Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Première partie. Stylistiques en question

Arrogante stylistique ?

Fabienne Boissieras

Texte intégral

1Au cœur de débats sans cesse réactivés, la stylistique a du mal on le sait à se définir au sein des sciences du langage en tant que discipline adulte et stabilisée et même à subsister face au positivisme linguistique. Petit accident, petit scandale, qui témoigne de cette menace de disparition et que l’on ne peut guère attribuer à un lapsus, la substitution dans le rapport de CAPES 2004 du terme stylistique au profit de celui de la linguistique :

Plusieurs copies ont voulu étudier […] et n’ont pas su tenir la longueur d’un devoir de linguistique appliquée à un corpus littéraire. La stylistique fait partie de l’épreuve de langue et doit à ce titre au moins continuer à être considérée comme la partie de la linguistique attachée à décrire les phénomènes d’expressivité langagière.

2Il s’agit là d’un parti pris strictement inverse à celui de Léo Spitzer pour qui la description objective de la langue n’est à envisager que pour comprendre les structures langagières aptes à découvrir « un cheminement de l’esprit ».

3Or, si ce courant du tout linguistique active actuellement la réflexion, il ne saurait faire autorité : Nicolas Ruwet dans un ouvrage déjà ancien s’interrogeait sur les limites de l’analyse linguistique en poétique :

  • 1 Ruwet N. (1972), Langage, musique, poésie, Paris, Le Seuil : 211.

Il me semble que le statut de la linguistique, par rapport à la poétique, et aux études littéraires en général, ne peut être que celui d’une discipline auxiliaire, dont le rôle est assez analogue à celui que joue la phonétique par rapport à la linguistique elle-même. Autrement dit, la linguistique peut apporter à la poétique un certain nombre de matériaux, mais elle est incapable, à elle seule, de déterminer le sens […]. Si la linguistique a ainsi un rôle assez modeste elle n’en est pas moins indispensable […].
La linguistique décrit, avec plus ou moins de précision les matériaux de la poétique. Un simple progrès dans la description de ses matériaux peut en effet permettre à la poétique de se poser de nouvelles questions ou encore ce qui est tout aussi important de s’apercevoir que certaines questions qu’elle se posait n’étaient que de faux problème1.

  • 2 Les découvertes freudiennes ont à l’évidence orienté l’analyse stylistique dans des voies original (...)

4Sans doute peut-on mettre en débat mêmement la capacité de la linguistique (dans ses configurations diverses : énonciative, pragmatique, sémiotique, textuelle…) à épuiser l’analyse du corpus dramatique. Aux recherches décisives d’Anne Ubersfeld ou de Catherine Kerbrat Oriocchioni, n’est-il pas légitime d’adjoindre les apports d’investigations plus générales : histoire des idées dans la veine de Paul Bénichou pour le xviie siècle, Robert Mauzi ou Jean Ehrard par exemple pour le xviiie siècle, psycho-critique dans l’esprit de Charles Mauron mais aussi plus récemment de Lucien Israël s’agissant de Musset et de l’énonciation humoristique2.

  • 3 Bourdieu P. (1992), Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

5Il est aussi à considérer ce qu’on nomme un style d’époque, d’école, de classe, et qui informe plus ou moins la parole individuelle même si la lecture sociologique peut avoir quelque chose de profondément « désenchanteur3 ». C’est ainsi que l’imbrication du champ littéraire et du politique au xixe siècle est telle que le style des auteurs ne peut s’apprécier sans cette donnée. L’écrivain, travailleur parmi d’autres, envisage alors des productions d’une ampleur sans commune mesure. Tout autre est l’ambition de l’auteur classique pour qui la maîtrise, la réserve, conditionne toute production :

  • 4 Foucault M. (1966), Les mots et les choses, Paris, Gallimard : 119.

À l’époque classique […] pour que le langage soit compris dans la forme générale de la proposition, il fallait que chaque mot en la moindre de ses parcelles soit une nomination méticuleuse4.

  • 5 Spitzer L. (1970), Études de Style, Paris, NRF : 38.

6Difficile ainsi de dire le désordre dans l’univers racinien tant la liberté du créateur semble réduite à sa portion congrue. Pourtant parole en tension, parole de passion, la langue de Racine illustre ce principe circulaire qui met en lien les contraintes historiques de la langue et la signature individuelle. L’analyse de détail que propose Léo Spitzer à propos Racine, le fameux effet de sourdine, s’effectue dans le cadre étroit de cette historicité et avec une conscience aigue des enjeux de la réception : « Racine a su faire de la deixis sensorielle une indication mentale, introduire un certain éloignement entre le montrant et le montré5. »

7Tour de force stylistique à considérer le peu de marge de manœuvre possible alors !

8Procéder à une recontextualisation, penser une sémiologie externe du langage, définir la stylistique comme une dynamique centrifuge apparaît une nécessité. Un certain nombre de linguistes (Bar Hillel, Katz-Fodor entre autres) admettent que tout ce qui tient à la « connaissance du monde » qu’ont les sujets parlants – qui ne se confond nullement avec l’objet de la sémantique – ne relève pas de leur compétence et cependant ne saurait s’absenter d’une approche scientifique rigoureuse. La stylistique a l’heur de s’arrimer sur ces disciplines voisines qu’il semble difficile de lister : linguistique, translinguistique (mythocritique, socio-critique, politique), sociologie, philosophie, phénoménologie, histoire des idées, psychologie, psychanalyse.

9Cette allusion à la psychanalyse nous amène à évoquer à nouveau l’herméneutique spitzérienne dont le protocole calque d’assez près celui du travail analytique et qui, si elle peut sembler en perte de vitesse, reste à nos yeux d’une rentabilité incontestable. Il y a toujours une part secrète, obscure d’un texte à laquelle tout lecteur, et le stylisticien bien sûr, se confronte ; constat que M. Foucault transcrit en ces mots :

À l’intérieur des phrases, là même où la signification paraît prendre appui sur des syllabes insignifiantes, il y a toujours une nomination en sommeil, une forme qui tient enclos entre ses parois sonores le reflet d’une représentation invisible et pourtant ineffaçable […]. C’est parce qu’il n’a cessé de parler en deçà de lui-même, parce que des valeurs inépuisables le pénètrent aussi loin qu’on peut l’atteindre, que nous pouvons parler en lui dans ce murmure à l’infini où se noue la littérature. (Foucault, 1966 : 119)

10Il y a sans doute au départ aussi une même disponibilité du décrypteur, thérapeute ou stylisticien face à un objet d’étude, « bienveillance » dit-on d’un côté, confiance d’un autre dans la matérialité du texte ou de tout support étranger au littéraire.

  • 6 Voir « “les sublimes déformations” dans Un balcon en forêt », Boissieras F. (2008), Questions de S (...)

11Il convient aussi de rappeler que la nature du corpus détermine le choix des outils d’investigation et l’ajustement de ces outils selon la qualité – dans un sens non appréciatif – de l’œuvre convoquée. Ce sont d’ailleurs « les univers faciles » pour reprendre l’expression de Jean Pierre Richard – ceux où les faits de disruptions (d’écarts) sont les plus discrets et qui se montrent les plus rebelles à l’exégèse stylistique (comme au diagnostic clinique). Difficile de passer au même tamis la prose Balzacienne informée par un travail visible (trop ?) et un roman de Stendhal pour lequel les mailles lâches de la rhétorique laisseraient dans l’ombre bon nombre de subtilités d’écriture (on sait d’ailleurs la difficulté à concevoir une stylistique des genres pour le roman). Même constat pour le récit de Gracq au programme de l’agrégation 2008 dont la force repose sur la puissance du style et pour lequel la micro-lecture s’impose (conformément d’ailleurs aux prescriptions de lecture que l’auteur préconise lui-même, lecture ligne par ligne écrit-il). Ainsi, à côté d’une lecture phénoménologique (exemplifiée par les études de Bachelard) excessivement rentable pour Un Balcon en Forêt, l’analyse linguistique de la préposition par exemple (avec les implications que cela suppose quant à la conception – maximaliste ou non – du COI et conséquemment quant à la portée des groupes prépositionnels) permet de mener la compréhension du texte plus avant. Une étude plus spécifique de la préposition contre si obsessionnellement distribuée dans un texte où l’affrontement est sans cesse différé interroge la portée métaphysique du texte6.

12La stylistique ainsi envisagée dans sa démarche, et non dérive, annexionniste, soumise aux caprices du texte et non du découvreur dit à la fois son humilité (il y a toujours une part d’absence, d’énigme à lever dans une œuvre ainsi qu’une nécessité à cousiner avec des disciplines connexes) et sa toute-puissance dans sa volonté de faire signifier (la stylistique fait signifier les métaphores et plus largement toutes les figures de la rhétorique), de naviguer sans cesse du local au global et de s’expatrier hors du littéraire. A Jean Starobsinki, dans la préface aux études de Léo Spitzer d’énoncer avec conviction le primat de la discipline :

  • 7 « Leo Spitzer et la lecture stylistique », Introduction à Spitzer L. (1970), Etudes de style, Gall (...)

N’est-ce pas elle qui a le plus à nous apprendre ? […] La formule synthétique d’un style dégagée par voie expérimentale, n’a-t-elle pas l’immense avantage d’être tout ensemble universelle, concrète et spécifique ? L’interprétation spitzérienne ne veut que passer de l’explicite au plus explicite7.

13En érigeant la linguistique au rang d’herméneutique, le stylisticien dans sa fouille endoscopique des œuvres se libère de tout préjugé ou présupposé avec l’intention (la prétention du découvreur). « Tout est visible pour qui sait voir » poursuit sur le même ton Jean Starobinski pour rappeler que la rentabilité ainsi conçue tient autant au protocole adopté qu’aux compétences du lecteur herméneute.

14La force de la discipline, son arrogance (puisque le mot s’inscrit dans le titre même de la communication) repose sur son aptitude à quitter les territoires balisés du littéraire, là où la fonction poétique s’exerce en premier chef, pour explorer des lieux où la dimension pragmatique occupe le devant de la scène (le politique, le médiatique en particulier). Ainsi le stylisticien « cherche d’instinct les formes activées du langage, les domaines où la parole se dramatise : dans la littérature où les mots prennent une signification accrue par la vertu du désir qui les mobilise » (Ibid. : 12).

15La conception élargie de la discipline telle que peut la proposer Bakhtine invite à déchiffrer des ensembles vastes hors le champ strictement littéraire, « longs énoncés de la vie courante » dit-il qui se prêtent à l’analyse grammaticale ou de linguistique pure tout autant qu’à des interrogations sur l’intentionnalité qui sous-tend le discours. La même idée court dans les textes théoriques de Benveniste où il est dit que « l’étude du langage ordinaire profitera directement à la compréhension du texte poétique ». La stylistique fait sien tout territoire où « ça parle ». Ainsi le discours politique plus que jamais expatrié via les medias hors de la sphère confidentielle des initiés se voit livré à l’exégèse stylistique. La vogue des analyses énonciatives a sans doute favorisé ces détours vers le politique.

16À suivre Bakhtine, si « rien que la sélection qu’opère le locuteur d’une forme grammaticale déterminée est déjà acte stylistique », il n’est pas étonnant de voir revenir en force la sémantique lexicale comme terrain d’exploration. Le mot plus aisément repérable dans toute phraséologie mobilise l’attention, cristallise le débat. Cette toute puissance du mot est ainsi commenté :

Le mot est plus que la phrase. Il survit à la phrase. Comme entité déplaçable, il survit à l’instance transitoire du discours et se tient disponible pour de nouveaux emplois. Ainsi lourd d’une nouvelle valeur d’emploi – aussi mince soit-elle – il retourne au système. Et en retournant au système, il lui donne une histoire […]. (Foucault, 1966 : 71)

  • 8 Voir sur le sujet l’Information grammaticale, n° 109, mars 2006. Ces analyses ne sont pas sans rap (...)

17Les exemples sont nombreux de discours publics passés au crible de la stylistique, études énonciatives soutenues par les apports d’une grammaire de l’oral efficacement sollicitée. Dans le champ de la micro-lecture, citons le néologisme de Ségolène Royal « bravitude » commenté par Michel Arrivé dans un colloque sur la néologie, « le détail » du premier ministre et qui questionne justement la notion de citation et de résurgence sémantique ou encore les analyses de stylistique énonciative auxquelles se livre Alain Rey autour du « je » présidentiel et de ses différentes modalités d’inscriptions. Le « moi-je » y est interprété tantôt comme un « sujet complexe à deux têtes » tantôt comme un embrayeur de parole8. Autant de lectures redevables à la littérature linguistique, alliée de toute les heures, et plus spécifiquement aux avancées théoriques apportées par les chercheurs sur la question du détachement.

  • 9 Parmi ceux-ci, citons : Bourdieu P. (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Sociolinguistique ; Be (...)

18Faut-il crier à l’impur face à l’invasion d’une stylistique utilitaire inféodée à une rhétorique essentiellement fondée sur l’image oratoire et l’illocutoire ou au contraire se féliciter de cette publicité à bon marché qui consacre la toute puissance du mot et l’intelligence du lecteur ? Bon nombre d’ouvrages proposent des clés pour comprendre et produire du texte9.

  • 10 Voir la Revue Mots. Les langages du politique, ENS Éditions, n° 84, juillet 2007, Rugby, médias et (...)

19Sans répondre directement à ce prétendu dévoiement de la stylistique, je voudrais évoquer rapidement un article récent dans lequel la stylistique s’est révélée être, selon le mot de G. Molinié, « discipline de terrain », au sens littéral puisqu’il s’agissait pour moi d’examiner d’un peu près le langage rugbystique10. Travail destiné à une revue sportive et impulsé par l’inflation de commentaires journalistiques en septembre 2007 ainsi que par les nombreux articles d’écrivains amateurs du ballon ovale – entre autres Beckett, Hemingway, Blondin… – et tous aussi réceptifs à cette parole poétique du jeu et à ses jeux de langage : langue poétique donc, langue du sublime dont on aura eu loisir à isoler quelques traits singuliers. Il y a d’abord cette invention verbale, l’Ovalie, phoniquement et graphiquement saturée sur laquelle il serait aisé de gloser. On peut aussi évoquer à l’évidence une mythologie du rugby, parler d’un espace sacré au sein duquel la scénographie fait écho à une violence originaire, frontale qui s’exécute parfois sur le mode du tragique à travers des rites ressurgissant au grand jour (le Haka des All Blacks). L’hyperbole est le mode figurai dominant tant dans la gestuelle que dans le discours. Une simple écoute ou lecture cursive suffit à repérer ces procédés d’enflure du propos : intensifs, répétitions, gradations, énumérations… mais aussi plus étonnement pour ce sport viril un certain goût pour la préciosité et un détour par la métaphore dont le catalogue infini recense d’heureuses trouvailles. Ce sont les « turbulences ovales » de Daniel Herrero expert en la matière, « le firmament trois-quart », « l’essai épuranien », « les variations imaginatives », autant d’alliances soutenues parfois par des effets phoniques et qui emportent l’adhésion sinon le sens. Tout aussi sensible est la mobilisation de termes abstraits dont on peut dire qu’ils ont conservé une sorte d’intégrité sémantique.

  • 11 Barthes R. (1970), Mythologies, La critique Ni-Ni, Paris, Le Seuil, coll. « Points » : 45.

Ce sont ces mots légers, purs, immatériels, nobles par droit divin, sublimes au point d’échapper à la basse loi du nombre (passion, aventure, grandeur, vertu, honneur11…).

20À nous de rajouter : les valeurs morales de droiture, courage, générosité, humilité, pugnacité, fraternité… ou les qualités supérieures d’intelligence, génie, instinct, invention, créativité, envie… Ce sont là des mots abstraits, compacts, aptes à renvoyer à des concepts et dont la concentration élève le débat au-dessus de la mêlée. L’autre stylème à isoler touche à la construction partitive que journalistes sportifs et commentateurs divers semblent affectionner particulièrement. Citons à titre d’exemple le propos suivant :

Il y a de l’invention, de la créativité, du génie, de la malice dans cette défense.
(RMC Info le 26/08/2007, match Galles-France).

21La détermination partitive suggère que l’énonciateur fait siennes les valeurs auxquelles il fait appel : avant le fractionnement qu’impose la détermination partitive, il y a une adhésion nécessaire au concept sollicité relevant du forçage pragmatique. S’agit-il de mettre en concurrence les deux formulations : *la défense crée avec invention, créativité, génie, malice. pour saisir tout l’intérêt de convoquer ces tours [Partitif + nom abstrait]. Rappelons au passage que ce sont là des options formelles propres au roman « héroïque » : « Je veux de la droiture et de la vertu […] », « J’avais de la sagesse et de la maturité […] » ne cesse de clamer le Cleveland de Prévost.

  • 12 Voir aussi Berthioz A. (2003), La décision, Paris, Odile Jacob. Le spécialiste de psychologie cogn (...)

22Le discours sportif dispose ainsi de tout un paradigme de substantifs abstraits positifs qui informe son discours, décide de sa vision du jeu et au-delà d’une attitude au monde de ce que l’on peut appeler une éthique (la recherche actuelle en psychologie positive conduite par deux enseignants d’Oxford University, Martin Seligman et Christopher Peterson inscrit les valeurs pré-citées dans l’idiolecte rugbystique comme étant à la source de l’équilibre et du bonheur12…).

23En stylistique comme ailleurs, le terrorisme méthodologique peut s’avérer dangereux. Au reproche d’éclectisme adressé à Leo Spitzer, Jean Starobinski donne réponse :

Je verrais au contraire quelque chose d’exemplaire dans l’impossibilité, pour le savant de s’en tenir à sa seule discipline, dans la fougue qui lui fait rompre les barrières disciplinaires. Dans l’élan qui transforme le linguiste en stylisticien… il y a toujours une sortie victorieuse à lancer. (Starobinski, 1970 : 13)

24Mais peut-être que l’arrogance sur laquelle on s’interrogeait se situe ailleurs :

  • 13 Bourdieu P. (1992), Les règles de l’art, Paris, Le Seuil : 12.

Faut-il voir dans l’analyse scientifique de l’art et de l’amour de l’art la forme par excellence de l’arrogance scientiste qui, sous couvert d’expliquer, n’hésite pas à menacer le créateur et le lecteur dans leur liberté et leur singularité […] Plus légitime serait la crainte que la science en mettant de l’art sous son scalpel ne vienne à tuer le plaisir et que, capable de faire comprendre elle soit inapte à faire sentir13 ?

25Nous ne doutons pas que la stylistique, malgré son apparente technicité, puisse relever de ce « gai-savoir » apte à faire comprendre et sentir.

Notes

1 Ruwet N. (1972), Langage, musique, poésie, Paris, Le Seuil : 211.

2 Les découvertes freudiennes ont à l’évidence orienté l’analyse stylistique dans des voies originales. Outre le texte de Freud, L’Humour, qui élabore une distinction entre esprit, comique et humour et livre les différentes implications narcissiques que postulent les trois options tonales, on peut citer l’article inséré dans Problèmes de Linguistique Générale, Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne.

3 Bourdieu P. (1992), Les règles de l’art, Paris, Le Seuil, coll. « Points ».

4 Foucault M. (1966), Les mots et les choses, Paris, Gallimard : 119.

5 Spitzer L. (1970), Études de Style, Paris, NRF : 38.

6 Voir « “les sublimes déformations” dans Un balcon en forêt », Boissieras F. (2008), Questions de Style, n° 5.

7 « Leo Spitzer et la lecture stylistique », Introduction à Spitzer L. (1970), Etudes de style, Gallimard, Paris : 20.

8 Voir sur le sujet l’Information grammaticale, n° 109, mars 2006. Ces analyses ne sont pas sans rappeler les pages de l’ouvrage d’Anna Jaubert Lecture pragmatique touchant à la référence personnelle : voir en particulier les parties intitulées l’énonciation confortée et l’utilité du superflu.

9 Parmi ceux-ci, citons : Bourdieu P. (1982), Ce que parler veut dire, Paris, Sociolinguistique ; Bertrant D. et alii (2007), Parler pour gagner : Sémiotique des discours de la campagne présidentielle de 2007, Paris, Sciences Po Les presses (la question de l’assomption énonciative est au cœur de l’étude) ; Bernays E. (2007), Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Paris, Zones ; Rossari C. (2007), Les moyens détournés d’assurer son dire, travaux de stylistique et de linguistique françaises, Paris, Cahiers de Linguistique et stylistique françaises ; Salmon C. (2007), Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte. L’ère de la narrativité a pour l’auteur suppléé le rationalisme français dans la promotion de l’objet/ sujet à vendre. La narratio, donné pour élément de vraisemblance dans les Partitions oratoires de Cicéron, investit de façon neuve le discours. Tous ces textes de vulgarisation empruntent leurs sources à des ouvrages théoriques de rhétorique, linguistique, sémiotique et pragmatique : Greimas, Fontanier, Aristote, Grice, Maingueneau… s’y côtoient au fil des pages.

10 Voir la Revue Mots. Les langages du politique, ENS Éditions, n° 84, juillet 2007, Rugby, médias et territoire. Aubussier J. (2008), L’opposition rugby/football comme stéréotype dans le discours de l’Équipe, Paris, Plon.

11 Barthes R. (1970), Mythologies, La critique Ni-Ni, Paris, Le Seuil, coll. « Points » : 45.

12 Voir aussi Berthioz A. (2003), La décision, Paris, Odile Jacob. Le spécialiste de psychologie cognitive Alain Berthioz fait du terrain de rugby un laboratoire particulièrement utile pour mettre à découvert des mécanismes subtils d’agissements et de pensée chez ces joueurs.

13 Bourdieu P. (1992), Les règles de l’art, Paris, Le Seuil : 12.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540