Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Première partie. Stylistiques en question

La stylistique : reconception, refondation ou changement de paradigme ?

Jean-Michel Adam

Texte intégral

1La tâche épistémologique qui nous a été confiée, dans cette table ronde d’ouverture, m’impose une forme d’intervention moins centrée sur les textes que je n’ai pas l’habitude de le faire. J’assume un rôle différent de celui de mes collègues, car je ne suis pas aussi spécialiste qu’eux. Je ne suis pas professeur de littérature, comme Anne Herschberg Pierrot, dont l’essai sur Le style en mouvement porte un sous-titre éloquent en termes de positionnement disciplinaire : Littérature et art (Belin, 2005). Cette position est confirmée par son article du dernier numéro de Pratiques : « Style et genèse des œuvres » (2007 : 163-176). C’est clairement dans ce paradigme de la génétique des œuvres d’art que se situent ses travaux, qui dessinent un courant original au sein de la génétique des manuscrits. Je ne suis pas, comme Georges Molinié, auteur d’ouvrages qui ont fait date sur la stylistique. Si sa sémiostylistique était une proposition de refondation du champ de la stylistique (voir ses ouvrages de 1987, 1989, 1993, 1998), ses positions plus récentes, en particulier celles qu’il expose dans Hermès Mutilé (2005), me semblent indiquer un repositionnement disciplinaire que son sous-titre explicite : Vers une herméneutique matérielle. Essai de philosophie du langage.

2Pour ma part, je n’ai écrit qu’un livre (Adam, 1997) qui date déjà d’un peu plus de dix ans, qui n’a pas eu un grand écho et que l’éditeur a mis au pilon avec toute la collection « Sciences des discours ». La proposition de « reconception » que j’esquissais dans ce livre et dans plusieurs articles de numéros thématiques de revues consacrés à la stylistique (Langages, 118-1995, L’Information grammaticale, 70-1996, Le Français aujourd’hui, 116-1996) est devenue une proposition de changement de paradigme dès mes articles de Langue Française (128-2000 et 135-2002), ainsi que dans le volume dirigé par Jean-Michel Gouvard : De la langue au style (Adam, 2005b).

3Pour moi, le premier colloque de l’Association Internationale de Stylistique, qui se tient aujourd’hui à Rennes, est un écho du grand colloque organisé par Georges Molinié et Pierre Cahné à la Sorbonne, en octobre 1991. Ce colloque, qui nous demandait de répondre à la question « Qu’est-ce que le style ? » a été pour moi comme pour Dominique Maingueneau, Nicolas Ruwet ou Marc Dominicy une occasion de nous situer par rapport à une discipline dont nous nous étions peu préoccupés auparavant. Enseignant la linguistique française en Suisse depuis 1984, je n’ai pas eu institutionnellement à prendre en compte une discipline paradoxalement non-enseignée dans le pays de Charles Bally et je n’ai jamais été sous la contrainte de la « stylistique des concours ». C’est donc sous un tout autre angle que la question du style et de la stylistique se posait et se pose encore pour moi. À la fois scientifique et institutionnelle, ma réflexion porte sur les relations entre champ linguistique et champ littéraire. Cette question est la mienne depuis mon premier livre : Linguistique et discours littéraire (1976).

Dépasser les dichotomies langue/parole et grammaire/stylistique

4J’ai le sentiment que la discipline stylistique ne se maintient et ne tire sa légitimité profonde que de la situation de crise prolongée de la linguistique et des études littéraires et de la double restriction de champ qui les conforte l’une et l’autre.

5La réduction de la linguistique à la seule étude de LA Langue contredit les programmes de Gustave Guillaume et d’Émile Benveniste, sans parler de Wilhelm von Humboldt. Chez Guillaume, tout acte de langage est à la fois et complémentairement défini comme « fait de langue » et « fait de discours ». Pour Benveniste, la linguistique est « sémiotique du système » et « sémantique du discours ». La réduction de la stylistique au seul corpus littéraire et à la seule littérarité est une restriction du programme de Leo Spitzer lui-même.

6La stylistique est devenue le dernier espace de dialogue entre linguistes (de la langue) et littéraires. Nous sommes loin de la relation entre « linguistique ET littérature » proclamée en 1968 dans le numéro 12 de Langages et le célèbre Colloque de Cluny. Je suis en accord total avec le constat d’Antoine Compagnon, qu’on ne peut pourtant pas soupçonner de sympathies linguistiques :

Les études littéraires, après s’être faites théoriques durant un certain nombre d’années, une ou deux décennies, se sont déplacées vers l’éthique, l’esthétique, la génétique […]. La philologie est revenue en force à l’université ; toutes sortes de contextualisations ont pris leur revanche sur la textualité ; la stylistique, un temps donnée pour morte, a repris le dessus sur la linguistique, fût-ce sous l’appellation de sémiostylistique. (2000 : 42)
[…] Il y a théorie littéraire quand l’approche des textes littéraires n’est plus fondée sur des considérations non-linguistiques, par exemple historiques ou esthétiques, quand l’objet de la discussion n’est plus le sens ou la valeur, mais les modalités de production du sens ou de la valeur. La théorie littéraire est impensable sans une attention formelle. Autrement dit, c’est le reflux de la linguistique, ancienne science pilote, qui peut d’abord expliquer la moindre présence de la théorie sur la scène des études littéraires.
[…] La tâche de la théorie est donc, aujourd’hui comme hier, l’affirmation de l’expérience littéraire comme expérience spécifique de la forme. […] Concluons donc par un appel à la théorie comme stratégie de la forme, c’est-à-dire, si j’ose ces mots, comme passion de la langue. (2000 : 52)

7Ce constat est proche également de celui qu’Henri Meschonnic dressait quinze ans plus tôt :

Après le moment triomphant du formalisme structuraliste, dans les années soixante, soixante-dix, est venue une lassitude envers la théorie. Écoutez comme on parle d’« inflation théorique ». […] Cette lassitude est un rejet du formalisme, mais qui se retire à lui-même tout projet, toute possibilité de critique. C’est donc un retour de l’empirisme, et surtout de l’éclectisme, des bricolages qui cherchent à articuler ceci et cela. (1985 : 97)

8Cet éclectisme justifié par l’empirisme et ce refus de la théorie sont malheureusement le destin de la stylistique des manuels de ces vingt dernières années. On mesure l’écart entre cette situation et celle de mes années de formation en rappelant ce qu’écrivait Jean Starobinski dans sa préface aux Études de style de Leo Spitzer (1970, article écrit entre 1964 et 1969) :

La linguistique, instrument d’une critique générale, doit pouvoir être employée en toutes directions, partout où s’inscrivent les traces de l’homme parlant (donc pensant, imaginant, rêvant, écrivant, écoutant). La stylistique des chefs-d’œuvre n’est qu’une application – certes privilégiée – d’un savoir qui cesse de se confiner dans une neutralité prudente. (1970 : 10)

9Starobinski louait chez Leo Spitzer la capacité, à côté de ses études stylistiques, d’écrire, dès 1948, la première analyse linguistique d’un texte publicitaire (traduite en français par Jean-Pierre Richard) :

À aucun moment Spitzer n’a quitté la linguistique pure. Celle-ci est restée pour lui une position stratégique centrale, un savoir-source. Et précisément parce qu’elle avait pour lui cette vertu, il lui semblait qu’elle ne devait pas se confiner dans ses limites spécialisées, reflet contingent d’une départementalisation académique. La linguistique, science de la forme liée au sens, possède une application herméneutique dont l’intervention est la bienvenue partout où il y a du langage à lire et du sens à déchiffrer. (1970 : 10)

10Une radicalisation des thèses de Charles Bally a mené à l’opposition dualiste et simplificatrice de la stylistique littéraire et de la stylistique linguistique. Simplification que je conteste dans mon livre de 1997 et plus encore dans un article de 2006. Etienne Karabétian reviendra ici même sur une distinction subtile de Leo Spitzer entre Sprachstile (style de la langue, rendement expressif d’une langue) et Stilsprache (langue de style, rendement stylistique en tant que tel). En séparant une stylistique linguistique et une stylistique littéraire, on raisonne dans un cadre dualiste qui empêche de penser le continu du langage. Les thèses de Benveniste, de Guillaume et même de Bally ne sont pas discontinuistes. On peut distinguer des domaines de la linguistique en conservant le cadre moniste d’une pensée du continu du langage. C’est ainsi que je lis cette proposition d’Emile Benveniste, dans son dernier article :

En conclusion, il faut dépasser la notion saussurienne du signe comme principe unique, dont dépendraient à la fois la structure et le fonctionnement de la langue. Ce dépassement se fera par deux voies :
– dans l’analyse intra-linguistique, par l’ouverture d’une nouvelle dimension de signifiance, celle du discours, que nous appelons sémantique, désormais distincte de celle qui est liée au signe, et qui sera sémiotique ;
– dans l’analyse translinguistique des textes, des œuvres par l’élaboration d’une métasémantique qui se construira sur la sémantique de l’énonciation. (1974 : 66)

11Benveniste ne sépare pas trois domaines, mais les deux domaines complémentaires (A et C) qu’il distingue sont reliés par la linguistique de l’énonciation [B]. Ce que je schématise ainsi :

12On connaît la célèbre distinction guillaumienne entre « fait de langue » et « fait de discours », qui place, comme Benveniste, la phrase dans le discours :

Les faits de discours ont pour caractéristique d’appartenir à l’acte de langage, d’être ceux manifestés dans le moment où un acte d’expression se produit. Un fait de discours, continuel quand on parle, est d’assembler des mots pour former des phrases. […] Les faits de langue sont des faits plus profonds que les faits de discours, c’est-à-dire des faits déjà accomplis dans la pensée quand elle engage un acte de langage. (1985 : 13)

13Quand Guillaume revient sur cette distinction-association entre « fait de langue » et « fait de discours » (1-2-1946, C), il distingue deux linguistiques :

Le fait de langue c’est, dans la pensée, l’institution du système de la langue ; le fait de discours, c’est l’emploi momentané et toujours partiel du système institué.
Il est concevable qu’instituer un système, l’édifier au fond de sa pensée dans sa totalité, et s’en servir partiellement, quand il est besoin, sont deux choses absolument différentes. On conclut de là qu’il existe en réalité deux linguistiques : la linguistique de la langue, qui est celle de l’institué, et la linguistique de discours, qui est celle de l’employé.
Les actes d’institution sont d’une autre essence que les actes d’emploi et ils requièrent, conséquemment, une étude séparée. Jusqu’à présent, la séparation des deux espèces d’actes, ceux d’institution et ceux d’emploi, n’a pas été faite avec rigueur et netteté par les linguistes. (1985 : 87)

14Mais ces deux orientations de la linguistique, en dépit de leurs différences, sont unifiées par ce qui fait la totalité de « l’acte de langage » :

Schema 2

Schema 2

TOTALITÉ DE L’ACTE DE LANGAGE

15Unité profonde que révèle également la méthode de la recherche linguistique prônée par Guillaume :

La méthode en question, à laquelle la linguistique, étrangement retardataire en cela dans la science moderne, n’a pas encore pris le parti de fier son destin, est le mouvement incessamment inversé d’une observation qui ne s’approche, et le plus possible, du concret que pour pouvoir mieux s’en évader en direction de l’abstrait, et ne prend pied dans l’abstrait que pour pouvoir mieux ensuite, par une nouvelle et plus puissante attaque du concret, le pénétrer et s’introduire à une connaissance de son intime structure. S’écarter de cette méthode, qui n’en est plus, du reste, à faire ses preuves, c’est déserter les sentiers du vrai réalisme […]. (1969 : 221-222)

16La « translinguistique des textes, des œuvres » de Benveniste pose la question d’un élargissement de l’objet de la linguistique en direction du concret des « textes » et des « œuvres ». Cette association des « œuvres » et des « textes » présuppose un continu et non une division dualiste qui maintiendrait l’étude des œuvres littéraires dans un espace à part. Dans Pratiques, 136-136 (2007), Sonia Branca-Rosoff critique la proposition de Franck Neveu (2004 : 153) de ne conserver « style » que pour les seuls idiolectes littéraires : « On peut se demander si réserver style au littéraire ne reconduit pas une séparation trop rigide entre d’un côté des styles d’auteurs ou des écarts valorisés par rapport à l’expression ordinaire et de l’autre des styles sociaux et des stéréotypes. » (2007 : 75).

17Je renforcerai cette position par l’exemple des pages 35-41 de l’Introduction à la stylistique de Karl Cogard (Flammarion, 2001), qui a eu la bonne idée de se référer à l’essai de Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich (1996 [1975]). Ce « Carnet de note d’un philologue » a été écrit entre 1933 et 1945. Klemperer était, comme Leo Spitzer, disciple de Vosler et, faute de pouvoir, en tant que juif, continuer ses travaux de philologie littéraire, il a entrepris une analyse stylistique au jour le jour de ce que devenait la langue allemande en régime nazi. Ce qu’il écrit est très proche de la « stylistique phraséologique » de Georges Molinié (1989 : 19). Avec Karl Cogard, je pense que cela prouve que l’objet de la stylistique n’est pas limité au « œuvres », mais s’étend à tous les « textes ». Comme le disait Gérard Genette : « Tout texte a “du style”. » (1991 : 135).

Le texte comme espace de « variation continue »

18Gilles Deleuze, dans Critique et clinique (1993) et, avec Félix Guattari, dans le chapitre 4 de Mille plateaux (1980 : 95-139), prend appui sur les travaux de William Labov et sur sa définition de la langue comme ensemble instable de zones homogènes et de zones variables pour affirmer :

Ce qu’on appelle un style, qui peut être la chose la plus naturelle du monde, c’est précisément le procédé d’une variation continue. Or, parmi tous les dualismes instaurés par la linguistique, il y en a peu de moins fondés que celui qui sépare la linguistique de la stylistique. (Deleuze et Guattari, 1980 : 123)

19Page 40 de Le style en mouvement, Anne Herschberg Pierrot reprend elle aussi cette idée de « variation continue » de Deleuze et Guattari. Anna Jaubert y revient également dans son dernier article de Pratiques (2007 : 53), en citant le concept de « variation ramifiée » que j’avais emprunté à Deleuze et Guattari (Adam, 1997 : 29-53). Encouragé par ces convergences, je résume ma position par un schéma qui ne confine pas le style dans la seule zone du discours littéraire, qui ne limite pas la variation à la langue mais pose la combinatoire des langues et des genres sur un continuum normes > variations.

20Ce modèle graduel est moniste, comme le rappelle Alain Rabatel (2007 : 21-24) en référence à Henri Meschonnic (1970 : 177). Bakhtine et Volochinov ont, avant Deleuze, très tôt souligné la combinaison organique des champs dualistement séparés de la langue et du style :

La grammaire et la stylistique se rejoignent et se séparent dans tout fait de langue concret qui, envisagé du point de vue de la langue, est un fait de grammaire, envisagé du point de vue de l’énoncé individuel est un fait de stylistique. Rien que la sélection qu’opère le locuteur d’une forme grammaticale déterminée est déjà un acte stylistique. Ces deux points de vue sur un seul et même phénomène concret de langue ne doivent cependant pas s’exclure l’un l’autre, ils doivent se combiner organiquement (avec le maintien méthodologique de leur différence) sur la base de l’unité réelle que représente le fait de langue […]. (Bakhtine, 1984 : 272)

21Situant l’« acte stylistique » dans l’énonciation même, Bakhtine et Volochinov proposent une « synthèse dialectique » des points de vue de l’« objectivisme abstrait » grammairien et du « subjectivisme individualiste » stylistique (Bakhtine-Volochinov, 1977 : 118). Cette idée est présente lorsque, dans le Marxisme et la philosophie du langage, à propos du discours rapporté, tout en regrettant que Vossler et les vosslériens mettent trop en avant « les facteurs subjectivo-psychologiques et les données stylistiques individuelles », ils déplorent le fait que les travaux de ces derniers soient accusés d’être plus stylistiques que linguistiques :

En réalité, l’école de Vossler s’intéresse à des problèmes qui sont à cheval sur les deux disciplines, ayant compris leur importance méthodologique et heuristique, et nous voyons là matière à admirer cette école. (1977 : 174)

22Dépassant les controverses qui amènent certains à considérer tel fait de langue comme un schéma syntaxique à part entière et d’autres comme une simple variante stylistique, Voloshinov met le doigt sur un point méthodologique important :

De notre point de vue, il est impossible et méthodologiquement irrationnel d’établir une frontière stricte entre la grammaire et la stylistique, entre le schéma grammatical et sa variante stylistique. Cette frontière est instable dans la vie même de la langue, où certaines formes se trouvent dans un processus de grammaticalisation, tandis que d’autres sont en cours de dégrammaticalisation, et ce sont justement ces formes ambiguës, ces cas limites, qui présentent le plus d’intérêt pour le linguiste, c’est justement là qu’on peut capter les tendances de l’évolution de la langue. (Bakhtine-Volochinov, 1977 : 174)

23Il ne suffit pas d’introduire la variation au cœur du système, il faut encore, pour penser la « combinaison organique » dont parle Bakhtine, passer par une stratification du langage en genres, stratification qui manquait à la linguistique énonciative et qui réalise les conditions de la « translinguistique des textes, des œuvres » de Benveniste :

Les formes de langue et les formes types d’énoncés, c’est-à-dire les genres du discours, s’introduisent dans notre expérience et dans notre conscience conjointement et sans que leur corrélation étroite soit rompue. (Bakhtine, 1984 : 285)

24Pour Bakhtine, la proposition est un élément signifiant de l’énoncé pris comme tout et elle n’acquiert son sens définitif que dans le cadre de la totalité que forment l’interaction verbale et le texte :

Lorsque nous choisissons un type donné de proposition, nous ne choisissons pas seulement une proposition donnée, en fonction de ce que nous voulons exprimer à l’aide de cette proposition, nous sélectionnons un type de proposition en fonction du tout de l’énoncé fini qui se présente à notre imagination verbale et qui détermine notre opinion. L’idée que nous avons de la forme de notre énoncé, c’est-à-dire d’un genre précis du discours, nous guide dans notre processus discursif. (Bakhtine M., 1984 : 288)

25Sur ces bases, il devient possible de revoir la question des anciennes frontières disciplinaires. Dans la mesure où, comme le dit d’ailleurs Georges Molinié (1993 : 7-45), le texte est l’unité de base de la discipline et dans la mesure où les sciences du langage fournissent les concepts de référence de la discipline, il est temps de nous débarrasser de la coupure langue/parole qui fonde le dualisme grammaire/stylistique.

Ouverture : les sciences de la variation discursive

26Le discrédit de la philologie qui a accompagné, en France surtout, le mouvement structuraliste et la naissance de l’analyse de discours n’a pas permis de tenir compte des développements parallèles de disciplines particulièrement attentives aux formes matérielles qui portent les textes. Une double évolution (Adam, 2005a) a mené ces disciplines érudites à une prise en compte de la fonction proprement sémantique des éléments non-verbaux et au repérage des relations historiques et sociales inscrites dans les dispositifs formels non seulement des différentes éditions (histoire du livre et de l’édition), mais des différentes traductions qui conditionnent la circulation internationale des textes.

27À cela il convient d’ajouter les développements considérables de l’étude des différents états des manuscrits des auteurs (critique génétique) et des scribes-copistes (critique textuelle des philologues médiévistes). Ces disciplines nous rappellent toutes que les textes ne sont pas des données, mais des constructions issues de procédures médiatrices complexes qui vont de la rature et de la récriture par les auteurs ou les copistes jusqu’aux variations éditoriales, en passant par les traductions et par l’établissement philologique des textes. Il me semble qu’aujourd’hui des convergences intéressantes se dessinent qui mènent à une redéfinition variationnelle du concept statique de texte. Le schéma 4 propose de dissoudre la stylistique dans les disciplines de la variation des textes.

28Ce schéma met en évidence deux axes. L’axe horizontal correspond aux deux grandes possibilités de variation d’un texte dans le temps : à gauche dans le temps auctorial de son écriture ou plutôt de sa récriture auctoriale (génétique proprement dite) et, à droite, des récritures liées aux éditions successives, sans parler de la récriture non auctoriale des copistes (du Moyen Age au xviie siècle) et dans le temps éditorial de sa diffusion (histoire du livre et de la lecture). La génétique textuelle – centrée sur les étapes du travail d’écriture – et l’histoire du livre et de la lecture – centrée sur les changements socio-historiques des conditions d’édition et de lecture des textes – convergent pour montrer qu’un texte n’est pas seulement un objet spatial ayant la stabilité de ses trois dimensions (gauche > droite de la ligne, haut > bas de la page, et épaisseur du volume), il possède également une quatrième dimension, qui fait de lui un objet temporellement changeant, un objet qui parcourt le temps et l’espace socioculturel avant de parvenir au lecteur et à l’analyste.

29L’axe vertical met lui en évidence deux types de rapports d’un texte à la langue : en haut, travail opéré par le texte dans sa langue d’origine et dans les formes discursives de son époque (systèmes de genres historiquement déterminés) ; en bas, le passage d’une langue dans une autre par la traduction. Pour ce dernier point, je renvoie à la Poétique du traduire d’Henri Meschonnic (1999), cadre épistémologique mis en œuvre dans Adam & Heidmann (2003) (sur un texte de Kafka) et dans le dernier chapitre de Adam 2008 (sur un texte de Borges).

30Tout essai de mise en dialogue de ces disciplines doit impérativement éviter autant le risque de la refondation totalisante dans une hyper-discipline que le risque de la réduction utilitariste et éclectique. Mes travaux actuels ont pour but d’examiner sous quelles conditions les sciences du texte peuvent être interdisciplinairement coordonnées. Cette alliance interdisciplinaire pourrait, selon moi, avoir pour cadre le champ d’une analyse de discours conçue non pas comme une discipline (même transitoire), mais comme un espace de dialogue critique entre recherches artificiellement séparées par les divisions académiques héritées.

31Dans son dernier article de Pratiques, Anna Jaubert formule une position avec laquelle je suis en parfait accord : « Notre approche s’appuie sur la capacité intégrative de l’analyse de discours, qui offre un cadre pour la mise en situation de cette propriété graduelle qu’est la littérarité. » (2005 : 41).

32Pour qu’un dialogue puisse se mettre en place, il faut commencer par un examen des états les plus avancés des discussions épistémologiques internes aux disciplines énumérées dans le schéma 4. Cette mise au point préalable devrait permettre d’éviter la méconnaissance liée aux préjugés accumulés au fil de leur histoire et que renforcent les cloisonnements universitaires hérités. Cette réflexion épistémologique passe par une interrogation du concept de texte et de la théorie implicite du langage des disciplines citées.

Table des illustrations

Titre Schema 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Schema 2
Légende TOTALITÉ DE L’ACTE DE LANGAGE
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Schema 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Schéma 4
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/40048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540