Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose(s)

 | 
Jackie Pigeaud

La métamorphose. Hans Bellmer

Jackie Pigeaud

Texte intégral

1Je voudrais consacrer ici quelques pages, certes bien insuffisantes, à Hans Bellmer. Je n’ai pas l’intention de même tenter une recherche sur son œuvre. Il s’agit ici de réfléchir à une anatomie fantasmée ; et, tout naturellement, comme à une expérience radicale, je pense à celle de Hans Bellmer et à sa notion d’inconscient physique.

  • 1 Cambridge, Massachussets, the MIT Press, 2000.

2Dans son excellente étude : « Hans Bellmer, The Anatomy of Anxiety1 », Sue Taylor écrit :

  • 2 « And surely, as Lichtenstein has already remarked, Bellmer’s notion of the physical inconscious r (...)

Et assurément, comme Th. Lichtenstein l’a déjà remarqué, la notion d’inconscient physique tourne autour de l’échange symbolique des parties du corps, sous l’influence des émotions ou de maladies organiques, comme cela a été décrit de manière récurrente par Schilder. N’importe quelle protubérance anatomique peut prendre la place d’une autre, exactement comme toute partie ronde peut représenter une autre […] et n’importe quel trou s’échanger avec un autre trou2.

  • 3 « Refusing to accept any implication that the body somehow bypasses the mind in forming images of (...)

3Henry Okun refuse la notion d’inconscient physique, et l’identifie à une application localisée de la notion plus générale d’inconscient mental ; il refuse « d’accepter quelque implication du corps qui le ferait, d’une façon ou d’une autre, doubler l’esprit en formant des images de lui-même3».

4Ainsi le corps serait incapable de produire, de susciter des images, incapable de fantasmer ? Et moi qui ai osé parler d’une pensée du corps…

5Je ne sais si l’inconscient physique est une bonne notion, mais je suis certain que c’est une bonne intuition, celle de quelque chose qui résiste un moment, peut-être même le temps d’une courte investigation historique.

Métamorphose

  • 4 Paris, rééd. Allia, 2006,

6Dans son livre Petite anatomie de l’inconscient physique, ou L’anatomie de l’image4, Bellmer nous oblige à réfléchir sur la réalité de la métamorphose.

Mais avant même de naître de la soustraction et de la division elle (Ève) dérive de plusieurs méthodes entremêlées dont une est celle que les mathématiciens appellent permutation. Afin d’en avoir une vue distincte, précise, on se dira : le corps est comparable à une phrase qui vous inviterait à la désarticuler, pour que se recomposent, à travers une série d’anagramme sans fin, ses contenus véritables. (p. 45).

Dorénavant, il ne peut plus y avoir confusion à propos du processus de l’image. Un “génie” ardemment appliqué derrière le “moi” semble ajouter beaucoup du sien, afin que je perçoive et imagine. Un génie irrespectueux sans doute, pour qui la logique d’identité, la séparation du corps avec l’esprit ou les balivernes du “bien” et du “mal” sont tout au plus matière à plaisanteries […] Tout comme si l’illogisme était un réconfort, comme si l’erreur était la route, l’amour le monde acceptable et le hasard une preuve d’éternité. (p. 68).

7Voilà, pour parler en technicien, les données du problème.

L’articulation

  • 5 Récemment traduit par Caroline Petit dans sa thèse, cf. Galien, tome III, Le médecin, introduction(...)
  • 6 Dans la 2e moitié du xixe siècle.

8On ne perd pas la forme ni l’identification des éléments. On n’oublie pas l’articulation. Souvenons-nous de ce que c’est qu’articuler. C’est, dirais-je, distinguer, repérer, nommer, le cas échéant mesurer des segments ; c’est mettre en relation le segment ainsi défini avec les segments proches et avec l’ensemble. On reconnaît là, bien sûr, le Canon de Polyclète. Le mot d’anatomie est très large et quelquefois embarrassant, et cela dès l’Antiquité. Pseudo-Galien, l’auteur anonyme d’Introductio sive Medicus5, « entendait anatomie dans le sens de démonstration ou description des parties ; il blâmait ceux qui employaient ce mot pour exprimer l’étude des formes extérieures ; que n’eût-il pas dit, ajoute Daremberg, si on l’eût pris comme on le fait de nos jours6, dans le sens de structure, d’organisation ? » Et il faut y ajouter l’anatomie artistique, celle qui est destinée aux peintres et sculpteurs, et qui, à elle seule, demanderait toute une étude.

  • 7 On pourra se reporter à mon livre L’art et le vivant, Paris, Gallimard, 1995, pour plus de détails (...)

9L’anatomie « sérieuse », celle qui repère, nomme et montre, commence avec ce qu’on appellera l’anatomie artistique7 ; en vérité je veux dire que ce sont les artistes, et par-dessus tout le sculpteur Polyclète, qui a distingué, articulé le corps humain. Il n’est pas là question d’anatomie interne. D’ailleurs la médecine de son temps s’y intéresse fort peu. Elle n’en sent pas alors le besoin.

La poupée L’histoire complexe de l’articulation

  • 8 Cf. Illustrations n°1 et 2 en cahier central.

10L’histoire de la réalisation de la poupée est très intéressante8. On voit que Bellmer respecte les articulations. Elles sont « améliorées », si l’on peut dire, grâce au système de Cardan. Le système procure un avantage mécanique à l’articulation, en permettant des postures anatomiquement impossibles ; mais la métamorphose, en ce cas, ne modifie pas les points d’articulations qui se trouvent ainsi libérés de l’anatomie qu’on pourrait appeler naturelle.

11La découverte que Bellmer fait du système dit « cardan » est en elle-même d’une grande richesse. Cardan a inventé son procédé quand il attendait l’exécution de son fils. Bellmer a lu, de l’autobiographie de Cardan, ce que Lombroso tire du De vita propria. (Anatomie, p. 70 = De vita propria, ch. 27, p. 61) :

Cependant, écrit Cardan, mon fils, accusé d’avoir tenté d’empoisonner sa femme en couches, fut arrêté le 17 février (1560) et, 53 jours après, le 13 avril, décapité dans sa prison. Ce fut le premier et le plus grand de mes malheurs.

12Toutes ces choses n’expliquent pas, n’expliquent rien ; elles font exister d’autres choses.

Auparavant, écrit Bellmer, un certain goût de l’articulation, élément géométrique dans la structure des poupées, m’avait fait connaître ce dispositif mécanique, dit “cardan”.

13Cette découverte dirige la curiosité de Bellmer vers la vie de Cardan.

  • 9 p. 70.

Tremblant pour la vie de son fils, qui avait été convaincu d’avoir tué sa femme par empoisonnement, Cardan passa des semaines de douleur indescriptibles, jusqu’au jour de l’exécution. Recroquevillé, comme avare de sa terreur il avait compté le nombre des journées passées :9.

14Or ce que Bellmer appelle plus haut la « pensée sans pensée » avait tourné justement autour du nombre 53, nombre de ses dernières journées avec sa femme mourante. Il recompte. Sans doute s’est-il trompé ? Il s’agit de savoir où l’on commence le compte, à partir du jour de l’avertissement (de la gravité de la maladie), ou à partir du jour de l’arrivée à l’hôpital ? Bellmer reproduit là, sans le savoir, un des problèmes qu’ont rencontrés les médecins pour définir les jours de la crise et leur nombre.

15Mais il conclut, impérieux : « Mais mon calcul rapide, fait sans aucune hésitation, était juste » (p. 71).

16Objectivement cela n’a pas de sens. Mais, pourtant, on peut percevoir une cohérence évidente, pour qui travaille sur la mélancolie.

  • 10 « La mélancolie et la mesure », in De la Mélancolie, les entretiens de la fondation des Treilles, (...)

17L’importance du nombre, du comptage, est capitale. En fait il existe une arithmétique et une géométrie de la mélancolie, comme je l’ai montré récemment10. Il y a chez certains mélancoliques, on le sait bien, une manie de compter qui va jusqu’à l’obsession. Chez d’autres, parfois chez les mêmes, une manie de géométriser, de retrouver des formes géométriques dans la nature. Nature geometrizeth dit, au xviie siècle, Sir Thomas Browne, qui retrouve partout le quinconce. Comme écrit à son sujet Coleridge : « Quinconces dans les cieux, quinconces sous nos pieds, quinconces dans la déité, quinconces dans l’esprit de l’homme, quinconces dans les os, les nerfs optiques, les racines des arbres ou les feuilles ; quinconce partout ! »

  • 11 Le malade n° 3, in Rufus von Ephesus Krankenjournale, herausgegeben, ubersetzt und erläutert von M (...)

18Dans le Krankenjournal, Rufus d’Éphèse décrivant l’histoire d’un malade « mélancolique », ajoute qu’on disait de lui qu’il était devenu malade à force de géométriser11.

19Il faut ajouter, chez l’homme de la technique qu’a été Bellmer, une fascination évidente pour la fabrication de modèles ; le système de Cardan dispense de dévisser, de revisser les éléments de la poupée, pour avoir une autre position.

20Il ne faut jamais abandonner une citation sans y aller voir, sans retrouver le contexte. C’est un principe essentiel.

Cardan

  • 12 Un maître de cette méthode est Jean Starobinski. Cf. par exemple, ce qu’il en dit : «… Le lieu d’o (...)

21Ce n’est pas une facilité de romancier que de jeter un coup d’œil à l’autobiographie de Cardan. Il s’agit d’une question de méthode ; il faut réintégrer la citation dans son contexte. La citation ne suffit pas, ne suffit plus. Il faut faire ce travail, et l’on peut avoir de grandes surprises. J’ai toujours pratiqué cette méthode. Elle rend de grands services à l’historien de l’imaginaire qui, comme son sujet, déteste l’immobilisme12.

22Revenons à Bellmer. S’il était allé plus loin dans la lecture du De vita propria, il aurait vécu d’autres découvertes, et aurait eu, sans doute d’autres prétextes pour fraterniser avec Cardan. C’est peu de dire que cet homme est complexe. Médecin, mathématicien, ingénieur, philosophe, cet humaniste génial est en même temps un mélancolique. Davantage encore, c’est un hypochondriaque. Je donne ici quelques touches. Il a fait vœu de « veiller à sa vie », comme il le dit. Il passe des jours terrifié par la rage dont il craint plusieurs fois d’être atteint. Il a un jeu particulier avec la douleur.

J’avais l’habitude dont beaucoup s’étonnaient de rechercher la douleur si je ne l’éprouvais pas, comme j’ai dit pour la goutte ; c’est pourquoi j’allais fréquemment au-devant des causes de la maladie en évitant autant que possible les seules insomnies […] D’autre part, je sais par expérience qu’il ne m’est pas possible de ne pas souffrir du tout ; quand cela arrive il s’élève en mon âme une sorte d’élan si pénible (impetus molestus) qu’il n’est rien de comparable ; et je trouve bien moindre sans déshonneur (sine calumnia).

23Tout cela nous est décrit dans cet extraordinaire chapitre 6, consacré à sa santé.

24Cardan ne donne que peu de renseignements sur sa sexualité, on sait seulement qu’il a souffert d’impuissance. Dans ses songes, il ne donne pas de rêves érotiques.

Dans le cas des “53” jours, écrit Bellmer, ne serait-ce que l’inconcevable ressemblance de deux destinées indépendantes l’une de l’autre – l’intuition, sinon l’interprétation du sujet, avait toutefois un rôle à jouer. (p. 73).

25Je reprendrai avec soin, en la détachant de son contexte, l’expression de Cardan : un impetus molestus, c’est-à-dire une impulsion, une pulsion pénible. Les conditions de l’impetus ne sont pas les mêmes chez Bellmer que chez Cardan. Ce dernier a besoin de la douleur pour contrôler en quelque sorte son corps, dont il sait que s’il est livré à lui-même, va surgir de lui un impetus sur lequel il ne donne pas de précisions. Mais au cours de son autobiographie, on a quelques exemples de sa violence.

26Définir le monde mélancolique ? Mais il suffit, pour y pénétrer, d’un mot clé, pour que l’ensemble s’offre à nous, avec le danger qu’il ne se referme derrière nous. Il n’est pas indifférent que Bellmer pénètre dans le monde de Cardan par la question de l’articulation, et alors éprouve le besoin de le connaître plus intimement. D’où l’intérêt de revenir au De vita propria.

Métamorphose

  • 13 Op. cit., ch. 1, Les images du moi ; p. 10, 11, 18,

27Dans son livre Petite anatomie de l’inconscient physique, ou L’anatomie de l’image13, Bellmer écrit :

L’image du corps subit comme une “extraversion” l’étrange contrainte d’un mouvement du dedans au dehors, dans ce sens que l’intérieur de l’organisme tend à prendre la place de l’extérieur : les poumons avec leur vaste draperie se voient extériorisés, se déployant sous forme d’ailes entre ce qui était les épaules, les bras et les jambes – le passage qui relie la bouche à l’anus, l’œsophage avec son estomac et ses intestins, cette surface intérieure semble renverser toute la profondeur de l’organisme pour devenir en pleine lumière, tel un gant retourné, l’épiderme du corps…

28Cette description d’une expérience à la fois physiologique et esthétique, si je puis dire, me semble admirablement coïncider avec ce que je cherche : l’expression, par un créateur, par un poète au sens général du terme, d’une autre forme de la relation entre le moi et sa création, d’un autre drame de la création.

29L’intérieur qui se projette à l’extérieur, et qui réclame parure, ornement, et surtout légitimité. La révolte de l’intérieur, en somme. Mais surtout l’urgence de la sortie.

La viscéralité

Symétrie. Dissymétrie

30Le médecin Bordeu, l’ami de Diderot, le médecin du Rêve de d’Alembert, a insisté sur la symétrie ou plutôt les symétries qu’offre le corps humain. En fait il propose deux symétries ; l’une partage le corps en gauche et droite ; l’autre en haut et bas.

  • 14 On pourra lire le chapitre que j’ai consacré à L’esthétique de Bichat, dans mon livre Poésie du co (...)

31Mais c’est Bichat qui a dit les choses les plus profondes. Ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort devraient être lues comme un traité de poétique14. Quelques-unes de ses propositions me suffiront ici. La vie animale, celle de l’extérieur, la vie de relation, la vie publique en somme, est la vie de la distinction. La vie organique, celle de l’intérieur, est celle de la sympathie, bien proche de la confusion. Dans la vie animale, il y a une vie droite et une vie gauche. Ainsi dans certains cas de paralysie l’on constate bien cette séparation qui permet la survie.

La vie organique, au contraire, fait un système unique où tout se lie et se coordonne, où les fonctions d’un côté ne peuvent s’interrompre sans que, par une suite nécessaire, celles de l’autre ne s’éteignent. Le foie malade à gauche influe à droite sur l’état de l’estomac […] d’où il suit qu’en supposant que tous les organes de la vie interne, placés d’un côté, cessent leurs fonctions, ceux du côté opposé restent nécessairement dans l’inaction, et la mort arrive alors.

32 Tout ce qui altèrera cette symétrie altèrera plus ou moins ces fonctions.

33On peut changer la place des viscères de la vie organique, sans empêcher la vie. Tandis que pour la vie animale, l’ordre, la spatialisation sont essentiels.

On n’y voit presque jamais de variétés de conformation ; s’il en existe, les fonctions sont troublées, anéanties. L’harmonie est aux fonctions des organes, ce que la symétrie est à leur conformation ; elle suppose une égalité parfaite de force et d’action, comme la symétrie indique une exacte analogie dans les formes extérieures et la structure interne […] L’harmonie est le caractère des fonctions extérieures […] la discordance est au contraire l’attribut des fonctions organiques…

34La passion, selon Bichat, appartient à la vie organique. La poésie aussi.

35Je reprends ce que j’écrivais alors ; ce n’est pas inutile dans nos métiers, où il faut essayer d’être clair sur des choses obscures. La structure que Bichat donne à l’être humain, disais-je, est une dualité essentielle, incontestable et irrémédiable, celle d’un dehors et d’un dedans, comme deux réalités absolument inconciliables, qu’elle installe dans l’espace. Qu’est-ce qui fait le lien ? C’est la vie. C’est la vie qui fait que ce recto – verso tient ensemble. Vivre est l’acte poétique. Vivre est le premier acte métaphorique.

36Ajoutons, ce que Bichat ne fait pas, qu’arriverait-il si l’intérieur se révoltait, voulait « s’extérioriser », prétendait, pour lui-même, à la symétrie ?

L’anatomie du désir

37Certes je ne fais ici que feuilleter Bellmer. Mais une remarque s’impose. Dans ce qu’on peut appeler, selon lui-même, des métamorphoses, dans cette anatomie du désir, les éléments sont déplacés, articulés différemment, mais subsistent dans leur forme de manière reconnaissable.

38On ne saurait négliger l’influence de Joë Bousquet, le poète paralysé par une balle en 1918. Bousquet écrivait en 1947, ce texte très intéressant : « Découverte de l’homme à des profondeurs viscérales où on ne savait pas les sens si présents ; mais en contre partie d’énigmes menaçantes… » Les dessins de Bellemer, continue-t-il, « s’enrichissent de matériaux que l’estomac, en même temps que l’œil, semble avoir conçu ».

  • 15 In Hans Bellmer, Anatomie du désir, A. de la Beaumelle (dir.), Paris, Gallimard/Centre Pompidou, 2 (...)

39Pierre Dourthe, qui cite ce passage dans un article fort intéressant, Transformation et maîtrise du corps15, écrit que

Bellmer et Bousquet ont placé à l’origine de leur réflexion parallèle l’idée que l’image du corps est la source matérielle du processus de la formation de l’image poétique. […] Pour qui ne croit pas dans les profondeurs, le texte (L’Anatomie de l’image), dans lequel règne une psychologie faiblement conceptualisée, se révèle d’une compréhension lointaine.

40Il ne s’agit pas de concepts en effet, et je ne trouve pas la compréhension si lointaine. Il s’agit de sensations qui revendiquent le statut d’idées. C’est une révolte dangereuse, certes, et qui conduit à la perversion. Mais elle peut être une source de la création poétique, comme le montre l’œuvre de Bellmer.

41Sue Taylor écrit, de son côté : « Jusqu’à quel degré Bellmer était-il conscient de sa propre psychopathologie et de la symbolisation de celle-là dans son art ? C’est une question clé et presque la seule pour une étude de l’œuvre de Bellmer »

42C’est en effet la question. Mais je n’aime pas le terme de symbolisation, qui comporte trop d’immédiat ; qui néglige le temps de la fabrication, de la représentation, de la découverte, de la mimésis. Ce temps qui est, chez Bellmer, jubilatoire.

43Je veux bien croire que tout s’explique par le cerveau, les hormones, les bactéries, les virus, que sais-je ? Mais la souffrance de vivre ? La sociologie, l’économie, la psychologie vont me l’expliquer. Mais ma souffrance de vivre ? Voyez vous ! Expliquez-moi comment on peut s’accommoder de soi !

La mise en pratique de la poupée

44Agnès de la Beaumelle touche juste :

  • 16 « Les jeux de la poupée, les enjeux du dessin », in Hans Bellmer, Anatomie du désir, op. cit., p. (...)

Quelque dix ans après la construction de la Poupée, il s’agit de faire plier, ployer la forme selon ce qu’on peut appeler des « universaux » (le cube, la colonne, le cercle…) et de soumettre le corps, rendu définitivement à sa « vocation expérimentale », à des principes abstraits. Les lois de la géométrie, tirées, pour certaines, de figures comme celle du Cardan – la symétrie, le dédoublement, la réversibilité miroiriques – les lois de l’arithmétique – multiplication, division, addition – régissent l’image fantasmatique proliférante, débridée du corps, jusqu’au monstrueux et au composite16.

45Il convient en effet, pour Bellmer, d’appliquer l’arithmétique et la géométrie à la métamorphose du corps. Cette dernière n’est pas confusion, ni bourbier comme dirait Galien. Il faut géométriser l’intérieur. Bellmer jette quelques notes après avoir décrit une reproduction épouvantable, où des liens barbares faisaient naître sur le corps d’une femme une multitude de seins.

La statue de la Diane d’Éphèse était un cône noir, hérissé de seins, écrit-il. Le Nôtre : la fusion pratique du naturel et de l’imagé. Comme le jardinier oblige le buis à vivre sous forme de boule, de cône, de cube, l’homme impose à l’image de la femme ses élémentaires certitudes, les habitudes géométriques et algébriques de sa pensée.

  • 17 In L’art et le vivant.
  • 18 Cf. mon article cité supra.
  • 19 Thomas Browne, The Garden of Cyrus, chap. IV, in The Major works, Penguin Classics,1977, p. 368 : (...)

46Je laisse de côté la Diane d’Éphèse, assez facile allusion. J’ai autrefois parlé de la rêverie du jardinier17. L’analogie avec le jardinier qui contraint la plante à prendre des formes géométriques lors de sa croissance, nous place dans une autre perspective, celle du lien entre croissance et forme, et nous renvoie à la fois au livre de D’Arcy Thompson, et à une question qu’on pourrait dire mélancolique18. L’ordre est fascinant quand il s’allie à la production de la forme, à la relation entre beauté et productivité. On peut résumer cette question que pose la productivité de la forme en quinconce et de sa fécondité, chez Thomas Browne, en celle de la rencontre de la forme et de la croissance19. Disons que c’en est un cas particulier. D’Arcy Thompson ne s’y est point trompé, qui cite sir Thomas Browne dans son livre fondamental On Growth and Form.

  • 20 D’Arcy Thompson, Forme et croissance, édition établie et présentée par J. Tyler Bonner, traduit de (...)

Le lecteur curieux consultera, dans Garden of Cyrus, ce passage où sir Thomas Browne nous fait part, dans un style merveilleux et suranné, de ses considérations sur les symétries de type hexagonal ou en quinconce, qui apparaissent aussi bien dans le règne végétal que dans le règne animal et « qui manifestent clairement combien la nature géométrise et respecte l’ordre en toute chose20 ».

  • 21 Cf. Illustration n° 3 en cahier central.

47Géométriser la métamorphose… La figure de la page 43 montre le dessin d’un cube qui contient le corps d’une femme, (bien qu’il y ait trois jambes21). Un sein semble sortir du cube, mais c’est une illusion. Les droites délimitent un plan incontestable qui ne laisse rien dépasser. Et pourtant ce sein dénote la vie grâce à la même illusion.

48À propos de l’expérience de Joë Bousquet, décrite dans Le Mal d’enfance, Bellmer évoque la transformation d’une figure mixte en hermaphrodite.

Le masculin et le féminin sont devenus des images interchangeables ; l’une et l’autre tendent à leur alliage dans l’hermaphrodite.

49Et, plus loin,

Dès à présent, il n’y a plus d’obstacle à s’expliquer l’odeur vaguement « maudite » qui s’attache à la réversibilité, même dans le règne verbal, où parler à l’envers veut dire : sodomiser le verbe jusqu’à ce qu’apparaisse, parfaite comme l’androgyne, la phrase rare qui – lue en aval ou en amont – traitée d’homme ou de femme – conserve indéfectiblement son sens.

  • 22 Paul Richer, l’ami et collaborateur de Charcot, qui a écrit Le nu dans l’Art, Paris,1926. t. 2.

50Bellmer retrouve là la vieille rêverie, déjà antique, de la fusion des deux sexes, rêverie du mélange parfait. Il sera intéressant de comparer l’Hermaphrodite dit de Berlin, sculpture qui faisait l’admiration de Paul Richer22, avec une production de Bellmer. Cela aurait plus de sens qu’on ne pourrait croire naïvement.

51Remarquons que l’androgyne est une figure qui intéresse beaucoup le début du xxe siècle.

  • 23 Cf. mon petit livre, Sois singe ô ma douleur, avec des gravures de Jean-Paul Héraud, Toulouse, Omb (...)

52Nous n’avons pas parlé directement de sexualité. Bien évidemment elle est là, présente partout, irriguant toute la création de Bellmer. Il faudrait être aveugle pour le nier. À elle, seule, sans doute, elle mérite d’être étudiée. Je dis simplement que la sexualité n’est pas tout, n’éclaire pas toutes les régions du désir. Il y a eu, chez Bellmer, l’introduction de ce qu’il a appelé l’inconscient physique. Je trouve qu’on est bien cavalier avec ce que, trop vite, j’appellerais cette notion. C’est quelque chose de très fort, et qu’on doit replacer dans une histoire, non pas tant pour l’expliquer que pour l’apprécier. Cela nous conduirait du côté de l’hypochondrie, de l’hystérie, et même de la lycanthropie, c’est-à-dire de la métamorphose en loup23.

Notes

1 Cambridge, Massachussets, the MIT Press, 2000.

2 « And surely, as Lichtenstein has already remarked, Bellmer’s notion of the physical inconscious revolves around the symbolic interchange of body parts, under the influence of the emotions or of organic disease, as repeatedly described by Schilder. Every anatomical protrusion, the psychiatrist explains, can take the place of another, just as every round part can represent another […] and every hole can be interchanged with another… » (S. Taylor, p. 107).

3 « Refusing to accept any implication that the body somehow bypasses the mind in forming images of its own. » H. Okun, « The Surrealist Object », New York university, 1981, p. 444-445, cite par S. Taylor, op. cit.

4 Paris, rééd. Allia, 2006,

5 Récemment traduit par Caroline Petit dans sa thèse, cf. Galien, tome III, Le médecin, introduction, Paris, Les Belles Lettres, collection CUF, 2009. Cet auteur vit sans doute au ier siècle avant J. C.

6 Dans la 2e moitié du xixe siècle.

7 On pourra se reporter à mon livre L’art et le vivant, Paris, Gallimard, 1995, pour plus de détails et de démonstration.

8 Cf. Illustrations n°1 et 2 en cahier central.

9 p. 70.

10 « La mélancolie et la mesure », in De la Mélancolie, les entretiens de la fondation des Treilles, Les Cahiers de la NRF, Paris, Gallimard, 2007, p. 53-74.

11 Le malade n° 3, in Rufus von Ephesus Krankenjournale, herausgegeben, ubersetzt und erläutert von Manfred Ullmann, Verlag Otto Harrassowitz, Wiesbaden, 1978, p. 72 : « Die Ursache (seiner Erkrankung) aber war sein standiges Bruten uber den Wissenschaften der Geometrie. »

12 Un maître de cette méthode est Jean Starobinski. Cf. par exemple, ce qu’il en dit : «… Le lieu d’origine textuel d’une citation a beau n’être pas consciemment connu par le citateur, il a une existence objectivable et vérifiable, d’un titre très sûr. ». Tout l’article est à lire. J. Starobinski, « Je hais comme les portes d’Hadès », in Le dehors et le dedans, Nouvelle Revue de Psychanalyse, n° 9, Printemps 1974, p.7-22. Repris « En guise d’épilogue », in J. Starobinski, Le remède dans le mal, Paris, NRF, 1988, p. 263 ss.

13 Op. cit., ch. 1, Les images du moi ; p. 10, 11, 18,

14 On pourra lire le chapitre que j’ai consacré à L’esthétique de Bichat, dans mon livre Poésie du corps, Paris, Payot et Rivages, 1999, rééd. Rivages poche/Petite Bibliothèque, 2009.

15 In Hans Bellmer, Anatomie du désir, A. de la Beaumelle (dir.), Paris, Gallimard/Centre Pompidou, 2006, p. 42.

16 « Les jeux de la poupée, les enjeux du dessin », in Hans Bellmer, Anatomie du désir, op. cit., p. 31-32.

17 In L’art et le vivant.

18 Cf. mon article cité supra.

19 Thomas Browne, The Garden of Cyrus, chap. IV, in The Major works, Penguin Classics,1977, p. 368 : « By this way of plantation they increased the number of their trees, which they lost in quaternios and square orders, which is a commodity insisted on by Varro, and one great intent of Nature, in this position of flowers and seeds in the elegant formation of plants, and the former rules observed in natural and artificial figurations. »

20 D’Arcy Thompson, Forme et croissance, édition établie et présentée par J. Tyler Bonner, traduit de l’anglais par D. Teyssié, préface de S. L. Gould, avant-propos de A. Prochiantz, Paris, Le Seuil, 1994, p. 121.

21 Cf. Illustration n° 3 en cahier central.

22 Paul Richer, l’ami et collaborateur de Charcot, qui a écrit Le nu dans l’Art, Paris,1926. t. 2.

23 Cf. mon petit livre, Sois singe ô ma douleur, avec des gravures de Jean-Paul Héraud, Toulouse, Ombres blanches, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540