Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Hennessy (1874-1944)

 | 
François Dubasque

Première partie. L’héritier d’une lignée de grands notables conservateurs

Chapitre 2. À la conquête d’un fief

Texte intégral

1La notion de « fief » électoral pose problème dans un système politique qui repose sur le suffrage universel. Elle désigne de puissants liens entre un homme politique et sa circonscription d’élection. L’élu enracine durablement son pouvoir grâce à ses réseaux de clientèle et de sociabilité. Il peut transmettre ou non son fief à un « héritier », dont l’expression rappelle la notion de « dynastie politique » déjà évoquée. Comment, dans un contexte politique local particulier, Jean Hennessy emporte-t-il la circonscription de Barbezieux qu’il représente à la Chambre des députés durant vingt-deux ans, soit cinq mandats législatifs consécutifs ?

Des succès républicains tardifs en Charente

2La première candidature des frères Hennessy à la députation, en 1906, se situe à un tournant de l’orientation politique du département de la Charente. Avec la disparition des derniers nationalistes, la représentation locale devient franchement républicaine. Le département ne fait en effet pas figure de précurseur : à la fin du xixe siècle, il évolue lentement du bonapartisme à la République. S’ils pâtissent de l’échec du mouvement boulangiste, les cadres vieillissants du bonapartisme sont également victimes des bouleversements dans le monde agricole. Tandis qu’ils constituaient l’électorat traditionnel des candidats bonapartistes, de nombreux viticulteurs ruinés par la crise du phylloxéra quittent les campagnes. Or, les villes du département – Angoulême, Confolens, Ruffec, Barbezieux – sont des foyers républicains. De même, les notables républicains (médecins, avocats) qui rendent de nombreux services aux populations triomphent dans les chefs-lieux de canton. Ainsi, dès les élections législatives de 1902, les Charentais désignent une représentation à majorité républicaine.

  • 1 Ingénieur dreyfusard, Adolphe Carnot est nommé directeur de l’École des Mines en 1901. C’est à l’i (...)
  • 2 Parti de cadres, qualifié d’ » état-major sans troupe », l’ARD revendique 30 000 adhérents en 1910 (...)
  • 3 Cité par R. Sanson, « Adolphe Carnot et l’Alliance républicaine démocratique », dans Une lignée ré (...)

3Le parti républicain récolte les fruits d’une stratégie électorale efficace. Dans le contexte de l’affaire Dreyfus et à l’approche des échéances électorales de 1902, Waldeck-Rousseau cherche à consolider son action gouvernementale et renforcer sa majorité, à côté du puissant parti radical-socialiste. Pour le soutenir, quelques députés de l’Union démocratique se rencontrent le premier mai 1901 dans le bureau du journal Le Paysan de France, sous la présidence d’Adolphe Carnot1. Ils créent l’Alliance républicaine démocratique (ARD) afin de promouvoir l’idée d’« une république ordonnée et libérale, anticollectiviste et laïque2 ». Ce programme d’inspiration centre-gauche, défendu par des républicains modérés qui ne souhaitent ni réaction ni révolution, a de quoi séduire l’électorat charentais. Adolphe Carnot ne s’y trompe pas : il se présente aux élections cantonales « pour tenir tête au césarisme clérical que représentent ici les Déroulède, les Laroche-Joubert3 ». Il est élu conseiller général de Chabanais en 1898, puis préside l’assemblée du département de 1902 à 1907. Un pôle de l’Alliance se constitue en Charente autour de lui et de Pierre Limouzain-Laplanche, élu sénateur en 1903. Les élections législatives de 1906 marquent ainsi le triomphe des républicains de gauche dans le département. Les modérés inscrits à l’Alliance démocratique emportent quatre sièges sur six : il s’agit d’Auguste Mulac, membre du comité directeur du parti, à Angoulême, de Georges Gérald à Barbezieux, d’Antoine Babaud-Lacroze à Confolens et de Maurice Raynaud à Ruffec. En revanche, avec les défaites électorales enregistrées par Paul Déroulède et Edgar Laroche-Joubert à Angoulême, puis le décès de Gustave Cunéo d’Ornano à Cognac, les derniers nationalistes disparaissent du paysage politique charentais.

  • 4 La Constitution des Charentes, 9 mai 1906. James Hennessy prononce ainsi un discours de soutien à (...)
  • 5 La Constitution des Charentes, 20 mai 1906.

4La lente progression des républicains n’affecte pas la circonscription de Cognac, livrée durant trente ans à une forte personnalité bonapartiste : le baron Gustave Cunéo d’Ornano. Remarqué par le baron Eschassériaux qui étend son influence sur les réseaux impérialistes des deux Charentes, il est appelé par ce dernier pour diriger le journal d’opinion Le Charentais (1873-1874). Eschassériaux l’impose comme candidat de « l’Appel au peuple » aux élections législatives de 1876 : élu député de Cognac en mars, il est invalidé le 6 avril avant d’être réélu un mois plus tard. Par la suite, les électeurs de Cognac lui demeurent fidèles puisqu’il décède le 17 mai 1906, onze jours après sa victoire pour un neuvième mandat au premier tour des élections législatives ! Cette exceptionnelle longévité résulte de plusieurs facteurs. Tour à tour bonapartiste, boulangiste, rallié au prince Victor en 1891, enfin nationaliste héraut de la cause plébiscitaire, Cunéo d’Ornano a su répondre aux attentes d’électeurs attachés à une conception de la démocratie dans l’ordre. En effet, l’arrondissement compte, en Charente, la plus forte concentration en riches négociants et viticulteurs aisés réceptifs aux idées bonapartistes. D’origine étrangère au département, Cunéo d’Ornano s’est par ailleurs efforcé avec succès de s’implanter localement. En 1875, il épouse Sarah Plantevigne-Dubosquet, fille d’un riche propriétaire, maire bonapartiste d’Ambérac (Charente). Puis il acquiert une assise électorale locale en obtenant le siège de conseiller général de Segonzac, qu’il conserve de 1876 à 1895. Il bénéficie enfin du soutien de personnalités influentes grâce auxquelles il constitue un réseau d’agents électoraux dans chaque commune de l’arrondissement de Cognac. Outre le baron Eschassériaux, il trouve en effet appui auprès des maisons de négoce Martell et Hennessy. De sensibilité certes conservatrice mais non bonapartiste, leurs dirigeants partagent néanmoins avec Cunéo d’Ornano la même aversion pour une république de gauche. Ces relations ne passent pas inaperçues aux yeux de l’opinion contemporaine ; les critiques formulées en 1906 par Eugène nouveau, directeur du journal La Constitution des Charentes, en attestent : « Si d’Ornano est réélu à Cognac, c’est grâce au soutien d’Hennessy et Martell qui ont jeté l’influence de leur nom, de leur clientèle, de leur fortune dans la balance politique4. » Il leur reproche d’avoir choisi la réaction alors qu’ils auraient pu jouer un rôle de modérés dans un grand parti républicain conservateur à l’anglaise. Après sa disparition, le journaliste décrit Cunéo d’Ornano comme « l’homme-lige des deux grandes maisons de cognac5 ». En réalité, des liens réciproques anciens unissent l’homme politique bonapartiste aux grands négociants. Dès 1876, Édouard Martell, candidat orléaniste, se désiste au deuxième tour des élections législatives au profit de Cunéo d’Ornano, mieux placé pour l’emporter. Tout se passe ensuite comme si les grandes familles du négoce préféraient laisser à des hommes politiques de confiance le soin de défendre leurs idées. Toutefois, la disparition progressive des cadres conservateurs au tournant du siècle ramène Hennessy et Martell sur le devant de la scène politique locale, après quinze ans d’éclipse.

Les frères Hennessy en quête de responsabilités politiques

  • 6 Il est conseiller municipal puis premier adjoint au maire de Cognac de 1896 à 1902, et de 1919 à 1 (...)

5Douze ans après avoir perdu différents mandats politiques, Édouard Martell est élu en 1888 maire de Cherves, commune proche de Cognac où il réside, puis sénateur de la Charente aux élections de 1890. Quant à James Hennessy, deux ans seulement après son retour en Charente, il brigue le siège de conseiller général de Segonzac abandonné par Cunéo d’Ornano. Il fait donc figure de successeur de ce dernier lorsqu’il entre à l’assemblée départementale en 1895. L’année suivante, il est élu conseiller municipal de Cognac6. Il exerce donc deux mandats locaux préalablement à ses fonctions parlementaires. Il s’agit du cursus classique des parlementaires de la Troisième République. À cet égard, il détient même un record de longévité puisqu’il siège au conseil général durant cinquante ans, de 1895 à 1945. Il préside, par ailleurs, l’assemblée départementale de 1929 à 1945. Jean Hennessy, contrairement à son frère, fait l’impasse sur la carrière départementale. Assez rare, le phénomène mérite d’être souligné. En revanche, comme de nombreux autres parlementaires sous la Troisième République, il exerce les fonctions de conseiller municipal à titre de premier mandat électif. C’est en 1904, à l’âge de trente ans, qu’il est élu conseiller municipal de Saint-Brice, sa commune de résidence depuis 1901. Il occupe cette fonction pendant vingt ans avant de démissionner suite à sa nomination comme ambassadeur de France en Suisse, en 1924. Mais il échoue par deux fois dans sa tentative d’être élu maire : en 1904, il n’obtient que trois voix sur les douze que représente le conseil municipal ; il n’a qu’une seule voix en juillet 1906. Il convient donc de souligner que le chemin d’accès au Palais-Bourbon emprunté par le futur parlementaire est, sur ce point, assez atypique : Jean Hennessy n’a pas suivi le cursus honorum classique qui passe par la détention préalable d’un ou plusieurs mandats locaux. Il ne bénéficie donc pas d’une réelle assise électorale locale, ce que confirment les registres des délibérations du conseil municipal de Saint-Brice. Hormis les années 1904-1905 pendant lesquelles il participe aux travaux de la commission communale relative à l’assistance médicale gratuite, il n’est par la suite que très rarement présent aux réunions du conseil municipal. Cette situation vient sans doute du fait que, candidat aux élections législatives de 1906 dans un arrondissement différent de celui de sa commune, il ne peut espérer tirer un profit électoral de sa position de conseiller municipal.

  • 7 Le Matin charentais, 15 mars 1906.
  • 8 La Charente, 7 avril 1906. Le conseiller général Paul Mairat, candidat dans la première circonscri (...)
  • 9 Suite au décès du député bonapartiste Louis Arnous, gendre de Gustave André, Géo Gérald emporte le (...)
  • 10 Éditorial de Paul Mairat, La Charente du 17 février 1906.

6La candidature de Jean Hennessy dans l’arrondissement de Barbezieux est proclamée un mois et demi avant les élections législatives7. Cette annonce tardive tend à prouver, comme le suggère Paul Mairat dans un article de La Charente, qu’elle n’est pas survenue spontanément. « Les cléricaux de Barbezieux sont en train d’essayer leur treizième candidat : Monsieur Jean Hennessy », ironise-t-il8. En effet, les personnalités conservatrices de l’arrondissement peinent à présenter un front uni d’opposition au député sortant, Georges dit « Géo » Gérald. Républicain modéré, celui-ci a mis fin à la domination bonapartiste sur la circonscription par sa victoire électorale de 1901, puis sa réélection en 19029. Désireux de prendre leur revanche, les bonapartistes parrainent une candidature extérieure au département : celle de Joseph Lasies, originaire du Gers. Candidat plébiscitaire, il est élu député de Condom en 1898. À cette époque, violemment antidreyfusard et antisémite, il collabore à La Libre Parole de Drumont. Réélu en 1902, il siège au comité central de l’Appel au peuple et se fait, à la Chambre, le défenseur des bouilleurs de cru. Ses interventions dans ce domaine lui valent en Charente une certaine reconnaissance. Mais, malgré le soutien de Cunéo d’Ornano, sa candidature à Barbezieux se heurte au refus de Paul Déroulède. Craignant d’être catalogué bonapartiste, le républicain plébiscitaire menace en effet de se désister dans la deuxième circonscription d’Angoulême si on lui impose la proximité de Lasies. Selon Paul Mairat, son attitude hostile est surtout dictée par le fait qu’il envisageait de se porter candidat à Barbezieux dans la mesure où il ne bénéficiait pas de pronostics favorables dans la deuxième circonscription d’Angoulême qu’il convoitait10. La crise ouverte entre plébiscitaires de différentes nuances aboutit, à la fin du mois de février, au retrait de Lasies tandis que Déroulède maintient finalement sa candidature à Angoulême.

7Une équipe de notables locaux de droite sollicite alors Jean Hennessy qui, après quelques hésitations, accepte la mission de disputer l’arrondissement de Barbezieux au candidat sortant. Déjà approché à la mi-février, le négociant semblait, à cet instant, peu enclin à s’engager dans une circonscription avec laquelle il n’entretenait aucun lien. Dans L’écho charentais du 18 février 1906, il met en avant des ennuis de santé qui l’empêcheraient de mener campagne dans de bonnes conditions. Mais la candidature de Cunéo d’Ornano à Cognac et la volonté de son frère James, conseiller général de Segonzac, d’assurer la relève en cas de retrait de celui-ci, le conduisent vraisemblablement à reconsidérer son refus initial. La proximité géographique de Cognac et le profil sociologique assez semblable des électeurs de Barbezieux sont des atouts qui ont certainement pesé dans la décision de Jean Hennessy.

  • 11 A.D. Ch., 3 M 543 : élections législatives de 1906.
  • 12 La Charente, 7 avril 1906.
  • 13 Ibid., 15 mai 1906.
  • 14 Ibid., 9 avril 1906. Ce surnom est réemployé par Gérald sur ses affiches électorales.

8Comment les électeurs, amis ou adversaires politiques se représentent-ils le nouveau candidat ? Quelle image ont-ils de lui ? Pour ses amis, Jean Hennessy jouit tout d’abord de la célébrité d’un nom attaché à la réussite d’une grande maison de négoce. Son capital économique et sa richesse sont, pour lui, un argument électoral. Le texte suivant publié sur une affiche de campagne en atteste : « nous voterons pour Monsieur Hennessy parce qu’il connaît nos intérêts économiquement intimement liés aux siens et que sa situation témoigne assez qu’il n’abuse pas de notre crédulité pour entrer au Parlement11. » Aux élections cantonales de 1895, son frère se prévalait déjà du nom d’Hennessy comme atout pour solliciter les suffrages des électeurs de Segonzac. Dans sa profession de foi publiée dans le journal L’Ère nouvelle, il écrivait : « Ayant passé ma jeunesse dans la Marine nationale, j’ai peu habité dans mon pays natal avant de revenir définitivement m’y fixer. néanmoins, mon nom ne vous est pas inconnu. » À l’inverse, les adversaires politiques de Jean Hennessy voient dans sa position économique et sociale un motif d’opposition et de rejet. Le radical Paul Mairat note dans une chronique électorale parue dans La Charente : « Il s’appelle Hennessy, c’est quelque chose. Mais là s’arrête son mérite12. » Puis, il dénonce « la prodigalité de l’or gagné par les ancêtres13 » qui permet notamment au candidat conservateur de se déplacer dans tous les secteurs de l’arrondissement, grâce à l’acquisition de cinq automobiles. Il critique enfin l’attitude des grandes maisons de négoce qui imposent leur loi aux petits viticulteurs à qui l’on conseille d’arracher la vigne. C’est pourquoi Hennessy est surnommé « le candidat du phylloxéra14 ». À ce capital économique et social dont il a hérité, les adversaires politiques de Jean Hennessy opposent l’idéal méritocratique, fondement du régime républicain, incarné par Géo Gérald. Ce dernier constitue en effet un exemple de réussite qui s’inscrit dans le cadre de la démocratisation du recrutement politique sous la Troisième République. Issu d’une famille de la petite bourgeoisie limousine et juriste de formation, il exerce la profession d’avocat d’affaires. Attaché au ministère des Finances, il est formé à l’école du libre-échangiste Léon Say. Son engagement dans la cause dreyfusarde lui ouvre les portes du cabinet du président de la Chambre des députés. D’abord chef-adjoint, il est ensuite nommé chef du secrétariat particulier, avant de se porter candidat en 1901 dans la circonscription de Barbezieux. Il appartient donc à ces élites qui, à travers leurs études et leur réussite professionnelle, revendiquent une place dans la gestion des affaires publiques.

9Jean Hennessy est perçu, en second lieu, comme l’héritier d’une lignée politique conservatrice. Ses adversaires l’ont catalogué « réactionnaire », quitte à pratiquer l’amalgame entre différentes nuances d’opposition. Ainsi, sur la même affiche électorale, Gérald le qualifie de « petit-fils d’un ci-devant candidat officiel du Second Empire » et de « gendre du chef royaliste de Mun ». De son côté, sans se départir d’une ironie mordante, Paul Mairat analyse avec finesse le capital politique de Jean Hennessy :

« Par l’entremise des Pères Jésuites, il avait réussi à accoler les trois étoiles de sa célèbre marque aux neuf perles de la couronne comtale de Monsieur Albert de Mun, paladin du trône et cuirassier de l’autel. Par cette union reluisante de l’aristocratie de chaudière et de la noblesse de parchemin, Monsieur Jean Hennessy s’est enrôlé du coup sous l’étendard du Roy et la bannière du pape », écrit-il dans La Charente du 7 avril 1906.

  • 15 A.D. Ch., 3 M 543 : affiche électorale intitulée « Deux Républiques ». Depuis son arrivée au pouvo (...)

10Quoi qu’il en soit, tous ses adversaires dénient à Hennessy le droit de se proclamer républicain. Pourtant les frères Hennessy, à l’instar d’Albert de Mun et de nombreux catholiques, se sont ralliés, sinon de cœur du moins de raison, au régime républicain dans les années 1890. La profession de foi ci-après, rédigée par James Hennessy en 1895, en témoigne : « Je crois sincèrement que la République ne pourrait être renversée qu’à la suite d’une crise sociale : Guerre européenne ou Révolution. J’estime que tout citoyen réellement désireux du bien de son pays doit redouter de tels événements et s’efforcer d’en combattre la venue. » Puis en juillet 1906, après le décès du député de Cognac Cunéo d’Ornano, il se porte candidat à sa succession et persiste à se proclamer républicain. Afin de se démarquer de son prédécesseur, il prend même soin de se présenter comme « anti-plébiscitaire ». De la même manière, Jean Hennessy, adhérent de la première heure à l’ALP, se présente à Barbezieux sous l’étiquette « républicain libéral ». Plus qu’à une opération électorale destinée à gagner des suffrages en proclamant un ralliement de circonstance, ce choix correspond chez lui à une orientation politique sincère. Il défend sa conception d’une république « modérée et raisonnable » qui s’oppose à « une république blocarde des partis de gauche, partisane de l’impôt avec inventaire à domicile, ennemie de la propriété individuelle, adversaire de la patrie, une république de la franc-maçonnerie représentée par Émile Combes et Georges Gérald15 ».

  • 16 Une circulaire du 8 novembre 1904 institue en effet dans les communes des « délégués de l’administ (...)

11Une courte campagne qui oppose un bloc à l’autre s’engage donc entre Jean Hennessy et Géo Gérald, le député sortant. La réunion contradictoire qui se tient le premier mai 1906 à Montmoreau, devant un auditoire de mille cinq cents personnes, constitue l’unique véritable occasion pour les deux candidats de confronter leurs idées. Jean Hennessy attaque l’œuvre anticléricale du Bloc des gauches, et s’en prend tout particulièrement aux gouvernements Waldeck-Rousseau et Combes que Gérald a soutenu par ses votes à la Chambre. Catholique pratiquant, il s’insurge contre les atteintes à l’enseignement congréganiste qui scolarise pourtant 40 % des élèves du secondaire. Il critique la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican de Pie X et juge la loi de séparation de l’Église et de l’État « sectaire, inapplicable, antilibérale ». Par ailleurs, il dénonce la partialité de l’administration mise au jour en 1904 par l’affaire des fiches et la question des « délégués administratifs16 ». Il se déclare enfin opposé aux retraites ouvrières qu’il considère « dangereuses et utopiques », et à l’impôt global et progressif. Il annonce par ailleurs aux électeurs qu’en cas de victoire, il siégerait avec le centre, contre les républicains de gauche et leurs alliés radicaux. Le programme de Jean Hennessy reflète donc fidèlement ses opinions politiques conservatrices et libérales, mais confirme également son refus d’être confondu avec l’opposition de droite anti-républicaine. Quant à Géo Gérald, il défend sans surprise l’œuvre de la législature précédente, notamment la loi de séparation qu’il a voté. Dans la lignée de Charles Benoist, député de Paris, il juge également nécessaire une réforme électorale visant à instituer le scrutin de liste et la représentation proportionnelle, afin d’assurer une représentation équitable de toutes les opinions.

  • 17 La circonscription de Barbezieux, au sud de la Charente, est composée des cantons de Barbezieux, B (...)

12Les élections des 6 et 20 mai 1906 se déroulent dans le calme. Sur le plan national, elles enregistrent le taux de participation le plus élevé depuis 1877 avec seulement 20,1 % d’abstentions. Dans l’arrondissement de Barbezieux, le taux d’abstention qui s’établit à seulement 13 % est largement inférieur à la moyenne nationale. 427 députés sont élus au premier tour de scrutin, dont Géo Gérald qui l’emporte avec 6 508 voix – soit 51 % des suffrages exprimés – contre 6 247 voix à son adversaire. Sur les six cantons formant la circonscription de Barbezieux, Gérald n’en concède que deux à Jean Hennessy : celui de Barbezieux et celui de Brossac où l’ancien député bonapartiste Arnous fut conseiller général17. Les groupes politiques appartenant à la formation du Bloc des gauches, telle l’ARD de Gérald, l’emportent aisément. L’opposition de droite (nationalistes, libéraux de l’ALP et progressistes) est défaite : elle ne récolte que 43 % des suffrages et compte moins de 170 députés à la Chambre, contre 340 pour les seuls radicaux-socialistes, radicaux modérés et républicains de gauche. La politique combiste des fiches et la séparation de l’Église et de l’État, malgré les violences liées à certains inventaires, n’ont donc pas détourné les électeurs de la gauche qui enregistre un gain de 300 000 voix par rapport à 1902.

  • 18 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 4.

13Il convient de préciser que, malgré la défaite de Jean, la famille Hennessy place deux de ses membres à la Chambre des députés. Albert de Mun, son beau-père, est ainsi réélu député du Finistère pour le quatrième mandat consécutif. Dès le 7 mai 1906, il adresse une lettre à sa fille dans laquelle il lui fait part de sa déception : « Dès 20 heures, nous avons appris l’échec de Johnny à Barbezieux : cela a été un vrai coup très rude [...] la défaite de Johnny est pour moi un chagrin cuisant. Voudra-t-il persévérer18 ? » De son côté, James Hennessy, frère de Jean, se présente dans l’arrondissement de Cognac suite au décès de Cunéo d’Ornano. Le 8 juillet 1906, il remporte aisément l’élection partielle face au candidat de l’Alliance républicaine démocratique, Jean Barraud. Les deux parents élus siègent dans une opposition de droite à tendance libérale pour Albert de Mun, progressiste pour James Hennessy.

  • 19 La Charente, 4 mai 1906.

14En revanche, quelles sont les causes de la défaite électorale de Jean Hennessy ? L’échec est du, en premier lieu, aux qualités et aux atouts de son adversaire politique, le député sortant Georges Gérald. Celui-ci a su emprunter plusieurs filières d’accès au Palais-Bourbon, facteurs de réussite politique. Son passage au cabinet de Paul Deschanel, président de la Chambre des députés, lui permet d’intégrer son réseau de collaborateurs. Avec Léon Baréty et Georges Maurisson qui en font également partie, il présente la double caractéristique d’être un ancien élève de l’École libre des sciences politiques et un membre du barreau. Il adhère par ailleurs, dès sa formation, à l’ARD. Sa participation au pôle charentais de l’Alliance, construit autour d’Adolphe Carnot, lui assure des soutiens politiques non négligeables à l’échelle départementale. Au niveau local, des comités électoraux de l’Alliance se constituent dans l’arrondissement de Barbezieux afin de soutenir sa candidature. né à Aixe-sur-Vienne en 1869, Gérald a toutefois fait en sorte de s’implanter dans son département d’accueil : propriétaire à la Garde-à-Rotard, il est élu ensuite conseiller municipal de Condéon et conseiller général de la Charente, cumulant ainsi deux mandats locaux considérés comme « l’antichambre du Palais-Bourbon ». Enfin, l’exercice de sa profession d’avocat lui confère un certain talent oratoire que ne possède manifestement pas son adversaire. L’inexpérience de Jean Hennessy – il a 32 ans lorsqu’il se présente pour la première fois aux élections législatives – explique sans doute sa maladresse quand il s’agit de prendre la parole en public. Paul Mairat rapporte avec délectation que Jean Hennessy « bredouille affreusement », cherchant ses mots lorsqu’il sort un peu de « ses habitudes et du laïus ordinaire soigneusement appris et récité19 ». De fait, il n’est pas rare dans les réunions publiques que les membres de son comité électoral prennent la parole en son nom.

  • 20 A.n., F7 12 719 : Action libérale populaire. Un rapport de police du 23 janvier 1904 souligne un g (...)

15Cette équipe de notables locaux conservateurs à nuance libérale, constituée autour de Jean Hennessy, représente le lien entre le candidat et ses électeurs. Parmi eux, Maurice Guillot, avocat à Barbezieux, est le véritable chef d’orchestre de la campagne électorale d’Hennessy. Né à Birac (Charente) en 1874, il est conseiller municipal de Touzac, où il possède un domaine, de 1900 à 1904 avant d’être élu conseiller municipal de Barbezieux et conseiller d’arrondissement. En tant que président du comité local de l’ALP20, il est la tête de file de l’opposition de droite dans la circonscription. Outre l’avocat Guillot, le comité se compose de trois médecins de tendance libérale : le docteur Eugène Lacour, conseiller général de Chalais depuis 1905, le docteur Bonneau, maire de Poullignac dans le canton de Montmoreau, et le docteur Gabriel Landry, conseiller d’arrondissement et oncle du candidat malheureux à la députation contre Gérald en 1901, auxquels il convient d’ajouter Daguerre, le conseiller général d’Aubeterre. Malgré l’appui d’élus locaux représentant quasiment tous les cantons de l’arrondissement, Jean Hennessy n’obtient un nombre de voix supérieur à Gérald que dans deux cantons sur six. De plus, perpétuant la longue tradition d’alliance politique entre les familles Hennessy et Martell, il reçoit durant la campagne le soutien d’Édouard Martell. Mais il n’en retire vraisemblablement aucun bénéfice politique. Celui-ci, ayant en effet perdu son siège de sénateur en 1903, n’intervient plus qu’en qualité de maire de la commune de Cherves, dans l’arrondissement voisin de Cognac. Enfin, deux organes de presse prennent partie pour le candidat conservateur : L’écho charentais, journal libéral, et Le Matin charentais, quotidien bonapartiste de l’Appel au peuple. Cependant, l’activité d’un comité électoral structuré soutenu par la presse n’empêche pas Jean Hennessy d’échouer face à Géo Gérald.

16L’absence d’implantation locale personnelle d’un candidat jusqu’à lors plutôt tourné vers l’arrondissement de Cognac constitue, à n’en pas douter, la raison principale de sa défaite électorale. Pourtant, sitôt les élections achevées et une fois son frère élu à Cognac, Jean Hennessy, qui ne renonce pas à emporter le siège de Barbezieux, s’engage dans une stratégie à long terme d’enracinement local.

L’implantation locale : un arrière-goût de philanthropie patronale

  • 21 Alain, Eléments d’une doctrine radicale, Paris, librairie Gallimard, 1925, p. 42.

« non que l’électeur soit à vendre mais on agit aisément par le journal, l’affiche, par des dons aux œuvres d’instruction et d’assistance, par des services rendus à ceux qui dirigent l’opinion. »
Alain, 9 septembre 191121

17Quelle place et quelle signification l’étape associative locale occupe-t-elle dans le cursus du parlementaire ? En général, l’implantation politique d’un élu va de pair avec son investissement dans le tissu local. De sa capacité à intégrer des réseaux de sociabilité dépend la puissance des solidarités à son égard. Celles-ci, lui assurant des points d’appui électoraux dans la circonscription, constituent une filière d’accès à la fonction parlementaire.

18Conscient des raisons de son échec de 1906, Jean Hennessy prend la direction des opérations. Il construit progressivement et méthodiquement son implantation dans l’arrondissement de Barbezieux, en vue des élections législatives de 1910, de telle sorte qu’il se positionne au cœur d’associations locales mises en réseau. La force de ces réseaux construits autour de l’homme politique repose sur une organisation orientée vers trois domaines distincts : les associations culturelles, la charité et l’assistance ainsi que le monde agricole et ses organismes.

  • 22 A.D. Ch., 3 M 149 : liste des électeurs de Bors-de-Montmoreau. Jean Hennessy est mentionné sur les (...)

19Bien que résidant habituellement à Saint-Brice, près de Cognac, Jean Hennessy achète dès 1906 la propriété des Plassons, sur la petite commune de Bors-de-Montmoreau. Il s’inscrit dès lors sur les listes électorales et peut donc, à l’instar de ses adversaires politiques, voter dans la circonscription de Barbezieux22. Animé par ailleurs de la volonté de s’insérer dans la vie culturelle locale, il adhère à deux associations présidées par un ami politique, le banquier Gaston Chevrou. Dès 1907, il est ainsi gratifié de la présidence d’honneur de l’Harmonie de Barbezieux. Cette société musicale, dont Maurice Guillot, ancien responsable du comité électoral de Jean Hennessy, est vice-président, se positionne ouvertement en concurrente de l’Harmonie municipale soutenue par Charles Bizardel, maire radical de Barbezieux. Il rejoint également la Société archéologique, historique et littéraire de Barbezieux fondée par le même Chevrou, en 1911. Moins politisée que la précédente, on y rencontre néanmoins, parmi ses membres, de nombreux amis politiques de Jean Hennessy dont Maurice Guillot. Un rapport du sous-préfet de Barbezieux, en date du 15 septembre 1913, indique qu’il y organise parfois une conférence, que d’autre part il offre un bal annuel à la bourgeoisie de la ville, qu’il convie enfin la population à un ou deux banquets par an. L’écho charentais du 26 septembre 1909 relate en effet qu’à l’occasion des courses de Barbezieux, Jean Hennessy invite mille six cents personnes à « un banquet démocratique » animé par l’Harmonie, au cours duquel il prononce un discours politique, après ceux de plusieurs notables de son entourage. Par la voix de La Charente et celle de La Petite gironde, la presse d’opposition se montre extrêmement critique envers « cette distribution éhontée de primes électorales sous la forme de cartes d’invitation gratuites à une grande ripaille ».

  • 23 L’Écho charentais, 25 octobre 1907.
  • 24 A.N., papiers de Mun : 378 AP 4. Lettre d’Albert de Mun à sa fille, 26 novembre 1908.
  • 25 « La Maternelle », Le Libéral des Charentes et du Sud-Ouest, 10 février 1910.

20Double héritier par ses attaches familiales du libéralisme et du catholicisme social, Jean Hennessy prête par ailleurs une grande attention aux questions sociales tout en rejetant « la charité légale ». Dans sa profession de foi de 1906, il s’oppose ainsi au principe d’une loi sur les retraites ouvrières. En revanche, président de la Société de secours mutuels de Saint-Brice, il favorise la promotion de ce type d’association dans l’arrondissement de Barbezieux. En 1907, il alloue 1 000 francs à la Société Saint Mathias, à la Société des anciens militaires, ainsi qu’à la Société scolaire de secours mutuels de Barbezieux23. Marguerite de Mun, l’épouse de Jean Hennessy, s’engage elle aussi dans des œuvres de bienfaisance. Sur les conseils et avec l’aide de son père, elle fonde « la Maternelle » à Cognac, en 190424. Son initiative participe à un mouvement d’effervescence des associations de femmes catholiques dans un contexte de lutte anticléricale. Cette association a pour objet de mener des actions en faveur des femmes enceintes et des mères de famille par l’octroi de primes de secours, de layettes et de nécessaires obstétricaux. Elle connaît un essor rapide puisqu’en 1909, elle compte 2 157 membres et touche 176 communes réparties sur les deux Charentes. Elle est cependant prioritairement implantée dans l’arrondissement de Cognac où résident 69 % de ses membres, tandis que 12,65 % d’entre eux vivent dans l’arrondissement de Barbezieux25. Cette situation n’empêche pas Jean Hennessy de considérer l’œuvre de bienfaisance de son épouse comme un instrument de conquête électorale. Sans pour autant faire foi aux attaques de Géo Gérald qui insinue que, dans l’arrondissement, les secours aux femmes sont marchandés contre le vote des maris, il n’en reste pas moins que Marguerite Hennessy s’investit davantage dans la circonscription, à l’approche des élections. Elle rend visite aux notables locaux et va également au contact des ouvriers dans les usines. Elle participe à des manifestations artistiques. Enfin, le 6 février 1910, elle organise à Barbezieux une grande fête de « La Maternelle » qui obtient une couverture médiatique importante de la part des journaux de droite : L’écho charentais y consacre sa « une », le 13 février 1910.

  • 26 Voir à ce sujet S. Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des Habitation (...)
  • 27 L’Écho charentais, 13 février 1910.

21En dehors de l’action engagée en direction des familles, Jean Hennessy se préoccupe de l’amélioration du logement populaire. Les principes libéraux qui l’animent dans ce domaine ont été définis, dès 1885, par Georges Picot dans un ouvrage intitulé un devoir social et les logements d’ouvriers. L’auteur y démontre, par l’exemple anglais, comment l’initiative privée peut accomplir cette mission. Son projet réformateur privilégie l’action préventive sur l’assistance. C’est pourquoi, en 1890, il fonde avec Jules Siegfried la Société française des Habitations à Bon Marché (HBM) dans le but d’ » encourager en France la construction par des particuliers, industriels ou sociétés locales des maisons salubres et à bon marché26 ». La politique publique de l’habitation populaire, instituée par la loi du 30 novembre 1894 sur les habitations à bon marché, lui doit son orientation libérale. Son auteur n’est autre que Jules Siegfried : selon lui, la construction des logements ne peut être confiée qu’à des opérateurs privés ayant obligation de soumettre leur projet à un comité départemental chargé de faire appliquer la loi. Mais la participation de Jean Hennessy à l’œuvre des logements populaires relève tout autant de la philanthropie patronale que de la volonté d’implantation locale à des fins électorales. Preuve en est le caractère très ponctuel de son action dans ce domaine : il fonde en 1909 une société anonyme par actions de construction d’HBM, dont le siège social est installé en l’étude de Maurice Guillot, avocat à Barbezieux. Celui-ci préside le conseil d’administration, tandis que Jean Hennessy se réserve la présidence d’honneur27. En 1910, la société réalise deux opérations immobilières à Barbezieux et à Montmoreau qui reçoivent sans difficultés l’aval du comité départemental des HBM, dans lequel siège James Hennessy. Mais après les élections de 1910, aucun autre programme de construction n’a été entrepris par la société de Jean Hennessy. Peut-être l’abandon de cette œuvre sociale marque-t-elle son mécontentement vis-à-vis de l’évolution de la législation. Instituant les Offices publics d’HBM, la loi Bonnevay de 1912 consacre en effet l’intervention des pouvoirs locaux dans la construction des habitations populaires. Elle va, par conséquent, à l’encontre de la doctrine libérale défendue par la Société française des HBM.

  • 28 Archives du musée de la Société d’encouragement au bien de la Charente. Nos remerciements à Monsie (...)

22Pour son engagement dans « diverses sociétés humanitaires » du département et des dons aux hôpitaux dépassant cent mille francs, Jean Hennessy reçoit en 1912 la médaille d’honneur de la Société d’encouragement au bien de la Charente. Avant lui, son frère avait reçu en 1907 la médaille d’or de la Société nationale d’encouragement au bien de Paris28.

« Le réseau de terroir », relais entre l’homme politique et son électorat

23De 1907 à 1914, Jean Hennessy occupe, dans l’arrondissement de Barbezieux, une position clef au centre d’un réseau de syndicats agricoles qui lui permettent de « mailler » le territoire de la circonscription. Autorisés par la loi de 1884, les syndicats agricoles se sont multipliés. Cependant, ces organismes sont fréquemment détournés de leur mission professionnelle à des fins politiques. Dans l’arrondissement de Barbezieux, l’implantation de Jean Hennessy passe par la mise sur pied d’un réseau de syndicats agricoles initiés au niveau cantonal par des membres de son état-major politique. Sont ainsi créés en 1908-1909 :

  • Le syndicat cantonal des agriculteurs de Montmoreau. Le docteur Bonneau, maire de Poullignac, en est vice-président.
  • Le syndicat cantonal agricole et viticole de Brossac.
  • Le syndicat des agriculteurs et viticulteurs du canton de Barbezieux. Les conseillers d’arrondissement Landry et Chevrou en sont vice-présidents.
  • Le syndicat cantonal agricole et viticole du canton de Baignes, présidé par le maire de Reignac, Roger Clauzy.
  • Le syndicat agricole d’Aubeterre.
  • Le syndicat agricole de Chalais.
  • 29 L’Écho charentais, 20 septembre 1908, 31 janvier 1909 et 9 janvier 1910.
  • 30 R. Lafon, La culture de la vigne dans l’arrondissement de Barbezieux, Paris, J.-B. Baillière et fi (...)
  • 31 Ibid.

24La mise en réseau de ces six pôles cantonaux s’effectue par l’utilisation commune d’une banque agricole d’arrondissement faisant office de caisse de crédit agricole et de caisse d’assurance mutuelle contre la mortalité du bétail. Président de la banque agricole, à laquelle il fait une donation de 80 000 francs, Jean Hennessy occupe également la présidence d’honneur de chaque syndicat cantonal29. Cette position lui permet d’asseoir sa notoriété et de se constituer une clientèle par services rendus. Il multiplie en effet les initiatives en direction du monde agricole, notamment sur les plans de l’expertise et du conseil. Il exhorte ainsi les agriculteurs à mécaniser leur exploitation en incitant les syndicats agricoles à se doter de trieurs pour semer les céréales et de tracteurs. Il s’assure la collaboration de René Lafon, ingénieur agronome et régisseur des propriétés viticoles de la maison de négoce familiale, avec lequel il cosigne deux brochures sur la culture de la vigne et celle des céréales dans l’arrondissement de Barbezieux30. Tous deux cherchent à démontrer dans ces ouvrages l’intérêt des méthodes scientifiques appliquées à l’agriculture. Jean Hennessy crée à cet égard des champs d’expérience : d’abord sur son domaine des Plassons puis progressivement dans tout l’arrondissement. Il est intéressant de constater que, parmi les propriétaires des champs d’expérience, on relève de nombreux amis politiques de Jean Hennessy. Citons, entre autres, Roger Clauzy à Reignac, François Lajeunie à Orival, ou bien le docteur Bonneau à Poullignac31. Outre la volonté de promouvoir une agriculture moderne, Jean Hennessy n’hésite pas à prendre la défense des intérêts agricoles. Le 14 novembre 1909, devant un public de petits propriétaires viticulteurs réunis en banquet à Reignac, il dénonce « le projet Cochery ». Ce dernier, ministre des Finances dans le cabinet Briand, propose en effet d’apposer sur chaque bouteille de cognac une vignette de garantie portant la marque du négociant et un timbre d’authentification. Le but de cette vignette, d’un coût de dix centimes à la charge du négociant, est de garantir le produit contre la fraude. Mais les négociants y voient une taxe déguisée qui, s’ajoutant aux autres impôts pesant déjà sur le cognac, risque de provoquer une mévente. Hennessy s’exprime donc en faveur de l’union des négociants, bouilleurs de cru et viticulteurs contre le projet de taxation des eaux-de-vie par l’État. Il cite en exemple la manifestation cognaçaise du 10 novembre 1909, organisée à l’appel de plusieurs syndicats du négoce et de la viticulture, qui a rassemblé six mille personnes, sous la présidence d’Édouard Martell et de James Hennessy.

  • 32 Expression empruntée à P. Plas, « Élites et édiles, le poids des réseaux », dans G. Le Béguec et D (...)
  • 33 Archives Hennessy, carton Jean Hennessy : les syndicats d’agriculteurs dans l’arrondissement de Ba (...)
  • 34 Ibid.

25La présentation des multiples activités d’Hennessy sur le plan agricole conduit à s’interroger sur la portée réelle de ce « réseau de terroir32 » en terme de relais électoral. A-t-il permis à l’homme politique de se faire connaître dans l’arrondissement ? En croisant les sources des archives familiales et publiques, il est possible de se faire une idée précise des effectifs syndicaux. Ceux-ci sont très variables selon les cantons : de 700 à Barbezieux à 47 seulement à Aubeterre. Entre 1908 et 1912, les chiffres sont néanmoins en progression constante. Les effectifs du syndicat cantonal de Montmoreau passent ainsi de 330 à 526 membres. Au total, le réseau agricole construit autour d’Hennessy et encadré par les élus locaux de droite touche environ mille six cents personnes, pour la plupart petits propriétaires et métayers33. En comparaison, le syndicat agricole démocratique du canton de Barbezieux, fondé en 1911 et présidé par Albert Nouel, directeur de la laiterie de Guéry à Claix (Charente), ne compte que 89 adhérents. Pour le sous-préfet de Barbezieux, dans un rapport du premier décembre 1911, « ce syndicat a été fondé dans le but de venir en aide aux petits viticulteurs républicains qui n’ont pas voulu faire partie du syndicat électoral des réactionnaires ». Mais malgré des effectifs en hausse (223 adhérents en 1913), son budget reste trois fois inférieur à celui du syndicat concurrent de droite34. En l’espace d’une législature, Jean Hennessy a donc su mettre en place un réseau d’organismes agricoles d’autant plus puissant qu’il s’appuie d’une part sur une clientèle d’agents électoraux, d’autre part sur le pouvoir coercitif de l’homme d’affaires.

  • 35 Archives Hennessy, Le Libéral.
  • 36 Ibid.

26Pour asseoir leur stratégie de maillage des circonscriptions de Cognac et de Barbezieux, les frères Hennessy se dotent, dès 1906, d’un organe de presse : Le Libéral des Charentes et du sud-ouest. Ce journal d’opinion fonctionne comme un instrument électoral : il vise non seulement à propager leurs idées mais également à constituer un réseau d’agents à même de les relayer auprès des électeurs. Durant ses quatre années d’existence, le nombre d’abonnés au journal progresse, passant de 795 en 1906-1907 à 2 512 en 1908-190935. En revanche, sa diffusion hors abonnement reste globalement limitée, plus encore dans l’arrondissement de Barbezieux que dans celui de Cognac. Un état des ventes de la presse dans plusieurs communes du sud de la Charente illustre l’échec du Libéral à percer face à ses concurrents. Ainsi par exemple, cent trente journaux par jour sont distribués à Montmoreau dont soixante exemplaires de La Petite Charente, trente-trois de La Petite Gironde et vingt-sept de La France de Bordeaux. À Chalais, ces trois journaux républicains réalisent 85 % des ventes tout comme dans le petit village de Salles-Lavalette où le Libéral ne vend en moyenne qu’un seul exemplaire36.

  • 37 Ibid.

27Face à la concurrence, le journal des frères Hennessy présente plusieurs handicaps pour les lecteurs : son mode de publication tri-hebdomadaire et son prix élevé en particulier. Cette situation pénalise d’autant plus le journal qu’il connaît également des problèmes de distribution. Or, pour Jean Hennessy, le véritable intérêt de ce journal réside plutôt dans le recrutement, dans de nombreuses communes de l’arrondissement, d’un réseau de correspondants destinés à faire office d’agents électoraux. Chaque correspondant, en quête de nouveaux abonnés, est également chargé d’analyser la situation politique locale et de communiquer un rapport à la direction du Libéral. On peut ainsi lire à propos du lieu de résidence du député Géo Gérald, à Condéon : « A dans la commune une propriété de peu d’importance. Très mauvais terrain pour la vigne et bois de peu de valeur [...]. Le maire de Condéon, Jules Fèvre, est un blocard enragé37. »

  • 38 Fils d’un notaire élu conseiller d’arrondissement et décédé en 1897, René Brangier se présente à 2 (...)
  • 39 Archives Hennessy, Le Libéral. Correspondance du 20 février 1908.

28Par la mise en place de comités politiques locaux et par le renforcement de son état-major politique, Jean Hennessy a donc échafaudé avec méthode une structure d’appui à deux niveaux afin de s’implanter solidement dans la circonscription de Barbezieux. Sur le groupe de notables constitué autour de sa candidature lors des élections de 1906, se sont en effet greffés de nouveaux agents électoraux. Il entretient avec eux des relations de clientèle fondées sur un jeu permanent d’échanges et de services. Le cas de René Brangier est à cet égard très significatif : issu d’une lignée influente de notables locaux38, celui-ci se présente, en 1907, aux élections cantonales de Montmoreau. Sa candidature reçoit le soutien de Jean Hennessy qui offre par la suite un banquet pour fêter sa victoire. Le nouvel élu profite de l’occasion pour le remercier publiquement de l’intérêt qu’il porte au canton et lui demande d’y relayer les œuvres de prévoyance et de mutualité. L’année suivante, il met un local à disposition du nouveau syndicat cantonal des agriculteurs de Montmoreau. Correspondant du Libéral, il renseigne par ailleurs Jean Hennessy sur l’état d’esprit des électeurs. Il lui déconseille ainsi de prendre au sérieux la proposition d’allégeance du maire de Montmoreau qui n’a, estime-t-il, « plus grande influence et ne sera pas réélu maire39 ». Le banquier Gaston Chevrou, maire de Salles-de-Barbezieux depuis 1900 et conseiller d’arrondissement, est une autre recrue qui, de par sa position de notable engagé dans diverses associations culturelles, jouit à Barbezieux d’une grande considération. Enfin, Roger Clauzy, autre personnalité locale élue maire de Reignac en 1908, se joint à ce groupe et devient l’agent électoral de Jean Hennessy dans le canton de Baignes. Il prend en charge la création et occupe la présidence du syndicat agricole et viticole de ce secteur. Au final, l’état-major politique constitué par Jean Hennessy en vue des législatives comprend une dizaine de personnalités du cru, détentrices de mandats électifs aux trois échelons locaux de la commune, du canton et de l’arrondissement. Ces notables conservateurs forment donc de solides relais auprès des électeurs dans les différents espaces de la circonscription. Ils occupent, de plus, des positions de pivots autour desquels les réseaux mis en place par Jean Hennessy s’articulent. Les mêmes noms se croisent en effet dans les comités directeurs des associations culturelles, des œuvres de bienfaisance, des syndicats agricoles ainsi que sur les listes d’abonnés et de correspondants dressées par Le Libéral. Ce système complexe de maillage par réseau met en lumière la stratégie développée par Jean Hennessy de conquête et d’implantation dans l’espace électoral barbezilien. Il atteint sa maturité en 1909-1910, à l’approche des nouvelles échéances électorales. Il s’appuie par ailleurs sur le pouvoir de coercition que détient Jean Hennessy en tant que grand négociant en eaux-de-vie dans une région viticole.

  • 40 Archives Hennessy, Le Libéral.

29Dans quelle mesure l’homme d’affaires peut-il exercer des pressions de nature commerciale pour s’attirer les faveurs des électeurs ? La firme Hennessy jouit d’un certain prestige auprès des viticulteurs locaux. C’est pourquoi Jean Hennessy invite ses agents électoraux à se montrer particulièrement attentifs à la situation du négoce. Dans leurs rapports adressés à la direction du Libéral, ceux-ci fournissent d’amples renseignements sur le sujet. Un conseiller municipal de Condéon constate ainsi que les achats de vin semblent être une méthode efficace pour faire taire les critiques émanant de l’opposition. À l’autre extrémité de la circonscription, René Brangier considère lui aussi la stratégie d’achat comme payante dans la mesure où elle prouve que Jean Hennessy « s’occupe du pays ». En revanche, il lui reproche d’obliger les gens de Montmoreau à se rendre à Cognac afin de présenter leurs échantillons d’eau-de-vie. Car précise-t-il : « Ils ne peuvent le faire sans consentir à de gros frais de déplacement. Certains ont fait jusqu’à deux voyages et ont vu leurs eaux-de-vie refusées. L’effet a été malheureux40. » Il est donc clair que, de par sa position économique dominante, Jean Hennessy est en mesure d’avoir une influence non négligeable sur les professionnels de la vigne. Il possède un véritable pouvoir de contrainte qui s’exerce par le biais des commandes de vin. Or, au début du siècle, environ cinq mille viticulteurs charentais vendent leur production à la maison Hennessy. Mais au-delà de la puissance de ce capital économique, le choix d’une tactique d’enracinement local comme filière d’accès à la fonction parlementaire s’avère décisif. L’un et l’autre permettent à Jean Hennessy d’asseoir sa notoriété et son pouvoir sur des mécanismes de clientèle par infiltration et construction de multiples réseaux. En 1910, il entre par conséquent en campagne bien mieux préparé qu’en 1906 et avec de sérieux atouts à faire valoir.

La conquête de la circonscription de Barbezieux (1910)

  • 41 Profession de foi de Jean Hennessy en vue des élections législatives du 24 avril 1910.

30Aux précédentes élections législatives, Jean Hennessy s’était présenté sous l’étiquette de « républicain libéral ». En 1910, dans son bref message adressé aux électeurs, il prend celle de « républicain ». Toutefois, ce nouveau qualificatif n’implique aucune modification dans le programme politique défendu par le candidat. Son inspiration libérale se manifeste par une forte hostilité aux monopoles d’État dans différents domaines : celui des assurances en particulier, mais aussi celui de l’enseignement primaire. C’est pourquoi il s’oppose à l’abrogation de la loi Falloux. Au sujet du projet d’impôt sur le revenu voté par la Chambre et que le nouveau Parlement de 1910 aura en charge de faire aboutir, Jean Hennessy réclame une loi suffisamment libérale pour assurer une répartition plus équitable des charges fiscales. En revanche, très critique à l’égard des socialistes qui, selon lui, considèrent l’impôt sur le revenu comme une machine de guerre sociale de classe à classe, il refuse toute « inquisition » fiscale qui aurait pour but d’évaluer le revenu. Dans le domaine économique et social, il se déclare partisan des contrats collectifs de travail, de la participation des employés aux bénéfices et du crédit ouvrier. Il revendique surtout une extension de la vie syndicale. Selon lui, « l’individu doit attendre bien plus de l’association professionnelle que de l’État. Il y va de son intérêt, de son honneur, de sa liberté surtout, de réduire au maximum le rôle de celui-ci41 ». Dans cette perspective, il juge nécessaire de réduire le nombre de fonctionnaires et de leur accorder un statut précisant leurs droits et leurs devoirs, afin d’éviter qu’ils ne se transforment en agents électoraux. Dans sa profession de foi, il s’en prend également à l’œuvre législative de la Chambre sortante. Il souligne ainsi les nombreuses difficultés que soulève la loi du 5 avril 1910 sur les retraites ouvrières et paysannes. Attaché à l’initiative privée en matière d’assistance, il considère que cette charge doit rester davantage du ressort des sociétés de secours mutuels.

31Au final, que ce soit sur les questions économiques, sociales ou bien de politique extérieure, ses prises de position sont très proches de celles défendues par son frère, candidat dans l’arrondissement de Cognac, qui se proclame lui aussi libéral. Mais paradoxalement, son programme présente aussi des similitudes importantes avec celui de son adversaire politique, le député sortant Géo Gérald. Tous deux partagent ainsi la même conception de l’impôt sur le revenu, et appellent de leurs vœux une réforme administrative du pays. Jean Hennessy insiste sur « la nécessité d’élargir les circonscriptions administratives où la vie publique s’est figée depuis plus d’un siècle », tandis que pour son adversaire, la solution passe par le régionalisme. Il ne précise toutefois pas le sens qu’il entend donner à ce terme. Pour l’un comme pour l’autre, la réforme administrative a pour corollaire celle du mode scrutin.

  • 42 Discours de Paul Deschanel à l’occasion de la réunion organisée par le groupe parlementaire de la (...)

32Mais à l’instar de deux cent soixante-dix autres députés élus en 1910, Jean Hennessy prend fermement position pour la représentation proportionnelle (RP). Selon lui, elle est le seul moyen d’assurer à chaque parti une influence en rapport avec sa force numérique. Son analyse conforte l’argumentation développée par Paul Deschanel selon qui, dans le scrutin d’arrondissement, les suffrages obtenus par les candidats non élus addition nés aux abstentions sont supérieurs aux suffrages du candidat élu. C’est donc la minorité du corps électoral qui est représentée au Palais-Bourbon42. La coalition des « erpéistes » est originaire de familles politiques diverses. Elle voit le jour à la fin des années 1880, mais n’est représentée réellement à grande échelle qu’à partir de 1906. À cette époque, le vote par la Chambre d’une augmentation de l’indemnité parlementaire de 9 000 francs à 15 000 francs provoque dans le pays une vague d’indignation. Les partisans de la représentation proportionnelle en profitent pour proclamer l’urgence d’une réforme censée assainir les mœurs politiques. Une vaste querelle s’engage dès lors entre « erpéistes » et « arrondissementiers ». La grande majorité des radicaux est attachée au scrutin d’arrondissement qui joue en faveur des petits notables locaux. L’hostilité du parti radical à la représentation proportionnelle explique vraisemblablement pourquoi Géo Gérald, autrefois fervent partisan de ce mode de scrutin, n’évoque dans sa profession de foi de 1910 la réforme électorale qu’en termes très imprécis. Républicain modéré, il cherche face à un adversaire positionné à droite de l’échiquier politique, à rallier sur son nom le maximum de voix de gauche, quitte à passer sous silence certains des thèmes de sa campagne de 1906.

  • 43 L’Écho charentais, 10 avril 1910.

33Jean Hennessy mène campagne en s’appuyant sur ses réseaux. Il sillonne la circonscription à la rencontre des électeurs. En l’espace d’une semaine seulement, profitant des foires et marchés, il se déplace dans une dizaine de communes réparties sur trois cantons43. Il expose ainsi son programme devant environ mille cinq cents personnes. À cela s’ajoutent les discours prononcés lors de manifestations ponctuelles telles les courses de Barbezieux, en septembre 1909. C’est certainement devant plus de la moitié de son électorat que Jean Hennessy a eu l’occasion de s’exprimer. À raison de vingt à cinquante réunions électorales en présence de cent à trois cents personnes, il est en effet relativement aisé, sur de petites circonscriptions de moins de vingt mille électeurs, de toucher une majorité de citoyens durant la campagne.

  • 44 Roger Poitou-Duplessy (1863-1911), ancien vice-président du comité des jeunesses plébiscitaires de (...)

34Le 24 avril 1910, Jean Hennessy l’emporte au premier tour de scrutin sur son adversaire. Il recueille 6 658 voix, soit 51 % des suffrages exprimés, et ne devance Géo Gérald que de 270 voix. Il obtient une majorité de voix dans trois cantons sur six : à Barbezieux, Brossac et Chalais. En revanche, malgré le soutien très actif de Roger Clauzy dans le canton de Baignes dont Gérald est conseiller général, Jean Hennessy s’y fait distancer, de même qu’à Aubeterre et Montmoreau où existent des comités cantonaux affiliés à l’ARD. En effet, membre du comité central du parti, Géo Gérald préside une union des délégués cantonaux de Charente, placée sous le patronage d’Adolphe Carnot. La fonction première de ces délégués est « d’assurer la défense de l’enseignement laïc et républicain dans les écoles primaires de la Charente », mais ils servent aussi à l’occasion de relais électoral. Le soutien de l’appareil du parti est néanmoins insuffisant pour assurer la réélection de Géo Gérald. Par rapport aux élections de 1906, l’Alliance marque d’ailleurs un recul sensible en Charente. Elle ne compte plus que trois élus dans le département, à l’issue des élections de 1910 : Paul Mairat à Angoulême, Maurice Raynaud à Ruffec et Antoine Babaud-Lacroze à Confolens. Auguste Mulac perd, quant à lui, la deuxième circonscription d’Angoulême au profit du catholique plébiscitaire Roger Poitou-Duplessy, candidat de l’ALP44. Un tiers de la représentation parlementaire charentaise connaît donc un renouvellement en 1910, soit une proportion légèrement inférieure à la moyenne nationale. Ces élections sont par ailleurs marquées par un nombre élevé de ballottages. À l’instar de Jean et James Hennessy, trois cent soixante-trois députés seulement sont élus au premier tour. De plus, la nouvelle Assemblée est plus orientée au centre que la précédente.

Des motifs d’invalidation ?

  • 45 La Charente, 26 avril 1910.
  • 46 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 6. Lettre à sa fille, 28 avril 1910.

35Deux jours après la victoire de Jean Hennessy aux élections législatives, le radical Paul Mairat signe dans La Charente un violent éditorial : « J’ai le regret d’enregistrer l’échec de Gérald. La maison Hennessy est arrivée à ses fins et s’est payé l’arrondissement de Barbezieux. Il n’est pas possible qu’il n’y ait pas matière à invalidation. C’est scandaleux et immoral45 ! » De son côté, Albert de Mun adresse une lettre à sa fille, dans laquelle il analyse la situation de la manière suivante : « Cette faible majorité m’a un peu déçu [...]. Évidemment, il y aura des contestations et on essayera de monter le coup de la corruption. Mais je ne crois pas que ça prenne46. » Géo Gérald dépose pourtant un recours en invalidation pour « corruption et libations ». Il reproche à son adversaire d’avoir créé dans l’arrondissement des associations de secours et de prévoyance à des fins purement électoralistes, et d’avoir monnayé le vote des électeurs contre l’attribution d’aides pécuniaires. Il dénonce « les repas pantagruéliques » offerts dans son domaine des Plassons ou à Barbezieux, à l’occasion des courses de chevaux. Enfin, il l’accuse d’avoir chargé ses courtiers d’intimider les paysans en les menaçant de diminuer les commandes de vin.

  • 47 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 6.
  • 48 L’Écho charentais, 10 avril 1910. Le journal libéral qualifie Gérald de « candidat de l’administra (...)

36Dans sa volonté de prouver les tentatives de corruptions de son adversaire, le député sortant bénéficie de l’appui bienveillant de l’administration. Albert de Mun précise au sujet de l’élection de son gendre : « Il y a eu comme partout un terrible travail administratif de la dernière heure, si difficile à combattre parce que si difficile à saisir sur le fait47. » Indéniablement, lors de ses tournées électorales, Géo Gérald reçoit le soutien de nombreux fonctionnaires. À Baignes, il est ainsi accompagné par le commissaire de police et le garde champêtre, tandis que dans le canton d’Aubeterre, les instituteurs affiliés à l’Alliance démocratique lui apportent leur aide48. Il est vrai, par ailleurs, que jusqu’en 1914, l’absence d’enveloppe, d’isoloir et de dépôt de bulletin dans l’urne offrent à l’administration la possibilité d’exercer des pressions sur les électeurs. De manière plus surprenante, Géo Gérald profite indirectement de l’attitude ambiguë adoptée par James Hennessy devant la candidature de son frère. À la suite de sa victoire électorale de 1906, le nouveau député libéral de Cognac a opéré un rapprochement progressif vers les républicains modérés, tant et si bien qu’aux élections législatives suivantes, ceux-ci se rallient à sa candidature. C’est pourquoi la candidature de son frère à Barbezieux contre un républicain de gauche contrarie James Hennessy qui déplore :

« Nul plus que moi n’est désolé de l’entêtement de mon frère à combattre Gérald [...]. J’ai fait et je fais tout ce que je peux pour l’aiguiller du côté de la Bretagne qui convient mieux à son tempérament clérical et son esprit religieux. Malheureusement, il est entouré dans l’arrondissement de Barbezieux par un tas de suceurs tous plus réactionnaires les uns que les autres qui ont mis la main sur lui et qui sont plus forts que moi. »

  • 49 A.D. Ch., 3 M 544 : élections législatives 1910. Gérald fait publier les déclarations de James Hen (...)

37Gérald utilise à des fins électorales ces propos tenus au conseil général de la Charente en 1907, puis réitérés devant le sénateur Brisson dans les couloirs du Palais-Bourbon49. Sur la défensive, Jean Hennessy rend publique une lettre de soutien de son frère, mais en privé, il se plaint du préjudice causé par les déclarations de celui-ci. La correspondance d’Albert de Mun à sa fille en atteste :

  • 50 A.N., papiers de Mun : 378 AP 6.

« Johnny m’a beaucoup parlé de son élection et de l’ennui que lui cause James dans cette affaire, par l’agacement où il est de le voir combattre Gérald et le désir qu’il aurait de s’entendre avec lui, aussi je crois, parce que les bêtises qu’il a faites l’embarrassent et qu’il prévoit entre Johnny et lui des divergences d’attitudes et de vote qui, d’avance, le gênent50. »

38Dans une lettre adressée à sa fille après l’élection du 24 avril 1910, Albert de Mun s’emporte contre James Hennessy qui continue d’alimenter les polémiques sur la candidature de l’argent, dénoncée par les adversaires de son frère. Il explique ainsi :

  • 51 Ibid.

« Il faut absolument que cet étourdi de James tienne sa langue : déjà avant l’élection, dans les couloirs de la Chambre, il blaguait là-dessus. À présent, il continue et cela est absurde parce que cela crée une légende. Il est inconcevable que le brave garçon soit léger à ce point ! y a-t-il jalousie ? C’est à le croire vraiment [...]. James disait qu’on avait dépensé un argent fou [...]. Au contraire, il faudrait raconter abondamment les violences indignes de Gérald, les agressions, l’affaire des Plassons [...], et surtout il faudrait, à l’approche de l’ouverture de la Chambre, travailler les esprits du côté majorité et gouvernement. C’est à cela que James devrait servir, et non à cancaner sur les dépenses51. »

39Le coût d’une campagne atteint fréquemment 20 000 francs en moyenne, somme dix fois supérieure aux frais engagés lors des élections censitaires de la première moitié du xixe siècle. Les papiers de James Hennessy, déposés aux archives de la société, mettent en lumière les sommes investies par le député sortant de Cognac et leurs destinations, en vue des élections législatives de 1914. Les factures conservées font état de nombreux frais relatifs à :

  • La presse (factures de L’indicateur de Cognac et de L’Ère nouvelle des Charentes).
  • La rémunération des agents chargés de la distribution des tracts et des afficheurs, à laquelle s’ajoute une indemnité versée à une centaine de facteurs de l’arrondissement.
  • Les déplacements en automobile.
  • Les frais d’hôtel et de repas (factures de champagne, bières, limonades).
  • La location des salles de réunion.
  • 52 Journal officiel (J.O.), débats parlementaires, 4 juillet 1910 : séance de validation de l’électio (...)
  • 53 Rapport du préfet, 3 mars 1914.
  • 54 Exemple cité par n. Rousselier, « Les caractères de la vie politique dans la France républicaine ( (...)
  • 55 J. Dubos. André Lebon, op. cit., p. 195.

40Il semblerait que la somme totale dépensée au cours de la campagne électorale s’élève à 34 000 francs, dont 60 % en frais d’imprimerie. Il convient toutefois de s’interroger sur la frontière ténue qui sépare la campagne elle-même de pratiques plus douteuses relevant d’une certaine forme de corruption. « Comment on achetait les électeurs sous la Troisième République ? » questionne Raymond Huard dans la revue L’histoire de février 2001. L’auteur décrit les réunions électorales qui se tiennent dans des cafés et se terminent en véritables banquets. Il rappelle, à cette occasion, la distinction faite par les électeurs bretons entre « une élection sèche » et « une élection arrosée ». James Hennessy, pour sa part, semble opter pour le second système comme en attestent de nombreuses factures de champagne. Un grand notable se doit de fêter son élection par des distributions en nature et des libations diverses, telles celles qui se déroulent à Barbezieux dans la nuit du 24 au 25 avril 1910 pour célébrer la victoire de Jean Hennessy52. À la tête de réseaux d’attribution de faveurs, ce dernier fonde ses relations de clientèle sur le pouvoir de l’argent. Mais chez lui, ce système semble réellement avoir atteint une ampleur inégalée par son frère. Si l’on en croit l’administration préfectorale, Jean Hennessy a remporté au bout d’une campagne acharnée de trois mois les élections de 1910, au prix d’ » une prodigalité pécuniaire au sujet de laquelle on cite les chiffres les plus extraordinaires53 ». Le sous-préfet de Barbezieux avance, quant à lui, le chiffre de 120 000 francs. Dans l’impossibilité de confirmer la somme faute d’archives, il n’en demeure pas moins que ce montant très élevé ne paraît pas complètement extravagant, en comparaison d’autres situations. Le républicain Bischoffsheim, élu puis invalidé à Nice en 1893, aurait avoué une dépense de 138 000 francs pendant la campagne54. Le marquis de Maussabré, candidat de droite vainqueur d’André Lebon dans l’arrondissement de Parthenay (Deux-Sèvres) en 1898, avait quant à lui dépensé 100 000 francs pendant la campagne55.

41Pourtant, après enquête dirigée par Etienne Flandin au nom du deuxième bureau de la Chambre des députés, la demande d’invalidation déposée par Géo Gérald est rejetée. La commission estime qu’aucune pression n’a été exercée par Jean Hennessy le jour du scrutin. Les électeurs ont donc voté librement. Elle enregistre par ailleurs avec satisfaction des lettres du secrétaire d’Hennessy, en réponse à des demandes de secours, dans lesquelles il est écrit : « Monsieur Hennessy a le regret de ne pouvoir répondre favorablement [à votre demande], la lutte électorale engagée l’obligeant à la plus stricte réserve. » Le rapporteur souligne enfin que le vainqueur du scrutin a lui aussi transmis un dossier dénonçant les pratiques diffamatoires de son adversaire. Il vise particulièrement une affiche de dernière heure adressée aux viticulteurs qui accuse la maison Hennessy de les exploiter. En conséquence, l’élection de Jean Hennessy est validée par le deuxième bureau de la Chambre des députés, lors de la séance du 4 juillet 1910.

Un député progressiste au Palais-Bourbon

  • 56 Charles Jonnart, élu député du Pas-de-Calais en 1889, épouse deux ans plus tard la fille d’Édouard (...)
  • 57 M. Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, VIII (...)

42À l’instar des familles de Castellane, Chautemps, Cochin ou de Charles Jonnart56, Jean Hennessy rejoint son frère et son beau-père à la Chambre des députés. Âgé de 36 ans, l’élu charentais appartient à la catégorie des jeunes députés. Selon Mattei Dogan qui a étudié les parlementaires élus pour la première fois entre 1898 et 1940, 35 % seulement avaient moins de 40 ans57. Mais de manière générale, sous la Troisième République, la carrière parlementaire débute plutôt à l’approche de la cinquantaine. Les députés ne sont donc reçus à la Chambre qu’au bénéfice d’une certaine maturité. Pourtant, l’image d’une gérontocratie n’en demeure pas moins erronée.

  • 58 Thèse défendue par P. Birnbaum, Le sommet de l’État : essai sur l’élite du pouvoir en France, Pari (...)
  • 59 C. Charle, « Les parlementaires, avant-garde ou arrière-garde d’une société en mouvement ? », dans(...)
  • 60 L’auteur intègre dans cette catégorie les propriétaires rentiers, les aristocrates, les grands ind (...)

43Une autre idée selon laquelle une dissociation des pouvoirs sous la Troisième République se traduirait par le divorce entre les élites économiques et politiques du pays est à nuancer58. Le recrutement de l’élite politique s’est progressivement ouvert au personnel issu des classes moyennes de la société. Cette démocratisation va de pair avec l’importance acquise par les professions juridiques qui représentent, selon Christophe Charle59, le tiers des différentes professions exercées par les parlementaires de la Chambre, et jusqu’à 45 % de celles des membres du gouvernement. Issu des « fractions possédantes60 », le grand négociant Jean Hennessy appartient au contraire à une catégorie socio-professionnelle dont l’importance décline au sein de l’assemblée législative. Celle-ci ne représente que 4,6 % des différentes professions exercées par les élus nés depuis 1861. Toutefois, son influence ne se mesure pas uniquement à sa représentation au Parlement. L’interpénétration des élites économiques et politiques se fonde également sur de nombreux réseaux de sociabilité. Par ailleurs hostiles au socialisme mais privilégiant une approche réformiste des questions économiques et sociales, la plupart des hommes d’affaires impliqués dans la vie politique défendent des opinions républicaines modérées. Ils occupent ainsi d’éminentes positions tant à l’ARD qu’à la Fédération républicaine progressiste.

  • 61 Englobant de nombreux élus anti-gouvernementaux dont Jean Hennessy, l’ALP de Jacques Piou revendiq (...)

44Dans sa séance du 1er juillet 1910, la Chambre vote une modification importante de son règlement. Elle décide que les élections des grandes commissions parlementaires auront dorénavant lieu proportionnellement à l’importance numérique de chaque groupe politique représenté en son sein. Cette réforme des commissions officialise du même coup les groupes parlementaires. En effet, préalablement au dépôt de sa candidature dans une commission, chaque député doit s’inscrire dans un groupe, indiquant généralement le parti auquel il se rattache. Une liste de neuf groupes est ainsi publiée au Journal officiel du 5 juillet 1910. Les radicaux-socialistes constituent le groupe le plus important avec cent quarante-neuf membres, tandis que les républicains de gauche scindés en deux groupes (Gauche radicale et Gauche démocratique) totalisent ensemble cent quatre-vingt-cinq sièges. La droite compte, pour sa part, cent trente députés dont soixante-quinze inscrits au groupe des républicains progressistes, trente-quatre à l’Action libérale61 et seulement vingt au groupe des droites.

  • 62 La Charente, 15 avril 1910.
  • 63 A.N., papiers de Mun : 378 AP 6.

45« Où comptez-vous siéger si vous êtes élu ? Avec votre beau-père réactionnaire et clérical ou votre frère républicain et anticlérical62 ? » C’est en ces termes que Jean Hennessy fut interpellé au cours d’une réunion électorale. À l’heure des querelles religieuses, Jean Hennessy a en effet adhéré, sous le parrainage d’Albert de Mun, à l’ALP. Mais à la fin de la première décennie du xxe siècle, il semble que le retour à un climat plus apaisé marque chez lui la volonté de se détacher d’un parti uni par le seul ciment de la défense religieuse. Au contraire, très hétérogène sur le plan politique, l’ALP compte dans ses rangs des catholiques sociaux, des notables conservateurs mais aussi d’anciens bonapartistes et monarchistes. Tous sont catalogués « réactionnaires » et « cléricaux ». Albert de Mun lui-même constate dans un courrier adressé à sa fille, le 8 avril 1910 : « Le temps a qualifié Johnny de candidat catholique, avec cette note aggravante “gendre de Monsieur de Mun”, et je ne pense pas que ce soit un moyen de lui marquer des sympathies63. » De fait, les distances prises par Jean Hennessy vis-à-vis de l’ALP relèvent en partie d’une stratégie électorale. En adoptant en 1910 une étiquette républicaine modérée, il concurrence directement son adversaire politique, républicain de gauche. Pourtant à cette époque, ses positions libérales et son conservatisme social se reconnaissent davantage dans le programme de la Fédération républicaine. C’est pourquoi à l’instar de son frère James, il rejoint, une fois élu à la Chambre, le groupe républicain progressiste.

  • 64 J. Grévy, « Existe-t-il un espace géographique modéré ? », dans F. Roth (dir.), Les modérés dans l (...)

46Fin novembre 1903, les associations progressistes de droite se structurent dans la Fédération républicaine, présidée par l’industriel roubaisien Eugène Motte. Parmi ses membres, des conservateurs sociaux politiquement libéraux et très hostiles à la politique anticléricale côtoient de nombreux antidreyfusards. La frontière avec les nationalistes et catholiques ralliés est en effet poreuse. Le nouveau courant républicain conservateur noue également des liens étroits avec les milieux économiques de droite. À ce titre, il défend un programme libéral opposé aux monopoles d’État et favorable à l’extension des libertés locales. Il porte en outre une attention particulière aux questions sociales, ce qui le distingue des libéraux orthodoxes du centre-gauche. La même inspiration néo-libérale se retrouve dans la profession de foi du candidat Hennessy aux élections législatives de 1910. Il n’est donc pas étonnant que le grand négociant en cognac, une fois élu à la Chambre, rejoigne le camp des modérés du centre-droit. Ainsi, parmi les soixante-quinze membres du groupe des républicains progressistes, cinquante-six ont reçu, en tant qu’adhérents, l’investiture officielle de la Fédération républicaine, auxquels s’ajoutent dix-neuf députés qualifiés de « libéraux » tel Jean Hennessy ou de « conservateurs ». Ce dernier groupe est en fait composé de quelques catholiques déçus par l’ALP mais aussi d’anciens militants de la cause plébiscitaire et du bonapartisme. Jérôme Grévy a défini, à partir de ces résultats, un espace géographique modéré construit autour de deux pôles principaux situés dans le nord et dans le Sud-Est de la France, et d’un pôle secondaire localisé dans le Centre-Ouest64. Les électeurs de la Charente et de la Vienne ont en effet désigné quatre députés progressistes, dont Jean et James Hennessy, pour les représenter à la Chambre.

  • 65 J.O., débats parlementaires, 1912, p. 249.

47Dans un discours prononcé à Périgueux le 10 octobre 1909, le président du Conseil Aristide Briand tend la main à tous les hommes de la réforme, sans distinction d’origine politique. Cette volonté d’apaisement marquée par le souci d’une « laïcité raisonnable » séduit Jean Hennessy qui soutient par ses votes le ministère Briand jusqu’à ce que celui-ci, mis en minorité le 2 mars 1911, soit contraint de démissionner. Pour autant, le jeune député charentais n’accepte pas de suivre Joseph Thierry. Ce dernier, décidé à appuyer Briand dans sa politique de réconciliation nationale, a choisi d’abandonner une présidence de la Fédération républicaine exercée depuis 1906 pour créer l’Union républicaine. Fondé en 1911, le nouveau groupe compte trente et un membres parmi lesquels siègent des industriels comme Lucien Dior, député de la Manche et Albert Seydoux, élu de Cambrai, mais aussi de grands négociants tel James Hennessy, frère de Jean65.

  • 66 Le passage qui suit est emprunté à R. Sanson, « Centre et gauche (1901-1914). L’Alliance républica (...)
  • 67 L’adhésion officielle de Thierry au parti républicain démocrate fait suite à l’exercice de fonctio (...)

48Située plus à gauche que son groupe d’origine, l’Union républicaine apparaît de fait comme une étape entre le progressisme et les républicains de gouvernement. Or, dans le même temps, l’ARD amorce un infléchissement vers la droite66. En effet dès 1907, le collectif de l’Alliance émettait l’idée de former un bloc républicain démocrate comprenant des radicaux mais non les radicaux-socialistes et des progressistes acceptant les lois de laïcité. Le violent rejet du parti radical-socialiste, qui prône dès lors l’alliance avec les socialistes au second tour des élections de 1910, l’incite à se structurer en un véritable parti politique. En 1911, le parti républicain démocrate est donc créé ; il interdit à ses membres le système de la double appartenance. Des défections, marquées par le départ de députés comme Ferdinand Buisson, Paul Painlevé ou Joseph Caillaux, sont par conséquent enregistrées. Elles sont néanmoins compensées par l’arrivée d’anciens transfuges de la Fédération républicaine passés par l’Union républicaine. Joseph Thierry adhère ainsi au parti républicain démocrate en 1913 et se présente sous son égide aux élections législatives de 191467. James Hennessy, qui n’accepte plus d’être associé à des républicains douteux proches des nationalistes et catholiques ralliés, suit la même trajectoire.

Un travail parlementaire sans envergure

  • 68 A.N., C 7 427 et 7 482 : Assemblées nationales (commissions).

49À partir de 1910, les listes préparatoires des candidatures aux commissions parlementaires sont établies par les groupes. Leurs chefs et sous-chefs se réservent donc les commissions les plus importantes, comme la commission des Finances. Le travail parlementaire effectué en commission revêt, en effet, une grande importance dans la mesure où ne sont discutés en séances plénières que des textes élaborés en son sein. Ceux-ci peuvent par ailleurs constituer de véritables contre-projets. Par conséquent, les présidents de commission et rapporteurs jouent, sous la Troisième République, un rôle primordial en matière législative. Jean Hennessy, jeune député novice, est cantonné dans celles plus secondaires des Postes et Télégraphes et des Économies. En réalité, sa présence n’y est que très rarement attestée au cours des quatre années de la dixième législature. Il ne participe pas du tout à leurs travaux68.

50Mais il existe une autre facette de l’activité parlementaire, souvent perçue comme un obstacle redoutable par les jeunes députés : la participation aux débats en séances. Monter à la tribune constitue en effet une véritable épreuve, dans la mesure où la réussite oratoire est d’ordinaire considérée comme l’antichambre du gouvernement. C’est pourquoi les ministrables se réservent une part prépondérante dans les discussions de politique générale. Fraîchement élu, le député de Barbezieux se contente dans un premier temps d’observer en silence. Sa première intervention à la tribune de la Chambre date de 1911, lorsqu’il prend part à la discussion du budget des Beaux-Arts. Il aborde précisément la question de l’éducation artistique reçue à l’École nationale des Beaux-Arts, et interpelle le gouvernement sur le fonctionnement du concours d’accès à la Villa Medicis. Plus que le thème traité, l’intérêt de cette première prise de parole de Jean Hennessy réside dans sa phase préparatoire, mise en lumière par les archives d’Albert de Mun. Si Jean Hennessy semble vouloir se dissocier de son beau-père en préférant rejoindre les progressistes plutôt que de siéger à ses côtés au sein de l’ALP, Albert de Mun n’en demeure pas moins pour lui une référence et un véritable parrain en politique. Les lettres que le comte échange avec sa fille révèlent la confiance et l’admiration de Jean Hennessy pour son beau-père. C’est en effet devant Albert de Mun, orateur talentueux reconnu, qu’il teste son éloquence et répète son discours destiné à la Chambre. Le comte juge la performance intéressante. Le 23 février 1911, il rapporte ainsi :

  • 69 A.N., papiers de Mun : 378 AP 5.

« J’ai entendu le discours, très bien dit, avec beaucoup de mouvement et bien meilleure intonation que je m’y attendais. Il est très bien. Le passage sur la sculpture et sur l’atelier de la Renaissance sont très bien venus [...]. À la Tribune, la voix s’affermira très vite et le geste s’élargira [...] et il y aura un vrai succès de curiosité en voyant l’artiste là où on attendait le commerçant ou le clubman [...]69. »

  • 70 Voir annexe III : tableau récapitulatif du travail parlementaire de Jean Hennessy (1910-1940), p. (...)

51De fait, l’intervention de Jean Hennessy à la tribune s’achève sous les applaudissements du centre et de la droite et les félicitations de ses amis. Mais par la suite, le député de Barbezieux effectue un travail parlementaire sans envergure. Le Matin charentais du 16 février 1914, qui reprend une enquête du Charivari intitulée « Leur silence est d’or » sur l’éloquence des parlementaires, constate qu’entre le 4 novembre et le 29 décembre 1913, soit quarante-sept séances, Jean Hennessy n’a rien présenté et n’a pris part à aucune discussion. Son frère James offre, d’après le journal, un bilan plus étoffé. Mais, représentant l’arrondissement de Cognac au Palais-Bourbon pour la deuxième fois consécutive, il a eu la possibilité d’accéder aux commissions de la Marine et du Commerce et de l’Industrie, plus en rapport avec ses compétences. Avec quatre participations à la discussion générale et une proposition de loi, le bilan sur l’ensemble de la dixième législature du travail parlementaire de Jean Hennessy est plutôt succinct. Il représente 7,25 % de l’activité parlementaire totale du député au cours de ses six mandats électoraux, soit le taux le plus faible à égalité avec celui de sa dernière législature (1936-1940)70. Cette activité parlementaire réduite est à mettre en parallèle avec la période d’apprentissage obligatoire que connaît chaque nouveau député. Elle s’explique surtout par l’engagement de Jean Hennessy dans la cause régionaliste, dès 1912. Durant cette période, son militantisme actif s’exerce essentiellement hors du Parlement, mais il se traduit également par le dépôt, en 1913, d’une proposition de loi tendant à substituer les départements aux régions et à créer des assemblées régionales professionnelles.

***

52Dans la mesure où elle ne s’inscrit pas dans le courant de démocratisation du recrutement du personnel politique sous la Troisième République, la voie empruntée par Jean Hennessy pour accéder à la fonction parlementaire relève plutôt d’une époque passée. Héritier d’une lignée de grands notables conservateurs, il bénéficie d’un nom réputé dans la vie économique et politique charentaise. Son engagement se nourrit du modèle de plusieurs ascendants qui lui ont transmis un capital d’influence politique et une identification partisane orientée à droite. Par son alliance avec la famille de Mun, d’origine traditionaliste, il sait par ailleurs renouveler la culture politique familiale reçue en legs. De plus, issu de la grande bourgeoisie d’affaires, Jean Hennessy occupe une position sociale qui constitue indéniablement un facteur de réussite électorale. Ce statut lui assure des points d’appui, sous la forme de réseaux de clientèle et de sociabilité. Ainsi, après un premier échec en 1906, il est élu député de la circonscription de Barbezieux, aux élections législatives de 1910. Parrainé par son beau-père Albert de Mun, il siège néanmoins parmi les progressistes dont il partage les convictions libérales. Mais sa situation familiale et sociale offre également des atouts propres à le détacher d’une conception politique trop archaïque, centrée sur le rôle du grand notable. En effet, baigné dans le milieu cosmopolite du négoce, il fait preuve d’une réelle ouverture sur le monde, et manifeste également un intérêt certain pour les questions sociales. Ces dispositions constituent chez lui le point de départ d’une réflexion menée sur la réforme de l’État, dont il convient maintenant de présenter les caractères originaux afin de prendre la mesure de son impact sur son itinéraire politique.

Notes

1 Ingénieur dreyfusard, Adolphe Carnot est nommé directeur de l’École des Mines en 1901. C’est à l’instigation du journaliste Charles Pallu de la Barrière, proche de Waldeck-Rousseau, qu’il accepte d’être, à 62 ans, le président fondateur de l’Alliance républicaine démocratique. Il conserve ses fonctions jusqu’à sa mort, en 1920.

2 Parti de cadres, qualifié d’ » état-major sans troupe », l’ARD revendique 30 000 adhérents en 1910. Elle compte dans ses rangs des leaders tels que Barthou, Poincaré, Chéron, Deschanel. Ces informations sont empruntées à R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique, une formation de centre (1901-1920), Presses universitaires de Rennes, collection Carnot, 2003.

3 Cité par R. Sanson, « Adolphe Carnot et l’Alliance républicaine démocratique », dans Une lignée républicaine : les Carnot sous la IIIe République, Limoges, éditions Souny, 1989.

4 La Constitution des Charentes, 9 mai 1906. James Hennessy prononce ainsi un discours de soutien à la candidature de Cunéo d’Ornano, reproduit dans L’Indicateur de Cognac du 29 avril 1906.

5 La Constitution des Charentes, 20 mai 1906.

6 Il est conseiller municipal puis premier adjoint au maire de Cognac de 1896 à 1902, et de 1919 à 1929.

7 Le Matin charentais, 15 mars 1906.

8 La Charente, 7 avril 1906. Le conseiller général Paul Mairat, candidat dans la première circonscription d’Angoulême, dirige le quotidien depuis 1897. Vainqueur d’Edgar Laroche-Joubert, il est le premier député radical élu en Charente.

9 Suite au décès du député bonapartiste Louis Arnous, gendre de Gustave André, Géo Gérald emporte les élections législatives partielles de 1901 face à l’avocat antidreyfusard Maurice Landry, candidat républicain libéral. Aux élections de 1902, il est réélu au premier tour de scrutin face à François Lajeunie, candidat conservateur.

10 Éditorial de Paul Mairat, La Charente du 17 février 1906.

11 A.D. Ch., 3 M 543 : élections législatives de 1906.

12 La Charente, 7 avril 1906.

13 Ibid., 15 mai 1906.

14 Ibid., 9 avril 1906. Ce surnom est réemployé par Gérald sur ses affiches électorales.

15 A.D. Ch., 3 M 543 : affiche électorale intitulée « Deux Républiques ». Depuis son arrivée au pouvoir, les deux frères Hennessy combattent le Bloc des gauches. Jean Hennessy préside en 1902 une conférence d’Achille Bourdeau, conseiller municipal de Cognac, intitulée « Palinodie maçonnique et parodie républicaine ». L’année suivante, son frère adresse une lettre critique à Émile Combes dans laquelle il dénonce l’intransigeance du président du Conseil vis-à-vis des congrégations (A.D. Ch.-M., fonds Émile Combes : 13 J 39).

16 Une circulaire du 8 novembre 1904 institue en effet dans les communes des « délégués de l’administration » chargés de fournir au préfet des renseignements sur la situation politique.

17 La circonscription de Barbezieux, au sud de la Charente, est composée des cantons de Barbezieux, Baignes, Aubeterre, Brossac, Chalais et Montmoreau.

18 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 4.

19 La Charente, 4 mai 1906.

20 A.n., F7 12 719 : Action libérale populaire. Un rapport de police du 23 janvier 1904 souligne un gros effort de l’ALP en direction des Charentes. Les fréquents séjours d’Albert de Mun n’y sont sans doute pas étrangers. Cependant, deux comités seulement sont organisés à Saintes et à Barbezieux. Il existe également un cercle libéral à Cognac qui s’occupe de créer un comité de l’ALP dans l’arrondissement.

21 Alain, Eléments d’une doctrine radicale, Paris, librairie Gallimard, 1925, p. 42.

22 A.D. Ch., 3 M 149 : liste des électeurs de Bors-de-Montmoreau. Jean Hennessy est mentionné sur les registres électoraux jusqu’en 1939.

23 L’Écho charentais, 25 octobre 1907.

24 A.N., papiers de Mun : 378 AP 4. Lettre d’Albert de Mun à sa fille, 26 novembre 1908.

25 « La Maternelle », Le Libéral des Charentes et du Sud-Ouest, 10 février 1910.

26 Voir à ce sujet S. Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des Habitations à Bon Marché (1889-1914) » dans C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, éditions EHESS, 1999, p. 239-268.

27 L’Écho charentais, 13 février 1910.

28 Archives du musée de la Société d’encouragement au bien de la Charente. Nos remerciements à Monsieur Jean-Jacques Percept, son président, pour les renseignements fournis.

29 L’Écho charentais, 20 septembre 1908, 31 janvier 1909 et 9 janvier 1910.

30 R. Lafon, La culture de la vigne dans l’arrondissement de Barbezieux, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1912 [Préface de J. Hennessy] et R. Lafon, La culture du blé dans l’arrondissement de Barbezieux, Barbezieux, imprimerie Émile Venthenat, 1913 [Préface de J. Hennessy].

31 Ibid.

32 Expression empruntée à P. Plas, « Élites et édiles, le poids des réseaux », dans G. Le Béguec et D. Peschanski (dir.), Les élites locales dans la tourmente : du Front populaire aux années 50, Paris, CNRS édition, 2000.

33 Archives Hennessy, carton Jean Hennessy : les syndicats d’agriculteurs dans l’arrondissement de Barbezieux et A.D. Ch., 7 m 42-44 : syndicats agricoles (1910-1916).

34 Ibid.

35 Archives Hennessy, Le Libéral.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Fils d’un notaire élu conseiller d’arrondissement et décédé en 1897, René Brangier se présente à 28 ans comme candidat libéral aux élections cantonales. Son grand-père fut lui-même conseiller général et maire bonapartiste de Montmoreau, sous l’Empire.

39 Archives Hennessy, Le Libéral. Correspondance du 20 février 1908.

40 Archives Hennessy, Le Libéral.

41 Profession de foi de Jean Hennessy en vue des élections législatives du 24 avril 1910.

42 Discours de Paul Deschanel à l’occasion de la réunion organisée par le groupe parlementaire de la Réforme électorale en faveur du scrutin de liste et de la représentation proportionnelle, le 20 mars 1907 à l’hôtel des sociétés savantes. Cité par G. Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, tome I : l’Avant-Guerre (1906-1914), Paris, PUF, 1965, p. 58.

43 L’Écho charentais, 10 avril 1910.

44 Roger Poitou-Duplessy (1863-1911), ancien vice-président du comité des jeunesses plébiscitaires de 1904 à 1907, ne s’inscrit toutefois dans aucun groupe une fois élu à la Chambre en 1910. Il meurt l’année suivante d’une tuberculose osseuse. Son siège laissé vacant est emporté par Géo Gérald, à la faveur d’une élection partielle.

45 La Charente, 26 avril 1910.

46 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 6. Lettre à sa fille, 28 avril 1910.

47 A.N., papiers Albert de Mun : 378 AP 6.

48 L’Écho charentais, 10 avril 1910. Le journal libéral qualifie Gérald de « candidat de l’administration ».

49 A.D. Ch., 3 M 544 : élections législatives 1910. Gérald fait publier les déclarations de James Hennessy sur une affiche électorale placardée sur les murs de Barbezieux, en avril 1910.

50 A.N., papiers de Mun : 378 AP 6.

51 Ibid.

52 Journal officiel (J.O.), débats parlementaires, 4 juillet 1910 : séance de validation de l’élection de Jean Hennessy. Jean Hennessy célèbre également sa victoire avec le personnel de l’entreprise familiale.

53 Rapport du préfet, 3 mars 1914.

54 Exemple cité par n. Rousselier, « Les caractères de la vie politique dans la France républicaine (1880-1914) », dans S. Berstein et M. Winock (dir.), L’invention de la démocratie (1789-1914), Paris, Seuil, 2002, p. 398.

55 J. Dubos. André Lebon, op. cit., p. 195.

56 Charles Jonnart, élu député du Pas-de-Calais en 1889, épouse deux ans plus tard la fille d’Édouard Aynard, député du Rhône. C’est au cours de la huitième législature (1902-1906) que trois frères de la famille de Castellane siègent simultanément à la Chambre, ainsi qu’Alphonse et Émile Chautemps. Les frères Denys et Henry Cochin s’y côtoient de 1893 à 1914, respectivement comme député de la Seine et député du nord.

57 M. Dogan, « Les filières de la carrière politique en France », Revue française de sociologie, VIII, 1967, p. 441-467.

58 Thèse défendue par P. Birnbaum, Le sommet de l’État : essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977.

59 C. Charle, « Les parlementaires, avant-garde ou arrière-garde d’une société en mouvement ? », dans Les parlementaires de la Troisième République, op. cit., p. 45-64.

60 L’auteur intègre dans cette catégorie les propriétaires rentiers, les aristocrates, les grands industriels et négociants, les banquiers.

61 Englobant de nombreux élus anti-gouvernementaux dont Jean Hennessy, l’ALP de Jacques Piou revendiquait quarante-neuf sièges au lendemain des élections.

62 La Charente, 15 avril 1910.

63 A.N., papiers de Mun : 378 AP 6.

64 J. Grévy, « Existe-t-il un espace géographique modéré ? », dans F. Roth (dir.), Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Presses universitaires de Nancy, 2000.

65 J.O., débats parlementaires, 1912, p. 249.

66 Le passage qui suit est emprunté à R. Sanson, « Centre et gauche (1901-1914). L’Alliance républicaine démocratique et le parti radical-socialiste », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, juillet-septembre 1992, p. 493-512.

67 L’adhésion officielle de Thierry au parti républicain démocrate fait suite à l’exercice de fonctions ministérielles dans le cabinet Barthou (22 mars-2 décembre 1913). Orienté au centre, celui-ci compte dix républicains de gauche. Thierry, à qui est confié le portefeuille des Travaux publics, se situe sur son aile droite.

68 A.N., C 7 427 et 7 482 : Assemblées nationales (commissions).

69 A.N., papiers de Mun : 378 AP 5.

70 Voir annexe III : tableau récapitulatif du travail parlementaire de Jean Hennessy (1910-1940), p. 351.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540