Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Première partie. Stylistiques en question

Langue de style et style de langue : une question de frontière

Étienne Karabétian

Texte intégral

  • 1 Nous donnons, J. J. Briu et moi-même, la quasi-totalité des articles en allemand sur des auteurs o (...)

1Le titre de cette communication est directement inspiré de la distinction utilisée par L. Spitzer, en 1928, dans son recueil Stilstudien dont un seul opus a été traduit pour le volume paru chez Gallimard, à savoir : l’étude sur le style de M. Proust1. Le recueil est divisé en deux volumes, le premier s’intitule « Sprachstile » (style de langue) et le second « Stilsprache » (langue de style). L’un est consacré à des problèmes spécifiquement grammaticaux et linguistiques, l’autre à des études de style d’auteur ou d’œuvres. Nous entendons, de notre côté, dans l’étude des faits de style distinguer ce qui appartient à l’expressivité naturelle de la langue et ce qui constitue, d’autre part, l’expressivité stylistique à proprement parler, si elle peut exister.

Présupposés théoriques et linguistiques de l’opposition style de langue vs langue de style

  • 2 Traduit par Denis Thouard pour les éditions du Seuil (poche) en 2000.
  • 3 En particulier dans Humbolt (1974), Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, traductio (...)

2L’expression « style de langue » renvoie explicitement à la question de la comparaison des langues et en particulier aux investigations de W. V. Humboldt, en particulier dans l’opus de 1822 : Uber den Nationalcharakter der Sprachen traduit en français sous le titre Sur le caractère national des langues2. Le terme « charakter » désigne « l’effet des transformations induites au cours de l’histoire par les locuteurs dans leur usage de la langue et déposé en elle ». Il faut accorder une importance toute particulière à ce que Humboldt désigne comme les caractéristiques nationales de la langue. Il est donc naturel que la linguistique humbold tienne s’intéresse à ce titre « aux performances individuelles des locuteurs, dont la littérature enregistre les innovations » (2000 : 169-171). Selon Humboldt3, c’est au cours des périodes consacrées à la littérature que la langue voit se développer son caractère (chez Humboldt, qui distingue caractère externe consistant, c’est-à-dire construction grammaticale et lexique, et caractère interne, le caractère interne est l’âme de la langue et « produit l’effet singulier que toute langue nous jette à la face ») : « c’est alors qu’elle prend du recul à l’égard de la routine quotidienne des besoins matériels, qu’elle s’ouvre au développement purement intellectuel et à la liberté de la représentation ». Elle va être désormais au service des variantes individuelles les plus déclarées : l’idiosyncrasie.

3Longtemps, la stylistique a été tributaire de façon étroite de cette façon de concevoir les choses et la parenté de Bally avec ses prédécesseurs allemands du xixe est flagrante. Lorsque Bally crée la discipline pratique et didactique appelée stylistique, il renvoie explicitement à la question de la comparaison des langues sous les traits de l’opposition entre stylistique comparative interne et stylistique comparative externe.

  • 4 Strohmeyer F. (1910), Der Stil der französischen Sprache, Berlin, Weidman, 2e éd. (1924).
  • 5 Dans la formulation de Bally (1965) Le langage et la vie, Genève, Atar, 2e éd., Zürich, Niehaus, 1 (...)
  • 6 Le langage et la vie : 57-58.
  • 7 Nous renvoyons le lecteur à la quasi intégralité des articles de Bally sur la stylistique maintena (...)

4La première stylistique constituée, qui voit le jour vers 1905, est le produit de la transformation d’une stylistique comparative externe en une stylistique comparative interne. Distinction importante, quasi oubliée aujourd’hui et qui explique la confusion en didactique de cette discipline entre faits de langue et faits de style. Le dernier représentant de la stylistique comparative externe est F. Strohmeyer4« qui se sert de l’allemand pour dégager les caractères fondamentaux et constitutifs du français5 » Bally reformate le concept en stylistique comparative externe, ce qui consiste à « comparer entre eux les principaux types expressifs d’une langue, en tenant compte des milieux auxquels ils appartiennent, des circonstances où ils ont leur emploi convenable, des intentions qui les font choisir dans chaque cas, et enfin et surtout, des effets qu’ils produisent sur la sensibilité des sujets parlants et entendants6 ». Le concept d’expressivité, fondamental en stylistique, est né. Il n’est pas le monopole du style, il tient aux ressources propres d’une langue nationale donnée. D’où le recours de Bally à la méthode comparative7.

  • 8 Lors de la performation de cette communication, à Rennes, un échange très positif a eu lieu avec G (...)

5D’un point de vue pratique, pour nous, l’expression style de langue renvoie aux caractères nationaux de la langue et désigne les faits de langue alors que l’expression langue de style désigne les faits expressifs convertibles en faits dits, parfois abusivement, « stylistiques8 ».

  • 9 Marouzeau J. (1946), Précis de stylistique française, Paris, Masson et Cressot M. (1947), Le style (...)
  • 10 Lille et Genève, Giard et Droz : 134 et suivantes.

6Une première rupture va occasionner l’amnésie de cette distinction, elle est l’œuvre de R. L. Wagner qui renonce à l’héritage de Bally et ouvre la voie à la première stylistique des concours (représentée dans les premiers rapports de jury du concours d’agrégation) avec les manuels de Marouzeau et Cressot9. Wagner aborde cette question dans sa brochure de 1947 : Introduction à la linguistique française10. Il spécifie la question des faits de langue en les répartissant en traits (comme on le fera dans les premiers concours d’agrégation et chez Marouzeau et Cressot) phonétiques, morphologiques, syntaxiques et lexicaux (c’est d’ailleurs la structuration encore valide de l’épreuve de grammaire et stylistique des concours du CAPES et de l’agrégation de lettres). À l’autre bout, il va spécifier les faits de style mais en les corrélant aux faits de langue à titre de moyens :

Éclairée par cette définition préalable, l’étude de style prend alors tout son sens. Elle consiste, essentiellement, à chercher, à expliquer et à juger tous les moyens que l’artiste a mis en œuvre pour traduire son propos dans le cadre choisi par lui. Ces moyens, au reste, ne sont autres que ceux du langage – sons, choix des mots, ordre des mots, tours et constructions – si bien qu’en fin de compte le commentaire stylistique arrive quelquefois à se calquer, par le plan, sur le commentaire de langue, mais avec cette différence capitale que les faits y sont toujours envisagés dans leur rapport avec le sens du passage. (Wagner, 1947 : 136)

7Il est clair, selon nous, que la tradition de la stylistique des concours est ici installée pour longtemps.

8R. L. Wagner est contraint de récuser Bally du point de vue de sa recherche des « types expressifs » et conseille de s’en détourner au profit du Précis de Marouzeau. Wagner consacre la vision empirique et idéaliste de la stylistique en déclarant qu’il s’agit désormais de s’attacher à « tout ce qui regarde les dons naturels et le travail secret qui donnent aux œuvres des grands artistes leur cachet unique et une certaine beauté incomparable » (Wagner, 1947 : 137).

9R. L. Wagner revient sur ses questions dans son ouvrage La grammaire française. Il signale que l’effort de rigueur accompli par C. Bally n’a pas tenu longtemps « contre une tendance générale à réintroduire tout ou partie des points de vue que Ch. Bally avait résolument et fermement exclus de cette discipline » (Wagner, 1947 : 76). Il s’inquiète toutefois des options prises par Marouzeau lorsque celui-ci entend « fonder l’étude des moyens expressifs sur un choix du sujet parlant ? » (1968 : 64-83). On situe là exactement la mesure des malentendus actuels observables dans les manuels de préparation aux concours dont nous parlerons ultérieurement.

Le point de vue des guillaumiens

  • 11 Nous renvoyons ici aux travaux de G. Guillaume (1883-1960) qui enseigna la linguistique à l’École (...)

10Les conceptions de la langue mises au jour par G. Guillaume11 permettent de renouer le fil avec la tradition humboldtienne, relayée par Bally puis Spitzer.

  • 12 III, 196.

11Pour résumer sommairement la position de la grammaire guillaumienne, on dira qu’elle distingue trois plan : le plan de la langue (où règne une cohérence totale), celui du signe linguistique (où règne une cohérence relative, conditionnée par la loi de suffisance expressive) et celui du discours (où aucune nécessité de cohérence linguistique ne se manifeste). À un système psychique rigoureux s’oppose un système sémiologique, non rigoureux. La grammaire est donc une psycho-systématique. Ce qu’on appelle un acte de langage, c’est le cheminement de la langue au discours et le discours est réalisé en phrases (signifié d’effet non systématique). Trois étages : langue/discours/style en intercalant au dessus du second, les effets de sens. La place réservée aux faits de style à proprement parler est donc restreinte. Dans ses Leçons de 1949, Guillaume dessine à grands traits un « chapitre de grammaire réservé à l’expressivité12 » en distinguant une « expressivité explicite » due aux mots et à l’ordre syntagmatique et une « expressivité implicite » procédant de facteurs supra-segmentaux. Il faut donc distinguer l’expression, qui recouvre le sens littéral des énoncés, et l’expressivité, qui a une visée nettement pragmatique pour Guillaume : « Le discours répond à une visée d’effet : engager une opération de discours, c’est de toute évidence vouloir agir, produire un effet sur quelqu’un. » (Guillaume, 1973 : 157).

12L’expressivité constitue donc une « visée d’effet » ou « visée de discours » du sujet parlant et peut être révélée de façon plus ou moins directe. Il y aurait donc lieu de distinguer une « syntaxe d’expression » et une « syntaxe d’expressivité ». Guillaume met donc naturellement en garde contre la tentation d’assimiler cette grammaire de l’expressivité à une stylistique :

Le grammairien s’égare lorsque, quittant le domaine des mécanismes grammaticaux, il passe subrepticement à l’explication littéraire. (Leçons de linguistique, IV : 103)

  • 13 Recueil d’Hommages à R. Valin : Langue et psychomécanique du langage. Pour Roch Valin, Lille-Québe (...)

13M. Wilmet a poursuivi cette réflexion dans son article Psychomécanique et stylistique13 où il décrit trois stylistiques : la première des intentions ou psychomécanique, la seconde des écarts ou psychosystématique et la dernière des effets ou psychosémiologie.

14Les fonctionnalistes ont prolongé la réflexion de Guillaume dans la mesure où ils considèrent la langue comme un système de pièces interchangeables avec du rendement expressif. La langue, en discours, recherche le rendement optimal à l’aide des pièces du système : lorsque celles-ci viennent à manquer, on bascule des effets de sens aux effets stylistiques en opérant par exemple un agencement inédit de formes.

  • 14 Cours d’agrégation sur V. Segalen, Collège Sévigné, multigraphié : 250.

15On observera une mise en œuvre de tous ces principes dans l’enseignement de J. Popin qui conçut la dernière forme opérante de l’épreuve de grammaire et stylistique de l’agrégation de lettres modernes modifiée dans une orientation radicalement différente en 2005. Il a été présent au jury et dans la préparation près d’un quart de siècle. Sa conception de l’épreuve invite tout d’abord le candidat à commenter une quinzaine de mots et groupes de mots du texte d’étude avant d’entamer le commentaire stylistique qui prendra en compte les faits qui ont été commentés d’un point de vue langagier et grammatical. Il reprend de Bally le concept de rendement expressif et, des fonctionnalistes, celui de rendement optimal de la langue. Il va accorder un statut au plan stylistique en le définissant comme un fonctionnement « édifié sur le fonctionnement syntaxique comme un super système qui souligne, efface, re hiérarchise les éléments et leur confère donc une autre portée14 ».

Les abus criants

16On l’aura compris, la frontière entre faits de langue et faits de style est éminemment poreuse. Cette frontière est sans cesse franchie par les nouveaux stylisticiens au profit des faits de style. Nous considérons au contraire et a minima que ce que l’on appelle fait de style n’est, le plus souvent, qu’un fait de langue ou de discours mettant en œuvre le rendement expressif de la langue. Il faut alors décrire les conditions de sa conversion, en réception, en fait à caractère stylistique. Décrivons préalablement quelques cas d’abus.

  • 15 (2000) Méthode du commentaire stylistique, Nathan-Université, Paris. Le commentaire que nous citon (...)

17Nous choisirons tout particulièrement nos exemples dans le manuel de F. Calas et D. R. Charbonneau15. L’étude prise pour exemple est celle d’un passage des Liaisons dangereuses de Laclos (extrait de la Lettre CLXXV, Éditions Versini, Gallimard). Le manuel utilise avec complaisance le principe mimétique. Ainsi dans ce passage :

M. Danceny a quitté Paris, il y a près de quinze jours. On dit qu’il va passer à Malte, et qu’il a le projet de s’y fixer. Il serait peut-être encore temps de le retenir ?... Mon amie !... ma fille est donc bien coupable ?... Vous pardonnerez sans doute à une mère de ne céder que difficilement à cette affreuse certitude.

18F. Calas signale ainsi : « La présence de points de suspension qui marquent un arrêt brutal de l’écriture, débordée d’émotion mais aussi dévorée d’un doute affreux, s’exprimant sur le mode de l’ellipse. (« Il serait peut-être encore temps de le retenir. coupable ? »). Ce qui selon nous appartient ici à un mode d’énonciation purement communicationnel est considéré comme un artifice stylistique consciemment produit par l’écrivain.

19Même survalorisation de simples faits phrastiques dans le passage précédent :

La famille doit s’assembler demain pour voir à prendre des arrangements avec les créanciers. Quoique parente bien éloignée, j’ai offert d’y concourir : mais je ne me trouverai pas à cette assemblée, devant assister à une cérémonie plus triste encore.

20Ici, selon F. Calas,

L’enchaînement s’opère au cœur du paragraphe six, unissant par là, de manière implicite, le sort de Cécile à celui de Mme de Merteuil par l’emploi de la concessive, qui établit le lien tout en le refusant : quoique parente éloignée... La conjonction de coordination mais opère une bifurcation informative qui se centre à présent sur Cécile. Cependant, l’absence explicite de liaison interphrastique souligne le trouble du personnage, profondément touché dans l’évocation du sort de sa propre fille comme en témoigne l’abondant lexique de la parenté (ma fille, dont on relève quatre occurrences, mère, employé deux fois).

21Si la première remarque (concessive) appartient plutôt au registre de l’explication linéaire, la seconde (sur le trouble) est psychologisante et transpose mimétiquement de simples faits de syntaxe en éléments de contenu concertés. Tout ne signifie pas toujours sous prétexte que l’on a affaire à un texte littéraire. Sauf à commenter la structure profonde d’un texte (ses présupposés) lors de l’explication linéaire d’un texte.

22Surinterprétation d’un fait de place dans C’est une véritable banqueroute après l’exposé de la déroute financière de Mme de Merteuil. Selon F. Calas, il y a « accumulation de substantifs négatifs, soit au singulier (c’est une véritable banqueroute), mais affecté d’une forte actualisation par antéposition de l’adjectif épithète véritable qui en intensifie la peinture. ». Quoi de plus normal, ici, que la place subjective de véritable ! Le rendement n’est qu’informatif, dénotatif et non stylistique.

23Abus criant, enfin, de la problématique énonciative dans l’interprétation du passage central de la lettre :

La famille doit s’assembler demain pour voir à prendre des arrangements avec les créanciers. Quoique parente bien éloignée, j’ai offert d’y concourir : mais je ne me trouverai pas à cette assemblée, devant assister à une cérémonie plus triste encore. Ma fille prend demain l’habit de postulante. J’espère que vous n’oubliez pas, ma chère amie, que dans ce grand sacrifice que je fais, je n’ai d’autre motif, pour m’y croire obligée, que le silence que vous avez gardé vis à vis de moi.

24F. Calas observe : « une concentration dramatisée des marques de la première personne, qui abondent sous le sceau de l’émotion difficilement contenue, qu’il s’agisse des pronoms personnels sujets ou régime (je, me, moi) ou des déterminants possessifs (ma fille, mon amie) ».

25Pourquoi convertir en faits stylistiques concourant à l’expression d’un supposé pathos (que F. Calas est le seul à percevoir) ce qui appartient à l’appareil formel de l’énonciation, du ressort de la langue et du discours, non du style.

Conversion des faits de langue en faits de style

  • 16 X, Le Souverain Bien, Édition Lafuma.

26Nous prenons pour exemple ce passage extrait de Papiers classés de Pascal16 :

Une épreuve si longue, si continuelle et si uniforme devrait bien nous convaincre de notre impuissance d’arriver au bien par nos efforts. Mais l’expérience nous instruit peu.

27Ce qui retient notre attention ici, c’est la modalité portée par « devrait bien nous convaincre ». La périphrase verbale est formée à partir de l’auxiliaire de mode devoir qui marque en langue l’obligation. A partir de cette valeur modale, on peut lui faire exprimer l’obligation future et même le futur. De cette notion de futur, on glisse très facilement vers celle de probabilité. Il y a, en outre, redondance à cause de l’emploi du conditionnel : devoir est à interpréter ici comme un devoir de probabilité, d’éventualité. Dans l’expression de l’éventualité, il y a deux positions logiques. Le procès est réalisable, c’est le potentiel ; il est logiquement irréalisable, c’est l’irréel. L’emploi du conditionnel dans le contexte étudié ne permet pas de trancher. Il faut tenir compte, en outre, de la présence de l’adverbe bien, à valeur potentielle, qui sera immédiatement démenti par le mais qui ouvre la phrase suivante. Nous n’avons ici que du rendement langagier et discursif. Ce sont les possibilités de la parole qui sont exploitées. Comment éventuellement convertir ce fait de langue en fait à rendement expressif (pas tout à fait stylistique). Ici, la valeur d’éventualité du tour semble primer mais il subsiste une trace persistante d’obligation. Le théologien souhaite que l’épreuve nous convainque. C’est ce clignotement alternatif entre obligation et éventualité qui peut être converti en fait expressif car il trahit les intentions véritables du théologien. Nous ne pouvons arriver au bien par nos seuls efforts. Mais il n’y a sans doute pas de commande passée à la langue ni de volonté d’adéquation entre la forme et le fond. Ce sont les contraintes optimales de fonctionnement de la langue qui sont sollicitées. On peut également valider les positions de réception qui feront de ce modal un effet de style. Il importa toutefois de bien considérer avant tout ce qui est du ressort de la langue.

  • 17 Stèles, 1912.

28Second exemple tiré, cette fois, de Stèle provisoire de V. Segalen17 :

Ce n’est point dans ta peau de pierre, insensible, que
ceci aimerait à pénétrer ; ce n’est point vers l’aube
fade, informe et crépusculaire, que ceci, laissé libre,
voudrait s’orienter ;

29Notre réflexion porte sur l’emploi expressif d’insensible. Ce mot peut peut être soit épithète détachée de peau de pierre, soit apostrophe nommant le tu inclus dans ta. Ces deux options correspondent à peu près au sens littéral et au sens figuré qu’il faut prêter à l’adjectif. Ce sont là des possibilités virtuelles de la langue et il n’y a pas, a priori, de rendement stylistique, seulement langagier. Par son préfixe négatif, qui lui fait postuler son éventuel contraire, par son suffixe à valeur de potentiel, il est interprétable doublement : soit comme actif : qui peut éventuellement sentir et ressentir ; soit comme passif : qui peut éventuellement être ressenti. On est dans l’utilisation des contraintes optimales de la langue mais là aussi, la conversion en fait expressif est possible parce que la langue poétique se différencie de la langue ordinaire par la liberté des associations qu’elle propose, ainsi que par la polysémie des termes. C’est au nom du facteur générique que la conversion en fait de style est possible parce qu’ici, la littérarité du terme est prononcée.

30Ce travail sera poursuivi à la prochaine session du Colloque de l’AIS, dans la mesure où le thème retenu est la question du choix, de la pertinence et de la validité de ce qu’on appelle des faits de style.

31On se demandera par quelle espèce de bizarrerie s’obstiner ainsi à distinguer ce que la plupart des auteurs de manuels de stylistique et bien au-delà se refusent à distinguer désignant tout fait de langue comme fait de style. Pour une raison simple : l’intérêt des étudiants. Quelle est l’utilité d’enseigner par la linguistique des présupposés erronés méconnaissant le point de vue de la comparaison des langues (parfaitement représenté à Nice par les travaux de Dalberra) ? La stylistique est-elle une discipline si importante qu’elle doit aller à l’encontre du bons sens et des présupposés nés de la description mentaliste des faits de langue ? Doit-on faire croire à nos étudiants que l’écrivain use de la langue comme d’un piano sur lequel il passe au peigne fin tous les sentiments de l’âme humaine qu’il traduit en langue comme s’il jouait du piano cocktail de B. Vian !

32Ne serait-il pas plus raisonnable de s’accorder au bon sens de L. Spitzer selon lequel les écrivains écrivent comme ils peuvent et non comme ils veulent. Nous pensons donc nécessaire qu’en fin de cursus, nos étudiants distinguent bien ce qu’on appelle l’expressivité des langues, qui est spécifique pour chaque langue et ce qu’on appelle fait de style qui ne représente, en réception, que la conversion passagère et personnelle d’un fait de langue.

Notes

1 Nous donnons, J. J. Briu et moi-même, la quasi-totalité des articles en allemand sur des auteurs ou textes français, traduits en français, dans des volumes à paraître chez Ophrys. Ils incluent des textes parus dans le recueil Stilstudien et qui étaient primitivement des articles parus en revues. Ce sera le cas, par exemple, pour la belle étude sur le roman Bubu de Montparnasse de Charles-Louis Philippe. Le lecteur trouvera également une Bibliographie critique de l’intégralité des articles en allemand de L. Spitzer.

2 Traduit par Denis Thouard pour les éditions du Seuil (poche) en 2000.

3 En particulier dans Humbolt (1974), Introduction à l’œuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de P. Caussat, Paris, Le Seuil : 318 et suivantes.

4 Strohmeyer F. (1910), Der Stil der französischen Sprache, Berlin, Weidman, 2e éd. (1924).

5 Dans la formulation de Bally (1965) Le langage et la vie, Genève, Atar, 2e éd., Zürich, Niehaus, 1935, 3e éd. augmentée, Genève, Droz : 5 et suivantes, article « Stylistique et linguistique générale », repris d’un article de 1912, publié en revue avec le même titre.

6 Le langage et la vie : 57-58.

7 Nous renvoyons le lecteur à la quasi intégralité des articles de Bally sur la stylistique maintenant disponibles dans l’édition que nous en donnons dans Bally C. (2007), Sur la stylistique, Articles et Conférences, Eurédit.

8 Lors de la performation de cette communication, à Rennes, un échange très positif a eu lieu avec G. Molinié qui a manifesté un vif accord avec nos positions et il a déclaré qu’au total on ne pouvait pas parler de faits de style mais de faits de langue. Tout est fait de langue et ceux-ci sont convertis en faits de style, en réception, car la lecture littéraire n’est pas nécessairement une lecture grammairienne.

9 Marouzeau J. (1946), Précis de stylistique française, Paris, Masson et Cressot M. (1947), Le style et ses techniques, Paris, PUF.

10 Lille et Genève, Giard et Droz : 134 et suivantes.

11 Nous renvoyons ici aux travaux de G. Guillaume (1883-1960) qui enseigna la linguistique à l’École Pratique des Hautes Études de 1938 à 1960, publiés sous le titre de Leçons de linguistique de Gustave Guillaume publiés par l’université Laval à Québec (tous les titres ont la référence : publiées par R. Valin, Québec, Presses de l’université de Laval et Paris, Klincksieck...). Il s’agit des Leçons 1948-49 (séries A, B et C publiées en 1971 et 1973), des Leçons de 1949-50 (série A, en 1974), des Leçons de 1956-57 (en 1982, aux PUL), des Leçons de 1945-46 (en 1985 et 1987, des Leçons de 1947-48 (en 1987), des Leçons de 1946-47 (série C, en 1989), des Leçons de 1943-44 (en 1990).

12 III, 196.

13 Recueil d’Hommages à R. Valin : Langue et psychomécanique du langage. Pour Roch Valin, Lille-Québec, Presses universitaires de Lille-Presses universitaires de Laval, 1980 : 403-422. cf. également, du même auteur, l’article « Expressivité et stylistique chez G. Guillaume et C. Bally », S. Auroux (dir.) et alii (1984), Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, université Lille 3 : 491-503.

14 Cours d’agrégation sur V. Segalen, Collège Sévigné, multigraphié : 250.

15 (2000) Méthode du commentaire stylistique, Nathan-Université, Paris. Le commentaire que nous citons se trouve aux pages 100 à 111.

16 X, Le Souverain Bien, Édition Lafuma.

17 Stèles, 1912.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540