance à l’AFSDN. Un accord intervient finalement en faveur de Charles-brun et l’autorise à enseigner pendant deux ans le fédéralisme international dans l’établissement. Une chaire est spécialement créée à cet effet sous la forme d’une fondation financée par la Ligue pour l’organisation de la SDN26. Le 15 décembre 1921, Charles-brun prononce sa leçon inaugurale en présence de nombreux membres de l’association fédéraliste invités par Jean Hennessy. Georges Renard, professeur au Collège de France, lui-même membre de la Ligue, préside cette première séance.

24L’association de Jean Hennessy fait donc office de mécène. Elle œuvre pour la promotion des idées fédéralistes à l’université. Les relations amicales qu’entretiennent Charles-brun et Jean Hennessy semblent dorénavant établies sur un échange mutuel de services : aux éclairages idéologiques apportés par le premier répondent les fonctions publiques du second, gages d’influence. Dans cette affaire, la mise en action de ses réseaux de solidarité aura néanmoins constitué un vecteur d’influence plus efficace que son statut de parlementaire.

La presse d’opinion, véhicule des projets de réforme

25Les associations qui gravitent dans le vaste mouvement réformateur fonctionnent comme des laboratoires d’idées. Des liens de solidarité unissent leurs militants qui se retrouvent dans des lieux d’enseignement, d’échanges ou de débats. Leurs travaux ont toutefois une faible portée sur l’opinion publique de masse. La participation du public aux conférences du CLSS oscille, en temps normal, entre cinquante et cinq cents personnes. La presse parisienne constitue en revanche un moyen de propagande à plus grande échelle. Jean Hennessy ne s’est pas privé d’utiliser cet outil, vecteur d’idées et relais d’influence.

  • 27 On trouvera quelques éléments sur le parcours original de Gustave Téry (1870-1928), condisciple d’ (...)
  • 28 Ancien collaborateur de La petite république de Jaurès, Téry s’est séparé de la SFIO et se proclam (...)
  • 29 Nièce des frères Cambon, diplomates sous la IIIe République, Geneviève Tabouis (1892-1985) est cor (...)

26L’incursion du parlementaire charentais dans la presse d’opinion nationale doit être comprise avant tout comme le prolongement de son action militante en faveur de la réforme de l’État. Les premiers articles qu’il signe dans le cadre de sa campagne pour l’organisation régionale et professionnelle paraissent en 1913 et 1914 dans des journaux modérés comme Le Matin et Excelsior. À la fin de la guerre, son activité de soutien à la Société des Nations le place au cœur d’un réseau de personnalités de gauche attachées à l’esprit genevois. C’est donc dans les journaux favorables à cette tendance politique qu’il s’attache à défendre ses idées, et à commenter ses interventions et ses votes à la Chambre des députés. Il collabore à L’Œuvre, le journal de Gustave Téry27, devenu quotidien en septembre 1915, qui obtient un rapide succès par le ton frondeur de ses manchettes. Son tirage s’élève à 120 000 exemplaires en 1918 pour atteindre 170 000 exemplaires en 1924. De 1917 à 1922, Jean Hennessy y signe près d’une centaine d’articles dont 60 % ont été publiés dans les deux dernières années de la guerre. Les sujets qu’il développe sont étroitement liés au conflit : la censure, la justice militaire, le commandement ou bien la politique gouvernementale. Mais avant tout, ils traitent pour la moitié d’entre eux des questions internationales, en particulier de la SDN. À l’issue de la Première Guerre mondiale, le thème régionaliste passe en revanche au second plan : il représente à peine plus de 5 % de ses articles. Le journal défend une politique extérieure pacifiste fondée sur la sécurité collective. Jean Hennessy s’inscrit parfaitement dans cette ligne éditoriale tracée par Gustave Téry et relayée à partir de 1921 par Robert de Jouvenel, son rédacteur en chef. Les trois hommes animent d’ailleurs à l’unisson la Société Proudhon créée par Jean Hennessy. Sans être entièrement une équipe de métier, la rédaction amalgame divers talents de l’aile droite du parti socialiste (nuance Paul-Boncour) – dans laquelle s’inscrit Téry28 – au groupe de la Gauche radicale. Parmi les non professionnels de la politique, on rencontre Serpeille de Gobineau de la Société Proudhon, Victor Snell, Henri Guernut, secrétaire général de la Ligue des droits de l’homme, Paul appell, Georges de La Fouchardière ou Geneviève Tabouis29 à partir de 1930. Mais de nombreux hommes politiques, comme Alexandre varenne, Charles Spinasse, François Pietri, Henry de Jouvenel, puis plus tard Georges bonnet, Yvon Delbos et Pierre Cot, collaborent également au journal. Le passage par L’Œuvre fait même office pour certains de tremplin politique : François Albert ou Salomon Grumbach y parachèvent leur réputation journalistique et leurs réseaux de relation avant de démarrer une carrière politique à gauche. Jean Piot, chef de l’information puis successeur de Robert de Jouvenel au poste de rédacteur en chef, devient député radical-socialiste de la Seine de 1932 à 1936.

  • 30 Henri Dumay (1867-1935) est lui-même l’héritier d’une famille bourguignonne de gauche. Un de ses p (...)
  • 31 Le Quotidien, 17 juin 1923.

27Après 1922, les articles de Jean Hennessy se raréfient dans les colonnes de L’Œuvre. Il réserve plutôt ses analyses pour Le Quotidien, autre journal d’opinion à la création duquel il a participé. Ce périodique lancé en 1923 est en fait une version quotidienne remaniée de l’hebdomadaire intitulé Le progrès Civique, fondé en mai 1919 par Henri Dumay. Ancien secrétaire de rédaction au petit parisien du groupe de presse Dupuy, celui-ci réunit une équipe de plumes de gauche dans le but ambitieux de « perfectionner les institutions politiques et sociales de la République30 ». Diffusé à 60 000 exemplaires, Le progrès Civique s’adresse essentiellement à un lectorat de fonctionnaires, d’enseignants et d’employés. Cette clientèle petite-bourgeoise radicale et socialiste est représentée au conseil d’administration du journal par Émile Glay, un syndicaliste de la première heure qui préside la Fédération nationale des amicales d’instituteurs et d’institutrices. Le Quotidien, qui se veut « un journal honnête pour d’honnêtes gens », vise le même public. Ses dirigeants prétendent rénover la presse et mettre fin à la vénalité des journaux. Ils souhaitent promouvoir les valeurs de la démocratie politique et sociale au-delà de ses rouages exclusivement parlementaires, notamment en réclamant le droit d’initiative et de consultation du peuple, et en favorisant l’accession des femmes à une pleine vie administrative et politique. Leur vision des relations internationales englobe la solidarité des peuples, une SDN plus démocratique, la sécurité collective par l’arbitrage obligatoire et une force de sanction31, qui sont les idées-forces de la Ligue pour l’organisation de la SDN de Jean Hennessy à laquelle appartient Henri Dumay. C’est pourquoi de nombreux militants du mouvement de soutien à la SDN gravitent autour du journal, à commencer par le député de Barbezieux lui-même, Théodore Ruyssen, Pierre Cot et Charles-brun. Les réseaux pacifistes internationalistes trouvent donc dans ses colonnes un lieu d’expression à résonance plus forte que celle de leurs associations. Le tirage du Quotidien tourne en effet autour de 300 000 exemplaires.

  • 32 Élu sénateur de la vienne en 1920, le radical-socialiste François Albert intervient occasionnellem (...)

28La ligne éditoriale du journal en matière de politique étrangère, imprégnée de « l’esprit genevois », s’inscrit clairement en marge du radicalisme et du socialisme. Le trio Aulard, buisson et Renaudel, qui forme son conseil politique, place ainsi ses collaborateurs dans l’équipe rédactionnelle, comme le radical-socialiste Albert Bayet, professeur à l’École pratique des Hautes Études, et gendre de l’historien, ou Henri Guernut proche de buisson. Les journalistes Salomon Grumbach, Georges Gombault et Pierre Bertrand, proche d’Aristide Briand, ont tous trois travaillé avant la guerre dans les journaux socialistes La petite république et L’Humanité, dirigés par Jaurès et Renaudel. Nommé rédacteur en chef du Quotidien en 1923, Pierre Bertrand, issu d’une famille d’imprimeurs et engagé très jeune dans le journalisme politique, avait auparavant fondé avec Alexandre varenne un périodique intitulé La politique, puis rejoint Le progrès Civique pour rédiger ses éditoriaux. Georges Boris est lui aussi passé par Le progrès Civique avant d’entrer à la rédaction du Quotidien en tant que chargé d’administration, puis secrétaire général. C’est grâce au sociologue régionaliste Maxime Leroy, délégué de la Société des obligataires du progrès Civique, qui l’avait incité à présenter quelques articles à la rédaction de l’hebdomadaire, que ses talents de journaliste ont été remarqués. D’obédience socialiste, il est secondé dans sa tâche par un autre socialiste, Pierre Brossolette, fils d’un inspecteur de l’enseignement primaire. À peine sorti de l’École Normale Supérieure en 1922, ce dernier collabore à L’Europe nouvelle et au progrès Civique. Agrégé d’histoire à 22 ans, il intègre Le Quotidien comme secrétaire de rédaction. Ces jeunes militants socialistes constituent donc l’ossature de la rédaction du journal. À leur action s’ajoute celle plus occasionnelle des ténors de la gauche comme Léon Blum, Paul Painlevé ou Édouard Herriot. Des hommes politiques de second rang tels Joseph Paul-Boncour, François Albert32 ou Jean Hennessy livrent eux aussi de fréquentes analyses dans les feuilles du journal. Le député de Barbezieux signe environ un article par mois durant l’année 1923, essentiellement tourné vers les questions internationales. Certains de ses articles à caractère pédagogique présentent à l’opinion publique une vision pacifiste fondée sur la sécurité collective. D’autres plus polémiques sont destinés à faire pression sur le pouvoir exécutif. Les choix gouvernementaux qualifiés de « bellicistes » sont vivement critiqués, notamment l’occupation de la Ruhr.

  • 33 A.N., C 14 814 : commission d’enquête parlementaire sur les fonds électoraux. Déposition d’Henri D (...)

29L’Œuvre et Le Quotidien ne sont pas simplement des lieux de rencontre et d’expression des réseaux réformateurs. Pour un Jean Hennessy qui cherche à accroître son influence, ils ont également une fonction de tribune politique. Au-delà d’une simple collaboration, le parlementaire passe, à travers ces journaux, pour l’un des principaux bailleurs de fonds du Cartel des gauches en vue des élections de 1924. Bien qu’Henri Dumay s’emploie à minimiser son rôle, son nom est fréquemment cité, y compris dans les instances de gestion du journal Le Quotidien, lors des investigations de la commission d’enquête parlementaire sur l’origine des fonds électoraux (5 décembre 1924-3 juillet 1925)33. En l’absence d’archives, la répartition et l’évolution des parts du capital de L’Œuvre et du Quotidien sont mal connues. Des éléments concordants en nombre suffisant permettent néanmoins d’appréhender les activités de presse de Jean Hennessy après la guerre.

Du négoce à la presse : le bailleur de fonds de L’Œuvre et du Quotidien

  • 34 Dans ses travaux, Jean Garrigues a montré le caractère superficiel d’une démarche exclusivement qu (...)
  • 35 R. Mennevée, Parlementaires et financiers, répertoire des sénateurs et députés directeurs ou admin (...)
  • 36 James Hennessy, comme son frère, est économe de ses participations en conseils d’administration d’ (...)
  • 37 Paul Firino-Martell est maire de Cognac et conseiller général à partir de 1934, tendance républica (...)
  • 38 Contrat établi en l’étude de Maître David à Cognac, le 27 octobre 1923, intégralement publié dans (...)

30L’influence des patrons et des hommes d’affaires dans la vie politique de la Troisième République prend des formes multiples. Leur capacité d’intervention dépasse en tout cas largement leur importance numérique au sein du Parlement. Excepté dans les années 1880 ou à la fin des années 1920, le milieu des affaires, qui compte en moyenne une cinquantaine de représentants, est minoritaire à la Chambre, notamment par rapport à celui des juristes34. Mais ses modalités d’intervention auprès des parlementaires peuvent s’exprimer par d’autres voies comme celle d’une sociabilité commune, des groupes de pression, des conseils d’administration ou de l’attachement aux « terroirs économiques ». Or Jean Hennessy, bien que grand négociant en cognac ne siège que dans trois conseils d’administration : celui de la société familiale, et ceux d’entreprises liées à la presse : la Société anonyme des papiers francs et la Société du Progrès Civique et du Quotidien35. Il ne soutient donc pas la comparaison avec un Paul Lederlin, sénateur des Vosges, administrateur de plus d’une trentaine de sociétés, encore moins avec Louis Loucheur qui siège au conseil d’administration de plus d’une soixantaine d’entreprises. Mais ce qui fait l’originalité d’Hennessy dans ce milieu économique dont il est issu, c’est son retrait précoce des affaires familiales. En effet, très absorbé par ses activités politiques, il tend progressivement à se décharger des décisions commerciales de la maison Hennessy sur son frère James36 et le fils de celui-ci, Maurice. Prenant la direction effective des affaires familiales, c’est en effet Maurice Hennessy qui, à partir de 1922, mène à bien les négociations avec Paul Firino-Martell37 pour enrayer la chute des exportations qui frappe durement le négoce du cognac depuis 1919. Les discussions entre les deux jeunes dirigeants (27 et 38 ans) aboutissent en octobre 1923 à la signature d’un accord original d’association. Face aux difficultés, les liens personnels qui unissent les deux familles depuis plusieurs générations prennent le pas sur la rivalité économique. Leur alliance revêt la forme d’une participation croisée des deux sociétés à hauteur de 5 millions de francs chacune. Avec un apport au capital de 2,45 millions de francs équivalent à celui de son frère, Jean Hennessy prend possession de 24,5 % des parts de la société Jas Hennessy & Co, acquises par moitié par la famille Martell. Il contrôle en outre 24,5 % des 50 % de la société Martell & Co acquis par la famille Hennessy38. Sa participation à cette audacieuse opération s’est donc limitée à donner son accord et à contribuer à son financement. Accompagnée d’une clause de non-concurrence par répartition des marchés internationaux à l’exportation, celle-ci s’est pourtant révélée très juteuse. Elle permet dès l’année suivante aux deux sociétés de renouer avec les bénéfices. L’année 1926 est particulièrement faste : 43 200 hectolitres d’eau-de-vie sont expédiés pour un bénéfice de 43,65 millions de francs. Jean Hennessy retire de l’entreprise familiale de colossales plus-values. Mais depuis la fin de la guerre, il se comporte plus en rentier qu’en gestionnaire. C’est pourquoi, sans la réorientation de ses activités dans la presse, il semblerait presque plus judicieux de qualifier l’homme politique d’ancien homme d’affaires. La défense de ses intérêts commerciaux ne constitue effectivement pas son souci principal et il n’est à la Chambre le porte-parole d’aucun groupe professionnel. Il utilise plutôt son assise financière au profit de ses ambitions de rénovation politique et sociale. Il investit une partie de sa fortune dans les entreprises de presse car elles sont susceptibles de donner une audience à ses initiatives et éventuellement d’activer son destin politique.

31Là encore, il convient de différencier le patron de presse tenté de trouver au Parlement un moyen d’accroître sa puissance économique de l’élu qui s’entoure d’un appareil de presse à des fins politiques. On peut classer Jean Hennessy dans la deuxième catégorie. L’objectif de ces parlementaires, très impliqués dans le monde de la presse, n’est pas la recherche d’un profit à tout prix. Leur investissement se mesure plutôt en terme d’influence qu’en terme économique. En tant qu’associés ou commanditaires de ces journaux, ils doivent d’ailleurs plus souvent en combler les déficits chroniques qu’en toucher les bénéfices. Cet état d’esprit est fondamental pour comprendre l’ampleur des sommes investies par Jean Hennessy dans le lancement du Quotidien.

  • 39 A.N., L’Œuvre : 3 AR 1. Livres d’inventaire.
  • 40 Fils naturel de Gustave Hervé, Urbain Gohier (1862-1951) travaille à L’Œuvre avant de rejoindre Le (...)
  • 41 A.N., C 7705 : onzième législature. Demande en autorisation de poursuite contre un membre de la Ch (...)
  • 42 J.-N. Jeanneney. François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Seui (...)
  • 43 A.P.P., dossier Jean Hennessy, et A.N., fonds Panthéon : F7 16 023/1. Dossier Téry.
  • 44 D’après les déclarations de Jean Hennessy suite à une attaque de L’Humanité qui le désignait comme (...)

32Des entreprises de presse dans lesquelles Jean Hennessy investit, L’Œuvre est certainement celle de l’engagement à moindre frais. En effet, en déficit pendant quelques années, la société dégage ses premiers excédents à partir de 1932 pour atteindre 2,2 millions de francs de bénéfices en 193839. Or jusqu’à cette date, le parlementaire n’est encore qu’un actionnaire minoritaire de son capital. Il joue pourtant, dès le départ, un rôle de premier plan dans la vie du journal de Gustave Téry. L’action en justice intentée contre lui par le sénateur de la Meuse Charles Humbert, propriétaire du Journal, et son rédacteur en chef Urbain Gohier40, en apporte indirectement la preuve. Ceux-ci, accusés en 1917 par L’Œuvre d’être subventionné par les allemands, poursuivent en diffamation Téry et Athinson, respectivement directeur et gérant du journal, ainsi que Jean Hennessy comme représentant de la société propriétaire de L’Œuvre41. Les notes prises par François de Wendel dans ses cahiers confirment ces propos. victime en 1916 d’une campagne dirigée par Téry contre le Comité des Forges, il prie James Hennessy, son collègue au Parlement, de dire à son frère Jean de « faire cesser ce chantage42 ». Cet épisode rend crédible la thèse inscrite dans les rapports de police43 d’une association entre Hennessy et Gustave Téry dès le lancement du journal, en septembre 1915. Le parlementaire n’est donc pas qu’un simple collaborateur à la recherche d’une tribune dans un journal national. Un an et demi avant la parution de ses premiers articles, il prend déjà une part active dans l’orientation politique de L’Œuvre. Sa participation financière est également de notoriété publique. Mais Jean Hennessy n’est pas le principal bailleur de fonds du journal. Gustave Téry et le filateur Paul Lederlin possèdent eux aussi des parts de son capital qui s’élève à 1,4 million de francs en 1917, tout comme le banquier Marchal de la banque Bauer et Marchal, récemment compromise dans l’affaire Bolo. À la mort de Gustave Téry (1928), ses héritières vendent une partie de leurs actions à Henry Raud, administrateur-délégué de l’entreprise, qui prend la direction du journal. Il devient l’un des principaux commanditaires de L’Œuvre, avec le banquier Marchal et Pierre Guimier, directeur de l’agence Havas, dont une filiale afferme la publicité commerciale depuis 192144. En l’absence d’archives précises, cet état des lieux ne présente certainement qu’une vision incomplète de la répartition du capital de l’entreprise de presse. Il est toutefois établi que jusqu’en 1938, personne n’en détient la majorité absolue, malgré le rachat en 1931 par Jean Hennessy des actions de Lederlin, en difficulté dans l’affaire Oustric.

  • 45 A.N., F7 13 956 : police générale de la presse. Rapport sur l’assemblée générale de la Société du (...)
  • 46 A.N., C 14 810. Enquête parlementaire sur les fonds électoraux, séance du 10 mars 1925.

33Le recoupement de plusieurs sources donne une idée beaucoup plus claire de la place de Jean Hennessy dans les structures du Quotidien. Son engagement va cette fois bien au-delà de ce qu’il laisse paraître devant l’opinion publique. Aussi pour faire toute la lumière sur son action, il y a lieu de reprendre la genèse de ce nouveau périodique et de revenir sur les conditions de sa création. L’entreprise de presse reçoit dès le départ un soutien inédit de ses lecteurs qui entrent en masse dans son capital. En effet, pour combler un déficit de 20 000 francs, le progrès Civique lance à la fin de l’année 1920 une première souscription publique qui obtient un grand succès. Sauvé, l’hebdomadaire s’installe dans ses nouveaux locaux parisiens de la rue du Dôme (xvie arrondissement). Une Société anonyme du progrès Civique et du Quotidien est fondée le 1er juin 1922 – les statuts sont déposés le 1er janvier 1923 – autour de l’idée d’un nouveau périodique. Elle fonctionne selon le même principe : pour couvrir les frais de lancement du Quotidien évalués à 12 millions de francs, une émission d’obligations d’un montant équivalent est en effet décidée45. Mais le capital en actions, qui s’élève à 1,2 million de francs, reste détenu en majorité par Henri Dumay, sa famille et ses amis. Sa femme en qualité de secrétaire et ses deux fils Henri, directeur du service d’exploitation, et Claudius, chef magasinier, sont par ailleurs salariés de l’entreprise. Ce premier montage financier ne suffit pas malgré un indéniable succès auprès des lecteurs. Son tirage augmente : de 260 000 exemplaires en avril 1924 à 360 000 exemplaires au moment des élections, situant le journal à la sixième place des quotidiens à diffusion nationale. Mais Le Quotidien enregistre tout de même un fort bouillon (autour de 20 %) qui le rend particulièrement onéreux. Les chiffres avancés au cours de la commission d’enquête parlementaire sur les fonds électoraux de 1924 font état d’un déficit annuel de 6 millions de francs en 1923 et 192446. Plusieurs augmentations de capital ont effectivement lieu à cette époque pour atteindre 23,5 millions de francs en 1926, répartis en obligations à concurrence de 12 millions de francs et en actions à concurrence de 11,5 millions de francs dont 9,9 millions souscrits par les lecteurs.

  • 47 A.N., C 14 814. Séance du 3 février 1925.
  • 48 Le Quotidien, 4 septembre 1923.
  • 49 A.N., notes Jean : F712 952 (1923-1924).
  • 50 A.N., fonds Painlevé : 313 AP 216. Dossiers ministère de l’Intérieur : Le Quotidien. Ce dossier co (...)
  • 51 La Lumière, 30 juillet 1927.

34Ce capital étant très fractionné, il faut s’interroger sur l’importance de la contribution financière de Jean Hennessy et sur le pouvoir qu’elle lui procure. Quel crédit accorder à Henri Dumay lorsqu’il déclare, devant la commission d’enquête, que le député n’est qu’un administrateur parmi d’autres47 ? Parmi les dix personnes qui siègent au conseil d’administration de la Société du progrès Civique et du Quotidien en 1923, la moitié occupe des fonctions officielles au sein du journal : Pierre Bertrand, président du conseil d’administration, Henri Dumay, Georges Boris, Alphonse Aulard, et un ami de Painlevé, Caspar-Jordan, contrôleur général de la société. Les autres membres sont Alfred Westphal, trésorier général de la Ligue des droits de l’Homme, Jean Hennessy, Maurice Bernard, agronome, André Jollivet, jeune industriel de 34 ans, beau-frère du fils aîné d’Henri Dumay, et Jean Leclerc de Pulligny, ingénieur général honoraire des ponts et chaussées48. Or, si l’on s’en tient à la déposition de Dumay, seules douze personnes possèdent plus de 25 000 francs d’actions de la société. Détenteur de 55 000 francs d’actions, Hennessy compte parmi ceux-là mais ne dispose cependant pas d’un pouvoir suffisant pour prendre place de droit au conseil d’administration. C’est donc en qualité de représentant élu de l’assemblée générale des actionnaires qu’il y siège. Entouré de sept autres délégués parmi lesquels le juriste Gaston Jèze, Maxime Leroy et Émile Glay, il préside en outre la Société civile des obligataires du progrès Civique jusqu’en 192649. Mais cette structure n’a pour fonction ni de gérer, ni d’administrer le journal. Les témoignages ultérieurs de Georges Boris donnent un aperçu plus précis de la situation réelle de l’entreprise. Il paraît en effet évident que Dumay a cherché devant la commission parlementaire à minimiser le rôle de Jean Hennessy. Le directeur du Quotidien a ainsi omis de préciser que le capital initial de la société était composé d’actions à vote décuple. En conséquence, les 16 000 actions de 100 francs détenues en 1926 par Dumay et ses amis équivalent à 160 000 votes au conseil d’administration, alors que les 99 000 actions de la même valeur mais à voix unique réparties entre les petits porteurs ne représentent que 99 000 votes50. En rachetant au début de l’année 1927 la moitié des actions de Dumay, Jean Hennessy s’assure ainsi le contrôle total du Quotidien. Avec ses propres actions et celles de prête-noms, il totalise 100 000 votes, tandis que le directeur du Quotidien n’en détient plus que 65 50051.

  • 52 A.N., C 14 814.
  • 53 A.N., F7 13 956. Rapport du 11 octobre 1923.

35Le soutien financier de Jean Hennessy aux journaux d’Henri Dumay ne se limite pas à ces mouvements de capitaux. En concomitance avec la naissance du progrès Civique, le négociant crée une entreprise de papeterie : la Société des papiers francs. Tout porte à croire que sa principale raison d’être est d’alimenter en papier l’hebdomadaire, puis Le Quotidien et la presse locale sous contrôle de Jean Hennessy, à des tarifs préférentiels compte tenu de l’orientation de ce marché à la hausse. La commission d’enquête parlementaire sera appelée à se pencher sur le prix d’achat du papier par Le Quotidien. Pour contourner le boycott de l’agence Havas, Hennessy accepte d’autre part de créer la société Selecta qui afferme pendant un an la publicité du Quotidien, en lui garantissant une recette de 5 millions de francs52. Mise en liquidation en février 1925, cette société accuse une perte de 2 millions de francs. Ne jouait-elle pas en réalité un rôle de paravent pour masquer en fait un simple mécanisme de subvention au profit du Quotidien ? Le montant du contrat publicitaire semble d’ailleurs surévalué, ce qui accrédite la thèse d’un financement occulte. En effet, des contacts antérieurs entre la Société du Quotidien et deux agences de publicité – la Société technique de publicité et Directovente – avaient abouti à un protocole d’accord sur la base de 700 000 francs pour Le progrès Civique et 3 millions de francs pour Le Quotidien53. Cette offre n’est cependant en mesure de rivaliser avec les sommes apportées par la société Selecta.

  • 54 Pierre Taittinger est lui-même accusé par Le Quotidien d’être à la solde de l’Union des Intérêts É (...)
  • 55 A.N., C 14 809, annexes.

36Jean Hennessy a donc consenti un effort financier important et multiforme en faveur du Quotidien. Est-il pour autant le seul commanditaire du journal ? La question mérite d’être posée, car elle fait à l’époque l’objet d’une polémique entre la droite et la gauche sur fonds de rumeurs et de demi-vérités. Pierre Taittinger soupçonne Hennessy de ne pas agir uniquement à titre personnel mais d’être aussi l’intermédiaire de divers intérêts financiers54. L’indice en ce sens le plus probant est produit par Jules Corréard dit Probus devant la commission d’enquête parlementaire. Il s’agit d’un carton signé de la main d’Henry Bauer indiquant à Dumay lui verser un chèque « pour sa bonne et nécessaire propagande55 ». Les liens entre Hennessy et Marchal à L’Œuvre, et ceux personnels que Dumay entretient avec le banquier qu’il a connu en Roumanie pendant la guerre, ne permettent pas d’exclure l’hypothèse que la banque Bauer et Marchal aient aussi pu investir dans Le Quotidien. Les structures administratives de la société Selecta recouvrent elles aussi certaines zones d’ombre. Selon les termes du contrat, Jean Hennessy, en qualité d’administrateur, est fondé de pouvoir par Selecta, dont « il se porte fort », pour négocier avec Le Quotidien. En contrepartie, la Société du progrès Civique dépêche son contrôleur général des finances, Caspar-Jordan, au conseil d’administration de la société de publicité. On connaît par ailleurs l’identité du président du conseil d’administration, un dénommé Legrand, homme d’affaires qui fait office de prête-nom à Jean Hennessy. Mais au cours de sa déposition devant la commission d’enquête parlementaire, Dumay refuse de dévoiler le nom des autres administrateurs et affirme ne pas connaître les actionnaires de Selecta, hormis Hennessy et lui-même engagé à hauteur de 12 000 francs. Ses silences entretiennent bien évidemment le doute et les rumeurs sur les financements occultes du Quotidien.

  • 56 Membre de son conseil politique, il est appointé 1 500 francs par mois par Le Quotidien dont il dé (...)
  • 57 A.N., C 14 817.

37La commission d’enquête stoppe d’ailleurs ses travaux sur une impression de malaise. Elle a donné lieu à un affrontement politique dont la majorité cartelliste ne sort pas indemne. Devant la tournure initiale de l’enquête dirigée principalement vers le financement du bloc national par l’UIE, l’opposition de droite menée par Taittinger a contre-attaqué. Le Quotidien se retrouve dès lors sur la sellette, mettant Pierre Renaudel, président de la commission, en position délicate56. Les élus de la minorité n’ont eu de cesse de réclamer l’audition de Jean Hennessy. Au cours de l’ultime séance du 22 décembre 1925, Marcel Héraud interpelle Renaudel : « vous n’êtes pas sans savoir qu’à la Chambre, son nom [Hennessy] a été maintes fois prononcé lorsque, sur d’autres bancs que ceux où je siège, le nom de Monsieur Billiet a été mis en avant57. » C’est pourquoi, plutôt que de prendre le risque d’entendre Jean Hennessy, mais également des représentants des partis, de la Ligue de la République ou du Syndicat National des Instituteurs, la gauche préfère jeter l’éponge. Face à une droite en ordre de bataille, les investigations d’une commission entachée de suspicion sont donc suspendues, ce qui évite à Jean Hennessy d’être auditionné.

  • 58 A.N., C 14 810. Séance du 11 mars 1925 (deuxième déposition de Dumay).

38En commanditant deux feuilles quotidiennes de gauche, le député de Barbezieux acquiert une véritable stature de patron de presse, même s’il n’est pas le seul à les financer. La commission d’enquête a mis en évidence sa contribution à la propagande commerciale et politique du Quotidien avant les élections de 1924. Son retrait des affaires familiales au profit des entreprises de presse ne doit donc pas être perçu comme une volonté de diversification de ses activités économiques. Peu soucieux du rendement financier de ses investissements, c’est dans le domaine politique qu’il escompte en tirer les bénéfices : L’Œuvre et Le Quotidien fonctionnent comme des relais d’influence au service d’une ambition politique à la fois collective et personnelle. Henri Dumay organise avec efficacité la campagne électorale du Cartel des gauches autour du Quotidien. Après la victoire de la gauche, il exige et obtient la démission du président Millerand dans des circonstances que nous développerons ultérieurement. Grâce aux chiffres cités en commission d’enquête parlementaire58, il est d’ailleurs possible de quantifier assez précisément la participation du journal à la campagne des élections législatives de 1924. Trente mille affiches et treize millions huit cent mille tracts ont été imprimés rue du Dôme. Dumay assure avoir facturé ce service, après s’être pourtant vanté avant les élections dans les colonnes de son journal de mettre gratuitement ces outils de propagande à disposition de toute liste cartelliste qui en formulerait la demande. Par ailleurs, six éditions spéciales consacrées au programme du Cartel sont directement expédiées aux abonnés. Enfin, en mai 1924, le journal augmente fortement son tirage qui dépasse 360 000 exemplaires. Des observateurs attentifs s’interrogent sur les capacités d’une entreprise en proie à des difficultés financières à régler de tels frais de campagne. Sous couvert de publicité, le rôle de bailleur de fonds de Jean Hennessy n’est pas passé inaperçu. Reste maintenant à déterminer à quel titre il a agi, au nom de qui ou de quels intérêts ? À la question « est-ce que vous avez considéré Monsieur Hennessy comme pouvant être le représentant d’un parti, ou bien peut-être une personne interposée entre un parti et vous ? », Henri Dumay répond sans hésiter par la négative. Il ajoute ensuite à l’adresse des membres de la commission d’enquête :

  • 59 A.N., C 14 814. Séance du 3 février 1925 (première déposition d’Henri Dumay).

« Politiquement, il mène plutôt – chacun le sait – une action individuelle. Cette action est d’ailleurs dans l’axe même de la politique soutenue par nous. Sans quoi bien entendu, malgré notre amitié personnelle, il n’aurait jamais été membre du conseil d’administration du Quotidien et d’ailleurs ne l’aurait pas lui-même désiré ou admis. Mais la politique de Jean Hennessy c’est – comment dire – c’est un peu en cavalier seul qu’il agit59. »

  • 60 A.N., fonds Painlevé : 313 AP 216. Lettre de Paul Painlevé à Alphonse aulard, 2 mars 1927.
  • 61 A.N., 313 AP 216. Lettre d’Alphonse Aulard à Paul Painlevé, 17 février 1927.

39Jean Hennessy n’est pas aussi isolé que Dumay veut le faire croire. De connivence avec Paul Painlevé et Édouard Herriot, il met en réalité sa fortune au service du Cartel. Une lettre de Painlevé à Aulard ne laisse planer aucun doute à ce sujet : « Le plus important des services que j’ai rendu au Quotidien fut d’obtenir qu’un certain concours républicain et désintéressé, qui était déjà venu à son aide et que vous n’avez point alors ignoré, lui fut renouvelé60. » Paul Painlevé fait incontestablement allusion à Jean Hennessy. en effet, la correspondance avec Aulard date du début de l’année 1927, c’est-à-dire à l’époque où le député de Charente se rend maître du journal en rachetant les parts d’Henri Dumay. Le passage cité ci-dessus prouve implicitement l’existence d’arrangements entre les chefs du Cartel et Jean Hennessy. Il semblerait par ailleurs qu’avant de se rétracter, Painlevé ait confié à Aulard que depuis les élections de 1924, Le Quotidien avait perçu des fonds secrets de tous les ministères61. André Tardieu confirme qu’entre 1924 et 1926, le journal de Dumay a profité d’une manne financière en provenance directe des fonds secrets gouvernementaux. Outil de propagande cartelliste, Le Quotidien fait donc aussi office de puissant relais des ambitions personnelles de son commanditaire. Hennessy l’utilise en effet à des fins électorales.

L’information électorale

  • 62 A.N., F7 12 952 : notes Jean. Rapport du 15 janvier 1924.

40À partir de 1919, le député de Barbezieux étend son emprise sur la presse locale. Depuis la disparition du Libéral qu’il avait fondé avec son frère, il ne dispose plus d’aucun appui médiatique dans sa circonscription. Il profite donc des aléas du Barbezilien qui doit changer de main pour en prendre le contrôle. Autrefois principal soutien de son adversaire politique Géo Gérald, l’hebdomadaire local devient à partir de cet instant le porte-parole de Jean Hennessy. Son nouveau gérant, Henri Bazin, un typographe lorrain réfugié à Barbezieux pendant le conflit, se rend régulièrement à Paris chercher des instructions auprès de son patron. La réforme électorale de 1919, qui établit un scrutin de liste départemental, incite néanmoins le député sortant à créer une semaine avant le scrutin une feuille éphémère à vocation électorale diffusée sur l’ensemble de la nouvelle circonscription. De fait, il ne paraîtra, le 8 novembre 1919, qu’un seul et unique numéro du Journal de la Charente, « organe républicain d’action et de réforme ». Hennessy change de méthode aux élections législatives suivantes. Il préfère s’appuyer sur des journaux locaux existant à qui il fournit typographes et rédacteurs du Quotidien62. Le journal parisien offre ainsi au Barbezilien et à L’avenir du Confolentais une matière rédactionnelle toute prête à la publication. Les deux hebdomadaires à faible tirage couvrant respectivement le sud et le nord-est de la Charente, reproduisent à quelques jours d’intervalle des articles de propagande sur la sécurité collective publiés par Jean Hennessy dans Le Quotidien, des extraits de l’interview du nouveau premier ministre anglais, le travailliste Ramsay Mac Donald, par Dumay, ou bien des éditoriaux plus polémiques contre la politique de Poincaré. Ils véhiculent donc à moindres frais les thèmes de la campagne qu’Hennessy mène au nom du Cartel dans le département.

41Au cours des années 1920, Jean Hennessy délaisse donc la direction des affaires familiales mais en retire de très confortables revenus. Il préfère s’investir dans les médias, vecteurs de ses idées, et devient un véritable patron de presse. À travers L’Œuvre et Le Quotidien, il commandite la presse d’opinion de gauche qu’il met en réseau avec des feuilles locales. Comparée à celle des « cinq grands », l’audience de ces journaux est certes réduite. Même avec la presse quotidienne régionale, elle reste au demeurant inférieure à celles de droite. L’audience des journaux financés par Hennessy se mesure donc surtout à l’aune de leur influence dans les milieux politiques et intellectuels. Lieux de rencontre et d’expression de nombreux réseaux militants de gauche, ils constituent une arme contre le bloc national et la politique de Poincaré que Jean Hennessy a su utiliser tant au profit d’une œuvre collective que de sa carrière personnelle.

***

42À partir des années 1912-1913, Jean Hennessy se mêle au débat sur la crise de l’État. Les solutions qu’il propose pour le réformer passent d’abord par le régionalisme et la représentation professionnelle. À cet égard, le temps de guerre nécessite, selon lui, l’expérimentation de nouvelles modalités dans les rapports entre les citoyens et l’État. Il révèle également l’urgence de redéfinir les relations des États entre eux. L’Europe fédérale constitue, d’après le député, la réponse à la guerre.

43Ses projets de réforme s’inspirent des thèses libérales et catholiques sociales, mais elles puisent aussi aux sources du radicalisme et du socialisme proudhonien. Placé à la charnière des réseaux régionalistes et fédéralistes, Jean Hennessy côtoie en effet des personnalités très éclectiques. Mais c’est auprès des hommes politiques de gauche que ses idées obtiennent la meilleure audience. Son engagement bouleverse ainsi un itinéraire qui semblait préétabli en fonction de l’héritage politique familial conservateur. Or, les élections de 1914 sont pour lui l’occasion d’un premier reclassement à droite du courant radical, avant qu’il ne rejoigne les républicains socialistes après la guerre. Tout se passe en définitive comme si son glissement idéologique du régionalisme au fédéralisme international avait provoqué un glissement politique de droite à gauche.

  • 63 Voir la cartographie des réseaux d’influence de Jean Hennessy en annexes IV et V, p. 353-354.

44La voie de l’action militante empruntée par Jean Hennessy constitue pour un grand notable une filière d’accès originale à une carrière publique. En effet, l’exercice de responsabilités dans le milieu réformateur et la capacité à y mobiliser un cercle restreint de solidarité et d’amitié lui donnent un capital d’influence susceptible de satisfaire ses ambitions63. De plus, avant même d’avoir occupé de hautes fonctions dans l’appareil d’État, ses activités de presse le propulsent sur le devant de la scène politique à la veille des élections de 1924. Il convient donc maintenant de présenter l’ascension politique de Jean Hennessy dans les années 1920, période qui constitue sans nul doute l’apogée de sa carrière.

Notes

1 C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999.

2 Pour une bibliographie complète des réseaux régionalistes et fédéralistes de la première moitié du xxe siècle, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat : F. Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Itinéraire militant d’un politique entre milieux réformateurs et réseaux d’influence, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de b. Lachaise, université bordeaux 3, juin 2006, p. 562-565.

3 Secrétaire général du syndicat national des chemins de fer en 1908, Poitevin rencontre Charles-brun dans le mouvement des universités populaires. En 1912, il est l’un des initiateurs de l’organisation régionale de la CGT.

4 Limousins de paris. Les sociétés d’originaires du Limousin sous la IIIe république, actes du colloque de Brive du 25 novembre 1989, Presses universitaires de Limoges, 1990.

5 François Labrousse (1878-1951), conseiller municipal, conseiller général et sénateur de la Corrèze, est un ami de Jean Hennessy avec qui il partage les mêmes sentiments régionalistes et internationalistes en faveur de la SDN.

6 AMAE, n° 232 : Union pour supprimer ce crime : la guerre.

7 BDIC, Z 22 : FFASDN.

8 A.M. Brive, 6 S 1/19-60 : CASDN. Lettre de Jean Hennessy, 14 mars 1929.

9 Collaborateur de Paul Appell à l’état-major de l’AFSDN, il est âgé d’à peine 20 ans lorsqu’il fonde le Groupement universitaire pour la SDN.

10 Infirmière-major de l’association des Dames de France pendant la guerre, militante avec Cécile Brunschvicg de l’Union française pour le suffrage des femmes, elle est trésorière de la FFASDN en 1930 et vice-présidente de l’Union féminine pour la SDN. Proche de Marc Sangnier, elle représente le courant démocrate-chrétien de l’association.

11 BDIC, Z 22. Séance du 13 juillet 1928 : « La Fédération émet le vœu que des femmes soient admises au nombre des conseillers techniques qui accompagneront à Genève les délégués français à l’assemblée de la SDN, en raison des services qu’elles pourraient rendre dans les questions humanitaires et sociales. »

12 BDIC, fonds Jules Prudhommeaux : F Δ 718 et 719.

13 Cette association adhère à la FFASDN. Son secrétaire général n’est autre que le secrétaire de Jean Hennessy, Roger Lévy, qui siège au conseil de la fédération.

14 Pour davantage d’informations sur ce personnage, descendant d’un maire orléaniste de Périgueux, on se reportera l’article de T. Truel, « Les Combret de Marcillac, une famille en politique », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, tome CXXIV, 1997, p. 109-128.

15 Il est vraisemblable que les deux hommes se connaissent bien dans la mesure où Paloméra, quincaillier à Cognac, préside l’association des commerçants et industriels de la ville depuis 1882.

16 Ernest Ferroul (1853-1921), maire socialiste de Narbonne et député de l’Aude de 1889 à 1893 et de 1899 à 1902, a pris une part importante dans l’agitation viticole qui touche le Midi en 1907.

17 À la suite d’une conférence de Charles-brun à Toulouse, Marc Frayssinet crée en 1899 une Ligue régionaliste méridionale, à vocation culturelle et littéraire. Devenu avocat et journaliste, il représente le Tarn-et-Garonne comme socialiste indépendant entre 1910 et 1914. Membre de la commission de l’administration générale, il est partisan d’une réforme régionale et électorale en faveur de la représentation proportionnelle.

18 MNATP, fonds FRF : boîtes n° 8 et 9. Manifestations 1901-1933. À l’exception notable du congrès de décembre 1929 dont il préside l’ouverture en qualité de ministre de l’agriculture.

19 Alexandre Bérard soutient en 1919 la candidature dans l’Ain du jeune radical-socialiste Georges André-Fribourg (1887-1948). Élu député, celui-ci intègre, en tant que questeur, le bureau du groupe parlementaire d’organisation régionale fondé par Jean Hennessy, en décembre 1919.

20 Il exerce notamment les fonctions de chef de son secrétariat particulier au ministère de l’agriculture. Spécialiste reconnu de l’Extrême-Orient et de la Chine, il enseigne après la Seconde Guerre mondiale au Collège libre des sciences économiques et sociales, à l’École nationale de la France d’outre-mer et à l’Ena.

21 BDIC, fonds Jules Prudhommeaux : F Δ Rés. 719 (1). Rapport de la FFASDN à l’Union internationale, 1931.

22 Installé au premier étage de l’hôtel des sociétés savantes, situé 28 rue Serpente, dans le VIe arrondissement de Paris, le Collège libre des sciences sociales accueille entre cinquante et cent cinquante élèves inscrits régulièrement à ces cours, dans la première décennie du siècle. Le cycle annuel de conférences données par des spécialistes attire un public dix fois plus nombreux composé d’auditeurs libres. Pour de plus amples détails sur le fonctionnement de l’établissement, voir notre thèse, op. cit., p. 265-272.

23 Auteur d’une thèse sur Les théories du droit international chez Proudhon : le fédéralisme et la paix, publiée chez Marcel Rivière en 1926.

24 A.N., fonds Marin : 317 AP 154. La première leçon est consacrée aux « théoriciens du fédéralisme français » parmi lesquels l’auteur range Charles-brun et Jean Hennessy.

25 Les renseignements biographiques sur Émile Bergeron sont extraits de J. Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1940), thèse de doctorat, sous la direction de R. Girardet, IEP de Paris, 2000.

26 C’est depuis Genève où il représente la France à la deuxième assemblée de la SDN que Jean Hennessy, dans une lettre du 9 septembre 1921, annonce la nouvelle à Charles-brun.

27 On trouvera quelques éléments sur le parcours original de Gustave Téry (1870-1928), condisciple d’Herriot à l’ENS, professeur puis journaliste, dans A.N., fonds « Panthéon » : F7 16 023/1.

28 Ancien collaborateur de La petite république de Jaurès, Téry s’est séparé de la SFIO et se proclame socialiste indépendant.

29 Nièce des frères Cambon, diplomates sous la IIIe République, Geneviève Tabouis (1892-1985) est correspondante de La Petite Gironde et du Petit Marseillais à la SDN à partir de 1924. De 1930 à 1940, elle tient une rubrique diplomatique quotidienne au journal L’Œuvre. Dans une lettre qu’il lui adresse le 5 août 1928, Jean Hennessy écrit : « La petite Tabouis est en train de devenir une grande journaliste. »

30 Henri Dumay (1867-1935) est lui-même l’héritier d’une famille bourguignonne de gauche. Un de ses parents fut maire socialiste du Creusot durant la Commune de Paris pour laquelle il prit fait et cause.

31 Le Quotidien, 17 juin 1923.

32 Élu sénateur de la vienne en 1920, le radical-socialiste François Albert intervient occasionnellement dans les colonnes du Quotidien, après avoir livré de fréquents articles au Progrès Civique sous le pseudonyme de Pierre du Clain, du nom d’une petite rivière qui coule à Poitiers. Cette signature est en fait un passe-partout utilisé par d’autres rédacteurs de la rubrique « le bonneteau politique » comme d’Estournelles de Constant ou Hennessy.

33 A.N., C 14 814 : commission d’enquête parlementaire sur les fonds électoraux. Déposition d’Henri Dumay, séance du 3 février 1925.

34 Dans ses travaux, Jean Garrigues a montré le caractère superficiel d’une démarche exclusivement quantitative pour déterminer l’influence des hommes d’affaires dans la vie politique. Cf. J. Garrigues, La république des hommes d’affaires (1870-1900), Paris, aubier, 1997, p. 18.

35 R. Mennevée, Parlementaires et financiers, répertoire des sénateurs et députés directeurs ou administrateurs de sociétés financières, commerciales, industrielles et économiques, Paris, éditions des documents politiques, 1924.

36 James Hennessy, comme son frère, est économe de ses participations en conseils d’administration d’entreprises. Elles se limitent à la firme familiale et à la Société des courses de Deauville.

37 Paul Firino-Martell est maire de Cognac et conseiller général à partir de 1934, tendance républicaine de gauche.

38 Contrat établi en l’étude de Maître David à Cognac, le 27 octobre 1923, intégralement publié dans L’Ère nouvelle des Charentes, octobre 1923.

39 A.N., L’Œuvre : 3 AR 1. Livres d’inventaire.

40 Fils naturel de Gustave Hervé, Urbain Gohier (1862-1951) travaille à L’Œuvre avant de rejoindre Le Journal. Il intègre Le Figaro en 1925 et devient le conseiller de François Coty.

41 A.N., C 7705 : onzième législature. Demande en autorisation de poursuite contre un membre de la Chambre n° 3985 : Jean Hennessy.

42 J.-N. Jeanneney. François de Wendel en République, l’argent et le pouvoir (1914-1940), Paris, Seuil, 1976, p. 99.

43 A.P.P., dossier Jean Hennessy, et A.N., fonds Panthéon : F7 16 023/1. Dossier Téry.

44 D’après les déclarations de Jean Hennessy suite à une attaque de L’Humanité qui le désignait comme « le grand maître de L’Œuvre » et reproduites dans La lumière du 8 avril 1933.

45 A.N., F7 13 956 : police générale de la presse. Rapport sur l’assemblée générale de la Société du Progrès Civique, 31 mai 1923 : au chapitre des dépenses, les postes les plus lourds correspondent aux fonds de roulement (6 millions de francs) et à la publicité (2,65 millions de francs).

46 A.N., C 14 810. Enquête parlementaire sur les fonds électoraux, séance du 10 mars 1925.

47 A.N., C 14 814. Séance du 3 février 1925.

48 Le Quotidien, 4 septembre 1923.

49 A.N., notes Jean : F712 952 (1923-1924).

50 A.N., fonds Painlevé : 313 AP 216. Dossiers ministère de l’Intérieur : Le Quotidien. Ce dossier contient une correspondance entre Paul Painlevé et Alphonse Aulard au sujet du journal, ainsi que divers documents réunis par Georges Boris après sa démission.

51 La Lumière, 30 juillet 1927.

52 A.N., C 14 814.

53 A.N., F7 13 956. Rapport du 11 octobre 1923.

54 Pierre Taittinger est lui-même accusé par Le Quotidien d’être à la solde de l’Union des Intérêts Économiques (UIE) du sénateur Billiet.

55 A.N., C 14 809, annexes.

56 Membre de son conseil politique, il est appointé 1 500 francs par mois par Le Quotidien dont il détient en outre 1 000 francs d’actions.

57 A.N., C 14 817.

58 A.N., C 14 810. Séance du 11 mars 1925 (deuxième déposition de Dumay).

59 A.N., C 14 814. Séance du 3 février 1925 (première déposition d’Henri Dumay).

60 A.N., fonds Painlevé : 313 AP 216. Lettre de Paul Painlevé à Alphonse aulard, 2 mars 1927.

61 A.N., 313 AP 216. Lettre d’Alphonse Aulard à Paul Painlevé, 17 février 1927.

62 A.N., F7 12 952 : notes Jean. Rapport du 15 janvier 1924.

63 Voir la cartographie des réseaux d’influence de Jean Hennessy en annexes IV et V, p. 353-354.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search