Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Stylistique et sémiotique

Les figures du discours : entre sémiotique et stylistique

Marc Bonhomme

Texte intégral

  • 1 Pour la linguistique de l’énonciation, voir entre autres les travaux de Perrin L. (1996) sur l’iro (...)
  • 2 Cette diversité est due à l’éparpillement épistémologique des conceptions textuelles qui se posent (...)

1Traditionnellement liées à la rhétorique, les figures du discours ont vu leur étude récente renouvelée par plusieurs approches en interaction avec la stylistique, qu’il s’agisse de la linguistique de l’énonciation, de la pragmatique ou du cognitivisme1. Nous nous proposons de faire quelques observations sur les apports d’une autre approche à l’analyse des figures : celle de la perspective sémiotique. En dépit de sa diversité2, celle-ci présente plusieurs dominantes : un intérêt prononcé pour les structures signifiantes complexes, une méthodologie tant totalisante que systématique, un souci constant de dégager les principes généraux expliquant le fonctionnement du langage… En somme, par son orientation théorique, l’approche sémiotique est de nature à offrir un point de vue complémentaire à l’approche stylistique, axée prioritairement quant à elle sur l’analyse d’occurrences textuelles. En particulier, si l’on envisage le cas précis des figures, la perspective sémiotique peut fournir des éclairages utiles sur la question centrale de leur ancrage dans la dynamique de la langue, en deçà de la singularité de leurs manifestations discursives.

  • 3 À part ces figures majeures, les deux tomes de cet ouvrage ne mentionnent que l’antiphrase, l’anti (...)

2La problématique des figures du discours n’est certes pas au cœur de la majorité des conceptions qui se revendiquent comme sémiotiques. Par exemple, si l’on consulte l’ouvrage de référence, Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, dû à Greimas et à Courtés (1979 et 1986), seules la métaphore et la métonymie, étudiées sous l’angle de leurs mécanismes isotopiques, et l’ironie, abordée à travers ses effets sur la véridiction, donnent lieu à une analyse approfondie3. Toutefois, au moins deux conceptions d’inspiration sémiotique ont accordé une attention plus détaillée aux figures du discours : celle du Groupe µ et celle de Fontanille. Durant nos investigations sur le statut sémiotico-stylistique de la figuralité, nous examinerons dans un premier temps comment ces deux conceptions ont revisité le statut des figures. Dans un second temps, au cours de réflexions plus personnelles, nous verrons comment la sémiotique, prise au sens de démarche heuristique plutôt que de théorie linguistique spécifique, gagne à être intégrée dans une analyse stylistique des figures.

Deux approches sémiotiques des figures du discours

3Par delà leurs divergences importantes, les approches des figures du Groupe µ et de Fontanille ont un même dénominateur commun. Elles concernent en effet davantage la figuralité en général que l’étude concrète de telles ou telles figures, en ce que toutes les deux visent à élaborer un système figural dans le cadre global du langage.

L’approche structurale et interprétative du Groupe µ

  • 4 Ces quatre dénominations rénovent en fait, à partir du cadre linguistique emprunté à Hjelmslev L. (...)

4Se qualifiant à la fois de sémioticiens et de rhétoriciens, les membres du Groupe µ – dont Klinkenberg, son représentant le plus connu – considèrent la figuralité comme un système sémiotique second qui se greffe sur le langage ordinaire. Dans cette optique, les figures du discours sont définies comme des métaboles, à savoir comme « toute espèce de changement d’un aspect quelconque du langage » (1970 : 24). Touchant aussi bien les microstructures que les macrostructures discursives, ces métaboles sont de quatre types, deux affectant le niveau de l’expression (métaplasmes sur le mot, métataxes sur la phrase) et deux autres celui du contenu (métasémèmes sur le mot, métalogismes sur la phrase4) :

Expression

Contenu

Mot (et <)

Métaplasmes

Métasémèmes

Phrase (et >)

Métataxes

Métalogismes

  • 5 Ces opérations rhétoriques sont une reprise, intégrée dans le modèle structural du Groupe µ, de ca (...)
  • 6 Cette figure consiste en une multiplication des outils de liaison dans un énoncé.

5Ces métaboles mettent par ailleurs en jeu des opérations rhétoriques systématiques, fondées sur des suppressions, des adjonctions ou des permutations5, lesquelles donnent différentes figures particulières à chacun de ces niveaux. De la sorte, on peut avoir des métaplasmes par suppression (aphérèse), par adjonction (mot-valise) ou par permutation (anagramme). De même, les métataxes résultent tantôt d’une suppression (ellipse), tantôt d’une adjonction (polysyndète6), tantôt d’une permutation (hyperbate). Pour leur part, les métalogismes se différencient selon des opérations identiques, qu’ils émanent d’une suppression (litote), d’une adjonction (hyperbole) ou d’une permutation (inversion chronologique). Cette approche structurale « méta » par croisement de critères se double d’une conception combinatoire et hiérarchisée, comme en témoigne l’analyse des métasémèmes – ou des tropes – par le Groupe µ. Ainsi, selon lui (1970 & 1977), la synecdoque est le trope de base, la métonymie et la métaphore n’étant que des tropes dérivés produits par une double association de synecdoques, qu’elles soient généralisantes (sg) ou particularisantes (sp) :

Mode
Combinaison

Π (referentiel)

Σ (conceptuel)

Sg + Sp

Metonymie

Metaphore

Sp + Sg

Metaphore

Metonymie

  • 7 Pour le Groupe µ, le mode référentiel (ou ∏) joue sur l’extension dénotative (un poignard comporte (...)
  • 8 Voir à ce propos l’article très polémique de Ruwet N. (1975) contre une telle conception figurale (...)

6À titre illustratif, une occurrence comme « Prenez votre César » constitue une métonymie référentielle7 organisée autour de la totalité matérielle (sg) composée par l’univers du célèbre consul, totalité dans laquelle les deux parties contigues (sp) que sont César et son livre se substituent l’une à l’autre. Par contre, dans une métaphore référentielle établissant une analogie entre une veuve et un bateau sur la base de la partie commune (sp) formée par les voiles, on étend celle-ci à la totalité des deux entités en question (sg) : « Cette veuve est un bateau. » Une telle conception combinatoire de la métonymie et de la métaphore par le Groupe µ est sans doute l’un des aspects les plus novateurs, mais aussi les plus critiqués de sa théorie8. Car suffit-il d’associer deux synecdoques inverses pour obtenir ces deux figures et celles-ci se limitent-elles à ce mécanisme de nature logique ?

7En voyant dans les figures des transformations organisées à partir du langage standard, le Groupe µ se situe clairement dans une sémiotique figurale de l’écart, défini comme « altération ressentie du degré zéro » (1970 : 41). Mais son originalité à l’encontre des théories traditionnelles est de mettre cet écart en relation avec la norme interne du discours, vis-à-vis de laquelle la déviance figurale esten même temps construite et résolue : « C’est donc le rapport Norme-Écart qui constitue le fait de style, et non l’écart lui-même. » (p. 22). Reformulée ultérieurement en « degré conçu » et en « degré perçu » par Klinkenberg (1996 & 1999), cette interaction entre la norme et l’écart est principalement envisagée du point de vue de la réception du discours figural. Dans cette perspective, Klinkenberg explicite les quatre étapes de l’interprétation d’une métaphore comme « J’ai épousé un ange » :

  • D’abord, repérage de l’isotopie de base de l’énoncé (celle du mariage dans l’exemple considéré) ;
  • Puis identification d’un écart (ou d’une « impertinence » selon les termes de Klinkenberg), « ange » introduisant une allotopie dans l’énoncé ;
  • Ensuite, reconstruction du degré conçu derrière le degré perçu pour « ange ». En deçà du sens contextuel d’être humain qu’il prend dans l’énoncé examiné, on restitue assez facilement son acception usuelle d’être spirituel, doux, bon et tendre.
  • Finalement, superposition des degrés perçu et conçu. Celle-ci forme l’étape de l’effet figural, avec sa modification de nos représentations encyclopédiques. Au terme de l’interprétation, « ange » acquiert conjoncturellement le nouveau sens hybride d’être humain spirituel, doux, bon et tendre.

8Sur le plan stylistique, l’intérêt du Groupe µ est donc avant tout de montrer comment les figures enrichissent l’expressivité du discours par un jeu contrastif de violation et de réévaluation entre une marque et une base. Mais la conception du Groupe µ s’inscrit davantage dans le cadre de la théorisation fondamentale que dans celui de la recherche stylistique. D’une part en effet, il fait peu cas des conditions d’énonciation et de contextualisation des figures. D’autre part, il privilégie constamment l’élaboration des concepts opératoires sur leurs manifestations dans des occurrences discursives effectives. Ainsi, bien que son classement des figures prévoie des « métasémèmes par permutation », cette possibilité n’est confirmée par aucune réalisation concrète. Ou encore, il reconnaît qu’« il est difficile de citer des exemples de permutation métalogique » (1970 : 43). Dans le même sens, traitant de la matrice synecdochique profonde (sg et sp sur le mode ∏ ; sg et sp sur le mode ∑), Klinkenberg (1990) admet qu’il est malaisé de donner des attestations de ces quatre types de synecdoques. Plus globalement, les analyses figurales de textes effectuées par le Groupe µ ne sont guère que des illustrations de son système, comme le révèle son étude du poème d’Éluard « La halte des fleurs » (1977). Celle-ci consiste en une lecture tabulaire fondée pour l’essentiel sur des grilles structurales dégageant les métasémèmes (métaphores, métonymies et synecdoques) à l’œuvre dans les treize vers de ce poème. Mais de telles grilles témoignent d’une conception totalisante qui prend peu en compte l’écriture en acte et les spécificités stylistiques du poème analysé.

La sémiotique tensive de Fontanille

9À l’inverse du Groupe µ, la sémiotique tensive de Fontanille se situe pleinement dans une optique énonciative, tout en accordant une moindre importance que lui aux figures du discours. Celles-ci ne sont en effet guère abordées que dans Sémiotique et littérature (1999) et épisodiquement dans deux ou trois articles (1998, 2000, 2002). Dans ses travaux, Fontanille propose lui aussi davantage une théorie de la figuralité qu’une analyse de figures particulières.

10L’intérêt majeur de la théorie de Fontanille est d’envisager la figuralité comme un simple cas des processus tensifs qui traversent le langage au contact des locuteurs. Sous cet angle, les figures ne forment plus un système « méta » greffé sur la langue, comme chez le Groupe µ, mais elles surgissent au degré basique des productions verbales. Plus précisément pour Fontanille, la tensivité des figures se manifeste au moins à trois niveaux.

  • 9 Alors qu’elle repose sur la différenciation isotopique des rôles agent (client) et produit (omelet (...)

11En premier lieu, cette tensivité est inhérente à leur « schéma rhétorique général » (1999 : 98). À ce stade, les figures se définissent comme un obstacle entre deux variables : une instance-source représentée par l’arrière-plan du discours et une instance-cible qui recouvre l’effet figural visé. Cet obstacle consiste, entre autres, en une distance actantielle dans une métonymie telle que « L’omelette aux truffes est partie sans payer. » Ou en une distance sémantique dans une métaphore comme « La terre sourit9. »

12En second lieu, le processus rhétorique qui régit les figures est vu par Fontanille comme un « syntagme polémique » (1999 : 99) avec trois phases canoniques. D’abord, la confrontation caractérisée par la mise en présence de deux grandeurs. Ainsi en est-il avec la coexistence d’un contenu laudatif et d’un contenu dépréciatif dans un énoncé ironique comme « C’est du propre ! ». Ensuite, la domination, durant laquelle l’une des deux grandeurs est assumée comme instance d’énonciation. C’est le cas pour le contenu dépréciatif dans « C’est du propre ! ». Enfin, la résolution qui rend compte de la manière dont l’instance interprétative traite le conflit. Dans « C’est du propre ! », la résolution réside en l’inversion de polarité par antiphrase qui parachève la communication ironique.

  • 10 Pour une première application succincte de ces deux dimensions aux figures, voir aussi Zilberberg (...)

13Plus systématiquement, à partir de ces positions de principe, Fontanille établit une typologie des figures fondée sur les deux dimensions de l’intensité – liée à l’engagement énonciatif – et de l’extensité qui recouvre le déploiement discursif du fait figural10. Ces deux paramètres permettent à Fontanille de postuler quatre types de figures, synthétisés sur le schéma ci-après :

Les types de figures (Fontanille)

Les types de figures (Fontanille)

14Ce schéma peut être commenté de la façon suivante :

  • Dans le type A, une forte intensité s’accompagne d’une expansion textuelle notable. Ainsi en est-il pour la gradation ou pour les développements énonciatifs de l’hypotypose, grâce auxquels on donne aux lecteurs l’illusion d’assister à une scène qui n’est que rapportée, en la dépeignant avec une telle énergie qu’elle paraît se dérouler sous leurs yeux.
  • Le type B décrit les processus d’augmentation de l’intensité combinés avec une condensation formelle dans le discours. Ce type concerne au premier chef les figures ayant un grand potentiel de fulguration, telles l’oxymore ou la métaphore.
  • Dans le type C, l’étendue textuelle abaisse l’intensité, à l’instar de la circonlocution ou de l’atténuation dont le déploiement syntaxique se double d’une dilution énonciative.
  • Dans le type D qui correspond à « la zone faible du système » (1999 : 105), une réduction d’intensité est corrélée à un développement textuel restreint. Fontanille classe ici l’euphémisme et, ce qui ne va pas sans problèmes, la litote11.

15Tout en intégrant la figuralité dans sa sémiotique tensive, Fontanille n’en a pas moins des préoccupations plus directement stylistiques. C’est ainsi qu’il souligne la relativité des figures selon l’orientation de chaque occurrence et l’ancrage du discours. De même, il relève l’importance du point de vue et du contrôle de l’énonciateur dans la genèse du discours figural. Ou encore, critiquant l’approche abstractive du Groupe µ et s’appuyant sur l’exemple célèbre d’Éluard : « La terre est bleue comme une orange », il revendique une conception très concrète de cette image surréaliste. En particulier, il fait observer que « la rondeur et le relief de la surface, communs à la terre et à l’orange, sont des perceptions visuelles et tactiles, attribuables à une instance de discours et qui dépendent des facultés perceptives spécifiques qu’elle active en vue de la figure » (1999 : 101). Cependant, les analyses de Fontanille restent elles aussi étroitement canalisées par son système. On peut s’en apercevoir avec son étude sur la figuralité dans Alcools d’Apollinaire. En substance, il y défend l’idée que l’intensité émotionnelle, métaphorique ou comparative, est tout entière organisée à partir du « tu » allocutif, à l’exemple de l’occurrence de « Zone » : « Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie. » Par contre, le déploiement figuratif explicitant la perception du monde par le poète se trouverait prioritairement du côté du « je » locutif. De la sorte, chez Fontanille, le domaine stylistique est encore fortement subordonné à la théorisation sémiotique.

Pour un statut sémiotico-stylistique des figures du discours

16On constate ainsi un déséquilibre au profit du sémiotique dans l’étude de la figuralité chez le Groupe µ et Fontanille, déséquilibre du reste tout à fait compréhensible au vu de l’orientation de leurs recherches. Celui-ci nous semble toutefois devoir être amendé si l’on veut effectuer une description d’ensemble des figures du discours, qui soit dégagée de toute dépendance théorique contraignante. Dans ce but, nous considérerons les notions de sémiotique et de stylistique non comme des labels de courants ou d’écoles, mais plus largement comme des polarités complémentaires à l’œuvre dans le langage et notamment dans le champ des figures. Celles-ci ont en effet une nature bicéphale, oscillant entre un pôle sémiotique qui les enracine dans le fonctionnement standard du langage, selon divers principes que nous préciserons, et un pôle stylistique qui établit leur statut d’occurrences discursives irréductibles. Une telle aimantation mutuelle entre ces deux polarités nous paraît symptomatique quand on examine les processus de réception des figures auxquels nous allons limiter nos réflexions. Pour cela, nous nous appuierons sur le court extrait ci-joint du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, chef-d’œuvre de la poésie antillaise publié en 1956, lequel témoigne d’un itinéraire spirituel personnel, tout en présentant un vibrant plaidoyer pour un retour aux valeurs de la négritude, libérées du carcan colonial :

Tiède petit matin de chaleurs et de peurs ancestrales
par-dessus bord des richesses pérégrines
par-dessus bord mes faussetés authentiques
Mais quel étrange orgueil tout soudain m’illumine ?

vienne le colibri
vienne l’épervier
vienne le bris de l’horizon
vienne le cynocéphale
vienne le lotus porteur du monde
vienne de dauphins une insurrection perlière
brisant la coquille de la mer
vienne un plongeon d’îles
vienne la disparition des jours de chair
morte dans la chaux vive des rapaces.

Niveau du repérage des figures

  • 12 Cette approche des figures à travers leur dimension perceptive peut se prévaloir de leur étymologi (...)

17Fondamentalement, le repérage de figures éventuelles au sein d’un texte se fait dans sa matérialité phénoménologique même, ce en quoi nous rejoignons Fontanille. Sur le plan stylistique, les figures sont d’abord des saillances particulières ou des Gestalten, c’est-à-dire des structures visibles en creux ou en relief qui émergent dans le continuum construit par le discours12. Créant une tension dialectique avec ce continuum d’arrière-plan, de telles saillances se manifestent par un épaississement de la substance langagière et par une opacification du signifié. Ces saillances peuvent avoir une amplitude variée, en ce qu’elles sont tantôt microstructurales comme « le bris de l’horizon » dans notre extrait du Cahier, tantôt macrostructurales à l’exemple de « vienne » réitéré à l’attaque des vers de cet extrait.

  • 13 Cette difficulté n’empêche pas que l’intégration des figures dans une sémiotique de l’écart bénéfi (...)
  • 14 Cette sémiotique de la variation a avant tout été développée jusqu’à présent dans les domaines de (...)

18Mais par rapport à quoi percevons-nous des saillances ? Dès que nous nous posons cette question, nous adoptons un point de vue sémiotique qui met en jeu notre conception du langage. Soit nous pensons que ces saillances se posent négativement contre la langue, dans une sémiotique de l’écart que nous ne partageons pas, car elle conduit peu ou prou à une marginalisation et à une minoration effective de la figuralité13. Soit nous estimons que ces saillances exploitent positivement la plasticité et les ramifications inhérentes à la langue, dans une sémiotique de la variation que nous faisons nôtre14. Dans ce cas, on dira que les figures actualisent des structures davantage libres par rapport à des variations concurrentes jugées plus standardisées, cela à toutes les strates du discours. Entre autres chez Césaire, ceux-ci sont syntaxiques quand une inversion produit un relief sensible (« de dauphins une insurrection perlière »), ou sémantiques quand une association de termes thématiquement peu compatibles fait saillance, à l’instar de « vienne un plongeon d’îles ». Mais plutôt que de saillance, il vaudrait mieux alors parler d’effet-saillance, lequel dépend de notre idéologie sur la langue, de notre connaissance du genre et de l’écriture pratiqués par l’auteur considéré. Dans ce sens, la perceptibilité d’une répétition comme « vienne » dans le texte de Césaire peut être estompée par la fréquence de ce procédé non seulement en poésie, mais aussi dans l’ensemble du Cahier. Quoi qu’il en soit, une perspective variationnelle offre l’avantage de normaliser les figures sans les banaliser, celles-ci n’étant pas du discours à part, mais une forme marquée que prend le discours dans certains contextes.

Niveau de l’identification des figures

19L’interaction entre le pôle stylistique et le pôle sémiotique se retrouve au niveau de l’identification des figures. Sur le plan stylistique, une simple saillance ne suffit pas pour qu’elle soit évaluée comme une figure, sous peine d’inclure dans la figuralité toutes les singularités, souvent aléatoires, du discours. Quand j’écris « Mange village ton avec la porte », j’élabore bien une conformation saillante, mais par son caractère fortuit et aberrant, cette phrase agrammaticale ne dépasse pas le cadre improvisé de ma propre production, correspondant aux énoncés « non littéraux et non figurés » relevés par Prandi (2000). En effet, pour qu’une saillance soit reconnue comme figurale, il faut tout au moins qu’elle soit quelque part remarquable. à un premier degré infraréflexif et impressif, le terme remarquable peut être pris dans une acception esthétique, affective ou sensitive. Ainsi, nous pouvons identifier « le bris de l’horizon » comme une figure chez Césaire, parce que nous trouvons que ce syntagme est superbe, frappant et qu’il stimule notre imagination. Mais nous aurons une vision encore floue et approximative de cette figure.

  • 15 Cette métaphore s’appuie sur le trait analogique + Fracture contenu dans le sémantisme de « bris » (...)
  • 16 Le terme schème constitue originellement la dénomination grecque (skhêma) du concept de figure. So (...)
  • 17 Singe à museau allongé comme celui d’un chien, le cynocéphale symbolise l’agressivité dans les con (...)

20En fait, à un second degré réflexif, si nous voulons reconnaître plus clairement la figuralité du syntagme « le bris de l’horizon », nous devons nous livrer à un travail cognitif qui se situe sur le terrain sémiotique. Il nous faut par exemple confronter mentalement cette occurrence, activée par son contexte, avec des occurrences similaires que nous avons déjà pu rencontrer au cours de nos lectures et surtout la rapporter à une matrice de discours sous-jacente, intériorisée dans nos présupposés rhétoriques : ici, la matrice analogique qui nous permet de discerner une métaphore nominale dans « le bris de l’horizon15 ». à travers cette activité de conceptualisation qu’il est loisible d’étendre à d’autres occurrences de Césaire, l’adjectif remarquable glisse vers une autre acception : celle de prototypique, les figures apparaissant comme des schèmes exemplaires qui modélisent certaines variations de la langue en vue d’augmenter la pertinence de la communication16. D’une part, de tels schèmes figuraux ont à la fois un rôle mémoriel, en ce qu’ils contribuent à la reconnaissance et à l’anticipation des productions verbales, et un rôle régulateur, en ce que, par leurs marquages récurrents, ils créent des balisages aisément repérables dans – ou entre – les énoncés, favorisant la domestication de la parole, ainsi que l’ont souligné les rhétoriciens de l’Antiquité. D’autre part, ces schèmes figuraux tirent leur exemplarité de leur prégnance qui peut être logicosémantique – comme dans le mécanisme analogique de la métaphore, ou pulsionnelle – comme dans le canevas rythmique de l’anaphore rhétorique identifiable sous la répétition de « vienne » chez Césaire. Une telle prégnance figurale est au demeurant très graduelle. Si l’on prend notre extrait du Cahier, elle s’avère forte dans une antithèse comme « tiède petit matin de chaleurs et de peurs ancestrales » ou dans l’oxymore « mes faussetés authentiques », en raison de la netteté de leur structure oppositive, que celle-ci soit déployée syntaxiquement dans l’antithèse ou qu’elle aboutisse à une contradiction ouverte dans l’oxymore. Mais la prégnance figurale est plus incertaine dans un symbole culturellement circonscrit comme « vienne le cynocéphale » dont l’identification n’est pas évidente17.

21En tout cas, à ce stade de la réflexion sémiotique, les figures entrent inévitablement dans la problématique linguistique, très générale, de la confrontation de l’occurrence et du type, les occurrences figurales de Césaire ne pouvant se construire ou se déconstruire qu’en relation avec des types figuraux ancrés dans nos représentations communes.

Niveau de l’interprétation des figures

22L’influence réciproque entre les points de vue stylistique et sémiotique prévaut également lors de la phase de l’interprétation proprement dite des figures du discours. Stylistiquement, celles-ci se présentent alors comme des saillances fonctionnelles, aptes à accroître le rendement des énoncés, tout en produisant du sens pour l’énonciataire et en modifiant son savoir. C’est le cas avec l’oxymore « mes faussetés authentiques », précédemment mentionné. Celui-ci condense, en une formulation-choc, la problématique de base développée dans le Cahier : celle de l’aliénation coloniale exercée sur Césaire, ressentie comme telle (« mes faussetés ») d’une façon indéniable (« authentiques ») et de ce fait rejetée avec force (« par-dessus bord »).

23Mais l’analyse de la phase interprétative des figures suppose elle aussi des questionnements et des choix sémiotiques qui engagent notre vision d’ensemble sur le langage. Parmi ces questionnements, le sens – figural ou non – est-il préformaté dans les structures discursives ou entièrement construit par l’énonciataire ? Qu’ils apparaissent ou non comme figuraux, les effets suscités par le discours sont-ils dérivés après coup à partir de celui-ci ou déjà partiellement inscrits en lui ? En ce qui nous concerne, dans la continuité de Bonhomme (2005), nous adoptons un cadre pragmatique pour l’analyse des figures, en considérant leurs saillances comme des noyaux informatifs latents, susceptibles d’activer des inférences révélatrices au contact du texte, de son genre, des compétences de l’énonciataire et de l’image qu’il se fait de l’énonciateur. Ces inférences sont soit énonciatives quand une figure focalise des informations sur l’attitude de son producteur, soit encyclopédiques quand elle enrichit l’univers du discours – ce que Klinkenberg (1996) avait remarqué, soit pratiques quand la figure éclaire la portée concrète d’un énoncé. Bref, dans un tel cadre pragmatique, le sens des figures est totalement orienté par leur interprétation.

24De plus, si nous revenons au niveau stylistique des occurrences figurales dans un texte comme celui de Césaire, ce cadre pragmatique conditionne notre perception de leur stylisation, cette dernière dépendant de la plus ou moins grande résistance que ces occurrences offrent à la lecture, comme l’a bien vu Fontanille (1999). Par exemple et sans insister, la répétition anaphorique de « par-dessus bord » et de « vienne » en asyndète éveille surtout des inférences énonciatives manifestes sur la force de l’engagement de Césaire, respectivement dans son rejet des antivaleurs coloniales et dans son aspiration à la révolte des éléments naturels. Par contre, l’interprétation d’une métaphore filée idiolectale comme :

vienne la disparition des jours de chair
morte dans la chaux vive des rapaces

25paraît plus délicate. Cependant, grâce à notre compétence cotextuelle qui nous fait connaître l’isotopie de cataclysme cosmique construite par les métaphores des vers précédents (« bris de l’horizon », « insurrection perlière », « plongeon d’îles »…) et grâce à notre compétence linguistique sur les structures prédicatives des énoncés, nous pouvons inférer l’univers encyclopédique de destruction qui s’articule sur chacun des rôles actantiels développés par cette métaphore filée : le procès (« disparition »), le patient (« chairs mortes »), l’agent objectal (« chaux vive ») et l’agent animal (« rapaces »). Plus globalement, à la lumière du poème de Césaire, il nous est possible de rapporter cet univers de destruction à son positionnement énonciatif : celui du souhait de la dissolution radicale du monde colonial.

  • 18 Ce symbole trouve sa source dans l’épisode de l’Odyssée où les Lotophages font manger du lotus aux (...)

26En somme, même si la lecture stylistique de telle ou telle figure est sous-tendue par des principes linguistiques généraux, elle s’avère chaque fois unique, selon la nature et l’ampleur des balayages effectués entre la figure en question, son contexte et la culture du lecteur. Ainsi, sur ce dernier point, une culture littéraire minimale est nécessaire pour voir dans « le lotus » de la seconde strophe de notre extrait du Cahier une allusion à l’Odyssée d’Homère et un symbole d’oubli – ou de destruction mentale18. Pareillement, seule une connaissance des légendes antillaises permet de percevoir dans « le colibri » de la même strophe un symbole de sacrifice, lui aussi destructeur, lié aux cultes vaudous.

27Au terme de notre parcours dans les méandres de la réception figurale, nous pouvons en établir un schéma synthétique qui résume ses paramètres sémiotiques et stylistiques :

Réception du discours figural

Réception du discours figural

28À travers sa flèche horizontale bidirectionnelle, ce schéma nous montre la synergie des trois phases de la réception figurale que nous avons dû examiner séparément pour les besoins de l’analyse. Tout en précédant théoriquement la phase de l’interprétation des figures, celle de leur repérage et celle de leur identification l’influencent proactivement dans la pratique. Vice-versa, il arrive que la démarche interprétative réajuste ou corrige rétroactivement un premier repérage imprécis, notamment lorsque nous sommes conduits à réévaluer comme figure une occurrence dont la figuralité ne nous est pas apparue initialement. Cela peut être le cas pour « vienne le colibri » dont la nature symbolique, dans le texte de Césaire, risque de se révéler à nous qu’après diverses investigations anthropologiques et socioculturelles sur les traditions ayant cours aux Antilles.

29Pour ce qui est de son contenu, ce schéma met en évidence la dimension plurielle des figures du discours. D’un côté, à chacun de ses strates, il en présente des traits fragmentaires, selon que l’on s’intéresse à leurs composantes structurales, cognitives ou pragmatiques. D’un autre côté, horizontalement, ce schéma fournit une saisie d’ensemble des composantes stylistiques et sémiotiques des figures. Sur le plan stylistique, celles-ci consistent en des saillances particulières, remarquables et fonctionnelles. Sur le plan sémiotique, elles se caractérisent comme des variations libres, formant des schèmes discursifs et activant des inférences interprétatives. Enfin, verticalement, on voit la complémentarité du pôle stylistique, centré sur la spécificité expressive des occurrences figurales, et du pôle sémiotique, axé sur les principes langagiers régulant ces occurrences lors des procédures de la réception des figures.

  • 19 Ce terme est pris par Jenny dans une dénomination extensive qui déborde les figures de rhétorique (...)

30Plus largement, ce schéma nous confirme qu’il convient de rester attentif à l’équilibre entre la démarche sémiotique et la démarche stylistique quand on étudie les figures du discours. Avec le Groupe µ et Fontanille, nous avons constaté que des approches à prédominance sémiotique fermaient la vitalité et le dynamisme discursif des figures dans des systèmes contraignants, même si ceux-ci ont par ailleurs un grand intérêt linguistique. Inversement, des approches qui en restent à l’individualisation stylistique des occurrences figurales rendent difficilement compte de leur rationalité langagière et des mécanismes ordinaires qui les sous-tendent. Cette difficulté se rencontre, entre autres, dans La Parole singulière de Jenny. Vu comme un « bouleversement formel toujours virtuellement à l’œuvre dans le discours » (1990 : 13), le « figural19 » y est en effet envisagé exclusivement d’un point de vue énonciatif. Apparaissant comme un événement stylistique chaque fois unique, la notion de figural recouvre chez Jenny les processus les plus hétérogènes susceptibles d’enrichir la communication littéraire. En fait, seule une stylistique ouverte à l’esprit sémiotique nous paraît fructueuse pour saisir la pleine nature tensionnelle des figures, qu’on peut finalement définir comme des singularités régulières, au contact de structures et de sujets communicants.

Notes

1 Pour la linguistique de l’énonciation, voir entre autres les travaux de Perrin L. (1996) sur l’ironie ou ceux de Despierres Cl. (2002) sur l’interrogation rhétorique. De son côté, la pragmatique s’est surtout penchée sur la dépendance contextuelle des tropes (Moeschler J., 1991 ; Kerbrat-Orecchioni C., 1994…). Pour ce qui est du cognitivisme, son mérite est d’avoir mis en rapport la créativité stylistique des figures avec ses fondements imaginaires (Lakoff G. & Turner M., 1989 ; Gibbs R. W., 1994).

2 Cette diversité est due à l’éparpillement épistémologique des conceptions textuelles qui se posent explicitement comme sémiotiques. Ainsi, il n’est pas évident au premier abord de discerner les affinités entre la sémiotique du sujet mise en place par Coquet J.-Cl. (1985), la sémiotique littéraire telle que la pratique Geninasca J. (1997) ou la sémiostylistique illustrée par Molinié G. (1998).

3 À part ces figures majeures, les deux tomes de cet ouvrage ne mentionnent que l’antiphrase, l’antithèse, la comparaison et l’ellipse.

4 Ces quatre dénominations rénovent en fait, à partir du cadre linguistique emprunté à Hjelmslev L. (1968) et selon une terminologie unifiée très cohérente, les subdivisions bien connues et parfois contestées de la tradition rhétorique que sont respectivement les figures de diction, les figures de construction, les tropes et les figures de pensée.

5 Ces opérations rhétoriques sont une reprise, intégrée dans le modèle structural du Groupe µ, de catégories élaborées par les rhétoriciens de l’Antiquité, dont Quintilien (1978).

6 Cette figure consiste en une multiplication des outils de liaison dans un énoncé.

7 Pour le Groupe µ, le mode référentiel (ou ∏) joue sur l’extension dénotative (un poignard comporte une lame, une poignée…), alors que le mode conceptuel (ou ∑) s’articule sur la compréhension sémantique (un poignard est une arme).

8 Voir à ce propos l’article très polémique de Ruwet N. (1975) contre une telle conception figurale associationniste.

9 Alors qu’elle repose sur la différenciation isotopique des rôles agent (client) et produit (omelette) dans la première occurrence métonymique, la distance est due à une allotopie + Géographique vs + Humain dans la seconde occurrence métaphorique. Pour des précisions complémentaires sur ces mécanismes métonymiques et métaphoriques, voir Bonhomme M. (2006).

10 Pour une première application succincte de ces deux dimensions aux figures, voir aussi Zilberberg Cl. (1998).

11 En effet, si explicitement une litote comme « Ce n’est pas mauvais » consiste en une expression minorante, elle produit implicitement des effets tensifs non négligeables (/C’est très bon/) selon les contextes, se distinguant en cela de l’euphémisme.

12 Cette approche des figures à travers leur dimension perceptive peut se prévaloir de leur étymologie latine. Figura désignait en effet initialement aussi bien une forme plastique, avec la sollicitation du sens de la vue, que le produit d’un modelage (sur la base de fingere), la figure étant alors une forme façonnée par un artiste.

13 Cette difficulté n’empêche pas que l’intégration des figures dans une sémiotique de l’écart bénéficie d’une longue filiation, de Quintilien (ier siècle) en passant par Crevier J. B. (1767) ou Fontanier P. (1821). La sémiotique de l’écart est toujours vivace dans les conceptions récentes des figures (Cohen J., 1966 ; Todorov T., 1967), même si elle est susceptible d’aménagements, comme on l’a vu avec le Groupe µ.

14 Cette sémiotique de la variation a avant tout été développée jusqu’à présent dans les domaines de la grammaire et du lexique. Voir Berrendonner A., Le Guern J.-M. & Puech (1983).

15 Cette métaphore s’appuie sur le trait analogique + Fracture contenu dans le sémantisme de « bris » et de « horizon » dont la ligne dissocie le ciel de la terre.

16 Le terme schème constitue originellement la dénomination grecque (skhêma) du concept de figure. Son étymologie en éclaire la signification : skhêma désignait en grec, parmi d’autres acceptions, le mouvement-type d’un danseur ou d’un athlète, posé comme modèle.

17 Singe à museau allongé comme celui d’un chien, le cynocéphale symbolise l’agressivité dans les contes africains de l’Ouest, voir Paulme D. (1976). Pour l’ambiguïté attachée à la figure du symbole, voir Bonhomme M. (1998).

18 Ce symbole trouve sa source dans l’épisode de l’Odyssée où les Lotophages font manger du lotus aux compagnons d’Ulysse qui en oublient leur patrie. L’isotopie de l’oubli est transférée analogiquement par Césaire, selon une modalité optative, sur la réalité coloniale.

19 Ce terme est pris par Jenny dans une dénomination extensive qui déborde les figures de rhétorique traditionnelles.

Table des illustrations

Titre Les types de figures (Fontanille)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Réception du discours figural
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540