Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stylistiques ?

 | 
Judith Wulf
, 
Laurence Bougault

Première partie. Stylistiques en question

Pratique et herméneutique

Georges Molinié

Texte intégral

  • 1 Avec notamment les réflexions d’Anne Herschberg Pierrot sur le texte et celles de Jean-Michel Adam (...)
  • 2 Voir Molinié G. (2005).

1Dans l’esprit d’une réflexion sur l’épistémologie de la stylistique, et dans l’idée qu’il est sain qu’il y ait place pour plusieurs approches, comme c’est emblématiquement illustré ici par notre co-présence à cette discussion1, je voudrais d’abord rappeler deux commentaires qui me tiennent à cœur : on n’a pas besoin de sans cesse remonter ab ovo ni d’avoir des scrupules par rapport à l’apparente topique des prétendus rocs durs sur quoi s’appuierait l’affichage assuré et imperturbable d’autres disciplines, à qui on ne ferait jamais le même procès méta-épistémologique qu’à la nôtre, comme les sciences de la littérature ou celles du langage, dont le spectre me paraît aussi hétérogène ; et mon ancienne prise de position selon quoi la stylistique est d’abord une praxis n’a jamais été synonyme d’inconscience théorique. Cependant, approfondissant toujours, justement, le questionnement épistémologique, je propose de penser, à ce point de nos différentes évolutions, comment envisager, même sommairement et provisoirement, l’articulation entre l’horizon d’une stylistique herméneutique, vers quoi je tends2, et les cheminements d’une méthodologie qui en permît la pratique. Il s’agira plutôt de linéaments programmatiques.

  • 3 Voir les tests de littérarisation (d’artistisation pour le cas du verbal) dans Molinié G. (1998).
  • 4 Qui ne saurait être saisissable qu’en termes de transformation et de récriture.

2Voici les termes du problème. Je pars du principe qu’il s’agit de la réception, variable, instable, mais descriptible3, d’un régime particulier de fonctionnement des langages (du langage verbal en l’occurrence), socialement vécu comme artistisé, ou du moins relativement à la possibilité d’un processus qui serait assimilable à de l’artistisation. On croise alors et la problématique de l’inachevé/inachevable, et celle de la dialectique complexe du stylistique et de l’artistisable. De ce point de vue, la valeur d’un tel langage (d’un tel discours textuel, voire, pour qui y croit, d’un tel objet textuel4), c’est, pour moi, son sens, sa signification, très exactement sémantique, ou encore sa substance du contenu. À ce régime-là, en tout cas à un certain degré de ce régime-là (ce doit être graduel), se réalise une modalité phénoménale que j’appelle la matérialisation de la substance du contenu – c’est aussi pour moi une façon de décrire ce qui se passe. On peut étudier les constituants de cette phénoménologie selon une stylistique (que j’ai appelée assez naturellement une sémiostylistique) qui décrypte, qui abstrait, des cristallisations, ou des configurations langagières corrélationnelles des divers types de littérarité, par l’analyse de divers types de stylèmes correspondants.

3On aboutit ainsi à construire des combinaisons, ou des combinaisons de combinaisons, stylématiques, qui sont autant de styles : de manière, d’auteur, de genre, d’époque, de pragmatique discursive de toute sorte et de tout niveau, intégrable, superposable, articulable. Mais justement, ce sont des styles de, qui véhiculent, qui expriment, qui indiquent telle ou telle valeur de signification qui leur est en quelque sorte extérieure (un peu à la façon dont Hjelmslev parle d’usage, voire même de style) : le style du Corneille des premières comédies, le style de la passion, le style hystérique de La Belle Époque, le style de Rigodon, le style des motions du PS sous François Hollande. Bref, on implicite de la sorte, très globalement, une théorie transitive du style.

  • 5 On se reportera aux développements ad hoc dans Sémiostylistique (op. cit.).
  • 6 Notamment dans Molinié G. (1994), « Sémiostylistique de la réception à propos du Dom Juan de Moliè (...)

4Or, du style, on peut avoir, non contradictoirement mais complémentairement, une théorie intransitive, ou plutôt à tendance intransitive, qui induit forcément une stylistique différente, en tout cas décalée, du moins relativement à son objectif : non pas rechercher des caractères stylistiques au sens de tel ou tel style, de quelque niveau qu’il s’agisse ; mais rechercher les marques, ou les traces, ou tout simplement les lieux où il se passe, pour quelqu’un, quelque chose, où se vit, par une lectrice, par telle lectrice, par tel groupe de lectrices, un événement-rencontre qui génère au moins la sensation minimale de l’éventualité de l’érection d’un corps esthétique5, de sa possibilité, de sa dispositionnalité. En somme, scruter, détecter un ou des bassins textuels d’attraction, comme gisement de forces activables à telles lectures de manière à attirer, à aimanter, à fixer (la réception), en pouvant créer cet effet psycho-somatique, noético-thymique, de sensation, infime ou bouleversante, qui va de la satisfaction à l’émoi. J’appelle stylicité cette puissance de génération d’attraction : on en ressent la force qui peut se mettre en branle ou on n’en ressent rien. Ce n’est pas, en tout cas ce n’est pas seulement, une façon de repenser la question, difficile, de l’échec ou de la réussite, encore moins de l’art ou du non-art (ce qui, de toute façon, voudrait dire dans ma théorie de l’artistisé ou du non-artistisé) ; c’est plutôt une façon de prendre, d’essayer de prendre, plus radicalement en compte l’articulation de ce que je distingue sous les catégories socio-sémiotiques de localement premier ou de localement second relativement à l’artistisation/désartistisation (par exemple, pour rester dans le verbal, un texte de Bossuet ou un sonnet de Rimbaud). J’avais autrefois6 soutenu que le discours littéraire doit sans cesse persuader de sa littérarité – séduire. C’est ce point que je tente d’approfondir maintenant, en introduisant la notion de stylicité.

  • 7 Ce n’est bien sûr par hasard que je retrouve comme naturellement ce terme hjelmslévien.
  • 8 Il faudrait reprendre la catégorie de type et dans la tradition exégétique et dans la philosophie (...)

5La stylicité est intransitive : elle est stylicité de rien, que de sa manifestation7. La stylistique comme herméneutique ne vise pas à décrypter un sens enfoui que révéleraient des combinaisons stylématiques : c’est, en revanche, l’herméneutique d’une donation de valeur (de sens, de signification) qui s’épuise dans ce geste même8. Ce qui, comme travail stylistique à faire, d’un point de vue méthodologique, ne nous facilite pas vraiment la vie, mais qui me paraît pourtant nécessaire (à tout le moins intéressant).

6Plusieurs pistes s’offrent possiblement à une telle démarche.

  • 9 Quitte à creuser la portée de cet espèce d’ur-stylème qu’est la récriture.
  • 10 Voir Sémiostylistique (op. cit.).

7On pourrait envisager une stylistique de caractère plutôt socio-culturel, ou sémio-socio-culturel, qui s’attacherait à modéliser des types de lectorat à connecter à des types de littérarité ; ce serait à relier aux études d’histoire du goût et de « critique sociale ». On pourrait envisager une stylistique plus matériellement sémiotique, plus langagièrement immanente à telle ou telle textualité, qui s’attacherait à la théorie des stylèmes, en cherchant à en exploiter les potentialités, quitte à forger l’idée de méta-stylèmes pour tenter de coller au plus près des réactions de stylicité9. On pourrait enfin exploiter davantage le concept merleau-pontien de phénoménalité et le concept hjelmslévien de manifestation, notamment avec l’idée de manifesté sans manifestant, comme foyer langagier où doit se produire de l’attraction stylistique. On s’appuierait alors spécialement sur le troisième test de littérarisation10, un peu revu et corrigé dans le sens d’un acte sémio-mondain où se vit textuellement, à réception, une intimité singulière.

  • 11 Gallimard, 1961. J’ai cité ce texte dans Sémiostylistique (1998).

8Voici une ébauche de pistes à propos d’un texte que j’ai déjà commenté, pour d’autres questionnements, de Piotr Rawicz11, Le Sang du Ciel. On peut évidemment commencer par une opération de ratissage stylématique, de type plutôt générique, qui dégagerait assez facilement des combinaisons marquant des indications comme récit, voire récit romanesque, articulation narration/description, récit de guerre, récit à la première personne, pathétisation, superposition actantielle, structuration poético-figurée, pour indiquer seulement quelques constructions stylématiques allant du plus générique au plus singulier. Mais ce répérage, nécessaire, ne dit rien du déclenchement possible des tests de littérarisation : on détermine des caractères stylistiques, d’ordre divers, mais totalement neutres quant à leur éventuelle stylicité.

  • 12 Qui ignorent ou bloquent toute littérarisation (voir Sémiostylistique).

9Il faut gratter davantage. On remarquera d’abord qu’on doit exclure, pour cet éventuel ressentiment de valeur, ou pour le ressentiment de cette éventuelle valeur, les situations de réception d’archive et de réception pathétique12. On se situe donc a priori en position de réception impliquée, favorisant l’artistisation. Et il est certain que, pour quelques-unes d’entre nous, il se passe quelque chose de sidérant, de médusant, de très étrangement fascinant à la lecture de ce texte (un réel vivre-rencontre plutôt bouleversant – c’est le troisième test). On pourra sans doute connecter la montée de cette impression avec le système général de néantisation qui se déploie lexico-syntaxico-sémantiquement tout au long de ce discours ; avec le phénomène d’expression d’une temporalité psychédélique et vertigineuse : « Entre l’histoire aux portes à l’instant refermée et le musée non encore ouvert » ; avec l’abîme démonté de la prosopographie généralisée, autour de la matrice « Assassiner le ciel, voir le sang du ciel » syntaxiquement détachée dans la suite textuelle ; avec enfin la pathétisation insupportable qui intègre la lectrice occurrente à l’intérieur du geste textuel, emphatisant perlocutoirement l’effet de la très compliquée structuration rhétorique de la dernière phrase citée. Ce sont là des dispositions matérielles d’un foyer possible.

  • 13 L’extermination massive des Juifs en Europe orientale par les nazis.

10Reste qu’il s’agit d’une situation de réception particulièrement déstabilisante, dans la mesure où on a affaire à un roman, et à un roman dont la thématique consiste à rendre témoignage de la Shoah par balles13 : c’est cette même réception qui peut générer un effet d’émotion-jouissance tragique, analysable en termes de sidération médusante, de sensation de bascule à la limite du supportable. Et il y a une trace également matérielle qui forme comme le sillon où peut prendre feu, ou simplement se cristalliser, cette sensation de stylicité : c’est l’alchimie autour de l’isotopie caressaientles grandes poupées de chair, avec l’incrustation manifeste un soutien-gorge en soiece soutien-gorge froufroute, où peut s’accrocher le déclenchement de la sidération.

11Voilà quelques suggestions, à titre d’exemples, de la recherche d’un ensemble corrélatif de second niveau, capable d’aider à cerner la sensibilité intransitive du style, métamorphosant le sémantique en présence et l’interprétation en rencontre.

Annexes

Annexe. Citation de Le Sang du Ciel

Une fois tue la toux fine des mitrailleuses, les heures caressaient le ciel comme des oiseaux noirs. De la profondeur de mon puits, plat comme une punaise, rien que deux dimensions, je regarde le ciel respirer calmement : Assassiner le ciel, voir le sang du ciel Les images s’éparpillent et les mots jamais prononcés. D’un mouvement tellement furtif qu’il semble naître quelque part ailleurs, je dirige mes yeux vers la plaine. Je la vois de très loin, comme à travers l’autre bout d’une lorgnette. Une paire de chaussures d’enfant, une poupée restée intacte, un soutien-gorge en soie. C’est là que bat la source. Entre l’histoire aux portes à l’instant refermées et le musée non encore ouvert, ce soutien-gorge s’élève et froufroute comme un papillon dans un no man’s land. Vieille photo de famille que tout ceci : les grandes poupées de chair, le ciel et la plaine. L’enchantement s’en va et gicle la survie, comme une éclaboussure.

Notes

1 Avec notamment les réflexions d’Anne Herschberg Pierrot sur le texte et celles de Jean-Michel Adam sur le sens.

2 Voir Molinié G. (2005).

3 Voir les tests de littérarisation (d’artistisation pour le cas du verbal) dans Molinié G. (1998).

4 Qui ne saurait être saisissable qu’en termes de transformation et de récriture.

5 On se reportera aux développements ad hoc dans Sémiostylistique (op. cit.).

6 Notamment dans Molinié G. (1994), « Sémiostylistique de la réception à propos du Dom Juan de Molière : de la séduction et du littéraire », Champs du signe. Stylistique n° 4 ; Molinié G. (1995), « Stylistique et tradition rhétorique », Argumentation et Rhétorique, Hermès, n° 15.

7 Ce n’est bien sûr par hasard que je retrouve comme naturellement ce terme hjelmslévien.

8 Il faudrait reprendre la catégorie de type et dans la tradition exégétique et dans la philosophie de Max Weber pour approfondir la portée de cet apparent paradoxe de l’idée d’une intransitivité du style.

9 Quitte à creuser la portée de cet espèce d’ur-stylème qu’est la récriture.

10 Voir Sémiostylistique (op. cit.).

11 Gallimard, 1961. J’ai cité ce texte dans Sémiostylistique (1998).

12 Qui ignorent ou bloquent toute littérarisation (voir Sémiostylistique).

13 L’extermination massive des Juifs en Europe orientale par les nazis.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540