Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Deuxième partie. Stylistique et sémiotique

Comment faire dialoguer stylistique et sémiotique ? Éléments pour une pensée de la frontière disciplinaire

Marion Colas-Blaise et Claire Stolz

Texte intégral

1La frontière délimite un territoire quel qu’il soit, et donc aussi une théorie et une discipline, qu’elle contribue à fonder. En instaurant la différence, elle crée du sens. En même temps, on le sait, les frontières gagnent à être interrogées. Ainsi, mouvantes, poreuses ou partagées, elles autorisent le dialogue avec l’Autre disciplinaire, dont il s’agit, en même temps, de serrer au plus près la spécificité.

2Tels sont nos objectifs ici, l’hypothèse directrice pouvant être formulée ainsi : tout en affichant sa spécificité, la stylistique tend vers la sémiotique par un de ses bords ; bien plus, elle réclame une interrogation plus générale, qui porte sur les conditions mêmes de ce qui la définit. Cela a conduit Georges Molinié à constituer la sémiostylistique qui s’apparente, écrit-il, à la « sémiotique de second niveau, c’est-à-dire l’étude de la représentativité culturelle des systèmes de valeur anthropologique, étude qui s’insère elle-même dans la sémiotique de la culture [...] » (Molinié, 1998 : 5). Notre réflexion sera développée en deux temps : d’abord, il s’agira de rendre compte de ce qui constitue l’horizon de la stylistique comme moyen de penser la littérarité verbale dans le cadre d’une esthétique de la réception. Puis, on tentera de montrer que le déplacement des frontières et les zones de contact entre sémiotique et stylistique ne font ni de l’une ni de l’autre une discipline ancillaire, mais en les conduisant à entrer en résonance l’une avec l’autre, leur font prendre sens, en vue de la construction de cette « sémiotique de la culture ».

De la stylistique à la sémiostylistique

  • 1 On trouvera une des dernières mises au point à ce sujet dans Gouvard J.-M. (2005 : 12-19).

3La stylistique s’est d’emblée définie ou manifestée comme une praxis : ce fut d’abord une étude des faits expressifs caractéristiques d’une langue et non d’un discours ou d’un texte littéraire ; c’était la position de Bally, qui refusait l’étude des textes littéraires du fait qu’ils présentent un état de langue artistique, c’est-à-dire pratiquement artificiel1. Puis, les successeurs de Bally, notamment Marouzeau et Cressot, ont au contraire pensé que la littérature, en tant que forme travaillée et aboutie de la langue, était le meilleur terrain pour mener cette étude des faits d’expressivité portés à la dignité de faits de style. Avec l’ère de la stylistique spitzérienne, cette stylistique littéraire devient une pratique herméneutique, c’est-à-dire le moyen de dégager la signification transcendante (unique ? ontologiquement essentielle ? ultime ?) de telle ou telle page de littérature. En ce sens, cette herméneutique n’est pas sémiotique, puisqu’elle pose l’existence d’un sens immuable, transcendant au texte, indépendant en fait de ses conditions de production et de réception. Or, l’approche sémiotique pose la production/réception du texte et la construction de sa signification d’abord comme une praxis sociale ou, plus précisément, s’intéresse aux conditions de possibilité de l’interaction dans un contexte social et historique.

4Par la suite, la stylistique, en se positionnant clairement à partir des années 70 et surtout 80 dans le cadre épistémologique d’une esthétique de la réception, se pense alors comme une herméneutique en tant qu’elle construit une signification globale du texte et est intéressée par une approche sémiotique dans la mesure où cette signification résulte d’une appréhension du texte comme phénoménal social. En tant que telle, elle a bien à voir avec des disciplines pragmatiques comme la rhétorique et l’analyse du discours.

5Mais alors se pose à nouveau la question de l’objet de la stylistique : même si on se limite au domaine du verbal, doit-elle se cantonner au texte littéraire ou bien doit-elle aussi s’exercer sur n’importe quelle production verbale ?

  • 2 « Des textes entrent en littérature, d’autres en sortent, certains se situent à la frontière (les (...)
  • 3 Voir Viala (1985), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, (...)
  • 4 Voir ici même la communication de J.-M. Adam, et les mises au point d’A. Jaubert (2005 : 39-41 et (...)

6Si l’on se place dans la perspective de l’histoire littéraire, on voit que de nombreux textes qui n’étaient pas forcément pensés comme littéraires au moment de leur publication sont maintenant considérés comme tels (et réciproquement2) : c’est le cas de toute la littérature « engagée », terme que nous employons ici de façon anachronique, pour l’homilétique de Bossuet, de Fénelon ou de Massillon, pour les Pensées de Pascal, ou pour les textes de combat de Voltaire, ou bien encore pour des œuvres encyclopédiques ou didactiques du xixe siècle (Michelet, Taine, Renan, voire une partie de Chateaubriand) ; quant à notre époque, par un mouvement inverse de celui de l’époque classique qui forgea la notion d’écrivain ainsi que l’idée moderne de littérature et d’institution littéraire3, elle multiplie au contraire les productions verbales qui transgressent les limites autrefois posées entre littéraire et non littéraire. Rien d’étonnant donc si la stylistique d’aujourd’hui prend en compte le flou de la frontière qui existe entre les deux domaines. Finalement, elle se revendique comme une pratique se déclinant selon un continuum ayant pour pôles extrêmes la stylistique non littéraire et la stylistique littéraire4.

  • 5 Voir Molinié G. et Cahné P. (1994) et Bordas E. (2008).

7Nous avons essayé de situer la stylistique comme pratique par rapport à son objet ; mais la définition de la stylistique par le type de texte qu’elle observe, néglige en fait ce qui reste l’horizon de la stylistique, et qui, pour le moins, a une valeur sémiotique particulière, à savoir le style. Car finalement, l’objet de la stylistique est de décrire le style d’un texte. Cette proposition contient deux présupposés : le premier est que la stylistique s’intéresse uniquement à des énoncés textuels verbaux, alors que la sémiotique – on le verra – travaille sur n’importe quel type de production langagière, verbale ou non ; et, d’autre part, que la stylistique sait définir le style – question fort problématique5.

  • 6 Pour toute cette théorisation, voir Molinié G. (1993) en particulier chapitres V et VI.
  • 7 Molinié G. (1993 : 10-61).
  • 8 « Le pôle récepteur établit la littérarisation, dont il est pleinement responsable. D’où le coroll (...)
  • 9 Voir Molinié G. (2005).
  • 10 La sémiostylistique de G. Molinié ne s’applique pas au seul art verbal, mais à tout type d’art, et (...)
  • 11 La substance du contenu entendue comme le signifié, « le contenu idéologique » (molinié G., 1998 : (...)
  • 12 La forme de l’expression, « c’est la sélection et l’arrangement des lexies [...] ainsi que le jeu (...)
  • 13 C’est cet embrassement des éléments d’une possible artistisation qui explique et justifie l’« écle (...)
  • 14 Molinié G. (2005 : 215). « L’objet d’art, qui n’existe, en tant que tel, que dans l’empirie vécue (...)

8Le style, « la diagonale du style » (un style, du style, le style), pour reprendre l’expression heureuse d’Anna Jaubert (2007), se perçoit comme une tension entre le singulier, l’unique d’une part, et le générique, voire le transgénérique d’autre part, en tant que ces derniers sont des manifestations sociales. D’où la possibilité et la légitimité de la stylistique sérielle, qui essaie d’isoler des stylèmes génériques et, plus largement, la pensée du stylème comme combinaison d’une constante (par exemple : le roman) et d’une variable (par exemple : le romantisme, ou Victor Hugo6). La multiplicité des combinaisons stylématiques possibles permet de concevoir une stylistique qui est capable d’étudier de grands ensembles standardisés comme les séries télévisuelles américaines (voir Séverine Barthes dans ce volume), aussi bien que des courants littéraires ou des œuvres particulières, bref qui est capable de faire la part de ce qui relève du générique, voire du sériel, et de ce qui relève de la singularité et de l’unicité irréductible. C’est ce que Georges Molinié appelle des stylèmes de littérarité générique et des stylèmes de littérarité singulière. Mais cette position n’est tenable que si l’on considère la stylistique comme une sémiostylistique7, c’est-à-dire comme une stylistique de la valeur, de la littérarité : d’où la troisième catégorie de stylèmes, les stylèmes de littérarité générale. Le style se définit alors comme une concaténation forcément singulière, mais en même temps globale de ces trois types de stylèmes. Cette conception du style comme concaténation de stylèmes de littérarités singulière, générique et générale présuppose donc la littérarité comme base fondamentale du style ; or, la littérarité n’existe pas comme transcendante au texte, mais comme reconnue à la réception. Autrement dit, en tant que phénoménal social, la littérarité est en réalité un ressenti littéraire par le récepteur, une littérarisation – une artistisation – à réception8. Cette dimension esthésique de la littérarité est donc alors graduelle et variable selon les objets et selon les récepteurs : c’est la question du langage en régime d’art9. C’est la réception qui construit, ou non, à des degrés divers, la caractérisation artistique de l’objet10 : celui-ci n’est donc pas donné d’emblée comme artistique mais seulement comme éventuellement artistisable, c’est-à-dire comme possiblement ressenti comme œuvre d’art provoquant une émotion qui peut aller d’un léger trouble à un bouleversement pathético-esthétique de la personne tout entière (ce qu’on appelle parfois « la révélation de l’art », « l’extase »). Cette émotion englobe l’approche du sens de l’œuvre (la substance du contenu11, comme combinaison de noétique, d’éthique et de thymique) et l’approche formelle (forme et substance de l’expression, forme du contenu12), mais aussi la déborde, la fusionne, par le ressenti esthétique ; c’est ce qui est analysé ici même par Marc Bonhomme à propos de la pragmatique des figures, qui peuvent être ou non, selon les cas, des constituants d’une possible artistisation par le récepteur. C’est pourquoi l’« artistisable » est à la fois l’objet de la stylistique (relever et analyser ce qui peut faire œuvre d’art) et une composante de l’interprétation : en ce sens, la stylistique ou, du moins, la sémiostylistique est bien une herméneutique, non comme sens ou signification fixée, figée, mais comme recherche de « ce qui fait ou peut faire sens pour », ou, plus précisément, de « ce qui fait ou peut faire sens (valeur) d’œuvre d’art pour » ; la sémiostylistique est la recherche des conditions langagières, tant au plan de l’expression qu’au plan du contenu13, pour que puisse éventuellement se construire cette expérience de la rencontre avec l’œuvre d’art – ce que Longin et Burke appelaient le sublime, l’un prenant en compte les conditions rhétoriques de son apparition, l’autre les conditions empiriques de son existence (un énoncé inouï, qui déborde et bouscule esthétique et éthique) –, expérience que Georges Molinié appelle « l’érection du corps esthétique14 ». Mais cette expérience de l’art n’est pas toujours vécue à haut régime ; c’est pourquoi aussi la « littérarisation », l’« artistisable » sont à penser fondamentalement en termes de gradualité et donc de degrés de valeur. Et par cet abord sémiotique en termes de valeur (esthétique, éthique et esthésique), considérant la littérarité comme résultant d’une praxis sociale, la stylistique de la réception peut se légitimer épistémologiquement, contre les reproches d’empirisme, d’éclectisme et d’impressionnisme, bref, de manque de scientificité. C’est ce que nous allons explorer plus précisément maintenant.

De la stylistique à la sémiotique : dialogue et déplacement des frontières

  • 15 À ce sujet, voir notamment Adam J.-M. (1997).

9Comment rendre compte de la gradualité de la littérarité ? Comment, en pensant le passage de la langue au discours et au style, articuler le littéraire avec le non littéraire15 ? Quelle part reconnaître aux variables collectives, comment concilier la valorisation des traits d’une parole singulière avec celle des traits socio-lectaux ? Si ces questions sont, depuis quelques années, au cœur des débats suscités par la notion de style, elles sont aussi de nature à autoriser, voire à réclamer un élargissement de la perspective théorique. Sur ces bases, la demande se fait pressante : dans quelle mesure la stylistique gagne-t-elle à intégrer des propositions de la sémiotique essentiellement européenne et d’origine saussurienne et hjelmslévienne, afin que soient éclairés les fondements mêmes de la dynamique de la « stylisation » en acte, du double mouvement de production et de reconnaissance du style ? L’apport de la sémiotique sera envisagé sous trois angles : l’ancrage, notamment de la dimension rhétorique des discours, dans une théorie générale des pratiques signifiantes ; la mise en évidence du soubassement phénoménologique de la production et de la réception du sens ainsi que la question des valeurs ; la prise en considération d’autres systèmes de symbolisation, non verbaux.

  • 16 La sémiotique met dans le jeu des questions touchant aux « modes d’existence » ou « degrés de prés (...)
  • 17 Voir Fontanille J. (1998b : 134-135), au sujet des « degrés de présence » attribués aux contenus m (...)
  • 18 Selon Jacques Fontanille, la praxis énonciative « n’est pas l’origine première du discours ; elle (...)
  • 19 Voir Jaubert A. (2007 : 48).

10Que la réflexion sur la dimension rhétorique des discours constitue une entrée pertinente, Marc Bonhomme le montre ici même. En dégageant des catégories généralisables sous-jacentes à une rhétorique « profonde » de nature tensive16, la sémiotique permet d’appréhender les effets rhétoriques comme tels en articulant les versants intelligible et sensible dans le cadre d’une réflexion générale sur le fonctionnement du langage et la syntaxe dynamique du discours, sur les mécanismes de la production/réception du sens, de la semiosis. La dimension rhétorique des discours donne ainsi à voir certaines des propriétés majeures du « discours en acte », susceptibles d’alimenter la réflexion et la pratique stylistiques : conçues comme des manifestations privilégiées de la mise en relation tensionnelle des catégories et de l’entrée en conflit de grandeurs discursives pourvues de « modes d’existence » différents et concurrentes en un même point du discours17, les figures rendent sensible la stratification en profondeur de « couches » de signification. Or, en considérant que le discours est doté d’une épaisseur, on renouvelle l’approche de la praxis énonciative, de nature dialogique et polyphonique18. On conçoit l’intérêt de la notion de praxis énonciative pour notre propos : en montrant comment la praxis individuelle remodèle et recatégorise les organisations signifiantes socio-lectales, qui, tout en étant reléguées à l’arrière-plan, entrent en compétition avec les énonciations singularisantes, la sémiotique éclaire les productions de style à la lumière des principes généraux qui règlent l’apparition et la disparition des formes sémiotiques textuelles et discursives. L’approche sémiotique rejoint, par ce biais, les préoccupations des stylisticiens qui, telle Anna Jaubert, plaident pour une « conception continuiste de la langue au style19 » et récusent le clivage entre la praxis collective et la singularisation du projet individuel.

  • 20 Voir aussi Bertrand D. (1993).
  • 21 Voir Fontanille J. (1996 : 173), au sujet des sémiotiques qui rencontrent « toutes à un moment don (...)
  • 22 Jaubert A. (2007 : 48-51).
  • 23 « L’ethos, écrit Alain Rabatel, c’est l’incarnation, dans le corps parlant, des valeurs sociales p (...)

11Si les études de style gagnent à intégrer le point de vue de la sémiotique, c’est aussi parce que celle-ci se donne les moyens de rendre compte de la manière dont prennent forme les parcours singularisants ; il s’agit de dégager les voies selon lesquelles se négocie, dans le détail du processus de production et de réception, l’intégration des organisations signifiantes stabilisées et conventionnelles, des matrices culturelles, dans des productions spécifiques plus ou moins innovantes20. En effet, en adoptant le point de vue tensif, c’est-à-dire en scrutant l’entrejeu des gradients de l’intensité et de l’étendue, en montrant comment le sujet ménage le passage du flux des sensations à la cognition et en prenant la mesure de la force de l’assomption énonciative et de l’ampleur du déploiement dans le texte, la sémiotique met en avant le parti pris phénoménologique qui confère un soubassement sensible à toute construction de sens21. De ce point de vue, le processus d’« appropriation » de la langue par le sujet parlant22 et sa « conversion » en style repose sur une expérience vive du sujet sensible et percevant. En production, celle-ci implique le corps parlant, centre de perception et d’émotion, l’intensité thymique fournissant une des charnières conceptuelles entre le style et l’ethos23. En réception, l’approche sémiotique focalise l’attention sur la dynamique du style qui peut, telle la figure et grâce à elle, frapper, affecter vivement, donner en partage une expérience esthésique, mais aussi réclamer un travail interprétatif inédit, comme le montrent dans ce volume les articles d’Audrey Moutat et de Mathilde Vallespir & Lia Kurts.

  • 24 Jaubert A. (2007 : 49).
  • 25 Voir Fontanille J. (1999 : 192) au sujet de la singularité dégagée comme effet de voix, de présenc (...)
  • 26 Fontanille J. (2003) distingue quatre types de modélisation : la modélisation connotative, mais au (...)
  • 27 Fontanille J. (2003 : 115).
  • 28 Fontanille J. (2003 : 119).
  • 29 Au sujet de la « forme de vie », voir Fontanille (2004 : 192) : « Sous l’angle “stylistique” (le s (...)
  • 30 Fontanille J. (2003 : 115).

12Dans la foulée, un autre aspect mérite considération. Si, comme le souligne Anna Jaubert, la stylistique « étudie les productions verbales dans leur capacité à générer à la fois du sens et de la valeur24 », il faut s’interroger conjointement sur les valeurs, éthiques et esthétiques, attachées aux « effets d’identité » qui les caractérisent en propre. Ainsi, la sémiotique donne leur assise phénoménologique aux émotions esthétiques, qui couvrent l’éventail des positions graduelles entre la surprise, quand l’innovation suscite une intensité sensible et affective forte, et la confirmation des points de vue consacrés ou la conformation à des modèles culturels, qui jouent sur l’étendue dans l’espace-temps ; elle montre également comment les jugements esthétiques peuvent être resensibilisés après coup et représenter alors une voie de passage entre les schématisations léguées par la praxis culturelle et les expériences interprétatives individuelles qui viennent y prendre leur appui (Audrey Moutat, Mathilde Vallespir & Lia Kurts). Pour autant que la stylistique a affaire à des textes-énoncés pourvus d’une cohérence globale, un ensemble de variétés et de sélections internes congruentes étant à chaque fois constitué en invariant, elle apparaît comme une sémiotique « connotative », soucieuse, avant tout, de dégager la singularité d’un texte25 ; la conversion connotative à partir de la sémiotique « intuitive26 » est alors caractérisée par « i) la régularité d’une sélection, ii) la corrélation avec d’autres isotopies et iii) la stabilisation intentionnelle du système semi-symbolique27 ». La sémiotique questionne aussi les limites du champ de la stylistique, quand, au-delà des solidarités textuelles qui se nouent dans le tout de sens, l’innovation – la « crise alternative28 » – exige un redéploiement des possibles, mais aussi ouvre des perspectives en direction d’une modélisation plus générale : une « forme de vie29 » confère une nouvelle cohérence aux éléments qu’elle subsume. La sémiotique connotative est ainsi considérée comme un type de modélisation possible, qu’il est possible de confronter avec d’autres dimensions de modélisation ; c’est la reconnaissance d’une « forme de vie » qui permet d’ajouter aux sémiotiques connotatives une « procédure » et de constituer ainsi une « méta-sémiotique30 ». Le détour par d’autres types de modélisation montre pour le moins que s’il est parfois bon d’éprouver les limites disciplinaires pour mieux en confirmer l’utilité – ainsi, à travers des considérations d’ordre avant tout pragmatico-rhétorique (Sylvie Freyermuth) –, les passages entre les régimes réflexifs sont possibles, voire nécessaires. Pour cela, il suffit que, plutôt que de se réduire aux limites de l’objet analysé, la cohérence ait – comme pour les formes de vie – une portée plus générale, voire universelle.

  • 31 Molinié G. (1998 : 10).
  • 32 Voir notamment Fontanille J. (2006 : 239). Anna Jaubert (2007 : 48-49) note pour sa part : « [...] (...)
  • 33 À ce sujet, voir Molinié G. (1998 : 17).

13Un troisième point mérite d’être souligné. Dès lors qu’on cherche à identifier les diverses formes de la praxis sociale et, plus précisément, les pratiques artistiques, la question qui revient avec insistance concerne l’existence, « non métaphoriquement », dira Georges Molinié31, d’autres langages que le langage verbal. Surtout, la question de l’existence étant supposée réglée – du moins par les sémioticiens, qui considèrent que le mot « texte » renvoie aussi bien aux textes verbaux qu’aux textes non verbaux, et, parmi ces derniers, aux images32 –, il convient de dégager des catégories d’analyse et d’interprétation suffisamment génériques pour aborder conjointement des productions relevant de matériaux langagiers différents, et suffisamment étroites pour prendre la mesure de leur spécificité ; aucune homologie entre les sémioses ne saurait venir à bout de celle-ci. Tel semble être le défi à relever, à travers, ici même, la descente aux niveaux de la cognition (Mathilde Vallespir) et des affects (Laure Himy), qui permet de s’interroger également sur cet autre du langage humain qu’est la perception animale, ou la convocation de la notion d’indice comme trace (Lia Kurts). L’important, ici et là, c’est d’évaluer le gain d’une orientation trans-sémiotique pour la stylistique, mais aussi de pointer les modalités selon lesquelles la sémiose verbale peut agir comme une méta-sémiose et le langage verbal servir de métalangage aux langages non verbaux33 : la peinture, la musique (Laure Himy), voire l’exploration gustative (Audrey Moutat).

Conclusion

14La stylistique a certainement tout à gagner, épistémologiquement parlant, à un cadrage sémiotique et à se définir comme une sémiostylistique. Peut-on pour autant en faire seulement un pays, un canton de ce continent épistémologique ?

  • 34 On notera que pour les sémioticiens, le texte-énoncé (verbal ou non verbal) correspond à un niveau (...)

15De fait, la stylistique et la sémiotique engagent des points de vue différents : comment – avec quel bagage conceptuel et quels outils – et à quelles fins – pour mettre au jour la cohérence globale et l’effet artistique produit, pour réfléchir aux conditions de la production/réception du sens – aborder un même objet, le texte34 ? Les concepts et les visées n’étant pas incompatibles, il paraît raisonnable d’admettre l’idée d’une sorte de continuum balisé par deux pôles : le sémiotique et le stylistique. En vertu de l’un, le style est pensé comme une modélisation possible du texte. En vertu de l’autre, l’horizon de la stylistique reste le style (verbal), entendu avant tout comme une concaténation de stylèmes de littérarités, c’est-à-dire comme un ensemble de marques signifiantes appartenant tant au plan de l’expression qu’au plan du contenu, organisées en un système sémiotique complexe possiblement efficace pour une réception-interprétation en régime d’art, comme œuvre d’art. En même temps, la prise en considération du texte non littéraire, du versant sociolectal plutôt qu’idiolectal de la production signifiante, voire du texte non verbal nous oblige à envisager une série de « mélanges » graduels des deux disciplines, des régimes mixtes, tributaires des deux disciplines selon des dosages variables.

16Au terme de ces explorations, on peut ainsi considérer que l’apport de la sémiotique est utile à la stylistique sur au moins trois points : la stylistique doit se situer dans une perspective sémiotique pour assurer sa légitimité herméneutique, car vouloir vider la stylistique de sa visée herméneutique, c’est la limiter à un rôle au fond taxinomique – selon des critères génériques, entre autres –, tout à fait utile, certes, mais qui reste en-deçà de la question centrale de la littérarité et de l’expérience de l’art ; la stylistique sans visée herméneutique devient alors un canton de la pragmatique, se confond presque avec l’analyse du discours (littéraire) et donc ne s’interroge plus sur les critères de définition linguistiques et surtout esthésiques – et pas seulement institutionnels, génériques ou scénographiques – de son objet ; ou bien elle se confond avec la rhétorique (littéraire), mais en tendant à réduire celle-ci à l’élocution, sans toujours s’interroger sur le fait littéraire (or, tout ce qui est rhétorique n’est pas forcément littéraire) : de ce double point de vue, l’étude de Sylvie Freyermuth sur les incipit des textes médicaux des xvie et xviie siècles marque bien ce passage à la limite. Ensuite, le recours à la sémiotique semble s’imposer quand l’attention est focalisée sur les conditions mêmes (cognitives et thymiques) de la valeur stylistique, de sa réception et de sa mesure. Enfin, la stylistique mérite d’être envisagée dans le cadre de la sémiotique dans ses dimensions inter- et trans-sémiotiques.

17Entre la stylistique et la sémiotique, la relation est d’abord celle d’une complémentarité, dont les réalisations sont variables. L’approche sémiotique de la stylistique crée l’espace épistémologique nécessaire à la spécificité de la discipline et renforce son assise. De son côté, par ses outils d’analyse et de conceptualisation du style littéraire, l’approche stylistique contribue à la perspective d’une sémiotique des cultures qui prenne pleinement en compte la spécificité des productions d’art : comme le note Jacques Fontanille, « dans sa propre perspective, la sémiotique s’est donné une définition du sens (qui évolue par ailleurs), susceptible de convenir à l’ensemble des pratiques signifiantes qu’elle examine. Mais chacune de ces pratiques est elle-même un objet de connaissance pour des disciplines spécifiques (la philologie, la critique littéraire [...], etc.) ; à l’intérieur de chacune de ces disciplines, et en fonction des objectifs poursuivis, une certaine conception du sens est proposée, c’est-à-dire une certaine conception de ce qui a une valeur dans le domaine, de ce qui est pertinent et significatif du point de vue adopté dans chaque discipline » (Fontanille, 1999 : 12). L’interrogation des frontières disciplinaires, loin de montrer, soit une séparation frontale entre stylistique et sémiotique, soit au contraire une fusion des deux disciplines, révèle donc des points d’échange et de passage inter- et transdisciplinaires : c’est le cas à propos de la notion de style ; enfin, un mouvement de clarification épistémologique conduit l’interrogation des frontières disciplinaires à repérer tant des limites que des ouvertures entre les deux disciplines.

Notes

1 On trouvera une des dernières mises au point à ce sujet dans Gouvard J.-M. (2005 : 12-19).

2 « Des textes entrent en littérature, d’autres en sortent, certains se situent à la frontière (les écrits non fictionnels de Voltaire, par exemple) ou sont rejetés dans les marges de la paralittérature (du roman policier à la littérature enfantine). » (Adam J.-M., 1997 : 212).

3 Voir Viala (1985), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit.

4 Voir ici même la communication de J.-M. Adam, et les mises au point d’A. Jaubert (2005 : 39-41 et 2007 : 48-51).

5 Voir Molinié G. et Cahné P. (1994) et Bordas E. (2008).

6 Pour toute cette théorisation, voir Molinié G. (1993) en particulier chapitres V et VI.

7 Molinié G. (1993 : 10-61).

8 « Le pôle récepteur établit la littérarisation, dont il est pleinement responsable. D’où le corollaire [...] : il n’y a pas de textes littéraires en soi, il n’y a que des textes littérarisables » (Molinié G., 1998 : 133).

9 Voir Molinié G. (2005).

10 La sémiostylistique de G. Molinié ne s’applique pas au seul art verbal, mais à tout type d’art, et tire une partie importante de sa puissance théorique de sa dimension inter-sémiotique et trans-sémiotique – voir la deuxième partie de cet article ; nous limitons volontairement ici notre propos à la stylistique verbale.

11 La substance du contenu entendue comme le signifié, « le contenu idéologique » (molinié G., 1998 : 12).

12 La forme de l’expression, « c’est la sélection et l’arrangement des lexies [...] ainsi que le jeu des principales figures » ; la substance de l’expression est entendue comme son et graphisme, comme la disposition des strophes ou des paragraphes ; et la forme du contenu correspond aux déterminations génériques ou thématiques et aux lieux. Cette catégorisation, reprise des travaux de Molinié G. (1998 : 11-12 et 2005 : 104-113), est issue de celle de Hjelmslev.

13 C’est cet embrassement des éléments d’une possible artistisation qui explique et justifie l’« éclectisme » qui est souvent reproché à la stylistique (par exemple, Adam J.-M. (1997 : 23-27), citant Jenny L. (1993 : 113 et 124), qui le défend).

14 Molinié G. (2005 : 215). « L’objet d’art, qui n’existe, en tant que tel, que dans l’empirie vécue comme telle [...], je l’appelle, quand et seulement quand cette empirie est enthousiasmatiquement vécue, le corps esthétique, essentiellement rare et fragile. » (Molinié G., 2005 : 143).

15 À ce sujet, voir notamment Adam J.-M. (1997).

16 La sémiotique met dans le jeu des questions touchant aux « modes d’existence » ou « degrés de présence » de la signification dans le champ de présence du sujet sensible et percevant. L’articulation sémiotique de la présence exige ainsi la distinction entre les axes gradués de la visée et de la saisie, qui correspondent, le premier, à des valences de type intensif et affectif, et le deuxième, à des valences de type extensif (distance spatio-temporelle par rapport au centre déictique, modulations quantitatives, déploiement cognitif) et donnent lieu à des corrélations converses ou inverses. Les grandeurs sont ainsi soit réalisées, soit potentialisées, si elles ont été présentes auparavant, soit virtualisées, c’est-à-dire poussées vers l’oubli, soit actualisées, si elles adviennent en discours et tendent vers leur réalisation. À ce sujet, consulter Fontanille J. (1998b), ainsi que Fontanille J. & Zilberberg Cl. (1998). Au sujet de la dimension rhétorique des discours, voir également Bordron J.-F. & Fontanille J. (2000 : 3-15).

17 Voir Fontanille J. (1998b : 134-135), au sujet des « degrés de présence » attribués aux contenus mobilisés par les figures de rhétorique. Ainsi, Jacques Fontanille montre comment la métaphore Cette femme est un champ de blé associe un contenu fortement réalisé – le champ de blé – avec un contenu faiblement assumé, à peine saisissable, qui demande à être reconstitué (actualisé) au cours de l’interprétation, qui « aboutira à une analogie (une chevelure blonde ? une promesse de récolte ?) ».

18 Selon Jacques Fontanille, la praxis énonciative « n’est pas l’origine première du discours ; elle présuppose autre chose que l’activité discursive (le système de la langue, mais aussi l’ensemble des genres et des types de discours, ou des répertoires et encyclopédies de formes propres à une culture) ; elle suppose aussi une histoire de la praxis, des usages qui seraient des praxis antérieures, assumées par une collectivité et stockées en mémoire » (1998b : 272).

19 Voir Jaubert A. (2007 : 48).

20 Voir aussi Bertrand D. (1993).

21 Voir Fontanille J. (1996 : 173), au sujet des sémiotiques qui rencontrent « toutes à un moment donné la question philosophique plus générale : Comment le sens émerge-t-il de la perception et engendre-t-il ainsi la signification ? De quelle manière l’appréhension sensible du monde vivant le transforme-t-elle en monde signifiant ? ».

22 Jaubert A. (2007 : 48-51).

23 « L’ethos, écrit Alain Rabatel, c’est l’incarnation, dans le corps parlant, des valeurs sociales propres à persuader et à convaincre. » (2007 : 30).

24 Jaubert A. (2007 : 49).

25 Voir Fontanille J. (1999 : 192) au sujet de la singularité dégagée comme effet de voix, de présence : le style dépend « de la présence en discours ».

26 Fontanille J. (2003) distingue quatre types de modélisation : la modélisation connotative, mais aussi les modélisations intuitive, méta-sémiotique et morpho-dynamique. L’identification du « fait de style » renverrait, selon lui, à la sémiotique intuitive en tant qu’elle vise « une cohérence faible et locale (une congruence), et dont le souci d’adéquation rest[e] limité à un effet de spécificité » ; il ajoute que « le meilleur exemplaire » de la sémiotique intuitive est sans doute fourni par « le discours académique de l’“explication de texte” à la française ». On notera que les stylisticiens se défendent de la démarche intuitive en recourant notamment à des disciplines comme la linguistique : ainsi que le note Jean-Michel Adam, « il appartiendra toutefois à Michael Riffaterre et à Pierre Guiraud de prendre une orientation plus nettement linguistique et de tenter d’éviter que l’intuition – certes souvent géniale chez Leo Spitzer – ne soit érigée en méthode » (Adam J.-M., 1997 : 17) ; Georges Molinié parle, quant à lui, de « mesure de la “valeur de littérarité”», qui « s’apparente au calcul d’une équation » (1993 : 26).

27 Fontanille J. (2003 : 115).

28 Fontanille J. (2003 : 119).

29 Au sujet de la « forme de vie », voir Fontanille (2004 : 192) : « Sous l’angle “stylistique” (le style d’un individu, le style de vie d’un groupe), une forme de vie n’apparaît que comme un ensemble d’invariants qui fournissent des traits d’identité ; mais elle n’est pleinement une forme de vie que quand elle se manifeste à la fois sur le fond de tous les autres choix possibles, quand elle se confronte aux usages institués, quand elle participe à la remise en question des systèmes de valeurs établis, et quand elle apparaît comme une “déformation cohérente” [...]. »

30 Fontanille J. (2003 : 115).

31 Molinié G. (1998 : 10).

32 Voir notamment Fontanille J. (2006 : 239). Anna Jaubert (2007 : 48-49) note pour sa part : « [...] comme le langage humain est un système sémiotique différent des autres par son mode de signification et sa composante réflexive, le style des discours est l’objet d’une discipline particulière, nommée précisément stylistique, qui étudie les productions verbales dans leur capacité à générer à la fois du sens et de la valeur ».

33 À ce sujet, voir Molinié G. (1998 : 17).

34 On notera que pour les sémioticiens, le texte-énoncé (verbal ou non verbal) correspond à un niveau de pertinence possible. Dans le parcours de l’expression, il forme une instance intermédiaire entre les signes et figures, d’un côté, et les objets et supports, et, plus largement, les pratiques et scènes, les situations et stratégies et les formes de vie, de l’autre ; voir Fontanille J. (2006).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540