Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Stylistique et sémiotique

Comment la stylistique peut-elle s’enrichir d’une perspective trans-sémiotique ?

Lia Kurts-Woeste et Mathilde Vallespir

Texte intégral

  • 2 Voir Couvard M. (2005), De la langue au style, Lyon, Presses universitaires de Lyon, qui, dans son (...)
  • 3 Voir Bordas E. (2005), « Enseigner la stylistique » : 21-35, en particulier « Stylistique, une dis (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Voir Adam J.-M. (1997), Le style dans la langue : une reconception de la stylistique, Lausanne, De (...)
  • 6 Ainsi Molinié G. (1994) dissocie stylistique et style (201), la définition de la première n’impliq (...)
  • 7 Comme en font foi les travaux de Adam J. M., Molinié G. (voir par exemple (1999), et Combe D. (199 (...)

1Comment la stylistique peut-elle s’enrichir d’une perspective trans-sémiotique ? Répondre à une telle question suppose d’être capable de définir chacun des termes en présence. Or, la stylistique, on le sait, n’est pas aisée à circonvenir2 : discipline floue3 selon certains du fait tout d’abord de son hétérogénéité méthodologique, puis de la scission qu’elle suppose entre des praxis différentes et difficilement conciliables (la recherche d’une part et une pratique d’enseignement particulièrement normée – qu’est la préparation aux concours de recrutement des enseignants4), du fait ensuite de la non explicitation de ses présupposés théoriques, qui laisse suspecter un ancrage idéologique et politique réactionnaire (tenant dans l’opposition esthétique présupposée par une certaine stylistique entre style d’auteur et langue commune5), du fait enfin d’une relation complexe entre la discipline et son objet, dont l’interconditionnement est loin d’aller de soi6. À ces constats, on peut ajouter, aujourd’hui, dans une ère de refondation théorique de la stylistique7, le risque subséquent d’une certaine hétérogénéité théorique.

  • 8 Ainsi, G. Molinié pose que « [l’]intérêt [du concept de style] est sa trans-sémioticité, [son ouve (...)

2Nous partirons d’une définition minimale de la discipline, appuyée sur deux critères : d’une part, que le style soit envisagé dans une perspective continue par rapport à la langue – on s’inscrit ici dans une perspective deleuzienne à la façon de Jean-Michel Adam. D’autre part, que la stylistique, comme caractérisation complexe du style, puisse s’ouvrir à d’autres pratiques sémiotiques que le système verbal8 (et que l’on puisse imaginer une stylistique musicale, picturale, cinématographique par exemple).

  • 9 Voir Molinié G., 2005 : 117.

3La trans-sémiotique, de son côté, peut se définir comme la discipline dont la fin est d’étudier, selon Georges Molinié, « la façon dont différents systèmes sémiotiques rendent compte du même mondain9 ». C’est à cette tâche que le groupe trans-, recherche en trans-sémiotique des arts, que Lia Kurts et moi-même organisons avec Marie-Albane Watine, depuis à présent plus de cinq ans, s’est attelé. Le travail effectué dans ce champ disciplinaire a peu à peu mené à infléchir et préciser les contours de cette trans-sémiotique.

4Alors que nos premiers objectifs, méthodologiques, étaient de trouver des outils propres à rendre compte de corpus sémiotiquement mixtes (musical/verbal, pictural/verbal), une fois constatées les limites des outils que nous offraient tant la linguistique qu’une sémiologie/sémiotique largement informée par le modèle verbal, très vite s’est fait sentir la nécessité de disposer d’interprétants plus généraux propres à nous permettre de nous départir d’un logocentrisme hérité d’une grande partie de la pratique sémiotique française. Ceci a abouti à une redéfinition de notre champ d’investigation, que l’on peut formuler comme suit :

5Comment rendre compte du phénomène d’art comme effet (dans une perspective phénoménologique héritée de l’École de Constance) d’une part, sans pour autant écraser les spécificités sémiotiques de ses diverses manifestations (en tentant notamment de le soustraire à toute dépendance au verbal), d’autre part, sans assujettir ce phénomène d’art à une norme esthétique.

6Cet enjeu général, où dimensions esthétique et éthique s’interconditionnent, nous a menées à nous doter d’un ensemble d’outils interprétatifs tout d’abord (ainsi, la violence du logos ou la notion de corps chez J.-L. Nancy, ont été érigés en interprétants trans-sémiotiques) ; mais aussi, à nous doter d’outils plus proprement analytiques : ces derniers sont empruntés à la logique (en particulier peircienne), mais aussi à la philosophie (les plus centraux étant les notions deleuziennes d’agencement, de ligne de fuite, de poids de la pensée chez Nancy ou de différance derridienne).

7Enfin, ces outils ont été mobilisés au sein d’une méthode qui, en dépit de nos différences et des inflexions théoriques et pratiques propres à chacune d’entre nous, se caractérise par sa dimension critique : l’efficacité de ces outils a en effet été évaluée à l’aune de leur capacité à s’inscrire dans le cadre théorique interprétatif général, voire à se substituer à d’autres outils jugés peu efficaces, ce par un aller-retour constant du particulier au général, et du général au particulier. Ainsi, dans une perspective trans-sémiotique, la notion deleuzienne d’agencement se substitue efficacement à celle de situation d’énonciation qui a priori eût pu gagner à être mobilisée dans un champ artistique large.

8Si la trans-sémiotique des arts peut de manière évidente s’appuyer sur ces pratiques stylistiques que l’on pourrait dire épi-sémiotiques, (c’est-à-dire propres à un champ sémiotique particulier), pour tenter de rendre compte du phénomène d’art, on peut s’interroger sur l’apport possible de la trans-sémiotique dans une épi-sémiotique, à savoir, ici, la stylistique verbale. Il nous semble que la trans-sémiotique peut d’une part, fournir au stylisticien des outils d’analyse du texte, d’autre part, par le biais de ces outils et en affinité avec eux, lui fournir des modèles sémiotiques pour penser l’activité de réception, que ce soit sa propre réception de stylisticien ou une réception du texte à régime d’art.

9Afin de mettre en valeur cette efficacité possible de la trans-sémiotique des arts pour la stylistique, nous proposons deux terrains d’application différents et propres à chacune d’entre nous, dont la nature (interprétant sémiotique, point de vue ?) reste à définir : la notion de cognition d’une part, celle d’indice de l’autre.

La cognition comme outil trans-sémiotique et stylistique

Présentation

10La cognition peut constituer un point de saisie possible et privilégié pour la trans-sémiotique des arts, et par là même, en tant précisément que trans-sémiotique, un outil méthodologique possible pour les stylistiques, et donc pour la stylistique verbale, outil propre à conférer à la stylistique une orientation éthique.

  • 10 (1997) Liège-Bruxelles, Mardaga : 201. Pour décrire l’acte de lecture, Iser propose de « [s’]appuy (...)

11Dès lors que l’on s’inscrit dans une perspective phénoménologique, et que la réception d’art est considérée comme impliquant un acte de perception, le point de vue cognitif peut être mobilisé sans tour de force théorique ni méthodologique. (Il est d’ailleurs déjà convoqué dans un des ouvrages fondant l’esthétique de la réception, L’Acte de lire : théorie de l’effet esthétique10 de Wolfgang Iser, au moment où ce paradigme commence à se développer.) En effet, la cognition a pour vocation d’opérer des modes de saisie de la perception, ce qui appelle deux conséquences. Son objet se situant en amont de toute spécificité sémiotique, la cognition se présente comme point de vue trans-sémiotique par excellence, et comme outil potentiellement productif pour rendre compte de la réception d’art. Ce point de vue permet en outre de rendre compte des conditions matérielles, expériencielles, de la réception, et de proposer par là une analyse propre à être, quant à sa méthode et à ses outils, en affinité avec notre cadre théorique général.

L’exemple de la répétition

  • 11 (1962) Fureur et mystère, Les loyaux adversaires, Paris, Poésie/Gallimard : 157.
  • 12 (1973) Épreuves, exorcismes, 1940-1944, Paris, Gallimard : 14.

12Afin de mettre en évidence l’efficacité du point de vue cognitif en stylistique, je m’intéresserai à un procédé langagier et poétique courant : celui de la répétition, ce à travers deux courts exemples : un poème issu de Fureur et mystère de Char, « Sur le volet d’une fenêtre11 », et le début d’un poème de Michaux, « Lazare tu dors12 », que je reproduis ci-après. Au sein du large spectre disciplinaire couvert par la cognition, l’angle choisi pour l’analyse sera celui de la psychologie cognitive ; cette approche est sans doute la plus aisée à convoquer dans le cadre sémiotique, parce que la plus proche de ce dernier.

SUR LE VOLET D’UNE FENÊTRE
Visage, chaleur blanche,
Sœur passante, sœur disant,
Suave persévérance,
Visage, chaleur blanche.

LAZARE, TU DORS ?
Guerre de nerfs,
de Terre
de rang
de race
de ruines
de fer
de laquais
de cocardes
de vent
de vent
de vent
de traces d’air, de mer, de faux
De frontières, de misères qui s’emmêlent
Qui nous emmêlent [...]

13On peut rendre compte de ces répétitions de manières diverses selon le champ disciplinaire choisi. Ainsi, et pour se contenter de lancer quelques pistes d’investigation, la versification mettra en relation le vers répété avec la forme du poème de Char, quand une perspective prosodique ou même rythmique tentera de mettre à nu le système homophonique sur lequel elle repose. La rhétorique, quant à elle, envisagera la place de la répétition (tout particulièrement dans l’exemple de Michaux), et la nature des éléments répétés, en mettant en évidence le fait que la répétition repose sur un parallélisme syntaxique, relevant de l’hypozeuxe, quand une approche rhétorique plus large, rhétorico-pragmatique, tentera de s’interroger sur l’efficacité au sein d’une perspective communicationnelle, de cette répétition. Pour complémentaires et riches que soient ces perspectives, aucune n’envisage les conditions mêmes de la lecture de ces textes, et en particulier, la dimension temporelle de l’acte de lecture, ce que l’on pourrait appeler son temps réel, ainsi que les conditions de compréhension de ces textes. Or, c’est précisément ce que le point de vue cognitif permet.

  • 13 Voir Vallespir M. (2003), L’exorcisme produit par des œuvres poétiques et musicales de la guerre e (...)
  • 14 Voir Fraisse P. (1974), Psychologie du rythme, Paris, cité par Bigand E. (1994), Penser les sons, (...)
  • 15 C’est ce que montre F. Lerdahl dans le cadre de la musique atonale (1989), « Structures de prolong (...)

14Au sein d’une telle approche, la répétition constitue l’un des deux principes de structuration propres à assurer la compréhension du texte (le second étant le principe de continuité13). La répétition se constitue ainsi en repère à partir duquel les informations véhiculées par le texte s’organisent hiérarchiquement, cette hiérarchie fondant la compréhension du texte. Si le poème de Char s’érige en exemple de répétition apte à structurer la perception (en particulier la répétition du premier et du dernier vers), il n’en va pas de même pour l’exemple de Michaux, ce pour deux raisons. D’une part, pour être structurante, une répétition doit s’effectuer à un laps de temps supérieur à ce qu’on appelle le présent perçu14 (à savoir quatre à cinq secondes pendant lesquelles on peut traiter un nombre d’informations limitées) ; inférieure à un tel laps de temps, elle n’est pas perçue comme telle. Or, la périodicité étant ici inférieure au présent perçu, la fréquence de la répétition est donc trop brève pour que celle-ci puisse jouer son rôle de repère perceptif. D’autre part, c’est le niveau hiérarchique de la répétition qui entrave ici son pouvoir structurant. En effet, la répétition ne peut structurer un ensemble que si elle se situe à un niveau hiérarchique tel qu’elle subsume des unités inférieures. Ici, étant microstructurale (elle affecte un syntagme prépositionnel minimal), elle ne peut donner lieu à aucune hiérarchisation ou compression d’information. Outre cette double impossibilité à jouer un rôle structurant, cette répétition appelle deux conséquences. Son caractère microstructural remet en cause l’autre principe cognitif structurant : le principe de continuité. En outre, il atténue la saillance perceptive. Or, cette dernière fonctionne comme mode palliatif de structuration en contexte non stable, c’est-à-dire quand les modes de structuration standard sont mis en difficulté15.

Généralisation

  • 16 Voir Vallespir M., op. cit.

15On aboutit ici à une situation perceptive que j’ai appelée altération cognitive, impliquant la nécessité pour le lecteur de mettre en place des stratégies substitutives de compréhension. L’altération cognitive suppose donc une modification des principes de perception du récepteur reposant sur la remise en cause des principes cognitifs de cette réception. J’ai donné ici l’exemple de la répétition, mais l’altération cognitive, en tant qu’invalidation des principes de traitement de texte, peut être constatée à travers bien d’autres phénomènes, tels que, bien sûr, la remise en cause du principe de continuité, mais aussi l’entrave à la construction de représentations mentales (du fait, par exemple, d’un haut degré de métaphoricité, qui remet en cause les frontières catégorielles16).

  • 17 Voir Vallespir M., « La linguistique cognitive au service de l’histoire de la littérature : la poé (...)

16Cette altération cognitive constitue un mode de perception des textes. Or, si la perception est conçue comme interconditionnement du récepteur et de l’objet textuel de réception (le phénomène textuel), alors l’altération cognitive est propre à caractériser le texte, comme texte reçu. De sorte que le point de vue cognitif permet ici de remonter à une caractérisation stylistique – à condition que celle-ci soit considérée comme stylistique de la réception. J’ai ainsi proposé de faire de cette altération cognitive la caractéristique de la réception actuelle de la poésie dite moderne17.

  • 18 Ibid.

17Dans la mesure où cette altération cognitive repose sur un faisceau de facteurs (qui peuvent avoir trait aux différentes composantes du langage – sémantique, syntaxique, morphologique – et qui peuvent être diversement instanciés selon les cas), elle permet une appréhension nuancée des textes, et s’inscrit dans une perspective spécifiante en affinité avec les enjeux de la stylistique. Elle permet ainsi de déterminer des lignes de force au sein de la poésie moderne, en cernant des nuancements historiques et esthétiques. Par exemple, l’altération cognitive différera chez Mallarmé et chez Apollinaire ou Michaux, mais on pourra rapprocher celle que l’on trouve chez Mallarmé et Du Bouchet18.

18Enfin, précisons que bien d’autres types d’interconditionnement que l’altération cognitive, aboutissant à une caractérisation stylistique, peuvent être imaginés – et étudiés. Ainsi, le mode d’interconditionnement inverse serait celui où les schèmes perceptifs, loin d’être entravés ou remis en cause, seraient pleinement efficaces. L’analyse cognitive serait alors à mettre en relation avec des analyses rhétoriques en termes de topiques et de lieux.

  • 19 Pour l’exemple donné, si la musique se caractérise par l’ampleur des possibles altérations cogniti (...)

19Du fait de sa position antérieure à toute spécification sémiotique, la cognition offre ainsi la possibilité d’envisager d’un point de vue trans-sémiotique les phénomènes d’art, et par là, de fournir des outils analytiques utilisables dans l’analyse des systèmes sémiotiques particuliers. Ainsi, tout ce qui a été dit sur le principe structurant de répétition vaut pour toute chronosyntaxe, comme, par exemple, la musique ou le cinéma. Dans le cadre de la stylistique verbale, comme dans les autres stylistiques possibles, la mobilisation de la cognition suppose une tentative d’homogénéisation des niveaux théorique et pratique, grâce à un appareil analytique suffisamment souple pour, loin d’écraser la spécificité des différents systèmes sémiotiques auxquels on l’applique, permettre de rendre compte de cette spécificité. C’est d’ailleurs l’autre intérêt que l’on peut trouver à mobiliser un point de vue trans-sémiotique au sein d’une stylistique : pouvoir parvenir, par le biais d’une perspective (toujours partiellement) constrastive, à une plus grande spécification19.

  • 20 Voir Vallespir M. (2007), « Le devenir-animal de l’interprète », Ethique et significations, Kurts- (...)

20De plus, la cognition offre à la stylistique une perspective centrifuge en la faisant sortir de l’écueil de la simple expertise, certes par l’orientation trans-sémiotique qu’elle suppose, mais aussi, par l’ouverture éthique qu’elle lui offre. En effet, elle autorise une ligne de fuite vers le sémiotique non langagier. Cette brèche est déjà propre à la trans-sémiotique, qui étudie des pratiques sémiotiques non verbales. Mais la cognition va plus loin : comme champ (trans)disciplinaire et comme point de vue, son objet est l’appréhension de la perception non seulement du sujet humain, mais de tous les êtres animés, c’est-à-dire, également, de ce qu’on appelle l’animal. Se fixer pour fin de rendre compte du logos propre à la perception de l’animal à travers la saisie de son mode de sémiotisation (non verbal), c’est poser comme possible sinon une continuité, du moins une absence de fracture entre mode de sémiotisation humain et non humain. Ceci ouvre la possibilité de penser l’altération du récepteur dans l’effet d’art, ce devenir-autre, comme devenir-animal du récepteur20.

  • 21 Voir par exemple la revue Cognition and Emotion, Hove, Londres, Hillsdale, L. Erlbaum.

21L’approche cognitive, parce qu’elle opère la distinction entre logos et langage, en choisissant pour objet le logos y compris hors du langage, remet ainsi en cause toute conception dichotomique de la réception (scindée en dimensions rationnelle/éthique/thymique). En effet, d’une part, elle intègre la dimension éthique de la perception comme présupposé. D’autre part, elle présuppose d’inscrire dans son champ des composantes qui lui sont traditionnellement opposées, telles que les composantes émotives, thymiques, hylétiques de la réception, comme les travaux de neurobiologie notamment tendent à le mettre en évidence21.

  • 22 Dont Malabou C. (2004) (Que faire de notre cerveau, Paris, Bayard) souligne qu’il faut s’en défair (...)
  • 23 Au sein de la cognition animale, de la philosophie de la perception par exemple, comme en font foi (...)
  • 24 Voir op. cit., « Essai introductif » : 1-100, et en particulier, par exemple : « En un mot, la Sci (...)
  • 25 Ainsi, le réel ne sera pas doté des mêmes contours définitionnels selon que, au sein des sciences (...)

22Une telle intégration de la cognition au sein de la phénoménologie de la réception d’art a cependant un prix épistémologique à ne pas sous-évaluer. L’ampleur des conflits disciplinaires et idéologiques entre sciences et sciences humaines22, et au-delà même, ceux qui se posent à l’intérieur des disciplines concernées23, fait foi des problèmes de fond posés par une telle démarche, lesquels sont de deux ordres. D’une part, les fins de la cognition et de la phénoménologie sont différentes et peut-être incompatibles (la fin de la phénoménologie étant de rendre compte du pour soi, de l’intentionnalité, quand celle de la cognition serait de rendre compte du fonctionnement de notre boîte noire, hors de toute intentionnalité24). D’autre part et corrélativement, si la relation entre phénoménologie et cognition demande à être précisée, c’est que le statut de la perception dans ces deux cadres épistémologiques n’est pas le même, le nœud du problème se situant dans la définition de l’objet de la perception, réel pour la cognition ou phénoménal pour la phénoménologie, ces désignations distinctes engageant bien entendu des postures différentes, de même que chacune d’entre elles n’implique pas forcément de contenu homogène25.

  • 26 Ibid.

23Si cette complexité théorique contraint l’utilisation du paradigme cognitif, et peut décourager de le mobiliser, la position théorique que je défends met cependant à l’abri de toute controverse ou polémique : en transférant la cognition au sein d’un autre champ disciplinaire que la science et la philosophie, le champ global sémiotique, et en lui conférant le statut d’outil de modélisation sémiotique, cette posture théorique exclut de notre champ d’investigation toute nécessité d’assignation ontologique. Ce que je propose ainsi, ce serait non pas de naturaliser la phénoménologie, ainsi qu’y invite l’ouvrage éponyme26, mais de phénoménologiser sinon la nature, du moins la cognition, de l’intégrer à une perspective trans-sémiotique en faisant de la stylistique un des lieux d’application de cette cognition.

Pour une réévaluation de la notion peircéenne d’indice dans les études stylistiques

État des lieux

24Dans le cadre d’une évaluation prospective de nouveaux outils sémiotiques (ici, trans-sémiotiques) pour modéliser la pratique stylistique, nous nous donnons pour visée de comprendre l’activité sémiotique du stylisticien face à un texte au moyen de la notion d’indice empruntée au sémioticien C. S. Peirce. Plus précisément, la notion d’indice relevant d’une typologie, nous lui préférerons celle de fonctionnement indiciel, relevant d’une pragmatique – ce que sous-entend du reste toute perspective peircéenne.

  • 27 Hamon P. [...], « Stylistique de l’ironie », in Molinié G. et Cahne P. (1994), Qu’est-ce que le st (...)
  • 28 Molinié G. (1998), Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF : 44-45.
  • 29 Molinié G., idem : 44.

25Pour prendre appui sur deux des chercheurs français dont l’approche sémiotique du phénomène littéraire a le plus contribué à un renouveau théorique de la stylistique, on rappellera dans un premier temps la définition que P Hamon a donnée de la stylistique en termes sémiotiques, définition potentiellement trans-sémiotique puisqu’elle peut s’appliquer aussi bien aux arts littéraires que picturaux ou musicaux : la stylistique serait ainsi une « sémiotique générale de cette signature individuelle qu’est le style27 ». On peut conjointement se référer à la suggestion faite par G. Molinié en 1998 dans Sémiostylistique. L’effet de l’art, quant à la nécessaire approche trans-sémiotique de la stylistique : « un minimum de réflexion élémentaire appelle la conception d’une trans-sémiotique stylistique. Dans la mesure où l’on sera conduit à construire des déterminations caractéristiques des traitements artistiques (= artistisables) du matériau verbal, on rencontre la question du style [...]28 ». Deux voies d’examen s’ouvrent alors selon l’auteur : soit envisager l’ensemble de la production d’un artiste et l’analyser dans son unité stylistique à travers les traitements des matériaux sémiotiques différents. Soit envisager, de manière plus large, la réalisation d’un même style (au sens d’une même esthétique) à travers des arts différents, par exemple le style baroque à travers la littérature, la peinture et la musique. Ce qui importe pour notre propos, plus encore que cet aspect comparatiste, c’est la position théorique générale attachée à la définition d’une telle trans-sémiotique stylistique, en tant qu’elle constitue « une théorie qui doit être à la fois englobante par rapport à tous les arts, et différentielle par rapport à chacun d’eux29 ». Mais la trans-sémiotique stylistique peut présenter selon nous une troisième orientation, consistant à approcher, grâce à des modélisations potentiellement trans-sémiotiques, la pratique stylistique elle-même. C’est celle que nous poursuivrons dans le présent travail, manière de rappeler, dans un esprit peircéen, que le « style » de telle ou telle sémiose ne se construit que comme résultat d’une étude stylistique, donc d’une pratique heméneutique dont il s’agira de préciser le mode de fonctionnement sémiotique.

  • 30 Molinié G., ibid. : 33
  • 31 Molinié G., ibid. : 26-27.

26Il est aisé d’entrevoir le potentiel trans-sémiotique que présente le recours à la pragmatique peircéenne, dans la mesure où, d’une part, à la différence de la sémiologie saussurienne, la sémiotique peircéenne ne prend pas le langage verbal pour modèle – s’appliquant ainsi au fonctionnement des sémioses non verbales – et où, d’autre part, la notion de style est extensible à ces mêmes sémioses non verbales. Pour ce qui concerne plus spécifiquement la portée de l’indice (du fonctionnement indiciel) dans la perspective d’une trans-sémiotique stylistique telle que venons de la redéfinir, on peut là encore mobiliser la définition proposée par G. Molinié du fonctionnement sémiotique du littéraire, elle aussi potentiellement trans-sémiotique. Elle insiste en effet sur « la non représentativité essentielle de l’art » (pictural et verbal). Et c’est dans cette mesure que le littéraire aurait pour caractéristique sémiotique essentielle d’« indiquer du mondain » (nous soulignons), d’« indiquer que c’est avec du monde qu’une sorte de contact est effectivement réalisé, une sorte de contact, à travers une mondanisation qui est dite, et qui ne dit pas le monde30 ». La non représentativité des arts verbaux et non verbaux serait donc corrélative de leur fonctionnement indiciel : « Les arts non-verbaux ne disent, strictement, rien. [...] (L)es arts non verbaux indiquent31. »

  • 32 Les récents travaux de B. Vouilloux en donnent un bon aperçu. Voir Vouilloux B. (2009), « Soupçons (...)
  • 33 On sait que G. Molinié est en France le stylisticien qui a le plus contribué à relier « herméneuti (...)
  • 34 Voir Rastier F., « Herméneutique matérielle et sémantique des textes », Salanskis J.-M., Rastier F (...)

27Cependant le fonctionnement indiciel, tel qu’il a été investi historiquement par différents courants critiques et dans différentes disciplines, aussi bien dans les sciences exactes que dans les sciences humaines et particulièrement dans l’analyse des arts visuels32, n’en présente pas moins un champ définitionnel extrêmement dense, dont il s’agit de démêler les fils afin de cerner avec précision sa pertinence dans la perspective stylistique qui est la nôtre : celle d’une recherche de la spécificité de la sémiose artistique, donc d’une sémiotique des singularités – la sémiose littéraire étant ici l’exemple privilégié mais non premier – dans le double cadre d’une perspective trans-sémiotique33 et d’une herméneutique matérielle34 héritée, comme le rappelle F. Rastier, de la tradition allemande de F. Schleiermarcher et P. Szondi.

  • 35 Jakobson R. (1965), « A la recherche de l’essence du langage », Diogène, 51.
  • 36 Benveniste E. (1966), Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard : 25.
  • 37 Sur la distinction entre « empreinte », « symptôme » et « indice », voir Eco U. (1984), Sémiotique (...)
  • 38 Voir Ginzburg C. (1979), « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », trad. M. Aymard, in Mythes (...)

28En France, les travaux de référence sur le fonctionnement indiciel du verbal restent ceux de R. Jakobson35 à propos des « sheafters » et ceux de E. Benveniste36sur les « déictiques ». Quelle que soit la valeur heuristique qu’ils aient pu avoir, ces travaux présentent l’inconvénient de cantonner la notion d’indice à la description de la catégorie énonciative des embrayeurs. Les propositions de G. Molinié allant dans le sens d’une approche beaucoup plus large du littéraire en termes d’« indication » semblent avoir été jusqu’à présent insuffisamment prolongées, alors même qu’elles relayaient en partie les recherches importantes de sémioticiens d’obédience peircéenne, au premier chef ceux de l’école de Bologne. U. Eco relie ainsi dès les années 1980 la notion d’indice à celle d’abduction et plus généralement aux mécanismes inférentiels37, tandis que son collègue C. Ginzburg38 propose de comprendre les pratiques herméneutiques de la seconde moitié du xixe siècle selon un « paradigme indiciaire ». B. Vouilloux rappelle ainsi :

  • 39 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 1.

l’hypothèse produite naguère par Carlo Ginzburg selon laquelle la seconde moitié du xixe siècle aurait vu la mise en place d’un « paradigme indiciaire ». De ce paradigme relèveraient les protocoles d’investigation qui se sont développés à l’époque à la fois dans le champ des sciences exactes et dans celui des sciences humaines, mais aussi dans la modélisation théorique des pratiques politiques, judiciaires et policières de contrôle social : c’est l’érection en référence épistémologique de la sémiotique médicale [...] ; ce sont les corrélations décelables entre la méthode attributionniste de Giovanni Morelli et la méthode d’enquête de SherlockHolmes [...], entre Morelli et Freud [...] et enfin entre Holmes et Freud – tous trois, notait Ginzburg, avaient suivi des études médicales [...]39.

  • 40 Voir par ex. Didi-Hberman G., Lacoste P. (1995), « Dialogue sur le symptôme », L’Inactuel, 1re s., (...)
  • 41 Voir Panofsky E. (1969), Introduction aux Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de (...)
  • 42 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 10.

29Il est loisible de constater que ces recherches n’ont pas eu, dans les études littéraires françaises, l’impact qu’elles ont pu avoir, toujours en France, dans l’étude sémiotique des arts visuels – on pense en particulier aux travaux de G. Didi-Huberman40 et E. Panofsky41, ou, plus récemment, à ceux de B. Vouilloux, qui s’interroge sur la possibilité d’une « herméneutique de l’indice42 ».

30Dans ce contexte, notre objectif sera donc de redéployer les potentialités de la catégorie d’indice dans le champ littéraire, en enrichissant les références déjà signalées par un recours, sur un autre plan, à la philosophie post-structuraliste (Derrida en particulier), tout en montrant les nécessaires nuances à apporter à ces définitions afin de cerner la spécificité de la pratique stylistique.

  • 43 On notera toutefois que, pour ce dernier, le signe le plus parfait est un signe qui combine à égal (...)
  • 44 Voir Monneret P. (2003), Le sens du signifiant. Implications linguistiques et cognitives de la mot (...)
  • 45 Dans l’article de R. Jakobson précédemment cité.

31Il paraît nécessaire dans un premier temps de repositionner très succinctement l’exploitation de la typologie peircéenne des signes – icône, indice, symbole – dans l’histoire linguistique. C’est bien sûr le symbole, défini par Peirce comme un signe conventionnel fondé sur une règle, qui a été le plus généralement admis comme modèle de description du signe linguistique, fidèle en cela à la pensée de Peirce43. Les notions peircéennes de règle et de convention sont en effet apparentées à la notion saussurienne d’arbitraire, même si l’analogie s’est vue récemment limitée44. Si Saussure déjà concevait la relativité de l’arbitraire du signe linguistique, ce mouvement de relativisation s’est renforcé de manière salutaire dès les années soixante45 par la mise en valeur du fonctionnement iconique du langage. Comme l’a noté P. Monneret, les résistances importantes à l’égard de la non-arbitrarité des relations entre Sa et Sé, ont eu toutefois pour conséquence de retarder l’impact de la proposition de R. Jakobson d’une vingtaine d’années en France.

Fonctionnement indiciel, pratique stylistique et herméneutique matérielle

  • 46 Cf. Eco U. (1990), Les limites de l’interprétation, trad. M. Bouzaher, Paris, Grasset, 1992 : 253- (...)

32Un retour maintenant sur les propositions de U. Eco dans les années 1990 à propos de l’indice : l’auteur montre46, dans le même esprit que C. Cinzburg, de quelle façon l’attribution d’un texte à un certain auteur à partir de son analyse stylistique met en jeu chez le récepteur des mécanismes abductifs de type indiciel, la notion de texte s’appliquant d’ailleurs aussi bien au verbal qu’au pictural – la stylistique étant de fait elle aussi élargie aux sémioses non verbales. Ainsi,

  • 47 Eco U. (1990), idem : 259-262.

par « texte », j’entends une série cohérente de propositions, reliées entre elles par un topic ou un thème commun (cf. Eco, 1979). En ce sens, même la séquence d’événements sur laquelle enquête le détective est définissable comme un texte : d’abord parce qu’elle peut se réduire à un séquence de propositions (un roman policier ou le rapport officiel d’une véritable enquête ne sont rien d’autre que cela), ensuite parce que les textes verbaux ou picturaux, ainsi que les affaires criminelles, requièrent, pour être reconnus en tant qu’unités cohérentes et auto-explicatives, une « règle idiolectale », un code qui leur est propre, une explication opérant par et en eux et qui ne peut être transportée à d’autres textes. […]
On part d’un ou plusieurs faits particuliers surprenants et (on) débouche sur l’hypothèse d’un autre fait particulier dont on suppose qu’il est la cause du ou des premiers. [...]
(Or) quand un fait particulier est pris comme hypothèse explicative d’un autre fait singulier, le premier fonctionne (à l’intérieur d’un univers textuel donné) comme une loi générale qui explique le second. [...]
Maintes théories contemporaines ont assimilé l’abduction aux procédures conjecturales des médecins et des historiens (cf. Ginzburg, 1979). [...] Découvertes scientifiques et médicales, enquêtes criminelles, reconstitutions historiques, interprétations philologiques de textes littéraires (attribution à un certain auteur à partir de clés stylistiques (nous soulignons), « fair guesses » sur des mots ou des phrases perdus) sont des cas de pensée conjecturale47.

33Quelques remarques à propos de cette longue citation : la définition du texte par le seul thème (« topic ») est bien sûr réductrice, comme en témoigne, parmi tant d’autres, la pratique stylistique. D’autre part, il n’est pas question ici d’instrumentaliser la pratique stylistique pour la réduire à une méthode d’authentification des textes et ainsi de résorber l’intérêt du fonctionnement indiciel à son aspect instrumental.

34Il n’est pas question non plus de considérer les éléments du texte ou du tableau comme des indices objectaux de ce qui n’est pas dit – mais seulement suggéré – dans le récit, ou de ce qui n’est pas montré – mais seulement suggéré – dans le tableau, en assimilant les « indices expressifs » aux « indices objectaux » de l’esthétique classique. Ainsi, comme le souligne B. Vouilloux, à la différence du fonctionnement des indices objectaux,

  • 48 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 15-16. À ce prop (...)

le renvoi indiciel ne jouerait plus dans l’immanence de la représentation (comme c’était le cas pour tout l’époque classique, de Le Brun à Diderot, et même encore chez Klossowski), mais dans le mouvement d’une transcendance qui conduit de la représentation à ce qui la présente, un peu de la même façon que, chez Morelli, la main peinte conduit à la main du peintre48.

  • 49 Dessons G. (2004), L’art et la manière. Arts, littérature, langage, Paris, Champion : 379

35Car avant d’indiquer l’identité d’un auteur, un texte indique « du mondain », c’est-à-dire aussi ce que G. Dessons appelle un « inconnu du dire49 », une catégorisation singulière, et multimodale, d’un certain rapport au monde.

  • 50 Dessons G. (2004), idem : 389.

En cela consiste la monumentalité de l’œuvre d’art ; un mode d’être pardoxal, où le plus singulier, le plus personnel, le plus intime, se révèle ne même temps le plus collectif, le plus impersonnel, le plus public. Ce modèle anthropologique fait un seul problème de l’individuation et de la socialité. L’art ne peut donc pas être défini comme un ensemble de critères esthétiques, mais comme un champ de travail de la relation entre individu et société. Tout l’art, littérature incluse. Les œuvres, alors, ne sont l’art qu’en tant qu’elle sont moteur de déplacement, de redéfinition, de transformation de cette relation50.

  • 51 L’intérêt de la sémiotique peircéenne réside dans le fait que le « signe » linguistique n’est pas (...)

36Ce serait là notre premier infléchissement par rapport à la définition de U. Eco, afin d’être plus proche de ce que G. Molinié nomme l’« indication » pour aborder le style : une telle démarche inférentielle amène le stylisticien à reconstituer progressivement, dans cet aller-retour du général au particulier qu’a théorisé L. Spitzer, les spécificités langagières d’une « manière » (G. Dessons), c’est-à-dire très précisément « les modalités langagières d’une parole singulière prise dans une historicité ». La recherche d’une problématique stylistique pour ce récepteur particulier qu’est le stylisticien, consiste ainsi à réévaluer progressivement les signes-conventions comme des indices, c’est-à-dire à aborder les signes textuels (que ce soit le matériel lexical, la disposition pagique, les structures phrastiques, les mécanismes énonciatifs, etc.51) comme les indices d’un « inconnu du dire » enté sur une « empiricité du dire ». En abordant une sémiose artistique à travers son fonctionnement indiciel, le sytlisticien est confronté à une double difficulté, comme le rappelle B. Vouilloux :

  • 52 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 10.

l’herméneutique de l’indice a donc deux types de difficultés à affronter : l’une tient au régime topologique de l’indice, à l’être-secret que son indiscernabilité lui confère ; l’autre est liée à son régime chronologique, à l’être-différé que lui confère son opacité52.

  • 53 Eco U. (1990), op. cit. : 259.
  • 54 Notre perspective de recherche plus générale consiste à démontrer que l’approche matérielle du sen (...)

37Le travail inférentiel tendu vers un « inconnu du dire » propre à la pratique stylistique telle que nous tentons de l’approcher impose la conscience de la relative fragilité de ses résultats dans la mesure où il se fonde sur un matériel souvent ambigu, toute la difficulté tenant à « savoir comme trouver règle et cas en même temps puisqu’il sont réciproquement corrélés53 ». Il correspond de toute façon à une pratique herméneutique d’ordre matériel, dans la mesure où il nécessite de prendre en compte l’interrelation fondamentale54 entre tous les niveaux d’analyse du texte (énonciation, syntaxe, actualisation, prosodie,...) et leur participation simultanée à la construction d’un sens d’ordre continu, traversant les plans du langage de manière non unilatérale et non univoque, la pertinence de sa problématique se jaugeant à sa capacité à produire une inférence qui permette de lui susbsumer autant que possible l’ensemble du matériel verbal (et non seulement du lexique ou « topic »).

38Dans la conscience de sa relative fragilité, l’analyse stylistique rencontre le champ de l’éthique, composante essentielle de l’approche trans-sémiotique telle que l’envisage notre groupe de recherche (groupe trans-), comme l’a rappelé M. Vallespir dans son introduction. L’approche indicielle permet en effet de modéliser sémiotiquement la façon qu’a le stylisticien non pas d’« écrire sur » un texte, mais de « tendre vers, écrire vers » un « inconnu du dire » :

  • 55 Dessons G. (2004), op. cit. : 378-379.

Écrire vers, écrire à partir de, ces deux modalités de l’écriture sont le même mouvement d’une critique du discours sur, discours de savant, discours « suffisant », qui, éthiquement et épistémologiquement, se suffit à lui-même55.

39Le texte est ainsi compris comme l’indice d’un rapport singulier au matériel langagier existant, rapport – ou « mondanisation » – qu’il actualise selon des modalités à chaque fois nouvelles, nécessitant pour le stylisticien la mobilisation de considérants multiples, linguistiques bien sûr, mais aussi génériques, socio-historiques, esthétiques, éthiques, etc.

40La pratique stylistique conçue comme une herméneutique matérielle d’ordre indiciel (donc trans-sémiotique) désignerait ainsi précisément cet « écrire vers ».

  • 56 Voir Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. L’auteur y re (...)
  • 57 Cf. Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 9.

41Si soupçon il peut y avoir sur la manière d’exploiter l’indice en se référant à la sémiologie médicale, et en réduisant le « soupçon » à la « suspicion56 », c’est-à-dire en rabattant toute interprétation sur une volonté d’identification et non sur un désir de caractérisation, il n’en reste pas moins que, grâce à l’indice, on peut mettre la pratique stylistique sous le patronage du désir : « levain ou ferment d’une inquiétude épistémologique, (l’indice, le soupçon) est le moteur de toute recherche, de tout désir de savoir57 ».

Fonctionnement indiciel et abduction créative

  • 58 Eco U. (1990), op. cit. Pour une présentation synoptique des mécanismes abductifs, voir Wirth U.(1 (...)

42Ces nuances apportées, on peut revenir à la typologie des mécanismes abductifs proposée par U. Eco58 afin de préciser le processus interprétatif qui nous semble mis en jeu dans la pratique stylistique : l’auteur reconnaît en 1990 dans Les limites de l’interprétation quatre types d’abduction. L’abduction hyper-codée où « la loi est donnée de manière automatique ou semi-automatique » ; l’abduction hypo-codée, pour laquelle

la règle doit être sélectionnée par une série de règles équiprobables que nous propose la connaissance courante du monde [...]. Puisque la règle est sélectionnée comme étant la plus plausible de toutes, sans toutefois que l’on soit sûr qu’il s’agisse de la « bonne » règle, l’explication est seulement prise en considération, en attente de vérifications successives.

43L’abduction créative, où « la loi doit être inventée ex novo. Inventer une loi n’est pas si difficile, pourvu qu’on ait l’esprit assez “créatif”. [...] cette créativité comprend aussi des aspects esthétiques ». Enfin, la méta-abduction :

  • 59 Eco U. (1990), op. cit. : 263-264.

elle consiste à décider si l’univers possible déterminé par nos abductions de premier niveau est identique à l’univers de notre expérience. Dans les abductions hyper- et hypo-codées, ce méta-niveau n’est pas indispensable, puisque nous trouvons la loi à partir d’un bagage d’expériences de mondes effectifs déjà contrôlés. Autrement dit, nous sommes autorisés par la connaissance du monde commun à penser que la loi a déjà été réputée valide (et il s’agit uniquement de savoir si c’est la bonne loi pour expliquer ces résultats). Dans les abductions créatives, on n’a pas ce type de certitude. On tend à deviner sur la nature du résultat (sa cause) ainsi que sur la nature de l’encyclopédie (de sorte que, si la nouvelle loi est vérifiée, notre découverte amène à un changement de paradigme59.

  • 60 Cité par Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 19.

44Comme le signale B. Vouilloux à propos de G. Didi-Huberman et de sa valorisation d’un « je expérientiel et phénoménologique » pour la réception de l’image, si, dans un cadre scientifique, l’hypothèse doit « être mise à l’épreuve pour pouvoir être transformée en une loi », il existe de nombreux cas « où je ne recherche pas les Lois Universelles mais une Explication capable de désambiguïser un événement communicatif isolé » ou par laquelle « on est en mesure de prendre des décisions difficiles lorsqu’on suit des instructions ambiguës60 ». On pourrait ajouter qu’une telle « explication capable de désambiguïser un événement communicatif » singulier – plus qu’isolé – est bien une hypothèse « mise à l’épreuve pour pouvoir être transformée en loi » – même si la loi reste fragile, et l’on ne voit pas en quoi l’ébauche progressive d’une problématique dans une étude stylistique ne pourrait pas être considérée comme un processus scientifique – si l’on veut bien toutefois ne pas réduire ce dernier au modèle des sciences « dures ».

  • 61 Eco U. (1990), op. cit. : 280.

45Finalement, la formulation d’une problématique stylistique semble bien tenir de l’abduction créative, tout en entretenant avec l’abduction hypo-codée un rapport graduel : elle s’en approche très fortement lorsque le texte est déjà très étudié – le corpus critique fonctionnant comme « un bagage d’expériences de monde effectifs déjà contrôlés » –, mais elle s’en éloigne lorsque le texte est très peu étudié (c’est le cas en particulier pour les textes contemporains), dans la mesure où l’étude stylistique se voit alors obligée d’« inventer une nouvelle loi » afin de cerner « ex novo » ce nouvel « inconnu du dire », même si, comme dans le cas de l’abduction hypo-codée, elle « s’inspire de critères d’économie raisonnables61 ».

46Pour conclure sur cette partie, la stylistique trouverait ainsi à raffermir sa légitimité dans la mobilisation d’une telle perspective indicielle (trans-sémiotique) en se distinguant fermement des disciplines herméneutiques connexes (rhétorique, linguistique textuelle, poétique…). L’intérêt étant de montrer que, même si la stylistique emprunte à ces différentes disciplines une partie de son outillage analytique, elle maintient un mode de fonctionnement interprétatif irréductible à l’une ou l’autre de ces dernières. Notre approche indicielle de la pratique stylistique répond ainsi à la double exigence que nous nous étions fixée en introduction à cette partie : à la fois celle d’une herméneutique matérielle et celle d’une trans-sémiotique.

  • 62 Rastier F. (2003), « Le langage comme milieu : des pratiques aux œuvres », Jaubert M., Rebière M., (...)

47Finalement, cette manière d’aborder l’indice en se dégageant du paradigme policier permet de redéfinir le rapport existant entre les trois termes de la triade sémiotique peircéenne (representamen, objet, interprétant) pour les besoins de la stylistique, et en recentrant l’intérêt sur l’interprétant. Le representamen (le texte littéraire) renvoie en effet à un objet qu’on a pu désigner d’un point de vue modal, en deçà de l’identité civile de l’auteur, comme un « inconnu du dire », c’est-à-dire de manière minimale comme un mode d’approche singulier du matériel verbal jusqu’alors existant. C’est l’interprétant (distinct, comme on sait, de l’interprète) qui désignerait précisément le « mondain » matériellement consistant inféré par abduction créative à partir du support textuel. Cet interprétant comporterait là encore un aspect éthique au sens où l’interprète (le stylisticien), à chaque étude stylistique, mettrait à l’épreuve son encyclopédie pour l’enrichir de nouvelles performances sémiotiques (Proust a modifié notre manière de voir, mais il a aussi modifié notre manière d’appréhender les possibilités du langage verbal). Une telle approche abductive, à la fois désirante, matérielle et mettant à l’épreuve l’interprète, nécessite de poser le langage (verbal ou non verbal) non comme instrument, mais comme milieu (F. Rastier62), milieu dans lequel l’interne et l’externe, l’individuel et le collectif interagissent fondamentalement et se modifient mutuellement.

L’indice et la philosophie post-structuraliste

48Nous souhaiterions achever cette présentation sur la simple mention des travaux du courant post-structuraliste, J. Derrida en particulier, dans la mesure où ils permettent d’insister sur l’aspect matériel du fonctionnement indiciel, même s’ils ne sont pas exempts de toute influence psychanalytique, laissant poindre parfois à nouveau la problématique médicale.

49J. Derrida montre ainsi en 1967 dans La voix et le phénomène comment Husserl rejette, comme trop « impure », la catégorie de l’indice, au motif qu’elle comporterait des aspects empiriques, non idéaux :

  • 63 Derrida J.(1967), La voix et le phénomène, Paris, PUF : 31. Voir également l’ensemble du chapitre (...)

L’indice tombe hors du contenu de l’objectivtié absolument idéale, c’est-à-dire de la vérité. [...] Ayant son « origine » dans les phénomènes d’association liant toujours des existants empiriques dans le monde, la signification indicative couvrira, dans le langage, tout ce qui tombe sous le coup des « réductions » : la factualité, l’existence mondaine, la non-nécessité essentielle, la non-évidence, etc.63.

50L’indice serait ainsi pour J. Derrida de l’ordre des « vécus psychiques empiriques » et s’opposerait à « l’idéalité de la Bedeutung » commandant, chez Husserl, la notion d’« expression ». J. Derrida défendra l’approche indicielle des phénomènes de signification en développant largement sa philosophie à partir du concept de trace, concept qui dépasse toutefois largement le cadre de ce que nous avons voulu définir pour décrire la pratique stylistique.

51L’étude du lien entre la notion d’indication husserlienne, la notion d’indice derridienne et notre propre définition du fonctionnement indiciel pour la pratique stylistique resterait à faire, mais elle excède le cadre restreint de cet article.

Trans-sémiotique et stylistique

52Pour conclure sur les deux communications précédentes du point de vue des relations que peuvent entretenir la (les) trans-sémiotique(s) et la (les) stylistique(s), on peut dire qu’elles permettent toutes deux de ne pas nécessairement concevoir le langage verbal comme le modèle de fonctionnement de toutes les sémioses, tout en apportant des précisions, que nous espérons fécondes, sur la pratique stylistique dans les études littéraires.

53De telles présentations laissent par ailleurs la possibilité d’envisager, que ce soit à travers l’approche cognitive ou l’approche sémiotique, une possible stylistique picturale ou musicale.

  • 64 Nancy J. L. (1984), Les Muses, Paris, Galilée. Voir aussi Rastier F. (2000), « Problématiques du s (...)

54La perspective trans-sémiotique permet ainsi de comprendre, comme le rappelle J.-L. Nancy64, la question sur l’art comme une question sur le sens (si l’on veut bien – et c’est toute la difficulté – lui donner des modèles non-logocentrés, qu’ils soient, en l’occurrence, cognitifs ou indiciels). Dans le cadre d’une telle définition non logocentrée du sens (« sens » renvoyant donc à une certaine densité sémiotique d’ordre dynamique, plus qu’à une « signification » proprement dite), le fonctionnement indiciel, fondé sur la « non représentativité essentielle des arts », permettrait de modéliser la manière, pour de possibles stylisticiens du pictural ou du musical par exemple, d’écrire vers un « inconnu du peindre » ou un « inconnu du composer » – si l’on veut bien nous autoriser ces dérivations impropres (« le peindre », « le composer » ), symétriques de l’« inconnu du dire » auquel nous nous sommes référée). Ces « inconnus du faire (musical, pictural, etc.) », d’ordre modal, constitueraient ainsi, sur le même modèle que celui que nous avons proposé pour l’étude stylistique du littéraire, l’objet (au sens peircéen) de la sémiose artistique considérée (le representamen). À nouveau, le « mondain » matériellement consistant inféré par abduction créative à partir du support musical ou pictural correspondrait alors à l’interprétant dans ce fonctionnement indiciel. Dans la mesure où, rappelons-le, toute trans-sémiotique se doit d’être « à la fois englobante par rapport à tous les arts et différentielle par rapport à chacun d’eux » (G. Molinié), il n’est pas question ensuite d’indexer le « mondain » pictural ou musical sur le « mondain » verbal. Ils se constituent par différenciation à partir du matériel pictural ou musical déjà existant (que ce soit la production du peintre (ou du compositeur) lui-même ou celles des peintres (ou des compositeurs) auxquels il peut être fécond de les associer), la densité sémiotique de ces sémioses ne nécessitant aucunement de passer par une verbalisation pour être effectives du point de vue du récepteur, même si, pour le récepteur particulier qu’est le stylisticien, l’étude stylistique demeure – au moins partiellement – nécessairement verbale. La description d’un tel fonctionnement indiciel spécifiquement trans-sémiotique mériterait bien entendu d’être comparé aux approches du fonctionnement indiciel proposées par les sémioticiens (parfois aussi stylisticiens) des arts visuels que nous avons mentionnées.

55Sans pouvoir aller plus loin dans l’élaboration complète d’une telle trans-sémiotique stylistique, nous espérons du moins avoir montré... Nous espérons avoir montré que la stylistique pouvait trouver dans quelques uns des modèles trans-sémiotiques que propose le groupe trans- les moyens de raffermir sa légitimité en réaffirmant son originalité.

56En retour, cette double présentation nous aura permis de montrer que notre approche trans-sémiotique ouvre sur une refondation épistémologique de la discipline sémiotique, en particulier en se distinguant des approches générativistes (greimassiennes), encore dominantes en France, et en intégrant l’éthique comme composante fondamentale, au sens d’une nécessaire auto-réflexion disciplinaire.

Notes

2 Voir Couvard M. (2005), De la langue au style, Lyon, Presses universitaires de Lyon, qui, dans son introduction (p. 5), souligne qu’il est d’usage de rappeler, « en tête d’une publication sur la stylistique française, que cette discipline [...] fait l’objet de débats nourris, parfois polémiques, mais toujours constructifs ». Nous n’échappons donc pas à cet usage.

3 Voir Bordas E. (2005), « Enseigner la stylistique » : 21-35, en particulier « Stylistique, une discipline aux contours flous » : 22, où l’auteur dresse une liste de toutes les parutions sur le sujet (note 3 : 22).

4 Ibid.

5 Voir Adam J.-M. (1997), Le style dans la langue : une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé : 28 : l’auteur exprime sa méfiance relative au retour d’une stylistique « appuyée sur un fond de commerce dualiste qui oppose le système de la langue, à l’œuvre dans chaque production discursive, à la parole littéraire, conçue comme expression singulière d’un génie inspiré ».

6 Ainsi Molinié G. (1994) dissocie stylistique et style (201), la définition de la première n’impliquant pas celle du second, qui en constitue simplement l’objet.

7 Comme en font foi les travaux de Adam J. M., Molinié G. (voir par exemple (1999), et Combe D. (1991 et 1994). Voir aussi Vallespir M. (2006).

8 Ainsi, G. Molinié pose que « [l’]intérêt [du concept de style] est sa trans-sémioticité, [son ouverture] à toutes les formes de l’artistisation des langages, verbales et non-verbales » (2005 : 161). La stylistique doit donc, en tant que discipline chargée de l’étude du style, s’étendre à l’étude de ces autres formes d’artistisation non verbale.

9 Voir Molinié G., 2005 : 117.

10 (1997) Liège-Bruxelles, Mardaga : 201. Pour décrire l’acte de lecture, Iser propose de « [s’]appuyer sur des découvertes empiriques de la psycholinguistique », cette dernière s’intégrant dans le champ cognitif. L’auteur fonde ainsi son développement sur la notion de « eye-voice-span », c’est-à-dire « étendue du texte qui peut être perçue à chaque moment de la lecture », qu’il emprunte à I. M. Schlesinger (Sentence, Structure and the reading process, La Haye, 1968), comme indiqué note 6 : 243.

11 (1962) Fureur et mystère, Les loyaux adversaires, Paris, Poésie/Gallimard : 157.

12 (1973) Épreuves, exorcismes, 1940-1944, Paris, Gallimard : 14.

13 Voir Vallespir M. (2003), L’exorcisme produit par des œuvres poétiques et musicales de la guerre et du direct après-guerre, 1939-1950, thèse soutenue à Paris 4 : 424-465.

14 Voir Fraisse P. (1974), Psychologie du rythme, Paris, cité par Bigand E. (1994), Penser les sons, psychologie cognitive de l’audition, Mc Adams S., Bigand E., Paris, PUF, chapitre 8.

15 C’est ce que montre F. Lerdahl dans le cadre de la musique atonale (1989), « Structures de prolongation dans l’atonalité », La musique et les sciences cognitives, Mc Adams S., Deliège I., Liège-Bruxelles, Mardaga : 103 : « L’absence de conditions de stabilité [dans la musique atonale] rend la saillance d’autant plus importante cognitivement. Je prétends que les auditeurs organisent les surfaces atonales en fonction des conditions de saillance. »

16 Voir Vallespir M., op. cit.

17 Voir Vallespir M., « La linguistique cognitive au service de l’histoire de la littérature : la poésie moderne comme altération cognitive », Actes du colloque de Besançon de novembre 2007, Linguistique et littérature, Cluny, 40 ans après, Presses universitaires de Besançon, à paraître.

18 Ibid.

19 Pour l’exemple donné, si la musique se caractérise par l’ampleur des possibles altérations cognitives dues à la superposition de répétitions, avec toutes les possibilités de déphasage et de saturation qu’elles supposent, de son côté, le verbal se distingue par la sophistication de l’espace représentationnel de cette altération.

20 Voir Vallespir M. (2007), « Le devenir-animal de l’interprète », Ethique et significations, Kurts-Woeste L., Rioux-Watine M.-A., Vallespir M., Louvain-La-Neuve, Academia Bruylant : 81-96.

21 Voir par exemple la revue Cognition and Emotion, Hove, Londres, Hillsdale, L. Erlbaum.

22 Dont Malabou C. (2004) (Que faire de notre cerveau, Paris, Bayard) souligne qu’il faut s’en défaire.

23 Au sein de la cognition animale, de la philosophie de la perception par exemple, comme en font foi respectivement Delfour F. et Dubois M.-J. (2005), Autour de l’éthologie et de la cognition animale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, et Petitot J., Varela F. J., Pachoud B., Roy J.-M., Naturaliser la phénoménologie, essai sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives, Paris, CNRS Éditions, 2002.

24 Voir op. cit., « Essai introductif » : 1-100, et en particulier, par exemple : « En un mot, la Science Cognitive a la prétention de nous dire comment l’esprit-cerveau cognitif marche en lui-même, et non pas comment il se fait qu’il semble pour lui-même marcher de la manière dont il semble marcher » : 15-16.

25 Ainsi, le réel ne sera pas doté des mêmes contours définitionnels selon que, au sein des sciences cognitives, on opte pour une approche computationnelle, connexionniste ou énactive (qui constituent les trois approches principales des sciences cognitives, ibid. : 7).

26 Ibid.

27 Hamon P. [...], « Stylistique de l’ironie », in Molinié G. et Cahne P. (1994), Qu’est-ce que le style Paris PUF : 150.

28 Molinié G. (1998), Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, PUF : 44-45.

29 Molinié G., idem : 44.

30 Molinié G., ibid. : 33

31 Molinié G., ibid. : 26-27.

32 Les récents travaux de B. Vouilloux en donnent un bon aperçu. Voir Vouilloux B. (2009), « Soupçons sur lindice : le syndrome de Benito », L’Index, Actes du XVe Colloque international du CICADA (université des Pays de l’Adour, 1er-3 décembre 2005), Bertrand Rougé (dir.), Presses universitaires de Pau : 29-41, 7 ill. noir et blanc, et Vouilloux B. (à paraître aux Presses du Réel/ MAMCO), « Saint Georges à la croisée des chemins. Question posée aux fins d’une anthropologie des images » (49 p. dact.), Devant l’art. Colloque Georges Didi-Huberman, Thierry Davila et Pierre Sauvanet (dir.) (Bordeaux, capc Musée d’art contemporain, 6-7 octobre 2006).

33 On sait que G. Molinié est en France le stylisticien qui a le plus contribué à relier « herméneutique matérielle » et « effet d’art » (ou « artistisation »). Si cette question nous paraît effectivement essentielle d’un point de vue esthétique et éthique, et si nous avons été formée à cette école, nous tenons toutefois à maintenir la distinction entre « sémiotique des singularités » et « sémiotique de la littérarisation » à la fois dans la mesure où l’effet d’art nous paraît en partie, et pour différentes raisons, « dérelativisé » de son objet, et où cette perspective tend à confondre la notion d’art et celle d’esthétique. Sur ces questions, outre Molinié G. (1998), voir Molinié G. (2007), Hermès mutilé. Pour une herméneutique matérielle, Paris, Champion.

34 Voir Rastier F., « Herméneutique matérielle et sémantique des textes », Salanskis J.-M., Rastier F., Scheps R. (1997), Herméneutique : textes, sciences, Paris, PUF. Herméneutique matérielle au sens où il s’agit pour le stylisticien de prendre en compte l’ensemble des déterminations du matériel langagier – de sa réalisation plastique à l’ensemble des normes esthétiques, historico-sociales, éthiques, etc. investies dans l’interprétation – et de montrer l’interdépendance foncière et les interactions multiples, multidirectionnelles, multipolaires entre plan du contenu et plan de l’expression.

35 Jakobson R. (1965), « A la recherche de l’essence du langage », Diogène, 51.

36 Benveniste E. (1966), Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard : 25.

37 Sur la distinction entre « empreinte », « symptôme » et « indice », voir Eco U. (1984), Sémiotique et philosophie du langage, trad. M. Bouzaher, Paris, PUF, 1988 : 54-55. L’auteur montre dans le même ouvrage que les recherches sur les mécanismes inférentiels dans l’interprétation sémiotique, avant d’être peircéennes, sont d’origine stoïcienne.

38 Voir Ginzburg C. (1979), « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », trad. M. Aymard, in Mythes, Emblèmes, Traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989 : 139-180.

39 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 1.

40 Voir par ex. Didi-Hberman G., Lacoste P. (1995), « Dialogue sur le symptôme », L’Inactuel, 1re s., 3, « Intérêts de la psychanalyse » : 207, ou Didi-Hberman G., « La ressemblance par contact. Archéologie, anachronisme et modernité », Didi-Hberman G. (dir.) (1997), L’empreinte, Paris, Éd. du Centre Georges Pompidou : 185.

41 Voir Panofsky E. (1969), Introduction aux Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, trad. C. Herbette et B. Teyssedre, Paris, Gallimars, 1967.

42 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 10.

43 On notera toutefois que, pour ce dernier, le signe le plus parfait est un signe qui combine à égale proportion un fonctionnement iconique, un fonctionnement indiciaire et un fonctionnement symbolique, le langage verbal étant ainsi marginalisé puisqu’il est massivement – mais pas exclusivement, symbolique, jugement qui l’éloigne très nettement des conceptions sémiotiques fortement logocentrées de F. de Saussure. Voir Pierce C. S. (1978), Écrits sur le signe, rassemblés, traduits et commentés par G. Deledalle, Paris, Éd. du Seuil.

44 Voir Monneret P. (2003), Le sens du signifiant. Implications linguistiques et cognitives de la motivation, Paris, Champion. Ses travaux sur l’iconicité dans le verbal sont parmi les plus renseignés, tant sur le plan de la description systématique de la langue que sur celui des analyses neurobiologiques et cognitives sur la motricité linguistique.

45 Dans l’article de R. Jakobson précédemment cité.

46 Cf. Eco U. (1990), Les limites de l’interprétation, trad. M. Bouzaher, Paris, Grasset, 1992 : 253-285.

47 Eco U. (1990), idem : 259-262.

48 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 15-16. À ce propos, voir également Vouilloux B. (2007), « La temporalité dans l’image peinte », in Zeitlichkeit in Text und Bild, Actes du Colloque international, sous la direction de Franziska Sick et Christoph Schöch (université de Kassel, 17-19 novembre 2005), Heidelberg, Universitätsverlag Winter : 319-335, 5 ill. noir et blanc.

49 Dessons G. (2004), L’art et la manière. Arts, littérature, langage, Paris, Champion : 379

50 Dessons G. (2004), idem : 389.

51 L’intérêt de la sémiotique peircéenne réside dans le fait que le « signe » linguistique n’est pas assimilé au mot ; tout peut faire signe dans un texte, quel que soit son volume et son type de réalisation (du phonème au texte lui-même en passant par toutes les étapes intermédiaires, par ex. la phrase).

52 Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 10.

53 Eco U. (1990), op. cit. : 259.

54 Notre perspective de recherche plus générale consiste à démontrer que l’approche matérielle du sens n’est pas d’ordre substantiel, mais bien au contraire d’ordre relationnel, tensif (voir par ex. Kurts-Woeste L. (2007), « La gravité ou le poids du sens », Kurts-woeste L., Rioux-Watine M.-A., Vallespir M. (dir.), Éthique et significations. La fidélité en art et en discours, Academia Bruylant).

55 Dessons G. (2004), op. cit. : 378-379.

56 Voir Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. L’auteur y remarque avec raison que dans les cas où l’interprète cherche à déterminer à partir d’une œuvre les dispositions de l’auteur, qu’elles soient psychopathologiques, corporelles, émotionnelles, etc., « on ne sait trop qui doit être le plus soupçonné, de l’artiste ou de son interprète ».

57 Cf. Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 9.

58 Eco U. (1990), op. cit. Pour une présentation synoptique des mécanismes abductifs, voir Wirth U.(1995), « Abduktion und ihre Anwendungen », Zeitschrift fur Semiotik, 17 : 405-424. B. Vouilloux signale également dans le même article l’application récente de cette notion dans le champ de l’histoire de l’art contemporain : Besson C. (2006), Abductions. L’œuvre et son interprétant, Genève, Musée d’art moderne et contemporain (MAMCO). Voir également Eco U. (1984), Sémiotique et philosophie du langage, trad. M. Bouzaher, Paris, PUF, 1988 : 49-52. Voir enfin Tiercelin C. (1993), C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF : 95 : « L’abduction est une procédure inférentielle, cruciale pour la méthode scientifique, parce que seule capable d’introduire des idées nouvelles. “Pouvoir naturel de raisonner”, l’abduction a cependant sa logique propre, trop souvent confondue avec celle de l’induction, parce que l’on réfléchit trop à la logique de la méthode scientifique en termes de justification et de certitude, quand on devrait se concentrer sur la méthode elle-même, l’un des problèmes majeurs aussi de la logique. »

59 Eco U. (1990), op. cit. : 263-264.

60 Cité par Vouilloux B. (2009), « Soupçon sur l’indice : le syndrome de Benito », op. cit. : 19.

61 Eco U. (1990), op. cit. : 280.

62 Rastier F. (2003), « Le langage comme milieu : des pratiques aux œuvres », Jaubert M., Rebière M., Bernier J.-P., Constructions des connaissances et langage dans les disciplines d’enseignement, Actes du colloque pluridisciplinaire et international – IUFM d’Aquitaine – université Bordeaux II, 3-5 avril 2003.

63 Derrida J.(1967), La voix et le phénomène, Paris, PUF : 31. Voir également l’ensemble du chapitre 2 intitulé significativement « La réduction de l’indice ».

64 Nancy J. L. (1984), Les Muses, Paris, Galilée. Voir aussi Rastier F. (2000), « Problématiques du sens et de la signification », Barbier J.-M., Galatano O, Significations, sens, formation, Paris, PUF : 5-24.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540