Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Première partie. Stylistiques en question

Le singulier : perspectives théoriques et historiques

Christophe Gérard et Judith Wulf

Texte intégral

  • 2 Voir les numéros de revue dirigés par Neveu F. & Détrie C. (2005) et Rabatel A. & Petitjean A. (20 (...)

1Traditionnellement associée à la question du style, la notion de singulier suscite depuis quelque temps l’attention croissante des linguistiques2, via notamment la question de l’idiolecte. Envisagé tour à tour sous l’angle de l’unique, de l’original, du particulier, du distinctif, du spécifique ou encore du caractéristique, le singulier reste une notion aux contours complexes notamment dans ses rapports avec l’individuel, l’idiolecte et le style, ces rapports mal définis donnant lieu à un usage souvent labile de ces quatre termes.

2Dans le souhait d’une clarification qui ne sépare pas la réflexion linguistique des études stylistiques, cet article propose d’abord une mise en perspective historique, montrant la grande portée et la complexité du singulier, largement thématisé dans les études sur l’individuel mais pas toujours problématisé comme tel. On exposera ensuite un point de vue linguistique qui tente de clarifier les dimensions principales de la notion de singulier telle qu’elle nous paraît pouvoir être définie.

Parcours historiques

Valorisations romantiques

3Alors que l’époque classique mettait en avant le respect de la tradition, la période romantique donne une place inédite à l’idée de singulier. Cette valorisation tient à plusieurs caractéristiques de la période. Il s’agit tout d’abord d’une nouvelle conception de la temporalité historique qui n’est plus réglée a priori par une transcendance divine mais qui fait l’objet de modifications structurelles profondes, voire de révolutions. En d’autres termes, tout n’est pas soumis à l’autorité d’une providence transcendante et une part des affaires humaines ressortit désormais à la responsabilité humaine. Un tel changement de perspective conduit le romantisme à considérer la création comme fait historique, c’est-à-dire comme réponse à une situation historiquement donnée. Cette caractéristique se voit par ailleurs renforcée par une nouvelle configuration sociale de tendance individualisante. En remettant en cause la société des corps constitués, la révolution a en effet permis la libre expression de volontés individuelles « dont le destin n’est plus programmé par leurs appartenances à des groupes (la famille, la paroisse, les corps de métier, les “conditions”), mais seulement par leur capacité ou incapacité, à s’intégrer socialement » (Millet, 2007 : 101). Enfin, dans le champ esthétique, cette mise en avant de l’individualité se traduit notamment par l’émergence de l’écrivain comme voix singulière, comme génie supérieur marginalisé par sa mission de guide.

4À l’instar d’autres problématiques romantiques, cette réflexion déborde le cadre du discours littéraire pour toucher la langue en général. À côté d’une conception uniformisante de la langue qui, dans la lignée de Port-Royal et à l’image de la grammaire de Girault-Duvivier (1811), définit a priori un ensemble de règles, se développe une approche diachronique qui s’intéresse aux manifestations linguistiques spécifiques des individus, des cultures et des peuples. L’époque romantique voit ainsi l’avènement d’une anthropologie linguistique qui met l’accent sur « les aspects individuels et subjectifs des diverses langues comme de la langue de tel ou tel individu, aspects qui viennent s’ajouter aux composantes universelles » (Schmitter, 2000 : 64). Elle se développe au tournant du xviiie siècle en Allemagne, notamment chez Schlegel qui réfléchit sur la langue dans la perspective d’une philosophie du Logos comme flux dynamique traversant le monde et le sujet. À Iéna, dans ce cercle que Heine nommera école romantique et où se rassemblent des personnalités comme Novalis, Fichte et Schleiermacher, se développent toute une série de réflexions sur la singularité de la création, notamment littéraire. C’est dans ce cadre esthétique que Schlegel approfondira ses recherches sur la dynamique vitale des langues, dans l’optique d’une grammaire comparée susceptible de dégager des familles et des généalogies linguistiques.

5Ces réflexions, de nature idéaliste, qui se diffusent en France notamment par l’entremise de Madame de Staël, posent les bases d’une réflexion linguistique sur les rapports entre universalité et particularismes historiques et géographiques.

6C’est ainsi à cette époque qu’apparaît le terme « linguistique » pour désigner une discipline qui recherche « les propriétés des différentes langues, en donne une classification et, à partir de là, tire les conclusions sur leur généalogie et leur parenté » (Auroux, 2000 : 11). Une nouvelle conception linguistique se met en place progressivement, orientant l’étude non seulement sur la construction des formes, mais surtout sur les processus d’évolution qu’elles impliquent, sur la « manière dont les formes naissent ». Allant de la « révolution morphologique » (Rousseau, 2000) de la grammaire comparée à La Vie des mots étudiée dans leurs significations (Darmesteter, 1887), un nouveau paradigme linguistique historique et organiciste traverse ainsi tout le siècle. S’appuyant sur des études précises, la grammaire comparée organise les langues du monde en grandes familles dotées de systèmes grammaticaux spécifiques. On notera que ces recherches s’inspirent largement des études d’histoire naturelle. Qu’il s’agisse de l’anatomie comparée, dont Cuvier entre 1800 et 1805 expose les objectifs dans ses Leçons, ou des travaux de Linné qui suggèrent à Schleicher l’idée d’un arbre généalogique des langues, la réflexion sur la langue rejoint les interrogations sur la création et l’évolution des espèces individuelles.

7Entre idéalisme et description des spécificités langagières, intérêt pour la création singulière et aspiration à la totalité, cette nébuleuse romantique repense constamment l’articulation entre individuel et général, dans laquelle Humboldt voit le « caractère d’une langue ». Chez ce dernier, comme le précise Schmitter (2000 : 70), l’étude de la « vision du monde » déterminée par la langue propre à chaque sujet vise à « mesurer la faculté de langage du genre humain » à travers la comparaison de différentes « visions du monde ». S’il envisage la langue comme organisme, c’est pour souligner son articulation avec l’évolution spirituelle de l’homme, l’organisme de la langue correspondant à l’organisme de la pensée. Au contraire, chez Bopp, le modèle organique permet de penser l’autonomie de la langue, dont l’évolution suit des lois mécaniques qui lui sont propres. Comme le souligne F. Neveu, « on passe ainsi d’une recherche portant sur une langue particulière afin d’en dégager les caractéristiques conceptuelles et psychologiques propres à une communauté linguistique, à une recherche portant sur ce qui est général et sur les représentations spécifiques du général par le particulier » (Neveu, 2000 : 29). Une même méthode peut ainsi faire l’objet de polarisations inverses : Christian Karl Reisig, fondateur de la sémasiologie (1825, Vorlesungen über lateinische Sprachwissenschaft), s’intéresse au général universellement valable plutôt qu’à l’individualité spécifique d’un peuple donné, tandis que son disciple Friedrich Haase, s’inspirant de la conception humboldtienne, met l’accent sur « le génie particulier de la langue », son « originalité propre à chaque peuple » et sur la manière dont il se forme et se transforme historiquement.

8Mais l’individuel se distingue davantage encore dans l’herméneutique de Schleiermacher, qui s’intéresse avant tout au texte individuel. Comme l’explique D. Thouard (2007 : 215) : « En reconnaissant le rôle actif du sujet parlant, on ne pouvait en rester à une théorie générale du langage, comme les grammaires philosophiques : il fallait y adjoindre une théorie du discours individuel, ce que Schleiermacher entreprendra dans son herméneutique à partir de 1804-1805. » L’interprétation a alors pour tâche de comprendre un sens original, ce qu’a voulu dire l’auteur du texte lu.

9On le comprend, l’une des difficultés de la pensée linguistique du singulier est qu’elle naît d’une confrontation de différentes approches qui s’agencent pour former un continuum qui va de l’individuel au général. P. Schmitter le résume clairement en expliquant que « Humboldt s’intéresse surtout à la pensée de l’humanité en général, Haase à la pensée spécifique des différents peuples et Schleiermacher à la pensée d’un individu donné » (2000 : 76). Mais cette répartition ne rend pas compte de théories romantiques que leur nature mouvante rend difficiles à synthétiser et ne renseigne qu’en partie sur le statut spécifique du singulier. Car c’est finalement moins dans une linguistique théorique que dans une linguistique en pratique, telle qu’elle se pense et s’observe chez les écrivains eux-mêmes, que cette question est le mieux mise en relief. Aussi le mouvement « de l’objectif au subjectif, du général à l’individuel » qui caractérise cette période se laisse-t-il également concevoir en termes de « dérive insensible conduisant d’un génie intrinsèque des langues, ou d’une langue particulière, à ces effets extrinsèques, consécutifs à l’application caractéristiques de telle ou telle langue par tel ou tel auteur qui ne peut être lui-même moins que génial » (Saint-Gérand, 1999 : 38).

Singulier et expressivité

10Une telle mise en avant du singulier, et les problèmes d’articulation avec le général qu’elle entraîne, ne cessent par la suite de traverser les études sur le langage. C’est tout à fait net chez Ch. Bally qui, revisitant la distinction saussurienne entre langue et parole, intègre à l’étude de la langue celle de « la langue parlée envisagée dans son contenu affectif et subjectif ». Dans cette linguistique sous l’influence de la psychologie, la question du singulier se manifeste notamment dans les couples notionnels intellectuel/affectif et collectif/individuel, qui sont au cœur d’une « science générale de l’expression » :

La stylistique étudie donc les faits d’expression du langage organisés au point de vue de leur contenu affectif, c’est-à-dire l’expression des faits de la sensibilité par le langage et l’action des faits de langage sur la sensibilité. (Bally, 1909/1951 : 16).

11À l’image du signe saussurien, ces faits d’expressivité sont des valeurs qui ne sont compréhensibles qu’à l’intérieur d’un système, ce qui ramène le fait de langage à un type, intellectuel ou affectif. Comme rapports distinctifs, ces valeurs expressives permettent de mettre l’accent sur ce qui est propre, caractéristique, et cela à plusieurs niveaux. Il peut ainsi être question de « valeur expressive d’une langue », lorsqu’il s’agit des traits observables dans l’exercice d’une langue, tout idiome présentant une valeur expressive qui lui est propre et qui contribue à le distinguer d’autres idiomes. Mais la notion d’expression concerne surtout la dimension affective qui touche les sujets parlants, c’est-à-dire les faits de sensibilité :

J’appelle donc expression l’ensemble des aspects affectifs du langage organisé, et je propose d’appeler stylistique l’étude des aspects affectifs et des procédés linguistiques qui servent à les produire. (1911 : 191)

12Associée aux idées de subjectivité, d’émotion et de sensibilité, cette notion d’affectivité introduit elle aussi de la diversité et du caractéristique :

L’affectivité est la manifestation naturelle et spontanée des formes subjectives de notre pensée : elle est indissolublement liée à nos sensations vitales, à nos désirs, à nos volontés, à nos jugements de valeur : elle est – ce qui revient au même – la marque extérieure de l’intérêt personnel que nous prenons à la réalité. (1977 : 75)

13Cela conduit Bally à se poser la question du fondement de l’émotion :

Mais cette émotion, d’où est-elle née ? Des mots ou des tours que la langue a fournis ? Ou bien de la manière plus ou moins personnelle dont les phrases ont été prononcées, de gestes significatifs, d’une mimique expressive, de mots employés dans des acceptions inédites, en un mot : du langage propre au parleur ? Ou bien, enfin, de la réalité pure et simple dont la parole est la traduction matérielle, des circonstances dans lesquelles elle a été prononcée, de la situation ? (1977 : 75)

14« Personnelle », « inédites », « langage propre au parleur », « circonstances », « situation », autant d’expressions qui indiquent que la question du singulier circule dans la problématique de l’expressivité. Et ce faisant, elle rejoint la question de l’idiolecte :

On peut se demander comment et dans quelle mesure le langage d’un individu diffère du langage de tout le groupe lorsqu’il est placé dans les mêmes conditions générales que les autres individus de ce groupe. Chaque individu a sa manière propre d’employer son idiome maternel ; il lui fait subir, dans certaines circonstances ou habituellement, des déviations portant sur la grammaire, la construction des phrases, le système expressif ; il lui arrive d’employer dans l’usage courant des mots dont les autres se servent rarement. Ces particularités sont en général peu apparentes, mais elles ne sont pas entièrement négligeables [...] c’est dans ce sens, et dans ce sens seulement, qu’on peut parler d’une stylistique individuelle. (1909 : 18-19)

15Cela ne fait pas pour autant du singulier un élément central. Ce qui intéresse Bally avant tout ce n’est pas la parole qui est « un fait secondaire et contingent », mais bien « la langue parlée » qui résulte du jeu entre individuel et général :

Écoutez n’importe qui dans la vie réelle : la langue qu’on parle regorge d’éléments non intellectuels ; mais elle n’est pas, dans chaque cas, une création du moment, une improvisation ; celui qui parle pour exprimer une émotion, pour prier, pour ordonner, n’a presque jamais besoin d’inventer pour être expressif : il trouve des moyens d’expression tout prêts dans la langue parlée, ce sont même les premiers qui lui viennent à l’esprit. (1977 : 158)

16Du côté de la parole, le singulier intervient donc de manière marginale tout en jouant un rôle important dans la construction d’une linguistique « réaliste » :

Si la langue maternelle nous donne presque toujours l’impression d’un tout organique, présentant une unité parfaite, cette impression peut fort bien être illusoire. [...] Mais la réalité nous présente un tableau bien différent. En fait, quelle est la langue où l’on découvre, à la lumière d’une étude désintéressée, une unité même approximative ? (1965 : 17)

  • 3 « L’action incessante des sujets parlants peut être comparée à un siège en règle que la parole fai (...)

17Dans cette théorie, le singulier apparaît comme un ingrédient des créations affectives qui pénètrent « la langue normale » et « forment ce composé particulier qu’on nomme la langue parlée3 », objet de la stylistique. À ce titre, la stylistique de Bally est représentative d’une tendance de la linguistique à écarter le singulier comme objet d’étude tout en le maintenant, à titre méthodologique. C’est d’ailleurs un même statut qui lui est communément réservé au sein de la linguistique, dans la mesure où cette dernière a conquis son statut de discipline scientifique en tant que « linguistique générale », se donnant traditionnellement pour objet les langues et le langage.

Singulier et idiolecte

  • 4 L’analyse de plusieurs définitions de l’idiolecte révèle sept dimensions caractéristiques de cette (...)

18Sur le long terme, dans le sillage pluriel de la linguistique du xxe siècle, la notion d’idiolecte connaît diverses variations et déplacements d’accent4 qui se traduisent notamment par une manifestation de plus en plus explicite et exclusive du singulier. Ainsi, notamment dans les définitions incontournables de la notion, celles de Bloch et de Hockett, l’idiolecte apparaît d’abord conçu comme l’appropriation d’une langue historique par un locuteur individuel :

a) The totality of possible utterances of one speaker at one time in using a langage to interact with one other speaker. (B. Bloch, 1948)

b) The totality of speech habits of a single person at a given time. (C. F. Hockett, 1952)

c) Der Idiolekt ist die Sprache eines Individuums. Er umfaßt sowohl das sprachliche System und übrige Kenntnisse, die dem Individuum sprachliche Äußerungen ermöglichen, als auch diese Äußerungen selbst. (G. Hammarström, 1973)

  • 5 Soit un ensemble de systèmes linguistiques renvoyant chacun à « des différences dans l’espace géog (...)

19À cet égard, le rapport de l’idiolecte à la langue n’est pas seulement à concevoir en termes de continuité mais, en même temps, en termes de restriction par rapport à une langue prise dans sa totalité. De fait, alors que la linguistique variationnelle (Oskaar 2000, Kubczak 1989) insiste sur le rôle constitutif des idiolectes pour la constitution du diasystème de chaque langue historique5, chaque idiolecte représente quant à lui une connaissance toujours partielle des variétés diatopiques, diastratiques et diaphasiques. Tout idiolecte n’est ainsi autre chose qu’une représentation de la langue à l’échelle individuelle. Cependant l’appropriation partielle des formes ou des unités traditionnelles de langue connaît un processus de transformation. C’est précisément ce que notent des définitions postérieures aux années 70 (avec en arrière-plan la linguistique textuelle et énonciative), où le singulier reçoit différentes formulations (« individuellen Besonderheiten », « traits idiosyncrasiques », « particularités », « irréductible à l’influence de groupes ») :

d) « Von einer Person beherrschter Teil des Langue » ; « Idiolekt – auch mit individuellen Besonderheiten versehene sprache eines Sprechers. » (Ulrich, 1972)

e) « compétence linguistique d’un sujet individuel, et plus spécifiquement : ensemble des traits idiosyncrasiques qui la caractérisent » (Kerbrat-Orecchioni, 1980)

f) « ensemble des particularités de l’usage linguistique d’un individu » (Arrivé & alii, 1986)

g) « façon de parler propre à un individu, considérée en ce qu’elle a d’irréductible à l’influence des groupes auxquels il appartient » (Ducrot & Schaeffer, 1995).

  • 6 La taille et la forme du triangle à l’endroit représente à la fois la part normale, toujours domin (...)

20Ici, il n’y a plus seulement continuité avec la variation sociolinguistique mais aussi discontinuité. Cette dernière est explicite dans les définitions d) et e). Cependant les définitions f) et g) semblent aller plus loin : au lieu d’intégrer les singularités comme une caractéristique seconde des usages individuels elles lui attribuent une place exclusive – où il y a en même temps secondarisation de la part non singulière ou « normale » de l’idiolecte (déf. a, b c), c’est-à-dire de la part nécessaire à l’inter-compréhension entre les individus d’une même langue ou variété de langue. D’où trois façons de concevoir la notion d’idiolecte, dont deux s’opposent par défaut et par excès de singulier6 :

  • 7 Au-delà de cette analyse, se pose la question de la valeur descriptive de ces variantes. Quand bie (...)

21Ces trois variantes esquissent le portrait d’une notion d’idiolecte où le singulier est susceptible de se voir attribuer une place et une accentuation qui sont relatives au cadre théorique qui l’accueille. Mais ce statut variable du singulier dépend in fine de la tâche descriptive (il peut en effet servir une méthode d’analyse sans pour autant constituer la finalité de la description) et, au-delà de ces variantes notionnelles7, l’approche idiolectale des manifestations linguistiques a justement pour spécificité de lier la question du singulier à l’individuel. Ce dernier point soulignant la distinction nécessaire qu’il convient de faire entre ces deux derniers termes (infra « Linguistique du singulier »).

Phénomènes singuliers : l’écart et le contraste 8

  • 8 Ce terme renvoie en fait à diverses manières, qu’on ne détaillera pas ici, de répondre aux phénomè (...)
  • 9 Dans son article « Traitement stylistique et traitement idiolectal », Gilles Philippe note que, po (...)

22De fait, selon que sa tâche est de conduire une description historiquement construite de la langue en général (une démarche tout à fait explicite en phonologie ou en sociolinguistique) ou au contraire de mettre en perspective ce qui l’en distingue, le singulier aura une position plus ou moins périphérique, et un rôle plus ou moins transitoire. Une même tension apparaît nettement dans le débat qui a opposé, de manière caractéristique, une linguistique des idiolectes, notamment littéraires, mise à l’honneur par certains philologues français9 et une psychologie des choix langagiers telle qu’elle se développe dans la stylistique allemande. Principal représentant de cette dernière, Spitzer explique ainsi que la première « (sous l’influence de Charles Bally) traite plutôt de l’expressivité de la langue française et ne cherche chez les écrivains que des matériaux utiles à l’étude du français littéraire » alors que lui-même s’occupe « en premier lieux des auteurs, faisant servir les catégories linguistiques (et autres) à l’étude du style particulier des écrivains » (1955 : 595).

  • 10 « Ce que j’avais dans l’esprit, c’était une définition plus rigoureusement scientifique d’un style (...)
  • 11 « La déviation stylistique de l’individu par rapport à la norme générale doit représenter un pas h (...)

23Même s’il s’inscrit à l’origine dans une démarche linguistique10 qui cherche dans l’écart individuel le reflet d’une mutation générale de la langue et de la psychologie d’un peuple11, Spitzer porte un intérêt privilégié aux variations expressives où s’inscrit la trace de la subjectivité du locuteur. C’est bien le sujet parlant qui est visé à travers les néologismes ou les structures syntaxiques inédites :

Quand je lisais des romans français modernes, j’avais pris l’habitude de souligner les expressions dont l’écart me frappait par rapport à l’usage général ; et souvent, les passages ainsi soulignés semblaient une fois réunis prendre une certaine consistance. Je me demandais si on ne pouvait pas établir un dénominateur commun pour toutes ces déviations ou presque : ne pourrait-on pas trouver le radical spirituel, la racine psychologique des différents traits de style qui marquent l’individualité d’un écrivain, comme on a pu trouver la racine commune de formations verbales bien capricieuses ? (1970 : 54)

24Il faut dès lors se garder, en privilégiant une procédure générale valable pour tout sujet, de suspendre l’originalité de celui qui la met en œuvre : « Dans cette analyse, il n’y a pas de place, je crois, pour la philologie, sans temps ni lieu, de la vieille école ; c’est l’explication d’un phénomène dans son hic et nunc concret. » (1970 : 56).

  • 12 En témoigne la substitution progressive d’un principe unificateur de l’œuvre littéraire (le fameux (...)

25L’opposition qu’il établit entre « phénomènes linguistiques externes » et « signification intérieure » de l’œuvre souligne le primat du pôle du sujet auquel conduit sa logique de l’écart, même si cela n’implique pas forcément une intentionnalité12. Pointer l’écart et en évaluer la portée expressive permet de circonscrire le caractère spécifique du génie créateur et à travers lui, une tendance de nature historique.

  • 13 « Elle n’est pas pertinente parce que les lecteurs fondent leurs jugements (et les auteurs leurs p (...)

26Quant à M. Riffaterre, il entend répondre à l’inadéquation de la norme linguistique en matière d’analyse stylistique en substituant le contexte, c’est-à-dire le texte, à ce qu’il appelle la « norme idéale13  ». L’effet stylistique est alors conçu comme un fait inattendu, un « contraste » qui résulte de déviations normées par le contexte, et qui s’impose à l’attention du lecteur dans le parcours séquentiel ou linéaire du texte. Les concepts solidaires de linéarité, de contraste et de contexte sous-tendent ainsi une définition du style :

Le style n’est pas fait d’une succession de figures, de tropes, de procédés ; ce n’est pas une mise en relief continue. Ce qui fait la structure stylistique d’un texte, c’est une séquence d’éléments marqués en contraste avec des éléments non marqués, de dyades, de groupes binaires dont les pôles (contexte, contraste par rapport à ce contexte) sont inséparables, inexistants indépendamment l’un de l’autre (chaque fait de style comprend donc un contexte et un contraste). (1971 : 65-66)

27Ce qui intéresse Riffaterre ce sont les éléments saillants, l’effet stylistique attirant la perception sur une unité du texte lu. Les phénomènes qui illustrent cette conception sont innombrables. Entre autres exemples, Riffaterre convoque ce vers connu du Cid de Corneille : Cette obscure clarté qui tombe des étoiles. Ici le rôle du contexte est dit joué par obscure, celui de l’unité responsable du contraste est joué par clarté. Leur collocation compose un microcontexte (un oxymore) d’où résulte l’effet stylistique.

28Deux décennies plus tard, G. Genette défend une conception inverse et dénonce ce qu’il appelle lui-même « la conception discontinue du style » :

la définition traditionnelle [du style] présentait un autre inconvénient [...] que l’on retrouve illustré (implicitement, puisqu’elle ne s’embarrasse guère de définitions) dans la pratique de la stylistique littéraire : celui d’une conception discontinue du style, comme constitué d’une série d’accidents ponctuels échelonnés au long d’un continuum linguistique (celui du texte), comme les cailloux du Petit Poucet – qu’il s’agit de détecter, d’identifier et d’interpréter comme autant de « faits de style » ou de « traits stylistiques » en quelque sorte autonomes. (Genette, 1991 : 132-133).

  • 14 « Le style comme lieu de la singularité subjective, le style comme expression (affective, intellec (...)
  • 15 « Il y a variation continue d’un fait de style à l’autre, transformation continue de la fonction d (...)

29Sont particulièrement visées la « vision atomiste » de Spitzer (i. e. son attention au détail) et de Riffaterre (le privilège qu’il accorde aux éléments marqués). Genette s’oppose de fait à une conséquence centrale de ce que J. M. Schaeffer rapporte à la doxa de la stylistique littéraire14 : dès lors que le style est un fait textuel discontinu, il suit qu’il y a des textes avec et des textes sans style. Pourtant reconnu par Riffaterre15, le problème de l’intégration des traits stylistiques dans un continuum linguistique interroge alors le statut textuel du phénomène singulier.

30Genette y répond avec le concept aussi accueillant qu’explicatif d’exemplification, emprunté à N. Goodman, soit « un mode (motivé) de symbolisation, qui consiste pour un objet (qui peut être un mot) à symboliser une classe à laquelle il appartient, et dont en retour le prédicat s’applique à lui – autrement dit le dénote » (1991 : 112). Comme la classe en question peut être une tradition discursive (genre de discours, style d’école, etc.) ou un style d’auteur, l’exemplification peut tout aussi bien référer au collectif qu’à l’individuel. Applicable à ce second cas de figure, le singulier ne se définit plus seulement comme un pur moment du texte mais se présente comme toujours déjà potentiellement engagé dans le processus d’adoption individuelle de normes discursives. De même, sous un autre angle, le singulier textuel tient moins du fait isolable que d’une cohérence plurielle et historique, telle que la conçoit par exemple Anne Herschberg Pierrot avec l’idée de « singularisation » dans l’œuvre (2007), le problème stylistique de fond demeurant celui des rapports entre le continu et le global d’une part, et les événements locaux d’autre part.

Style, manière, éthos : l’environnement du singulier

31Qu’il s’agisse de mesurer objectivement par leur récurrence les marques d’expressivité caractéristiques ou de remonter à leur origine transcendante, beaucoup d’approches envisagent le singulier comme un fait qu’on peut isoler de ses conditions concrètes de production et de réception. De manière différente, certaines recherches actuelles sur les notions de style, de manière et d’éthos mettent en avant cette question de l’environnement du singulier, dans le cadre d’une réflexion sur l’artistisation.

32C’est le cas notamment chez Gérard Dessons lorsqu’il exploite la notion de manière dans le cadre d’une logique singulière du dire affirmant une « double spécificité », « celle d’une approche, dans et par le langage, et celle de l’art ainsi approché » (2004 : 350). Considérant l’art comme un problème, la théorie de la manière en fait un lieu à construire pour une pensée du sujet, de l’histoire et de la société, ce qu’il nomme une « anthropologie nouvelle » (27). Deux aspects importants caractérisent cette réflexion : la relation entre « manière personnelle » et « manière collective » (21) et les conditions de diffusion, de partage avec le publique de cet « artistique » qui implique en même temps une « éthique » et une « politique » (17). Car pour Dessons la manière doit se distinguer de la façon qui aborde la singularité comme marque ou série de marques idiosyncrasiques, de procédés qui constitueraient la signature technique d’un auteur. A la « singularité formelle » (204), caractéristique de la façon, il oppose ainsi « la valeur », comme pratique trans-subjective « impliquant le collectif dans l’individuel » (329). Par opposition au singulier caractéristique, la manière met en avant un « singulier collectif ».

33Cette nouvelle manière d’envisager le singulier comme pratique sociale, comme éthique, est une tendance qui se généralise actuellement, notamment dans les recherches sur le texte littéraire. On la retrouve notamment à travers la reprise d’une autre notion, celle d’éthos. Si sa définition comme « figure du locuteur » inscrit cette notion dans le cadre d’une linguistique de la production du discours, elle se pense avant tout comme relation. Comme l’explique Michèle Monte dans le présent volume : « Moins que la parlure ou les éventuels traits idiolectaux du locuteur, c’est la façon dont il s’exhibe ou s’efface et dont il se situe par rapport à d’autres locuteurs/énonciateurs qui retient mon attention. » Dans cette perspective, l’interrogation sur le positionnement du locuteur est immédiatement dépendante d’une interrogation « sur les liens entre ce positionnement et l’individualité du texte, saisi à la fois dans sa spécificité et dans son appartenance à une lignée ».

34C’est aussi dans cette perspective qu’Alain Rabatel se propose de défendre la thèse que « l’éthos rebrasse les cartes du social et du singulier en les subordonnant à une visée argumentative » (2007 : 28). Revenant sur « l’extension de la notion [d’éthos] à la présence du sujet à un texte écrit » il précise qu’elle « ne doit pas faire oublier la dimension interactionnelle première et son horizon argumentatif » (28). C’est également ce que souligne Emmanuelle Danblon (2006) lorsqu’elle met en avant les deux caractéristiques de l’éthos, la légitimité institutionnelle et le charisme : aussi singulière soit-elle, la parole d’un orateur n’a de portée que dans le cadre d’une communauté donnée et dans une relation interpersonnelle particulière.

35Qu’il s’agisse de la notion de manière ou de celle d’éthos, toutes deux invitent à repenser la place de la singularité dans l’articulation entre individuel et collectif en distinguant deux types de relation. Dans un cas, le singulier est compris comme ce qui se définit de manière unique en fonction de caractéristiques fixées et prédéfinies, dans l’autre, il se différencie de manière ouverte. C’est d’ailleurs à partir de cette opposition entre « individuation » et « individualisation » que Laurent Jenny définit pour sa part la notion de style : « Distinguer un individu, c’est le saisir comme l’addition d’un ensemble de caractéristiques externes, l’individualiser c’est le comprendre comme une dynamique interne de différenciations en acte qui relève du style. » (Jenny, 2000).

36De son côté, Anna Jaubert souligne l’importance d’une « mise en situation de cette propriété graduelle qu’est la littérarité » (2005 : 41). Déclinant « différentes saisies » de cet objet à géométrie variable qu’est le style, elle souligne l’articulation entre le singulier pluralisable (un style comme ensemble de traits génériques) et le singulier massif (du style) dessinant une diagonale traversée de tensions entre un pôle singularisant et un pôle universalisant, d’ordre générique : « un discours porte plus ou moins les traces de la subjectivité du locuteur » et « arbore plus ou moins les insignes du genre dans lequel s’inscrit sa demande de reconnaissance » (40). Le fait que la stylistique « étudie les productions verbales dans leur capacité à générer à la fois du sens et de la valeur » (Jaubert, 2007 : 49) implique de prendre en compte les dimensions éthiques et esthétique et rapporte le singulier au champ du phénomène social et à la réception des textes (oraux, écrits). C’est sur cet aspect qu’insiste Georges Molinié (2006) lorsqu’il met en avant le fait que c’est la réception qui construit, ou non, à des degrés divers, la caractérisation artistique de l’objet qui n’est pas donnée d’emblée. Ce que Molinié nomme « l’artistisable » est ainsi associé à une émotion et ne renvoie pas à une valeur en soi mais possède une valeur « pour ». Ainsi, pour lui, « la question méta-stylistique de fond » est « celle de la singularité, pour telle réception, de la singularisation ». À cet égard, penser la singularité à réception permet en particulier de la distinguer de l’individuel, engagé déjà dans un processus d’objectivation. Réfléchissant en retour sur la question des normes, il les pense comme « régularités stylistiques, plus ou moins stabilisées, que l’on pourrait analyser comme des stylèmes de littérarité générico-individuelle » et qui « émergeraient des dynamismes de condensation divers » (Molinié, 2006).

Linguistique du singulier

37À l’issu de ce panorama historique, le singulier se présente comme une notion fort variable dont les différents avatars dépendent toujours d’une période ou un cadre théorique déterminé. La cohérence de l’ensemble demeure toutefois difficile à concevoir, sans même parler d’une conception unifiée de ces représentations multiples du singulier. On peut néanmoins envisager un modèle qui permette d’appréhender, dans sa complexité, la notion de singulier d’un point de vue strictement linguistique.

38S’il va de soi que nous ne pouvons approfondir chacun des points développés ici, nous entendons du moins : i) détailler les parcours d’intégration possibles du singulier aux paliers individuel (idiolecte et style) et traditionnel (langue historique et traditions discursives) du langage ; ii) mieux cerner les différentes manières de procéder qui s’offrent à l’acte de singularisation, en soulignant la gradualité définitoire du singulier ; iii) exposer une vue d’ensemble des conditions historiques de production et de réception du singulier, en précisant les rapports qu’il entretient avec l’individuel, l’idiolecte et le style ; enfin, iv) évoquer le problème de l’évaluation du singulier. Pour y parvenir, il est nécessaire de partir d’une problématique qui englobe notre propos, celle de la créativité langagière.

Créativité, langue historique et traditions discursives

39Au principe de la dimension esthétique des textes comme de l’histoire des langues (changement linguistique), la créativité langagière se réalise toujours à travers les actes d’un individu. Parmi les rares modèles linguistiques faisant droit à cette dimension individuelle du langage (Gérard 2010), celui d’E. Coseriu s’illustre en lui dédiant un niveau propre d’existence et d’analyse. Il propose ainsi, notamment, de décliner l’activité de parler selon trois niveaux distincts d’appréhension du langage :

au niveau universel, l’activité de parler en général, c’est-à-dire en tant que telle, sans détermination de nature historique ; au niveau particulier, [...] le discours (l’acte linguistique ou la série agencée d’actes) d’un individu donné dans telle ou telle circonstance donnée ; au niveau historique, enfin, [...] la langue concrète, c’est-à-dire une modalité particulière de parler propre à une communauté. (Coseriu, 2001 : 34-35)

  • 16 Cette notion est devenue aujourd’hui importante en romanistique (Aschenberg/Wilhelm, 2003), en Esp (...)

40Dans une même optique, P. Koch (1997 : 45) propose de développer ce modèle en doublant le niveau historique par un niveau des traditions discursives16 :

  • 17 Nous suivons ici Koch quand il suggère de ne pas employer à ce niveau universel le concept de norm (...)
  • 18 Au sens cosérien, ce niveau des « normes » s’entend par opposition à celui du système (de la langu (...)

Niveau

Domaine

Type de norme

Type de règle

Universel

Activité de parler

(Cf. Rem. 3 et 417)

Règles du langage

Historique

Langue particulière

Normes de langue18

Règles de langue

Historique

Tradition discursive

Normes discursives

Règles discursives

Individuel/Actuel

Discours

  • 19 Koch note d’ailleurs, en renvoyant à Spitzer, Holtus et Gauger : « “style” d’un individu, ce qui s (...)

41De fait, toute énonciation/interprétation implique non seulement une langue historique (au moins) mais aussi, en même temps, différentes traditions discursives (un genre textuel, etc.). Cependant, alors qu’il intègre cette médiation entre la langue et le discours (texte), Koch reproduit telle quelle la double dénomination individuel/actuel de Coseriu qui situe le discours au niveau inférieur de l’activité de parler. Certes, les termes individuel et actuel font ici référence à l’acte d’énonciation d’un locuteur donné dans une situation déterminée. Mais la corrélation du palier individuel et du domaine du discours, ainsi que l’assimilation de l’individuel à l’actuel, apparaissent discutables dès qu’on cherche à repérer, dans ce dispositif, le domaine de l’idiolecte et du style individuel (concernant les relations entre ces deux notions, Gérard 2010). De fait, le « discours » relevant bien plutôt d’un niveau contextuel, on ne peut y situer l’idiolecte dont les régularités (phonétiques, lexicales, morphosyntaxiques) transcendent nécessairement les phénomènes linguistiques occurrents, in situ. De plus, le fait que tout idiolecte soit variable au gré des expériences sociales et de la mémoire de l’individu lui confère bien une dimension historique propre. D’où les remaniements suivants, où l’individuel apparaît comme un plan d’appréhension du langage à part entière19, distinct du niveau situationnel :

  • 20 À rebours d’une conception sacralisante de la tradition (impliquant obéissance ou trahison), ce te (...)

Niveau

Domaine

Régime

universel

Activité de parler

Règles

historique

traditionnel20

Langue particulière

Normes

Règles

traditionnel

Traditions discursives

Normes

Règles

individuel

Idiolecte

Régularités

individuel

Style

Régularités

situationnel

Textualité

Semiosis

42Ce dernier niveau est celui de la variabilité alors que le niveau historique est celui de la variation (sociale et individuelle) d’une part, et de la variété des traditions discursives (voir supra), d’autre part. Il concerne les actes d’énonciation/ interprétation réalisés dans une situation de communication : lui correspond un domaine de la textualité et du sens, distinct des autres domaines par l’absence de règles et de normes propres, dans la mesure où s’y observent des processus sémiotiques d’identification/constitution de l’unité (cohésion, cohérence et progression) et des unités (période, thème, etc.) du texte (Rastier, 2003, 2006). C’est ici qu’il convient de situer le problème stylistique évoquée en 1.4.

43Bref, on distingue les six domaines de la caractérisation linguistique, dotés chacun d’un statut défini (universel, traditionnel, individuel, situationnel) et de régimes de fonctionnement particuliers (type de règle, type de norme, régularités locales et semiosis textuelle). Surtout, transversalement, les niveaux et les paliers entretiennent des relations qui dynamisent l’ensemble :

44Ce modèle global de la créativité langagière conçoit toute langue historique et toute tradition discursive comme des réalités supra-individuelles. Plus exactement, si à tout fait d’expression préexiste une langue particulière et des traditions discursives, ces deux ordres de la tradition langagière s’acquièrent au palier individuel où ils existent selon une multiplicité d’idiolectes d’une part, et de styles individuels d’autre part. Le social est ainsi incorporé dans l’individu. Plus précisément, le processus de l’appropriation individuelle est toujours une restriction (supra « singulier et idiolecte »). Ainsi, de même qu’un idiolecte se caractérise d’abord comme une connaissance plus ou moins étendue des variétés d’une langue particulière, de même la connaissance de la variété des traditions discursives dépend étroitement de l’éventail des pratiques socio-discursives fréquentées par le locuteur. De fait, tout style non seulement présuppose souvent plusieurs traditions discursives mais les représente – mieux, les concrétise – à l’échelle individuelle, où elles coexistent ainsi. Mieux, pour un individu donné, il faut toujours prévoir plusieurs styles distincts. C’est l’ensemble de cette maîtrise partielle des formes (unités) et des normes traditionnelles qui sert de support ou de fonds permanent et nécessaire à la production mais aussi à la réception/perception du singulier.

Parcours historiques : limite et portée du singulier

  • 21 Coseriu ([1958] 2007) définit ainsi les concepts d’innovation et d’adoption : « Tout ce qui, dans (...)
  • 22 Dans le schéma, les parcours b) notent d’un côté l’évolution historique des langues (par exemple l (...)
  • 23 On lira avec profit, pour une application au latin, la contribution de Banniard (2004).

45Dans une perspective historique, le singulier est l’alpha du changement linguistique. L’événement textuel correspond alors à une innovation21 qui connaît des adoptions multiples et fait ainsi progressivement sens pour un groupe ou une communauté de locuteurs. Ce faisant, les parcours collectifs de la diffusion22 ont pour effet de supprimer la valeur singulière de l’événement textuel. En effet, une fois intégrée au palier traditionnel, toute innovation langagière acquiert un statut normal en même temps qu’elle perd son caractère singulier23 – même si le singulier existe aussi au niveau de la langue (ex. les ambiguités évaluatives que constituent (ne)... rien moins que ; après-midi, etc.). À partir d’unités de langue ainsi lexicalisées ou grammaticalisées, la production du singulier peut alors reprendre en contexte, par la mise en œuvre de différentes techniques de singularisation ; les unités de langue n’étant bien entendu pas les seules concernées par ce parcours du texte vers la norme et retour (infra « L’expression du singulier »).

46Le second parcours (noté a) dans le schéma) est plus délicat à apprécier. Si le singulier ne se confond pas avec l’individuel, il peut néanmoins s’y loger postérieurement à la création situationnelle des innovations, dès lors que celles-ci sont adoptées par le locuteur qui en est à l’origine. L’innovation contextuelle s’impose alors comme une régularité individuelle qui contribue à la singularisation d’un idiolecte ou d’un style (par exemple, l’appropriation d’un genre de discours se traduit par des variations individuelles voire des variantes stylistiques caractéristiques de l’œuvre en question). Ce parcours historique du texte à l’idiolecte ou au style, à la différence du parcours qui conduit aux niveaux traditionnels du langage, maintient nécessairement la valeur singulière de l’événement textuel.

47On retiendra ici que le singulier n’est ni un niveau ni un domaine ni un palier du langage. Néanmoins, alors même qu’il n’est jamais observable qu’au sein de textes, parce qu’en tant qu’événement sémiotique il y est produit et il s’y perçoit, le singulier peut trouver à se stabiliser au niveau individuel, devenant alors un aspect constitutif d’un idiolecte ou bien d’un style. Et c’est précisément pour cette raison que l’idiolecte et le style, tout en étant des représentations partielles d’une langue et de traditions discursives, réalisent en même temps toujours plus, à divers degrés selon les individus et les œuvres, que ce que les formes et les normes traditionnelles nous montrent dans leur état actuel.

L’expression du singulier : diversité et gradualité

48Au niveau situationnel, le singulier se laisse appréhender comme un événement sémiotique susceptible de se réaliser de diverses manières. Ainsi, outre les modifications dont il peut doter ou priver les unités d’une langue (par métaphorisation, suffixation, etc.), l’acte de singularisation peut façonner à sa guise des formes discursives traditionnelles (par ex. les défigements de la phraséologie) comme il peut assimiler à son profit des traditions discursives génériques (par ex. J.-P. Manchette inventant son propre polar avec et contre le roman noir américain), ou même des styles individuels (par ex. l’imitation créatrice chez Virgile et les Latins en général). Toutes ces différentes manières d’agir ont en commun d’opérer la transformation d’unités existantes (de langue et de discours) ou d’adapter des modèles textuels existants à des finalités expressives inédites.

  • 24 La créativité linguistique assumant les contraintes et licences des discours et des genres où elle (...)

49En outre, l’acte individuel d’énonciation peut donner lieu à des créations linguistiques dont la manière tend moins à critiquer un « modèle » discursif ou à agir sur les emplois normaux d’une langue24, qu’à vivifier une textualité au moyen d’un usage normal des unités de discours disponibles. Il en va ainsi du recourt à la plupart des figures non tropes (asyndète, gradation, antanaclase, etc). Fait banal, cette manière de procéder participe du caractère des textes en produisant, au sein d’un passage, un événement fonctionnel (infra « conditions sociodiscursives ») qui peut être particulièrement prégnant, remarquable (ex. un parallélisme) mais pas seulement.

50De fait, la gradualité constitue une des dimensions définitoires du singulier – qu’il s’avère tout à fait abusif de réduire à un écart ostensible ou bien à une irrégularité forte (ex. le contraste de Rifaterre). Quand ils sont ponctués de gestes énonciatifs remarquables, les textes ne se singularisent pas moins par des phénomènes sourds et diffus comme c’est souvent le cas des rythmes sémantiques (Gérard, 2006, Missire 2007, Gérard & Missire 2009). Mais outre cette question des degrés de saillance, ce qui apparaît déterminant c’est le fait que la valeur mineure ou majeure d’un événement singulier – son intérêt, son originalité ou sa gratuité –, dépend au fond de l’évaluation interprétative dont il est toujours l’objet (infra, « Le problème de l’évaluation »).

Finalité expressive et conditions sociodiscursives

  • 25 « Tout acte de parole, étant dans le même temps historique et libre, possède une extrémité ancrée (...)

51Partons, pour simplifier ici l’exposé, de la néologie lexicale. Toute création lexicale étant produite et identifiée au sein d’un passage situé, elle doit certes répondre aux contraintes/licences d’une langue historique (système de possibilités/ norme existante), mais aussi à des contraintes/licences pragmatico-discursives. Ainsi, alors que la linguistique historique s’intéresse généralement aux conditions posées par la langue elle-même25, une stylistique historique doit en outre chercher à déterminer l’acte de création langagier en tant qu’il dépend par ailleurs (i) de la textualité en jeu et (ii) des conditions sociodiscursives de l’activité de parole (à l’oral comme à l’écrit).

52(i) En germanistique, l’étude de la néologie a investi dès les années 70 les rapports entre la néologie et la textualité en considérant, à juste titre, que la création lexicale n’est autre qu’un passage singulier du texte qu’elle constitue. À ce titre, quant elle participe de la progression, de la cohérence ou de la cohésion du texte, elle revêt au moins une fonction textuelle (contribuer à la cohésion isotopique, traduire un geste énonciatif, ponctuer un récit, etc.), fonction qui motive précisément la présence de la création lexicale en question. Il faut reconnaître ici un problème plus général et majeur, celui de la finalité expressive et communicationnelle du singulier.

  • 26 Dans les années 80, celle-ci va en particulier s’intéresser au fait que certains types de construc (...)

53(ii) On sait que la productivité néologique ne varie pas seulement selon les auteurs (l’inventivité inégalée de Rabelais) ou l’époque (ex. pour la langue classique, la doctrine anti-néologique issue de Malherbe) mais aussi selon les traditions discursives. Par exemple, au xviie siècle, la brève tradition burlesque encourage la créativité lexicale contre la langue épurée et appauvrie de Malherbe, des Précieuses et de Vaugelas. Cette reconnaissance de l’influence des traditions discursives sur la créativité linguistique est également un acquis de la germanistique de ces trente dernières années (Barz & alii, 2000 ; Fleischer/Barz, 1995 ; Erben, 2000 ; Peschel, 200226).

Le problème de l’évaluation

54Ces dernières remarques permettent d’illustrer le problème de l’évaluation interprétative du singulier, dont on voit bien sur ces exemples (le refus de Malherbe vs. l’hospitalité de la tradition burlesque) comment elle peut dépendre des conditions sociodiscursives. À un autre niveau, la reconnaissance de la fonction textuelle de l’événement singulier est un critère d’évaluation pour l’accession de la création linguistique au statut d’innovation. Ainsi on opposera l’innovation aux singularités normalement rejetées comme barbarismes (qui sont notoirement anti-fonctionnels) ou archaïsmes (pouvant eux, à certaines conditions, être reçus comme fonctionnels et donc valorisés). Enfin, alors que la subjectivité joue un rôle évident dans la reconnaissance et l’évaluation du singulier, l’étude totale de ce dernier – qui présente par ailleurs une diversité d’aspects – devrait rendre compte des conditions et motifs (linguistiques et autres) de cette subjectivité dans chaque cas de figure particulier, à l’image par exemple de l’étude du sentiment néologique (Sablayrolles, 1996, 2003).

Pour conclure

55Selon les approches du singulier, celui-ci apparaît comme un processus d’appropriation, de subjectivation, d’intériorisation de normes linguistiques ou encore d’instauration de nouvelles possibilités susceptibles d’être généralisées. Selon les études, on hésite également entre radicalité de l’expérience singulière, faite d’originalité voire d’altérité, et simple individualité. Par ailleurs le singulier pose la question de son mode d’existence : s’agit-il d’un fait ou d’un trait observable de manière objective ou le singulier est-il toujours attaché à une subjectivité ? Et dans le cas d’une subjectivité singulière, celle-ci concerne-t-elle principalement le locuteur, dans une perspective énonciative, l’interlocuteur, notamment lecteur, dans un cadre pragmatique, ou une communauté ? Enfin se pose la question de la manifestation de ce singulier : se manifeste-t-il toujours sous forme d’écart, d’altérité, d’étrangeté, de remise en question de la langue ? En guise d’éléments de réponse à ces questions, nous retiendrons pour finir quelques principes.

56Alors qu’un tel phénomène peut aussi bien se distinguer formellement que fonctionnellement, la reconnaissance des conditions sociodiscursives de sa manifestation conduit moins à y voir quelque chose d’étrange, une altérité, qu’une reformulation ou une reprise créatrice. Inutile dès lors de recourir au critère de l’écart : ce qui prévaut ce n’est pas une logique communicationnelle dans laquelle les formes linguistiques sont des outils ou des réponses à telle ou telle situation, mais un régime de sens où des forces de proposition poussent à repenser un dispositif langagier en fonction du contexte occurrent.

  • 27 Sur ce rapport à la langue dans le cas de la singularité littéraire, voir Wulf J. (2007).

57Ainsi, on n’identifiera pas le singulier à un fait mais à un régime de création, entendu par opposition à un régime de récitation ou de reproduction de la langue et de traditions discursives. En ce sens, ce n’est pas l’originalité en soi de telle tournure linguistique qui paraîtra intéressante mais la relation dont elle témoigne, selon qu’il s’agit ou non d’une relation de complaisance, d’ajustement ou d’adaptation aux normes en vigueur27. Autrement dit, sous un tel régime, il n’y a pas substitution d’une forme particulière à une norme instituée : en se signalant comme singulière dans un texte, telle ou telle forme ne prend pas la place de la norme en vigueur mais invite pour ainsi dire à s’interroger sur elle. Comme elle se crée dans une perspective critique, toute forme singulière entraîne ainsi une problématisation de l’une des normes linguistiques à laquelle elle peut théoriquement renvoyer (supra « Expression du singulier »), sans pour autant y suppléer ni même avoir à lui résister.

58Mais le propre du singulier n’est pas seulement de se distinguer ou de se détacher sur le fond de la tradition, mais aussi de produire une mise en perspective d’ordre métalinguistique. De fait, le singulier implique doublement le collectif, en amont, puisqu’il se dessine sur le fond des normes en vigueur, et en aval, dans la mesure où il intervient de manière métalinguistique, dans la modification du regard des lecteurs sur ces normes et dans le rapport qu’ils entretiennent avec le langage. Au fond, en tant qu’espace d’évaluation critique, on peut se demander si le principal aspect du singulier n’est pas tant sa valeur distinctive en contexte que sa capacité à faire signe vers les possibles d’une langue (le système au sens cosérien) ou d’une tradition discursive, c’est-à-dire à symboliser la créativité linguistique elle-même à travers une réalisation contextuelle vécue comme unique.

59Bien qu’il puisse indéfiniment se maintenir comme singularité vive dans un texte donné, en tant qu’il reste offert à la perception comme relation créatrice envers une norme, le singulier possède comme tout phénomène langagier un horizon social qui lui confère une valeur a posteriori. Ainsi, alors que la diffusion collective d’une innovation linguistique dépend de sa force de création, en quelque sorte, et de ses conditions sociolinguistiques, la valeur du singulier se mesure également à sa capacité à nouer des relations entre individus au sein de communautés où se créent des traditions. Plus généralement, les phénomènes singuliers possèdent cette autre qualité principale d’être « transitionnels ». On peut en effet les qualifier ainsi dans la mesure où ils ouvrent un sorte d’espace intermédiaire où la créativité propose un passage entre deux aires, celle d’un énonciateur et celle d’un récepteur, celle du monde et celle d’une langue, celle du texte et celle d’une norme. Il s’agit en somme d’un espace de partage paradoxal qui n’est ni collectif ni purement individuel.

60L’ensemble de ces conceptions traduit un arrière-plan épistémologique. Comme forme qui se signale, le singulier ne peut être étudié dans le cadre d’une épistémologie linguistique qui n’incluerait pas la créativité parmi ses principes fondamentaux et qui ne fonderait pas sa méthodologie, son activité descriptive, sur les pratiques d’écriture elles-mêmes. Ce qui implique une linguistique qui soit aussi une stylistique.

Notes

2 Voir les numéros de revue dirigés par Neveu F. & Détrie C. (2005) et Rabatel A. & Petitjean A. (2007).

3 « L’action incessante des sujets parlants peut être comparée à un siège en règle que la parole fait subir à la langue, – j’entends : la langue normale, la langue intellectuelle. La parole livre des assauts ininterrompus à la forte citadelle où se cantonnent le vocabulaire usuel et la grammaire “logique”. J’ajoute immédiatement : ces assauts sont partiellement victorieux, et toujours quelques soldats de l’armée de la parole finissent par entrer dans la place. Ce sont surtout les créations affectives qui y pénètrent et qui y demeurent ; ce sont elles qui, par leur fusion avec la langue normale, forment ce composé particulier qu’on nomme la langue parlée. » (1952 : 158).

4 L’analyse de plusieurs définitions de l’idiolecte révèle sept dimensions caractéristiques de cette notion. D’une part, trois caractéristiques qu’on voit mal ne pas être unanimement admises : l’historicité (« at a given time », Bloch) et complémentairement la régularité (« speech habits », Hockett) ainsi que la restriction (« Teil des Langue », Ulrich). D’autre part, des caractéristiques qui indiquent deux grandes lignes de partage entre ces définitions. La première ligne oppose une conception de l’idiolecte comme compétence linguistique individuelle (ex. Kerbrat-Orecchioni) à une conception comme réalisation textuelle (« diese Äußerungen selbst », Hammarström), soit l’opposition langue et parole transposée au palier individuel du langage – ce qui pose la question « des types de faits linguistiques qui seraient ainsi soumis au processus individuel de singularisation » (neveu F., 2005, aussi Gerard C., 2005). Nous rendons compte ici de la seconde ligne de partage, condensée dans l’opposition normal vs. singulier.

5 Soit un ensemble de systèmes linguistiques renvoyant chacun à « des différences dans l’espace géographique, ou différences diatopiques ; différences entre les couches socio-culturelles de la communauté linguistique, ou différences diastratiques et différences entre les types de modalité expressive ou différences diaphasiques » (Coseriu E., 2001 : 240).

6 La taille et la forme du triangle à l’endroit représente à la fois la part normale, toujours dominante, de tout idiolecte et ses trois dimensions dia-topique, – stratique et – phasique. Le second triangle symbolise la part singulière, réduite (supra Bally à propos de l’idiolecte), qui est nécessairement fonction de la variation sociolinguistique.

7 Au-delà de cette analyse, se pose la question de la valeur descriptive de ces variantes. Quand bien même cette valeur dépendrait toujours de la tâche de description visée, seule la seconde conception autorise selon nous une approche pertinente du singulier au palier individuel du langage.

8 Ce terme renvoie en fait à diverses manières, qu’on ne détaillera pas ici, de répondre aux phénomènes linguistiques en termes d’a-normalité (ex. écart qualitatif, écart quantitatif). E. g. « Écart et réduction d’écart » Ricœur P. (1975 : 191-200) ; « La notion d’écart », Molino J. & Gardestamine J. (1992 : 121-124).

9 Dans son article « Traitement stylistique et traitement idiolectal », Gilles Philippe note que, pour les derniers volumes de l’Histoire de la langue française, Charles Bruneau utilise la description des idiolectes d’auteurs dans le but de « faire le bilan des solutions expressives ouvertes aux locuteurs en remontant, dans un premier temps à un “sociolecte” qui constituerait la langue littéraire et, dans un second temps, à la langue en général dont le sociolecte littéraire n’est qu’une réalisation particulière » (2005 : 80).

10 « Ce que j’avais dans l’esprit, c’était une définition plus rigoureusement scientifique d’un style individuel : une définition de linguiste qui eût remplacé les remarques occasionnelles et impressionnistes des critiques littéraires. » (1970 : 53-54).

11 « La déviation stylistique de l’individu par rapport à la norme générale doit représenter un pas historique franchi par l’écrivain ; elle doit révéler une mutation dans l’âme d’une époque, mutation dont l’écrivain a pris conscience et qu’il transcrit dans une forme linguistique nécessairement neuve : ce pas historique, psychologique aussi bien que linguistique, peut-être serait-il possible de le déterminer. » (ibid.)

12 En témoigne la substitution progressive d’un principe unificateur de l’œuvre littéraire (le fameux étymon spitzérien) à l’idée de « racine psychologique des différents traits de style qui marquent l’individualité d’un écrivain » (ibid.).

13 « Elle n’est pas pertinente parce que les lecteurs fondent leurs jugements (et les auteurs leurs procédés) non pas sur une norme idéale mais sur leurs conceptions personnelles de ce qui est accepté comme norme (par exemple, ce que le lecteur « aurait dit » à la place de l’auteur). »

(Riffaterre M., 1971 : 53-54).

14 « Le style comme lieu de la singularité subjective, le style comme expression (affective, intellectuelle), le style comme écart, le style comme fait textuel discontinu, le style comme signe de l’art. » (Schaeffer J.-C., 1997 : 16).

15 « Il y a variation continue d’un fait de style à l’autre, transformation continue de la fonction des faits de style de contraste (par rapport à ce qui les précède) à contexte (par rapport à ce qui les suit). La notion de contexte intègre la notion de norme à celle de variable. » (Riffaterre M., 1971 : 89).

16 Cette notion est devenue aujourd’hui importante en romanistique (Aschenberg/Wilhelm, 2003), en Espagne et surtout en Allemagne à partir des travaux de B. Schlieben-Lange (1988). Koch évoque ici des traditions discursives de type générique dont les différentes sortes ont en commun d’instituer des normes de production et de réception des textes : genres conversationnels, genres de discours, registres rhétoriques, styles collectifs d’époque ou d’école (parnasienne, symboliste, etc.). Par la suite, nous incluons également dans la notion de tradition discursive toutes les unités linguistiques traditionnelles distinctes des unités de langue proprement dites : topoï, proverbes mais aussi syntagmes idiomatiques (it. io e te), comparaisons stéréotypées (être fier comme un coq), formes rythmiques traditionnelles (alexandrin), etc. Convenons de nommer formes discursives cette sorte de traditions discursives.

17 Nous suivons ici Koch quand il suggère de ne pas employer à ce niveau universel le concept de norme, d’ordre historico-conventionnel, et de lui préférer celui de règle (ou « complexe de règles »).

18 Au sens cosérien, ce niveau des « normes » s’entend par opposition à celui du système (de la langue) : « la norme est un ensemble formalisé de réalisations traditionnelles ; elle comprend ce qui “existe” déjà, ce qui se trouve réalisé dans la tradition linguistique [par ex. les unités d’un lexique, CG] ; le système, par contre, est un ensemble de possibilités de réalisation ; il comprend aussi ce qui n’a pas été réalisé, mais qui est virtuellement existant, ce qui est “possible”, c’est-à-dire ce qui peut être créé selon les règles fonctionnelles de la langue » (coseriu E., 2001 : 274).

19 Koch note d’ailleurs, en renvoyant à Spitzer, Holtus et Gauger : « “style” d’un individu, ce qui se situerait en quelque sorte entre les niveaux historique et actuel » (trad. CG, 1997 : 52).

20 À rebours d’une conception sacralisante de la tradition (impliquant obéissance ou trahison), ce terme concentre un point de vue socio-historique sur les faits de langage, et fait de la transmission langagière un problème immédiat, i. e. non dérivé ou spécial, de la description linguistique. Complémentaire de la dimension sociale, la dimension historique soulignée par le terme « traditionnel » rappelle alors l’appartenance de l’individu à une génération (notion sous-exploitée en histoire de la langue et des textes).

21 Coseriu ([1958] 2007) définit ainsi les concepts d’innovation et d’adoption : « Tout ce qui, dans ce qui est dit par l’individu parlant – en tant que moyen linguistique – s’éloigne des modèles existants dans la langue par laquelle s’établit la conversation, peut être appelé innovation. Et l’acceptation, de la part de celui qui écoute, d’une innovation comme modèle pour des actes d’expressions ultérieures peut être appelée adoption. » Nous élargissons cette définition aux traditions discursives (ex. Gide, qualifiant de « sotie » Les Caves du Vatican, explicite son innovation romanesque).

22 Dans le schéma, les parcours b) notent d’un côté l’évolution historique des langues (par exemple lors de grammaticalisations ou à partir de néologismes), de l’autre celle des traditions discursives (comme l’émergence du pamphlet à la Renaissance, le renouvellement de l’hagiographie sous l’influence des Acta Sanctorum, etc.).

23 On lira avec profit, pour une application au latin, la contribution de Banniard (2004).

24 La créativité linguistique assumant les contraintes et licences des discours et des genres où elle s’exprime. Ainsi seule la poésie moderniste rend possible ce vers de Lorand Gaspar (Égée, 1980), la première poignée de lumière jetée sur la terre : Khora où les parcours interprétatifs créent le paradoxe d’une « lumière solide ». Les transferts sémantiques se décrivent ici comme des parcours contextuels d’un trait/concret/ou/matériel/, à partir des mots soulignés, vers le signifié du mot lumière qui, dans son usage ordinaire, comporte cependant de manière définitoire le trait sémantique opposé à/concret/ou/matériel/, soit le trait/intangible/ (Gérard, à paraître).

25 « Tout acte de parole, étant dans le même temps historique et libre, possède une extrémité ancrée dans sa “nécessité” historique, dans sa condition historiquement nécessaire – qui est la langue –, et une autre extrémité qui vise à une finalité significative inédite et qui, par conséquent, va au-delà de la langue déjà établie. » (Coseriu E., 2007 [1958], ch. II).

26 Dans les années 80, celle-ci va en particulier s’intéresser au fait que certains types de construction néologique sont spécifiques de certaines formes textuelles (Textsorten) (Polenz, 1980). Plus récemment, Elsen (2004) a montré l’existence de corrélations spécifiques entre les types de discours (chimie, linguistique, littérature, etc.) et les techniques de formation morphologique des néologismes (composition, dérivation, conversion, etc.).

27 Sur ce rapport à la langue dans le cas de la singularité littéraire, voir Wulf J. (2007).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540